Navigation – Plan du site
Carte localisation
Articles

Importations et imitations de céramiques de l’Ouest de la Gaule au second âge du Fer en Île-de-France

Imports and copies of pottery from the west of Gaul in the 2nd Iron Age in the Île-de-France
Jean-Marc Séguier

Résumés

La découverte récente, en Île-de-France, de céramiques importées (tessons à décor estampé), mais aussi de possibles copies de vases de conserve, ou encore de baquets tripodes, dans des contextes privilégiés et dans un ensemble funéraire, permet de soulever la question des liens qui ont pu unir le Bassin parisien à l’Ouest de la Gaule à la fin de La Tène ancienne et à La Tène moyenne. Les éléments étudiés revêtent des significations différentes, mais paraissent s’inscrire dans un même mouvement dont l’ampleur et la nature sont, certes, difficiles à apprécier, mais que l’on ne peut plus ignorer. La question de la diffusion du sel est examinée, sans que cette piste puisse être considérée comme exclusive.

Haut de page

Texte intégral

1Au second âge du Fer, la céramique figure, faute de mieux, parmi les témoins privilégiés des relations culturelles et économiques. À ce titre, elle livre des informations tangibles sur la circulation des biens, des personnes et des idées, complétant, en cela, les sources historiques. Encore insuffisamment abordé, notamment parce qu’il est “ écrasé ” par la question de la diffusion des vins italiques à La Tène finale, le problème des relations commerciales en Gaule est tributaire de l’état des connaissances des faciès culturels. Celui-ci est en nette progression grâce à la multiplication des synthèses régionales (Barral et Fichtl 2012), mais aussi parce qu’il fait intervenir, dans certains cas, des analyses pétrographiques ou chimiques, dont la mise en œuvre est encore loin d’être systématique.

  • 1 Toutes les dates s’entendent ici av. J.-C.

2L’Île-de-France, située au cœur du Bassin parisien, a vu circuler, au second âge du Fer, diverses catégories de vaisselle produites à l’extérieur de son territoire. Les plus anciennes importations, des vases peints champenois du début du IVe s. (Séguier 2009)1, constituent probablement des biens de prestige, au même titre que les céramiques à vernis noir étrusques de l’une des tombes de la fin du IVe – début du IIIe s. de la nécropole du Plessis-Gassot (Ginoux 2009). À La Tène moyenne et surtout à La Tène finale, des vaisselles sont importées du Bassin de la Méditerranée occidentale et de ses abords : les céramiques campaniennes A et B et leurs imitations, les cruches à pâte claire rhodaniennes, mais aussi la céramique grise de la côte catalane, la vaisselle culinaire italique et quelques vases à parois fines, parviennent sans doute dans le sillage du commerce des vins italiques, puis dans celui des légions (Séguier 1998, 2002). À partir de la seconde moitié du IIe s., la région est également irriguée par diverses importations proprement gauloises, en particulier par la céramique de type Besançon de production arverne et éduenne (Barral et al. 2013), mais aussi par des vases peints aux origines variées (arverne, éduenne, rème) (Séguier 1998, 2002). Diverses catégories de vaisselle fine et de cuisine (céramiques dorées, fumigées, à enduit rouge, terra nigra…), dont l’origine est à rechercher de la vallée de la Saône au val de Loire en passant par l’Auvergne (Séguier 2013a), illustrent, à leur tour, les courants commerciaux qui sont à l’œuvre à la fin de l’âge du Fer. Ces importations témoignent de puissantes dynamiques économiques et culturelles orientées de l’Est vers l’Ouest, et du Sud vers le Nord.

3En contrepoint, quelques éléments récemment découverts permettent d’envisager des relations entre les territoires de l’actuelle Île-de-France et l’Ouest de la Gaule et, notamment, le Massif Armoricain (Fig. 1). Encore peu nombreux, ces documents revêtent des significations différentes, témoignant d’importations, de possibles imitations, voire d’une certaine communauté culturelle.

Fig. 1 : Localisation de la zone d’étude dans le contexte du quart nord-ouest de la France et des sites mentionnés dans le texte

Fig. 1 : Localisation de la zone d’étude dans le contexte du quart nord-ouest de la France et des sites mentionnés dans le texte

1 : Landunvez ; 2 : Landéda ; 3 : Huelgoat ; 4 : Paule ; 5 : Inguiniel ; 6 : Erdeven ; 7 : Quiberon ; 8 : Augan ; 9 : Plouër-sur-Rance ; 10 : Urville-Nacqueville ; 11 : Orval ; 12 : Putot-en-Bessin ; 13 : Mondeville ; 14 : Saint-Martin-de-Fontenay ; 15 : Bois-Guillaume ; 16 : Ribemont-sur-Ancre ; 17 : Jouy-le-Moutier ; 18 : Mours ; 19 : Fontenay-en-Parisis ; 20 : Gonesse ; 21 : Bonneuil-en-France ; 22 : Bobigny ; 23 : Bazoches-lès-Bray ; 24 : Villiers-sur-Seine ; 25 : Thignonville ; 26 : Garancières-en-Beauce ; 27 : Allonnes ; 28 : Ymonville ; 29 : Saumeray ; 30 : Épieds-en-Beauce ; 31 : Mer ; 32 : La Chaussée-Saint-Victor ; 33 : Bourges ; 34 : Sublaines ; 35 : Saint-Georges-sur-Cher ; 36 : Vivoin ; 37 : Athée ; 38 : Brion ; 39 : Mozé-sur-Louet ; 40 : Cizay-la-Madeleine ; 41 : Châtellerault ; 42 : Civaux ; 43 : Agris ; 44 : Barzan

(DAO P. Pihuit, Inrap)

Des céramiques importées de l’Ouest de la Gaule

4Dans l’état actuel de la documentation, quatre ou cinq vases à décor estampé paraissent être des importations dont l’origine est à rechercher, prioritairement, dans un grand quart nord-ouest de la Gaule. Trois proviennent de l’emprise territoriale des Parisii historiques (Bonneuil-en-France, Mours, Bobigny), et le dernier de celle des Sénons (Bazoches-lès-Bray) (Fig. 2).

Fig. 2 : Localisation des sites pris en compte dans le contexte de l’Île-de-France 

Fig. 2 : Localisation des sites pris en compte dans le contexte de l’Île-de-France 

1 : Jouy-le-Moutier ; 2 : Mours ; 3 : Fontenay-en-Parisis ; 4 : Bonneuil-en-France ; 5 : Bobigny ; 6 : Bazoches-lès-Bray ; 7 : Villiers-sur-Seine

(DAO P. Pihuit, Inrap).

Le vase de Bonneuil-en-France

5Le premier élément est un fragment de fond de vase découvert dans l’un des fossés d’un établissement rural implanté dans la vallée du Crould, affluent de rive droite de la Seine, à Bonneuil-en-France, Les Pieds Humides (Val-d’Oise), lors de fouilles préventives réalisées sur le tracé de la RD 84. Il ne subsiste de ce site que deux fossés parallèles à un paléochenal (Marion et Le Forestier à paraître). Le tesson à décor estampé (Fig. 3-4) provient de l’US180 du fossé 175 du secteur dit “ habitat ” (Séguier à paraître a). Il s’agit du fragment du fond soulevé d’une forme ouverte (coupe ou jatte basse) en céramique fine probablement tournée, dont la pâte gris sombre, qui comporte des inclusions de quartz émoussé, quelques minéraux noirs, des paillettes de mica et des éléments opaques de nature indéterminée, semble étrangère au contexte géologique régional. Du décor, ne subsiste que le médaillon central constitué d’une rosace limitée par deux cercles concentriques tracés au compas ou au tour (Fig. 3-4). La composition fait appel à quatre poinçons distincts : une arcature pointillée, une ligne droite pointillée, un motif sinusoïdal continu et un ocelle accosté de deux petits points, ces derniers traduisant un probable défaut de la matrice. Les “ pétales ”, délimités par les lignes droites et les arcatures, renferment, chacun, une sinusoïde terminée par l’ocelle, ce dernier motif étant aussi utilisé comme élément central de la composition.

Fig. 3 : Fragment de vase à décor estampé de l’habitat de Bonneuil-en-France, Les Pieds Humides (Val-d’Oise)

Fig. 3 : Fragment de vase à décor estampé de l’habitat de Bonneuil-en-France, Les Pieds Humides (Val-d’Oise)

(DAO P. Pihuit, Inrap).

Fig. 4 : Le fragment de vase à décor estampé de Bonneuil-en-France, Les Pieds Humides (Val-d’Oise)

Fig. 4 : Le fragment de vase à décor estampé de Bonneuil-en-France, Les Pieds Humides (Val-d’Oise)

(Cliché J.-M. Séguier, Inrap).

6La recherche de pièces de comparaison conduit immanquablement vers l’Armorique, région où le décor de la céramique fait largement appel à l’estampage. Les poinçons utilisés sur le vase de Bonneuil sont bien connus dans le répertoire armoricain (Ménez 1996, 2012 ; Schwappach 1969). L’ocelle formé de cercles concentriques, dont il existe de nombreuses matrices distinctes, intervient souvent, soit seul (Ménez 1996 : Pl. 3, n°61-19), soit combiné à d’autres motifs, dans des compositions plus ou moins complexes (ibid. : Pl. 17, n°127-1 ; Pl. 21, n°135-8 ; Pl. 22, n°135-42 et 48 ; Ménez 2012, Fig. 3, n°25 ; Fig. 5, n°9, 19). L’arcature pointillée paraît être également l’un des motifs élémentaires les plus employés, souvent dans des compositions élaborées (Ménez 1996 : Pl. 2, n°61-17 ; Pl. 21, n°135-25 ; Ménez 2012 : Fig. 4, n°10, 17), de même que la sinusoïde (Ménez 1996 : Pl. 2, n°61-2 ; Pl. 4, n°81-1 ; Pl. 27, n°140-3 ; Villard-Le Tiec et al. 2003). En revanche, la ligne droite pointillée est, peut-être, d’usage moins fréquent, mais elle intervient, notamment, dans des décors complexes en remplissage de casiers et de motifs incisés (Ménez 1996 : Pl. 11, n°100B-12 ; Pl. 23, n°135-46 ; Ménez 2012 : Fig. 4, n°7).

  • 2 Je remercie G. C. Cabanillas de la Torre, Université autonome de Madrid, qui m’a aimablement signal (...)

7L’organisation du décor du tesson de Bonneuil-en-France, un médaillon à décor rayonnant (rosace), constitue une composition très rare, même en domaine armoricain. On peut toutefois la comparer aux rosaces estampées de la phase II de l’établissement du Boisanne à Plouër-sur-Rance, composées d’arcatures et de lignes droite continues (Ménez 1996 : Pl. 2, n°61-2 ; Pl. 10, n°100A-1). De même, un vase du souterrain d’Inguiniel (Morbihan) porte, sous le fond externe soulevé, une rosace dans laquelle les cercles estampés se retrouvent en motifs de remplissage à l’extérieur des “ pétales ” et, sur sa face interne, un anneau orné d’une ligne sinueuse pointillée estampée2, décor très proche de celui du récipient du contexte 61 de Plouër-sur-Rance. Ce même anneau décoré d’une ligne sinueuse pointillée se retrouve à Paule, dans le Camp de Saint-Symphorien (Côte d’Armor), sur un fond mouluré qui semble appartenir à la même série (Ménez 2012 : Fig. 3, n°17), ainsi que sur un fond orné d’un triscèle central portant un décor lustré rayonnant (ibid. : Fig. 3, n°15).

  • 3 L’examen de la pâte le confirme (je remercie Yves Ménez d’avoir bien voulu en examiner un cliché). (...)

8Si, au travers de son décor, le vase estampé de Bonneuil-en-France ne trouve sa place que parmi une petite série de pièces exceptionnelles, même dans son foyer d’origine, la provenance bretonne de ce récipient ne semble guère faire de doute en raison du type du support, des poinçons et de leur organisation3.

  • 4 Information G. C. Cabanillas de la Torre.

9Pour s’en tenir à des considérations d’ordre stylistique, les coupes estampées portant les décors les plus proches de celui du récipient de Bonneuil-en-France proviennent de contextes attribués à la phase II tardive de l’établissement du Boisanne, datée de la seconde moitié du IVe et de la première moitié du IIIe s. (Ménez 1996 : 109-110). Si, de son côté, la coupe d’Inguiniel provient d’un contexte hétérogène que l’on ne saurait solliciter4, son bandeau interne, identique à celui de l’une des deux coupes du Boisanne, se retrouve, à Paule, sur un fond de coupe daté de la première moitié du IIIe s. (Ménez 2012 : 257-258). Au demeurant, la combinaison ocelle – arcature – sinusoïde est bien identifiée dans les productions précoces de vaisselle estampée, et ce, dès la charnière des Ve-IVe s. (groupe stylistique Id de Villard-Le Tiec et al. 2003).

10À Bonneuil-en-France, le contexte de découverte du tesson examiné ici livre un corpus restreint (34 fragments pour 19 individus), composé de récipients non tournés, essentiellement des jattes tronconiques, une jatte biconique, des jattes carénées très évasées, une coupelle arrondie et une jatte à épaulement (Fig. 5, n°1-7). Quoique peu typé, cet ensemble trouve sa place dans l’étape 5/6 telle que définie par S. Marion (2004), laquelle couvre La Tène B2 et La Tène C1 ; de bons éléments de comparaison figurent dans le matériel de Roissy-en-France, le Château, pour rester dans le contexte de la Plaine de France, dont les silos ont fourni un riche assemblage par ailleurs bien daté de La Tène B2 (Séguier et al. 2008). Un peu plus riche (76 fragments pour 15 individus), le second fossé de l’établissement (fossé 135 : Fig. 5, n°9-18) associe une jatte carénée à des situliformes et à des pots ovoïdes en céramique non tournée, assemblage que l’on peut considérer, lui-aussi, comme présentant quelques uns des principaux caractères de l’étape 5/6 de S. Marion. Cependant, la présence d’une jatte à décor lissé (Fig. 5, n°16), et celle d’une autre à épaulement mouluré (Fig. 5, n°11), toutes deux non tournées, associées à deux vases montés au tour – un pot de type non identifié et une jatte à fond en galette à décor lissé rayonnant (Fig. 5, n°17-18) –, appellent des comparaisons dans l’ensemble de Mauregard, L’Échelle Haute (Séguier et Viand 2012), invitant à envisager une datation comprise dans une phase évoluée de l’étape 5/6 (début de La Tène C1). La relation stratigraphique entre les deux fossés étant incertaine, il est possible que l’installation ait connu une certaine durée couvrant La Tène B2 et le début de La Tène C1, soit la fin du IVe et la première moitié du IIIe s. La datation du contexte de découverte du fragment de vase estampé paraît donc conforme à celle des éléments de comparaison.

Fig. 5 : Mobilier associé au vase estampé de Bonneuil-en-France, Les Pieds Humides

Fig. 5 : Mobilier associé au vase estampé de Bonneuil-en-France, Les Pieds Humides

Céramiques des fossés 175 (n°1-7) et 135 (n°8-18)

(Relevés J.-M. Séguier, DAO P. Pihuit, Inrap).

Les vases de Mours et de Bobigny

11La fouille de l’établissement rural de Mours, Derrière le Moulin (Val-d’Oise), lui aussi localisé dans la Plaine de France, a livré les restes d’un ou deux récipients à décor estampé. Le premier élément est une jatte qui porte, sous l’extrémum de panse, une frise d’esses couchées encadrée par deux cannelures et par deux rangs de lignes pointillées, ces dernières étant, probablement, elles aussi estampées (Fig. 6, n°1). Le second porte une frise de motifs composés d’une arcature courte et d’une ponctuation, encadrée, comme sur l’exemplaire précédent, de cannelures et d’au moins une ligne pointillée (Fig. 6, n°2). On ne peut exclure que ces fragments, publiés par S. Marion (2004 : Fig. 669, décor D801), appartiennent au même vase, la différence apparente entre les deux décors pouvant résulter d’un défaut d’estampage de la matrice sur le second tesson, celle-ci étant mieux lisible sur le premier. S. Marion (ibid. : 248), envisage l’origine armoricaine de ces deux éléments (dont ni la pâte, ni le mode de façonnage ne sont toutefois décrits). L’ornementation principale de cette jatte (ligne d’esses, cannelures), correspond au décor 17 de l’établissement de Plouër-sur-Rance, Le Boisanne (Ménez 1996 : 109-110), bien représenté sur l’épaulement de diverses jattes à profil en S de la phase II tardive de ce site (ibid. : Pl. 2, n°61-1, 3, 5, 11 ; Pl. 3, n°61-20, 21 ; Pl. 22, n°135-37). Ce décor est l’un des plus fréquents parmi la céramique estampée du Massif Armoricain (il s’agit du motif 53 de Schwappach 1969). Il n’y a donc rien d’étonnant à le retrouver dans le Camp de Saint-Symphorien à Paule, soit seul (Ménez 2012 : Fig. 3, n°21, 26), soit combiné à des motifs plus complexes (ibid. : Fig. 3, n°24, 25, 27). Le décor de Mours se distingue cependant de ceux de Plouër-sur-Rance et de Paule par sa position plutôt basse (sur la panse et non sur l’épaulement) et par le motif secondaire de double ligne pointillée, rarement observé en Bretagne. Il est alors permis de se demander si ce trait ne caractériserait pas une fabrication marginale par rapport au foyer principal. La chronologie des deux principaux sites de référence rattache ce décor à la seconde moitié du IVe s. et à la première moitié du IIIe s. La céramique de l’établissement de Mours est attribuée par S. Marion à son étape 5/6, soit La Tène B2-C1 ; plusieurs vases originaux, comme une coupe à décor curviligne lissé ou un pot probablement tourné au col rentrant agrémenté de baguettes, invitent à retenir la partie basse de la fourchette chronologique, en référence à la série de Mauregard, L’Échelle Haute (Séguier et Viand 2012 : annexes 5-6).

12Toujours en Plaine de France, mais dans sa partie méridionale, l’habitat groupé de l’Hôpital Avicenne à Bobigny (Seine-Saint-Denis), a livré, lui aussi, un vase à décor estampé. Trouvée dans la fosse 108 (Marion 2004 : Fig. 322), cette jatte très ouverte à profil sinueux porte, sur son épaulement, un motif constitué d’une ligne brisée pointillée, de part et d’autre de laquelle des ocelles sont disposés en quinconce (Fig. 6) (la pâte et le mode de façonnage ne sont pas décrits). Même s’il est absent des séries de Paule et de Plouër-sur-Rance, ce motif de ligne ondée ponctuée d’ocelles, qui peut résulter d’une combinaison entre les motifs 5 et 48 de F. Schwappach (1969), est bien connu en Bretagne. De même, la forme du support, qui ne semble pas figurer au répertoire des sites du cœur du Massif Armoricain, semble évoquer une production périphérique et sans doute tardive. Le contexte de découverte, le remblai de comblement d’une fosse (Marion et al. 2005), peut être daté de La Tène D1a (fibules à ressort long, répertoire typologique de la vaisselle), mais il recèle des éléments indiscutablement attribuables à La Tène C2 (fibules de schéma La Tène moyenne, décors lissés sur céramique non tournée) qui semblent plus en accord avec la datation des dernières productions estampées bretonnes et peuvent traduire un processus assez complexe de condamnation d’une fosse, mobilisant une quantité non négligeable de matériaux anciens.

Fig. 6 : Vases à décor estampé de Mours (Val-d’Oise) (n°1-2) et de Bobigny (Seine-Saint-Denis) (n°3)

Fig. 6 : Vases à décor estampé de Mours (Val-d’Oise) (n°1-2) et de Bobigny (Seine-Saint-Denis) (n°3)

(D’après Marion 2004).

Le vase de Bazoches-lès-Bray

13Le dernier élément connu à ce jour provient du petit établissement rural de Bazoches-lès-Bray, Les Demi-Arpents (Seine-et-Marne), situé dans le fond alluvial du secteur Seine – Yonne (Ameye 2014 ; Séguier 2014). Il s’agit d’un fragment de petite taille et mal conservé, de céramique probablement tournée, à pâte fine beige frangée de gris, à inclusions de quartz et de minéraux non identifiés, qui porte un décor estampé apposé sur un col, dessinant une ligne ondulée pointillée (Fig. 7) formée à partir d’une matrice en esse ou par la juxtaposition d’arcatures alternes (Fig. 8).

Fig. 7 : Fragment de vase à décor estampé de Bazoches-lès-Bray (Seine-et-Marne), Les Communes

Fig. 7 : Fragment de vase à décor estampé de Bazoches-lès-Bray (Seine-et-Marne), Les Communes

(DAO P. Pihuit, Inrap).

Fig. 8 : Le tesson à décor estampé de Bazoches-lès-Bray, Les Communes (Seine-et-Marne)

Fig. 8 : Le tesson à décor estampé de Bazoches-lès-Bray, Les Communes (Seine-et-Marne)

(Cliché J.-M. Séguier, Inrap).

  • 5 Voir note 2.
  • 6 En dépit de l’exiguïté du fragment, la position du décor pourrait évoquer une coupe à encolure haut (...)

14Ce motif élémentaire est répertorié sur la céramique armoricaine (motif 47 de Schwappach 1969) et constitue, par exemple, le thème secondaire de coupes à rosace, comme à Inguiniel5, ou, peut-être, à Paule (Ménez 2012 : Fig. 3, n°17)6. Le type du vase supportant ce décor n’est pas formellement reconnu en raison de l’exiguïté du tesson, mais il est possible qu’il s’agisse d’une jatte à col haut. Ces références se situent, une nouvelle fois, dans une fourchette chronologique haute. Ce fragment provient d’une fosse d’époque romaine où il était en position résiduelle avec d’autres éléments laténiens. Les fosses du second âge du Fer, localisées à proximité immédiate ont livré de modestes lots de céramique (Fig. 9) associant vaisselle non tournée (jattes arrondies [n°6, 9], jattes à épaulement [n°1-2], situliforme [n°8], décor imprimé-repoussé [n°10]) et tournée (jattes en S [n°3], à bord replié [n°4], à épaulement [n°11]), assemblage qui s’inscrit pleinement dans l’étape IV du secteur Seine – Yonne, mise en parallèle avec La Tène B2 et le début de La Tène C1 (Séguier 2009). Ainsi, comme à Bonneuil-en-France et à Mours, la datation stylistique rejoint-elle celle du contexte d’occupation, si l’on admet que ce tesson s’y rattache bien.

Fig. 9 : Céramiques des fosses 1022 (n°1-6) et 1106 (n°7-14) de Bazoches-lès-Bray, Les Communes, Les Demi-Arpents (Seine-et-Marne)

Fig. 9 : Céramiques des fosses 1022 (n°1-6) et 1106 (n°7-14) de Bazoches-lès-Bray, Les Communes, Les Demi-Arpents (Seine-et-Marne)

(Relevés J.-M. Séguier, DAO P. Pihuit, Inrap).

Un vase d’inspiration occidentale et de possibles avatars ?

15L’établissement aristocratique de Villiers-sur-Seine, Le Défendable (Seine-et-Marne) a livré, parmi un très important ensemble de céramiques, plusieurs récipients se prêtant à une interprétation différente, mais conduisant à se tourner, à nouveau, vers l’Ouest de la Gaule. Cet établissement enclos (Quenez à paraître), occupé à La Tène moyenne (fin de La Tène C1 et La Tène C2), s’est révélé particulièrement riche en mobilier, très diversifié de surcroît, celui-ci étant surtout regroupé dans les fossés. De l’une des rares fosses à avoir livré un matériel pertinent, la fosse 1024, provient un récipient très original (Séguier à paraître b). Il s’agit d’un pot ovoïde à col court limité par une baguette sur laquelle s’attachent deux appendices courts à ensellement médian perforés horizontalement (le pertuis étant très étroit, il est préférable de parler d’oreilles plutôt que d’anses), collées en position haute (Fig. 10, n°1 ; Fig. 11). Ce vase, probablement monté au colombin dans une terre de teinte grise à surface beige à brun dégraissée à la chamotte, mais contenant aussi des fragments de calcaire et de silex, porte un décor complexe composé de lunules imprimées en bandes distribuées selon une ligne horizontale cerclant le vase à mi-panse, et en lignes disposées verticalement de part et d’autre des oreilles, mais aussi à mi-distance entre ces dernières.

Fig. 10 : Le pot à oreilles de la fosse 1024 de Villiers-sur-Seine, Le Défendable (Seine-et-Marne) et principales céramiques associées

Fig. 10 : Le pot à oreilles de la fosse 1024 de Villiers-sur-Seine, Le Défendable (Seine-et-Marne) et principales céramiques associées

(DAO P. Pihuit, Inrap).

Fig. 11 : Le pot de la fosse 1024 de Villiers-sur-Seine, Le Défendable

Fig. 11 : Le pot de la fosse 1024 de Villiers-sur-Seine, Le Défendable

(Cliché J.-M. Séguier, Inrap).

16Le contexte de découverte, la fosse 1024, livre un assemblage de vaisselle (Fig. 10, n°2-7) comportant, notamment des récipients non tournés à pâte fine (jattes à épaulement [n°2] et en S [n°3], pots ovoïdes [n°6, 8], pot à panse ellipsoïdale [n°7], tesson à décor imprimé [n°5]) ou grossière (jarre à lèvre oblique [n°9]), et de vases tournés (dont un piédouche [n°4]), qui est caractéristique de l’étape de transition entre la fin de La Tène C1 et La Tène C2, ou du début de l’horizon La Tène C2 dans le secteur Seine – Yonne (Séguier et Viand 2012).

17Ce vase se distingue des nombreux autres pots découverts sur le site par son col court souligné par une baguette, l’emplacement, la composition et la technique du décor, ou encore le lissage de la panse, inhabituel, et ne semble connaître aucun parallèle exact au second âge du Fer dans l’ensemble du Bassin parisien, région où, à quelques exceptions près (cf. infra), les pots ne sont jamais munis d’appendices.

18En revanche, il semble opportun de le comparer aux pots à oreilles du Massif armoricain, le type 20 de Plouër-sur-Rance, Le Boisanne (Ménez 1996 : 111-114). Apparaissant dans des contextes de la première moitié du IIIe s. (Ménez 2012 : Fig. 3, n°1), ces récipients dotés d’anses en position haute deviennent communs dès la première moitié du IIs. (ibid.), aussi bien à l’intérieur des terres que sur le littoral. Cette forme est rarement ornée. Cependant, quelques spécimens du IIIe s. et du début IIe s. portent des décors estampés et/ou peints, ainsi qu’une enduction au graphite (ibid. : 262). L’organisation géométrique du décor de l’un des récipients du Camp de Saint-Symphorien à Paule (ibid. : Fig. 4, n°12) est étonnamment comparable à celle observée sur le pot de la fosse 1024 de Villiers-sur-Seine, les poinçons étant bien entendu propres au registre breton (Fig. 12) : baguette à la base du col (élément technique destiné à permettre de positionner correctement les oreilles), bandeau d’esses estampés à mi-panse, ocelles accolés aux anses et motif cruciforme constitué d’ocelles disposé à mi-distance de ces dernières. Le vase de Paule se distingue donc de celui de Villiers-sur-Seine par son ornementation, ainsi que par le mode de fixation des appendices (tenons), ou encore par ses dimensions, nettement plus importantes (bien qu’il existe des vases du même type de module plus faible).

Fig. 12 : Comparaison du pot de la fosse 1024 de Villiers-sur-Seine et d’un pot de l’établissement de Paule (Côtes-d’Armor)

Fig. 12 : Comparaison du pot de la fosse 1024 de Villiers-sur-Seine et d’un pot de l’établissement de Paule (Côtes-d’Armor)

(DAO P. Pihuit, Inrap, d’après Ménez 2012).

19La ressemblance entre les deux récipients est troublante : morphologie, appendices et organisation du décor semblent conçus selon un même modèle. Pour autant, au-delà des motifs ornementaux, le vase de Villiers-sur-Seine dispose de traits spécifiques, comme la disposition maladroite des oreilles (en oblique) ou leur ensellement. Au demeurant, la nature des inclusions non plastiques permet d’exclure une origine armoricaine pour militer en faveur d’une production locale ou régionale lato sensu (qui mériterait d’être précisée). Eu égard au caractère exceptionnel et à la datation de ce vase, il est permis d’envisager qu’un tel récipient a été conçu en référence à un prototype originaire du Massif Armoricain parvenu jusqu’au cœur du Bassin parisien.

20Le vase présenté ci-dessus n’est peut-être pas totalement isolé dans le contexte régional. En effet, les fossés d’enclos de Villiers-sur-Seine, Le Défendable ont livré les restes de deux autres récipients en céramique non tournée dotés d’appendices de préhension. Le premier est un pot à panse ellipsoïdale à bord rentrant muni de quatre oreilles horizontales à ensellement et perforation verticale, situées en position haute (Fig. 13, n°1) : trouvé dans le fossé 1037, il est confectionné dans une terre dégraissée à l’aide de sable quartzeux et de calcaire contenant des fragments de silex. Le second, trouvé dans le fossé 1048, est un pot ovoïde à panse grattée doté de deux oreilles massives en position haute perforées verticalement (Fig. 13, n°2), monté au colombin à partir d’une terre à dégraissant carbonaté. Si la pâte et la forme de ces pots sont compatibles avec une origine locale ou régionale, les appendices constituent, à nouveau, une originalité. Il est à noter que ces derniers, dotés de lumières étroites, diffèrent par leur disposition et leur morphologie, les oreilles à ensellement du pot du fossé 1037 rappelant le pot de la fosse 1024.

21Ces vases à appendices connaissent de rares parallèles dans le Bassin parisien. Un pot situliforme à oreilles horizontales perforées verticalement disposées diamétralement sur l’épaulement (Fig. 13, n°3), provient du comblement du fossé de l’établissement de Fontenay-en-Parisis, La Lampe (Val-d’Oise) (Daveau et Yvinec 2001 : Fig. 9, n°50), dont l’occupation est datée par un abondant mobilier de La Tène C2 (ibid.). Un autre (voire deux), du même type, provient du silo 2001 de l’enclos de la ZAC des Tulipes Nord à Gonesse (Val-d’Oise) (Laporte-Cassagne 2012, Pl. 3, n°35), contexte daté de La Tène C2. Six vases de l’établissement d’Ymonville, Les Hyèbles (Eure-et-Loir), occupé à La Tène C2 et au début de La Tène D1 (Josset 2012), sont également dotés d’oreilles symétriques à perforation verticale dans quatre cas, ou horizontale dans un cas : ces appendices équipent des pots à panse ellipsoïdale ou ovoïde qui rappellent beaucoup ceux des fossés 1037 et 1048 de Villiers-sur-Seine (Fig. 13, n°4). Enfin, un pot de l’établissement d’Allonnes, L’Ouche Pigeonnier, découvert en contexte La Tène C2-D1a, présente des caractères similaires (Bailleux et Vacassy 2011 : 216-217). Dans l’état actuel de la documentation, l’inventaire des pots à oreilles du Bassin Parisien semble s’arrêter là.

22Ces récipients ne se contentent sans doute pas de présenter d’étroites ressemblances typologiques pour former un groupe cohérent en dépit de leur dispersion géographique. Ils répondent probablement, avant tout, à une même fonction dont témoigne leur principal caractère, la présence d’appendices : il s’agit sans doute de vases de conserve, dotés d’un système d’obturation en matière organique que les oreilles devaient permettre d’assujettir solidement, probablement à l’aide de cordelettes passant par leur pertuis, seule raison à même de justifier leur présence – pour autant, aucune trace particulière (altération interne par exemple) ne permet d’identifier le contenu. Si l’on a affaire à des imitations, elles paraissent encore moins fidèles que dans le cas du pot de la fosse 1024 de Villiers-sur-Seine, qui se rapproche, lui, plus nettement des prototypes les plus élaborés. Mais les pots ovoïdes de Villiers-sur-Seine, Ymonville et Allonnes présentent, plus que ceux de Fontenay-en-Parisis et Gonesse, une allure générale très proche de celle des exemplaires non décorés du type 20 de Plouër-sur-Rance, ou encore de ceux de la Plaine de Caen (Chérel 2012, Fig. 6, n°3-1-2/2 et 3-1-2/3a). Bien que l’on ne puisse totalement exclure l’hypothèse selon laquelle ces vases procèdent d’une création régionale, la genèse des pots non décorés de Villiers-sur-Seine, Fontenay-en-Parisis, Gonesse, Ymonville et Allonnes pourrait s’expliquer de deux façons différentes : soit il s’agit d’avatars procédant d’une étape avancée du processus d’imitation amorcé par le récipient de la fosse 1024, soit ces vases imitent la variante non décorée, la plus fréquente, des pots à oreilles de l’Ouest de la Gaule.

Fig. 13 : Autres pots à oreilles de Villiers-sur-Seine (Seine-et-Marne) (n°1-2), de Fontenay-en-Parisis (Val-d’Oise) (n°3) et d’Ymonville

Fig. 13 : Autres pots à oreilles de Villiers-sur-Seine (Seine-et-Marne) (n°1-2), de Fontenay-en-Parisis (Val-d’Oise) (n°3) et d’Ymonville

(DAO P. Pihuit, Inrap, n°3 d’après Daveau et Yvinec 2001 ; n°4 d’après Josset 2012).

Les baquets tripodes

23Les baquets tripodes, tout aussi rares en Île-de-France que les récipients évoqués précédemment, constituent la dernière catégorie susceptible de permettre d’envisager des relations avec l’extrême occident gaulois à La Tène moyenne. On n’en compte que deux exemplaires.

24Le premier, découvert à l’occasion d’un diagnostic à Jouy-le-Moutier (Val-d’Oise), provient d’une petite nécropole de La Tène moyenne localisée sur l’emprise du secteur dit Éguerets-Bruzacques (Rosenberger 2013). Parmi les inhumations figurait un dépôt de deux récipients, vestiges d’une probable sépulture (Séguier 2013b). L’un des deux vases correspond à la partie inférieure d’un gobelet en céramique non tournée semi-fine, grossièrement modelé (Fig. 17, n°2). L’autre est un baquet au profil sub-cylindrique à lèvre arrondie et base légèrement débordante, orné de trois filets incisés à mi-panse, dont le fond, déprimé, repose sur trois pieds de forme quadrangulaire et de section sub-triangulaire, ornés d’une croix incisée dans un cartouche rectangulaire (Fig. 14, n°1 ; Fig. 15). Ce baquet semble avoir été, a minima, régularisé par tournassage (les traces internes et externes sont nettes), peut-être après montage au colombin, mais on ne peut exclure qu’il ait été monté au tour. Il a été confectionné dans une terre contenant un abondant dégraissant constitué de grains de quartz fins anguleux et translucides, d’autres plus grossiers et émoussés (blancs, translucides, rouges), mais aussi des esquilles de silex noir, de la chamotte et des paillettes de mica blanc. La pâte et la surface interne sont de couleur gris sombre à cœur noir, alors que l’épiderme externe, de teinte brun rouge clair – ce qui suggère une cuisson en atmosphère contrôlée –, porte de larges traces d’un enduit rouge carmin sans doute à base d’hématite.

Fig. 14 : Baquet tripode de Jouy-le-Moutier, site Égueret-Bruzacques (Val-d’Oise)

Fig. 14 : Baquet tripode de Jouy-le-Moutier, site Égueret-Bruzacques (Val-d’Oise)

(DAO P. Pihuit, Inrap).

Fig. 15 : Le baquet tripode de Jouy-le-Moutier, site Égueret-Bruzacques (Val-d’Oise)

Fig. 15 : Le baquet tripode de Jouy-le-Moutier, site Égueret-Bruzacques (Val-d’Oise)

(Cliché J.-M. Séguier, Inrap).

25Hormis le contexte de la nécropole (La Tène C1-C2), on ne dispose d’aucun indice de datation autre que typologique. La pièce de comparaison la plus proche est constituée par le baquet de l’incinération 606 de la nécropole de Bois-Guillaume, Les Boquets (Seine-Maritime) (Merleau 2002 : 64-65 [vase G]). La parenté entre les deux récipients doit être soulignée (profil, filets incisés, forme quadrangulaire des pieds, dimensions), même si l’on note des différences minimes (forme de la lèvre, profil des pieds), le vase normand ne portant pas d’enduit coloré, alors que sa pâte est décrite comme riche en silex et est présumée locale (type B de Merleau 2002 : 150). Ce baquet, déposé dans l’une des sépultures fondatrices de la nécropole, était associé à un riche mobilier comportant, notamment, un seau en bois d’if à cerclage et anse bimétalliques, un “ plateau ” en bois, un bracelet spiralé à trois joncs, une fibule de type Gebhart 14/15, une extrémité de ceinture féminine à décor émaillé, et six autres vases, dont un bassin à fond ombiliqué et un pot à panse striée dont les affinités armoricaines ont, par ailleurs, été soulignées (ibid. : 64-69, 136-138, 173-185, 193-197). Cet assemblage a été attribué à La Tène C2 (ibid.) et c’est une datation similaire que l’on propose de retenir pour le vase de Jouy-le-Moutier.

26Le second exemplaire francilien provient du fossé 1048 de Villiers-sur-Seine, Le Défendable (cf. supra) (Fig. 16). Il n’en subsiste que la partie basse de la panse cylindrique portant une ligne ondée tracée au lissoir, et la base portant la trace de l’arrachement d’un des pieds qui étaient constitués de barrettes rectangulaires prenant appui sur un anneau plat (Fig. 17). La pâte, gris sombre et dégraissée au quartz, recèle quelques paillettes de mica ; son aspect est proche de celui d’autres céramiques tournées de La Tène moyenne du secteur Seine – Yonne et, d’ailleurs, la surface enfumée du récipient rattache clairement ce vase à cette série.

Fig. 16 : Baquet tripode de Villiers-sur-Seine (Seine-et-Marne), Le Défendable

Fig. 16 : Baquet tripode de Villiers-sur-Seine (Seine-et-Marne), Le Défendable

(DAO P. Pihuit, Inrap).

Fig. 17 : Fragment du baquet tripode de Villiers-sur-Seine (Seine-et-Marne), Le Défendable

Fig. 17 : Fragment du baquet tripode de Villiers-sur-Seine (Seine-et-Marne), Le Défendable

(Cliché J.-M. Séguier, Inrap).

  • 7 Encore que la présence de pieds ne soit pas assurée.
  • 8 Les caractères de ce dernier (panse lenticulaire, fond ombiliqué, dorure au mica : Ménez 2012 : Fig (...)
  • 9 Information S. Linger-Riquier, que nous remercions ici.

27Le baquet tripode était une forme méconnue du répertoire céramique francilien jusqu’à la découverte des éléments présentés ici. De manière plus générale, ce type demeure exceptionnel au second âge du Fer. La quasi-totalité des pièces de comparaison se situe dans un grand quart nord-ouest de la Gaule (Fig. 1). Un inventaire récent (Daire et Quesnel 2008), qu’il conviendrait peut-être d’actualiser, fait état de découvertes sur l’île Guennoc (deux exemplaires ?), à Quiberon, à Landunvez, à Huelgoat, à Erdeven7 et à Paule8 (ibid. : 106-108 et Fig. 108). Ces éléments sont attribués à La Tène moyenne et finale lato sensu (ibid.). D’autres exemplaires plus orientaux proviennent de contextes mieux datés. À celui de la sépulture 606 de la nécropole de Bois-Guillaume (cf. supra), il convient d’ajouter ceux de la grotte des Perrats à Agris (Charente), trouvés dans un dépôt daté de La Tène C2-D1a (Ducongé et Gomez de Soto 2007 : 482-486 et Fig. 3), de Saint-Georges-sur-Cher, daté de La Tène C2 (Couderc et Tricoire 2006), ou de Garancières-en-Beauce, en céramique tournée sableuse de La Tène D9. Aux deux exemplaires franciliens, les plus orientaux connus à ce jour, il convient d’ajouter celui qui a été découvert dans les niveaux qualifiés de tardo-républicains du sanctuaire de Ribemont-sur-Ancre (Somme) (Chaidron et Fercoq du Leslay 2013 : Fig. 9, n°1).

  • 10 Ce motif cruciforme se retrouve sur les pieds du baquet de Garancières-en-Beauce (cf. note précéden (...)

28Toujours très soignés, ces récipients affectent une forme cylindrique ou légèrement tronconique, leur panse étant cerclée de baguettes ; celui de l’île Guennoc, aux pieds rectangulaires, est d’un module supérieur à ceux de Jouy-le-Moutier et de Villiers-sur-Seine. L’allure générale des baquets en terre cuite rappelle celle des seaux en bois apodes à garnitures et anses métalliques (Daire et Quesnel 2008), comme celui de la tombe 606 de Bois-Guillaume, et plus généralement, bien entendu, celle des seaux à cerclages métalliques et anse, dotés généralement de 3 ou 4 pieds, de type Aylesford. Les pieds quadrangulaires hauts de ces récipients sont souvent ornés de motifs complexes, par exemple à Thugny-Trugny, Goeblange-Nospelt tombe B (seau n°30), Baldock, Aylesford, etc. (Metzler et Gaeng 2009 : 294-305), ces décors pouvant adopter une organisation cruciforme, par exemple sur le seau 33 de la sépulture B de Goeblange-Nospelt (ibid. : Fig. 281), qui n’est pas sans évoquer le motif des pieds du baquet de Jouy-le-Moutier10. Les seaux de type Aylesford sont plus élancés que les baquets en céramique et leur profil peut être tronconique et rentrant (ils sont alors assez hauts). Néanmoins, certains d’entre eux, cylindriques, sont d’une taille comparable à celle des baquets de Jouy-le-Moutier et de Bois-Guillaume (ibid. : Fig. 280). La ressemblance entre les seaux en bois à cerclage métallique et les baquets en céramique étant patente, il est permis de penser que les seconds imitent les premiers, les filets ou baguettes qui les cernent pouvant rappeler les cerclages métalliques, d’autant que le type Aylesford s’inscrit dans une longue tradition comme le montre, notamment, le baquet apode en if de Bois-Guillaume.

29La fonction des baquets en céramique n’est pas totalement assurée, notamment en raison du petit nombre d’exemplaires connus. Cependant, la découverte de Bois-Guillaume (associant baquet tripode, seau en bois et bassin ombiliqué) et, précisément, celle de Jouy-le-Moutier, montrent que de tels récipients jouaient un rôle dans les pratiques funéraires. Une autre sépulture de Bois-Guillaume, l’incinération 615, associe d’ailleurs le seau en bois cerclé et le bassin à ombilic à un chaudron métallique et à sa crémaillère (Merleau 2002), situant ces ustensiles dans une sphère sociale privilégiée. On est tenté d’envisager qu’il en va de même des baquets tripodes en céramique. Au demeurant, l’exemplaire de Villiers-sur-Seine provient d’un établissement de très haut rang où la pratique du banquet est attestée, tandis que le vase d’Agris est issu d’un contexte mis en relation avec des pratiques rituelles, notamment des libations (Ducongé et Gomez de Soto 2007), et que celui de Ribemont-sur-Ancre provenant d’un sanctuaire. Ces indices sont conformes à l’hypothèse selon laquelle les seaux de type Aylesford et apparentés sont à mettre en relation avec le service des boissons dans le cadre du festin et attachés aux élites sociales.

30La distribution des baquets en céramique, la nature des pâtes et les détails de finition (décor ondé de Villiers-sur-Seine, enduit rouge de Jouy-le-Moutier) montrent que ces récipients ne sont pas issus d’une unique source, mais traduisent, au contraire, la diversité des lieux de production. En Île-de-France et en Normandie au moins, ces vases paraissent correspondre à des productions locales ou régionales, conçues selon un modèle commun, mais adaptées aux traditions potières indigènes. Il n’est donc pas question, ici, d’importations de l’Ouest de la Gaule. Néanmoins, la localisation des découvertes (Fig. 1) situe clairement l’usage de ces récipients dans un large quart Nord-Ouest de la Gaule de manière préférentielle, sinon exclusive. La distribution des exemplaires les plus orientaux datés de La Tène moyenne (Bois-Guillaume, Jouy-le-Moutier, Villiers-sur-Seine) suggère même que le bassin de la Seine a pu constituer un vecteur pour la diffusion du concept véhiculé par ces récipients, lesquels paraissent ainsi plutôt attachés à un domaine “ atlantique ” que nord-alpin. D’autres types plus récents, comme les baquets apodes de La Tène finale, assez régulièrement représentés en territoire parisiaque et bellovaque, plus rarement chez les Sénons, participent, ultérieurement, d’un phénomène sans doute comparable, ainsi qu’en témoigne leur fréquence en Saintonge en particulier (Landreau 2009).

Éléments d’analyse

31Céramiques estampées, pots à oreilles et baquets tripodes ne revêtent pas exactement la même signification. Pourtant ils paraissent traduire les relations tissées entre la partie occidentale du Bassin Parisien (territoires sénon, melde, parisiaque et carnute) et le Nord-Ouest de la Gaule, de La Tène B2-C1 à La Tène C2, voire au début de La Tène D1, jusqu’alors difficilement soupçonnables.

  • 11 La consultation des planches publiées par S. Marion (2004) en témoigne largement.

32Il est vraisemblable que les céramiques estampées étudiées ici, soient, au vu de leurs caractères typologiques et stylistiques, des importations du Nord-Ouest de la Gaule. Il n’est pas inutile de souligner le caractère exceptionnel (à peine quatre individus) des récipients de Bonneuil-en-France, Mours et Bazoches-lès-Bray (La Tène B2-C1), et celui de Bobigny (La Tène C2) dans un contexte régional, par ailleurs bien documenté, où le décor estampé ne figure pas, en principe, au répertoire des techniques ornementales en vigueur11. En l’absence d’analyse minéralogique, il n’est pas possible de préciser la (ou les) provenance(s) de ces vases, d’autant que l’origine exclusivement armoricaine des céramiques à décor estampé de La Tène ancienne et de La Tène moyenne a pu être fort justement remise en cause à l’occasion de découvertes très excentrées par rapport à la Bretagne (Poirier et al. 2005).

  • 12 Liste non exhaustive.

33Les découvertes franciliennes viennent s’ajouter à une liste encore limitée de récipients à décor estampé “ de style armoricain ” ou apparenté, découverts hors du Massif Armoricain, mais désormais régulièrement signalés (Fig. 1)12 :

  • en Basse-Normandie, en particulier à Mondeville (Besnard-Vauterin 2009 : 94-95), Saint-Martin-de-Fontenay (Lepaumier et al. 2011a : Fig. 13), Putot-en-Bessin (Hérard 2009), Orval (Lepaumier et al. 2011b : 317, Fig. 2), Urville-Nacqueville (Lefort et Marcigny 2009 : 59)… ;

  • dans les Pays-de-Loire, notamment à Vivoin (Guillier et al. 2006 : 57, Fig. 12), Athée (Poissonnier et al. 2009), Brion (Poirier et al. 2005 : 111), Mozé-sur-Louet (Levillayer 2006 : 127, Fig. 10), Cizay-la-Madeleine (Levillayer et al. 2013) ;

  • en Poitou, à Châtellerault (Poirier et al. 2005 : 110-111, Fig. 6) et à Civaux (Gomez de Soto et al. 2007 : Fig. 9, n°12) ;

  • et jusqu’en Aquitaine septentrionale à Barzan (Robin et al. 2009 : 48 et Fig. 6, n°11).

  • 13 Silo 1008 de la zone 1 ; fouille P. Lawrence Dubovac, étude de l’auteur (en cours).

34En France centrale, la situation est plus complexe. La multiplication des découvertes de céramique estampée dans des contextes des IVe et IIIe s., notamment à Sublaines (Frénée 2008 ; Poirier et al. 2005 : 111), à La Chaussée-Saint-Victor (Riquier et Frénée 2004), à Ymonville (Josset 2012 : vol. II, pl. 390), à Saumeray (Riquier 2008, vol. II, Fig. 348), à Mer, à Thignonville, à Épieds-en-Beauce, ou à Bourges (Augier et al. 2007 : 158-161), permet d’envisager l’existence d’une zone de production régionale centrée sur le bassin de la Loire moyenne, distincte du foyer armoricain et de ses marges, notamment en raison du style ornemental, des poinçons et des argiles utilisées (Augier et al. 2007). Sans doute inspiré des productions armoricaines (lato sensu), ce groupe a pu occasionnellement être diffusé dans le sud-ouest de l’Île-de-France, comme semble le suggérer la découverte, toute récente, d’un fragment de pot estampé au moyen d’une matrice en lunule dentée, dans un contexte du IVe s. de l’habitat de Saint-Phallier à Morigny-Champigny (Essonne) (Fig. 18)13.

Fig. 18 : Fragment de vase à décor estampé du silo 1008 de Morigny-Champigny (Essonne), Saint-Phallier

Fig. 18 : Fragment de vase à décor estampé du silo 1008 de Morigny-Champigny (Essonne), Saint-Phallier

(Cliché J.-M. Séguier, Inrap).

35Les vases trouvés en Île-de-France paraissent donc s’inscrire à la croisée de deux dynamiques : la première correspond à une diffusion de petits lots de vaisselle d’origine bretonne ou produite dans la périphérie du Massif armoricain (Bonneuil-en-France, Mours, peut-être Bobigny et Bazoches-lès-Bray), alors que la seconde, dont la réalité commence à peine à émerger, se situe plutôt dans la mouvance des productions de la région Centre (Morigny-Champigny). Il est permis de se demander si les récipients originaires du Massif armoricain et de sa périphérie ont été diffusés, entre la fin du IVe et le début du IIe s., pour eux-mêmes, en tant que vaisselle éventuellement revêtue d’un caractère autant prestigieux qu’exotique, ou s’ils s’inscrivent dans un courant d’échange à longue distance plus complexe portant sur des produits diversifiés parmi lesquels la céramique a pu n’occuper qu’une place mineure. Le très petit nombre d’individus recensé sur chaque site, même dans les secteurs limitrophes de la Bretagne (Calvados, Mayenne, Poitou), atteste d’une diffusion occasionnelle et non d’un commerce de vaisselle organisé. Néanmoins, si ces vases témoignent d’échanges commerciaux, il n’est pas impossible qu’ils n’aient fait qu’accompagner d’autres produits à forte valeur ajoutée, exportés depuis le Nord-Ouest de la Gaule en direction de l’Est et du Sud. On pense, bien entendu, à des semi-produits métalliques, le Massif Armoricain étant riche, notamment, en or et en étain, mais aussi au sel, dont la production est désormais bien attestée sur le littoral au cours du second âge du Fer au travers des sites à briquetages (Daire 1999), ou encore à des salaisons résultant d’une chaine opératoire complexe associant sites sauniers et fermes produisant le bétail.

  • 14 Étude G. Auxiette, dans Quenez à paraître.

36Il semble opportun de rapprocher les pots à oreilles de Villiers-sur-Seine, Fontenay-en-Parisis, Gonesse, Ymonville et Allonnes, qu’ils soient décorés ou non, des pots du domaine armoricain et de ses marges. Ceux-ci s’inscrivent-ils dans le mouvement que suggèrent les vases estampés ? S’il s’agit bien d’imitations de modèles occidentaux, il est légitime de penser, notamment pour ce qui est du vase orné de Villiers-sur-Seine, que c’est plus la fonction de ces pots qui a été reproduite que le type en lui-même, ce dernier étant somme toute assez banal. La seule explication à la présence d’oreilles étant un système de fermeture hermétique, il semble possible d’avancer l’hypothèse d’un usage comme pot à conserve, commun aux territoires carnute, parisiaque, sénon et melde à la fin du IIIe et au début du IIe s. Si les contextes de découverte ne renseignent pas directement sur la nature et la qualité des produits conservés (et, éventuellement, véhiculés) dans ces récipients, ils tendent à qualifier le statut de leurs utilisateurs : Ymonville, Allonnes, Villiers-sur-Seine et Fontenay-en-Parisis sont des établissements de haut rang, et la tenue de banquets y est avérée au travers des études archéozoologiques au moins à Fontenay-en-Parisis (Daveau et Yvinec 2000) et à Villiers-sur-Seine14.

37Y. Ménez a proposé de voir dans les pots à oreilles bretons des saloirs en raison des altérations qui en affectent l’intérieur, surtout dans la partie basse (Ménez 2012 : 259). Cette hypothèse est certes recevable, mais d’autres usages alimentaires peuvent expliquer ces desquamations, comme la production et la conservation de denrées liquides ou semi-liquides fermentées à base de produits végétaux ou laitiers (Saurel 2014 : 342-347 et 368-381 ; Séguier 2009 : 125). Dans le premier cas, c’est l’imprégnation de la saumure puis la recristallisation du chlorure de sodium dans la masse de la pâte poreuse de la céramique au cours d’une étape de séchage qui explique les desquamations, lesquelles ne se limitent d’ailleurs pas forcément à la seule surface interne comme le montrent les données expérimentales (Bonaventure 2011 : 106-108 ; Saurel 2014 : 345). Dans le second, ce sont les sous-produits de la fermentation lactique ou alcoolique qui, induisant un excès d’acidité, provoquent une attaque chimique et une désagrégation progressive de la texture de la terre cuite (ibid.), phénomène par ailleurs documenté par des observations ethnographiques (ibid.).

38Si l’on suit la première hypothèse, il convient de se demander si l’imitation des pots du type 20 de Plouër-sur-Rance traduit, au cœur du Bassin parisien, un usage semblable et donc si ces récipients étaient destinés au conditionnement de salaisons. En l’état, cela n’est pas démontrable. On peut avancer l’hypothèse selon laquelle ce n’est pas un vase que l’on a voulu imiter, mais le tout indissociable que ce dernier formait avec son contenu, celui-ci pouvant être chargé, une fois de plus, d’une dimension prestigieuse et/ou exotique. Cependant, au contraire de leurs homologues bretons, les vases de Villiers-sur-Seine ne présentent pas d’altération interne, tout comme, semble-t-il, ceux d’Ymonville et de Fontenay-en-Parisis, alors que ces mêmes desquamations sont largement attestées sur les jarres et certaines grandes bassines en céramique non tournée grossière du second âge du Fer du Bassin Parisien – c’est le cas à Villiers-sur-Seine. Il faut donc probablement se résoudre à abandonner cette piste tout comme, d’ailleurs, et pour les mêmes raisons, celle de la production de boissons fermentées, lesquelles nécessitent de grands récipients (brassage de la bière), fonction dont paraît s’accommoder la majorité des jarres laténiennes du Bassin parisien, alors qu’un tel usage ne peut être exclu pour les pots à oreilles du Massif armoricain. Sans doute faut-il en rester, dans le cas des récipients examinés ici, à une terminologie, plus générique et plus neutre, de “ vases à conserve ”, tout en observant que ceux-ci se distinguent nettement de la masse des pots en usage sur les établissements pris en compte et désignent, probablement, un contenu spécifique.

39Les baquets tripodes trouvés en Île-de-France ne paraissent pas être importés. Du reste, leur rareté et leur grande dispersion dans un très large quart nord-ouest de la Gaule (Fig. 1), semblent témoigner de la diffusion d’un concept (lié à un usage spécifique dans le service des boissons ?) plus que d’objets. Néanmoins, il est troublant de constater que leur distribution coïncide avec celle des deux autres catégories, situant l’Île-de-France et le Centre aux confins des domaines atlantique et nord-alpin.

  • 15 Un fragment d’auget est néanmoins signalé à Bobigny (Marion et al. 2005).

40Reste cependant à examiner le problème, plus général, de la présence de ces quelques vases traduisant des relations entre le Bassin parisien et le Massif armoricain ou sa périphérie au second âge du Fer. On ne peut exclure que le commerce du sel et/ou de produit dérivés (salaisons) ait pu, au même titre que les métaux, être au cœur d’un système d’échange. La zone d’étude prise en compte ici, l’ouest du Bassin parisien (Fig. 1), est pratiquement dépourvue de ressources salines. Elle est donc entièrement tributaire, pour ses approvisionnements, de relations avec les grandes zones de production saunière protohistoriques : d’une part le littoral de l’Atlantique, de la Manche et de la Mer du Nord (grosso modo de la Vendée aux Flandres) ; d’autre part les salines de l’estuaire de la Somme (Prilaux 2000) et de l’Est (Lorraine, Jura). Le commerce du sel, matière éminemment soluble, ne laisse pratiquement aucune trace directe15 ou aisément reconnaissable ; il est donc impossible de connaître l’origine de cette matière première, celle-ci ayant pu être multiple. Pour autant, il n’y a aucune raison de penser que le commerce du sel, que l’on suppose à juste titre largement développé au second âge du Fer (Daire 1999 ; Prilaux 2000), ait épargné cette partie de la Gaule. Ainsi, le sel issu du littoral breton, a fort bien pu jouer un rôle non négligeable dans les approvisionnements franciliens, au même titre que ceux du littoral normand, de la baie de Somme, etc.

41Ainsi, il n’est pas exclu que les vases estampés constituent un témoignage indirect et discret de ces échanges dont on imagine mal, au regard du caractère essentiel du sel dans l’alimentation humaine et dans la conservation des viandes, qu’ils n’aient pas généré des plus-values considérables.

  • 16 L’agglomération d’Urville-Nacqueville semble avoir joué un rôle important dans la diffusion du lign (...)

42Les pots à oreilles constituent peut-être un autre témoignage indirect de cette activité. Si ce type ne semble guère signalé en Mayenne, dans la Sarthe, ou en Anjou, il paraît, en revanche, avoir suscité des imitations en Basse-Normandie, comme en témoignent, entre autre, les types 9b et 6Ebis de Mondeville (Besnard-Vauterin 2009) ou les vases d’Ifs (Chérel 2012). La voie littorale de la diffusion de ce modèle que suggère la distribution des découvertes de la plaine de Caen ou de la presqu’île du Cotentin, conduit vers l’estuaire de la Seine. Ce dernier a pu constituer une voie de pénétration en direction de l’Île-de-France et, plus généralement, du Bassin parisien, de marchandises en provenance du Massif Armoricain, mais aussi des produits liés au commerce transmanche dont on commence à peine à discerner l’importance16. Sans doute n’est-il pas indifférent de constater que les lieux de découverte des baquets tripodes de La Tène C2 évoqués ici-même (Bois-Guillaume, Jouy-le-Moutier, Villiers-sur-Seine) jalonnent l’itinéraire de la vallée de la Seine. Le rôle de l’axe ligérien, qui n’est sans doute pas à négliger, est, de son côté, encore incertain ; il méritera une enquête spécifique.

43Ainsi, le dynamisme économique des peuples installés dans le Massif Armoricain semble-t-il désormais devoir être pris en considération, même s’il est difficile d’en mesurer l’impact réel, la vallée de la Seine ayant dû jouer un rôle dans le commerce atlantique en direction de la Gaule interne. Le sel a pu occuper une place non négligeable dans les relations nouées, au même titre que d’autres marchandises (métaux…), dont les trois catégories de vaisselle examinées pourraient ne constituer qu’un témoignage indirect. Le corpus est, certes, encore très limité et demande à être enrichi par de nouveaux éléments. Dans l’état actuel de la documentation, rien ne vient renseigner l’état des relations entre l’Ouest et l’Île-de-France à La Tène finale en dehors de quelques découvertes monétaires dont la signification nous échappe.

44Ce n’est pas le moindre des intérêts des matériaux étudiés ici que d’apporter un nouvel éclairage à l’image qui préside aux conceptions que l’on a de la formation des élites sociales de cette partie du Bassin parisien à La Tène moyenne, traditionnellement conçues comme procédant d’une pression exacerbée de peuples belges belliqueux et expansionnistes s’appropriant le futur territoire des Parisii (Ginoux 2009). Sans aller jusqu’à une inversion des paradigmes, la réalité pourrait être infiniment plus complexe, les relations établies avec l’Ouest ayant pu jouer un rôle déterminant, les pistes proposées ici invitant, à tout le moins, à une lecture nuancée de la mise en place des entités culturelles et de leurs élites au cours de La Tène moyenne.

Haut de page

Bibliographie

Ameye 2014

Ameye N. (dir.) - Bazoches-lès-Bray (Seine-et-Marne), Les Demi-Arpents, carrière GSM, rapport de fouille ; Pantin, Inrap Centre – Île-de-France.

Augier et al. 2007

Augier L., Mennessier-Jouannet C., Milcent P.-Y., Orengo L. et Riquier S. - La France centrale aux IVe et IIIe s. av. n. ère (Auvergne, Berry et Orléanais), in : Mennessier-Jouannet et al. 2007 : 117-176.

Bailleux et Vacassy 2011

Bailleux G. et Vacassy G. (dir.) - RN 154 déviation routière d’Allonnes et Prunay-le-Gillon (Eure-et-Loir), lot 1, Allonnes, La Petite Contrée et l’Ouche Pigeonnier, fouille de trois habitats protohistoriques et antiques (tome II) ; Orléans, Inrap Centre, 2011.

Barral et al. 2011

Barral P., Dedet B., Delrieu F., Giraud P., Le Goff I., Marion S. et Villard-Le Tiec A. - L’âge du Fer en Basse-Normandie, actes du XXXIIIe colloque de l’AFEAF (vol. I), Presses Universitaires de Franche-Comté.

Barral et al. 2013

Barral P., Lallemand D. et Riquier S. - Du lard ou du cochon. Économie d’un type céramique de La Tène C-D : les pots “ de type Besançon ”, dans Krauzs S., Colin A., Gruel K., Ralston I., Dechezleprêtre T. - L’âge du Fer en Europe. Mélanges offerts à Olivier Buchsenschutz, Ausonius Éditions, mémoire 32 : 421-434.

Barral et Fichtl 2012

Barral P. et Fichtl S. (dir.) - Regards sur la chronologie de la fin de l'âge du Fer (IIIe-Ier s. av. J.-C.) en Gaule non méditerranéenne, Actes de la table-ronde tenue à Bibracte, 15-17 oct. 2007, Glux-en-Glenne : Bibracte, 341 p. (Bibracte, 22) – dossier numérique : www.bibracte.fr (Bibracte, 22).

Bertrand et al. 2009

Bertrand I., Duval A., Gomez de Soto J. et Maguer P. - Les Gaulois entre Loire et Dordogne, Actes du XXXIe colloque AFEAF, Musée de Chauvigny, Mémoire XXXIV.

Besnard-Vauterin 2009

Besnard-Vauterin C.-C. (dir.) - En plaine de Caen, une campagne gauloise et antique – L’occupation du site de l’Étoile à Mondeville, Presses Universitaires de Rennes.

Bonaventure 2011

Bonaventure B. - Céramique et société chez les Leuques et les Médiomatriques (IIe-Ier siècles avant J.-C.), Éditions Mergoil, Montagnac, Protohistoire européenne.

Chaidron et Fercoq du Leslay 2013

Chaidron C. et Fercoq du Leslay G. - Éléments céramiques précoces dans les contextes cultuels du sanctuaire gallo-romain de Ribemont-sur-Ancre (Somme), Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule, Actes du Congrès d’Amiens : 221-234.

Chérel 2012

Chérel A.-F. - Chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) au sud de la Plaine de Caen : le cas de la “ ZAC Object’Ifs Sud ” à Ifs (Calvados), in : Barral et Fichtl 2012 : 245-256.

Couderc et Tricoire 2006

Couderc A. et Tricoire J. - Saint-Georges-sur-Cher, “ Le Marchais Rond ” (Loir-et-Cher) et Epeigné-les-Bois, “ Les Allets ” (Indre-et-Loire), un établissement rural du second Age du Fer (Tène B- Tène Finale), autoroute A85, site 46, rapport final d’opération de fouille archéologique, Inrap, Orléans.

Daire 1999

Daire M.-Y. - Le sel à l’âge du Fer : réflexions sur la production et les enjeux économiques, Revue Archéologique de l’Ouest, 16 : 195-207.

Daire et Quesnel 2008

Daire M.-Y. et Quesnel L. - Des Gaulois sur l’Île Guennoc (Landéda, Finistère), Revue Archéologique de l’Ouest, 25 : 93-137.

Daveau et Yvinec 2001

Daveau I. et Yvinec J.-Y. - L’occupation protohistorique du site de Fontenay-en-Parisis “ La lampe ” (Val-d’Oise) : un lieu de consommation collective de La Tène C1/C2 ”, Revue Archéologique du Centre, 40 : 69-102.

Ducongé et Gomez de Soto 2007

Ducongé S. et Gomez de Soto J - Les dépôts à caractère cultuel en milieux humides et dans les cavités naturelles du Centre-Ouest de la France à l’âge du Fer, in : Barral P., Daubigney A., Dunning C., Kaenel G., Roulière-Lambert M.-J. (dir.) - L'âge du Fer dans l'arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l'âge du Fer. Actes du XXIXe colloque de l'AFEAF (Bienne, 5-8 mai 2005), Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon : 477-492.

Frénée 2008

Frénée E. (dir.) - A 85. Sublaines “ Le Grand Ormeau ” (Indre-et-Loire) : rapport final d’opération, de fouille préventive, Inrap Centre Île-de-France, Orléans.

Ginoux 2009

Ginoux N. - Élites guerrières au nord de la Seine au début du IIIe siècle av. J.-C. – La nécropole celtique du Plessis-Gassot (Val d’Oise), Revue du nord, Hors série, collection Art et Archéologie n°15, 164 p.

Godard 2013

Godard C. - L’implantation des habitations circulaires en Bretagne et en Normandie à l’âge du Fer : un échange d’hommes et de savoirs, Revue Archéologique de l’Ouest, 30 : 165-186.

Gomez de Soto et al. 2007

Gomez de Soto J., Lejars T., Ducongé S., Robin K., Sireix C. et Zélie B - Du milieu du Ve au IIIe s. av. J.-C. en Centre-Ouest, Aquitaine septentrionale et Ouest du Massif Central, in : Mennessier-Jouannet et al. : 69-89.

Guillier et al. 2006

Guillier G., Auxiette G. et Chérel A.-F. - L’établissement rural de La Tène moyenne de la Gaudine à Vivoin (Sarthe) et ses activités de transformation, Revue Archéologique de l’Ouest, 23 : 45-70.

Hérard 2009

Hérard A. - La série céramique de La Tène moyenne de l’habitat de “ La Corneille ” à Putot-en-Bessin (Calvados), Revue Archéologique de l’Ouest, 26 : 85-103.

Josset 2012

Josset S. (dir.) - Ymonville, Eure-et-Loir, Les Hyèbles, secteur 2 nord, secteur 2 sud, les occupations celtiques du VIe au Ier s. avant J.-C., rapport de fouille, Inrap Centre – Île-de-France, Pantin.

Landreau 2009

Landreau G. et coll. - Entre Isthme gaulois et Océan, la Saintonge au second âge du Fer. État des connaissances, in : Bertrand et al. : 246-306.

Laporte-Cassagne 2012

Laporte-Cassagne C. - Étude du mobilier céramique des structures protohistoriques – vaisselle et amphore (site 2), in : Granchon P., Mondoloni A. dir - Gonesse, ZAC des Tulipes Nord. Nécropole de l’âge du Bronze final, enclos de La Tène moyenne, habitat de La Tène finale à l’époque gallo-romaine, rapport de fouille, Inrap Centre – Île-de-France, Pantin, vol. 2 : 25-65.

Lefort et Marcigny 2009

Lefort A. et Marcigny C. - La probable agglomération portuaire du second âge du Fer d’Urville-Nacqueville - un état de la documentation, bull. AMARAI, 22 : 39-81.

Lepaumier et al. 2011a

Lepaumier H. et Vauterin C.-C., Le Goff E., Villaregut J. - Un réseau de fermes en périphérie caennaise, in : Barral et al. : 139-158.

Lepaumier et al. 2011b

Lepaumier H., Giazon D. et Chanson K. - Orval, “ Les Pleines ” (Manche). Habitat enclos et tombe à char en Cotentin, in : Barral et al. : 315-333.

Levillayer 2006

Levillayer A.- L’occupation de l’âge du Fer aux Chaloignes (Mozet-sur-Louet, Maine-et-Loire), Revue Archéologique de l’Ouest, 23 : 117-135.

Levillayer et al. 2013

Levillayer A., Borvon A., Hunot J.-Y. - Du Hallstatt final à La Tène ancienne en Anjou : les batteries de structures de stockage de Luigné et de Cizay-la-Madeleine (Maine-et-Loire), Revue Archéologique de l’Ouest, 30, 113-142.

Marion 2004

Marion S. - Recherches sur l’âge du Fer en Île-de-France, entre Hallstatt final et La Tène finale. Analyse des sites fouillés, chronologie et société, Oxford, BAR International Series (n°1231).

Marion et al. 2005

Marion S., Métrot P. et Le Béchennec Y. - L’occupation protohistorique de Bobigny (Seine-Saint-Denis), in : Buchsenschutz O., Bulard A. et Lejars T. (dir.) - L’âge du Fer en Île-de-France, actes du XXVIe colloque de l’AFEAF (Paris et Saint-Denis 2002), 26e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, AFEAF/FERACF, Tours : 97-126.

Marion et Le Forestier à paraître

Marion S. et Le Forestier C.- Bonneuil-en-France, Déviation RD84, rapport de fouille préventive ; Pantin, Inrap Centre – Île-de-France, à paraître.

Mennessier-Jouannet et al. 2007

Mennessier-Jouannet C., Adam A.-M. et Milcent P.-Y. (dir.) - La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., actes du XXVIIIe colloque international de l’AFEAF, Lattes, Monographies d'Archéologie Méditerranéenne, 398 p.

Ménez 1996

Ménez Y.- Une ferme de l’Armorique gauloise, Le Boisanne à Plouër-sur-Rance (Côtes-d’Armor), Maison des Sciences de l’Homme, Paris, (DAF, 58).

Ménez 2012

Ménez Y. - Chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier s. av. J.-C.) dans l’Ouest de la France : l’apport des ensembles céramiques du Camp de Saint-Symphorien à Paule (Côtes-d’Armor), in : Barral et Fichtl 2012 : 257-271.

Merleau 2002

Merleau M.-L. - La mort à Bois-Guillaume (Seine-Maritime) du IIIe au Ier siècle avant J.-C. - Découvertes archéologiques sur la rocade nord de Rouen, déviation de la RD 43, dans Collectif - Six nécropoles du second âge du Fer en Haute-Normandie, Nord-Ouest Archéologie, 13 : 41-302.

Metzler et Gaeng 2009

Metzler J. et Gaeng C. et coll. - Goeblange-Nospelt, une nécropole aristocratique trévire, Luxembourg, Dossiers d’Archéologie du Musée National d’Histoire et d’Art, XII.

Poirier et al. 2005

Poirier P., Gomez de Soto J., Poissonnier B. - L’occupation de La Tène ancienne de La Renaîtrie (Châtellerault, Vienne). Remarques sur les débuts du second âge du Fer en Poitou, Aquitania, XXI : 87-121.

Poissonnier et al. 2009

Poissonnier B., Gomez de Soto J. et Poirier P. - Le site de La Renaîtrie à Châtellerault, (Vienne) et les débuts de La Tène ancienne en Poitou, in : Bertrand I. et Maguer P. - De pierre et de terre. Les Gaulois entre Loire et Dordogne, Musée de Chauvigny, Mémoire XXX : 63-65.

Prilaux 2000

Prilaux G - La production du sel à l’âge du Fer. Contribution à l’établissement d’une typologie à partir des exemples de l’autoroute A16. Protohistoire Européenne, 5, ed. M. Mergoil, Montagnac.

Quenez à paraître

Quenez J.-P. - Villiers-sur-Seine (Seine-et-Marne), Le Défendable, rapport de fouille ; Pantin, Inrap Centre – Île-de-France, à paraître.

Riquier 2008

Riquier S. - La céramique de l’oppidum de Cenabum et la cité carnute aux IIème et Ier s. av. J.-C., aspects typo-chronologiques et culturels, Thèse de doctorat, Université de Tours, 3 volumes.

Riquier et Frénée 2004

Riquier S. et Frénée E. - Un dépôt de vase au fond d’un silo de la fin du IVe ou du début du IIIe s. av. J.-C. à La Chaussée-Saint-Victor “ ZAC A.10 ” (Loir-et-Cher), bull. AFEAF, 22 : 37-38.

Robin et al. 2009

Robin K., Landreau G. et Bardot X. - L’occupation protohistorique du site du Fâ à Barzan (Charente-Maritime), in : Bertrand et al. : 41-56.

Rosenberger 2013

Rosenberger F. - Jouy-le-Moutier (Val-d’Oise), Secteur Éguerets Bruzacques, Pôle football, rapport de diagnostic, Inrap Centre – Île-de-France, Pantin.

Saurel 2014

Saurel M. - La céramique à Acy-Romance et dans le pays rème (vers 300 à 30 avant J.-C.). Descriptions et hypothèses fonctionnelles, Thèse de doctorat, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, 2 volumes.

Schwappach 1969

Schwappach F. - Stempelverzierte Keramik von Armorica, Marbürger Beitrage zur Archäologie des Kelten, Festskift Dehn : Fundberichte aus Hesse, Beihaft 1 : 213-293.

Séguier 1998

Séguier J.-M. - Un aspect de la romanisation en territoire sénon : la céramique de la fin de l’Âge du Fer et du début du Haut-Empire du secteur de confluence Seine – Yonne, in : Tuffreau-Libre M., Jacques A. dir. - La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine, actes de la Table ronde d’Arras, 1996, Nord-Ouest Archéologie, 9 : 335-366.

Séguier 2002

Séguier J.-M. - Importations méditerranéennes et circulation de céramiques celtiques dans l’espace francilien au deuxième âge du Fer, Actes des journées archéologiques d'Île-de-France, Saint-Denis : 35-49.

Séguier 2009

Séguier J.-M. - La céramique domestique de l’espace culturel sénonais du milieu du Ve au milieu du IIIe s. av. J.-C. dans son contexte du Centre-Est de la France : corpus, faciès et évolution des assemblages du confluent Seine – Yonne, de la Bassée et de la vallée de l’Yonne, Revue Archéologique de l’Est, 58 : 57-132.

Séguier 2013a

Séguier J.-M. - Les céramiques fines précoces en Île-de-France, Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule, Actes du Congrès d’Amiens, Marseille : 285-302.

Séguier  2013b

Séguier J.-M. - La céramique de la “ sépulture ” TR.6 Inh. 01, in : Rosenberger 2013 : 52-56.

Séguier  2014

Séguier J.-M. - Étude de la céramique protohistorique, in : Ameye 2014 : 174-178.

Séguier  à paraître a

Séguier J.-M. - Rapport d’étude de la céramique du second âge du Fer, in : Marion et Le Forestier à paraître.

Séguier  à paraître b

Séguier J.-M. - Rapport d’étude de la céramique du second âge du Fer et de la période romaine, in : Quenez à paraître.

Séguier  et al. 2008

Séguier J.-M., Ginoux N. et Méniel P. - L’habitat de La Tène ancienne du Château à Roissy-en-France (Val-d’Oise), Revue Archéologique d’Île-de-France, 1 : 179-190.

Séguier et Viand 2012

Séguier J.-M. et Viand A. 2012 - Chronologie des assemblages de mobilier des trois derniers siècles avant notre ère en Île-de-France : un état des lieux dans les territoires des Sénons et des Parisii, in : Barral et Fichtl 2012 : 193-207.

Villard-Le Tiec et al. 2003

Villard-Le Tiec A., Chérel A.-F. et Le Goff E. - Aspects de l’art celtique en Bretagne au Ve siècle avant J.-C., dans Buchsenschutz O., Bulard A., Chardenoux M.-B., Ginoux N. (dir.) - Décors, images et signes de l’âge du Fer européen, actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, 26e supplément à la Revue Archéologique du Centre, AFEAF/FERACF, Tours : 211-236.

Haut de page

Notes

1 Toutes les dates s’entendent ici av. J.-C.

2 Je remercie G. C. Cabanillas de la Torre, Université autonome de Madrid, qui m’a aimablement signalé ce fragment inédit.

3 L’examen de la pâte le confirme (je remercie Yves Ménez d’avoir bien voulu en examiner un cliché). Cette mode ornementale n’est pas, au second âge du Fer, une exclusivité bretonne ; le décor estampé est connu en Rhénanie, en territoire ségusiave, mais aussi chez les Turons, mais on ne tentera pas de rapprochement avec les vaisselles de ces régions pour d’évidentes raisons typologiques, stylistiques et chronologiques. Au demeurant, les formes largement ouvertes s’avèrent être un support propice aux décors rayonnant associant arcatures et poinçons et/ou palmettes, constituant un poncif commun à de nombreuses productions, comme les vaisselles ségusiaves ou turones de l’âge du Fer.

4 Information G. C. Cabanillas de la Torre.

5 Voir note 2.

6 En dépit de l’exiguïté du fragment, la position du décor pourrait évoquer une coupe à encolure haute (par exemple : Ménez 2012 : Fig. 5, n°9).

7 Encore que la présence de pieds ne soit pas assurée.

8 Les caractères de ce dernier (panse lenticulaire, fond ombiliqué, dorure au mica : Ménez 2012 : Fig. 11, n°23) le rattachent plus à la famille des marmites tripodes à usage culinaire bien connues du Val de Saône à l’Île-de-France (Séguier 1998), qu’à celle des baquets, ce que paraît confirmer le contexte de découverte (La Tène D2b).

9 Information S. Linger-Riquier, que nous remercions ici.

10 Ce motif cruciforme se retrouve sur les pieds du baquet de Garancières-en-Beauce (cf. note précédente).

11 La consultation des planches publiées par S. Marion (2004) en témoigne largement.

12 Liste non exhaustive.

13 Silo 1008 de la zone 1 ; fouille P. Lawrence Dubovac, étude de l’auteur (en cours).

14 Étude G. Auxiette, dans Quenez à paraître.

15 Un fragment d’auget est néanmoins signalé à Bobigny (Marion et al. 2005).

16 L’agglomération d’Urville-Nacqueville semble avoir joué un rôle important dans la diffusion du lignite kimméridgien du Sud de l’Angleterre (Lefort et Marcigny 2009 : 54-58) ; or, les bracelets en lignite (dont l’origine mérite néanmoins d’être précisée), sont globalement abondant à La Tène moyenne, et figurent en bonne place dans les grands ensembles de La Tène C2 d’Île-de-France : Fontenay-en-Parisis (Daveau et Yvinec 2001), Bobigny (Marion et al. 2005) et Villiers-sur-Seine (Quenez à paraître) ; la diffusion du modèle des habitations de plan circulaire (Godard 2013) témoigne, elle aussi, de l’importance de l’axe de la basse vallée de la Seine et constitue un autre indice en faveur de cette hypothèse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation de la zone d’étude dans le contexte du quart nord-ouest de la France et des sites mentionnés dans le texte
Légende 1 : Landunvez ; 2 : Landéda ; 3 : Huelgoat ; 4 : Paule ; 5 : Inguiniel ; 6 : Erdeven ; 7 : Quiberon ; 8 : Augan ; 9 : Plouër-sur-Rance ; 10 : Urville-Nacqueville ; 11 : Orval ; 12 : Putot-en-Bessin ; 13 : Mondeville ; 14 : Saint-Martin-de-Fontenay ; 15 : Bois-Guillaume ; 16 : Ribemont-sur-Ancre ; 17 : Jouy-le-Moutier ; 18 : Mours ; 19 : Fontenay-en-Parisis ; 20 : Gonesse ; 21 : Bonneuil-en-France ; 22 : Bobigny ; 23 : Bazoches-lès-Bray ; 24 : Villiers-sur-Seine ; 25 : Thignonville ; 26 : Garancières-en-Beauce ; 27 : Allonnes ; 28 : Ymonville ; 29 : Saumeray ; 30 : Épieds-en-Beauce ; 31 : Mer ; 32 : La Chaussée-Saint-Victor ; 33 : Bourges ; 34 : Sublaines ; 35 : Saint-Georges-sur-Cher ; 36 : Vivoin ; 37 : Athée ; 38 : Brion ; 39 : Mozé-sur-Louet ; 40 : Cizay-la-Madeleine ; 41 : Châtellerault ; 42 : Civaux ; 43 : Agris ; 44 : Barzan
Crédits (DAO P. Pihuit, Inrap)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 2 : Localisation des sites pris en compte dans le contexte de l’Île-de-France 
Légende 1 : Jouy-le-Moutier ; 2 : Mours ; 3 : Fontenay-en-Parisis ; 4 : Bonneuil-en-France ; 5 : Bobigny ; 6 : Bazoches-lès-Bray ; 7 : Villiers-sur-Seine
Crédits (DAO P. Pihuit, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 3 : Fragment de vase à décor estampé de l’habitat de Bonneuil-en-France, Les Pieds Humides (Val-d’Oise)
Crédits (DAO P. Pihuit, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 4 : Le fragment de vase à décor estampé de Bonneuil-en-France, Les Pieds Humides (Val-d’Oise)
Crédits (Cliché J.-M. Séguier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 5 : Mobilier associé au vase estampé de Bonneuil-en-France, Les Pieds Humides
Légende Céramiques des fossés 175 (n°1-7) et 135 (n°8-18)
Crédits (Relevés J.-M. Séguier, DAO P. Pihuit, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 6 : Vases à décor estampé de Mours (Val-d’Oise) (n°1-2) et de Bobigny (Seine-Saint-Denis) (n°3)
Crédits (D’après Marion 2004).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 7 : Fragment de vase à décor estampé de Bazoches-lès-Bray (Seine-et-Marne), Les Communes
Crédits (DAO P. Pihuit, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 8 : Le tesson à décor estampé de Bazoches-lès-Bray, Les Communes (Seine-et-Marne)
Crédits (Cliché J.-M. Séguier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 9 : Céramiques des fosses 1022 (n°1-6) et 1106 (n°7-14) de Bazoches-lès-Bray, Les Communes, Les Demi-Arpents (Seine-et-Marne)
Crédits (Relevés J.-M. Séguier, DAO P. Pihuit, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 10 : Le pot à oreilles de la fosse 1024 de Villiers-sur-Seine, Le Défendable (Seine-et-Marne) et principales céramiques associées
Crédits (DAO P. Pihuit, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 11 : Le pot de la fosse 1024 de Villiers-sur-Seine, Le Défendable
Crédits (Cliché J.-M. Séguier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 12 : Comparaison du pot de la fosse 1024 de Villiers-sur-Seine et d’un pot de l’établissement de Paule (Côtes-d’Armor)
Crédits (DAO P. Pihuit, Inrap, d’après Ménez 2012).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 13 : Autres pots à oreilles de Villiers-sur-Seine (Seine-et-Marne) (n°1-2), de Fontenay-en-Parisis (Val-d’Oise) (n°3) et d’Ymonville
Crédits (DAO P. Pihuit, Inrap, n°3 d’après Daveau et Yvinec 2001 ; n°4 d’après Josset 2012).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Fig. 14 : Baquet tripode de Jouy-le-Moutier, site Égueret-Bruzacques (Val-d’Oise)
Crédits (DAO P. Pihuit, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 15 : Le baquet tripode de Jouy-le-Moutier, site Égueret-Bruzacques (Val-d’Oise)
Crédits (Cliché J.-M. Séguier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 16 : Baquet tripode de Villiers-sur-Seine (Seine-et-Marne), Le Défendable
Crédits (DAO P. Pihuit, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 17 : Fragment du baquet tripode de Villiers-sur-Seine (Seine-et-Marne), Le Défendable
Crédits (Cliché J.-M. Séguier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 18 : Fragment de vase à décor estampé du silo 1008 de Morigny-Champigny (Essonne), Saint-Phallier
Crédits (Cliché J.-M. Séguier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2051/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Séguier, « Importations et imitations de céramiques de l’Ouest de la Gaule au second âge du Fer en Île-de-France », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 53 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://racf.revues.org/2051

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Séguier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page