Navigation – Plan du site
Comptes rendus

P. Aupert, R. Monturet, Saint-Bertrand-de-Comminges, II. Les Thermes du Forum

Études d’Archéologie Urbaine, Aquitania, 2001, 333 p., ill. et un cahier comportant toutes les planches graphiques, ISSN : 2295-7989 (avec la collaboration de Christine Dieulafait et les contributions de Frédéric Berthault, Jean-Pierre Bost, Patrick Perez et Dominique Tardy, préfacé par Jack Lang)
Olivier Blin
p. 299-300

Texte intégral

1Cet ouvrage livre à la communauté scientifique une présentation exhaustive doublée d’une synthèse raisonnée de l’ensemble des données archéologiques disponibles sur l’un des édifices majeurs de Lugdunum Convenarum, les thermes du forum. Cinq chapitres détaillent les différents états et sous-états identifiés (chapitres I à V), que clôt une conclusion qui met en perspective le site stricto sensu avec le contexte plus général de la ville et son contexte territorial et son évolution. Une série d’annexes (annexes 1 à 7) alimente les différents aspects de la documentation (annexes 5 à 7 sur la localisation des salles, des murs et des sondages) et s’attache aux études thématiques des mobiliers (annexes 3 et 4 sur le matériel archéologique et les amphores) ou à la présentation et l’analyse des sources archéologiques anciennes (annexes1 et 2 sur les sondages et les unités stratigraphiques).

2Comme le signale Pierre Aupert en avant-propos,  la tâche fut, sans nul doute, ardue. En effet, cet ensemble fut fouillé dans sa quasi-totalité au début du XXe siècle (essentiellement par B. Sapène, de 1922 à 1938), à une période où l’exigence de l’enregistrement (sous toutes ses formes) était loin d’être de mise. Les “ dégagements ” opérés ne se sont pas appuyés sur une recherche de compréhension stratigraphique et ont entraîné un décaissement préjudiciable de certaines parties (cour et salles périphériques), causant des pertes irrémédiables, en particulier pour la connaissance des séquences des états les plus récents de la construction.

3Les mêmes carences concernent les découvertes de mobilier, lesquels sont le plus souvent sans rattachement direct et qui, pour une part, ne sont même pas mentionnés dans les réserves comme provenant du site.

4D’emblée, il faut donc saluer ici le travail réalisé, œuvre véritablement “ archéologique ”, autant du point de vue de la relecture des sources documentaires et des vestiges des architectures, que par l’apport de nouvelles données grâce à la reprise des fouilles sur cet édifice exemplaire et complexe.

5Après une courte introduction (P. Aupert) qui présente une chronologie des fouilles anciennes et les arguments permettant d’identifier a priori trois états à l’édifice (et non deux comme il était admis jusqu’alors), dont les datations ont pu être établies par la reprise et l’analyse de lambeaux de stratigraphies, le premier chapitre (P. Aupert et C. Dieulafait) s’attache à la “ stratigraphie et à l’histoire détaillée du site ” (en treize niveaux jusqu’à la période contemporaine) apportée par les sondages et les fouilles récentes.

6On retiendra la mise en évidence d’une voirie augustéenne précoce, antérieure à la vocation monumentale du secteur, en corrélation avec la topographie du lieu (légère déclivité du sol vierge vers le nord-ouest qui dictera d’ailleurs, par la suite, l’organisation du réseau d’égout durant toute l’occupation du quartier). Un premier état des thermes est attesté, sous Auguste, dans l’espace délimité par cette première trame urbaine, dont l’existence même (Decumanus D4.2) obligerait désormais à placer la construction de l’édifice thermal avant même celle du temple, contrairement à ce qui était admis jusqu’alors.

7Les règnes de Tibère puis de ceux de Claude-Néron se caractérisent par des transformations urbaines marquantes, à la fois dans le réseau des voies (déplacement et restructuration), du point de vue édilitaire à l’échelle du quartier (édifice circulaire puis monument rectangulaire à l’est des thermes) et dans les thermes eux-mêmes, d’abord modifiés sous le premier empereur, puis reconstruits (état II) sous les deux suivants.

8La fin du premier siècle voit la destruction puis la reconstruction des thermes, qui deviennent mitoyens avec le temple, en en respectant l’orientation. Ce troisième état perdure jusqu’au IIIe s. qui voit encore quelques transformations ponctuelles et sera définitivement détruit au plus tôt vers 378. Le dernier état proposé pour l’Antiquité tardive (Pl. XXXIII du cahier graphique) se caractérise surtout par la présence de tombes, dont on notera la disposition qui respecte scrupuleusement les tracés des murs du bâtiment. On peut poser, de ce fait, la question de l’existence à cette époque d’un nombre plus important de murs encore visibles, ou du moins encore marqués dans le paysage urbain, que ceux directement identifiés et proposés sur le document.

9Les chapitres suivants, II à IV (P. Aupert et R. Monturet), sont consacrés à l’analyse archéologique et architecturale détaillée de chacun des différents états du Haut-Empire, précédemment cités. Les données issues des fouilles anciennes sont mises à contribution dans une approche qui associe à la fois la reprise des éléments conservés in situ, les compléments ou les nouveautés apportés par les fouilles récentes couplées à l’analyse des sondages anciens, et les éléments de chronologie. L’ensemble permet des propositions ou des hypothèses novatrices : on peut ainsi citer la question déjà évoquée de l’antériorité des thermes sur le temple, les problèmes liés à leur alimentation en eau ou l’identification des espaces de l’édifice à ses différentes étapes, sachant qu’une partie importante des niveaux ont été éradiqués par les interventions anciennes. La documentation graphique, de grande qualité, permet tout autant de suivre précisément l’évolution du complexe thermal que de le replacer plus globalement dans la dynamique urbaine qui s’inscrit en contrepoint.

10L’étude des pièces d’architecture (le plus souvent très fragmentaires), blocs provenant des fouilles anciennes – avec les difficultés d’attribution qui en découlent – et des explorations récentes, offre la possibilité de proposer une restitution partielle de l’architecture de l’édifice, en particulier du troisième état. L’indigence des informations disponibles est très largement compensée par une analyse fine des blocs et de leurs associations, ce qui permet des hypothèses vraisemblables, en référence à l’architecture classique du même ordre, tout en affirmant un réalisme en accord avec les vestiges retrouvés et les témoins lapidaires. L’ensemble de l’édifice semble dénoter une qualité certaine, tant dans les registres structurels que décoratifs, qu’il s’agisse des revêtements de sols ou de murs, placages, mosaïques, des décors sculptés en relief ou même du mobilier.

11Sur la base d’une proposition d’organisation, de fonctionnement et d’identification des espaces du bâtiment, P. Aupert, souligne tout particulièrement l’originalité architecturale des thermes de Saint-Bertrand-de-Comminges, qui semblent occuper une place à part dans la typologie, en particulier par la coexistence palestre / natatio, même si le plan d’ensemble, axial, s’inscrit dans un schéma attesté. La proximité avec le Forum et le sanctuaire voisin, en fait éventuellement un élément fonctionnel complémentaire de l’ensemble cultuel.

12Les phases postérieures (P. Aupert), à partir d’Antonin-Le-Pieux jusqu’à l’abandon du site, font l’objet du dernier chapitre (chapitre V). L’édifice est affecté par diverses transformations en termes d’espaces, de systèmes techniques (foyers) ou d’accès, souvent ponctuelles et qui ne remettent pas radicalement en cause son organisation générale. Il faut en revanche noter les réfections du IVe s., reconstructions, adjonctions de bassins, extensions en façade nord, qui témoignent de l’actualité du bâtiment à cette période. Son abandon est à placer, au plus tôt, à la fin du IVe s. si l’on en croit les données monétaires et sa probable mise en carrière et exploitation dans le courant du Ve s., comme l’atteste la découverte d’un four à chaux de cette période. Toutefois, le site est loin d’être abandonné comme le signale la construction de thermes modestes dans les portiques du temple, la découverte de mobilier mérovingien et d’inhumations médiévales. L’existence d’un lieu de culte installé dans les ruines de l’édifice est d’ailleurs une hypothèse plausible qui permettrait d’expliquer la conservation d’une partie des murs de l’édifice et la présence des sépultures en cohérence avec eux.

13Au-delà de la stricte monographie, apport fondamental à la connaissance de ce type d’édifice pour lequel les publications sont rares, c’est la mise en relation avec la ville et son histoire qui transparaît. En particulier l’articulation des premiers ensembles monumentaux sur les axes des voies principales puis leur évolution, dont les mécanismes de transformation semblent se jouer, au moins durant le Ier siècle, de la trame urbaine. C’est le sanctuaire impérial qui dictera, finalement, l’organisation du cœur monumental de la cité. La reconstruction complète des thermes, sans doute sous Domitien (suite à un probable incendie), vient concrétiser définitivement la primauté de cette orientation.

14Parmi les points notables apportés tant par les fouilles anciennes, réalisées avec un manque certain de rigueur lié à l’époque (mais compensé ponctuellement par l’exploitation des documents parvenus jusqu’à nous comme les photographies, dont certaines sont présentées en illustration), que par les découvertes récentes, on retiendra particulièrement la reconnaissance de niveaux tardifs, sans doute d’une occupation quasi ininterrompue du site jusqu’à l’époque médiévale. Certes, la structure urbaine et monumentale héritée du Haut-Empire ne répond plus aux mêmes fonctions, mais, comme l’indique P. Aupert en conclusion, on constate encore au Ve s., période d’édification du rempart de la “ ville haute ”, la construction de grandes demeures luxueuses comportant des installations thermales privées dans la “ ville basse ”. Changement de civilisation et désaffection, plus que désertion, ont sans doute signé l’abandon des Thermes du Forum, dont les derniers vestiges seront peut-être convertis en chapelle dès le VIe s.

15Il faut reconnaître ici l’importance d’une telle publication, non seulement pour la connaissance de l’histoire de Lugdunum Convenarum, mais plus généralement pour celle des thermes antiques de la Gaule romaine.

16C’est un travail qui a aussi valeur d’exemple puisqu’il démontre que l’exploitation de données anciennes, souvent considérées comme peu fiables ou difficilement récupérables, est possible, à la fois comme source intrinsèque d’information mais aussi comme contrepoint indispensable à la reprise des fouilles anciennes et pour éclairer de nouvelles explorations. Il faut y associer les études menées pour la restitution de l’édifice, qui s’attachent à prendre en compte le maximum d’éléments architecturaux (presque tous issus des fouilles anciennes et diversement retrouvés sur le site), et qui, à ce titre, sont plus qu’illustratives. On mentionnera ici, les reconstitutions en images de synthèse (étude de l’École d’Architecture de Toulouse) qui complètent l’ouvrage ainsi qu’une proposition de reconstitution informatisée par Éric Follain. On se permettra de regretter l’absence de prise en compte, dans ces vues, des conduits d’évacuation de chaleur, de possibles cheminées, qui se devaient, par nécessité, d’exister au niveau des couvertures (mais cette absence est une constante dans les propositions de reconstitution de thermes !).

17Pierre Aupert, Raymond Monturet et leurs collaborateurs signent un ouvrage de référence, essentiel et désormais incontournable pour tout chercheur en archéologie de la Gaule romaine et plus généralement en archéologie urbaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Blin, « P. Aupert, R. Monturet, Saint-Bertrand-de-Comminges, II. Les Thermes du Forum », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 43 | 2004, mis en ligne le 01 mai 2006, consulté le 30 mai 2017. URL : http://racf.revues.org/298

Haut de page

Auteur

Olivier Blin

INRAP Centre-Île-de-France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page