Navigation – Plan du site
Notes et documents

Droit de réponse

Wolfgang Kimmig et l’archéologie allemande en France occupée : réponse à Olivier Buchsenschutz
Laurent Olivier

Texte intégral

“ Nous nous sommes imaginés, en 1945, que l’esprit totalitaire avait perdu, avec le nazisme, sa terreur, ses poisons souterrains et ses fours définitifs. Mais ses excréments sont enfouis dans l’inconscient fertile des hommes. ”
(René Char, Recherche de la base et du sommet, Paris, Gallimard Poésie).

1À des arguments fondés sur des faits établis à partir des archives allemandes, Olivier Buchsenschutz oppose des jugements de valeur et des déclarations de principe, dont certaines, fausses, trahissent sa méconnaissance du sujet. Quels que soient les réactions douloureuses qu’il provoque encore, le passé de l’archéologie sous le IIIe Reich ne doit pas être utilisé comme un prétexte à polémique personnelle, mais est désormais un sujet d’histoire. Puisqu’en la matière il y a désaccord sur l’interprétation des faits, on attendrait ici d’Olivier Buchsenschutz qu’il livre une contre-démonstration historique, reposant sur des preuves tangibles issues des données d’archives. Ce texte motivé par l’indignation exprime le malaise – certes compréhensible – d’une partie de la génération des archéologues qui, dans les années 1970 et 1980, renouvela les méthodes et les problématiques de la recherche française au contact de chercheurs allemands alors au faîte de leur carrière, laquelle avait cependant débuté au service de l’État national-socialiste. Ne jugeons personne. Et laissons aux jeunes chercheurs, ainsi qu’à leurs successeurs, le soin de déterminer qui, d’Olivier Buchsenschutz ou de Laurent Olivier, se trompe aujourd’hui de combat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Olivier, « Droit de réponse », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 45-46 | 2006-2007, mis en ligne le 08 avril 2008, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://racf.revues.org/871

Haut de page

Auteur

Laurent Olivier

Musée d’Archéologie nationale, UMR 8546 du CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page