Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude
Notes et documents

Le Berry antique - De la carte au modèle-chorème

Ancient berry – from map to chorematic model
Christophe Batardy
p. 253-258

Résumés

L’Atlas du Berry réalisé à l’aide d’un système d’information géographique (SIG) a posé les bases d’une analyse géographique de la cité des Bituriges Cubes. La chorématique peut permettre d’aller au-delà.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’Atlas du Berry Antique (Batardy et al. 2001) qui contient une centaine de cartes, constitue la première tentative, à l’aide d’un Système d’Information Géographique (SIG) et à l’échelle d’une cité, d’analyse de l’ensemble des données archéologiques.

2Nous nous proposons ici de reprendre la question du phénomène urbain à partir du cas de la Cité des Bituriges Cubes, et d’essayer de proposer un ou des modèles spatiaux pour affiner l’analyse historique du passage d’un semis d’oppida aux agglomérations gallo-romaines.

3Il nous semble pour cela intéressant de nous appuyer sur la chorématique. Cette démarche de recherche est utilisée depuis les années 80 par les géographes pour mieux rendre compte de l’espace considéré en tant que produit social. Selon Roger Brunet (Brunet 1974), comprendre l’espace c’est en chercher les structures fondamentales, c’est-à-dire les chorèmes et derrière ceux-ci, les logiques sociales en œuvre : logiques d’habitation, d’appropriation, d’exploitation, de gestion et de communication. Largement utilisée en géographie, cette approche l’est encore peu en histoire (Grataloup 1996). La démarche adoptée ici est largement déductive. Il ne s’agit pas de construire un modèle pour le confronter à la réalité mais de partir de la réalité afin de bâtir le modèle. La production du modèle ne résulte donc pas d’un parti pris subjectif, réducteur de la réalité, mais d’une tentative d’analyse en partant des cartes proposées dans l’Atlas.

4Nous avons adopté, pour la représentation minimale et géométrique de la cité des Bituriges Cubes, la forme du triangle. Cette représentation semble appropriée à l’étude du tracé de limite de la cité telle qu’elle est définie dans l’Atlas (Fig. 1). Ce tracé en effet est lié à la logique sociale en œuvre, qui semble être celle de la volonté humaine de s’approprier une partie des bassins versants du Cher, de l’Indre et de la Creuse, tout ce réseau hydrographique basculant à partir de la latitude de Bourges vers le nord-ouest c’est à dire vers la Loire (Fig. 2).

Fig. 1 : Limites de la cité biturige (d’après Batardy et al. 2001 : 23, cartographie A. Maussion).

Fig. 1 : Limites de la cité biturige (d’après Batardy et al. 2001 : 23, cartographie A. Maussion).

Fig. 2 : Le chorème des limites de la cité.

Fig. 2 : Le chorème des limites de la cité.
  • 1  Les protohistoriens identifieraient volontiers cette fortification au Noviodunum (B.G 7,12) mais t (...)

5Pour La Tène Finale le dénombrement retenu concernant le nombre d’agglomérations est celui de César qui parle de viginti urbes (César 1991 B.G 7,15). Un quinzaine d’oppida ont été repérés : les protohistoriens considèrent Neung-sur-Beuvron comme faisant partie de la cité des Bituriges Cubes1.

  • 2  Pagus est employé dans le sens que lui donne César, c’est-à-dire comme une subdivision de la cité.

6Pour construire une représentation théorique des pagi2 (Fig. 3), il n’a pas été tenu compte d’un quelconque “ poids ” de chaque oppidum en fonction de sa superficie. Chaque oppidum est donc considéré a priori au même niveau hiérarchique. Le semis régulier formé par cette quinzaine d’ oppida (Fig. 3) induit un maillage de pagi de superficies équivalentes (400 km²). Si l’on émet l’hypothèse d’un lien direct entre la taille des pagi et l’ “ influence urbaine ” de chaque oppidum, alors on en déduit que toutes les agglomérations (Bourges peut-être mise à part) présenteraient les mêmes fonctions urbaines.

Fig. 3 : Le territoire des oppida (d’après Batardy et al. 2001 : 78. Cartographie O. Buchsenschutz).

Fig. 3 : Le territoire des oppida (d’après Batardy et al. 2001 : 78. Cartographie O. Buchsenschutz).

7Comme on peut le voir si l’on compare les figures 3 et 4, le semis des agglomérations est en place. Ce qui change en revanche c’est la nature, la hiérarchie des agglomérations et, on peut peut-être le supposer, leurs relations au sein de ce même espace entre le Ier s. av J.-C. et le Ve s.

8Pour ce qui est des changements de nature, on retient tout d’abord que certaines agglomérations descendent dans la plaine : la colline des Tours à Levroux est abandonnée au profit de la plaine tout comme l’éperon barré de la Groutte pour Drevant au bord du Cher. On observe également que la ville du Haut-Empire s’ouvre et développe un important programme monumental (Fig. 6). En ce qui concerne la hiérarchie urbaine on s’appuie sur l’analyse de Françoise Dumasy (Batardy et al. 2001 : 81). Celle-ciretient vingt sites pour la période gallo–romaine autour du chef-lieu Bourges. À l’aide d’une série de critères (superficie occupée, nombre de nécropoles, implantation d’un carrefour routier, durée d’occupation…) ces vingt agglomérations sont hiérarchisées. Le classement obtenu distingue ainsi six niveaux, du chef-lieu à la petite agglomération (Fig. 4). Ces agglomérations qui ne possèdent pas toutes les mêmes fonctions urbaines forment un réseau urbain hiérarchisé autour de Bourges. Remarquons que la confrontation du tissu urbain avec le réseau des voies n’est pas contradictoire et souligne le triangle obtenu pour représenter la limite de la cité (Fig. 2, 4). Ainsi, à la tête de ce réseau en triangle se trouve Avaricum (Bourges) puis en point d’appui, à la périphérie sud de la cité, Argentomagus (Saint-Marcel) et Aquae Nerii (Neris-les-bains). En “ troisième niveau ”, formant en Champagne Berrichonne une couronne de pôles dynamiques autour de Bourges, figurent Levroux et Drevant.

Fig. 4 : Le territoire des agglomérations (d’après Batardy et al. 2001 : 83, cartographie A. Maussion).

Fig. 4 : Le territoire des agglomérations (d’après Batardy et al. 2001 : 83, cartographie A. Maussion).

9Les Fig. 5, 6, 7 tentent d’objectiver les figures précédentes de ce qui semblerait être le passage d’un maillage urbain à un réseau hiérarchisé. Les trois chorèmes proposés offrent ainsi une mise en perspective chronologique à deux échelles différentes. On y voit le passage de l’oppidum gaulois à la cité romaine, d’un espace que l’on peut qualifier de fermé à un espace ouvert.

Fig. 5 : Maillage urbain à La Tène finale.

Fig. 5 : Maillage urbain à La Tène finale.

Fig. 6 : Les agglomérations : d’un espace fermé à un espace ouvert.

Fig. 6 : Les agglomérations : d’un espace fermé à un espace ouvert.

Fig. 7 : Réseau urbain hiérarchisé à la fin de l’Antiquité.

Fig. 7 : Réseau urbain hiérarchisé à la fin de l’Antiquité.

10Si le Système d’Information Géographique utilisé pour traiter les données dans le cadre de l’Atlas nous a permis de produire des cartes de localisation, puis d’interprétation, la chorématique réalisée “ manuellement ” offre la possibilité d’élaborer des modèles nés de la confrontation de ces cartes numériques.

11Il serait intéressant d’appliquer cette démarche à d’autres cités gallo – romaines et de confronter les résultats obtenus dans le cadre d’une analyse du processus d’urbanisation à plus petite échelle.

Haut de page

Bibliographie

Batardy et al. 2001
Batardy C., Buchsenschutz O., Dumasy F., dir. - Le Berry antique, Milieu, Hommes, Espaces, Atlas 2000, 21ème Suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, Tours, 190 p.

Brunet 1980
Brunet R. - La composition des modèles dans l’analyse spatiale, L’espace géographique, n°4, p. 253-265.

Brunet et al. 1990
Sous la direction de Brunet R. - Géographie Universelle : Mondes nouveaux, Éd. Reclus-Belin, Montpellier, 552 p.

César 1991
César - La Guerre des Gaules : texte intégral, Gallimard, Paris, 1991, 473 p.

Grataloup 1996
Grataloup C. - Lieux d’histoire : essai de géohistoire systématique, Éd Reclus, Paris, 200 p.

Ferras 1993
Ferras R. - Les modèles graphiques en géographie, Éd. Economica, Paris, 112 p.

Haut de page

Notes

1  Les protohistoriens identifieraient volontiers cette fortification au Noviodunum (B.G 7,12) mais tous les documents historiques postérieurs conduisent à exclure cette zone de la cité biturige.

2  Pagus est employé dans le sens que lui donne César, c’est-à-dire comme une subdivision de la cité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Limites de la cité biturige (d’après Batardy et al. 2001 : 23, cartographie A. Maussion).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 2 : Le chorème des limites de la cité.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/241/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 3 : Le territoire des oppida (d’après Batardy et al. 2001 : 78. Cartographie O. Buchsenschutz).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/241/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 4 : Le territoire des agglomérations (d’après Batardy et al. 2001 : 83, cartographie A. Maussion).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/241/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 5 : Maillage urbain à La Tène finale.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/241/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 6 : Les agglomérations : d’un espace fermé à un espace ouvert.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/241/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 7 : Réseau urbain hiérarchisé à la fin de l’Antiquité.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/241/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Batardy, « Le Berry antique - De la carte au modèle-chorème », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 43 | 2004, mis en ligne le 01 mai 2006, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://racf.revues.org/241

Haut de page

Auteur

Christophe Batardy

Ingénieur d'études Cartographe-Géographe - DRAC Pays de la Loire, 1, rue Stanislas-Baudry, 44035 Nantes cedex 1, christophe.batardy@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page