Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marlène Sophia Kayser, Das Keltisch-römische Gräberfeld von Wederath-Belginum, 6. Teil

Die Aschengruben und Aschenfläschen ausgegraben 1954-1985, Trierer Grabungen und Forschungen VI, 6, Rheinisches Landesmuseums Trier, 2006, Ph. Von Zabern, Mainz, 216 p., 149 planches, 4 planches hors-texte
Olivier Buchsenschutz
Référence(s) :

Marlène Sophia Kayser, Das Keltisch-römische Gräberfeld von Wederath-Belginum, 6. Teil, Die Aschengruben und Aschenfläschen ausgegraben 1954-1985, Trierer Grabungen und Forschungen VI, 6, Rheinisches Landesmuseums Trier, 2006, Ph. Von Zabern, Mainz, 216 p., 149 planches, 4 planches hors-texte

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue d’abord un catalogue précis, complet, et pratique, des taches et des fosses remplies de cendres, et souvent d’un abondant mobilier, découvertes entre les sépultures de la nécropole de Wederath. Isolées pendant la fouille à cause de leur aspect brûlé très particulier, ces fosses et leur contenu devaient être analysés au même titre que les tombes avant de pouvoir avancer une interprétation. Un catalogue détaillé décrit la localisation, la forme, la taille, la nature du remplissage et le mobilier pour chaque ensemble. Chaque planche reproduit le plan, la coupe, les dessins du mobilier de l’amas de cendre ou de la fosse analysé. Il n’y a pas de différence toujours nette entre les 432 fosses et les 120 taches dans l’enregistrement, celles-ci étant toutefois beaucoup moins profondes que celles-là. La plupart de ces structures brûlées se situent en dehors des enclos, près de la voie principale. Les fosses sont de forme irrégulière, en plan comme en coupe, les trous de poteau exceptionnels. Les traces de combustion du fond et surtout des parois sont fréquentes. On en retrouve même sous un certain nombre de taches, qui ne sont donc pas toujours  des fosses détruites. La cendre, le charbon de bois, la terre sombre, les fragments d’objets et d’ossements brûlés sont bien caractéristiques. Il est clair que dans certaines fosses le remplissage a brûlé sur place, ailleurs il s’agit de matériel apporté après sa combustion partielle ou totale. Le volume des fosses n’est pas strictement corrélé avec la quantité de mobilier qu’elles contiennent.

2Le bois a été identifié comme du hêtre, avec quelques rares chênes ou aulnes. 28 % des fosses contiennent des ossements humains, une dizaine seulement des ossements d’animaux. On a reconnu des céréales, des légumineuses, des fruits et des noix, quelques restes de pain ou de gâteaux. Les monnaies, fibules et autres parures, outils, récipients, meules sont fréquents, les céramiques sont présentes dans les quatre cinquièmes des fosses. Elles ont été creusées et comblées entre les années 50 et 200. La nature et le nombre des objets qu’elles contiennent ne coïncide pas avec ceux qu’on livré les sépultures.

3On pouvait retenir trois possibilités d’interprétation : des fosses à incinération, les restes de repas funéraires ou sacrificiels, ou des fosses à déchets. En réalité il s’agit dans la plupart de cas de restes du bûcher, sans qu’on puisse expliquer pourquoi ils ont été brûlés ou déposés dans ces structures.

4Cet ouvrage de qualité complète la série consacrée à cette célèbre nécropole, dont les derniers volumes sont attendus et annoncés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Buchsenschutz, « Marlène Sophia Kayser, Das Keltisch-römische Gräberfeld von Wederath-Belginum, 6. Teil », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 45-46 | 2006-2007, mis en ligne le 08 avril 2008, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://racf.revues.org/821

Haut de page

Auteur

Olivier Buchsenschutz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page