Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude
Notes et documents

Note sur les trouvailles monétaires de “ Beaumanoir ”1

Note on the discovery of coins at “Beaumanoir”
Brigitte Fischer

Texte intégral

  • 1  C’est sur une suggestion d’O. Büchsenschütz et grâce à la documentation fournie par E. Lorans que (...)
  • 2  J.-P. Blanchet, inventaire de la trouvaille faite vers 1950 en limite de Fondettes et de St-Cyr-su (...)

1Un ensemble d’objets antiques a été récemment publié dans le Bulletin de la Société Archéologique de Touraine2. La trouvaille, réalisée vers 1950, se composait de 53 monnaies gauloises, d’une vingtaine de boucles et anneaux en bronze, de 186 petits disques en alliage de plomb et d’un petit couteau ou grattoir (?) en bronze. Sa taille réduite (47 mm) évoque un objet votif plutôt qu’utilitaire. Certains disques en alliage de plomb, qui sont percés en leur centre, présentent des formes très variées. Certains portent des stries obliques ou verticales. Le diamètre très réduit du trou central semble exclure une utilisation comme peson de métier à tisser ou fusaïole. D’autres disques perforés sont ornés de picots triangulaires. Ils ont été coulés en grandes séries dans des moules et ont pu être placés sur des fuseaux. L’auteur suggère la possibilité d’un double rôle : utilitaire et protecteur.

2Ils auraient été utilisés comme amulette, en particulier pour favoriser le passage des gués. J.-P. Blanchet cite de nombreuses trouvailles dans les cours d’eau, les plus étonnantes étant celle d’Orléans, dans la Loire, vers 1900 : les dragages ont permis de recueillir plus de 2000 objets de ce type et celle de Toulouse, au gué du Ramier de Bazacle, où plusieurs milliers d’exemplaires ont été extraits de la Garonne. Il faut rappeler que les sanctuaires en ont également livré de grandes quantités, ce qui confirme leur caractère votif. Des roues à rayons en bronze faisaient également partie de ce lot, l’auteur les considère comme des amulettes.

3L’inventaire des monnaies est malheureusement sommaire. Trente-trois pièces des Turons sont citées ; 15 exemplaires photographiés (dont deux sont coupés en deux) sont des potins “ à la tête diabolique ”. Les autres espèces ne sont pas illustrées. J.-P. Blanchet énumère également quelques pièces “ étrangères à la région ” : “ une des Carnutes, une des Mandubii, une des Meldi, une des Rutènes, deux des Suessions, une des Véliocasses et une de Massalia. ” Il précise que douze monnaies n’ont pu être identifiées.

4Par sa composition, cet ensemble évoque le trésor dit “ de Fondettes ”, mis au jour à la même époque(12 mars  1956) et sur le même site de Beaumanoir. L’inventeur de la trouvaille récemment publiée par J.-P. Blanchet n’a pas révélé le lieu exact de la découverte, mais le dépôt de Fondettes a été parfaitement localisé sur la pente ouest de l’oppidum de Montboyau, au confluent de la Choisille et de la Loire, sur la rive droite du fleuve. Des travaux de terrassement ont permis de mettre au jour un vase brisé, qui renfermait 904 monnaies gauloises, des objets en bronze, parmi lesquels figuraient une fibule, des fragments de céramique, des os d’animaux et des cendres. Les pièces étaient toutes en bronze : 113 exemplaires étaient frappés, 791 coulés.

  • 3  A. Philippon, la trouvaille de Fondettes, Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 31, 19 (...)

5A. Philippon, qui a publié cet ensemble deux ans après sa découverte3, a indiqué que les potins “ à la tête diabolique ” des Turons constituaient 87,5% du lot. Les peuples les mieux représentés ensuite sont les Bituriges et les Carnutes. Ce trésor mérite assurément une nouvelle étude à la lumière des connaissances actuelles. En un demi-siècle, la numismatique gauloise a beaucoup progressé, en particulier grâce aux travaux de J.‑B. Colbert de Beaulieu. Certaines pièces considérées à l’époque comme inédites ou non attribuables peuvent être identifiées maintenant. Par ailleurs, des attributions anciennes doivent être corrigées, un seul exemple le prouve : les bronzes portant les légendes VANDIILOS et CALIAGIIIS sont donnés aux Bellovaques. Le fait était admis par de nombreux numismates à cette époque, nous savons maintenant que les Bituriges sont en réalité les émetteurs de ces séries.

6Le dépôt publié par J.-P. Blanchet a été acquis “ dans les années 2000 ” par la Société archéologique de Touraine. Une étude détaillée des 257 objets composant la trouvaille s’impose. Il serait important de connaître le lieu exact de découverte, peut-être est-ce le même que celui du trésor de Fondettes ? Des vestiges archéologiques ont-ils été repérés ? Autant de questions dont les réponses permettraient d’enrichir sérieusement nos connaissances sur l’histoire de la région et les relations avec les peuples voisins.

Haut de page

Notes

1  C’est sur une suggestion d’O. Büchsenschütz et grâce à la documentation fournie par E. Lorans que nous avons rédigé cette note : que tous deux en soient ici remerciés.

2  J.-P. Blanchet, inventaire de la trouvaille faite vers 1950 en limite de Fondettes et de St-Cyr-sur-Loire. (“ Beaumanoir ” ou vallée de la Choisille), Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 50, 2004 : 31-37.

3  A. Philippon, la trouvaille de Fondettes, Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 31, 1958 : 473-483.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Fischer, « Note sur les trouvailles monétaires de “ Beaumanoir ” », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 44 | 2005, mis en ligne le 01 décembre 2006, consulté le 29 mai 2016. URL : http://racf.revues.org/534

Haut de page

Auteur

Brigitte Fischer

Chargée de recherches au CNRS. EPHE. Centre d’Études Celtiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page