Navigation – Plan du site
Carte localisation
Articles

Nouveaux indices de fréquentation du Val d’Orléans (Loiret) par les premiers mésolithiques

New indications of frequending the Valley of Orléans (Loiret) by the first Mesolithic
Sandrine Deschamps, Morgane Liard et Johannes Musch

Résumés

La réalisation de deux diagnostics archéologiques récents a permis de mettre en évidence une fréquentation par les premiers Mésolithiques du Val d’Orléans (Loiret). Les premiers éléments recueillis témoignent d’un contexte de conservation favorable et commun aux deux sites seulement distants de quelques centaines de mètres l’un de l’autre. Les premières études réalisées sur le matériel lithique ainsi que les datations radiocarbone confirment l’appartenance de ces vestiges au premier Mésolithique.

Étant localisés dans un secteur où le plan de prévention du risque inondation impose de ne pas décaisser, ces sites ne seront pas fouillés car plus menacés par les travaux d’aménagement.

Ces découvertes relancent le questionnement sur le peuplement préhistorique du fond de vallée ligérien au début de l’Holocène ainsi qu’en termes de palethnologie si l’on considère les données quantitatives des vestiges qui évoquent une occupation récurrente des lieux.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à remercier Mathilde Noël pour la réalisation des photographies du matériel lithique et Florence Tane pour son travail de DAO et de PAO sur une partie des documents ainsi que Pascal Joyeux pour la relecture de cet article.

Introduction

1Les récentes opérations d’archéologie préventive menées dans le Val d’Orléans ont conduit à la mise au jour d’indices archéologiques mésolithiques, au sud du centre ancien d’Orléans. Les découvertes ont eu lieu lors d’opérations de diagnostics menées par l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) en amont de projets d’aménagement d’habitations.

2Ces sites sont localisés en ZUD-Fh (zone urbaine dense – aléa fort hauteur) dans le cadre du PPRI (plan de prévention du risque inondation) du Val d’Orléans. À ce titre, la réglementation stipule notamment que toute nouvelle construction à usage d’habitation doit être équipée d’un plancher de rez-de-chaussée à une altitude supérieure à celle du sol au moment du dépôt du projet d’aménagement. En outre, l’aménagement de sous-sols est interdit. En conséquence, ces deux opérations ne feront pas l’objet d’une fouille, mais ont donné lieu à l’édiction de prescriptions de MCP (modifications de la consistance du projet), visant à protéger les vestiges mis au jour dans le cadre de la mise en œuvre du projet de construction conformément aux règles du PPRI.

3Nos fenêtres d’observation sont limitées et les ensembles de mobiliers étudiés ne constituent que des échantillons. Sans doute ces travaux doivent-ils être complétés par d’autres, plus approfondis pour enrichir nos connaissances sur l’occupation humaine du Val de Loire orléanais au début de l’Holocène, afin de situer ces sites dans un cadre plus large. Il nous semble néanmoins important de faire un premier bilan.

  • 1 Pascal Joyeux, Inrap, responsable de l’opération.
  • 2 Grégory Vacassy, Inrap, responsable de l’opération.

4Le premier site est localisé au 26 rue de la Cigogne1 (Joyeux et al. 2012), le second au 38-40 avenue de la Mouillère2 (Vacassy et al. 2013) à Orléans dans le quartier Saint-Marceau (Fig. 1).

Fig. 1 - Localisation des parcelles diagnostiquées au 26 rue de la Cigogne et au 38-40 avenue de la Mouillère à Orléans.

Fig. 1 - Localisation des parcelles diagnostiquées au 26 rue de la Cigogne et au 38-40 avenue de la Mouillère à Orléans.

DAO S. Deschamps, Inrap.

5Ces découvertes relancent le questionnement sur les peuplements préhistoriques du fond de vallée orléanais au début de l’Holocène. En effet, ceux-ci sont encore peu connus. Seules quelques opérations archéologiques de natures diverses permettaient jusqu’ici d’entrevoir ce potentiel.

6Sur la commune d’Orléans, il est fait mention dans un rapport de 1986 lié à la ZAC de la Cigogne d’un grand nombre d’éclats retrouvés lors de la fouille de sauvetage d’une nécropole d’époque gallo-romaine (Petit et Métreau 1986), ceux-ci restent à ce jour non étudiés.

7La fouille de la parcelle “ Le Bois-au-cœur ” de Bray-en-Val en amont de la ville d’Orléans a pour la première fois, en 2007, permis l’exhumation de vestiges mésolithiques dans la plaine alluviale et le lit majeur de la Loire (Lardé et al. 2008). Les quelques mètres carrés testés attestaient de la présence de différents groupes contemporains du premier Mésolithique issus des sphères culturelles sauveterienne et beuronienne (Verjux et al. 2013 : 80).

8En l’état actuel des données, les seules occupations mésolithiques connues et fouillées ne sont pas directement localisées en fond de vallée. Elles sont situées en marge du fleuve, sur les coteaux comme à Muides-sur-Loire “ le Bas-des-Flénats ” (Irribarria et al. 2005) ou à Beaugency “ les Hauts-de-Lutz ” (Fouilles Quatrehomme, Rozoy 1978)). Elles sont également, identifiées, plus à distance, en contexte de plateau, comme à Chilleurs-aux-Bois “ la Rouche ” (Deschamps et al. 2013 et Fournier et al. 2010) ou encore à Chevilly “ La Vallée du Nant ” (Verjux et al. 2013 et Libert 2006) (Fig. 2).

Fig. 2 - Plan de localisation des différents sites en région Centre.

Fig. 2 - Plan de localisation des différents sites en région Centre.

Dao J. Musch, Inrap.

9La mise en évidence de vestiges du Mésolithique dans la plaine alluviale entre Loire et Loiret révèle le haut potentiel archéologique de ce secteur.

Présentation synthétique des sites

  • 3 Cette identification procède d’une approche spécifique mis en place par C. Castanet (Maître de Conf (...)

10Les deux sites ont été détectés en rive sud de la Loire, dans le lit majeur actuel. Les formations alluviales cartographiées par le BRGM sont les alluvions anciennes Fy, recoupées par des chenaux d’écoulement soulignés par les alluvions plus récentes Fz. Ces écoulements, comme dans beaucoup de vals de la Vallée de la Loire, constituent des paléochenaux hérités de la fin du Tardiglaciaire ou du début de l’Holocène (Fig. 3). Cyril Castanet dans ces travaux de doctorat a mis en évidence un tel fonctionnement dans le val (Castanet 2008 et Castanet et al. 2015), observé également lors des travaux d’archéologie préventive. Il a ainsi cartographié un paléochenal d’axe NE-SO et d’une largeur comprise entre 150 et 300 m (thiéry, 2004 :12)3 immédiatement au sud des deux sites qui font l’objet de cet article (Fig. 4). Ces derniers se positionneraient sur son bourrelet de rive.

Fig. 3 - Localisation des sites sur la carte géologique 1/50 000 d’Orléans.

Fig. 3 - Localisation des sites sur la carte géologique 1/50 000 d’Orléans.

DAO J. Musch, Inrap.

Fig. 4 - Localisation des sites mésolithiques de la Rue de la Cigogne et Avenue de la Mouillère sur le MNT (Origine du MNT : Levé topographique haute résolution par Laser aéroporté sur la Loire moyenne.

Fig. 4 - Localisation des sites mésolithiques de la Rue de la Cigogne et Avenue de la Mouillère sur le MNT (Origine du MNT : Levé topographique haute résolution par Laser aéroporté sur la Loire moyenne.

© DIREN Centre, 2002, Restitution du MNT et Dao J. Musch, Inrap, d’après Castanet in : Thiéry 2004.

11La zone comprise entre le site de la Mouillère et de la Cigogne est une vaste surface en limite de cet ancien chenal actif de la Loire. Cet espace se trouve dans le lit majeur du fleuve au début de l’Holocène et connaît saisonnièrement des apports d’alluvions sableuses à argilo-sableuses issues des débordements du ou des lits actifs présents dans le secteur. Cette période d’accrétion sédimentaire se termine par des apports limoneux traduisant un tournant dans l’évolution du fond de vallée : le chenal au sud se transforme en paléochenal comblé progressivement par des limons de débordements qui recouvrent également une partie du lit majeur. Ces évolutions de la dynamique alluviale concordent avec la période de métamorphose fluviale que connait la Loire à la fin du Tardiglaciaire sinon au début de l’Holocène (Carcaud et al. 2002), avec le développement d’un chenal unique (positionné d’abord au sud, puis au nord, suite à une défluviation, cf. Castanet in : Thiéry 2004 : 11), susceptible de migrer latéralement.

12C’est l’approche en tranchée linéaire de surface à la pelle mécanique hydraulique qui a permis dans les deux cas, la découverte des premiers éléments lithiques.

13À la “ Cigogne ”, en 2012 (site 219), l’exploration de cinq tranchées réparties sur 2 300 m² a révélé la présence de matériel mésolithique. Il a été repéré dans une formation sédimentaire argilo-sableuse, représentée par les strates 3 et 4 (Fig. 5). La position verticale et stratigraphique du mobilier a été enregistrée dans la mesure du possible. Il a été décidé d’ouvrir un carré test de 1 m² dans la tranchée 1, qui a fait l’objet d’une fouille par quart de mètre carré et par passes de 2 cm, avec prélèvement du sédiment pour tamisage à l’eau avec une maille de 2 mm (Fig. 6 et Tabl. 1). Néanmoins, seuls les 15 premiers centimètres de la couche archéologique ont été prélevés et tamisés.

Fig. 5 - Log synthétique des sites de La Mouillère et de la Cigogne.

Fig. 5 - Log synthétique des sites de La Mouillère et de la Cigogne.

DAO M. Liard, Inrap.

Fig. 6 - Plan général des tranchées de l’opération de la Cigogne et localisation du carré test.

Fig. 6 - Plan général des tranchées de l’opération de la Cigogne et localisation du carré test.

Dao F. David, Pascal Joyeux et S. Deschamps, Inrap.

Tabl. 1 - Inventaire du matériel archéologique du site de la Cigogne par contexte archéologique.

Tabl. 1 - Inventaire du matériel archéologique du site de la Cigogne par contexte archéologique.

J. Musch, Inrap.

14L’intervention sur les 1 500 m² du site du 38-40 avenue de la Mouillère (site 227) s’est déroulée durant trois jours en 2013 (Fig. 7). Elle a révélé la présence de vestiges mésolithiques sur l’intégralité de la parcelle à une profondeur relative comprise entre 0,75 et 0,85 m sous le niveau de sol actuel (93 m NGF). La nature sédimentaire les contenant est là-encore argilo-sableuse, il s’agit de la strate 3a (Fig. 5).

Fig. 7 - Plan général des tranchées de l’opération de la Mouillère, localisation du carré test et détail du carré test avec projection selon un axe horizontal de tout le matériel du carré.

Fig. 7 - Plan général des tranchées de l’opération de la Mouillère, localisation du carré test et détail du carré test avec projection selon un axe horizontal de tout le matériel du carré.

DAO P.-Y. Devillers et S. Deschamps, Inrap.

15Le matériel a été ramassé dans toutes les tranchées après avoir été coté dans les trois dimensions. À la suite, un mètre carré test en tranchée 1 a été fouillé par quart et par passe artificielle. Un quart de mètre carré a été sélectionné pour faire l’objet d’un tamisage à l’eau avec une maille de 2 mm (Tabl. 2).

Tabl. 2 - Inventaire de l’industrie lithique du site de la Mouillère par contexte archéologique.

Tabl. 2 - Inventaire de l’industrie lithique du site de la Mouillère par contexte archéologique.

S. Deschamps, Inrap.

16Les caractéristiques des deux diagnostics sont similaires : petites surfaces (2 300 m² pour la Cigogne et 1 500 m² pour la Mouillère), durée d’intervention brève (3 à 5 jours), contexte géomorphologique identique. La méthodologie appliquée a évolué entre la découverte des vestiges au 26 rue de la Cigogne en 2012 et celle du site du 38-40 avenue de la Mouillère en 2013. La meilleure connaissance des contextes archéologique et géomorphologique a permis une plus grande réactivité lors de l’opération sur le site de la Mouillère, notamment dans le recours systématique à un enregistrement tridimensionnel des vestiges ainsi que dans la réalisation de prélèvements en colonne continue pour la micromorphologie des sols.

Le contexte de conservation des vestiges

17Les vestiges sur les deux sites sont présents sur 40 cm d’épaisseur (Fig. 5 et 8).

Fig. 8 - Profil et projections du site de la Mouillère.

Fig. 8 - Profil et projections du site de la Mouillère.

DAO M. Liard, Inrap.

18Le contexte sédimentaire de recouvrement des pièces lithiques traduit un milieu de moyenne à faible énergie, se traduisant par une même dynamique d’apports sédimentaires, probablement échelonnés dans le temps. Les traits pédologiques observés sur les ensembles concernés témoignent d’une stabilisation saisonnière des surfaces sédimentaires et du développement de sols de type fluviosol, successivement typique puis brunifié dans un dernier temps (Baize et Girard 2009). Cette pédogenèse implique une homogénéisation des sédiments et la disparition des stratifications initiales. Dans ce cadre, les vestiges lithiques constituent probablement une succession de périodes d’occupation. L’intégrité des niveaux archéologiques peut être affectée par la circulation des eaux en surface des sols lors des épisodes d’apports sédimentaires, mais il est vraisemblable que les pédogénèses de surface “ protègent ” aussi les niveaux de l’érosion, en favorisant leur enfouissement (processus post-dépôt : bioturbation, intégration aux horizons humifères de surface). L’éventualité d’une période unique d’occupation pourrait être envisagée si la dilatation du niveau est entendue comme le résultat de processus post-dépositionnels tel que la bioturbation. Cependant, dans de tels matériaux argilo-sableux, une redistribution par ces processus sur 40 cm paraît difficile. Il est donc plus probable qu’il s’agisse d’occupations diachroniques qui, à la lumière des mètres carrés tests effectués, ne peuvent être caractérisées plus précisément.

19Dans les deux cas, les états de surface des silex taillés sont bons voire très bons : pas de patine hormis une légère surbrillance parfois, pas d’émoussé des arêtes et peu voire pas d’ébréchures des bords.

20Grâce au tamisage des sédiments issus de la fouille du mètre carré test du site de la “ Mouillère ”, il est possible d’affirmer que des silex taillés de toutes dimensions sont présents et ce dans des proportions a fortiori cohérentes, notamment lors de séquences de taille (Bertran et al. 2006a et b). Néanmoins, la surface explorée étant très limitée il ne s’agit que d’observations préliminaires.

21En 2014, un diagnostic au 19 rue de la Cigogne, réalisé par le service archéologique de la ville d’Orléans (Courtois et Roux-Capron 2015) a également mis au jour cinq éclats de silex taillé dans la formation argilo-sableuse (strate 3) observée au 26 rue de la Cigogne (Fig. 5 et Fig. 14). Les deux sites sont seulement distants d’une dizaine de mètres, de part et d’autre de la même rue. Les éclats, de facture relativement ubiquiste, ne permettent pas de proposer un rattachement chrono-culturel fiable.

Présentation des industries lithiques

Les vestiges lithiques taillés du site du 26 rue de la Cigogne à Orléans

22Au total 188 pièces lithiques ont été prélevées dans les 5 tranchées (Tabl. 1). Le contexte de collecte ne permet pas de traiter ce mobilier a priori comme un ensemble homogène. Toutefois, on remarque certaines caractéristiques qui donnent une indication chronologique et typologique qui amène sans aucun doute vers une attribution mésolithique.

23La matière première est composée de silex translucide (silex “ blond ” de teinte jaune à brunâtre). Ce silex est présent dans les environs du site dans les formations alluvionnaires de la Loire sous forme de rognons plus ou moins roulés et altérés. Certaines pièces portent des plages de cortex traduisant clairement une action hydrologique.

24On signale la présence de lamelles (17), de lames (5), de petits nucléus (4) dont l’un nettement lamellaire. Mais les éléments les plus significatifs sont trois armatures et deux microburins (Fig. 9).

Fig. 9 - Industrie lithique du site de la Cigogne. Trois armatures : un triangle scalène, un triangle (isocèle, scalène court ?), une pointe à troncature à base retouchée concave et deux microburins.

Fig. 9 - Industrie lithique du site de la Cigogne. Trois armatures : un triangle scalène, un triangle (isocèle, scalène court ?), une pointe à troncature à base retouchée concave et deux microburins.

Dessins J. Musch, DAO F. Tane, Inrap.

25Les lamelles sont obtenues par percussion directe. Elles sont généralement fragmentées mais les quelques exemplaires conservés entiers ne dépassent pas 5 cm de longueur, pour une largeur de 1 cm. On trouve essentiellement des faces supérieures à trois pans, mais quelques exemplaires sont à quatre pans ou à deux pans.

26L’un des nucléus est nettement lamellaire et possède deux plans de frappe opposés. Ses dimensions (sans doute résiduelles) sont de 4×2,5 cm.

27Les armatures sont représentées par deux éléments bitronqués (Fig. 9 nos 1 et 2) et une pointe à troncature et à base retouchée (Fig. 9 no 3). L’armature no 1 pourrait correspondre à une ébauche de triangle.

28Les deux microburins sont proximaux. Dans tous les cas, les supports initiaux ont manifestement été des lamelles du même gabarit que celles décrites plus haut.

29La présence d’éclats, d’esquilles et de débris atteste la pratique du débitage sur place.

30L’attribution culturelle au Mésolithique s’appuie sur la présence d’armatures microlithiques, de microburins et d’un débitage lamellaire. L’homogénéité de cet ensemble est délicate à assurer au regard du caractère ponctuel de la collecte, le mobilier provenant de sondages assez éloignés les uns des autres, et une appartenance à différents locus diachroniques est une possibilité. Il convient de noter, toutefois, l’absence d’éléments diagnostiques autres que mésolithiques.

Les vestiges lithiques taillés du site du 38-40 avenue de la Mouillère à Orléans

31L’assemblage se compose de 917 éléments au total, dont 728 esquilles provenant essentiellement du tamisage du mètre carré test (Tabl. 2). Celles-ci témoignent d’un débitage sur place de l’industrie.

32Le débitage est fait à partir de silex secondaire récolté dans les alluvions de la Loire (présence notamment de cortex roulé).

33Les nucléus sont au nombre de onze. Ils sont majoritairement prismatiques (n=8) ou pyramidaux (n=2) ou encore polyédrique (n=1). Les produits des débitages se répartissent en deux groupes : lamino-lamellaire et éclat.

34Les derniers enlèvements observés sur les nucléus à l’étape d’abandon sont soit des éclats (n=1) des lames courtes, soit des lamelles.

35Existe-t-il une diminution progressive des produits laminaires permettant de passer d’un objectif à l’autre en corrélation avec la diminution ? Ou bien s’agit-il d’un unique objectif tolérant une variabilité morphométrique ? Il est encore prématuré de trancher à ce stade.

36Dans l’ensemble, les supports laminaires (15 lames) et lamellaires (15 lamelles) sont peu réguliers (à 2 ou 3 pans) (Fig. 10), et le tiers distal ne fait pas l’objet d’une attention particulière, rappelant en cela les produits du débitage de style de “ Coincy ” (Rozoy 1978). Il convient de signaler une tendance à l’élargissement des tiers distaux des enlèvements et à la limite de l’outrepassage. Les talons sont lisses, minces et témoignent d’une préparation soignée avant extraction. L’axe de percussion est tangentiel à l’axe de débitage. Les bulbes sont peu marqués, on note parfois une légère lèvre à l’interface plan de frappe/bulbe. On observe également la présence d’esquillement du bulbe. Ces stigmates sont compatibles avec une percussion directe à la pierre tendre (Pelegrin 2000 : 77).

Fig. 10 - Industrie lithique du site de la Mouillère. Produits lamellaires bruts.

Fig. 10 - Industrie lithique du site de la Mouillère. Produits lamellaires bruts.

Photo M. Noël, Inrap.

37Le débitage d’éclat correspond à deux cas de figure, soit de façon “ expédiente ” à la fin d’une séquence de taille laminaire, une série d’éclats est débitée. Soit une séquence de taille spécifique peut être entamée dans le but d’obtenir des éclats allongés et larges (n=1). Cette production d’éclats a été réalisée à partir d’un gros éclat selon une modalité rappelant le schéma opératoire des séquences laminaires et lamellaires. S’agit-il alors d’un véritable objectif de débitage d’éclats ou d’une variabilité morphométrique traduisant une certaine souplesse dans les objectifs ?

38Le même schéma opératoire est reconnu au travers de la majorité des séquences de taille lamino-lamellaire (Fig. 11). L’installation de la table se fait sur la face la plus étroite depuis un plan de frappe unique. Le cintre est contrôlé par des enlèvements débités depuis le dos, un flanc (jamais depuis les deux) ou depuis la table, elle-même selon un axe perpendiculaire au débitage principal. La poursuite du débitage donne lieu à la mise en place d’une nouvelle table lamellaire, le long d’un des flancs, exploitée soit depuis le même plan de frappe soit depuis un plan de frappe opposé.

Fig. 11 - Industrie lithique du site de la Mouillère. Nucléus.

Fig. 11 - Industrie lithique du site de la Mouillère. Nucléus.

Photo M. Noël, Inrap.

39Un second plan de frappe semble pouvoir être ouvert de façon ponctuelle (n=1) mais dans ce cas il semble y avoir une forte hiérarchisation entre les deux plans de frappe, le second n’étant là que pour l’entretien de la surface lamellaire. Aucun débitage bipolaire n’a été reconnu.

40Les plans de frappe sont très majoritairement lisses et rarement facettés (n=1). Les bords des plans de frappe sont systématiquement abrasés voire presque doucis. L’angle de chasse se situe entre 75° et 82°. Les stigmates que l’on observe sur les nucléus sont à l’image de ceux des produits, l’indice d’une percussion directe à la pierre (tendre vraisemblablement pour le plein débitage). Deux galets de Loire, dont les extrémités présentent des traces de percussions répétées, sont probablement, des percuteurs.

41En ce qui concerne l’outillage, une seule armature entière a été trouvée dans le sondage effectué à la pelle mécanique de la tranchée 01 extrémité est. Il s’agit d’une pointe à base retouchée concave (Fig. 12). Un seul microburin, distal a été récolté lors du tamisage du mètre carré test, attestant de la confection d’armatures sur le site.

Fig. 12 - Industrie lithique du site de la Mouillère Pointe à base retouchée concave.

Fig. 12 - Industrie lithique du site de la Mouillère Pointe à base retouchée concave.

Photo M. Noël, Inrap.

42Trois autres exemplaires d’armatures sont des fragments mésiaux d’armatures, altérés par le feu (n=2), de type indéterminé. Néanmoins, dans un des cas, le support retenu pour la confection de l’armature semble lui aussi être d’un module assez important comme l’exemplaire entier. Un troisième fragment est un apex, également thermo-altéré, la pointe est installée en partie proximale du support.

43L’observation macroscopique de certaines lames et lamelles permet de noter la présence de retouches variées sur certains supports. Il est ainsi possible d’isoler deux lamelles dont des retouches pourraient être compatibles avec des retouches d’utilisation. L’absence de patine, des très bons états de surface ainsi que l’existence de possibles polis d’utilisation sont des critères favorables à la mise en œuvre d’une analyse tracéologique. Par ailleurs, on notera la présence d’un grattoir à museau (Brézillon 1983 : 241).

44Les caractéristiques typo-technologique permettent de proposer à partir de cet assemblage une attribution chronologique au Premier Mésolithique.

Les datations 14C sur micro-charbons

45Sur le site de “ la Mouillère ”, la réalisation d’un mètre carré test et son tamisage ont permis la découverte de micro-charbons dans les différentes passes. Bien qu’il existe un risque de percolation, et de mélanges, il a été tenté des datations par la technique du carbone 14 par spectrométrie de masse par accélérateur sur quatre échantillons répartis dans les différentes passes du mètre carré test. Ces analyses ont été réalisées par le laboratoire Beta Analytics.

46Les résultats obtenus sont consignés dans le tableau no 3. Un seul des charbons a donné une date en relation possible avec la ou une des occupations mésolithiques, les autres trahissent l’influence des réseaux racinaires du Moyen Âge à la période contemporaine.

Tabl. 3 - Datations 14C des échantillons du site de la Mouillère. Datations effectuées par le laboratoire (Beta-Analytics). Calibrations obtenues d’après la courbe IntCal09, Reimer et Reimer 2009).

Tabl. 3 - Datations 14C des échantillons du site de la Mouillère. Datations effectuées par le laboratoire (Beta-Analytics). Calibrations obtenues d’après la courbe IntCal09, Reimer et Reimer 2009).

S. Deschamps, Inrap.

47Conscients de la faible valeur statistique d’une seule date, il s’agit ici de replacer le site de “ la Mouillère ” dans son contexte chronologique régional et d’en discuter succinctement. Sur la figure 13, le site de la Mouillère se trouve dans la même fourchette temporelle de 7960 à 7600 Cal BC que les sites de Chilleurs-aux-Bois (Deschamps et al. 2013), Ingrandes-de-Touraine (Lang et Kildéa 2007), Saint-Romain-sur -Cher (locus 1 et 3) (Kildéa 2008) et Bray-en-Val (Verjux et al. 2013). Il est donc associé à la palynozone du Boréal. En plein plateau radiocarbone, la précision ne peut être que de cet ordre, soit de 400 ans environ. La composition des industries lithiques de ces autres sites se rapproche de ce que l’on a perçu sur les sites de la Cigogne et de la Mouillère en ce qui concerne les objectifs de débitage (obtention de supports lamellaires peu normalisés) et la gamme des armatures (présence de triangles scalènes et de pointes à base retouchée ou non).

Fig. 13 - Classification par âge calibré des sites du premier mésolithique de la région Centre.

Fig. 13 - Classification par âge calibré des sites du premier mésolithique de la région Centre.

DAO S. Deschamps, Inrap.

Perspectives

48Pour le moment, il est possible grâce aux résultats des diagnostics d’archéologie préventive (Inrap et Service d’Archéologie Municipale de la ville d’Orléans) de dresser une carte de présence/absence de vestiges mésolithiques sur la commune d’Orléans (Fig. 14). L’ensemble des opérations archéologiques du secteur a ainsi été reporté sur le plan cadastral ainsi que le tracé supposé du paléochenal hérité de la fin du Tardiglaciaire ou du début de l’Holocène. D’ores et déjà, des diagnostics se sont avérés négatifs en vestiges mésolithiques. Il y a deux secteurs identifiés comme recelant des occupations du premier mésolithique. Cette présence sur plusieurs milliers de mètres carrés demanderait largement à être caractérisée et précisée.

Fig. 14 - Plan des parcelles diagnostiquées au sud D’Orléans présentant ou non des vestiges du Mésolithique et matérialisation du paléochenal supposé.

Fig. 14 - Plan des parcelles diagnostiquées au sud D’Orléans présentant ou non des vestiges du Mésolithique et matérialisation du paléochenal supposé.

DAO S. Deschamps, Inrap, d’après Courtois et Roux 2013.

49L’identification sur une vaste superficie des témoins d’occupations mésolithiques reste un fait exceptionnel dans ce secteur du Val d’Orléans.

50Cela évoque les sites d’accumulation du premier Mésolithique documentés en France et en Belgique mais également en région Centre

51Ainsi, dans un contexte sédimentaire différent, puisque moins sableux, les sites du Val d’Orléans rappellent ceux de Saint-Romain-sur-Cher “ le Chêne du Fouteaux ” (Loir-et-Cher) (Kildéa 2008 : 167), d’Ingrandes-en-Touraine “ Prairie d’Ingrandes ” (Indre-et-Loire) (Lang et Kildéa 2007) ou encore des sites belges tel que Verrebroek (Crombé, Sergeant et De Reu 2013). En effet, en plus de présenter une dilatation verticale importante, ce sont des zones d’occupations multiples et répétées sur un temps probablement assez long.

52L’accumulation de documentation sur ces gisements se révèle avoir un grand intérêt tant du point vue chronostratigraphique que palethnologique. Ils sont également un excellent “ laboratoire ” pour l’ajustement des méthodes de fouille en vue de mieux percevoir les processus taphonomiques en jeu, sans la perception desquels, l’interprétation des sites est rendue impossible.

53En effet, les études récentes démontrent que les inextricables palimpsestes recouvrent une réalité plus subtile et restituable. Ainsi ce sont différentes configurations spatiales et stratigraphiques que l’on rencontre sur de tel site d’agrégation : zone de vrais mélanges, zone de juxtaposition, zone indemne à l’intérieur d’un même site (Crombé, Sergeant et De Reu 2013 : 248; Deschamps et al. (à paraître), Souffi 2004 et 2008 : 140, Séara et Bostyn 2011 : 109, 268, Séara 2014 : 222). Ces gisements sont par ailleurs très éclairants, en termes palethnologiques, notamment sur le volet des modalités d’occupation et de la mobilité. La répétition d’occupation d’un même lieu sur de grande étendue serait la manifestation d’un comportement dont les motivations restent encore largement à comprendre. Par ailleurs, les études récentes menées par F. Séara ont démontré les possibilités de reconstitutions palethnologiques importantes et jusque-là inédites à partir de vastes sites de plein air en contexte alluvial. (Séara 2014 :160, 202).

Haut de page

Bibliographie

Baize et Girard 2009

Baize D. et Girard M.-C. - Référentiel pédologique, Éditions Quae, 405 p. (Collection Savoir-faire).

Bertran et al. 2006a

Bertran P., Bordes J.-G, Barre A., Lenoble A. et Mourre V. - Fabrique d’amas de débitage : données expérimentales, Bulletin de la Société Préhistorique Française, 103 : 33-47.

Bertran et al. 2006b

Bertran P., Claud E., Detrain L., Lenoble A., Masson B. et Vallin L. - Composition granulométrique des assemblages lithiques. Application à l’étude taphonomique des sites paléolithiques, Paléo, 18 : 7-36.

Carcaud et al. 2002

Carcaud N., Garcin M., Visset L., Musch J. et Burnouf J. - Nouvelle lecture de l’évolution des paysages fluviaux à l’Holocène dans le bassin de la Loire moyenne, in : Bravard J.-P. et Magny M. (coord.), Les fleuves ont une histoire, Errance, Paris : 71-85.

Castanet et al. 2015

Castanet C., Burnouf J., Camerlynck C., Carcaud N., Cyprien-Chouin A.-L., Garcin M. et Lamothe M. - Holocene fluvial dynamic of the middle Loire River (Val d’Orléans, France): responses to climatic variability and anthropogenic impacts, in : Arnaud-Fassetta G. et Carcaud N., French geoarchaeology in the 21st century, CNRS Editions, Paris, 620 p.

Castanet 2008

Castanet C. - La Loire en Val d’Orléans. Dynamiques fluviales et socio-environnementales durant les derniers 30 000 ans : de l’hydrosystème à l’anthroposystème, Thèse de Géographie Physique de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 545 p.

Courtois et Roux-Capron 2015

Courtois J., Roux-Capron E. - Orléans, 19 rue de la Cigogne, Loiret, Rapport d’opération préventive de diagnostic, SRA du Centre, Orléans, 39 p.

Crombé, Sergeant et De Reu 2013

Crombé Ph., Sergeant J. et De Reu J. - La contribution des dates radiocarbone pour démêler les palimpsestes mésolithiques : exemples provenant de la région des sables de couverture en Belgique du Nord-Ouest, in : Palethnographie du Mésolithique, Recherches sur les habitats de plein air entre Loire et Neckar, Actes de la table ronde internationale de Paris, 26 et 27 novembre 2010, textes publiés sous la dir. de B. Valentin, B. Souffi, Th. Ducrocq, J.-P. Fagnart, Fr. Séara et Ch. Verjux, Société Préhistorique Française, Paris : 235-249 (Séances de la Société Préhistorique Française, 2-1).

Deschamps et al. 2013

Deschamps S., Bayle G., Granai S. et Musch J. - Chilleurs-aux-Bois (Loiret), La Rouche : un site du premier mésolithique sur le plateau de Beauce, Revue Archéologique du Loiret, 36, 2012-2013 : 27-34.

Deschamps et al. (à paraître)

Musch J., Hamon C., Guéret C. et Soressi M. - Des mésolithiques d’ici et d’ailleurs à Auneau (L’Hermitage ” (Eure-et-Loir) : questionnement sur la mise en place et la fossilisation du gisement, Actes de la table-ronde “ Au cœur des gisements mésolithiques. Hommage à André Thévenin ”, Université de Besançon, 29 et 30 octobre 2013. Annales littéraires de l’Université de Besançon.

Fournier et al. 2010

Fournier L. (dir.), Bayle G., Creusillet M.-F, Deschamps S., Granai S., Guillemard Th., Musch J. et Salé Ph. - Une occupation du Mésolithique à l’époque moderne en Beauce : Chilleurs-aux-Bois, Loiret, La Rouche, Les Tirelles, Rapport de fouilles, Inrap CIF, Pantin.

Irribarria et al. 2005

Irribarria R. (dir.) avec la coll. de Creusillet M.-F., Deschamps S. et Liard M.- Un nouveau site Chambon à Muides-sur-Loire, “ Le Bas-des-Flénats ” (41), Rapport 2005, SRA du Centre, Orléans, 47 p., 34 Fig.

Joyeux et al. 2012

Joyeux P., Liard M. et Musch J. - Orléans, 26 rue de la Cigogne, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap CIF, Orléans, 54 p.

Kildéa 2008

Kildéa F. - Les occupations mésolithiques du site de Saint-Romain-sur-Cher “ le Chêne des Fouteaux ” (Loir-et-Cher), in : Ducrocq T., Fagnard J.-P., Souffi B. et Thévenin A. (dir.), Le Mésolithique ancien et moyen de la France septentrionale et des pays limitrophes, Actes de la table ronde d’Amiens, 9-10 octobre 2004, Société Préhistorique Française, Paris, 245 p. (Mémoire ; 45).

Lang et Kildéa 2007

Lang L. et Kildéa F. - A85, K3, Ingrandes-de-Touraine, site F, “ La Prairie d’Ingrandes ” (Indre-et-Loire), Rapport final d’opération de fouille, Inrap CIF, SRA du Centre, Orléans, 88 p.

Lardé et al. 2008

Lardé S. (dir.) avec la coll. de Barbier-Pain D., Bakkal-Lagarde M.-C., Bourne S., Chambon M.-P., Coubray S., Mercey F., Musch J. et Souffi B. - Bray-en-Val, “ Bois au Cœur ” (Loiret), 45 051 020 AP, Rapport Final, Avril 2008, Inrap, 2 vol., 95 fig.

Libert 2006

Libert K. (dir.) avec la coll. de Barthélemy C., Corsiez A., Deloze V., Fourré A., Grazi C., Galard F., Jesset S., Langry-Francois F., Leriche B., Pont-Tricoire C., Poulle P. et Roncin O. - Autoroute A 19- Section Artenay-Courtenay, Tranche A2, commune de Chevilly (Loiret), Rapport de diagnostic, Inrap coordination A19, SRA du Centre, 1 vol.

Pelegrin 2000

Pelegrin J. - Les techniques de débitage laminaire au Tardiglaciaire : critères de diagnose et quelques réflexions, in : Valentin B., Bodu P. et Christensen M. (dir.), L’Europe centrale et septentrionale au Tardiglaciaire, Actes de la Table-ronde internationale de Nemours, 14-15-16 mai 1997 : 73-87 (Mémoire du Musée de Préhistoire d’Île-de-France ; 7).

Petit et Métreau 1986

Petit D., Métreau O. - ZAC Cigogne, Rapport de Sauvetage Urgent 86/2, 45 234 027 AH, SRA du entre, Orléans.

Reimer et Reimer 2009

Reimer P.J. et Reimer R.W. - Radiocarbon 51(4) : 1111-1150.

Rozoy 1978

Rozoy J.-G. - Les derniers chasseurs. L’Épipaléolithique en France et en Belgique, essai de synthèse, Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, no spécial, 3 vol.

Séara 2014

Séara F. - Les occupations du premier Mésolithique des Basses Veuves (Pont-sur-Yonne). De la détection à l’interprétation, CNRS Éditions, Paris, 239 p. (Recherches Archéologiques ; 8).

Séara et Bostyn 2011

Séara F. et Bostyn F. - Occupations de plein air mésolithiques et néolithiques : le site de Presle à Lhéry dans la Marne, Société Préhistorique Française, 287 p. (Travaux ; 10).

Souffi 2004

Souffi B. - Le Mésolithique de Haute-Normandie : l’exemple du site d’Acquigny “ l’Onglais ” (Eure) et sa contribution à l’étude des gisements mésolithiques de plein air, Hadrain Books, Oxford (BAR, international series ;1307).

Souffi 2008

Souffi B. - Le Mésolithique de Haute-Normandie : taphonomie et interprétation chronoculturelle in : Fagnart J.-P., Thévenin A., Ducrocq Th., Souffi B. et Coudret P., Les débuts du Mésolithique en Europe du nord-ouest : Actes de la table ronde d’Amiens, 9-10 octobre 2004, Société Préhistorique Française, Paris : 135-151 (Mémoire ; 45).

Thiéry 2004

Thiéry G. - Orléans (Loiret), rue d’Ivoy et route d’Olivet, Rapport de diagnostic, Inrap CIF, Orléans, 36 p.

Vacassy et al. 2013

Vacassy G. (dir.), Deschamps S. et Liard M. - Orléans (Loiret), 38-40 Avenue de la Mouillère. Rapport de diagnostic, Inrap CIF, Orléans, 65 p.

Verjux 2000

Verjux Ch. - Les fosses mésolithiques d’Auneau (Eure-et-Loir, France), in : Crotti P. (éd.), Méso’97, Actes de la table-ronde “ Épipaléolithique et Mésolithique ” (Lausanne 1997), Cahiers d’archéologie Romande, 81, Lausanne : 129-138.

Verjux et al. 2013

Verjux Ch., Souffi B., Roncin O., Lang L., Kildéa F., Deschamps S. et Chamaux G. - Le Mésolithique en région Centre : un état des recherches, in : Palethnographie du Mésolithique, Recherches sur les habitats de plein air entre Loire et Neckar, Actes de la table ronde internationale de Paris, 26 et 27 novembre 2010, textes publiés sous la dir. de B. Valentin, B. Souffi, Th. Ducrocq, J.-P. Fagnart, Fr. Séara et Ch. Verjux, Société Préhistorique Française, Paris : 69-91 (Séances de la Société Préhistorique Française, 2-1).

Haut de page

Notes

1 Pascal Joyeux, Inrap, responsable de l’opération.

2 Grégory Vacassy, Inrap, responsable de l’opération.

3 Cette identification procède d’une approche spécifique mis en place par C. Castanet (Maître de Conférence, Université Paris VIII) lors de ces travaux de thèse (Castanet 2008). Il s’agit d’une approche physiographique et sédimentologique (MNT-Laser, ortho-photos aériennes, images satellitaires, BSS-BRGM sous un SIG).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Localisation des parcelles diagnostiquées au 26 rue de la Cigogne et au 38-40 avenue de la Mouillère à Orléans.
Crédits DAO S. Deschamps, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Fig. 2 - Plan de localisation des différents sites en région Centre.
Crédits Dao J. Musch, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 3 - Localisation des sites sur la carte géologique 1/50 000 d’Orléans.
Crédits DAO J. Musch, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 4 - Localisation des sites mésolithiques de la Rue de la Cigogne et Avenue de la Mouillère sur le MNT (Origine du MNT : Levé topographique haute résolution par Laser aéroporté sur la Loire moyenne.
Crédits © DIREN Centre, 2002, Restitution du MNT et Dao J. Musch, Inrap, d’après Castanet in : Thiéry 2004.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 5 - Log synthétique des sites de La Mouillère et de la Cigogne.
Crédits DAO M. Liard, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 6 - Plan général des tranchées de l’opération de la Cigogne et localisation du carré test.
Crédits Dao F. David, Pascal Joyeux et S. Deschamps, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tabl. 1 - Inventaire du matériel archéologique du site de la Cigogne par contexte archéologique.
Crédits J. Musch, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 7 - Plan général des tranchées de l’opération de la Mouillère, localisation du carré test et détail du carré test avec projection selon un axe horizontal de tout le matériel du carré.
Crédits DAO P.-Y. Devillers et S. Deschamps, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Tabl. 2 - Inventaire de l’industrie lithique du site de la Mouillère par contexte archéologique.
Crédits S. Deschamps, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 8 - Profil et projections du site de la Mouillère.
Crédits DAO M. Liard, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 9 - Industrie lithique du site de la Cigogne. Trois armatures : un triangle scalène, un triangle (isocèle, scalène court ?), une pointe à troncature à base retouchée concave et deux microburins.
Crédits Dessins J. Musch, DAO F. Tane, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 10 - Industrie lithique du site de la Mouillère. Produits lamellaires bruts.
Crédits Photo M. Noël, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 11 - Industrie lithique du site de la Mouillère. Nucléus.
Crédits Photo M. Noël, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 12 - Industrie lithique du site de la Mouillère Pointe à base retouchée concave.
Crédits Photo M. Noël, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tabl. 3 - Datations 14C des échantillons du site de la Mouillère. Datations effectuées par le laboratoire (Beta-Analytics). Calibrations obtenues d’après la courbe IntCal09, Reimer et Reimer 2009).
Crédits S. Deschamps, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 13 - Classification par âge calibré des sites du premier mésolithique de la région Centre.
Crédits DAO S. Deschamps, Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 14 - Plan des parcelles diagnostiquées au sud D’Orléans présentant ou non des vestiges du Mésolithique et matérialisation du paléochenal supposé.
Crédits DAO S. Deschamps, Inrap, d’après Courtois et Roux 2013.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2396/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Deschamps, Morgane Liard et Johannes Musch, « Nouveaux indices de fréquentation du Val d’Orléans (Loiret) par les premiers mésolithiques », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 55 | 2016, mis en ligne le 09 septembre 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://racf.revues.org/2396

Haut de page

Auteurs

Sandrine Deschamps

Inrap Centre et UMR 7041 ArScan Ethnologie préhistorique, 525 avenue de la pomme de pin 45590 Saint-Cyr-en-Val

Articles du même auteur

  • To dig or not to dig? [Texte intégral]
    Compte rendu du séminaire d’archéologie en région Centre (SARC) : Détection, caractérisation et fouille des sites paléolithiques et mésolithiques (Orléans, 4 avril 2014)
    Paru dans Revue archéologique du Centre de la France, Tome 54 | 2015

Morgane Liard

Inrap Centre et UMR 6042 GEOLAB (Clermont-Ferrand et Limoges), 525 avenue de la pomme de pin 45590 Saint-Cyr-en-Val

Articles du même auteur

Johannes Musch

Inrap Centre, 525 avenue de la pomme de pin 45590 Saint-Cyr-en-Val

Articles du même auteur

  • To dig or not to dig? [Texte intégral]
    Compte rendu du séminaire d’archéologie en région Centre (SARC) : Détection, caractérisation et fouille des sites paléolithiques et mésolithiques (Orléans, 4 avril 2014)
    Paru dans Revue archéologique du Centre de la France, Tome 54 | 2015
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page