Navigation – Plan du site
Carte localisation
Articles

Des occupations laténiennes sur le plateau de Champeigne tourangelle, communes d’Athée-sur-Cher et de Truyes (Indre-et-Loire)

La Tène occupations on the plateau of Champeigne tourangelle, municipalities of Athée-sur-Cher and Truyes (Indre-et-Loire)
Fabrice Couvin, Sandrine Linger-Riquier, Gaëlle Robert et Gwénaël Roy

Résumés

Le plateau de Champeigne tourangelle se situe en position d’interfluve entre les vallées du Cher et de l’Indre. Dans un secteur de moins de 2,5 km2, trois fouilles du tracé autoroutier A85 et le diagnostic d’une carrière de calcaire, sur les communes d’Athée-sur-Cher et de Truyes (Indre-et-Loire), livrent des témoins d’occupations de La Tène finale. Si ces interventions soulignent la densité des sites au sein de ce terroir à la fin de la période gauloise, la présence d’occupations immédiatement antérieures et postérieures livre quelques indices sur l’évolution de la fréquentation du plateau depuis la Protohistoire récente jusqu’à la période romaine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article a été écrit avec la collaboration de Francesca Di Napoli (Inrap, UMR CITERES 7324), Jea (...)

1Le sujet de cet article1 est fourni par quatre interventions archéologiques préventives, réalisées dans un secteur de moins de 2,5 km2, situé sur les communes d’Athée-sur-Cher et de Truyes (Indre-et-Loire) (Fig. 1).

Fig. 1 : Département d’Indre-et-Loire, localisation des communes citées et de la région naturelle de Champeigne Tourangelle

Fig. 1 : Département d’Indre-et-Loire, localisation des communes citées et de la région naturelle de Champeigne Tourangelle

(infographie : V. Chollet)

  • 2 La coordination de ces fouilles autoroutières a été assurée par S. Krausz.

2Trois de ces opérations, Athée-sur-Cher, le Brandon, la Tour du Brandon et l’Érable, des fouilles de 7 000 à 10 000 m2, ont été dirigées, en 2005 et 2006, par G. Poitevin et F. Couvin, dans le cadre des travaux de construction de l’autoroute A852 (Fig. 2 et 3) (Fouillet et Poitevin 2005a ; 2005b ; Couvin 2006). La quatrième est un diagnostic archéologique mené par G. Roy sur la commune de Truyes, aux lieux-dits les Pelouses et les Grands Bois et concerne l’extension d’une carrière de calcaire d’une superficie de 17,2 ha (Roy 2009). Comme souvent dans ce type projet, les secteurs positifs ont été délaissés par le carrier au profit d’autres terrains, vierges de vestiges.

3Les sites identifiés à l’occasion de ces interventions ont en commun de livrer des témoins d’occupations de la fin de la période gauloise. Il s’agit d’un chemin empierré et de trois enclos fossoyés, dont les plans lacunaires sont dus à l’arasement des vestiges et à des emprises limitées. Aucun de ces sites ne présente un intérêt exceptionnel, mais la conjugaison des données fournit, dans le cadre d’une fenêtre réduite, une vision de l’occupation de ce terroir à la fin de La Tène. La découverte de quelques témoins d’occupations immédiatement antérieures et postérieures livre par ailleurs quelques indices sur l’évolution de l’occupation du plateau depuis la Protohistoire jusqu’à la période romaine.

Fig. 2 : Localisation des interventions archéologiques à l’échelle du plateau, sur fond IGN

Fig. 2 : Localisation des interventions archéologiques à l’échelle du plateau, sur fond IGN

1 : Athée-sur-Cher, le Brandon, 2 : la Tour du Brandon, 3 : l’Érable, 4 : Truyes, les Pelouses/les Grands Bois, 5 : Esvres-sur-Indre, les Billettes, 6 : les Bois de la Duporterie, 7 : Athée-sur-Cher, Chomedormeau, 8 : Touche-Morin, 9 : la Pièce de la Colasserie, 10 : Bussières

(infographie : V. Chollet)

Fig. 3 : Localisation des interventions et des principaux vestiges, sur fond cadastral

Fig. 3 : Localisation des interventions et des principaux vestiges, sur fond cadastral

(infographie : V. Chollet)

Contextes géographique, topographique, géologique et archéologique

4Ce secteur s’intègre au plateau de Champeigne tourangelle, région naturelle qui se situe en position d’interfluve entre les vallées du Cher, au nord, et de l’Indre, au sud (Fig. 1). Le paysage se caractérise par sa régularité, avec des amplitudes altimétriques faibles, comprises entre 90 et 100 m NGF, ainsi qu’un réseau hydrographique peu développé (Couderc 1987 : 124-127).

5Les sites sont implantés dans la partie méridionale du plateau, à 3,5 km du village de Truyes et de la vallée de l’Indre (Fig. 2). Dans ce secteur, les terrains relativement plans se situent à une altitude moyenne de 91 m NGF. Le seul relief notable est la butte où domine encore de nos jours, à la cote de 95 m NGF, la tour du Brandon édifiée au xiie s.

6Les sites sont implantés sur le sommet des marnes et calcaires lacustres de Touraine (e7). Cette formation tertiaire présente des formes variées : argiles vertes, marnes, calcaires blancs pulvérulents, calcaires bréchiques ou noduleux, ou encore meulières (Rasplus, Macaire et Alcaydé 1982). Quand le calcaire apparaît directement sous la terre végétale, les structures s’y détachent plus clairement, alors que la présence de poches ou de vastes nappes d’argile a considérablement gêné la lecture. Aucun niveau de sol ou même d’horizon de sol ancien n’a été préservé et les vestiges sont largement arasés par les travaux aratoires récents. Dans sa moitié ouest qui nous concerne, le plateau, consacré aux productions céréalières, est occupé par d’importants secteurs boisés.

7La connaissance archéologique de cet espace est limitée aux fouilles de l’autoroute A85 (section Vierzon-Tours), non publiées à ce jour et pour lesquelles existe une brève synthèse associée à des notices de site (Guiot 2011) (Fig. 4). Immédiatement à l’ouest, la commune d’Esvres-sur-Indre est documentée par un inventaire en cours dans le cadre du Projet Collectif de Recherche “ Evena - évaluation archéologique d’une agglomération d’origine protohistorique ” (Chimier et al. 2014).

Fig. 4 : Occupations laténiennes recensées à l’échelle du département d’Indre-et-Loire et ses marges

Fig. 4 : Occupations laténiennes recensées à l’échelle du département d’Indre-et-Loire et ses marges

Extrait de Laruaz 2009, fig. 1, complétées par les établissements ruraux de Champ-Chardon, du Centre de Maintenance et du Parking Relais, à Tours, et des fouilles du tracé LGV SEA (losange noir)

Les occupations par site

Athée-sur-Cher, le Brandon

8La fouille du site le Brandon à Athée-sur-Cher a concerné une surface de 8 100 m2 (Fig. 5). Les terrains, qui se situent sur le rebord d’un petit talweg, présentent un faible pendage nord-sud. Dans l’emprise, le substrat correspond au faciès argileux des marnes et calcaires lacustres de Touraine (e7). Un décapage de 0,3 m a fait apparaître dans l’argile sableuse une série de fossés parcellaires médiévaux et modernes, un chemin empierré livrant des indices d’utilisation aux périodes gauloise et gallo-romaine, ainsi que deux fossés et une fosse antiques (Fouillet et Poitevin 2005a).

Fig. 5 : Le Brandon, plan général des vestiges

Fig. 5 : Le Brandon, plan général des vestiges

(infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)

La Tène finale/période antique

9Le tracé rectiligne du chemin F1, orienté 10° Est, a été observé sur un développement de 54 m. Conservé de façon inégale, sa largeur est d’environ 3,5 m. Cinq coupes réalisées dans la structure montrent un creusement au profil ouvert où reposent des remblais argilo-sableux, de calcaire pulvérulent et des empierrements de blocs et dalles calcaires disposés à plat. Dans la coupe du sondage E, la présence de “ cuvettes ” semble correspondre à des empreintes d’ornières (Fig. 6) (us 1013 à 1017). Dans le sondage D, des remblais argileux et de matériaux calcaires traduisent des exhaussements et des réfections ponctuelles (us 1109, 1053, 1063 et 1064).

Fig. 6 : Le Brandon, coupes du chemin F1

Fig. 6 : Le Brandon, coupes du chemin F1

(infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)

  • 3 Concordances entre datations chrono-culturelles et datations absolues :
    âge du Bronze/fin La Tène an (...)

10Le mobilier collecté dans les différents remblais est peu abondant et très fragmenté. On compte 69 tessons de céramiques. Les plus anciens (3 restes), non tournés et datés de l’âge du Fer3 sans plus de précision, proviennent du comblement d’une ornière du sondage E (us 1013), alors que les plus récents (66 restes), attribuables à la période antique, sont issus du nettoyage des niveaux supérieurs de la chaussée.

11La découverte, dans une recharge de blocs calcaires du sondage D (us 1064), d’une fibule en alliage cuivreux de type Nauheim 5a30 (Fig. 7), datée La Tène D1b à La Tène D2, semble confirmer l’ancienneté de cette voie de circulation (Feugère 1985 : 204). Aux côtés de ce mobilier céramique, la fouille de la structure a également livré des micro-restes de faune (48 restes), de clous en fer (17 restes) et de terres cuites architecturales (TCA).

Fig. 7 : Le Brandon, fibule en alliage cuivreux (F1, us 1064)

Fig. 7 : Le Brandon, fibule en alliage cuivreux (F1, us 1064)

(infographie : D. Lusson)

12De part et d’autre, le chemin F1 est bordé par les fossés F2 et F3. Le fossé F3 suit un tracé orienté à 10° Est, identique à celui de la chaussée, alors que F2, répond à une orientation plus strictement nord-sud avant de s’interrompre au sud. Les sections des creusements ne sont pas identiques. F2 présente un profil ouvert, à fond plat et bords obliques, avec une ouverture de 0,9 à 1,2 m, pour 0,4 à 0,5 m conservé, alors que F3 montre un creusement en U, large de 0,45 à 0,6 pour 0,2 à 0,25 m de profondeur avec, dans les sondages B et C, des traces de surcreusement (Fig. 8). Les deux structures ont en commun d’être comblées de limon argileux et de livrer quelques modestes vestiges mobiliers (céramiques et TCA) attribuables à la période gallo-romaine, mais peut-être sont-ils redéposés. Il reste donc difficile de préciser si F2 et F3 constituent des fossés bordiers ou sont des parcellaires qui prennent appuie sur le tracé du chemin.

Fig. 8 : Le Brandon, coupes des fossés F2 et F3

Fig. 8 : Le Brandon, coupes des fossés F2 et F3

(infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)

13Au sud de l’emprise, on note une vaste fosse (F14), de 11 sur 7 m et profonde de 0,6 m, qui a pu constituer une extraction d’argile sableuse destinée à l’entretien de la chaussée (Fig. 5). Son comblement d’abandon a livré 13 tessons et 12 fragments de TCA attribuables au Haut-Empire.

14Par ses caractéristiques, le chemin F1 se rapproche des exemples connus pour La Tène, en particulier ceux attestés par la fouille à Acy-Romance (Ardennes) et Nîmes (Gard). Ces voies rurales présentent des largeurs généralement comprises entre 2 et 4 m et disposent parfois de fossés bordiers (Robert 2009 : 24-25). Comme à Athée-sur-Cher, ces axes perdurent souvent aux périodes postérieures et semblent participer à la structuration du paysage en imprimant leur orientation à de vastes trames parcellaires.

15Compte tenu de son orientation, à 10° Est, le tracé du chemin F1 est perpendiculaire aux cours de l’Indre et du Cher, il peut donc constituer, à travers le plateau, une voie directe reliant les deux vallées, distantes de 8,5 km (Fig. 2). Aucune observation complémentaire réalisée en-dehors de l’emprise autoroutière ne permet de valider cette hypothèse et il peut également s’agir d’une simple voie secondaire desservant des établissements isolés. On note toutefois que celui-ci est fréquentée à La Tène finale et à la période gallo-romaine et que le parcellaire moderne et contemporain conserve une orientation identique.

Athée-sur-Cher, la Tour du Brandon

16Suite aux résultats du diagnostic, la fouille de la Tour du Brandon a concerné 7 800 m2 sous la forme d’une emprise de 140 sur 50 m (Fouillet et Poitevin 2005b). Dans ce secteur, les terrains ne présentent pas de pendage particulier. Le décapage a permis de mettre en évidence, à l’est, les vestiges d’un chemin rural moderne et contemporain, ainsi que des fossés parcellaires associés (Fig. 9). D’autre part, il s’est avéré qu’une occupation de La Tène finale, ciblée par l’intervention, pouvait se prolonger en dehors de l’emprise à l’ouest, sous une zone de stockage des terres et au-delà du chemin rural n69. À la décharge des fouilleurs, il faut souligner que dans ces terrains, où la partie supérieure du substrat est composé d’argile marneuse, la détection et la fouille des structures s’est avérée particulièrement délicate - celles-ci n’étant pas visibles avant le niveau induré du calcaire, soit à 0,6 m, sous la surface.

Fig. 9 : La Tour du Brandon, plan général des vestiges

Fig. 9 : La Tour du Brandon, plan général des vestiges

(infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)

Protohistoire récente

17Au sud-est de l’emprise, le diagnostic et le décapage ont révélé la présence, dans un horizon de colluvions, d’une concentration d’une trentaine de tessons (non illustrés) datés Hallstatt final/La Tène ancienne. Aucune structure associée n’a pu être mise en évidence.

La Tène finale

18L’occupation de La Tène finale se présente sous la forme d’un fossé axé nord/sud, relevé sur les 50 m de la largeur autoroutière (F4) (Fig. 9). Celui-ci semble constituer les limites d’une clôture à l’intérieur de laquelle un second fossé (F10/F11), au tracé angulaire, constituerait une partition.

19Les coupes réalisées dans le remplissage de F4, montrent un profil en V et un fond plat, avec une ouverture de 1,1 à 1,4 m, pour 0,7 à 1 m conservé (Fig. 10). Le sondage C diffère quelque peu, ceci probablement en raison d’un substrat plus induré. L’altimétrie à la base du creusement montre un faible pendage sud/nord. Le comblement de ce fossé est constitué d’une alternance de sédiments à matrice argilo-calcaire, issus de l’érosion des parois, et argilo-limoneuse provenant du lessivage du niveau supérieur des terrains. La stratigraphie des sondages B et E présentent une dissymétrie plus importante pouvant laisser supposer la présence d’un talus à l’est.

Fig. 10 : La Tour du Brandon, coupes des fossés F4, F10 et F11

Fig. 10 : La Tour du Brandon, coupes des fossés F4, F10 et F11

(infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)

20Le comblement supérieur de la structure, qui correspond à sa phase d’abandon, est composé d’une matrice de limon argileux plus organique. Il livre de nombreux charbons de bois, 148 restes de faunes, ainsi que de la céramique (597 restes, pour 59 individus), ceci plus particulièrement dans son tronçon situé entres les sondages D et E. Au regard de l’étude céramique, cet assemblage apparaît caractéristique de rejets provenant d’une structure domestique proche. L’ensemble fournit une datation de La Tène D1b. Par ailleurs, la position et le pendage du mobilier laissent penser que celui-ci a été rejeté depuis le côté ouest du fossé, et c’est donc là que se situerait l’origine des dépôts.

21Avec 1,56 et 1,58 m d’ouverture, pour 1,06 et 1,16 m conservés, les fossés F10 et F11 affichent des dimensions quelques peu plus importantes (Fig. 10). Les profils sont plus nettement en V, mais on relève une alternance de comblements identique à celle du fossé F4. Le remblai supérieur, constitué de limon brun-gris, présente également une séquence dépotoir avec la collecte de faune (79 restes) et de céramiques domestiques attribuables à La Tène D1b (179 restes, pour 13 individus). Comme pour F4, les remplissages de ces fossés ont été fouillés intégralement.

22À une vingtaine de mètres à l’est du fossé F4, les faits F8 et F9 ont été fouillés de façon mécanique à l’occasion du diagnostic puis de la fouille (Fig. 9). Après réexamen des relevés, il a semblé possible que ces faits aient constitué des trous de poteau plutôt que des fosses. On note en effet des creusements ovales à fond plat, très similaires, de 1,42 sur 1,08 m et 1,4 sur 1,1 m, pour une profondeur de 0,4 m. Le long de la paroi est, la coupe de F9 montre par ailleurs un surcreusement vertical large de 0,4 m, dont le comblement livre de nombreux charbons de bois, peut-être un négatif de poteau.

23Dans cette hypothèse, F8 et F9 pourraient participer à un bâtiment plus important, dont les autres fondations n’ont pas été perçues, à moins qu’ils ne matérialisent un bâtiment sur deux poteaux dont l’axe faitier suit la même orientation que la trame fossoyée. La distance, aux centres, de ces deux creusements, 4,4 m, renforce cette idée (Maguer 2005 : 340-342).

24F8 et F9 ont respectivement livré 18 et 9 tessons de céramiques, mais aucun élément de forme. Les pâtes sont identiques à celles des céramiques des fossés F4, F10 et F11, situés à proximité, ce qui laisse supposer que ces structures sont contemporaines.

25Malgré une vision très limitée due au décapage, les vestiges de la fouille de la Tour du Brandon permettent de restituer un établissement rural à enclos fossoyé de La Tène finale. À l’intérieur d’un premier enclos, ou accolé, un second fossé constitue probablement une partition. La vocation de chacun de ces espaces ne peut être déterminée, mais la collecte de rejets domestiques contemporains dans les fossés laisse supposer la proximité d’un habitat au cours de La Tène D1b. À l’est, à l’extérieur de la clôture, deux creusements peuvent matérialiser les fondations d’une construction annexe.

Le mobilier céramique (S. L.-R.)4

  • 4 Le mobilier céramique collecté dans l’ensemble des sites est peu abondant (2 074 restes, pour 157 i (...)

26Les pâtes des sites du plateau de Champeigne tourangelle présentent une matrice argileuse riche en quartz et relativement micacée, caractéristique des argiles que l’on rencontre dans ce secteur de la vallée du Cher. Parmi les productions locales, deux qualités se distinguent : les communes sombres à pâte semi-fine tournée et les non-tournées à pâte grossière. Les premières se caractérisent par l’emploi du tour et une finition soignée des surfaces, généralement lissées. Elles peuvent être enfumées en post-cuisson. Le répertoire typologique comprend des vases du service de la table, ainsi qu’une passoire.

27On note également la présence de céramiques de grand module, dont au moins un pot à cuire. Les pâtes grossières présentent une matrice plus chargée en quartz grossier. Ces céramiques sont modelées et les surfaces laissées brutes de façonnage ou grossièrement peignées. Le répertoire comprend des vases culinaires (pots à cuire), de préparation (jattes tronconiques) et de stockage (jarres).

28D’autres céramiques se distinguent nettement de ces productions. Elles présentent de grosses inclusions coquillées, que l’on rencontre par ailleurs sur quelques sites de la vallée du Cher, comme Cerbois ou Châteaumeillant, dans le Cher (Fournier, en cours ; Lallemand 2007 : pl. 9, n9). Il semble que cette pâte spécifique soit dévolue à des céramiques de grand volume, de type jarre. Le mobilier importé se compose de quelques fragments de céramique de type Besançon, originaire du Nord du Massif Central (Barral, Lallemand et Riquier 2013), représentée par quelques pots. Enfin, les productions méditerranéennes se limitent à quelques fragments d’amphores italiques, qui n’ont livré aucun élément de forme, mis à part un fond.

Le corpus

29Les quantifications du nombre de restes (NR) et du nombre d’individus (NMI) ont été réalisées suivant les recommandations du protocole du Beuvray (Protocole Beuvray 1998). La fouille du site la Tour du Brandon a livré 765 restes, pour 72 individus, provenant de cinq structures (Fig. 11).

Fig. 11 : La Tour du Brandon, quantification du mobilier céramique

Fig. 11 : La Tour du Brandon, quantification du mobilier céramique

La céramique du fossé F4

30L’essentiel de la céramique est issu du fait F4, 559 restes, pour 59 individus, soit 73 % du NR et près de 82 % du NMI (Fig. 11 et 12). Dans l’ensemble, ce mobilier est très fragmenté. De nombreux remontages ont cependant pu être réalisés, quatre vases sont complets. L’examen de la répartition du mobilier dans ce fossé montre une concentration importante entre les coupes D et E – 466 tessons pour 42 vases, soit plus de 83 % du NR et 71,2 % du NMI.

31La variété fonctionnelle du mobilier désigne une zone à vocation domestique à proximité immédiate du fossé. Le répertoire se compose en effet de vaisselle de service, comme des gobelets (Fig. 13, n4.1, 4.19), des jattes carénées (n4.3, 4.5), des assiettes (n4.4, 4.7), des écuelles à bord rentrant (n4.12, 4.13, 4.22, 4.27), de vases à liquide (Fig. 14, n4.16, 4.31), de pots à cuire (n4.11, 4.8, 4.30), de vases de stockage (n4.9) et de préparation (n4.6, 4.24, 4.35). Un pot de type Besançon est archéologiquement complet dans cet ensemble (Fig. 14, n4.10). Les amphores sont représentées par 3 individus, identifiés par des pâtes distinctes.

Fig. 12 : La Tour du Brandon, quantification du mobilier céramique du fossé F4

Fig. 12 : La Tour du Brandon, quantification du mobilier céramique du fossé F4

Fig. 13 : La Tour du Brandon, céramiques du fossé F4 (1/2)

Fig. 13 : La Tour du Brandon, céramiques du fossé F4 (1/2)

Commune sombre tournée enfumée : n°1, 2, 4, 5, 14, 15, 18, 19, 20, 23, 26, 27, 29, 36 ; Commune sombre Tournée : n°3, 7, 12, 13, 17, 19, 21, 22, 28, 32, 34

(dessin/DAO : S. Riquier).

Fig. 14 : La Tour du Brandon, céramiques du fossé F4 (2/2)

Fig. 14 : La Tour du Brandon, céramiques du fossé F4 (2/2)

Commune sombre Tournée : n°11 ; Commune Sombre Tournée Enfumée : n°16, 31 ; Grossière Non Tournée : n°6, 8, 9, 24, 25, 30, 33, 35 ; Besançon : n°10

(dessin/DAO : S. Riquier)

La céramique des fossés F10 et F11

32Ces fossés ont livré 179 restes, pour 13 individus (Fig. 15). L’essentiel provient du fossé F10, à proximité de son angle avec F11. L’assemblage est moins documenté que dans le fossé F4, mais sa composition est similaire et l’on peut supposer que tout deux sont contemporains. Néanmoins, aucun collage n’a été réalisé entre les deux ensembles fossoyés et les rejets peuvent provenir de deux unités d’habitat distinctes. On compte des jattes à haut col vertical mouluré (Fig. 16, n10.39, 10.40, 11.42), des jattes tronconiques (n11.41 et 11.43) et des petits pots non tournés (n11.44).

33

Fig. 15 : La Tour du Brandon, quantification du mobilier céramique des fossés F10 et F11

Fig. 15 : La Tour du Brandon, quantification du mobilier céramique des fossés F10 et F11

Fig. 16 : La Tour du Brandon, céramiques des fossés F10 et F11

Fig. 16 : La Tour du Brandon, céramiques des fossés F10 et F11

Grossière Non Tournée : n°10.41, 11.43, 11.44 ; Commune sombre tournée enfumée : n°11.42 ; Commune sombre tournée : n°10.39, 10.40, 10.37, 10.38

(Dessin/DAO : S. Riquier)

Comparaison et datation du mobilier céramique

34Les premières coupes carénées à panse ornées de baguettes (Fig. 13, n4.26) apparaissent en association avec les fibules de Nauheim ou de Cenisola dans la nécropole de Vaugrignon à Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire) (Riquier 2004 : Fig. 12). Elles sont surtout fréquentes dans les ensembles postérieurs, en association avec des coupes carénées à panse lisse, qui caractérisent la période de La Tène D2a des sites turons, comme Clocheville et Champ-Chardon à Tours (Linger-Riquier in : De Filippo, en cours : 29 ; Couderc 2010 ; Di Napoli in : Couderc, en cours), Sur le Peu, à Esvres-sur-Indre (Fouillet 2009), La Cave Blanchette, à Monnaie ; La Roche Deniau, à Parçay-Meslay (Fouillet 2004 ; Lusson 2004 ; Fouillet et Lusson, à paraître) et Montison à Sorigny (Poitevin 2014).

35Comme sur les sites de Clocheville et de La Roche Deniau, ces coupes sont associées à des jattes ornées d’un décor lissé rayonnant interne, dans des contextes respectivement attribués à La Tène D1b et La Tène D2a (Linger-Riquier in : De Filippo, en cours : Fig. 20 ; Fouillet, Lusson, à paraître).

36Les gobelets-tonnelets à panse symétrique (Fig. 13, n4.1) apparaissent dans les ensembles régionaux dans le courant de La Tène D1a, notamment sur le site de Clocheville (Linger-Riquier in : De Filippo, en cours : Fig. 17), ou dans la tombe S.258 de la nécropole de La Haute Cour à Esvres-sur-Indre (Chimier, en cours). Dans cette dernière tombe, ce gobelet-tonnelet est associé à un vase baquet et des fibules à ressort en arbalète, qui caractérise la phase 1 de la nécropole de Vaugrignon, soit la période de La Tène D1a (Riquier 2004 : 80).

37Cette chronologie semble identique en Bas-Poitou où le gobelet tonnelet et le vase baquet caractérisent les ensembles de La Tène D1b (Landreau 2012 : Fig. 19, n8), même si ces deux formes apparaissent faiblement dès La Tène D1a (Landreau 2012 : Fig. 6 : n3-6, 8). Deux autres exemplaires de vase baquet sont connus sur le site de Clocheville à Tours, dans un ensemble attribué à l’horizon 3, soit La Tène D1b (Linger-Riquier in : De Filippo, en cours : pl. 34, n170.34), et sur l’établissement rural Le Marchais Rond, à Saint-Georges-sur-Cher (Loir-et-Cher) (Couderc 2006).

38Le profil du gobelet tonnelet évolue vers le gobelet tulipiforme, contemporain de l’horizon “ Nauheim ” (Riquier 2004 : Fig. 69). On constate par ailleurs qu’il est pratiquement absent des sites du ier s. av. J.-C., puisqu’il n’est jamais associé au vase bobine, qui caractérise les ensembles datés du milieu du Ier s. av. J.-C., comme Champ Chardon (Couderc 2010). L’usage du gobelet tonnelet semble donc bien cantonné à la seconde moitié du iie s. av. J.-C.

39De même, les jattes décorées de traits rayonnants internes (Fig. 13, n4.2 et 4.7) sont caractéristiques de La Tène D1. Dans les ensembles de Clocheville à Tours, ce type d’ornement caractérise les ensembles de l’horizon 3, soit La Tène D1b (Linger-Riquier in : De Filippo, en cours : Fig. 20). Ils disparaissent complètement des ensembles attribués à l’horizon 4, soit La Tène D2a (Linger-Riquier in : De Filippo, en cours : Fig. 23).

40Les jattes à col haut mouluré (Fig. 13, n4.3 et 4.5) sont fréquentes sur le site. Elles sont de type Tours 216 (Linger-Riquier in : De Filippo, en cours : Fig. 17). Ces dernières apparaissent à Clocheville dès l’horizon 2, mais leur profil est alors moins rectiligne et le bandeau supérieur est plutôt évasé, alors que dans les ensembles postérieurs, le bandeau supérieur est droit et l’angulation avec la panse bien nette, comme ici (Linger-Riquier in : De Filippo, en cours : Fig. 20, n216). Ces jattes peuvent donc être attribuées à La Tène D1b.

41Les pots tournés restent assez discrets dans cet ensemble. Ils se caractérisent par une mouluration à la jonction du col et de la panse (Fig. 14, n4.16) ou un col évasé terminé par une petite lèvre en bourrelet, identique aux exemplaires inventoriés sur le site de Clocheville à Tours (Linger-Riquier in : De Filippo, en cours : type 503), qui apparaissent dans les ensembles dès l’horizon 2, mais qui sont surtout fréquents dans les ensembles de l’horizon 3 (Linger-Riquier in : De Filippo, en cours : Fig. 20, type 503).

42Les quelques importations gauloises se composent de pots de type Besançon, à lèvre étirée et évasée, systématiquement ornés d’incisions sur l’épaule (Fig. 14, n4.10), caractéristiques des profils du iie s. av. J.-C. (Barral, Lallemand et Riquier 2013 : Fig. 2).

43Les amphores se limitent à quelques types Dressel 1, représentés par des fragments de panse. Trois individus, soit environ 4 % du corpus du site, ont été identifiés grâce à des pâtes distinctes. Cette fréquence est conforme à ce que l’on observe par ailleurs en Touraine à la même période. En effet, les amphores italiques sont présentes, à Tours, sur le site de Clocheville, dès La Tène D1a, mais elles n’apparaissent qu’à partir de La Tène D1b sur les sites ruraux, avec des effectifs limités à quelques individus (Linger-Riquier in : De Filippo, en cours : Fig. 15). Leur présence est plus systématique dans les ensembles de La Tène D2a, où elles comptent 10 et 16 % des NMI sur les sites de Clocheville, à Tours, et Montison, à Sorigny (Linger-Riquier in : De Filippo, en cours : Fig. 21 ; Linger-Riquier in : Poitevin 2014 : 251).

44En l’état actuel de nos connaissances, le répertoire et les différentes comparaisons avancées permettent de proposer, pour le comblement du fossé F4, mais aussi F10 et F11, une datation centrée sur La Tène D1b.

Athée-sur-Cher, l’Érable

45Le site de l’Érable, à Athée-sur-Cher, a donné lieu à un décapage de 10 000 m2 (Couvin 2006). Dans l’emprise, un fossé d’enclos est apparu comme constituant l’élément structurant de l’occupation (Fig. 17). Seul a pu être observé son angle nord-ouest, alors qu’au nord et au sud, la clôture de prolonge dans la berme. Vers l’est, dans la bande autoroutière, les sondages du diagnostic et des tranchées complémentaires, réalisées lors de la fouille, n’ont pas permis d’appréhender son retour. Au centre de l’emprise, les structures – pour l’essentiel des trous de poteau et des fosses difficiles à distinguer au milieu des perturbations géologiques et végétales – sont apparues dans la roche calcaire qui affleure à 0,5 m sous le sol actuel. Au-delà, le substrat constitué d’une alternance d’argile de blocs et dalles calcaires déstructurés s’est avéré totalement vierge de structure.

46Deux faits ont livré quelques restes céramiques attribuables à la transition Hallstatt final/La Tène ancienne, mais l’essentiel de l’occupation se rattache plus largement à La Tène finale, avec quelques rares témoins semble-t-il plus caractéristiques de La Tène D1b. Le comblement de l’enclos intervient au cours de la période augustéenne et quelques vestiges mobiliers indiquent une fréquentation jusque vers le milieu du ier s. ap. J.-C. (Fig. 17). La faune, trop altérée, n’a pu être étudiée. Le mobilier métallique comprend quelques clous.

Fig. 17 : L’Érable, plan général des vestiges

Fig. 17 : L’Érable, plan général des vestiges

(infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)

Protohistoire récente

47La transition Hallstatt final/La Tène ancienne est illustrée par deux éléments céramiques issus de deux faits distants de plus de 30 m. L’un, situé à l’écart du secteur à forte densité de vestiges, est un fond de fosse oblongue, de 1,2 par 0,64 m, conservé sur 0,15 m (F155) (Fig. 17). Son comblement de limon argileux a livré un profil de coupe à lèvre digitée et décor de cupules impressionnées (Fig. 18). Le second est un trou de poteau du bâtiment 6 (F214). Ce dernier, au plan irrégulier de 0,86 par 0,56 m, conservé sur 0,2 m, a livré un bord de coupe à lèvre amincie. Toutefois, compte tenu des dimensions réduites de ce tesson, il est possible qu’il se situe en position résiduelle.

Fig. 18 : L’Érable, céramiques Hallstatt final/La Tène ancienne (F155, F214)

Fig. 18 : L’Érable, céramiques Hallstatt final/La Tène ancienne (F155, F214)

(dessin/DAO : F. Couvin)

La Tène finale/période augustéenne

48L’enclos qui structure l’occupation de La Tène finale n’est connu que de façon lacunaire. Deux tronçons rectilignes de 67 et 32 m, l’un orienté nord/sud, l’autre plus ou moins nord-est/sud-ouest, laissent supposer un plan quadrangulaire de forme trapézoïdale (Fig. 17). Son extension peut être estimée à un minimum d’un hectare, ce qui en fait une clôture de taille commune pour le Centre-Ouest où à cette période la moyenne se situe entre 1 et 1,5 ha (Maguer et Lusson 2009 : 42). Aucune partition interne n’a été relevée, hormis un possible tronçon de palissade dans son angle nord-ouest (Ens. 6).

49Les fossés F141 et F142 encaissés dans le substrat calcaire présentent des profils en V avec des replats plus ou moins larges au niveau du fond. Les largeurs à l’ouverture se situent entre 1,1 et 1,8 m, pour 0,6 à 1 m conservé (Fig. 19). De façon générale, leurs proportions s’amenuisent en se rapprochant de l’angle nord-ouest. La base des creusements suit le pendage général des terrains, soit environ 1 % dans l’axe nord/sud. Aucun surcreusement n’a été clairement identifié, hormis une extension, peut-être à des fins de drainage, dans l’angle nord-ouest (F348). Les fossés n’ont pas été intégralement fouillés, mais les segments décapés ne présentent pas d’interruption visible.

Fig. 19 : L’Érable, coupes des fossés F141, F142 et F348

Fig. 19 : L’Érable, coupes des fossés F141, F142 et F348

(infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)

50Dans les sondages, les dynamiques de comblement sont sensiblement identiques. À la base, les deux premiers décimètres sont comblés d’argile marneuse correspondant au lessivage du substrat calcaire. Un niveau intermédiaire est composé d’une alternance de nodules calcaires et de limons argileux. Le comblement supérieur, d’où provient l’essentiel du mobilier, au total 95 restes, pour 4 individus, est composé de limon brun comprenant des blocs calcaires, pour certains brûlés. Si l’on suppose la présence d’un talus sur la face interne de la clôture, la stratigraphie des fossés reste peu révélatrice. La localisation des bâtiments de stockage le long de cette clôture et l’absence de structure d’accès laissent supposer que l’on se situe sur la partie arrière de l’établissement.

51L’implantation de cet enclos ne peut être datée avec précision. À titre d’hypothèse nous retenons la datation fournie par les vestiges mobiliers associés les plus anciens, c’est-à-dire La Tène D1b. Son comblement définitif intervient à la fin de la période augustéenne (vers 20/15 av. à 15/20 ap. J.-C.). L’occupation de l’établissement semble donc s’être prolongée entre 100 et 140 ans. À l’intérieur de la clôture, l’évolution des différentes structures est difficilement datable, le mobilier ne fournit pas de repère précis et les recoupements sont rares.

52Compte tenu de l’absence de vestiges dans les sondages de diagnostic et la distance de 300 m qui sépare les deux sites, il semble exclu que l’Érable et la Tour du Brandon appartiennent à un seul et même système d’enclos. Il s’agit plus probablement d’établissements voisins, comme à Marcé (Maine-et-Loire), ou peut-être d’occupations non strictement contemporaines, comme à Bazoches-lès-Bray (Seine-et-Marne) (Nillesse 2003 ; Nouvel et al. 2009)

53Dans l’enclos apparaissent un minimum de onze bâtiments (Fig. 17). Dix répondent à une orientation sensiblement identique à celle de la clôture. Les constructions de plus grande dimension, de 14 à 45 m2, peut-être dévolues à l’habitat ou à l’exploitation, sont préférentiellement implantées à l’est où ils semblent s’organisent autour d’une cour (Bât. 1, 2, 3 et 9). Celles de moins de 10 m2 (Bât. 4, 5, 7 et 8), probablement dédiées au stockage ou à des fonctions annexes, s’alignent sur la clôture.

54Le bâtiment 10, fondé plus légèrement, répond à une orientation distincte. On compte par ailleurs cinq nébuleuses de trous de poteau ayant pu constituer autant des bâtiments supplémentaires (Ens. 1 à 5).

Étude architecturale des bâtiments (Ga. R.)

55Les vestiges de bâtiments ont été classés en deux catégories suivant leur dimension et la complexité de leur architecture. Comme généralement dans ce type d’étude, ceci a conduit à distinguer deux groupes dont la superficie est supérieure ou inférieure à 10 m2.

Les bâtiments de plus de 10 m2

56Trois bâtiments sur poteaux porteurs, ainsi qu’un possible bâtiment sur tranchée de fondation, occupent la partie est du décapage. Tous sont orientés suivant l’axe de la clôture et pourrait délimiter un espace de cour (Fig. 17). Toutefois, aucun élément ne permet de certifier que tous sont contemporains. Ces édifices ont en commun de disposer de superficies supérieures à 10 m2, mais ils présentent des soubassements et des plans distincts.

– Le Bâtiment 1

57Le bâtiment 1 est implanté dans la partie médiane du tracé à l’est de l’emprise décapée (Fig. 17). Cette construction sur quatre poteaux est composée des faits F114, F132, F133 et F134 (Fig. 20). Ce bâtiment est de loin le plus imposant qui ait été mis au jour sur le site. Ceci, d’une part, par la surface que définissent les quatre éléments porteurs, 45 m2, d’autre part, par la puissance des fondations mises en œuvre. À l’intérieur et à proximité, aucun vestige de type foyer ou fosse ne peut être associé avec certitude à cette construction. En périphérie, aucun élément de paroi ou d’accès n’est attesté. La collecte de bois et de graines carbonisés dans les négatifs des poteaux F114 et F134 confirme que le bâtiment a été détruit par incendie.

58Le bâtiment 1 est défini par quatre trous de poteau dessinant au sol un plan légèrement rectangulaire de 7,3 sur 6,1 m. Ceux-ci présentent des formes oblongues, un fond plat, avec un ressaut pour trois d’entre eux. Les dimensions en plan sont importantes, avec 1,06 à 1,36 m de large pour 2 et 2,3 m de long. La profondeur conservée est de 0,52 à 0,72 m. Les comblements sont constitués de remblais calcaires.

59Leur fouille a révélé, pour chacun, la présence d’un négatif de poteau circulaire dont la section est comprise entre 0,5 et 0,66 m. Les sédiments composant le remplissage de ces fantômes contiennent des proportions importantes de charbon de bois. L’analyse anthracologique d’un fragment provenant de F114 (négatif F115) a montré qu’il s’agit de chêne à feuilles caduques (Quercus sp.) sans dernier cerne de croissance (Cura, Van Der Plaetsen 2005). Au regard de sa circonférence, l’âge de cet arbre peut être estimé à au moins 80 ans. Une datation par le radiocarbone, situe son abatage entre 385 et 175 av. J.-C. (ARC 2466 : âge 14C conventionnel 2215 ± 45 BP, date calibrée 385 cal BC - 175 cal BC, courbe de calibration “ IntCal98 ”). Le mobilier céramique collecté dans les quatre négatifs de poteaux est relativement abondant (113 restes, pour 5 individus) et l’on peut supposer qu’il provient des niveaux de sols associés au bâtiment. La datation céramique reste toutefois imprécise et se situe plus largement à La Tène finale.

60Le type de plan utilisé pour le bâtiment 1 est bien attesté en territoire turon à La Tène finale. Des exemples similaires, avec entrées ou parois rejetées conservées, ont été identifiés sur les fouilles du Parking Relais et du Centre de Maintenance (Laruaz et Poitevin 2012 : 102-103) et sur le site de Champ Chardon, à Tours (Couderc 2010 : 84-89 ; Robert in : Couderc, en cours).

– Le bâtiment 2

61Le bâtiment 2, situé dans la partie médiane de la fouille, est orienté nord-sud dans son axe longitudinal (Fig. 17). Quatre trous de poteau massifs, F286, F288, F300 et F306, forment un plan rectangulaire de 4,2 par 8,4 m, soit une superficie de 34 m² (Fig. 20).

Fig. 20 : L’Érable, plans et coupes des bâtiments 1 et 2

Fig. 20 : L’Érable, plans et coupes des bâtiments 1 et 2

(infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)

62Les creusements sont plutôt quadrangulaires et il est possible que les formes circulaires relevées pour F286 et F288 soient les résultats de mauvaises lectures des limites. Les parois sont obliques à verticales, les fonds plats. La profondeur sous le décapage est comprise entre 0,5 et 0,6 m. Les remplissages sont composés de remblais calcaires compactés.

63Des négatifs de poteau ont été observés dans les creusements, mais souvent de manière partielle. Seul le fantôme de F288 montre une image relativement fiable du positionnement d’origine du poteau. En effet, des sédiments plus ou moins charbonneux forment une empreinte large de 0,3 m, inclinée vers l’intérieur à environ 20 degrés. Toutefois, la coupe de ce trou de poteau ayant été réalisée en diagonale par rapport à l’axe du bâtiment, il est difficile de connaître l’importance précise de cette inclinaison.

64Les trois autres trous de poteau présentent également des traces de négatifs, mais seulement visibles dans la première moitié de leur comblement argilo-calcaire. L’uniformité des bourrages autour des négatifs ne permet pas de conclure à des effondrements suite au pourrissement des poteaux, ni à leur récupération partielle. En revanche, il faut noter que les coupes des deux trous de poteaux méridionaux ont été réalisées suivant la même orientation, ce qui a pu biaiser les observations.

65Le mobilier céramique collecté dans les différents faits (25 restes, pour 1 individu) est plus largement attribuables à La Tène D. Un tesson de céramique commune claire gallo-romaine collecté dans le remplissage supérieur de F286 a pu être redéposé postérieurement à l’abandon de la structure.

– Bâtiment 3

66Le bâtiment 3 se situe à moins d’une dizaine de mètres au sud du bâtiment 2 (Fig. 17). Il est constitué de quatre trous de poteau, F128, F296, F299 et F304, qui dessinent un plan rectangulaire de 4,6 par 3 m, soit une superficie de 14 m² (Fig. 21). L’axe longitudinal est orienté est/ouest. Les creusements présentent des plans circulaires ou ovales, dont les diamètres varient de 0,8 à 0,9 m. Les profondeurs, inégales, se situent entre 0,38 et 0,58 m. Les fonds sont plats. Les comblements sont constitués de remblais calcaires. Les fantômes des poteaux, bien visibles grâce à de fortes densités de charbons de bois, sont verticaux avec des sections de 0,28 à 0,38 m.

Fig. 21 : L’Érable, plans et coupes des bâtiments 3, 4, 5 et 11

Fig. 21 : L’Érable, plans et coupes des bâtiments 3, 4, 5 et 11

(infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)

67F128, F296 et F299 ont livré 46 restes, pour 2 individus, plus largement attribuables à La Tène finale. Un fond d’amphore gréco-italique usé, et probablement conservé sur une longue période, provient du l’empreinte du poteau de F128.

68Cette construction présente une facture soignée, avec des écartements réguliers, de larges poteaux et des fondations relativement importantes. Malgré la probable présence d’une entrée à l’est, il peut s’agir d’un module porteur à parois rejetées. En effet, de tels d’aménagements été identifiés sur ce type de bâtiment dans l’ouest de la Gaule, sur les sites de La Boirie, à Chemillé, et de La Chauvelière Neuve, à Cholet (Maine-et-Loire) (Maguer 2005 : 332-335). Au regard de son plan et de sa superficie, il est impossible de trancher entre structure d’habitat et bâtiment à vocation agropastorale.

– Le bâtiment 9

69Trois tranchées creusées dans le calcaire matérialisent le plan hypothétique d’un bâtiment rectangulaire de 5,7 par 6,6 m, soit une superficie de 38 m². Son orientation est identique à celle des autres bâtiments et de l’enclos (Fig. 17). Les deux tranchées F125 et F123/F127, sont largement recoupées par les fosses gallo-romaines F124 et F126, ce qui complique la lecture (Fig. 22). Toutefois, on note l’homogénéité des profils des trois tranchées, dont les parois sont obliques et les fonds plats. Leur largeur est comprise entre 0,45 et 0,5 m, sous le décapage et 0,2 m au niveau du fond.

Fig. 22 : L’Érable, plans et coupes du bâtiment 9 et des faits F383 et F385

Fig. 22 : L’Érable, plans et coupes du bâtiment 9 et des faits F383 et F385

(infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)

70La fouille de ces tranchées a révélé la présence de deux comblements. Au contact du fond, on note une fine couche de calcaire remanié et, au-dessus, un remblai de limon argileux livrant de nombreux charbons de bois ainsi que des traces ligneuses au contact du calcaire. Le mobilier céramique collecté (16 restes) est plus largement attribuable à La Tène Finale.

71L’interprétation de ce type de structure comme constituant un bâtiment reste hypothétique. On peut évoquer la découverte de structures semblables et de modules similaires sur le site de Près le Tureau aux Chèvres, à Bazoches-les-Bray (Seine-et-Marne) (Gouge et Séguier 1994 : Fig. 8). Au nombre de sept, elles sont implantées indifféremment à l’intérieur d’un enclos ou sont alignées à l’extérieur le long de la clôture. Récemment, la fouille du site Le Grand Aunay à Yvré-l’Evêque (Sarthe) a permis d’appréhender une succession de tranchées imbriquées permettant de définir un ou plusieurs “ bâtiments ” de 12 par 9 m et de 17 par 12 m (Vacher et Bernard 2003 : 197-198). Dans les deux cas, les auteurs restent réservés sur l’interprétation de ces vestiges. Un exemple plus probant d’un bâtiment de 48 m2, associé à un foyer et 2 à 4 poteaux porteurs, a été relevé sur le site de La Petite Némerie, à Vivoin (Sarthe) (Maguer, Cherel et Auxiette 2003).

– Le bâtiment 11

72Le plan du bâtiment 11 se superpose pour partie à celui du bâtiment 2 (Fig. 17). Il est défini par deux trous de poteaux, F285 et F287, formant un axe orienté est/ouest (Fig. 21). Avec 1,2 et 1,32 m de long, 0,96 et 1,16 m de large, pour 0,7 à 0,82 m de profondeur, il s’agit des vestiges de fondations les plus massifs relevés sur le site. Leur morphologique identique et un ancrage à une altitude similaire confirment qu’ils participent à une même structure.

73Les comblements sont constitués de remblais calcaires indurés. Pour chacun, un négatif de poteau de 0,4 m de diamètre a été perçu. Si la trace est très nette pour F285, avec la présence d’éléments calcinés attestant d’une destruction par incendie, en revanche, la fouille de F287 montre un fantôme beaucoup plus hétérogène, avec au sommet du remplissage un élargissement très net. Ces deux faits livrent quelques tessons (24 restes, pour 1 individu) attribuables à La Tène Finale.

74Si l’appartenance de ces trous de poteau à un même ensemble ne fait aucun doute, il est possible de proposer deux hypothèses quant à sa restitution. Soit les deux trous de poteau sont les seuls éléments de fondation d’un bâtiment à faîtière porteuse, soit il s’agit d’un bâtiment à quatre poteaux au plans incomplet. La première hypothèse repose sur l’observation d’une construction similaire sur le site de La Chapelière, à La-Chaize-le-Vicomte (Vendée) (Maguer 2005 : 340, 342). Dans cet exemple, deux trous de poteau distants de 5 m et profonds de 1,5 m environ sont associés, à 3,7 m à l’ouest, à une tranchée légère de 8,7 m de long. L’auteur suggère qu’il s’agit d’un bâtiment à faîtière porteuse, avec une toiture à pans, impliquant l’utilisation de chevrons de type “ rofen ” (Audouze et Buchsenschutz 1989 : 71). On notera que deux trous de poteau isolés, très similaires et présentant un écartement d’un peu moins de 4,4 m, ont également été observés sur le site la Tour du Brandon (cf. infra.). Il est néanmoins possible que ces deux trous de poteau appartiennent à un plan plus classique à quatre poteaux qui aurait été détruit pour partie par le creusement de la fosse gallo-romaine F126. Dans cette hypothèse, les deux trous de poteau manquants seraient distants d’au moins 7 m, ce qui semble possible compte tenu de la longueur de 8 m du bâtiment 2.

Les bâtiments de moins de 10 m2

75Les bâtiments de moins de 10 m2 se trouvent préférentiellement dans la partie ouest de l’enclos (Fig. 17). Six plans ont été identifiés où la forme carrée est la plus représentée.

– Le bâtiment 4

76Le bâtiment 4 est restitué à partir des faits F202, F203, F204 et F205 (Fig. 21). Il présente un plan approchant du carré, de 2,8 par 3,2 m, soit une superficie de 9 m2. Les creusements de plan circulaire affichent des diamètres compris entre 0,95 à 1,05 m. Les parois sont verticales et les fonds sont plats. La profondeur conservée varie de 0,3 à 0,52 m.

77Cette construction ayant été incendiée, les négatifs des poteaux se détachent nettement, sous la forme de concentration de charbons de bois. Les traces des poteaux les mieux conservées présentent des sections circulaires de 0,26 à 0,34 m de diamètre. Il n’a pas été possible de déterminer si F381 constitue un renfort de F202, ou s’il participe d’une autre construction.

78L’analyse d’un fragment du poteau carbonisé, prélevé dans le fait F204, a montré qu’il s’agit d’un chêne à feuilles caduques (Quercus sp.) sans dernier cerne de croissance (Cura et Van Der Plaetsen 2005). Sa datation par le radiocarbone livre une fourchette calibrée comprise entre 385 et 120 av. J.-C. (ARC 2467 : âge 14C conventionnel 2195 ± 45 BP, date calibrée 385 cal BC - 120 cal BC, courbe de calibration "IntCal98"). Parmi le mobilier céramique (5 restes, pour 1 individu), un bord de jatte ou de pot à lèvre en bourrelet extrait de F205 est plus largement attribuable à La Tène D.

79Dans le remplissage supérieur de F204, on note la découverte d’une vingtaine de fragments permettant de reconstituer au moins deux pesons brûlés. Le mieux conservé, en forme de pyramide tronquée, est percé dans sa partie supérieure. La découverte de ces éléments de métier à tisser dans la couche de destruction du bâtiment 4 est probablement à mettre en relation avec la vocation de cet édifice.

– Le bâtiment 5

80Le bâtiment 5 est implanté près de l’angle de l’enclos laténien (Fig. 17). Il est défini par trois trous de poteau bien conservés (F389, F390, F391), le quatrième, détruit par un drain contemporain a disparu (Fig. 21). Le plan, presque carré, de 2,5 par 2,7 m, occupe une superficie de 6,75 m².

81Les creusements circulaires ont des diamètres variant de 0,95 à 1,1 m. Ils présentent des bords droits et des fonds plats et sont conservés sur 0,45 à 0,48 m. Seuls F389 et F390 conservent, dans leurs coupes, des traces de charbons de bois qui matérialisent les négatifs de poteaux décomposés en place. Une datation par le radiocarbone d’un échantillon issu de F389 fournit une datation calibrée comprise entre 365 et 55 av. J.-C. (ARC 2469 : âge 14C conventionnel 2160 ± 50 BP, date calibrée 365 cal BC - 55 cal BC, courbe de calibration “ IntCal98 ”). Aucun vestige mobilier n’a été collecté.

82La localisation de cet édifice est problématique car il semble implanté pour partie à l’emplacement du talus qui borde la face interne de l’enclos. Trois hypothèses sont envisageables : ce bâtiment est antérieur à la mise en place de l’enclos et il est démantelé lors de sa construction ; ou alors, il a été construit à une date où le talus était déjà largement érodé ; ou bien, il fait partie intégrante du talus et il s’agit d’une petite tour ou d’une porte d’accès secondaire. En l’état, il reste impossible de se prononcer.

– Le bâtiment 6

83Le bâtiment 6 est implanté immédiatement au sud du bâtiment 4 (Fig. 17). Cette construction fondée sur six poteaux dessine un plan rectangulaire de 3,8 par 2 m, soit une superficie de 7,6 m². Malgré un mauvais état de conservation, les faits F209, F212, F213, F214, F216 et F217 présentent des alignements et des espacements réguliers (Fig. 23). Les creusements de plans divers sont souvent irréguliers. Les profondeurs conservées se situent entre 0,18 et 0,34 m. Aucun négatif de poteau n’a été perçu.

Fig. 23 : L’Érable, plans et coupes des bâtiments 6, 7, 8 et 10

Fig. 23 : L’Érable, plans et coupes des bâtiments 6, 7, 8 et 10

(infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)

84Un unique bord de céramique, collecté dans le comblement du poteau F214, indiquerait une datation Hallstatt Final/La Tène Ancienne. Toutefois, l’orientation de ce bâtiment est assez similaire à celle de l’enclos laténien et il est probable que ce tesson soit redéposé dans la structure. Par ailleurs, ce type de construction, de taille modeste et de forme allongée sur six poteaux, est relativement fréquent est présente une chronologie ubiquiste. Par ses dimensions, il se rattache au type à quatre poteaux et remplit certainement, comme eux, des fonctions de grenier ou d’annexe (Audouze et Buchsenschutz 1989 : 76-78).

– Le bâtiment 7

85Le bâtiment 7 est restitué à partir des trous de poteaux F255, F265 et F267 dont les diamètres sont d’environ un mètre (Fig. 23). Le fait F254, fouillé lors du diagnostic, a été restitué sur le plan général. Ces quatre éléments déterminent une surface de 4,5 m2. Cet édifice très arasé peut correspondre à un grenier ou un petit bâtiment annexe.

– Le bâtiment 8

86Le bâtiment 8, composé des faits F269, F270, F271 et F272, très arasés, constitue un petit module de 2 m2. Les diamètres des trous de poteau ne dépassent pas 0,6 m (Fig. 23). Les dimensions réduites de cet édifice suggèrent un petit bâtiment annexe.

– Le bâtiment 10

87Le bâtiment 10 est localisé entre les bâtiments 1 et 2 (Fig. 17). Cette construction sur quatre poteaux, de 3,3 par 2,4 m, soit 8 m2, comprend un poteau intermédiaire sur l’une de ses longueurs (Fig. 23). Il constitue le seul édifice orienté nord-ouest/sud-est de la fouille. Ses fondations largement arasées semblent relativement légères. Les diamètres des trous de poteau F394, F395, F397 et F398 se situent aux environs de 0,3 m, seul F396 atteint 0,5 m. Aucun de ces creusements n’a livré de mobilier.

Synthèse concernant les bâtiments

88L’analyse morphologique, fonctionnelle et chronologique de ces bâtiments souffre de plusieurs biais. D’une part, l’emprise fouillée ne correspond qu’à une portion indéterminée de l’enclos et il est donc difficile de déterminer leurs fonctions, en particulier en ce qui concerne les grands bâtiments qui peuvent constituer des habitats ou des granges. D’autre part, si les datations par le radiocarbone et de la céramique fournissent des indices chronologiques, c’est le plus souvent avec des fourchettes larges, correspondant à leur construction et abandon. Cependant, ces remarques doivent être nuancées, car, depuis 2005, la multiplication de fouilles d’enclos et de bâtiments laténiens a permis d’importants progrès en territoire turon et autorise aujourd’hui à des interprétations qui n’étaient pas possibles il y a seulement dix ans (Maguer et Robert 2013).

89En ce qui concerne la chronologie, il est très difficile de définir des datations précises et tout au plus peut-on dire que la grande majorité des bâtiments se rattache à La Tène finale. On note parfois des remaniements. Ainsi les bâtiments 4 et 6 ou 11 et 2 ne peuvent être contemporains et appartiennent à des phases d’occupation distinctes. On peut également supposer que le bâtiment 11 est antérieur au bâtiment 2 en raison des remaniements observés dans le remplissage du trou de poteau F287. Malgré l’absence de limites périphériques conservées, compte de la puissance de leurs structures porteuses, les bâtiments 1, 2 et 3, sont probablement des constructions à parois rejetées que l’on peut rapprocher d’autres édifices de ce type identifiés en territoire turon à La Tène finale (Maguer et Robert 2013 : 252-254).

90Seul le bâtiment 11 peut être daté de façon un peu plus précise, non seulement en raison de la céramique découverte dans les trous de poteau, mais surtout par comparaison avec des plans identiques mis au jour par ailleurs. Ce type de plan étiré, de grandes dimensions, avec des poteaux inclinés, a été récemment identifié sur les fouilles de Nétilly, à Sorigny, du Bois Gaulpied et du Grand Ormeau, à Sublaines (Indre-et-Loire) (Jouanneau-Bigot 2013 : 151-158 ; Lardé et Vacassy 2014 : 177-182). Sur ces sites, les informations mobilières sont suffisamment précises pour suggérer une datation gallo-romaine précoce (40 av. J.-C. et 40 ap. J.-C.). Ce type de plan est par ailleurs connu en Champagne et en Lorraine pour la même période (Laurelut, Tegel et Vanmoerkerke 2005 : 20-21).

91L’appartenance fonctionnelle des bâtiments est également difficile à déterminer, notamment en l’absence d’éléments mobiliers probants. Les petits bâtiments de superficie inférieure à 10 m² sont vraisemblablement des structures de stockage sur plate-forme ou des petites annexes à vocation agricole. Les bâtiments 1 et 2, compte tenu de leur taille et surtout par comparaison avec des plans similaires, peuvent remplir une fonction domestique, mais une vocation agricole ne peut être totalement écartée. Concernant le bâtiment 2, à poteaux inclinés, une fonction d’habitat est identifiée sur le site de Nétilly à Sorigny (Jouanneau-Bigot 2013).

92L’évolution des modes de construction reste difficile à cerner sur le site de l’Érable. Le nombre de grands bâtiments y est réduit et leur chronologie est souvent trop peu précise. Toutefois, la présence des bâtiments 1 et 2, tous deux à parois rejetées mais aux modes de construction distincts, confirme que ce type d’architecture, apparue au cours du iie s. et répandue au ier s. av. J.-C., se prolonge à la période gallo-romaine précoce avec l’adoption de modules porteurs à poteaux inclinés (Maguer et Robert 2013 : 256 ; Couderc 2010 : 223).

Les autres structures

93Les faits F383 et F385 sont implantés immédiatement au nord du supposé bâtiment 9 (Fig. 22). F385, un creusement quadrangulaire de 1,8 par 1,4 m, présente à son extrémité une excroissance subcirculaire de 0,6 par 0,8 m. Cette structure, conservée sur 0,2 m, présente un fond relativement plat, hormis l’excroissance qui est faiblement concave. Cette dernière a livré des blocs calcaires brûlés en place, adossés à la paroi calcaire. Le reste du comblement est constitué de limon argileux brun contenant quelques blocs calcaires brûlés.

94Immédiatement au nord de F385, le fond de fosse F383 livre de nombreux charbons de bois, ce qui laisser supposer qu’il a pu servir de cendrier à la structure de combustion voisine. Les tamisages des prélèvements réalisés dans les deux structures n’ont pas livré de macro-restes permettant de caractériser leur fonction. Les deux faits livrent respectivement 15 restes, pour 1 individu, et 11 restes, pour 2 individus, plus largement attribuables à La Tène finale.

95Le plan de F385 laisse penser qu’il peut s’agir d’un foyer domestique précédé d’une aire de chauffe quadrangulaire. Des structures de dimensions comparables, mais de plan circulaire, ont été mises en évidence sur le site du Camp du Roi à Jaux (Oise) (Malrain et Méniel, Talon 1994 : 174). L’une d’entre elles a livré des restes de graines carbonisées qui pourraient être l’indice d’une utilisation comme séchoir à céréales.

96F109, implanté immédiatement au sud des fondations du bâtiment 1, pourrait constituer un second foyer domestique. Il s’agit d’un creusement irrégulier de 2,7 m de long pour 1 m de large, conservé sur 0,2 m de profondeur. À l’ouest, la structure présente une excroissance subcirculaire dont le remplissage livre des calcaires brûlés et du charbon de bois. Le nombre de tessons collectés (172 restes, pour 9 individus) montre que cette structure a servit de dépotoir à un habitat proche. Toutefois, ce mobilier ne permet pas d’obtenir une datation plus précise que La Tène finale ou la période la période augustéenne précoce.

97Le nombre de fosses datées de cette période reste relativement limité et l’essentiel d’entre elles est très arasé. F359 se distingue par un creusement de 5,35 par 2,2 m de large, conservé sur 0,4 à 0,5 m dans le calcaire. Elle est implantée dans un secteur où le substrat est très induré et présente peu de diaclases. La structure, de plan quadrangulaire, présente une orientation proche de l’axe nord/sud. Son remplissage fait apparaître une succession de remblais à matrice de limon argileux brun. Les couches inférieures présentent environ 50 % d’inclusions de nodules calcaires et cette proportion diminue progressivement pour être presque nulle dans les couches supérieures. Ces dernières se caractérisent par une relative abondance de charbons de bois. La fonction de F359 reste difficilement interprétable, elle livre néanmoins les profils de quatre vases qui semblent caractéristiques de La Tène D1b.

Le mobilier céramique (J.-P. G., S. L.-R.)

98La fouille et le diagnostic ont livré 1 523 restes, pour 57 individus. Seuls 43 des 304 faits fouillés sont documentés et 18 d’entre eux livrent un mobilier suffisant pour proposer une datation plus précise. Le plus souvent la chronologie est comprise entre La Tène finale et la période gallo-romaine précoce (Gay in : Couvin 2006). Dans l’ensemble, le mobilier est très fragmenté et les remontages sont peu nombreux, voire inexistants. En l’absence de fouille systématique des fossés, ce matériel est disséminé et aucune concentration n’est signalée (Fig. 24).

Fig. 24 : L’Érable, céramiques La Tène finale, Commune sombre tournée enfumée

Fig. 24 : L’Érable, céramiques La Tène finale, Commune sombre tournée enfumée

359.1, 191.1, 101.4, 359.3, 135.2 ; Commune Non Tournée : 109.1 et 2, 101.1, 112.1, 125.1, 131.1, 132.1, 135.1, 137.1, 300.1, 359.2, 4 et 5, 383.1 ; Grossière non tournée : 359.2 ; Besançon : 109.3 et 4, 285.1 ; Amphore italique : 128.1

(dessin/DAO : J.-P. Gay)

99Plusieurs vases présentent des traces de réparation, notamment de petites perforations circulaires appariées destinées à fixer des agrafes ou des liens végétaux (non conservés) et témoignant d’une volonté de prolonger leur usage. D’après les traces d’usure relevées, un fond d’amphore gréco-italique semble avoir été remployé comme pilon (traces de mouvements circulaires sur la face interne) (Fig. 24, n128.1). La lèvre du pot de type Besançon 109.3 (Fig. 24) constitue également un élément des plus anciens du site. Ces deux vases situeraient l’origine de l’occupation à La Tène C2 ou à La Tène D1a.

100D’autres éléments se rattachent à une période plus récente, notamment la jatte à col mouluré (Fig. 24, n359.1), spécifique à l’horizon 3 défini pour le site de Clocheville, à Tours, ou encore le fond caractéristique d’un gobelet tonnelet (Fig. 24, n135.2), qui renvoie à La Tène D1b (Linger-Riquier in : De Filippo, en cours : Fig. 20). Enfin, la lèvre trapue et arrondie du pot Besançon 285.1 (Fig. 24), issu d’un trou de poteau du bâtiment 11, se rattache, au plus tôt, à l’époque gallo-romaine précoce (Fig. 24, n285.1) (Barral, Lallemand et Riquier 2013).

101Le répertoire des céramiques non tournées se compose de pots et de jattes tronconiques à lèvre arrondie ou aplatie. En Touraine, ce type de vase se retrouve à l’identique dans des contextes de La Tène moyenne à la période gallo-romaine précoce et ne fournit pas de datations précises.

102La quasi-absence de vaisselle de la table, la fréquence relative des céramiques modelées d’origine locale, ainsi que les nombreuses traces de réparation suggèrent une occupation économiquement modeste et/ou un secteur de l’enclos peut-être réservé aux productions agricoles.

Analyse carpologique (B. P.)

103Le tamisage des sédiments des négatifs des trous de poteau F114 et F134, du bâtiment 1, a livré 99 restes carpologiques. Ces résidus carbonisés appartiennent à des plantes cultivées et sauvages. Malgré le faible nombre de restes, ces structures ont révélé une variété assez étendue d’espèces céréalières cultivées : de l’orge polystique vêtu (Hordeum vulgare), de l’amidonnier (Triticum dicoccum), de l’engrain (T. monococcum) et du millet commun (Panicum miliaceum). Les céréales sont représentées par des grains, mais aussi par des furcas, sorte de fourche dans laquelle se glissent les grains. Deux fruits sont attestés : un fragment de noyau de prunelle (Prunus spinosa) et une semence de sureau yèble (Sambucus ebulus). Si la prunelle est comestible, le sureau yèble en revanche ne l’est pas. Ces restes sont plutôt liés au milieu environnemental qu’à des déchets de consommation. Ces deux espèces croissent dans des bois ou broussailles anthropiques, c’est-à-dire à proximité de lieux fréquentés par l’homme. Plusieurs plantes adventices sont présentes. De la matière organique est également préservée. Sa texture ne présente aucune organisation et l’on y discerne quelques traces de tiges. La nature de cette matière nous reste inconnue.

104Les céréales attestées sont en cohérence avec ce que l’on connaît pour les périodes et pour la région. Il est en effet très fréquent de rencontrer de l’orge, céréale phare de l’âge du Fer, mais également de l’engrain et de l’amidonnier (Pradat 2013 : 392). Compte tenu de sa diversité, l’assemblage carpologique ne semble pas correspondre à un résidu de stockage.

Période romaine

105La première moitié du ier s. de notre ère semble marquée par la désaffection progressive du site. Un fossé aux proportions réduites, F140 (Fig. 17), qui matérialise peut-être une clôture plus récente ou les limites d’une parcelle agricole, est comblé. À l’intérieur de l’ancien enclos, les traces d’occupation ont pratiquement disparu, sauf peut-être le bâtiment 2 dont la forme architecturale semble se prolonger jusqu’à cette période. Le puits de section carré F144, dont la construction et l’utilisation n’est pas datée, est comblé et son parement supérieur, un appareil de blocs et dalles calcaires lié par une marne calcaire, est récupéré (F126). On note également le comblement de quelques fosses arasées et d’une fosse d’extraction de matériaux calcaires (F124).

Truyes, les Pelouses, les Grands Bois (Gw. R.)

106Les vestiges mis au jour sur la commune de Truyes, aux lieux-dits les Pelouses les Grands Bois, ont été appréhendés lors d’un diagnostic archéologique réalisé dans le cadre d’un projet d’extension de carrière (Fig. 3). Cette prospection mécanique s’est déroulée en deux temps et a concerné 17,2 ha (Roy 2009) (Fig. 25). L’emprise du diagnostic est bornée par la limite avec la commune d’Athée-sur-Cher, au nord, la voie communale n8, à l’ouest, et le front de la carrière en cours d‘exploitation, à l’est. Il s’agit de parcelles agricoles et de surfaces restreintes boisées ou recouvertes de friches. Les structures sont apparues entre 0,3 et 0,4 m sous le sol actuel. Le substrat, qui apparaît sous la forme de calcaire lacustre de Touraine (e7), présente d’importantes diaclases et est fortement érodé par les travaux aratoires, ce qui n’a pas facilité la conservation des vestiges.

Fig. 25 : Les Pelouses, les Grands Bois, plan général des vestiges

Fig. 25 : Les Pelouses, les Grands Bois, plan général des vestiges

(infographie : L. Lang)

107Le diagnostic a permis d’identifier 108 faits archéologiques. L’indigence du mobilier associé a compliqué leur attribution à une chronologie précise, car seuls 28 d’entre eux ont livré de la céramique (252 restes, pour 37 individus). De plus, la fragmentation de ce matériel et son état de conservation rendent difficile la proposition de datations. Seules quatre structures ont fourni des éléments de formes, les autres ont essentiellement livré des fragments de panse modelés en pâte grossière à matrice sableuse, voir très sableuse, riche en grains de quartz émoussés. Rares sont les fragments de vases en pâte fine.

108Quatre périodes d’occupation ont toutefois pu être déterminées. La première est datée de la Protohistoire récente et comprend une fosse. Un petit enclos fossoyé se rattache au second âge du Fer, alors qu’un second enclos plus vaste, associé à des fosses et des trous de poteau, est datée de La Tène finale. Enfin, la période gallo-romaine est illustrée par un four à chaux et des fosses d’extraction de calcaire.

Protohistoire

109Une occupation de cette période est attestée par la fouille mécanique de la fosse F105 (Fig. 25). Orientée est/ouest, elle mesure 1,3 m par 0,96 m et est conservée sur 0,24 m. Le fond irrégulier est concave et son comblement est constitué d’un limon argileux gris clair contenant des charbons de bois et des cailloux calcaires pour certains brûlés. Sa fonction reste indéterminée. On note, à moins d’un mètre, une structure au plan et à l’orientation similaire, mais non fouillée (F104). Parmi les 76 tessons collectés, on compte un fragment de panse décoré d’impressions digitées (non illustré), dont la datation se situe entre l’âge du Bronze et la fin de La Tène ancienne.

La Tène indéterminée

110À l’ouest de l’emprise, les sondages ont mis au jour un petit ensemble fossoyé, l’enclos 1 (Fig. 3 et 25). Les fossés dessinent un enclos quadrangulaire. Les côtés nord et est mesurent 20 m de long et ceux sud et ouest, 19,2 et 19,4 m, ce qui permet de restituer une surface enclose d’environ 400 m². Le tronçon oriental présente une interruption centrée formant une ouverture de 3,8 m (Fig. 26).

Fig. 26 : Les Pelouses, les Grands Bois. Plan et coupes de l’enclos 1, F107, F108 et F109

Fig. 26 : Les Pelouses, les Grands Bois. Plan et coupes de l’enclos 1, F107, F108 et F109

(infographie : L. Lang)

111Trois coupes réalisées dans les fossés F107, F108 et F109 montrent des profils similaires, en cuvette et fond concave. La largeur oscille de 1,1 m, au sud, à 1,56 m, à l’ouest, pour 0,65 m de profondeur. Les fossés nord (F109) et ouest (F108) présentent un comblement uniforme, constitué d’un limon argileux brun clair compact et homogène. Deux comblements ont été distingués dans le fossé est (F107). La couche inférieure, un limon argileux marron clair, livre des cailloux calcaires à son interface avec le niveau supérieur qui est constitué d’un limon argileux gris sombre contenant quelques rares cailloux calcaires. Dans le cadre du diagnostic, l’intégralité de la surface de l’enclos n’a pas été décapée, seul le fait F112 (non fouillé) apparaît dans son angle sud-est.

112Les différents sondages livrent seulement quatre fragments de céramique, parmi lesquels un fond de vase de module réduit, en pâte semi-fine micacée (non illustré). Ses caractéristiques techniques suggèrent une datation large de La Tène.

113Compte tenu des observations réalisées, la fonction de cet enclos ne peut être déterminée avec précision. Les dimensions et le plan régulier de la structure laissent envisager qu’il peut s’agir d’une structure à vocation funéraire. Des comparaisons avec des sites du nord-est de la Gaule, comme Acy-Romance (Ardennes), autorisent une interprétation dans ce sens. Ces enclos quadrangulaires, de petite dimension, le plus souvent ouverts à l’est, semblent présents tout au long du second âge du Fer dans les nécropoles champenoises, à La Tène ancienne, principalement, dans le Nord, et à La Tène moyenne, plus au sud et dans le Sénonais (Lambot, Friboulet et Méniel 1994 : 131). À Sublaines (Indre-et-Loire), des enclos semblables, associés à des inhumations, sont datés du Hallstatt D3 au début de La Tène finale (Frénée 2008).

114Une fonction cultuelle ne peut pas être totalement écartée. On relève un enclos, aux dimensions proches et ouvert à l’est, à Bennecourt (Yvelines), dans l’état qui précède le sanctuaire antique (Bourgeois 1999 : 170). Sur le site Les Genâts, à Fontenay-le-Comte (Vendée), l’interprétation de la fonction, funéraire ou cultuelle, d’un enclos de 17 m de côté, situé à l’extérieur d’un établissement rural, semble plus controversée (Nillesse 2003 : 169 ; Maguer et Lusson 2009 : 443). Dans le secteur cultuel de l’agglomération de Saumeray (Eure-et-Loir), quatre petits enclos très arasés, d’environ 5 m de côté, ouverts à l’est, ont livré, dans les fossés, quelques restes de céramiques et d’amphores calcinées datés de La Tène D2 (Riquier 2008, vol. 2 : 342).

La Tène finale

115Les vestiges attribuables à La Tène finale, se développent principalement au sein de l’enclos 2 (Fig. 25 et 27). Cet ensemble fossoyé se compose de deux tronçons de fossés aux tracés linéaires. Le premier, F2/F68, est relevé sur 24 m, suivant un axe nord-sud. Son tracé s’interrompt pour former une ouverture sur 4,9 m, puis reprend selon la même orientation sur une distance de 32,3 m. L’interruption du fossé F68 est soulignée par la présence d’une fosse oblongue perpendiculaire, F11 (non fouillée).

Fig. 27 : Les Pelouses, les Grands Bois : plan de l’enclos 2 et des vestiges associés

Fig. 27 : Les Pelouses, les Grands Bois : plan de l’enclos 2 et des vestiges associés

(infographie : L. Lang)

116Les sections révèlent des profils en V, avec des ouvertures comprises entre 1,7 et 1,9 m et des profondeurs conservées entre 0,9 et 1 m (Fig. 28). Au nord, deux fosses oblongues de 2,3 par 1,1 m et 3,2 par 1,3 m, F87 et F88, suivent une même orientation que le fossé, mais quelques mètres en retrait de son tracé. Comme sur les sites Le chemin Chevaleret, à Échiré (Deux-Sèvres), et Les Marras, à Villavard (Loir-et-Cher), ces aménagements semblent matérialiser un second système d’entrée (Maguer et Lusson 2009 : Fig. 12).

Fig. 28 : Les Pelouses, les Grands Bois : plan et coupes de l’enclos 2, fossés F2, F68, F69, F124, et de la fosse F88

Fig. 28 : Les Pelouses, les Grands Bois : plan et coupes de l’enclos 2, fossés F2, F68, F69, F124, et de la fosse F88

(infographie : L. Lang)

117Le retour F69/F124 se connecte à angle droit et se développe sur une distance d’au moins 130 m suivant un axe est-ouest. Sa largeur oscille entre 1,06 et 1,3 m, pour une profondeur conservée entre 0,9 et 0,27 m (Fig. 28). Les relevés des altitudes des fonds de creusement révèlent un pendage, du nord vers le sud et d’ouest en est, respectant la déclivité des terrains. La pente est légèrement supérieure à 1 %.

118Les comblements des fossés sont très homogènes. À la base, le remplissage se compose d’un limon argileux brun-gris contenant des nodules calcaire. Il s’apparente à un comblement naturel par lessivage du sol et érosion des parois. Il est scellé par un limon argileux brun contenant des blocs calcaires de taille variable, pour certains brûlés. Ce remplissage homogène semble traduire un comblement massif et rapide. La lecture des coupes ne permet pas de restituer la présence d’un talus. Le remplissage des fosses F87 et F88 est similaire à celui des fossés.

119Le lot céramique de 86 tessons issus des comblements des fossés et des fosses F87 et F88 permet de situer leur comblement au cours de La Tène finale.

120Les limites fossoyées de l’enclos 2 déterminent une superficie d’un minimum de 12 240 m². Il est probable que cette clôture, moins encaissée et arasée, se prolongeait au-delà, comme le laisse supposer au nord-est la présence du système d’entrée matérialisé par les fosses F87 et F88. Toutefois, il est vrai que certains enclos régionaux ne présentent pas des enceintes complètes, ou pas intégralement sous une forme fossoyée. C’est le cas sur la ZAC des Sorbiers, à Vineuil (Loir-et-Cher), où une petite clôture de 2 500 m2, datée La Tène D1, présente un plan en agrafe ouverte (Lusson 2007). La contemporanéité entre les enclos 1 et 2 n’est pas établie, mais leur orientation similaire le suggère.

121Au sein de l’enclos 2, des ouvertures sous la forme de fenêtres ont été pratiquées dans les secteurs de plus fortes concentrations de vestiges, ceci afin d’en appréhender l’organisation. 62 trous de poteau ont été mis au jour. À l’exception de deux d’entre eux, l’essentiel apparaît dans la même tranchée où se distinguent deux concentrations (Fig. 27).

122La première, de 260 m², regroupe 37 trous de poteau dont 11 ont été fouillés. De forme majoritairement circulaire, leur diamètre oscille entre 0,52 et 0,72 m, pour une profondeur conservée de 0,2 à 0,44 m. Les comblements se composent d’un limon argileux brun noir, très charbonneux, et de cailloux de calcaire brûlé. Aucun négatif n’a été observé. Bien que la zone considérée soit relativement dense, aucune organisation n’a pu être restituée. Néanmoins, l’implantation de ces vestiges suit visiblement l’orientation de l’enclos. Cette concentration témoigne probablement d’une succession de constructions (bâtiments ou palissades) orientée est-ouest. Le mobilier céramique collecté fournit une datation large de l’âge du Fer.

123La seconde concentration se situe à l’ouest de la première, et regroupe 14 trous de poteau sur une surface de 170 m². De forme circulaire, leur diamètre oscille entre 0,44 et 1,2 m, pour une profondeur conservée de 0,28 à 0,4 m. Les remplissages sont sensiblement identiques, avec un comblement inférieur constitué d’un limon argileux brun clair, contenant plus ou moins de charbons de bois, et de nodules calcaires, alors qu’au dessus on relève un limon argileux brun foncé riche en charbons de bois. Un seul négatif de poteau a été identifié. Là encore aucune organisation particulière n’a été mise en évidence. Le mobilier céramique se rattache plus largement à la Protohistoire, seul le trou de poteau F39 livre des éléments attribuables à La Tène finale.

124Au sein de l’espace circonscrit par l’enclos 2, sept fosses ont été identifiées à proximité des concentrations de trous de poteau. De formes et de dimensions variables, leur profondeur n’excède pas 0,4 m. Aucun indice ne permet de préciser leur fonction. Le mobilier collecté dans leur comblement fournit des datations plus larges de la Protohistoire et de La Tène.

125Comme plus généralement dans les établissements du Centre-Ouest, sur le site, les structures domestiques semblent préférentiellement implantées en fond d’enclos ou le long des fossés de clôture (Maguer et Lusson 2009 : 447-451).

126En limite sud de l’emprise, l’extrémité d’un autre fossé laténien (F300) a été observée (Fig. 3). Suivi sur une longueur de 14 m, son tracé se prolonge en dehors du diagnostic. Large de 1 m, pour une profondeur conservée de 0,46 m, deux comblements à matrice d’argile sableuse compacte y ont été distingués. Le remplissage inférieur se distingue par la présence de nombreux cailloux calcaires brûlés et des nodules de terre cuite. Le mobilier collecté situe son comblement au cours de La Tène finale.

Le mobilier céramique

127Au sein de l’enclos 2, le trou de poteau F32 a livré un fragment de bord de jatte modelée à profil tronconique (Fig. 29). Deux trous, probablement de réparation, sont visibles au niveau des cassures. La production de cette forme très répandue s’étend à toute la Protohistoire au sens large. Seuls F39, un trou de poteau dans l’enclos 2, F124, un fossé de l’enclos 2, et F300 le fossé situé en limite d’emprise, peuvent être précisément datés de La Tène finale (Fig. 29). Ils ont livré deux pots à panse ovoïde et lèvre légèrement éversée, une coupe tournée à lèvre épaissie et un bord de vase non tourné à ouverture resserrée. A noter que le comblement de F300 a également livré un anneau en bronze (Fig. 30).

Fig. 29 : Les Pelouses, les Grands Bois, céramiques du second âge du Fer

Fig. 29 : Les Pelouses, les Grands Bois, céramiques du second âge du Fer

Grossière non Tournée : n°32.1, 39.3. Commune sombre Tournée : n°39.2, 124.4, 300.5

(dessin/DAO : F. Di Napoli)

Fig. 30 : Les Pelouses, les Grands Bois, anneau en bronze issu du fossé F300

Fig. 30 : Les Pelouses, les Grands Bois, anneau en bronze issu du fossé F300

(dessin/DAO : J. Arquille)

Période romaine

128Les vestiges de la période romaine se limitent à trois fosses d’extractions de calcaire (F1, F103 et F305) (Fig. 3 et 25). Dans les limites de F103 ont été mis au jour les vestiges d’un four à chaux. Les volumes de matériaux extraits semblent relativement conséquents, car si les profondeurs restent faibles, un peu plus d’un mètre en moyenne, les surfaces exploitées sont importantes (90, 440 et 450 m²). Les dimensions du four sont également imposantes, puisque la chambre de chauffe conserve un diamètre de 4,6 m (Fig. 31), contre fréquemment 3 m pour ce type de structure ce qui semble correspondre aux mesures préconisées par les auteurs antiques, en particulier Caton (Coutelas 2009 : 44). En périphérie de la chambre de chauffe, un niveau de sol et une charge de matériaux en attente d’être calcinée ont été identifiés. Au regard des volumes de roche extraite et de la taille exceptionnelle du four, la production de chaux a dû revêtir un caractère durable ou de grande ampleur.

Fig. 31 : Les Pelouses, les Grands Bois, plan et coupe et photographie zénithale du four à chaux F103

Fig. 31 : Les Pelouses, les Grands Bois, plan et coupe et photographie zénithale du four à chaux F103

(infographie : L. Lang, V. Chollet)

129Seuls six tessons ont été collectés dans le remplissage de la fosse F103. Les éléments de datation ne proviennent pas directement du four, mais semblent associé à son fonctionnement, sous la forme d’une alternance de couches cendreuses et de lentilles de chaux et de nodules de terre cuite. Un charbon de bois, issu de l’us 1010, fournit une datation de 87 av. à 85 ap. J.-C. (LY 5449 : âge 14C conventionnel 1985 ± 35 BP, date calibrée 87 cal BC - 85 cal AD, courbe de calibration “ IntCal13 atmospheric curve ”). Un bord de pot à col caréné en céramique commune sombre, collecté dans l’us 1006, indique une datation des iie-iiis. ap. J.-C. (Couvin 2012 : Fig. 17).

Conclusion

130Ces quatre interventions réalisées dans une emprise d’un peu plus de 2 km2 sont révélatrices de la densité des occupations qui se sont succédé sur le plateau de Champeigne tourangelle, depuis la Protohistoire récente jusqu’à la période romaine. En dépit de sites arasés et des plans incomplets, ces données s’intègrent aux résultats plus larges obtenus pour les communes d’Athée-sur-Cher et d’Esvres-sur-Indre, dans le cadre de fouilles préventives de l’A85 et du Programme Collectif de Recherches Evena (Guiot 2011 ; Chimier et al. 2014).

131Pour la Protohistoire, les vestiges restent très limités. Sur le site le Brandon, de l’Érable et les Pelouses/les Grands Bois, on note la présence de mobilier daté de l’âge du Bronze/La Tène moyenne et Hallstatt final/La Tène ancienne, dans des colluvions et dans des structures isolées. Malgré la distance chronologique qui sépare ces premiers témoins d’occupation, on relève leur proximité topographique avec les établissements implantés à La Tène finale. Ce type d’occupation, aux structures lâches et diffuses, trouve des comparaisons à l’échelle régionale sur des terroirs abordés de façon extensive par l’archéologie préventive, comme à Mer (Loir-et-Cher) (Couvin 2014 : 7). Il semble se rattacher à des habitats modestes occupés sur de courtes périodes. Différents auteurs reconnaissent dans ces réseaux d’habitats les précurseurs de la construction des terroirs agricoles (Menez 1996 : 213 ; Raynaud 2003 : 289).

132La Tène finale est marquée par l’apparition d’un réseau d’établissements délimités par des fossés d’enclos aux tracés rectilignes (l’Érable, la Tour du Brandon et les Pelouses/les Grands Bois). L’absence de plans complets ou de bâtiments restituables ne facilite pas l’interprétation de leur fonction, mais compte tenu de leurs dimensions et de leurs implantations sur le plateau, on peut supposer qu’il s’agit d’exploitations agropastorales.

133Seul le site de l’Érable conserve des bâtiments de plus grandes dimensions, pour lesquels il reste toutefois difficile de trancher entre habitat et grange. Ils sont associés à des édifices plus petits constituant des structures de stockage ou des petites annexes à vocation agricole. L’un d’eux, incendié, semble avoir abrité une activité de tissage. En l’absence de macro-restes, deux structures de combustion sont interprétées comme des foyers domestiques ou des séchoirs à céréales. La faune est mal conservée, mais les restes carpologiques attestent de la culture de trois espèces communes pour cette période : l’orge, l’engrain et l’amidonnier. Le mobilier métallique est pratiquement absent. Les assemblages céramiques sont faibles et montrent un répertoire peu varié, où la vaisselle de service est rare en proportion des jattes et pots non tournés. Compte tenu d’une fouille non exhaustive, il est impossible de préciser si l’emprise correspond à un secteur d’activités spécifiques de l’enclos, peut-être uniquement dédié à l’exploitation.

134Sur la fouille de la Tour du Brandon le répertoire des formes de service est plus étoffé, ce qui laisse supposer la proximité d’un secteur d’habitat. Comme sur les sites contemporains, les importations, amphores italiques et céramiques de type Besançon, restent rares, ceci malgré la proximité des axes de communication que constituent les vallées du Cher et de l’Indre. Dans leur ensemble, les assemblages évoquent des établissements au statut modeste, dont l’abandon se situe à la fin de La Tène finale (la Tour du Brandon, les Pelouses/les Grands Bois) et à la période romaine précoce (l’Érable).

135Bien qu’aucune contemporanéité ne soit formellement établie, dans le diagnostic réalisé aux lieux-dits les Pelouses/les Grands Bois, un petit enclos quadrangulaire est relevé à 200 m au sud-ouest de l’établissement. En l’absence de fouille, sa vocation, funéraire ou cultuelle, ne peut être précisée.

136Les structures linéaires des différentes occupations ne répondent pas à une orientation identique, mais s’insèrent dans une trame plus largement axées nord/sud. Sur le site du Brandon, elles sont associées à un chemin empierré, dont l’entretien est attesté depuis La Tène finale, jusqu’au Haut-Empire. Son tracé, axé sur la trame parcellaire actuelle, laisse supposer qu’il a pu influencer son implantation. Au regard de son orientation, il est par ailleurs possible qu’il ait relié les vallées de l’Indre et du Cher, à travers le plateau.

137Le devenir de ces établissements à la période gallo-romaine reste incertain. Compte tenu de l’absence ou de la rareté des vestiges, il semble qu’ils soient abandonnés, à moins que le cœur des exploitations soit déplacé de plusieurs dizaines de mètres, comme cela a pu être observé par ailleurs, sur de plus grands décapages, sur les sites La Roche Deniau, à Parcay-Meslay (Indre-et-Loire), et Beaudisson, à Mer (Loir-et-Cher) (Fouillet 2004 ; Couvin 2013 ; Couvin 2014 : 129-130). Seul le site les Pelouses/les Grands Bois montre, dans une emprise plus large, l’abandon d’un établissement à vocation agropastorale au profit de structures liées à l’extraction du calcaire et la production de chaux. Ces activités qui se développent plus volontiers aux marges des domaines à la période antique.

138Toutefois, s’il y a abandon de ces trois établissements, il ne s’agit pas là d’un phénomène général, car des fouilles proches, comme Les Billettes et Les Bois de la Duporterie, à Esvres-sur-Indre, ainsi que La Pièce de la Colasserie, à Athée-sur-Cher, voient, sur le même site, la superposition d’enclos laténiens et de fermes ou de petites villae romaines (Fig. 2) (Fouillet 2007 ; Trébuchet 2007 ; Couderc 2005). Au travers de vestiges plus ténus, on relève un même continuum, sur les sites des Bussières, de Chomedormeau et de Touche-Morin, à Athée-sur-Cher (Chaudriller 2006 ; Lichon 2014 ; Fouillet 2006).

139Malgré des données lacunaires, la documentation disponible montre qu’une synthèse plus complète, à l’échelle du plateau de Champeigne tourangelle, est envisageable. Elle permettrait de définir des traits communs à ces occupations laténiennes et, à terme, de lancer des comparaisons avec d’autres terroirs déjà étudiés, mais également d’alimenter un corpus régional, comme cela qui a pu être réalisé par ailleurs dans le cadre d’une enquête étendue au nord de la Gaule (Malrain, Blancquaert et Lorh2013).

Haut de page

Bibliographie

Audouze, Buchsenschutz 1989

Audouze F., Buchsenschutz O. - Villes, villages et campagnes de l’Europe celtique du début du IIIe millénaire à la fin du Ier s. av. J.-C., Paris, 362 p.

Barral, Lallemand, Riquier 2013

Barral P., Lallemand D., Riquier S. - Du lard ou du cochon, économie d’un type céramique de La Tène C-D : les pots dits de type Besançon, in : Krausz S., Colin A., Gruel K., Ralston I., Dechezleprêtre T. (éd.), L’âge du Fer en Europe, Mélanges offerts à Olivier Buchsenschutz, Ausonius, Collection mémoires, 32, Bordeaux : 421-434.

Bourgeois 1999

Bourgeois L. (dir.) - Le sanctuaire rural de Bennecourt (Yvelines), du temple celtique au temple gallo-romain, Documents d’Archéologie Française, 77, éditions de la Maison de l’Homme, Paris, 220 p.

Chaudriller 2006

Chaudriller S. - Athée-sur-Cher « La Bussière » (37.008.029.AH), autoroute A85, section M3, site 3, Rapport de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Chimier et al. 2014

Chimier J.-P., Dubois J., Fouillet N., Pouyet T. - Esvres-sur-Indre, de la Protohistoire récente au début du Moyen Âge, in : Zadora-Rio E. (dir.), Atlas Archéologique de Touraine, 53e suppl. à la RACF, Tours, URL : http://a2t.univ-tours.fr/notice.php?id=65

Chimier, en cours 

Chimier J.-P. (dir.) - Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire), rue du Chanoine Carlotti, la nécropole gauloise et gallo-romaine de la Haute Cour, ensemble 4, Rapport de fouille, Inrap CIF, en cours.

Couderc 1987

Couderc J.-M. - Dictionnaire des communes de Touraine, édition CLD, Chambray, 961 p.

Couderc 2005

Couderc A. (dir.) - Athée-sur-Cher (Indre-et-Loire), « Pièce de la Colasserie » (37.008.006.AH), autoroute A85, section M3, site 28, Rapport de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Couderc 2006

Couderc A. (dir.) - Saint-Georges-sur-Cher (Loir-et-Cher), « Le Marchais Rond » (41.211.002.AH) et Épeigné-le-Bois (Indre-et-Loire), « Les Allets » (37.100.003.AH), un établissement rural du second âge du Fer (La Tène B - La Tène finale), autoroute A85, section M3, site 46, Rapport de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Orléans. 

Couderc 2010

Couderc A. (dir.) - Tours, Indre-et-Loire, Champ Chardon, établissements ruraux de La Tène finale (180-50 av. J.-C.) et du Haut-Empire (Ier-IIIe s.), Rapport de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre, 2 volumes.

Couderc, en cours

Les établissements ruraux de La Tène Finale et du Haut-Empire de Champ Chardon à Tours (Indre et Loire), projet d’article, en cours.

Coutelas 2009

Coutelas A. - Le mortier de chaux, collection Archéologiques, Errance, Paris, 159 p.

Couvin 2006

Couvin F. (dir.) - Athée-sur-Cher (Indre-et-Loire), « L’Érable », autoroute A85, section M3, site 40, (37.008.030. AH), Rapport de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Couvin 2007

Couvin F. - Un établissement rural gaulois et gallo-romain à Neuville-sur-Brenne (Indre-et-Loire), Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 53 : 61-67.

Couvin 2012

Couvin F. - Céramique culinaires du Val de Loire au Haut-Empire (Ier-IIIe s.), in : Rivet L. (dir.), Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule, Actes du Congrès de Poitiers : 149-166.

Couvin 2013

Couvin F., avec la collaboration de Yvernault F. et Baday S. - Les occupations protohistoriques et antiques du plateau de Mer (Loir-et-Cher), URL : http://ager.hypothèses.org/626

Couvin 2014

Couvin F. - Les établissements ruraux laténiens et gallo-romains Beaudisson et La Gueule II, à Mer (Loir-et-Cher), sous la dir. d’É. Lorans et d’A. Ferdière, mémoire de Master 2, Université de Tours, 177 p. et annexes.

Cura, Van Der Plaetsen 2005

Cura A., Van Der Plaetsen L. - Datation par le radiocarbone, Site 40 (L’Érable), Athée-sur-Cher (37.008.030. AH), Laboratoire Archéolabs, Saint-Bonnet.

De Filippo, en cours

De Filippo R. - Le site de Clocheville à Tours (Indre-et-Loire), fouille 2002, (37.261.067.AH.), Rapport de fouille, Inrap CIF, en cours

Feugère 1985

Feugère F. - Les fibules en Gaule méridionale de la conquête à la fin du Ve ap. J.-C., 12e supplément à la Revue Archéologique de Narbonnaise, Paris, 509 p.

Fouillet 2004

Fouillet N. (dir.) - Autoroute A28, « La Roche Deniau », Parcay-Meslay (Indre-et-Loire) (37.179.026.AH), Rapport final d’opération de fouille archéologique préventive, 2 volumes, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Fouillet 2006

Fouillet N. (dir.) - Athée-sur-Cher (Indre-et-Loire), « Touche-Morin » (37.008.028.AH), autoroute A85, section M3, site 32/37, Rapport de fouille, 2 volumes, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Fouillet 2007

Fouillet N. - L’établissement rural protohistorique et antique Les Billettes découvert à Esvres-sur-Indre sur le tracé de l’autoroute A85, Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 53 : 69-76.

Fouillet 2009

Fouillet N. (dir.) - Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire), « Le Trop Peu » (37.104.002.AH), Rapport de fouille, 2 volumes, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Fouillet, Lusson, à paraître

Fouillet N., Lusson D. - Deux établissements gaulois et gallo-romains du territoire des Turons : La Roche Deniau à Parçay-Meslay et La Cave Blanchette à Monnaie (Indre-et-Loire), Revue Archéologique du Centre de la France, à paraître.

Fouillet, Poitevin 2005a

Fouillet F., Poitevin G. - Athée-sur-Cher « Le Brandon » (Indre-et-Loire) (37.008.032. AH), autoroute A85, section M3, site 48, Rapport de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Fouillet, Poitevin 2005b

Fouillet F., Poitevin G. - Athée-sur-Cher « La Tour du Brandon » (Indre-et-Loire) (37.008.031. AH), autoroute A85, section M3, site 41, Rapport de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Fournier, en cours

Fournier L. (dir.) - Cerbois, Communal des Étangs, Grotte Jots (Cher), Rapport de fouille, Inrap CIF, en cours.

Frénée 2008

Frénée E. (dir.) - Sublaines (Indre-et-Loire), « Le grand Ormeau » (37.253.009.AH et 37.253.010.AH), autoroute A85, section M3, site 47 et 51, Rapport de fouille, 3 volumes, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Gouge, Séguier 1994

Gouge P., Séguier J.-M. - L’habitat rural de l’âge du Fer en Bassée et à la Confluence Seine-Yonne (Seine-et-Marne) : un état des recherches, in : Buchsenschutz O., Méniel P., Les installations agricoles de l’âge du Fer en Île-de-France, Études d’Histoire et d’Archéologie, 4 : 45-69.

Guiot 2011

Guiot T - Les grandes opérations d'archéologie préventive : l'exemple de l'autoroute A85, de Saint-Romain-sur-Cher à Druye, in : Zadora-Rio E. (dir.), Atlas Archéologique de Touraine, URL : http://a2t.univ-tours.fr/notice.php?id=194

Jouanneau-Bigot 2013

Jouanneau-Bigot S. (dir.) - Une occupation agro-pastorale enclose de La Tène finale à la fin du Haut-Empire, Sorigny, Nétilly, Indre-et-Loire, LGV SEA, Rapport de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Lallemand 2007

Lallemand D. - La céramique laténienne de l’oppidum de Châteaumeillant, les fouilles de Jacques Gourvest et Émile Hugoniot, in : Tuffreau-Libre M. (dir.), La céramique gallo-romaine entre Loire et Creuse, 31e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France : 245-268.

Lambot, Friboulet, Méniel 1994

Lambot B., Friboulet M. et Méniel P. - Le site protohistorique d’Acy-Romance (Ardennes), 2 : Les nécropoles dans leur contexte régional, Mémoire de la Société Archéologique Champenoise, 8, 316 p.

Landreau 2012 

Landreau G. - Premier aperçu des assemblages céramiques de la fin de l’âge du Fer en Bas-Poitou méridional : Aiffres, Bâtipolis et Coulon, Les Grands Champs (Deux-Sèvres), in : Rivet L. (dir.), Société Française pour l’Étude de la Céramique Antique en Gaule, Actes du Congrès de Poitiers : 13-53.

Lardé, Vacassy 2014

Lardé S., Vacassy G. (dir.) - Des occupations du Néolithique ancien au Moyen-Âge, Sublaines, Indre-et-Loire, Le Bois Gaulpied et Le Grand Ormeau, zone 1, lot 4, Rapport de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Laruaz 2009

Laruaz J.-M. - Les formes de l'habitat en territoire turon, in : Buchsenschutz O. (dir.) - L'âge du Fer dans la boucle de la Loire. Les Gaulois sont dans la ville, Actes du 32e colloque de l'AFEAF, 35e Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, Bourges, 2009 : 89-101.

Laruaz, Poitevin 2012

Laruaz J.-M., Poitevin G. (dir.) - 1ère ligne de tramway de l’agglomération tourangelle, fouilles du Centre de Maintenance et du Parking Relais, Tours (Indre-et-Loire) (37.261.093.AH et 37.261.094.AH), Rapport final d’opération de fouille archéologique, 3 volumes, Tours, SADIL, Orléans, SRA Centre.

Laurelut, Tegel, Vanmoerkerke 2005

Laurelut C., Tegel W., Vanmoerkerke J. - Les bâtiments sur supports inclinés dans l’architecture de la fin de l’âge du Fer ert du début de l’époque gallo-romaine en Champagne et en Lorraine, Table ronde de Metz, 15 nov. 2005, Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 98e année, 2, avril-juin 2005 : 5-51.

Lichon 2014

Lichon A.-A. - Athée-sur-Cher (Indre-et-Loire), « Chomedormeau » (37.008. 029.AH), autoroute A85, section M3, site 31, Rapport de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Lusson 2004

Lusson D. (dir.) - Autoroute A28, «  la Cave Blanchette » Monnaie et « la Gibellerie » Parcay-Meslay (Indre-et-Loire), Document Final de Synthèse de fouille préventive, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Lusson 2007

Lusson D. (dir.) - Vineuil « La ZAC des Sorbiers (Loir-et-Cher) (41.295.003.AH), Rapport final d’opération de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Maguer 2005

Maguer P. - L’architecture des bâtiments de La Tène dans le sud du Maine-et-Loire et en Vendée : étude de cas, in : Bushsenschutz O., Mordant C. (dir.), Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer, Actes du 127e Congrès des Sociétés Historiques et Scientifiques, Nancy, 15-20 avril 2002, CTHS, Paris : 332-335.

Maguer, Cherel, Auxiette 2003

Maguer P. Cherel A.-F., Auxiette G. - Nouvelles données sur les habitats de l’âge du Fer dans le nord de la Sarthe (commune de Vivoin, autoroute A.28), in : Mandy B., De Saulce A. (dir.), Les marges de l’Armorique à l’âge du Fer, archéologie et histoire : culture matérielle et sources écrites, Actes du 23e colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Nantes, 13-16 mai 1999, 10e supplément à la Revue Archéologique de l’Ouest : 213-234.

Maguer, Lusson 2009

Maguer P., Lusson D. - Fermes, hameaux et résidences aristocratiques entre Loire et Dordogne, in : Bertrand I., Duval A., Gomez De Soto J., Maguer P. (dir.), Les Gaulois entre Loire et Dordogne, Actes du 31e colloque international de l’AFEAF, 17-20 mai 2007, Chauvigny (Vienne), Chauvigny, Mémoire, 34 : 423-452.

Maguer, Robert 2013

Maguer P., Robert G. - La maison gauloise dans l’ouest et le centre de la France, in : Krausz S., Colin A., Gruel K., Ralston I., Dechezleprêtre T. (éd.), L’âge du Fer en Europe. Mélanges offerts à Olivier Buchsenschutz, Ausonius, Collection mémoires, 32, Bordeaux : 247-258.

Malrain, Méniel, Talon 1994

Malrain F., Méniel P., Talon M. - L’établissement rural de Jaux/Le Camp du Roi » (Oise), in : Buchsenschutz O., Méniel P. (dir.), Les installations agricoles de l’Âge du fer en Île-de-France, Études d’Histoire et d’Archéologie, 4 : 159-184.

Malrain, Blancquaert, Lorho 2013

Malrain F., Blancquaert G., Lorho T. (dir.) - L’habitat rural du second âge du fer, rythmes de création et d’abandon au nord de la Loire, Recherches Archéologiques, 7, Inrap, CNRS, 250 p.

Menez 1996

Menez Y. - Une ferme de l’Armorique gauloise, Le Boisanne à Plouër-sur-Rance (Côtes-d’Armor), Document d’Archéologie Française, 58, 272 p.

Nillesse 2003

Nillesse O. - Les établissements ruraux gaulois de Marcé (Maine-et-Loire) et la hiérarchisation des aedificia, in : Mandy B., De Saulce A. (dir.), Les marges de l’Armorique à l’âge du Fer, Archéologie et Histoire : culture matérielle et sources écrites, Actes du 21e colloque de l’AFEAF, 10e supplément à la Revue Archéologique de l’Ouest : 149-172.

Nouvel et al. 2009

Nouvel P., Barral P., Deffressigne S., Riquier V., Séguier J.-M., Tikonoff N., Zehner M. - Rythmes de création, fonctionnement et abandon des établissements ruraux de la fin de l’Âge du Fer dans l’Est de la France, in : Bertrand I., Duval A., Gomez De Soto J., Maguer P. (dir.), Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique, Actes du 31e colloque international de l’AFEAF, 17-20 mai 2007, Tome 2, Chauvigny : 109-151.

Poitevin 2014

Poitevin G. - Montison, Sorigny, Indre-et-Loire, LGV SEA, D’un habitat rural enclos à une villa antique à deux cours en Sud-Touraine, Rapport d’opération de fouille archéologique, Inrap LGV SEA, Orléans, SRA Centre.

Pradat 2013

Pradat B. - Un premier bilan des données carpologiques à l’âge du Fer en Touraine, in : Krausz S., Colin A., Gruel K., Ralston I., Dechezleprêtre T. (éd.), L’âge du Fer en Europe. Mélanges offerts à Olivier Buchsenschutz, Ausonius, Collection mémoires, 32, Bordeaux : 387-396.

Protocole Beuvray 1998

Protocole de quantification des céramiques, in : Arcelin P., Tuffreau-Libre M. (dir.) - La quantification des céramiques, conditions et protocole, Actes de la table-ronde du Centre Archéologique Européen du Mont-Beuvray (Glux-en-Glenne, 7-9 avril 1998), Bibracte, 2 : 141-157.

Rasplus, Macaire, Alcaydé 1982

Rasplus L., Macaire J.-J., Alcaydé G. - Carte géologique de la France (1/50 000), feuille Bléré (488), Notice explicative, Orléans, BRGM.

Raynaud 2003

Raynaud C. - Les systèmes agraires antiques : quelle approche archéologique ?, in : Lepetz S., Matterne V. (dir.), Cultivateurs, éleveurs et artisans en Gaule Romaine, actes du 6e colloque AGER (Compiègne, 5-7 juin 2002), Revue Archéologique de Picardie, 1/2 : 281-298.

Riquier 2004

Riquier S. - La nécropole gauloise de « Vaugrignon » à Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire), Revue Archéologique du Centre de la France, 43 : 21-113.

Riquier 2008

Riquier S. - La céramique de l’oppidum de Cenabum : aspects typo-chronologiques et culturels, Thèse de doctorat, 2 volumes, Université de Tours.

Robert 2009

Robert S. - L’héritage pré et post-romain dans les réseaux routiers anciens, in : Robert S., Verdier N. (éd.), Du sentier à la route, une archéologie des réseaux viaires, Les Nouvelles de l’archéologie, 115 : 23-30.

Roy 2009

Roy G. (dir.) - Truyes « Les Pelouses et Les Grands Bois » (37.263.024.AP), Rapport Final d’Opération préventive de diagnostic archéologique, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Trébuchet 2007

Trébuchet É. - Un établissement rural protohistorique et antique au Bois de la Duporterie à Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire), Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 53 : 77-81.

Vacher, Bernard 2003

Vacher S., Bernard V. - Un site en zone inondable : Le Grand Aunay à Yvré-l’Evêque, in : Mandy B., De Saulce A. (dir.), Les marges de l’Armorique à l’âge du Fer, archéologie et histoire : culture matérielle et sources écrites, Actes du 23e colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Nantes, 13-16 mai 1999, 10e supplément à la Revue Archéologique de l’Ouest : 189-212.

Haut de page

Notes

1 Cet article a été écrit avec la collaboration de Francesca Di Napoli (Inrap, UMR CITERES 7324), Jean-Philippe Gay (Inrap), Hélène Froquet (Inrap), Dorothée Lusson (Inrap, UMR CITERES 7324), Bénédicte Pradat (Inrap, UMR 7209, AASPE, CNRS Muséum) et Grégory Poitevin (Inrap). Le résumé en anglais a été traduit par Fiona Kildéa (Inrap). Cette publication a bénéficié d’une aide de 28 jours accordée par la Direction Scientifique et Technique de l’Inrap.

2 La coordination de ces fouilles autoroutières a été assurée par S. Krausz.

3 Concordances entre datations chrono-culturelles et datations absolues :
âge du Bronze/fin La Tène ancienne (2200-300 av. J.-C.), âge du Fer (800-50 av. J.-C.), Hallstatt final/La Tène ancienne (525-300 av. J.-C.), La Tène moyenne (300-200 av. J.-C.), La Tène finale (200-40 av. J.-C.), La Tène C2 (200-150 av. J.-C.), La Tène D (150-40 av. J.-C.), La Tène D1 (150-80 av. J.-C.), La Tène D1a (150-120 av. J.-C.), La Tène D1b (120-80 av. J.-C.), La Tène D2 (80-40 av. J.-C.), La Tène D2a (80-60 av. J.-C.), La Tène D2b (60-40 av. J.-C.), gallo-romain précoce (40 av.- 40 ap. J.-C.), Haut-Empire (50 av. - 275 ap. J.-C.), période gallo-romaine (50 av. -500 ap. J.-C.).

4 Le mobilier céramique collecté dans l’ensemble des sites est peu abondant (2 074 restes, pour 157 individus) et très fragmenté, excepté l’amas du fossé F4 du site La Tour du Brandon à Athée-sur-Cher (cf. infra). Les études ont été menées par différents céramologues entre 2005 et 2009. Les sites La Tour de Brandon et Le Brandon ont été étudiés par S. Linger-Riquier (Fouillet et Poitevin 2005a ; 2005b), le site l’Érable par H. Froquet et J.-P. Gay (Couvin 2006) et le diagnostic Truyes Les Pelouses, Les Grands Bois, par F. Di Napoli (Roy 2009). Il s’agit ici de réexaminer les datations et de présenter la documentation des différentes interventions à la lumière des résultats récents de deux fouilles dont les données sont encore inédites (Tours, Clocheville : Linger-Riquier in : De Filippo, en cours ; Tours, Champ Chardon : Di Napoli in : Couderc, en cours).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Département d’Indre-et-Loire, localisation des communes citées et de la région naturelle de Champeigne Tourangelle
Crédits (infographie : V. Chollet)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 2 : Localisation des interventions archéologiques à l’échelle du plateau, sur fond IGN
Légende 1 : Athée-sur-Cher, le Brandon, 2 : la Tour du Brandon, 3 : l’Érable, 4 : Truyes, les Pelouses/les Grands Bois, 5 : Esvres-sur-Indre, les Billettes, 6 : les Bois de la Duporterie, 7 : Athée-sur-Cher, Chomedormeau, 8 : Touche-Morin, 9 : la Pièce de la Colasserie, 10 : Bussières
Crédits (infographie : V. Chollet)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 3 : Localisation des interventions et des principaux vestiges, sur fond cadastral
Crédits (infographie : V. Chollet)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 4 : Occupations laténiennes recensées à l’échelle du département d’Indre-et-Loire et ses marges
Légende Extrait de Laruaz 2009, fig. 1, complétées par les établissements ruraux de Champ-Chardon, du Centre de Maintenance et du Parking Relais, à Tours, et des fouilles du tracé LGV SEA (losange noir)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 5 : Le Brandon, plan général des vestiges
Crédits (infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 6 : Le Brandon, coupes du chemin F1
Crédits (infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 7 : Le Brandon, fibule en alliage cuivreux (F1, us 1064)
Crédits (infographie : D. Lusson)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 8 : Le Brandon, coupes des fossés F2 et F3
Crédits (infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 9 : La Tour du Brandon, plan général des vestiges
Crédits (infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 10 : La Tour du Brandon, coupes des fossés F4, F10 et F11
Crédits (infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 11 : La Tour du Brandon, quantification du mobilier céramique
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 12 : La Tour du Brandon, quantification du mobilier céramique du fossé F4
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 13 : La Tour du Brandon, céramiques du fossé F4 (1/2)
Légende Commune sombre tournée enfumée : n°1, 2, 4, 5, 14, 15, 18, 19, 20, 23, 26, 27, 29, 36 ; Commune sombre Tournée : n°3, 7, 12, 13, 17, 19, 21, 22, 28, 32, 34
Crédits (dessin/DAO : S. Riquier).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 14 : La Tour du Brandon, céramiques du fossé F4 (2/2)
Légende Commune sombre Tournée : n°11 ; Commune Sombre Tournée Enfumée : n°16, 31 ; Grossière Non Tournée : n°6, 8, 9, 24, 25, 30, 33, 35 ; Besançon : n°10
Crédits (dessin/DAO : S. Riquier)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 15 : La Tour du Brandon, quantification du mobilier céramique des fossés F10 et F11
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 16 : La Tour du Brandon, céramiques des fossés F10 et F11
Légende Grossière Non Tournée : n°10.41, 11.43, 11.44 ; Commune sombre tournée enfumée : n°11.42 ; Commune sombre tournée : n°10.39, 10.40, 10.37, 10.38
Crédits (Dessin/DAO : S. Riquier)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 17 : L’Érable, plan général des vestiges
Crédits (infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 18 : L’Érable, céramiques Hallstatt final/La Tène ancienne (F155, F214)
Crédits (dessin/DAO : F. Couvin)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 19 : L’Érable, coupes des fossés F141, F142 et F348
Crédits (infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 20 : L’Érable, plans et coupes des bâtiments 1 et 2
Crédits (infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 21 : L’Érable, plans et coupes des bâtiments 3, 4, 5 et 11
Crédits (infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 22 : L’Érable, plans et coupes du bâtiment 9 et des faits F383 et F385
Crédits (infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 23 : L’Érable, plans et coupes des bâtiments 6, 7, 8 et 10
Crédits (infographie : J. Bouillon, J. Tricoire)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 24 : L’Érable, céramiques La Tène finale, Commune sombre tournée enfumée
Légende 359.1, 191.1, 101.4, 359.3, 135.2 ; Commune Non Tournée : 109.1 et 2, 101.1, 112.1, 125.1, 131.1, 132.1, 135.1, 137.1, 300.1, 359.2, 4 et 5, 383.1 ; Grossière non tournée : 359.2 ; Besançon : 109.3 et 4, 285.1 ; Amphore italique : 128.1
Crédits (dessin/DAO : J.-P. Gay)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Fig. 25 : Les Pelouses, les Grands Bois, plan général des vestiges
Crédits (infographie : L. Lang)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 26 : Les Pelouses, les Grands Bois. Plan et coupes de l’enclos 1, F107, F108 et F109
Crédits (infographie : L. Lang)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 27 : Les Pelouses, les Grands Bois : plan de l’enclos 2 et des vestiges associés
Crédits (infographie : L. Lang)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 28 : Les Pelouses, les Grands Bois : plan et coupes de l’enclos 2, fossés F2, F68, F69, F124, et de la fosse F88
Crédits (infographie : L. Lang)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig. 29 : Les Pelouses, les Grands Bois, céramiques du second âge du Fer
Légende Grossière non Tournée : n°32.1, 39.3. Commune sombre Tournée : n°39.2, 124.4, 300.5
Crédits (dessin/DAO : F. Di Napoli)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 30 : Les Pelouses, les Grands Bois, anneau en bronze issu du fossé F300
Crédits (dessin/DAO : J. Arquille)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 31 : Les Pelouses, les Grands Bois, plan et coupe et photographie zénithale du four à chaux F103
Crédits (infographie : L. Lang, V. Chollet)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2262/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Couvin, Sandrine Linger-Riquier, Gaëlle Robert et Gwénaël Roy, « Des occupations laténiennes sur le plateau de Champeigne tourangelle, communes d’Athée-sur-Cher et de Truyes (Indre-et-Loire) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 54 | 2015, document 1, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://racf.revues.org/2262

Haut de page

Auteurs

Fabrice Couvin

Inrap, centre archéologique de Tours

Sandrine Linger-Riquier

Inrap, centre archéologique de Saint-Cyr-en-Val, UMR 8542, AOROC, ENS, Paris 1

Gaëlle Robert

Inrap, centre archéologique de Tours, UMR 7324 CITERES-LAT

Gwénaël Roy

Inrap, centre archéologique de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page