Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Caty Schucany, Die römische Villa von Biberist-Spitalhof/SO (Grabungen 1982, 1983, 1986-1889). Untersuchungen im Wirtschaftsteil und Überlegungen zum Umland

Verlag Bernhard Albert Greiner (Ausgrabungen und Forschungen, 4), Remschalden, 2006, 3 vol., 983 p., 121 Figs + 2 Pls h.t. ; 198 € (résumé en français, p. 17-21, et en anglais, p. 23-27)
Alain Ferdière
Référence(s) :

Caty Schucany, Die römische Villa von Biberist-Spitalhof/SO (Grabungen 1982, 1983, 1986-1889). Untersuchungen im Wirtschaftsteil und Überlegungen zum Umland, Verlag Bernhard Albert Greiner (Ausgrabungen und Forschungen, 4), Remschalden, 2006, 3 vol., 983 p., 121 Figs + 2 Pls h.t. ; 198 € (résumé en français, p. 17-21, et en anglais, p. 23-27)

Texte intégral

1Alors que l’archéologie française – et notamment préventive – peine toujours à produire des publications des établissements ruraux et villae explorées lors de fouilles récentes ou plus anciennes, nos collègues suisses nous offrent encore une nouvelle belle monographie, dirigée par Caty Schucany, pour la villa de Biberist-Spitalhof, dans le canton de Soleure (CH). Cette publication impressionnante est assurée par un nouvel éditeur allemand, pour un prix certes assez prohibitif : ce sont non moins de trois volumes, richement illustrés, pour près de 1000 pages…

2Il s’agit de la publication de fouilles préventive (autoroute A5) menées par l’auteur durant six campagnes, il y a certes déjà une vingtaine d’année :

  • Le volume 1 (291 p.) comprend quatre chapitres inégaux : I) l’introduction, concernant la situation de la villa, son contexte et l’historique des fouilles (p. 29-72) ; II) le compte-rendu détaillé des résultats de la fouille et la description des bâtiments (p. 73-212) ; III) l’argumentaire de la datation (p. 213-246) ; IV) des développements synthétiques concernant l’occupation du sol et le domaine (p. 247-291).

  • Le volume 2 (395 p.) concerne l’analyse du mobilier : monnaies, céramique, verre, bronze, plomb, fer (et déchets métallurgiques), matériaux de construction, objets divers, restes végétaux, ossements (dont restes humains), traités par une impressionnante équipe de spécialistes (dont certains textes en français, tels ceux concernant la sigillée ou les déchets métallurgiques).

  • Le volume 3 enfin (297 p.) concerne le dossier documentaire et inclut le catalogue de ces mobiliers, par périodes de la villa, accompagné des planches de mobiliers (surtout céramique, au nombre de 121 Pls), deux planches de coupes stratigraphiques étant en outre reportées – un peu inutilement – dans des encarts volants, en fin de volume, ainsi qu’une importante bibliographie (34 p.).

3Un tel souci d’exhaustivité entraîne inévitablement quelques redondances, la quasi-totalité du mobilier (à l’exception de la céramique commune) étant ainsi représentée deux fois, de même par exemple que les plans de la villa par phase.

4Mais la contrepartie est extrêmement positive, avec la publication très détaillée de l’ensemble des données mobilières et immobilières issues de cette fouille, fournissant un irremplaçable dossier de preuves aux hypothèses ensuite avancées. L’un des intérêts de ce travail, et non des moindres, est de s’être attaché à l’exploration d’une part importante de la partie “ économique ”, d’exploitation, de ce grand établissement rural (la plus grande part des bâtiments d’exploitation du côté oriental de la villa), au détriment, très délibérément – mais aussi pour une part sous la contrainte des impératifs de fouille de sauvetage –, de la partie résidentielle (partiellement explorée au XIXe s.).

5Il est à noter que la villa se situe à moins d’1,5 km de l’agglomération de Soleure-Salodurum, avec laquelle elle devait entretenir des relations privilégiées. Elle est établie sur un replat du plateau dominant l’Aar. La fouille (de quelques 3200 m2) a porté sur à peu près la moitié de la pars rustica de cette importante villa (se développant sur environ 5 ha au total).

6Cet établissement connaît trois grandes périodes, dont la principale (II) a pu être subdivisée en sept phases (découpage peut-être un peu arbitraire entre périodes et phases). S’y ajoutent quelques vestiges pré- et protohistoriques (p. 51 sqq.), ainsi que des sépultures et bâtiments sur poteaux du haut Moyen Âge (p. 61 sqq.). Une quinzaine de bâtiments a ainsi pu être étudiées (pour le phasage, revoir la synthèse et les plans par phase, p. 251 sqq.) :

  • La période I, de la 2e moitié du Ier siècle ap. J.-C. (sans antécédent précoce ni encore moins gaulois), ne concerne qu’une petite ferme enclose, d’1 ha environ, qui s’équipe, vers 80 ap. J.-C., d’un “ atelier ” (B : lavoir ou foulonnerie ?).

  • La période II (fin Ier-début IIIe s.) est d’abord marquée par une restructuration complète, pour une vaste villa dont la pars urbana s’appuie sur la pente au sud pour dominer la pars rustica s’étendant vers la vallée, au nord ; puis se succèdent différents agrandissements et modifications, avec par exemple l’établissement d’une forge d’entretien dans le bâtiment B (p. 132 sqq. et 263 sqq.) ; dans le 3e quart du IIe s., un édicule à destination indubitablement à la fois funéraire et cultuelle est édifié de manière axiale dans la cour (bât. H, p. 113 sqq.).

  • La période III, enfin (2e moitié du IIIe-début IVe s.) connaît une nouvelle restructuration et surtout une rétraction, la grande villa se transformant en une modeste ferme.

7Si les productions agricoles semblent avoir délivré des surplus importants, destinés aux agglomérations proches, celles artisanales paraissent n’avoir concerné que les besoins du domaine (voir les suggestifs plans synthétiques des différentes activités, par périodes, p. 284 sqq.).

8Dans les différentes analyses de mobiliers, très détaillées, notons ici, à titre d’exemple, les intéressants ensembles dégagés au chap. 21.6, et les 50 fibules concernées, qui constituent le lot rural le plus important recensé, alors que, comme couramment dans ces villae et fermes, l’outillage agricole est ici particulièrement rare…

9Enfin, les études carpologique (p. 579 sqq.), anthracologique (p. 625 sqq.) et archéozoologique (p. 635 sqq.) – cette dernière révélant une domination des ovicapidés qui orienterait, il est vrai, vers une production textile – nous apportent de précieuses informations complémentaires sur les productions du domaine ainsi que sur son environnement.

10L’ouvrage est de grande qualité technique et formelle, notamment par son illustration. La numérotation des figures est toutefois un peu compliquée pour permettre au lecteur de s’y retrouver aisément, et quelques figures en double page voient leur partie centrale rognée par le brochage (ex. Fig. 10/D2 et E3). À noter aussi que le résumé en français présente quelques erreurs.

11Quant au fond, on sait combien sont nombreux, dans ces fouilles d’établissements ruraux, les espaces et bâtiments qui résistent à l’interprétation fonctionnelle. Compte tenu des objectifs affichés ici à partir de l’étude d’une portion “ représentative ” de la pars rustica d’une grande villa, la tentation de vouloir tirer le maximum des données du terrain est donc grande, jusqu’à vouloir leur faire dire plus qu’il n’est raisonnable. Cette tendance forte à la surinterprétation avait déjà été notée lors de la présentation de ce site par l’auteur au VIe Colloque AGER de Compiègne (5-7 juin 2002), communication malheureusement non publiée dans les Actes. Et ceci est d’autant plus flagrant que, contrairement à ce qui est dit sur la “ bonne conservation ” du site, l’érosion en est cependant forte, comme souvent sur de tels sites ruraux, comme le montre la Fig. 4/1, même si les niveaux d’occupation restent exceptionnellement conservés par endroits dans le secteur oriental fouillé.

12Ainsi sont par exemple définies des maisons d’ouvriers agricoles, voire d’un vilicus (bâtiment J, p. 145 sqq. ; ce qui est d’ailleurs contradictoire, ce dernier titre concernant l’encadrement de main-d’œuvre servile), un espace de stabulation (écurie et étable, avec stalles : p. 110 sqq., Fig. 10/G5), l’atelier de foulonnerie (p. 80 sqq., Fig. 9/13 et 14), une boucherie-fumoir (p. 662 sqq. et 675 sqq.), sans que les données et les “ preuves ” avancées n’emportent toujours la conviction.

13Il en est de même de la restitution du domaine (p. 273 sqq. ; cf. Fig. 18/1 et 2), fondée comme il est toujours tentant mais indémontrable, sur des limites pour partie naturelles, pour partie de “ cadastration ” antique, avec en outre un boisement ancien restitué d’après les données toponymiques dont on sait avec quelle suspicion il faut les considérer ; un domaine de quelques 1800 ha – ce qui paraît énorme par rapport à ce que l’on croit savoir des surfaces exploitées par les établissement ruraux gallo-romains – est ainsi restitué, incluant au moins deux autres fermes ; et la proposition de l’orientation de la villa à une centuriation de la colonie d’Avenches n’emporte pas l’adhésion, pas plus que l’attribution du domaine à un percepteur d’impôts (p. 286 sqq.).

14Et de même aussi de certains plans restitués : par exemple la grande “ grange ” à cinq nefs (bât. D : p. 187 sqq.), alors que les piliers concernés se cantonnent à une ligne parallèle à trois des quatre murs (cf. Fig. 10/D2), ou d’autres encore, notamment sur poteaux (ex. Fig. 10/ÖZ2) ; ou surtout de propositions d’élévations, souvent étranges (galerie avec toiture à contre-pente, Fig. 10/F4, ou par exemple encore toit très pentu pour le bâtiment J, Fig. 10/J4).

15De même encore des considérations métrologiques (ex. Fig. 10/D3, 10/H4, H5 et H6…), qui laissent toujours rêveur, tant sont indémontrables ces calculs sur des mesures antiques plus qu’hypothétiques, comme sont assez gratuits les calculs de rendements (p. 284 sqq.).

16De même enfin, de l’attribution d’incendies, vers le milieu du IIIe s. à des causes non accidentelles, mises en rapport avec quelques éléments “ militaires ”, et qui paraît trop orientée…

17Mais tout ceci n’enlève rien, en définitive, à l’apport indéniable de cette monographie, dans la mesure où notamment toutes les données tant mobilières qu’immobilières sont fournies, et dans le détail, pour permettre au lecteur de revenir aux “ preuves ” et ainsi d’être éclairé sur l’argumentaire des interprétations, certes parfois “ osées ”, qui sont proposées…

18On ne peut donc que savoir gré à Caty Schucany d’avoir su mener à bien une aussi considérable entreprise, se fixant pour objectif délibéré la difficile tâche de l’étude de la pars rustica d’un établissement rural, si souvent délaissé par “ facilité ”, et de l’avoir menée jusqu’à la publication – et quelle publication !

19Nul doute, en définitive, que cet impressionnant ouvrage fasse date dans l’historiographie du monde rural gallo-romain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ferdière, « Caty Schucany, Die römische Villa von Biberist-Spitalhof/SO (Grabungen 1982, 1983, 1986-1889). Untersuchungen im Wirtschaftsteil und Überlegungen zum Umland », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 45-46 | 2006-2007, mis en ligne le 08 avril 2008, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://racf.revues.org/823

Haut de page

Auteur

Alain Ferdière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page