Navigation – Plan du site
Comptes rendus

C. Sapin (éd.), Le stuc : visage oublié de l'art médiéval (catalogue de l'exposition présentée au Musée Sainte-Croix de Poitiers, 16 septembre 2004-16 janvier 2005)

Paris-Poitiers, Somogy-Éditions d’Art et Musées de la Ville de Poitiers, 2004, 255 p.
Elisabeth Lorans
Référence(s) :

C. Sapin (éd.), Le stuc : visage oublié de l'art médiéval (catalogue de l'exposition présentée au Musée Sainte-Croix de Poitiers, 16 septembre 2004-16 janvier 2005), Paris-Poitiers, Somogy-Éditions d’Art et Musées de la Ville de Poitiers, 2004, 255 p.

Texte intégral

  • 1 . Les actes en ont maintenant été publiés : C. Sapin (éd.), Stucs et décors de la fin de l’Antiquit (...)

1C’est un art oublié ou tout du moins négligé que nous donne à voir ce beau livre, catalogue d’une exposition qui s’est tenue pendant l’automne-hiver 2004-2005 au Musée Sainte-Croix de Poitiers et qui accompagnait la tenue d’un colloque international1. À travers l’art du stuc, examiné dans la longue durée, de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge, s’est en fait une large partie du décor architectural des édifices religieux qui est révélée, en associant d’autres techniques : sculpture sur pierre, terres cuites architecturales mais aussi peintures et mosaïques afin de rendre compte des associations de matières et de couleurs, en particulier pour des constructions du haut Moyen Âge qui sont en cours de réexamen, telles que le baptistère de Poitiers ou l’hypogée des Dunes.

2Poitiers et le Poitou sont au cœur de cet ouvrage, qui met en exergue la superbe découverte de Vouneuil-sous-Biard, morceau de choix de l’exposition, mais offre aussi un beau tour d’horizon européen. À travers une structure globalement chronologique, le lecteur parcourt en effet la Gaule, du nord au sud, l’espace germanique mais aussi l’Italie du Nord et la Croatie, l’Espagne tenant une moindre place. Textes de synthèse et notices de sites alternent tout au long de l’ouvrage conclu par un appendice consacré au regard du restaurateur, deux bibliographies (l’une de nature générale sur les stucs en Europe, l’autre correspondant aux notices) et un glossaire.

3Le rapport entre productions de l’Antiquité et productions du Moyen Âge constitue le principal fil conducteur de l’ouvrage, qui s’ouvre sur un bilan historiographique dans lequel Christian Sapin, le maître d’œuvre de l’entreprise, expose les conditions de l’oubli, voire du mépris, dont l’art du stuc fit l’objet au XIXe s. et même jusque dans les années 30, Jean Hubert lui-même l’ayant tenu pour une technique secondaire bon marché.

4La redécouverte de ces réalisations fragiles et donc largement détruites au fil des siècles s’est accompagnée ces dernières années d’analyses physico-chimiques à même de révéler finement les différences de fabrication entre Antiquité et Moyen Âge, présentées par Bénédicte Palazzo-Bertholon. La première tradition, qui s’est d’abord développée en Italie du Ier s. av. J.-C. au IIIe s. ap., est caractérisée par la présence d’une ou de plusieurs couches d’enduit à chaux et à sable lissés revêtues d’une couche de chaux pure en surface alors que la production médiévale superpose des couches de même nature depuis la couche d’accrochage jusqu’à la surface : ce constat remet en cause la validité de l’argument économique avancé pour l’Antiquité car il paraît difficile de concevoir que les artistes du Moyen Âge aient fait le choix d’une technique plus coûteuse. Les matériaux employés distinguent aussi les deux traditions, avec une diversification au Moyen Âge qui vit, sans que cela fût systématique, le remplacement de la poudre de marbre par du sable et celui de la chaux par du plâtre. La mise en forme du relief diffère également : alors que les romains employaient des moules et des formes pour réaliser toutes sortes de motifs et d’éléments architecturaux, on a sculpté ou modelé à la main le relief dès le haut Moyen Âge, même si le moule demeure encore en usage. Enfin, aux stucs majoritairement blancs pendant l’Antiquité, s’opposent les reliefs colorés des siècles ultérieurs. Sur le plan technique, les stucs de Vouneuil-sous-Biard sont à la charnière des deux traditions.

5Cette belle découverte réalisée en 1984-1985 à la faveur de la fouille de l’ancienne église paroissiale consiste en 2500 pièces de stuc correspondant à un décor architectural associant arcades, colonnes, chapiteaux et personnages en pied, sans doute des prophètes, le tout organisé sur trois registres et couvrant une surface de 5 m par 4,80 m. On ignore si ce décor a orné une pièce de la villa plusieurs fois réaménagée entre le Ier et le IVe s. et qui aurait donc perduré au-delà ou un chevet plat correspondant à un état antérieur de l’église érigée au-dessus de la structure antique et dont les vestiges fouillés présentaient une abside à pans coupés avec laquelle le décor en stuc n’a aucun rapport. Les auteurs de l’étude penchent pour une attribution autour de la fin du Ve et du début du VIe siècle, l’influence des œuvres ravennates du Ve s. étant la plus importante.

6Ce décor était encore en place jusqu’au VIIe-VIIIe s., comme l’atteste l’ajout d’une ligne d’écriture continue, peinte en rouge à main levée, exprimant la vénération de saints et de saintes, des martyrs romains dont le culte fut exalté au VIIIe s., au moment de la romanisation de la liturgie et du culte.

7L’époque carolingienne occupe aussi une place de choix dans l’ouvrage qui insiste sur le renouveau de la monumentalité, dans le décor comme dans la construction, en relation avec la réforme liturgique, mais aussi sur les changements techniques, avec la substitution du plâtre à la chaux. Accentuation des reliefs pour aller vers la ronde-bosse (Saint-Pierre-aux-Nonnains à Metz et Saint-Benoît-sur-Loire) ou encore application de décors en stuc sur de la pierre (Paderborn, Saint-Germain d’Auxerre) traduisent l’évolution d’un art présent dans de nombreuses réalisations carolingiennes, telles que Germigny-des-Prés ou Corvey. Des liens stylistiques sont tissés entre des œuvres de nature et d’époque différentes, telles que le panneau représentant le Christ, traditionnellement associé au chancel de Saint-Pierre-aux Nonnains (ce qui n’est pas assuré), et les stucs de Vouneuil-sous-Biard, et ce pour le traitement du manteau.

8L’époque romane voit toujours la prédominance des stucs dans l’arc alpin et en Italie, son développement en terres germaniques se faisant dans des régions riches en gypse, mais la Catalogne est également représentée. La nécessité d’étudier ensemble les différents supports apparaît bien à l’examen des œuvres du début du XIe s. qui révèle des chapiteaux de pierre couverts d’enduits (Notre-Dame d’Étampes), des chapiteaux en stuc associant personnages et feuillages (Saint-Rémi de Reims) et des chapiteaux en pierre peints dont le traitement rappelle le stuc (Saint-Aignan d’Orléans). À la question du choix final de la pierre, au détriment du stuc, est invoqué l’argument de la pérennité qui vaudrait aussi pour les églises elles-mêmes. La présentation détaillée du monastère de Müstair, fondé vers 775, met en avant la difficulté de dater certaines œuvres qui ont été déplacées à la fin du XVe siècle. Tel est le cas de la pièce de choix que représente une statue en pied de Charlemagne, que la plupart des chercheurs considère comme postérieure à la canonisation de l’empereur, en 1165, alors que d’autres sont favorables à une attribution à l’époque carolingienne ou au XIe s.

9En résumé, cet ouvrage superbement illustré de nombreuses photographies et de dessins de restitution a redonné toute sa place à une forme de décor qui fut certainement largement répandue de l’Antiquité tardive au XIe s. au moins et ce faisant a posé les bases de nouvelles enquêtes sur le décor architectural d’édifices disparus, tels que la basilique paléochrétienne de Saint-Martin de Tours, ou conservés mais dont les formes anciennes du décor ont été effacées par des réalisations ultérieures. Tout au long des chapitres, le lecteur est à même d’évaluer la part de continuité et d’innovation de chaque période considérée et la place que tint le stuc au sein des autres techniques décoratives, qui doivent être abordées de manière globale.

Haut de page

Notes

1 . Les actes en ont maintenant été publiés : C. Sapin (éd.), Stucs et décors de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge (Ve-XIIe siècle), Actes du colloque international tenu à Poitiers du 16 au 19 septembre 2004, Turnhout, Brepols, 2007, 348 p. (Bibliothèque de l'Antiquité Tardive, 10).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Lorans, « C. Sapin (éd.), Le stuc : visage oublié de l'art médiéval (catalogue de l'exposition présentée au Musée Sainte-Croix de Poitiers, 16 septembre 2004-16 janvier 2005) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 45-46 | 2006-2007, mis en ligne le 08 avril 2008, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://racf.revues.org/866

Haut de page

Auteur

Elisabeth Lorans

Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page