Navigation – Plan du site
Carte localisation
Articles

Une faisanderie moderne à Saint-Pathus (Seine-et-Marne)

Excavation of an 18th c. pheasantry in Saint-Pathus (Seine-et-Marne, France)
Jean-Yves Dufour

Résumés

La faisanderie de Saint-Pathus est, en France, la première du genre fouillée et identifiée par l’archéologie. Elle peut servir de modèle, pour la reconnaissance par les archéologues, de toutes sortes d’enceintes destinées à l’élevage des oiseaux.
La phase d’occupation la plus récente du site des “ Petits Ormes ” à Saint-Pathus est matérialisée par les vestiges d’un enclos d’élevage bien particulier attribué au xviiie s. L’établissement se présente sous la forme d’un enclos quadrangulaire appréhendé sur une surface de 2 250 m². Le périmètre intérieur de l’enclos est bordé d’une série de menues constructions.
L’interprétation de la fonction de cet établissement rural est facilitée par le rapprochement des données archéologiques avec le Plan d’Intendance de la généralité de Paris de 1784 ; l’enclos fouillé correspond à une faisanderie, nommée en toutes lettres. Pour savoir à quoi ressemblait une faisanderie, une lecture archéologique de la littérature agronomique et cynégétique sur le sujet s’est avérée utile. Vingt-trois auteurs des xviiie et xixe s. informent sur les normes traditionnellement observées et données pour l’élevage des faisans ; emplacement de la faisanderie, forme de sa construction et soins apportés aux lieux de ponte.
Sur la base des traités, une estimation de la production est donnée pour la faisanderie de Saint-Pathus.
La confrontation est menée entre les vestiges fouillés et la description faite des faisanderies dans des manuels d’agriculture et des ouvrages liés à la chasse

Haut de page

Texte intégral

1Vraisemblablement introduit en Europe dès l’Antiquité, mais surtout mentionné à partir du haut Moyen Âge, le faisan reste un oiseau de volière et d’ornement jusqu’au xviie s. Son élevage connaît un développement important à partir du règne de Louis XIV, qui coïncide avec celui de la chasse à tir (Dunoyer de Noirmont 1868, III : 250). Le faisan est en effet un gibier qui supporte bien l’élevage et dont le caractère ornemental se marie parfaitement avec l’aspect théâtral de la chasse. D’abord gibier royal – les premiers élevages sont mis en place par le capitaine des chasses de Louis XIV – la mode s’en répand vite auprès des élites. À titre d’exemple, entre 1748 et 1785, près de 107 000 faisans sont tués dans les capitaineries de Halatte et de Chantilly pour les chasses du Prince de Condé (Laporte de 2004 : 176). Dans ses Voyages en France, Arthur Young (Young 1793 : 173) décrit la chasse à tir chez le duc de Liancourt (Oise). Ces trois hauts lieux de la chasse moderne sont à une trentaine de kilomètres de Saint-Pathus, qui est situé à la limite nord de la Seine-et-Marne (Fig. 1). La phase d’occupation la plus récente du site des “ Petits Ormes ” à Saint-Pathus est matérialisée par les vestiges d’un enclos d’élevage bien particulier attribué au xviiie s.

Fig. 1 - Localisation de Saint-Pathus sur un extrait de la carte IGN au 1/25 000.

Fig. 1 - Localisation de Saint-Pathus sur un extrait de la carte IGN au 1/25 000.

(© IGN et Mehdi Belarbi, Inrap).

2Cet établissement rural se présente sous la forme d’un enclos quadrangulaire d’une surface de 5 183 m2, fouillée sur 2 250 m², matérialisé par une série de modestes fossés. Le périmètre intérieur de l’enclos est bordé d’une série de vestiges archéologiques qui suggèrent la présence de constructions légères (Fig. 2). L’enceinte comprend également un bâtiment quadrangulaire fondé en pierres.

Fig. 2 - Plan des vestiges archéologiques de la faisanderie des “ Petits Ormes ” à Saint-Pathus (77).

Fig. 2 - Plan des vestiges archéologiques de la faisanderie des “ Petits Ormes ” à Saint-Pathus (77).

(© P. Raymond, S. Hurard, Inrap).

  • 1 Nous remercions Séverine Hurard (Inrap, UMR 7041, équipe Archéologies environnementales) pour la mi (...)

3La fouille du site est intervenue en 2006, sous la direction de Séverine Hurard1.

4L’interprétation de la fonction de cet établissement est facilitée par le rapprochement des données archéologiques avec le Plan d’intendance de la Généralité de Paris de 1784. L’enclos fouillé correspond à une faisanderie, désignée en toutes lettres.

5À quoi ressemblait une faisanderie ?

6Pour le savoir, une lecture archéologique de la littérature agronomique et cynégétique fut réalisée sur le sujet. Cette lecture consiste à extraire des ouvrages, ce qui fait l’objet de l’étude archéologique, après abandon des sites. Concrètement, à quoi peuvent ressembler les vestiges archéologiques, issus de ces activités agricoles ?

  • 2 Liger 1723 ; Alletz 1760 ; Delisle de Sales 1769 ; Goury de Champgrand 1769 ; Encyclopédie oéconomi (...)

7Vingt-trois auteurs2 des xviiie et xixe s. nous informent des normes traditionnellement observées et données pour l’élevage des faisans. On trouve parmi eux, de vrais agronomes, mais aussi des compilateurs, et des professionnels du monde de l’élevage et de la chasse. Si ces derniers détaillent plus les enceintes de la faisanderie, le discours de tous ces auteurs est assez homogène, ce qui est lié, entre autres, aux effets de la compilation, mais également au faible étalement chronologique d’une activité qui connaît son engouement seulement à partir du xviiie s. La forte proportion des manuels de chasse indique clairement que la faisanderie relève plus du domaine de la vénerie que de l’économie rurale.

8Ces manuels nous informent sur l’emplacement de la faisanderie, la forme de sa construction et détaillent les soins à apporter aux lieux de ponte, appelés parquets (petits parcs).

9Pour chacun de ces thèmes, confrontation est faite entre les trois types de sources dont nous disposons : les vestiges issus de la fouille (Fig. 2), le Plan d’intendance (Fig. 3 et 4) et la description faite des faisanderies dans des manuels d’agriculture et des ouvrages liés à la chasse.

10La fouille de la faisanderie de Saint-Pathus fournit l’occasion de s’interroger, y compris pour des périodes dites tardives, sur l’incidence des pratiques sociales sur la gestion de l’espace rural et l’environnement. Elle témoigne d’un rapport homme/milieu où les réserves cynégétiques, espaces boisés ou humides, sont des constructions anthropiques implantées dans des terroirs transformés et adaptés aux exigences de la chasse, jusque dans la régulation des espèces animales et végétales (Duceppe-Lamarre 2006 : 199).

Un emplacement bien choisi pour l’approvisionnement optimal des faisans

Le lieu (Fig. 1)

11La commune de Saint-Pathus est localisée à la limite entre la Seine-et-Marne et l’Oise, dans la Goële, région naturelle caractérisée par de basses collines sableuses couvertes de bois et de bosquets surmontant de vastes plaines constituées de limons des plateaux favorables à la céréaliculture. Le site des “ Petits Ormes ” est enserré entre les lits de deux rus formés à la naissance de la Thérouanne.

12Le Plan d’intendance de la Généralité de Paris de 1784 (1C43/19 AD 77) présente une belle vue aquarellée de la faisanderie (Fig. 3), qui permet de préciser son emplacement au xviiie s. L’enclos est distant de 400 m des premières habitations villageoises situées plus au sud. La microtopographie réalisée lors de la fouille nous indique que la faisanderie est implantée sur un terrain avec un léger pendage vers l’est. Cette exposition n’est pas la plus favorable, mais elle est recherchée dans les autres lieux destinés à l’élevage des volatiles (poulaillers, pigeonniers).

Fig. 3 - Le terroir de Saint-Pathus sur le Plan d’Intendance de la Généralité de Paris de 1784.

Fig. 3 - Le terroir de Saint-Pathus sur le Plan d’Intendance de la Généralité de Paris de 1784.

(© Archives Départementales 77, 1C43/19).

  • 3 “ …, par la raison toute simple que le faisan est un gibier coureur qui affectionne peu l’endroit o (...)

13Le lieu destiné à cet élevage, considéré à l’époque moderne comme de qualité, est le premier point abordé par les auteurs anciens. Le faisan n’aime ni les autres volailles, ni le bruit, aussi la faisanderie doit être aménagée dans “ un endroit écarté ”, “ un lieu séparé ”, “ une demeure isolée ”, dans les bois (gravure donnée par Liger 1723, Baudrillart et Quingery 1834 : 369), dans “ une plaine exposée au midi et au levant ” (Baudrillart et Quingery 1834 : 369 ; Quingery 1837 : 16 ; Bertrand 1851 :14), “ à l’abri des vents froids et humides ”, “ éloigné de toute habitation ” (Bulliard 1823 : 65). Deux auteurs, faisandiers professionnels (Quingery de 1837 : 16 ; Rouzé 1851), localisent la faisanderie au centre de la propriété3.

Surface, aménagements et végétation

  • 4 Sous l’Ancien Régime, un arpent des eaux et forêts mesure 5 107,2 m2.

14Les surfaces souhaitables sont également indiquées par les manuels anciens. La faisanderie libre (non cloturée) est composée de 4 à 6 ha de taillis, avec surfaces gazonnées (Belèze 1862 : 732 ; Dubosc 1875 : 308). En Allemagne, de nombreux élevages de 500 faisans se font sur un terrain de 8 ha (La Blanchère 1872 : 183). “ Cinq hectares environ sont une étendue convenable ” (Gayot 1866 : 347), la même dimension de dix arpents4 plantés en herbe et buissons étant donnée par Rozier et Quatremère de Quincy. Plusieurs arpents fermés de murs assez hauts sont nécessaires (Cuvier 1820 : 162).

  • 5 Pour le gibier à plumes, le ressui consiste à sécher son plumage et à s’épouiller.

15Outre des herbes, petits buissons épais et fourrés (Encyclopédie oéconomique 1770), plusieurs auteurs décrivent un parc pour moitié en grains et herbes, avec remises de grands arbres et allées sableuses qui procurent un ressui5 aux faisans (Baudrillart et Quingery 1834 : 370 ; Quatremère de Quincy 1794 : 185 ; Bertrand 1851 : 16 ; Bulliard 1823 : 69 ; Quingery 1837 : 19 ; Dubosc 1875 : 308). Comme dans les remises destinées à la reproduction du gibier des plaines (lièvre, perdrix…) les arbres et arbrisseaux fournissant des baies sont très appréciés. Ainsi témoigne le faisandier Bertrand : “ Il faut donc, autant que cela se peut, choisir pour sa faisanderie une portion de parc ou de bois qui soit située en plaine ou en pente douce, et qui réunisse en partie les conditions ci-dessus. De toutes les expositions, celle au Levant et au Midi est incontestablement la meilleure quant aux arbres et aux arbustes, que l’on doit chercher rassembler en plus grand nombre dans ce terrain sagement aménagé, ce sont le genévrier, le cornouiller, l’épine blanche, l’épine noire ou prunellier, le fusain, le merisier grappes, le nerprun, le petit groseiller des haies, le groseiller fruits rouges le framboisier, l’arbouzier, la ronce, l’églantier, le sureau fruits noirs et fruits rouges, la viorne et autres arbrisseaux semblables, comme aussi le merisier des bois, le sorbier des oiseaux et l’alizier. ” (Bertrand 1851 : 14).

16Lorsque le choix de l’emplacement est fait, on en détermine l’étendue en fonction du nombre d’individus que l’on veut élever. Un parc d’un arpent pour 100 faisans (Bulliard 1823 : 66 ; Baudrillart et Quingery 1834 : 370 ; Quingery 1837: 19) semble la mesure la plus appropriée.

17Des manuels consultés, on comprend que la faisanderie est plus qu’un simple enclos, mais un ensemble environnemental varié et étendu sur plusieurs hectares.

18Le Plan d’intendance utilisé constitue un véritable instantané de grande qualité pour la figuration du paysage à la fin du xviiie s. (Costa et Robert 2009 : 11 et 12).

19Sur le plan du xviiie s. (Fig. 4), l’enceinte de la faisanderie mesure environ 5 183 m² hors œuvre, soit 1 arpent. Sur tout son pan oriental, l’enceinte est bordée par une parcelle trapézoïdale, dont le fond vert pâle est ponctué de motifs vert foncé, symbolisant une végétation arborée plus touffue que celle des vergers en bordure du village. Cette figuration est identique à celle de la remise cartographiée 200 m au nord-ouest. La parcelle trapézoïdale représente un taillis d’une surface voisine de 26 680 m², soit 5 arpents et un quart des eaux et forêts (5 107 m²), mesure agraire qui semble ici la plus appropriée.

Fig. 4 - Lecture d’un extrait du Plan d’Intendance de la Généralité de Paris de 1784.

Fig. 4 - Lecture d’un extrait du Plan d’Intendance de la Généralité de Paris de 1784.

(© J.-Y. Dufour, Inrap et 1C43/19 AD77).

  • 6 = 97 340 m².
  • 7 Dans la littérature cynégétique, une terre de gagnage est un champ où le gibier va prendre une part (...)

20Au sud de l’enceinte, les deux bandes traitées dans un lavis de vert tendre constituent les prés nécessaires à la faisanderie. Elles totalisent 19 arpents6. Le ru approvisionnant l’élevage est visible dans le secteur oriental de ces prés. Enfin, des terres de labour occupent le nord et l’ouest de l’enceinte, et naturellement le pourtour des prés et du taillis. Ces labours constituent les terres de gagnage7 fréquentées par les faisans.

21Enceinte, taillis et prés forment un ensemble d’environ 25 arpents consacrés à la faisanderie, sans compter les champs nécessaires à la production des grains destinés à nourrir les faisans.

  • 8 Ce dont nous doutons, eu égard à la précision des détails sur ce type de plan (Costa et Robert 2009 (...)

22Dans ce panorama du gîte complet des faisans, seules les larges allées sablées manquent, sans qu’il soit possible de dire si elles étaient absentes ou s’il s’agit d’un défaut de figuration8. La fouille n’en a mis aucune en évidence. La mise en culture céréalière intensive ultérieure du site a-t-elle fait disparaître toute trace de ces allées ?

  • 9 Personne qui élève des faisans.
  • 10 Une verminière est une fosse dont le comblement détritique est destiné à produire des vers, asticot (...)

23Le plan aquarellé apporte deux informations supplémentaires ; comme celles du village, une maison est figurée en rouge en limite occidentale de l’enceinte (cf. 2.4). Sont également imagées dix petites constructions trapézoïdales, peintes en jaune, alignées et dispersées dans toute l’étendue de l’enceinte. Elles n’ont pas laissé de vestiges à la fouille. À défaut de données de terrain, les traités anciens permettent d’émettre une hypothèse. Outre les parquets et le logement du faisandier9, une couverie, une chambre d’hiver, une écurie, une remise, des verminières10… peuvent prendre place dans l’enceinte de la faisanderie. Les hangars à manger sont par nature plus nombreux et répartis plus largement. Un manuel nous en donne la description suivante : “ on les établit dans différents endroits du parc sur de petites places engazonnées et entourées de buissons épais. […] Les hangars ont de 10 à 12 pieds de largeur et de 15 à 18 pieds de long ; ils sont formés par quatre piquets de deux pieds et demi à 3 pieds de haut et couverts en paille ou avec des écorces. Les faisans peuvent manger sous ces hangars sans être aperçus des oiseaux de proie. ” (Baudrillart et Quingery 1834 : 371).

24Les dix petites constructions trapézoïdales coloriées en jaune sur le Plan d’intendance de 1784 représentent vraisemblablement ces hangars destinés à distribuer la nourriture aux faisans.

L’organisation de la faisanderie

Les vestiges de l’enclos (Fig. 2)

25Un système de fossés détermine un espace clos, à l’intérieur duquel un petit bâtiment a été identifié grâce à la présence de tranchées de fondation. Cet ensemble est également accompagné de fosses de plantations et de fosses de fonctions indéterminées.

26Les deux pans et l’angle ouest d’un enclos quadrangulaire sont dessinés par les fossés 1032, 1033, 1137 et 1191, qui présentent des orientations mixtes. Une interruption d’un peu plus de 11 m de large est aménagée sur le pan sud-ouest de l’enclos.

  • 11 À cet ensemble principal peuvent être associés deux autres fossés. Le fossé 1059, mesurant 13 m de (...)

27Ces fossés présentent des parois abruptes et un fond plat atteint entre 8 et 15 cm de profondeur sous le niveau de décapage. Leurs largeurs varient d’une trentaine à une soixantaine de centimètres de large. Leur remplissage est caractérisé par un limon gris proche du substrat auquel sont mêlés des débris de plâtre, de tuiles et autres matériaux de construction. Ils pourraient également être interprétés comme les vestiges de tranchées de fondations et de récupération d’un bâti léger11.

28Le côté sud-ouest de l’enclos est bordé en partie extérieure par une succession de 109 petites fosses de plantation rectangulaires, très arasées (1206). Ces fosses, conservées sur quelques centimètres d’épaisseur seulement, présentent un comblement limoneux gris proche du substrat. Selon toute vraisemblance, il s’agit des vestiges d’une haie arbustive implantée le long de l’enclos.

L’enclos de la faisanderie dans les sources textuelles

29Quinze auteurs décrivent l’enclos qui doit contenir les faisans : Arthur Young mentionne des “ enclos bien fermés, afin de les garantir des chiens, chats, rats et hommes ” (Young 1772 : Lettre XXXIX), mais ce sont les bêtes fauves qui sont les plus à redouter ; plusieurs auteurs parlent d’un “ enclos de murs assez hauts, pour n’être pas insultés par les renards ” (Rozier 1784 : 426 ; Quatremère de Quincy 1794 : 184). Une allée bien sablée le long de la clôture permet de détecter l’intrusion de prédateurs (Dubosc 1875 : 308).

30L’enceinte est composée d’un mur (douze mentions) ou d’une palissade en planches, pieux… (onze mentions), haute de 6 à 8 pieds (2 à 2,6 m), chaperonnée (trois mentions) : “ une bonne clôture, soit en murailles, soit au moins en planches… murs avec chaperons en tuiles vernissées par dessous et en saillie de 0,15 m sont les meilleurs pour prévenir les incursions des animaux nuisibles. ” (Gayot 1866 : 347).

31Cette enceinte carrée, close de murs, a entre 8 et 16 m de côté (quatre auteurs), 12 m (6 toises) étant la mesure la plus fréquente. Liger (1723) en publie une gravure académique (Fig. 5).

Fig. 5 - Gravure du traité d’agronomie de Liger (1723).

Fig. 5 - Gravure du traité d’agronomie de Liger (1723).

(© Liger 1723, Le nouveau Théâtre d’agriculture et ménage des champs).

Confrontation avec les vestiges du site des “ Petits Ormes ”

  • 12 La surface intérieure est de 4 475 m², selon le Plan d’intendance.

32Par rapport à sa figuration sur le Plan d’intendance, seule une petite moitié12 de l’enceinte (2 250 m²) a pu être observée archéologiquement. Deux autres murs hors zone décapée, participaient logiquement à clore l’enceinte sur les pans est et sud. Aucune trace archéologique du chemin d’exploitation qui permettait d’y accéder depuis l’ouest n’a été retrouvée.

33La limite nord-ouest de l’enceinte a été décapée sur 50 m ; elle mesure 67 m (35 toises) sur le Plan d’intendance. Selon le plan, la limite sud-ouest devrait mesurer environ 76 m de longueur (39 toises) : elle a été mise au jour sur 45 m. Ces longueurs sont largement au-dessus des préconisations des auteurs anciens ; entre 8 et 16 m de côté (quatre auteurs), 12 m (6 toises) étant la mesure la plus fréquente.

34Si le nombre d’arpents (25) associés à la faisanderie de Saint-Pathus donnait déjà l’impression d’un très grand établissement, nous ne disposions cependant pas d’archives permettant d’associer avec certitude absolue tous les prés et taillis autour de l’enceinte.

35L’enceinte décapée, nous confirme la présence d’un établissement “ hors catégorie ”, du moins hors des normes communément exprimées.

36Les limites de l’enclos observées sur le terrain, sont les tranchées de fondation/ récupération d’une élévation en dur, ce que les traités anciens nomment l’enceinte de la faisanderie. Il eut en effet été étonnant qu’un établissement de cette ampleur utilise des palissades. Nous ne pouvons restituer la hauteur de ces murs, mais la présence de tuiles confirme qu’ils étaient bien chaperonnés, pour éviter l’intrusion des nuisibles depuis l’extérieur. Pour ce site, nous pouvons donc bien parler d’enceinte et ne plus utiliser le terme d’enclos, terme trop associé à des fossés, dans l’imaginaire des archéologues.

37Le long de la paroi sud-ouest de l’enceinte, 109 fossettes de plantation rectangulaires ont été mises au jour. Ces fossettes sont tout à fait comparables aux vestiges de plantations de buis, observées en élévation et décapées en 1996 sur le site des Tournelles à Roissy-en-France. D’autres arbustes ornementaux peuvent cependant sans doute être plantés de la même manière. La taille restituable de ces arbustes est forcément réduite, puisqu’ils ne doivent en aucun cas faciliter l’intrusion de nuisibles (mustélidés, rats..) dans la faisanderie. Cette plantation ornementale agrémentant le côté par lequel on accède à l’enceinte, signale peut-être un lieu que l’on fait visiter avec fierté, à quelques visiteurs de choix…

38L’aspect ornemental et un brin ostentatoire de la faisanderie n’est pas développé dans les manuels anciens, mais la fouille suggère que l’établissement des “ Petits Ormes ” n’en était peut-être pas dépourvu.

La maison du faisandier : une survalorisation archéologique ?

39Les soins nécessaires à l’élevage des faisans justifient le logement sur place d’un spécialiste, le faisandier. Un bâtiment et quelques fosses ont été mis au jour dans l’axe de l’interruption de l’enceinte (Fig. 6). Le bâtiment suit une orientation nord-sud. De plan rectangulaire, il possède une avancée ouverte sur le nord. Les murs les plus longs (1070, 1072) mesurent 8,5 m de long (26 pieds). Les murs pignons (?) (1071, 1164) mesurent 6,5 m de long (20 pieds). Le mur 1071, placé à 3,9 m (2 toises) à l’intérieur du bâti, fait office de mur de refend. Sa position permet de diviser l’espace potentiellement couvert en deux parties : une première au sud, fermée, de 23 m² (ou 6 toises en carré) et une seconde, ouverte au nord, de 19,1 m² (180 pieds en carré). Trois sondages ont été réalisés dans les tranchées du bâtiment. Ils révèlent que le comblement, constitué de limon beige et de débris de matériaux de construction, est sans doute le résultat de la récupération de ces matériaux au moment de la démolition du bâtiment. Les tranchées présentent un profil rectangulaire, bords droits et fond plat. Elles mesurent entre 0,65 et 0,7 m de large (2 pieds) et sont conservées sur une profondeur de 0,25 à 0,35 m.

Fig. 6 - Plan de la maison du faisandier et des fosses annexes.

Fig. 6 - Plan de la maison du faisandier et des fosses annexes.

(© S. Hurard, Inrap).

40Trois fosses aux fonctions indéterminées sont situées dans l’emprise du bâtiment, et deux sont situées immédiatement au sud. De formes ovoïdes, mesurant 1,10 m de long à 2,50 m, elles présentent des profils variés profonds de 10 à 40 cm, et des largeurs n’excédant pas 1,15 m. Elles sont comblées par des débris de matériaux de construction. La densité des débris donne une idée du mode de construction des élévations : murs de moellons calcaires enduits au plâtre et couverture de tuiles. Il est possible de se demander si l’orientation divergente du bâtiment par rapport à l’enclos, n’est pas liée à l’orientation des vents dominants.

41Les structures ont livré très peu de mobilier, un peu de faune et quelques fragments de verre anachroniques et résiduels. Néanmoins, l’attribution chronologique à l’époque moderne peut être étayée par le type de matériaux de construction, et la présence de quelques rares tessons de céramique attribuable au xviie ou xviiie s. Cette datation est par ailleurs corroborée par la consultation du Plan d’intendance de la Généralité de Paris de 1781 qui représente un bâtiment isolé dans l’enceinte de la faisanderie. La grande qualité du plan utilisé est une fois de plus soulignée par la parfaite concordance entre l’exposition de la maison dessinée et celle mise au jour.

42Seuls six auteurs nous instruisent de la maison du faisandier, et de façon très limitée. Elle doit être positionnée “ près de l’entrée ” (trois mentions), “ proche ”, “ à l’extérieur ”.

43L’emplacement du bâtiment observé à la fouille, positionné dans l’enceinte, près de l’entrée, correspond à celui conseillé par les manuels. Axé nord-sud, il offre un espace fermé de 6 toises en carré (23 m²), très certainement le logis, et un espace plus énigmatique, apparemment ouvert au nord de 19,1 m². À quoi peut bien servir un tel espace ?

44Sa large ouverture au nord ne permet guère le logement d’un animal domestique (cheval, vache laitière, cochon à l’engrais…) toujours utile au faisandier. Les véhicules ne souffrent nullement d’une exposition en plein nord, mais la profondeur est ici insuffisante pour le remisage d’une charrette.

45Dans ses modèles d’une faisanderie d’après les systèmes allemand et français, Hartig figure une chambre à couver accolée à la chambre à coucher du faisandier (Hartig et Quingery 1837 : Pl. 1 et p. 55, et Pl. IV).

46Les lieux de couvaison doivent impérativement être à l’ombre, dans un endroit frais, sans soleil ni lumière directe, bien aéré, loin des bruits. La partie située au nord-est du bâtiment peut être la chambre à couver. Si besoin était, la partie non close pouvait être occultée par un rideau végétal (paille ou rameaux tressés) pour protéger du vent. La couvaison ayant lieu fin avril-mai, le vent du nord est très réduit à cette période de l’année. Le souci était plutôt de protéger du soleil.

  • 13 Étude en cours sur les témoignages issus d’une vingtaine de manuels d’agriculture anciens.

47Parce que le faisandier doit nourrir toute l’année les volatiles adultes en divers grains (froment, orge, millet, sarrasin, chenevis), un grenier lui indispensable. Une exposition et une ouverture au nord sont favorables à la conservation des grains dans les greniers13. Aussi, nous proposons d’interpréter doublement la moitié nord de la loge : le rez-de-chaussée a pu servir de chambre à couver, ou comme un lieu de conservation des produits végétaux (bois de chauffe et d’entretien des parquets et autres constructions liées à la faisanderie), tandis que le comble sert certainement de grenier.

48Sur le Plan d’intendance de 1784, la maison du faisandier est coloriée en rouge, comme les habitations du village. Sa position oblique par rapport à l’enceinte, est bien celle mise en évidence par la fouille, argument pour une représentation au réel de la faisanderie, et non purement conventionnelle.

49Dans les manuels et sur le terrain, rien ne nous explique pourquoi la maison du faisandier est disposée obliquement à l’entrée. Seule une bonne connaissance plus générale des bâtiments d’élevage permet à l’archéologue de suggérer une disposition destinée à limiter l’effet du vent, qui peut s’engouffrer par la porte charretière.

50Parce qu’il est habitué à reconnaître et interpréter les vestiges d’habitat, l’archéologue a tendance à leur consacrer une attention supérieure à celle réellement donnée par les propriétaires de la faisanderie.

Des lieux de ponte et couvaison difficilement repérables sans une connaissance préalable de leur forme

51En dehors des vestiges de la maisonnette, une série de fosses quadrangulaires constituent les seuls vestiges repérés archéologiquement à l’intérieur de l’enclos (Fig. 2 et 7).

Description des vestiges

52Vingt-et-une fosses quadrangulaires, situées à l’intérieur de l’enclos, suivent les orientations des fossés. Huit d’entre elles ont été fouillées. Elles mesurent en moyenne 0,9 à 1 m de côté (3 pieds), jusqu’à 0,6 m de profondeur, et présentent des bords droits et un fond plat. Leur comblement est caractérisé par un limon brun gris dans lequel on trouve des matériaux de construction en rejet, tel que débris de plâtres, calcaire et tuiles. Une seule rangée de fosses, parallèle au fossé 1191, a été observée à environ 4,5 m de distance de ce dernier. Au nord de l’interruption du fossé, on observe deux rangées de fosses quadrangulaires. Alignées, elles sont régulièrement espacées les unes des autres de 3,25 m environ (10 pieds). La première rangée, la plus proche du fossé, est distante de ce dernier d’1,5 m. La seconde rangée est distante de 4 à 4,5 m (de bord à bord). Ces fosses peuvent être interprétées comme des fosses d’ancrage de poteaux supportant une structure bâtie accotée aux limites de l’enclos.

Les explications données par les traités anciens

53Au sein de l’enceinte, les traités de chasse, d’agriculture ou d’élevage décrivent des “ parquets ” (petits parcs) adossés à la clôture (Fig. 5, 7 et 8) de la façon suivante : “ Les parquets sont destinés à la ponte; leur dimension est plus ou moins grande; on les établit dans l’emplacement que l’on a choisi, en les adossant au mur de clôture qui les garantit du vent du nord, et conserve la chaleur. On les place à côté les uns des autres ; on donne à chacun de quinze à vingt pieds carrés ” (Bulliard 1823 : 71 et 72).

54L’exposition au sud est le premier critère mentionné (11 cas) pour les parquets, qui sont adossés au mur de clôture (6 cas) et visuellement séparés (4) par des cloisons. Les dimensions de ces parquets varient selon les auteurs : 2 à 22,8 m2. Six auteurs parlent de petites loges au bas des murs, loges également à l’abri des injures de l’air (Rozier 1784 : 426). Cuvier par exemple, précise que “ Lorsqu’on ne veut établir que de petites faisanderies on ferme l’enceinte par des murs ou un treillage en fil de fer et l’on garnit le dedans de petites loges ayant un pied et demi en tous sens séparées les unes des autres par des cloisons. ” (Cuvier 1820 : 163).

55La dimension d’1,5 pied est fréquente. Parfois mentionné, le sol sableux est apprécié par les poules faisanes et les poules domestiques chargées de couver. Un sol garni de sable limite la casse des œufs et permet au faisan de se rouler pour se débarrasser de ses parasites (Gérard 1858 : 5 ; Goury de Champgrand 1769 : 134).

Confrontation des vestiges et des données livresques

  • 14 Étude faite sur 20 manuels traitant du poulailler.

56Les vingt-et-une fosses rectangulaires, situées à l’intérieur de l’enclos, alignées parallèlement aux tronçons sud-ouest et nord-ouest de l’enceinte, correspondraient logiquement à des fondations de poteaux pour les parquets ou volières, cabanes pour l’élevage des faisans (Fig. 7 et 8). Le premier critère donné pour les parquets est leur exposition au sud. Le pan sud-ouest de l’enclos n’offre qu’une exposition est-nord-est aux cabanes. Si le tronçon de l’enceinte nord-ouest (fait 1032) expose bien au sud-est les constructions qui lui sont adossées, force est de constater qu’il n’est que partiellement loti. La recherche d’une exposition chaude eut logiquement entraîné la construction prioritaire de cabanes le long de tout ce pan, or il n’en est rien. Deux hypothèses sont posées : le “ projet ” d’une vaste faisanderie pour plusieurs centaines de volatiles, n’a-t-il pas été porté jusqu’au bout ? A-t-on manqué de moyens ou d’oiseaux ? Ou comme pour le choix de l’implantation du site, a-t-on privilégié une exposition plus douce à l’est ? L’exposition au Levant est recommandée dans les poulaillers14 ; le choix fait à Saint-Pathus d’une exposition majoritairement au Levant, signale peut-être une forte proportion de poules domestiques parmi les couveuses logées dans les parquets. De La Brugère est plus explicite quand à l’exposition des parquets et volières : “ L’exposition au midi n’est pas recommandable ; celle de l’est lui est bien préférable, parce que tous les oiseaux aiment se réchauffer aux premiers rayons du soleil, tandis qu’ils recherchent l’ombre lorsque la chaleur devient plus intense. ” (La Brugère 1877 : 712).

Fig. 7 - Plan de détail et d’interprétation des vestiges archéologiques de la faisanderie de Saint-Pathus.

Fig. 7 - Plan de détail et d’interprétation des vestiges archéologiques de la faisanderie de Saint-Pathus.

(© P. Raymond, S. Hurard, J.-Y. Dufour, Inrap).

57Dans l’angle ouest, les parquets restitués mesurent à peu près 3 toises en carré. Ils sont bien séparés du mur de clôture. Au sud de la porte d’accès de l’enceinte, trois parquets apparemment en appentis sur la clôture, mesurent 16,25, 17,5 et 42,5 m2, soit 25 m2 en moyenne.

  • 15 Nous remercions Alain Hennache, membre de la World Pheasant Association France, pour sa relecture e (...)

58La fonction des parquets peut éventuellement être précisée ; en effet la taille des fosses (3 pieds de côté) suggère des poteaux de belles dimensions, plus hauts que ceux nécessaires à de simples parquets de couvaison hauts de 50 cm. Peut-être les abris construits étaient-ils des volières pour les oiseaux reproducteurs, qui devaient être séparés les uns des autres par des cloisons empêchant les mâles de se voir, d’où la nécessité d’un poteau intermédiaire de renfort. Celui-ci pouvait supporter une cloison légère intérieure (tressage) délimitant un espace de ponte pour les faisanes. Les cloisons devaient pouvoir résister à un oiseau se jetant dessus en volant (effrayé par exemple)15. L’espace d’1,5 m disposé entre le mur d’enceinte et les volières disposées dans l’angle ouest peut être un couloir permettant d’accéder plus facilement au nid sans déranger les animaux en traversant la volière.

59Les espaces plus spacieux observés au sud de l’accès à l’enceinte de la faisanderie, pourraient correspondre à des volières disposées en appentis. De La Brugère explique que la volière est un grand parquet, un vaste compartiment couvert d’un toit en pente. La volière peut être plantée d’arbres, semée de gazon, traversée d’allées sableuses et d’eau courante… Un réduit ou maison couverte y est construit du côté le plus élevé. La volière doit si possible être exposée au soleil levant, préservée à l’ouest des intempéries. Une grande volière de 25 m2 peut contenir jusque 25-30 individus (La Brugère 1877 : 710-711).

60Sur le terrain, aucune coquille d’œuf n’a été retrouvée, mais il est vrai que le contenu des fosses n’a pas fait l’objet de tamisage. Aucune fosse sableuse ne permet de deviner des loges destinées à la ponte. Les labours postérieurs ont tout emporté. Les données issues des traités sont donc essentielles à l’interprétation. Mais de l’expérience archéologique, on apprend que l’exposition au sud, critère le plus important pour l’implantation des parquets, n’est pas si fondamentale que cela. Un seul exemple permet donc de nuancer les données livresques et ouvre la réflexion.

Estimation de la production

61Appuyées sur les données de terrain, les informations extraites des traités anciens permettent d’aborder l’économie de ce site lié à la production bien réelle de viande de faisans.

  • 16 Ce que l’observation de bâtiments agricoles avant et après démolition nous invite à faire.

62Si l’on positionne des poteaux au centre des fosses quadrangulaires16, on peut restituer dans la moitié nord du site, sept parquets de 3,25 x 3,25 m = 10,6 m², ou encore 10 x 10 pieds = 100 pieds en carré. L’angle ouest est occupé par des parquets de forme et surface adaptées.

63Au sud de l’entrée, les deux parquets restitués adossés à l’enceinte, mesurent environ 16-17 m² chacun.

64Sur le sujet des parquets (Fig. 7 et 8), les surfaces observées de 100 pieds en carré jusque 16 m², sont dans les normes, comme en témoigne la description faite par des professionnels du monde de la chasse : “ Les parquets. Ils doivent renfermer les faisans destinés à la ponte et leur nombre être proportionné à l’importance de la faisanderie. On les adosse au mur de clôture, qui les garantit des vents du nord. On les place à côté les uns des autres ; on donne à chacun 12 à 15 pieds de long, 10 pieds de large et environ 10 pieds de hauteur. On les entoure d’un treillage en fil de fer ou en bois…On les couvre d’un filet de corde, ou, ce qui vaut mieux, d’un grillage de fil de fer supporté par un poteau planté au milieu du parquet et plus haut de 3 pieds que le treillage de clôture… ” (Baudrillart et Quingery 1834, III : 370).

  • 17 Ce nombre varie selon les auteurs, entre 12 et 30.

65Les parquets servent surtout à abriter les poules couveuses (faisanes ou plus généralement domestiques) destinées à la production des faisandeaux (Quatremère De Quincy 1794 : 184 ; De Chanvallon 1780 : 539 ; Bulliard 1823 : 71 et 72). Si on sous-divise ces parquets en loges d’1,5 pieds de longueur (50 cm), mesure communément énoncée, la faisanderie de Saint-Pathus accueillait potentiellement au moins 90 poules couveuses, auxquelles on pouvait donner 15 œufs17 de faisan chacune à couver (Jourdain 1841 : 273).

Fig. 8 - Plan et vue d’un parquet.

Fig. 8 - Plan et vue d’un parquet.

(© Hartig & Quingery 1837).

  • 18 Comme semble en témoigner le fait 1195, le plus au sud du décapage.

66Si on considère que l’exposition au Levant était recherchée, on peut supposer que les 31 mètres linéaires de l’enceinte, non décapés dans le prolongement sud du tronçon 1191, étaient également supports de parquets18, permettant le logement de 60 poules couveuses supplémentaires.

  • 19 “ une poule faisane produit cinq petits par an, déduction faite des morts et des œufs clairs ” (Har (...)

67Ainsi les 90 à 150 poules couveuses permettent un croît de 450 à 750 faisans par an19.

68Ces chiffres sont tout à fait crédibles, si l’on considère la description faite en 1850 d’une faisanderie au sud de Compiègne, qui produisait non seulement 2 000 faisans par an, mais aussi 3 000 perdrix grises et 1 200 perdrix rouges (Graves 1850 : 147). En Allemagne, où les faisanderies sont établies sur une vaste échelle, on compte pour un élevage de 500 faisans un terrain de 8,40 ha (La Blanchère 1872 : 183).

69Le faisandier Hartig aborde la question du rendement par le biais de la surface disponible pour les faisans : “ Dans la saison de la reproduction, chaque coq avec ses 15 poules a besoin d’une étendue de 3 arpens à 1 600 toises carrées, ou 54,571 pieds carrés de Paris ; ainsi la totalité de l’emplacement d’une faisanderie où l’on veut élever 500 faisandeaux par an est de 21 arpents. ” (Hartig et Quingery 1837 : 18).

70Le pied de Paris étant spécifié, la mesure de 0,105521 m2 pour 1 pied carré est utilisée : 3 fois 54 571 pieds carrés font donc 17 275 m2. La totalité des terres de la faisanderie équivaut à 129 153 m2, soit l’espace “ vital ” pour 7 à 8 coqs, chacun avec 15 poules, soit 105 à 120 poules. Si l’on choisit de restituer des volières le long de l’enceinte, leur nombre (7-8) correspond parfaitement aux besoins de la faisanderie. Chaque poule pondant 15 à 20 œufs pendant la période de ponte, il faut 140 à 160 poules pour assurer la couvaison de 2 100 à 2 400 œufs, et le développement de seulement 525 à 600 faisandeaux. Ces poules couveuses nécessitent 70 à 80 mètres linéaires de parquet, soit ce qui est restitué à Saint-Pathus. Pendant la période de reproduction, le site fouillé était donc adapté seulement pour 112 à 128 faisans adultes.

71Ces chiffres sont théoriques, mais donnent un ordre de grandeur de ce que le propriétaire est en droit d’attendre des moyens (25 arpents, des constructions, un faisandier…) investis dans la faisanderie mise au jour.

Conclusion

72La faisanderie des “ Petits Ormes ” à Saint-Pathus est en France, la première du genre fouillée et identifiée par l’archéologie. Elle peut éventuellement servir de modèle, pour la reconnaissance d’enceintes destinées à l’élevage des oiseaux. Si l’élevage du faisan connaît un fort développement à l’époque moderne, d’autres volatiles, tel le paon, bénéficient depuis l’Antiquité de conditions d’élevage sans doute proches de celles décrites pour les faisans.

73Rien, parmi les vestiges des “ Petits Ormes ”, ne permet une approche archéozoologique du site. Pas d’ossements de faisans, pas de coquilles d’œufs pourtant produits par milliers, pas de fourmis dont sont friands les faisans, pas de carcasse de gros bétail destiné à la production de vers dans la verminière… Il n’est pas certain que le tamisage du contenu des quelques fosses domestiques eut apporté des éléments de cette nature. La voie faunistique qu’on pouvait imaginer pour interpréter une faisanderie sur la foi de vestiges, est résolument absente. Les œufs de fourmis sont très hypothétiquement dans des excréments de volaille bien improbables à identifier, les ossements de faisans sont logiquement dans la poubelle des consommateurs. Le décapage n’a livré aucun oiseau mort enterré sur place. Il faut apprendre à travailler et interpréter des lieux d’élevage sans leur concours.

74La lecture des manuels d’agronomie et de chasse permet à Saint-Pathus comme ailleurs, de mieux comprendre et interpréter les vestiges archéologiques souvent modestes mis au jour en milieu rural.

75Au-delà de l’interprétation des lieux, les traités permettent également de rentrer dans l’économie rurale, et d’avancer des chiffres liés à la production.

  • 20 “ Il n’y a gueres d’oiseaux dont la chair ait un goût plus exquis & plus délicieux que celle du fai (...)

76Vivandiers et rôtisseurs parisiens achètent des faisans à engraisser (Liger 1723 : 159), car leur chair est réputée succulente et fortifiante20. Nombre d’ouvrages donnent les recettes pour les accommoder.

77Les faisans, qui font l’ornement des tables, sont également un présent précieux entre gentilshommes.

78La faisanderie fait partie des lieux auxiliaires de chasse, aménagés dans l’espace rural à l’époque moderne afin d’assurer les conditions nécessaires à l’exercice de l’activité cynégétique. Les réserves, remises, parcs, garennes, héronnières et autres lieux d’élevage ont pour vocation de veiller à l’approvisionnement en gibier des zones de chasse. L’élevage du faisan en est un des aspects.

79Les lieux auxiliaires de chasse reflètent les aspirations et les pratiques sociales d’une certaine partie des élites en milieu rural. Même si les traces livrées sont fugaces, l’archéologie doit s’approprier ces objets d’étude et les intégrer aux problématiques de l’espace rural. Par une lecture de la morphologie de ce type de site, des composantes matérielles des établissements, des contextes de consommation, de l’insertion dans le paysage et des milieux d’implantation, l’archéologie des lieux auxiliaires de chasse est à même d’apporter de précieuses informations sur l’organisation sociale et spatiale des sociétés rurales (Dufour et Hurard 2010).

Haut de page

Bibliographie

Sources

Alletz, 1760

Alletz P. A. - L’agronome, Paris, 1760, vol. I, 666 p.

Bastien 1798

Bastien J.-F. - La nouvelle maison rustique ou économie rurale, pratique et générale, de tous les biens de campagne, 1798, I, à Paris, chez Desterville et Desray, 889 p.

Baudrillart et Quingery 1834

Baudrillart J.-J. et Quingery M. de - Traité général des eaux et forêts, chasses et pêches. 3e partie ; Dictionnaire des chasses, Arthus Bertrand, libraire-éditeur, Paris, 677 p.

Belèze 1862

Belèze G. L. G. - Dictionnaire universel de la vie pratique à la ville et à la campagne, 2e édition,Hachette, Paris, 1872 p. + 30 p. supp.

Bertrand 1851

Bertrand L. - Du faisan, considéré dans l’état de nature et dans l’état de domesticité, Paris, au bureau du journal des chasseurs, 28 p.

Bulliard 1823

Bulliard P. - Art de multiplier le gibier et de détruire les animaux nuisibles, Audot libraire éditeur, Paris, 254 p.

Chanvallon 1780

Chanvallon de - Manuel des champs, ou recueil amusant et instructif concernant tout ce qui est le plus nécessaire & le plus utile, pour vivre à la campagne avec aisance & agrément, Lotin le Jeune, Paris, 4e édition, 578 p.

Costa et Robert 2009

Costa L. et Robert S. - Guide de lecture des cartes anciennes, Errance, Paris, 104 p.

Cuvier 1820

Cuvier F. G. - Dictionnaire des sciences naturelles, tome XVI, FG Levrault Éditeur, Strazsbourg et Paris, 567 p.

Delisle de Sales 1769

Delisle de Sales J.-B.-C. - Dictionnaire théorique et pratique de chasse et de pêche, J.B.G. Musier, Paris, 2 tomes, 514 p.

Dubosc 1875

Dubosc E. - Traité des constructions rurales, Morel et Cie, Paris, 509 p. + 8 pl.

Dunoyer de Noirmont 1868

Dunoyer de Noirmont J.-A.-E.-E. - Histoire de la chasse en France, depuis les temps les plus reculés jusqu’à la révolution, tome III : louveterie, fauconnerie, chasse à tir, chasses diverses, Mme Vve Bouchard-Huzard, Paris, 404 p.

Encyclopédie oéconomique 1770

Encyclopédie oéconomique ou système général. VII, Yverdon 1770, 614 p.

Fortin 1732

Fortin F. - Délices de la campagne ou les ruses de la chasse et de la pesche, Michel Charles le Cène, Amsterdam, 343 p. + 55 pl.

Gayot 1866

Gayot E. - Guide pratique pour le bon aménagement des habitations des animaux, Eugène Lacroix éditeur, Paris, 355 p.

Gérard 1858

Gérard - Nouveau manuel du faisandier. Instruction pratique pour la multiplication et l’éducation des faisans de l’Inde, Grenelle et Lyon, 3e édition, 59 p.

Goury de Champgrand 1769

Goury de Champgrand Ch.-J. - Traité de vénerie et de chasse, Claude-Jean-Baptiste Herissant, Paris, 208 p.

Hartig & Quingery 1837

Hartig & de Quingery A. P. L. - Des faisanderies particulières, ou Nouvelle instruction pratique sur l’art d’élever les faisans de la manière usitée en Bohème, traduit de l’allemand, enrichi des notes contenant lindication du système des faisanderies en France, par un ancien faisandier des chasses de S.M. le roi Charles X, Huzard, Arthuis Bertrand, Audot et au Journal des chasseurs, Paris, 64 p. + 5 pl.

Jourdain 1841

Jourdain F. - De la manière d’élever les faisans, ainsi que les perdrix rouges et grises, dans Mémoires sur l’agriculture, les instruments aratoires et d’économie rurale, par L. P. de Valcourt, Bouchard-Huzard, Paris : 273-278.

La Blanchère 1872

La Blanchère H. de - Manuel pratique d’acclimatation, Delagrave, Paris, 329 p.

La Brugère 1877

La Brugère F. de - L’art du vétérinaire mis en pratique, Arthème Fayard éditeur, Paris, 1 080 +XIX p.

Laporte de 2004

Laporte G. de - Chasse à cour, chasse de cour : fastes de la vènerie princière à Chantilly au temps des Condés et des Orléans, 1659-1910, Renaissance du livre, Tournai, 362 p.

Liger 1723

Liger L. - Le nouveau Théâtre d’agriculture et ménage des champs, Paris, 740 p.

Olina et Buchoz 1774

Olina G. P. et Buchoz P. J. - Les amusemens innocens ou le parfait oiseleur, traduit en partie de l’ouvrage italien d’Olina, mis en ordre d’après les avis des plus habiles oiseleurs, P. Fr. Didot le jeune, Paris, 432 p.

Plan d’Intendance de la Généralité de Paris de 1784.

Quatremère de Quincy 1794

Quatremère de Quincy A.-Ch. - Encyclopédie méthodique. Dictionnaire de toutes les espèces de chasses, H. Agasse, Paris, 456 p.

Rouzé 1851

Rouzé A. - Quelques instructions pratiques relatives à l’établissement d’une faisanderie et l’éducation des faisans, Faisanderie de Saint-Germain, 1851, Bureau du journal des chasseurs, Paris, 5 p.

Rozier 1784

Rozier Abbé - Cours complet d’agriculture théorique, pratique, économique, et de médecine rurale et vétérinaire, suivie d’une Méthode pour étudier l’agriculture par principes, Tome V, rue et hôtel Serpente, Paris, 747 p.

Young 1772

Young A. - Le guide du fermier ou instructions pour élever, nourrir, acheter & vendre les bêtes à cornes, les brebis, les moutons, les agneaux & les cochons, J.-P. Costard, Paris, 259 et 258 p.

Young 1793

Young A. - Voyages en France – 1787-88-89 et 9, Tome I, Buisson, Paris, 468 p.

Bibliographie

Duceppe-Lamarre 2006

Duceppe-Lamarre F. - Chasse et pâturage dans les forêts du Nord de la France : pour une archéologie du paysage sylvestre, xie-xvie siècles, L’Harmattan, Paris, 315 p.

Dufour et Hurard 2010

Dufour J.-Y. et Hurard S. - Les lieux auxiliaires de la chasse à l’époque moderne. Trois exemples franciliens, Archéopages, 28 : 60-65.

Graves 1850

Graves L. - Précis statistique sur le canton de Compiègne, 264 p.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions Séverine Hurard (Inrap, UMR 7041, équipe Archéologies environnementales) pour la mise à disposition de ses données et pour ses conseils de rédaction.

2 Liger 1723 ; Alletz 1760 ; Delisle de Sales 1769 ; Goury de Champgrand 1769 ; Encyclopédie oéconomique 1770 ; Young 1772 ; Olina et Buchoz, 1774 Chanvallon 1780, Rozier 1784, Quatremère de Quincy 1794, Bastien, 1798, Cuvier 1820, Bulliard 1823 ; Baudrillart et Quingery 1834 ; Quingery 1837 ; Bertrand 1851 ; Rouzé 1851 ; Gérard 1858 ; Belèze 1862 ; Gayot 1866 ; La Blanchère 1872 ; Dubosc 1875 ; et La Brugère 1877.

3 “ …, par la raison toute simple que le faisan est un gibier coureur qui affectionne peu l’endroit où il est né et s’écarte souvent jusque sur les terres voisines. ” (Rouzé 1851). Cette considération intervient toutefois à une époque ou le droit de chasse est élargi aux propriétaires, alors qu’au xviiie s., l’aristocratie rurale implante volontiers ses remises, garennes et logiquement ses faisanderies, au milieu de terres cultivées par ceux qui subissent les dégâts occasionnés par le gibier sans avoir le droit de les chasser.

4 Sous l’Ancien Régime, un arpent des eaux et forêts mesure 5 107,2 m2.

5 Pour le gibier à plumes, le ressui consiste à sécher son plumage et à s’épouiller.

6 = 97 340 m².

7 Dans la littérature cynégétique, une terre de gagnage est un champ où le gibier va prendre une partie de sa nourriture.

8 Ce dont nous doutons, eu égard à la précision des détails sur ce type de plan (Costa et Robert 2009 : 11 et 12).

9 Personne qui élève des faisans.

10 Une verminière est une fosse dont le comblement détritique est destiné à produire des vers, asticots et larves destinés à nourrir la volaille.

11 À cet ensemble principal peuvent être associés deux autres fossés. Le fossé 1059, mesurant 13 m de long est parallèle au tronçon 1032 et espacé de ce dernier d’une cinquantaine de centimètres. Le fossé 1034, perpendiculaire au tronçon 1032, semble correspondre à un drainage postérieur.

12 La surface intérieure est de 4 475 m², selon le Plan d’intendance.

13 Étude en cours sur les témoignages issus d’une vingtaine de manuels d’agriculture anciens.

14 Étude faite sur 20 manuels traitant du poulailler.

15 Nous remercions Alain Hennache, membre de la World Pheasant Association France, pour sa relecture et ses conseils d’interprétation pratique.

16 Ce que l’observation de bâtiments agricoles avant et après démolition nous invite à faire.

17 Ce nombre varie selon les auteurs, entre 12 et 30.

18 Comme semble en témoigner le fait 1195, le plus au sud du décapage.

19 “ une poule faisane produit cinq petits par an, déduction faite des morts et des œufs clairs ” (Hartig 1837 : 17).

20 “ Il n’y a gueres d’oiseaux dont la chair ait un goût plus exquis & plus délicieux que celle du faisan. Pour qu’elle soit en sa bonté, il faut que l’animal soit jeune, tendre, gras & bien nourris ; en général la chair de faisan nourrit beaucoup, produit un bon suc & fournit un chyle solide & durable ; les œufs de cet oiseau sont pas reillement excellens. Le faisan est encore très recommandé dans la médecine. ” (Olina et Buchoz 1774 : 318-319).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Localisation de Saint-Pathus sur un extrait de la carte IGN au 1/25 000.
Crédits (© IGN et Mehdi Belarbi, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Titre Fig. 2 - Plan des vestiges archéologiques de la faisanderie des “ Petits Ormes ” à Saint-Pathus (77).
Crédits (© P. Raymond, S. Hurard, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 3 - Le terroir de Saint-Pathus sur le Plan d’Intendance de la Généralité de Paris de 1784.
Crédits (© Archives Départementales 77, 1C43/19).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2340/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 4 - Lecture d’un extrait du Plan d’Intendance de la Généralité de Paris de 1784.
Crédits (© J.-Y. Dufour, Inrap et 1C43/19 AD77).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2340/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 5 - Gravure du traité d’agronomie de Liger (1723).
Crédits (© Liger 1723, Le nouveau Théâtre d’agriculture et ménage des champs).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2340/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 6 - Plan de la maison du faisandier et des fosses annexes.
Crédits (© S. Hurard, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2340/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 7 - Plan de détail et d’interprétation des vestiges archéologiques de la faisanderie de Saint-Pathus.
Crédits (© P. Raymond, S. Hurard, J.-Y. Dufour, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2340/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 8 - Plan et vue d’un parquet.
Crédits (© Hartig & Quingery 1837).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2340/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Dufour, « Une faisanderie moderne à Saint-Pathus (Seine-et-Marne) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 55 | 2016, mis en ligne le 20 mai 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://racf.revues.org/2340

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Dufour

Inrap, UMR 7041, équipe Archéologies environnementales

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page