Navigation – Plan du site
Carte localisation
Articles

Importation grecque et activité métallurgique sur un habitat rural de la périphérie de Bourges

Greek import and metallurgical activity on a rural settlement of the periphery of Bourges
Laurent Fournier et Florent Mercey

Résumés

Une opération de diagnostic archéologique réalisée à Soye-en-Septaine, à dix kilomètres au sud-est de l’agglomération berruyère, a permis la découverte d’une structure d’habitat semi-enterrée du ve s. av. n. è. Le comblement de cette fosse a livré un abondant mobilier céramique dont un fragment de canthare attique à figures rouges. Des fragments de minerai pisolithiques, présentant les traces d’une fracturation thermique, ont été mis au jour dans le comblement de cette cabane et dans le comblement d’une fosse postérieure attestant l’exploitation, au moins ponctuelle, des minerais de Champagne berrichonne à cette période1.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à remercier C. Dubosse (CD) (LabEx ArcHiMedE- CNRS) qui a identifié la céramique grecque, P.-Y. Milcent (UMR 5608, Univ. Toulouse 2) pour sa relecture attentive et L. Augier (UMR 8546 – AOROC-ENS, Service d’Archéologie préventive de Bourges+) pour ses conseils.

1Cette découverte est intervenue au cours d’une opération archéologique réalisée à Soye-en-Septaine au lieu-dit “ les Pierrots ” dans le département du Cher à l’automne 2014 (Fournier 2014) (Fig. 1). Le projet de construction d’un lotissement, portant sur une surface de 2,22 ha situés aux marges nord-est du village actuel, a conduit le service régional de l’Archéologie à prescrire une intervention de diagnostic. La commune de Soye-en-Septaine est située en Champagne berrichonne, à une quinzaine de kilomètres au sud-est de l’agglomération berruyère. L’occupation du ve s. av. n. è., est concentrée sur une faible surface, située dans la partie sud-ouest de l’emprise diagnostiquée. Une structure excavée et deux fosses, stratigraphiquement postérieures, constituent l’ensemble des découvertes attribuables à cette période.

Fig. 1 - Carte de situation de l’intervention réalisée sur le territoire de la commune de Soye-en-Septaine au lieu-dit “ les Pierrots ”.

Fig. 1 - Carte de situation de l’intervention réalisée sur le territoire de la commune de Soye-en-Septaine au lieu-dit “ les Pierrots ”.

Description de la fosse F.2

  • 2 Les trous de poteau, vraisemblablement installés au sud-est, pourraient avoir été détruits lors du (...)

2Cette fosse, orientée selon un axe NE-SO, se présente sous la forme d’un vaste creusement, légèrement trapézoïdal, à fond plat (L : 4,30 m ; l : 3,80 m ; prof. : 0,66 m). La construction apparaît relativement complexe (Fig. 2). La partie “ utile ” de cet ensemble est de taille réduite (L : 3,30 ; l : 1,45 m ; vol. : 3,20 m3). Une petite excroissance dans la partie sud-ouest permet d’en situer l’accès. Une banquette, pratiquée dans le substrat calcaire, occupe tout le bord sud-ouest. Large de 0,65 m, elle domine le fond de la structure d’une vingtaine de centimètres. Le creusement principal est bordé par une tranchée de faible ampleur. Sa profondeur maximale n’excède pas 10 cm pour une largeur d’une trentaine de centimètres. Quatre trous de poteau sont installés dans cette tranchée (F.17 au nord, F.18 et F.31 sur le côté ouest, et F.19 sur le côté est). Ces négatifs, de taille réduite ou faiblement implantés, ne semblent avoir joué qu’un rôle mineur dans le support de la charpente. L’ancrage au sol de la faîtière de toit est assuré par au moins deux trous de poteau2. F.28 est situé au pied de F.17, qu’il double, et dont il assure sans doute la stabilité. Il est partiellement engagé dans la paroi nord de F.2. Le second poteau F.29, qui entaille légèrement la paroi de la banquette, laisserait augurer un assujettissement forcé. Il est en effet possible qu’un support ait été ajouté pour prévenir, ou pallier, le fléchissement de la faîtière. Dans le comblement de la fosse F.2 ont été mis au jour des nodules et des plaques d’argile associés à des nombreux fragments de calcaire, rubéfiés ou non (US 1033=US 1016). Les plaques présentent une face plane et lissée. Le volume prélevé reste modeste (5,180 kg), toutefois, une grande partie de ces éléments se présentait, dans le remblai de F.2, sous une forme déstructurée. Dans l’épaisseur des pièces, de couleur rose-orangé, de nombreux fragments de calcaire de taille centimétrique sont visibles (Fig. 3). Ces éléments peuvent être identifiés comme des matériaux de construction de murets de terre crue ayant subi une exposition au feu. Ces murets étaient vraisemblablement fondés dans la tranchée entourant le creusement principal, les poteaux, dont les négatifs sont visibles au fond de celle-ci, leur servant d’armature.

Fig. 2 - Plan général et coupes de la structure excavée F.2.

Fig. 2 - Plan général et coupes de la structure excavée F.2.

- US 1045 : sédiment limoneux relativement homogène et meuble de couleur gris foncé mêlé de charbons de bois et fragments de calcaire rubéfiés. Dans cette couche, deux fragments de minerai pisolithique ont été découverts.
- US 1034 : sédiment limoneux de couleur brune mêlé de fragments de calcaire et de charbons de bois ;
- US 1033=1016 : sédiment argilo-calcaire de couleur rouge mêlé de plaques d’argile rubéfiée et de fragments de calcaire ;
- US 1034 : sédiment limoneux de couleur brune mêlé de fragments de calcaire et de charbons de bois.
- US 1014 : sédiment limoneux de couleur brun foncé homogène et compact mêlé de nombreux fragments de calcaire ;
- US 1003 : substrat calcaire.

(topographie : B. Wedajo : dessins et restitution graphique : L. Fournier et F. Tane).

3Des matériaux similaires, découverts sur les sites berruyers du Collège Littré et de l’Hôtel-Dieu, ont fait l’objet d’une première étude en 2007 (Cammas in Augier 2007). Les correspondances sont grandes entre les fragments recueillis à Soye-en-Septaine et ceux étudiés par Cécilia Cammas, à l’exception notable des traitements de surface qui semblent plus aboutis sur le site de Bourges, où l’on note, en particulier, la présence d’enduits peints sur les surfaces planes des pièces. Cette différence de traitement tient, sans doute, à la nature des constructions dont ils sont respectivement issus. Sur le site du Collège Littré, comme à l’Hôtel-Dieu, ils semblent provenir de bâtiments sur poteaux, et non d’une structure annexe semi-enterrée comme à Soye-en-Septaine.

4Dans la partie centre-nord du fond de F.2, une empreinte trapézoïdale F.30 a été découverte. L’identification de cette dépression, comblée par un sédiment cendreux, mêlé de nombreux charbons de bois, comme un petit foyer, se heurte toutefois à l’absence de traces d’impact thermique affectant le substrat calcaire autour du creusement.

  • 3 Cet incendie est également à l’origine de la cuisson des matériaux du mur en terre crue.

5Le fond de F.2 est recouvert, au nord, autour de F.30, par une fine couche limoneuse indurée, majoritairement composée de cendres et de charbons de bois (US 1046). La constitution de cette couche surviendrait à l’issue de la destruction de la structure par un incendie3. Le comblement interviendrait dans un laps de temps relativement court après cette destruction. En effet, aucune des couches du comblement ne semble témoigner d’une érosion du creusement.

Fig. 3 - Vue des “ plaques ” d’argile mise au jour dans le comblement du cabane excavée F.2. Ces plaques présentent, pour certaines d’entre elles, une surface lissée. Ces pièces sont constituées de limon argileux, mêlé de graviers calcaires.

Fig. 3 - Vue des “ plaques ” d’argile mise au jour dans le comblement du cabane excavée F.2. Ces plaques présentent, pour certaines d’entre elles, une surface lissée. Ces pièces sont constituées de limon argileux, mêlé de graviers calcaires.

(photographie : M. Noël).

Éléments d’interprétation et de comparaison

6La restitution de cette structure, telle que nous sommes en mesure de la proposer, laisse apparaître que les cloisons de cette cabane excavée ne devaient pas avoir une élévation importante, s’identifiant probablement à des murs bahuts (Fig. 4). Les chevrons, assujettis en haut de la charpente sur une panne faîtière, devaient reposer directement sur ces murets avec une angulation relativement importante du fait de l’étroitesse relative du creusement.

Fig. 4 - Proposition de restitution de la cabane excavée F.

Fig. 4 - Proposition de restitution de la cabane excavée F.

(restitution graphique : N. Holzem).

7Plusieurs sites berruyers ont livré des fonds de cabane de la fin du premier âge du Fer, au rang desquels on peut citer Saint-Martin-des-Champs, le site de la rue Louis Mallet, et le quartier de Port Sec (Milcent 2007 ; Luberne et Pautrat 2004 ; Augier et al. 2012). Les éléments découverts révèlent une grande diversité dans la forme, la taille et le mode de couverture. Sur le site de Port Sec sud, ces constructions semi-enterrées sont de forme quadrangulaire. Les trous de poteau sont majoritairement ancrés dans la partie médiane des petits côtés, un renfort pouvant être ajouté dans la partie centrale de la fosse, dans l’axe des deux trous précédents. Dans ce groupe, la présence de banquettes latérales est parfois signalée. Elles sont interprétées comme des marches permettant d’accéder à la partie la plus profonde de la structure. Cette proposition ne semble pas assurée dans le cas de Soye-en-Septaine, la banquette, située sur le côté sud-est du creusement, ne se trouvant pas dans l’axe de l’accès situé au sud-ouest. À Port Sec sud toujours, des tranchées parallèles aux parois de l’excavation ont été identifiées dans seulement trois cas, et la présence de vestiges de construction en terre n’est pas signalée (Augier et al. 2012 : 27).

Le mobilier découvert dans la cabane excavée F.2

8Les différentes couches d’occupation et de comblement de F.2 ont livré un abondant mobilier céramique, quelques éléments métalliques et trois fusaïoles.

La céramique (FM et CD)

Le corpus

9Ce sont au total 738 fragments de céramiques (pour un poids de 5 353 g) qui se répartissent selon des proportions variables dans toutes les unités stratigraphiques identifiées dans F.2 (Fig. 5). Le taux de fragmentation de ce mobilier est relativement important.

Fig. 5 - Répartition par unité stratigraphique (Tabl. 1) et par type de pâte (Tabl. 2), du mobilier céramique du cabane excavée F.2.

Fig. 5 - Répartition par unité stratigraphique (Tabl. 1) et par type de pâte (Tabl. 2), du mobilier céramique du cabane excavée F.2.
  • 4 Cette classification se fait par le biais des inclusions sableuses identifiées dans la composition (...)

10Le lot est majoritairement composé de céramique grossière (64 % du total), et de céramique semi-fine à fine4. De nombreux tessons présentent un lissage fin, relativement abouti, masquant les inclusions. Les couleurs des vases sont dominées par le gris sombre, cependant, quelques tessons présentent des surfaces brun sombre, voire ponctuellement rouges. Le décompte de cette céramique a permis d’identifier 40 fragments de bords, à lèvre aplatie ou arrondie, deux fonds aplatis, dont un annelé, et dix fragments décorés, composés de petites cannelures.

Les vases reconnus

11Nous signalerons, en premier lieu, la présence d’un fragment de vase d’importation grecque, à pâte orange, décoré de lignes de vernis noir, identifiable comme une lèvre de céramique attique à figures rouges (Fig. 6). Il s’agit d’un bord de canthare-sessile de la classe de Saint-Valentin (Py et al. 1993 : 108, AT-FR CtF ; Dubosse 2007 ; Dubosse 2008). La pâte, orangé pâle, est typique, le vernis de couleur brun-noir est en partie effacé. Le bord est éversé. Il est orné d’une bande réservée encadrée par des filets en vernis noir, ornée de languettes verticales et d’une série de points en vernis noir.

Fig. 6 - Fragment de céramique attique à figure rouge découvert dans le comblement de F.2.

Fig. 6 - Fragment de céramique attique à figure rouge découvert dans le comblement de F.2.

(photographie : M. Noël).

12Pour la céramique de production régionale, seize vases ont été individualisés. Les éléments reconnus sont suffisamment complets pour proposer une attribution typologique (Fig. 7 et Fig. 8).

Fig. 7 - Mobilier céramique mis au jour dans le comblement de la cabane excavée F.2. Jattes : 1016-1, 1045-2, 1017-4 et 1004-7 (céramiques fines) ; 1017-3 (céramique grossière) ; coupe : 1004-5 (céramique grossière) ; pot (?) : 1045-6 (céramique grossière) ; fond annelé : 1017-9 (céramique fine) ; gobelets : 1016-10 (céramique fine) ; 1017-11 (céramique grossière).

Fig. 7 - Mobilier céramique mis au jour dans le comblement de la cabane excavée F.2. Jattes : 1016-1, 1045-2, 1017-4 et 1004-7 (céramiques fines) ; 1017-3 (céramique grossière) ; coupe : 1004-5 (céramique grossière) ; pot (?) : 1045-6 (céramique grossière) ; fond annelé : 1017-9 (céramique fine) ; gobelets : 1016-10 (céramique fine) ; 1017-11 (céramique grossière).

(dessin et restitution graphique : F. Mercey).

Fig. 8 - Mobilier céramique mis au jour dans le comblement de la cabane excavée F.2. Gobelets : 1017-12 (céramique grossière) et 13 (céramique semi-fine) ; 1045-14 (céramique fine) ; jarres : 1005-15 et 1017-16 (céramiques grossières).

Fig. 8 - Mobilier céramique mis au jour dans le comblement de la cabane excavée F.2. Gobelets : 1017-12 (céramique grossière) et 13 (céramique semi-fine) ; 1045-14 (céramique fine) ; jarres : 1005-15 et 1017-16 (céramiques grossières).

(dessin et restitution graphique : F. Mercey).

13Les jattes sont au nombre de cinq et façonnées dans une pâte grossière (1017-3) ou fine (1016-1, 1045-2, 1017-4, 1004-7). Toutes, à l’exception du vase 1004-7, présentent une panse ouverte, rectiligne, marquée par une carène soulignant le bord. Si ce dernier apparaît vertical pour les vases 1045-2, 1017-3, 1017-4 et 1004-7, il est nettement rentrant dans le cas du vase 1016-1.

14Le vase 1004-5 est une coupe en céramique grossière et aux surfaces grossièrement lissées. Elle est dotée d’une panse ouverte, sans inflexion, se terminant par un bord continu et une lèvre arrondie décorée de digitations. Le vase 1045-6 est également doté d’une lèvre digitée. La petite taille du fragment ne permet toutefois pas de préciser sa typologie.

15Le vase 1017-9 est un fragment de fond annelé en céramique fine, dont les nombreuses inclusions, rigoureusement triées, sont visibles en surface, malgré un lissage assez abouti. Il semble présenter des traces de tour, ou de tournette.

16Parmi les gobelets, nous notons la présence de cols (1016-10 et 1045-14) et d’exemplaires à profil en “ S ” (1017-11 à 13). Les deux gobelets à col ont été réalisés en céramique fine, à petites inclusions sableuses parfois visibles en surface. Ces deux individus présentent des profils différents. L’individu 1016-10 montre une panse fermée bien marquée, un col très légèrement ouvert et court, avec une jonction col-panse arrondie. Le bord est légèrement épaissi, la lèvre arrondie. L’individu 1045-14 présente une forme plus ouverte que le 1016-10, avec un épaulement long, un col court, ouvert, à jonction col-panse anguleuse. Le bord est régulier et se termine sur une lèvre arrondie. Il est décoré de deux cannelures horizontales placées sur l’épaulement.

17Les gobelets à profil en “ S ” sont très comparables. Réalisés en céramique grossière (1017-11 et 12) ou semi-fine (1017-13), ils présentent une panse légèrement ouverte à carène très peu marquée, un épaulement peu fermé et un bord droit se terminant sur une lèvre arrondie. Le vase 1017-11 est doté d’un bord court, fermé, se distinguant par cet élément des vases 1017-12 et 13. Les surfaces sont lissées, régulières. Le vase 1017-11, en particulier, a connu un lissage particulièrement abouti et la présence d’un engobe semble possible. La singularité du vase 1017-12 réside dans son décor très couvrant, constitué de petites incisions pratiquées sur toute la panse. Ces incisions sont majoritairement verticales, plus ponctuellement, horizontales (Fig. 9). La médiocre qualité de réalisation de ce décor atteste une exécution rapide, sans soin particulier.

Fig. 9 - Céramique à décor incisé (1017-12).

Fig. 9 - Céramique à décor incisé (1017-12).

(photographie : M. Noël).

18Les vases de grande taille 1005-15 et 1017-16 correspondent vraisemblablement à des jarres ou des pots. Le premier, réalisé en céramique grossière, présente un col convexe à bord continu et lèvre arrondie. Il appartient certainement à un grand vase à profil globuleux ou en “ S ”. Ses surfaces furent finement lissées, et, comme pour le vase 1017-11, la présence d’un engobe peut être supposée.

19Le vase 1017-16 est d’une exécution plus sommaire, à inclusions sableuses petites à moyennes visibles en surfaces, qui, si elles furent lissées, paraissent irrégulières. Présentant une panse légèrement fermée, sans col distinct, cette céramique correspondrait à une forme simple, presque cylindrique.

Comparaisons et attribution chrono-culturelle

20Le motif ornant la lèvre du canthare attique est commun à la quasi-totalité des lèvres des vases de ce type. Il n’apporte donc aucune précision chronologique. La forme apparaît dans le courant du deuxième quart du ve s., et est produite jusqu’à la fin du premier quart du ive s. av. n. è. Huit fragments du même type de vase ont été recueillis sur les sites berruyers (1 fragment à Port Sec sud [Augier et al. 2012 : 64] et 7 à Saint-Martin-des-Champs [Milcent 2007 : 158]).

21Pour les productions régionales, l’habitat du promontoire de Bourges et sa périphérie, daté des vie-ve s. av. n. è., livre, naturellement, les meilleures comparaisons, en particulier le site de Saint-Martin-des-Champs et, dans une moindre mesure, celui de Port-Sec sud (Milcent et al. 2007 ; Augier et al. 2012). Ainsi les gobelets à panse fermée, à bord court ouvert et à lèvre arrondie, associés à des jattes à carène ou à des gobelets à profil en S. Notons également que quelques tessons présentent des décors couvrants, faits de petites incisions, tels le vase 3190 de Saint-Martin-des-Champs (Milcent 2007 : 120, PL 106) ou les vases 3544, 1134-1140 ou 1262 de Port Sec sud (Augier et al. 2012 : 106 et 222). La présence de décor de cannelures horizontales ou de pieds annelés y est également assurée. À l’inverse, contrairement aux sites berruyers, aucun des fragments mis au jour à Soye-en-Septaine ne présente de décor peint.

22Au plan régional, ce mobilier céramique trouve quelques points de comparaison au sein des ensembles du Hallstatt ou de La Tène ancienne du Loiret et d’Eure-et-Loir. Ainsi, sur le site de Dadonville (Loiret) (Bakkal-Lagarde et Peyne 2013) plusieurs jattes à bord rentrant ou vertical sont associées à des vases à profil simple, tels de grands vases globuleux à col ouvert, des gobelets à profil en S peu marqué, similaires aux individus 1017-11, 12 ou 13 de Soye-en-Septaine. Dadonville livre également des vases hauts, à col rentrant (ibid. : 25, no 5) dont la forme apparaît comme une évolution du vase 1017-11 de Soye, ainsi que des coupes à profil simple et lèvre décorée d’impressions digitales. Pour le registre décoratif, les décors peints sont particulièrement bien représentés dans l’ensemble de Dadonville. Le site de Dadonville est attribué au Hallstatt final IIa/IIb, La Tène ancienne ou au HaD3/LTa.

23Le site de Fleury-les-Aubrais (Loiret), attribué à la seconde moitié du premier âge du Fer (Simonin et Thibault 1988) livre des coupes à profil simple, sans inflexion du bord, de petits gobelets à profil en S à décor de cannelures horizontales, quelques cols de grands vases à profil convexe et quelques jattes à bord légèrement infléchi. Les vases et des formes ouvertes simples sont dotés d’impressions digitales sur la lèvre.

24À Allaines, les jattes carénées présentent des formes plus profondes que les exemplaires de Soye-en-Septaine (Casadei, Cottiaux et Sellès 2006). Quelques tessons présentent des digitations sur lèvre, mais leur forme n’est pas toujours reconnue. Un gobelet à profil en S, relativement haut et étroit (ibid. : 9 no 9), et un vase à épaulement arrondi (ibid. : 8 no 9) sont originaux au regard des éléments découverts à Soye-en-Septaine.

25Ce mobilier peut certainement être attribué à la toute fin du premier âge du Fer régional, c’est-à-dire à La Tène A1 dans le système chronologique Reinecke, complétant les nombreuses données déjà connues sur l’oppidum biturige et ses abords.

L’instrumentum (LF)

  • 5 La position de ces éléments, découverts à proximité de la fosse F.5, peut être liée à leur déplacem (...)

26Le mobilier découvert dans le comblement de F.2 est constitué pour l’essentiel de céramiques. Seuls deux petits fragments de fer, une tige de bronze (L : 90 mm ; Ø : 3 mm), et trois fusaïoles en terre cuite ont été mis au jour dans le comblement de F.2. Il convient également de signaler la présence de deux fragments d’un agglomérat de pisolithes5.

Les structures postérieures

27Deux fosses recoupent, dans sa partie sud-ouest, la cabane excavée F.2 (Fig. 10). Toutes deux ont livré un mobilier céramique, numériquement réduit, contemporain du mobilier mis au jour dans la fosse F.2.

Fig. 10 - Plans et coupes des fosses postérieures à la cabane excavée F.2.

Fig. 10 - Plans et coupes des fosses postérieures à la cabane excavée F.2.

Description du comblement de la fosse F.3
- US 1012 : sédiment limoneux brun avec une forte composante calcaire ;
- US 1011 : couche de calcaire jaune probablement liée à l’érosion ou effondrement de l’épaulement est de la structure F.3. Cette couche se prolonge à l’ouest sous le numéro 1012 avec une composante plus forte de limon ;
- US 1010 : sédiment limoneux brun foncé homogène et compact mêlé de nodules calcaires rares ;
- US 1009 : calcaire pulvérulent de couleur jaune qui correspond à l’effondrement de la paroi est de la fosse ;
- US 1008 : couche de sédiment calcaire pulvérulent avec quelques rares fragments de calcaire en dalettes, cette couche est liée à l’érosion des parois de la fosse.

(topographie : B. Wedajo ; restitution graphique : L. Fournier).

  • 6 Permettant, tout au moins, de relativiser l’exclusivité de l’approvisionnement en provenance du sec (...)

28La fosse ou le silo F.3 recoupe son angle sud-est. F.3 (L : 1,65 m ; l : 1,07 m ; prof. : 0,41 m). La fosse F.5 recoupe F.2 au sud-ouest (L : 1,70 m ; l : 1 m ; prof. : 0,19 m). Cette fosse est comblée par une unique couche constituée par un sédiment limoneux de couleur brune homogène et compact mêlé de nombreux fragments de calcaire rubéfiés et non rubéfiés et de nodules d’argile cuite. Il est important de noter la présence, dans le comblement de cette fosse, de blocs de minerai pisolithique (Fig. 11), dont la nature diffère du minerai généralement découvert au sud de Bourges, qui se présente plus couramment sous la forme de grains libres. Ces blocs, comme ceux mis au jour dans le comblement supérieur de F.2, semblent avoir subi une fracturation thermique. Il est donc possible que nous soyons en présence d’une fosse de grillage du minerai de fer. Des masses de fer importantes en cours de compactage ont été mises au jour sur le site de Saint-Martin-des-Champs à Bourges. L’origine du minerai reste inconnue, même si l’on soupçonne une provenance du district minier de la forêt d’Allogny au nord de Bourges (Milcent et al. 2007 : 175 sq.). La découverte de fragments de minerai pisolithique dans un contexte hallstattien renouvelle la problématique de l’approvisionnement du grand centre de production biturige6. Toutefois, les déchets métallurgiques attestant d’une transformation de ce minerai n’ont pas été identifiés sur le site.

Fig. 11 - Vue d’un fragment de minerai pisolithique, présentant des traces de fracturation thermique, découverts dans le comblement de la fosse F.5.

Fig. 11 - Vue d’un fragment de minerai pisolithique, présentant des traces de fracturation thermique, découverts dans le comblement de la fosse F.5.

(photographie : M. Noël).

Conclusion générale

  • 7 Une zone d’empreintes de poteaux a été découverte au nord de la fosse F.2. Faute de mobilier, il es (...)

29Les vestiges de Soye-en-Septaine, sont constitués d’une construction excavée et deux fosses7. Le mobilier mis au jour dans le comblement de ces structures atteste une occupation du site à la fin du premier âge du Fer régional (LT A1). À cette époque l’agglomération berruyère connait son extension maximale et apparaît désormais comme un site multipolaire. En effet, si l’habitat du promontoire est encore occupé dans la première moitié du ve s. av n. è., de nouveaux noyaux, mêlant habitations, échoppes et ateliers, investissent l’espace à l’est du centre proto-urbain. À partir de celui-ci, Pierre-Yves Milcent définit trois autres zones établies “ en fonction de la richesse des ensembles et de leur éloignement par rapport à l’agglomération ” (Milcent 2004 : 296-297 ; Milcent et al. 2007 : 266) (Fig. 12). Le site de Soye-en-Septaine, distant de 10 km de l’agglomération berruyère, prend place dans la seconde zone qui couvre une surface concentrique située entre 5 et 25 km autour du centre urbain. Dans cette zone, on trouve des tombes privilégiées modestes, deux enclos (funéraires ?) de forme rectangulaire et quatre habitats dont aucun n’a livré de céramique d’importation. Seul, l’établissement ouvert du Chemin de Gionne, situé à cinq kilomètres à l’est de Bourges, soit à la limite du premier et du deuxième cercle avait jusqu’alors livré un tesson attique (Milcent 2004 : 294). Il est difficile, en l’état actuel de notre documentation, de préciser la nature de l’occupation de Soye-en-Septaine, situé au cœur de ce deuxième cercle. Cet établissement est le premier, inscrit dans cet espace, à livrer un mobilier prestigieux, même s’il est en nombre limité. Il pourrait confirmer l’existence d’un lien entre les notables de ce secteur et l’aristocratie berruyère, qui apparait comme l’intermédiaire privilégié, voire exclusif, des relations méditerranéennes, et dont la base de la fortune reste très vraisemblablement foncière (ibidem : 298 ; Augier et al. 2012 : 210). Peut-on envisager, comme le propose P.-Y. Milcent, pour expliquer la présence d’un tesson de céramique attique à Soye-en-Septaine, un rapport de clientèle, et peut-être de sujétion, entre une élite aristocratique, installée à Bourges, et des notables locaux, dépositaires et relais de leur autorité économique et militaire sur un territoire périphérique ? Le mobilier métallurgique mis au jour dans le comblement de F.5 mériterait également des investigations complémentaires, éclairant peut-être d’un jour nouveau les circuits d’approvisionnement des forgerons berruyers à la fin du premier et au début du second âge du Fer. Cependant, la position des terrains sondés, entourés de constructions modernes, ne permet guère d’augurer de nouvelles découvertes dans ce secteur.

Fig. 12 - Carte des sites du HaD3/LTA ancienne corrélée avec la carte de répartition des importations méditerranéennes aux environs de l’agglomération berruyère.

Fig. 12 - Carte des sites du HaD3/LTA ancienne corrélée avec la carte de répartition des importations méditerranéennes aux environs de l’agglomération berruyère.

- US 1012 : sédiment limoneux brun avec une forte composante calcaire ;
- US 1011 : couche de calcaire jaune probablement liée à l’érosion ou effondrement de l’épaulement est de la structure F.3. Cette couche se prolonge à l’ouest sous le numéro 1012 avec une composante plus forte de limon ;
- US 1010 : sédiment limoneux brun foncé homogène et compact mêlé de nodules calcaires rares ;
- US 1009 : calcaire pulvérulent de couleur jaune qui correspond à l’effondrement de la paroi est de la fosse ;
- US 1008 : couche de sédiment calcaire pulvérulent avec quelques rares fragments de calcaire en dalettes, cette couche est liée à l’érosion des parois de la fosse.

(topographie : B. Wedajo ; restitution graphique : L. Fournier).

Haut de page

Bibliographie

Augier et al. 2007

Augier L., Mennessier-Jouanet C., Milcent P.-Y., Pion P., Orengo L. et Riquier S. - Les ive et iiie siècles avant notre ère en France Centrale (Auvergne, Berry, Orléanais), in : Menessier-Jouannet C., Adam A.-M. et Milcent P.-Y. (dir.), La Gaule dans son contexte européen aux ive et iiie s. av. n. è. Actes du XXVIIe colloque international de l'AFEAF (Clermont-Ferrand, 29 mai-1er juin 2003), Lattes : 117-176 (Monographies d'Archéologie Méditerranéenne).

Augier et al. 2012

Augier L., Buchsenschutz O., Durand R., Filipini A., Germinet D., Maçon P., Pauly S., Ralston I., Roure R., Salin M., Tichit A. et Vannière B. - Un complexe princier de l’âge du Fer : le quartier artisanal de Port Sec sud à Bourges (Cher), 41e Suppl. à la RACF, Bituriga - Monographie 2012-1, FERACF, Bourges Plus, Tours, Bourges, 2 vol. : 231 et 454 p.

Bakkal-Lagarde et Peyne 2013

Bakkal-Lagarde M.-C. et Peyne N. - Une occupation Hallstatt final-La Tène ancienne : le “ Haut des Vignes ” à Dadonville (Loiret), RACF [En ligne], 52, http://racf.revues.org/1887.

Cammas 2007

Cammas C. - Approche micromorphologique du traitement de surface des murs sur les sites de Littré et de l’hôtel-Dieu, in : Augier L., Buchsenschutz O., Ralston I. (dir.), Un complexe princier de l’âge du Fer : l’habitat du promontoire de Bourges (Cher), (vie-ive s. av. J.-C.), 32e Suppl. à la RACF, Bituriga - Monographie 2007-3, FERACF, Bourges Plus, Tours, Bourges: 135-147.

Casadei, Cottiaux et Sellès 2006

Casadei D., Cottiaux R. et Sellès H. - Les structures et le mobilier du site d’habitat Hallstatt final-La Tène ancienne d’Allaines Mervilliers (Eure-et-Loir), RACF [En ligne], 44, http://racf.revues.org/495.

Dubosse 2007

Dubosse C. - Céramique d’importation, production attique et à vernis noir et Catalogue de la céramique attique, in : Milcent 2007 : 141-160.

Dubosse 2008

Dubosse C. - Ensérune (Nissan-lez-Ensérune, Hérault): les céramiques grecques et de type grec dans leurs contextes (vie-ive s. av. n. è.), Éd. de l’Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, Lattes, 567 p. (Monographies d’archéologie méditerranéenne no 23).

Fournier 2014

Fournier L. - Cher, Soye-en-Septaine, “ les Pierrots ”, Rapport de diagnostic, Inrap Direction interrégionale Centre-Île-de-France, 67 p. (consultable au SRA Centre)

Luberne et Pautrat 2004

Luberne A. et Pautrat P. - Bourges, Service départemental d’incendie et de secours (18), Site 18-033-554 AH, Rapport Final d’Opération de diagnostic archéologique, Inrap Direction interrégionale Centre-Île-de-France, 16 p. (consultable au SRA Centre).

Milcent 2004

Milcent P.-Y. - Le premier âge du Fer en France centrale, Paris, Mémoires de la Société préhistorique française, 718 p.

Milcent 2007

Milcent P.-Y. (dir.), Bourges-Avaricum, un centre proto-urbain celtique du ve siècle av. J.-C. Les fouilles du quartier Saint-Martin-des-Champs et les découvertes des Établissements militaires, Bituriga - Monographie 2007-1, Bourges, Service d’archéologie municipal, 2 vol., 341 et 176 p.

Py et al. 1993

Py M., Androher Auroux A. M., Castanyer P., Sanmarti E. et Tremoledaj J. - Céramique attique à figures rouges, in : Py M. (dir.), Dictionnaire des Céramiques Antiques (viie s. av. n. è.- viie s. de n. è.) en Méditerranée nord-occidentale (Provence, Languedoc, Ampurdan), Lattes : 104-116 (Lattara 6).

Simonin et Thibault 1988

Simonin D. et Thibault A. - La fosse du Premier Âge du fer de Fleury-les-Aubray (Loiret), RAL, 14 : 37-54.

Haut de page

Notes

1 Topographie : B. Wedajo (BW) (Inrap), Dessins et photographie de terrain : P. Pautrat (PP) (Inrap) ; photographie objets : M. Noël (MN) (Inrap) ; restitution graphique : N. Holzem (NH) (Inrap) ; restitution graphique : F. Tane (FT) (Inrap).

2 Les trous de poteau, vraisemblablement installés au sud-est, pourraient avoir été détruits lors du creusement de la fosse F.3. Il est également possible que la faîtière du toit ait reposé au sud sur une sablière haute installée au-dessus de l’accès.

3 Cet incendie est également à l’origine de la cuisson des matériaux du mur en terre crue.

4 Cette classification se fait par le biais des inclusions sableuses identifiées dans la composition des pâtes. La céramique grossière présente des inclusions petites à grosses (jusqu’à 3 mm, voire plus) et bien visibles en surface : la céramique fine et semi-fine présente également des inclusions sableuses, plus ou moins visibles en surface et dont la taille n’excède pas 2 mm.

5 La position de ces éléments, découverts à proximité de la fosse F.5, peut être liée à leur déplacement lors de travaux aratoires.

6 Permettant, tout au moins, de relativiser l’exclusivité de l’approvisionnement en provenance du secteur d’Allogny.

7 Une zone d’empreintes de poteaux a été découverte au nord de la fosse F.2. Faute de mobilier, il est impossible de lier ces constructions à l’occupation du ve s. av n. è. Elles pourraient, en effet, faire partie de l’occupation gallo-romaine mise au jour dans la partie orientale de l’emprise.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Carte de situation de l’intervention réalisée sur le territoire de la commune de Soye-en-Septaine au lieu-dit “ les Pierrots ”.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 2 - Plan général et coupes de la structure excavée F.2.
Légende - US 1045 : sédiment limoneux relativement homogène et meuble de couleur gris foncé mêlé de charbons de bois et fragments de calcaire rubéfiés. Dans cette couche, deux fragments de minerai pisolithique ont été découverts. - US 1034 : sédiment limoneux de couleur brune mêlé de fragments de calcaire et de charbons de bois ; - US 1033=1016 : sédiment argilo-calcaire de couleur rouge mêlé de plaques d’argile rubéfiée et de fragments de calcaire ; - US 1034 : sédiment limoneux de couleur brune mêlé de fragments de calcaire et de charbons de bois. - US 1014 : sédiment limoneux de couleur brun foncé homogène et compact mêlé de nombreux fragments de calcaire ; - US 1003 : substrat calcaire.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2348/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 3 - Vue des “ plaques ” d’argile mise au jour dans le comblement du cabane excavée F.2. Ces plaques présentent, pour certaines d’entre elles, une surface lissée. Ces pièces sont constituées de limon argileux, mêlé de graviers calcaires.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2348/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Crédits (photographie : M. Noël).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2348/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 4 - Proposition de restitution de la cabane excavée F.
Crédits (restitution graphique : N. Holzem).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2348/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 5 - Répartition par unité stratigraphique (Tabl. 1) et par type de pâte (Tabl. 2), du mobilier céramique du cabane excavée F.2.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2348/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 6 - Fragment de céramique attique à figure rouge découvert dans le comblement de F.2.
Crédits (photographie : M. Noël).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2348/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 7 - Mobilier céramique mis au jour dans le comblement de la cabane excavée F.2. Jattes : 1016-1, 1045-2, 1017-4 et 1004-7 (céramiques fines) ; 1017-3 (céramique grossière) ; coupe : 1004-5 (céramique grossière) ; pot (?) : 1045-6 (céramique grossière) ; fond annelé : 1017-9 (céramique fine) ; gobelets : 1016-10 (céramique fine) ; 1017-11 (céramique grossière).
Crédits (dessin et restitution graphique : F. Mercey).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2348/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 8 - Mobilier céramique mis au jour dans le comblement de la cabane excavée F.2. Gobelets : 1017-12 (céramique grossière) et 13 (céramique semi-fine) ; 1045-14 (céramique fine) ; jarres : 1005-15 et 1017-16 (céramiques grossières).
Crédits (dessin et restitution graphique : F. Mercey).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2348/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 9 - Céramique à décor incisé (1017-12).
Crédits (photographie : M. Noël).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2348/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 10 - Plans et coupes des fosses postérieures à la cabane excavée F.2.
Légende Description du comblement de la fosse F.3 - US 1012 : sédiment limoneux brun avec une forte composante calcaire ; - US 1011 : couche de calcaire jaune probablement liée à l’érosion ou effondrement de l’épaulement est de la structure F.3. Cette couche se prolonge à l’ouest sous le numéro 1012 avec une composante plus forte de limon ; - US 1010 : sédiment limoneux brun foncé homogène et compact mêlé de nodules calcaires rares ; - US 1009 : calcaire pulvérulent de couleur jaune qui correspond à l’effondrement de la paroi est de la fosse ; - US 1008 : couche de sédiment calcaire pulvérulent avec quelques rares fragments de calcaire en dalettes, cette couche est liée à l’érosion des parois de la fosse.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2348/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 11 - Vue d’un fragment de minerai pisolithique, présentant des traces de fracturation thermique, découverts dans le comblement de la fosse F.5.
Crédits (photographie : M. Noël).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2348/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 12 - Carte des sites du HaD3/LTA ancienne corrélée avec la carte de répartition des importations méditerranéennes aux environs de l’agglomération berruyère.
Légende - US 1012 : sédiment limoneux brun avec une forte composante calcaire ; - US 1011 : couche de calcaire jaune probablement liée à l’érosion ou effondrement de l’épaulement est de la structure F.3. Cette couche se prolonge à l’ouest sous le numéro 1012 avec une composante plus forte de limon ; - US 1010 : sédiment limoneux brun foncé homogène et compact mêlé de nodules calcaires rares ; - US 1009 : calcaire pulvérulent de couleur jaune qui correspond à l’effondrement de la paroi est de la fosse ; - US 1008 : couche de sédiment calcaire pulvérulent avec quelques rares fragments de calcaire en dalettes, cette couche est liée à l’érosion des parois de la fosse.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2348/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Fournier et Florent Mercey, « Importation grecque et activité métallurgique sur un habitat rural de la périphérie de Bourges », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 55 | 2016, mis en ligne le 20 mai 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://racf.revues.org/2348

Haut de page

Auteurs

Laurent Fournier

Inrap, Centre-Île-de-France, Centre archéologique Inrap, 525 avenue de la Pomme de Pin, 45590 Saint-Cyr-en-Val (laurent.fournier@inrap.fr), responsable de l’opération

Florent Mercey

Inrap, Centre-Île-de-France, Centre archéologique Inrap, 525 avenue de la Pomme de Pin, 45590 Saint-Cyr-en-Val (florent.mercey@inrap.fr), étude du mobilier céramique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page