Navigation – Plan du site
Notes et documents

La plaine alluviale de l’Oise : milieu et système fluvial ; stratigraphie des formations alluviales et archéologie

Rapport de Vincent Krier produit par le Conseil général du Val-d’Oise et l’Institut National de Recherches Archéologiques préventives, 2004
The alluvial plain of the Oise: fluvial environment and system; stratigraphy of the alluvial formation and archaeology. Report by Vincent Krier produced for Val d’Oise general council and the National Institute for Research in Preventive Archaeology, 2004
Patrice Rodriguez et Mélanie Foucault

Texte intégral

1La notion de site archéologique définie par un ensemble de témoins matériels s’est élargie, depuis une vingtaine d’années, aux données sédimentaires et paléoécologiques indicatrices du contexte de conservation des vestiges et des relations passées entre l’Homme et son environnement. Plus récemment, l’étude de la morphologie des paysages, en particulier à travers celle de la cartographie historique, est venue compléter cette approche en révélant d’anciennes formes du relief et les empreintes d’anciennes activités humaines. De nouvelles données sont ainsi accessibles pour une meilleure interprétation des vestiges archéologiques et des modalités d’occupation d’un territoire au cours du temps. Dans le cadre de l’archéologie préventive, en amont des opérations de sondages ou de fouilles, elles contribuent également à l’évaluation du potentiel archéologique des terrains destinés à de futurs aménagements.

2Pour mieux prendre en compte cette dimension environnementale dans la gestion du patrimoine archéologique, le service départemental d’archéologie du Val-d'Oise (SDAVO) a fait réaliser une étude sur la géologie du Quaternaire du territoire (Fig. 1) en partenariat avec le Centre de géomorphologie de Caen (CNRS). Ce travail, mené entre 1989 et 1991 par P. Lebret et H. Halbout (1991), est venu combler les données lacunaires sur les formations superficielles, milieu de conservation des vestiges par nature, en établissant les bases d’un référentiel stratigraphique nouveau. Par la suite, le SDAVO a confié à V. Krier (AFAN) une seconde étude géomorphologique et cartographique visant à approfondir la connaissance des relations entre la nature des terrains quaternaires et la présence de vestiges archéologiques.

Fig. 1 Localisation de la zone d’étude (département du Val d’Oise), d’après Krier 2004.

Fig. 1 Localisation de la zone d’étude (département du Val d’Oise), d’après Krier 2004.

3Conduite entre 1989 et 1998, cette étude a fait l’objet d’un rapport intermédiaire (Krier 1996) et d'un rapport final (Krier 2004), présenté ici, qui apporte des données nouvelles sur les formations alluviales et la morphologie de la vallée de l’Oise. Grâce au système d’information géographique (SIG) mis en place par le Conseil général et développé au sein du service (Costa 2000, 2002), les résultats ont été confrontés à la carte archéologique départementale et ont permis d'optimiser l’analyse spatiale du territoire occupé, ainsi que l’évaluation de son potentiel de découvertes (Krier et al. 1996).

Le domaine d’étude : le fond de vallée de l’Oise

4La diversité des contextes géographiques du département ont conduit V. Krier à centrer son étude sur la plaine alluviale de l’Oise, en regard de la richesse informative des fonds de vallée, tant du point de vue strati‑sédimentaire qu'archéologique, et de leur fragilité face aux exploitations de matériaux ou au développement d'aménagements divers. Des données ont toutefois été recueillies sur d’autres secteurs du département.

Les données documentaires

5Le travail sur la vallée de l’Oise s’est basé sur le dépouillement d’une large documentation sur l’hydrologie de la rivière en relation avec la météorologie, la morphologie de la plaine alluviale et la géologie locale.

6Les informations géométriques et morphologiques ont été obtenues grâce aux fonds topographiques, aux données sur la fréquence des crues, aux mesures bathymétriques du fond de chenal, ainsi que par l’analyse de la cartographie ancienne (XVIIIe‑XIXe s.) antérieure aux aménagements modernes de l’Oise et de ses bordures.

7Les informations géologiques ont été fournies par la base de données du sous‑sol du Bureau des Recherches Géologiques et Minières (BRGM), les dossiers d’analyses géotechniques préalables à des travaux, mais aussi par le référentiel constitué par Lebret et Halbout (ibid.) ou les observations de terrain lors d’opérations archéologiques.

8Les données sur les sites ou indices archéologiques, enfin, sont extraites de la carte archéologique élaborée par le service depuis sa création en 1984. Elles ont apporté des éléments de datation sur la stratigraphie de la plaine alluviale.

Les principaux résultats

9À partir de la riche documentation géologique, l'analyse des formations fluviatiles aboutit à la restitution de profils stratigraphiques transversaux au cours de l’Oise (Fig. 2) qui établissent la topographie du fond de la rivière et le bilan chrono‑sédimentaire des dépôts alluviaux. Celui‑ci est caractérisé par cinq nappes dont le développement, amorcé au Saalien, poursuivi au Weichsélien, s’opère en fait essentiellement au cours du Tardiglaciaire et surtout du Postglaciaire.

Fig. 2 Profil transversal de la vallée de l’Oise entre Bruyères-sur-Oise et Boran-sur-Oise (d’après : Krier 2004).

Fig. 2 Profil transversal de la vallée de l’Oise entre Bruyères-sur-Oise et Boran-sur-Oise (d’après : Krier 2004).

10Grâce à des mesures récentes et à la cartographie ancienne, l’analyse du relief et des crues permet de présenter une carte détaillée des zones d’inondation potentielles (Fig. 3) qui localise des secteurs à risque non pris en compte jusqu’ici.

Fig. 3 Les limites de retour de crues de l’Oise (d’après Krier 2004).

Fig. 3 Les limites de retour de crues de l’Oise (d’après Krier 2004).

11Les données topographiques et géologiques débouchent sur une caractérisation et une cartographie des différents espaces de la plaine d’inondation de l’Oise, qui s'organise en quinze unités morphologiques (Fig. 4).

Fig. 4 Les unités morphologiques de la vallée de l’Oise (d’après Krier 2004).

Fig. 4 Les unités morphologiques de la vallée de l’Oise (d’après Krier 2004).

12L’approche morphologique de la plaine de l’Oise confrontée aux données archéologiques et historiques permet, enfin, de mettre en évidence des zones potentielles d’occupations (Fig. 5), de franchissement de la rivière (Fig. 6) ou de conservation d’indices paléoenvironnementaux (Fig. 7). Une cartographie des zones les plus sensibles du lit mineur est alors proposée, pour une utilisation dans le cadre de l’archéologie préventive (Fig. 8).

Fig 5 Les zones potentielles d’occupations anciennes (d’après Krier 2004).

Fig 5 Les zones potentielles d’occupations anciennes (d’après Krier 2004).

Fig 6 Les zones possibles de franchissement de l’Oise (d’après Krier 2004).

Fig 6 Les zones possibles de franchissement de l’Oise (d’après Krier 2004).

Fig 7 Les zones potentielles de conservation des vestiges paléoenvironnementaux (d’après Krier 2004).

Fig 7 Les zones potentielles de conservation des vestiges paléoenvironnementaux (d’après Krier 2004).

Fig 8 Les zones de sensibilité archéologique dans le lit mineur de l’Oise (d’après Krier 2004).

Fig 8 Les zones de sensibilité archéologique dans le lit mineur de l’Oise (d’après Krier 2004).

Intérêt et utilisation de l’étude

13Cette étude a ainsi permis la compilation de nombreuses données et la réalisation de travaux originaux sur la vallée de l'Oise, dont une série de documents cartographiques analytiques intégrant des données historiques. Ses apports sont multiples et intéressent différents acteurs du territoire.

14En matière d’aménagement, par exemple, elle fournit de nouveaux éléments sur la nature du sous-sol de la plaine alluviale ou les zones de crues potentielles, avec un bon niveau de précision.

15Pour les archéologues, son intérêt réside dans une meilleure connaissance du contexte chrono-sédimentaire des découvertes qui favorise une meilleure compréhension des sites et des peuplements. Elle conduit également à des prévisions mieux documentées dans le cadre de l’archéologie préventive. Ses résultats ont été pris en compte dans l’étude d’impact archéologique menée sur l’ensemble du cours de l’Oise jusqu'à sa confluence avec la Seine, dans le cadre d’un projet de mise au gabarit de la rivière (Bostyn (dir.) 1999).

16Les données et la cartographie ont été informatisées et progressivement intégrées au système d’information géographique (SIG), ce qui en a facilité l’interprétation puis l’utilisation. Elles sont aujourd’hui accessibles aux personnes effectuant des recherches sur l’archéologie du territoire ou en charge du traitement des dossiers d'aménagement.

17Le travail mené par V. Krier peut être développé. Une analyse de la répartition géographique des unités morphologiques en lien avec les nappes alluviales et les sites archéologiques connus, permettrait notamment de retracer l’évolution du fond de vallée de l’Oise et d’estimer la nature du potentiel de découvertes (type de site, âge des vestiges...). Ce type d'approche a déjà été appliqué au nord du département, dans le secteur de Champagne-sur-Oise et de Mours, aboutissant à une cartographie des potentialités (Fig. 9). Cette expérience mériterait d'être élargie à l'ensemble du fond de vallée.

Fig 9 Les potentialités archéologiques dans la plaine d’inondation de l’Oise de Persan à Champagne-sur-Oise.

Fig 9 Les potentialités archéologiques dans la plaine d’inondation de l’Oise de Persan à Champagne-sur-Oise.

18Enfin, ce type d'étude pourrait être étendu à d’autres espaces du département, dans le cadre d'un zonage archéologique ou de projets spécifiques d’aménagement du territoire.

19Ce rapport est consultable au centre de documentation du SDAVO. Sa mise à disposition en version numérique est à l’étude.

Haut de page

Bibliographie

Bostyne 1999
Bostyne F. (dir.) - Projet d'aménagement Oise aval : étude documentaire du potentiel archéologique. Service régional de Picardie, Service régional de l'archéologie d'Île‑de‑France, Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, 5 vol.

Costa 2000
Costa L. - La carte en archéologie. Représentation et élaboration cartographique en archéologie. L'expérience du service départemental d'archéologie du Val‑d'Oise, Mémoire de maîtrise en archéologie, Paris, Université de Paris X-Nanterre.

Costa 2002
Costa L. - SIG et archéologues. Introduction aux pratiques géomatiques dans les organisations en archéologie, Mémoire de DEA en archéologie. Paris, Université de Paris X‑Nanterre.

Krier 1996
Krier V. - Prévision et recherche en archéologie : l’approche géomorphologique, CG95/SDAVO, AFAN.

Krier 2004
Krier V. - La plaine alluviale de l’Oise : milieu et système fluvial ; stratigraphie des formations alluviales et archéologie, Conseil général du Val d'Oise et INRAP, 2 vol.

Krier et al. 1996
Krier V., Sumera F. et Wabont M. - Carte archéologique et/ou géographie de l’archéologie, Actes du Colloque de Périgueux 1995, Supplément à la revue d’Archéométrie : 217-222.

Lebret et Halbout 1991
Lebret P. et Halbout H. - Le Quaternaire dans le Val‑d’Oise. Centre de géomorphologie du CNRS et Service départemental d’archéologie du Val‑d’Oise, Bull. du Centre de géomorphologie de Caen, n°39-40.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Localisation de la zone d’étude (département du Val d’Oise), d’après Krier 2004.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/537/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 2 Profil transversal de la vallée de l’Oise entre Bruyères-sur-Oise et Boran-sur-Oise (d’après : Krier 2004).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/537/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 3 Les limites de retour de crues de l’Oise (d’après Krier 2004).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/537/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 4 Les unités morphologiques de la vallée de l’Oise (d’après Krier 2004).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/537/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig 5 Les zones potentielles d’occupations anciennes (d’après Krier 2004).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/537/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig 6 Les zones possibles de franchissement de l’Oise (d’après Krier 2004).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/537/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig 7 Les zones potentielles de conservation des vestiges paléoenvironnementaux (d’après Krier 2004).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/537/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig 8 Les zones de sensibilité archéologique dans le lit mineur de l’Oise (d’après Krier 2004).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/537/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig 9 Les potentialités archéologiques dans la plaine d’inondation de l’Oise de Persan à Champagne-sur-Oise.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/537/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Rodriguez et Mélanie Foucault, « La plaine alluviale de l’Oise : milieu et système fluvial ; stratigraphie des formations alluviales et archéologie », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 44 | 2005, mis en ligne le 01 décembre 2006, consulté le 27 mars 2017. URL : http://racf.revues.org/537

Haut de page

Auteurs

Patrice Rodriguez

Service départemental d’archéologie, Conseil général du Val d’Oise

Mélanie Foucault

Service départemental d’archéologie, Conseil général du Val d’Oise

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page