Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Corinne Sanchez C. et Christophe Sireix (dir.) - L'organisation des productions céramiques sur l'arc atlantique, l'exemple de l'Aquitaine romaine

Édition Mergoil, Montagnac, 2014, 316p. (Archéologie et Histoire Romaine, 28)
Emmanuel Marot
Référence(s) :

Corinne Sanchez C. et Christophe Sireix (dir.) - L'organisation des productions céramiques sur l'arc atlantique, l'exemple de l'Aquitaine romaine, Édition Mergoil, Montagnac, 2014, 316p. (Archéologie et Histoire Romaine, 28)

Texte intégral

1Corinne Sanchez et Christophe Sireix offrent ici un recueil de 18 articles (précédés d’un avant-propos), de 316 pages. L’ouvrage conclut ici un Programme Collectif de Recherches, dirigé par les deux éditeurs et correspond à la publication d’une table-ronde intervenue en 2009.

2Dans l’ensemble, malgré quelques problèmes de mise en page, de redites, de doublons de figures ou de scories résiduelles (en particulier dans les articles de Ph. Lanos, P. Dufresne et C. Sanchez, ou dans celui de C. Chabrié), le travail éditorial et la mise en page sont excellents.

3La première prouesse des deux auteurs est d’avoir réuni au sein d’un même programme de recherches des acteurs de structures variées (Université, CNRS, Inrap, Collectivité territoriale, société privée, milieu associatif) et de différents horizons (archéologie de terrain, céramologie “ classique ” et archéométrique, archéomagnétisme, géotechnique). À l’image de ce panel d’intervenants, on appréciera donc l’ambition d’aborder le sujet défini par des approches multiples et en réelle interaction (en particulier pour les dossiers des ateliers de Soubran/Petit-Niort et des officines pétrucores). La contribution des sites de consommation, avec une approche méthodologique généralement très maîtrisée (en particulier pour l’article de Ch. Sireix sur Bordeaux et celui de D. Guitton sur Usseau) est ici bien mise en œuvre pour saisir la chronologie et la nature des diffusions des officines régionales. De même, les contributions archéométriques, soit très courtes (analyses pétrographiques de F. Convertini), soit plus développées (analyses chimiques du duo lyonnais Y. Waksman et C. Batigne-Vallet) sont ici clairement problématisées, pour asseoir l’homogénéité d’un groupe de production ou invalider une provenance.

4Le bref avant-propos vient préciser les ambitions du projet et les multiples collaborations entamées lors de son déroulement : sa minceur ne permet cependant pas de saisir l’ampleur des objectifs, du travail de coordination et de la méthodologie mise en œuvre. Heureusement, cette introduction qui pourrait faire défaut, est en partie compensée par le premier article de Ch. Sireix : il vient ainsi rappeler la singularité de l’activité potière dans le nord de l’Aquitaine, avec un très grand nombre de sites de production reconnus pour le second âge du Fer (généralement à diffusion locale), disparaissant lors de la réorganisation administrative des Gaules au profit de grands centres contrôlés à l’échelle de la cité et ayant pu diffuser à longue distance. Le cadre est ainsi brillamment établi pour les différents dossiers qui suivent.

5Les premiers articles portent sur les ateliers de production et la consommation à Saintes au travers d’une part de la production en terra nigra d’un atelier saintais (avec une définition chronologique, à mon sens, trop restrictive), d’autre part de la consommation en vaisselle céramique pour les deux premiers siècles de notre ère, à partir de deux sites fouillés récemment. Sans enlever leur intérêt (définition de la typologie et de l’organisation d’un atelier ; mise en évidence du faciès de consommation et de son évolution de l’époque augusto-tibérienne jusqu’à la fin du ier s.-iie s.), les deux articles ne sont pas réellement liés et ne forment pas une synthèse sur la question. On regrettera particulièrement les problèmes de corpus du second article, où on ne connaît pas sa taille (et donc sa fiabilité) et où les valeurs exprimées en pourcentage sont calculées seulement sur le Nombre de Restes, et non sur le Nombre Minimum d’Individus.

6Le cas des ateliers de Soubran et Petit-Niort est assurément l’un des dossiers les mieux traités de cet ouvrage, au travers de contributions se faisant réellement écho. On comprend d’ailleurs aisément que ces ateliers, vu la spécificité de leurs productions de céramiques communes (pâte kaolinitique et cruche à bec tréflé ; céramiques à parois fines) et leur diffusion avérée à longue distance dans le sud-ouest de la Gaule, ont occasionné une attention particulière et une approche méthodologique quasi systémique.

7Ainsi, l’ambition a été de circonscrire sur le terrain l’emprise des ateliers de Soubran grâce à des prospections géophysiques (article de V. Mathé, F. Lévêque et M. Druez), de caractériser les productions de chaque centre à partir de mobilier issu de contextes de production et de consommation (bouilloire et gobelet ovoïde ; article de C. Batigne-Vallet et Y. Waksman). De même, la spécificité déjà établie de diffusion de quelques formes à succès est ici appréhendée par deux articles rigoureux : le premier porte sur un instantané d’exportation à destination de l’estuaire puis de l’arc atlantique (ce qui, au travers d’une quantification maîtrisée permet de cerner clairement l’importance de chaque forme dans cette cargaison ; article de C. Sanchez et Ch. Sireix) ; quant au second (M. Passelac), par un catalogue détaillé de découvertes faites dans le Lauragais, il illustre clairement un commerce également existant d’ouest en est, depuis l’Atlantique vers la Méditerranée, pour quelques produits réputés issus des ateliers de Soubran/Petit-Niort (bouilloires à pâte kaolinitique et gobelets en céramiques fines).

8Au travers de ces quatre articles complémentaires, les conclusions sont riches et renouvellent totalement celles émises par J. et M.-H. Santrot en 1991, qui considéraient Soubran et Petit Niort comme deux ateliers en concurrence organisée. Il apparaît maintenant clairement que les deux sites de production ne sont encore que très partiellement repérés et que, plus que deux ateliers distincts, il faut probablement y voir un grand centre de production, partageant sensiblement les mêmes matières premières et le même répertoire de formes. L’actualisation des connaissances est donc énorme et ce dossier fera désormais référence pour ce groupe “ SPN ” : les perspectives de reprise des fouilles et de véritable chrono-typologie des productions à partir de contextes de consommation fiables sont désormais ouvertes et alléchantes.

9Un autre dossier, particulièrement éclairant sur les interactions entre différents centres potiers et la grande ville consommatrice de Bordeaux correspond aux ateliers vivisques. Ch Sireix y extrait de ses nombreuses études emmagasinées deux contributions majeures, l’une sur les ateliers précoces de Vayres alimentant Bordeaux et renommés pour une forme bien diffusée de vase de stockage (vers Bordeaux et vers les sites portuaires principalement), l’autre sur les fouilles du cours du Chapeau Rouge à Bordeaux en appuyant uniquement le propos sur la première phase, globalement contemporaine des ateliers de Vayres (50/40 av. - 30 av.). L’énorme masse ici prise en compte (plus de 40 000 tessons !) permet ici de saisir entre autres l’apparition puis l’essor des produits de Vayres vers Bordeaux. On appréciera également l’approche très spécifique de S. Gauduchon, uniquement sur les mortiers de Bordeaux, puisque ces vases sont par essence de très bons marqueurs culturels et que certains exemplaires régionaux constituent de précieux traceurs pour saisir la diffusion des ateliers concernés (en particulier ceux signés de Siorac).

10Un autre dossier important est celui concernant les ateliers pétrucores de Siorac-de-Ribérac. La première contribution (C. Sanchez, B. Favennec et B. Houdusse) correspond bien à une véritable monographie sur ces officines, avec une présentation des vestiges et de leur chronologie relative, des productions (avec les mortiers comme spécificité, diffusés vers les autres cités d’Aquitaine) et de leur diffusion (en complément de Vayres et de Soubran/Petit-Niort, sans avoir le même succès hors Aquitaine que ce dernier).

11Comme souvent avec le matériel issu des seuls contextes de production, la datation de l’officine est délicate (milieu du iie-fin du iiie s.). On reste alors un peu dubitatif sur le réel apport de l’archéomagnétisme à cette question (article de Ph. Lanos, C. Sanchez et Ph. Dufresne), puisque, de l’aveu même des auteurs, la méthode archéomagnétique a besoin d’autres approches pour qu’un intervalle de probabilité commun soit déduit (dans ce cas précis, datation radiocarbone et de la céramique). La critique a déjà été émise par ailleurs, mais la méthode archéomagnétique semble encore en rodage et peut difficilement se suffire à elle-même (en particulier pour les iie-iiie s.).

12Les trois derniers articles apparaissent de fait comme en marge des précédents dossiers, et portent sur les ateliers de Villeneuve-sur-Lot (contributions de Ch. Chabrié et F. Convertini) et sur les faciès de consommation du nord du Bassin aquitain (D. Guitton). Plus particulièrement, le dernier article, le plus septentrional, ouvre de belles perspectives sur les comparaisons et les déterminismes des faciès de consommation. Faisant suite à un précédent article sur la même région et possédant les mêmes orientations conclusives (Guitton 2010), le cas ici développé d’Usseau (Deux-Sèvres) n’est qu’une entrée pour développer une thèse séduisante sur les modalités de constitution de ces assemblages : au travers d’un propos étayé par une véritable étude céramologique par période stratigraphique, par un corpus désormais très étayé de comparaisons locales et par quelques figures explicites (entre autres fig. 36 à 38), D. Guitton développe ainsi l’hypothèse que la consommation est directement liée à des facteurs géographiques (bassin versant) plus qu’à des limites territoriales, culturelles ou politiques. La notion de seuil de franchissement entre deux massifs est ainsi clairement développée, et le propos s’étend ensuite aux limites de l’expansion des produits saintongeais (Loire), aux limites de diffusion des produits ligériens (Rom et La Crèche) et au rôle prépondérant des ports fluvio-maritimes pour la diffusion de la vaisselle fine et commune. Les conclusions sont denses et mériteront certainement un développement spécifique dans un article resserré sur la question de ces marges et de ces seuils, où s’exercent différentes influences commerciales et où la consommation se veut également opportuniste.

13Indubitablement, ce recueil renouvelle les connaissances sur la production et la consommation en Aquitaine et vient corriger et compléter les travaux précédents, déjà datés (travaux de M.-H. et J. Santrot, SFECAG de Cognac et Libourne) ; il devient la référence pour certaines monographies (Soubran/Petit-Niort, Siorac-de-Ribérac). De même, il constituera un jalon important dans la connaissance des modalités de diffusions de la vaisselle en céramique, en rappelant que certains produits en céramique commune transgressent une prétendue diffusion locale de leurs ateliers et illustrent une commercialisation plus complexe des produits céramiques. Mais - et ce sera peut-être la seule critique - au même titre qu’il manque une introduction, il manque aussi une synthèse pour que ce recueil ne soit pas une simple compilation de dossier, mais qu’un lien soit établi entre chacun et que les perspectives de ce travail soient annoncées au terme des présentations. En ce sens, il aurait alors fallu citer, du moins reprendre et compléter, les conclusions d’articles récemment publiés par les deux principaux auteurs et montrant clairement l’originalité du faciès de production et de consommation de l’Aquitaine centrale (Genin, Sanchez et Sireix 2010 ; Sanchez et Sireix 2012).

14A contrario, cette sensation de rester ici un peu sur sa faim ne fait finalement qu’illustrer la qualité d’ensemble du travail accompli et constitue, en somme, un encouragement destiné aux auteurs pour poursuivre ce travail de coordination et pour aboutir à une synthèse globale, par cité et par bassin géographique, en y intégrant les céramiques fines et les amphores.

Haut de page

Bibliographie

Sanchez et Sireix 2012

Sanchez C. et Sireix Ch. - Faciès de consommation et mode d’approvisionnement des céramiques communes en Aquitaine romaine, in : Batigne-Vallet C., Les céramiques communes dans leur contexte régional. Faciès de consommation et mode d’approvisionnement, Actes de la table ronde (Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2-3 février 2009), Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, n° 60, Lyon, 2012 : 55-70.

Genin, Sanchez et Sireix 2010

Genin M., Sanchez C. et Sireix Ch. - Faciès d’époque augustéenne sur l’axe aquitain, in : SFECAG, Actes du congrès de Chelles (13-16 mai 2010) : 39-72.

Guitton 2010

Guitton D. - Le mobilier céramique du Haut-Empire de l’agglomération secondaire de Rom/Rauranum (Deux-Sèvres) : entre bassin de la Loire et bassin aquitain, un approvisionnement opportuniste et réfléchi, in : SFECAG, Actes du congrès de Chelles (13-16 mai 2010) : 131-170.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Marot, « Corinne Sanchez C. et Christophe Sireix (dir.) - L'organisation des productions céramiques sur l'arc atlantique, l'exemple de l'Aquitaine romaine », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 54 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://racf.revues.org/2322

Haut de page

Auteur

Emmanuel Marot

Service Archéologie préventive, Communauté d'agglomération de Bourges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page