Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude

Contribution à l’étude préhistorique de la vallée de l’Indre et de ses vallées tributaires

Note 201 – Le site de Morillon à Azay-sur-Indre (Indre-et-Loire)
Contribution of the prehistoric study of the Indre valley and its tributaries. Note 20: The site of Morillon at Azay-sur-Indre (Indre-et-Loire)
Gérard Cordier

Résumés

On expose ici les découvertes faites anciennement sur un site du confluent de l’Indrois et de l’Indre, la plus importante étant celle d’un petit dépôt du Bronze moyen.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  On trouvera la note 17 et la liste des notes 1 à 16 dans la RAC, 4 (1965) : 301-326 ; la note 18 d (...)
  • 2  C’est évidemment à une information hâtive et non contrôlée qu’est due l’allusion en partie fantais (...)

1Après un parcours d’une cinquantaine de kilomètres depuis sa source à Préaux (Indre), aux confins du Berry et de la Touraine, l’Indrois se joint à l’Indre à Azay-sur-Indre. Ce confluent détermine une large plaine alluviale dont les formations sableuses se prolongent en amont jusqu’au hameau de Morillon. Celles-ci ont fait l’objet, au fil des décennies, d’exploitations artisanales dont l’une, plus importante (Fig. 1), fut repérée et suivie par l’auteur dès 1952, dans le cadre de ses recherches dans la vallée de l’Indre2. Le site est aujourd’hui nivelé et invisible.

2La découverte dans cette sablière d’un petit dépôt de l’âge du Bronze était cependant restée ignorée et ne parvint que par la suite, en 1980, à notre connaissance grâce à notre collègue André Peyrard.

Fig. 1 : Extrait de la carte IGN (tirage 1941, Loches N-E., quadrillage kilométrique). L’étoile indique l’ancienne sablière. Le bourg d’Azay-sur-Indre se trouve près du bord ouest de l’extrait.

Fig. 1 : Extrait de la carte IGN (tirage 1941, Loches N-E., quadrillage kilométrique). L’étoile indique l’ancienne sablière. Le bourg d’Azay-sur-Indre se trouve près du bord ouest de l’extrait.
  • 3  Ernest-Henri Tourlet, surtout connu comme botaniste, mais également amateur de Préhistoire et léga (...)

3La commune d’Azay-sur-Indre ne figurait jusqu’ici dans la bibliographie que pour un lieu-dit “ la Pierre Sent les Œufs ”, situé dans les prés rive gauche de l’Indre en aval du bourg, indice possible d’un mégalithe disparu, et pour un tronçon de hache polie en dolérite provenant de Norçay, au nord-est de la commune (Le Roux, Cordier 1974 : 351). Son territoire n’était cependant pas exempt de toute trouvaille antérieure à nos recherches : le musée des Amis du Vieux Chinon conserve une pièce étiquetée “ Outil paléolithique trouvé dans les sables de la vallée de l’Indre à Azay-sur-Indre ”. Il s’agit d’un racloir convergent à talon facetté de 85 mm de longueur et 49 mm de largeur en silex turonien de ton “ cire ”, très roulé, portant quelques écailles de calcin (Fig. 3, no 2). Cette pièce ne peut provenir que des parages de la sablière qui nous occupe, seul secteur de la commune où les alluvions de l’Indre s’étendent assez largement et où les extractions ont pu atteindre les graviers inférieurs dont elle doit provenir au vu de son état physique. Nous n’avons pu trouver plus de précisions sur ses conditions d’entrée au musée, mais on peut supposer qu’elle appartenait à la collection Tourlet3.

1. Sablière

4La sablière sur laquelle ont porté nos recherches se situe à mi-distance entre le bourg d’Azay-sur-Indre et le hameau de Morillon, au lieu-dit La Grande Planche, dans la plaine alluviale moderne, à l’altitude de 64 m. Elle a connu, autour de 1956, une exploitation manuelle assez active (Fig. 2) visant essentiellement une couche de limon sableux fin d’environ 1,50 m d’épaisseur qui repose sur un cailloutis à sable jaunâtre d’épaisseur inconnue, puisque seulement atteint superficiellement. Le limon est évidemment d’âge holocène ; le cailloutis résulte vraisemblablement du remaniement d’alluvions würmiennes.

Fig. 2 : Sablière, état de l’exploitation en juin 1956.

Fig. 2 : Sablière, état de l’exploitation en juin 1956.

1.1. Paléolithique

5La couche de cailloutis inférieure a livré un biface ovalaire très roulé en silex dit “ cire ” turonien, taillé à grands éclats, avec petite surface corticale résiduelle au talon (Fig. 3, no 1). Longueur : 126,5 mm ; largeur : 2 mm ; épaisseur : 34 mm.

6Cette pièce est typologiquement attribuable à un Acheuléen moyen, ici en position très remaniée, les industries de cette époque se trouvant associées aux alluvions des moyens niveaux à quelque 25 km en amont, à Fléré-la-Rivière (Cordier 1965) et à une vingtaine de kilomètres en aval, à Montbazon (Yvard 1968). Un cas de remaniement comparable a été constaté à une vingtaine de kilomètres en amont, à Bridoré, avec un biface de même type recueilli dans le lit même de l’Indre (Cordier 1954).

Fig. 3 : 1, biface ovalaire acheuléen provenant du cailloutis inférieur ; 2, racloir convergent moustérien présumé de même provenance (musée des Amis du Vieux Chinon).

Fig. 3 : 1, biface ovalaire acheuléen provenant du cailloutis inférieur ; 2, racloir convergent moustérien présumé de même provenance (musée des Amis du Vieux Chinon).

1.2. Néolithique

7Lors de l’exploitation de la sablière, en 1956, nous avons recueilli un vase entier tombé au bas de la coupe, en deux fragments, seulement un peu ébréché à l’ouverture. La forme est à fond plat, panse galbée, lèvre très légèrement éversée (Fig. 4). La surface est craquelée, brun clair avec passées grisâtres, la pâte intérieure noirâtre, à dégraissant rare. Diamètre à l’ouverture : 97 mm ; diamètre maximum à la panse : 116 mm ; diamètre du fond : 79 mm ; hauteur : 118 mm ; épaisseur à la panse : 5 à 6,5 mm ; épaisseur au fond : 8 mm.

8Il s’agit d’une forme “ pot de fleur ” assez typique de la civilisation Seine-Oise-Marne, dont des spécimens voisins, avec ou sans appendices de préhension, sont présents dans les mobiliers de l’ossuaire du Bec-des-Deux-Eaux (Cordier 1984 : 69-71) et du dolmen de Sublaines (id. : 97-98). Un second vase semblable aurait été découvert mais n’a pu être retrouvé.

Fig. 4 : Vase néolithique de type pot de fleur provenant de la sablière.

Fig. 4 : Vase néolithique de type pot de fleur provenant de la sablière.

1.3. Âge du Bronze

9Le petit dépôt rencontré au cours de l’exploitation de la sablière comprend trois haches à rebords élevés et tranchant étalé avec pincements aux “ cornes ” (Fig. 5). Les pièces sont parfaitement finies sans traces de bavures visibles, à tranchant vif sur les nos 1 et 3, légèrement émoussé sur le no 2. Deux sont ornées de cannelures peu accusées sur les flancs. Toutes présentent une patine vert sombre et sont en parfait état.

Fig. 5 : Dépôt du Bronze moyen, haches à rebords élevés.

Fig. 5 : Dépôt du Bronze moyen, haches à rebords élevés.

Caractéristiques des haches

No

L

l sommet

l tranchant

E

e max. rebords

décor

1

115

25

55

28

8,5/9

8 cannelures sur les flancs

2

107,5

23

51

26,5

8,5/7

5 cannelures sur les flancs

3

99,5

 19 ?

55

25

8/9

néant

10Il n’a pas été possible d’obtenir de précisions sur les conditions d’enfouissement.
Ce dépôt peut être attribué à la phase moyenne du Bronze Moyen et synchronisé avec le groupe armoricain de Tréboul. On ne connaît que très peu de dépôts de composition comparable : Saint-Georges-sur-Loire (Maine-et-Loire), le Clos du Fresne : une hache à rebords élevés semblable à notre no 1, accompagnée d’une hache à légers rebords et d’une hache à rebords partiels avec ébauche de butée (Cordier, Gruet 1975 : fig. 11) ; Tréguennec (Finistère), Kermadec : une hache à rebords élevés proche de notre no 2 associée à une autre hache de ce type, une hache à légers rebords et une pointe de lance brisée (Briard 1961). Dans la vallée de l’Indre, à une trentaine de kilomètres en aval, le dépôt d’Artannes aurait compris une hache à faibles rebords et tranchant étalé, des fragments de rapières à languette trapézoïdale et peut-être des haches à talon, mais l’ensemble est mal assuré (Cordier, Millotte 1961). De Choussy (Loir-et-Cher) provient, dans des conditions mal connues, une pièce très semblable à notre no 2 (Florance 1925 : pl. IX). Le Saumurois a fourni une série de belles haches à rebords élevés et tranchant étalé dont l’homogénéité suggère un ou plusieurs dépôts, mais les précisions font défaut sur les provenances. Les décors de cannelures verticales sur les flancs sont représentés dans cette série (Cordier, Gruet 1975 : fig. 9, 10) comme dans le dépôt de Tréboul, mais restent généralement rares.

11Les analyses effectuées par le laboratoire de la Faculté des Sciences de Rennes ont donné les résultats suivants :

No

Cu

Sn

Pb

As

Sb

Ag

Ni

Bi

Fe

Zn

Mn

1

87,90

11,45

0,30

0,02

0,001

0,04

0,08

0,01

-

-

tr.

2

87,00

12,80

tr.

-

-

tr.

0,001

-

-

-

-

3

85,5

11,0

0,025

0,10

0,20

0,07

0,15

0,002

-

-

-

12Les compositions de ces haches sont donc relativement homogènes et conformes à celles des objets du Bronze Moyen. Des teneurs en étain légèrement variables, mais dans l’ensemble peu éloignées, se retrouvent dans quelques-unes des haches comparables citées plus haut : Saint-Georges-sur-Loire (10,4 %), Choussy (10,1 %), Saumurois (12,4 et 12,7 %). La hache à faibles rebords d’Artannes, typologiquement un peu plus ancienne, n’accuse que 8,5 % d’étain.

2. Trouvailles de surface

Fig. 6 : Récoltes de surface. 1 à 4, microburins proximaux ; 5, lamelle à troncature ; 6, grattoir à émoussé intense ; 7, burin d’angle sur troncature oblique ; 8, 10, nucléus ; 9, micrograttoir.

Fig. 6 : Récoltes de surface. 1 à 4, microburins proximaux ; 5, lamelle à troncature ; 6, grattoir à émoussé intense ; 7, burin d’angle sur troncature oblique ; 8, 10, nucléus ; 9, micrograttoir.

13Les quelques terres cultivées bordant la sablière à l’ouest ont livré en surface, à l’époque de nos premières recherches, un petit ensemble de 122 pièces taillées. Ce faible matériel n’a pu être amélioré par la suite, les cultures ayant été abandonnées et les lieux rapidement envahis de broussailles et taillis.

14Matériaux utilisés :
Ce sont des silex translucides, dits pyromaques, blonds, gris et noirs d’origine sénonienne, à l’exception de trois pièces en silex opaque dit “ cire ” probablement turonien, de deux déchets de taille en opale résinite et d’un éclat de meulière lacustre tertiaire ; le tout ayant pu être collecté dans les alluvions de l’Indre ou les argiles silex des pentes et plateaux voisins (les surfaces corticales observables sont roulées ou non).

15État physique :
Relativement frais et sans cacholong ; quelques rares pièces rougies ou blanchies et craquelées par le feu (dont le microburin no 1, Fig. 5).

16Dimensions :
Toutes pièces confondues : 0 à 20 mm : 17,1 % ; 21 à 50 mm : 71,5 % ; 51 à 83 mm : 11,4 %.

17Inventaire :
1 burin d’angle sur troncature oblique (Fig. 5, no 7) et 1 chute de burin.
1 lamelle à troncature (Fig. 5, no 5).
4 microburins tous proximaux : 3 latéralisés à droite, dont 1 géant (longueur : 38 mm) (Fig. 5 no 1, 3, 4) et 1 latéralisé à gauche (Fig. 5, no 2) ; l’exemplaire dit géant présente de fines retouches sur le bord de la facette de fracture.
9 grattoirs sur éclat (et 1 fragment distal), la plupart irréguliers sauf 1 petit exemplaire unguiforme (Fig. 5, no 9) ; 1 grattoir en bout de lame présentant un émoussé d’une rare intensité ayant littéralement arrondi l’extrémité fonctionnelle et des écaillements latéraux directs et inverses pouvant résulter d’une utilisation comme briquet ; l’extrémité proximale, brisée, est également écaillée (Fig. 5, no 6).
14 nucléus de petite taille (longueurs maximales : 30 à 54 mm), irréguliers et multipolaires, sauf quelques petits nucléus à lames à débitage unipolaire (Fig. 5, no 8, 10).
31 lames entières ou fragmentées, brutes, généralement peu régulières à l’exception de quelques lamelles (longueur maximale : 83 mm).
10 éclats présentant quelques retouches banales et coches.
50 éclats bruts, déchets de taille et débris.

18Attribution :
Il n’est évidement pas possible de tabler sur l’homogénéité de ce matériel. Un passage de Paléolithiques supérieurs ne peut être affirmé au vu du seul burin. L’attention est surtout retenue par les microburins, permettant d’envisager un Mésolithique ou un Néolithique de tradition mésolithique.

19Ces quelques observations révèlent un site non dépourvu d’intérêt dans un tronçon peu prospecté de la vallée de l’Indre. Il y a malheureusement peu d’espoir, au vu de l’état actuel des lieux, de pouvoir les compléter.

20On retiendra surtout le petit dépôt du Bronze moyen de type fort rare dans le contexte régional. Il existe bien sur les plateaux bordant l’Indre quelques riches dépôts (Chédigny, Esvres, Azay-le-Rideau), mais tous appartiennent à la fin du Bronze final.

  • 4  On découvrit aussi en 1862 un “ vase en terre ” et des “ cornes de cerf ” (qui n’ont pas été retro (...)

21Il faut enfin rappeler la découverte faite anciennement, à 4 km en aval de Morillon, lors de la construction du pont de Reignac-sur-Indre, d’une pointe de lance du Bronze moyen ou final pouvant attester un point de franchissement de la rivière par une voie antique4.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Briard 1961
Briard J. - Le dépôt de Kermabec en Tréguennec (Finistère), Travaux du Laboratoire d’Anthropologie Préhistorique, Faculté des Sciences Rennes : 7-9, 3 fig.

Cordier 1954
Cordier G. - Contribution à l’étude préhistorique de la vallée de l’Indre et de ses vallées tributaires. Note 6 – Observations sur une basse terrasse de l’Indre à Bridoré (I.-et-L.), Les Amis du Musée Préhistorique du Grand-Pressigny, 5 : 66-71, 4 fig.

Cordier 1965
Cordier G. - Contribution à l’étude préhistorique de la vallée de l’Indre et de ses vallées tributaires. Note 17 – Nouvelles observations sur les terrasses de l’Indre à Fléré-la-Rivière (Indre), Revue Archéologique du Centre, 4 : 301-326, 14 fig.

Cordier 1984
Cordier G. - Inventaire des Mégalithes de la France, 1, Indre-et-Loire (2e éd.), Joué-lès-Tours, 204 p., 116 fig., 24 pl.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cordier, Gruet 1975
Cordier G et Gruet M. - L’Âge du Bronze et le Premier Âge du Fer en Anjou, Gallia Préhistoire, 18 : 157-287, 68 fig.
DOI : 10.3406/galip.1975.1489

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cordier, Millotte 1961
Cordier G. et Millotte J.-P. - Inventaire des trouvailles de l’Âge du Bronze en Indre-et-Loire, Gallia Préhistoire, 4 : 143-163, 13 fig.
DOI : 10.3406/galip.1961.1185

Florance 1925
Florance E.-C. - L’Archéologie préhistorique, protohistorique et gallo-romaine en Loir-et-Cher. Âge du Bronze, Bulletin de la Société d’Histoire Naturelle et d’Anthropologie du Loir-et-Cher, 25 : 281-444, 22 pl.

Le Roux, Cordier 1974
Leroux C.-T. et Cordier G. - Étude pétrographique des haches polies de Touraine, Bulletin de la Société Préhistorique Française, 71 : 335-354, 8 fig.

Yvard 1967
Yvard J.-C. - Sur la préhistoire des alluvions récentes de la région tourangelle, Les Amis du Musée Préhistorique du Grand-Pressigny, 18 : 22-23.

Yvard 1968
Yvard J.-C. - Préhistoire du moyen niveau de l’Indre à Montbazon (Indre-et-Loire), L’Anthropologie, 72 : 107-116, 4 fig.

Haut de page

Notes

1  On trouvera la note 17 et la liste des notes 1 à 16 dans la RAC, 4 (1965) : 301-326 ; la note 18 dans le Bulletin de la Société Préhistorique Française, 61 (1964) : 300-308 ; la note 19 dans la RAC, 8 (1969) : 49-51.

2  C’est évidemment à une information hâtive et non contrôlée qu’est due l’allusion en partie fantaisiste de J.-C. Yvard (1967) aux trouvailles faites sur ce site.

3  Ernest-Henri Tourlet, surtout connu comme botaniste, mais également amateur de Préhistoire et légataire d’une importante collection au musée en question a dû parcourir des régions diverses de la Touraine pour l’élaboration de son Catalogue raisonné des plantes vasculaires du département d’Indre-et-Loire (1908), qui contient de nombreuses références à la vallée de l’Indre, notamment à “ Azay-le-Chétif ” (p. 23), ancien nom de la commune d’Azay-sur-Indre.

4  On découvrit aussi en 1862 un “ vase en terre ” et des “ cornes de cerf ” (qui n’ont pas été retrouvés) et des hipposandales, indices d’une voie romaine supposée qui aurait pu avoir une origine protohistorique (Mémoires de la Société Archéologique de Touraine, XVII : XXXVIII ; Cordier, Millotte 1961 : 154, fig. 9, no 45).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Extrait de la carte IGN (tirage 1941, Loches N-E., quadrillage kilométrique). L’étoile indique l’ancienne sablière. Le bourg d’Azay-sur-Indre se trouve près du bord ouest de l’extrait.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 2 : Sablière, état de l’exploitation en juin 1956.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 3 : 1, biface ovalaire acheuléen provenant du cailloutis inférieur ; 2, racloir convergent moustérien présumé de même provenance (musée des Amis du Vieux Chinon).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 4 : Vase néolithique de type pot de fleur provenant de la sablière.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/583/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 5 : Dépôt du Bronze moyen, haches à rebords élevés.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/583/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 6 : Récoltes de surface. 1 à 4, microburins proximaux ; 5, lamelle à troncature ; 6, grattoir à émoussé intense ; 7, burin d’angle sur troncature oblique ; 8, 10, nucléus ; 9, micrograttoir.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/583/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Cordier, « Contribution à l’étude préhistorique de la vallée de l’Indre et de ses vallées tributaires », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 45-46 | 2006-2007, mis en ligne le 08 avril 2008, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://racf.revues.org/583

Haut de page

Auteur

Gérard Cordier

Sublaines 37310 Reignac-sur-Indre

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page