Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude

Étude anthropologique d’un cimetière de paroisse rurale : les sépultures (8e-19e s.) de Rigny (Rigny-Ussé, Indre-et-Loire)

Anthropological study of a rural parish: burials of the 8th to 19th centuries at Rigny (Rigny-Ussé, Indre-et-Loire)
Christian Theureau

Résumés

Le cimetière rural de l’ancien centre paroissial de Rigny a livré 1704 sépultures des époques historiques. Ce confortable effectif a favorisé d’utiles adaptations des techniques anthropologiques fondamentales. Il a apporté une image originale de ce monde paysan qui a accueilli, depuis longtemps, des personnes physiquement défavorisées et des enfants venant de villes voisines. Les conditions de vie de ce milieu ont été suffisantes pour générer des améliorations biologiques, en particulier pour la longévité.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements
La préparation du matériel a été menée à bien grâce à une collaboration bénévole et discrète, mais d’une efficace persévérance, durant des séances hebdomadaires scrupuleusement suivies et auxquelles ont participé : Pascale Dazy, Brigitte Ensminger, Martine Ferragu, Peter Laure, Louise Pichevin, Jean-Pierre Roland, avec quelques autres dont l’activité a été passagère.
L’étude a été facilitée et confortée par l’action attentive et dévouée du service de radiologie de l’hôpital pédiatrique Gatien de Clocheville (CHRU de Tours) que dirige Monsieur le Professeur Sirinelli avec l’assistance de Madame Lagorce. Direction, manipulateurs et aides de cette unité ont tous adhéré avec une constante bienveillance et sacrifié quelques uns de leurs moments de repos pour réaliser 1097 radiographies d’humérus et de fémurs. Ces clichés concourent à la préservation du matériau étudié car ils constituent un appréciable double documentaire qui a déjà amplement servi à la détermination de l’âge des adultes.
Finalement, selon l’ordre chronologique des interventions, Simon Burnell a rédigé les parties de texte en anglais.
Que tous soient très cordialement et très chaleureusement remerciés pour leur aide et leur bonne volonté.

1. Le site de Rigny

1La fouille du centre paroissial de Rigny (Indre-et-Loire) a permis d’étudier l’évolution de la zone d’inhumation sur une durée d’un millénaire, du 8e au 19e s. Les premières inhumations ont été établies dans les ruines de bâtiments antérieurs, appartenant à une exploitation domaniale de Saint-Martin-de-Tours qui comportait un lieu de culte. C’est au cours de la première phase d’inhumation, entre le 8e et le 10e s., que l’espace funéraire a occupé sa plus grande superficie. Le recentrage autour de l’église, vers la fin du 10e s., a entraîné l’abandon de la zone d’inhumation la plus éloignée. La réduction de la superficie du cimetière s’est poursuivie au cours des siècles suivants à mesure que l’espace funéraire s’est spécialisé et que les activités profanes en ont été exclues. À partir du 12e s., la partie désaffectée de la zone d’inhumation a été occupée par des bâtiments.

2Seule la partie du cimetière située au sud de l’église a continué à accueillir des sépultures jusqu’au milieu du 19e s. À cette date, l’église paroissiale a été transférée à Ussé, situé à une distance d’1,5 km de Rigny, et un nouveau cimetière a été créé à l’extérieur du chef-lieu de la commune récemment redéfinie. La vieille église de Rigny, désaffectée, est le seul élément resté en élévation à l’emplacement de l’ancien centre paroissial. Le terrain laissé libre tout autour a fait l’objet de campagnes de fouille annuelles de 1986 à 1999 (Zadora-Rio, Galinié 1992, 1995, 2001).

3L’intervention archéologique a eu largement accès au contenu funéraire du lieu. Au moment où elle a été décidée, elle est apparue en mesure de procurer un bénéfice substantiel à la recherche anthropologique. Elle laissait logiquement entrevoir l’arrivée d’un matériel dont les caractéristiques allaient diversifier et compléter la documentation ostéologique humaine qui avait été rassemblée dans le département d’Indre-et-Loire – approximativement le territoire de l’ancienne province de Touraine – durant les années précédentes. Les données collectées jusqu’alors appartenaient aux périodes historiques et résultaient de fouilles pratiquées dans des secteurs citadins de Tours et de Chinon. Le site de Rigny pouvait donc leur offrir une contrepartie rurale étagée sur des chronologies identiques et pareillement accompagnée de dépouillements d’actes de décès. Il en était attendu des analyses bénéficiant de facteurs contrôlés pour le temps (périodes identiques), l’espace (distances réduites entre les lieux d’origine) et le statut (paroissial). L’ensemble finalement constitué était donc censé exempt des dérives majeures les plus courantes. Il devait permettre de vérifier si de véritables différences ont pu autrefois exister entre les milieux urbain et rural que nos conceptions actuelles opposent. Disons tout de suite que les espérances suscitées n’ont pas été déçues.

4Sous le seul point de vue numérique l’opération a fourni à l’étude les restes d’un appréciable effectif de 1704 sépultures. La fouille a porté sur une grande partie de la surface accessible, mais sans avoir été entièrement exhaustive (Fig. 1). Les surfaces et les profondeurs atteintes ont été choisies en fonction des questions de la stratégie archéologique tout en respectant les distances et les précautions de sécurité imposées, entre autres, par l’église. La fonction funéraire du site, maintenue depuis le 8e siècle jusqu’au milieu du 19e, a généré, comme habituellement dans ce genre de contexte, une stratigraphie évanescente causée par d’intenses intrications de sépultures.

Fig. 1 : Zones fouillées sur le site de Rigny. Seule la moitié nord de la zone 8 n’a pas révélé d’inhumations. Les murs de clôture situés à l’Ouest et au Sud de l’église limitent respectivement le “ petit cimetière ” et le “ grand cimetière ” fixés depuis le milieu du 18e s.

Fig. 1 : Zones fouillées sur le site de Rigny. Seule la moitié nord de la zone 8 n’a pas révélé d’inhumations. Les murs de clôture situés à l’Ouest et au Sud de l’église limitent respectivement le “ petit cimetière ” et le “ grand cimetière ” fixés depuis le milieu du 18e s.

2. La participation anthropologique

5L’intervention anthropologique, développée en cours de fouille, s’est limitée à apporter une aide dans la définition des modes d’ensevelissement. Elle s’est activée plus particulièrement à dresser l’inventaire sommaire de la majeure partie du volumineux matériel osseux humain retrouvé à l’état erratique dans les strates funéraires. Le suivi de la fouille a aussi donné lieu à quelques observations particulières amorçant l’étude finale (Zadora-Rio, Galinié 1992 : 129-134) ou concernant la gestion du cimetière (Zadora-Rio, Galinié 1995 : 216-220).

6Au contraire, la préparation et l’examen des ossements individualisés en tant que sépultures, et immatriculés en conséquence, se sont effectués en dehors des activités de terrain. La quantité des sépultures exhumées dès le début des fouilles a fixé l’ampleur de cette tâche particulière pour laquelle il faut compter, en moyenne, une journée par sépulture. Ce traitement a donc débuté relativement tôt. Sa progression a suivi l’avancement du chantier afin de ne pas engendrer l’inévitable et préjudiciable retard qui se serait produit si la fin des exhumations avait été attendue pour lancer l’étude anthropologique. De cette façon, l’activité en laboratoire n’a suivi celle déployée sur le terrain qu’avec un léger différé annuel ; différé qui n’a été dépassé que pour les deux dernières campagnes très productives. Cette disposition a fait que l’enregistrement informatique des principales données anthropologiques s’est trouvé terminé à peu près en même temps que les premiers bilans archéologiques étaient produits. Toutefois, à ce stade d’avancement, il subsistait quelques éléments dont les classements chronologiques étaient trop étendus pour qu’ils soient incorporés sainement dans l’analyse anthropologique.

3. Aide au classement chronologique

7La datation des sépultures de Rigny a été fondée sur la chronologie relative des inhumations, leurs relations stratigraphiques avec les bâtiments, la typo-chronologie des contenants, le mobilier funéraire déposé dans les tombes, et la datation par le radiocarbone (14C) d’une soixantaine de sépultures. La mise en œuvre de ces données a abouti à la constitution des seize groupes chronologiques, dont les effectifs vont de quelques dizaines à quelques centaines de sépultures, et dont les fourchettes de datation sont très variables (de quelques décennies à quelques siècles) (Zadora-Rio, Galinié à paraître). Pour les besoins de l’analyse anthropologique, afin d’obtenir des effectifs suffisants et de permettre des comparaisons avec les études réalisées sur d’autres sites, ces groupes chronologiques ont été répartis en quatre périodes : haut Moyen Âge (8e s., début des inhumations sur le site, -10e s.), Moyen Âge (11e-15e s.), Moderne (16e-18e s.) et Sub-contemporain (première moitié du 19e s. ; les dernières inhumations ayant eu lieu en 1865). Cependant une incertitude subsistait pour trois groupes de sépultures, qui pouvaient être attribués indifféremment à deux périodes potentielles :

81 - haut Moyen Âge et Moyen Âge (93 individus dont 32 immatures) ;
2 - Moyen Âge et Moderne (176 individus dont 58 immatures) ;
3 - Moderne et Sub-contemporain (77 individus dont 15 immatures).

9L’analyse anthropologique étant fondamentalement conditionnée par la datation absolue de son matériel, elle avait tout intérêt à s’investir dans la résolution du problème afin de délaisser le moins de matériel possible. Or, elle ne dispose d’aucun moyen direct de datation. Elle ne peut que spéculer sur des comparaisons avec des références avérées. Ainsi les trois groupes résiduels ont été confrontés à ceux qui avaient déjà été datés explicitement. L’opération consistait à détecter des dissemblances ou des similitudes éloignant ou rapprochant les éléments comparés. La démarche reposait essentiellement sur la morphométrie où l’heureuse existence d’une évolution diachronique permanente pouvait servir de repère. Les écarts de ces variations, continues ou temporaires, ne peuvent évidemment se constater que dans les données des adultes car, chez les immatures, ils se dissimulent dans l’évolution de la croissance. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les périodes historiques ont comme repères des évènements qui n’ont pas obligatoirement eu des retentissements sur le corps humain. En plus, les modifications éventuelles sont presque toutes très lentes à se fixer. Parfois, elles sont réversibles ou leurs conséquences demeurent imperceptibles, car à peine diffusées, quand les durées étudiées sont courtes.

10La collection de Rigny confirme d’ailleurs que les différences entre les variables métriques sont nombreuses et, pour la plupart, statistiquement significatives lorsque l’on compare les deux sexes pour une période donnée. Entre deux périodes et pour chaque genre pris isolément, le même niveau de signification ne peut être atteint qu’avec les longueurs des grands os des membres. Les mesures de la face, de la mandibule et du bassin sont, elles, apparues diachroniquement trop stables pour livrer des indications. Néanmoins, 32 variables métriques appartenant à la calvaria (8), au membre supérieur (11 appariées) et au membre inférieur (13 appariées), ont pu être utilisées pour calculer des distances généralisées (ou D² de Mahalanobis) dont les résultats ne sont jamais apparus significatifs quand ils n’ont pas été trouvés aberrants à cause d’écarts ténus ou inconstants. Toutefois, des tendances indicatrices sont apparues en confrontant les moyennes de ces variables avec celles des groupes datés. Les tests des signes, appliqués à ces comparaisons, ont confirmé la première constatation. Ils sont basés sur les quantités d’écarts positifs et d’écarts négatifs trouvés entre les valeurs de deux séries comparées. Plus les valeurs obtenues sont faibles et plus l’analogie entre les deux séries est forte. Les appréciations trouvées de cette façon sont très proches lorsque les sexes sont séparés (Fig. 2 et 3) et deviennent encore plus nettes lorsqu’ils sont réunis.

Fig. 2 : Résultats des tests des signes entre les groupes datés masculins et ceux à classer.

HOMMES

Groupes datés

Groupes à classer

Haut Moyen Âge

Moyen Âge

Moderne

Sub-contemporain

1

-4,07

-0,18

-

-

2

-

-0,88

-1,59

-

3

-

-

0,18

-1,9

Fig. 3 : Résultats des tests des signes entre les groupes datés féminins et ceux à classer.

FEMMES

Groupes datés

Groupes à classer

Haut Moyen Âge

Moyen Âge

Moderne

Sub-contemporain

1

-3,23

-2,16

-

-

2

-

-0,72

-0,53

-

3

-

-

-3,00

-3,00

11Les structures des âges au décès des adultes ont été également sollicitées dans cette tentative de classement. Elles n’ont fourni qu’une information évasive, à cause d’effectifs trop faibles, lorsque les sexes sont séparés alors qu’en les réunissant elles ont confirmé les orientations indiquées par les moyennes métriques. Cette singularité se retrouvera plus loin, dans le chapitre 7 consacré à l’âge au décès des adultes. Il résultait finalement de cette démarche, que les similitudes et leurs dissemblances homologues se trouvaient confirmées de trois manières différentes et que, de surcroît, elles étaient étayées statistiquement. Les risques d’erreur étant négligeables, les intégrations suivantes ont été appliquées :

  • les groupes 1 et 2 à la période Moyen Âge ;

  • le groupe 3 à la période Moderne.

12Finalement, il n’est resté que les ossements de 6 sépultures à ne pas avoir reçu de classement chronologique (3 immatures : S280, 784 et 1224 ; une femme : S183 ; deux adultes de sexe indéterminé : S431 et 1418).

4. Composition et état de conservation de l’ensemble

13Le matériel qui a été examiné se compose donc essentiellement des ossements humains individualisés et immatriculés en tant que sépultures durant la fouille. Seules quelques rares unités appartenant à des ensembles clos spécifiques (fosse ossuaire F374, par exemple) ont été définies ultérieurement en laboratoire.

14L’état physique de la collection est globalement satisfaisant. La nature du sol, les modes d’inhumation et la taphonomie, ne sont pas les premiers à devoir être incriminés dans l’altération de l’os tandis que le fonctionnement funéraire a été particulièrement destructeur sur la majeure partie du site. Les creusements de fosses se sont succédé durant onze siècles en portant immanquablement atteinte à l’intégrité physique des squelettes déjà en place. Les nombreux ossements disjoints qui en ont résulté ont vu leur fragmentation et leur dispersion augmentées au fil du temps. Ils ont formé le matériel erratique retrouvé épars dans le terrain. Ils n’entrent pas dans les comptages présentés ici. Leur volume approchait pourtant celui des sépultures étudiées. À cause des intenses brassages produits dans ce contexte funéraire, ils restent, de façon générale, majoritairement inaptes à la diagnose sexuelle, tous indatables, impossibles à réattribuer à leur groupe chronologique et encore moins à leur squelette d’origine au cas où il subsisterait quelque chose de ce dernier. Les incorporer au matériel immatriculé aurait donc inexorablement provoqué une multitude de doublons indécelables. Néanmoins et comme cela a été annoncé plus haut, un inventaire rapide en a été établi pour une large part de la stratigraphie. Ils ont également servi à démontrer comment la composition des comblements attestait qu’une organisation, planifiée à l’époque Moderne, avait pérennisé l’emplacement de certaines fosses qui reçurent ensuite nombre d’inhumations successives (Zadora-Rio, Galinié 1995 : 220). Les mêmes analyses prouvent également d’amples disparitions totales de pièces osseuses. Elles permettent de conclure maintenant combien il est illusoire de vouloir fouiller exhaustivement un cimetière du type de celui de Rigny sous le seul prétexte d’obtenir des données démographiques achevées, par exemple en vue d’estimer l’effectif des vivants. En effet, les paramètres exacts nécessaires à ces calculs sont, pour la plupart, introuvables dans un tel site. Le total inhumé restera impossible à chiffrer à cause du grand nombre des disparitions. Pour la même raison, le nombre minimum d’individus pouvant être déduit des pièces erratiques sera trop excessivement faux et, surtout, totalement impossible à périodiser. Quant à la durée à prendre en compte dans le calcul, elle est généralement inadaptée car ses fourchettes sont habituellement données dans des unités de temps plus proches du siècle que du lustre. Au lieu de s’engager dans une telle utopie, il est préférable d’opter pour une fouille limitée, mais réalisée sur des aires et des profondeurs argumentées, puis d’admettre que le groupe exhumé donne, de l’ensemble, une image acceptable. Lorsque son effectif n’est pas exagérément petit, un échantillon est normalement représentatif d’une population et le fait peut toujours être contrôlé statistiquement. L’hypothèse de l’échantillonnage est couramment incontournable en milieu urbain où, à cause de multiples vicissitudes, il est rare de pouvoir accéder entièrement aux éléments anciens. Un exemple de ce type de représentativité sera d’ailleurs présenté plus loin, à propos des jeunes immatures (chapitre 8). Leur composition par âge, obtenue avec les exhumés, ressemble fortement à celle tirée des registres de décès tandis que les effectifs de base des deux sont loin d’être égaux.

15Les vestiges osseux finalement parvenus à l’étude concernent 1704 sujets répartis comme suit :

Fig. 4 : Valeurs absolues et relatives des répartitions typologique et chronologique de l’ensemble étudié.

RIGNY

Immatures

Hommes

Femmes

Adultes indéterminés

Totaux

Non datés

3

-

1

2

6

Haut Moyen Âge

59 (28,4 %)

73 (35,1 %)

73 (35,1 %)

3 (1,4 %)

208

Moyen Âge

299 (36,9 %)

247 (30,4 %)

245 (30,2 %)

20 (2,5 %)

811

Moderne

46 (18,0 %)

105 (41,0 %)

94 (36,7 %)

11 (4,3 %)

256

Sub-contemporain

175 (41,4 %)

126 (29,8 %)

116 (27,4 %)

6 (1,4 %)

423

Totaux

582 (34,2 %)

551 (32,3 %)

529 (31,0 %)

42 (2,5 %)

1704

16Les immatures (jusqu’à 17 ans inclus) y sont présents en proportion très satisfaisante pour du matériel archéologique.

17Les adultes indéterminés sont ceux dont les restes fragmentaires et sans caractère discriminant n’ont pas pu donner prise à la diagnose sexuelle. Chez ceux qui ont eu leur genre défini, le total masculin est à peine plus élevé que le féminin. Étant donné qu’une exacte parité entre les deux genres est rare à l’état naturel, il faut envisager que les égalités apparues pour le haut Moyen Âge et le Moyen Âge sont moins une réalité démographique qu’un effet du hasard. À l’opposé, les écarts constatés entre les deux genres, chez les adultes du Sub-contemporain et du Moderne, restent dans des limites parfaitement tolérables. La question sera reprise au chapitre 6, en présentant le “ rapport de masculinité ”.

18Finalement, dans le tableau de répartition, la disparité entre les totaux des périodes retient plus l’attention. Il faut cependant se méfier de son apparence car les tranches chronologiques ont des durées inégales. Leurs effectifs ne sont donc exactement comparables que sur la base d’une mesure de temps uniforme, le siècle. Sous cette lecture, la fréquence médiévale (162/siècle) perd la première place tandis que le Sub-contemporain passe en tête (846/siècle) de façon assez logique. Présente exclusivement en zones 2 et 4 (cf. Fig. 1), cette période termine le cycle funéraire et a manifestement moins souffert que ses précédentes des dévastations que les fossoyeurs font toujours subir aux sépultures déjà en place. En outre, ce début du 19e s. a vu la loi entériner la pratique déjà répandue d’enterrer plus profondément que par le passé. L’enfouissement a donc protégé les inhumations les plus récentes contre les activités qui se sont déroulées sur le terrain après la désaffectation du cimetière.

5. Question de morphologie

19La sélection des caractères morphologiques descriptifs (détails de formes) et de leurs homologues discrets (particularités anatomiques présentes ou absentes) utilisée pour les examens de Rigny est restée celle déjà retenue dès le début des travaux sur Tours (Theureau 1985 : 40-46). Elle est certainement critiquable, mais quelques soient les caractères retenus, tous possèdent de fâcheux défauts intrinsèques. Les “ descriptifs ” sont ambivalents car leur typologie dépend du sexe et de l’ethnie dans des parts indéfinissables. Ils sont encore actuellement présentés pour des qualités qu’ils n’ont pas et, simultanément, dénoncés (Bruzek et al. 2005 : 221). Malgré les efforts déployés (Crubézy et al. 1999), les “ discrets ” ne sont encore que partiellement exploitables. Lorsque leur étiologie sera mieux connue, il n’y aura plus d’hésitation à les classer entre les conséquences d’une banale variation naturelle ou celles d’une pathologie endémique. Ils ne sont pas assez performants pour être utilisés couramment dans des comparaisons ordinaires aussi bien qu’en détermination du sexe. Seuls les caractères descriptifs spécifiques à l’os coxal échappent à ces critiques. Contrairement aux autres, ils répondent à une fonction et seront évoqués dans le chapitre 6 traitant de la diagnose sexuelle.

20La série des 53 principales variables métriques inscrites au protocole d’examen est identique à celle conçue auparavant (Theureau 1998 : 83). Quelques-unes, sous certaines sélections, ont des différences trop faibles pour donner des tests probants. Celles du crâne et de la mandibule, en particulier, appartiennent à cette catégorie critiquable. À la rigueur, associées à certains caractères descriptifs, elles ont montré qu’elles pouvaient encore servir la discrimination sexuelle à condition que les sujets se situent aux extrêmes de la variabilité (hyper-féminins ou hyper-masculins). Heureusement, la grande majorité des variables métriques a présenté des écarts très significatifs entre les sexes ; cela a favorisé la diagnose sexuelle en permettant qu’elle soit appliquée, sous la forme de fonctions discriminantes particulières, à des ossements (toujours tête exceptée) n’appartenant pas au bassin. L’aide au classement chronologique, présentée plus haut, n’a véritablement exploité que les différences significatives de quelques mesures des grands os des membres.

21L’ensemble révèle une uniformité morphologique constante. Le squelette est généralement gracile, mais sans approcher le rachitisme. Les crânes des deux sexes se différencient peu. Ils sont courts avec des reliefs émoussés. Cette variabilité réduite n’empêche cependant pas la présence de marginaux dont les chances d’exister augmentent avec l’importance de l’effectif. Il a ainsi été remarqué 11 sujets (3 hommes et 1 femme du haut Moyen Âge ; 3 hommes et 3 femmes du Moyen Âge ; 1 homme du Sub-contemporain) dont les faciès (archaïque, mongoloïde…) contrastent nettement avec les aspects courants observés dans la collection de Rigny aussi bien que dans les ensembles tourangeaux déjà étudiés.

6. Diagnose sexuelle et représentation des deux genres

22Comme les autres disciplines, la recherche anthropologique ne peut progresser sans surveiller constamment ses techniques fondamentales. La question est répétitive, mais elle explicite la démarche et les choix du chercheur. Elle reste également indispensable à qui veut vérifier que des résultats séduisants ne masquent pas des bases inconsistantes. Les paragraphes précédents ont déjà abordé ce sujet qui prend plus d’importance avec les méthodes majeures qui suivent.

23Trois modes de diagnose ont été mis en œuvre pour déterminer le sexe sur les squelettes matures :

  • la morphologie de l’os coxal, qui résume les formes caractéristiques que le bassin doit prendre pour assumer les fonctions différenciées (besoin d’enfanter ou non) qui lui sont imposées selon le sexe. Cette contrainte fonctionnelle fait que les formes du bassin, contrairement aux dimensions, sont très largement indépendantes des variations découlant de l’ethnie, de la stature ou de la chronologie (Theureau 1998 : 31-32). Une bonne majorité des résultats (62,8 % des 1122 adultes) provient de ce mode de diagnose ;

  • les fonctions discriminantes, formules statistiques multi variées appliquées à des caractères métriques choisis et qui permettent de classer un sujet par comparaison au dimorphisme sexuel mesuré chez des individus dont les deux genres ont été préalablement définis à partir de l’os coxal. Elles répondent avec un risque pratiquement nul quand leurs règles d’élaboration sont respectées et à condition d’être appliquées sur des exemplaires issus de la même population source que leurs références. Grâce à l’ampleur de l’effectif étudié, des fonctions précédemment élaborées (Theureau 1998 : 35-36) ont pu être adaptées en recalculant leurs bases matricielles avec les paramètres d’échantillons représentatifs de Rigny. Elles ont concerné les types d’os (humérus, fémur, tibia, avec quatre variables chacun) utilisés auparavant dans ce procédé puis ont été étendues à d’autres (glène scapulaire, clavicule, talus, calcaneus, avec deux variable chacun), moins discriminants que les premiers, mais encore satisfaisants dans les conditions restrictives de leur emploi. Les probabilités de résultats erronés ont été calculées inférieures à 5 % pour le premier groupe d’os et entre 5 et 10 % pour le second. La pratique a prouvé que la quantité des erreurs réellement commises est très inférieure à celle des mauvais classements théoriques, presque nulle. Le résultat est logique puisque les sujets impliqués ne se situent pas obligatoirement dans la zone de chevauchement des deux distributions (hommes et femmes) ; zone critique de la classification et dont l’étendue détermine celle des erreurs probables. Ces fonctions particulières à la collection ont permis de classer 31,7 % des adultes ;

  • la morphologie du crâne, dont la faible valeur discriminante vient d’être dénoncée, ne s’est donc montrée opérante que pour les cas hyper-sexués. Entre ces deux extrêmes se situe la très grande majorité où les choix sont fortement exposés à la subjectivité et l’expérience de l’opérateur n’y change rien malgré le nombre traité.

24Les qualités respectives de ces trois modes de diagnose se révèlent clairement dans les variations du rapport de masculinité appliqué aux résultats obtenus (Fig. 5). Apparemment, les déterminations effectuées à partir du bassin ne doivent pas s’écarter beaucoup de la réalité démographique. Pour leur part, les fonctions discriminantes ont peut-être produit un petit surnombre de femmes. Étant donné que leur fiabilité a été prouvée, la responsabilité en reviendrait plutôt à la conservation différentielle, légèrement défavorable aux ossements des femmes et qui aurait ainsi poussé plus de squelettes féminins vers ce type de diagnose. Quant à la morphologie crânienne, sa défaillance est manifeste. Heureusement, elle n’a été l’ultime recours que dans vingt cas (1,8 % des 1122 adultes) dont, la répartition des résultats (zéro dans le haut Moyen Âge ; dix, dont deux hommes, dans le Moyen Âge ; cinq, dont deux hommes, dans l’époque Moderne ; cinq, dont un homme dans le Sub-contemporain) dilue les erreurs éventuelles. Il y a d’ailleurs peu de chances pour que les éventuels mal classés par cette opération soient plus de six au total et cette façon de déterminer le sexe n’aura, en définitive, pas de répercussion sensible sur l’ensemble.

Fig. 5 : Variations du rapport de masculinité en fonction des résultats obtenus avec les différents modes de diagnose sexuelle mis en œuvre chez les adultes.

RIGNY

Morphologie du bassin

Fonctions discriminantes

Morphologie du crâne

Totaux

Hommes

370

176

5

551

Femmes

334

180

15

529

Totaux

704

356

20

1080

Rapport de masculinité

110,8

97,8

33,3

104,2

25Ouvrons ici une parenthèse à propos de ce rapport de masculinité (cent fois l’effectif des hommes divisé par celui des femmes). Il s’élève ici à 104,2 pour les totaux généraux après être passé de 100 (haut Moyen Âge) à 111,7 (Moderne) comme cela se constate dans les effectifs de la Fig. 4. Il traduit donc une petite et constante supériorité numérique masculine parfaitement admissible. Ses variations sont en effet courantes et se produisent, de façon naturelle, en fonction de l’âge. Chez les nouveau-nés sa valeur oscille entre 100 et 110 (Henry 1980 : 36). Les garçons naissent en effet plus nombreux que les filles, mais ils sont plus touchés qu’elles par la mortalité infantile. L’indice se rapproche alors de cent et passe enfin en dessous de cette limite dans les âges de fin de vie où les femmes sont traditionnellement majoritaires. Le prélèvement spécialisé (enrôlement militaire, malthusianisme), le dogmatisme (ordres religieux discriminants) et la consanguinité (insulaire, tribale) constituent les autres causes les plus courantes des déséquilibres numériques entre les sexes (Ferembach 1961) quand le hasard n’est pas incriminé en présence d’effectifs disponibles trop faibles. Dans ce domaine, le matériel archéologique souffre trop souvent d’un manque de documentation annexe pour expliquer beaucoup de situations démographiques de ce genre. Par ailleurs, une conservation différentielle en fonction du sexe et de l’âge, défavorable aux squelettes féminins, a été évoquée pour des périodes préhistoriques sans être pleinement certifiée (Masset 1973). Ce phénomène, déjà avancé au paragraphe précédent, n’est certainement pas entièrement responsable des rapports de masculinité de Rigny mais il ne faut toutefois pas. En effet, pour un protocole individuel de 90 variables métriques latéralisées, les données manquantes féminines arrivent à la hauteur de 58,1 % alors que les masculines ne se situent qu’à 52,0 %.

26Après la mise en œuvre de ces modes de diagnose, 42 squelettes d’adultes sont finalement restés sans détermination du sexe car ils étaient réduits à l’état de vestiges trop ténus et sans caractère discriminant. Ils forment un résidu relativement faible (3,7 % des adultes). Sans la spécificité et la diversité des procédures employées, les défections auraient été beaucoup plus nombreuses en raison du nombre des squelettes partiels.

27En marge de la détermination du sexe chez les adultes on peut rapporter une expérience menée sur de plus jeunes. Par convention, les squelettes sont classés immatures lorsque leurs principales fusions épiphysaires (surtout aux extrémités des grands os longs) ne sont pas achevées ; soit un niveau de maturité correspondant approximativement à l’âge de 18 ans. La croissance n’agit toutefois, ni simultanément, ni en sens unique sur tout le squelette. Ainsi, l’os coxal évolue spectaculairement durant l’adolescence quand ses trois grands éléments (ilium, pubis et ischium) deviennent solidaires. À partir de ce moment, on s’attendrait à ce qu’il ait acquis les principales formes indicatrices du sexe chez l’adulte, mais la collection de Rigny a offert l’occasion de vérifier qu’il n’en est rien. Parmi les 83 sujets âgés de 10 à 17 ans, il a été trouvé 43 os coxaux arrivés à ce stade de développement et qui ont reçu la diagnose appliquée aux adultes. La procédure a fourni un beaucoup trop grand nombre de tendances masculines (36 contre 7 féminines). Ce résultat n’a pas pu être expliqué par une sélection spatiale, une mortalité différentielle ou un banal effet d’échantillonnage d’autant plus que la disparité est apparue permanente quel que soit le niveau de maturité biologique. La croissance de l’os coxal se poursuit après la synostose du noyau cotyloïdien, parallèlement à l’émergence des manifestations externes de la puberté. Les formes féminines supplantent progressivement les masculines naturellement dominantes à l’origine. Les procédés de diagnose propres aux adultes sont donc inapplicables aux sujets qui n’ont pas, au moins, atteint l’âge de 18 ans et, en corollaire, plus l’âge est bas et plus il est difficile de déterminer le sexe augmente. D’ailleurs, toutes les tentatives menées jusqu’à présent dans ce domaine sont restées. On notera que les résultats de l’essai présenté ici ont été finalement ignorés et les sujets cobayes ont été maintenus dans le groupe des immatures. De toute façon, leur insertion dans le groupe des adultes était insensée car elle aurait modifié indument les paramètres des variables métriques.

7. L’âge au décès des adultes

28L’évaluation de l’âge au décès des adultes utilise les transformations que le vieillissement impose progressivement au squelette à partir du moment où il est devenu biologiquement adulte. Ces modifications diffèrent fondamentalement des effets de la croissance chez les immatures. Communément, l’élément de squelette sélectionné pour sa modification spécifique durant la vie est dénommé “ indicateur ” et le terme de “ référence ” est attribué à l’ensemble des données tirées d’une population “ source ” où sont connus, pour chaque individu, l’âge au décès et l’état de l’indicateur choisi. La référence constitue ainsi le modèle du processus d’évaluation où l’évolution de chaque indicateur est divisée conventionnellement en cinq ou six stades selon les cas. Toutefois, le rythme de progression du vieillissement biologique ne se déroule pas selon des séquences de temps régulières et comporte des variations à l’échelle du groupe comme à celle de l’individu. De ce fait, les cœfficients de corrélations entre les indicateurs et l’âge calendaire sont relativement faibles (peu au-dessus de 0,5). Les estimations fournies ne pourront jamais prétendre égaler la précision de l’état civil. Méthodologiquement parlant, la question est délicate et continue à alimenter quelques discussions byzantines car la définition de l’âge est une base essentielle dans la connaissance des populations du passé. Le sujet a suscité une importante quantité de recherches qui, pour la plupart, de séduisantes qu’elles parurent lors de leur conception, se sont révélées ultérieurement contenir des défauts. En effet, l’expérimentation méthodologique, indispensable à l’avancement des techniques, génère des essais qui ne doivent pas être immédiatement confondus avec des produits finis. La plus fréquente source des échecs réside dans la mauvaise interprétation des mathématiques statistiques et dans l’absence de détection d’irrégularités au sein de la base que forment la population de référence et ses indicateurs. Ainsi, il est parfaitement admis que toute distribution univariée doit être ajustée pour devenir un outil d’évaluation. Or, pour traiter l’âge, les fréquences absolues de référence se répartissent dans un tableau de contingence à deux entrées comportant d’un côté les tranches d’âges et, de l’autre, les stades d’un indicateur. Il y a donc autant de distributions que de lignes et de colonnes dans le tableau ; distributions qu’il est indispensable d’ajuster toutes avant de transformer les fréquences absolues en cœfficients de répartition. Des essais récents ont cru s’affranchir de cette obligation en utilisant le théorème de Bayes, mais ils ont été victimes d’un abus de langage. La définition mathématique actuelle de la probabilité n’est plus la même qu’au 18e s. Ce théorème aboutit à des probabilités uniquement quand il est appliqué sur de très grandes quantités de données (courbe de valeurs absolues proche de l’ajustement). Avec des effectifs moindres, ses résultats ne sont que des fréquences relatives brutes.

29L’étude des sépultures de Tours a été l’occasion de mettre au point une technique impliquant conjointement les quatre indicateurs les plus classiques : l’oblitération (ou synostose) des trois grandes sutures endocrâniennes, les modifications du relief des facettes symphysaires du pubis ainsi que l’état des structures corticale et spongieuse dans l’extrémité proximale de l’humérus et dans celle du fémur (Ferembach et al. 1979 : 28-29). Les fréquences de leurs stades d’évolution sont traitées ensemble par une grille de cœfficients de répartition divisée en quatre tableaux, un par indicateur. L’application de ces cœfficients fournit, pour un stade d’indicateur donné, les probabilités de correspondre à l’une des sept classes d’âges qui divisent la durée de la vie des adultes à partir de 18 ans. La distribution évaluée des âges est obtenue en cumulant les probabilités. La grille a été conçue pour traiter collectivement les données d’un groupe, mais une version en a été tirée pour les évaluations individuelles (Theureau 1996). La mise en œuvre de quatre indicateurs semble toujours contraignante, mais le souci du moindre effort n’est pas un argument valable pour la refuser. Elle doit être simplement déterminée en fonction de l’importance du matériel traité. Outre la fiabilité qu’elle apporte à l’évaluation, elle permet aussi de contrôler la qualité des données par des vérifications internes. Il est en effet possible de détecter la défaillance d’un indicateur en comparant la tendance de la distribution de ses stades avec celles des trois autres. Les sutures crâniennes de Rigny en constituent un exemple qui sera évoqué plus loin. D’autres difficultés méthodologiques subsistent encore sous l’aspect statistique du traitement des données, mais elles sont hors de sujet pour ici.

30Les évaluations individuelles de l’âge des adultes ne sont guère utiles qu’aux seules analyses spatiales. Leur trop grande variabilité fait qu’elles ne peuvent pas être réunies logiquement en une seule distribution et, pour beaucoup d’entre elles, la diminution de leur fiabilité correspond à la réduction du nombre de leurs indicateurs disponibles. Les évaluations collectives, au contraire, couvrent toujours les sept classes d’âges. Puisqu’elles ne peuvent pas prétendre équivaloir exactement les distributions réelles de la mortalité, il faut retenir l’ordre dans leur tendance plutôt que les valeurs absolues de leurs fréquences (Fig. 6).

Fig. 6 : Structures des âges au décès des adultes évaluées provisoirement, en fréquences relatives, sexes séparés et selon les périodes, d’après les données brutes des indicateurs. La fréquence dominante de chaque série est soulignée. Une anomalie apparaît pour les groupes féminins du haut Moyen Âge et du Moyen Âge.

RIGNY

18-29 ans

30-39 ans

40-49 ans

50-59 ans

60-69 ans

70-79 ans

80 ans +

HOMMES

Haut Moyen Âge

14,8

14,7

16,0

16,3

15,9

14,9

7,6

Moyen Âge

14,6

13,6

15,5

16,3

16,5

15,5

8,0

Moderne

14,2

12,3

14,4

15,8

16,8

17,0

9,5

Sub-contemporain

6,2

9,8

13,8

17,1

20,2

21,0

11,9

FEMMES

Haut Moyen Âge

21,7

13,8

14,9

15,4

14,4

13,4

6,4

Moyen Âge

17,8

13,0

14,8

15,7

15,6

15,3

7,8

Moderne

13,5

11,0

13,7

15,3

17,5

18,2

10,8

Sub-contemporain

8,4

9,9

13,6

16,0

19,0

20,7

12,4

31Sur les huit évaluations collectives obtenues en fonction du sexe et de la chronologie, il apparaît que les distributions féminines du haut Moyen Âge et du Moyen Âge, s’écartent nettement de toutes les autres avec leur fréquence dominante située sur la classe “ 18-29 ans ”. La situation serait parue naturelle et aurait même reçu une explication, par exemple la mortalité en couches habituellement invoquée en pareil cas, si l’on avait utilisé qu’un seul indicateur de l’âge. On retrouve ici l’avantage du contrôle permis par le procédé employé. En effet, les quatre indicateurs sont corrélés positivement à l’âge, mais leurs stades d’évolution observés pour un même ensemble étudié n’ont pas, pour autant, des distributions strictement identiques. Les causes en sont, d’une part, la faiblesse relative des corrélations et, d’autre part, le fractionnement des squelettes qui fait que l’échantillonnage des individus varie d’un indicateur à l’autre. Dans l’exemple du groupe féminin du haut Moyen Âge, il est cependant manifeste que la distribution des sutures crâniennes s’oppose franchement aux trois autres et bien au-delà des limites de la variation courante (Fig. 7). Elle est la seule à posséder des effectifs très majoritairement concentrés sur le stade “ I ” contrairement aux trois autres dont les fréquences les plus élevées se localisent sur les stades “ IV ” ou “ V ”.

Fig. 7 : Pour le groupe féminin du haut Moyen Âge, le comportement des stades des sutures crâniennes est manifestement discordant par rapport à ceux des trois autres indicateurs d’âge.

RIGNY, haut Moyen Âge

Effectif observé

Stade I

Stade II

Stade III

Stade IV

Stade V

Stade VI

Sutures crâniennes

52

63,5 %

7,7 %

3,8 %

19,2 %

5,8 %

-

Symphyse pubienne

34

14,7 %

11,8 %

23,5 %

41,2 %

8,8 %

-

Tête humérale

50

6,0 %

20,0 %

10,0 %

28,0 %

18,0 %

18,0 %

Tête fémorale

63

1,6 %

15,9 %

19,0 %

19,0 %

22,2 %

22,2 %

32La situation est manifestement indépendante du vieillissement et doit vraisemblablement s’interpréter comme un retard d’oblitération des sutures pour une cause qui reste encore à déterminer. Le schéma est identique pour les femmes du Moyen Âge. Au moment de présenter les regroupements chronologiques (chapitre 3), nous avons vu que ces deux anomalies ont créé des aberrations qui nous ont obligé à opter pour une analyse avec les sexes réunis au lieu de les séparer. Cette discordance entre indicateurs est ponctuelle à Rigny, mais elle peut se retrouver dans d’autres ensembles et aller jusqu’à se répandre au point de caractériser une population entière. Sa constatation exprime une difficulté méthodologique fondamentale et qui mérite une évocation rapide.

33La synostose crânienne, avec l’usure dentaire presque totalement abandonnée ensuite, était reconnue comme indicateur de l’âge au décès quand la médecine légale et l’anthropologie ont pris leur essor, au milieu du 19e s. Elle a été souvent remise en question depuis et son mode d’emploi a reçu progressivement de profondes modifications. Les sutures de moindre longueur ont d’abord été délaissées au profit des trois plus grandes (coronale, sagittale et lambdoïde). Puis la lecture en face exocrânienne a été abandonnée au profit de celle, pratiquée en face interne (endocrânienne), qui était apparue mieux corrélée à l’âge (Acsadi et Nemeskeri 1970 : 118). Ensuite, les degrés d’oblitération ont été judicieusement réduits de cinq (0, 1, 2, 3 et 4) à trois (0, 2 et 4) afin d’éviter les états intermédiaires qui s’apprécient trop différemment suivant les opérateurs (Masset 1982 : 69, 82). Pour compléter ces avancées, la traduction des degrés d’oblitération en stades d’évolution aurait maintenant besoin d’une révision attentive. En même temps, il ne faut pas oublier l’influence du dimorphisme sexuel faisant que, en moyenne et à âge identique, les sutures féminines sont un peu moins oblitérées que les masculines et deviennent ainsi les plus nombreuses à rester libres toute la vie durant. Ces propensions devraient donc abonder les classes des plus jeunes âges dans les évaluations féminines, mais elles ont moins de poids que la longévité qui favorise les femmes et renforce finalement les fréquences des âges élevés. Nos grilles de cœfficients ne tiennent pas compte du sexe et cela n’empêche pourtant pas la longévité féminine d’apparaître dans les résultats des évaluations collectives.

34On a vu, plus haut dans ce chapitre, que les tendances des distributions des stades permettent de dévoiler des anomalies entre indicateurs. En la matière, les risques de se trouver en présence d’une exception sont rares. L’âge reste un facteur primordial pour les quatre indicateurs qui ont bien peu de chances d’être tous atteints simultanément par un même phénomène déviant. La synostose crânienne apparaît toutefois particulièrement exposée aux inconstances de sa corrélation à l’âge. Sa défaillance a été constatée ailleurs et prouvée par d’autres moyens (Simon 1986), mais la cause en reste toujours incertaine. Ces critiques ne constituent toutefois pas une raison suffisante pour la rejeter. En plus, la présence conjointe des quatre indicateurs reste salutaire puisque n’importe lequel d’entre eux est susceptible de comporter une dérive que le groupe permettra de détecter.

35La défaillance avérée des sutures crâniennes féminines de Rigny restait donc à prendre en compte dans le calcul des structures d’âges. La construction de nouvelles grilles de cœfficients a été immédiatement repoussée pour le simple fait que la quantité à créer devait égaler celle des associations possibles avec trois indicateurs. Le choix s’est finalement arrêté sur une neutralisation provisoire de l’indicateur fautif dont chacun des stades se voit attribuer arbitrairement l’effectif “ 1 ” (la valeur zéro invalidant la totalité des résultats au cours d’un calcul automatisé). Les nouvelles structures d’âges, obtenues sur cette nouvelle base pour les groupes féminins du haut Moyen Âge et du Moyen Âge, ont désormais leurs fréquences dominantes situées respectivement sur les classes “ 50-59 ” et “ 60-69 ”. Ces résultats accréditent les premières remarques. Les valeurs fortes, initialement obtenues pour la première classe d’âges, étaient effectivement des anomalies engendrées par les sutures crâniennes. Enfin, dans ces nouvelles structures féminines, non seulement les pics dominants se situent pareillement que chez les hommes mais, en plus, les fréquences se trouvent renforcées à partir de 60 ans jusqu’à devenir toutes supérieures aux valeurs masculines dans la dernière classe d’âges. C’est l’effet permanent de la longévité dominante dont les femmes ont le privilège naturel qui se vérifie encore ici (Fig. 8).

Fig. 8 : Évaluations définitives des structures de l’âge des adultes calculées en neutralisant les sutures crâniennes pour les deux groupes féminins initialement litigieux du haut Moyen Âge et du Moyen Âge.

RIGNY

18-29 ans

30-39 ans

40-49 ans

50-59 ans

60-69 ans

70-79 ans

80 ans +

HOMMES

Haut Moyen Âge

14,8

14,7

16,0

16,3

15,9

14,9

7,6

Moyen Âge

14,6

13,6

15,5

16,3

16,5

15,5

8,0

Moderne

14,2

12,3

14,4

15,8

16,8

17,0

9,5

Sub-contemporain

6,2

9,8

13,8

17,1

20,2

21,0

11,9

FEMMES

Haut Moyen Âge

14,8

13,6

15,8

16,2

16,1

15,5

8,0

Moyen Âge

12,2

12,8

15,2

16,4

17,1

17,0

9,0

Moderne

13,5

11,0

13,7

15,3

17,5

18,2

10,8

Sub-contemporain

8,4

9,9

13,6

16,0

19,0

20,7

12,4

36Un déplacement progressif du pic de la mortalité se lit aussi dans cette ultime série d’évaluations. Le gain est de trois classes d’âges (trente ans) dans un laps de temps d’environ neuf siècles. L’espérance de vie augmente donc indéniablement étant donné que sa tendance est identique pour les deux sexes et tandis que les valeurs du Sub-contemporain, renforcées sur la classe “ 70-79 ans ”, annoncent déjà les améliorations actuelles.

37La même progression diachronique se retrouve aussi dans les collections de Tours et de Saint-Mexme de Chinon où sa régularité y est néanmoins troublée pour le Bas Empire et le Moyen Âge dont les fréquences des jeunes adultes sont plus fortes que celles des autres époques. Les bases de ces dernières estimations ont été réexaminées en envisageant l’éventuelle défaillance d’un indicateur de l’âge. Aucune discordance majeure n’a été constatée dans les distributions de stades. Malgré cette disculpation, la manipulation visant à neutraliser la synostose crânienne a été renouvelée pour les deux périodes suspectes puis étendue à la totalité des périodes sans autre raison que celle d’une simple curiosité. Entre les fréquences des deux séries d’évaluations, la plus importante différence en valeur absolue concernait les femmes du Bas Empire de Tours dont l’effectif avait été affaibli à la limite de l’utilisable après la mise à l’écart de la synostose crânienne. Malgré cela, la tendance de la première structure était conservée. Les résultats obtenus dans les autres cas n’ont varié que dans des proportions insignifiantes et sans modifier l’ordre donné aux classes d’âges par leurs fréquences finales. Les irrégularités de la tendance diachronique de la mortalité, constatées à Tours comme à Chinon, se sont maintenues et l’on peut affirmer maintenant qu’elles n’ont pas le hasard ou une défaillance technique pour origine. Elles reflètent réellement une baisse de l’espérance de vie. On en retiendra que la neutralisation de l’un des quatre indicateurs peut modifier légèrement les fréquences propres de l’évaluation, mais sans en altérer la tendance.

38Ces évaluations de l’âge au décès des adultes et la réflexion méthodologique qui les a accompagnés amènent, dès lors, à conclure que :

  • l’utilisation simultanée de plusieurs indicateurs présente d’indéniables avantages dont celui de permettre la détection de l’éventuelle anomalie de l’un d’eux ;

  • c’est une dérive maintenant connue qui a fait que des évaluations, basées sur les seules sutures crâniennes, ont pu forcer indument les fréquences des plus jeunes ;

  • l’indicateur qui présente une anomalie par rapport aux trois autres peut être neutralisé sans préjudice pour les structures évaluées ;

  • à Rigny, l’espérance de vie suit une amélioration diachronique continue et incontestable puisqu’elle se produit quel que soit le sexe ;

  • à Tours et à Chinon, les deux solutions de continuité qui, au Bas Empire et au Moyen Âge, troublent la régularité de cette même évolution ne résultent pas de la défaillance d’un indicateur ou d’un aléa d’échantillonnage. En déduire une opposition entre les milieux urbain et rural demande toutefois une preuve supplémentaire.

8. Les immatures

39L’âge au décès des immatures a été estimé à l’aide de quatre références courantes qui figurent les variations du squelette en fonction de son état de maturité :

  • les longueurs des grands os longs pour les fœtus (Olivier 1960 : 259) ;

  • l’évolution dentaire pour les enfants de 0 à 12 ans (Ferembach et al. 1979 : 23) ;

  • les longueurs des grands os longs dans des régressions mises au point lors d’études précédentes puis adaptées à la collection de Rigny pour les sujets de 1 à 13 ans (Theureau 1998 : 37) ;

  • les fusions épiphysaires pour les adolescents de 14 à 18 ans (Ferembach et al. 1979 : 24).

40Les squelettes qui n’ont pas atteint le stade de maturité biologique des adultes suscitent de multiples réflexions toujours pendantes et assorties de terminologies fluctuantes (Bruzek et al. 1997 ; Séguy1997). En particulier, ceux qui composent la classe des 0-4 ans, sont généralement sous-représentés dans le matériel d’origine archéologique. La constatation, sans être permanente, est assez fréquente pour avoir motivé la création d’un principe écartant les enfants d’âge inférieur à 5 ans lors de la reconstitution des pyramides démographiques des âges (Bocquet-Appel, Masset 1977). L’anomalie est ordinairement provoquée, soit par des absences logiques (établissements religieux), soit par des sélections aux causes cultuelles (âge de raison) ou pratiques (gestion économique des surfaces) tandis que la conservation différentielle n’est que secondaire. Ces situations sont à l’origine de zones funéraires sélectives qui abondent ou réduisent l’effectif des jeunes exhumés selon qu’elles entrent ou non dans les périmètres fouillés. Le phénomène n’est pas spécifiquement lié au christianisme car il se retrouve à toutes les époques (Blaizot et al. 2003). L’excès en plus ou en moins exprime une ineptie démographique que révèle la fréquence du nombre des immatures en rapport à celui du total des individus découverts. La diversité des pourcentages obtenus est obligatoirement importante :

  • Tours, fouille de Saint-Pierre-le-Puellier, Moyen Âge, 32 immatures = 17,9 % (Theureau 1998 : 51) ;

  • Tours, fouille de Saint-Pierre-du-Chardonnet, Moyen Âge, 56 immatures = 24,6 % (Theureau 1998 : 51) ;

  • Portugal, fouille, Moyen Âge, 89 immatures = 72,3 % (Ferreira, Cunho 2001) ;

  • Provins, fouille de Saint-Ayoul, Moyen Âge, 100 immatures = 76,7 % (Guillon et al. 2001) ;

  • Ivry-s/Seine (Val-de-Marne), fouille Parmentier 2, haut Moyen Âge, 101 immatures = 78,9 % (Hadjouis 1996 : 16).

41À ces résultats archéologiques, il faut opposer ceux des données d’archives qui sont sans écarts excessifs et que l’on sait souvent minorées, mais faiblement :

  • Tours, registres de Saint-Pierre-du-Chardonnet, Moderne, 416 immatures = 52,9 % (Theureau 1998 : 38) ;

  • Tours, registres de Saint-Pierre-le-Puellier, Moderne, 1131 immatures = 58,8 % (ibid.).

42La proportion des immatures trouvés à Rigny reste déficitaire avec ses 34,2 % (cf. Fig. 4). Elle se situe, cependant, manifestement plus proche de la réalité que les exemples de fouilles ci-dessus quand on lui compare les 42,4 % relevés dans les registres paroissiaux locaux pour les décès survenus de1791 à 1856 (Thomas 1993 : 38). La conservation différentielle explique logiquement une partie de ce déficit chronique en jeunes sujets. Sa cause première n’est pas la décomposition qui laisse subsister des vestiges de fœtus. Dans un contexte de funéraire dense elle est plutôt attribuable aux petites dimensions du squelette. Toute la sépulture d’un nourrisson risque, en effet, de disparaître facilement d’un seul coup de pelle qui n’aurait fait qu’entamer le squelette d’un adulte. La sélection spatiale peut aussi avoir sa part de responsabilité. Elle est connue par les fouilles et confirmée par les registres des décès qui mentionnent souvent l’existence d’une aire réservée à l’inhumation des plus jeunes. Les causes rituelles ou coutumières de cet usage sont difficiles à différencier des raisons pratiques de la gestion raisonnée des surfaces (aires étroites attribuées aux petites tombes) dont les exemples ne sont pas rares dans les cimetières actuellement en service.

43Le “ petit cimetière ”, mentionné dans les registres de Rigny à partir de la seconde moitié du 18e s., était situé contre le pignon ouest de l’église et a été largement fouillé. Une relative concentration d’immatures, observée contre le mur gouttereau nord de la nef, indique peut-être son étendue antérieure. Par ailleurs, une fosse (F 36), mise au jour dans le “ grand cimetière ”, était un ossuaire contenant les restes d’un grand nombre de sujets exclusivement juvéniles. Elle atteste la purge d’un emplacement manifestement sélectif. Son contenu est assimilable aux ossements erratiques ordinaires et a été écarté des études pour les mêmes raisons. Elle se rattache probablement à l’époque Moderne qui, dans le tableau de la figure 4, possède un très faible pourcentage de 18 % peut-être expliqué, au moins partiellement, de cette façon. Quant à la fréquence dominante de 41,4 % trouvée pour les immatures du Sub-contemporain, elle corroborerait le ramassage évoqué pour le cas précédent en même temps que sa valeur élevée serait expliquée par la préservation des sépultures de cette époque (cf. chapitre 4).

44La proportion, fortement variable des immatures mis au jour par rapport aux adultes, fait qu’il est préférable d’examiner les deux groupes séparément. Sans négliger les effets éventuels de l’écart chronologique, le rapprochement entre les données anthropologiques et les sources écrites correspondantes n’a semblé logique que sur les trois premières classes quinquennales de l’âge selon les données de Rigny, Chinon et Tours (Fig. 9).

Fig. 9 : Pour les trois premières classes quinquennales de l’âge, fréquences relatives (%) des effectifs (N) obtenus sur des bases ostéologiques et par les dépouillements des registres de décès correspondants.

0-4 ans

5-9 ans

10-14 ans

(N)

%

(N)

%

(N)

%

OSTÉOLOGIE

Rigny

(356)

64,4

(121)

21,9

(76)

13,7

Chinon, Saint-Mexme

(215)

73,1

(63)

21,4

(16)

5,5

Tours, sites 1 et 10

(72)

44,7

(49)

30,4

(40)

24,8

REGISTRES

Rigny (1791-1856)

(487)

82,7

(66)

11,2

(36)

6,1

Chinon, Saint-Mexme

(1666)

80,0

(292)

14,0

(126)

6,0

Tours, St.-P.-le-P. et St.-P.-du-C.

(1096)

78,3

(211)

15,1

(93)

6,6

45La collection ostéologique de Tours (réduite aux sites 1 et 10 correspondant respectivement aux paroisses Saint-Pierre-le-Puellier et Saint-Pierre-du-Chardonnet) est celle qui ressemble le moins à ses sources écrites. Le contraire se trouve avec Chinon où la zone, un temps réservée aux immatures, a été fouillée presque intégralement. Or, ses effectifs auraient reçu un apport particulier constitué, selon notre hypothèse, par de très jeunes cadavres provenant de l’Hôtel-Dieu voisin où les chanoines de Saint-Mexme ont assumé des responsabilités (Theureau 2006). Dans cette mise en ordre la place de Rigny est intermédiaire, mais sans déficit exagéré. Il faut simplement retenir de cet essai que la mortalité des immatures peut être raisonnablement approchée par les seuls effectifs de ses trois premières classes d’âges.

46Pour répondre à certaines questions médicales ou démographiques, il est regrettable que la venue au monde ne laisse pas de trace spécifique sur le squelette du nouveau né. Néanmoins, parmi les plus petits squelettes, on peut distinguer assez nettement deux catégories selon les définitions suivantes :

  • les “ fœtus ”, dont le développement intra-utérin n’a certainement pas dépassé sept mois calendaires, c’est-à-dire que ce sont de très probables mort-nés ou des prématurés exposés à tous les risques de décéder rapidement après avoir vu le jour, étant donné l’indigence de l’obstétrique du moment ;

  • les “ périnatals ”, manifestement proches du terme de l’enfantement sans pouvoir pareillement préciser s’ils sont nés vivants ou non.

47Nous manquons de références anciennes pour répondre à tout l’intérêt suscité par ces moments qui entourent la naissance. Il est relativement fréquent de rencontrer des actes de décès indiquant que l’enfant était mort-né ou décédé rapidement après sa venue au monde. Cependant, ces mentions ne sont généralement portées que pour motiver un ondoiement et une absence d’enregistrement dans les baptêmes. Il n’est malheureusement jamais précisé, au moins dans les registres cités ici, si la venue au monde s’est produite à terme ou prématurément. Malgré cette lacune d’information, nous avons des preuves, indirectes mais très officielles (édits réitérés allant jusqu’à obliger que le début et l’arrêt des grossesses soient déclarés), comme quoi nombre de mort-nés (ou considérés comme tels) et de décédés post-natals échappaient aux ecclésiastiques. La mortalité périnatale fut pourtant lourde dans le passé, tout comme on la trouve encore actuellement dans certaines contrées défavorisées. Il est vrai que l’intérêt porté à l’enfant était, autrefois, considérablement moindre qu’aujourd’hui, mais la négligence n’explique pas le nombre des morts. Après la maladie, une grande part en revient aux avortements spontanés et aux incidents obstétricaux quand les décès ne sont pas provoqués selon un choix individuel délibéré ou par un malthusianisme imposé. En même temps, les raisons de dissimuler des petits cadavres ont toujours été puissantes et assorties de funestes conditions où le sordide inavouable prend souvent le pas sur la cupidité ordinaire, quand ce n’est pas une réelle pauvreté, qui pousse à éviter les frais d’un enterrement religieux (Tillier 2001).

48On vient de voir que la plus jeune classe d’âges de Saint-Mexme de Chinon occupe, en rapport à la totalité exhumée, une part importante et rarement rencontrée en archéologie, mais celle des fœtus est encore plus exceptionnelle. Sur ce site, 30 de ces derniers ont été mis au jour, tous en sépultures individuelles, dont 27 (9,2 % des trois premières classes quinquennales de l’âge) dans une zone réservée aux immatures. Comparativement, l’ensemble de Rigny ne contient que 11 fœtus dont un seul provenant du “ petit cimetière ” pourtant largement fouillé. Ils ne constituent que 2 % du total (553) des “ 0-14 ans ”. On retiendra qu’ils appartiennent majoritairement au sub-contemporain (Fig. 10).

Fig. 10 : Répartition des catégories "fœtus" et "périnatals" en fonction des périodes.

RIGNY

Sans datation

Haut Moyen Âge

Moyen Âge

Moderne

Sub-contemporain

Totaux

Fœtus

0

2

3

1

5

11

Périnatals

1

4

17

3

24

49

49Parmi eux, celui immatriculé S 711 est le seul à avoir été mis au jour en position fœtale dans le bassin d’un squelette féminin (S 41) et attestant le décès d’une femme enceinte. La filiation est moins évidente, mais encore probable pour les périnatals S 215 et S 1925 retrouvés au contact d’un squelette féminin (respectivement S 214 et S 1923) et qui avaient manifestement passé le cap de l’accouchement car ils reposaient en décubitus dorsal. Aucun des 57 fœtus et périnatals restants n’était pareillement associé à une sépulture d’adulte. La collection de Rigny paraît donc correctement dotée en squelettes de jeunes en comparaison de ce qui peut être attendu normalement des exhumations archéologiques.

9. Variation de la stature des adultes

50La reconstitution de la stature du vivant se conçoit facilement à partir du moment où l’intégralité du squelette est disponible. Il suffit alors de mesurer l’empilement des os en y ajoutant la petite proportion correspondant aux jointures et aux parties molles. Le procédé est, malheureusement, très inadapté au matériel, habituellement lacunaire, de l’archéologie. Pour s’adapter aux disponibilités, les chercheurs ont choisi de n’utiliser que les seules longueurs des grands os des membres. Elles traduisent la taille par l’intermédiaire de formules de régression où elles peuvent se trouver associées de différentes façons. Or, ces mesures font partie des données biométriques qui, pour de multiples causes intriquées, varient en fonction du sexe et des populations. Pour essayer de répondre à cette diversité, les créations d’équations se sont succédé, mais sans proposer d’outil permettant de définir celle – si il s’en trouve une – qui conviendra au matériel étudié. Ainsi, il a été souvent vérifié que l’on obtient un nombre de réponses différentes presque égal à celui des formules disponibles ; réponses entre lesquelles les écarts peuvent facilement atteindre une dizaine de centimètres qui s’amplifie avec l’ajout des fourchettes d’évaluation. C’est l’illustration de ce qui se produit classiquement quand il y a dissemblance entre la population de référence et celle qui est étudiée. L’erreur systématique devrait toutefois diminuer considérablement si les variations de la hauteur du rachis étaient prises en compte. Il est effectivement facile de vérifier qu’une taille donnée correspond à différentes longueurs de membres, et inversement, par suite de la hauteur variable de la colonne vertébrale. Jusqu’à présent, une seule méthode a intégré cette particularité en combinant la mesure du rachis lombaire (somme des hauteurs antérieures des corps des cinq vertèbres lombaires) avec la longueur du fémur dans une première équation et avec celle du tibia dans une seconde (Fully et Pineau 1960). Elle n’a cependant pas soulevé l’enthousiasme qu’elle laissait espérer et, même si les cinq vertèbres lombaires ne sont pas toujours disponibles, l’application mériterait un audit.

51En attendant cette révision, nous avons pris l’habitude d’éviter les reconstitutions métriques fondamentalement biaisées pour ne considérer que les variations de la stature représentées par celles des grands os des membres. En développant la procédure, il s’est avéré que les tendances diachroniques des cinq principales longueurs (humérus, ulna, radius, fémur et tibia) sont identiques. Ces analogies permettent de réduire le nombre des types d’os utilisés pour faciliter la lecture continue du phénomène. Les longueurs moyennes du fémur et du tibia étant généralement les mieux corrélées à la stature, leur cumul a été finalement retenu pour résumer l’information recherchée. Cette disposition procure des appréciations collectives et donne aussi l’occasion de comparer uniformément les données de Rigny à celles obtenues dans les études antérieures (Fig. 11).

Fig. 11 : Variations du cumul des longueurs moyennes du fémur et du tibia. Valeurs exprimées en millimètres (celle des laïcs de Tours pour le haut Moyen Âge n’a pas été reportée car, avec un total de 867,0 pour deux individus, elle est manifestement une aberration produite par le hasard).

Bas Empire

Haut Moyen Âge

Moyen Âge

Moderne

Sub-contemporain

Hommes

Rigny

-

816,6

805,5

804,9

807,4

Chinon

-

834,9

818,8

807,5

-

Tours, laïcs

830,5

-

810,4

811,4

-

Tours, religieux

-

858,0

840,0

811,2

-

Femmes

Rigny

-

756,2

745,9

731,9

741,9

Chinon

-

788,9

769,7

742,1

-

Tours, laïques

764,8

751,4

740,8

720,4

-

52La première constance apparue dans la répartition du paramètre est diachronique : la stature suit une réduction progressive depuis le Bas Empire jusqu’à l’époque Moderne. La tendance ne commence à s’inverser qu’au moment du Sub-contemporain selon les données de Rigny (la suite, presque exponentielle, est connue) ou peut-être un peu plus précocement chez les laïcs de Tours, mais l’information est à prendre avec prudence pour ces derniers. Le hasard n’a cependant aucune influence dans cette réduction générale qui se produit quel que soit le sexe. On relève toutefois que la plus forte diminution diachronique de la stature est systématiquement féminine dans tous les sites. Le dimorphisme sexuel augmente donc avec l’avancée dans le temps. Selon ce qui se passe à Rigny, l’écart commence toutefois à se réduire au Sub-contemporain car la tendance de la taille féminine semble amorcer une remontée plus forte que celle des hommes. La seconde constance observée concerne les rapports de grandeur entre les lieux d’origine. Sous cet aspect, les hommes de Rigny sont en permanence les plus petits des trois localités alors que les statures des femmes sont supérieures à celles de Tours et inférieures à celles de Chinon. C’est un autre aspect des variations du dimorphisme sexuel. Dans l’ordre décroissant des mesures masculines, on trouve les religieux de Tours, Chinon, les laïcs de Tours puis Rigny alors que le classement féminin donne Chinon en premier, puis Rigny et Tours en dernier.

53Les causes de tels comportements morphologiques diversifiés sont multifactorielles et complexes. Elles agissent dès le début de la vie fœtale avec une part d’hérédité. Parmi ces comportements, les variations de la stature ont été traitées dans de très nombreux travaux (Chamla et al. 1959 : 288). On a le plus souvent tendance à les corréler aux conditions d’existence, mais d’autres facteurs ont été constatés et ils conduisent à des situations paradoxales. On a ainsi vérifié que des émigrants (à petite ou grande distance) présentaient une morphologie différenciée en beaucoup de points, dont une stature relativement élevée, par rapport à leurs congénères restés dans le pays d’origine. Ils n’ont cependant pas pu acquérir entièrement cette particularité dans leur lieu d’accueil car ils la possédaient déjà en germe avant de s’expatrier. Il a été effectivement constaté, tout en soupçonnant une sélection sur fond génétique, que les candidats au départ se trouvaient être les plus grands de leur groupe initial et les sédentarisés, évidemment, les plus petits (Schreider 1964). La raison exacte des écarts géographiques de la stature tourangelle n’est donc pas précisément définie, mais elle a manifestement toutes les chances d’être naturelle et s’expliquerait par des penchants migratoires innés. Par ailleurs, la diminution diachronique de la taille répond à une autre cause restée indéfinie, mais elle se retrouve uniformément en Touraine et elle est indéniable.

10. À propos de pathologie dentaire

54Les observations obtenues en matière de pathologie dentaire ne résultent que d’un simple examen macroscopique. Il leur a manqué les radiographies indispensables à la majorité des diagnostics. Il serait souhaitable, en plus, qu’ils supportent une analyse plus détaillée et menée par des compétences spécialisées. Le bilan présenté ici ne concerne que la carie pour l’essentiel. Cette lésion se détecte visuellement sans trop d’ambiguïté et ses comportements participent à la représentation de l’état sanitaire général. Elle est comptabilisée dans ce bilan à partir du moment où la matière commence à être attaquée dans son épaisseur, en excluant les colorations ponctuelles superficielles.

10.1. Dents des immatures

55Les pathologies dentaires ont des origines variées et leur nombre augmente toujours, logiquement, en fonction de la durée de fonctionnement de l’appareil masticatoire. Or, la denture temporaire a une durée de vie limitée non seulement par le processus de développement, mais aussi, tout comme la dentition permanente, par la mort. De ce fait, les dents des immatures, qu’elles soient temporaires ou permanentes, échappent largement aux lésions constatées sur les dents des adultes. Leurs atteintes peu nombreuses ont finalement des fréquences relatives qui peuvent fluctuer fortement à la moindre variation des effectifs examinés. Le comportement diachronique de la carie des dents des immatures contient ainsi une partie aléatoire, principalement lorsque la répartition est considérée par rapport aux sujets porteurs (Fig. 12). On notera au passage que, parmi ces derniers, ceux qui présentent simultanément les deux types de dentitions forment obligatoirement des doublons dans les décomptes. Ce ne sont pas 363 immatures qui ont été examinés, comme pourraient le laisser croire les répartitions selon les genres de dents, mais, exactement, 288 qui se répartissent chronologiquement en : 38 du haut Moyen Âge, 162 du Moyen Âge, 22 de la période Moderne et 66 du Sub-contemporain.

Fig. 12 : Variations diachroniques de la fréquence (%) des atteintes carieuses observées sur les dents des immatures, par rapport aux effectifs examinés (E) et selon la dentition.

RIGNY
carie chez les immatures

Dents temporaires

Dents permanentes

Dents atteintes

Sujets porteurs

Dents atteintes

Sujets porteurs

%

(E)

%

(E)

%

(E)

%

(E)

Haut Moyen Âge

3,3

(361)

18,2

(33)

1,9

(213)

16,7

(18)

Moyen Âge

5,6

(1479)

17,4

(132)

1,4

(1020)

11,1

(72)

Moderne

3,0

(165)

18,8

(16)

4,2

(143)

23,1

(13)

Sub-Contemporain

4,5

(643)

23,3

(60)

4,2

(260)

21,1

(19)

56Malgré quelques fluctuations des fréquences, un accroissement diachronique de la carie se lit pour les deux dentitions et aussi bien dans les décomptes de dents atteintes que dans ceux de sujets porteurs.

57Comparés à ceux de Tours et de Chinon, les immatures de Rigny paraissent les plus touchés par la carie car trois des fréquences de leurs atteintes sont les plus élevées de leur série et la quatrième, pour les porteurs de dents permanentes (14,8 %) est de peu inférieure à la dominante (15,3 %) détenue par Tours (Fig. 13).

Fig. 13 : Variations locales de la fréquence (%) des atteintes carieuses observées chez les immatures, par rapport aux effectifs examinés (E) en nombre de dents présentes ou de sujets et selon la dentition, toutes époques confondues.

Carie chez les tourangeaux immatures

Dents temporaires

Dents permanentes

Dents atteintes

Sujets porteurs

Dents atteintes

Sujets porteurs

%

(E)

%

(E)

%

(E)

%

(E)

Tours

3,6

(786)

13,5

(81)

1,1

(846)

15,3

(59)

Chinon

2,0

(849)

12,2

(90)

1,0

(299)

7,9

(38)

Rigny

4,9

(2654)

19,0

(242)

2,1

(1636)

14,8

(122)

10.2. Dents des adultes

58Les effectifs examinés chez les adultes sont confortables et les fantaisies du hasard n’y sont à craindre, mais très modérément, que dans les rapports au nombre des individus en jeu à chaque fois. Les fréquences de dents cariées révèlent que la lésion progresse indéniablement en avançant dans le temps et pareillement pour les deux sexes. Au contraire, les effectifs des sujets porteurs de carie montrent des pourcentages en évidente diminution diachronique à l’exception près de la valeur masculine du sub-contemporain (Fig. 14). Au fil des temps, leur effectif diminue, mais ils sont atteints plus profondément. Les deux tendances ne sont toutefois contradictoires qu’en apparence. L’évolution de l’hygiène et les variations de l’alimentation ont certainement concouru à réduire le nombre des personnes touchées pendant que, à l’échelle individuelle, la quantité de dents lésées a pu augmenter à la faveur de l’accroissement de la longévité.

Fig. 14 : Variations diachroniques de la fréquence (%) des atteintes carieuses chez les adultes, par rapport aux effectifs examinés (E) et en fonction du sexe.

RIGNY
carie chez les
adultes

HOMMES

FEMMES

Dents atteintes

Sujets porteurs

Dents atteintes

Sujets porteurs

%

(E)

%

(E)

%

(E)

%

(E)

Haut Moyen Âge

11,4

(1191)

74,5

(55)

11,1

(1154)

70,4

(54)

Moyen Âge

11,7

(3176)

72,5

(153)

12,2

(2909)

69,3

(137)

Moderne

13,4

(846)

69,4

(49)

19,6

(612)

66,7

(36)

Sub-Contemporain

17,9

(866)

73,3

(60)

15,4

(668)

57,1

(49)

59Comparés à ceux de Tours et de Chinon, les adultes de Rigny présentent les fréquences les plus élevées (Fig. 15). Ils sont donc les plus défavorisés vis-à-vis de la carie et la constatation est encore plus évidente que chez les immatures.

Fig. 15 : Variations locales de la fréquence (%) des caries observées chez les adultes, par rapport aux effectifs examinés (E) et en fonction du sexe, toutes époques confondues.

Carie chez les tourangeaux adultes

HOMMES

FEMMES

Dents atteintes

Sujets porteurs

Dents atteintes

Sujets porteurs

%

(E)

%

(E)

%

(E)

%

(E)

Tours

8,7

(4875)

53,8

(262)

12,7

(2133)

52,7

(129)

Chinon

6,4

(1062)

48,4

(64)

11,4

(599)

62,9

(35)

Rigny

12,7

(6079)

72,6

(317)

13,2

(5343)

67,0

(276)

60En ce qui concerne les autres atteintes portées par les adultes, les fréquences de leurs observations ne sont données maintenant qu’à titre indicatif car elles sont souvent minorées par l’absence de radiographies. L’éradication (éviction naturelle ou provoquée) a été la lésion la plus souvent constatée (19,8 % des emplacements des dents masculines et 17,3 % des féminines). Le schéma de sa répartition sur les types de dents est très proche de celui de la carie. Toutefois, il est amplifié par quelques agénésies ou quelques inclusions, mais principalement par les avulsions découlant de l’avancée en âge. Quant à la destruction de l’alvéole, ou alvéolyse (4,5 % des emplacements des dents masculines et 4 % des féminines), ses causes et ses conséquences restent à débattre. Enfin, les anomalies de position, de volume ou de forme, ont été constatées peu souvent et, considérées sur l’ensemble, elles ne semblent caractériser que le sexe (0,6 % des dents présentes chez les hommes et 1 % chez les femmes).

61À côté de ces considérations générales, la sépulture 227, appartenant à la période Sub-contemporaine, ne constitue qu’une anecdote, mais vaut d’être mentionnée. Le sujet concerné est un homme âgé entre 40 et 59 ans dont l’incisive centrale supérieure droite comporte, au centre de sa face labiale, une cavité circulaire obturée par un amalgame. C’est le seul témoignage, rencontré sur le site, d’une évidente intervention odontologique. Or, l’obturation a été pratiquée sur un emplacement exposé au regard d’autrui tandis que l’on constate également une petite double carie interproximale des incisives centrales supérieures ainsi que de vastes destructions carieuses de trois molaires et d’une prémolaire qui, elles, n’ont reçu aucun traitement. L’acte a-t-il répondu au seul souci d’une coquetterie, ou a-t-il précédé l’apparition des autres lésions alors que l’accès aux soins avait changé entre temps (restriction pécuniaire, éloignement du thérapeute) ? Le paradoxe reste surprenant quelle qu’en soit l’explication.

11. À propos de pathologie osseuse

62Les stigmates visibles sur le squelette ne témoignent que d’une faible partie des agressions subies par le corps durant la vie. Certaines traces de pathologies, en particulier celles survenant durant la jeunesse (porosités crâniennes, lignes de Harris…), tendent à disparaître au cours de l’existence du fait de la croissance et du renouvellement permanent de l’os. D’autres, enfin, n’ont pas le temps de s’installer quand les attaques sont virulentes et fulgurantes. En outre, la collection n’a été soumise qu’à un simple examen macroscopique qui, en plus, n’a pas la prétention d’équivaloir celui d’un spécialiste. Dans ces conditions, le résultat ne peut obligatoirement donner qu’une image réductrice de ce que fut le panorama pathologique des vivants.

63Les adultes de sexe indéterminé (42 dont un seul porteur de pathologie) et les sujets sans datation (3 immatures et une femme) sont exclus de l’effectif examiné qui se réduit ainsi à 1658 individus. Par ailleurs, les dégénérescences banales du rachis n’ont pas été retenues car elles sont plus représentatives de l’âge que de la maladie. Il a finalement été dénombré 672 sujets porteurs de pathologie et dont la répartition chronologique montre que leur fréquence, en rapport au nombre des examinés, suit une diminution diachronique progressive que l’on retrouve pareillement sur le site de Chinon et sur l’ensemble de ceux de Tours. On constate toutefois que les valeurs de Rigny sont toutes nettement plus fortes que celles des deux autres localités (Fig. 16).

Fig. 16 : Comportement diachronique de la fréquence (%) des sujets trouvés porteurs de pathologie en rapport aux effectifs examinés (E) pour les trois lieux fouillés en Touraine.

Bas Empire

Haut Moyen Âge

Moyen Âge

Moderne

Sub-contemporain

Totaux

%

(E)

%

(E)

%

(E)

%

(E)

%

(E)

%

(E)

Rigny

-

-

58,0

(205)

42,6

(791)

34,3

(245)

31,7

(417)

40,5

(1658)

Chinon

0,0

(15)

22,8

(101)

8,0

(287)

15,1

(119)

-

-

12,3

(522)

Tours

6,5

(77)

29,9

(87)

20,3

(581)

19,4

(160)

-

-

19,9

(905)

64La comparaison géographique ne sera pas renouvelée systématiquement dans ce qui suit car, en abordant les détails, il faut craindre une appréciation inconstante de l’opérateur durant les quelques décennies qui séparent ces différentes études. En considérant Rigny isolément, le pourcentage de sujets atteints tend pareillement à baisser avec l’avancée chronologique quel que soit le genre considéré et en dépit d’une inflexion chez les adultes de la période Moderne. En même temps, les hommes sont continuellement les plus touchés (Fig. 17).

Fig. 17 : Comportement diachronique de la fréquence (%) des sujets trouvés porteurs de pathologie (N) en rapport aux effectifs examinés pour chaque genre.

RIGNY

Haut Moyen Âge

Moyen Âge

Moderne

Sub-contemporain

Totaux

%

(N)

%

(N)

%

(N)

%

(N)

%

(N)

Immatures

30,5

(18)

21,1

(63)

15,2

(7)

9,1

(16)

18,0

(104)

Hommes

83,6

(61)

66,8

(165)

49,1

(52)

55,6

(70)

63,2

(348)

Femmes

54,8

(40)

44,5

(109)

26,6

(25)

39,7

(46)

41,7

(220)

Totaux

58,0

(119)

42,6

(337)

34,3

(84)

31,7

(132)

40,5

(672)

65Étant donné qu’il a été fait 1299 observations de pathologie sur les 672 sujets constatés atteints, la moyenne individuelle est de 1,93. Elle varie manifestement en fonction du genre (1,30 pour les immatures ; 2,24 pour les hommes ; 1,75 pour les femmes) et fluctue légèrement selon les périodes (2,18 pour le haut Moyen Âge ; 1,86 pour le Moyen Âge ; 1,85 pour le Moderne ; 1,94 pour le Sub-contemporain), mais tend à confirmer l’amélioration diachronique de la santé.

66Une typologie des pathologies est nécessaire dans la suite de l’analyse, mais elle appelle une explication. En effet, les diagnostics précis donnent trop souvent lieu à controverses car des atteintes différentes arrivent à produire les mêmes apparences sur l’os. Ils peuvent ainsi varier grandement selon les opérateurs et rapidement tomber dans un subjectif qui faussera obligatoirement les déductions. En outre, le traitement ne sera pas uniforme car il pourra prendre toutes les graduations entre la précision avérée et l’indétermination. À l’opposé, des descriptions normalisées garantiront une bonne objectivité, mais la classification du seul aspect ne contient pratiquement aucun argument permettant de développer l’analyse. La position finalement retenue pour ici a été choisie intermédiaire. Ses classes correspondent aux origines les plus vraisemblables des lésions et elle est délibérément imparfaite puisqu’elle fait intervenir une part d’interprétation. Les appréciations restent donc souvent incertaines, mais leurs classes sont assez vastes pour absorber d’éventuelles grossières erreurs de diagnostic tout en limitant l’atomisation des effectifs et sans trop nuire aux grandes lignes de l’état sanitaire. Quatre catégories pathologiques ont été retenues :

  • congénitales, malformations en nombre ou en structure ;

  • métaboliques, troubles de la structure ou de la forme provoqués par une carence consécutive à un disfonctionnement métabolique d’origine héréditaire ou nutritionnelle et pouvant survenir à tout âge, y compris durant la gestation ;

  • traumatiques, résultats de manœuvres thérapeutiques ou de forces mécaniques fortuites dont l’éventail des conséquences va du simple trouble musculo-squelettique jusqu’à la fracture sévère ;

  • infectieuses, actions d’agents microbiens pathogènes.

67Ces catégories se répartissent à peu près pareillement dans les diverses périodes avec une très discrète tendance à diminuer en avançant dans le temps. Pour chaque période leur ordre de prévalence reste le même, à l’inversion près entre infectieuses et traumatiques de l’époque Moderne. Les pourcentages dominants se situent tous dans le Moyen Âge dont l’effectif est toutefois le plus grand (Fig. 18).

Fig. 18 : Répartition des cas constatés dans chaque groupe de pathologie (N) et en rapport (%) aux effectifs examinés par période.

RIGNY

Haut Moyen Âge

Moyen Âge

Moderne

Sub-contemporain

Totaux

N

(%)

N

(%)

N

(%)

N

(%)

N

(%)

Congénitales

88

(23,5)

195

(52,0)

39

(10,4)

53

(14,1)

375

(100)

Métaboliques

97

(16,7)

265

(45,5)

77

(13,2)

143

(24,6)

582

(100)

Infectieuses

45

(21,7)

111

(53,6)

15

(7,2)

36

(17,4)

207

(100)

Traumatiques

30

(22,2)

57

(42,2)

24

(17,8)

24

(17,8)

135

(100)

Totaux

260

(20,0)

628

(48,3)

155

(11,9)

256

(19,7)

1299

(100)

68La répartition en fonction du genre des porteurs reste la même quelle que soit la catégorie de pathologies. Les hommes reçoivent toujours le plus grand nombre d’atteintes (Fig. 19).

Fig. 19 : Répartition des cas constatés dans chaque groupe de pathologie (N) et en rapport (%) au genre des sujets porteurs, toutes époques confondues.

RIGNY

Immatures

Hommes

Femmes

Totaux

N

(%)

N

(%)

N

(%)

N

(%)

Congénitales

52

(13,9)

197

(52,5)

126

(33,6)

375

(100)

Métaboliques

72

(12,4)

351

(60,3)

159

(27,3)

582

(100)

Infectieuses

10

(4,8)

136

(65,7)

61

(29,5)

207

(100)

Traumatiques

1

(0,7)

96

(71,1)

38

(28,2)

135

(100)

Totaux

135

(10,4)

780

(60,0)

384

(29,6)

1299

(100)

69Pour localiser les atteintes, le squelette a été considéré selon quatre segments :

  • la tête (crâne et mandibule) ;

  • le tronc (colonne vertébrale et gril costal) ;

  • le membre supérieur (avec la ceinture scapulaire et la main) ;

  • le membre inférieur (avec la ceinture pelvienne et le pied) ;

70auxquels il a été ajouté la catégorie “ étendu ” pour les lésions atteignant plus d’un segment (Fig. 20).

Fig. 20 : Localisation des types de pathologie constatés (N) en rapport (%) aux divers segments du squelette, toutes époques confondues.

RIGNY

Tête

Tronc

Membre sup.

Membre inf.

Étendu

Totaux

N

(%)

N

(%)

N

(%)

N

(%)

N

(%)

Congénitales

32

(8,5)

198

(52,8)

19

  (5,1)

125

(33,3)

1

(0,3)

375

Métaboliques

114

(19,6)

37

(6,4)

206

(35,4)

198

(34,0)

27

(4,6)

582

Infectieuses

23

(11,1)

29

(14,0)

30

(14,5)

125

(60,4)

0

-

207

Traumatiques

20

(14,8)

21

(15,6)

52

(38,5)

42

(31,1)

0

-

135

Totaux

189

(14,6)

285

(21,9)

307

(23,6)

490

(37,7)

28

(2,2)

1299

71La confrontation entre les deux tableaux précédents et le suivant, qui met en relation les segments du squelette avec le genre des porteurs (Fig. 21), fournit un raccourci d’ensemble.

Fig. 21 : Répartition des atteintes constatées (N) en fonction de la segmentation du squelette et en rapport (%) au genre des sujets porteurs, toutes époques confondues.

RIGNY

Immatures

Hommes

Femmes

Totaux

N

(%)

N

(%)

N

(%)

N

(%)

Tête

56

(29,6)

80

(42,3)

53

(28,0)

189

(100)

Tronc

43

(15,1)

171

(60,0)

71

(24,9)

285

(100)

Membre supérieur

10

(3,3)

210

(68,4)

87

(28,3)

307

(100)

Membre inférieur

20

(4,1)

301

(61,4)

169

(34,5)

490

(100)

Étendu

6

(21,4)

18

(64,3)

4

(14,3)

28

(100)

Totaux

135

(10,4)

780

(60,0)

384

(29,6)

1299

(100)

72Les fréquences masculines s’y montrent constamment les plus élevées quelle que soit la catégorie de pathologies tandis que, en considérant le genre des individus et les segments du squelette, il s’avère que :

  • les malformations congénitales, majoritaires chez les immatures et les femmes, concernent plus particulièrement le tronc (nombre de vertèbres et de côtes, immobilisation de cervicales, séparation de l’arc de la cinquième lombaire ou spondylolisthésis) ainsi que le membre inférieur avec la luxation congénitale de la hanche majoritairement féminine (12 cas : 8 femmes, 2 hommes et 2 immatures) ;

  • les troubles du métabolisme affectent principalement le crâne des immatures (42 des 69 cas d’hyperostose porotique de la boîte crânienne et/ou du plafond des orbites) et résultent d’anémies d’origine mésologique (privation alimentaire, thalassémie) ou héréditaire (dysfonctionnement d’organe) ;

  • les infections siègent de préférence sur le membre inférieur qui, proportionnellement, est le segment plus atteint chez la femme tandis que l’homme reste toujours majoritaire sur l’ensemble de ce type de pathologie (82 des 118 cas contre 31 féminins et 5 d’immatures) ;

  • les traumatismes masculins se retrouvent, en fréquence relative, plus souvent sur le membre inférieur (34 des 42 cas) que sur le membre supérieur (35 des 52 cas).

73Il est bien évident que des pathologies peu fréquentes sont découvertes à mesure que l’effectif examiné augmente, mais peuvent aussi se dissimuler dans la classification utilisée. Celles qui suivent se distinguent d’une façon particulière et éclairent le contexte sanitaire de la population.

11.1. Handicaps

74Les handicaps se signalent généralement par leur aspect spectaculaire. Ils ne sont pas en quantité négligeable puisque 32 cas avérés ont été observés sur les 672 porteurs de pathologie. Ils sont essentiellement masculins et d’origine traumatique (Fig. 22).

Fig. 22 : Répartition des handicaps constatés selon les groupes de pathologies et le genre des sujets porteurs, toutes époques confondues.

RIGNY origine des handicaps

Immatures

Hommes

Femmes

Totaux

Congénitale

1

2

3

Métabolique

1

2

3

Infectieuse

1

1

2

4

Traumatique

18

4

22

Totaux

1

21

10

32

75La quantité des pathologies présentant une diminution diachronique, il est normal que le rapport entre les handicaps observés et les effectifs examinés suive la même tendance. Par contre, le pourcentage des handicapés présents parmi les sujets pathologiques reste stable dans le temps. Cela indique que la source de ces infirmités, particulièrement celles d’origine traumatique, ne semble pas attribuable à la conjoncture historique, mais tout simplement à la vie courante. Enfin, le membre inférieur reste le plus souvent touché (Fig. 23).

Fig. 23 : Répartition des individus constatés handicapés, selon les segments du squelette et les périodes.

RIGNY répartition des handicaps

Haut Moyen Âge

Moyen Âge

Moderne

Sub-contemporain

Totaux

Tête

-

1

-

-

1

Tronc

1

-

-

1

2

Membre supérieur

3

3

2

4

12

Membre inférieur

3

9

1

2

15

Étendu

-

2

-

-

2

Sujets handicapés

7

15

3

7

32

Sujets pathologiques

260

628

155

256

1299

% de handicapés

2,7

2,4

1,9

2,7

2,5

76On notera au passage que l’unique cas concernant la tête est un triple handicap, très singulier et d’origine congénitale, qui a affligé une femme du Moyen Âge (S 1437). Il s’agit d’un important trouble du développement crânien (dysostose) qui a provoqué l’absence (agénésie) des deux os zygomatiques et de leurs arcs ainsi que l’oblitération prématurée des sutures du sphénoïde (Fig. 24). Durant la croissance, la face a donc pris progressivement une allure peu avenante suite à l’absence de support osseux pour les pommettes et le bas des orbites pendant que l’allongement du crâne était bloqué. La mandibule, échappant à ce phénomène, s’est développée normalement en donnant une forte avancée du menton (prognathisme) et tandis que ses condyles se sont articulés, en l’absence des glènes temporales, dans les méats auditifs obturés par un remodelage osseux survenu à cette occasion. En plus de posséder un faciès peu attirant, la personne était manifestement sourde de naissance et, consécutivement, muette (surdimutité).

Fig. 24 : cas de dysostose crânienne affligeant.la femme de la sépulture médiévale S1437 (cliché C. Theureau).

Fig. 24 : cas de dysostose crânienne affligeant.la femme de la sépulture médiévale S1437 (cliché C. Theureau).

11.2. Tuberculose et lèpre

77Parmi les handicaps d’origine infectieuse se trouve une femme de la période sub-contemporaine (S 292) atteinte, en plus d’un manifeste rachitisme, d’une indéniable forme sévère de mal de Pott qui l’avait rendue fortement bossue et scoliotique au point de provoquer une large immobilisation latérale de la cage thoracique en position contractée. Ce cas est à rapprocher de 11 observations de vertèbres immobilisées en concavité prononcée après l’effondrement, généralement antérieur, du corps de l’une ou de plusieurs d’entre elles. Cet aspect pathologique illustre maintes publications et est, à chaque fois, attribué à la tuberculose vertébrale (Ortner, Putschar 1981 : 146-147) qui constitue la base du mal de Pott. Par ailleurs, un crâne féminin médiéval (S 2114) a été trouvé avec ses pariétaux entamés sur de larges surfaces exocrâniennes qui semblent résulter de multiples érosions successives, superficielles et juxtaposées. Les marges de ces surfaces sont majoritairement franches sauf, par places, quelques bordures de nodules saillants en chapelets, à la manière d’ostéophytes articulaires. Les alvéoles du diploé qui avaient été ouvertes au fond de ces érosions, sont, pour la plupart, fermées par une cicatrisation lisse. Monsieur le docteur Gaches (Institut Médico-légal, CHRU Trousseau de Tours) a aimablement examiné la pièce et a envisagé un diagnostic de tuberculose. Sur cet exemplaire, quelques détails complémentaires pourraient aussi faire penser à la lèpre dont deux autres cas très vraisemblables (femme médiévale S 1218 et homme moderne S 1320) ont été repérés. Le diagnostic de S 2114 est survenu alors que l’examen de l’ensemble touchait à sa fin. Or, des érosions semblables, remarquées parmi les sépultures préparées auparavant, étaient toutefois sans néoformations périphériques et siégeaient principalement sur le membre inférieur. Elles avaient été alors attribuées à des dégradations posthumes. Le dénombrement, actuellement proposé conjointement pour la lèpre et la tuberculose, doit donc être considéré comme manifestement très minoré. Ces deux maladies sont reconnues voisines à cause des similitudes de leurs bacilles respectifs, mais la tuberculose est celle qui a le plus profondément tourmenté les populations passées. Pour les réévaluer plus exactement, il faudra lancer une révision complète de la collection de Rigny.

11.3. Malformations rachidiennes

78Les malformations du squelette axial sont majoritaires dans la catégorie des pathologies congénitales. Elles englobent :

  • les anomalies du nombre des vertèbres, toutefois à l’exception du sacrum qui reçoit souvent des migrations (sacralisations, désacralisations) de lombaires ou de coccygiennes tandis que le sens de la variation est habituellement incontrôlable car le coccyx manque très souvent dans les prélèvements archéologiques ;

  • les immobilisations, par fusion totale ou partielle d’au moins deux vertèbres, où toute autre cause que la source congénitale est à écarter car elles se signalent par la relative constance de leur localisation (cervicales 2 et 3 le plus souvent) ;

  • les ruptures des lames de l’arc postérieur de la cinquième lombaire (spondylolisthésis), très rarement de la quatrième lombaire ou de la première sacrée, et dont les surfaces de disjonction sont vierges des proliférations accompagnant les fractures ;

  • les anomalies lombo-sacrées comprenant les difformités et les migrations qui se produisent dans cette zone charnière ainsi que les fissurations d’arcs pouvant aller jusqu’à la béance (spina bifida) ;

  • les luxations congénitales de la hanche, généralement bilatérales, aboutissant à des néo-articulations situées en dehors de l’acétabulum.

79Les atteintes masculines sont indiscutablement les plus fréquentes sauf les luxations de la hanche, typiquement féminines. En rapport à cet ensemble d’observations, le pourcentage revenant aux immatures est le plus élevé à cause de la spina bifida qui constitue 25 des 33 anomalies lombo-sacrées de la catégorie (Fig. 25).

Fig. 25 : Répartition, en fonction du genre, des malformations constatées sur le squelette axial et rapports aux effectifs respectifs de l’ensemble des pathologies.

RIGNY malformations axiales

Immatures

Hommes

Femmes

Totaux

Variations de nombre

4

16

6

26

Immobilisations

1

8

4

13

Ruptures d’arc

1

15

7

23

Anomalies lombo-sacrées

33

62

22

117

Luxations de la hanche

2

1

8

11

Totaux

41

102

47

190

Ensemble des pathologies

135

780

384

1299

%

30,3

13,1

12,2

14,6

80Dans la répartition chronologique de ces malformations du squelette axial, les valeurs absolues du Moyen Âge dominent largement celles des autres périodes et leur pourcentage par rapport à l’ensemble des pathologies est encore le plus fort. Malgré ce pic relativement faible, la tendance diachronique marque une baisse, comme l’ensemble des pathologies (Fig. 26).

Fig. 26 : Répartition chronologique des malformations constatées sur le squelette axial et pourcentages par rapport aux effectifs respectifs de l’ensemble des pathologies.

RIGNY

Haut Moyen Âge

Moyen Âge

Moderne

Sub-contemporain

Totaux

Variations de nombre

5

14

1

6

26

Immobilisations

1

10

1

1

13

Ruptures d’arc

3

11

3

6

23

Anomalies lombo-sacrées

30

63

12

12

117

Luxations de la hanche

0

8

1

2

11

Totaux

39

106

18

27

190

Ensemble des pathologies

260

628

155

256

1299

%

15,0

16,9

11,6

10,5

14,6

11.4. Immobilisations de phalanges d’orteils

81L’absence d’articulation entre deux phalanges successives, ou symphalangie, peut concerner la main aussi bien que le pied et est réputée héréditaire (Moumoumi 1991). Dans la collection de Rigny, cette malformation a été observée uniquement sur le pied, mais dans un nombre de cas suffisamment grand pour qu’il en soit fait état (Fig. 27). Les exemplaires trouvés réunissent les phalanges intermédiaire et distale du quatrième ou du cinquième orteil. Ils ont été constatés bilatéraux chaque fois que les pièces symétriques étaient présentes. Les deux os sont alors immobilisés en alignement. Les surfaces lisses de leurs diaphyses ne présentent pas de solution de continuité tout en respectant le modelé et les volumes naturels à l’emplacement de la jointure dont le mince interstice n’apparaît qu’à la radiographie. Aucun indice ne permet de suspecter une inflammation ou une infection. Le cas parfaitement bilatéral, chez un adolescent de 14-17 ans (S 539), tend à confirmer l’origine congénitale de l’anomalie.

Fig. 27 : Répartition des symphalangies d’orteils en fonction de la chronologie et des genres.

RIGNY

Haut Moyen Âge

Moyen Âge

Moderne

Sub-contemporain

Totaux

Immatures

1

-

-

-

1

Hommes

3

5

3

6

10

Femmes

2

3

1

4

17

Totaux

6

8

4

10

28

82L’effectif observé pour l’ensemble de cette malformation est certainement très inférieur à ce que fut la réalité. Les phalanges des extrémités des orteils des rayons 2 à 5 sont effectivement des petits volumes sensibles à la décomposition ou se perdant facilement dans la terre. De ce fait, ils sont largement sous-représentés dans les prélèvements aussi bien que dans les dénombrements d’ossements erratiques et la même remarque serait applicable aux phalanges correspondantes de la main. En conséquence, l’effectif observé doit être envisagé plus étendu et, rapproché de la nature héréditaire de l’anomalie, il laisse alors entrevoir l’existence d’une consanguinité.

11.5. Amincissements bipariétaux

83Cette atteinte du crâne provoque, symétriquement, en partie supérieure de chaque pariétal, une dépression allongée dans le sens antéropostérieur, parallèlement à la suture sagittale. Elle résulte d’une disparition de l’âme spongieuse (diploé) de chaque os pariétal qui, au contraire, s’épaissit le long de la suture sagittale. Le profil transversal de la voûte crânienne prend ainsi une allure de carène renversée. L’amincissement de chaque dépression continuant à évoluer se transforme en lacune pouvant atteindre des dimensions relativement importantes (diamètre maximum de 35 mm) pour le cas de la femme médiévale S 53 (Fig. 28). Cette lésion est relatée dans les études paléopathologiques pour des époques très diverses. Sa cause, son étiologie, exacte est cependant inconnue (Dastugue et Gervais 1992 : 63) alors que sa transmission héréditaire a été vérifiée. Il est parfaitement normal qu’une manifestation familiale de ce genre existe dans le cimetière de Rigny où elle n’a cependant été observée que quatre fois (un homme et une femme du Sub-contemporain, ainsi que deux femmes du Moyen Âge), mais elle viendrait compléter la symphalangie en tant que manifestation de la consanguinité.

Fig. 28 : Vue postérieure du crâne féminin S 53 atteint d’un amincissement bipariétal évolué au stade de larges lacunes (cliché C. Halgate).

Fig. 28 : Vue postérieure du crâne féminin S 53 atteint d’un amincissement bipariétal évolué au stade de larges lacunes (cliché C. Halgate).

11.6. Bilan sur la pathologie

84Après cette revue de détail, il convient de synthétiser les informations. En premier, il est manifeste que, si les individus porteurs de pathologie sont très majoritairement masculins, leurs fréquences ont néanmoins diminué en avançant dans le temps et indépendamment du genre. Le même phénomène se constate à Tours et à Chinon. La santé suit une évidente amélioration qui progresse en avançant dans le temps. Le Moyen Âge comporte, en valeurs absolues, le plus d’atteintes et prédomine dans les infections, mais il arrive inférieur au haut Moyen Âge en proportion des effectifs examinés.

85Parallèlement, les malformations congénitales ont pris des formes et des localisations répétitives (malformations rachidiennes, luxations des hanches, coalescences de phalanges d’orteils, amincissements bipariétaux) propres à alimenter l’hypothèse d’une consanguinité latente qui ne semble toutefois pas avoir été assez forte pour agir sur le ratio sexuel.

86Les immatures, pour leur part, ont été les plus affectés par des troubles métaboliques. Le contraste est fort entre les rarissimes cas – ils n’ont d’ailleurs pas été mentionnés – de cribra orbitalia constatés à Tours comme à Chinon et les 30 observés à Rigny (5 % du total des immatures et 29 % de ces jeunes pathologiques). L’écart entre ces effectifs est trop grand pour l’interpréter comme une évolution de la performance de l’opérateur. Les aspects de cette affection sont bien connus. Ils sont faciles à déceler, abondamment relevés depuis longtemps et presque autant de fois illustrés, au point qu’ils sont repérables par tout débutant.

87La nature des infections est généralement difficile, voire impossible, à définir. L’action de la tuberculose, parfois associée à la lèpre, est toutefois confortée par un solide faisceau de présomptions et alors qu’un bon nombre des cas semble avoir échappé au diagnostic.

88Enfin, les traumatismes, indéniable apanage masculin, atteignent le plus souvent le membre inférieur et ont été responsables de la presque totalité des handicaps sévères constatés en quantité non négligeable.

89Quant aux certitudes des causes de décès, elles sont bien rares. Il n’est guère que les immatures dont on puisse penser qu’ils sont décédés des affections dont les traces ont marqué leurs squelettes. Pour les adultes, au contraire, on possède les preuves de leur survie à des lésions sévères (par exemple, guérisons prouvées par des vertèbres immobilisées après destructions tuberculeuses des corps durant la crise).

90Il se dégage de ces constatations un manifeste paradoxe entre, d’une part, l’amélioration de la santé corroborée par celle de la longévité et, d’autre part, l’importance des pathologies où se distinguent nombre de malformations témoins d’une certaine consanguinité tandis que l’accumulation des handicaps et des infections pousserait à envisager des conditions d’existence défavorables. Un contraste du même genre apparaît pour le Moyen Âge qui concentre le plus de pathologies en nombre et en proportion alors que, dans le même temps, la longévité ne s’en trouve pas affectée comme elle l’est à Tours et à Chinon. En outre, comparativement à ces deux localités, les pathologies sont significativement plus nombreuses à Rigny et les causes de cette situation restent à préciser.

12. Synthèses

91La fouille de l’ancien cimetière de Rigny a apporté, à la recherche anthropologique locale, une population ostéologique rurale appartenant aux époques historiques et qui manquait pour former le contrepoint aux ensembles urbains déjà extraits de Tours et de Chinon. Ce complément, à l’effectif substantiel, a permis de vérifier que les phénomènes observés pour les villes ne se sont pas développés de façon entièrement identique dans la campagne voisine.

12.1. Procédures techniques

92Les ossements erratiques découverts sur le site ont été inaptes, malgré leur considérable volume, à fournir des informations dans beaucoup trop de domaines et ont été largement délaissés. Ils ont toutefois été utilisés pour découvrir certains aspects de la gestion du cimetière et ils ont alimenté quelques réflexions sur la conservation différentielle des squelettes.

93La stratégie de recherche a donc porté entièrement sur les vestiges osseux des 1704 sépultures individualisées. La masse à traiter exigeait un gros investissement en temps qui ne pouvait pas être déprécié par des résultats superficiels ou entachés de biais méthodologiques. Après d’indispensables petites adaptations, les protocoles d’examen et les procédures d’analyse, déjà rodés lors des études locales précédentes, ont été prorogés et ont assuré une lecture uniforme sur les trois sites tourangeaux de référence. Pour sa part, l’importance de la collection a rendu possible une participation au classement chronologique très rarement accessible à la technique anthropologique. Cela a permis de préserver l’intégralité de l’effectif disponible en affinant la datation de certaines sépultures qui étaient restées dans des limites trop étendues une fois l’analyse archéologique terminée. Par ailleurs, dans le domaine de l’estimation de l’âge au décès des adultes, l’examen simultané des quatre indicateurs d’âge a été l’occasion de confirmer le comportement parfois anormal de la synostose des sutures crâniennes. La parade à ce défaut a été trouvée et la manœuvre nécessaire s’est révélée applicable à tous les indicateurs d’âge. Enfin, la façon particulière d’aborder les variations de la stature, prorogée comme le reste, a continué de s’appuyer directement sur les mesures absolues de grands os longs, mais restreintes, cette fois, au cumul des longueurs fémorale et tibiale pour en clarifier la lecture.

12.2. Stabilités, variations et paradoxes

94La composition démographique de l’ensemble ne comporte rien d’excessif. Les adultes des deux sexes y sont à peu près à égalité et les immatures, bien que légèrement sous-représentés, constituent une proportion honorable (34 %) du total en comparaison de ce que les fouilles livrent souvent.

95L’examen macroscopique a laissé l’image subjective et constante d’un faciès uniforme et harmonieux joint à une corpulence gracile, mais sans rachitisme généralisé. Les caractères morphologiques descriptifs ou discrets n’ont pas apporté plus d’objectivité à ce tableau à cause de leurs ambivalences et de leurs imprécisions. Des brassages ethniques se sont vraisemblablement produits, mais dans des proportions négligeables ainsi que le prouve la stabilité chronologique de cette catégorie de données.

96Les tendances des structures des âges, évaluées pour les adultes, ont montré la permanence de la particularité biologique qui fait que la longévité féminine a toujours été supérieure à celle des hommes. Leurs comportements diachroniques sont identiques pour les deux sexes avec une espérance de vie en croissance régulière et exempte des régressions constatées, à Tours et à Chinon, pour le Bas Empire (non représenté à Rigny) et le Moyen Âge.

97La stature des adultes s’amenuise progressivement en avançant dans le temps, pour les hommes comme pour les femmes, mais avec des variations de l’écart entre les sexes. La régression est identique à celle déjà constatée à Tours et à Chinon au détail près du Sub-contemporain, absent de ces deux localités, et durant lequel s’amorce la remontée qui va se poursuivre jusque dans le dernier quart du vingtième siècle.

98La principale pathologie dentaire, la carie, augmente en nombre avec le temps tandis que, dans le même sens, la fréquence des sujets touchés diminue. Le phénomène est particulièrement marqué chez les femmes et ses tendances sont identiques à celles observées dans nos deux villes tourangelles de référence. L’allongement de la durée de la vie a pu y jouer un rôle, mais les habitants de Rigny, qu’ils soient immatures ou adultes, sont manifestement plus touchés que leurs homologues urbains. La raison en est peut-être un manque d’hygiène et de soins. Cette constatation est cependant fréquente pour les époques historiques et presque toujours attribuée, subjectivement, au mode d’alimentation.

99Comme à Tours et à Chinon, la fréquence des sujets atteints de pathologie osseuse diminue diachroniquement tandis que celle des cas rapportés aux effectifs est plus fluctuante. La santé s’est néanmoins améliorée progressivement et, avec l’augmentation parallèle de la longévité, le panorama sanitaire prendrait une tournure satisfaisante si cette tendance n’était pas entourée de paradoxes intrigants :

  • les fréquences des atteintes osseuses sont toutes largement plus élevées qu’à la ville ;

  • le schéma de la mortalité ne subit pas la récession médiévale constatée en milieu urbain alors que le nombre des lésions de cette époque resterait le plus élevé même après une pondération appliquée en fonction de la durée ;

  • la présence notoire des hyperostoses porotiques crâniennes des immatures (et de sept adultes) contraste avec une absence presque totale dans nos deux localités citadines de référence ;

  • il en va presque de même avec les handicapés adultes ;

  • les hommes sont naturellement prédisposés pour accomplir des travaux de force qui augmentent les risques d’accidents. D’ailleurs, les traumatismes masculins sont, traditionnellement plus fréquents que les féminins. À Rigny, en outre, les deux sexes sont plus atteints que dans les villes. La nature des activités du passé n’est cependant pas connue assez différenciée pour expliquer l’écart observé entre les deux milieux. Par exemple, le contact avec les animaux de trait et leurs véhicules était alors une importante source d’accidents de la vie quotidienne. L’exposition à ce risque paraît immédiatement évidente pour la campagne, mais la ville recèle un environnement guère différent si l’on en juge par la fréquence des portes cochères dans l’architecture urbaine. D’autre part, un éloignement des soins aurait pu augmenter le nombre des handicapés de Rigny mais pas celui des accidents.

100Certains de ces paradoxes sont internes à Rigny alors que d’autres opposent le rural à l’urbain. Depuis l’Antiquité, la campagne a une réputation de salubrité fondée ou non, mais manifestement entretenue ainsi que le prouvent les mises en nourrice permanentes. Étant donné le caractère douteux de l’appréciation, il est certainement plus raisonnable de retenir que la dispersion de l’habitat rural était moins favorable aux contagions que la promiscuité urbaine. Cela n’est toutefois valable qu’en temps d’épidémie. Au quotidien, malgré les divers tributs et les calamités pesant sur ses récoltes, la paysannerie a toujours eu plus de facilité que les citadins pour s’alimenter en cas de crise. Il ne semble cependant pas que les conditions matérielles de la vie soient responsables du développement des pathologies de ce monde rural.

101Une consanguinité peut facilement se répandre lorsque le recrutement matrimonial est restreint pour des raisons matérielles ou morales. En formant un isolat génétique, même partiel, elle agit sur de multiples paramètres physiologiques. La preuve de son existence pourrait être donnée par la diversité et les fréquences des malformations congénitales, ainsi que par l’amenuisement diachronique de la stature. À quelques nuances près et apparemment explicables, elle a probablement sévi partout sans beaucoup de différences. Quoi qu’il en soit, l’amélioration continue de la longévité est particulièrement indéniable à Rigny où elle n’aurait pas pu évoluer dans un contexte défavorable. C’est encore un de ces paradoxes auxquels il convient de trouver une cause logique.

12.3. Hypothèse en forme de conclusion

102Les registres paroissiaux mentionnent les décès de jeunes enfants “ mis en nourrice ” à Rigny et originaires de Tours, de Chinon ou d’autre lieux secondaires dans un rayon d’une quarantaine de kilomètres. À l’échelle nationale, cet usage est souvent relaté dans les études démographiques car il a été largement répandu et se retrouve fréquemment indiqué dans les actes paroissiaux d’état civil. Sa portée n’est définissable, avec un peu de précision, que par ces sources écrites. On remarquera que son appellation recouvre habituellement des “ placements ” ainsi passés inaperçus dans les textes alors que l’activité des établissements de bienfaisance les laisse entrevoir. Ce fut certainement le destin des enfants dirigés sur Rigny par un orphelinat de Tours (Thomas 1993 : 39). La campagne s’est ainsi procuré un complément de revenus en même temps qu’elle trouvait par là le moyen de satisfaire aux multiples tâches simples qu’elle générait. De cette façon, des placés jeunes, orphelins ou abandonnés, et des déficients ayant pu quitter la ville à un âge plus avancé ont fourni la main-d’œuvre recherchée. En échange ils ont bénéficié, éventuellement durant toute leur vie, d’un hébergement et d’un minimum de protection accompagnés d’une nourriture dont l’accès risquait de leur être plus difficile en milieu urbain du fait de leur état. Cette pratique, allant parfois jusqu’à une adoption de fait, a été progressivement officialisée et gérée par l’Assistance Publique. Elle était encore fréquente dans toute la première moitié du 20e s., jusqu’à ce que la mécanisation massive de l’agriculture raréfie les besoins en ressources humaines. Le principe remonterait peut-être au-delà du Moyen Âge (Favier 1993 : 381), mais il est certain qu’il apporterait des explications logiques aux paradoxes apparus dans l’analyse ostéologique. D’ailleurs, le décret impérial du 19 janvier 1811, reconnu comme instituant une protection généralisée de l’enfance abandonnée, corrobore cette hypothèse. Son texte définit le travail des jeunes en fonction de l’âge et impose que les malades et les inaptes soient maintenus dans les établissements de santé. Ces dispositions reflètent, en négatif, les habitudes qu’il fallait combattre.

103La cohorte des “ mis en nourrice ” a donc renforcé le groupe des immatures décédés à Rigny en période Moderne et est partiellement responsable de l’effectif acceptable qui en a résulté. À partir de ce point incontestable et selon la logique du système, il faut ajouter que les plus déficients sont très vraisemblablement décédés en priorité et ont abondé le catalogue des maladies typiquement infantiles retrouvées à Rigny alors qu’elles sont pratiquement absentes des sites urbains.

104Par ce qui en est connu, les placements ont comporté des sujets, handicapés ou convalescents, qui auraient, comme les mises en nourrice, chargé les effectifs des pathologies de la campagne et déchargé ceux de la ville. Il est envisageable que certains placés furent porteurs de quelques germes encore actifs, de tuberculose en particulier, qui ont pu aggraver le panorama de l’endémie infectieuse locale. Quant aux traumatisés, l’état de leurs squelettes retrouvés à Rigny prouve qu’ils ont survécu à leurs atteintes et aucun ne présentait de traces de mort violente comme il en a été observé à Tours. L’accumulation des pathologies ne semble pas avoir perturbé les structures des âges au décès qui, au contraire, montrent une longévité en progression et exempte de la récession médiévale qui s’est produite à Tours et à Chinon. C’est la preuve d’un milieu de vie en amélioration constante et suffisante pour absorber les aléas du quotidien.

105L’amenuisement diachronique de la taille est commun aux trois sites tourangeaux. On sait que, depuis la conception et jusqu’à la fin de l’adolescence, il suffit de quelques carences pour entraver la croissance staturale. Une part de consanguinité, déjà soupçonnée à cause des anomalies congénitales, expliquerait, mieux que des usages alimentaires précaires, la mise en place d’un rapetissement progressif et sa diffusion spatiale. Des comportements générateurs d’isolement génétique ont fort bien pu se répandre pareillement dans les deux milieux, rural et urbain, alors qu’ils étaient différenciés par ailleurs. Il ne faut toutefois pas considérer exagérément le phénomène car il n’a pas provoqué les dérives majeures constatées dans les isolats sévères. La diminution de la stature ne témoigne pas d’une récession de la qualité de vie qui serait contraire à la longévité en progression. La tendance qui commence à s’inverser à la fin du 18e s. marquerait plutôt une ouverture à des brassages qui auraient fait reculer la consanguinité soupçonnée. Durant près de douze siècles, les conditions d’existence des habitants de Rigny n’ont certainement pas été parfaites, mais, manifestement, jamais défavorables.

106La fonction d’accueil exercée à Rigny serait donc à l’origine des images paradoxales apparues lors des premières analyses et finalement interprétées grâce à l’ampleur de cet ensemble ostéologique ; ensemble dont l’essentiel est maintenant connu, mais qui est encore exploitable dans bien des domaines pour peu que quelqu’un ait la curiosité et la patience de s’y attarder. Il faut aussi espérer que des études soient menées, en dehors de l’ancienne province de Touraine et dans des conditions méthodologiques similaires, afin de vérifier si les comportements observés ici sont restreints à la Touraine ou plus répandus.

Haut de page

Bibliographie

Acsádi et Nemeskéri 1970
Acsádi G. et Nemeskéri J. - History of human life span and mortality, Akadémiai kiadó, Budapest.

Blaizot et al. 2003
Blaizot F., Alix G. et Ferber E. - Le traitement funéraire des enfants décédés avant un an dans l’Antiquité : étude de cas, Bull. et Mém. de la Soc. d’Anthropologie de Paris, n.s., 15, 1-2 : 49-77.

Bocquet-Appel, Masset 1977
Bocquet-Appel J.-P. et Masset C. - Estimateurs en paléodémographie, L’Homme, 17, 4 : 65-90.

Bruzek et al. 1997
Bruzek J., Sellier P. et Tillier A.-M. - Variabilité et incertitude de l’estimation de l’âge des non-adultes : le cas des individus morts en période périnatale, in : Buchet L. (dir.), L’enfant, son corps, son histoire, Actes des 7es journées anthropologiques de Valbonne, 1994, Éditions APDCA, Sophia Antipolis : 187-200.

Bruzek et al. 2005
Bruzek J., Schmitt A. et Murail P. - Identification individuelle en paléoanthropologie, in : Dutour O. et al. - Objets et méthodes en paléoanthropologie, Orientations et méthodes, 7, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques : 217-246.

Chamla et al. 1959
Chamla C., Marquer P. et Vacher J. - Les variations de la taille en fonction des milieux socioprofessionnels, L’Anthropologie, 63 : 37-61, 269-294.

Crubézy et al. 1999
Crubézy E. et al. - Microévolution d’une population historique. Bull. et Mém. de la Soc. d’Anthropologie de Paris, n.s., 11, 1-2.

Dastugue et Gervais 1992
Dastugue J. et Gervais V. - Paléopathologie du squelette humain, Soc. Nouv. Des Éditions Boubée, Paris.

Favier 1993
Favier J. - Dictionnaire de la France médiévale, Fayard, Paris.

Ferembach 1961
Ferembach D. - Quelques facteurs de formation et de développement d’un isolat, Population, 16, 1 : 71-90.

Ferembach et al. 1979
Ferembach D., Schwidetzky I. et Stloukal M. - Recommandations pour déterminer l’âge et le sexe sur le squelette, Bull. et Mém. de la Soc. d’Anthropologie de Paris, 13, 6 : 7-45.

Ferreira, Cunha 2001
Ferreira M.T. et Cunha E. - Les enfants médiévaux de Serpa, Bull. et Mém. de la Soc. d’Anthropologie de Paris, n.s., 13, 1-2 : 167-168.

Fully et Pineau 1960
Fully G. et Pineau H. - Détermination de la stature au moyen du squelette, Annales de Méd. Légale, 40, 2 : 145-153.

Guillon et al. 2001
Guillon M., Sellier P. et Portat É. - Enfants et fœtus du cimetière Saint-Ayoul de Provins (Seine-et-Marne), une question complexe, Bull. et Mém. de la Soc. d’Anthropologie de Paris, n.s., 13, 1-2 : 170.

Hadjouis 1996
Hadjouis D. - Mortalité infantile et enfantine et cause de mortalité. L’exemple de la nécropole médiévale d’Ivry-Parmentier 2, Bull. et Mém. de la Soc. d’Anthropologie de Paris, n.s. 8, 1-2 : 15-26.

Henry 1980
Henry L. - Techniques d’analyse en démographie historique, Institut National d’Études Démographiques, Paris.

Masset 1973
Masset C. - Influence du sexe et de l’âge sur la conservation des os humains, L’homme hier et aujourd’hui. Recueil d’études en hommage à André Leroi-Gourhan. Cujas, Paris : 333-343.

Masset 1982
Masset C. - Estimation de l’âge au décès par les sutures crâniennes, Thèse de doctorat ès Sciences Naturelles, Université de Paris VII, polycopié, 301 p.

Moumoumi 1991
Moumoumi H. et al. - Familial symphalangism syndrome transmitted through five generations, Genet. Couns., 2, 3 : 139-146.

Olivier 1960
Olivier G. - Pratique anthropologique, Vigot Frères, Paris.

Ortner, Putschar 1981
Ortner D. J. et Putschar W.G.J. - Identifications of pathological conditions in human skeletal remains, Smithsonian contributions to anthropology, Smithsonian Institution Press, Washington, 28.

Schreider 1964
Schreider E. - Recherches sur la stratification sociale des caractères biologiques, Biotypologie, 26 : 105-135.

Séguy 1997
Séguy I. - Aspects religieux et profanes dans le traitement funéraire réservé au nouveau-né au Moyen Âge et à l’époque Moderne, in : Buchet L. (dir.), L’enfant, son corps, son histoire, Actes des 7es journées anthropologiques de Valbonne, 1994, Éditions APDCA, Sophia Antipolis : 97-113.

Simon 1986
Simon C. - Considérations paléodémographiques sur quelques églises de Genève, in : Buchet L. (dir.), Le matériel anthropologique provenant des édifices religieux, 2es journées anthropologiques de Valbonne, 1983, C.R.A. du C.N.R.S., Notes et Monographies Techniques, 19 : 121-122.

Theureau 1985
Theureau C. -.Anthropologie des squelettes du cimetière paroissial de Saint-Pierre-le-Puellier. Recherches sur Tours, 3.

Theureau 1996
Theureau C. - Proposition pour améliorer l’évaluation de l’âge au décès des adultes à partir de plusieurs indicateurs pris sur le squelette, Bull. et Mém. de la Soc. d’Anthropologie de Paris, n.s. 8, 3-4 : 441-450.

Theureau 1998
Theureau C. - La population archéologique de Tours (4e-17e s), étude anthropologique, Recherches sur Tours, 7.

Theureau 2006
Theureau C. - Synthèse anthropologique, in : E.Lorans (dir.), Saint-Mexme de Chinon, 5e-20e siècle, Archéologie et histoire de l’art, 22, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques : 247-266.

Thomas 1993
T
homas F. - La population de Rigny-Ussé entre 1670 et 1856 d’après les registres paroissiaux et l’état civil, Revue Archéologique du Centre de la France, 9e supplément.

Tillier 2001
Tillier A. - Des criminelles au village, femmes infanticides en Bretagne (1825-1865), Presses Universitaires de Rennes, Rennes.

Zadora-Rio et al. 1992
Zadora-Rio E., Thomas F. et Jouquand A.-M. - Rigny-Ussé 1, l’état des lieux d’après les sources écrites, Revue Archéologique du Centre de la France, 5e supplément.

Zadora-Rio, Galinié 1992
Zadora-Rio E., Galinié H. et al. - Fouilles et prospections à Rigny-Ussé (Indre-et-Loire), rapport préliminaire 1986-1991. Revue Archéologique du Centre de la France, 31 : 75-166.

Zadora-Rio, Galinié 1995
Zadora-Rio E., Galinié H. et al. - La fouille de l’ancien centre paroissial de Rigny (commune de Rigny-Ussé, Indre-et-Loire), deuxième rapport préliminaire (1992-1994), Revue Archéologique du Centre de la France, 34 : 195-249.

Zadora-Rio, Galinié 2001
Zadora-Rio E., Galinié H. et al. - La fouille du site de Rigny, 7e-19e s (commune de Rigny-Ussé, Indre-et-Loire) : l’habitat, les églises, le cimetière, Troisième et dernier rapport préliminaire (1995-1999), Revue Archéologique du Centre de la France, 40 : 167-242.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Zones fouillées sur le site de Rigny. Seule la moitié nord de la zone 8 n’a pas révélé d’inhumations. Les murs de clôture situés à l’Ouest et au Sud de l’église limitent respectivement le “ petit cimetière ” et le “ grand cimetière ” fixés depuis le milieu du 18e s.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 24 : cas de dysostose crânienne affligeant.la femme de la sépulture médiévale S1437 (cliché C. Theureau).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 28 : Vue postérieure du crâne féminin S 53 atteint d’un amincissement bipariétal évolué au stade de larges lacunes (cliché C. Halgate).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Theureau, « Étude anthropologique d’un cimetière de paroisse rurale : les sépultures (8e-19e s.) de Rigny (Rigny-Ussé, Indre-et-Loire) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 45-46 | 2006-2007, mis en ligne le 08 avril 2008, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://racf.revues.org/806

Haut de page

Auteur

Christian Theureau

Association pour le Développement des Études d’Archéologie Urbaine à Tours

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page