Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude
Notes et documents

Inscription funéraire trouvée à Gondreville (Loiret, cité des Sénons)

A funerary inscription found at Gondreville (Loiret, city of the Senones)
Monique Dondin‑Payre et Camille Scaon

Résumés

À l’occasion des opérations d’archéologie préventive de l’autoroute A.19, un petit monument funéraire a été découvert près d’une voie romaine, sur la commune de Gondreville (Loiret). Au contact de celui-ci, sans doute dans la couche de destruction, une inscription funéraire a été mise au jour, qui peut sans aucun doute lui être associée.

Haut de page

Texte intégral

1. Circonstance de la découverte

1Le bloc calcaire portant cette inscription a été mis au jour en novembre 2006 au cours de l’intervention d’archéologie préventive menée dans le cadre du projet d’autoroute A.19 sur le site du “ Cocluchon ” sur la commune de Gondreville (Loiret), dans la cité des Sénons (Scaon à paraître) (Fig. 1).

Fig. 1 : Localisation du site de Gondreville dans le Loiret et les cités gallo-romaines au Haut Empire

Fig. 1 : Localisation du site de Gondreville dans le Loiret et les cités gallo-romaines au Haut Empire

DAO : J. Vilpoux, SRA Centre

2Le contexte concerne une occupation gallo-romaine, associée à la voie nord-sud venant de l’agglomération antique de Montargis et menant à celle de Sceaux-du-Gâtinais-Aquis Segetae. Un ensemble funéraire du Haut Empire a notamment été fouillé, comprenant la fondation d’un petit mausolée circulaire (Fig. 2), en “ fer à cheval ” ouvert vers l’est, et attribuable à la deuxième moitié du Ier s. ou à la première moitié du IIe.

3Le bloc fragmentaire a été mis au jour dans une couche de destruction du monument, dont il pourrait donc provenir.

Fig. 2 : Le monument funéraire de Gondreville, avec la localisation de la découverte

Fig. 2 : Le monument funéraire de Gondreville, avec la localisation de la découverte

DAO : C. Scaon

2. Description

4Ce bloc de calcaire coquillier non local, blanc à l’origine – comme le prouve la couleur au niveau de la cassure, notamment à gauche, jauni en surface par endroits, comprend de très nombreux fossiles. Ils sont bien visibles au dos, non équarri, et ont laissé des traces de trous et des irrégularités sur la face inscrite, pourtant soigneusement travaillée pour offrir une surface aussi lisse que possible au graveur : par exemple, à la dernière ligne, avant la première lettre et entre le P et le O.

5Il est complètement brisé en haut et à droite, en partie à gauche et ébréché en bas. Avant la découverte mais récemment (terrassement préliminaire à la fouille), il a été cassé à gauche ; cependant, les morceaux subsistants sont bien jointifs, et la lecture n’est pas entravée. Dans son état actuel, il mesure au maximum 15 x 18 cm.

6Puisque le dos n’a pas été travaillé, il ne s’agit pas d’une plaque isolée, mais d’un bloc encastré dont l’épaisseur actuelle varie du simple au double selon les emplacements (au maximum 7 cm) (Fig. 3).

Fig. 3 : L’inscription funéraire de Gondreville

Fig. 3 : L’inscription funéraire de Gondreville

photo C. Scaon

3. Le texte

7Au premier coup d’œil, ce qui frappe est le caractère soigné de l’inscription. Un ductus discret mais très net calibre la taille des lettres, et, au moins en bas, le champ épigraphique est dessiné par une ligne incisée (2,2 cm en dessous de la dernière ligne écrite). On est ainsi assuré que la ligne du bas est bien la dernière du texte. L’interligne est uniformément de 1,5 cm. Le texte est gravé en majuscules rubrifiées, profondément incisées en biseau, avec des jambages élégants (R ligne 3), des arrondis prononcés (C, ligne 1 ; O, ligne 3). Les lettres sont terminées par des apices qui leur confèrent une grande élégance ; elles sont très régulièrement espacées (0,5 cm), même pour les mots entre lesquels ne s’intercale aucune ponctuation. Elles ont 1,5 cm de large, 2 cm pour les caractères ronds, comme le C ou le O ; 2,2 cm de haut, sauf le T de la 1ère ligne, qui mesure 3 cm. La mise en page a été étudiée de sorte que les marges sont parfaitement respectées : celles-ci sont de 3 cm à gauche et de 5,5 cm en bas ; évidemment, les chances de marges inégales sont plus grandes pour les fins de ligne qui manquent ici.

8Cette recherche dans la présentation conduit à interpréter le trait qui semble prolonger vers le haut la hampe du premier T de la ligne 3 (ET) comme une des nombreuses imperfections de la pierre, qui ne fait pas partie de la lettre ; il ne semble d’ailleurs pas enduit de peinture.

4. La nature du document : funéraire

9Le dernier mot – posu[erunt] ou posu[it] – montre qu’il s’agit d’une dédicace ou d’une épitaphe. Avant POSV, TRI se rapporte au bénéficiaire : pa]/tri, ou fra]/ tri ou ma]tri ; c’est l’expression d’un lien de parenté familial qui renvoie à un contexte privé, donc à une épitaphe. Aux lignes antérieures sont énumérées plusieurs personnes : [… / ET ATILIA N[…

10On peut donc proposer la restitution : Ti(berius) Cl(audius) fil(ius) […] ou Ti(berius) Cl(audii) fil(ius) / et Atilia N[… Le nominatif de Ti est entraîné par Atilia ; selon la restitution choisie Claudius est au nominatif ou au génitif ; on verra ce qu’il en est de fil.

11Deux personnes au moins, un homme et une femme, qui ont nécessairement un lien de parenté entre elles et avec la troisième personne, défunt(e), ont fait faire (posuerunt), pour celui ou celle-ci, au minimum une épitaphe, peut-être beaucoup plus : sa tombe, son enclos funéraire… Monumentum étant sous-entendu, de multiples possibilités sont envisageables, notamment celle d’une association au petit mausolée proche, ou à un état l’ayant précédé.

5. Les protagonistes : leurs relations

12Reste à définir la nature des relations entre ces trois individus.
TRI termine fra]tri, pa]tri ou ma]tri. Filius à la suite de Ti. pourrait être un élément de nomenclature de filiation : Cl(audii) fil(ius), à condition que le père soit identifié par son gentilice, ce qui n’est pas impossible, d’autant que ce gentilice impérial est très banal (Dondin-Payre 2001 : 240-243). Quoi qu’il en soit, que Ti. Claudius soit le fils du défunt - “ Tiberius Claudius, son fils… ” (filius), ou son père “ pour son fils ” (filio), un père et son fils s’appellent Ti. Claudius. Atilia N[…], citoyenne, énonce son gentilice et son surnom ; l’absence de mention de surnom pour Ti. Claudius peut s’expliquer de deux façons : soit cet élément était cité ailleurs, soit sa mention était inutile. L’hypothèse la meilleure est que Ti. Claudius n’a pas répété tous les noms qu’il partageait avec son ascendant :

† [Ti. Claudius …

|

Ti. Claudius [… filius/patri

13Atilia N[… n’a pas le même nom qu’eux et ne peut leur être unie par une relation de filiation ; elle leur est donc associée par le mariage, soit avec le père soit avec le fils :

14- avec le père : il faut placer après les noms d’Atilia l’expression de sa parenté - coniugi et pa]tri ; l’ordre est illogique puisque le fils est cité en tête et qu’on attendrait patri avant coniugi, mais cette objection n’est pas rédhibitoire :

† [Ti. Claudius ….

+

Atilia N[… coniugi

|

Ti. Claudius [… filius / patri

15- avec le fils : soit socero (beau-père) précède patri, avec la même remarque sur l’ordre des mots que précédemment :

† [Ti. Claudius …

|

Ti. Claudius [… filius / patri

+

Atilia N[… socero

16soit patri est employé dans un sens large, pour désigner le représentant de la génération précédente, même s’il n’est pas uni par des liens du sang avec Atilia. Cet emploi d’un terme de filiation à la place du terme d’affinité (c’est-à-dire de pater pour l’ascendant du conjoint) est bien attesté (MOREAU 2002 : 279-283).

† [Ti. Claudius …

|

Ti. Claudius [… filius

+

Atilia N[…

Patri

6. Les protagonistes : leurs identités

17Que Tiberius Claudius père et fils aient des noms impériaux, de la dynastie julio-claudienne, peut s’expliquer de deux façons : soit ce sont des indigènes devenus citoyens romains par faveur impériale, soit ils sont d’origine affranchie. On ne peut trancher : les deux cas de figure sont connus, et Claudius fait partie des gentilices impériaux assez fréquents en Gaule. Cependant, l’accession à la citoyenneté romaine par le droit latin, procédure la plus répandue en Gaule, et la date (voir ci-dessous) incitent à préférer la seconde solution ; il n’empêche que l’affranchissement peut être très antérieur au document. Atilia, l’épouse du fils, porte un gentilice italien, bien attesté en Occident, et un surnom indéterminé ; il semble que la seconde lettre, disparue, soit arrondie, un O donc ; on pense à Nobilis, qui appartiendrait au même registre linguistique, anthroponyme italien connu dans les provinces occidentales, mais de nombreuses autres possibilités existent : Nocturnus, Nonnus, Norbanus et plusieurs autres sont très bien attestés, de sorte qu’il est impossible de se prononcer. Il serait même injustifié de déterminer, à partir du gentilice, une origine indigène ou immigrée pour Atilia. Si les Claudii sont vraiment d’origine affranchie, ce pourrait être un mariage inégal, mais cette extrapolation est risquée.

18Quoi qu’il en soit, le milieu est celui des citoyens, donc romanisé, ce que confirment les aperçus que l’on a du formulaire, des nomenclatures et de l’enchaînement des formules.

19La restitution de texte qu’on peut proposer est la suivante :

20- ligne 1 : D(is) M(anibus) [la formule est présente ou non selon la date].

21- ligne 2 : Ti(berius) Claudius, Ti(berii) f(ilius)
ou Ti(berii) l(ibertus) ou Aug(usti) l(ibertus),
puis son cognomen,
puis éventuellement u(ixit) a(nnos)
ou le nom du défunt au datif : Ti(berio) Claudio, Ti(berii) f(ilio) …]

22- ligne 3 : Ti(berius) Cl(audius) fil(lius) pius ? carissimus ?

23- ligne 4 : et Atilia No[… coniux eius pa]

24- ligne 5 : tri posuerunt, puis une formule comme bene merentibus, ou comme h(ic) s(itus) e(st).

25La traduction est celle-ci :

26“ Aux dieux Mânes. /

27Tiberius Claudius, fils de Tiberius – ou affranchi de Tiberius, ou de l’empereur) –, ... a vécu X années ”

28ou : “ et à Tiberius Claudius etc., Tiberius Claudius son fils dévoué ?, très cher ? / et Atilia No[… épouse de ce dernier, / ont fait faire (ce monument, cette épitaphe) à leur / père … ”.

29Le texte se termine peut-être par : “ Ils ont eu bien du mérite ” ; ou par “ Il est enterré ici ”.

7. Datation

30La rédaction, assez laconique autant qu’on puisse en juger (aucun adjectif affectif ne suit patri même si on peut en supposer un après filius), la mention du prénom de Claudius, la paléographie correspondent à la seconde moitié du Ier s. ou au IIe s., ce qui coïncide avec la chronologie du mausolée proche.

Haut de page

Bibliographie

Dondin-Payre 2001
Dondin-Payre M. - L’onomastique des cités de Gaule centrale, in : M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier (dir.), Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut Empire, Bruxelles : 193-341.

Moreau 2002
Moreau P. - Incestus et prohibitae nuptiae. L’inceste à Rome, Coll. d’Études anciennes, 62, Les Belles Lettres, Paris, 451 p.

Scaon à paraître
Scaon C. - “ Le Cocluchon ” Autoroute A19 Site L2.1, Gondreville, Treilles-en-Gâtinais (Loiret), Rapport Final d’Opération, Service Régional d’Archéologie du Centre/INRAP.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation du site de Gondreville dans le Loiret et les cités gallo-romaines au Haut Empire
Légende DAO : J. Vilpoux, SRA Centre
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/839/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 2 : Le monument funéraire de Gondreville, avec la localisation de la découverte
Légende DAO : C. Scaon
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/839/img-2.png
Fichier image/png, 58k
Titre Fig. 3 : L’inscription funéraire de Gondreville
Légende photo C. Scaon
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/839/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Dondin‑Payre et Camille Scaon, « Inscription funéraire trouvée à Gondreville (Loiret, cité des Sénons) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 45-46 | 2006-2007, mis en ligne le 08 avril 2008, consulté le 18 septembre 2014. URL : http://racf.revues.org/839

Haut de page

Auteurs

Monique Dondin‑Payre

CNRS, UMR 8585, Paris.

Camille Scaon

INRAP, Grand Ouest (Cesson-Sévigné).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page