Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ph. Racinet, J. Schwerdroffer (dir.), Méthodes et initiations d’histoire et d’archéologie

Éd. du temps, Nantes, 2004, 382 p.
Alain Ferdière
Référence(s) :

Éd. du temps, Nantes, 382 p.

Texte intégral

1De quoi s’agit-il ? D’un Objet de Publication Archéologique Non Identifié, apparemment, et le titre n’est pas là pour nous éclairer. En tout cas pas un manuel méthodologique, comme ce titre pourrait justement le laisser croire à quelques étudiants non avertis : c’est bien en effet cet avertissement – une mise en garde en vérité – que je souhaite faire ici par cette courte recension, étant encore pour quelques temps, comme professeur émérite, en charge de la formation des jeunes générations en archéologie…

2Du premier des coordinateurs, on sait qu’il enseigne l’“ archéologie médiévale ” à l’Université, du second je ne sais rien et le contenu de l’ouvrage, auquel il n’a pas participé, ne m’en apprend rien. Le volume, malgré son titre généraliste, s’adresse d’ailleurs à l’évidence surtout aux archéologues médiévistes, tant sont importantes les lacunes pour la Préhistoire, la Protohistoire ou l’Antiquité.

3Rien moins que 19 autres collaborateurs ont apporté leur concours aux quelques 25 contributions qui émaillent ce recueil, au fil de six chapitres distincts : dans l’ordre, “ Le paysage ”, “ L’écrit ”, “ Le terrain ”, “ Le bâti ”, “ Le laboratoire ” et “ La mise en valeur ”. Il s’agit bien en effet d’un recueil de contributions assez disparates et dont la logique d’ensemble échappe un peu, mais une clef en est donnée en Avant‑Propos (p. 9), quand on apprend que ces textes ont en fait été rassemblés une première fois en… 1989.

4Les coordinateurs semblent ignorer que, depuis plus de 15 ans, les aspects méthodologiques de l’archéologie et ses relations épistémologiques avec l’histoire et les sources textuelles ont quelque peu évolué, même si quelques nouvelles contributions ont été ajoutées ici, pour faire moderne. Et c’est d’autant plus dommage que certains auteurs, dont les recherches et autres travaux présentent par ailleurs un intérêt certain, se sont ainsi fourvoyés à apporter leur concours à cette très contestable entreprise, pour des articles tellement généraux qu’ils sont d’une utilité tout aussi contestable dans le paysage éditorial actuel en archéologie : je pense par exemple à Véronique Matterne pour l’archéobotanique, Bruno Desachy pour l’informatique, ou Frédérique Blaizot pour l’archéologie funéraire.

5Était‑il bien utile, également, dans un premier chapitre curieusement intitulé “ Le paysage ”, de consacrer encore une demi‑douzaine de pages (+ illustrations) à la “ prospection terrestre en labours ” (Ph. Popineau, p. 13 sq.), avec des références bibliographiques qui datent en effet de plus de 15 ans ? La référence – merci ! – est en effet faite à la prospection de Lion‑en‑Beauce, publiée en… 1979 par A.‑M. Fourteau et un certain A. Ferdières, affublé ici d’un S. De même pour “ l’enregistrement de terrain ” (L. Droin et Ph. Racinet, p. 143 sq.), du niveau d’un enseignement de Ier cycle universitaire, à la rigueur, et ne présentant tout simplement aucune référence bibliographique, ne serait-ce que, classiquement, à E. C. Harris : à croire que les auteurs ont ré‑inventé l’enregistrement stratigraphique… et sans doute l’eau tiède. Ou encore la céramologie (S. Mouny, p. 310 sq.), là aussi sans aucune référence à des travaux et manuels antérieurs.

6La place du chapitre “ L’écrit ” laisse rêveur quant aux relations que semblent tisser les auteurs, et notamment Ph. Racinet (p. 130 sq.) entre sources écrites et archéologiques au Moyen Âge. Le chapitre sur l’interprétation archéologique (Ph. Racinet et G.‑P. Woimant, p. 303 sq.) est une suite de truisme certes frappés au coin du bon sens mais dont l’utilité est douteuse. Quant aux méthodes de datation, elles se cantonnent curieusement à la dendrochronologie (Ch. Dormoy, p. 367 sq.), là aussi d’ailleurs sans rien apporter de nouveau par rapport aux ouvrages récents, sinon un pladoyer pro domo en faveur de l’un des laboratoires opérant, et se gardant notamment d’insister trop sur les limites de la méthode.

7Enfin, certaines contributions ressemblent plus à des études de cas, correspondant par exemple à des communications en Colloque, telle celle sur l’architecture monastique ‑ pourquoi elle seule ? – (P. Gillon, p. 265 sq.).

8Bref, il serait cruel de passer plus de temps à souligner les imperfections – ou plutôt simplement l’inutilité – de cet ouvrage : on aura compris que je recommande vivement aux étudiant d’éviter cette somme atypique, hétéroclite et obsolète, au titre éventuellement trompeur : je considère en vérité la présente recension comme une œuvre de salubrité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ferdière, « Ph. Racinet, J. Schwerdroffer (dir.), Méthodes et initiations d’histoire et d’archéologie », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 44 | 2005, mis en ligne le 01 décembre 2006, consulté le 01 mai 2017. URL : http://racf.revues.org/562

Haut de page

Auteur

Alain Ferdière

Professeur émérite d’Archéologie, Laboratoire Archéologie et Territoires, UMR 6173 CITERES

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page