Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude
Notes et documents

Note sur l’atelier monétaire de Chinon du VIIe au Xe siècle

Note on the mint in Chinon from the 7th to the 10th Century
Françoise Dumas-Dubourg

Texte intégral

1Chinon entre dans l’histoire de la monnaie médiévale non par une émission monétaire particulière mais par le biais d’un trésor de 81 sous d’or enfoui au VIe siècle, vers 520, composé pour l’essentiel d’imitations de monnaies impériales par divers peuples barbares : ostrogoths, burgondes et francs (Robert 1882).

2C’est bien plus tard que des monnaies portent le nom de Chinon : une monnaie mérovingienne d’or : un tiers de sou du VIIe siècle et deux deniers d’argent du VIIIe siècle. Le tiers de sou ou tremissis est daté par J. Lafaurie de 620‑640 : il porte le nom du monétaire Cicoaldus et le nom de Chinon sous la forme CAINONE CAS (B.N.F., Prou 1892 : n° 373). L’un des deux deniers faisait partie d’un trésor de monnaies d’argent enfoui à Savonnières (Indre-et-Loire) dans le second quart du VIIIe siècle (Lafaurie 1963 : n°31) ; l’autre a été trouvé dans la fouille de Saint‑Mexme et d’abord étudié par Jacqueline Pilet‑Lemière (Fehrnbach, Lorans 1990 : 12‑13 ; Lafaurie, Pilet‑Lemière 2003 : n°37.72.3). Le premier denier, disparu, semble bien faire allusion à un castrum : CAINO CA. Quant au second, Ph. Schiesser et Ch. Theureau l’attribuent à Tours mais il est difficile d’être affirmatif car cette pièce ne porte qu’un fragment de légende, comme les autres exemplaires connus de la même famille typologique (schiesser, theureau 2004 ; estiot 2006). Quoi qu’il en soit, aux VIIe et VIIIe siècles, le statut de castrum était attribué à Chinon si l’on croit certaines monnaies.

3Sous le coup des réformes unificatrices de Pépin le Bref et de ses successeurs, la frappe monétaire semble avoir disparu jusqu’à la fin du IXe siècle.

4Sous Charles le Simple (893‑923), si l’on se fie au témoignage de trois trésors à Mouchy-au-Bois dans le Pas-de-Calais, à Coudres et à Évreux dans l’Eure (qui ne forment peut-être qu’un seul trésor) (Duplessy 1985 : 217, 111, 115), le monnayage reprit sous une forme un peu éloignée de celle qui avait été imposée à l’ensemble de son royaume par Charles le Chauve en 864. Autour du monogramme du roi Charles, CAINONI CASTRO remplace la légende GRACIA DEI REX ; le nom de la cité de Tours apparaît au revers autour de la croix. Le nom de castrum de Chinon est un trait permanent du monnayage de Chinon au Xe siècle, d’abord accompagné du nom de Tours sur des monnaies anonymes, ornées au droit d’une tête diadémée de profil à droite, puis seul sous les règnes des Carolingiens Louis IV et Lothaire (936‑954‑986) ; la titulature royale reprend alors sa place autour d’une tête de profil, couronnée. La tête est tournée à droite sous Louis IV, à gauche sous Lothaire (Dumas, La Perrière 1977), à gauche encore sur des monnaies portant le nom de Louis déformé qui pourraient dater soit de la fin du règne de Louis IV ou du début du règne de Lothaire selon M. Dhénin, soit du court règne de Louis V (986-987) ou même de l’extrême fin du Xe siècle (un exemplaire présente une tête à droite ; il était reproduit dans le catalogue de la vente Trampitsch, Paris, 1988, n°503). Chinon est l’un des rares ateliers du royaume qui monnaient au nom du souverain régnant : on en compte douze pour Louis IV et seize pour Lothaire. Y a-t-il eu, petit à petit au cours du Xe siècle, affirmation puis indépendance du castrum de Chinon par rapport au chef-lieu de cité qu’était Tours ? En réalité, Chinon dépend de Thibaud dit le Tricheur même si, nominalement, Hugues Capet est comte de Tours jusqu’en 973 au moins. Thibaud a construit ou renforcé les châteaux de Chartres, de Châteaudun, de Blois et de Chinon. Son fils Eudes (v. 974-996) hérite et du comté de Blois et de celui de Tours, avec, entre autres, Chinon. Ces monnaies frappées au Xe siècle pour le castrum de Chinon sont derrière leur aspect carolingien plus baronniales que royales.

5Quel rôle ont-elles joué ? Sans être bien important, il n’est pas entièrement négligeable. Les plus anciennes, au monogramme carolin, ont fait partie, en nombre, de trésors enfouis au nord de la Loire et de la Seine comme nous l’avons mentionné plus haut : on en a même trouvé au Danemark à Jynevad, province de Jylling (morrison, grunthal 1967 : 407, n°248). Les monnaies anonymes à la tête se rencontrent parfois hors contexte. Les monnaies au nom de Louis IV apparaissent dans les deux grands trésors du Xe siècle découvert ces dernières années, celui de Fécamp (Dumas-Dubourg 1971 : n° 192-195) et celui dit du Loiret (duplessy 1985 : n° 404, inventaire incomplet).

6Les découvertes de monnaies isolées, principalement les deniers et oboles au nom de Louis IV à légendes correctes ou déformées, montrent une certaine dispersion dans l’ouest du royaume. C’est ainsi qu’à Rigny (Indre-et-Loire) un denier de Louis IV, deux oboles (plus tardives ?) et une fausse monnaie (fourrée ?) ont été trouvés en divers endroits de la fouille, seuls témoignages avec un denier de Melle de la monnaie du Xe siècle (zadora-rio, galinié 1995 : 228, n° 1, 2, 27, 28 et 29). La motte de la Chapelle à Doué-la-Fontaine a elle aussi gardé trace d’une obole de Chinon (Boüard 1973-1974 : 52, fig. 31-C et 66-67) à côté de trois deniers de Melle des Xe et XIe siècle et d’un denier d’Angers. À Poitiers, sur le site du couvent des Cordeliers, un denier et une obole de Louis IV ont été identifiés par Michel Dhénin qui a rappelé une trouvaille d’obole à Airvault (Deux‑Sèvres) au XIXe siècle (Dhenin 1999). Ces quelques exemples indiquent donc une activité non négligeable de l’atelier de Chinon pendant une partie du Xe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Boüard 1973-1974 
Boüard M. (de) - De l'aula au donjon : les fouilles de la motte de La Chapelle à Doué-la-Fontaine, Archéologie Médiévale, 3-4 : 5-110.

Dhenin 1999
Dhénin M. - L’obole de Chinon de Louis IV, 936-954, Bull. de la Soc. fr. de Numismatique, 54 : 181-182.

Dumas-Dubourg 1971
Dumas-Dubourg F. - Le trésor de Fécamp et le monnayage en Francie occidentale pendant la seconde moitié du Xe siècle, Paris.

Dumas, La Perrière 1977
Dumas F., La Perrière P. de - Un denier inédit du roi Lothaire pour Chinon, Revue Numismatique : 152-161.

Duplessy 1985
Duplessy J. - Les trésors monétaires médiévaux et modernes découverts en France, I, 751-1223, Paris, Bibliothèque Nationale.

Estiot 2006
Estiot S. - Une deuxième trouvaille monétaire mérovingienne sur le site de Roquebrune-sur-Argens (Var) : un denier de Tours (?) du milieu du VIIIe siècle, Bull. de la Soc. fr. de Numismatique.

Fehrnbach, Lorans 1990
Fehrnbach X., Lorans É. (dir.), La collégiale Saint-Mexme de Chinon, Histoire, Architecture, Archéologie, catalogue de l'exposition présentée à Chinon du 15 août au 31 octobre 1990, Ministère de la Culture et de la Communication, Syndicat intercommunal du Val de Vienne, La Simarre, Joué-lès-Tours.

Lafaurie 1963
Lafaurie J. - Trésor de deniers mérovingiens trouvé à Savonnières (Indre-et-Loire), Revue Numismatique : 64-81.

Lafaurie, Pilet-Lemière 2003
Lafaurie J., Pilet-Lemière J. - Monnaies du haut Moyen Âge découvertes en France (Ve-VIIIe siècle), Paris, CNRS (Cahiers Ernest Babelon, 8).

Morrison, Grunthal 1967
Morrison K., Grunthal H. - Carolingian Coinage, New York.

Prou 1892
Prou M. - Les monnaies mérovingiennes, Catalogue des monnaies françaises de la Bibliothèque nationale, Paris.

Robert 1882
Robert Ch. - Trésor de Chinon, Ann. Soc. fr. Num., 6 : 164-178.

Schiesser, Theureau 2004
Schiesser Ph., Theureau Ch., Tours, nouvel atelier identifié pour les deniers mérovingiens au pentalpha, Cahiers Numismatiques, n° 159, mars 2004 : 47-50.

Zadora-Rio, Galinié 1995
Zadora-Rio É., Galinié H. et al. - La fouille de l’ancien centre paroissial de Rigny (commune de Rigny-Ussé, Indre-et-Loire) – Deuxième rapport préliminaire (1992-1994), Revue archéologique du Centre de la France, 34 : 195-249.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Dumas-Dubourg, « Note sur l’atelier monétaire de Chinon du VIIe au Xe siècle », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 44 | 2005, mis en ligne le 01 décembre 2006, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://racf.revues.org/535

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page