Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude

Une maison du quartier cathédral de Tours (Indre-et-Loire) : évolution architecturale et techniques de construction

A house in the cathedral quarter of Tours (Indre-et-Loire): its architectural evolution and construction techniques
Bastien Lefebvre
p. 223-246

Résumés

La maison du 12 rue du Général Meusnier à Tours a fait l’objet, dans un travail universitaire, d’une étude approfondie du bâti, l’objectif étant d’individualiser les différents états de construction et de proposer un phasage, afin de mieux comprendre l’évolution architecturale de cette maison. La particularité vient ici de la situation même du bâtiment au sein de la ville : la maison est en effet implantée sur le site de l’amphithéâtre antique et comporte en remploi des maçonneries de cet édifice, lui-même fort complexe. Différents états médiévaux ont également été reconnus. Ce sont ainsi quatre grandes périodes d’utilisation du site qui ont été identifiées avant le XVIe s., chacune évoque une situation topographique différente. Outre l’appréhension de la complexité du bâtiment, cette étude a permis de mettre en évidence, sur des points précis (choix des matériaux, taille de la pierre, échafaudage, charpente…), les techniques de construction utilisées pour la réalisation de l’état de la fin du Moyen Âge, la phase 4.

Haut de page

Texte intégral

Conditions générales de l’étude1

  • 1  L’auteur tient à remercier J. Seigne pour son aide ainsi que B. Dufaÿ, F. Journot et P. Garrigou G (...)

1Les recherches menées sur le bâtiment nord de la propriété du 12 rue du Général Meusnier à Tours (Fig. 1) résultent d’un travail de maîtrise d’Histoire de l’art présenté par l’auteur en 2003 à l’université François-Rabelais de Tours (Lefebvre 2003), sous la direction de F. Journot (maître de conférence à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne). Il est également une des conséquences d’un profond réexamen de l’amphithéâtre gallo-romain de Tours mené depuis 2001 par J. Seigne (directeur de recherche au CNRS, UMR 6173 CITERES).

Fig. 1 : Tours (37) : Extrait du cadastre actuel. En noir, le bâtiment étudié.

Fig. 1 : Tours (37) : Extrait du cadastre actuel. En noir, le bâtiment étudié.
  • 2  Sauf mention contraire, toutes les figures sont de l’auteur.

2Le bâtiment, situé dans la ville historique, se trouve au cœur de trois éléments importants de l’histoire de la ville de Tours : l’amphithéâtre gallo-romain, l’enceinte du castrum du Bas-Empire et l’ancien quartier canonial de la cathédrale (Fig. 1)2. Les conditions d’occupation ont été largement déterminées par ces trois facteurs (Mabire La Caille 1988).

3En élévation, le corps de bâtiment semble avoir été construit, comme beaucoup d’autres maisons canoniales du chapitre de Saint-Gatien, entre la fin du XVe s. et le début du XVIe s. (Fig. 2), mais des vestiges de constructions plus anciennes sont conservés dans l’actuelle cave. On y reconnaît, entre autres, remployés à l’occasion de plusieurs états de construction médiévale, des murs en moellons appartenant à l’amphithéâtre gallo-romain.

Fig. 2 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier. Photo de la façade est.

Fig. 2 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier. Photo de la façade est.

4Cette étude cherche à répondre à deux questions : par une étude d’archéologie du bâti (Journot 1999) elle vise à différencier et interpréter les phases d’occupation successives reconnaissables dans la construction actuelle, puis à voir comment l’étude fine du bâti peut permettre d’appréhender les différentes techniques de construction mises en œuvre pour la réalisation de la maison de la fin du Moyen Âge, encore en élévation.

Les différents états architecturaux

Une contrainte topographique forte : les constructions antiques (phases 1 et 2)3

  • 3  Sur les dessins (Fig. 4, 5, 6, 7,8 et 9), le phasage est indiqué par un numéro identique à celui d (...)

5Différentes maçonneries d’origine antique ont été reconnues dans l’actuelle cave du bâtiment. Elles appartiennent à deux édifices distincts dont l’étude, menée par J. Seigne, est en cours : il s’agit de l’amphithéâtre construit à la fin du Ier s. et agrandi au IIe s., puis par la suite de sa transformation en fort (Seigne à paraître). Parce qu’elles ont eu un rôle déterminant dans l’implantation et l’organisation des constructions antérieures – elles ont été réutilisées en tant que substructures dans les états médiévaux –, ces maçonneries méritent d’être présentées succinctement.

  • 4  Afin de faciliter la description, il a été retenu de considérer le mur nord-ouest comme mur nord, (...)

6La construction de l’amphithéâtre représente la première phase de construction reconnue (Fig. 3). Les maçonneries lui appartenant se localisent dans le mur sud4 du bâtiment et à l’est dans l’une des deux volées d’un escalier de l’amphithéâtre, appartenant apparemment à un des vomitoria secondaire de l’édifice. Au sud, le mur se caractérise par un parement de moellons équarris en calcaire lacustre, certaines parties présentant même un appareil de type mixte où des assises de terre cuite architecturale s’intercalent entre celles de pierre (Fig. 5).

Fig. 3 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier. Proposition de phasage du sous-sol.

Fig. 3 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier. Proposition de phasage du sous-sol.

En gris foncé, les constructions propres à la phase ; en gris clair, les maçonneries réutilisées (B. Lefebvre d’après B. Lefebvre, J.-P. Sazerat et J. Seigne).

Fig. 4 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 4 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Élévation est, coupe nord-sud et proposition de phasage.

Fig. 5 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 5 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Élévation sud, coupe est-ouest et proposition de phasage.

7Le mur ouest correspond à la seconde phase de construction (Fig. 3). Il s’agit de la partie anciennement en fondation d’un mur appartenant certainement à l’état de transformation de l’amphithéâtre en fort durant le IVe s., soit un peu avant la construction du castrum (Fig. 6).

Fig. 6 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 6 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Élévation ouest, coupe sud-nord et proposition de phasage.

Le premier habitat civil médiéval (phase 3)

La première maison médiévale

8C’est la première construction civile reconnue sur ce site (phase 3a). D’après les vestiges conservés de cette construction, il devait s’agir d’un espace grossièrement parallélépipédique de 5,30 m dans le sens nord-sud par 8,40 m est-ouest (Fig. 3). La pièce semble avoir été délimitée au sud par une reprise des maçonneries gallo-romaines précédemment décrites et à l’ouest par le mur de fondation du fort (Fig. 3 et 5). C’est au nord que les éléments de la phase 3a sont les mieux conservés (Fig. 7). Le mur se compose d’un parement assez homogène de moyen appareil de tuffeau jaune, dont les blocs sont disposés en assises régulières. Comme bien souvent, des traces de peinture dessinant des faux-joints rouges ont pu être observées sur ce mur (Carré 2001) et semblent appartenir à cet état du bâtiment. Ce mur est percé d’une porte couverte par un arc à double rouleau ; le premier rouleau est de tracé surbaissé, tandis que le second est un arc plein cintre, avec une arrière-voussure de tracé surbaissé (Fig. 7). Au mur est également adossée une cheminée, désormais bouchée, encadrée de deux niches de dimensions sensiblement identiques, couvertes d’un petit linteau de tuffeau jaune, lui-même déchargé par une plate-bande clavée (Fig. 3, 7 et 11).

Fig. 7 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 7 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Élévation nord, coupe ouest-est et proposition de phasage.

Fig. 11 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 11 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Photo de la cheminée du mur nord-ouest (sous-sol).

9À l’est, l’espace était fermé par un mur désormais arasé dont ne subsiste la trace de l’arrachement que sur le mur nord. Ce mur venait donc se plaquer au mur extérieur de l’escalier du vomitoire (Fig. 3).

10Le niveau de sol intérieur était sensiblement identique à l’actuel : d’anciennes fouilles permettent de voir la limite entre la partie en élévation et les fondations de ce mur nord.

11En revanche, aucun témoignage d’un second niveau n’a pu être identifié ; en particulier aucun escalier n’a été remarqué, mais il ne faut toutefois pas exclure que cette pièce ait été surmontée d’un niveau supérieur.

12Il faut signaler qu’aucune ouverture autre que la porte précédemment décrite n’a pu être reconnue comme baie ayant servi à l’éclairage et à l’aération. Peut-être cette pièce était-elle aveugle, à moins qu’elle ait été éclairée uniquement par des baies hautes, des soupiraux, qui seraient désormais détruits. Cet état de fait conduit à former l’hypothèse d’une salle enterrée ou semi-enterrée.

13En l’absence de mobilier associé, et parce que les indices habituels propres à la datation sont ici inexistants, c’est le recours à une étude statistique des modules de pierre de taille mis en œuvre dans la maçonnerie du mur nord qui permet de proposer une datation à cette construction (étude D. Prigent). Celui-ci conclut avec prudence à une datation du bas Moyen Âge.

L’agrandissement de la construction

14Dans un second temps, ce bâtiment est agrandi vers l’est (phase 3b) ; le mur oriental est détruit et un nouveau mur, implanté sur les maçonneries antiques, est alors aménagé à environ 4 m du précédent (Fig. 3 et 4). Le montage des murs appartenant à cette phase n’est plus réalisé en pierres de taille, mais en moellons (chose encore visible sur le mur nord). Une ouverture est percée dans le mur oriental ; son accès est possible par un escalier dégagé dans le blocage de l’escalier gallo-romain et perpendiculairement à celui-ci.

15Ce nouvel indice concernant la distribution indique une différence de niveau entre le sol intérieur et l’extérieur à l’est (qu’il s’agisse d’un espace bâti ou non bâti). Ceci renforce l’hypothèse formulée pour la phase précédente, qui voulait que le bâtiment soit partiellement enterré, au moins à l’est.

16Faute d’indice significatif, la datation de cette phase est impossible, il faut se contenter de la chronologie relative.

La construction de la seconde maison médiévale (phase 4)

17C’est actuellement la phase de construction la mieux représentée (phase 4). Elle correspond à la maison visible aujourd’hui en élévation. Elle comprend quatre niveaux : un semi-enterré, un niveau de rez-de-chaussée, un niveau de comble à surcroît et un second niveau de comble.

Distribution et structure générale du bâtiment

18Le bâtiment reprend à peu près le même plan que celui décrit en phase 3b : il s’agit d’un rectangle d’environ 12 m par 6 m. En effet, les murs ouest, nord et est ont servi de substructures aux murs de la nouvelle construction (Fig. 3). Seul le mur sud est un nouveau mur construit en phase 4 : il s’agit en fait d’un plaquage contre le mur sud de la phase 3a (Fig. 3), caractérisé par un parement de petit et moyen appareils de tuffeau jaune. Les blocs sont disposés en appareil réglé ; les assises varient de 13 à 30 cm. Le mur se compose de deux éléments structurants :

  • il s’agit d’une part d’une arcature aveugle comprenant deux arcs en plein cintre ; chacun mesure 3,23 m à la corde de l’arc et 2,97 m de hauteur sous clef. La présence de ces arcs dégage un petit espace dans l’épaisseur du mur (Fig. 12) ;

  • d’autre part une cheminée est encastrée dans l’épaisseur du mur “ afin que son conduit puisse passer verticalement derrière la cheminée située au-dessus ” (L’architecture civile à Tours… 1980 : 97). C’est donc vraisemblablement alors qu’est bouchée la cheminée de la phase 3a ; l’observation des modules des blocs va dans ce sens.

Fig. 12 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 12 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Photo du mur sud-ouest (sous-sol).

  • 5  Le phénomène identique se répète sur la façade est, mais les deux ouvertures ne sont pas contempor (...)

19En phase 4, le volume général du bâtiment étudié est donc sensiblement identique à celui aujourd’hui visible, à la différence près que le niveau de sol à l’est devait être plus bas que l’actuel, mais formait toutefois un niveau semi-enterré. La principale différence avec la disposition originelle vient du fait que le bâtiment est maintenant encadré par deux constructions plus récentes, alors que durant la phase 4, il devait être flanqué par un corps de bâtiment qui lui était contemporain (Fig. 13). En effet, certains indices incitent à croire que le bâtiment étudié fonctionnait avec un autre, situé immédiatement au nord-ouest, ceci est notamment suggéré par la série de blocs de parement qui se poursuit dans la construction plus récente placée au nord (au 10 rue du Général Meusnier). La maison dans son état initial possédait donc vraisemblablement deux corps de bâtiment, chacun individualisé par un pignon et une couverture propre. D’autres indices permettent de pousser plus loin cette hypothèse. L’observation de la façade ouest a permis de remarquer, outre la superposition de deux portes (dont l’une donnant actuellement dans le vide), toute une série de trous de poutre encadrant ces deux ouvertures (Fig. 9)5. Ainsi il est tentant de penser qu’à cet emplacement prenait place à l’origine un élément de distribution (galerie ou tour d’escalier) entre deux corps de logis, ce qui indique forcément que les façades des deux corps de logis n’étaient pas au même nu. Si cette hypothèse s’avérait justifiée, le bâtiment aurait été à deux corps de logis dont l’un aurait présenté un pignon sur rue, l’autre en retrait, afin de ménager une cour sur la rue (Fig. 13). Il s’agirait donc d’un plan en L assez répandu à la fin du Moyen Âge, où “ une cour est logée entre les bras du L et affronte la rue par un petit côté ” (Garrigou Grandchamp 1992 : 58) et où la distribution est assurée par un escalier en vis, qui occupe l’angle formé par la jonction des deux ailes. Ce type d’organisation de maison, très répandu, se retrouve dans de très nombreuses villes, et notamment à Tours comme cela est attesté rue du Mûrier par une gravure du début du XXe s. (Gatian De Clérambault 1912 : pl. LX ; L’architecture civile à Tours… 1980 : 60).

Fig. 8 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 8 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Façade est et proposition de phasage.

Fig. 9 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 9 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Façade ouest et proposition de phasage.

Fig. 10 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 10 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Photo de la porte du mur nord-ouest (sous-sol).

Fig. 13 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 13 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Hypothèse d’organisation du bâtiment lors de la phase 4.

L’organisation de la charpente

20Inclinés à 59°, les deux versants de la toiture du corps de bâtiment étudié sont portés par une charpente à chevrons formant fermes. Cette forte inclinaison s’explique sans équivoque par le matériau de couverture retenu, identique à l’actuel, à savoir l’ardoise.

  • 6  La section de ces arbalétriers est carrée ; elle avoisine les 15 cm.

21La charpente s’organise selon une structure tramée, d’un total de 20 fermes, avec cinq principales et quinze secondaires, d’un type assez commun, dont l’entraxe est proche de 65 cm (Fig. 5 et 7). Toutefois la “ travée orientale ” ne comporte que trois fermes secondaires comprises entre les deux principales, au lieu de quatre habituellement. Ces fermes reposent sur une sablière composée de quatre pièces de bois parallèles assemblées par tenons et mortaises (Fig. 6). Cette sablière est posée, sans épaule, sur le faîte des murs gouttereaux (nord et sud). Chaque ferme repose de part et d’autre sur un blochet. Les fermes principales sont composées de deux arbalétriers6, chacun renforcé par une jambette, de deux entraits retroussés (les premiers faux-entraits font office de solives de plafond pour le niveau de comble à surcroît), et bien sûr d’un poinçon (Fig. 6). Le poinçon de la ferme orientale repose sur un corbeau fixé dans le mur pignon (Fig. 4).

22Il faut encore noter que les principales pièces de bois (les poinçons et les premiers entraits retroussés présentent un élargissement aux extrémités (Fig. 14). Ce phénomène ne semble pas répondre à un souci décoratif : ces élargissements servent plutôt à assembler plus facilement les pièces les unes aux autres. Enfin, le contreventement est assuré par une panne faîtière et une lierne de sous-faîtage qui prend place immédiatement en dessous des premiers entraits retroussés. Après observation, il semble que les entraits retroussés croisent la lierne sans assemblage, par simple superposition.

Fig. 14 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 14 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Photo depuis l’est du second niveau de comble.

23Ainsi cette charpente entre dans la catégorie des “ charpentes à chevrons formant fermes contreventées par une sous-faîtière et une panne faîtière et composées d’entraits retroussés ” (Hoffsummer 2002 : 212).

24Les fermes sont numérotées sur les deux séries de faux-entraits d’est en ouest, d’I à XX. L’observation de ces marques indique que la charpente ne semble pas avoir subi de changement.

25Les aisseliers sont eux aussi numérotés d’est en ouest. Ils le sont de II à VI sur leur face sud. L’aisselier est de la ferme principale ne porte pas de marque ; il est plus court et placé plus haut que les autres, sans doute une réfection a entraîné la suppression de l’aisselier numéroté I.

26Ainsi la charpente ne semble pas avoir subi d’importantes modifications depuis sa mise en place, en phase 4.

Les cheminées et les baies

27Durant la phase 4, il semble que le niveau de l’actuelle cave n’ait pas été très ajouré. La pièce aménagée dans ce niveau était semi-enterrée et n’était donc éclairée que par des baies hautes : à savoir deux (ou trois, un doute subsiste) baies dans le mur est et un soupirail dans le mur ouest. Ce soupirail présente une embrasure extérieure réalisée en tuffeau jaune de type “ Écorcheveau ” ; le couvrement est assuré par un linteau échancré selon un tracé en anse-de-panier. Le système de fermeture est particulier : à l’extérieur, sur le côté droit et dans la partie supérieure du linteau, on observe les vestiges d’un chambranle sculpté dans la pierre et composé d’un seul bandeau (Fig. 15). Un vantail venait donc y prendre place. Il était alors possible, depuis l’extérieur, d’actionner ce vantail afin de fermer cette ouverture.

Fig. 15 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 15 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Photo du soupirail donnant sur la façade ouest.

  • 7  Il s’agit de petites briques plates (21 cm x 11 x 3) parfois aussi nommées chantignoles (Pérouse D (...)

28Deux ouvertures latérales du mur est appartiennent aussi à la phase 4 ; elles présentent la particularité d’avoir un linteau qui ne repose pas directement sur les piédroits, mais par l’intermédiaire d’une petite brique7. De plus, elles conservent à l’intérieur des traces de feuillure une série de petits trous servant vraisemblablement plus à placer un dormant qu’une grille. Celui-ci devait accueillir lui-même un vantail qui s’ouvrait et se fermait de l’intérieur : se pose alors le problème de l’accessibilité à ces baies hautes.

29Ainsi, l’éclairage naturel de ce niveau, somme toute assez faible, s’effectuait par une série de trois (ou quatre) soupiraux qu’il était vraisemblablement possible d’ouvrir et de fermer afin d’éclairer et d’aérer la pièce.

30Seule la cheminée du niveau inférieur est attribuable, sans équivoque, à la phase 4 (Fig. 5). Toutefois celle-ci n’est appréhendable que par la forme de son conduit et par ses deux bases. Son manteau était soutenu par des piédroits et non des corbeaux. Les bases des piédroits sont prismatiques et appartiennent donc au vocabulaire stylistique qui se développe à la fin du Moyen Âge.

31Le niveau de rez-de-chaussée présentait, comme le précédent, une seule grande pièce. Celle-ci était éclairée par deux grandes baies strictement identiques, larges de 1,26 m pour 2,25 m de hauteur et couvertes d’un important linteau en pierre, sans système de décharge (Fig. 16). Les blocs constituant les piédroits de ces baies sont en tuffeau dit blanc (et d’une couleur effectivement) très blanche, tandis que les premiers et derniers blocs des piédroits, ainsi que le linteau et l’appui sont, eux aussi en tuffeau dit blanc, mais cette fois-ci de couleur franchement rousse (Fig. 22). Ces baies conservent différentes traces de l’existence d’un meneau et d’une traverse en pierre.

Fig. 16 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 16 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Photo de détail de la façade ouest.

Fig. 22 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 22 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Répartition des matériaux utilisés pour la grande baie de la façade est.

32Il est juste possible de noter qu’une feuillure encadre toute la baie, les aménagements actuels ne permettent pas de pousser plus loin l’observation. On supposera alors, en conformité avec les dispositifs observés habituellement, que ces grandes baies possédaient chacune un bâti dormant en bois encastré dans les feuillures de pierre et recevant des châssis mobiles pour la partie basse (sous la traverse) et fixe pour la partie haute. Ces châssis pouvaient être vitrés ou garnis de papier huilé (Viollet-Le-Duc 1854-1868 : t. 5).

33Cet ensemble d’ouvertures faisait de ce rez-de-chaussée, le niveau le plus éclairé et le plus important du bâtiment.

34La présence d’un important corbeau maçonné au niveau inférieur, indique que le rez-de-chaussée était lui aussi chauffé par une grande cheminée. Toutefois il est désormais impossible de connaître la modénature de cette cheminée, puisque le manteau a été totalement reconstruit.

35D’après la chronologie, il apparaît que pendant la phase 4 le niveau de comble à surcroît était équipé de deux types de baies. La première baie est unique dans toute la construction. Il s’agit d’une fenêtre géminée s’ouvrant sur la façade ouest. Sa disposition actuelle est proche de celle qu’elle devait avoir pendant la phase 4. En effet, il faut juste restituer un appui un peu plus haut placé qu’il ne l’est actuellement. Le type de fermeture originelle de cette baie est difficile à appréhender, car l’aménagement actuel masque d’éventuels vestiges de cette fermeture. Néanmoins, on peut émettre l’hypothèse d’un système de fermeture proche de l’état en place. Ainsi, la fermeture de cette baie aurait pu s’effectuer par un bâti dormant accueillant deux vantaux s’ouvrant vers l’intérieur.

36La seconde baie attestée dans ce niveau est moins bien conservée puisqu’il ne reste plus que son linteau, mais elle s’apparente à un type que l’on retrouve au niveau supérieur. Les dimensions du linteau ainsi que le chanfrein conservé permettent de connaître la largeur de l’embrasure extérieure de cette baie. Elle devait être semblable à celles du second étage de comble, quant à elles, conservées dans leur intégralité (cf. infra).

37Contrairement aux deux niveaux précédents, celui-ci était équipé de deux cheminées et donc divisé en au moins deux pièces (Fig. 5). Des deux cheminées, si l’une est totalement détruite, la seconde semble n’avoir pas subi de transformations. Ses deux piédroits sont en pierre de taille de moyen appareil de tuffeau jaune. Leurs bases sont juste animées d’un chanfrein renversé. Les chapiteaux ou consoles des piédroits présentent un profil de chanfrein renversé surmonté d’un bandeau. Le couvrement de cette cheminée se fait par un linteau d’une seule pièce de bois. Le manteau droit est, quant à lui, appareillé de blocs de moyen appareil de tuffeau jaune ; ils présentent tous, comme ceux des piédroits, des traces de chemin de fer qui indiquent une réfection importante, peut-être lorsqu’il fut décidé de la condamner.

38Le second étage de comble est ouvert de trois baies rectangulaires qui suivent toutes un modèle identique (cf. infra) : mesurant 28 cm de large et 90 cm de hauteur, elles sont couvertes d’un linteau de pierre posé sur des chantignoles. L’une d’elles conserve encore un vantail certainement d’origine : composé d’une seule planche de bois, il est mobile et pivote par rapport au mur au moyen de deux paumelles. Les pentures forgées, fixées sur le vantail, décrivent une série de courbes et de contre-courbes (Fig. 17). Le vantail vient prendre place directement dans l’embrasure de la baie, sans l’intermédiaire d’un bâti dormant. Il est équipé d’une targette cylindrique qui fonctionnait sans gâche, puisqu’elle rentre directement dans un trou aménagé dans la pierre.

Fig. 17 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Vantail intérieur de la baie sud de la façade est.

39Enfin, une quatrième ouverture couverte d’un arc segmentaire perce ce niveau. Même si la chronologie de cette baie ne fait pas de doute, il est assez difficile de restituer son état en phase 4. Trop de modifications empêchent de connaître sa hauteur d’origine.

L’aspect esthétique : les sculptures et les peintures

40Les grandes baies à meneau et traverse déjà mentionnées concentrent à elles seules la quasi-totalité des sculptures et peintures encore visibles appartenant à la phase 4. Les sculptures sont désormais observables uniquement sur la baie de la façade ouest (Fig. 16), mais la grande similitude ainsi que la présence de traces de bûchage tendent à indiquer que des sculptures identiques prenaient place sur la baie de la façade opposée. Ces sculptures se concentrent sur l’appui. Son profil se compose d’un chanfrein droit, surmonté d’une scotie droite, puis d’un réglet et se termine par un tore. Mais les sculptures se trouvent surtout sur le linteau : celui-ci présente un larmier dont le profil mouluré se compose d’un quart-de-rond droit surmonté d’un chanfrein droit, d’une scotie droite, d’un réglet, d’une doucine droite, d’un réglet et s’achève enfin par une doucine renversée (Fig. 18). Cette moulure retombe sur deux culots sculptés prenant place sur chacun des derniers blocs des piédroits de la baie : ils sont quasi symétriques et composés d’un petit larmier (une scotie droite et un tore semi-circulaire), puis dans la partie inférieure d’un ange représenté en buste et portant un écusson.

Fig. 18 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 18 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Profils du larmier et de l’allège de la grande baie de la façade ouest.

41Des traces de peinture ont pu être observées sous le larmier de cette baie. Il faut noter que ces peintures sont appliquées directement sur la pierre, sans aucune couche préparatoire ni enduit intermédiaire. La plupart des motifs ont été préalablement gravés directement sur la pierre (Fig. 19). Trois motifs peints se localisent sur le quart-de-rond du larmier : ils sont encadrés par un bandeau rouge (Fig. 20). Il s’agit de gauche à droite, d’un “ damier ” de cases carrées de couleur rouge, ocre jaune et noire. Le quadrillage de ce damier a été préalablement incisé : les couleurs s’organisent selon des diagonales. Ensuite, alors que les incisons se poursuivent de manière identique, le second motif peint s’en affranchit : s’agit-il d’un changement du programme ? Il consiste en une grille de couleur noire, dont les cases ocre jaune accueillent un point rouge. Ensuite, prend place un damier composé de lignes de losanges ocre jaune et rouges (Fig. 21) ; là encore ce motif a préalablement été gravé sur la pierre. À mi-distance entre le motif précédent et la trace du meneau, une forme triangulaire vient rompre ce dispositif ; le mauvais état de conservation ne permet pas de connaître avec certitude ce qui y était représenté (un blason ?). Les losanges se poursuivent sur quelques centimètres à droite de l’emplacement du meneau, puis la polychromie n’est plus visible.

Fig. 19 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 19 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Photo du marquage préparatoire gravé sur le larmier de la grande baie de la façade ouest.

Fig. 20 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 20 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Relevés des peintures localisées sur la scotie du larmier (haut) et de celles localisées sur le quart-de-rond du larmier (bas) de la grande baie de la façade ouest.

Fig. 21 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 21 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Photo de détail des peintures observées sur le larmier de la grande baie de la façade ouest.

42Le chanfrein droit du larmier est peint en rouge ; la scotie droite est le support d’un motif de palmettes (Fig. 20) peintes d’ocre jaune, de rouge et de noir.

43D’autres traces de peintures feignant les joints d’un traditionnel faux-appareil sont également à mentionner, bien qu’elles soient bien plus sporadiques. Ce dispositif s’observe sous l’intrados de l’arc méridional dans l’actuelle cave et les faux joints sont peints en noir, couleur assez inhabituelle pour ce genre de motif (Carré 2001).

44D’autres éléments devaient être décorés, notamment les cheminées, mais à l’exception des bases prismatiques de celle située dans l’actuelle cave, l’état de conservation ne permet plus désormais de pouvoir appréhender le décor qu’elles pouvaient supporter.

Phase 4 : essai de datation

45Faute de moyens financiers, la datation de la construction de cette maison ne peut pas être appuyée par des analyses en laboratoire, comme une analyse dendrochronologique des bois de la charpente.

46Une comparaison stylistique, notamment du décor, est, dans le cas présent, peu significative étant donné le manque d’études de référence. Ainsi, par exemple, et d’un point de vue stylistique, les vestiges de la cheminée située dans l’actuelle cave pourraient être un indice, mais la datation de ce type de “ cheminées gothiques ” est assez imprécise : on les place traditionnellement à la fin du XVe s. (L’architecture civile à Tours… 1980 : 98). Toutefois, il apparaît que ce modèle existe dès le début de ce siècle et perdure jusqu’au début du XVIe s.

47La structure de la charpente étudiée n’offre pas plus de véritables pistes. En effet, même si l’important travail sur la typologie et l’évolution des charpentes réalisé par P. Hoffsummer permet de comparer celle-ci avec d’autres charpentes datées par dendrochronologie, la fourchette de datation obtenue reste large (Hoffsummer 2002). Ainsi, même si la charpente du château de Sully-sur-Loire (datée entre 1396 et 1400) et celle de l’aile Longueville du château de Châteaudun (1470/1473) sont bien du même type que celle de cette maison, l’écart chronologique entre ces constructions reste important.

48Les travaux menées par J.-Y. Hunot sur les charpentes en Anjou indiquent que certains indices peuvent être significatifs d’une évolution : l’entraxe, le type de contreventement, mais aussi l’inclinaison des versants de la charpente qui, pour celle étudiée (59°), semble plutôt caractéristique d’une période allant du milieu du XVe au milieu du XVIe s. (Hunot 2001), mais aussi du type de couverture retenu (cf. supra).

49Ainsi, si toutes ces remarques tendent à indiquer que la construction du bâtiment s’est faite au XVe ou au début du XVIe s., les indices ne sont pas assez caractéristiques pour proposer une datation fine. Une précision nécessitera obligatoirement de recourir à une analyse dendrochronologique de la charpente.

Les principales modifications jusqu’à nos jours8

  • 8  Pour plus de précisions se reporter à l’étude complète (Lefebvre 2003).

50Elles se résument essentiellement à la destruction du corps de logis qui prenait place immédiatement au nord. Cette destruction a entraîné celle de l’escalier ou de la galerie hors œuvre supposé et la condamnation d’un certain nombre de baies. La reconstruction d’un corps de bâtiment à son emplacement, dans la première moitié du XVIIe s., oblige à concevoir la destruction peu avant.

  • 9  Archives départementales d’Indre-et-Loire : 1Q282 et 1Q403.

51L’autre modification importante, qui eut lieu avant la Révolution9 et qui est peut-être contemporaine de la précédente, se manifeste par la surélévation importante (au moins un mètre) du niveau de l’actuel jardin. Elle entraîna le bouchage des baies hautes ainsi qu’un profond changement de fonction de la pièce de l’actuelle cave (celle-ci devenant vraisemblablement un lieu de stockage), peut-être alors accompagné de la destruction de la cheminée.

52Bien plus récemment (en 1945), les propriétés des 10 et 12 rue du Général Meusnier furent réunies : de nombreuses ouvertures furent alors percées permettant de faire communiquer le corps de bâtiment en question et celui plus au sud.

53Puis en 1962, à l’inverse, une partie de cette grande propriété fut vendue et les ouvertures faisant communiquer le corps de bâtiment étudié avec celui plus au nord furent bouchées.

54Enfin, c’est en 1990 que le plancher à poutres et solives séparant l’actuel niveau de cave du rez-de-chaussée fut démonté et remplacé par un plancher préfabriqué en béton.

La construction de la phase 4 : aspects techniques et économiques

Les matériaux utilisés

L’utilisation majoritaire des tuffeaux

— Les tuffeaux “ jaunes ”

55Comme pour les constructions médiévales à Tours, la pierre la plus utilisée pour la construction est le tuffeau jaune : c’est la seule employée pour les blocs de moyen appareil, ainsi que pour la majorité des moellons. Il s’agit d’une craie tendre sableuse, dont la couleur varie du blanchâtre au jaunâtre. Elle présente de très nombreux avantages pour la construction : c’est d’abord une pierre locale, disponible dans des carrières peu profondes qui permettent rapidement d’atteindre des bancs de bonne qualité et ce, dans de très nombreux endroits de la région, notamment dans les coteaux de la Vienne et de la Loire. Ensuite, cette pierre présente une faible dureté qui la rend facilement exploitable. Ces deux facteurs entraînent un coût d’extraction et de transport relativement faible.

56Un faciès particulier de tuffeau jaune a pu être identifié : il s’agit de celui bien connu de type “ Écorcheveau ”. C’est un calcaire jaune grisâtre, plus gréseux que le précédent, mais aussi plus cohérent. Il présente de nombreuses empreintes de Cytherea uniformis. Son utilisation est très fréquente dans la région et sa carrière d’extraction a déjà fait l’objet d’études (Cocirta et al. 1991).

57La carrière dite “ de l’Écorcheveau ” se situe sur l’actuelle commune de Saint-Avertin (37). Elle a servi de carrière à ciel ouvert pendant l’époque romaine, puis de carrière souterraine du XIe au XIXe s. (Chevalier 1975 : 118). Ce faciès de tuffeau est fréquent dans les constructions de la ville de Tours, notamment pour les soubassements (base du chevet et des tours de la cathédrale, base de la “ Tour Charlemagne ” de la basilique Saint-Martin et de la plupart des maisons antérieures au XIXe s. (Macaire et Martinet 1991).

58La caractéristique principale de cette pierre, par rapport au tuffeau jaune ordinaire, est d’être plus cohérente et donc moins altérable ; en contrepartie, les empreintes de fossiles et donc les nombreuses dépressions, en font une pierre qui ne se prête guère aux sculptures ou aux moulures trop fines. En revanche, puisqu’il est impossible d’obtenir des surfaces planes et lisses et surtout parce qu’elle est très résistante, cette pierre est particulièrement prisée pour les parties basses des constructions les plus sollicitées. De plus, lorsque les blocs présentent une face dressée, l’aspect produit par les fossiles est fortement rugueux et fait penser au bossage rustiqué ; c’est peut-être également une des raisons pour lesquelles on l’utilise en soubassement.

59Dans le bâtiment étudié ici, cette pierre est relativement peu fréquente et utilisée pour la réalisation de certains blocs spéciaux, souvent en contact avec le sol (les deux bases de la cheminée du mur sud de la cave, les trois premières assises des blocs communs aux deux arcades, mais aussi les linteaux extérieurs des soupiraux).

— Les tuffeaux “ blancs ”

60C’est un calcaire crayeux plus fin que le précédent. Il est considéré comme la pierre d’oeuvre locale la plus noble parce que les “ grains ” (restes d’organismes calcaires, quartz et minéraux divers), sont plus fins que ceux du tuffeau jaune et surtout parce qu’ils sont liés par un ciment de calcite micritique, qui donne un aspect très homogène à la pierre. En outre, ce faciès de tuffeau se trouve dans des bancs plus épais, plus réguliers et plus homogènes : ainsi les blocs extraits peuvent être de dimensions plus conséquentes que ceux en tuffeau jaune ; ils se prêtent alors tout particulièrement aux sculptures fines.

61Dans le bâtiment présenté, le tuffeau blanc n’est utilisé que dans deux cas de figure, à savoir : accessoirement sous la forme de moellons dans certains bouchages tardifs, mais surtout dans l’encadrement sculpté des grandes ouvertures à meneau et traverse du rez-de-chaussée.

62En réalité, deux faciès différents de tuffeau blanc sont à distinguer et là encore, leur répartition n’est pas aléatoire (Fig. 22). Si le premier se caractérise par sa couleur blanche, le second présente une couleur franchement rousse ainsi que des traces de stratification nettement visibles. Le premier type est exclusivement réservé aux blocs des piédroits des deux grandes fenêtres, à l’exception des blocs jointifs au linteau ou à l’appui de chacune de ces baies. Cette pierre ne fut pas retenue pour porter le décor sculpté. Le second type de tuffeau blanc est utilisé uniquement pour les appuis et les linteaux des fenêtres, ainsi que pour les blocs de l’encadrement jointifs à l’appui ou au linteau. D’après les quelques traces visibles, il faut noter que les traverses et les meneaux devaient être réalisés dans cette même pierre. Ce faciès a donc été réservé aux blocs destinés à recevoir des moulures ou des sculptures.

63Malheureusement, à l’exception du constat d’une dureté plus importante du second faciès par rapport au premier, cette répartition reste pour l’instant sans explication. Il faut juste souligner que ce changement de matériau, face au traditionnel tuffeau jaune (cf. supra), produit un effet incontestable : est-il d’ordre esthétique (jeu sur le contraste de couleur) ou d’ordre technique (propriétés physiques) ?

Les autres matériaux : le bois et la terre cuite architecturale

64Les éléments de bois conservés appartiennent aux planchers ou à la charpente. Seule cette dernière structure est actuellement visible : l’essence de bois utilisée est le chêne ce qui reste conforme à la majorité des cas (Hunot 2001 : 29).

65La terre cuite architecturale est utilisée sous la forme de briques pour les murets nord et sud du deuxième niveau de comble. Les briques quasi uniformes sont des chantignoles, ce qui reste assez étonnant puisque ce module de briques est d’habitude plus volontiers utilisé pour la réalisation de sols ou de cheminées.

  • 10 Trois modules ont pu être repérés (18 cm x 18 x ? ; 16 cm x 16 x 2,2 et 14,5 cm x 14,5 x ?).

66La terre cuite architecturale a servi aussi pour le sol du second niveau de comble. À partir d’une observation sur une très petite surface, il semble que les dimensions des carreaux soient beaucoup moins homogènes que celles des briques10.

La mise en œuvre

Les ouvrages spéciaux de maçonnerie

67À travers les différents niveaux d’élévation, deux types de baies, de dimensions et de montage identiques, ont pu être repérés. Le phénomène nécessite d’être souligné.

68Un premier module de baie est présent à quatre reprises dans l’actuel niveau de cave et au second niveau de comble. Chacune présente une embrasure d’environ 55 cm de large (les dimensions varient de 1 à 2 cm) et de près d’1 m en hauteur. Le couvrement extérieur s’effectue par un linteau en pierre, alors que le couvrement intérieur se fait par une plate-bande de trois claveaux, à l’exception de la baie de la façade ouest qui est couverte d’un linteau. Une autre caractéristique est l’utilisation systématique de pièces de terre cuite architecturale côté intérieur, entre chaque piédroit et le couvrement. Toutefois cette disposition ne semble pas s’expliquer de manière structurelle. Peut-être s’agit-il d’un savoir faire propre à un maître maçon ou à un ouvrier ?

69Les deux grandes baies à meneau et traverse présentent également entre elles de fortes similitudes : le montage et les dimensions sont rigoureusement identiques.

70Ainsi, la mise en place de ces baies a bénéficié d’un soin tout particulier. Chaque appui possède un épais lit de pose, composé de mortier, de schiste ardoisier et parfois de fragments de terre cuite architecturale. Il faut également remarquer que le montage des baies, par rapport au mur, se fait par retaille des blocs du parement, ce qui indique une réalisation séparée des blocs de l’encadrement de la baie par rapport aux blocs du parement.

  • 11  On parle aussi de panneau (Pérouse De Montclos 1972 : 105). La question ne peut être abordée ici, (...)

71Il faut envisager l’intervention de deux équipes, l’une préposée à la réalisation des blocs du parement, l’autre à celle des blocs des baies. Ceci pose la question de l’organisation du travail, comme, par exemple, celle de l’utilisation de modèles pour la réalisation des moulures11, bien que les dimensions des blocs qui les composent ne soient pas strictement identiques. En tout cas cette remarque, ainsi que la différence de la nature de pierre soulèvent celle du lieu de taille des blocs : ceux du parement et ceux des baies ont-ils été réalisés au même endroit ? Comment le travail s’organise-t-il en carrière ?

L’échafaudage

72L’approche de l’échafaudage, et donc du montage des murs, passe d’abord par l’observation des trous de boulins (Fig. 23), observés uniquement sur les façades extérieures est et ouest. À l’intérieur, les parements des façades est et ouest sont réalisés en moellons et aucun trou de boulin n’a été remarqué. En outre, vu que les niveaux de plancher furent sans doute montés au fur et à mesure de la construction (L’échafaudage… 1996), il est probable qu’un échafaudage unilatéral, situé à l’extérieur, fut mis en place pour la construction des deux pignons.

Fig. 23 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 23 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Mise en évidence des alignements de trous de boulins sur les façades est et ouest.

73Quelle était l’utilité d’un échafaudage dans des constructions de dimension modeste où les seuls planchers auraient vraisemblablement suffi à monter les murs ? Le recours à l’échafaudage ne s’explique-t-il pas essentiellement par l’utilisation de la pierre de taille, qui nécessite une mise en œuvre rigoureuse et soignée ?

— Caractérisation des trous de boulins observés

74Les trous de boulins des façades est et ouest sont façonnés, de forme carrée et de 15 cm de côté. L’usage indique que les trous de boulins façonnés sont : “ soit une échancrure taillée dans l’un des quatre angles de la pierre et réutilisant deux joints perpendiculaires, à droite ou à gauche du bloc, soit, plus rarement, une échancrure taillée au centre de l’arête inférieure du parement du bloc, en réutilisant un joint horizontal de lit de pose ” (L’échafaudage… 1996 : 136). L’élaboration du chantier peut s’observer par la disposition même des trous de boulins. Pour les constructions de grande qualité et bien souvent de grande hauteur, le respect d’une structure rigoureuse de l’échafaudage, guidée par l’emplacement des perches, s’impose et l’emplacement des boulins est ainsi déterminé ; le boulin doit alors être placé dans n’importe quelle partie du bloc concerné. Dans les plus petits chantiers, l’implantation du boulin s’adapte au travail du maçon ; les échancrures d’angle, parce que plus faciles à réaliser, sont alors privilégiées (L’échafaudage… 1996).

75Dans la construction du bâtiment étudié, on observe indifféremment des échancrures d’angle, ou taillées au centre de l’arête d’un bloc ; ceci n’indique pas forcément qu’il s’agit d’un chantier prestigieux. Il faut plutôt rappeler que les blocs des parements des façades est et ouest sont réalisés en tuffeau jaune qui est une pierre tendre ; le façonnage d’une échancrure d’angle ou taillée au centre d’une arête est, dans un cas comme dans l’autre, facile à exécuter puisque réalisé à la scie.

— Disposition des boulins et type d’échafaudage mis en œuvre

76Tous les trous de boulins étant actuellement bouchés, il n’a pas été possible d’appréhender la nature exacte de ces trous : sont-ils traversants, borgnes, de biais, coudés en baïonnette ? Sont-ils même tous sur un modèle identique ? Les relevés pierre à pierre des façades indiquent, qu’en partie haute, les trous de boulins ne sont pas à l’aplomb les uns des autres (Fig. 23) : les platelages étaient certainement indépendants. Peut-être un même platelage a-t-il pu être utilisé et déplacé au fur et à mesure de l’avancement de la construction. Ainsi un échafaudage encastré en bascule devait être utilisé pour la partie haute (Fig. 24).

Fig. 24 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Fig. 24 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.

Proposition de restitution de l’échafaudage sur la façade est.

77Ce type d’échafaudage est mis en place à l’aide d’un système d’équerres (triangulation d’un boulin, d’un potelet, ménagé le long du mur et d’un lien) ; le contreventement de ces équerres et assuré par le platelage même, qui y prend place.

78Pour la partie basse, la question du type d’échafaudage utilisé est plus difficile à déterminer, car les trous de boulins visibles sont moins nombreux. Il ne faut pas exclure l’utilisation d’un échafaudage de pieds encastrés à un rang de perches. En effet, certains trous de boulins sont alignés de manière verticale. Puisqu’il s’agit de façades à pignon, la partie basse implique (principalement pour la façade est) une unité de développement importante, surtout si on considère qu’un second corps de bâtiment prenait place au nord (cf. supra).

79Ainsi, en partie basse, la construction pourrait bien avoir requis un échafaudage de pieds, tandis que la partie haute, où l’unité de franchissement est, de fait, plus réduite (puisqu’il s’agit du haut du pignon), pourrait avoir été construite à partir d’un échafaudage encastré en bascule. L’échafaudage de la construction était donc vraisemblablement de type mixte (Fig. 24) (L’échafaudage… 1996 : 134).

— Les fonctions horizontales : l’entraxe et les appuis des baies

80Puisque les façades du bâtiment présentent un pignon, les unités de développement varient d’un maximum de 6 m (en partie basse), à un minimum de 1,20 m environ (pour le haut du pignon). Malgré les lacunes dues aux transformations postérieures à la phase 4, il semble que seuls trois boulins étaient utilisés pour une unité de franchissement comprise entre 6 et 4,60 m. Pour celles inférieures à 4,60 m, seuls deux boulins étaient nécessaires. Bien qu’il n’existe pas de règle, l’entraxe paraît ici assez important (L’échafaudage… 1996 : 62).

81Pour ce qui devait constituer le troisième platelage de la façade ouest, il faut remarquer une absence totale de trou de boulin. Par contre le positionnement présumé de ce platelage (cf. infra) se situe exactement au niveau de l’appui de la fenêtre géminée. Dans ce cas de figure, il n’est pas impossible que l’ouverture ait été utilisée pour ancrer le platelage et donc limiter les opérations de taille de pierre. En effet, il semble que parfois l’appui des baies fut utilisé pour la mise en place de l’échafaudage, comme ce fut le cas dans l’architecture religieuse (L’échafaudage… 1996 : 105-106).

— Les fonctions verticales : les hauteurs de platelages

82Les trous de boulins observés sur les façades extérieures est et ouest, permettent d’appréhender les hauteurs des platelages mis en place pour la construction de ces deux murs pignons.

83La façade orientale présente le réseau de trous de boulins le mieux conservé : sept platelages sont identifiables. Les hauteurs entre les platelages sont assez homogènes (1,40 m en moyenne) ; elles ne varient que d’une dizaine de centimètres en partie haute.

84Pour la façade ouest, les hauteurs sont beaucoup moins homogènes. Actuellement, il n’y a plus de traces visibles des trous de boulins ayant supporté le premier platelage. Il est tout de même probable qu’il y en avait également sept. Là encore, il existe une homogénéité des premiers platelages (moyenne d’1,25 m), puis une irrégularité en partie haute. Toutefois, ici, l’irrégularité est beaucoup plus importante en partie haute : les variations vont parfois jusqu’à une quarantaine de centimètres.

85La régularité des hauteurs de platelage en partie basse s’explique sans doute par l’utilisation d’un échafaudage de pieds tandis qu’en partie haute, dans le probable échafaudage encastré en bascule, les hauteurs de platelage peuvent plus facilement varier, car ceux-ci sont indépendants les uns des autres.

86Dans une majorité de constructions, les intervalles entre les niveaux oscillent entre 1 m et 1,60 m. Toutefois “ en dessous de 1,20 m, le maçon a toute latitude pour effectuer son travail depuis les plateaux, sans être gêné dans sa tâche par l’amplitude de ses mouvements et les difficultés à dominer l’ouvrage ; à une dimension supérieure, il lui devient impossible d’accéder à l’arase du mur depuis le plancher ” (L’échafaudage… 1996 : 111-112). Ainsi, puisqu’il s’agit de hauteurs légèrement supérieures, on pense que pour que l’ouvrier puisse travailler à son aise, les platelages devaient être épaissis : plusieurs bastaings pouvaient être superposés.

La charpente de comble

87La numérotation continue des fermes, d’I à XX, tendrait à indiquer que le montage s’est fait de manière continue, mais en réalité ce ne fut vraisemblablement pas le cas.

88La numérotation continue des structures tramées, sans séparer les fermes principales des fermes secondaires, n’indique pas forcément un ordre de montage (Hoffsummer 2002 : 66 ; Hunot 2001 : 59). Habituellement, dans ce type de charpente à chevrons porteurs et contreventement, les fermes secondaires sont posées ultérieurement. Ainsi, bien qu’aucun indice ne permette de l’affirmer, il est probable que le charpentier a d’abord levé les fermes principales “ I ” et “ V ”, puis mis en place le contreventement, enfin ce sont les fermes secondaires “ II ”, “ III ” et “ IV ”, qui ont été assemblées. Il en est de même pour les travées suivantes.

89Les contremarques sont portées sur le côté nord, c’est-à-dire à gauche, par rapport à l’axe de la face d’établissage, tandis que la marque est située au nord. Cependant il ne semble pas que cette organisation réponde à une convention quelconque (Hoffsummer 2002 : 67), si ce n’est celle des charpentiers ayant travaillé sur ce chantier.

90Le montage des fermes s’est certainement fait au sol, puis le levage s’est effectué dans l’ordre général de la numérotation des fermes. Elles ont donc été montées d’ouest en est ; le sens des chevilles le confirme. La mise en place de la charpente a donc été réalisée à partir de la rue ou de la cour et non de l’actuel jardin qui disposait pourtant d’un espace plus vaste et offrait une amplitude de mouvement plus importante. Peut-être la configuration de l’espace était-elle différente de l’actuelle ?

L’économie dans la construction

Le remploi des maçonneries antérieures

91L’approche de l’économie du chantier par la seule estimation du prix des matériaux achetés serait une erreur, car, d’une part, l’estimation du prix de construction est quasi impossible et d’autre part, le remploi de matériaux anciens est plus que fréquent dans les constructions (Dutreuil et Véron 1971-1972). Cependant, comme dans toute construction, il est très difficile de reconnaître et même d’évaluer la quantité de matériaux réemployés.

92Toutefois, dans ce bâtiment, le remploi consiste en la réutilisation de maçonneries anciennes, ce qui n’est pas propre à la phase 4 : les maçonneries gallo-romaines ont déjà été réutilisées lors de la phase 3a.

93Dans l’actuelle cave et en phase 4, le remploi des murs est très important, puisqu’un seul est totalement édifié : le mur sud-est, et encore s’appuie-t-il contre un mur d’un état antérieur. Les trois autres murs sont des reprises quasi intégrales des phases précédentes.

94Le plan du bâtiment a donc été guidé par les maçonneries déjà présentes. Le maître maçon a été contraint par ces anciennes maçonneries, contrainte relative puisqu’elles offraient, du même coup, des avantages économiques non négligeables.

95Ainsi, le site d’implantation a été pris en compte dans les nouvelles constructions : on a alors tiré au maximum parti des avantages qu’offrait le terrain de construction. Ceci implique obligatoirement une réflexion préalable à la construction, qui a tenu compte à la fois d’un certain souci d’économie, mais aussi des avantages du site, tout en cherchant à organiser au mieux le bâti dans son environnement.

  • 12  Ces problèmes sont au cœur d’une étude intitulée “ Le site de l’amphithéâtre de Tours du 5e au 18e(...)

96Ce phénomène se retrouve dans une grande majorité des maisons construites sur l’amphithéâtre ou sur les murs du castrum, qui reprennent en substructure des maçonneries plus anciennes. Un travail sur la réutilisation de l’amphithéâtre ou de ses vestiges, depuis sa désaffection jusqu’à la formation du quartier tel qu’il est actuellement visible est en cours12. Celui-ci soulève la question de l’imprégnation de la forme de l’édifice antique dans l’actuel tissu urbain et dans le parc bâti. Il pose également la question de l’état de conservation de l’amphithéâtre lors de la construction des différents bâtiments, et notamment des maisons canoniales : des ruines pouvaient-elles être encore visibles au sol dans le courant du Moyen Âge ?

L’économie de la pierre de taille

97L’économie dans la construction se distingue par trois aspects : le remploi déjà évoqué, le recours à des murs à un seul parement de pierre de taille et enfin la mise en œuvre d’un comble à surcroît.

— Les murs pignons

98Lors de la caractérisation des maçonneries, il a été observé que les deux murs pignons du bâtiment possèdent un parement appareillé uniquement du côté extérieur. Ainsi en phase 4, la pierre de taille est réservée à la construction des murs gouttereaux et des parements extérieurs des murs pignons. L’utilisation de la pierre de taille pourrait répondre à deux fonctions : d’abord elle semble avoir été utilisée pour des raisons structurelles, ensuite ce choix semble correspondre à un parti pris esthétique.

99Pour les murs gouttereaux, c’est parce que les forces exercées par le poids de la charpente y sont essentiellement réparties, qu’il a été choisi de réaliser ceux-ci en pierre de taille, celle-ci travaillant plus efficacement qu’une maçonnerie en blocage de moellons.

100Quant au recours à la pierre de taille pour les parements extérieurs des murs pignons, peut-être faut-il envisager cette utilisation comme un choix esthétique. De l’extérieur, seules ces façades sont observables : tout est fait pour donner l’illusion d’une maison totalement construite en pierre de taille.

101Ce choix n’est certainement pas fortuit. À Tours, ce parti pris se démarque de celui de la grande majorité des maisons de la fin du XVe et du début du XVIe s., puisque celles-ci sont alors construites en bois (L’architecture civile à Tours… 1980). Utiliser la pierre de taille comme matériau de construction est donc peut-être un signe social distinctif. Cependant le choix de l’utilisation de la pierre face au bois ne peut se dissocier de celui du parti esthétique retenu. Ainsi, dans la majorité des constructions en pans de bois de riches et nombreuses sculptures prennent place sur les façades. Ici, pour cette construction en pierre, le choix retenu est celui de sculptures localisées à quelques endroits seulement de la construction, mais aussi le choix d’une polychromie en façade, par le biais de peintures extérieures soulignant quelques éléments architecturaux importants.

— Les deux niveaux de comble

102Sur le même principe, la disposition de la charpente de comble a autorisé, elle aussi, une économie de maçonnerie et plus particulièrement des pierres de taille. Le fort degré d’inclinaison des versants (59°), a permis de construire des murs gouttereaux (en pierre de taille) de faible hauteur. En conséquence, le recours au comble à surcroît doit vraisemblablement être interprété comme une économie de la pierre face à l’utilisation du bois. Ainsi, sur quatre niveaux, deux sont sous combles. La répartition des matériaux du gros œuvre, bois et pierre, se ferait donc d’une manière raisonnée, alliant d’une part, les particularités esthétiques, physiques et de résistivité de ces matériaux et d’autre part, un certain souci d’économie de la construction.

103Pour être certain, celui-ci n’est cependant pas visible depuis l’extérieur : au contraire les façades, espaces privilégiés de la représentation, laissent place à des écarts financiers (pierre de taille, sculptures, peintures).

104Les principes d’économie dans la construction de la maison s’appliquent uniquement dans les parties où le simple visiteur n’a pas accès, et le commanditaire a eu recours à différents aménagements, pour présenter une construction à l’esthétisme soigné malgré une préoccupation d’économie fortement présente.

105Ces réflexions semblent d’autant plus pertinentes qu’il s’agit d’une maison canoniale ; elle doit par son statut marquer une certaine supériorité sur les constructions laïques.

106L’économie est alors bel et bien à concevoir comme un concept global qui repose sur un certain nombre de procédés (standardisation de baies, remploi de matériaux et de maçonneries antérieures, rationalisation de l’utilisation des matériaux en fonction de leur propriété et de leur coût, parti pris esthétique…). Cette approche est primordiale puisque c’est la source principale de renseignements sur l’homme producteur de la maison, qu’il s’agisse du constructeur ou du commanditaire (Journot 1999).

Conclusion

107Cette étude de bâti a donc permis de proposer une évolution du site depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Depuis l’amphithéâtre, le site a, à maintes reprises, changé de forme et de fonction. L’amphithéâtre fut abandonné alors qu’il était intégré au castrum du Bas-Empire, mais il le fut vraisemblablement peu avant puisqu’il semble avoir été fortifié de manière individuelle, avant la construction du castrum.

108Dans les maçonneries actuelles, la phase la plus visible reste celle de la construction d’une maison canoniale à la fin du XVe s., peut-être au début du XVIe s. Il s’agit plus précisément d’une reconstruction puisque deux états antérieurs ont pu être identifiés. Les résultats de cette étude du bâti permettent donc de souligner que l’architecture civile, et plus particulièrement l’habitat, mérite un sérieux intérêt ; si certaines hypothèses ont pu être ici effleurées, elles permettent toutefois de livrer des connaissances sur l’occupation du site et sur les dynamiques économiques. Une étude plus étendue permettrait de préciser ces remarques et de comprendre d’une manière plus globale le processus de réutilisation de l’amphithéâtre. Quant à une confrontation avec l’étude des autres maisons canoniales, elle permettrait alors de comparer les techniques de construction et les choix esthétiques.

109L’autre aspect de cette étude fut de proposer une alternative aux études concentrées jusqu’alors sur les formes et les décors et de montrer qu’une analyse fine des matériaux et des techniques de construction peut renseigner sur les différents types de conception d’habitat reconnus, avec la mise en évidence des indices propres à l’organisation de la vie et au confort des usagers. De manière encore plus significative, cette étude a permis de fournir des renseignements sur les producteurs des différentes constructions reconnus : - d’une part sur les constructeurs, puisque certaines particularités propres à la construction des bâtiments ont pu être mises en exergue, - et d’autre part sur les commanditaires, avec la mise en évidence des choix opérés dans la conception de la maison et des effets souhaités (du plan jusque dans la finition de la construction).

110Malgré la quasi-absence de sources ou d’intérêt porté jusqu’alors par les études de bâti sur cette partie de la ville, des résultats significatifs sont toutefois possibles : le bâti est bel et bien une source en soi, qui à la manière des fouilles permet de formuler des hypothèses sur l’occupation d’un secteur et son évolution au cours du temps, mais aussi sur les acteurs de cette occupation et de la création de l’urbain.

Haut de page

Notes

1  L’auteur tient à remercier J. Seigne pour son aide ainsi que B. Dufaÿ, F. Journot et P. Garrigou Grandchamp pour leurs conseils et leur relecture de ce texte.

2  Sauf mention contraire, toutes les figures sont de l’auteur.

3  Sur les dessins (Fig. 4, 5, 6, 7,8 et 9), le phasage est indiqué par un numéro identique à celui de la phase correspondante ; les modifications modernes réalisées depuis le XVIe s. sont notées “ m ” ; pour plus de renseignements concernant ces modifications, le lecteur pourra consulter l’étude complète (LEFEBVRE 2003).

4  Afin de faciliter la description, il a été retenu de considérer le mur nord-ouest comme mur nord, le mur nord-est comme est, celui au sud-est comme le mur sud, et le mur sud-ouest comme mur ouest.

5  Le phénomène identique se répète sur la façade est, mais les deux ouvertures ne sont pas contemporaines : une fruiterie y est attestée à la fin du XVIIIe s. (ADIL 1Q403).

6  La section de ces arbalétriers est carrée ; elle avoisine les 15 cm.

7  Il s’agit de petites briques plates (21 cm x 11 x 3) parfois aussi nommées chantignoles (Pérouse De Montclos 1972 : 104).

8  Pour plus de précisions se reporter à l’étude complète (Lefebvre 2003).

9  Archives départementales d’Indre-et-Loire : 1Q282 et 1Q403.

10 Trois modules ont pu être repérés (18 cm x 18 x ? ; 16 cm x 16 x 2,2 et 14,5 cm x 14,5 x ?).

11  On parle aussi de panneau (Pérouse De Montclos 1972 : 105). La question ne peut être abordée ici, les sculptures n’étant conservées que sur une seule baie.

12  Ces problèmes sont au cœur d’une étude intitulée “ Le site de l’amphithéâtre de Tours du 5e au 18e siècle : étude archéologique du bâti et analyse morphologique du tissu urbain ” menée par l’auteur dans le cadre du DEA “ Villes et Territoires ” mention archéologie, sous le tutorat de B. Gauthiez (urbaniste en chef au ministère de la culture).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Tours (37) : Extrait du cadastre actuel. En noir, le bâtiment étudié.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 2 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier. Photo de la façade est.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 3 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier. Proposition de phasage du sous-sol.
Légende En gris foncé, les constructions propres à la phase ; en gris clair, les maçonneries réutilisées (B. Lefebvre d’après B. Lefebvre, J.-P. Sazerat et J. Seigne).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 4 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Élévation est, coupe nord-sud et proposition de phasage.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 5 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Élévation sud, coupe est-ouest et proposition de phasage.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 6 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Élévation ouest, coupe sud-nord et proposition de phasage.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 7 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Élévation nord, coupe ouest-est et proposition de phasage.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 11 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Photo de la cheminée du mur nord-ouest (sous-sol).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 12 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Photo du mur sud-ouest (sous-sol).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 8 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Façade est et proposition de phasage.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 9 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Façade ouest et proposition de phasage.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 10 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Photo de la porte du mur nord-ouest (sous-sol).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 13 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Hypothèse d’organisation du bâtiment lors de la phase 4.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 14 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Photo depuis l’est du second niveau de comble.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 15 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Photo du soupirail donnant sur la façade ouest.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 16 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Photo de détail de la façade ouest.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 22 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Répartition des matériaux utilisés pour la grande baie de la façade est.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 18 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Profils du larmier et de l’allège de la grande baie de la façade ouest.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 19 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Photo du marquage préparatoire gravé sur le larmier de la grande baie de la façade ouest.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 20 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Relevés des peintures localisées sur la scotie du larmier (haut) et de celles localisées sur le quart-de-rond du larmier (bas) de la grande baie de la façade ouest.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 21 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Photo de détail des peintures observées sur le larmier de la grande baie de la façade ouest.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 23 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Mise en évidence des alignements de trous de boulins sur les façades est et ouest.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 24 : Tours (37) : 12 rue du Général Meusnier.
Légende Proposition de restitution de l’échafaudage sur la façade est.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/219/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Lefebvre, « Une maison du quartier cathédral de Tours (Indre-et-Loire) : évolution architecturale et techniques de construction », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 43 | 2004, mis en ligne le 01 mai 2006, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://racf.revues.org/219

Haut de page

Auteur

Bastien Lefebvre

Doctorant, rattaché au laboratoire“ Archéologie et territoires ” (UMR 6173 CITERES), 3 place Anatole France, 37000 Tours.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page