Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bruno Phalip, Charpentiers et couvreurs : l’Auvergne médiévale et ses marges

Lyon, ALPARA, 2004, 152 p., 85 ill., (DARA 26)
Pierre Garrigou Grandchamp
Référence(s) :

Bruno Phalip, Charpentiers et couvreurs : l’Auvergne médiévale et ses marges, Lyon, ALPARA, 2004, 152 p., 85 ill., (DARA 26)

Texte intégral

1Les charpentes du sud de la France, plus précisément au‑delà d’une ligne Poitiers‑Lyon, sont encore très mal connues. Aucune vue d’ensemble n’est disponible et les inventaires sont embryonnaires. Il est certain que cette moitié recèle des paysages architecturaux et des traditions constructives très contrastés, qui rendent très difficile toute synthèse.

2La tentative de Bruno Phalip est donc des plus méritoires, qui s’est attaché à étudier les systèmes de couvrements médiévaux d’une grande partie du Massif Central, vaste zone comprenant l’Auvergne, le Bourbonnais et une partie du Limousin. Elle comprend des terroirs très différents, carrément méridionaux, comme la plus grande partie de l’Auvergne et du Limousin, plutôt septentrionaux, comme le Bourbonnais, ou de transition, telles la Limagne ou la Creuse. La prospection sur le terrain a par ailleurs laissé de côté la majeure partie du département de la Haute‑Loire, excepté le Brivadois, et le manque de données n’a pas permis une confrontation avec les charpentes du Forez. L’enquête entend couvrir la période qui va du XIe au XVIs. mais, faute de structures conservées, commence vraiment avec le XIIs. Elle s’articule en deux parties : la première se veut descriptive, par terroir et selon un ordre chronologique ; la seconde propose des interprétations, ce qui ne va pas sans redites. Elles sont précédées de l’exposé de problématiques, qui soulignent notamment la multiplicité des liens unissant les pratiques constructives de l’architecture civile et celles de l’architecture religieuse et l’autonomie de la construction vernaculaire, qui n’est pas seulement une dégradation de la construction savante.

3La description insiste d’emblée sur l’importance quantitative des couvrements réalisés avec des lauzes ou des tuiles creuses et un bain de mortier, posées directement sur les voûtes. C’est déjà l’occasion d’avancer un lien de causalité avec les difficultés d’approvisionnement en bois. Tout au long des chapitres consacrés aux bilans des connaissances dans chacun des terroirs court ce fil rouge du lien très fort entre l’état de la forêt et les pratiques constructives. Chemin faisant sont décrits les divers types de charpentes, avec une importance plus grande données à l’étude des bois (section, longueur, modes de débits), qu’aux structures ; l’évolution de celles‑ci demandera à être encore précisée : ainsi le contreventement existe‑t‑il au XIIIs. (p. 42) ou seulement plus tardivement (p. 50). L’information de l’auteur est à jour des dernières découvertes, notamment celles réalisées sur des monuments civils urbains. Beaucoup de descriptions sont elliptiques, ce qui demande une grande attention au lecteur, et parfois difficiles à suivre, avec un doute sur la conservation de l’œuvre ou sa restitution à partir des empreintes et autres indices. Au bilan se dégage une première image de la diversité de l’aire étudiée et des évolutions vers des charpentes à pente plus fortes, mais dans certaines parties de la zone seulement.

4Les interprétations font feu de tout bois, en rassemblant des sources écrites disparates et par une judicieuse analyse de l’Armorial de Guillaume Revel (p. 52‑53). L’auteur revient également longuement sur les données techniques et archéologiques. Il veut aussi intégrer la réflexion architecturale dans une large problématique qui fasse toute la place nécessaire aux considérations environnementales et aux pratiques humaines. Cette partie ne laisse pas de susciter certaines interrogations. La légitimité de déterminismes marqués, tel l’enchaînement manque de bois longs et propension à voûter, mérite discussion. Plus généralement, le déterminisme des possibilités de la forêt, conçues comme des données contraignantes et irrésistibles laisse perplexe : il n’est à aucun moment envisagé des échappatoires possibles à ces relations de causalité, permises pourtant par le dynamisme des hommes et cette part culturelle, bien difficile à mesure ; il reste pourtant qu’ailleurs la forêt a été améliorée par une véritable culture, ou que l’on a élaboré des charpentes à bois courts assemblés (Languedoc) ou bien encore que l’on a importé du bois permettant de réaliser des charpentes ambitieuses, comme en Provence rhodanienne ; au total, il n’est pas prouvé que les dimensions des bâtiments dépendent de celles des grumes. La restitution du paysage forestier auvergnat paraît en outre à compléter en prenant en compte des analyses plus détaillées des bois : seul l’établissement de séries autorisera à passer de la perception d’un milieu de prélèvement, par nature étroit, à celui, plus vaste et complexe, d’un couvert forestier régional.

5Parmi les grands mérites de cette première synthèse sur les charpentes de l’Auvergne et de ses marges, retenons le rassemblement de nombreuses données éparses, difficilement accessibles ; il est d’autant plus méritoire que l’inventaire bat son plein et amène chaque mois la découverte ou la datation de nouvelles charpentes ; ces progrès ne peuvent qu’enrichir les constats et permettront d’affiner l’analyse. L’exposé est servi par la présentation de séries de dessins très clairs ; il comporte une première cartographie accompagnée de la liste des charpentes datées par dendrochronologie, malheureusement sans référence aux rapports d’analyse. Notons que, par bien des côtés, l’ouvrage rendra également les services d’un vrai manuel, grâce aux nombreux rappels théoriques. Il ouvre également des aperçus intéressants sur certains points, tel celui des dérivés de la ferme latine en maçonnerie, avec la mise en place d’arcs diaphragmes (p. 100).

6Une telle étude manquait et il faut souhaiter que les autres terroirs méridionaux, Languedoc et Provence, Alpes, Midi Aquitain, etc., en bénéficient bientôt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Garrigou Grandchamp, « Bruno Phalip, Charpentiers et couvreurs : l’Auvergne médiévale et ses marges », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 44 | 2005, mis en ligne le 01 décembre 2006, consulté le 27 mars 2017. URL : http://racf.revues.org/544

Haut de page

Auteur

Pierre Garrigou Grandchamp

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page