Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude

Les sanctuaires arvernes et vellaves hors des chefs-lieux de cités du ier s. av. J.-C. au ive s. ap. J.-C. : approche typologique et spatiale

The Arverni’s and Vellavi’s sanctuaries, outside the capitals, from the ist Century BC to the ivth Century AD: a typological and a spatial approach
Claire Mitton

Résumés

L’objectif de cette étude est de présenter une synthèse sur les sanctuaires ruraux arvernes et vellaves. Dans ce but, tous les lieux de culte ont été recensés à partir des données archéologiques (prospections pédestres et aériennes, fouilles) pour esquisser une synthèse qui soit la plus exhaustive possible. Les différents types de sanctuaires ont été analysés et regroupés au sein d’une typologie, qui est la première pour les peuples sur lesquels nous travaillons.
Un travail de cartographie et d’analyse spatiale a également été effectué, au sein duquel le lien entre les sanctuaires et d’autres marqueurs du paysage a été étudié.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Présentation générale de l’étude

1.1. Objectifs

1Cette étude des sanctuaires arvernes et vellaves a commencé avec un travail de Master (Mitton 2006) réalisé sous la direction de F. Trément dans le cadre des recherches conduites sur les dynamiques de développement des territoires dans le Massif Central depuis l’âge du Fer. Le but de ce mémoire était de reprendre toutes les données existantes et de les confronter. Le premier résultat de ce travail est la mise en place d’une typologie qui se fonde uniquement sur les données architecturales et spatiales en l’absence de données fiables sur le contexte historique et social immédiat des lieux de culte. Un deuxième aboutissement est lié au travail de cartographie et d’analyse spatiale qui a permis une vision globale de l’emplacement des structures cultuelles à l’échelle de deux cités et l’étude de leurs liens avec d’autres marqueurs du paysage. Toutes ces données seront croisées ultérieurement à d’autres études portant notamment sur les voies romaines, ou encore sur les villae, pour permettre une réflexion concernant les structurations et les développements des espaces.

1.2. Cadres de l’étude

1.2.1. Cadre géographique et historique

2L’espace pris en compte est constitué par les territoires des cités arverne et vellave tels que connus par les docièses médiévaux. Les atouts de ces deux cités sont multiples. Tout d’abord, des sites majeurs sont présents comme le temple de Mercure au sommet du Puy-de-Dôme qui, par son plan et sa position, est exceptionnel. On peut également noter un important renouvellement des données depuis ces dernières années avec l’essor des prospections aériennes, des fouilles préventives ainsi que des programmes de recherche. Tous les lieux de culte ont été étudiés à l’exception de ceux présents dans les chefs-lieux des deux cités concernées, Augustonemetum et Ruessio, car des études sont en cours.

3On étudiera la période romaine, qui s’étend du milieu du ier s. av. J.-C. au ve s. ap. J.-C. Le ier s. av. J.-C. est entièrement pris en compte, pour permettre l’analyse des premières phases d’aménagement des sanctuaires, quand elles existent. Cette période est intéressante car on remarque une restructuration des campagnes, avec une densification de l’habitat rural en plaine. À ceci s’ajoute, à la fin du ier s. av. J.-C., la fondation d’Augustonemetum, qui devient la capitale de la cité arverne. Concernant le peuple vellave, César nous apprend que c’est un peuple client des Arvernes (BG VII, 75). L’étude s’arrête à la fin de l’Antiquité car l’objectif n’est pas, pour l’instant, d’étudier la phase de transition entre la fin de la période gallo-romaine et le début du haut Moyen Âge.

1.2.2. Terminologie

4Plusieurs termes sont utilisés pour désigner les lieux de culte. Certains sont couramment employés avec parfois une différence entre le sens antique et leur utilisation actuelle par les archéologues. Le terme fanum en est un exemple :

5- définition antique : selon Varron (L. Lat. VI,4) le fanum, à la différence du templum, n’a connu aucune prise des auspices, c’est-à-dire qu’il n’a été ni consacré, ni inauguré. Ceci expliquerait la rareté de l’utilisation de ce terme dans l’Antiquité romaine car la majorité des lieux de culte connaissaient les deux cérémonies de la consecratio et de l’inauguratio. Tite-Live, quant à lui, utilise le terme fanum dans son Histoire Romaine (XXXVI, 1) pour désigner les salles de certains temples réservées au lectisterne. En Gaule, le terme fanum n’apparaît que très rarement dans les sources épigraphiques. Il semblerait que ce terme revête le même sens qu’à Rome, même si le peu d’exemple ne permet guère de s’avancer sur cette question.

6Dès le vie s. les auteurs utilisent le mot fanum pour désigner les temples issu d’un culte païen. C’est le cas de Césaire d’Arles dans ses Sermons (14,4) ;

7- utilisation actuelle : les archéologues utilisent le terme fanum pour qualifier une structure cultuelle au plan bien précis, dit « indigène » : un plan centré avec cella et galerie. La terminologie est donc aujourd’hui liée plus à un type de plan qu’à des rites religieux.

  • 1  Les temples hybrides possèdent des éléments appartenant exclusivement aux temples classiques, comm (...)

8Dans cette étude, les termes sont employés en fonction du plan des structures : le terme sanctuaire est utilisé lorsque le péribole est reconnu, et au sein du sanctuaire on peut trouver un ou plusieurs fana ou temples. Le terme fanum est pris dans son sens actuel de structure cultuelle à plan centré avec cella et galerie. Les structures cultuelles possédant un autre plan sont appelées temples : il y a des temples hybrides1, des temples à simple cella ou encore des temples classiques de type italique, avec cella rectangulaire ou circulaire et pronaos.

2. Historique régional des recherches

9Les connaissances actuelles sur les sanctuaires ruraux comportent encore de nombreuses lacunes. Les volumes de la Carte Archéologique de la Gaule des quatre départements de l’Auvergne sont unanimes sur ce point. Le volume le plus récent date de 1996, mais dix ans après, ce manque de données est un constat encore valable. Ce manque d’études se constate dans l’ouvrage d’I. Fauduet où, en 1993, très peu de lieux de culte recensés sont situés en Auvergne (Fauduet 1993a : 21).

10Aucun travail de synthèse portant sur les peuples arverne et vellave n’a été effectué à ce jour. L’étude la plus récente est un essai de synthèse publié en 1985 par le Musée Bargoin à la suite de l’exposition « sanctuaires arvernes ». Cette étude a maintenant plus de 20 ans et de nombreuses autres découvertes sont à ajouter. Des sites sont également à ôter, au vu des nouvelles approches : par exemple, beaucoup de lieux de culte étaient supposés seulement parce qu’une source était présente. Les récents travaux permettent de réviser cette interprétation, notamment ceux de L. Bourgeois (1992 : 6), qui énonce clairement que le lien entre sanctuaire et point d’eau est loin d’être systématique.

2.1. Historique des recherches pour le département du Puy-de-Dôme

  • 2  Les références entre crochets renvoient au corpus des sites (département, [numéro de site])

11Dans le département du Puy-de-Dôme, les fouilles se concentrent autour de l’actuelle ville de Clermont-Ferrand, lieu de nombreux aménagements et constructions : c’est le cas du site de la Source des Roches (63, [016])2, sur la commune de Chamalières, connu dès 1846 et fouillé dans les années 1970. Une autre découverte, dans l’actuelle zone commerciale du Brézet (63, [021]), a eu lieu en 1968 lors de l’élargissement d’une rue. Toujours au Brézet, G. Vernet a fouillé en 2000 un site cultuel de La Tène finale (63, [022]). Enfin, à Blanzat (63, [012]), après les fouilles de P. Eychart dans les années 1950 sur le sanctuaire, les recherches continuent sous la direction conjointe d’I. Fauduet et de B. Clémençon.

12D’autres fouilles ont été menées récemment, essentiellement dans les environs immédiats de Clermont-Ferrand : sur le plateau de Gergovie (63, [061]), sur le plateau de Corent (63, [078]), au Col de Ceyssat (63, [055]) et au sommet du Puy-de-Dôme (63, [054]).

13Quelques sanctuaires ont également été explorés dans le reste du département, mais il s’agit majoritairement de fouilles antérieures à 1960. Un fanum a été fouillé en 1882 à Voingt (63, [081]) et un autre en 1957 à Lastic (63, [037]). Un sanctuaire a été découvert sur le plateau de Rajat, à Murol (63, [050]), en 1954. Le site des « Coustasses »,situé sur la commune d’Anzat-le-Luguet (63, [004]), a également fait l’objet de sondages dans les années 1960.

  • 3  Ingénieur d’étude au Centre d’Histoire “ Espaces et Cultures ” (CHEC-EA1001) et membre du CÉRAA. (...)

14Les activités du Centre d’Études et de Recherches en Archéologie Aérienne (CÉRAA) ont permis la découverte de nouvelles structures. Des prospections sont menées depuis une quinzaine d’années et vont en s’intensifiant, notamment avec le travail de B. Dousteyssier3, auteur de nombreux clichés dont quatre sanctuaires inédits photographiés en 2002, 2004 et 2005 : La Chapelle-Marcousse (63, [018]), Les Martres-d’Artière (63, [045]), Saint-Julien-de-Coppel (63, [069] et Charbonnier-les-Mines (63, [019]). Une part importante des sites récents est connue grâce à la prospection aérienne. C’est le cas du site de « Blanède », sur la commune du Broc, en 1991 (63, [014]) ; du site de « Champeyroux », sur la commune de Bergonne en 1997 (63, [011]) ; du site des« Coutissou », sur la commune de Voingt, en 1987 (63, [082]) ; du site des « Chaux de la Roche », sur la commune de La Chapelle-Marcousse, en 2002 (63, [018]) ; du site de « La Borde », sur la commune des Martres-d’Artière en 2004 (63, [045]). Enfin, trois sites ont été découverts sur la commune de Saint-Julien-de-Coppel en 1982, 1997 et 2004 (63, [069] [070] [071]), et un site a été photographié sur la commune de Charbonnier-les-Mines en 2005 (63, [019]).

2.2. Historique des recherches pour le département du Cantal

15A. Vinatié a prospecté de nombreuses zones du Cantal, notamment la région de Massiac, Saint-Flour et Allanche. Sans avoir publié d’études centrées sur les sanctuaires, ces derniers sont néanmoins mentionnés et analysés dans plusieurs ouvrages (Vinatié 1991 ; Vinatié 1995 ; Vinatié, Baillargeat 2002). Il a découvert celui de Landeyrat (15,[014]) et a étudié celui d’Allanche (15, 001). Il mentionne également des sites susceptibles d’être des sanctuaires : à Celles (15, [007]), à Charmensac (15, [008]), à Ferrières-Saint-Mary (63, [012]), à Peyrusse (63, [022]), à Vernols (15, [025]).

16Par ailleurs, les fana d’Aurillac (15, [004]) et de Mauriac (15, [018]) ont fait l’objet de deux monographies (Roche 1985 ; Lapeyre, Roche 1987). Une carte des sanctuaires ruraux est présentée dans la Carte Archéologique du Cantal (Provost, Vallat 1996 : 55).

2.3. Historique des recherches pour le département de l’Allier

17Aucune étude générale sur les sanctuaires n’a été menée dans le département de l’Allier. Celui-ci se situe aux confins de trois peuples (Arvernes, Éduens et Bituriges Cubes), ce qui lui a longtemps valu de rester à l’écart des recherches menées sur ces trois civitates antiques. Les études ont, en effet, été souvent ciblées sur les chefs-lieux de cité et leurs alentours : Augustonemetum pour les Arvernes, Augustodunum pour les Éduens et Avaricum pour les Bituriges.

18La recherche récente est très importante car la moitié de tous les édifices cultuels découverts dans l’Allier l’ont été durant ce début de xxie s. Les mentions de lieux de culte, jusqu’à cette date, concernaient principalement des puits cultuels, des sources sacralisées et plus rarement des traces de sanctuaires, comme à Vichy (03, [019]). Il faut attendre les années 2000 pour que ces structures apparaissent par la fouille et l’archéologie aérienne. Le site de Lapalisse (03, [009]) a été fouillé en 2001 par S. Liégard et A. Fourvel, dans le cadre d’une opération d’archéologie préventive. De nouveaux lieux de culte sont également connus depuis peu grâce à la prospection aérienne. Les prospections de D. Lallemand dans la région du Forterre ont ainsi permis de découvrir deux nouveaux sites en 2003 (03, [005] et [015]).

2.4. Historique des recherches pour le département de la Haute-Loire

  • 4  Des manuscrits de collections particulières, peu accessibles auparavant, ont été déposés aux Archi (...)

19À l’instar de l’Allier, trois peuples sont reconnus en Haute-Loire : les Arvernes au nord, les Gabales au sud-ouest et, sur tout le reste du département, les Vellaves. Il est clairement énoncé dans la Carte Archéologique qu’» en l’absence du renouvellement de la documentation archéologique, il est difficile d’étudier les sanctuaires antiques de l’actuel département de la Haute-Loire » (Provost, Rémy 1994 : 30). L’historique des recherches en Haute-Loire met en évidence un manque d’étude. Quelques érudits et historiens commencent à s’investir dans la recherche archéologique au xixs. Le plus important pour l’archéologie vellave est A. Aymard, qui effectue de nombreuses études, comme le montre la multitude d’articles ou de manuscrits dont il est l’auteur. Il est plus particulièrement à l’origine de nombreuses fouilles place du For et autour de la cathédrale du Puy-en-Velay4. La recherche récente ne s’est malheureusement que très peu intéressée à ce département. Lorsque c’est le cas, les fouilles concernent le plus souvent des sites préhistoriques ou médiévaux. Les seules fouilles de sanctuaires sont celles de Saint-Jean-d’Aubrigoux dans les années 1970 (43, 021) (Orelle 1980), et celle de la cathédrale du Puy en 1994 et 1995 (43, 016) (Liégard, Fourvel 1994). La prospection aérienne n’est malheureusement pas pratiquée dans le département, par manque de chercheurs, mais également à cause des conditions de terrain peu favorables (il y a beaucoup de zones forestières et de pâturages).

20De façon générale, le manque de recherche peut s’expliquer par des raisons historiques. Le passé médiéval est très présent, que ce soit au Puy-en-Velay, étape de pèlerinage vers Compostelle, ou à Polignac, avec sa forteresse du xie s. Les périodes protohistorique et gallo-romaine sont ainsi très mal documentées. Dans la ville du Puy, on remarque des problèmes de conservation ou lisibilité des données : les vestiges gallo-romains, très profondément enfouis, ne sont pas toujours totalement étudiés pour des raisons de sécurité et de facilité. Le manque d’étude est également la conséquence d’une carence de chercheurs. Après L. Simonnet dans les années 1970 et le début des années 1980, personne n’a pris la relève pour faire avancer la recherche.

3. Méthode de recherche

21Toutes les données de fouilles, de prospection pédestre et aérienne ont été croisées pour obtenir le plus d’informations possible sur chaque site. Seules les données archéologiques ont été dépouillées de manière exhaustive (les données issues des textes antiques n’ont pas été prises en compte en l’absence de corrélation avec des découvertes archéologiques).

3.1. Mode d’acquisition des données

22Un dépouillement bibliographique et photographique exhaustif a tout d’abord été effectué pour les quatre départements de l’Auvergne. Un dépouillement photographique a également été fait par l’intermédiaire du CERAA et des vues verticales des départements du Puy-de-Dôme et du Cantal ont pu être examinées grâce au logiciel Photœxplorer.

  • 5  L’autre moitié correspond à des sites issus de données anciennes, ou de découvertes isolées, non l (...)

23153 mentions de sanctuaires ont été recensées, dont 102 concernant des sanctuaires attestés et hypothétiques, et 51 sites ont été rejetés. 63 sites ont été vérifiés sur le terrain5 et repéré précisément à l’aide d’un GPS. La vérification au sol des sites a permis de se rendre compte de l’état de conservation des vestiges.

24Les sites ont ensuite été délimités et prospectés. Le ramassage a été systématique, dans le but d’acquérir le plus de mobilier possible pour dater chaque site, ou pour affiner une datation pré-existante. Du matériel a également été ramassé sur des sites déjà prospectés, mais qui n’avaient pas livrés d’artefacts, ou très peu. En revanche, pour des sites comme La Sauvetat (63, [076]), qui ont connu de nombreuses prospections et où des milliers de tessons de céramiques ont déjà été ramassés, il n’a pas paru nécessaire d’effectuer un ramassage supplémentaire. Le site a été prospecté mais la recherche a uniquement porté sur des secteurs jusque là non reconnus.

3.2. Indice de fiabilité

25Pour apprécier au mieux la qualité de l’information archéologique disponible pour chaque site, un indice de fiabilité a été créé. Ce système a permis de prendre en compte des mentions anciennes pour ne pas perdre d’informations, même si elles ont généralement reçu un indice nul.

26Indice 2 : le sanctuaire est attesté par des fouilles, par un plan issu d’une photographie aérienne ou par un plan relevé sur le terrain.

  • 6  Le caractère isolé de la découverte empêche d’attester un sanctuaire à son emplacement actuel car (...)

27Indice 1 : le sanctuaire est hypothétique. Plusieurs cas de figure se présentent : il peut s’agir d’un site où un bâtiment monumental est attesté mais dont la fonction n’a pu être déterminée (sanctuaire, thermes, etc.). Il peut s’agir également d’une découverte isolée d’élément cultuel (autel, ex-voto)6.

28Indice 0 : l’interprétation cultuelle des sites est rejetée (à la suite de nouvelles données ou d’une nouvelle interprétation).

Fig. 1 : Indices de fiabilité des mentions de lieux de culte. Les sanctuaires attestés possèdent un indice 2 et les sanctuaires hypothétiques, un indice 1.

Fig. 1 : Indices de fiabilité des mentions de lieux de culte. Les sanctuaires attestés possèdent un indice 2 et les sanctuaires hypothétiques, un indice 1.

C. Mitton

3.3. Exploitation des données

29Pour la mise en place d’une typologie, des plans précis étaient nécessaires. À cette fin, les structures pouvant être relevées l’ont été : c’est le cas des bâtiments situés en milieu non labouré et dont le plan est connu en élévation sous forme de micro-relief. Pour les sites connus par photographie aérienne, un redressement des clichés a été effectué grâce au logiciel Photoplan. Une étude des plans est toujours difficile car les photos aériennes superposent tous les états d’un bâtiment. Toutefois, ceci permet d’avoir les mesures des édifices, indispensables pour établir des comparaisons et une caractérisation typologique des sanctuaires. Concernant les sites fouillés, c’est le plan de fouille qui a été repris.
Tous les plans ont été mis à la même échelle et orientés de façon identique.
Enfin, les résultats ont été exploités au sein d’une base de données pour être facilement manipulables et couplés à un Système d’Information Géographique (Arcview 8).

3.4. Limites

  • 7  Professeur d’Antiquités Nationales à l’université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand II.

30Les prospections se sont fortement développées en Limagne, sous l’impulsion de F. Trément7, dans le cadre de stages ou de mémoires universitaires. Cette méthode à permis de mettre en évidence un grand nombre de sites, mais aucun d’eux n’est interprété jusqu’à maintenant comme un lieu de culte. La prospection aérienne montre pourtant leur présence en grand nombre. Il s’agit d’un problème de reconnaissance : en effet, le mobilier présent sur les sites cultuels est le même que sur les sites d’habitats classiques (annexes agricoles, fermes ou villae).

31En l’absence de plan, les lieux de culte peuvent être attestés lorsque des offrandes ou des ex-voto sont découverts, ce qui est assez rare en prospection. Les nombreuses offrandes périssables ne nous parviennent que rarement et encore moins en prospection. Il ne nous reste que les offrandes en bronze qui étaient moins nombreuses. Le seul élément susceptible d’être un indice dans ce cas est la découverte d’une dédicace votive sur un fragment de céramique, ou une poterie sacrifiée volontairement attestant son usage cultuel.

Fig. 29 : Occupation des sanctuaires du IIe s. av. J.-C. au IVe s. ap. J.-C.

Fig. 29 : Occupation des sanctuaires du IIe s. av. J.-C. au IVe s. ap. J.-C.

C. Mitton

32La superficie ne peut pas être un critère car, comme pour les habitats, on retrouve des sanctuaires de moins de 0,1 ha et d’autres couvrant une surface d’1 à 2 ha, comme le site de Saint-Julien-de-Coppel, (1,5 ha). La superficie, à l’instar du mobilier, n’est pas un critère caractéristique d’un lieu de culte. Le même problème se pose pour la chronologie et la durée d’occupation : on remarque le même phénomène que pour l’habitat dans les régions étudiées : à la fin du iie s., des changements apparaissent, destruction de sites ou simple restructuration. La majorité des lieux de culte découverts sont datés du Haut Empire (Fig. 29) et très peu sont encore présents au Bas Empire. Pour l’habitat, on constate pour les sites de Limagne un phénomène identique. Si les grandes villae sont toujours occupées au Bas Empire, très peu de sites d’habitats plus modestes sont encore présents (Dousteyssier et al. 2004 : 126-128). Les phases d’occupation du site ne sont donc pas un descripteur permettant de différencier les lieux de culte des habitats.

4. Structures cultuelles gallo-romaines arvernes et vellaves

4.1. État des connaissances et conditions de découverte

33On relève 51 lieux de culte avérés, affectés d’un indice de fiabilité de 2, 51 sites possèdent un indice intermédiaire de 1 et 51 sites présentent un indice nul. Seulement 20 de ces sites cultuels avérés sont enregistrés dans la base PATRIarche du SRA (listing 2005). L’absence de certains sites y est plus due à des problèmes d’enregistrement qu’à l’ignorance de leur existence : par exemple, la commune de Voingt possède deux sanctuaires, mais aucun ne figure dans les listings des lieux de culte car le site est enregistré de façon générale en agglomération. En revanche, 19 sites présents dans ce listing n’ont pas été retenus comme lieu de culte attesté : certains d’entres eux sont des mentions issues de la tradition recevant un indice 0, ou des sites qui, après vérification, ne peuvent être attestés, tel celui d’Allanche, « Mathonière » (15, [001]).

34Si l’on se réfère aux volumes de la Carte Archéologique de la Gaule, 29 des 51 sanctuaires avérés sont signalés. Trois sites sont dans la CAG mais non interprétés comme des sanctuaires ; l’absence des autres sites est due à la date de publication de ces ouvrages. Enfin, cinq sanctuaires sont attestés dans ces ouvrages mais non retenus dans cette étude car ils ne présentent pas assez d’éléments pour être considérés comme des lieux de culte. C’est le cas du site du Puy-en-Velay (43, [016]) où seulement un bâtiment monumental peut être attesté sans que l’existence d’un sanctuaire soit archéologiquement démontrée.

35Les sites cultuels avérés sont constitués de différents types de sanctuaires, construits et non construits. La majorité correspond à des sanctuaires construits. Cette constatation tient surtout aux méthodes de recherche et aux conditions de découverte car les sites naturels sacralisés ne présentent pas de matériaux de construction ou de structures en place qu’on pourrait retrouver en prospection. Ces conditions jouent donc un rôle primordial dans les informations et le type de donnée obtenues. En ce qui concerne la mise en place de la typologie, elle est possible à partir de sites dont le plan est connu. Ces plans ont pu être étudiés lors de découvertes en fouille ou en prospection aérienne. Quelques rares exemples existent en prospection pédestre, lorsque celle-ci est menée en milieu non labouré. Enfin, concernant les découvertes en fouille, les données disponibles ne sont pas identiques entre les fouilles anciennes et récentes.

Fig. 2 : Conditions de découvertes des sanctuaires attestés

Fig. 2 : Conditions de découvertes des sanctuaires attestés

C. Mitton

36On observe sur la carte (Fig. 2) que les sites sont en majorité découverts en fouille et en prospection aérienne. Une vingtaine de sites ont ainsi été mis au jour grâce à la fouille, mais dans un laps de temps qui s’étend sur environ deux, voire trois siècles : certaines fouilles datent du xviiie s. En revanche, la quinzaine de lieux de culte découverts en prospection aérienne date seulement de ces vingt dernières années. Ceci confirme ce que nous avons déjà indiqué sur l’importance de cette dernière méthode pour notre étude, à savoir que, les plans étant visibles, une fonction peut plus facilement être avancée et attestée, contrairement aux sites découverts en prospection pédestre en milieu labouré. Un tiers des sites fouillés se situe dans le bassin de Clermont-Ferrand. Il n’y a que trois sanctuaires attestés dans le territoire des Vellaves, tous découverts en fouille. La prospection aérienne n’a permis la découverte d’aucun sanctuaire dans ce territoire car cette méthode d’investigation n’est pas pratiquée en Haute-Loire.

4.2. Les temples construits

4.2.1. Typologie des temples

37Parmi les 51 occurrences attestant un site cultuel et possédant un indice de fiabilité maximal, 31 sites sont utilisables du point de vue de la typologie. Les autres correspondent à des sites sans aménagements ou ne comportant aucun plan connu, comme le temple du Bouchet-Saint-Nicolas (43, [007]). Parmi ces 31 sites, six comportent plusieurs bâtiments identifiés à des fana ou à des temples. Dans cette typologie, chacune des structures est étudiée à part, ce qui porte à 37 le nombre d’édifices cultuels pris en compte ici. Précisons que toutes les structures sont arvernes car aucun plan n’est connu en territoire vellave.

Fig. 3a : Plan des fana à une cella sans péribole reconnu ou avec un péribole dont le plan est très fragmentaire.

Fig. 3a : Plan des fana à une cella sans péribole reconnu ou avec un péribole dont le plan est très fragmentaire.

Fig. 3b : Plan des fana à une cella avec leur péribole.

Fig. 3b : Plan des fana à une cella avec leur péribole.

Fig. 4 : Plan de sanctuaires comprenant plusieurs structures cultuelles (des fana et d'autres types de temples).

Fig. 4 : Plan de sanctuaires comprenant plusieurs structures cultuelles (des fana et d'autres types de temples).

38Les différents types reconnus sont les suivants :

  • fanum à galerie périphérique, avec une cella (Fig. 3a ; 3b et 4) :
    - fanum avec galerie et cella quadrangulaire,
    - fanum
    avec galerie et cella polygonale,
    - fanum avec galerie polygonale et cella circulaire,

  • fanum à galerie et deux cellae (Fig. 5) ;

  • temple hybride (éléments classiques et non classiques mêlés : pronaos et galerie) (Fig. 6) ;

  • temple sans galerie (Fig. 4 et 7) :
    - temple à simple cella,

  • fanum à galerie (Fig. 3a, 3b, 4 et 5).

Fig. 5 : Plan de fana à double cellae.

Fig. 5 : Plan de fana à double cellae.

39Le fanum à galerie périphérique est le type de temple le plus rencontré sur les territoires étudiés, avec 26 cas (Fig. 8). Il en est de même, semble-t-il, pour toutes les régions de Gaule (Fauduet 1993 a : 51). Le fanum peut posséder une ou plusieurs cellae. On dénombre en majorité des fana à une cella. Parmi elles, 24 ont une galerie quadrangulaire dont quatorze de forme carrée et dix rectangulaire. Une seule possède une galerie polygonale (Aurillac 15, [004]). La forme de la galerie du site de Mauriac (15, [019]) n’est pas connue mais celui-ci est tout de même classé dans les fana à galerie, car un mur ayant probablement cette fonction a été retrouvé.

Fig. 8 : Les différents types de temples (C. Mitton).

Fig. 8 : Les différents types de temples (C. Mitton).

40La cella est majoritairement quadrangulaire (24 cas). Il existe un exemple de cella polygonale à Aurillac (15, [004]), et de cella circulaire sur le côté intérieur et polygonal à l’extérieur, à Mauriac (15, [019]). Parmi les cellae quadrangulaires, quinze sont carrées, les neuf autres étant rectangulaires.

41Le plan singulier, mêlant cella circulaire et polygonale, rencontré à Mauriac semble plus typique de l’ouest de la Gaule. On remarque que ce plan est présent en Vendée (à Saint-Gervais), ou en Charente (à Chassenon) (Fauduet 1993 b : 59).

42Dans une moindre mesure, on retrouve des fana à galerie et à double cella (Fig. 5). Ils sont au nombre de trois. Il s’agit des sites de Charbonnier-les-Mines (63, [019]), de Saint-Julien-de-Coppel (63 [070]) et de Ruynes-en-Margeride (15, [023]). Les trois fana sont rectangulaires et contiennent des cellae quandrangulaires, sensiblement carrées pour Charbonnier-les-Mines, et rectangulaires pour Saint-Julien-de-Coppel. Les murs des cellae de Ruynes-en-Margeride se poursuivent dans une parcelle contiguë, dans laquelle rien n’est visible. Leurs dimensions exactes, et donc leur forme, ne sont pas connues.

Temples hybrides

43Dans la catégorie des temples hybrides sont présentes des structures comportant des éléments classiques, tel un pronaos, et non classiques, telle une galerie périphérique. Cette dernière, absente du modèle romain, est une des caractéristiques des temples appelés fana, généralement de plan centré, qui se développent en Gaule. (Fig. 6)

Fig. 6 : Plan de temples hybrides.

Fig. 6 : Plan de temples hybrides.

44Trois structures possèdent un plan hybride. Il s’agit des temples du Mont-Dore (63, [048]), de Saint-Georges-sur-Allier (63, [067]) et du temple principal d’Orcines, localisé au sommet du Puy-de-Dôme (63, [054]). Chacun présente un plan particulier : le premier est rectangulaire, le second carré et le troisième possède une galerie rectangulaire et une cella carrée. Dans ces trois exemples, le pronaos est rectangulaire.

Temples sans galerie

45Dans la catégorie des temples sans galerie, on retrouve des temples à simple cella et d’autres à pronaos (Fauduet 1993a : 60). (Fig. 7)

Fig. 7 : Plan de temples à simple cella.

Fig. 7 : Plan de temples à simple cella.

46Les temples à simple cella ne sont pas facilement identifiables : leurs plans se rapportent à de simples bâtiments circulaires ou quadrangulaires, et il est très souvent impossible de déterminer s’il s’agit effectivement d’une cella, ou de la galerie d’un fanum dont la cella ne serait pas visible.

47Ils sont souvent regroupés au sein d’un enclos, parfois avec d’autres temples. Le site des Basiols à Saint-Beauzely dans l’Aveyron en est un exemple : neuf cellae avec une entrée à l’est sont réunies au sein d’un péribole (Bourgeois, Pujol, Séguret 1993 : 143). Ce site est attesté grâce à la fouille, ce qui n’est malheureusement pas le cas de beaucoup de structures qui paraissent isolées. De même, lorsqu’au sein d’un sanctuaire un ou plusieurs fana sont présents avec des structures circulaires ou quadrangulaires, ces dernières sont assez rapidement classées en bâtiments annexes et non en cellae.

48Les sites retenus comme tels chez les Arvernes et les Vellaves consistent en bâtiments quadrangulaires, retrouvés dans deux cas de figure :

  • L’édifice est inclus au sein d’un péribole et a été reconnu grâce à la fouille comme une cella et non comme un bâtiment annexe : c’est le cas pour Murol (63, [050]), pour le temple secondaire d’Orcines (63, [054]) et pour la structure de Veyre-Monton (63, [078]). La construction de Landeyrat (15, [015]) n’a pas été fouillée, mais sa position, en regard du fanum et symétrique par rapport à sa cella, a permis d’interpréter cette structure comme un temple.

  • L’édifice est isolé, aucun péribole n’a été retrouvé mais, au vu de plusieurs facteurs (position géographique et topographique, mobilier, plan, contexte), l’hypothèse d’un temple à simple cella est émise. Cette hypothèse ne peut être confirmée et retenue pour la typologie qu’en cas de fouille ou de sondage : c’est le cas à Anzat-le-Luguet (63, [004]).

49Seule la structure de Saint-Julien-de-Coppel (63, [071]) pourrait être interprétée comme un temple à pronaos : elle possède en effet le même plan que tous les temples interprétés comme tel dans l’étude d’I. Fauduet (1993a : 59-60). Il subsiste néanmoins un doute sur la réalité du pronaos car il pourrait également s’agir d’un escalier d’accès. En l’absence de fouille, cette structure a donc été considérée comme un temple à simple cella.

4.2.2. Classification des sanctuaires

  • 8  C’est le cas des sites de Voingt “ Coutissou ” (63, [081]), Aurillac (15, [004]), Lastic (63, [037 (...)

50Le péribole a été retrouvé sur 18 sites, mais est parfois très fragmentaire8 et reste hypothétique. On ne prendra donc en compte que les enceintes retrouvées entières ou presque, ce qui concerne onze sites. Trois d’entres eux possèdent un fanum sans aucune structure annexe : La Sauvetat (63, [075]), Bergonne (63, [011]) et Lapalisse (03, [009]).

  • 9  Le site présenté par P. Aychart possède deux fana mais, lors du nouveau dégagement du sanctuaire e (...)

51Certains sanctuaires possèdent un fanum ou un temple à simple cella avec une ou plusieurs autres structures annexes : Le Broc (63, [014]), Voingt (« Beauclair ») (63, [080]), Les Martres-d’Artière (63, [045]), Blanzat (63, [012])9, Murol (63, [050]).

52Il existe également des sanctuaires à deux temples ou fana, avec ou sans bâtiment annexe (Fig. 4) : le site de La Roche-Blanche (63, [061]) est un sanctuaire à deux fana, comme ceux de Cindré (03, [005]) et de Saint-Julien-de-Coppel (63, [069]); le site de Veyre-Monton (63, [078]) possède un fanum et un temple à simple cella, celui d’Orcines (63, [054]) est composé d’un temple hybride et d’un temple à simple cella, enfin le site de Landeyrat (15, [015]) possède un fanum juxtaposé soit à un autre fanum, dont seule la cella serait visible, soit à un temple à simple cella.

4.2.3. Le péribole

53La moitié des périboles retrouvés a été fouillée et est donc utilisable pour fournir des informations sur leur construction (matériaux, appareillage, etc.). Les neuf autres sites étant des découvertes réalisées lors de prospections aériennes, on ne peut donc guère connaître que la forme de l’enceinte.

  • 10  Les sanctuaires de Chassenon et de Sanxay, en Poitou-Charentes, possèdent également un plan crucif (...)

54Seuls des périboles quadrangulaires ont pu être observés mais, pour certains sites, il est impossible de déterminer leur forme car un seul côté est visible : c’est le cas du péribole du site de Bergonne (63, [011]). Si les quatre côtés reproduisent la forme présente au sud, on obtiendrait finalement un plan cruciforme10, mais peut-être est-ce seulement une avancée sur un des côtés (Fig. 9). On retrouve cette tendance dans les autres régions, où une majorité de périboles sont des quadrilatères irréguliers ou des rectangles (Fauduet 1993a : 38).

Fig. 9 : Restitutions possibles du péribole du sanctuaire de Bergonne (63, 011)

Fig. 9 : Restitutions possibles du péribole du sanctuaire de Bergonne (63, 011)

D’après Mitton 2006 : fig. 26

55Le péribole maçonné s’implante assez rapidement en Gaule (dès le ier s. ap. J.-C.) en remplacement des clôtures palissadées ou des fossés ouverts. Parmi les neuf sanctuaires fouillés en Auvergne, huit ont une enceinte maçonnée. Le sanctuaire du puy de Corent (63, [078]) possède un premier péribole d’époque romaine dont il ne reste que quelques fragments architecturaux en pierre, puis, au Haut Empire, un nouveau péribole est délimité par un portique monumental maçonné et revêtu d’enduits peints. À Voingt (63, [080]), l’enceinte est formée d’un mur en petit appareil de granite jointoyé au fer.

  • 11  L’enclos est matérialisé par une série de douze trous de poteau.

56Seul le site de Lapalisse (03, [009]) est constitué d’un enclos palissadé11. Mais beaucoup de sites sont mal datés, et plusieurs réaménagements ont pu ainsi avoir lieu sans qu’on puisse véritablement établir de relations entre les dates d’implantation et les types de construction.

4.2.4. Aménagements annexes

57Des aménagements peuvent être intégrés dans la cella ou dans la galerie, et des édifices peuvent exister dans le péribole ou à l’extérieur. Ces bâtiments sont souvent difficilement interprétables : lieux de stockage, d’hébergement, d’habitation pour le gardien, etc. Ils sont également difficilement différenciables des temples à simple cella.

58Pline le Jeune (Lettres, VIII, 8) évoque la présence d’édifices pour héberger des pèlerins lorsqu’il parle de la source de Clitumne. Si des ensembles identiques existaient en Gaule, il n’en reste aucune trace archéologique.

59Le portique est un aménagement que l’on retrouve assez régulièrement (van Andringa 2002 : 110). Cet espace pouvait être le lieu de dévotion, comme le prouve le site de Jublains (53), où les portiques du sanctuaire ont livré des enduits peints avec des inscriptions, malheureusement peu lisibles.

60Chez les Arvernes, on retrouve ce type de structure sur cinq sanctuaires, peut-être sept. Il y a tout d’abord les portiques au niveau du péribole, comme sur le sanctuaire de Gergovie (63, [061]) qui possède un portique sur le côté ouest, long de 55 m et comprenant quatorze colonnes avec une base et un chapiteau en grès mouluré. Les colonnes étaient construites avec des briques en quarts de rond liées à l’argile et recouvertes d’enduits et de stucs lissés ou cannelés (Provost, Mennessier-Jouannet 1994 : 277). Un portique est également présent sur les quatre côtés du sanctuaire du puy de Corent (63, [078]). Il connaît plusieurs réaménagements : la galerie en bois de la fin de l’époque gauloise est remplacée par une colonnade en pierre durant la période romaine et le dernier état, daté de la fin du iie s. ou du début du iiie s., présente un portique cloisonné monumental, entièrement maçonné et revêtu d’enduits polychromes (Poux 2004 : 92).

61Un portique, composé d’exèdres de 3 m de diamètre (Casas 1989 : 28), a été mis en évidence sur le côté sud de la cella du temple principal d’Orcines (63, [054]). L’entrée orientale du temple secondaire ouvre également sur un portique. Le temple du Mont-Dore (63, [048]) possède un portique de façade de 3,75 m. Enfin, à Saint-Julien-de-Coppel (63, [070]), un portique cloisonné est présent sur le côté est, mais la parcelle dans laquelle se poursuit le site ne permet pas de discerner la continuation de la structure.

62Une avancée est visible sur le côté est du péribole du site de La Sauvetat (63, [075]), ainsi que sur le côté oriental du fanum. Il s’agit probablement d’un espace de circulation, couvert ou non (galerie de façade ou portique). On ne peut l’associer avec certitude à un portique car le site a été découvert en prospection aérienne. Une avancée est également présente sur le côté est du fanum d’Artonne (63, [005]), et peut-être sur le côté nord de deux autres fana, à Charbonnier-les-Mines (63, [019]) et à Saint-Julien-de-Coppel (63, [070]). On ne peut interpréter cette avancée avec certitude car les sites n’ont pas fait l’objet de fouilles. Ils correspondent peut-être à un système d’entrée pour le fanum, de type portique ou non.

63Des aménagements dans la cella ou dans la galerie ne concernent que quatre sites arvernes : une pièce rectangulaire est présente dans la galerie du fanum de La Chapelle-Marcousse (63, [018]), une structure circulaire (bassin ou puits) est présente dans la galerie du fanum de Cindré (03, [005]), deux absides sont reconnues dans la galerie du temple du Mont-Dore (63, [048]), un bassin est situé dans la cella du fanum de Mauriac (15, [019]).

64Des bâtiments peuvent être situés dans le péribole du sanctuaire, comme c’est le cas à Saint-Julien-de-Coppel (63, [069]) où deux fana sont présents avec une troisième structure correspondant peut-être à un enclos cultuel. À Voingt (63, [080]), une pièce est accolée au côté nord du temple. La base de ses murs est garnie d’enduits peints beige et rouge (Charbonneau 1957 : 123). Un stylobate est présent à l’est du fanum et se poursuit dans cette direction jusqu’à une pièce rectangulaire, construite en moyen appareil allongé de granite, et couverte d’enduits peints.

65D’autres édifices quadrangulaires non interprétables existent sur le site des Martres-d’Artière (63, [045]), d’Aigueperse (63, [001]), d’Orcines (63, [054]), d’Aurillac (15, [004]) et de Landeyrat (15, [015]).

4.2.5. Systèmes d’entrée du péribole et du temple

66Treize sites, découverts en fouille ou en prospection aérienne, ont une entrée visible, que ce soit au niveau du péribole, du temple ou des deux. Parmi les sites fouillés, on retrouve le sanctuaire de La Roche-Blanche (63, [061]), qui possède une entrée, sur le côté occidental du péribole, aménagée dans le portique. Le sanctuaire du puy de Corent (63, [078]) a son ouverture à l’est. Des terrasses et des emmarchements sont situés sur les côtés sud et est du temple principal d’Orcines (63, [054]) et le temple secondaire possède un porche à l’est. On accède au temple du Mont-Dore (63, [048]) par un escalier de cinq marches situé sur le côté nord et à celui de Murol (63, [050]) par un escalier d’au moins deux marches sur le côté est.

67Enfin, parmi les sept sites découverts en prospection aérienne, deux possèdent un porche au niveau du péribole, probablement surmonté d’une tour : le site de Cindré (03, [005]) avec un porche au sud et peut-être à l’est, et le site du Broc (63, [014]) avec un porche à l’est.

68Une avancée est visible sur le côté est du péribole de La Sauvetat (63, [075]), ainsi que sur le côté oriental du fanum. Il s’agit probablement d’un espace de circulation, couvert ou non. Le même agencement est présent sur le côté est du fanum d’Artonne (63, [005]), et sur les côtés nord des fana de Charbonnier-les-Mines (63, 019) et de Saint-Julien-de-Coppel (63, [070]). Enfin, le temple hybride de Saint-Georges-sur-Allier (63, [067]) comporte une avancée sur le côté oriental, correspondant à un porche, à un perron ou à un escalier.

4.2.6. Dimensions des structures cultuelles

69Les mesures sont présentées par type de temple et par plan (carré, quadrangulaire ou polygonal).
De nombreuses mesures ont été obtenues par le redressement de photographies aériennes, ce qui implique une certaine marge d’imprécision.
Traitons tout d’abord des fana à une cella.

Plan carré

70Les quatorze sites correspondant à ce plan sont tous renseignés pour leurs mesures : on remarque que les dimensions sont dans les mêmes proportions. Le rapport entre la cella et la galerie est d’un sur deux. Ceci se discerne nettement sur le graphique qui juxtapose les dimensions des galeries et des cellae de chaque site (Fig. 10a). Deux sites imposants font exception de 50 m de côté (La Chapelle-Marcousse (63, [018]) et Landeyrat (15, [015])). Leurs galeries sont beaucoup plus grandes que celles des autres sites, tandis que leurs cellae, mesurant 7 et 15 m de côté, ont des dimensions similaires aux autres fana.

Fig. 10a : Dimensions des galeries et des cellae des quatorze fana à plan carré.

Fig. 10a : Dimensions des galeries et des cellae des quatorze fana à plan carré.

Plan rectangulaire

71Si les structures ne sont pas carrées, elles s’en rapprochent : le différentiel entre la longueur et la largeur des galeries est pratiquement d’1 (Fig. 10b). Seul le fanum 1 de Cindré (03, [005]) fait exception car une autre structure est présente à côté de la cella : la galerie est donc beaucoup plus grande pour contenir les deux éléments. Le rapport entre la longueur et la largeur des cellae est le même que pour les galeries (Fig. 10c).

Fig. 10b : Longueurs et largeurs des galeries des dix fana à plan rectangulaire.

Fig. 10b : Longueurs et largeurs des galeries des dix fana à plan rectangulaire.

Fig. 10c : Longueurs et largeurs des cellae des dix fana à plan rectangulaire.

Fig. 10c : Longueurs et largeurs des cellae des dix fana à plan rectangulaire.

72On observe, comme pour les fana de plan carré, que la cella mesure en moyenne la moitié de la galerie (Fig. 10d).

Fig. 10d : Longueurs des galeries et des cellae des dix fana à plan rectangulaire.

Fig. 10d : Longueurs des galeries et des cellae des dix fana à plan rectangulaire.

Plan polygonal ou circulaire

73Il y a peu de sites polygonaux et, pour celui de Mauriac (15, [019]), la galerie n’a pas été retrouvée. Les murs de la cella de ce site sont très imposants, de 3 m d’épaisseur, entraînant une grande différence entre le diamètre intérieur et extérieur de la cella. Le diamètre du fanum d’Aurillac (15, [004]) mesure 15 m. En l’absence d’un nombre suffisant de sites représentatifs, on ne peut avancer des conclusions relatives aux fana polygonaux ou circulaires.

74Les fana à double cella et les temples hybrides étant beaucoup moins nombreux, on ne peut donc déterminer si ce type de structure possède régulièrement les mêmes dimensions. Il n’y a que trois fana à double cella dans notre inventaire dont deux qui possèdent des dimensions similaires, le site de Charbonnier-les-Mines (63, [019]) et de Saint-Julien-de-Coppel (63, [071]). Dans leurs cas, le rapport entre la galerie et la cella est de trois (Fig. 10e) : la galerie est plus grande que celle des autres fana car elle contient deux cellae. En revanche, le troisième fana à double cella, beaucoup plus grand, se localise dans le Cantal, en zone d’altitude, comme les deux seuls sites atteignant 50 m de côté dans la catégorie des fana à une cella.

Fig. 10e : Dimensions des galeries et des cellae des trois fana à double cella.

Fig. 10e : Dimensions des galeries et des cellae des trois fana à double cella.

75Les trois temples hybrides ont les mêmes proportions de mesures (Fig. 10f) et on observe que la galerie mesure le double de la cella. Le pronaos ne semble pas avoir de dimensions fixes mais, avec seulement trois exemples, on ne peut pas raisonner sur les mesures. Deux sites ont un pronaos de 3 à 4 m de long ; en revanche, celui d’Orcines mesure le double, à savoir 8 m.

Fig. 10f : Dimensions des galeries et des cellae des trois temples hybrides.

Fig. 10f : Dimensions des galeries et des cellae des trois temples hybrides.

76Quelques observations générales peuvent être faites. Tout d’abord, on constate que la cella représente environ la moitié du temple et le double du pronaos. Le même schéma se profile dans les études générales portant sur la Gaule, où la dimension moyenne des galeries des temples est située entre 10 et 17 m. Les galeries au-delà de 20 m appartiennent à des temples à double cella ou polygonaux, ou encore à des temples urbains (Fauduet 1993 a : 67).

77On remarque que les trois sites qui se distinguent par leurs dimensions importantes, atteignant 50 m de côté, sont situés en zone de montagne : Landeyrat (15, [015]) et Ruynes-en-Margeride (15, [024]) sont localisés dans le Cantal, à respectivement 1050 et 900 m d’altitude ; la Chapelle-Marcousse (63, [018]), dans le Puy-de-Dôme, est implanté sur le versant septentrional du plateau du Cézallier, à 1163 m d’altitude.

78Enfin, les temples à simple cella sont au nombre de cinq, avec une seule structure carrée. Les dimensions oscillent entre 5 et 14 m de côté. L’absence de galerie donne des petites dimensions mais, si on les compare avec les cellae des temples à galerie, on obtient des mesures similaires.

79Les dimensions des périboles ne sont pas souvent retrouvées (Fig. 11) : soit le péribole n’est pas visible, soit tous les côtés ne se discernent pas.

Fig. 11 : Données typologiques.

80Treize sites nous renseignent sur les dimensions, dont dix pour lesquels toutes les mesures sont connues. Il y a trois périboles incomplets : Aurilllac (15, [004], Voingt (63, [080]) et Le Broc (63, [014]). Une enceinte semble accolée au péribole de ce dernier, ce qui doublerait sa dimension (on conserve donc deux mesures possibles). I. Fauduet indique que la dimension moyenne des périboles est de 50 m (Fauduet 1993 a : 38). Les sites arvernes nous livrent une moyenne de 57 m de côté, soit un chiffre comparable. Le plus grand péribole appartient au site de Saint-Julien-de-Coppel (63, [069]) qui mesure 120 x 125 m. Cet espace, couvrant une surface de 1,5 ha, contient trois structures dont deux fana.

81Les dimensions des structures annexes ont également été mesurées (Fig. 11). Lorsque les structures possèdent une avancée sur un de leurs côtés (portique ou galerie), comme c’est le cas pour le fanum de La Sauvetat (63, [075]) ou le temple de Saint-Georges-sur-Allier (63, [067]), celle-ci n’a pas été comptabilisée dans les mesures du temple car elle est considérée comme une annexe. Les mesures sont similaires à celles des autres structures. Par exemple, le sanctuaire de Landeyrat (15, [015]) possède un bâtiment de 50 m de côté, aux mêmes dimensions que le fanum. Deux bâtiments mesurent 29 m (15, [004]) et plus de 15 m (63, [080]). Toutes les autres structures ont des dimensions inférieures à 12 m. La structure circulaire de Cindré (03, [005]) pourrait correspondre à un puits, ou peut-être à un bassin. Des éléments circulaires de même type sont présents sur plusieurs sites de la Région Centre (à Talcy, Briou ou encore Villexanton) (Fauduet 1993 b), mais aucun ne permet de définir la fonction de cette structure. Quant aux éléments également circulaires de Saint-Julien-de-Coppel, ils restent énigmatiques. Ils mesurent 4,70 m de diamètre : ils pourraient correspondre à des bassins, des piscines, des grandes vasques ou encore des fontaines. Ces deux éléments ne sont peut-être pas antiques, mais aucun matériel sur place ne permet de trancher. Il peut également s’agir de fosses de plantations d’arbres, car ces deux formes circulaires sont des tâches pleines.

4.2.7. Orientations des structures

  • 12  Il n’y a que deux sanctuaires issus de découvertes récentes qui soient orientés exactement N-S (Le (...)

8232 sites permettent d’étudier l’orientation des structures cultuelles. La majorité des sanctuaires, soit douze cas, sont orientés NE-SO, dix sont orientés NO-SE, et dix autres sont orientés N-S. On ne peut guère se fier aux orientations des sites résultant des fouilles anciennes : on remarque que les sites fouillés au xixe s. ou au milieu du xxe s. sont exactement orientés N-S, alors que ce n’est le cas pour pratiquement aucun des sanctuaires découverts ces 30 dernières années12 qui ne suivent jamais parfaitement les axes cardinaux : on peut donc s’interroger sur cette systématisation présente dans les fouilles anciennes.

83Sur quinze sites dont l’entrée est connue, onze sont situées à l’est (Fig. 12). Le site de Cindré (03, [005]) possède deux entrées : une à l’est et l’autre au sud. Il n’y a qu’un exemple d’entrée au nord, le site du Mont-Dore (63, [048], et un exemple d’entrée à l’ouest, le site de La Roche-Blanche (63, [061]). I. Fauduet relève le même phénomène dans son étude (Fauduet 1993 a : 64) : les rares cas où l’entrée n’est pas orientée vers l’est sont souvent liés à des contraintes de terrain ou à la volonté de diriger l’entrée vers un autre monument, comme le temple du Mont-Dore dont l’ouverture s’effectue face aux thermes auxquels il est associé.

Fig. 12 : Orientation des entrées au sein des sanctuaires

Fig. 12 : Orientation des entrées au sein des sanctuaires

C. Mitton

4.3. Sites naturels sacralisés et puits cultuels

84Le terme de site naturel sacralisé s’applique à des sanctuaires qui ne présentent pas de bâtiment construit dédié au culte : il s’agit de lieux honorés pour eux-mêmes, le plus généralement sacralisés en raison de leur cadre naturel propice (source, grotte, bois) (Fig. 13). Sénèque (Lettres,IV, 41) évoque ce genre de lieu de culte : « des forêts peuplées d’arbres antiques [...] vous révèleront la présence d’une divinité. Et cette caverne [...] n’inspirera-t-elle pas à votre âme une religieuse terreur ? Les sources des grands fleuves sont l’objet de notre culte ; l’éruption subite d’une rivière souterraine a fait dresser des autels ; on vénère les fontaines d’eaux chaudes ».

Fig. 13 : Les différents types de sites naturels sacralisés  et les puits cultuels

Fig. 13 : Les différents types de sites naturels sacralisés  et les puits cultuels

C. Mitton

85Les puits cultuels sont également intégrés dans cette partie car leurs éléments de construction ne relèvent généralement pas d’un caractère cultuel. La majorité des puits ne possèdent pas de fonction votive à la base, mais leur nature domestique a souvent été détournée.

4.3.1. Les sources sacrées

86Plusieurs sources sacrées sont attestées chez les Arvernes, la plus connue étant la Source des Roches, à Chamalières (63, [016]) : un bassin a été creusé par l’action de l’eau dans lequel des milliers d’ex-voto en bois ont été retrouvés. Le pourtour de la mare est simplement consolidé par un petit empierrement et aucun aménagement ni élément de captage n’a été retrouvé, mais les limites du site n’ont été déterminées qu’au nord et au nord-est (Romeuf 2000 : 11). Le seul site qui peut être comparé à celui-ci est le sanctuaire des Sources de la Seine (Côte-d’Or). Toutefois, à l’inverse du site de Chamalières qui ne possède pas de construction (tout au moins retrouvée), un véritable sanctuaire des eaux s’est installé aux Sources de la Seine, avec un fanum, des vasques et des piscines. Toutes ces constructions sont datées de la fin du ier s. et essentiellement du iie s. ; or le site de Chamalières a cessé de fonctionner au milieu du ier s : l’absence de construction peut donc être due à la chronologie du site. La deuxième hypothèse est que les constructions étaient en bois et n’ont donc pas été conservées. Cette dernière solution soulève toutefois des interrogations car le contexte humide du site a tout de même permis de retrouver beaucoup d’éléments en matériaux périssables. Les autres explications plausibles sont soit que les constructions en bois n’ont pas été vues lors des fouilles, soit qu’elles étaient construites plus loin de la source.

87Un autre site arverne présente des ex-voto en bois : il s’agit de la Source de Font-de-Vie à Coren, dans le Cantal (15, [011]). La source, captée à l’époque romaine, possède une cuve en bois qui protège son point d’émergence, dans lequel des monnaies, des bracelets et des statuettes ont été jetés, ainsi que deux ex-voto en bois, dont un seul subsiste à l’heure actuelle. Il représente un nourrisson emmailloté.

88Au-dessus du village de Bart, sur la commune de Boudes (63, [013]), sourd une eau minérale dans laquelle a été découvert un dépôt monétaire de l’époque romaine. La source ne possède d’autre aménagement qu’un bassin d’1 m de diamètre en béton : si d’autres constructions existaient en matériaux périssable, il n’en reste rien.

89De nombreuses sources sont présentes à Vichy, et captées dès l’époque romaine, comme par exemple la source de Chomel qui possède un coffrage octogonal. Des tasses en céramique ont été retrouvées à proximité, sans doute utilisées pour boire l’eau thermale. En revanche, il n’y a rien qui indique le caractère sacré de cette source. Il en est de même pour celles de Lucas et de l’Hôpital : toutes deux possèdent des aménagements pour boire à la source ainsi que pour s’y baigner, dans le cas de celle de l’Hôpital. La seule source pour laquelle un culte est attesté est celle des Célestins : des monnaies y ont été découvertes, ainsi qu’un anneau votif en bronze (03, 023). On peut présumer qu’un petit édicule était présent au-dessus de la source car un élément de plinthe en marbre a été retrouvé, mais ce n’est qu’une spéculation. La présence de ce bâtiment ne pouvant être attestée, j’ai classé cette source dans les lieux de culte naturels.

90Enfin, le site cultuel vellave de la Montagne de Marus (actuel Suc du Bèze), sur la commune de Saint-Jean-d’Aubrigoux (43, [021]), s’est développé autour d’une source sacrée dans laquelle de nombreuses offrandes ont été retrouvées (statuettes, pièces de jeu et monnaies). Un bâtiment est présent, mais sa fonction n’a pu être déterminée : il appartient probablement au sanctuaire, en tant qu’annexe, mais il est difficile d’aller plus avant dans l’interprétation. La source a été de toute évidence sacralisée dès le ier s. et l’occupation perdure jusqu’au iiie s., mais dans l’intervalle le bâtiment annexe a été détruit. La source alimentait jusqu’au xixe s. le village de Medeyrolle et l’abandon de celle-ci a transformé les lieux en marécage gênant les fouilles. Tous les éléments de ce sanctuaire n’ont peut-être pas été retrouvés. La montagne abritait d’autres édifices antiques (habitats, ateliers de poix), et la présence de ce sanctuaire permet de s’interroger sur la présence d’une petite agglomération en ces lieux.

4.3.2. Bois sacrés

91Dans La Pharsale (III, 399-424), Lucain décrit un bois sacré situé près de Marseille. Il le présente comme un lieu impénétrable, symbolisant le danger. Des bois sacrés ont été archéologiquement identifiés sur certains sites : à Gournay-sur-Aronde (Oise) par exemple, J.-L. Brunaux indique la présence d’un bois sacré artificiel. Il a observé au sud du temple un espace vierge avec des traces circulaires de 5 à 15 cm de diamètre et des traces allongées ressemblant à des branches. L’absence de racines, la couleur des traces et la fossilisation du bois permettent de penser à la présence de troncs coupés et plantés en cet endroit, qui auraient pourri sur place. Le site s’est constitué durant La Tène C/D1 et est abandonné au début du ier s. ap. J.-C. L’auteur ajoute que cette forme artificielle de bois sacré pourrait être assez tardive et influencée par le monde romain (Brunaux 1993 : 62).

92La présence de bois a également été mise en évidence à Ribemont-sur-Ancre (Somme), grâce à la palynologie (Munaut 1991 : 113-121) et à une étude comparée avec le site de Gournay. Les restes polliniques des fossés de clôture indiquent que le sanctuaire s’est installé dans une zone déboisée. Les pollens d’arbres apparaissent durant les périodes de fonctionnement du sanctuaire gaulois et gallo-romain. Une plantation de pin s’est développée à proximité du fossé durant l’occupation du site.

93Enfin, pour la cité arverne, B. Prat émet l’hypothèse d’un bois sacré autour de la source des Roches de Chamalières sur la base d’une étude palynologique des échantillons de tourbe prélevés lors des fouilles en 1971 (Prat 2006). La présence de pollen de chêne et d’essences accompagnant la chênaie (Ulmus et Tilia), ainsi qu’un peu de hêtre, indiquent l’existence d’un bois autour de la source. L’absence de site archéologique dans cette zone semble confirmer le fait que l’espace autour de la source était peut-être dévolu à un bois sacré.

94S’il y a peu de sites où archéologiquement on peut émettre l’hypothèse d’un bois sacré, il existe en revanche des inscriptions où un lucus est indiqué. L’une d’elles, retrouvée près du temple de Diane à Aix-les-Bains, mentionne le don d’un bois sacré et de son vignoble aux habitants. Le don provient des dix propriétaires aixois (Wuilleumier 1963 : 199-205).

95Les rares exemples retrouvés par l’archéologie ou par les textes ne permettent pas de se rendre compte de l’aspect, de la signification, du statut et des différents types de bois sacrés que l’on pouvait rencontrer en Gaule. Il est encore plus difficile d’identifier une date d’apparition ou de suivre une évolution de ces sites.

4.3.3. Grottes sacralisés

96Sénèque (Lettres,IV, 41) mentionne l’existence de cultes dédiés à des éléments naturels et notamment à des cavernes. Seul un site dans le Cantal possède une grotte pour laquelle une fonction cultuelle à l’époque romaine est avérée : la grotte de La Bade à Collandre (15, [010]). Celle-ci présente dix niveaux d’occupation préhistorique, un niveau gallo-romain et un médiéval. Le matériel gallo-romain est constitué de statuettes, d’une monnaie et d’un élément de patère. L’absence d’ossement ou de trace d’éléments ayant trait à une incinération permet d’éliminer l’hypothèse d’une sépulture en grotte.

97Il y a peu d’exemples connus de grottes sacralisées dans les territoires étudiés. Les découvertes de grottes cultuelles sont plus nombreuses dans les régions du sud du Massif Central, notamment dans les départements de l’Aude, de l’Hérault, de la Lozère et de l’Aveyron, où une dizaine de grottes-sanctuaires ont été recensées (Barruol 1994 : 52). On constate, de façon générale, l’absence d’aménagement extérieur ou intérieur et un dépôt d’offrandes sans ordre apparent. Des piétinements successifs sont parfois visibles et les offrandes sont généralement regroupées au fond de la grotte (Vidal, Vernhen, Pujol 2000 : 65-80).

4.3.4. Puits cultuels

98Une attitude prudente s’impose quand on s’intéresse aux puits et à leurs fonctions. Un des problèmes majeurs est qu’il est difficile de se fonder sur des comparaisons basées sur le remplissage des puits car on peut retrouver le même type de mobilier dans des puits qui ont des fonctions différentes.

99Il faut tout d’abord déterminer leur fonction initiale car des puits peuvent être creusés directement dans un but votif ou connaître un premier usage, généralement domestique, avant de servir de réceptacle à un dépôt rituel ou à des offrandes. C’est le cas pour le puits d’une villa aux Marches en Savoie, dans lequel deux niveaux sont clairement visibles : le puits, daté du iie s. contient 7 m de gravats de tuiles et de poutres brûlées issues de la destruction de la villa au iiie s., puis un remplissage plus régulier et progressif comprenant des poteries entières, des bagues et une fibule (Bourgeois 1992 : 34).

100Deux éléments majeurs doivent être pris en compte dans l’étude des puits.

Environnement du site

101Il existe de grands ensembles qui regroupent des fosses et des puits comme à Ambert (63, [003]) où trois puits, datés du ier s. pour l’un d’eux et de la seconde moitié du iie s. pour les deux autres, ont été découverts à proximité de fosses. Ce site peut être comparé à celui du Brézet (63, [022]) dans sa destination, mais ce dernier, antérieur à la Conquête, date de la fin du iie s. et du début du ier s. av. J.-C. Il regroupe une série de fosses et de puits dont l’un contenait le squelette d’un cheval en connexion.

Fig. 14 : Redressement (C. Mitton 2006) du site de Cindré (03, [005]).

Fig. 14 : Redressement (C. Mitton 2006) du site de Cindré (03, [005]).

102Les puits peuvent également se situer au sein du temple lui-même. Seul le site de Cindré (03, [005]), où un élément circulaire est présent dans la galerie du fanum, à côté de la cella (Fig. 14), pourrait correspondre à ce type d’agencement mais il est difficile de définir la fonction de cette structure car le site n’est connu que par photographies aériennes.

Contenu

  • 13  Les interprétations sont encore plus difficiles lorsque la céramique est brisée : celle-ci peut êt (...)

103On ne s’étendra pas sur le mobilier, car il est pratiquement le même dans tous les puits ; en revanche, il est intéressant de se pencher sur la stratigraphie et sur l’agencement des dépôts cultuels. Ce n’est effectivement pas tant le mobilier qui est intéressant que la façon dont il est déposé : jeté, déposé volontairement ou protégé. L’intentionnalité du dépôt est évidente lorsque l’on retrouve des dispositions soignées et ordonnées. C’est le cas du site de Cognat-Lyonne (03, [006]), où une vingtaine de vases ont été retrouvés entiers au fond d’un puits de 27 m. Les vases étaient protégés par des pièces de bois entreposées dans le puits13. Des ossements d’animaux et des instruments en fer (dont peut-être une ascia) étaient également présents dans le puits.

4.4. Chronologie des sanctuaires ruraux

104On remarque que 55 % des sites ont une datation antique, mais on ne peut préciser davantage (Fig. 15). Toutefois, dans cette catégorie se placent essentiellement les sites indéterminés et hypothétiques possédant un indice de fiabilité de 0 ou d’1. Si on ne prend en compte que les sanctuaires attestés, plus des trois quarts sont datés précisément, car ils ont tous été fouillés ou prospectés (Fig. 16). On comptabilise 30 sanctuaires construits qui possèdent une datation précise et six une datation approximative. Pour les lieux de culte non construits, moins nombreux, neuf sites sont datés précisément, contre trois de manière peu précise.

Fig. 15 : Pourcentage de site par rapport à la qualité de la datation, sur le total.

Fig. 15 : Pourcentage de site par rapport à la qualité de la datation, sur le total.

Fig. 16 : Nombre de sanctuaires attestés en fonction de la qualité de la datation.

Fig. 16 : Nombre de sanctuaires attestés en fonction de la qualité de la datation.

105Les sanctuaires sont majoritairement occupés aux ier et iie s. (Fig. 17). Une occupation romaine précoce (deuxième moitié du ier s. av. J.-C., début ier s. ap. J.-C.) est attestée sur neuf sites, dont trois sanctuaires sans construction : Coren (15, [011]), Chamalières (63, [016]), Clermont-Ferrand (63, [022]). En revanche, parmi les six sanctuaires construits, il n’y en a qu’un pour lequel une fonction cultuelle est attestée : il s’agit du site du plateau de Corent (63, (078]), qui a fait l’objet de fouilles récentes. Le sanctuaire gallo-romain s’est superposé à des structures votives laténiennes (Poux 2004). Les autres sites correspondent tous à des découvertes issues de prospection aérienne ou pédestre : Cindré (03, [005]), Landeyrat (15, [015]), Charbonnier-les-Mines (63, [019]), Les Martres-d’Artière (63, [045]), Saint-Julien-de-Coppel (63, [070]). Du mobilier du début du ier s. av. J.-C. a été retrouvé mais on ne peut conclure à l’existence d’un sanctuaire antérieur à l’époque gallo-romaine au même emplacement.

Fig. 17 : Nombre de sanctuaires en fonction par siècle.

Fig. 17 : Nombre de sanctuaires en fonction par siècle.

106Les trois-quarts perdurent jusqu’au iiie s. et seuls cinq sites possèdent du mobilier du ive s. : Anzat-le-Luguet (63, [003]), les Martres-d’Artière (63, [045]), Murol (63, [050]), Orcines (63, [054]) et Voingt (63, [080]). Le temple de Voingt a été détruit au ive s., on peut donc attester que : ce site a connu une fonction cultuelle jusqu’à cette période, de même pour le temple d’Orcines. En revanche, il est difficile pour les autres sites de savoir si un changement de fonction a eu lieu. De même, pour le cas de sites possédant plusieurs structures, comme c’est le cas aux Martres-d’Artière, rien n’indique que ce soit le lieu de culte qui perdure jusqu’au ive s. et non les autres bâtiments dont la fonction est indéterminée. En revanche, aucun site naturel sacralisé connu ne perdure jusqu’au ive s.

5. Les divinités rencontrées dans les sanctuaires

107Parmi les sanctuaires étudiés, certains ont livré des indices quant à la divinité qui pouvait être honorée. C’est rarement le cas pour les sites cultuels avérés, où, sans la fouille, il est pratiquement impossible de retrouver un élément de renseignement à ce sujet, mais le peu de données peut toutefois être présenté. Le but n’est pas ici de faire une étude exhaustive des divinités présentes sur le sol des Arvernes et des Vellaves, les données cartographiées ne sont donc pas issues d’une analyse complète de tous les éléments lapidaire, iconographique et épigraphique de la région mais seulement ceux rencontrés lors de cette étude basée sur les structures cultuelles. Un travail sur les divinités serait évidemment très intéressant à effectuer et la carte présentée peut en être un premier outil (Fig. 18).

Fig. 18 : Localisation des divinités attestées et hypothétiques

Fig. 18 : Localisation des divinités attestées et hypothétiques

C. Mitton

5.1. Divinités attestées par des inscriptions

108Huit divinités différentes sont mentionnées par les inscriptions sur les sites concernés. Le nom de Bellinus à été retrouvé à La Roche-Blanche (63, [062]), de Maponos sur une plaque à Chamalières (63, [016]), d’Adidon sur une inscription au Puy-en-Velay (43, [016]), de Mercure au Col de Ceyssat (63, [054] et 63, [055]), de Jupiter à Brives-Charensac et à Monlet (43, [009] et 43, [012]), de Diane à Vichy (03, [023]), et de Totates à Voingt (63, [080]), enfin une dédicace aux Génies Arvernes est située à Mozac (63, [049]).

109Les noms de Mars, Mercure et Jupiter sont parfois accompagnés d’un qualificatif topique : le nom de Mars Vorocius est gravé sur un anneau retrouvé dans un puits cultuel à Vichy (03, [021]), celui de Mars Randosati est gravé dans une coupe d’argent à Courpière (63, (028]), celui de Mercure Dumias est attesté sur le temple du sommet du Puy-de-Dôme (63, [054]) et celui de Jupiter Sabasius est gravé sur des lamelles d’argents placées en dépôt à côté d’un puits à Vichy (03, [020]).

5.2. Divinités attestées par la statuaire

110À la suite de cette étude, 22 statues et statuettes ont été rencontrées. Cinq sont associées à des sanctuaires avérés, les autres correspondant en majorité à des découvertes isolées. Parmi toutes les représentations, on note neuf divinités différentes : Sucellus, un dieu accroupi, Jupiter à l’anguipède, Vénus, Mercure, Harpocrate, la déesse Abondance, une déesse tricéphale (peut-être Junon) et une représentation d’Auguste et de Livie divinisés. Deux divinités hypothétiques représentant peut-être Cérès et Bacchus. On constate un nombre élevé de représentation du dieu Jupiter à l’anguipède : huit exemplaires dont sept chez les Arvernes et un chez les Vellaves.

6. Analyse spatiale

6.1. Implantation des sanctuaires dans l’espace arverne et vellave

6.1.1. Position au sein des civitates Arvernorum et Vellavorum

111Les zones suburbaines des territoires des Arvernes et des Vellaves sont très mal connues. Elles ne sont pas délimitées avec précision. Le site de la Source des Roches à Chamalières (63, 016), situé à 1 km du centre d’Augustonemetum, pourrait être situé dans une telle zone (Fig. 19) : des habitats, ainsi que des thermes et des nécropoles, ont été découverts dans le même secteur (Provost, Mennessier-Jouannet 1994 : 60-64). En revanche, aucun sanctuaire ne peut être rattaché à la zone suburbaine de Ruessio-Saint-Paulien.

Fig. 19 : Sanctuaires ruraux, d'agglomérations et péri-urbains

Fig. 19 : Sanctuaires ruraux, d'agglomérations et péri-urbains

C. Mitton

  • 14  Dans cette étude, les agglomérations considérées comme attestées sont : Ambert, Bourbon-l’Archamba (...)

112Plus nombreux sont les sites présents au sein d’agglomérations secondaires. Celles-ci sont relativement mal déterminées dans les territoires étudiés. Quels arguments sont utilisés pour identifier des agglomérations ? Le raisonnement n’est pas uniforme en fonction des régions et ce sujet est encore aujourd’hui soumis à débat. Pour le territoire des Arvernes et des Vellaves, les études les plus récentes (Trément 2002 : 195-217) montrent qu’il y a finalement peu d’agglomérations attestées14. Certains sites, comme ceux de Vichy ou de Varennes-sur-Allier, « possèdent de la documentation archéologique permettant d’affirmer la présence d’une agglomération » (Trément 2002 : 217). Ce n’est malheureusement pas toujours le cas. Beaucoup d’agglomérations sont indiquées sans réel argument, comme dans la Carte Archéologique de la Gaule consacrée au Cantal, où une agglomération est placée à Riom-ès-Montagnes et à Saint-Flour uniquement en raison de la présence d’une voie de communication (Provost, Vallat 1996 : 51-52). Un exemple reste exceptionnel : le cas de Charbonnier-les-Mines, où des clichés aériens prouvent incontestablement l’existence d’une agglomération (Dousteyssier 2005 : 198).

  • 15  Les fragments d’architecture présents vers et dans la cathédrale du Puy-en-Velay permettent d’atte (...)

113Parmi les agglomérations citées précédemment en note, il n’y a que les sites des Martres-de-Veyre, de Chantelle et d’Ydes pour lesquels un sanctuaire n’est pas reconnu. Un fanum est indiqué dans l’agglomération de Jalaniac (Le Monteil, 15, [020]), mais il s’agit en fait d’une structure carrée de 5 m de côté dont la fonction ne peut être déterminée. Un temple est également signalé au Puy-en-Velay (43, [016]), mais les découvertes actuelles ne permettent pas de prouver de manière irréfutable que les restes monumentaux retrouvés appartiennent à un temple15. En revanche, les agglomérations de Vichy (03, [019]), de Lapalisse (03, [009]), de Mauriac (15, [018]), d’Ambert (63, [003]), des Côtes-de-Clermont (63, [012]), de Charbonnier-les-Mines (63, [019]), de Lezoux (63, [038]), du Col de Ceyssat (63, [055]), de Corent (63, [078]) et de Voingt (63, [080]) possèdent un lieu de culte. La présence d’un édifice cultuel n’est qu’hypothétique à Gannat (03, [008]). L’agglomération du Col de Ceyssat présente un cas particulier : elle est située sur la voie romaine reliant Lyon à Saintes, entre 1000 et 1200 m d’altitude. Cette situation entraîne des contraintes climatiques et topographiques. Le choix de cet emplacement peut s’expliquer par le lien qu’elle entretient avec le sanctuaire du sommet du Puy-de-Dôme en servant de relais aux pèlerins se rendant au temple de Mercure (Trément 2003).

  • 16  “ L’existence de ce lieu de culte semble parfaitement logique si l’on considère le site comme une (...)

114Les trois quarts des agglomérations arvernes ou vellaves reconnues possèdent un lieu de culte. S’il est évident qu’il n’y a rien d’anormal à ce qu’on retrouve un ou plusieurs édifices cultuels dans un contexte communautaire, on peut tout de même se demander dans quelle mesure ces édifices peuvent servir de critère discriminant une agglomération. Il faut veiller toutefois à ne pas entrer dans un schéma circulaire où le sanctuaire atteste l’agglomération et inversement. Prenons pour exemple le site de Lapalisse (03, [009]) : il a été considéré comme un simple regroupement de potier puis « la présence du fanum, ainsi que de la nécropole » a permis « de parler d’agglomération » (Liégard 2001 : 25-26). Toutefois, il est également mentionné dans une autre publication que c’est le contexte d’agglomération qui a permis, entre autres, d’attester la présence d’un fanum16.

  • 17  D’autres éléments d’études sont bien sûr indispensables pour confirmer la présence d’une aggloméra (...)

115L’étude des sanctuaires permet de s’interroger sur quelques sites qui pourraient être des agglomérations : ce sont les « agglomérations hypothétiques » présentes sur la carte17. Quatre sites sont concernés : le premier est celui de Saint-Julien-de-Coppel (63, [069], [070], [071]), où deux sanctuaires et une autre structure cultuelle sont édifiés à proximité les uns des autres. Ce regroupement d’éléments votifs monumentaux (le sanctuaire du « Mas » occupe une surface d’1,5 ha) permet de s’interroger sur la présence éventuelle d’une agglomération. Un deuxième site correspond à Saint-Jean-d’Aubrigoux (43, [021]), sur les pentes du Suc du Bèze. Un lieu de culte naturel s’élève non loin d’habitats et d’ateliers de résiniers. L’hypothèse d’une petite agglomération peut être émise. Malheureusement, les fouilles n’ont jamais continué à la suite de J. Orelle. D’autres structures ont été détectées sur le flanc nord-ouest de la montagne, mais leur étude n’a pas été approfondie.

116Le troisième cas est celui de Saint-Georges-sur-Allier (63, [067]), qui est constitué d’un temple hybride, entouré d’un péribole d’au moins 90 m de côté. Un bâtiment gallo-romain a été détecté à 100 m du site. I. Fauduet remarque dans son corpus que les sites de type « hybride » sont tous situés dans une agglomération et généralement dans un ensemble assez monumental (Fauduet 1993 a : 57). Avec les exemples présents dans les territoires des Arvernes et des Vellaves, on ne peut généraliser car il n’y a que deux autres sites possédant un plan « hybride » : le temple du Mont-Dore et celui du sommet du Puy-de-Dôme. Le premier est situé dans un complexe thermal et l’agglomération du Col de Ceyssat est située au pied du second, à moins de 200 m. Le sanctuaire de Saint-Georges-sur-Allier serait donc peut-être à mettre en relation avec une agglomération, malheureusement une prospection systématique n’a pas encore été menée sur la commune pour tenter de discerner un éventuel regroupement de sites. Signalons seulement que la voie romaine Lyon-Clermont passe non loin du sanctuaire : un milliaire a été retrouvé sur la commune de Pérignat-sur-Allier, à l’ouest de Saint-Georges-sur-Allier.

117Le quatrième cas est celui du Broc (63, [014]) : le péribole du fanum s’étend sur une surface d’au moins 0,8 ha et peut-être jusqu’à 1,6 ha, car il n’est pas visible sur toute sa largeur. Le site est d’autant plus intéressant qu’à 50 m d’autres bâtiments non identifiables sont visibles sur une photographie aérienne. B. Dousteyssier a effectué un ramassage au sol (Dousteyssier à paraître) permettant de dater les bâtiments du Haut Empire. On remarque également sur le redressement (Fig. 20) que les bâtiments sont dans l’alignement du sanctuaire. Il convient d’ajouter que la voie venant de Saint-Paulien-Ruessio passe dans la commune où un milliaire a été retrouvé. La Carte Archéologique de la Gaule du Puy-de-Dôme indique un vaste ensemble « sanctuaire, habitat et nécropole » à l’emplacement de Blanède, « entre une borne miliaire et Brossel » (Provost, Mennessier-Jouannet 1994 : 44).

Fig. 20 : Redressement des photographies aériennes du site du Broc (63, 014

Fig. 20 : Redressement des photographies aériennes du site du Broc (63, 014

C. Mitton, compilation de quatre photographies de 2004 et 2005

6.1.2. Corrélation typologique et contextuelle

118On retrouve des fana à double cella aussi bien en zone rurale qu’en agglomération, et il en est de même pour les sanctuaires sans aménagement. On retrouve également de vastes sanctuaires dans tous les espaces : celui des Martres-d’Artière est en zone rurale, et celui de Voingt dans une agglomération. En revanche, les temples hybrides sont situés dans des contextes de monumentalisation, et souvent en relation avec une agglomération, comme pour le temple du sommet du Puy-de-Dôme.

119Tous les types de temples se retrouvent donc aussi bien en zone rurale que péri-urbaine et d’agglomération, en nombres différents toutefois car les espaces ne sont pas représentés de la même façon : ainsi peu de sanctuaires retrouvés sont situés en zone péri-urbaine car ce type d’espace est peu représenté par rapport aux espaces ruraux.

6.2. Localisation topographique

6.2.1. Occupation des zones d’altitude

120L’altitude moyenne de la zone étudiée est de 800 m, avec une différence notoire entre une partie sud correspondant aux actuels départements du Cantal et de la Haute-Loire, dont l’altitude moyenne est de 800 à 1000 m, et une partie nord où la plaine est majoritaire, atteignant 400 à 500 m mais dont la moyenne est de 700 à 800 m car il faut compter avec le plateau des Dômes (900 à 1000 m d’altitude), le plateau de l’Artense (plus de 1000 m d’altitude) et la chaîne volcanique qui rehaussent la moyenne.

121Les sanctuaires situés à plus de 1000 m d’altitude sont, pour l’espace étudié, généralement des sites de hauts plateaux. Si l’on place les sanctuaires attestés et hypothétiques sur le fond de carte avec les altitudes (Fig. 21), on remarque que beaucoup de sites sont localisés dans la vallée de l’Allier, mais ceci est un effet de la recherche. En effet, ce secteur a été beaucoup plus quadrillé par les prospections et beaucoup plus étudié que les zones d’altitude du Cantal, de la Haute-Loire ou encore des Combrailles, à l’ouest du Puy-de-Dôme. Les découvertes montrent tout de même une occupation bien réelle des zones montagneuses : en territoire vellave, le site du Bouchet-Saint-Nicolas (43, [007]) est implanté à 1300 m d’altitude, et la source sacrée de Saint-Jean-d’Aubrigoux (43, [021]) est localisée à 1130 m. Le sud du Puy-de-Dôme possède également des sanctuaires d’altitude, comme le site d’Anzat-le-Luguet (63, (004]) qui culmine à 1068 m, ainsi que le site de La Chapelle-Marcousse (63, [018]) à 1163 m de hauteur, dans le Cézallier. Un exemple exceptionnel de sanctuaire d’altitude est celui du sommet du Puy-de-Dôme qui culmine à 1465 m.

Fig. 21 : Localisation des sanctuaires par rapport à l'altitude

Fig. 21 : Localisation des sanctuaires par rapport à l'altitude

C. Mitton

122Les zones d’altitude ne sont absolument pas un frein à l’implantation des sanctuaires, même si le manque de recherche en a longtemps donné cette fausse image. Si la recherche y est toujours moins intense, on dénombre tout de même aujourd’hui une dizaine de lieux de culte implantés à plus de 1000 m d’altitude, ce qui prouve que les sociétés humaines se sont également développées dans les parties montagneuses.

6.2.2. Position des sanctuaires par rapport aux voies routières

123Examinons maintenant le rapport entre les sanctuaires attestés et les voies romaines principales traversant le territoire des Arvernes et des Vellaves (Fig. 22). Peut-être est-ce dû à un effet de la recherche, mais beaucoup de sites sont placés en bordure des voies principales. La voie d’Aquitaine (Lyon-Saintes) est bordée par les sites de Saint-Georges-sur-Allier (63, (067]), Chamalières (63, [016]), Col de Ceyssat (63, [055]) et Voingt (63, [081], [082]). La voie Autun-Clermont-Saint-Paulien, qui passe le long de l’Allier, est bordée par de nombreux sites (mais la vallée de l’Allier concentre les recherches en Auvergne). Les sites de Vichy (03, [019], [021]), Veyre-Monton (63, [079]), La Sauvetat (63, [076]), Broc (63, [014]), Charbonnier-les-Mines (63, [019]) sont localisés à proximité de cette voie, voire en bordure pour certains sites. C’est le cas du sanctuaire de La Sauvetat (Fig. 23 a) et de Charbonnier-les-Mines (Fig. 23 b), où la voie longe le sanctuaire.

Fig. 22 : Position des sanctuaires par rapport aux voies romaines principales

Fig. 22 : Position des sanctuaires par rapport aux voies romaines principales

C. Mitton

Fig. 23 a : Sanctuaire de La Sauvetat en bordure de voie romaine

Fig. 23 a : Sanctuaire de La Sauvetat en bordure de voie romaine

cliché B. Dousteyssier 2003

Fig. 23 b : Le fanum à double cella de Charbonnier-les-Mines en bordure de voie antique

Fig. 23 b : Le fanum à double cella de Charbonnier-les-Mines en bordure de voie antique

cliché B. Dousteyssier 2005

124On remarque sur la carte qu’un embranchement de la voie de Saint-Paulien-Ruessio passe entre les sites d’Aigueperse (63, [001]) et d’Artonne (63, [005]).

125Le Mont-Dore (63, 048) est traversé par une voie qui est un embranchement de la voie d’Aquitaine. Une autre bifurcation de cette voie passe vers le site de Lastic (63, [037]). Enfin, le site de Cindré (03, [005]) borde une voie qui se dirige vers le territoire des Éduens et qui est un embranchement de la voie Clermont-Autun.

126On obtient donc 22 sites en bordure de voies importantes sur 51. On ne peut pas affirmer que tous les autres sanctuaires soient totalement isolés et à l’écart de voies routières, car tout le réseau secondaire n’a pas été pris en compte et n’est pas d’ailleurs connu. I. Fauduet observe que, « dans la majorité des cas, le temple est à l’écart d’une voie importante » (Fauduet 1993a : 28). Elle ajoute que les liens avec un réseau viaire sont souvent hypothétiques, notamment lorsque la voie n’est qu’un chemin secondaire, souvent difficilement identifiable. Pour notre étude, tout le réseau secondaire a été laissé de côté car il est impossible de le cartographier. On s’est donc contenté des voies principales. Or il est intéressant de constater que, contrairement aux études générales, il y a plusieurs exemples de temples en bordure immédiate de voies importantes. Ce résultat doit être pondéré par le fait que la moitié de ces sites sont des sanctuaires implantés dans des agglomérations secondaires, elles-mêmes presque toujours localisés en bordure de voie.

6.2.3. Position des sanctuaires par rapport à l’habitat

127Une carte générale des sites d’habitat a été publiée par F. Trément dans l’Identité d’Auvergne en 2002. Les sites sont issus de la base de données Dracar du Service Régional de l’Archéologie Auvergne. Les données datent de 1997, mais aucune étude plus récente ne permet de visualiser l’habitat rural gallo-romain à l’échelle des territoires arverne et vellave. Cette carte a été utilisée pour placer les sites cultuels (Fig. 24). De façon générale, les sites d’habitat et les sites cultuels sont regroupés dans les mêmes secteurs : les zones où la recherche est la plus intense (autour d’Augustonemetum, dans le sud des territoires des Arvernes et autour du Puy-en-Velay). Dans ces trois zones, des sites d’habitat ainsi que des sites cultuels sont présents. Les sites d’habitat sont plus nombreux en raison des conditions de découverte car beaucoup d’entres eux ont été repérés en prospection pédestre alors que tous les sanctuaires ont été trouvés en fouille ou en prospection aérienne. Les deux types de sites, habitat et sanctuaire, ne peuvent donc réellement être comparés car leurs découvertes peuvent dépendre des techniques employées.

Fig. 24 : Sites d'habitats, issus des données ICAF 1997 (d'après Trément 2002c : 87) et sanctuaires attestés

Fig. 24 : Sites d'habitats, issus des données ICAF 1997 (d'après Trément 2002c : 87) et sanctuaires attestés

C. Mitton

128Un secteur a pu être traité en particulier : entre Clermont-Ferrand et Lezoux. Une étude des villae a été menée dans ce secteur par B. Dousteyssier dans le cadre de son DEA. Un article de synthèse a été publié (Dousteyssier et al. 2004), dans lequel une carte de l’habitat de cette zone est présente. C’est le seul secteur qui peut être étudié plus finement. Les sites cultuels ont été placés sur le fond de carte des sites du Haut Empire (Fig. 25). Tous les sanctuaires présents dans cette zone étaient datés de cette période et pratiquement aucun ne perdure au Bas Empire, hormis le site des Martres-d’Artière (63, 045). On remarque que trois sanctuaires sont présents sur la commune de Saint-Julien-de-Coppel, où aucune villa n’a été retrouvée mais ce secteur n’a pas été prospecté systématiquement comme les autres. Les sites cultuels ont été détectés par prospection aérienne ; si des prospections pédestres étaient menées sur cette commune, des sites d’habitats apparaîtraient très certainement.

Fig. 25 : Sites cultuels et habitats (C. Mitton). Superposition des sanctuaires sur une carte de l’habitat au Haut Empire à l’est de Clermont-Ferrand

Fig. 25 : Sites cultuels et habitats (C. Mitton). Superposition des sanctuaires sur une carte de l’habitat au Haut Empire à l’est de Clermont-Ferrand

D'après Dousteyssier 2004 : fig. 5).

129Intéressons-nous plus particulièrement aux villae. Il existe des exemples de temples qui sont imbriqués dans l’architecture de la villa, dans la pars urbana. C’est le cas de la villa des Guérins à Glaine-Montaigut (63, [031]). Le plan d’un fanum est visible au nord-est (Fig. 26) Le site n’a pas été fouillé. Les plans permettent de voir une autre structure, dans la partie ouest, qui semble correspondre à un fanum, toutefois hypothétique. Un des murs de la cella traverse celui de la galerie ce qui laisse penser que plusieurs états sont superposés. Il est malheureusement impossible, sur la base des seules photographies aériennes, de différencier toutes les phases de construction. La villa de Trébillane dans les Bouches-du-Rhône, près de Calas, possède un plan similaire au domaine des Guérins : la villa s’articule autour de deux cours, avec à l’angle un fanum intégré dans le plan (Fauduet 2003-2004).

Fig. 26 : Plan de la villa de Glaine Montaigut

Fig. 26 : Plan de la villa de Glaine Montaigut

D’après Laisne, Tripeau 2004 : n.p.

130Des temples ont également été reconnus sur plusieurs sites des Gaules à côté de l’habitation, mais toujours dans l’enceinte de la villa. À Richebourg (Yvelines), par exemple, une première villa est construite dès la seconde moitié du ier s. av. J.-C. à l’emplacement d’une ferme indigène de l’âge du Fer, avec, à 30 m à l’ouest, un sanctuaire privé de type fanum. Deux chapelles sont maçonnées et la troisième est construite sur poteau (Barrat 1999).

  • 18  Nous verrons que l’hypothèse d’un bâtiment thermal peut être émise.

131Le site d’Aigueperse (63, [001]), s’il s’agit bien d’une villa18, entre dans ce schéma. Ses limites ne sont pas connues, mais, au vu des clichés aériens, le fanum est au sein de la villa comme à Richebourg.

132Des temples ont également été mis en relation avec des villae sans qu’ils ne soient inclus dans l’enceinte du domaine. Dans ces cas-là, il est assez difficile de relier les deux : le critère généralement retenu est la distance et la contemporanéité des structures. Chez les Arvernes, l’hypothèse peut être posée pour le site de Cindré (03, [009]) : un sanctuaire a été découvert, contemporain d’une villa située à environ 50-70 m.

133I. Fauduet souligne dans son étude sur les villae et les sanctuaires que beaucoup de questions demeurent quant à l’intégration des lieux de culte dans les établissements agricoles (Fauduet 2003-2004 : 426). Les temples pouvaient s’élever à proximité des villae ; lorsque c’est le cas, il est facile de relier l’habitation au lieu de culte. Mais les propriétés pouvaient être immenses et des sanctuaires privés ou publics pouvaient s’élever assez loin et paraître aujourd’hui isolés. Pline le Jeune (Lettres, IV, 1) en témoigne quand il explique la construction à ses frais d’un temple pour les habitants d’un bourg situé sur ses terres. Le problème est également de caractériser le type de culte : privé ou public. En l’absence d’inscription, on ne peut déterminer le caractère public ou privé du temple, ni évaluer s’il est à l’usage exclusif d’une famille ou de toute une communauté.

6.2.4. Position des sanctuaires par rapport aux thermes

134Il est souvent difficile de caractériser précisément le lien entre les sanctuaires et les thermes. Il faut prendre garde à ne pas généraliser car si des exemples montrent incontestablement un rapport entre ces deux structures, ce n’est pas toujours le cas.

135Il est utile de préciser que, même si les thermes sont incontestablement rattachés à un sanctuaire, comme au Mont-Dore, ou si des parcours thérapeutiques ont pu être découverts, il n’en demeure pas moins que les thermes ne sont pas des sanctuaires. Ils peuvent être liés à un édifice cultuel et, dans ce cas, participer activement au déroulement du culte (bains purificateurs, libations), mais ils sont uniquement utiles à ce titre. Ils appartiennent essentiellement au domaine profane et ne sont pas dans la délimitation sacrée du sanctuaire. On peut s’interroger sur la double fonction des thermes : thérapeutique et hygiénique. A. Bouet évoque la possibilité d’un double parcours dans certains bâtiments (Bouet 2003 : 714). Il cite pour exemple les thermes de Chassenon qui, à un moment de leur existence, présentent des aménagements différents sur une des ailes : au sud, les pièces sont composées de grandes piscines, caractéristiques des thermes thérapeutiques, tandis que l’aile nord a conservé un circuit hygiénique traditionnel.

136Les thermes sont ainsi liés au sanctuaire car ils sont utiles à celui-ci et inversement : le sanctuaire est fréquenté car il y a la possibilité de se purifier par des bains et, dans le cas de source guérisseuse, de pouvoir faire une cure.

137Seuls deux exemples nous permettent d’aborder les différents types d’agencements thermes-sanctuaires en Auvergne. Le site du Mont-Dore (63, [048]) possède un temple inséré dans l’architecture thermale, tout en étant séparé des pièces profanes au moyen d’un portique au devant du temple. Un autre exemple est le site d’Aigueperse (63, [001]) : un fanum est présent avec un autre bâtiment. Cet édifice a été interprété comme une villa (Provost, Mennessier-Jouannet 1994 : 7), en raison du plan et des matériaux présents (marbre, enduits peints, hypocauste). Sur la photographie aérienne, seule une partie des édifices est visible car, au sol, le site possède une grande superficie, vraisemblablement plusieurs hectares. Néanmoins, pour la partie qui est visible en photographie, le plan pourrait correspondre à des thermes : les pièces en enfilade sont identiques à celles des thermes de Royat (Fig. 27 a et b). Toutefois, l’emprise au sol est beaucoup plus grande que ce que l’on peut voir ; il nous manque donc l’aspect des autres bâtiments : s’agit-il de thermes qui occupent un grand espace ou d’une villa avec une partie balnéaire ? Les matériaux retrouvés comme le marbre et les hypocaustes ne vont à l’encontre d’aucune de ces deux hypothèses. La présence du fanum ne permet pas non plus de trancher car on peut le retrouver à côté de villae comme d’édifices thermaux.

Fig. 27 a : Photographie aérienne du site d’Aigueperse (63, 001)

Fig. 27 a : Photographie aérienne du site d’Aigueperse (63, 001)

cliché B. Dousteyssier 2004

Fig. 27 b : Thermes de Royat

Fig. 27 b : Thermes de Royat

D’après PROVOST, MENNESSIER-JOUANNET 1994 : Fig. 29. La partie entourée de rouge est celle comparée au site d’Aigueperse.

6.2.5. Regroupements de sanctuaires

138Sur la commune de Saint-Julien-de-Coppel, trois ensembles cultuels ont été retrouvés sur une surface de 350x250 m. Ce regroupement est peut-être à mettre en relation avec un complexe cultuel (Mitton 2006).

139Un premier sanctuaire (63, [069]) est localisé dans la parcelle la plus à l’ouest, au lieu-dit « Le Mas » (Fig. 28). Au sein d’un péribole pratiquement carré, et couvrant une surface de 1,5 ha, se placent trois bâtiments : deux fana, dont un au milieu du péribole, et une troisième structure, dont le plan est similaire aux enclos cultuels. Deux éléments circulaires sont présents tout à côté, mais leur fonction n’a pu être déterminée. N’oublions pas également qu’ils peuvent être des éléments de chronologie différente. Dans la parcelle attenante, à l’ouest, une structure de 8x4 m (63, [071]) est comparable aux temples à simple cella et à pronaos que l’on rencontre au sein d’enclos cultuels comme à Saint-Cibardeaux (Charente) (Fauduet 1993 a : 59). Enfin, un troisième édifice cultuel signalé au nord-ouest du temple précédent est situé au lieu-dit « Les Rochettes-Basses » (63, [071]). Il est composé d’un fanum à double cella. Son péribole n’a pas été reconnu sur ses quatre côtés. La partie orientale semble correspondre à un portique ; malheureusement, la limite de la parcelle coupe cette zone, empêchant d’avoir un aperçu complet. D’autres structures se développent donc peut-être dans l’autre parcelle, à l’est, dans laquelle rien n’est visible.

Fig. 28 : Vue d'ensemble des sites des « Rochettes-Basses » et du « Mas » (Saint-Julien-de-Coppel, 63 [069] [071] [072]).

Fig. 28 : Vue d'ensemble des sites des « Rochettes-Basses » et du « Mas » (Saint-Julien-de-Coppel, 63 [069] [071] [072]).

Redressement et DAO C. Mitton.

140Il y a donc deux édifices cultuels, qui occupent chacun un espace d’au moins 100x100 m. Celui des « Rochettes-Basses » occupe dans sa partie visible une superficie de 100x80 m (soit 0,8 ha). Le sanctuaire du « Mas », occupe quant à lui un espace d’1,5 ha. Entre les deux lieux de culte se place une structure isolée en apparence, mais la parcelle au-dessus est une peupleraie dans laquelle on ne peut voir la continuité éventuelle de l’occupation. La datation donnée après étude du mobilier montre que tous les bâtiments sont contemporains : ils ont tous été présents au moins au Haut Empire. Il faut donc exclure un déplacement d’un des sanctuaires vers une autre zone. Nous sommes face à trois édifices cultuels qui ont fonctionné ensemble, sans oublier de probables bâtiments qui ne sont pas visibles.

141Un vaste ensemble cultuel semble donc se développer dans ce secteur. Des prospections n’ont malheureusement pas pu encore être menées autour de ces trois sites, empêchant de percevoir la nature et la densité de l’occupation. Lors d’une visite en 2006, peu de mobilier était présent sur le sanctuaire du « Mas » et sur celui des « Rochettes-Basses ». Les conditions de visibilité n’étaient pas bonnes. Le petit temple a été visité en mars 2006. La visibilité était correcte mais peu de mobilier était présent ; de plus la délimitation avec le sanctuaire du « Mas », présent sur la parcelle attenante, n’était pas nette.

142Il serait intéressant d’étudier l’environnement archéologique de ces trois édifices pour tenter de voir dans quel contexte ils s’insèrent : ce vaste ensemble cultuel est peut-être à mettre en relation avec une agglomération.

143On constate que la juxtaposition de plusieurs ensembles cultuels peut exister dans les agglomérations mais également en contexte rural. I. Fauduet donne en exemple, pour les agglomérations, Saint-Cibardeaux (Charente), où deux ensembles sont juxtaposés. Il y a évidemment des cas exceptionnels comme à Trèves où 19 temples sont présents avec d’autres édicules (Fauduet 1993 a : 35). I. Fauduet ajoute que la proximité de quelques sites cultuels existe également en milieu rural. Soit ils appartiennent à un même complexe religieux, soit ils se succèdent dans le temps. À Saint-Julien-de-Coppel, on a vu que les structures sont contemporaines.

Conclusion

144Cette étude a permis de recenser toutes les informations concernant les sanctuaires pour en faire une typologie (cf. Catalogue). Un indice de fiabilité ayant été attribué à chacune de ces mentions, les sites ont pu être classés et les sanctuaires avérés ont été regroupés au sein d’une typologie dans laquelle toutes les données ont été analysées et comparées. Cette typologie a pu être effectuée grâce à un redressement systématique de tous les plans, mis ensuite à la même échelle. Finalement, on peut avancer que 51 sanctuaires sont attestés aujourd’hui chez les Arvernes et les Vellaves, dont trois seulement chez ces derniers. L’essor de la prospection aérienne en Auvergne a permis d’augmenter la liste des sites déjà connus. Douze sites sont issus de découvertes aériennes récentes, de la fin des années 1990 à 2005. Des réinterprétations ont également pu être effectuées à l’aide de la typologie mise en place : c’est le cas du site de Saint-Julien-de-Coppel (63, [070]), d’abord enregistré comme villae. De nouveaux plans sont également proposés : c’est le cas du site de Landeyrat (15, [015]), où un relevé a permis de constater la présence d’une autre structure carrée, face à la cella du fanum. De même, le plan du temple de Ruynes-en-Margeride (15, [023]) a été modifié grâce à l’apport de Photœxplorer. Enfin, de nouveaux sites ont été retenus, comme celui de Collandre (15, [009]).

145On constate que la majorité des lieux de culte reconnus sont des temples de type fanum, seul ou au sein de sanctuaire, avec ou sans péribole. Ils possèdent des dimensions moyennes de 10 à 15 m de côté, sauf des exceptions allant jusqu’à 50 m de côté. On retrouve également, dans une moindre mesure, des fana à double cella et des temples hybrides. Tous les sites ont ensuite pu être replacés dans leur contexte géographique, historique et environnemental, grâce à un travail d’analyse spatiale et de cartographie.

146Les apports de cette étude sont importants car cette synthèse renouvelle les données, mais précisons que la typologie mise en place n’est qu’un premier essai pour les territoires étudiés. De nombreux éléments restent encore à approfondir sur l’étude des sanctuaires arvernes et surtout vellaves, car aucun site présent en Haute-Loire n’a été inclus dans la typologie par manque de données disponibles. Cette étude est une première étape qui vise à livrer les données qui permettront un travail de réflexion plus général sur le développement des sociétés et l’étude des communautés religieuses.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Agache 1978
Agache R. - La Somme préromaine et romaine, Mém. de la Soc. des Antiquaires de Picardie, 24 Amiens, Soc. Antiq. Picardie, 515 p.

Aleil 1980
Aleil P.-F. - Le cavalier au triton de Roussat, Bull. Hist. et Scientifique de l’Auvergne, 81 : 209-211.

Aymard 1861

Aymard A. - Fouilles archéologiques exécutées au lac du Bouchet, Annale de la société d’agriculture du Puy, 24, Le Puy-en-Velay : 20-39.

Arduini, Fournier 1973
Arduini E., Fournier P.-F. – Découvertes aux puys Saint-André et Saint-Romain, Bull. Hist. et Scientifique, 86 :167-186.

Barat 1999
Barat Y. - La villa gallo-romaine de Richebourg (Yvelines), Rev. Archéol. du Centre de la France, 38 : 117-167.

Barruol 1994
Barruol G. - Les sanctuaires gallo-romains du midi de la Gaule, in : Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du Colloque d’Argenton, Paris : 49-63.

Beaulieu 1851
Beaulieu J.-L. - Antiquités des eaux minérales de Vichy, Plombières, Bains, Niederbronn, Paris, 298 p.

Becdelièvre 1835
Becdelièvre de F. - Les antiquités de Margeaix, Annales de l’Acad. du Puy, 8 : 38-53.

Bedhomme Taillandier 1975
Bedhomme Taillandier M.-N. - La statue équestre de Saignes, Bull. du Groupe de Recherche en Histoire et Archéologie de la Vallée de la Sumène, 7 : 7-11.

Bertrand, Bouchard 1879-1881
Bertrand A., Bouchard M. - Découverte de ruines gallo-romaines et mérovingiennes à la Couronne, commune de Molles, près de Cusset (Allier), Bull. de la Soc. d’Émulation de l’Allier, 16 : 381-391

Bertrand 1906
Bertrand A. - Découverte des ruines d’un grand édifice gallo-romain sur le point culminant du bourg de Châtel-Deneuvre, Bull. de la Soc. d’Émulation du Bourbonnais, 14 : 220-225.

Bertrand 1990
Bertrand E. - Lastic : un édifice gallo-romain près de la voie romaine Clermont-Limoges, Bull. du CERAA, 9 : 48-52.

Bonnard, Percepied 1908
Bonnard L., Percepied. - La Gaule thermale, sources et stations thermales et minérales de la Gaule à l’époque romaine, Paris, 552 p.

Bony, Vinatié 2003
Bony C., Vinatié A. - Un temple gallo-romain en Margerides, Rev. de Haute-Auvergne, 65 : 204-205.

Boudet 1889
Boudet M. - La source minérale gallo-romaine de Coren et son trésor, Clermont-Ferrand, 39 p.

Bouet 2003
Bouet A. - Thermae Gallicae. Les thermes de Barzan (Charente-Maritime) et les thermes des autres provinces gauloises, Bordeaux, 761 p.

Bouillet 1838
Bouillet J.-B. - Rapport sur les monuments du Puy-de-Dôme, Caen, 28 p.

Bourgeois 1992
Bourgeois C. - Divona II, Paris : 314 p.

Bourgeois, Pujol, Séguret 1993
Bourgeois A., Pujol J., Séguret J.-P. - Le sanctuaire gallo-romain des Basiols à Saint-Beauzely (Aveyron), Gallia, 50 : 139-179.

Bouscayrol 1971
Bouscayrol R. - L’autel votif gallo-romain de Mozac, Les Amitiés Riomoises et Auvergnates, 34 : 5-8.

Brunaux 1993
Brunaux J.-L. - Les bois sacrés des Celtes et des Germains, in : Les bois sacrés, Actes du colloque du centre Jean Bérard, Naples : 57-65.

Buffet 1971
Buffet L. - Recherche à Reyrol, commune d’Anzat-le-Luguet, Puy-de-Dôme, Rev. Archéol. du Centre, 10 : 67-80.

Cabezuelo et al. 1994
Cabezuelo U., Parent D., Rébiscoul A. - La villa gallo-romaine des Chazoux, Gannat (Allier), Document Final de Synthèse, 143 p. (consultable au Service Régional de l’Archéologie Auvergne).

Casas 1989
Casas N. - Le sanctuaire gallo-romain de Mercure au sommet du Puy-de-Dôme, Mém. de maîtrise d’Histoire, Clermont-Ferrand II, 2 vol. (consultable au CHEC, Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand)

César
César. - La Guerre des Gaule, traduction M. Rat, Paris, 339 p.

Charbonneau 1957
Charbonneau G. - Les ruines gallo-romaines des puys de Voingt (Puy-de-Dôme), Gallia, 15 : 117-128.
DOI : 10.3406/galia.1957.1491

Coarelli 1993
Coarelli F. - I luci des lazio : la documentazione archeologica, in : Les bois sacrés, colloque du centre Jean Bérard, Naples : 45-52.

Corny 1973
Corny A. - Chapiteaux et blocs extraits du lit de l’Allier, au lieu-dit les Palisses en 1971-1972, Le Bull. des amis du vieux Pont-du-Château, 4 : 15-20.

Corrocher 1975
Corrocher J. - Céramiques communes gallo-romaines de Cognat-Lyonne (Allier), Rev. Archéol. du Centre de la France, 14 : 323-335.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Corrocher 1981
Corrocher J. - Vichy antique, Clermont-Ferrand, 425 p.
DOI : 10.3406/racf.1982.2330

Corrocher et al. 1989
Corrocher J., Piboule M., Hilaire M. - l’Allier, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, 216 p. (Carte Archéologique de la Gaule ; 03).

Dabat 1969
Dabat P. et M. - Le site archéologique du puy d’Alou, commune du Vernet-Sainte-Marguerite, Rev. Archéol. du Centre, 30 : 99-110.

Demarty 1907
Demarty J. - Les mines de Labessette, Rev. d’Auvergne, 24 : 167.

Desforges et al. 1970
Desforges E., Fournier G. et P.-F., Hatt J.-J., Imberdis F. – Nouvelles recherches sur les origines de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, 574 p.

Dousteyssier et al. 2004
Dousteyssier B., Segard M., Trément F., coll. Blanc A. et P., Laisné S., Tripeau V. - Les villae gallo-romaines dans le territoire proche d’Augustonemetum – Clermont-Ferrand. Approche critique de la documentation archéologique, Rev. Archéol. du Centre de la France, 43 :115-147.

Dousteyssier 2005
Dousteyssier B. - Rapport de prospections aériennes, plaine de la Limagne (63, 43), Autorisation préfectorale 2004/116, Clermont-Ferrand, 328 p. (consultable au CHEC, Maison des Sciences de l’Homme Clermont-Ferrand).

Dousteyssier à paraître
Dousteyssier B. - Une nouvelle agglomération antique arverne : le site de la Croix de la Pierre (Beaulieu, Charbonnier-les-Mines — Puy-de-Dôme), Rev. Archéol. du Centre de la France, à paraître

Fauduet 1993 a
Fauduet I. - Les temples de tradition celtique en Gaule romaine, Paris, 160 p.

Fauduet 1993 b
Fauduet I. - Atlas des sanctuaires romano-celtiques de la Gaule, Paris, 140 p.

Fauduet 2003-2004
Fauduet I. - Sanctuaires ruraux et villae en Gaule, in : Rvs Amœnvm les agréments de la vie rurale en Gaule romaine et dans les régions voisines, Caesarodum XXXVII-XXXVIII : 405-427.

Fauduet, Clémenson 2003
Fauduet I., Clémenson B. - Prospection thématique, Blanzat, Bull. Scientifique Régional, Service Régional de l’Archéologie Auvergne, Clermont-Ferrand : 108.

Fournier 1962
Fournier P.-F. – Dieu cavalier à l’anguipède dans la cité des arvernes, Rev. Archéol. du Centre, 1 : 32 p.

Fournier 1965
Fournier P.-F. - Circonscription de Clermont-Ferrand, Gallia, 23 : 389-411.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Fournier 1972
Fournier P.-F. - Nouvelles fouilles au monument Vasso de Jaude à Clermont-Ferrand, Gallia, 30 : 225-234.
DOI : 10.3406/galia.1972.2601

Gagnaire 1992
Gagnaire J.- Ambert vicus gallo-romain, Chronique Historique d’Ambert et de son arrondissement, hors série 19 : 324 p.

Gault de Saint-Germain 1783
Gault de Saint-Germain P.-M.- Relation d’une visite des lieux à la recherche de la villa de Sidoine Apollinaire, signé de la salle curé d’Aydat, Laveyssière vicaire et Cortigier, Clermont-Ferrand, ms 511.

Gauthier à paraître
Gauthier F. - Une nouvelle représentation divine en pierre (Cernunnos ?) réemployé dans le baptistère de Brioude (43), Rev. Archéol. du Centre de la France, à paraître.

Gonod 1834
Gonod B. - La France, description géographique, statistique et topographique du département du Puy-de-Dôme, Paris, 170 p.

Gounot 1989
Gounot R. - Archéologie gallo-romaine en Haute-Loire, Cah. de la Haute-Loire, Le Puy-en-Velay : 67 p.

Grenier 1960
Grenier A. - Manuel d’archéologie, IV, 2, les monuments des eaux, Paris, 582 p.

Grimal 1969
Grimal P. - Les jardins romains, Paris, 517 p.

Humbert 1999
Humbert L. - Histoire de l’occupation du sol sur le versant occidental de la chaîne des Puys (communes de Saint-Ours, Mazaye, Saint-Pierre-le-Chastel, Ceyssat et Olby). Maîtrise dirigée par F. Trément, Université Blaise Pascal, Clermont II, 2 vol (consultable au CHEC, Maison des Sciences de l’Homme Clermont-Ferrand).

Humbert 2000
Humbert L. - Contribution à l’étude des vestiges gallo-romains au col de Ceyssat (Puy-de-Dôme) : Une agglomération secondaire ? Mém. De DEA, Université Blaise Pascal, Clermont II, 3 vol. (consultable au CHEC, Maison des Sciences de l’Homme Clermont-Ferrand).

Lallemand 2004
Lallemand D. - Recherche sur les sites de l’âge du Fer dans le département de l’Allier, Rapport de prospection thématique, Clermont-Ferrand, 200 p. (consultable au Service Régional de l’Archéologie Auvergne).

Lapeyre, Roche 1987
Lapeyre O., Roche R. - Contribution à l’histoire de Mauriac, découvertes archéologiques, Bull. du GRHAVS, 40 : 51 p.

Lavendhomme 1997
Lavendhomme M.-O. - La Loire, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 305 p. (Carte archéologique de la Gaule, 42).

Liégard, Fourvel 1994
Liégard S., Fourvel A. - Le Puy-en-Velay, cathédrale Notre-Dame, sondages archéologiques préalables aux restitutions du grand escalier 05-04-94/10-06-94, Document Final de Synthèse, Clermont-Ferrand, 115 p. (consultable au Service Régional de l’Archéologie Auvergne).

Liegard 2001
Liégard S. - Lapalisse, avenue Jean Macé, Bull. Scientifique Régional Service Régional de l’Archéologie Auvergne : 25-26.

Liégard et al. 2001
Liégard S., Fourvel A., Lallemand D. - Lapalisse, rue Jean Macé : opération préventive de fouille 13-17 juin 2001, Document Final de Synthèse, Clermont-Ferrand, 205 p. (consultable au Service Régional de l’Archéologie Auvergne).

Loriot, Rémy 1991
Loriot X., Rémy B. - Corpus des trésors monétaires antiques de la France tome VII, Auvergne, Paris, 102 p.

Lucain
Lucain. La Guerre Civile (La Pharsale), I, livre I-V. Traduction de A. Bourgery, Paris, 258 p.

Marchand 1991
Marchand C. - Sanctuaires picards et territoire, in : Brunaux J.-L. (dir.), Les sanctuaires celtiques et le monde méditerranéen, Actes du colloque de St-Riquier, Paris : 14-18

Mathieu 1857
Mathieu P.-P. – Des colonies et des voies romaines en Auvergne, Clermont-Ferrand, 560 p.

Mathieu 1867
Mathieu P.-P. – Temple de Mercure découvert au pied du Puy-de-Dôme, Clermont-Ferrand, 16 p.

Mitton 2006
Mitton C. – Les sanctuaires ruraux gallo-romains en territoire arverne et vellave (Ier s. av. J.-C.-IVe s. ap. J.-C.). Approche critique de la documentation archéologique et bibliographique. Mém. de Master, Université Blaise Pascal, Clermont II, 6 vol. (consultable au CHEC, Maison des Sciences de l’Homme Clermont-Ferrand).

Monguilan 1982
Monguilan L. - Éléments d’archéologie aérienne pour l’étude des villae et de l’occupation du sol en Provence occidentale, in : La villa romaine dans les provinces du nord-ouest, Caesarodunum, 17 : 189-203.

Morlet 1957
Morlet A. - Vichy gallo-romain, Mâcon, 303 p.

Munaut 1991
Munaut A.-V. - L’environnement végétal de deux sanctuaires picards : Ribemont-sur-Ancre (Somme) et Saint-Maur (Oise), in : Brunaux J.-L. (dir.), Les sanctuaires celtiques et le monde méditerranéen, actes du colloque de St-Riquier, Paris : 113-116.

Nectoux 2006
Nectoux E. - Formation et évolution de l’agglomération secondaire d’Anicium, topographie urbaine et occupation des sols dans les campagnes environnantes entre la protohistoire et la fin de l’antiquité (Âge du Bronze-IVe s. ap. J.-C.). Commune d’ Espaly-Saint-Marcel, Aiguilhe, Chadrac, Brives-Charensac, Vals-près-le-Puy et le Puy-en-Velay. Mém. de Master, Université Blaise pascal, Clermont II, 3 vol. (consultable au CHEC, Maison des Sciences de l’Homme Clermont-Ferrand).

Orelle 1980
Orelle J. - Les fouilles du site gallo-romain de Fontboine la Marus, Saint-Jean-d’Aubrigoux (Haute-Loire), 1963-1976, Soc. d’hist. et d’archéol. de la région de Craponne, Saint-Étienne, 44 p.

Piboule 1987
Piboule M. - Rappel d’une ancienne découverte : le dieu cavalier de Naves. Ce qu’est le dieu cavalier, Étude Archéologique, 24 : 20-23.

Pline Le Jeune
Pline le Jeune. Lettres, livre VIII, 8 et livre IX, 39. Traduction A.-M. Guillemin, Paris

Poux 2004
Poux M. - Fouille programmée, Veyre-Monton le Puy de Corent, Bull. Scientifique Régional, Service Régional de l’Archéologie Auvergne : 110-113.

Prat 2006
Prat B. - Systèmes agro-pastoraux et milieux péri-urbains en Basse-Auvergne au cours des trois derniers millénaires : contribution de l’analyse palynologique à l’étude des intéractions sociétés-milieux, thèse de doctorat de géographie, Université Blaise Pascal, Clermont II, 368 p. (consultable au CHEC, Maison des Sciences de l’Homme Clermont-Ferrand).

Provost, Mennessier-Jouannet 1994
Provost M., Mennessier-Jouannet C. - Le Puy-de-Dôme, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 375 p. (Carte archéologique de la Gaule, 63/2).

Provost, Rémy 1994
Provost M., Rémy B. - La Haute-Loire, Paris, Acad. des Inscriptions et des Belles-Lettres, 192 p. (La Carte Archéologique de la Gaule, 43).

Provost, Vallat 1996
Provost M., Vallat P. - Le Cantal, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 217 p. (Carte archéologique de la Gaule, 15).

Rémy 1995
Rémy B. – Inscriptions Latines d’Aquitaine Vellaves, Bordeaux, 157 p.

Rémy, Ballet, Ferber 1996
Rémy B., Ballet F., Ferber E. - La Savoie, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres : 108 (Carte Archéologique de la Gaule, 73).

Roche, Lapeyre 1987
Roche R., Lapeyre O. – Contribution à l’histoire de Mauriac, découvertes archéologique, Bull. du Groupe de Recherche et d’Hist. Archéol. de la Vallée de la Sumène, 44 : 14-101.

Roche-Mercier 1996
Roche-Mercier R. - Le Nord-Ouest du Cantal de l’époque gallo-romaine au haut Moyen Age, étude archéologique, thèse de doctorat, Clermont II, 5 vol. (consultable au CHEC, Maison des Sciences de l’Homme Clermont-Ferrand).

Romeuf, Dumontet 2000
Romeuf A.-M., Dumontet M. - Les ex-voto gallo-romains de Chamalières (Puy-de-Dôme). Bois sculptés de la source des Roches, Paris, 168 p. (DAF ; 82).

Saby 1976
Saby M. - Allègre et sa région au fil des siècles, Le Puy-en-Velay, n.p.

Ségard 1999
Ségard M. - Habitat, parcellaire et paysage agraire dans la plaine de la Limagne à l’époque gallo-romaine. Commune de Gerzat, Lussat, Malintrat et Saint-Beauzire, Mém. de maîtrise d’histoire ancienne Clermont II, 2 vol. (consultable au CHEC, Maison des Sciences de l’Homme Clermont-Ferrand).

Sénèque
Sénèque. Lettres à Lucilius, livre IV, lettre 41. Traduction M. Charpentier et F. Lemaistre, Paris.

Simonnet 1975
Simonnet L. - Les puits funéraires gallo-romains en Velay et à Saugues, Cah. de la Haute- Loire : 7-52.

Simonnet 1980
Simonnet L. - Le niveau gallo-romain de la Baume et son contexte antique, Cah. de la Haute-Loire : 155-163.

Taillandier 1973
Taillandier M.-N. - Un nouveau dieu cavalier en Auvergne, de la disparition et de la redécouverte d’une sculpture gallo-romaine, Rev. Archéol. du Centre de la France, 12 : 11-20.

Trément 2002
Trément F. coll. Arnaud P., Hettiger S. et Mennessier-Jouannet C. - La cité arverne à l’époque romaine, in :Martin D. (dir.), L’identité de l’Auvergne, mythe ou réalité historique, Nonette : 195-217.

Trément 2003
Trément F. (dir.) en coll. avec Humbert L., Dousteyssier B., Trescarte J., et avec les contributions de Ballut C., Cabanis M., De Goër de Herve A., Laisné S., Malacher F., Marinval M.-C., Pratdessus C., Tripeau V. - L’agglomération antique du col de Ceyssat (Ceyssat, Orcines, Saint-Genès-Champanelle). Contribution à l’étude du contexte archéologique du temple de Mercure (Puy-de-Dôme),Rapport de prospection thématique avec sondages n° 2001-62, Clermont-Ferrand, 5 vol. (consultable au CHEC, Maison des Sciences de l’Homme Clermont-Ferrand).

Van Andringa 2002
Van Andringa W. - La religion en Gaule romaine. Piété et politique (Ier-IIIe siècle apr. J.-C.), Paris, 336 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Verdier 1963
Verdier H. - Le sanctuaire de Rajat (Puy-de-Dôme), Gallia, 21 : 241-247.
DOI : 10.3406/galia.1963.2389

Vidal, Vernhen, Pujol 2000
Vidal M., Vernhen A., Pujol J. - Les grottes sanctuaires, à propos des exemples aveyronnais, première approche d’une étude comparative étendue au Sud de la France et à la péninsule ibérique, in : Aspect de l’âge du Fer dans le sud du Massif Central, actes du XXIe colloque international AFEAF, Conques-Montrozier, Lattes : 65-80.

Vinatié 1983
Vinatié A. - Le site archéologique du Puy-de-Barre, Rev. de Haute-Auvergne, 49 : 89-111.

Vinatié 1991
Vinatié A. - Le pays d’Allanche à l’époque gallo-romaine, 100 av. J.-C. – 300 ap.J.-C., Aurillac, Les Amis du Vieil Allanche, 159 p.

Vinatié 1995
Vinatié A. - Sur les chemins du temps au pays de Massiac, 15000 ans d’histoire de la fin du paléolithique à l’aube du Moyen-Âge, Aurillac, 288 p.

Vinatié, Baillargeat 2002
Vinatié A., Baillargeat C. - Archéologie en Cézallier et aux confins du Limon, Aurillac, 279 p.

Virmont 1980
Virmont J. - Rapport de fouille de 1980, Collandre (Cantal) : 3 (consultable au Service Régional de l’Archéologie Auvergne)

Wuilleumier 1963
Wuilleumier P. - Inscription inédite d’Aix-les-Bains, Rev. d’Étude Anc., 36 : 199-205.

Haut de page

Annexe

Catalogue

* : sites visités 

** : sites prospectés.

Indice de fiabilité 0 : sites éliminés

03 BERT 001. Le critère des auteurs est la présence d’éléments architecturés antiques près de l’église, mais la proximité de cet édifice religieux ne permet pas de déterminer la présence d’un lieu de culte antique.

03 Bessay-sur-Allier 002. Le critère des auteurs est la présence de matériaux antiques près de l’église. Le site n’est pas retenu pour les mêmes raisons que le site précédent.

03 Châtel-de-Neuvre 003*. Un temple aurait été vu en 1614 par un topographe du duché du Bourbonnais. Malheureusement il n’existe aucun plan de ce qu’il identifie comme un temple.

03 Cindre 004*. Le critère des auteurs est la découverte de monnaies près de l’église, mais il ne s’agit pas d’un dépôt votif, il s’agit d’un trésor monétaire qui ne permet pas de déterminer la présence d’un lieu de culte antique.

03 Escurolles 007. Un autel retrouvé près de l’église a été interprété au début du XXe s. comme un autel taurobolique. Il est plus vraisemblable que ce soit un décor funéraire.

03 Trézelles 016. Une mosaïque du Bas Empire a été retrouvée dans le chœur de l’église en 1864. La présence de l’édifice religieux n’est pas un critère pour faire appartenir cette mosaïque à un lieu de culte antique.

15 Arpajon-sur-Céré 003*. En 1808, une plateforme élevée, carrée et entourée de fossés est interprétée comme un fanum. Durant le xxe s. les hypothèses en faveur d’un temple de Mercure se multiplient. La dernière étude en date est celle de J.-L. Boudartchouck en 1998, dans laquelle il reprend les arguments favorables ou non à un lieu de culte antique. Il favorise l’hypothèse d’un castrum médiéval. En l’absence de donnée de plan et de mobilier, ce site a été écarté avec un indice de 0 sur 2.

15 Albepierre-Bredons 006*. Au « Col de la Tombe du Père », les membres du Touring Club de France pensent être en présence d’une voie ancienne bordée de lieux de culte. En l’absence de structure et de mobilier, le site est rejeté.

15 Albepierre-Bredons 007*. Un monument de statuaire a été retrouvé vers 1836. Il a disparu mais les descriptions mentionnent une figure en pied et en pierre, drapée à la romaine. Cette mention est rejetée en l’absence de donnée plus précise sur la localisation et sur la datation de l’objet.

15 Charmensac 009**. Au « Maigre Nubia » A. Vinatié interprète un site près de la source d’un ruisseau comme un lieu de culte sans construction. Le mobilier date le site de la fin du ier s. et du iie s. Aucune substruction ne subsiste et aucun indice de construction n’est présent (ni tuiles, ni mœllons). Le mobilier ne renseigne pas sur la fonction du site, cette mention est donc rejetée.

15 Dienne 012. Selon une ancienne charte, datée de 1369, un temple dédié à Diane s’élevait à Dienne. Cette charte n’existe plus, de plus aucune découverte ne peut être rattachée à un lieu de culte.

15 Giou-de-Mamou 014. J.-B. Bouillet évoque l’ancien château de Giou qui aurait été construit sur les ruines et avec les matériaux d’un temple dédié à Jupiter. Aucune preuve n’étant indiquée, le site est rejeté.

15 Laroquebrou 016. Seules la tradition et la découverte d’une monnaie permettent à l’abbé Trin de placer un temple sur cette commune.

15 Massiac 018. J. Rieuf mentionne en 1971 un site sous l’actuelle chapelle Sainte-Madeleine. Il émet l’hypothèse d’un lieu de culte à cause d’ancienne tradition mentionnant une eau guérisseuse. A. Vinatié (1995) pense également à un lieu de culte en raison de la position de hauteur du site. Le site a été rejeté en l’absence de critère valable.

15 Moussages 021. La découverte fortuite de ruines et de tuiles romaines dans une grange en 1859 est à l’origine des hypothèses, non retenues, de la présence d’un temple ou d’un oratoire.

15 Murat 022*. Une statue est placée à Bredons, il s’agit en fait du même monument que le site 15.006, à Albepierre-Bredons.

15 Peyrusse 023**. Un site est interprété par A. Vinatié (1991) comme un lieu de culte mais ses critères, la présence de la source à proximité du site et le nom du lieu dit, « Sept-Font », ne sont pas retenus.

43 Alleyras 001. Des pierres interprétées comme des statues ont été retrouvées dans une source faisant de celle-ci une source cultuelle. Les photographies des blocs ne montrent absolument pas des formes sculptées.

43 Bas-En-Basset 003**. Une photographie aérienne prises en 1988 montre une structure ayant été interprétée comme un fanum. La photographie a été vue et aucun lieu de culte ne peut être envisagé.

43 Borne 006*. En 1868 des découvertes sont signalées dont une tête en arkose de 18 cm de hauteur. Elle est interprétée successivement comme une tête d’empereur (peut-être Posthume) puis comme une tête de divinité.

43 Espaly-Saint-Marcel 011. Une base de colonne avec un fût à décor de feuilles imbriquées est interprétée comme une colonne supportant un cavalier à l’anguipède. L’absence du cavalier permet de rejeter le site.

43 Polignac 014**. Le site de Polignac est rejeté car toutes les interprétations concernant un éventuel sanctuaire antique sont liées à la découverte d’un masque dit « d’Apollon », qui serait plus vraisemblablement une borne fontaine.

43 Saint-Georges-Lagricol 018*. Un site aurait été découvert avec du mobilier antique et un autel. Cet autel n’a pas été retrouvé et sa description est assez floue. Le site est donc rejeté.

63 Ambert 002. Un temple dédié à Apollon est placé par certains auteurs sur le « suc de Magnarot ». Micolon de Blanval le mentionne dans un manuscrit du xviiie s. mais on ne sait s’il l’a vu ou s’il rapporte une tradition, donc le site est rejeté.

63 Artonne 006. Des auteurs ont placé un temple dédié à Jupiter, le seul critère étant la toponymie, le site est rejeté.

63 Aulnat 007**. Un site est visible sur une photographie aérienne de 1982. L’auteur de la photo interprète le site comme un fanum, mais il s’agit plutôt d’un enclos irrégulier, qui plus est, non daté.

63 Bas-et-Lezat 008. Un dépôt monétaire a été retrouvé, il est dit cultuel mais il s’agirait plutôt d’un trésor.

63 Beauregard-Vendon 010. Un fût de colonne de 1 m de haut est interprété comme appartenant à une colonne d’un cavalier à l’anguipède. L’absence du cavalier permet de rejeter le site.

63 La-Chapelle-Agnon 017. Une mention d’un temple de Diane existe mais elle ne repose sur aucune preuve.

63 Clermont-Ferrand 023. La découverte d’une tête de statue en marbre et la toponymie sont les critères pour placer un temple de Bacchus sur le puy de Chanturgue. Le site n’est pas retenu.

63 Clermont-Ferrand 024. Des débris de matériaux au sommet de « Montjuzet » ainsi que la toponymie ont permis à certains auteurs de placer un temple de Jupiter. Le site n’est pas retenu.

63 Coudes 025. La tradition place un temple de Diane mais aucun élément ne vient corroborer cette hypothèse.

63 Courpiere 026. La tradition évoque un temple d’Apollon, ou de Jupiter à Courpière mais rien ne permet de le confirmer.

63 Gerzat 030. Gault de Saint-Germain (1783) mentionne un temple qu’il aurait vu au xviiie s. mais il n’en reste rien et aucun plan ou dessin ne permet de vérifier ses dires.

63 Grandrif 032. Une grotte est dite cultuelle sur la seule base d’anciennes traditions.

63 Issoire 033. Un temple d’Isis est placé à Issoire par certains auteurs sur des critères toponymiques

63 Job 034. Un temple de Diane est signalé sur la commune d’après d’anciennes traditions.

63 Lezoux 038. L’abbé Micolon de Blanval mentionne dans son manuscrit (malheureusement disparu) qu’il aurait reconnu les vestiges d’un temple consacré à Apollon.

63 Lezoux 039. Des marbres ont été retrouvés dans l’église Notre-Dame. Un temple a donc été placé par certains auteurs à cet emplacement, mais la seule présence de marbre n’est pas un élément suffisant.

63 Ludesse 041. Un mur antique était encore visible en 1946. J.-B. Bouillet (1838) mentionne un édifice à plusieurs compartiments et grâce à la toponymie place un temple, mais rien n’indique qu’il puisse s’agir d’un lieu de culte.

63 Malintrat 042**. Une photographie aérienne de 1991 montre un enclos interprété comme un fanum. La photographie et le mobilier présent sur le site ne permettent pas de penser à un lieu de culte.

63 Les Martres-de-Veyre 046. La découverte d’une statuette en bronze et d’une statue en bois a permis à certains auteurs de mentionner un lieu de culte. La statuette dite « égyptienne » a disparu.

63 Orcival 056. Un sanctuaire de source dédié à Pluton est placé sur cette commune sans aucune preuve.

63 Riom 060. Un sanctuaire dédié à Cérès est placé sur la commune sans aucune preuve autre que la toponymie.

63 Saint-Bonnet-le-Chastel 063. Un temple de Diane est placé sur la commune sans aucune preuve.

63 Saint-Bonnet-près-Orcival 064. Un temple dédié à Apollon est placé sur la commune sans aucune preuve.

63 Saint-Bonnet-près-Riom 065. Un temple d’Apollon est placé sur la commune par les érudits du xixe s.

63 Saint-Germain-Lembron 068. Une statue d’un dieu accroupi au torque a été retrouvée mais elle ne peut être reliée à un lieu de culte.

63 Saint-Pierre-Colamine 072. En 1884, trois statuettes en bronze ont été découvertes près des grottes de Jonas, mais elles sont très mal localisées.

63 Sallèdes 074. La toponymie permet à différents auteurs de placer un temple de Mercure sur le pic de Mercurol.

63 Villosanges 079. Certains auteurs placent un sanctuaire sur la commune mais il n’y a aucune preuve avancée.

Indice de fiabilité 1 : sites cultuels hypothétiques

03 Gannat 008. Plusieurs chercheurs et auteurs placent un temple sous l’église Saint-Étienne. Leur critère majeur est la découverte en 1888 d’une statue antique en pierre de 1,46 m de hauteur sur la place de l’église. Il s’agit du dieu Silvain représenté sous un arc retombant sur deux colonnettes. Il serait daté du iie-iiie s. mais la datation est à revoir. Cet autel prouve un culte au dieu Silvain, mais ne saurait attester un temple sous l’église. Néanmoins, un lieu de culte à ce dieu s’élevait peut-être non loin, soit sous forme d’un fanum, soit sous forme d’un laraire au sein d’un habitat. Bibliographie succincte : Cabezuelo et al. 1994 : 143.

03 Molles 010. Un édifice antique a été fouillé en 1880. Des éléments architecturés tels que des colonnes, des pilastres et des chapiteaux ont été retrouvés. Des fragments de marbre portant encore quelques lettres étaient présents, mais aucune inscription n’a pu être lue. La datation est floue : deux monnaies du début de notre ère ont été retrouvées ainsi que deux autres datées du Bas Empire. Aucun plan n’a pu être relevé. Les éléments présents pourraient appartenir à un lieu de culte mais également à n’importe quel autre édifice antique d’où un indice intermédiaire. Bibliographie succincte : Bertrand, Bouchard 1879-1881 : 381-391.

03 Monetay-Sur-Allier 011. Des éléments architecturés ont été retrouvés en 1855 et en 1895 lors du nivellement de la place de la commune. Ces éléments sont composés d’un bloc à décor de végétaux et de raisins, de fragments d’une statue d’homme, et de différents fragments de chapiteaux et de sculptures. Tous ces éléments pourraient appartenir à un lieu de culte mais également à d’autres types d’édifices monumentaux antiques. Bibliographie succincte : Bertrand 1906 : 220-225.

03 Naves 012. Une statue d’un cavalier à l’anguipède a été retrouvée le 18 avril 1851. Ce type de groupe est également appelé Jupiter à l’anguipède. Aucune structure n’est mentionnée lors de la découverte de cette statue, cette dernière peut donc être liée à un lieu de culte mais celui-ci reste indéterminé. De plus la statue est peut-être éloignée de son lieu d’emplacement initial. Bibliographie succincte : Piboule 1987 : 20-23.

03 Neuilly-Le-Real 013. Deux ex-voto en bronze représentant Auguste et Livie divinisés ont été retrouvés en 1816. Si ces offrandes appartiennent à un lieu de culte construit, il n’en reste aucune trace. De plus, la taille de ces deux objets permet de penser qu’ils ont pu facilement être déplacés. On peut également concevoir que ces deux statuettes appartiennent à un lieu de culte domestique au sein d’un habitat. Bibliographie succincte : Corrocher et al. : 124.

03 Rongères 015*. Un site a été interprété par D. Lallemand comme un fanum à partir d’une photographie aérienne de 2003. La photographie n’est pas dans le rapport et ne l’ayant pas vu l’indice ne peut être maximal. De plus cette photographie serait assez floue selon D. Lallemand. L’indice est donc pour le moment de 1 sur 2. Bibliographie succincte : Lallemand 2004 : 126.

03 Ussel d’Allier 017. Un fanum semble être visible sur un cliché IGN, mais l’ensemble est assez flou. Le site a été prospecté le 6 janvier 2006 et très peu de mobilier était présent. L’édifice carré mesure 16 m de côté. Bibliographie succincte : Inédit.


03 Vichy 018. Au lieu-dit « Hôpital militaire », des fouilles furent réalisées en 1837 par J.-L. Beaulieu. Un édifice fut découvert contenant plusieurs salles. Les vestiges d’une tour ronde ont également été retrouvés, à l’angle sud-est du jardin de l’Hôpital. Ce site est interprété comme un lieu de culte ou comme des thermes. Une des pièces du bâtiment était remplie de tessons de vases, de statuettes, de monnaies, de fibules etc… L’hypothèse d’un lieu de culte peut être émise, mais on peut également penser être en présence de thermes, d’où un indice intermédiaire de 1 sur 2. Bibliographie succincte : Beaulieu 1851 : 27-30.

03 Vichy 022. Au 30 de la rue Desbrest a été retrouvé un puits contenant des offrandes dont le buste appelé “la rhumatisante” qui est un ex-voto daté du ier s. Elle représenterait une femme atteinte d’ostéomalacie. Le puits contenait également une statuette bicéphale en pierre représentant Janus. Le site ne peut être attesté car il y a beaucoup moins de mobilier votif que dans les autres puits cultuels (Vichy 020 et 021). Le puits n’a pu servir que de zone de rejet de mobilier cultuel. Bibliographie succincte : Corrocher 1981 : 231.

03 Vichy 023. Au lieu dit « l’Enclos de la source Lardy » a été retrouvé en 1865 un anneau votif dédié à Diane. Il est similaire à celui retrouvé dans la rue du Moutier (Vichy 020). On peut s’interroger sur la présence d’un autel dédié à Diane à côté de la Source des Célestins mais l’anneau étant assez petit, il a pu être déplacé et provenir d’un autre endroit. Bibliographie succincte : Corrocher 1981 : 232.

15 Allanche 001**. A. Vinatié a découvert un site sur le « puy de Mathonière ». Ses restitutions hypothétiques présentent un fanum avec deux autres structures. Après une visite du site, il est impossible de confirmer la présence d’un lieu de culte : la structure qu’il interprète comme un temple est difficilement relevable et l’on n’obtient pas un plan identique aux restitutions. Beaucoup de mobilier a été retrouvé de la Tène III au iie s. Les critères majeurs donnés par A. Vinatié sont, le plan et la position de hauteur du site, sur un point culminant à 1294 m d’altitude. On a vu que le plan était à revoir et concernant la position dominante, elle ne peut être un critère en soi. Le site pourrait donc être un lieu de culte mais également une autre structure. Bibliographie succincte : Vinatié 1991 : 89-133.

15 Andelat 002**. Au sommet du « puy de la Barre » un site est présent avec beaucoup de mobilier. Il connaît plusieurs interprétations dont celle d’un sanctuaire de hauteur. Les critères de cette hypothèse sont la découverte d’une clochette en bronze comme sur le temple de Mercure au sommet du Puy-de-Dôme et les nombreux fragments de statuettes en terre blanche. A. Vinatié, le découvreur du site, émet également d’autres hypothèses : villa, site d’artisanat (découverte d’un barolet de potier et de quelques ratés de cuisson). Aucune structure en plan n’est visible. Bibliographie succincte : Vinatié 1983 : 89-111.

15 Celles 008. A « La Tourilhe », une quantité importante de mobilier a été retrouvée dans les années 1980. A. Vinatié interprète ce site comme un sanctuaire de plein air sans construction. Le mobilier date le site de la deuxième moitié du ier s. av. J.-C. à la fin du ier s. ap. J.-C. L’hypothèse d’un lieu de culte peut être émise mais également celle d’un habitat. L’indice est donc intermédiaire. Bibliographie succincte : Provost, Vallat 1996 : 84.

15 Ferrieres-Saint-Mary 013. Un site antique a été découvert sur “Le Montjournal ». A. Vinatié a étudié ce site dès 1968. Beaucoup de mobilier a été retrouvé, surtout de la céramique, datant l’occupation du site de La Tène III au iiie s. Le seul critère qui permet à A. Vinatié de penser à un lieu de culte est la position dominante du site. Ce critère ne peut être retenu comme un critère fiable pour attester les lieux de culte. Ce site pourrait également être un habitat lié à un poste de surveillance, d’où la position de hauteur du site. L’indice est donc intermédiaire car plusieurs hypothèses peuvent être émises. Bibliographie succincte : Vinatié 1995 : 190-196.

15 Loubaresse 017. Un site est localisé sur le plateau de « Clavières d’Outre ». Il est mentionné par R. Liabeuf en 1993. Les critères d’interprétation de ce dernier pour faire de ce site un lieu de culte sont la position de hauteur, la présence de mœllons et d’éclats de granit sur un sol en basalte, la densité du mortier rose et des tessons ainsi que la présence de fragments de statuettes en terre blanche. Le site reste hypothétique et reçoit un indice intermédiaire. Bibliographie succincte : Provost, Vallat 1996 : 118.

15 Le Monteil 020. Les murs d’une structure ont été dégagés en 1974 lors d’une fouille clandestine. Le plan est un carré de 5 m de côté. De nombreux fragments de tuiles sont présents mais aucune mention de mobilier, empêchant une datation précise du site. Les critères permettant à R. Roche de mentionner un fanum est le plan de la structure ressemblant à une cella. Les dimensions peuvent effectivement correspondre à une cella, ou à un temple à simple cella comme le site de Saint-Beauzely dans l’Aveyron. Les critères n’étant pas assez précis, le site reçoit un indice intermédiaire. Bibliographie succincte : Provost, Vallat 1996 : 135.


15 Saint-Flour 026. Un site a été découvert en 1891 à la source de « Roueyre-Vieille ». D’anciens captages ont été retrouvés ainsi que plusieurs monnaies d’Auguste à Marc Aurèle. La source est interprétée comme une source sacrée par plusieurs auteurs. Les quelques monnaies permettent de s’interroger sur l’éventualité de rites cultuels liés à la source. Bibliographie succincte : Provost, Vallat 1996 : 155.

15 Vernols 028**. Un site a été découvert en prospection sur la montagne « Des Chandroux » par A. Vinatié et C. Baillargeat. Ils interprètent le site comme un fanum d’après le relevé des structures. Le plan est trapézoïdal, ce qui est rare mais pas unique, donc l’hypothèse d’un fanum est viable. L’indice est pourtant intermédiaire car la cella n’est pas nette, de plus si l’on relève tous les murs visibles, le plan le plan se complique. Bibliographie succincte : Vinatié, Baillargeat 2002 : 236-237.


15 Ydes 030. Un fragment de statuaire représentant un cavalier est interprété comme un dieu cavalier à l’anguipède. Il est conservé au musée Ernest Rupin à Brive. Des fûts de colonne ainsi que des statuettes et des tessons de céramique étaient liés à cette découverte. Bibliographie succincte : Bedhomme Taillandier 1975 : 7-11.

42 Usson-en-Forez 001. Une statue d’un cavalier à l’anguipède a été retrouvée en remploi dans un mur d’une maison en 1856. Il manque le monstre mais les détails du cheval et du cavalier sont les mêmes que sur les autres groupes à l’anguipède. Bibliographie succincte : Lavendhomme 1997 : 232-233.

43 Arlempdes 002. Une fouille, menée en 1980 dans une grotte à « La Baumes d’Arlempdes, » a permis de mettre au jour des couches gallo-romaines contenant une importante quantité de mobilier dont des monnaies, des céramiques, un fragment de statuette en terre blanche, une bague, un anneau de bronze, une boucle de ceinture, peut-être une fibule, du verre etc… Le mobilier date le site du Ier s. av. J.-C. au ive s. ap. J.-C. La grotte a peut-être connu une fréquentation liée à un culte. Bibliographie succincte : Simonnet 1980 : 155-163.

43 Beaulieu 004. Plusieurs découvertes de statuaire ont eu lieu dès 1821 à « Margeaix ». Des têtes de naïades, des amours ailés, de nombreux fragments d’architecture, des fragments de marbre et une mosaïque de 5 m sur 15 ont été retrouvés. Le mobilier date le site du Haut Empire. L’hypothèse d’un sanctuaire peut être émise mais on pourrait également être en présence d’éléments d’une villa. Bibliographie succincte : Becdelièvre 1835 : 38-53.

43 Brioude 008. Grégoire de Tours mentionne un ancien lieu de culte païen qui n’a pas été retrouvé. On le place sur le terroir de « Saint-Ferréol » mais sans preuve archéologique. Des colonnes ont également été retrouvées dans la basilique Saint-Julien. Un lieu de culte était présent selon les textes mais aucune trace archéologique ne venant aider à la localisation, le site ne peut être avéré. La découverte récente d’une statue d’un possible Cernunnos lors des fouilles du baptistère par F. Gauthier est peut-être à mettre en relation avec le sanctuaire dont il est fait mention dans les textes, mais rien ne permet de le confirmer pour l’instant. Bibliographie succincte : Provost, Rémy 1994 : 53-57, Gauthier 2007 à paraître.

43 Brive-Charensac 009. Une inscription sur un bloc de grès blanc a été retrouvée en remploi dans un pont. Il s’agit d’une dédicace à Jupiter. On ne sait pas d’où elle provient exactement. Elle est actuellement conservée au Musée du Puy. Bibliographie succincte : Rémy 1995 : 70.

43 Ceaux d’Allègre 010. Un autel ou un cippe était en remploi dans le mur de l’église de la commune. Une seule face est visible car la pierre est aujourd’hui en remploi dans le socle d’une croix, il est donc difficile de l’analyser. On voit un fronton triangulaire porté par deux piédroits. Bibliographie succincte : Saby 1976 : n.p.

43 Monlet 012*. Un autel en arkose est présent sur la place de l’église. Il possède une inscription difficilement lisible mais que B. Rémy interprète comme étant une dédicace à Jupiter Optimus Maximus. Cet autel est considéré comme un objet lié à un culte de Jupiter, mais il est isolé, l’indice est donc de 1 sur 2 car il provient d’un autre lieu, on ne peut donc attester un sanctuaire à son emplacement actuel. Bibliographie succincte : Rémy 1995 : 113.

43 Monlet 013*. Un autel anépigraphique est peut-être présent sur la place de la Mairie mais ce dernier n’est quasiment pas connu contrairement à celui dédié à Jupiter (Monlet 012). Il y a néanmoins un doute sur la datation de ce bloc. Bibliographie succincte : Saby 1976 : n.p.

43 Polignac 015*. En 1865, A. Aymard découvre des éléments architectoniques au lieu dit « Bornette ». Le mobilier est composé de quatre fragments de colonnes torses et d’une statue d’homme ou de divinité mutilée par le feu. L’hypothèse d’un lieu de culte peut être émise mais elle n’est pas exclusive. Bibliographie succincte : Gounot 1989 : 91.

43 Le Puy-en-Velay 016*. Dès le xviiie s. des découvertes ont lieu aux abords de la cathédrale. De nombreux éléments architectoniques et de statuaires sont présents. Les anciens chercheurs ont placés un temple de style corinthien sous la cathédrale mais les fouilles et les sondages récents prouvent seulement la présence d’un bâtiment monumental. Une plateforme a été fouillée mais aucun plan net ne se dessine, de plus les fragments architecturés ne sont pas suffisants pour prouver un lieu de culte, ils peuvent appartenir à tout type d’édifice monumental. Les éléments décoratifs ne permettent également pas d’attester un temple. Ce site complexe nécessite encore d’être analysé. Bibliographie succincte : Liégard, Fourvel 1994 : 67.

43 Rosières 017. Un puits a été découvert et fouillé en 1890. Il contenait des fragments de céramiques, des vases et des urnes cinéraires qui ont donné lieu à une interprétation funéraire de ce puits. L. Simonnet s’interroge sur la possibilité que ce puits soit cultuel car aucune trace d’ossement n’est signalée. Malheureusement le mobilier a disparu, il est donc difficile aujourd’hui de préférer une hypothèse à une autre. Bibliographie succincte : Simonnet 1975 : 23-25.

43 Saint-Germain-Lapradre 019**. Un site est présent sur « Le Mont-Brunelé ». Des sondages ont été effectués vers 1930 permettant la mise au jour d’un petit bâtiment à enduit peint. Des dizaines de pièces de monnaies ont également été retrouvées au sommet du Brunelé. Les premières interprétations étaient en faveur d’un poste de surveillance mais la présence d’un petit bâtiment soigné ainsi que celle des monnaies permettent de s’interroger sur la possibilité d’un lieu de culte. Bibliographie succincte : Provost, Rémy 1994 : 115.

43 Saint-Géron 020. Lors de travaux de captage de la source de « Combadime », trois puits ont été découverts avec de nombreuses monnaies tout autour. Le mobilier n’est pas décris plus précisément mais la présence de ces monnaies vers les puits permet de s’interroger sur une éventuelle zone cultuelle. Bibliographie succincte : Provost, Rémy 1994 : 116.

63 Beauregard-L’Évêque 009*. En 1789, des antiquités sont découvertes près de la chapelle Saint-Aventin. Parmi les trouvailles, on note une statue de pierre, des tronçons de colonnes et des médailles du Bas Empire. Les auteurs mentionnent un lieu de culte car la statue est considérée comme représentant Jupiter. Seule la barbe permet de penser à Jupiter, de plus le site pourrait correspondre à des restes d’un habitat. Bibliographie succincte : Mathieu 1857 : 158.

63 Busseol 015*. « Le puy Saint-André » possède une occupation antique caractérisée en prospection par P.-F. Fournier en 1935. Des éléments de construction ont été découverts, ainsi que du marbre, des céramiques, des fragments de verre, des perles, du mobilier en fer et des monnaies. Les critères donnés pour placer un fanum sont les éléments de construction et la position dominante. La présence des trois fragments de marbre est importante à noter mais malgré cela on ne peut avérer le site sans plus d’éléments. Bibliographie succincte : Arduini, Fournier 1973 : 167-186.

63 Clermont-Ferrand 020. Un autel anépigraphique a été retrouvé lors du creusement d’une rase. Une villa est située non loin de la découverte. Cet autel a incontestablement un lien avec une zone cultuelle, c’est en effet un élément important lors du déroulement des cérémonies, mais il a été retrouvé isolé, il peut donc provenir de plus loin. Bibliographie succincte : Provost, Mennessier-Jouannet 1994 : 110.

63 Egliseneuve-près-Billom 028. Une statue d’un cavalier à l’anguipède a été retrouvée en 1849. Il porte une lance dans la main droite. Des fouilles ont eu lieu permettant de découvrir tout à côté une base de pilier, un fragment de colonne et des céramiques. Bibliographie succincte : Fournier 1962 : 32 p.

63 Gerzat 029. En 1857, une statue et des constructions sont mentionnées au nord-est du village, et considérées comme appartenant à un temple. Des colonnes et des statues en proviendraient. Les données sont anciennes et malheureusement assez floues, il ne reste notamment aucun des éléments architecturés mentionnés. Il reste deux statues en arkose représentant toutes les deux un homme debout. L’un d’eux semble porter un torque ou peut-être est-ce seulement le repli de son habit. Bibliographie succincte : Provost, Mennessier-Jouannet 1994 : 96.

63 Joze 035*. Une crue de l’Allier en 1826 a permis de mettre au jour des structures monumentales gallo-romaines. Le site a été interprété comme un lieu de culte mais les anciennes descriptions et les éléments architectoniques encore existant ne permettent que d’affirmer la présence d’un édifice monumental. Le site pourrait être une villa, ou des thermes. La toponymie a aidé à faire de ce site un sanctuaire dédié à Jupiter, mais rien n’a été retrouvé dans ce sens. Bibliographie succincte : Gonod 1834 : 58

63 Larodde 036. J. Demarty mentionne un site en 1907. Un bâtiment de petit appareil a été retrouvé, avec des céramiques, des statuettes en terre blanche et des monnaies en bronze. On peut noter la présence d’une plume de coq en bronze de 30 à 40 cm. Une plume avait également été retrouvée sur le fanum d’Aron à Aurillac, celle-ci était en argent et d’une dizaine de centimètres. Le site peut être interprété comme un hypothétique lieu de culte. Bibliographie succincte : Demarty 1907 : 167.

63 Malintrat 043**. Il y a une confusion au SRA Auvergne entre ce site et un autre site présent sur la commune attenante d’Aulnat. Le site de Malintrat a été découvert en prospection pédestre en 1997 : un site assez petit a été mis en évidence avec la présence de marbre gris et d’enduit peint rouge. Ce bâtiment, modeste par la taille, mais soigné et décoré pourrait être un lieu de culte. Bibliographie succincte : Segard 1999.

63 Les Martres-d’Artière 044. Une statue d’un cavalier à l’anguipède a été retrouvée dans les années 1880. Il est aujourd’hui conservé au musée archéologique de Clermont-Ferrand. Bibliographie succincte : Fournier 1962 : 105-127.

63 Mozac 049. Un autel épigraphique est mentionné dans l’abbaye de Mozac en 1607. Après plusieurs disparitions, il est retrouvé dans le parc du château de Mons en 1970. L’autel est consacré aux Génies Arvernes. L’inscription est datée par B. Rémy de 125/150, d’après deux autres textes du même dédicant. Cet autel est une preuve qu’un lieu de culte s’élevait en l’honneur des Génies Arvernes mais il est impossible de connaître son emplacement. Bibliographie succincte : Bouscayrol 1971 : 5-8.

63 Neschers 051. Un cavalier à l’anguipède a été retrouvé en 1939 dans une carrière. Des éléments architectoniques ont été retrouvés à 30 m du cavalier : des morceaux de fût de colonne, des tegulae, des céramiques. Bibliographie succincte : Fournier 1962 : 105-127.

63 Perrier 057**. On discerne, sur une photographie de 1991, à côté d’une villa un bâtiment dont le plan pourrait être un fanum. Le plan est néanmoins assez flou et dissymétrique, le site n’est donc pas attesté. Du mobilier antique est présent mais une villa étant à proximité, le matériel a pu se mélanger. Bibliographie succincte : néant.


63 Pont-du-Château 058. Environ 200 blocs en arkose ont été retrouvés en 1969 et 1971. Parmi ces blocs on retrouve des fragments de colonnes cannelées, des chapiteaux et plusieurs gros blocs. Tous ces blocs sortis de l’Allier prouvent la présence d’un bâtiment monumental, peut-être un lieu de culte, ou un autre édifice monumental. Bibliographie succincte : Corny 1973 : 15-20.

63 Riom 059**. Une photographie aérienne montre un site au lieu-dit « Maupertuis ». Un bâtiment est présent mesurant 50 m sur 20. Il contient un enclos de 12 m sur 10. Un autre bâtiment est présent à 50 m : il est composé de trois pièces avec une galerie de façade, il mesure 22 m sur 12. Des matériaux de construction sont présents sur place : du mortier et des tegulae. Des céramiques antiques du Haut Empire sont également présentes. Le site est interprété comme un sanctuaire en bibliographie mais le plan des bâtiments n’est pas net. Il pourrait s’agir de bâtiments liés à une villa. Bibliographie succincte : Provost, Mennessier-Jouannet 1994 : 259

63 La Roche-Blanche 062. Un autel épigraphique était présent à l’Hôtel de Ville de Clermont-Ferrand vers 1558 : les premières mentions le font provenir de La Roche-Blanche. L’inscription est dédiée à Bélenus par Iulius Paullinus, fils de Titus. B. Rémy date l’inscription de 1-41. Cet autel atteste un culte à Bélenus mais sa localisation reste imprécise. Bibliographie succincte : Rémy 1996 : 63-65.

63 Saint-Diéry 067. Une statue du dieu cavalier à l’anguipède a été retrouvée à « Roussat » en 1976. L’anguipède a disparu. Bibliographie succincte : Aleil 1980 : 209-211.

63 Saint-Pierre-Roche 074. Une statue d’un dieu cavalier à l’anguipède a été retrouvée à « Massagettes » en 1885. Elle était conservée en 1971 sur un pilier de l’Hôtel de Ville. Bibliographie succincte : Taillandier 1973 : 11-20

63 Varennes-sur-Usson 076.

La tradition évoque un temple de Mercure. Plusieurs tronçons de colonnes, des céramiques, quelques monnaies et un cachet d’oculiste (disparu) ont été retrouvés. Ces découvertes sont peut-être liées à un lieu de culte mais ce n’est pas la seule hypothèse viable. Bibliographie succincte : Provost, Mennessier-Jouannet 1994 : 324.

63 Le Vernet-Sainte-Marguerite 077. Un site est découvert en 1961 sur « Le puy d’Alou ». Des céramiques, un imbrex et 24 monnaies ont été retrouvés. Les monnaies étaient toutes situées dans un rayon de 7 m. Elles sont datées du ier et du iie s. Ces monnaies sont peut-être des offrandes cultuelles. Bibliographie succincte : Dabat 1969 : 99-110.

Indice de fiabilité 2 : sites cultuels attestés.

03 Cindre 005**. Un sanctuaire comportant deux fana a été découvert en prospection aérienne par D. Lallemand en 2003. Les deux fana sont de plan centré, rectangulaire. L’un d’eux à la particularité de posséder à côté de sa cella une structure circulaire (bassin ? Puits ?). Bibliographie succincte :
Lallemand 2004 : 107.


03 Cognat-Lyonne 006*. Un puits a été fouillé entraînant la découverte de 20 vases intacts. L’absence d’ossement et de traces de cendre dans les vases incite à penser à la présence d’un puits cultuel. Le dépôt est daté entre 80 et 160. Le dépôt a été protégé par des pierres et des morceaux de bois posés en châssis. Bibliographie succincte :
Corrocher 1975 : 323-335.

03 Lapalisse 009. Un fanum d’environ 10 m de côté a été fouillé. Un solin, constitué de bloc de calcaire, devait supporter une élévation en terre crue de type pisé. Le fanum est situé à l’angle sud-est d’un vaste enclos matérialisé par une douzaine de trous de poteau. Le site est daté de la première moitié du ier s. Bibliographie succincte :
Liegard et al. 2001.


03 Neuvy 014*. Une source a été curée en 1884. Elle contenait de nombreux objets et monnaies antiques. Le mobilier est daté du Bas Empire. La présence de ces offrandes dans cette source possédant des vertus curatives atteste la présence d’un culte de source. Une villa est située à proximité, on peut donc s’interroger sur la fonction de ce lieu de culte, et plus particulièrement sur la qualité des donateurs : fallait-il appartenir au domaine pour avoir accès à cette source ? Bibliographie succincte : Corrocher et al. : 121.

03 Vichy 019. Au 36 de la rue Callou a été découvert en 1908 une salle voûtée reposant sur des colonnes. En 1985, la transformation de l’hôtel en résidence a permis d’effectuer des sondages. Des dizaines de statuettes, en pierre et en bronze ont été retrouvées ainsi qu’un plateau en bronze, des tintinnabula, des anneaux en bronze et beaucoup d’autres mobilier en verre, os, ainsi qu’une soixantaine de monnaies dont des grands bronzes de Trajan. Parmi les statuettes on remarque une représentation de Sucellus et de Mars. On note également la présence d’un autel et des instruments de sacrifice. Il n’y a pas de plan de structure, uniquement cette salle à colonne a été retrouvée. Le mobilier est daté de la fin du ier s. et du iie s. Bibliographie succincte : Morlet 1957 : 253-254.

03 Vichy 020. Au 11 de la rue du Moutier a été retrouvé en 1864 un ancien puits. Un dépôt de 80 lamelles d’argent était présent au pied du puits. Ces lamelles possèdent une inscription les dédiant au dieu Jupiter Sabasius. À 30 m, un autre puits contenait des objets antiques dont un édicule en terre cuite abritant une triade divine, peut-être Hercule, mars et Vénus, ainsi qu’un anneau votif en bronze portant une inscription dédicatoire à Mars Vorocio. Au revers de cet anneau est présent la formule votive VSLM (Votum Solvit Libens Merito). Une aire cultuelle est donc présente, mais aucune substruction pouvant être associée à un lieu de culte construit n’a été mise en évidence. Bibliographie succincte : Corrocher 1981 : 230-237.

03 Vichy 021. Au 20 de la rue Beauparlant a été découvert en 1858 un puits contentant des objets votifs. Le puits contenait notamment 23 statuettes en terre blanche dont un buste d’Apollon, une statuette de Minerve, des bustes d’enfants rieurs, des oiseaux etc. Un vase en marbre était également dans le puits. Le mobilier est très bien conservé ce qui permet de penser à un dépôt au fond du puits. En l’absence d’éléments funéraires, le puits est considéré comme étant cultuel. Bibliographie succincte : Corrocher 1981 : 235-237.

15 Aurillac 004. Un fanum polygonal à 16 côtés a été fouillé en 1978. Il possède un diamètre d’environ 18 m. Le péribole a été déterminé à 55 m du fanum, et a été relevé sur une longueur de 84 m. Un enclos carré de 29 m de côté est également présent sur le site. Beaucoup de mobilier était présent plaçant la construction du site au ier s. et sa destruction au iiie s. Bibliographie succincte : Roche 1998 : 5-13.


15 Collandre 010. La grotte de « La Bade » est une grotte occupée dès la préhistoire. Elle possède également un niveau gallo-romain dont le mobilier est assez tardif. Le site peut être interprété comme une grotte à usage cultuel car de nombreuses offrandes ont été retrouvées : des fragments de statuettes en terre blanche, un manche de patère, des monnaies. Bibliographie succincte : Virmont 1980 : 3.

15 Coren 011*. « La source de Font de Vie » a été nettoyée en 1885. À cette occasion, un ancien captage a été découvert avec une cuve carrée qui s’élargit en un entonnoir creusé dans le roc pour agrandir l’arrivée d’eau. L’ensemble est protégé du ruisseau par une structure carrée. De nombreux objets antiques ont été retrouvés dont 149 monnaies, des vases entiers, des statuettes en terre blanche et deux statuettes en bois. Ces deux dernières rappellent évidemment les ex-voto de bois de « La source des Roches » de Chamalières (63). Des bracelets en cuivre étaient également présents ainsi que des rondelles, des fioles en verre, des noix. Le site est daté de la fin du ier s. av. J.-C. au iie s. Bibliographie succincte : Boudet 1889. 

15 Landeyrat 015**. Un sanctuaire est présent vers la cascade « Des Veyrines ». Il comprend trois structures dont un fanum. qui mesure 50 m de côté et sa cella 15 m. Les deux enclos liés au fanum mesurent également dans les 50 m de côté. La céramique date le site de la Tène III au iie s. Lors de la prospection du site en 2005, une autre structure a été vue en face de la cella, dans l’alignement de celle-ci et possédant sensiblement les mêmes dimensions : peut-être s’agit-il d’un fanum à double cellae ou de deux fana accolé. Bibliographie succincte : Vinatié 1991 : 63-81.


15 Mauriac 019. En 1984, des structures sont mises au jour lors des travaux dans la prison. Le fanum est de plan décagonal à l’extérieur et circulaire à l’intérieur. La cella mesure un peu moins de 10 m de diamètre. Un des murs peut être identifié au mur de galerie, mais cette dernière n’est pas nette car les constructions liées à la prison gênent la lecture du plan. Une fosse et un bassin sont présents dans la cella. Le site est daté du ier s. et du iie s. Bibliographie succincte :
Roche, Lapeyre 1987 : 14-101.


15 Ruynes-en-Margeride 024. Une photographie aérienne permet de discerner le plan d’un fanum à double cella. Il mesure 50 m sur 30, les cellae ne sont visibles qu’à moitié car elles se perdent dans une parcelle où elles ne sont pas visibles, on n’a donc pas leurs dimensions. Bibliographie succincte : Bony, Vinatié 2003 : 204-205.


15 Vic-sur-Céré 029. Un site est présent à la base de la montagne du « Griffoul », sur la rive droite de la Cère. Il était déjà connu au xvie s. : une grotte voûtée est signalée. De nombreuses monnaies furent découvertes d’Auguste à Licinus montrant une fréquentation des lieux du ier au iiie s. La salle voûtée était comparée à celle du Mont-Dore. Le dépôt de monnaie retrouvé est considéré comme un dépôt cultuel lié à la source. Bibliographie succincte : Bonnard, Percepied 1908 : 410.

43 Bellevue-La-Montagne 005. Un puits a été fouillé en 1934. Il est profond de 7,50 m et contenait trois niveaux. Le niveau de surface possédait des monnaies, un niveau situé à 2,50 m contenait des tegulae entières, de la céramique et un moulin en lave basaltique. Enfin, le dernier niveau à 7,50 m renfermait une douzaine de vases dont neuf intacts, un as de Domitien, des bois de cerf, une patère et des éléments en verre. Ce puits a d’abord connu une interprétation funéraire, puis L. Simonnet s’interroge sur une fonction cultuelle. Les céramiques entières et l’agencement du mobilier sont la preuve d’un dépôt volontaire et l’absence de cendre ou d’ossement exclu un puits funéraire. Le mobilier est daté du ier s. au iiie s. Bibliographie succincte : Simonnet 1976 : 8-9.

43 Le-Bouchet-Saint-Nicolas 007*. En 1860, A. Aymard découvre des restes de murs antiques. Des fouilles sont menées permettant la découverte de céramiques, d’enduits peints, de tegulae et de tuiles décorées, de statuettes en terre blanche dont deux têtes de grenouille. Une pierre de libage était également présente ainsi qu’une meule à bras et peut-être un autel. Les critères pour placer un lieu de culte sont la présence d’un petit bâtiment avec des enduits peints et des tuiles décorées, prouvant un ouvrage soigné malgré sa taille modeste, la présence des statuettes et d’une pierre pouvant être un autel. Bibliographie succincte : Aymard 1861 : 20-39.

43 Saint-Jean-d’Aubrigoux 021*. Plusieurs structures antiques sont présentes au somme du « Suc du Bèze ». Une source contenait de nombreuses offrandes (statuettes, céramiques, monnaies, éléments métallique etc…). Un bâtiment est interprété comme un fanum par certains fouilleurs mais au vu du plan ce n’est pas possible. Un bâtiment s’élevait certainement non loin de la source car de nombreux blocs ont été retrouvés dans celle-ci. On peut également s’interroger sur la présence d’une petite agglomération : des habitats, une source sacralisée, des ateliers de résiniers sont en effet présents sur cette montagne. Bibliographie succincte : Orelle 1980.


63 Aigueperse 001**. Une photographie aérienne permet de discerner le plan d’un fanum à côté d’une autre structure, interprétée comme une partie thermale d’une villa. Le fanum mesure 10 m de côté. Il est impossible de dissocier le mobilier provenant du fanum de celui provenant de la villa. Bibliographie succincte : Dousteyssier 2005 : 78-79.


63 Ambert 004. Une agglomération secondaire a été fouillée à « La Masse » dans les années 1980. Des puits et des fosses possédant du mobilier rituel ont été découverts. Le squelette d’un cheval était présent vers un des puits. Le dépôt des puits était protégé par des dalles et/ou des agencements de pierres et de tegulae. Beaucoup d’ossements animaux étaient présents notamment des crânes de chevaux et de bœufs ainsi que des mâchoires inférieures. Aux abords d’un des puits se trouvait le squelette d’un cheval avec la nuque brisée ; une tringle en fer lui traversait la colonne vertébrale. J. Gagnaire exclut l’hypothèse de puits à eau car la construction est trop grossière et l’eau est abondante à proximité, de plus l’agencement des dépôts est organisés et protégés. En l’absence d’ossements humains ou de traces cendreuses, l’hypothèse de puits et de fosses cultuelles peut être émise. Les puits sont datés du ier et du iie s. Bibliographie succincte : Gagnaire 1992 : 55.

63 Anzat-Le-Luguet 004*. L. Buffet a effectué des sondages de 1967 à 1969 au sommet de « La Coustasse ». Un petit bâtiment pratiquement carré a été mis au jour, il était soigné et décoré (un chapiteau d’applique figuré a été retrouvé). Des monnaies et des statuettes en terre blanche étaient présentes ainsi que de la céramique datée du ier  au iiie s. Un fragment d’autel a également peut-être été retrouvé. Bibliographie succincte : Buffet 1971 : 67-80.


63 Artonne 005**. Une photographie aérienne de 2002 permet de discerner le plan d’un fanum. Il mesure 10 m de côté. Une galerie de façade de 3 m de large est présente. Très peu de mobilier a été retrouvé. On discerne l’emplacement du site par un amas de pierre et de tegulae mais il n’y a pas assez de matériel pour dater le site (seul un fragment de sigillée peut être daté du iie s.). Bibliographie succincte : Inédit.


63 Bergonne 011**. Une photographie aérienne de 1997 permet de discerner le plan d’un fanum mesurant 12 m sur 11. Le péribole est visible : il est de forme carrée avec un avancement au centre d’un de ses côtés. Le mobilier ramassé en prospection permet de discerner une occupation du ier  au iiie s. Bibliographie succincte : Belaoues 1997 (fiche de déclaration de site au SRA Auvergne).


63 Blanzat 012*. Un sanctuaire a été fouillé sur les Côtes de Clermont. Un fanum d’environ 10 m de côté est présent. P. Eychart place un deuxième fanum dans le péribole mais aucune trace de celui-ci n’a été retrouvée dans les sondages récents. Bibliographie succincte : Fauduet, Clémenson 2003.


63 Boudes 013*. En 1882, des monnaies furent découvertes dans les conduits d’une source minérale. Cette source était captée dès l’Antiquité. Le dépôt est considéré comme un dépôt cultuel car les 67 monnaies retrouvées s’échelonnent dans le temps, du ier au iiie s. Bibliographie succincte : Loriot, Rémy 1991 : 54.

63 Le Broc 014**. Une photographie aérienne de 1991 permet de discerner le plan d’un sanctuaire avec un fanum mesurant 14 m sur 12. Le péribole mesure au moins 84 m de long ; avec la compilation de photographies, il semble se poursuivre sur encore 60 m, il pourrait donc mesurer 140 m de long. Une structure carrée de 6 m de côté est présente dans l’angle sud-ouest du péribole. Une entrée de type porche est localisée sur le côté est du péribole. D’autres structures sont présentes dans l’alignement du sanctuaire une soixantaine de mètre au sud du péribole. Le peu de mobilier permet de dater le site du Haut Empire. Bibliographie succincte : Dousteyssier 2005 : 98-99.


63 Chamalières 016. Le site de « La Source des Roches » a été fouillé dès 1844 et également en 1971. 10 000 fragments de statues en bois permettent de reconstituer environ 3500 ex-voto de bois. La source sacralisée était fréquentée de la fin du ier s. av. J.-C. à 70 ap. J.-C. Une tablette en bronze gravée a été retrouvée avec une inscription mentionnant la divinité Maponos. Quelques ex-voto métalliques étaient également présents. De récentes études paléœnvironnementales ont permis à B. Prat de s’interroger sur la possibilité d’un bois sacré lié à la source. Bibliographie succincte : Romeuf, Dumontet 2000.

63 La-Chapelle-Marcousse 018**.
Une photographie aérienne de 2002 permet de discerner le plan d’un fanum mesurant 50 m de côté. La cella mesure 7 m. Elle est peut-être plus grande mais un chemin passe à son emplacement gênant la visibilité. Du mobilier antique est présent, il est daté du Haut Empire. Bibliographie succincte : Dousteyssier 2003 : 3.


63 Charbonnier-Les-Mines 019**.
Une photographie aérienne de 2005 permet de mettre en évidence une agglomération secondaire. Un fanum à double cella se situe dans cette agglomération. Il mesure 25 m sur 13 et les cellae mesurent 6 m sur 7. L’emplacement du lieu de culte a été prospecté révélant du mobilier du iie s. av. J.-C. au iie s. ap. J.-C. Bibliographie succincte : Dousteyssier 2005.


63 Clermont-Ferrand 021. Un fanum a été découvert en 1968 dans la zone industrielle du « Brézet ». Il mesure environ 10 m de côté et la cella 3,20 m. De la céramique gallo-romaine précoce est présente, le site est daté jusqu’au début du iiie s. Un fourreau d’épée miniature en os a été retrouvé, ainsi qu’un manche de couteau en os à tête de chien. Bibliographie succincte : Desforges et al. 1970 : 450-451.


63 Clermont-Ferrand 022. Des puits et des fosses cultuelles ont été fouillés dans la zone industrielle du « Brézet » en 2000. La seule structure conservée en élévation est un petit bâtiment rectangulaire avec une entrée sur la façade nord précédée d’une sorte de porche à deux poteaux. À l’intérieur, une grande fosse était placée devant l’entrée, peut-être un autel creux. Un grand fossé d’enceinte semble délimiter les vestiges au nord-ouest. Enfin des structures en creux étaient présentes au sud-est dont deux puits : l’un d’eux contenait la dépouille d’un cheval en connexion avec un dépôt métallique, et un coffret était placé entre les membres antérieurs et postérieurs du cheval. Le site est daté du iie et du ier s. av. J.-C. Bibliographie succincte : Poux 2004 : 110-113.

63 Courpière 027. Des substructions sont découvertes en 1829. Des fragments de colonnes et de chapiteaux sont présents ainsi que des fragments de marbre et une coupe en argent. Cette coupe possède une dédicace à Mars Randosati, il s’agit d’un ex-voto déposé par un certain Bassinus. Cette coupe est datée par B. Rémy du ier s. Aucune structure n’a été retrouvée mais les colonnes et les chapiteaux prouvent la présence d’un bâtiment. La présence de marbre montre un certain niveau de richesse et la découverte d’un ex-voto en argent, ainsi que d’une bague en or sont des offrandes non négligeables permettant d’attester un lieu de culte à Tarragnat. Bibliographie succincte : Rémy 1996 : 108-109.

63 Glaine-Montaigut 031**.
Une photographie aérienne de 1987 permet de mettre en évidence un vaste édifice. Il s’agit d’une villa ; elle possède à son angle nord-est un fanum. Il mesure environ 10 m de côté. Bibliographie succincte : Dousteyssier et al. 2004 : 135.


63 Lastic 037*.
Un fanum a été fouillé en 1957. Il mesure 10 m de côté. Un mur a été retrouvé entre le fanum et le tracé connu de la voie romaine allant à Limoges. Il pourrait s’agir du péribole. Des fragments architectoniques étaient présents : une colonne, un fragment de corniche, des pierres de taille. Des céramiques et du mobilier métallique ont été retrouvés. Bibliographie succincte : Bertrand 1990 : 48-52.


63 Lezoux 040. En 1891, une statue en pierre de Mercure a été retrouvée. Elle possède deux inscriptions, peut-être trois : une en langue latine, une en langue gauloise et peut-être une deuxième en gaulois. On peut y lire que cette statue est une offrande d’Aspronius tasgili, fils de Tasgillus. B. Rémy date cette inscription latine d’entre 1 et 150. Cette statue a été retrouvée au milieu de débris architecturaux : des colonnes, des plaques de marbre blanc et vert, des céramiques et des restes d’ossements d’animaux. Les débris d’architecture prouvent que la statue s’élevait probablement dans un petit lieu de culte, dont il est difficile d’appréhender la taille : fanum ou simple édicule votif. En revanche, la décoration était soignée comme l’atteste les éléments de marbre colorés. Bibliographie succincte : Rémy 1996 : 111-113.

63 Les Martres d’Artière 045**.
Un sanctuaire a été découvert en prospection aérienne en 2003. Plusieurs structures sont visibles dont un sanctuaire, des fosses et d’autres bâtiments. Le mobilier s’échelonne du iie s. av. J.-C. au ive s. ap. J.-C. : il est impossible de rattacher les bâtiments à une période en particulier, ou de savoir quels bâtiments fonctionnaient ensembles et à quelles dates. Concernant le sanctuaire, il est constitué d’une enceinte de 70 m de longueur. À l’intérieur, on discerne un fanum de 14 m de côté et deux autres bâtiments. On peut noter la présence de nombreux fragments d’hypocaustes ainsi que beaucoup d’amphores (une centaine de fragments ont été retrouvés en prospection en 2006). Bibliographie succincte : Dousteyssier 2005.


63 Mazoires 047**. A. Vinatié mentionne un site découvert en prospection pédestre en 1981. Il a relevé les structures visibles : un enclos carré de 15 m de côté est ceint d’un autre enclos carré de 25 m. Le plan ressemble à un fanum. Du mobilier antique permet de dater le site de la Conquête au iie s. Le site n’a pas été retrouvé sur le terrain, plusieurs murs sont visibles mais aucun plan similaire n’a été retrouvé, mais la découverte datant de 1981, les murs ont pu être détruit. C’est la raison pour laquelle le site reste attesté. Bibliographie succincte : Vinatié 1981 : 231-239.


63 Mont-Dore 048*.

Dès le xvie s, voire même le xve s., le site du Mont-Dore est connu. Un panthéon est déjà mentionné faisant référence à un temple. Il faut attendre le xixe s. pour que des fouilles sérieuses aient lieu. Des thermes sont découverts avec un temple rectangulaire de type hybride. Il mesure 21 m de long sur 14 m de large. Un autel épigraphique a été retrouvé, l’inscription votive est datée du ier s. Bibliographie succincte : Provost, Mennessier-Jouannet 1994 : 192.


63 Murol 050*.

Un sanctuaire a été fouillé sur « Le plateau de Rajat » de 1954 à 1957 par H. Verdier. Le péribole contient un dallage de pierres basaltiques plates non taillées. Deux structures sont présentes : une cella de 4,40 m de côté et une structure rectangulaire de 4 m sur 3. De l’enduit peint rouge avec des décors blanc, jaune et bleu a été retrouvé. Beaucoup de mobilier était présent dont des statuettes en terre blanche, des monnaies, une statuette en bronze d’Harpocrate, une tablette en bronze avec une inscription non déchiffrée à ce jour. Le mobilier s’échelonne du ier s. av. J.-C au ive s. Bibliographie succincte : Verdier 1963 : 241.


63 Neschers 052**.
Un fanum est visible sur une photographie issue du logiciel géographique photœxplorer. Le site a été prospecté en 2006 : quelques tessons antiques attestent la présence d’un bâtiment gallo-romain, mais il n’y a pas suffisamment d’élément pour dater précisément le site. Le fanum mesure 13 m de côté. Bibliographie succincte : Inédit.


63 Orcines 053*. Des statues ont été découvertes en 1864 à « La Tourette ». Quatre statues ont été trouvées : un piédestal en domite dont il ne reste plus que les pieds nus. Une inscription est gravée sur le socle ; il est fait mention de Mercure (le texte est ainsi traduit : Consacré à Mercure, Vindonius Silvanus a offert cette statue). Un second socle est présent, et comme le précédent il ne reste que les pieds. Ces derniers sont chaussés de brodequins dépassant d’une tunique. Le troisième socle présente également deux pieds nus, et la quatrième statue est un torse en domite, les bras et les jambes ont disparus, une inscription est présente dont la traduction est la même que sur le premier socle : « consacré à Mercure, Vindonius Silvanus a offert cette statue ». Une tête de statue, peut-être Mercure, provient du même site ainsi que des blocs contenant des fragments sculptés, des blocs avec des inscriptions (une pierre présente notamment la même inscription que sur les deux statues précédentes). Des fibules et des monnaies ont été trouvées non loin de toutes ces découvertes. Aucune structure n’a été retrouvée mais la présence de ces offrandes (dont des statues offertes au dieu Mercure) permet d’attester un lieu de culte. On ne peut guère imaginer que ces offrandes proviennent du temple au sommet du Puy-de-Dôme car les statues ne sont pas isolées, elles sont au moins quatre sans compter tous les fragments appartenant probablement à d’autres blocs sculptés provenant du même endroit. Bibliographie succincte : Mathieu 1867.

63 Orcines 054*.
Un sanctuaire de type hybride a été fouillé au sommet du Puy-de-Dôme. Les premières fouilles sont datées de 1874. Des fouilles récentes, de 2001 à 2004, ont également été menées. Le sanctuaire est composé d’un temple principal de 36 m de long, d’une cella de 16 m de côté et d’un pronaos avec six colonnes. L’entrée est à l’est. Le côté sud de la cella est occupé par un portique à exèdres de 3 m de diamètre. Le dépôt de fondation a été retrouvé datant la construction du temple du milieu du iie s. Un deuxième temple est présent sur le flanc est du volcan, 50 m en contrebas. Il possède une cella rectangulaire qui ouvre sur un portique. Un porche est présent à l’est où se situe l’entrée. Des feuilles de recouvrement de tuiles en plomb ont été retrouvées. Bibliographie succincte : Casas 1989.

63 Le Col de Ceyssat 055**. Le » Col de Ceyssat » est à la rencontre des communes de Ceyssat, d’Orcines et de Saint-Genès-Champanelle. Une série de sondage menée de 2001 à 2003 a permis de mettre en évidence la présence d’une agglomération à caractère cultuelle, traversée par la voie antique reliant Lyon à Saintes. Celle-ci est liée au temple du sommet du Puy-de-Dôme. Aucun plan de lieu de culte n’a été trouvé en revanche plusieurs bâtiments sont présents, ainsi que des favissae. Beaucoup de mobilier cultuel est présent dont des céramiques tuées, des céramiques portant des graffites, des monnaies et beaucoup d’objets métalliques. Une inscription dédiée à Mercure a été retrouvée. Bibliographie succincte : Trément 2003.

63 La Roche-Blanche 061*.
Un sanctuaire a été fouillé sur « Le plateau de Gergovie ». Les premières fouilles datent des années 1930. Le site est rouvert en 1991 et plus récemment en 2006 et 2007. Le sanctuaire possède un péribole de 51 m sur 45, il contient deux fana de respectivement 16 m et 14 m de côté. Une mosaïque a été retrouvée dans une des salles. Le site est daté de la période augustéenne au iie s. Bibliographie succincte : Provost, Mennessier-Jouannet 1994 : 277.


63 Saint-Georges-sur-Allier 067**.
Un sanctuaire a été mis en évidence grâce à une photographie aérienne de 1992. Le péribole mesure 90 m sur 66. Il contient un temple de type hybride mesurant 17 m sur 12 avec un prolongement à l’est (un pronaos ?) de 3,50 m. Le mobilier présent sur place date le site du ier s. au début du iiie s. Bibliographie succincte : Vallat 2002 : 613-615.


63 Saint-Julien-de-Coppel 069**.

Le site a été découvert en prospection aérienne en 2004 par B. Dousteyssier. Le sanctuaire est formé d’un péribole de 120 m sur 125. Il contient trois structures : un fanum de 14 m sur 10,50 m, un enclos rectangulaire, et une structure de 12,50 m sur 10,50 m avec un bourrelet à l’angle sud-ouest. Le site a été prospecté en 2005 mais très peu de mobilier a pu être retrouvé : des matériaux de construction et quelques céramiques du Haut Empire. Bibliographie succincte : Dousteyssier 2005 : 310-311.


63 Saint-Julien-de-Coppel 070**.
Le site a été découvert en prospection aérienne en 1997 par le CERAA. Le péribole n’est pas entièrement déterminé : un portique avec un agencement de pièce semble être présent sur le côté est, mais peut-être n’est-ce pas encore la délimitation générale. Un fanum à double cella est visible. Il mesure 28 m sur 18. Le mobilier date le site du Haut Empire. On peut noter la présence d’amphore italique datée du iie-ier s. av. J.-C. Dans la bibliographie, le site est considéré comme une villa mais le plan peut être assimilé à un fanum à double cella. Bibliographie succincte : Vallat 2002 : 1876-1878.


63 Saint-Julien-de-Coppel 071**.
Le site a été découvert en prospection aérienne en 1982 par le CERAA. Un petit temple à simple cella de 8 m sur 4 est visible. Un porche est placé au devant : un pronaos ? Cette structure est proche des deux structures cultuelles précédentes, auxquelles elle doit être liée mais en l’absence de données plus précises tout a été présenté séparément. Bibliographie succincte : Boudriot 1982 : fiche déclaration site SRA Auvergne.


63 La Sauvetat 075**.
Une statue a été découverte fortuitement en 1833. Il faut attendre 1980 pour qu’une photographie aérienne montre un sanctuaire. Le péribole mesure environ 40 m de côté, il possède un portique sur le côté est. Il contient un fanum de 13 m de côté avec un portique également sur le côté est. Le mobilier ramassé est daté du ier s. au premier tiers du iiie s. Bibliographie succincte : Provost, Mennessier-Jouannet 1994 : 316.


63 Veyre-Monton 078*.
Les fouilles ont permis de mettre au jour un sanctuaire gallo-romain daté du ier s. av. J.-C. au iiie s. Il était précédé d’un lieu de culte gaulois. Le site était encore en cours de fouille en 2006. Au sein d’un péribole se dresse un fanum et un enclos rectangulaire. Un portique cloisonné monumental a été mis au jour constitué, pour son dernier état, de maçonnerie et d’enduits polychromes. Bibliographie succincte : Poux 2004 : 110-113.


63 Voingt 080*.
Dès le xviiie s. une agglomération secondaire est connue. Il faut attendre les fouilles de 1882 pour qu’un fanum soit reconnu. Il mesure 12 m de côté. Le péribole devait mesurer au moins 49 m. Des fresques à décor aquatique ont été retrouvées. Le sanctuaire a connu une première construction à la période augustéenne. Il est détruit par un incendie et reconstruit au milieu du ier s. Le temple est démantelé au IVe s. Bibliographie succincte : Charbonneau 1957 : 117-128.


63 Voingt 081**.
Une photographie aérienne prise en 1987 montre un fanum avec un autre bâtiment (des thermes ?). Le fanum mesure 12 m sur 10. Très peu de mobilier a pu être retrouvé. Bibliographie succincte : Provost, Mennessier-Jouannet 1994 : 332-344.


Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Les temples hybrides possèdent des éléments appartenant exclusivement aux temples classiques, comme le pronaos, et des éléments indigènes appartenant exclusivement aux fana, comme la galerie. Ils sont un savant mélange de deux architectures.

2  Les références entre crochets renvoient au corpus des sites (département, [numéro de site])

3  Ingénieur d’étude au Centre d’Histoire “ Espaces et Cultures ” (CHEC-EA1001) et membre du CÉRAA.

4  Des manuscrits de collections particulières, peu accessibles auparavant, ont été déposés aux Archives Départementales de la Haute-Loire depuis peu. Ils contiennent quelques données inédites qui ont été étudiés en 2006 (Nectoux 2006).

5  L’autre moitié correspond à des sites issus de données anciennes, ou de découvertes isolées, non localisées.

6  Le caractère isolé de la découverte empêche d’attester un sanctuaire à son emplacement actuel car l’objet a pu être déplacé.

7  Professeur d’Antiquités Nationales à l’université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand II.

8  C’est le cas des sites de Voingt “ Coutissou ” (63, [081]), Aurillac (15, [004]), Lastic (63, [037]).

9  Le site présenté par P. Aychart possède deux fana mais, lors du nouveau dégagement du sanctuaire en 2003, aucun autre temple n’a pu être mis en évidence en face du fanum (Fauduet, Clémenson 2003 : 108). Il est donc considéré comme un sanctuaire avec un seul fanum.

10  Les sanctuaires de Chassenon et de Sanxay, en Poitou-Charentes, possèdent également un plan cruciforme, mais de base polygonale, alors que Bergonne est quadrangulaire.

11  L’enclos est matérialisé par une série de douze trous de poteau.

12  Il n’y a que deux sanctuaires issus de découvertes récentes qui soient orientés exactement N-S (Le Broc (63, [014] et Neschers (63, [052]).

13  Les interprétations sont encore plus difficiles lorsque la céramique est brisée : celle-ci peut être tombée ou avoir été jetée au fond du puits ou peut provenir de bris rituels, mais il est bien souvent impossible de déterminer si le bris est accidentel ou volontaire.

14  Dans cette étude, les agglomérations considérées comme attestées sont : Ambert, Bourbon-l’Archambault, Chantelle-la-Vieille, le Col de Ceyssat, Gannat, Jalaniac (Le Monteil), Lapalisse (Lubillé), Les Martres-de-Veyre, Mauriac, Le Puy-en-Velay, Varennes-sur-Allier, Vichy, Voingt, Ydes. On peut rajouter Charbonnier-les-Mines, Côtes-de-Clermont et Lezoux.

15  Les fragments d’architecture présents vers et dans la cathédrale du Puy-en-Velay permettent d’attester un édifice monumental mais rien n’atteste que ce soit un sanctuaire. Toutes les études anciennes se bornent à mentionner un temple mais aucun plan n’a été retrouvé pour confirmer cela, et aucun élément mobilier ne permet de pencher en faveur d’un lieu de culte plutôt que d’un édifice monumental d’une autre nature.

16  “ L’existence de ce lieu de culte semble parfaitement logique si l’on considère le site comme une petite agglomération et non comme un simple regroupement d’ateliers de potiers ” (Liégard et al. 2001 : 117).

17  D’autres éléments d’études sont bien sûr indispensables pour confirmer la présence d’une agglomération : il ne s’agit ici que d’hypothèse.

18  Nous verrons que l’hypothèse d’un bâtiment thermal peut être émise.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Indices de fiabilité des mentions de lieux de culte. Les sanctuaires attestés possèdent un indice 2 et les sanctuaires hypothétiques, un indice 1.
Légende C. Mitton
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 29 : Occupation des sanctuaires du IIe s. av. J.-C. au IVe s. ap. J.-C.
Légende C. Mitton
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 2 : Conditions de découvertes des sanctuaires attestés
Légende C. Mitton
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 3a : Plan des fana à une cella sans péribole reconnu ou avec un péribole dont le plan est très fragmentaire.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 3b : Plan des fana à une cella avec leur péribole.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 4 : Plan de sanctuaires comprenant plusieurs structures cultuelles (des fana et d'autres types de temples).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 5 : Plan de fana à double cellae.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 8 : Les différents types de temples (C. Mitton).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 6 : Plan de temples hybrides.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 7 : Plan de temples à simple cella.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 9 : Restitutions possibles du péribole du sanctuaire de Bergonne (63, 011)
Légende D’après Mitton 2006 : fig. 26
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 10a : Dimensions des galeries et des cellae des quatorze fana à plan carré.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 10b : Longueurs et largeurs des galeries des dix fana à plan rectangulaire.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 10c : Longueurs et largeurs des cellae des dix fana à plan rectangulaire.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 10d : Longueurs des galeries et des cellae des dix fana à plan rectangulaire.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 10e : Dimensions des galeries et des cellae des trois fana à double cella.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 10f : Dimensions des galeries et des cellae des trois temples hybrides.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 12 : Orientation des entrées au sein des sanctuaires
Légende C. Mitton
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 13 : Les différents types de sites naturels sacralisés  et les puits cultuels
Légende C. Mitton
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 14 : Redressement (C. Mitton 2006) du site de Cindré (03, [005]).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 15 : Pourcentage de site par rapport à la qualité de la datation, sur le total.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 16 : Nombre de sanctuaires attestés en fonction de la qualité de la datation.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 17 : Nombre de sanctuaires en fonction par siècle.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 18 : Localisation des divinités attestées et hypothétiques
Légende C. Mitton
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 19 : Sanctuaires ruraux, d'agglomérations et péri-urbains
Légende C. Mitton
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 20 : Redressement des photographies aériennes du site du Broc (63, 014
Légende C. Mitton, compilation de quatre photographies de 2004 et 2005
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 21 : Localisation des sanctuaires par rapport à l'altitude
Légende C. Mitton
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 22 : Position des sanctuaires par rapport aux voies romaines principales
Légende C. Mitton
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 23 a : Sanctuaire de La Sauvetat en bordure de voie romaine
Légende cliché B. Dousteyssier 2003
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 23 b : Le fanum à double cella de Charbonnier-les-Mines en bordure de voie antique
Légende cliché B. Dousteyssier 2005
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 24 : Sites d'habitats, issus des données ICAF 1997 (d'après Trément 2002c : 87) et sanctuaires attestés
Légende C. Mitton
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 25 : Sites cultuels et habitats (C. Mitton). Superposition des sanctuaires sur une carte de l’habitat au Haut Empire à l’est de Clermont-Ferrand
Légende D'après Dousteyssier 2004 : fig. 5).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 26 : Plan de la villa de Glaine Montaigut
Légende D’après Laisne, Tripeau 2004 : n.p.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 27 a : Photographie aérienne du site d’Aigueperse (63, 001)
Légende cliché B. Dousteyssier 2004
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 27 b : Thermes de Royat
Légende D’après PROVOST, MENNESSIER-JOUANNET 1994 : Fig. 29. La partie entourée de rouge est celle comparée au site d’Aigueperse.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 28 : Vue d'ensemble des sites des « Rochettes-Basses » et du « Mas » (Saint-Julien-de-Coppel, 63 [069] [071] [072]).
Légende Redressement et DAO C. Mitton.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-37.png
Fichier image/png, 841 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-38.png
Fichier image/png, 491 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-39.png
Fichier image/png, 361 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-40.png
Fichier image/png, 491 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-41.png
Fichier image/png, 1,4k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-42.png
Fichier image/png, 495 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-43.png
Fichier image/png, 1,9k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-44.png
Fichier image/png, 491 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-45.png
Fichier image/png, 3,5k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-46.png
Fichier image/png, 465 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-47.png
Fichier image/png, 3,3k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-48.png
Fichier image/png, 534 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-49.png
Fichier image/png, 4,8k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-50.png
Fichier image/png, 534 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-51.png
Fichier image/png, 27k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-52.png
Fichier image/png, 4,4k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-53.png
Fichier image/png, 478 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-54.png
Fichier image/png, 1,5k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-55.png
Fichier image/png, 534 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-56.png
Fichier image/png, 1,6k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-57.png
Fichier image/png, 465 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-58.png
Fichier image/png, 3,3k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-59.png
Fichier image/png, 561 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-60.png
Fichier image/png, 2,0k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-61.png
Fichier image/png, 561 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-62.png
Fichier image/png, 800 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-63.png
Fichier image/png, 561 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-64.png
Fichier image/png, 3,1k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-65.png
Fichier image/png, 561 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-66.png
Fichier image/png, 2,7k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-67.png
Fichier image/png, 476 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-68.png
Fichier image/png, 1,6k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-69.png
Fichier image/png, 476 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-70.png
Fichier image/png, 2,7k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-71.png
Fichier image/png, 549 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-72.png
Fichier image/png, 3,2k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-73.png
Fichier image/png, 555 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-74.png
Fichier image/png, 2,1k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-75.png
Fichier image/png, 588 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-76.png
Fichier image/png, 1,4k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-77.png
Fichier image/png, 606 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-78.png
Fichier image/png, 1,8k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-79.png
Fichier image/png, 561 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-80.png
Fichier image/png, 1,1k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-81.png
Fichier image/png, 561 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-82.png
Fichier image/png, 4,1k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-83.png
Fichier image/png, 561 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-84.png
Fichier image/png, 2,8k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-85.png
Fichier image/png, 555 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-86.png
Fichier image/png, 4,1k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-87.png
Fichier image/png, 637 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-88.png
Fichier image/png, 2,0k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-89.png
Fichier image/png, 561 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-90.png
Fichier image/png, 946 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-91.png
Fichier image/png, 515 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-92.png
Fichier image/png, 7,6k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-93.png
Fichier image/png, 4,9k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-94.png
Fichier image/png, 502 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-95.png
Fichier image/png, 2,9k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-96.png
Fichier image/png, 457 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-97.png
Fichier image/png, 2,7k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-98.png
Fichier image/png, 433 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-99.png
Fichier image/png, 3,4k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-100.png
Fichier image/png, 457 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-101.png
Fichier image/png, 1,4k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-102.png
Fichier image/png, 561 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-103.png
Fichier image/png, 3,8k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-104.png
Fichier image/png, 505 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-105.png
Fichier image/png, 8,2k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-106.png
Fichier image/png, 505 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-107.png
Fichier image/png, 1,3k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-108.png
Fichier image/png, 500 octets
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-109.png
Fichier image/png, 2,9k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/680/img-110.png
Fichier image/png, 502 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Mitton, « Les sanctuaires arvernes et vellaves hors des chefs-lieux de cités du ier s. av. J.-C. au ive s. ap. J.-C. : approche typologique et spatiale », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 45-46 | 2006-2007, mis en ligne le 08 avril 2008, consulté le 23 avril 2014. URL : http://racf.revues.org/680

Haut de page

Auteur

Claire Mitton

Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », MSH, CHEC-EA1001, 4 rue Ledru, 63057 Clermont-Ferrand Cedex 1.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page