Navigation – Plan du site
Carte localisation
Articles

Le Pont de Pierre de Charlieu (Loire). Archéologie d’un ouvrage d’art : construction et évolution architecturale

The Stone Bridge Charlieu (Loire): construction and architectural evolution
Marc Guyon

Résumés

En 2011, une opération d’archéologie préventive, suite à une prescription émise par l’État (DRAC Rhône-Alpes), a permis d’accroître nos connaissances sur le pont de Pierre de Charlieu (Loire), en saisissant l’opportunité des travaux de réparation de l’ouvrage par le conseil général de la Loire.
Ce pont en pierre, qui permet de franchir la rivière “ le Sornin ” affluent de la Loire, est situé au sud de l’agglomération de Charlieu.
Aucune synthèse ne fait état des passages ayant existé sur la commune de Charlieu.
La connaissance de ce pont à travers les textes est plutôt maigre. On ne connaît pas sa date de construction. Seul un terrier évoque déjà sa présence en 1432. Un texte mentionne qu’il est en réparation en 1733. En 1861, son tablier est élargi en amont. En 1938, les trois piles sud sont renforcées.
À l’heure actuelle, où souvent les vestiges de ponts se trouvent détruits par les pelles mécaniques sans que personne ne puisse intervenir, l’investigation archéologique a permis d’apporter des données conséquentes sur la connaissance de ce pont.
D’après les marchés de construction, ce type de fondation est bien connu à partir du XVe s., mais il reste très mal documenté archéologiquement.
Cette étude inédite permet de mettre en lumière l’organisation d’un radier général et d’une fondation d’une des piles remontant au XVe s.

Haut de page

Texte intégral

J’aimerais souligner le fait que je n’aurais pu mener à bien cette publication sans l’assistance conjointe de l’ensemble des collaborateurs avec lesquels j’ai travaillé.
Mes remerciements vont tout d’abord à Grégoire Ayala (Ingénieur, Inrap) pour sa participation à l’opération et surtout pour son soutien dans la relecture de cette publication ; à Claude Chopelin pour sa connaissance sur l’histoire de Charlieu ; à Emmanuel Dransart (EMTT) pour son étude métallurgique ; à Daniel Gaillot pour ses conseils sur la taille de la pierre ; à Jean-Luc Joly (Assistant d’étude, Inrap) pour l’étude pétrographique ; à Catherine Lavier (IR1 LAMS - CNRS – UMR8220) pour son étude d’archéo-dendrométrie ; à Jean Mesqui (Ingénieur et chercheur) pour ses conseils sur les ouvrages d’art du Moyen Âge ; à Frédéric Pont (Assistant d’étude, Inrap) pour les relevés des façades de l’ouvrage ; à Nordine Saadi (Inrap) pour les relevés topographiques ; à Jean-Louis Van Belle pour ses conseils en glyptographie et enfin aux personnels des divers pôles archivistiques consultés. Pour ceux que j’aurai oubliés, qu’ils soient aussi remerciés.

Introduction

  • 1 Les mots suivis d’un astérisque marquent un terme technique et renvoi au glossaire.

1Lors de travaux effectués sur des ponts encore en usage, l’intervention révèle des vestiges archéologiques encore en place. Peu d’opérations archéologiques sont mises en œuvre sur ces sites lors de consolidations de piles ou de réfection de tablier*1. À l’heure actuelle, bien des vestiges de ponts se sont retrouvés détruits par les pelles mécaniques sans que personne ne puisse intervenir.

2L’étude qui va suivre montre la méthode à l’occasion d’une opération archéologique sur un ouvrage d’art. Le type d’étude peut être simplifié dès lors que l’on respecte un protocole correctement appliqué.

3Aucune synthèse ne fait état des passages ayant existé sur la commune de Charlieu.

  • 2 Terrier de Ronzeria (reg. in-8° de 56 fol., 1370-1432) série 1E des archives départementale de la L (...)

4On ne connaît pas la date de construction du Pont de Pierre, mais il est mentionné pour la première fois dans un terrier du XVe s2.

5Avertissement : S’agissant d’un ouvrage d’art, composé de plusieurs piles et arches, la numérotation prend son origine en rive gauche (Fig. 1).

Fig. 1 : Élévation pierre à pierre de la façade amont et aval

Fig. 1 : Élévation pierre à pierre de la façade amont et aval

(Relevé pierre à pierre F. Pont, Inrap - DAO M. Guyon, Inrap).

Le cadre de l’étude

  • 3 Coordonnées géographiques RGF93/Lambert-93 x : 790677 y : 6562483.

6“ Le Pont de Pierre ”3, permet à la route départementale n° 4 d’accéder par le sud à l’agglomération de Charlieu (Fig. 2). En décembre 2003, Il a été considéré comme potentiellement dangereux pour la circulation au vu d’une inspection réalisée suite à la crue du Sornin. Le conseil général de la Loire, alors gestionnaire de cet ouvrage d’art, avait choisi de déclasser cette portion d’infrastructure routière d’une centaine de mètre de longueur, et d’en déléguer la gestion à la commune de Charlieu. Au préalable, le conseil général de la Loire devait remettre en état ce tronçon routier. Cet ouvrage d’art est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 8 août 1938.

Fig. 2 : Localisation de l’opération sur fond de plan cadastral (1/5 000).

Fig. 2 : Localisation de l’opération sur fond de plan cadastral (1/5 000).

7Suite au dépôt du dossier de réparation de ce pont à la DRAC Rhône-Alpes, le service régional de l’Archéologie de Rhône-Alpes a prescrit une étude archéologique préalable en 2011, alliant à la fois archéologie du bâti et sondages. Une équipe d’archéologues de l’Inrap a effectué cette opération, en plusieurs phases, en fonction de l’avancement des travaux de réfection de l’ouvrage. L’opération archéologique s’est intercalée entre la démolition de l’élargissement amont de la chaussée et les travaux qui avaient pour but de lui redonner son apparence primitive par un remplacement quasi général du parement* et une consolidation de la fondation de la pile P4.

8L’intervention archéologique avait pour objectif de collecter tous les éléments permettant de restituer l’historique du pont, dans sa partie d’élévation masquée par le doublage effectué au XIXe s., ainsi que par des investigations conduites au pied de la pile P4 moins remaniée. Ces données, complétées par des analyses réalisées sur d’éventuels pieux de bois, devaient permettre la confrontation des sources écrites et iconographiques sur cet ouvrage avec la réalité archéologique. C’est ainsi qu’un relevé pierre à pierre de toute la façade amont a été réalisé après démolition de l’élargissement effectué en 1861. Pour la façade aval, seule la partie nord de l’ouvrage a été dessiné de l’arche A4 jusqu’à la culée* nord. Des contraintes techniques n’ont pas permis de dessiner plus d’éléments sur cette partie aval, ce qui, d’ailleurs, n’était pas prévu au cahier des charges. Toutes les faces de la pile P4, y compris sa fondation, ont été dessinées. L’ensemble des palplanches* délimitant le radier général* de l’ouvrage a été lui aussi documenté, dans la limite des parties visibles et non restaurées lors de l’intervention. Une documentation exhaustive des marques lapidaires a été produite.

Contexte géohydromorphologique

9Ce pont est situé à l’extrémité orientale de la plaine de la Loire à l’interface entre le bassin de Roanne-Digoin et le Beaujolais à l’Est ainsi que le Brionnais au Nord. Il permet de franchir la rivière “ le Sornin ”, au niveau d’un secteur stable. Ce secteur se caractérise par une largeur de l’espace alluvial plus faible. Cet emplacement est favorable à la traversée du Sornin contrairement aux secteurs à l’amont et à l’aval de Charlieu beaucoup plus plats et larges. Des modifications majeures dans la morphodynamique du Sornin sont visibles depuis 250 ans. Il s’agit sans doute d’un forçage d’origine anthropique.

10Le Sornin est une rivière d’environ 53 km de longueur qui prend sa source dans le Haut Beaujolais en plusieurs points, Sornin d’Aigueperse, à Saint-Bonnet (Saint-Bonnet-des-Bruyères), Sornin de Saint-Igny et Sornin de Propières (Mont Saint-Rigaud 1 009 m et Mont Bonnet 1 001 m). Il conflue avec la Loire au sud de Pouilly-sous-Charlieu.

11Avec un bassin versant d’environ 520 km², ses principaux affluents sont le Bézo (30 km de linéaire) à l’amont de Charlieu en rive droite qui prend sa source aux Bassets sur la commune de Saint-Christophe-en-Brionnnais (Saône et Loire), le Botoret (23 km de linéaire), le Mussy (18 km de linéaire).

12La nature géologique du sous-sol est caractérisée par des terrains primaires en amont du bassin versant de type granitique. Au niveau des hautes vallées, on trouve des formations de remplissages sédimentaires d’alluvions récentes et des colluvions de versants. En aval, ce sont des terrains sédimentaires (colluvions tertiaires et quaternaires sur socle calcaire). Un milieu karstique, localisé en rive droite du Sornin, est aussi présent.

13Le bassin du Sornin présente un régime pluvial avec une période d’eaux moyennes à hautes de novembre à mai et une période d’étiage marquée durant les mois de juillet à septembre. Les débits de pointe pour une période de retour centennale sont de l’ordre de 1m³/s/km² dans la partie amont du bassin pour atteindre 0,35 m³/s/km² au niveau de la confluence avec la Loire. Les crues sont essentiellement constituées dans les monts du Beaujolais avec une montée des eaux généralement rapide (quelques heures). Les crues historiques les plus importantes connues sont celles du 09 juillet 1882 (251 m3/s estimé à Charlieu), d’octobre 1893 (238 m3/s estimé à Charlieu), 16 octobre 1907, 1951, avril 1983, novembre 1996 et avril 1998 sur lesquelles la modélisation des zones inondables s’est appuyée, enfin celle du 02 décembre 2003 (180 m3/s estimé à Charlieu soit une période de retour de 50 ans) et celle du 17 avril 2005 (160 m3/s estimé à Charlieu). Le secteur est en zone inondable sur la rive droite mais le site d’implantation du pont semble se situer au niveau d’un resserrement (un gué naturel ou construit ?) du lit majeur à l’échelle de la vallée autour de Charlieu.

14La pente du profil longitudinal du cours d’eau varie en fonction des substrats rencontrés. Sur la partie amont, dans le département du Rhône, le Sornin sur 15 km présente un caractère montagneux avec un régime torrentiel et des pentes importantes, dans le département de la Saône et Loire, la pente est d’environ 0,5 % sur un linéaire de 20 km. Dans le département de la Loire, il coule dans une plaine alluvionnaire avec des pentes inférieures à 0,2 % sur un linéaire d’environ 20 km. Sur cette section aval qui nous concerne, la faible pente entre autre favorise la mise en place d’un style fluvial méandriforme (dissipation de l’énergie) dans un lit majeur contraint par différentes séries d’aménagements hydrauliques (seuil, barrage, dérivation, digue, urbanisation, etc.).

15Une analyse diachronique des cartes topographiques actuelles et de 1849, d’État-major, de Cassini (1750), indique, même si les précisions sont différentes, que la dynamique méandriforme du cours d’eau semble s’exprimer entre 1750 et 1849, intervalle pendant lequel de profonds changements morphologiques sont observables (notamment sur le secteur de la confluence avec la Loire). La situation actuelle contraste avec celle de la carte d’État Major et semble se caractériser par une tendance à une chenalisation unique actuelle et la persistance du style méandriforme.

16Ces différents documents illustrent en outre la pérennité du tracé immédiatement à l’amont et à l’aval du pont (actions anthropiques), objet du suivi, même si les secteurs de la Douze (à l’amont) ou au niveau du château de Tigny (à l’aval) sont très dynamiques. Pour ce dernier, une retenue semble exister sur le document de 1750.

17Le secteur du suivi, l’emplacement du Pont, se trouve, au moins pour la rive gauche en zone inondable comme le montre la carte actuelle du PPRNPI de la commune de Charlieu4. Une étude géologique (Bouiller et al. 1990) indique que depuis l’amont de la confluence avec le Bezo sous une couverture de 3 m d’argiles, les alluvions d’une épaisseur variant de 2 à 3 m, reposent sur les argiles compactes du Tertiaire.

Rappel historique de Charlieu

18L’histoire de Charlieu débute réellement avec la naissance de son abbaye bénédictine fondée vers 872, rattachée à Cluny en 932, réduite en prieuré vers l’an 1000 et rattachée au Mâconnais jusqu’au XIXe s. Cité importante au Moyen Âge, elle abrite sous l’ancien régime de nombreuses communautés religieuses : bénédictins, franciscains, capucins, ursulines, religieuses hospitalières. Son église et sa paroisse dédiées à Saint-Philibert datent de la première moitié du XIIIe s. Après un déclin, à partir du XVe s., la ville se développe grâce à l’implantation de l’industrie de la soierie au début du XIXe s. Au milieu du XXe s., cette industrie recule et fait place à de nouvelles activités.

L’ouvrage avant l’opération archéologique

19Avant l’intervention archéologique, l’élargissement du tablier, côté amont, a été détruit. Ce dernier était construit en briques rouges pour la partie bandeau* des arches et en moellons pour le mur de tête amont. Les voûtes de cet élargissement étaient en “ anse de panier surbaissée ” (Fig. 3). Les matériaux utilisés dans cette construction sont a priori de production locale, aussi bien en remploi qu’en extraction.

Fig. 3 : Façade amont du pont avant la démolition de l’élargissement vue depuis la rive gauche

Fig. 3 : Façade amont du pont avant la démolition de l’élargissement vue depuis la rive gauche

(Cliché : Lespinasse, privé).

20Lors de l’enlèvement de cet élargissement, les travaux ont mis au jour la date de 1757 inscrite au sommet de la première arche en rive gauche, façade amont. Dans le lit de la rivière, un radier général empierré est délimité en amont et aval par des pieux et des poutres. Les trois premières piles, en partant de la rive gauche, sont enserrées par des semelles de béton qui reposent sur le radier général. La première pile, côté rive droite, en est dépourvue.

Protocole et méthodologie

21L’opération devait répondre à une prescription déclinée en quatre points.

  • un relevé pierre à pierre, dans son ensemble, de la façade amont nouvellement dégagée ;

  • prélèvements de matériaux à des fins de datation et de détermination de provenance géologique ;

  • une surveillance des travaux de consolidation de la pile P4 lors de l’affouillement de cette dernière avec relevés et documentations exhaustives ;

  • une recherche de toute trace de gué, de radier ou de dispositif ayant servi à la construction du pont.

22Suivant ce cahier des charges émis par le service régional de l’Archéologie Rhône-Alpes, l’ensemble des objectifs n’a pas été totalement atteint du fait des travaux déjà commencés. L’opération s’est découpée en deux périodes d’intervention.

23Lors de la première intervention du 24 août 2011 au 2 septembre 2011, concernant la portion comprise de la culée sud à la pile P3, les travaux d’enrochement étaient déjà réalisés. De ce fait, la surveillance de travaux concernant le creusement des bêches* pour la mise en place des enrochements n’a pas été possible. La réfection du radier sous l’arche A2 était, elle aussi, déjà terminée. La réfection du parement de la façade aval, de la culée sud à l’arche A2, était en partie commencée et nous était interdite pour des raisons de sécurité, au regard de la co-activité.

24Lors de la deuxième intervention du 30 novembre 2011 au 13 décembre 2011, concernant la portion allant de la pile P3 à la culée nord, il n’a pas été possible le suivi des travaux d’enrochement. Ces travaux déjà réalisés lors de notre arrivée sur le terrain, rendaient impossible la réalisation de sondages aux pieds de chacun des avant-becs* et arrière-becs* des piles.

25Les relevés de façades ont été effectués depuis des échafaudages. Au préalable, un rapide nettoyage de celles-ci ainsi qu’un léger déjointoiement a été organisé. La façade amont a été relevée au 1/50 dans son intégralité ainsi qu’une partie de la façade aval, de la culée nord à la pile 3. Ce travail de relevé de terrain a permis la numérisation des façades.

26Pour le relevé du comblement interne de l’ouvrage, un carroyage*, d’une trame de 1 m de long pour 0,50 m de hauteur, a été installé sur son tympan. Il a été raccroché au système de relevé en pierre à pierre de la façade amont. Sa prise de vue numérique a permis d’en réaliser une mosaïque photographique.

27Les marques lapidaires ont été reproduites directement à l’aide d’un calque et d’un crayon gras et topographiées. Les traces d’outils ont été photographiées numériquement en lumière rasante, à l’aide d’un projecteur électrique, permettant de révéler au mieux ces traces.

28Le radier général (palplanches et demi-moises*) a été relevé numériquement en plan à l’aide d’un décamètre et d’un fil à plomb. Au final, sous la forme d’une mosaïque photographique, le travail numérisé a permis une restitution graphique.

29Quant aux relevés de la pile P4, un carroyage d’une trame de 1 m2 a été installé sur les piédroits* nord et sud en incluant l’avant-bec et l’arrière-bec, afin d’obtenir une mosaïque photographique. Chaque angle des carrés formant ce carroyage était matérialisé par un repère. Un relevé de ces repères, au théodolite, a permis de donner un cadre aux prises de vues numériques. À terme, la numérisation a permis d’en restituer l’élévation.

30Le relevé en plan des degrés de fondation de la pile P4 a été réalisé suivant la même méthode décrite pour celui du radier général.

Description de l’ouvrage d’art

31Avant sa réfection de 2011, l’ouvrage était constitué de cinq arches maçonnées surbaissées, d’ouverture variant de 7,25 à 10,35 m, reposant sur quatre piles et supportant deux tabliers maçonnés accolés. Le tablier d’origine présente 4,85 m de largeur et est situé en partie aval. Contre celui-ci, en amont, un second tablier de 1,50 m de large a été ajouté en 1861 afin d’élargir l’ensemble de l’ouvrage.

32L’ouvrage primitif est construit essentiellement en moellons de moyen appareil*. Il enjambe la rivière du Sornin sur une longueur approximative de 65 m (Fig. 4). Il est composé de cinq arches en arc de cercle, peu surbaissées, d’ouverture variable, et de quatre piles d’épaisseurs variables. Toutes les piles possèdent un avant-bec triangulaire surmonté d’un chaperon*. Les arrière-becs sont à talon rectangulaire. La largeur de son tablier est de 4,85 m. La hauteur maximale au niveau de la pile P2 entre la chaussée et la surface du radier général de fondation est de 5,30 m. Le pont a été visiblement plusieurs fois remanié comme le révèlent le remplacement de voussoirs*, les réfections de parement et le rajout d’enduits à divers endroits.

Fig. 4 : Façade amont du pont primitif avant la réfection du parement, vue depuis la rive gauche

Fig. 4 : Façade amont du pont primitif avant la réfection du parement, vue depuis la rive gauche

(Cliché : Roussel, Inrap).

Éléments de construction

Les piles

33Elles sont de forme rectangulaire et d’une surface voisine de 13,3 m2 à 15,7 m2. Aucune observation archéologique n’est possible sur les piles P1, P2 et P3 qui ont été ceinturées par 0,80 m à 1 m de béton coulé à l’intérieur d’un caisson de bois en 1938. Seule la pile P4 a fait l’objet d’une documentation détaillée avant sa consolidation par un couronnement en béton sur palfeuilles* (cf. infra, Les travaux de consolidation de la pile P4) (Fig. 5).

Fig. 5 : Tableau des largeurs des piles.

Fig. 5 : Tableau des largeurs des piles.

Les avant-becs

34De forme triangulaire et d’une surface voisine de 3,5 m2 à 4,5 m2, ils sont chaînés aux piles. La pointe présente une ouverture de 60°. Les avant-becs sont tous surmontés d’un chaperon à 165° et d’un bloc monolithique de forme prismatique droit à base trapézoïdale (Fig. 6) qui permettait d’assurer l’assise des voûtes en brique de l’élargissement de 1861. Sur l’ouvrage primitif, les avant-becs devaient monter jusqu’au parapet et, de fait, créer un refuge pour la circulation piétonne (cf. infra, Les travaux de consolidation de la pile P4) (Fig. 7).

Fig. 6 : Avant-bec de la pile P2

Fig. 6 : Avant-bec de la pile P2

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 7 : Tableau des longueurs des avant-becs

Fig. 7 : Tableau des longueurs des avant-becs

(Cliché : Guyon, Inrap).

Les arrière-becs

35À talons rectangulaires, ils sont peu chaînés aux piles et sont surmontés d’un chaperon (Fig. 8). Leurs parements aval présentent une inclinaison de 110° de la base au sommet. Dans l’ouvrage primitif, ces derniers n’existaient pas. Ils ont été construits en même temps que le radier général (cf. infra, Observation de l’arrière-bec) (Fig. 9).

Fig. 8 : Arrière-bec de la pile P2

Fig. 8 : Arrière-bec de la pile P2

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 9 : Tableau des largeurs des arrière-becs.

Fig. 9 : Tableau des largeurs des arrière-becs.

Le radier général

36Ce radier habituellement immergé est, de ce fait, rendu invisible à un œil non expérimenté. La restauration du pont a donc permis aux archéologues d’en saisir ses moindres détails (Fig. 10). Ce radier a été étudié à différents endroits et notamment en amont au niveau de l’arche A1, A3, A4, A5 et des avant-becs des pile P1 et P4, soit sur un total de 35,60 m linéaire. Dans sa partie aval, l’étude s’est portée au niveau des arches A3, A4 et A5 et de l’arrière-bec* de la pile P4 soit sur un total de 20,90 m linéaire (cf. infra, Organisation du radier général) (Fig. 11).

Fig. 10 : Vue du radier général au niveau de l’arche A3

Fig. 10 : Vue du radier général au niveau de l’arche A3

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 11 : Plan du radier général

Fig. 11 : Plan du radier général

(Levé topographique Saadi, Inrap - relevés et DAO Guyon, Inrap).

Les arches

37Au nombre de cinq, elles sont en arc de cercle (Fig. 12).

Fig. 12 : Tableau des ouvertures des arches.

Fig. 12 : Tableau des ouvertures des arches.

38Malgré une façade amont très abîmée, surtout au niveau des tympans des piles depuis l’engravement de 1861 pour l’élargissement du tablier, on observe des voûtes soulignées par des bandeaux extradossés* d’environ 0,50 m de largeur. La courbure de l’arc de cercle est plus ou moins irrégulière sur les arches A3, A4 et A5. Cela tendrait à dire que les arches A1 et A2 sont plus récentes, car probablement refaites postérieurement aux arches A3, A4 et A5. D’ailleurs, les arches A1 et A2 sont les seules à posséder des marques lapidaires sur leurs voussoirs. Cependant, quatre blocs de parement du tympan* de l’arche A5 présentent chacun une marque lapidaire, qui peut traduire une réfection du parement à la même période. Le constat est le même pour la façade aval. La naissance des voûtes n’est visible qu’au niveau de la pile P4, les autres sont noyées dans le béton de couronnement des piles effectué en 1938.

39On peut différencier au moins trois types d’appareillage. Le premier est en grand appareil* pour les tympans des arches A4 et A5 et partiellement pour l’arche A3. Cette dernière arche présente un type de maçonnerie en petit appareil* en périphérie des engravements de 1861. Il en est de même pour le tympan de l’arche A2 qui est totalement maçonné en petit appareil. Quant à l’arche A1, son tympan est maçonné en moyen appareil, sauf au niveau des naissances de voûte, tout comme pour l’arche A2. Ces différents types d’appareillage sont probablement le reflet de trois états de réfection ou de reconstruction.

40Il est à noter qu’un bloc taillé en U, qualifié d’exutoire, est disposé en saillie au travers de la façade aval au-dessus de la pile P2. Placé sur la même ligne d’axe joignant l’extrados du bandeau de l’arche A2 à l’arche A3, il ne semble pas être fonctionnel mais plutôt décoratif du fait de son emplacement et de son unicité.

Les culées

41La culée sud constitue le point d’ancrage du pont sur la rive gauche du Sornin. À cette extrémité, l’entablement* du pont est beaucoup plus large que le tablier. Un perré* vient protéger le talus dans la partie amont de la culée. En tête de culée est présent un bloc prismatique identique à ceux installés en couronnement des avant-becs ; il en est de même pour la culée nord en rive droite. Le perré nord, au contraire du sud, est complètement enfoui dans la berge actuelle et ne permet aucune observation. En partie aval, les deux culées ont été parasitées par des aménagements modernes.

La chaussée et les parapets

42Un niveau de goudron est installé sur un ancien niveau de circulation composé de galets formant une sorte de calade. La chaussée suit un profil légèrement convexe atteignant son point le plus haut au niveau de la pile P2. La chaussée, en limite de parapet, est bordée de plusieurs bouteroues* dont certaines ont été remplacées au fil du temps par des moellons de béton.

43Les parapets étaient déjà déposés lors de l’intervention. Grâce à un habitant voisin, à proximité immédiate du pont, des clichés photographiques existent de cette dépose. Le bahut* des parapets est bombé et le fût* est constitué de trois assises maçonnées en grand appareil. Des trous pour faciliter l’écoulement des eaux pluviales de la chaussée existaient au travers des parapets.

Les matériaux employés dans la construction des parties aériennes

44La réfection du parement du pont a permis de saisir l’opportunité d’observer son comblement interne sur une épaisseur d’environ 2,70 m au niveau du tympan amont de la pile P1.

Description stratigraphique du comblement de la pile P1

45Réalisée après enlèvement du tympan de la pile P1, la stratigraphie se décompose en dix unités (Fig. 13). Les US 1 et 2 représentent le niveau actuel de la voirie constituée d’un revêtement bitumineux. En dessous, l’US 3 est un revêtement de sol en galets et pierres formant une calade d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur. Ce système de revêtement de sol est vraisemblablement mis en œuvre lors de la période de construction du radier général ou en 1861 lors de l’élargissement du tablier en amont. Les US 4, 5 et 6 sont les différentes couches d’installation de la voirie. L’US 6 est un niveau de mortier consolidé de teinte rose qui serait assimilé à un niveau dit de “ propreté ” ; l’US 5 est un niveau de mortier non consolidé de teinte grise dit de “ réagréage ” et l’US 4 est un niveau de mortier non consolidé de teinte rose-beige qui serait un niveau dit de “ stabilisation ”. L’US 7 composée de blocs calcaires liés à un mortier blanc-gris consolidé fait référence à un niveau de “ chape ”. L’US 8 est un niveau composé de blocs de calcaire jaune, matériaux de rebut lors de la construction de l’ouvrage, liés à un mortier de teinte rose apparenté à un remblai de comblement des murs de tête amont et aval de l’ouvrage. L’US 9 est composée de blocs calcaires de galets et de quelques fragments de brique. Le liant est de teinte lie de vin dont la composition soulève une interrogation. Il reste envisagé que sa nature soit rapportée à une fonction d’étanchéité. Celle-ci permet d’être imperméable aux infiltrations d’eaux pluviales vers l’intérieur des piles et interdit la remontée d’humidité par capillarité des eaux de la rivière vers la partie supérieure de l’ouvrage. Cette membrane d’étanchéité joue a priori encore bien son rôle car, lors des épisodes pluvieux, on pouvait observer le rejet des eaux d’infiltration, ruisselant des voûtes, à ce même niveau. L’US 10 est un niveau composé de blocs et de galets liés à un mortier de teinte rose et est le remblai de comblement de la pile.

Fig. 13 : Relevé stratigraphique de l’ouvrage au niveau du tympan amont de la pile P1

Fig. 13 : Relevé stratigraphique de l’ouvrage au niveau du tympan amont de la pile P1

(Relevés et DAO : Guyon, Inrap).

Provenance des pierres de parement

46Des prélèvements de pierres de l’ouvrage ont été réalisés afin de connaître la nature de pierres employées dans la construction du pont et d’en localiser la provenance (Fig. 14).

Fig. 14 : Tableau de localisation des prélèvements.

Fig. 14 : Tableau de localisation des prélèvements.

47Les prélèvements G3, G4 et G5 à proximité de la pile P1 sont tous les trois des échantillons de calcaire. Cette pierre constitue l’essentiel des monuments et divers ouvrages d’art de la ville de Charlieu. Il s’agit d’un calcaire à entroques de l’Aalénien (J 1a)5, dont un bon nombre de carrières sont répertoriées sur les communes de Saint-Denis-de-Cabannes et Mézilly toutes proches l’une de l’autre, à environ 5 km au nord-est de Charlieu. Ne serait-il pas probable que ce matériau brut ou les pierres déjà taillées aient été acheminés par barge sur les petites rivières du Sornin et du Botoret ?

48Les prélèvements G1 et G2, de part et d’autre de P4, sont deux échantillons très différents des précédents, assez faciles à identifier, en calcaire blanc à Pseudopecten Aequivalvis du sommet du Pliensbachien (L6). Le Pliensbachien regroupe des calcaires marneux (L5) et au-dessus, un assez épais niveau de marnes, surmontées du calcaire à Pseudopecten qui nous intéresse.

49Étant donné la dureté de ce calcaire, il est compréhensible qu’il ait servi de pierre de taille dans la région.

50Pour ces prélèvements, G1 et G2, deux sites sont candidats pour l’origine du site d’extraction.

51Le premier pourrait être un ensemble de deux carrières au lieu-dit “ Rougefer ” au sud-est de Mézilly. Mais l’affleurement apparaissant sur la carte géologique au 1/50 000 est du Toarcien (L 7-8), et il faudrait supposer qu’existait à la base des marnes de cet étage un affleurement du sommet de L 6, exploité très localement et ponctuellement.

52Le deuxième site est un ensemble de deux carrières dans du L 5-6 (Pliensbachien indifférencié), situées au lieu-dit “ Les Beluzes ”, à l’entrée est de Pouilly-sous-Charlieu, à 5 km au sud-ouest de Charlieu. Ce deuxième site est un candidat beaucoup plus sérieux quant à l’origine de ces pierres de parement de réfection.

Les marques lapidaires

Les traces d’outils

53Relativement peu observable en façade, un bon nombre de traces d’outils reste visible sur cet ouvrage, essentiellement sous les voûtes et sur les voussoirs des bandeaux. Au moins quatre outils sont répertoriés. La gradine*, la laye* que l’on retrouve fréquemment, la broche*, mais aussi des traces de pic laissées sur la face de certains blocs de pierre lors de leur ébauche.

54Certains blocs semblent provenir de remplois et ont été retaillés. Peut-être faisaient-ils partie d’une maçonnerie à bossages en premier emploi. On peut distinctement observer sur le pourtour de certaines pierres des traces de ciselure.

Les signes lapidaires

55Communément appelés “ marque de tâcheron ”, l’étude de ces signes lapidaires se nomme la glyptographie*. Une typologie a été constituée par Jean-Louis Van Belle du Centre International de Recherches Glyptographiques en Belgique6.

56De formes diverses, on peut noter au moins trois groupes de signes présents sur le Pont de Pierre de Charlieu. Les formes géométriques, représentés par treize signes différents (Fig. 15), les traits, représentés par douze signes différents (Fig. 16) et les idéogrammes, représentés par neuf signes différents (Fig. 17). Ces signes lapidaires sont situés essentiellement sur l’intrados* des pierres constituant la voûte de l’arche A1, sur les voussoirs formant les bandeaux des arches A1 et A2 en face amont et aval, et sur la façade amont de l’arche A5. Au total, 86 signes lapidaires ont été relevés sur l’ouvrage représentés par 51 % d’idéogrammes, 35 % de formes géométriques et 12 % de traits.

Fig. 15 : Signes lapidaires de forme géométrique

Fig. 15 : Signes lapidaires de forme géométrique

(Relevé, DAO et clichés : Guyon, Inrap).

Fig. 16 : Signes lapidaires de forme trait

Fig. 16 : Signes lapidaires de forme trait

(Relevé, DAO et clichés : Guyon, Inrap).

Fig. 17 : Signes lapidaires de forme idéogramme

Fig. 17 : Signes lapidaires de forme idéogramme

(Relevé, DAO et clichés : Guyon, Inrap).

57Tous ces signes ont généralement une fonction double. Soit identitaires, signe d’authentification du tailleur de pierre ou de l’atelier de taille pour être rémunéré au nombre de pierres qu’il aura taillées ; soit utilitaires qui permet le placement des pierres dans l’ouvrage.

58Dans le cas présent, c’est plutôt la fonction identitaire qui domine.

Des repères altimétriques ?

59Sur les chaperons des avant-becs des piles P1, P3 et P4 est gravée une flèche verticale dirigée vers le bas, pointant l’arrête inférieure du chaperon, et surmontée d’indications alphanumériques encadrées. Les inscriptions des avant-becs des piles P1 (Fig. 18a) et P3 (Fig. 18b) sont similaires mais a priori différentes de celle gravée sur l’avant-bec de la pile P4 (Fig. 18c) (Fig. 19).

Fig. 18 : Repères altimétriques

Fig. 18 : Repères altimétriques

(Relevé, DAO et clichés : Guyon, Inrap).

Fig. 19 : Tableau de proposition de traduction des repères altimétriques.

Fig. 19 : Tableau de proposition de traduction des repères altimétriques.

60Il y a une grande probabilité que ces repères soient des altitudes de référence mais aucun lien avec les différentes parties du pont n’a été possible. À quoi correspondent ces gravures ? La question est posée.

Les reliefs lapidaires

61La présence de deux blocs présentant des reliefs de forme demi-sphérique, d’environ 0,15 m de diamètre, suscite un questionnement. Le premier se trouve à peu près à mi-hauteur de l’arrière-bec de la pile P1 sur le parement de l’arche A1. Un seul relief est encore présent sur ce bloc mais il semble qu’un second relief de même nature a été raboté sur sa partie droite (Fig. 20). Le second bloc se trouve au milieu du tympan de la pile P1 au dessus de l’arrière-bec. Blocs de remploi, simple décor ou repère topographique, lors de la construction de l’édifice ? Aucune interprétation n’est possible actuellement.

Fig. 20 : Détail du relief lapidaire au niveau de l’arrière-bec de la pile P1

Fig. 20 : Détail du relief lapidaire au niveau de l’arrière-bec de la pile P1

(Cliché : Guyon, Inrap).

Une date gravée sur l’un des voussoirs du bandeau de l’arche A1

62Lors de la démolition de l’ouvrage d’élargissement du tablier de 1861 en façade amont, une inscription numérique est apparue sur le bandeau de l’arche A1. La date 1757 est gravée sur le voussoir de clé de voûte (Fig. 21). Pendant sa restauration, ce voussoir a été supprimé. Il a fait l’objet d’un prélèvement et fait partie du mobilier archéologique inventorié. Ce voussoir est sûrement le seul témoin d’une réfection de cette arche. L’étude archivistique, associée à cette opération, n’a malheureusement pas trouvé d’acte se rapportant à des travaux pour cette date.

Fig. 21 : Date gravée sur la clé de voûte amont de l’arche A1 in situ

Fig. 21 : Date gravée sur la clé de voûte amont de l’arche A1 in situ

(Cliché : Guyon, Inrap).

Les travaux de consolidation de la pile P4

63Ces travaux ont permis de comprendre l’organisation du radier général et de documenter la fondation de cette pile. Elle restait la seule à avoir été épargnée, alors que les piles P1, P2 et P3 avaient été consolidées par une ceinture de béton en 1938.

64Ces travaux de confortement, réalisés fin 2011, ont consisté à installer des palfeuilles métalliques ceinturant la pile avant de couler du béton à l’intérieur de ce batardeau* (Fig. 22). Ce batardeau de palfeuilles a été installé à un mètre de distance des piédroits de la pile. Pour ce faire, une tranchée a été effectuée tout autour de la pile P4. Cela a été l’occasion, outre de documenter archéologiquement la fondation de cette pile, d’échantillonner du bois et du métal pour dater certaines parties de l’ouvrage.

Fig. 22 : Consolidation en béton de la pile P4, fin 2011

Fig. 22 : Consolidation en béton de la pile P4, fin 2011

(Clichés : Chopelin, Privé - DAO M. Guyon, Inrap).

Organisation du radier général (Fig. 23)

Fig. 23 : Plan du radier général autour de la pile P4

Fig. 23 : Plan du radier général autour de la pile P4

(Relevé et DAO M. Guyon, Inrap).

65Il est composé de trois niveaux. Il se présente en partie supérieure sous la forme d’une calade de galets de 0,15 m d’épaisseur. Ce premier niveau est maçonné sur une dalle de mortier de 0,20 m d’épaisseur. Ce second palier repose sur un gravier alluvial grossier d’au moins 0,45 m d’épaisseur avec parfois quelques gros blocs ; ces derniers semblent provenir d’une partie effondrée d’élévation ancienne du pont qui aurait été laissée là et ensevelis lors de la construction du radier général. A priori le tout repose sur des blocs constituant une sorte de dallage ; cette observation n’a pas pu être vérifiée car la largeur de la tranchée de consolidation de la pile P4 ne le permettait pas. Seule la stratigraphie en propose la réflexion. Cet ensemble est contenu à l’intérieur d’un rideau de palplanches plantées verticalement (Fig. 24) dans le lit de la rivière. Les palplanches ont pour dimensions environ 0,30 m de large pour une épaisseur moyenne de 0,10 m. Les palplanches observées ont des longueurs comprises entre 0,50 m et 1,60 m (Fig. 25). Les palplanches sont armées de lardoire* à leurs extrémités distales (Fig. 26). Ces lardoires sont en fer forgé, à deux branches* triangulaires soudées sur une culasse* massive (Guyon 2000 : 28). Ce rideau de palplanches est ceinturé par des demi-moises en chêne, d’une largeur avoisinant 0,30 m, assemblées en queue d’aronde (Fig. 27) au droit du centre des voûtes. Ces demi-moises sont assemblées à demi-bois croisé en partie amont des avant-becs et partie aval des arrière-becs (Fig. 28). L’assemblage de ces demi-moises au niveau des jonctions arche/pile se fait à demi-bois oblique (Fig. 29). Cette dernière jonction est aussi assemblée à enfourchement simple sur un pieu vertical possédant un tenon en partie sommitale et traversé par un clou de 0,45 m de long servant de verrou à l’assemblage (Fig. 30). Les demi-moises reposent sur des pieux plantés verticalement dans le lit de la rivière. Elles sont assemblées à tenon-mortaise ordinaire non traversant (Fig. 31). La mortaise a pour dimensions 0,36 m par 0,13 m pour une profondeur de 0,19 m. Les pieux sont espacés les uns des autres d’environ 1 m à 1,30 m selon leurs emplacements. Ils sont renforcés, à leur pointe, d’un sabot* métallique à quatre branches. Même s’il n’a pas été permis de récupérer un pilot* complet, l’un des pieux extraits possédait l’empreinte de cette armature métallique. L’empreinte laissée en négatif et la trace des clous de fixation de ce dernier sur son extrémité distale (Fig. 32), permettent d’en donner sa typologie. Ce sabot doit ressembler à un type à quatre branches (Guyon 2000 : 21-35) de 0,04 m de largeur soudées sur une culasse massive de 0,04 m de côté pour une hauteur avoisinant 0,40 m. Il est fixé à la pointe du pieu avec deux clous par branche.

Fig. 24 : Palplanches in situ

Fig. 24 : Palplanches in situ

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 25 : Palplanches après extraction

Fig. 25 : Palplanches après extraction

(Cliché : Lavier, CNRS-Lams).

Fig. 26 : Palplanche et lardoire n° PAL09

Fig. 26 : Palplanche et lardoire n° PAL09

(Clichés : Guyon, Inrap et Lavier, CNRS-Lams - DAO : Pelletier-Bioul, Inrap).

Fig. 27 : Détail de l’assemblage à queue d’aronde des demi-moises amont du radier au niveau de l’arche A3

Fig. 27 : Détail de l’assemblage à queue d’aronde des demi-moises amont du radier au niveau de l’arche A3

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 28 : Arrière-bec de la pile P4 avant les travaux

Fig. 28 : Arrière-bec de la pile P4 avant les travaux

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 29 : Détail de la liaison des demi-moises par un clou

Fig. 29 : Détail de la liaison des demi-moises par un clou

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 30 : Détail du clou de liaison des demi-moises sur un pieu vue depuis l’intérieur du radier

Fig. 30 : Détail du clou de liaison des demi-moises sur un pieu vue depuis l’intérieur du radier

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 31 : Détail de l’assemblage à tenon-mortaise d’une demi-moise sur un pieu, vue en coupe

Fig. 31 : Détail de l’assemblage à tenon-mortaise d’une demi-moise sur un pieu, vue en coupe

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 32 : Détail de la pointe du pieu avec traces du négatif du sabot métallique

Fig. 32 : Détail de la pointe du pieu avec traces du négatif du sabot métallique

(Cliché : Guyon, Inrap).

66Ce radier a fait l’objet de plusieurs prélèvements de bois pour une étude en archéodendrométrie afin de connaître l’essence des arbres employés, leur provenance et bien sur la datation d’abattage de ces arbres7 (Fig. 33).

Fig. 33 : Tableau des prélèvements dendrochronologique du radier général.

Fig. 33 : Tableau des prélèvements dendrochronologique du radier général.

67Les bois employés dans la fondation de ce radier sont en chêne. Leur provenance est probablement issue des forêts du sud bourguignon mais sans pouvoir l’assurer, le référentiel pour Charlieu étant très pauvre pour cette période. Les arbres ont été coupés pendant l’hiver 1732-1733 avec une mise en œuvre dans les mois suivants soit au cours de l’année 1733.

68Des éléments métalliques et notamment une lardoire et un clou d’assemblage des demi-moises ont fait l’objet d’une étude métallurgique8. Cette étude a eu pour objectif d’étudier la qualité de la matière et de ses états structuraux, de déterminer le mode de réduction et de donner leur signature chimique.

69La lardoire est constituée par des branches d’acier doux martelé/forgé en pointe et soudées à une culasse en acier doux forgé en forme de pointe. D’une structure avec ségrégation importante en phosphore, elle compte de nombreuses inclusions dans la culasse. Les inclusions, riches en oxyde de chrome et vanadium, traduisent un procédé de réduction indirecte par haut fourneau.

70Le clou est contemporain des fers de la lardoire et issu vraisemblablement d’un procédé de réduction en haut fourneau.

  • 9 Communication orale d’Emmanuel Dransart, EMTT.

71Ces deux analyses métallurgiques confirment que les lardoires et les clous sont contemporains ou postérieurs au XVIe s., car la réduction en haut fourneau n’est attestée qu’à partir du XVIe s. en France9.

Observation de l’arrière-bec

72Cet arrière-bec en talon n’est que partiellement chaîné à la pile, ce qui plaide en faveur d’une construction postérieure à la pile (Fig. 34). Cette observation est faite aussi sur les autres arrière-becs de l’ouvrage. Il repose sur une fondation superficielle* (Fig. 35). Cette fondation est constituée d’un pilotis* de pieux dont trois sont visibles en coupe. Ils ont pour dimensions 0,24 m de diamètre pour le pieu sud, 0,22 m de diamètre pour le pieu nord et 0,25 m de côté pour le pieu central, qui est le seul à être équarri. Ils sont surmontés d’au moins deux racinaux d’environ 3 m pour longueur et d’une section rectangulaire de 0,34 m par 0,11 m pour le racinaux est, et de 0,26 m par 0,12 m pour le racinaux ouest. Un plancher composé de dix planches vient constituer la plate-forme* clouée sur les racinaux. Les planches sud et nord mesurent respectivement 1,26 m et 1,24 m de longueur pour une épaisseur de 0,09 m à 0,10 m et une largeur de 0,32 m et 0,33 m. Elles ont à peu près toutes les mêmes dimensions sauf la cinquième planche, en partant du sud, qui présente une largeur de 0,08 m. Cette plate-forme permet de recevoir l’appui de l’arrière-bec. Elle est débordante de 0,25 m à l’ouest, de 0,20 m au sud et de 0,10 m au nord.

Fig. 34 : Arrière-bec de la pile P4

Fig. 34 : Arrière-bec de la pile P4

(Cliché : Lavier, CNRS-Lams).

Fig. 35 : Fondation superficielle de l’arrière-bec de la pile P4

Fig. 35 : Fondation superficielle de l’arrière-bec de la pile P4

(Cliché : Guyon, Inrap).

73Cette fondation superficielle est construite en même temps que le radier général, soit au cours de l’année 1733, comme le montrent les datations dendrochronologiques (Fig. 36). Les bois employés sont en chêne et ont la même provenance que ceux du radier général.

Fig. 36 : Tableau des prélèvements dendrochronologique de l’arrière-bec de la pile P4.

Fig. 36 : Tableau des prélèvements dendrochronologique de l’arrière-bec de la pile P4.

Observation de la pile

74L’élévation d’un pont est toujours très compliquée à dater. Maintes fois réparé, seules les fondations et quelques parties en élévation sont visiblement d’origine.

La fondation

75En ce qui concerne la fondation de la pile P4 (Fig. 37), la plus au nord de l’ouvrage côté Charlieu, elle est en gros appareil à degrés (Fig. 38). L’empattement* des degrés est de 0,90 m à son maximum visible au niveau du piédroit sud-ouest (Fig. 39).

Fig. 37 : Plan et élévation partielle de la pile P4.

Fig. 37 : Plan et élévation partielle de la pile P4.

Fig. 38 : Fondation à degrés du piédroit nord de la pile P4

Fig. 38 : Fondation à degrés du piédroit nord de la pile P4

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 39 : Tableau des dimensions de L’empattement des degrés.

Fig. 39 : Tableau des dimensions de L’empattement des degrés.

76Concernant cet empattement à degrés, il est dit dans les manuels de construction du XVIIIe s. au XXe s. (Barberot 1947 : 26-27 ; Claudel et Laroque 1920 : 815-817 ; Ramée 1881 : 137-140), qu’ils sont souvent négligés et sont la cause de la ruine d’un pont. Pour être utile, le débord de chaque assise ne doit pas être trop débordant car si la saillie est trop grande, le poids supérieur fait fendre l’empattement de haut en bas.

77Les blocs de pierre, constituant au moins quatre degrés, sont assemblés les uns aux autres par des agrafes métalliques, d’environ 0,30 m, soudées au plomb (Fig. 40). La semelle de fondation n’a pu être observée et il n’est pas possible de savoir si elle repose directement sur un sol incompressible ou sur un pilotis de bois. En tout cas, au niveau de l’avant-bec jusqu’au premier tiers amont de la pile, la fondation s’est affaissée de 10° dans le sédiment, ce qui revient à dire que la pile n’est pas fondée sur pilotis. L’avant-bec a subi une consolidation en fondation afin de le remettre de niveau (Fig. 41). Cette consolidation a été réalisée au moment de l’élargissement de 1861 comme peuvent en témoigner les monnaies de Napoléon III retrouvées pendant la fouille.

Fig. 40 : Agrafes d’assemblage des blocs en fondation du piédroit sud de la pile P4

Fig. 40 : Agrafes d’assemblage des blocs en fondation du piédroit sud de la pile P4

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 41 : Consolidation de la fondation de l’avant-bec de la pile P4

Fig. 41 : Consolidation de la fondation de l’avant-bec de la pile P4

(Cliché : Guyon, Inrap).

78Quelques particularités sont à remarquer sur cette fondation, notamment au niveau du piédroit nord. Au niveau du deuxième degré, une encoche est présente dans le deuxième bloc en partant de l’ouest (Fig. 42). Cette encoche située à l’aplomb de la voûte est probablement l’un des points de maintien et d’appui du cintre* qui a permis de construire l’arche A5. Une différence très nette du système de fondation est visible au niveau central du piédroit nord (Fig. 43). Cette rupture de fondation est peut-être à mettre en relation avec une réfection.

Fig. 42 : Encoche dans un bloc de fondation de la pile P4

Fig. 42 : Encoche dans un bloc de fondation de la pile P4

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 43 : Rupture de fondation du piédroit nord de la pile P4

Fig. 43 : Rupture de fondation du piédroit nord de la pile P4

(Cliché : Guyon, Inrap).

  • 10 Cf. note 8.

79L’agrafe métallique a fait l’objet d’une étude métallurgique10. Elle est faite d’un acier au carbone, avec une microstructure en bandes de ferrite perlite marquées (avec au moins trois lames soudées). L’acier est assez pauvre en manganèse dans les inclusions. Le procédé de réduction est direct par bas fourneau.

  • 11 Cf. note 8.

80Le plomb a aussi fait l’objet d’une étude11. Les analyses ont été menées par technologie ICP-MS (spectrométrie de masse), technique qui permet de déterminer la teneur des éléments trace présents dans le plomb fondu et le niveau de pureté de ce plomb. Les quatre éléments qui sont les plus abondants, dans cette matière plomb sont le cuivre, l’étain, le fer et un peu d’antimoine. L’absence ou la très faible proportion de bismuth tend à démontrer que nous sommes en présence d’un plomb d’avant l’époque moderne (à partir de la Renaissance). Il y a une possibilité que le plomb soit d’époque médiévale ; il faudrait le comparer avec des plombs de vitraux et d’autres matières utilisées dans le bâtiment à cette période.

81Si ce type de fondation est très bien connu à partir du XVe s., d’après les marchés de construction, il reste archéologiquement très mal connu (Mesqui 1986 : 232-236).

Le batardeau

82Lors de la réalisation de la tranchée pour consolider la pile P4, des bois longeant l’avant-bec, en partie sud, sont apparus. Disposés au plus profond de la fouille, ils sont matérialisés par un petit pieu et deux vannes* posées sur chant l’une sur l’autre sans assemblage observé. La vanne supérieure présente une largeur différente de 0,10 m entre chacune des extrémités. Ses dimensions sont de 0,30 m de large à l’extrémité ouest, pour la partie centrale, 0,25 m de large et pour l’extrémité est de 0,20 m de large. Après enlèvement de cette planche, la vanne inférieure apparaît encore bien en place (Fig. 44). Le pieu du batardeau (Fig. 45) a été prélevé entièrement. Il ne possède pas d’armature métallique ce qui revient à dire à première vue qu’il serait probablement de l’époque médiévale. L’emploi d’armature métallique était très occasionnel à cette période (Bouillet 1693 : 19). Ces éléments sont les vestiges d’un ancien batardeau pour la construction de la fondation.

Fig. 44 : Planche inférieure du batardeau de la pile P4 au niveau de l’avant-bec

Fig. 44 : Planche inférieure du batardeau de la pile P4 au niveau de l’avant-bec

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 45 : Pieu du batardeau de la pile P4 au niveau de l’avant-bec

Fig. 45 : Pieu du batardeau de la pile P4 au niveau de l’avant-bec

(Cliché : Guyon, Inrap).

  • 12 Cf. note 7.

83Une étude en archéodendrométrie12 sur les bois du batardeau a été réalisée (Fig. 46).

Fig. 46 : Tableau des prélèvements dendrochronologiques et des dimensions des éléments du batardeau.

Fig. 46 : Tableau des prélèvements dendrochronologiques et des dimensions des éléments du batardeau.

84Elle a montré que les bois employés sont des chênes. L’analyse dendrométrique et la synchronisation des trois bois indiquent une estimation de coupe et de mise en œuvre la plus probable au cours des années 1492-1495.

L’avant-bec

85Cet avant-bec a été reconstruit, probablement entièrement, à l’occasion de l’élargissement de 1861. Il est certain que l’avant-bec actuel n’est pas celui d’origine. La présence de quelques blocs de parement visibles en saillie (Fig. 47), sur la partie sommitale de la façade amont, au droit de ses parements, traduit une élévation initiale beaucoup plus haute, probablement jusqu’au tablier. Cet avant-bec a été modifié en raison de l’arasement de la partie sommitale et de l’intégration du bloc monolithique, de forme prismatique droit à base trapézoïdale, pour recevoir les appuis des voûtes de 1861. On peut penser que cet avant-bec s’élevait initialement jusqu’au parapet du tablier, permettant de créer ainsi un refuge pour protéger les piétons du flux circulatoire. Ce système de protection était très présent sur les ouvrages du bas Moyen Âge. Citons dans le département de la Loire, le pont de Baffie du XIVe s. à Saint-Germain-Laval sur l’Aix (Fig. 48), le pont de la Valla du XVe s. à Pommier sur l’Aix (Fig. 49).

Fig. 47 : Blocs en saillies visibles de part et d’autre du tympan amont de la pile P4

Fig. 47 : Blocs en saillies visibles de part et d’autre du tympan amont de la pile P4

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 48 : Pont de Baffie du XIVe s., à Saint-Germain-Laval (42) sur l’Aix

Fig. 48 : Pont de Baffie du XIVe s., à Saint-Germain-Laval (42) sur l’Aix

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 49 : Pont de la Valla du XVe s., à Pommier (42) sur l’Aix

Fig. 49 : Pont de la Valla du XVe s., à Pommier (42) sur l’Aix

(Cliché : Guyon, Inrap).

La chronologie de l’ouvrage d’art

86Une étude documentaire a permis de dresser un bilan des sources disponibles afin de retracer l’histoire de cet ouvrage d’art. Quête plus ou moins difficile sur les ponts car la plupart des services des Ponts et Chaussées ont égaré leurs archives et le changement fréquent des gestionnaires d’ouvrages d’art n’a pas facilité leur classement.

  • 13 Coordonnées géographiques RGF93/Lambert 93 x : 789199 ; y : 6561865.
  • 14 Route de Pouilly, D487, coordonnées géographiques RGF93/Lambert 93 x : 788875 ; y : 6561803.

87Pour l’ouvrage d’art en question, la lecture des documents est souvent trompeuse, car les textes transmettent des faits autour de trois ponts, sans forcément indiquer s’il s’agit du Pont de Pierre de Charlieu (Bull. Diana 1884 : 465 ; Desevelinges 1856 : 297), du pont de pierre de Tigny13 (Dufour 1946 : 742) appelé aussi Pont du Diable (Fig. 50) ou du pont de Pouilly-sous-Charlieu14 (Fig. 51) ; ce pont du XVIIIe s.(Arch. Dép. du Rhône 1 Mi 1 R25) remplaçant le pont en bois précédent (Arch. Dép. du Rhône 9 C 38). Ces deux derniers ponts sont distants l’un de l’autre de 330 m et distants du pont de Pierre de Charlieu de 1600 m.

Fig. 50 : Pont de Tigny, dit pont du Diable

Fig. 50 : Pont de Tigny, dit pont du Diable

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 51 : Pont de Pouilly-sous-Charlieu

Fig. 51 : Pont de Pouilly-sous-Charlieu

(Cliché : Guyon, Inrap).

88Ce travail de recherche documentaire qui exige une connaissance de l’administration des ponts et chaussées (Michel 1961 : 332-334) a néanmoins permis de consulter et de retrouver des archives mentionnant ce pont en douze lieux différents possédant des fonds d’archives (Guyon 2012 : vol. 1, 119-127).

89Pour rappel, les éléments de batardeau de la pile P4 retrouvés pendant l’opération archéologique ont été datés par dendrochronologie* des années 1492-1495 ; or le Pont de Pierre est mentionné pour la première fois dans le terrier de Ronzeria en 1432 (Bull. Diana 1884 : 465 ; Desevelinges 1856 : 297).

90Est-ce que le pont mentionné dans ce terrier est bien celui-ci ? Le texte ne mentionne-t-il pas un ouvrage d’art antérieur ? La question reste ouverte.

91Les sources restent muettes jusqu’en 1733 où ce pont est en réparation (Arch. Dép. du Rhône 1 Mi 1 R25). Le pont subit, à cette date, une grande modification avec la construction du radier général venant ceinturer sur toute la largeur de la rivière les fondations de l’ouvrage. Cette date est corroborée par les analyses dendrochronologiques effectuées sur les bois prélevés du radier général. C’est aussi pendant ces travaux de 1733 que les arrière-becs en talon sont édifiés ; date confirmée par les bois prélevés et analysés de l’arrière-bec de la pile P4.

92Au cours du XIXe s., plusieurs archives font état d’une volonté de détruire cet ouvrage (Arch. Dép. de la Loire 2S 626), mais c’est le choix de sa réfection et de son élargissement qui lui donneront un sursis en 1861.

93Les travaux de 1861 auront pour conséquence la destruction des parties hautes des avant-becs afin de permettre l’établissement d’une assise convenable supportant la naissance des voûtes du futur tablier élargissant le pont en partie amont. Au préalable, la fondation de l’avant-bec de la pile P4 est reprise partiellement en sous-œuvre, afin d’en rétablir son affaissement et de la consolider.

94En 1938, les trois premières piles, côté rive gauche, sont consolidées par une ceinture de béton coulé tout autour de chacune des piles. Cette ceinture de béton d’un mètre de largeur repose directement sur la calade de galets du radier général de 1733.

95En 2011, les travaux de restauration actent la destruction de l’ouvrage réalisé en 1861 pour retrouver une façade primitive.

Conclusion

96Les travaux de restauration du Pont de Pierre de Charlieu, qui ont duré près de huit mois, font de ce lieu un nouvel attrait touristique de la commune. Son aspect actuel ne peut être que différent de l’état d’origine (Fig. 52), puisqu’il a été restauré avec de la pierre dite de Jaumont provenant de la région de Metz.

Fig. 52 : Ouvrage restauré en 2012

Fig. 52 : Ouvrage restauré en 2012

(Cliché : Chopelin, Privé).

97L’intervention archéologique réalisée en 2011, pendant sa restauration, a permis d’apporter son lot d’informations sur la connaissance de cet ouvrage d’art. Des informations inédites permettent d’en dresser le bilan.

  • 15 Cf. note 2.

98Réparé, modifié, enduit, sa lecture historique en paraissait difficile. L’opération archéologique, prescrite par le SRA, a permis de révéler les grandes phases de modification depuis sa construction qui se situerait à la fin du XVe s. Il n’est pas impossible qu’un pont avant cette date précise ait été présent à cet emplacement comme il en est fait état dans le terrier de Ronzeria15 en 1432, mais aucune preuve archéologique ne vient confirmer cette hypothèse.

99Cette étude de bâti a permis d’accroître nos connaissances sur cet ouvrage d’art, grâce à l’opportunité des travaux de réaménagement et de réparation de l’ouvrage réalisés par le conseil général de la Loire.

100Cet apport considérable d’informations concernant le pont de Pierre de Charlieu confirme l’exigence scientifique que l’on doit avoir tant sur la saisine de ces dossiers en DRAC, les protocoles archéologiques à mettre en œuvre (de la fouille à l’enregistrement des données) et la justesse d’interprétation de cet objet technique qu’est le pont.

Haut de page

Bibliographie

Arch. Dép. de la Loire 2S 626 - “ Pont de Charlieu sur le Sornin. - Construction : devis, procès-verbal d’expertise des terrains à acquérir, plan (1831-1832). Projet de remplacement du pont de pierre par un pont à tablier métallique : rapports des ingénieurs et agents-voyers, avant-métré des travaux, détails estimatifs, bordereau de prix, profils, élévation, dessins (1894-1913) ”.

Arch. Dép. du Rhone 9 C 38 - “ Ouvrages d’arts, ponts, ponceaux, aqueducs 1787-1790, Lyon, détail estimatif des ouvrages à faire pour réparer un pont en charpente, sur la rivière de Sornin, près de Charlieu, du 1er juin 1789 ”.

Arch. Dép. du Rhône 1 Mi 1 R25 - “ 1733 - Lyon Généralité : au sujet des ouvrages et réparations à faire aux Grands Chemins de ce département - Lyon le 6 may 1733 ”.

Barberot 1947

Barberot E. - Traité de constructions civiles. 7e édition revue et augmentée, Paris, Librairie Polythechnique Ch. Béranger.

Bouiller et al. 1990

Bouiller R., Arene J., Delfour J. et Lemiere B. - Carte géologique de la France (1/50 000), feuille de Charlieu (648), Orléans, Bureau de recherches géologiques et minières. Notice explicative.

Bouillet 1693

Bouillet - Traité des moyens de rendre les rivières navigables, Amsterdam, Chez Pierre Mortier.

Bull. Diana 1884

Bulletin de la Diana, t. 2, mai 1881 - août 1884, Imprimerie typographique A. Huguet, Montbrison.

Claudel et Laroque 1920

Claudel J. et Laroque L. - Pratique de l’art de construire. Tome 1, 7e édition, Édition Dunod, Paris.

Desevelinges 1856

Desevelinges J.-B. - Histoire de la ville de Charlieu depuis son origine jusqu’en 1789. Imprimerie Sauzon, Roanne.

Dufour 1946

Dufour J.-E. - Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire, Imprimerie Protat frères, Mâcon.

Guyon 2000

Guyon M. - Les fondations des ponts en France. Sabots métalliques des pieux de fondation, de l’Antiquité à l’époque moderne, éd. Monique Mergoil, TM3, Montagnac, 253 p.

Guyon 2012

Guyon M. - Rapport de prestation : Le Pont de Pierre, commune de Charlieu, département de la Loire (42), région Rhône-Alpes (consultable au SRA Rhône-Alpes).

Mesqui 1986

Mesqui J. - Le pont en France, avant le temps des ingénieurs, Grand Manuel Picard, Paris.

Michel 1961

Michel A. - “ Jean PETOT. - Histoire de l’administration des ponts et chaussées. 1599-1815. Paris, librairie Marcel Rivière et Cie, 1958. ”, Bibliothèque de l’école des chartes, vol. 119, n° 1, 1961, [En ligne]. URL: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bec_0373-6237_1961_num_119_1_461392_t1_0332_0000_000. Consulté le 21 janvier 2014

Ramée 1881

Ramée D. - L’architecture et la construction pratiques, 4e édition, revue et augmentée, Librairie de Firmin-Didot et Cie, Paris.

Haut de page

Annexe

Glossaire

A

ARRIÈRE-BEC : saillie de pile de pont en aval pour faciliter l’écoulement des eaux.

AVANT-BEC : éperon de forme angulaire placé à la base d’une pile de pont du côté de l’amont, pour protéger cette pile et faciliter l’écoulement de l’eau.

B

BANDEAU : sorte de plate-bande curviligne, comprise entre l’intrados et l’extrados, permettant de surligner la voûte.

BATARDEAU : construction de bois composée de planches jointives ou de palplanches, enfoncées dans le sol, formant une enceinte à l’emplacement même de la fondation à réaliser permettant de travailler au sec en exhaurant l’eau se trouvant en son intérieur.

BAHUT : couronnement de la partie supérieure du parapet.

BÊCHE : partie en fort débord horizontal d’une semelle de fondation.

BOUTEROUE : borne en pierre mis sur la chaussée d’un pont pour préserver les parapet contre la friction des roues des véhicules.

BRANCHE : partie supérieure du sabot.

BROCHE : outil à percussion. Tige en fer de section circulaire ou orthogonale. La pointe est acérée et présente une forme pyramidale à quatre faces comme celles du pic.

C

CARROYAGE : technique de quadrillage utilisée en topographie, afin de rassembler et de traiter des données en vue d’une exploitation cartographique.

CHAPERON : couronnement supérieur d’un avant-bec ou d’un arrière-bec destiné à le protéger des eaux pluviales.

CINTRE : Échafaudage en charpente que l’on établit provisoirement servant de gabarit pour construire une arche en pierre.

CULASSE : partie inférieure du sabot.

CULÉE : maçonnerie, qui épaule la retombée d’une voûte, d’une arche, et en contient la poussée depuis la berge.

D

DEMI-MOISE : bois de section rectangulaire constituant le ceinturage des palplanches du radier général.

DENDROCHRONOLOGIE : étude de la croissance des arbres au cours du temps. Cette technique consiste à analyser les cernes de croissance annuelle des arbres pour reconstituer des chronologies et des variations météorologiques et climatiques du passé.

E

EMPATTEMENT : surface maximale de la fondation au sol.

ENTABLEMENT : partie se trouvant à l’extrémité d’un pont en permettant son accès.

EXTRADOS : surface convexe, extérieure, généralement cylindrique d’une voûte.

F

FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : lorsque la capacité portante du fond n’est pas homogène, la mise en œuvre d’un radier général sera une alternative économique aux fondations profondes.

FONDATION SUPERFICIELLE : qui repose sur le sol ou qui n’y est que faiblement encastrée. Les charges qu’elle transmet ne sollicitent que les couches superficielles et peu profondes.

FÛT : partie inférieure du parapet.

G

GLYPTOGRAPHIE : étude des signes lapidaires de tailleurs de pierre.

GRADINE : outil utilisé pour la taille de la pierre. C’est un ciseau très effilé, muni de trois à six dents qui sert à dégrossir les parements.

GRAND APPAREIL : quand les pierres ont plus de 30 cm.

I

INTRADOS : surface concave, interne, généralement cylindrique d’une voûte.

L

LARDOIRE : armature métallique de palplanche.

LAYE : outil de tailleur de pierre. Hache à un ou deux tranchants finement dentelés permettant de dresser la pierre tendre.

M

MAÇONNERIES DE MOELLONS : maçonneries composées de blocs de pierre, bruts ou équarris, suffisamment petits pour être manipulés par un homme sans l’assistance d’un appareil de levage, et assemblés à l’aide d’un mortier.

MOISE : couple de deux pièces jumelées enserrant unes file des pieux ou de palplanches.

MOYEN APPAREIL : quand les pierres sont d’un module de 20 à 30 cm.

P

PALFEUILLE : palplanche métallique servant de blindage lors d’une fouille.

PALPLANCHE : pieu de section rectangulaire employé pour le fondement d’un batardeau ou d’un radier de fondation.

PAREMENT : surface apparente d’une pierre, d’un mur.

PERRÉ : revêtement de pierres pour maintenir la terre d’un talus.

PETIT APPAREIL : quand les pierres ont une dimension (dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d’une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son diamètre si c’est une pièce de révolution.) inférieure à 20 cm.

PIÉDROIT : partie latérale d’une pile.

PILOT : pieu de bois, pointu et ferré par le bout, entièrement enfoncée dans le sol et destinée à porter un ouvrage fondé sous les basses eaux.

PILOTIS : ensemble de pilots battus, par rangs et par files à distance plus ou moins rapprochée les uns des autres, constituant la fondation d’un ouvrage.

PLATE-FORME : plancher horizontal permettant de recevoir les efforts transmis par les appuis.

R

RACINAUX : pièce de bois horizontale, formant la transition entre la tête des pieux de fondation et la plate-forme.

S

SABOT : armature métallique pointue, composée généralement de plusieurs branches percées et soudées sur une culasse, fixée solidement aux pieux.

T

TABLIER : partie supérieure, constituant l’ossature porteuse de la voirie.

TIRANT D’AIR : hauteur libre sous les arches de l’ouvrage.

TYMPAN : parement servant à maintenir les terres de remblai des voûtes.

V

VANNE : planche posée horizontalement et de chant constituant la paroi d’un batardeau.

VOUSSOIR : pierre de taille en forme de coin formant l’appareillage d’un arc, d’une voûte.

Haut de page

Notes

1 Les mots suivis d’un astérisque marquent un terme technique et renvoi au glossaire.

2 Terrier de Ronzeria (reg. in-8° de 56 fol., 1370-1432) série 1E des archives départementale de la Loire, 1E-DEM-4287.

3 Coordonnées géographiques RGF93/Lambert-93 x : 790677 y : 6562483.

4 http://www.loire.gouv.fr/IMG/pdf/plan3_zonage_charlieu_cle683b7d.pdf

5 Dans la légende de la carte géologique : http://www.geoportail.gouv.fr/donnee/154/cartes-geologiques

6 http://www.cirg.be/

7 http://umr-lams.fr/

8 http://www.emtt.fr/archeometallurgie

9 Communication orale d’Emmanuel Dransart, EMTT.

10 Cf. note 8.

11 Cf. note 8.

12 Cf. note 7.

13 Coordonnées géographiques RGF93/Lambert 93 x : 789199 ; y : 6561865.

14 Route de Pouilly, D487, coordonnées géographiques RGF93/Lambert 93 x : 788875 ; y : 6561803.

15 Cf. note 2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Élévation pierre à pierre de la façade amont et aval
Crédits (Relevé pierre à pierre F. Pont, Inrap - DAO M. Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2 : Localisation de l’opération sur fond de plan cadastral (1/5 000).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 3 : Façade amont du pont avant la démolition de l’élargissement vue depuis la rive gauche
Crédits (Cliché : Lespinasse, privé).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 4 : Façade amont du pont primitif avant la réfection du parement, vue depuis la rive gauche
Crédits (Cliché : Roussel, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 5 : Tableau des largeurs des piles.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 6 : Avant-bec de la pile P2
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 7 : Tableau des longueurs des avant-becs
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 8 : Arrière-bec de la pile P2
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 9 : Tableau des largeurs des arrière-becs.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 10 : Vue du radier général au niveau de l’arche A3
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 11 : Plan du radier général
Crédits (Levé topographique Saadi, Inrap - relevés et DAO Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 12 : Tableau des ouvertures des arches.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 13 : Relevé stratigraphique de l’ouvrage au niveau du tympan amont de la pile P1
Crédits (Relevés et DAO : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 14 : Tableau de localisation des prélèvements.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 15 : Signes lapidaires de forme géométrique
Crédits (Relevé, DAO et clichés : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 16 : Signes lapidaires de forme trait
Crédits (Relevé, DAO et clichés : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 17 : Signes lapidaires de forme idéogramme
Crédits (Relevé, DAO et clichés : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 18 : Repères altimétriques
Crédits (Relevé, DAO et clichés : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 19 : Tableau de proposition de traduction des repères altimétriques.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 20 : Détail du relief lapidaire au niveau de l’arrière-bec de la pile P1
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 21 : Date gravée sur la clé de voûte amont de l’arche A1 in situ
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 22 : Consolidation en béton de la pile P4, fin 2011
Crédits (Clichés : Chopelin, Privé - DAO M. Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 23 : Plan du radier général autour de la pile P4
Crédits (Relevé et DAO M. Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 24 : Palplanches in situ
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 25 : Palplanches après extraction
Crédits (Cliché : Lavier, CNRS-Lams).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 26 : Palplanche et lardoire n° PAL09
Crédits (Clichés : Guyon, Inrap et Lavier, CNRS-Lams - DAO : Pelletier-Bioul, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 27 : Détail de l’assemblage à queue d’aronde des demi-moises amont du radier au niveau de l’arche A3
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 28 : Arrière-bec de la pile P4 avant les travaux
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 29 : Détail de la liaison des demi-moises par un clou
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 30 : Détail du clou de liaison des demi-moises sur un pieu vue depuis l’intérieur du radier
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 31 : Détail de l’assemblage à tenon-mortaise d’une demi-moise sur un pieu, vue en coupe
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 32 : Détail de la pointe du pieu avec traces du négatif du sabot métallique
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 33 : Tableau des prélèvements dendrochronologique du radier général.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 34 : Arrière-bec de la pile P4
Crédits (Cliché : Lavier, CNRS-Lams).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 35 : Fondation superficielle de l’arrière-bec de la pile P4
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 36 : Tableau des prélèvements dendrochronologique de l’arrière-bec de la pile P4.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 37 : Plan et élévation partielle de la pile P4.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 38 : Fondation à degrés du piédroit nord de la pile P4
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 39 : Tableau des dimensions de L’empattement des degrés.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 40 : Agrafes d’assemblage des blocs en fondation du piédroit sud de la pile P4
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 41 : Consolidation de la fondation de l’avant-bec de la pile P4
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 42 : Encoche dans un bloc de fondation de la pile P4
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 43 : Rupture de fondation du piédroit nord de la pile P4
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 44 : Planche inférieure du batardeau de la pile P4 au niveau de l’avant-bec
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 45 : Pieu du batardeau de la pile P4 au niveau de l’avant-bec
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 46 : Tableau des prélèvements dendrochronologiques et des dimensions des éléments du batardeau.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 47 : Blocs en saillies visibles de part et d’autre du tympan amont de la pile P4
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 48 : Pont de Baffie du XIVe s., à Saint-Germain-Laval (42) sur l’Aix
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 49 : Pont de la Valla du XVe s., à Pommier (42) sur l’Aix
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 50 : Pont de Tigny, dit pont du Diable
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 51 : Pont de Pouilly-sous-Charlieu
Crédits (Cliché : Guyon, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 52 : Ouvrage restauré en 2012
Crédits (Cliché : Chopelin, Privé).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2138/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Guyon, « Le Pont de Pierre de Charlieu (Loire). Archéologie d’un ouvrage d’art : construction et évolution architecturale », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 53 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://racf.revues.org/2138

Haut de page

Auteur

Marc Guyon

Archéologue subaquatique, Chargé d’opération et de recherche, Inrap - Rhône-Alpes, 12 rue Louis Maggiorini, 69500 Bron, marc.guyon@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page