Navigation – Plan du site

Éditorial

Olivier Buchsenschutz
p. 3-4

Texte intégral

1Le numéro 43 de la revue est le dernier qui sera imprimé et diffusé sur papier. Le comité de rédaction a en effet pris, après de longues discussions, la décision de modifier profondément la structure éditoriale, en adoptant le support électronique, pour un certain nombre de raisons, les unes conjoncturelles, les autres plus profondes.

2La revue est depuis plusieurs années diffusée essentiellement auprès des bibliothèques, ce qui montre que désormais son rôle de revue scientifique professionnelle l’emporte sur son caractère culturel. Les jeunes générations, les étudiants comme le public cultivé, s’abonnent désormais de préférence à des revues départementales ou régionales qui ont un profil à la fois plus large, et moins soumis aux règles des publications scientifiques que le nôtre.

3Nous appartenons au groupe des revues interrégionales d’archéologie, clairement reconnu par le Ministère de la Culture, qui couvrent le territoire national, et qui répondent aux normes internationales scientifiques des revues dites “ de rang A ”. Le CNRS, à la suite d’une enquête qu’il a réalisée en 2004, a classé notre revue avec les autres revues interrégionales dans le groupe de celles qu’il soutiendrait toujours pour une édition électronique, mais plus pour une édition sur papier.

4Sans entrer dans le détail, la situation administrative est de plus en plus confuse, le Ministère de la Culture a exigé que sa subvention pour la Revue soit versée… à une UMR du CNRS ; nous ne savons pas comment le CNRS va affecter sa subvention à l’édition électronique ; le Service Régional d’Archéologie d’Île-de France n’a toujours pas admis son rattachement à notre revue, etc. Dans ces conditions le budget propre de la revue n’est plus suffisant pour équilibrer ses comptes, et nous devons inventer une solution qui dépasse les contradictions de nos autorités de tutelle.

5Intellectuellement, le fait de pouvoir publier des articles avec toutes les possibilités du support électronique (couleur, Système d’Information Géographie, interactivité) a soulevé un grand enthousiasme au sein du comité de rédaction. Le nouveau support permet en effet d’offrir au lecteur de nombreuses possibilités nouvelles, image en couleur, documents animés, interrogations dans le texte etc. La rénovation de notre mode de communication a donc pesé aussi dans la décision d’adopter ce nouveau support. Il ne s’agit en aucun cas d’abandonner la rigueur du comité de lecture, et de transformer les articles dont vous avez l’habitude en informations brutes, bien au contraire. La revue sera consacrée aux articles présentant des découvertes récentes ou en cours, et des idées nouvelles ; les suppléments, qui resteront eux sur papier, deviendront le support des publications de fond, appuyées sur un corpus de données. La publication des nouvelles données de terrain doit être pérennisée sur un support papier, la durée de vie des textes en ligne étant à ce jour mal évaluée.

6Pour assurer la liaison avec les numéros précédents, et aussi pour mettre à jour les supports électroniques, nous allons numériser tous les anciens numéros sur CD Rom, et nous ajouterons chaque année à cette compilation le dernier numéro paru. De cette façon nous pourrons résoudre le problème du vieillissement des CD.

7Nous sommes bien conscients que ce changement de support, et cette redistribution entre la revue et ses suppléments, changent nos habitudes. Mais au-delà du fait que nous n’avons pas vraiment le choix, il faut bien considérer que cette solution apporte un certain nombre d’avantages. Le comité de lecture continuera son travail d’éditeur avec le sérieux que mérite la qualité des articles qui lui seront adressés ; non seulement la mise en page des textes et la qualité des planches seront conservées, mais nous pourrons inclure des documents dynamiques ou interactifs, des possibilités de recherche par mots-clés.

8Les détails de la distribution et de la consultation des prochains numéros vous sera précisé ultérieurement, mais le comité de rédaction a déjà décidé que la consultation sur internet serait gratuite. Le site sera installé sur le serveur de l’université de Tours, mais grâce à des liens les lecteurs pourront en trouver le signalement sur d’autres sites. Nous ferons en sorte que les moteurs de recherche comme Google ou Copernic puissent interroger notre base au niveau des titres et des mots-clés. Si un lecteur souhaite une copie papier d’un article, il peut comme auparavant s’adresser à l’INIST. Si des abonnés, notamment des bibliothèques, souhaitent une version papier de tout le numéro, nous étudions actuellement la possibilité de faire des tirages à la demande.

9Les articles, les chroniques, les comptes-rendus de ce volume sont encore à notre rendez-vous annuel. Votre fidélité et nos efforts communs nous permettent de toujours remplir nos objectifs éditoriaux, et c’est bien là l’essentiel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Buchsenschutz, « Éditorial », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 43 | 2004, mis en ligne le 01 mai 2006, consulté le 19 août 2017. URL : http://racf.revues.org/51

Haut de page

Auteur

Olivier Buchsenschutz

Président de la FÉRACF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page