Navigation – Plan du site
Comptes rendus

J.-F. Piningre, V. Ganard, avec la collaboration de Ph. Barral, É. Boës, Les Nécropoles protohistoriques des Moidons et le site princier du camp du Château à Salins (Jura)

Paris, CTHS, 2004, 430 p., 134 fig. (Documents préhistoriques, 17)
Luc Baray
p. 292-295

Texte intégral

1Les fouilles réalisées dans la seconde moitié du XIXe s. sur le plateau d'Amancey (Jura), par différents amateurs locaux (É. Toubin, L. Clos, J. de Morgan, É. Boilley…), malgré leur importance tant pour la détermination des occupations des âges du Bronze ou du Fer dans l'est de la France que dans l'élaboration de chronologies régionales, ne sont connues que par quelques comptes rendus succincts où “ les auteurs s'attachent davantage à la description des objets […] qu'à l'analyse des ensembles, des sépultures et de leur organisation ” (p. 14).

2Bien que s'inscrivant en totale rupture avec celles de ses prédécesseurs, les méthodes de fouilles utilisées et d'étude des tumulus réalisées par M. Piroutet, entre 1898 et 1931, n'aboutiront pas nécessairement à une meilleure connaissance de ces gisements en raison de la rareté des publications que ce dernier leur aura consacré (p. 15-16). Dans les faits, les publications de M. Piroutet ne portent pour l'essentiel que sur quelques ensembles de l'âge du Bronze et du premier âge du Fer ; aucune synthèse ne sera publiée. Au terme de ses 35 années de fouilles (cf. la liste des publications données dans l'ouvrage), M. Piroutet ne nous aura laissé qu'une vue partielle des découvertes réalisées et de leur importance.

3À la fin des années 50 et au début des années 60, d’autres études ont participé à leur manière à la diffusion des travaux de M. Piroutet, ceux de R. Joffroy (1957) sur le tumulus de “ Champ-Peupin ” et sa tombe à char, et ceux de J.-P. Millotte dans sa vaste synthèse de 1963. Malgré cela, on ne disposait toujours pas d'une vision globale, à la fois analytique et synthétique, permettant d’apprécier toute l'importance scientifique de ces découvertes.

4C'est désormais chose faite grâce à l'étude menée sous la direction de J.-F. Piningre et de V. Ganard, avec la collaboration de Ph. Barral et d’É. Boës. Dans un souci très louable d’exhaustivité, les auteurs ont systématiquement dessiné l'ensemble du mobilier déposé en son temps par M. Piroutet au Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye. Les ossements qui avaient été déposés au Musée de Lons-le-Saulnier ont fait l'objet d'une étude détaillée de la part d'É. Boës dans le cadre d'un mémoire universitaire, avant d'être reprise dans le cadre de cette publication. J.-F. Piningre et V. Ganard ont également tenté de retrouver, grâce à des prospections au sol systématiques entreprises depuis 1991, l'ensemble des 90 tertres qui constituent ce vaste champ funéraire. Des fouilles de contrôle, sur quatre tertres menacés de destruction par des travaux d'aménagement, ont également été réalisées en 1992 et 1993, sur les territoires des communes de Parançot (tumulus 18 et 19) et Chilly-sur-Salins (“ Lavières ”). P. Barral a, pour sa part, étudié les rares ensembles du deuxième âge du Fer et en propose une synthèse.

5L'ouvrage est divisé en huit parties d'inégale importance. Après une introduction générale présentant l'historique des recherches et l'analyse de l'implantation géographique de ce vaste complexe funéraire dans son cadre naturel (J.-F. P.), les auteurs abordent l'étude proprement dite par les recherches récentes (Première partie), puis le catalogue des tumulus et des sépultures de la forêt des Moidons (Deuxième partie), l'étude archéo-anthropologique de la collection Piroutet (Troisième partie : É. B.), les sépultures de l'âge du Bronze ancien (Quatrième partie : J.-F. P.), les sépultures de la fin de l'âge du Bronze (Cinquième partie : J.-F. P.), l'étude typo-chronologique du mobilier des sépultures des âges du Fer (VIIe-Ve s. av. J.-C.) (Sixième partie : J.-F. P., P. B.), l'étude de la structure et de l'organisation des tertres du Ha D - La Tène ancienne (Septième partie) et pour finir, celle des nécropoles des Moidons dans leur contexte du IXe au Ve s. av. J.-C. (Huitième partie : J.-F. P., P. B.) suivie d'une synthèse finale (J.-F. P.), de quatorze listes typologiques renvoyant aux cartes présentées dans l'ouvrage et d'une bibliographie de 15 p. organisées en deux parties distinctives, consacrées respectivement à l'anthropologie et à l'archéologie.

6D'emblée, on ne peut que regretter l'absence de résumés en anglais et en allemand, ce qui aurait aidé à une meilleure diffusion de l'ouvrage chez nos collègues étrangers.

7D'un point de vue global, il s'agit d'un ouvrage clair, agréable et assez facile à utiliser. L'illustration est de bonne qualité et en cela il faut remercier les auteurs de nous avoir enfin fourni des dessins d'objets de qualité, car les rares illustrations connues n'étaient le plus souvent que de méchantes reproductions. Les cartes sont nombreuses et également de bonne qualité. Les premières cartes de localisation des tumulus des Moidons sont les bienvenues. Elles permettent d'entrée de jeu de situer correctement ces ensembles dans le contexte local et régional. Les sériations et autres tableaux sont également clairs et de lecture aisée.

8Dans la première partie, J.-F. Piningre et V. Ganard présentent les résultats des fouilles réalisées sur deux tumulus fouillés, en 1992 et 1993, à Chilly-sur-Salins, “ Lavières ”, et sur deux autres tertres (tumulus 18 et 19) également fouillés les mêmes années à Parançot. La publication de ces ensembles, malgré le petit nombre de sépultures découvertes, n'en apporte pas moins leur lot de nouveauté ne serait-ce que dans le domaine de l'anthropologie funéraire, grâce à l'analyse des restes osseux humains brûlés ou entiers. Les résultats obtenus relatifs aux nombres d'individus présents dans la sépulture à crémation, le fait que les os aient été brûlés frais ou secs, les caractéristiques paléobiologiques des individus concernés, sans oublier la position du corps sur le bûcher funéraire ou sa protection, etc., ne font que confirmer tout l'intérêt des analyses archéo-anthropologiques. Celle des restes osseux brûlés de la sépulture à crémation centrale du tumulus 2 de Chilly-sur-Salins montre que l'on n'est plus simplement en présence d'une sépulture, mais d'un ensemble de données relatives à la gestuelle funéraire et à sa dimension sociologique. On en apprend tout autant sur le mort que sur les survivants qui ont procédé à ses funérailles.

9Les découvertes de Chilly attestent du recours concomitant à l'inhumation et à la crémation des corps au cours du Bronze final IIIb et du Hallstatt C, dans une région relevant indéniablement de la Culture du Jura.

10Les observations réalisées sur la structure interne de ces quatre tumulus, plus particulièrement ceux de Parançot, édifiés à l'aide de dalles et plaquettes calcaires, viennent sensiblement compléter les descriptions de M. Piroutet sur l'organisation des tertres des nécropoles de Moidons (cf. la septième partie de l’ouvrage).

11Les fouilles du tumulus 19 de Parançot indiquent à quel point ces monuments, sous des aspects apparemment simples, peuvent révéler, pour peu que l'on s'interroge sur leur mode de fonctionnement, des aspects jusqu'alors ignorés de leur mode d'édification et de fonctionnement. La succession des occupations qui s'échelonnent du Hallstatt D1 au Hallstatt D3 s'accompagne  de modifications parfois importantes de la physionomie du tertre (architecture interne notamment) et plus particulièrement de ses dimensions. Ces observations ne sont pas nouvelles (cf. l'exemple de Bressey-sur-Tille) mais elles viennent cependant entériner l'idée, si tant est qu'il faille encore insister sur ce point, que la plupart des tumulus ont connu différentes phases d'occupation et que chacune d'elle a pu entraîner des modifications plus ou moins importantes de sa physionomie. Aussi convient-il d'être particulièrement vigilant et attentif aux données de terrain quand il s'agit d’utiliser le calcul du volume des tertres, comme d'aucuns l'ont fait au cours de ces dernières années, en guise de modèle sociologique fondé sur les différences de dépense d'énergie, partant de l’idée que le volume du tertre est en rapport direct avec l’importance sociale de l’individu pour lequel il a été édifié. Il faut dénoncer cette assertion et le fait que les calculs réalisés ne tiennent aucunement compte des modifications intervenues durant tout le temps d'utilisation du monument. Dans l'ignorance dans laquelle on se trouve le plus souvent de pouvoir déterminer avec précision le volume initial du tertre ou la nature et l’importance des aménagements subis au cours du temps (au moment de l’implantation de nouvelles sépultures, notamment), on ne peut honnêtement utiliser les volumes connus au moment des fouilles pour extrapoler d'éventuelles classes volumiques et partant d'hypothétiques hiérarchies sociales à partir de ce seul critère. Rappelons que la grande majorité des tertres actuellement retenus dans ce mode de calcul, a été fouillée le plus souvent à la fin du XIXe s. ou au début du XXe s., dans des conditions et avec des méthodes peu scientifiques. Du reste, J.-F. Piningre est parfaitement conscient du problème : “ Cette approche se prête toutefois à la critique dans la mesure où nous avons souvent été contraints de prendre en compte le volume terminal du tertre, sans qu’il nous soit toujours possible, à quelques exceptions près, d’isoler d’éventuels agrandissements intervenus au cours de l’utilisation ” (p. 358).

12Dans la deuxième partie, J.-F. Piningre et V. Ganard nous livrent l'ensemble de la documentation actuellement disponible sur les tumulus des Moidons. Malgré les inévitables lacunes, dues pour l'essentiel à l'ancienneté des fouilles, et les problèmes liés à l'enregistrement de la documentation par M. Piroutet, dont les fouilles sur certains tertres se sont échelonnées sur plusieurs années, les auteurs mettent à notre disposition une masse considérable de données nouvelles que seul un patient travail de récolement entre les diverses sources disponibles a permis de réaliser. Si dans beaucoup de cas, on ne dispose plus des données concernant l'organisation des sépultures ou la composition précise des ensembles clos, le travail réalisé par les auteurs met à la disposition de la communauté scientifique une masse documentaire composée de plus de 500 objets provenant de 234 sépultures susceptibles d'alimenter de nouveaux travaux de synthèse. La perte irrémédiable de la quasi-totalité de la documentation se référant aux contextes de découverte est en partie tempérée par l'enrichissement provoqué par la mise à la disposition de tous d'une documentation parfaitement maîtrisée, et comble ainsi un vide dans nos connaissances du faciès culturel local, dans une région charnière entre différentes entités culturelles de premier plan (Bourgogne, Allemagne du Sud-Ouest, Plateau suisse, vallée du Rhône). Ce “ sauvetage ” prend ainsi toute sa valeur une fois replacé dans le contexte des découvertes plus récentes, effectuées notamment par B. Bichet et J.-P. Millotte dans les tumulus de la région de Pontarlier, ou des fouilles effectuées ces dernières années par les auteurs dans le tumulus de Courtesoult (Doubs). Grâce à ces travaux, la Franche-Comté compte désormais parmi les régions de référence pour l'avancement de nos connaissances sur le premier âge du Fer occidental.

13L'étude archéo-anthropologique (Troisième partie) des collections anciennes conservées au Musée de Lons-le-Saulnier par É. Boës, a également permis de sauver ce qui pouvait l'être encore des données initiales sur la taphonomie (p. 175-178), sur la paléobiologie (p. 179-183), sur la morphologie (p. 185-187), mais surtout sur l'état sanitaire des populations concernées (étude odontologique, p. 189-192 ; paléopathologique, p. 193-196) et d'enrichir grandement, malgré les inévitables lacunes, nos connaissances de leurs pratiques funéraires (p. 197-201).

14Si les résultats obtenus peuvent paraître parfois minces, voire dérisoires, compte-tenu du nombre initial de sépultures fouillées, il ne faut pas oublier qu'il s'agit là de collections anciennes constituées dans des conditions de prélèvement qui n'ont rien de comparable à celles mises au point depuis quelques décennies par l'archéo-anthropologie. On ne pourra cependant que regretter le choix, non argumenté, qui a visiblement été fait de ne pas tenir compte des restes osseux conservés au Musée des Antiquités Nationales (“ Une seconde collection est conservée au Musée des Antiquités Nationales. Elle regroupe principalement des ossements brûlés et quelques os long isolés. ”, p. 169), ainsi que l’absence de synthèse de l’ensemble des informations recueillies, ce qui ne permet pas de se faire une idée précise, même partielle, du mode de “ recrutement ” des nécropoles.

15Dans la quatrième partie, J.-F. Piningre étudie sur trois chapitres différents, les sépultures du Bronze ancien : mobilier funéraire (typologie et chronologie) ; structure des tumulus et pratiques funéraires ; les nécropoles des Moidons dans le contexte du Bronze ancien de la région salinoise. C’est le même plan qui a été repris pour la présentation des résultats de l’étude des sépultures du Bronze final (Cinquième partie).

16Dans les deux cas, J.-F. Piningre en profite pour dresser une première synthèse des connaissances sur le Bronze ancien et le Bronze final de la région salinoise. Les différents aspects abordés (organisation spatiale des nécropoles, habitats fortifiés, dépôts et découvertes isolées, organisation territoriale) permettent avantageusement de compléter la vision partielle que l’on avait jusqu’alors de cette région au Bronze ancien, à partir des travaux précédents, notamment ceux déjà anciens de M. Piroutet (1931) ou plus récents de C. Mordant et P. Pétrequin (1989). Pour le Bronze final, la synthèse présentée par J.-F. Piningre permet, tout en faisant le point sur l’état des connaissances (à partir d’une documentation particulièrement faible), de mieux situer la région salinoise au regard des régions environnantes et de nuancer son rattachement au faciès Gündlingen-Ossingen-Singen (p. 241), à travers notamment, l’étude des sépultures à crémation de Chilly-sur-Salins.

17Dans la sixième partie, J.-F. Piningre et P. Barral présentent l’étude typologique et chronologique du mobilier des sépultures des âges du Fer (VIIe-Ve s. av. J.-C.) ; ils y font preuve d’une parfaite maîtrise de ces outils, et d’une connaissance approfondie de la culture matérielle de ces périodes. Plusieurs cartes de répartition illustrent leur propos de manière opportune. Ces études, qui portent pour l’essentiel sur les dépôts funéraires du premier âge du Fer, viennent compléter celles qui avaient été réalisées à l’occasion de la publication du tumulus de Courtesoult (piningre 1996), ainsi que celles de B. Chaume (2001) et nos propres travaux (2003). Les résultats obtenus reprennent, sans les modifier, les premiers essais de chronologie régionales élaborés par les auteurs en 1992 (ganard et al. 1992). Deux planches de synthèse présentant les mobiliers les plus caractéristiques des différentes phases déterminées, permettent au lecteur d’obtenir une bonne vision d’ensemble.

18La septième partie de l’ouvrage porte sur l’étude de la structure et de l’organisation des tertres du Ha D – La Tène ancienne. La reprise de l’ensemble des données permet désormais de disposer d’une documentation classée et parfaitement intégrée aux problématiques actuelles. Il convient ici également de souligner l’apport indéniable que constitue le travail réalisé. L’approche analytique retenue par les auteurs met clairement en évidence la richesse des enseignements qu’ils ont pu tirer de ces fouilles anciennes et que l’on croyait, visiblement à tort, définitivement obsolètes. Plusieurs tableaux et histogrammes, ainsi que plusieurs plans et coupes schématiques illustrent clairement le propos. Déjà, dans une communication ancienne sur “ Nécropoles, pratiques funéraires et société au premier âge du Fer dans le massif du Jura et le bassin supérieur de la Saône ”, J.-F. Piningre et V. Ganard, en collaboration avec F. Passard et J.-P. Urlacher, avaient présenté un premier aperçu du potentiel informatif qu’il était possible d’obtenir du réexamen des fouilles des nécropoles du premier âge du Fer de M. Piroutet (ganard et al. 1992). Aujourd’hui, grâce à cet ouvrage de synthèse, c’est la totalité de l’information que les auteurs nous livrent. Dans la mesure où la documentation disponible l’autorise, ils abordent successivement les différents aspects des pratiques funéraires dans leur contexte régional (structures des tumulus, aménagements des sépultures, inhumations centrales et secondaires, incinérations, sépultures bi-rituelles, sépultures d’enfants, costumes funéraires et marqueurs sociaux, offrandes, organisation des sépultures et organisation des nécropoles, évolution chronologique des pratiques funéraires). Dans bien des cas, les résultats obtenus n’ont rien à envier à ceux qui proviennent de fouilles récentes.

19Dans cette septième partie, les auteurs abordent le problème de la répartition spatiale et chronologique des nécropoles des Moidons. Les incertitudes qui existent au sujet de la localisation précise d'un certain nombre de tertres n'ont cependant pas interdit toute analyse globale, bien au contraire. Les résultats obtenus indiquent clairement tout l'intérêt d'un tel exercice et sont d'autant plus importants qu'ils concernent “ le groupe de tumulus le plus étoffé et le mieux documenté du domaine jurassien ” (p. 9).

20C'est au terme de l'étude, dans la huitième partie, que l'étude chronologique de l'occupation du camp du Château à Salins est enfin prise en compte par les auteurs et mise en relation avec celle des nécropoles des Moidons. On pourra regretter qu'une place aussi ténue (moins de 5 p.) ait été réservée à ce site dont l'importance dans le cadre des travaux portant sur les résidences princières du VIe s. av. J.-C. n'est plus à démontrer. Régulièrement cité dans les travaux des collègues français ou étrangers, le site du Château aurait mérité de plus amples développements, voire une analyse détaillée de son occupation (en partie déjà présentée, il est vrai, dans la communication faite à l’occasion du colloque de Châtillon-sur-Seine en 1993), comme on était en droit de l'attendre compte-tenu du parti pris par les auteurs de le mettre dans le titre de l'ouvrage. Publiée quelques années après la tenue du colloque de Châtillon-sur-Seine consacré au phénomène princier des VIe-Ve s. av. J.-C., une étude d'ensemble reprenant la problématique développée à cette occasion aurait été la bienvenue. Elle aurait ainsi permis de replacer cet important habitat fortifié dans le réseau des résidences princières, et de s'interroger sur son statut véritable ainsi que sur son importance et son rôle stratégique à l'époque. L'étude présentée ici ne fait que compléter sur quelques points de chronologie, celle qui a été publiée dans les actes du colloque de Châtillon-sur-Seine (piningre, ganard, 1997), les rapports existant entre l'habitat et les ensembles funéraires périphériques.

21L’ouvrage s’achève par une mise en perspective des Moidons dans le contexte de l’âge du Fer jurassien et par une synthèse faisant le point sur les limites et les acquis d’une telle étude, en replaçant notamment l’ensemble ces découvertes dans la problématique du Bronze ancien, du Bronze final, du premier âge du Fer et de La Tène ancienne d’Europe occidentale.

22Au total, on peut dire que cet ouvrage, qui avait pour but de livrer à la communauté scientifique à la fois les données de terrain sur une des régions clés de l’est de la France et les approches synthétiques qu’elles ont engendrées, a atteint son but. Ce travail se signale par sa qualité et sa démarche pluridisciplinaire et ce, il faut insister sur ce point, malgré les lacunes de la documentation. Il y a fort à parier qu’il servira de modèle à de nombreux collègues en possession d’une documentation ancienne, parfois bien plus riche qu’on ne le pense habituellement, pour peu que l’on se donne les moyens, comme l’on fait les auteurs, d’une démarche analytique rigoureuse, aidée d’une bonne problématique.

Haut de page

Bibliographie

Baray 2003
Baray L. - Pratiques funéraires et sociétés de l’âge du Fer dans le Bassin Parisien (fin du VIIe s. – troisième quart du IIe s. avant J.-C.), Paris, C.N.R.S. éditions, 446 p., 1 cédérom (suppl. Gallia, 56).

Chaume 2001
Chaume B. - Vix et son territoire à l’âge du Fer. Fouilles du mont Lassois et environnement du site princier, Montagnac : Librairie archéologique, 643 p., 238 ill., 155 pl. (Collection Protohistoire européenne, 6).

Ganard et al. 1992
Ganard V., Passard F., Piningre J.-F., Urlacher J.-P. - Nécropoles, pratiques funéraires et société au premier Âge du Fer dans le massif du Jura et le bassin supérieur de la Saône, in : kaenel g., curdy p., éd. - L'Âge du Fer dans le Jura, Actes du XVe Colloque de l’AFÉÂF (Pontarlier, France - Yverdon‑les‑Bains, Suisse, 9‑12 mai 1991), Cahiers d'archéologie romande,57, p. 37‑64, 21 fig.

Piningre 1996
Piningre J.-F., dir. - Nécropole et société au premier âge du Fer : le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône), Paris, MSH, 1996, 219 p., ill. (DAF, 54).

Piningre, Ganard 1997
Piningre J.-F., Ganard V. - Le Pôle princier de Salins et le Hallstatt du Jura, in : brun p., chaume b., dir. - Vix et les éphémères principautés celtiques. Les VIe-Ve s. av. J.-C. en Europe centre-occidentale, actes du Colloque de Châtillon-sur-Seine, 27-29 octobre 1993. Paris, Errance,  p. 125-138, 10 fig. (Archéologie aujourd’hui).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Baray, « J.-F. Piningre, V. Ganard, avec la collaboration de Ph. Barral, É. Boës, Les Nécropoles protohistoriques des Moidons et le site princier du camp du Château à Salins (Jura) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 43 | 2004, mis en ligne le 01 mai 2006, consulté le 27 mars 2017. URL : http://racf.revues.org/292

Haut de page

Auteur

Luc Baray

UMR 5594 du CNRS. CEREP, 5, rue Rigault, 89100 SENS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page