Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude

Une fosse du Bronze final IIb dans le Val d’Orléans à Sandillon (Loiret) : données archéologiques et contexte environnemental

A Late Bronze Age pit IIb in the Val d’Orléans at Sandillon (Loiret): archaeological data and environmental context
Hélène Froquet, Cyril Castanet, Stéphane Joly et Bénédicte Pradat

Résumés

Un diagnostic archéologique réalisé en 2004 à Sandillon (Loiret) a permis la découverte d’une occupation du Bronze final IIb dans la plaine alluviale de la Loire. Les structures sont peu nombreuses, mais une fosse se distingue par un ensemble céramique exceptionnel par sa richesse, sa conservation et la présence de formes encore inconnues en région Centre. Ce corpus céramique, corrélé par une datation par radiocarbone, offre désormais un jalon fiable pour la région. Par ailleurs, ces vestiges ont pu être replacés dans leur environnement immédiat grâce à une étude géomorphologique et à l’analyse des restes carpologiques contenus dans la fosse. Ainsi, le croisement des données permet de tenter une approche paléo environnementale sur une occupation en contexte fluviatile et de préciser les relations entre l’homme et son milieu durant cette période chronologique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le cadre d’un projet d’extension de carrière sur la commune de Sandillon (Loiret), au lieu-dit “ Les Brosseilles ”, un diagnostic archéologique a été réalisé par l’INRAP au printemps 2004 sous la direction de s. Joly. Les parcelles sondées couvrent une superficie de 12 ha. Elles sont localisées dans la plaine alluviale de la Loire au sein du val d’Orléans (Fig. 1). Cette plaine d’inondation présente ici une largeur de 8 km et le site se situe approximativement à une distance égale des coteaux nord et sud du val, immédiatement à la sortie du méandre actuel de Bou. Les altitudes du secteur sont comprises entre 96,4 m et 100,6 m NGF.

Fig. 1 : Localisation du secteur des “ Les Brosseilles ” à Sandillon (Loiret) au sein de la mosaïque fluviale du val d’Orléans et méthodologies.

Fig. 1 : Localisation du secteur des “ Les Brosseilles ” à Sandillon (Loiret) au sein de la mosaïque fluviale du val d’Orléans et méthodologies.

2Les vestiges archéologiques découverts lors de l’intervention ne sont pas négligeables (Fig. 2). On dénombre trois structures attribuables au Bronze final IIb/Ha A2, toutes situées au sud-est de l’emprise, dont une particulièrement riche en mobilier céramique et en restes carpologiques, la fosse 1. Par ailleurs, une couche anthropisée (paléosol ?) a été mise en évidence dans la plupart des tranchées situées au nord de l’emprise.

Fig. 2 : Localisation des vestiges archéologiques et des sondages géomorphologiques.

Fig. 2 : Localisation des vestiges archéologiques et des sondages géomorphologiques.

3Parallèlement à ces investigations, une campagne de sondages géomorphologiques a été réalisée sur le site dans le cadre du PCR Loire et ZAL (cf. infra). Cette étude offre la possibilité de caractériser le milieu durant la période d’occupation du site et notamment de savoir à quelle unité de paysage fluvial appartient ce secteur au sein de la mosaïque fluviale du val d’Orléans.

1. Les vestiges archéologiques

1.1. Les structures

4La structure 1 (Fig. 3), repérée sous 0,65 m de limons sableux (unité 1), est conservée sur 0,20 m de profondeur. La partie supérieure du creusement a été tronquée par des tranchées de pépinières. De forme globalement ovalaire, cette structure mesure 4 m de longueur et 2,70 m de largeur et possède des bords très évasés. Son fond est irrégulier avec de légères dépressions en forme de cuvette. Son comblement se compose d’une couche homogène à matrice limono-sableuse, de couleur gris foncé à noir, très riche en charbon et en mobilier céramique. On note la présence de quelques silex taillés, des pierres chauffées et de très rares os, parfois brûlés. Le mobilier a été trouvé sans concentration ni positionnement particulier. Des prélèvements ont été réalisés pour un test carpologique (cf. infra).

5Sa morphologie et sa taille sont assez caractéristiques d’une fosse d’extraction de limons utilisée notamment dans la construction des bâtiments en torchis et clayonnage. Le remplissage, d’origine détritique, correspond à un dépotoir d’habitat.

Fig. 3 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, plan et coupe de la structure 1.

Fig. 3 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, plan et coupe de la structure 1.

6En revanche, les fosses 2 et 3, apparues sous à peine 0,40 m de limons sableux (unité 1), sont deux modestes creusements ovalaires conservés sur à peine 0,06 m de profondeur. Leurs comblements sont homogènes. Ils sont constitués d’un limon gris avec des charbons et de rares tessons.

7Leur médiocre état de conservation ne permet pas de les caractériser plus précisément.

1.2. Mise en évidence d’une couche anthropisée ou paléosol (?)

8À la base des limons sableux correspondant à l’unité 1 (cf. infra), une couche anthropisée a été repérée dans la majorité des tranchées situées au nord de l’emprise (Fig. 2). Elle se compose d’un limon argileux brun grisâtre de 0,15 à 0,20 m d’épaisseur. Outre la présence de nombreuses concrétions ferriques témoignant d’un battement de la nappe alluviale sur place, cette couche recèle de nombreux indices d’anthropisation comme des petits charbons de bois, des tessons de facture protohistorique, du mobilier lithique, des pierres brûlées et des nodules de terres cuites, qui se répartissent de manière diffuse mais régulière.

9Elle a fait l’objet d’un relevé altimétrique précis qui permet d’enregistrer son niveau d’apparition. Les variations enregistrées sont assez faibles, puisque les altitudes oscillent entre 96,85 et 97,25 m NGF, alors que les épaisseurs/niveaux de recouvrements observés passent du simple au double (entre 0,70 m d’épaisseur dans les tranchées 8 et 9, et 1,90 m dans la tranchée 12). Elle semble donc relativement plane à l’échelle des parcelles diagnostiquées.

10Plusieurs concentrations de mobilier (toutes relatives), ont été mises en évidence, mais l’absence de limites de creusement empêche de les associer véritablement à des structures anthropiques.

11Malgré la forte fragmentation des tessons et la rareté d’éléments vraiment caractéristiques, les vestiges sont contemporains de la fosse 1. L’homogénéité chronologique du mobilier et son aspect non roulé permet donc de penser que cette couche date effectivement du Bronze final IIb/Ha A2. Une grande attention a été apportée à la collecte des artefacts. Ces derniers se présentent indifféremment sur leur tranche, à plat ou en position oblique, excluant donc un simple niveau d’occupation ou de circulation.

12Cette couche est interprétée comme un ancien niveau humifère ou paléosol, qui certes a pu servir de lieu de circulation, mais correspond avant tout à un sol cultivé (culture sur brûlis, apports de fumures et amendements….).

2. Caractérisation géomorphologique du milieu

2.1. Description et âge des dépôts sédimentaires

13Trente deux sondages géologiques ont été réalisés sur l’emprise (Fig. 2). Les relevés stratigraphiques ainsi que les coupes reconstituées à partir des carottages géologiques et des sondages profonds permettent de distinguer quatre unités sédimentaires principales au sein de l’ensemble des dépôts alluviaux (Fig. 4a et 4b). Chacune de ces unités comprend des sous-unités. Une première chronologie sommaire est proposée sur la base de datations radiométriques 14C. Elle permet de distinguer les dépôts weichséliens des dépôts holocènes.

Tableau 1 : Principales unités stratigraphiques identifiées dans le secteur de Sandillon “ Les Brosseilles ” : faciès et chronologie.

Granulométrie

Faciès sédimentaire

Épaisseur

Âge

Unité 1

Sables limoneux et limons argileux

Plaine d’inondation

0,4 à 2 m

Holocène

Unité 2

Limons argileux plus ou moins organiques

Plaine d’inondation (dont comblement de paléochenaux)

0,4 à 3 m

Holocène

Unité 3

Sables limoneux

(unité discontinue)

Barre de chenal et levée de berge

0 à 0,5 m

Weichsélien

Unité 4

Galets, graviers et sables

Barre de chenal

4 à 6 m

Weichsélien

Bed rock

“ Marnes ” vertes (formation de Beauce altérée)

Formation de Beauce (Calcaire lacustre) Miocène Aquitanien)

Tertiaire

(Miocène Aquitanien)

14Les trois structures du Bronze final IIb découvertes lors du diagnostic sont localisées à la base de l’unité 1. Le paléosol se situe également à la base de l’unité 1. La corrélation stratigraphique n’est cependant pas établie entre cette sous-unité sédimentaire anthropisée et la fosse 1 en raison de la présence de tranchées de pépinières qui recoupent la fosse 1.

15L’âge de la base de l’unité sédimentaire 1 est antérieur à 2240 ± 40 années BP, Âge Radiocarbone Conventionnel ou antérieur à un âge compris entre - 390 et -190 av. J.-C. (Analyse 14C AMS ; matériel daté : bois ; Ref. labo : Beta-195940).

16La puissance des dépôts des unités 2 et 1 est contrôlée par la topographie du toit des unités 3 et 4. Les épaisseurs des dépôts sont maximales à l’aplomb des axes de ces talwegs. La topographie du toit des unités 3 et 4 indique la présence de talwegs dont l’orientation a localement pu être évaluée est sud est-ouest nord ouest (Fig. 4a et 4b).

Fig. 4 : a. Faciès sédimentaires et éléments de chronologie du sondage T9-H; b. Coupe stratigraphique reconstituée A-B.

Fig. 4 : a. Faciès sédimentaires et éléments de chronologie du sondage T9-H; b. Coupe stratigraphique reconstituée A-B.

17Ponctuellement, des sections verticales révèlent des contacts érosifs subverticaux entre les dépôts des unités 4 et 3 et les dépôts des unités 2 et 1. La géométrie de ces mêmes contacts observés en plan est subcirculaire. Ils sont interprétés comme résultant de processus de soutirage associés à l’activité karstique du substratum tertiaire. Sur le site, trois/quatre (si on tient compte de celle de la tranchée 6) puits de soutirage karstique ont été identifiés (Fig. 2). Il ne s’agit pas d’un cas isolé. De telles structures ont également été observées sur la commune de Sandillon notamment au lieu-dit “ Les Sablons ” (Josset et al. 2004).

18Les séquences les plus dilatées des unités 1 et 2 sont donc localisées au niveau des talwegs du toit des unités 3 et 4 et des puits de soutirage karstique. L’unité 1 présente des sous-unités sédimentaires sableuses alternant avec des sous-unités limono-argileuses, tandis que l’unité 2 possède des sous-unités sablo-limoneuses et limono-argileuses plus ou moins organiques (Fig. 4a).

2.2. Le secteur des “ Brosseilles ” au sein de la mosaïque fluviale du val d’Orléans : interprétation et discussion

19L’enregistrement sédimentaire en contexte fluviatile connaissant d’importantes discontinuités spatio-temporelles, la compréhension d’événements enregistrés à l’échelle du site archéologique et de son environnement proche nécessite une analyse menée à des échelles spatiales plus petites. Celle-ci a donc été réalisée à l’échelle du paysage fluvial du secteur, puis de la plaine alluviale de la Loire durant l’Holocène.

2.2.1. Les héritages géomorphologiques tardiglaciaires et holocènes

20Dans ce secteur du val d’Orléans, la puissance moyenne des dépôts alluviaux est de 7,5 m. Ils reposent essentiellement sur la formation tertiaire de Beauce (formation calcaire du Miocène Aquitanien, (Jalut 1967). Les processus d’incision et de remblaiement alluvial de ce val semblent être intervenus durant le dernier cycle glaciaire, puis la période interglaciaire actuelle (Jalut 1967 ; Castanet et al., à paraître B). Durant le Weichsélien, les écoulements liquides et solides en transit dans ce val de Loire ont généré un paysage fluvial à chenaux multiples. Durant le Tardiglaciaire weichsélien et à la transition entre le Tardiglaciaire et l’Holocène (- 10 000 BP) se sont produits des incisions avec rétractions des écoulements. La topographie des unités 3 et 4 résulte de ces incisions. Cette modification majeure de la dynamique fluviale de la Loire, sous le contrôle du réchauffement climatique, a permis la genèse d’un nouvel espace fluvial propice au développement de couvertures pédologiques et végétales (Castanet et al., à paraître A).

21Les observations géochronologiques et stratigraphiques suggèrent que le chenal principal de la Loire a évolué dans la moitié nord de la plaine durant l’Holocène (Castanet et al., à paraître C). Le secteur des “ Brosseilles ” se situe donc en dehors de cette “ bande active holocène ”.

22Au terme de cette première analyse, menée à l’échelle de la plaine, il semble qu’à partir du Mésolithique, toutes les occupations humaines seraient localisées sur la rive gauche du lit mineur du fleuve. Durant les dix derniers millénaires, les crues ont contribué à un exhaussement du secteur. En revanche, les contrastes topographiques ont perduré (Castanet et al., à paraître B).

2.2.2. Caractéristiques du milieu à l’âge du Bronze final

23Durant le Bronze final, cet espace se caractérise par une alternance de buttes et de talwegs d’orientation principale est/sud/est-ouest/nord/ouest. La dénivellation entre les buttes et les talwegs est estimée entre 1 et 2 m (Fig. 2). Ponctuellement, les effets des processus de soutirage karstique survenus durant la première moitié de l’Holocène restent perceptibles dans le paysage. Ils se manifestent par des dépressions circulaires d’une profondeur comprise entre 1 à 2,5 m et dont les diamètres sont compris entre 2 et 15 m. Ces ensembles de zones topographiques basses constituent des pièges sédimentaires et des zones plus humides où les sols se développent sur des dépôts alluviaux plus argileux. Les points les plus bas sont probablement en eau une partie de l’année. Ainsi au Bronze final, cet héritage topographique contrôlerait indirectement une mosaïque de sols aux propriétés agronomiques et aux degrés d’humidité variés. À ces variations spatiales d’humidité des sols s’ajoutent les variations saisonnières. Dans le val d’Orléans, la forte perméabilité du substratum tertiaire n’assure pas le soutien de la nappe alluviale. Cette dernière connaît ainsi de fortes variations saisonnières de sa surface piézométrique (Zunino 1979 ; Leborgne 2001).

24À l’occasion des crues du fleuve contemporaines de la phase d’occupation du Bronze final, le secteur connaît une connexion hydrosédimentaire avec le lit de la Loire, ce qui favorise des dépôts limono-argileux. Il semblerait que durant l’âge du Fer le degré de connexion hydrosédimentaire de cet espace fluvial avec la Loire se soit accru. En effet, l’étude sédimentologique et chronostratigraphique des séquences dilatées suggère la réactivation des talwegs et le comblement des puits de soutirages karstiques par des dépôts plus grossiers (Fig. 4b). L’énergie des eaux de crues de la Loire empruntant le secteur fut donc supérieure. Cet épisode plus actif est mis en relation avec une réactivation généralisée des principaux paléochenaux du val d’Ouzouer et du val d’Orléans durant le Subboréal (Castanet et al., à paraître A), notamment à la charnière entre l’âge du Bronze final et le premier âge du Fer. Elle participe au comblement sédimentaire des talwegs. Durant la fin du Subboréal et le Subatlantique, les apports sédimentaires plus grossiers et les taux de sédimentation accrus contribuent à atténuer les contrastes topographiques du secteur et, plus largement, de la plaine d’inondation ligérienne.

3. Les restes végétaux

3.1. Méthodologie

25Un prélèvement de 15 l provenant du comblement de la fosse a été tamisé sur des cribles de maille 2 et 0,5 mm. Les refus de tamis ont été entièrement triés sous loupe binoculaire.

26Les résidus carpologiques, préservés sous forme carbonisée, présentent un état de conservation assez médiocre. Outre la déformation des grains de céréales, la plupart des restes sont recouverts d’une fine couche de terre impossible à éliminer au risque de détruire les semences, ce qui ne facilite pas toujours leur identification.

3.2. Résultats

27Le prélèvement a livré plus de 400 restes carpologiques, soit une quantité non négligeable pour un seul échantillon. Ces résidus correspondent à huit ou neuf espèces potentiellement alimentaires et à une petite dizaine de plantes sauvages (Tableau  2 ci-dessous).

CÉRÉALES grains

Hordeum vulgare

Orge polystique vêtue

semence

5

Panicum miliaceum

Millet commun

semence

3

Triticum aestivum l.s.

Blé type froment

semence

14

Cerealia

Céréales

semence

9

Cerealia

Céréales

fgt de semence

60

Total céréales grains

91

CÉRÉALES vannes

Triticum dicoccum/monococcum

Amidonnier/Engrain

furca

6

TOTAL céréales vannes

6

LÉGUMINEUSES

Lens culinaris

Lentille

semence

27

Pisum sativum

Pois

semence

21

cf. Vicia ervilia

Ers

semence

3

Vicia faba

Féverole

semence

16

Vicia/Lens/Pisum

Légumineuse

semence

6

Vicia/Lens/Pisum

Légumineuse

fgt de semence

46

Total légumineuses

119

FRUITS

Corylus avellana

Noisetier

fgt de coque

4

Total fruits

4

PLANTES SAUVAGES

Asperula arvensis

Aspérule des champs

semence

145

Bromus sp.

Brome

semence

10

Bromus sp.

Brome

fgt de semence

10

Convolvulus arvensis

Liseron des champs

semence

2

Galium aparine

Gaillet gratteron

semence

4

Matricaria inodora

Matricaire inodore

semence

1

Phleum cf. pratense

Fléole des prés

semence

2

Polygonum convolvulus

Renouée faux-liseron

semence

7

Ranunculus cf. flammula

Renoncule flamette

semence

2

Vicia cf. tetrasperma

Vesce à quatre graines

semence

9

Total plantes sauvages

192

TOTAL

406

28- Les restes attestés

29Quatre espèces céréalières sont attestées. L’orge vêtue (Hordeum vulgare), le millet commun (Panicum miliaceum) et le blé type froment (Triticum aestivum l.s.) sont représentés par quelques grains. Des furca (partie d’épi en forme de fourche sur laquelle repose les grains) permettent d’affirmer la présence de blé vêtu. Malheureusement, leur conservation est trop mauvaise pour déterminer s’il s’agit d’amidonnier ou d’engrain (Triticum dicoccum/monococcum). Par ailleurs, un nombre assez important de céréales n’a pu être déterminé de façon précise en raison d’une fragmentation élevée et de leur mauvais état de conservation (Cerealia).

30Plusieurs légumineuses sont présentes sur le site : de la lentille (Lens culinaris), du pois (Pisum sativum), de la fève (Vicia faba) et peut-être de l’ers (cf.Vicia ervilia).

31Quelques fragments de coquille de noisette (Corylus avellana) sont également préservés.

32À ces taxons de consommations s’ajoutent quelques plantes sauvages qui sont attribuables à des mauvaises herbes des cultures.

33- Le type de dépôt végétal

34Pour mieux définir la composition du dépôt, la représentativité des espèces a été calculée à partir d’un nombre minimum d’individus. Ainsi, les fragments de céréales, les cotylédons de légumineuses et les fragments de brome ont été divisés par deux, les fragments de légumineuses (correspondant à des fragments de cotylédons) ainsi que les fragments de coquille de noisette ont été divisés par quatre. La part de chaque groupe de plante est exprimée en pourcentage.

Fig. 5 : Représentativité des groupes de plantes avec l’aspérule des champs.

Fig. 5 : Représentativité des groupes de plantes avec l’aspérule des champs.

35À partir de ces calculs, il s’avère que plus de la moitié des restes carpologiques correspondent à des plantes sauvages (Fig. 5). Ce fort taux est dû essentiellement à une surreprésentation de semences d’aspérule, soit 42 % des restes à elle seule. La représentativité des plantes sauvages est donc faussée car, si l’on omet l’aspérule, les adventices ne représentent plus que 21 % du corpus végétal, les légumineuses prenant alors une place prépondérante (plus de 40 %) suivies par les céréales sous forme de grains (environ 30 %) (Fig. 6).

Fig. 6 : Représentativité des groupes de plantes sans l’aspérule des champs.

Fig. 6 : Représentativité des groupes de plantes sans l’aspérule des champs.

36La diversité des taxons et des types de restes montre à l’évidence que le contenu carpologique ne provient pas d’une seule récolte qui aurait brûlée mais d’un mélange de déchets végétaux d’origine multiple. Les diverses espèces consommables appartiennent à des rejets alimentaires d’origine domestique. Quelques résidus de préparations agricoles y sont vraisemblablement mêlés, sous forme de vannes et d’adventices.

3.3. Discussion

37- Quelques informations écologiques

38Les plantes sauvages sont attribuables à des adventices de cultures (mauvaises herbes poussant dans les champs).

39Compte tenu du contexte de découverte et l’assemblage des carpo-restes, il est impossible de définir à quelle plante cultivée est associée chacune des adventices. Seuls quelques indices généraux renseignent sur l’agriculture. Ainsi, plusieurs mauvaises herbes sont des plantes annuelles d’hiver c’est-à-dire qui germent dans les cultures semées à l’automne. Par ailleurs, elles poussent de préférence sur des sols argileux assez riches en éléments nutritifs. D’après ces données, il semble probable que les cultures étaient pratiquées dans les environs du gisement dont les sols sont argileux et frais à humides, sans pouvoir toutefois les localiser précisément. Plusieurs des espèces cultivées présentes sur le site s’accommodent parfaitement de terrains argileux (blé type froment, fève) et/ou calcaires (orge, blé type froment). Par ailleurs, le millet et l’orge tolèrent des sols humides.

40L’aspérule des champs, mauvaise herbe la plus représentée, est une plante annuelle qui apprécie des sols argilo-calcaires plutôt secs. Elle peut vite devenir abondante, surtout dans les récoltes. Ceci explique sans doute sa forte représentation dans l’ensemble carpologique. Elle peut être en association avec les céréales ou les légumineuses, mais peut aussi provenir de déchets de préparations agricoles visant à l’élimination de plantes indésirables des récoltes.

41- Particularisme dans les plantes attestées à Sandillon ?

42Parmi les plantes cultivées, les légumineuses livrent un nombre de restes plus important que les céréales (85 NMI contre 61). La lentille et le pois sont les espèces les mieux représentées (environ 27 et 21% des plantes potentiellement alimentaires), suivies de la fève et du blé type froment (16 et 14%). La forte représentativité des légumineuses est frappante. Il est assez difficile de trouver des comparaisons pour le Bronze IIb-IIIa. Dans la région, le site de Pannes (Loiret), daté du Bronze final I-IIa, ne présente que 3 fragments de légumineuses cultivées non déterminables. Les espèces les plus représentées sont très majoritairement les blés vêtus, engrain et amidonnier, suivies de l’orge vêtue et, dans une moindre mesure, du millet commun (Pradat inédit). Les échantillons du Bronze final II-III du Fort-Harrouard (Eure-et-Loir) (Bakels 1982-83) présentent de l’orge vêtue, du blé type froment, de l’amidonnier, du millet, de la fève et du pois. Malheureusement, les restes carpologiques ayant été ramassés à l’œil, aucun décompte des restes n’est mentionné. Nous ne pouvons donc pas connaître les proportions entre les plantes. Du pois et de la fève sont attestés sur le site de Mignières “ Le Petit Courtin ”, de chronologie plus récente (Bronze final IIIa), mais en petite quantité. Le blé nu type froment est également présent sur ce site, mais dans une très faible proportion tandis que l’amidonnier est assez bien représenté derrière le millet qui domine largement (Pradat inédit). Aucune légumineuse identifiable ne fut découverte à Saint-Maur “ Les Ressours ” (Indre) (Bronze final IIIb), tandis qu’un grand nombre de céréales y sont attestées : le millet y est prépondérant, suivi par les blés vêtus, notamment l’amidonnier. Le blé type froment et l’orge n’y ont une place que très secondaire (Bouby inédit).

43Si les autres légumineuses sont fréquentes pour la période, la présence d’ers à l’âge du Bronze dans la région n’est pour l’heure pas connue. La forme triangulaire des grains semble bien correspondre aux semences de cette espèce, mais il arrive que les semences situées dans les extrémités des gousses des légumineuses présentent une forme assez pointue. On peut donc en conclure que les restes proviennent de légumineuses de petite taille, et éventuellement de l’ers. Quoiqu’il en soit, ni le contexte de découverte ni le faible nombre de restes (seulement trois semences) ne peuvent nous indiquer qu’elles sont issues d’une culture. Leur statut pourrait très bien être celui d’adventice. Elle n’est pour l’heure pas attestée sur les sites du Hallstatt et sa culture n’est assurée dans la région qu’à partir de La Tène ancienne, notamment sur le site de Liniez (Indre) (Marinval, Pradat 2004) ou encore de Thignonville (Loiret) (Pradat inédit).

44On peut noter que les fruits sont mal représentés par rapport à certains sites de l’âge du Bronze dans lesquels furent retrouvés des glands, des prunelles, des pommes sauvages comme par exemple dans la grotte des Planches (Jura) au Bronze final (Pétrequin et al. 1985) ou encore à Mignières (Pradat inédit) et à Saint-Maur (Bouby inédit). Malgré tout, l’espèce fruitière la plus fréquemment attestée est la noisette, espèce présente sur le site, sans doute en raison de la résistance de sa coque.

45La particularité de ce site réside donc dans sa forte teneur en légumineuses, tant en nombre de restes qu’en variété. Si les espèces ne revêtent aucun caractère exceptionnel pour la période, hormis peut-être de l’ers, ce genre de restes est cependant loin d’être systématique dans les dépotoirs protohistoriques.

46Par ailleurs, il faut constater qu’à l’âge du Bronze, d’une façon générale, ce sont l’orge et l’amidonnier qui sont les céréales dominantes. Ici, la faiblesse de l’échantillon rend difficile l’affirmation de dominances. On peut cependant remarquer que les restes les plus abondants sont ceux du blé nu. Le fort pourcentage de céréales indéterminées amène malgré tout à la prudence sur ces résultats, d’autant que le comblement de la structure comporte essentiellement des légumineuses.

4. Le mobilier céramique

4.1. Données générales

47Hormis deux formes identifiées dans la fosse 3 (Fig. 7, n° 9) et la couche protohistorique (Fig. 10, n° 5), l’ensemble du mobilier céramique provient de la fosse 1. Cette dernière a livré 845 tessons appartenant à 52 individus minimum. Dans l’ensemble, le mobilier présente un très bon état de conservation général.

Fig. 7 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1 : micro-vase ; n° 2-6 : tasse, bol et coupelles ; n° 6-16 : coupes et assiettes à ressaut interne plus ou moins marqué ; n° 17 : pieds de coupe ; n° 18 : cannelures internes près du fond ; n° 19 : fond concave).

Fig. 7 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1 : micro-vase ; n° 2-6 : tasse, bol et coupelles ; n° 6-16 : coupes et assiettes à ressaut interne plus ou moins marqué ; n° 17 : pieds de coupe ; n° 18 : cannelures internes près du fond ; n° 19 : fond concave).

48Les pâtes sont homogènes et typiques des exploitations de la plaine alluviale de la Loire. Ce sont des argiles dont seuls varient les apports en dégraissant et la taille des grains de quartz.

49Les pâtes grossières sont très sableuses et légèrement micacées (micas argent et doré). L’emploi abondant de grains de quartz laiteux de taille variable et de chamotte semble être la règle sur le site. Les finitions sont peu soignées. On remarque fréquemment une opposition entre la partie supérieure de la panse, lissage grossier mais soigné, et la partie inférieure de la panse (sous la carène) très grossièrement lissée, avec des traces de modelage aux doigts donnant un aspect rugueux. Ce type de pâte est réservé aux pots et jarres biconiques à décor impressionné, récipients réservés au stockage des denrées alimentaires (Fig. 11, Fig. 12).

50Les pâtes fines siliceuses sont bien cuites, noires et lustrées. Elles sont composées d’argiles fines et de sables fins et triés, quelquefois abondants. On notera parfois l’emploi de la chamotte. Par opposition aux pâtes grossières, le soin apporté au traitement de surface est remarquable.

51Un autre type de pâte fine a été individualisé. Il s’agit d’une pâte argileuse grise et épurée, avec des inclusions de micro charbons. Il ne provient pas du secteur alluvial.

52Les pâtes fines sont majoritaires puisqu’elles représentent 69 % en nombre de restes contre 30 % pour les pâtes grossières. En revanche, les pâtes fines à aspect savonneux sont anecdotiques (1 %).

4.2. Les formes ouvertes

53Ce terme définit des récipients à profil simple ou mono-segmenté, sans encolure. Il regroupe des formes aux profils très variés comme les coupes ou les plats (coupes de grande profondeur), les assiettes (coupes de faible profondeur et rebord à marli), les coupelles, les bols et les tasses. Ces formes sont très bien représentées sur le site de Sandillon. Face au grand nombre de bords appartenant à cette catégorie de récipients, seuls les éléments morphologiquement différents ont été pris en compte. En revanche, les fonds individualisés sont proportionnellement sous représentés. Deux fonds ombiliqués seulement ont été identifiés.

4.2.1. Les formes ouvertes à profil continu : les bols, les coupelles et les tasses

54Ce sont des vases à profil tronconique ou légèrement convexe et à lèvres très diversifiées : des lèvres en biseau (Fig. 7, n° 3-4), des lèvres à moulurations (Fig. 7, n° 7-8) ou des lèvres facettées (Fig. 7, n° 9). D’un point de vue général, les rebords isolés ne possèdent pas de décor complexe, critère qui plaide en faveur d’une datation haute.

55Une tasse a été identifiée (Fig. 7, n° 2). Si ce type de récipient est bien connu en contexte d’habitat, les comparaisons régionales et extrarégionales font défaut pour le Bronze final IIb. En revanche, elles abondent dans les ensembles du Bronze final III et couvrent tout l’hexagone.

4.2.2. Les coupes et les assiettes à ressaut interne

56Ce sont des formes typiques du Bronze final IIb (Fig. 7, n° 10-16). Une assiette seulement a livré un décor d’arceaux radiés exécuté au peigne fin à quatre dents et souligné par une cannelure fine près du fond (Fig. 8, n° 1). Un exemplaire assez proche a été découvert sur le site de Sainte-Thorette dans le Cher (O. Ranger, inédit). Ce registre décoratif caractérise la première phase du style RSFO. Pour V. Rychner (1988), le décor d’arceaux concentriques et de rayons partant du milieu de chaque arceau, est défini comme un rayon classique du style RSFO de la phase moyenne du Bronze final. Selon J. Roussot-Larroque (Gruet et al. 1997 : 69), les arceaux en guirlande sont classiques au Bronze final IIb.

Fig. 8 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1 : coupe à profil tronconique et décor en guirlande classique du style RSFO ; n° 2-3 : coupes à profil tronconique, décorées de filets incisés horizontaux annonçant le Bronze final IIIa/Ha B2 ; n° 4 : élément de coupe à décor en zigzag de type RSFO).

Fig. 8 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1 : coupe à profil tronconique et décor en guirlande classique du style RSFO ; n° 2-3 : coupes à profil tronconique, décorées de filets incisés horizontaux annonçant le Bronze final IIIa/Ha B2 ; n° 4 : élément de coupe à décor en zigzag de type RSFO).

57Enfin, un fragment de piédestal a été isolé (Fig. 7, n° 17). Il est à rapprocher des coupes à profils tronconiques issus d’ensembles régionaux attribuables au Bronze Final IIb. Des exemplaires complets ont notamment été trouvés à Tigy dans le Loiret, le champ d’urnes “ du Bois des Hauts ”, sépulture 5 (Cordier 1977, Fig. 8, n° 5f).

4.2.3. Les coupes à profil continu et décor interne

58La fosse livre deux ou trois exemplaires de coupes à profil tronconique et décor interne incisé au peigne. Un exemplaire possède encore un léger ressaut interne (Fig. 8, n° 2). Il associe des décors incisés au peigne sur la lèvre à marli et sur la face interne. Ces registres décoratifs plus sobres annoncent les nouveaux registres ornementaux du Bronze final III. Il en est de même pour le second exemplaire associant cannelures fines et incisions au peigne en registre (Fig. 8, n° 3). La documentation régionale fait encore largement défaut. Quelques points de comparaisons sont possibles avec des ensembles régionaux du Bronze final IIIa comme sur le site “ Le grand Ormeau ” à Sublaine dans l’Indre-et-Loire (Frénée et al. 2007, rapport en cours).

4.2.4. Les coupes à profil brisé

59Les plats et les assiettes à profil brisé sont également bien représentés sur le site (Fig. 9, n°1-7). Ces formes se caractérisent par une rupture nette du profil extérieur et un fond ombiliqué, parfois rehaussé d’un décor interne cannelé rayonnant. On note l’apparition de profils plus atténués (Fig. 9, n° 7).

Fig. 9 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1-3, 7 : plats à profil brisé ; n° 4-6 : assiettes à profil brisé).

Fig. 9 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1-3, 7 : plats à profil brisé ; n° 4-6 : assiettes à profil brisé).

60Un exemplaire présente un décor original composé de godrons (repoussés au doigt) et un décor cannelé rayonnant qui souligne le fond ombiliqué (Fig. 9, n° 6). On notera la présence de petites perforations jumelées sous le bord, destinées à la suspension. Un exemplaire assez similaire a été découvert dans la grotte de Rancogne en Charente (Gruet et al. 1997, fig. 13, n° 5).

4.3. Les formes fermées

4.3.1. Les gobelets à épaulement

61Il s’agit de gobelets de type étroit dont le diamètre varie entre 8 et 12 cm (Fig. 10, n° 1-4, n°16) et des gobelets de type large dont le diamètre varie entre 23 et 28 cm (Fig. 10, n° 6-10). Ils possèdent un profil biconique et un col haut et cylindrique (Fig. 10, n° 1-2, n° 4, n° 8 et n° 16) ou légèrement rentrant (Fig. 10, n° 3, n° 7). Les lèvres sont soit moulurées (Fig. 10, n° 1 et n° 16), soit facettées (Fig. 10, n° 3-4, n° 7). Les carènes sont très anguleuses, dites angulations en toupie selon Roussot-Larroque (Gruet et al. 1997 : 77). Dans la majorité des cas, les riches décors incisés au peigne, simples ou complexes, sont absents du corpus. Les rares décors sont des lignes incisées au peigne sur le col d’un gobelet (Fig. 10, n° 2), des cannelures horizontales placées sur la partie supérieure de la panse (Fig. 10, n° 10-11) ou des cannelures verticales placées à cheval sur la carène (Fig. 10, n° 5).

Fig. 10 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1-4 : gobelets à épaulement de type étroit ; n° 6-10, 16 : cols de gobelets à épaulement de type large ou écuelles ; n° 11-15, 17-18 : éléments de pots biconiques).

Fig. 10 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1-4 : gobelets à épaulement de type étroit ; n° 6-10, 16 : cols de gobelets à épaulement de type large ou écuelles ; n° 11-15, 17-18 : éléments de pots biconiques).

4.3.2. Les pots et les jarres à profil biconique décorés d’impressions au doigt

62Ces formes sont très bien représentées sur le site. Il s’agit de formes biconiques ou sub-cylindriques à petit col court et éversé (Fig. 11, n° 1-3), parfois impressionné à l’ongle (Fig. 11, n° 1) ou au doigt (Fig. 12, n° 1-3).

Fig. 11 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1-2 : pots à cuire ; n° 3 : vases de stockage à décor d’impressions au doigt).

Fig. 11 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1-2 : pots à cuire ; n° 3 : vases de stockage à décor d’impressions au doigt).

63Les panses présentent les mêmes registres décoratifs. Dans la plupart des cas, le décor est localisé sur l’épaule (Fig. 12, n° 1-2) ou sur le tiers supérieur de la panse (Fig. 11, n° 3). Un exemplaire associe à la fois un décor impressionné sur la carène et sur le 1/3 supérieur de la panse (Fig. 11, n° 1).

64Généralement, ce type de récipient, réalisé en pâte grossière, est utilisé pour le stockage des denrées ou la cuisson des aliments. Il est abondamment représenté sur les sites d’habitat.

Fig. 12 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1-3 : vases de stockage à décor d’impressions au doigt).

Fig. 12 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1-3 : vases de stockage à décor d’impressions au doigt).

4.4. Micro-vases et mobilier en terre cuite

65Un micro-vase a été isolé (Fig. 7, n° 1). Il s’agit d’un petit godet modelé à partir d’une boule d’argile en pâte grossière et présentant une surface interne et externe brute.

66Deux fusaïoles ont été recueillies dans la fosse (Fig. 8, n° 5-6). Elles mesurent toutes deux 4 cm de diamètre, pour une épaisseur comprise entre 1 et 2 cm.

67Ces objets témoignent d’activités de filage. On les trouve sur tous les sites d’habitat et ils ne sont pas liées à une activité spécialisée, mais se répartissent dans chaque foyer (Pétrequin et al. 1985 : 100-101).

4.5. Datation et comparaisons

68Le lot de céramiques découvert à Sandillon “ Les Brosseilles ” est attribuable au Bronze final IIb/Ha A2. Dans l’ensemble, les formes caractéristiques de la phase moyenne du groupe RSFO dominent (assiettes à profil brisé, assiettes à ressaut interne, gobelets à épaulement de type étroit ou large et les pots biconiques). Les registres décoratifs observés, tels que les décors peignés en guirlande (Fig. 8, n° 1) ou les décors en zigzag (Fig. 8, n° 4), sont en conformité avec le Bronze final IIb/Ha A2, mais restent limités à quelques exemplaires.

69Les coupes à profil brisé (Fig. 9, n° 1-6) sont issues de formes antérieures apparues dès le Bronze final IIa/Ha A1. Elles sont souvent significatives d’une datation haute au sein du Bronze final IIb (Gruet et al. 1997 : 66). Elles occupent une place importante sur le site au même titre que les coupes et assiettes à ressaut interne. La carte de répartition réalisée lors du colloque de Nemours (Brun et Mordant (dir.) 1988, forme 3b) montre sa faible répartition dans la France du Centre. On s’étonnera cependant de la rareté des décors en guirlande. Les comparaisons régionales sont certes limitées, mais fournissent quelques points de comparaison. Les affinités typologiques sont à rechercher avec la nécropole de Tigy “ Le bois des Hauts ” dans le Loiret où quelques points de similitudes ont été observés avec le mobilier de la sépulture 5 (Cordier 1977, Fig. 8, n° 5d et 5e) ainsi que sur le site I “ Les Larris ” à Echilleuses (Simonin 1982, Fig. 6, n° 15).

70Les formes biconiques conservent quant à elles, des registres stylistiques issus du Bronze final IIa/Ha A1 comme les cannelures verticales (Fig. 10, n° 5 et n° 9). Il en va de même pour une assiette à profil brisé décorée de godrons (Fig. 9, n° 6) qui trouve des affinités avec le site de Rancogne en Charente (Gruet et al. 1997, Fig. 13, n° 5). Les gobelets à épaulements trouvent quelques affinités typologiques avec un gobelet de la sépulture du Chenoy à Villemandeur dans le Loiret, si l’on excepte la richesse des décors observés (Cordier 1977, Fig. 13, n° 1a) ou les fragments de gobelets découverts à Guillonville dans la fosse de Bourneville (Cordier 1977, Fig. 11, n° 2-3), deux sites attribuables à la fin du Bronze final IIb.

71Quant aux pots biconiques à décor impressionné au doigt ou à l’ongle (Fig. 11 et 12), ils couvrent une large répartition géographique et chronologique. On peut mentionner leur présence à Bourges “ Chemin de Gionne ” dès le Bronze final IIa (Buchsenschutz et Ralston 2001, fig. 134) ainsi que sur les sites de Sainte-Thorette dans le Cher (Ranger, inédit) et de Bray-en-Val, “ Le Bois au cœur ” dans le Loiret (Langry-François 2005, Pl. 2, n° 2-3), tous deux attribuables au Bronze final IIb.

72Une datation par 14C a été effectuée au Centre de datation par le Radiocarbone de Lyon à partir d’un échantillon de graines carbonisées. Le résultat est le suivant :

73Ly-12817 : 2747 ± 47 BP, soit - 999, - 808 av. J.-C. (Intervalle à 1 sigma, 95 % de confiance). Les datations les plus probables sont - 898, - 865, - 845, - 965, - 995. Seule la datation la plus ancienne -995 av. J.-C. est compatible avec le corpus céramique. Elle permet de le caler à la fin du Bronze final IIb, soit au tout début du Ier millénaire avant notre ère.

5. Conclusion

74Le mobilier céramique est exceptionnel par sa richesse et son état de conservation. La gamme de récipients observés est un échantillon représentatif d’un dépotoir d’habitat avec un répertoire de vaisselle de présentation et de pots à usage culinaire ou destinés au stockage des denrées alimentaires.

75Il fournit un corpus caractéristique du Bronze final IIb/Ha A2 et se rattache indiscutablement à la culture RSFO. Il permet en outre d’affiner la typochronologie régionale, encore peu documentée pour les contextes d’habitat. La datation 14C vient par ailleurs conforter son attribution chronologique, bien qu’elle rajeunisse légèrement le corpus.

76Les études croisées, archéologiques et environnementales, permettent d’élargir le champ des investigations et de replacer les vestiges isolés dans un contexte environnemental plus large. Ainsi, les données géomorphologiques esquissent un paysage fluvial de plaine d’inondation situé sur la rive gauche de la Loire. Les héritages hydrogéomorphologiques weichséliens et du début de l’Holocène se manifestent localement par l’alternance de buttes (montilles) et de talwegs selon des dénivelés compris entre 1 et 2 m.

77Après la période d’occupation du site, les inondations de la Loire ont contribué à un exhaussement du secteur. Cette aggravation verticale est identifiée, notamment au niveau des paléochenaux de la Loire, dans divers secteurs du val d’Orléans.

78Les activités domestiques et vivrières, comme notamment les fosses d’extractions de matériaux, réutilisées en dépotoirs, attestent la présence d’un habitat sur place. Cette hypothèse est renforcée par la présence en nombre et en diversité de restes carpologiques : légumineuses prédominantes (lentilles, pois et fèves) et espèces céréalières (blé type froment et millet dans une moindre mesure). Quant aux plantes sauvages identifiées, elles sont à mettre en relation avec les adventices de cultures et ne nous renseignent pas directement sur le milieu naturel.

79Au-delà de l’analyse de la culture matérielle, cette fosse ne constitue nullement un cas isolé localement en contexte alluvial. D’autres vestiges, datés du Bronze final IIb, ont été signalés sur la commune, au lieu-dit “ L’Orme ” : une sépulture, fouillée par G. Richard en 1979 (Richard 1987) ainsi que des vestiges d’habitat ayant fait l’objet de quelques sondages en 1981 par A. Villes (Villes 1988, Fig. 2, n° 14-19). Les niveaux de recouvrements observés dans ce secteur sont parfois importants (de l’ordre d’1 m par endroit). S’ils permettent de protéger durablement les occupations anciennes, ils rendent leur détection délicate, car il est souvent difficile de faire la part des choses entre les dynamiques de recouvrements et les dynamiques d’érosions liées à l’activité fluviatile.

80Cependant, la question de la durée de ou des occupations reste entière. Elle révèle peut-être les limites de cette approche archéologique et géomorphologique intégrée à l’échelle d’un site. En effet, si les vestiges découverts dans ce secteur restent relativement limités, peut-on pour autant parler d’occupations temporaires, comme l’ont mentionné plusieurs auteurs (Villes 1988 : 183 ; Simonin 2002 : 54). Peut-être s’agit-il plutôt de micro-déplacements sur un territoire ? Et dans ce cas, peut-on mesurer des rythmes d’occupation ? Les éléments à notre disposition sont insuffisants et pas assez pertinents pour tenter d’y répondre.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bakels 1982/1983
Bakels C. - Les graines carbonisées de Fort-Harrouard (Eure-et-Loire), Antiquités Nationales, 14-15 : 59-63.

Buchsenschutz, Ralston 2001
Buchsenschutz O. et Ralston I. (dir.) - L’occupation à l’Âge du fer dans la vallée de l’Auron à Bourges, Installations agricoles, funéraires et cultuelles (xe-ier siècle av. J.-C.), 22e supplément à la RACF, Bourges : 191-200.

Burnouf 1998
Burnouf J. - Du paysage à l'interaction de l'homme et du milieu : l'environnement du village. Le village médiéval et son environnement, Paris, Sorbonne : 471-490.

Carcaud 2004
Carcaud N. - D'espace et de temps : un itinéraire de recherche et d'enseignement sur les anthroposystèmes fluviaux. Angers, Mémoire d'habilitation à diriger des recherches - Université d'Angers, Laboratoire des Sciences de l'Environnement et de l'Aménagement.

Carcaud et al. 2002
Carcaud N., Garcin M., Visset L., Musch J. et Burnouf J. - Nouvelle lecture de l'évolution des paysages fluviaux à l'Holocène dans le bassin de la Loire moyenne. Les fleuves ont une histoire, paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15000 ans, Errance : 71-84.

Castanet et al. (à paraître A)
Castanet C., Burnouf J., Garcin M., Cyprien A.-L., Lamothe M. et Camerlynck C. - Holocene societies : fluvial environments interactions in the Middle Loire River alluvial plain (Val d'Orléans, France), in : Special edition of Quaternary International (xviie INQUA Congress 2007, Cairns, Australia), printed by Elsevier.

Castanetet al. (à paraître B)
Castanet C., Garcin M., Lamothe M., Camerlynck C., Cyprien A.-L. et Burnouf J. - Reponse of the middle Loire River to climatic and environmental charges during the last 30 000 years (Val d'Orléans, France), in : Special edition of Quaternary International (xviie INQUA Congress 2007, Cairns, Australia), printed by Elsevier.

Castanet et al. (à paraître C)
Castanet C., Burnouf J., Garcin G., Carcaud N., Cyprien A.-L., Visset L. et Vella A.-M. - Dynamique hydrosédimentaire tardiglaciaire et holocène du réseau hydrographique secondaire du val d'Orléans, interactions entre les facteurs géodynamiques et anthropiques, in : Benoit p. (dir.) - Actes du colloque “ Des rivières, des hommes, une longue histoire ”, SIARCE, 4 et 5 Novembre 2005 à Corbeil-Essonnes, éditions A.E.D.E.H.

Castanet 2003
Castanet C. - Le val d’Orléans : dynamique fluviale tardiglaciaire et holocène de la Loire, intéractions en facteurs géodynamiques et anthropiques. Paris, D.E.A - Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Rapport BRGM, 2 Vol.

Cordier 1977
Cordier G. - Les champs d’urnes en Orléanais, Revue Archéologique du Loiret, 3 : 9-39.

Desprez, Maillard 1977
Desprez N. et p. Maillard - Inventaire des matériaux du val d’Orléans, BRGM/SGN/SGR, Bassin de Paris et CETE-Rouen/LRE-Blois.

Garcin et al. 1999
Garcin M., Giot D., Farjanel G., Gourry J.-C., Kloppman W. et Negrel p. - Géométrie et âge des alluvions du lit majeur de la Loire moyenne : exemple du Val d’Avaray (Loir-et-Cher, France), C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des Planètes, 329 : 405-412.

Gruet et al. 1997
Gruet M., Roussot-Larroque J. et Burnez Cl. - L’âge du Bronze dans la grotte de Rancogne (Charente), Antiquités Nationales, mémoire n° 3, 219 p.

Irribarria et al. 2005
Irribaria R., Hamon T., Mercey F., Castanet C. et Proffit M. - Rapport de fouille archéologique, Sandillon “ Le Clos des Sablons ”, SRA, Orléans.

Jalut 1967
Jalut G. - Carte géologique à 1/50 000 - Feuille de la Ferté-Saint-Aubin, n° 398.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Joly et al. 2004
Joly s., Castanet C., Froquet H. et Pradat B. - Rapport de diagnostic archéologique, Sandillon “ Les Broseilles ”, SRA, Orléans.
DOI : 10.1016/S1464-2859(05)00487-6

Josset et al. 2004
Josset D., Castanet C., Creusillet M.-F., David F. and Hamon T. - Rapport de diagnostic archéologique, Sandillon “ le Clos des Sablons, rue des Allots ”, SRA, Orléans.

Langry-Francois et al. 2004
Langry-françois F. - Bray-en-Val (Loiret), “ Bois au Cœur ”, Rapport de diagnostic, SRA, Orléans.

Leborgne 2001
Leborgne F. - Réponses hydrogéochimiques de la nappe phréatique du val d'Orléans aux sollicitations de son environnement. Développement du site expérimental de la carrière Morillon-Corvol de Sandillon (Loiret). Paris, Université Paris 7 - Denis Diderot, U.F.R. Sciences de la Terre, 500 p.

Marinval, Pradat 2003
Marinval p. et Pradat B. - Données remarquables sur l’économie végétale du début du second âge du Fer, le Grand-Jaunet à Liniez (Indre), in : Mazzochi G. (dir.) - Actes du colloque Approche archéologique de l’environnement et de l’aménagement du territoire ligérien, 14-16 novembre 2002, Orléans, Fédération Archéologique du Loiret/Études Ligériennes, 2003 : 79-85.

Pétrequin et al. 1985
Pétrequin P., Chaix L., Pétrequin A.-M., Piningre J.-F. - La grotte des Planches-Près-Arbois (Jura). Porto-Cortaillod et âge du Bronze final, ed. de la MSH, Paris.

Richard 1987
Richard G. - L’apport de la préhistoire à la géologie de la vallée de la Loire Orléanaise, Bulletin annuel des naturalistes Orléanais, 6 : 53-73.

Simonin 2003
Simonin D., avec la collaboration de Richard G. - La région du Val d’Orléans (Loiret) pendant l’âge du Bronze et le premier âge du Fer : quelques données concernant l’occupation du sol, in : Mazzochi G. (dir.) - Actes du colloque Approche archéologique de l’environnement et de l’aménagement du territoire ligérien. Muséum d’Orléans, 14-16 novembre 2002, Orléans, Fédération Archéologique du Loiret / Études Ligériennes : 43-77.

Simonin 1982
Simonin D. - Sites de l’âge du Bronze à Echilleuses et à la Neuville-sur-Essonne (Loiret), Revue Archéologique du Loiret, 8 : 25-47.

Villes 1988
Villes A. - Du Bronze Final Ib au Bronze Final IIIa dans le secteur de la Loire Moyenne, in : Brun p. et Mordant C. (dir.) - Actes du Colloque International de Nemours, 1986, Le groupe Rhin-Suisse-France-Orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France : 383-415.

Zunino 1979
Zunino C. - Contribution à l’étude hydrogéologique du val d’Orléans (établissement d’un modèle mathématique de simulation de nappe), Thèse de géologie appliquée (hydrogéologie), Université d’Orléans.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation du secteur des “ Les Brosseilles ” à Sandillon (Loiret) au sein de la mosaïque fluviale du val d’Orléans et méthodologies.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 2 : Localisation des vestiges archéologiques et des sondages géomorphologiques.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/594/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 3 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, plan et coupe de la structure 1.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/594/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 4 : a. Faciès sédimentaires et éléments de chronologie du sondage T9-H; b. Coupe stratigraphique reconstituée A-B.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/594/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 5 : Représentativité des groupes de plantes avec l’aspérule des champs.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/594/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 6 : Représentativité des groupes de plantes sans l’aspérule des champs.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/594/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 7 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1 : micro-vase ; n° 2-6 : tasse, bol et coupelles ; n° 6-16 : coupes et assiettes à ressaut interne plus ou moins marqué ; n° 17 : pieds de coupe ; n° 18 : cannelures internes près du fond ; n° 19 : fond concave).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/594/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 8 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1 : coupe à profil tronconique et décor en guirlande classique du style RSFO ; n° 2-3 : coupes à profil tronconique, décorées de filets incisés horizontaux annonçant le Bronze final IIIa/Ha B2 ; n° 4 : élément de coupe à décor en zigzag de type RSFO).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/594/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 9 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1-3, 7 : plats à profil brisé ; n° 4-6 : assiettes à profil brisé).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/594/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 10 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1-4 : gobelets à épaulement de type étroit ; n° 6-10, 16 : cols de gobelets à épaulement de type large ou écuelles ; n° 11-15, 17-18 : éléments de pots biconiques).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/594/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 11 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1-2 : pots à cuire ; n° 3 : vases de stockage à décor d’impressions au doigt).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/594/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 12 : Sandillon “ Les Brosseilles ”, céramique du Bronze final IIb/Ha A2 (n° 1-3 : vases de stockage à décor d’impressions au doigt).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/594/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Froquet, Cyril Castanet, Stéphane Joly et Bénédicte Pradat, « Une fosse du Bronze final IIb dans le Val d’Orléans à Sandillon (Loiret) : données archéologiques et contexte environnemental », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 45-46 | 2006-2007, mis en ligne le 08 avril 2008, consulté le 17 avril 2014. URL : http://racf.revues.org/594

Haut de page

Auteurs

Hélène Froquet

Céramologue, Inrap

Cyril Castanet

Géoarchéologue-Géomorphologue, Doctorant à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, UMR CNRS 7041 ARSCAN – Équipe Archéologies Environnementales

Stéphane Joly

Archéologue, Inrap rattaché à l’UMR 6173 CITERES

Articles du même auteur

Bénédicte Pradat

Carpologue, Inrap rattachée à l’UMR 5059 (Centre de Bio-Archéologie et d’Écologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page