Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude

Étude de deux digues d’étangs « en terre » recoupées par le tracé de la RCEA à Pierrefitte-sur-Loire et Coulanges (Allier)

Study of two earthen pond dykes tied in with the route of the RCEA at Pierrefitte-sur-Loire and Coulanges (Allier)
Sophie Liegard et Alain Fourvel
p. 209-222

Résumés

Les investigations archéologiques préventives liées au tracé routier de la RCEA en Sologne bourbonnaise ont suscité la découverte de deux digues d’étangs en terre. L’approche technique de ces ouvrages d’époque moderne a été privilégiée, afin d’étudier notamment leurs modes de construction. Sous une apparente homogénéité, il s’avère, en fait, que ces aménagements appartiennent à deux types de digues élaborées selon différents procédés qui sont toujours en usage de nos jours.

Haut de page

Texte intégral

Étude archéologique

Présentation des sites

  • 1  Route Centre-Europe / Atlantique, section de Dompierre-sur-Besbre.
  • 2  Archéologues à l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives), région Auverg (...)
  • 3  Chargée de recherche au CNRS, Géolab, UMR 6042, Maison de l’Homme, 4 rue Ledru, 63057 Clermont-Fer (...)

1Les deux digues d’étangs en question ont été repérées en 1997, lors de l’évaluation préalable aux travaux de la RCEA1 (Fig. 1). Elles ont fait l’objet d’interventions préventives en 1998, dont les investigations ont été menées à bien par M. Brizard, A. Fourvel et S. Liegard2, avec la participation de C. Ballut3 pour l’approche géomorphologique (Liegard, Fourvel 1998).

2La première digue se situe aux Grands-Brûlés à Pierrefitte-sur-Loire, à 2 km au sud-ouest du centre bourg. L’ouvrage barrait un vallon où coule un petit affluent du ruisseau du Theil (Fig. 2). Le vallon a une largeur inférieure à 100 m. Son altitude varie de 233 à 237 m. Le sous-sol du site, homogène, est constitué de sédiments argilo-sableux orangés caractéristiques des formations dites des sables et argiles du Bourbonnais. La digue a été recoupée par trois sondages mécaniques, afin de pouvoir étudier sa constitution et la stratigraphie de ses abords.

Fig. 1 : Localisation des sites sur le tracé de la RCEA (A. Fourvel).

Fig. 1 : Localisation des sites sur le tracé de la RCEA (A. Fourvel).

Fig. 2 : Plan du site de Pierrefitte-sur-Loire.

Fig. 2 : Plan du site de Pierrefitte-sur-Loire.

(A. Fourvel). 1 : sondages ; 2 : digue ; 3 : assiette supposée.

3La seconde digue se situe au lieu-dit l’Étang-du-Pont à Coulanges, à 2 km au sud-est du village. L’ouvrage se trouve sur le lit majeur d’une petite rivière : Le Pin (Fig. 3). La vallée de ce cours d’eau a une largeur de près de 250 m. Son fond est relativement plat et son altitude moyenne est de 232 m. Le sous-sol du site, hétérogène, est constitué des alluvions du Pin qui présentent une grande variété (couches de galets, de sables, d’argiles…). Quatre sondages mécaniques recoupent la digue et un cinquième se localise dans la zone de carrière adjacente.

Les structures

La digue des Grands-Brûlés à Pierrefitte-sur-Loire

4Cette digue a une longueur de 80 m, une largeur moyenne à la base de 7 à 9 m, pour une hauteur moyenne de 2 m. Elle culmine à une altitude variant de 235 à 236,50 m. Si l’on admet que le niveau de l’eau de l’étang se trouvait à une altitude d’environ 235 m, la retenue d’eau devait avoir une assiette de près de 3 000 m2 pour une capacité de l’ordre de 3 000 m3 (Fig. 2).

5Sous cette structure, un paléochenal du ruisseau, de plus de 10 m de largeur, a été retrouvé. Son comblement, constitué majoritairement d’argiles bleutées, mouchetées de charbons de bois, témoigne d’une sédimentation alluviale au rythme variable. Par ailleurs, les traces d’un creusement linéaire de même orientation que la digue ont été mises au jour à l’est de celle-ci, sous les remblais constitutifs de l’ouvrage. Il pourrait s’agir, soit d’une limite parcellaire antérieure à l’étang, soit d’un fossé de drainage aménagé lors de la construction de la digue.

6Sous cet ouvrage, se trouvaient également les restes d’une tranchée d’ancrage (Fig. 4). Ce creusement linéaire continu, localisé dans l’axe de la digue, a une largeur variable, de 3,60 m dans l’axe du vallon à 1 m vers les bords. Sa profondeur varie également de 1,40 m dans l’axe du vallon à 0,60 m vers les bords. Son comblement est constitué, dans l’axe du vallon, de sédiments argileux et, dans le reste de la tranchée, de sédiments argilo-sableux. Il est probable que cette différence de constitution ne soit due qu’à la nature des matériaux d’origine qui sont, semble-t-il, ceux issus du creusement même de la tranchée d’ancrage.

Fig. 4 : Relevé de la digue de Pierrefitte-sur-Loire (A. Fourvel).

Fig. 4 : Relevé de la digue de Pierrefitte-sur-Loire (A. Fourvel).

1 : sables ; 2 : sédiments sablo-argileux ; 3 : sédiments argilo-sableux ; 4 : argiles ; 5 : terre végétale.

7La provenance des remblais constitutifs de la digue –qui représentent un volume d’environ 1 000 m3 – n’a pu être déterminée. Néanmoins, ils sont homogènes et très similaires au terrain environnant. Il est donc possible qu’ils aient été prélevés sur l’assiette même du plan d’eau. Ils ont été disposés progressivement, au fur et à mesure de la construction de l’ouvrage, sous la forme de couches régalées régulièrement qui s’interpénètrent (Fig. 4). L’étude des différentes stratigraphies relevées démontre que ces matériaux ont semble-t-il été sélectionnés en fonction de leur teneur en argile, les remblais les plus argileux ayant été utilisés pour constituer une sorte de noyau imperméable situé vers l’amont de la construction qui renferme ailleurs des sédiments sablo-argileux. L’induration de toutes ces couches témoigne probablement du fait qu’elles ont été compactées au fur et à mesure de leur mise en place. Sur les relevés stratigraphiques, on constate que les pentes de la digue sont recouvertes de couches limoneuses issues du démantèlement de la construction, ce dernier étant causé par les différents phénomènes d’érosion auxquels l’ouvrage a été soumis.

8En amont de la digue, des couches de sable se sont accumulées dans la zone de contact entre l’eau et l’ouvrage, à l’emplacement où s’exercent les phénomènes d’érosion liés au clapotis et au batillage. En s’éloignant de l’ouvrage, ces couches se transforment progressivement en niveaux argileux gris. Ceux-ci présentent une micro-stratification apparente qui est caractéristique d’une sédimentation lente en milieu immergé.

9En ce qui concerne le système de bonde d’étang, qui devait se trouver dans l’axe du vallon, celui-ci a vraisemblablement été récupéré, puisqu’aucune de ses parties n’était conservée. La topographie du site indique par ailleurs que s’il existait un trop-plein, celui-ci devait surmonter la bonde, hypothèse invérifiable du fait de la destruction de cette portion de la digue.

La digue de l’Étang-du-Pont à Coulanges

10Cette digue a une longueur de 170 m, une largeur moyenne à la base de 12 m, pour une hauteur moyenne de 2 m. Elle culmine à une altitude de 234 m. Si l’on admet que le niveau de l’eau de l’étang se trouvait à une altitude d’environ 233 m, la retenue d’eau devait avoir une assiette de près de 7 000 m2 pour une capacité minimale de l’ordre de 7 000 m3 (Fig. 3).

Fig. 3 : Plan du site de Coulanges (A. Fourvel).

Fig. 3 : Plan du site de Coulanges (A. Fourvel).

1 : sondages ; 2 : digue ; 3 : assiette supposée ; 4 : carrière.

11Sous cette structure, les dépôts alluviaux du Pin se présentent sous la forme de couches de sables et de galets, surmontées d’argiles, ces dernières illustrant une phase de dépôts lents de la rivière. La couche terminale d’argiles noires, très riche en matière organique, témoigne, elle, d’une sédimentation en milieu très humide, marécageux, voire lacustre. Un paléochenal, d’une largeur de 8 m, recoupe ces dépôts. Celui-ci correspond, soit à un ancien lit du Pin, soit à celui d’un ruisseau affluent du Pin qui se trouve aujourd’hui canalisé en limite méridionale de la parcelle étudiée. Il présente un comblement inférieur naturel hétérogène à base de sables et de galets qui renfermait des bois flottés. Des pieux taillés ont également été retrouvés enfoncés dans son remplissage (Fig. 5). Son comblement supérieur – constitué de remblais à base de blocs d’argiles le plus souvent noires – est, en revanche, d’origine anthropique. Sa mise en place a vraisemblablement été effectuée juste avant la construction de la digue.

Fig. 5 : Pieux en bois découverts.sous la digue de Coulanges (S. Liegard).

Fig. 5 : Pieux en bois découverts.sous la digue de Coulanges (S. Liegard).

12Sous cet ouvrage, se trouvaient également les restes d’une tranchée d’ancrage (Fig. 6). Ce creusement linéaire, localisé dans l’axe de la digue, a une largeur variable, de 6 à 8 m, pour une profondeur de 0,80 à 2 m. Mais contrairement au site précédent, cette tranchée est discontinue. Les zones où ce creusement n’a pas été réalisé possèdent un sous-sol très argileux. Cette tranchée d’ancrage a donc certainement été limitée aux secteurs où le sous-sol était le moins imperméable. La quantité de matériaux issus de son creusement peut être estimée à environ 1 000 m3. Ces sédiments sableux pourraient avoir été utilisés pour combler des dépressions existant en aval de l’ouvrage, afin de rendre praticable ce terrain qui ne devait pas l’être du fait de la présence de paléochenaux et de zones humides. Le comblement de la tranchée d’ancrage a, quant à lui, été réalisé à l’aide de sédiments beaucoup plus argileux et homogènes que ceux constituant la digue, peut-être dans le but de construire une sorte d’assise souterraine imperméable.

Fig. 6 : Relevé de la digue de Coulanges (A. Fourvel).

Fig. 6 : Relevé de la digue de Coulanges (A. Fourvel).

1 : sables ; 2 : sédiments sablo-argileux ; 3 : sédiments argilo-sableux ; 4 : argiles ; 5 : terre végétale.

13Différentes observations stratigraphiques, topographiques et géologiques, conduisent à penser que les remblais constitutifs de la digue – qui représentent un volume d’environ 3 000 m3 – proviennent d’une zone de carrière (de 1 500 m2) située directement au nord-ouest de l’ouvrage (Fig. 3). Ces remblais correspondent à une succession de couches le plus souvent argilo-sableuses. Les différentes stratigraphies relevées démontrent que l’accumulation de ces remblais ne semble pas avoir suivi de processus bien défini. Dans certains secteurs, ils ont été régalés régulièrement, alors que dans d’autres, ils ont été disposés en tas. Leur induration témoigne néanmoins d’un compactage volontaire lors de l’édification de l’ouvrage. Sur plusieurs relevés, on distingue la présence d’une couche plus argileuse qui semble sceller l’ensemble des apports sous-jacents, comme pour former un recouvrement imperméable de la structure. Cette couche est elle même recouverte de sédiments limoneux issus du démantèlement de l’ouvrage.

14Dans l’axe de la vallée, la digue présente une anomalie de constitution qui a été interprétée comme une réfection de la structure, réalisée, semble-t-il, après rupture de celle-ci. En effet, on constate qu’un ensemble de couches semble avoir été disposé dans un creusement – sorte d’ancrage – recoupant la partie supérieure de la digue, dans son axe (Fig. 6 et 7). Ces couches comprennent une partie inférieure argileuse et une partie supérieure argilo-sableuse, tout comme la digue elle-même.

Fig. 7 : Vue de la digue de Coulanges en cours d’étude (S. Liegard).

Fig. 7 : Vue de la digue de Coulanges en cours d’étude (S. Liegard).

15La pente amont de cette structure, plus abrupte que l’aval, conserve des traces de creusements colmatés par des matériaux argileux (Fig. 6) qui peuvent témoigner de phénomènes de sapement liés au clapotis et au batillage, peut-être responsables de la rupture de la digue. Ces derniers peuvent également être à l’origine du profil abrupt de l’ouvrage du côté de l’étang. Par ailleurs, dans ce secteur, aucune trace de dépôt en milieu immergé n’a été retrouvée. L’absence de ceux-ci pourrait indiquer, soit que l’étang n’a pas fonctionné très longtemps – ce qui ne semble pas être le cas – soit que ces sédiments ont été utilisés pour amender d’autres terrains.

16Le système de bonde d’étang devait se trouver, soit dans l’axe de la vallée, soit à l’emplacement où circule aujourd’hui Le Pin (Fig. 3), deux secteurs se trouvant en dehors de l’emprise routière et donc inaccessible à la présente étude. Quant à l’existence d’un éventuel trop-plein, celle-ci est probable du fait de la présence d’une anomalie topographique dans la partie ouest de l’ouvrage, directement au sud du sondage occidental.

La chronologie

17Sur le site des Grands-Brûlés, le mobilier mis au jour comprend des tessons protohistoriques et gallo-romains résiduels, des tessons médiévaux atypiques découverts sous la digue, des tessons glaçurés modernes provenant du démantèlement de l’ouvrage et un tesson médiéval résiduel retrouvé dans les dépôts de l’étang.

18Ce seul élément typologiquement caractéristique correspond à un bord de pichet à pâte blanche comparable aux productions des XIIIe et XIVe s. Sur le site de l’Étang-du-Pont, la céramique mise au jour se limite à huit tessons de céramiques médiévales ou modernes atypiques.

  • 4  Codes laboratoire : ARC 1872, 1873 et 1874.

19Par ailleurs, les deux digues étudiées ne figurent ni sur les cadastres anciens, ni sur la carte de Cassini, ce qui indique que ces ouvrages étaient déjà abandonnés lors de la réalisation de ce dernier document, dans le courant de la seconde moitié du XVIIIe s. Le mobilier recueilli lors des interventions n’étant pas caractéristique, le recours à des analyses s’est avéré indispensable pour obtenir les éléments de datation faisant défaut. Sur le site des Grands-Brûlés, trois prélèvements de bois ont été analysés44. Le plus ancien, découvert dans le paléochenal présent sous la digue, n’a pu être abattu avant 1345 et ne devrait pas être postérieur à 1500.

20Le second, provenant des remblais inférieurs constitutifs de la digue, n’a pu être abattu avant 1540. Le troisième, mis au jour dans les dépôts supérieurs de l’étang, n’a pas été abattu avant 1525. Les deux dernières dates indiquent que la digue d’étang ne peut être antérieure au milieu du XVIe s. Cet ouvrage date donc de la seconde moitié du XVIe ou du XVIIe s.

  • 5  Assistant d’étude et d’opération à l’INRAP, région Auvergne, 19 rue Élysée Reclus, 63100, Clermont (...)

21L’étude documentaire réalisée par F. Gauthier5 (2001) a permis de retrouver, dans un terrier de 1613, la mention d’un étang au finage des Brûlés tenant au chemin allant de Pierrefitte à l’hôtel de la famille Berluchots (Terrier de la seigneurie de Pierrefitte, 1519-1531). La datation de ce texte ne semble pas compatible avec les résultats des analyses. Il est donc probable que l’étang mentionné corresponde à une autre retenue d’eau aménagée plus en amont sur le ruisseau. Les restes de la digue de cet étang pourraient avoir été conservés sous la route qui passait en amont de la queue de l’étang dont la digue a été étudiée.

  • 6  Codes laboratoire : ARC 1829, 1838, 1840, 1841, 1842, 1843.

22Sur le site de l’Étang-du-Pont, six prélèvements de bois, provenant tous de niveaux antérieurs à la digue, ont été analysés6. Les résultats indiquent que la construction de cet ouvrage ne peut être antérieure à la fin du XVe s. ou au début du XVIe s. Cette digue date donc également du XVIe ou du XVIIe s. L’étude documentaire a permis de retrouver, dans un mémoire de la cure de Coulanges, une mention de cet étang, datant de 1779, dans les confins et limites des Novalles de la cure de Coulanges (Mémoire des revenus de la cure de Saint-Révérien de Coulanges, 1779). Il est ainsi possible de constater que cet aménagement a fonctionné pendant plus d’un siècle, voire même pendant deux siècles. La longévité de celui-ci est cohérente avec les traces de réfection observées sur la digue. Par ailleurs, son abandon, postérieur à 1779, mais antérieur à la réalisation de la carte de Cassini, peut donc être daté assez précisément des dernières décennies du XVIIIe s.

Les données environnementales

  • 7  Palynologue à l’ARPA, UFR des Sciences de la Terre, Université de Lyon I, 69100, Villeurbanne.

23Le site des Grands-Brûlés a aussi fait l’objet de prélèvements en vue d’une étude pollinique réalisée par J. Argant7. Trois échantillons proviennent des niveaux sédimentaires comblant le paléochenal antérieur à la digue. Le quatrième provient du creusement linéaire postérieur au paléochenal et antérieur à la digue. Les résultats témoignent de l’existence d’un paysage ouvert, reflétant un défrichement important qui a eu lieu antérieurement à la mise en place des sédiments alluviaux comblant le paléochenal et donc bien avant la construction de la digue. Il est donc possible d’affirmer que l’édification de cet ouvrage n’est pas contemporaine du déboisement et des mises en cultures de ce secteur. Avant l’aménagement de la retenue d’eau, l’environnement était déjà assez similaire au paysage actuel, puisqu’il comprenait des pâturages et des cultures de céréales. L’activité agricole avait déjà vraisemblablement joué un rôle dans l’élimination des lieux humides, car la végétation hygrophile est faiblement représentée.

24L’échantillon 1 (couche inférieure du paléochenal) confirme la proximité d’un point d’eau (par la prédominance de l’aulne), ainsi que de petits lambeaux résiduels d’une forêt (comportant des hêtres et des tilleuls) et des zones humides, défrichées mais non exploitées et colonisées par des fougères. L’échantillon 2 (couche intermédiaire du paléochenal) illustre une période de recul des arbres au profit des terres exploitées.

25Le saule semble avoir été favorisé aux dépens de l’aulne. Les fougères diminuent alors fortement, ce qui pourrait être une conséquence d’une occupation plus rationnelle de l’espace. Les échantillons 3 (couche supérieure du paléochenal) et 4 (creusement linéaire) montrent une raréfaction de l’aulne et du saule s’accompagnant d’un accroissement des chênes. Cette variation pourrait indiquer que les cultures ont régressé au profit des pâturages. Ce phénomène pourrait être dû à une modification des conditions environnementales et/ou à l’intervention humaine. On ne peut exclure la possibilité que ce changement soit lié à une réorganisation du paysage qui serait contemporaine de la création de l’étang.

Essai de synthèse

26À l’issue de l’étude de ces deux digues, il a semblé opportun de tenter une synthèse sur les conditions de mise en œuvre de tels ouvrages. Pour ce faire, les rares études archéologiques publiées sur le sujet ont été dépouillées (Barbé 1990 ; Pressouyre, Benoit 1996 ; Benarrous 2000), ainsi que des recueils techniques relatifs aux modes de construction actuels des structures de ce type (Quesnel 1976 ; Talureau 1965 ; Technique… 1977 ; Treyve 1980), mais aussi quelques ouvrages de vulgarisation (Bordes 1982 ; Parker 1988).

Contexte historique

27L’apparition des étangs n’est pas précisément datée. Certaines retenues d’eau existaient peut-être dès l’époque gallo-romaine, mais il semble que la multiplication de ces aménagements hydrauliques date, en fait, du Moyen Âge. Pour la Sologne bourbonnaise, on ne dispose pas, à l’heure actuelle, d’information précise sur la ou les périodes d’aménagement des étangs. La proximité de l’abbaye de Sept-Fons, fondée au XIIe s. à Diou, mérite néanmoins d’être soulignée, car tout ou partie des retenues d’eau de cette région pourrait avoir été aménagée par la communauté monastique cistercienne qui en dépendait, à l’instar des travaux réalisés dans d’autres régions environnant des abbayes, comme à Cîteaux (Côte-d’Or) ou Noirlac (Cher), pour ne citer que ces quelques proches exemples. En ce qui concerne les digues d’étangs étudiées sur le tracé de la RCEA, il semble que ces ouvrages se rapportent tous les deux à une période assez récente (fin du XVIe s./XVIIe s.), période durant laquelle les dessèchements se sont multipliés en France, semble-t-il sous l’impulsion d’Henry IV. Dans un souci d’amélioration des conditions de salubrité publique et de production agricole, de nombreuses régions marécageuses bénéficièrent alors d’aménagements hydrauliques. Mais pour la Sologne bourbonnaise, les sources documentaires et archivistiques consultées sont, pour cette période également, peu loquaces sur le sujet. Dans de nombreuses régions, la création d’étangs n’était pas conditionnée à l’établissement d’une charte. Par conséquent, les rares mentions qu’il est possible de retrouver sont très souvent indirectes. Ces retenues d’eau apparaissent dans les textes au hasard d’un échange, d’une transaction, d’une prise de bail, d’un litige ou plus souvent comme un simple repère topographique. Néanmoins, lorsqu’elles existent, ces sources permettent d’obtenir des données chronologiques, le plus souvent sous la forme de simples mentions. Plus rarement, la démolition des digues ou chaussées peut être mentionnée, comme c’est le cas pour un étang situé dans le bourg de Pierrefitte-sur-Loire (Terrier de Pierrefitte).

28La toponymie et surtout la micro-toponymie (relative aux noms des parcelles) figurant sur les états de section des cadastres anciens, peuvent renseigner sur l’existence d’anciens étangs dont les digues ont parfois disparu et qui ne sont donc pas représentés sur les feuilles cadastrales. Le plus communément, on retrouve les toponymes L’Étang ou Le Lac, mais aussi des noms dérivés tels que L’Étanche, L’Étanchepin, Les Trangouillets, L’Angouillet, Lache, Les Lachets ou Les Lagées, pour n’en citer que quelques-uns (Piboule 1996 : 97, 132 ; Piboule 2000 : 96-99). À titre d’exemple, sur la commune de Saligny-sur-Roudon (située au sud-ouest de Pierrefitte-sur-Loire), les emplacements de 23 étangs peuvent ainsi être restitués (gauthier 2001). L’absence de représentation de ces anciennes retenues d’eau indique que ces aménagements n’ont souvent pas laissé de trace dans le parcellaire, surtout lorsque les digues étaient démolies. S’ils se trouvaient dans les bois, lors de leur abandon, les clairières qui les entouraient étaient rapidement reconquises par la végétation qui masquait alors l’ancien ouvrage. De plus, le fait qu’ils ne constituaient pas d’unité fiscale imposable, ne favorisait pas la perpétuité de leur souvenir.

Contexte économique

29Les raisons qui justifiaient l’aménagement d’un étang pouvaient être de plusieurs ordres :

  • assainissement d’une zone marécageuse ;

  • contrôle et régulation du débit d’un cours d’eau ;

  • constitution d’une réserve d’eau pour : l’alimentation d’un moulin utilisant la force motrice de l’eau ; l’irrigation ; la consommation et les besoins en eau d’une communauté laïc ou religieuse ; l’obtention de glace en hiver (celle-ci permettant la conservation dans les glacières de laitages et de viandes) ; et l’abreuvement d’animaux ;

  • constitution d’une réserve de poissons (transformés et commercialisés sous la forme de salaisons, ils constituaient une base alimentaire importante durant le Moyen Âge et l’Époque moderne) ;

  • constitution d’un site à gibier d’eau ;

  • culture de plantes hygrophiles (telles que saules, roseaux, joncs, carex, utilisés dans la construction des habitats et dans l’artisanat de la vannerie) ;

  • constitution de couches destinées à l’amendement des terrains environnants ;

  • ou enrichissement du terrain même pour une mise en culture après assèchement.

30La juxtaposition de plusieurs retenues sur un même cours d’eau permettait une exploitation optimale avec un système de rotation. Lorsqu’un étang était vidé de son eau, le poisson était recueilli, puis son assiette était mise en culture, pendant qu’un autre étang servait de vivier et conservait les alevins utilisés pour empoissonner le premier étang lors de sa remise en eau. Privilégier une de ces motivations au détriment des autres semble quelque peu irréaliste, car le principal intérêt des étangs devait justement reposer sur la polyvalence de ce type d’aménagement, permettant le développement de nombreuses activités tant vivrières qu’économiques. Si dans certaines régions, la vocation piscicole est systématiquement mise en avant, comme en Brenne par exemple, cela ne doit pas occulter les autres bénéfices que l’on pouvait tirer de l’exploitation de ces étangs.

31Néanmoins, suivant les périodes et les régions, les créations de retenues d’eau peuvent être mises en parallèle avec certains faits attestés par les textes, comme la multiplication des moulins aux XIIe et XIIIe s., ou l’essor de la pisciculture aux XIVe et XVe s.

32Toutefois, la rareté des études précises sur le sujet conduit à rester prudent et à considérer l’étang comme un des éléments constitutifs du domaine agricole, susceptible de fournir aussi bien de l’eau, de la glace, que de l’énergie, de la nourriture, des matières premières ou encore de l’amendement.

Contexte environnemental

33Le choix du site susceptible d’accueillir un étang est conditionné par plusieurs facteurs. En premier lieu, le sous-sol doit posséder des caractères d’imperméabilité.

34Pour cette raison, les zones argileuses, telles que les “ Solognes ”, sont les plus propices à la création de retenues d’eau. En second lieu, il doit exister une arrivée d’eau dont le débit est suffisant pour alimenter le futur étang. Celle-ci peut être directe ou se faire par l’intermédiaire d’un canal de dérivation. Le cours d’eau doit être relativement constant, car la survenue de crues trop importantes ou trop fréquentes peut compromettre la pérennité de l’aménagement. Toutes les vallées ou vallons ne peuvent donc abriter des retenues d’eau. Mais lorsque les conditions sont favorables, ces talwegs accueillent souvent non pas un étang, mais une série de plusieurs retenues successives, comme cela est très souvent le cas en Sologne bourbonnaise. De ce point de vue, les chapelets d’étangs figurant sur la carte de Cassini sont particulièrement caractéristiques. L’environnement du site conditionne également le futur aménagement. L’étang et sa digue seront différents si l’on se trouve sur le lit majeur d’une rivière (comme à Coulanges) ou dans un vallon où coule un petit ruisseau (comme à Pierrefitte-sur-Loire). Les emprises des retenues d’eau, appelées assiettes, sont également dépendantes de cet environnement. Elles peuvent considérablement varier (environ 3 000 m2 à Pierrefitte-sur-Loire contre 7 000 m2 à Coulanges). De même, le terrain géologique peut présenter des natures différentes. Mais la présence d’un paléochenal est quasiment systématique. En effet, les restes de l’ancien lit du cours d’eau sont presque toujours conservés dans le sous-sol. La fouille de ces paléochenaux peut apporter des indications précieuses sur l’environnement du site avant l’aménagement de l’étang, notamment par la réalisation d’études polliniques et d’analyses sur les bois gorgés d’eau qu’ils peuvent renfermer.

Approche technique

35Dans de rares cas, les digues peuvent être maçonnées, mais la présente étude se borne à traiter des digues construites “ en terre ”, car celles-ci constituent la très grande majorité des ouvrages hydrauliques de ce type. Encore de nos jours, les constructions en terre sont les plus courantes. Elles correspondent au type d’aménagement appelé digues à cavalier de remblais ou d’alluvions.

36Avant la construction d’un tel ouvrage, le site peut faire l’objet d’aménagements, tels que le remblaiement de paléochenaux (comme à Coulanges), le creusement de fossés de drainage (comme peut-être à Pierrefitte-sur-Loire), ou encore le creusement d’un canal de dérivation. L’aménagement d’une zone de basse altitude pour le système de vidange peut également être nécessaire, si le site ne possède pas naturellement ce point bas. Il faut également procéder au défrichement du terrain et au décapage de la terre végétale à l’emplacement du futur ouvrage. Par ailleurs, il est préférable que le sol d’assise présente une certaine irrégularité – qui peut être le fait d’un labour avec hersage – afin que la liaison entre la digue et l’assise ne forme pas une discontinuité qui pourrait compromettre la cohésion de l’aménagement. Ces travaux laissent peu ou pas de traces archéologiques. Par conséquent, il est difficile de savoir si les constructions anciennes étaient précédées de telles mises en œuvre.

37Ensuite, il convient de réaliser une tranchée dite d’ancrage – de 0,80 à 1 m de profondeur en moyenne et dont la largeur est proportionnelle à celle de la digue – afin, d’une part, d’assurer une bonne liaison entre le corps de la digue et le sol environnant et d’autre part, d’éviter les infiltrations. Le creusement de cette tranchée fournit des sédiments qui peuvent être utilisés différemment suivant leur nature. À Pierrefitte-sur-Loire, ils ont dû être remis dans la tranchée d’où ils étaient issus, alors qu’à Coulanges, ils ont peut-être été étalés en aval de la digue. Certains auteurs préconisent de combler cette tranchée d’un corroi d’argile, comme cela a été le cas à Coulanges ou à Vallenay (Cher).

38Sur le site de Coulanges, la tranchée d’ancrage est discontinue. Les zones du sous-sol les plus argileuses ont été conservées en l’état, la tranchée ne les ayant pas traversé. La nature du sous-sol semble donc avoir directement conditionné la réalisation de ce terrassement. Ceci témoigne du fait que dans l’esprit des constructeurs, la fonction première de cette tranchée était d’assurer l’étanchéité souterraine de l’aménagement. En revanche, sur le site de Pierrefitte-sur-Loire, cette tranchée a semble-t-il été remblayée à l’aide des sédiments issus de son creusement, tantôt argileux, tantôt sablo-argileux. Dans ce cas, les constructeurs étaient semble-t-il moins préoccupés par l’étanchéité que par la stabilité de leur ouvrage.

39Le choix des matériaux constitutifs de la digue est dépendant du terrain duquel ils sont extraits. En ce qui concerne les zones d’extraction, celles-ci peuvent correspondre aux futures assiettes des étangs (comme peut-être à Pierrefitte-sur-Loire), mais il peut également s’agir d’une zone distincte (comme à Coulanges, où celle-ci est située à proximité de l’ouvrage, en aval de celui-ci). La tradition orale locale indique que ces carrières peuvent, par la suite, être réaménagées en pêcheries, ce qui cependant ne semble pas avoir été le cas à Coulanges.

40Directement dépendants de la nature du sous-sol, ces sédiments doivent néanmoins respecter certains critères. Une bonne terre de digue doit être à granulométrie variable (ou étalée) et contenir un pourcentage à peu près équivalent de graviers, sables, limons et argiles. L’argile presque pure ne convient pas car elle sèche rapidement et se craquelle ce qui induit des fuites. Les meilleures terres sont celles où les argiles et les limons sont en quantité exactement suffisante pour remplir les vides du squelette des sables graveleux. L’élément essentiel de la stabilité d’une digue en terre réside dans l’homogénéité de ces remblais et dans la constance de leurs procédés de mise en œuvre, condition nécessaire de l’uniformité de leur cohésion interne. Sur les sites étudiés, les digues sont constituées par des remblais sablo-argileux – comme à Pierrefitte-sur-Loire, ainsi qu’à Vallenay et Nozières (Cher) – ou argilo-sableux – comme à Coulanges.

41Les pendages des couches de matériaux au sein des digues indiquent que, pendant les travaux, la circulation devait se faire sur l’ouvrage même, comme c’est toujours d’usage. Les remblais étaient disposés plus ou moins régulièrement, soit étalés, soit déposés en tas. Au fur et à mesure de la construction, ils étaient compactés. Le hersage ou scarifiage des différentes couches, est préconisé pour améliorer la cohésion de la digue. C’est vraisemblablement ce qui a été réalisé sur le site de Pierrefitte-sur-Loire, comme en témoigne l’interpénétration des niveaux en question (Fig. 4). Suivant la nature des matériaux disponibles, il existe trois mises en œuvre possibles (Fig. 8). Si les remblais présentent des caractéristiques optimales en matière d’étanchéité, l’ouvrage sera qualifié de digue à stabilité et étanchéité de masse ou barrage homogène. Les digues étudiées à Vallenay et Nozières (Cher) semblent correspondre à ce type.

Fig. 8 : Schématisation des trois types de digues “ en terre ” (A. Fourvel).

Fig. 8 : Schématisation des trois types de digues “ en terre ” (A. Fourvel).

42Lorsque les caractéristiques des matériaux sont moins favorables, il est possible d’avoir recours à une digue à écran axial d’étanchéité, ou barrage à noyau, comprenant un corroi interne argileux qui ne doit toutefois pas être constitué d’argile pure, mais plutôt d’un mélange d’argiles, de sables et de graviers. Ce noyau étanche peut être placé dans la partie amont de la digue (comme à Pierrefitte-sur-Loire) ou en son centre. Cette technique qui présente l’inconvénient d’être difficilement réparable en cas de fuite, peut être qualifiée de rustique, mais elle possède une longue durée de vie et est, en général, relativement peu coûteuse.

43Enfin, toujours dans le cas de matériaux peu imperméables, il est possible de construire une digue à écran superficiel d’étanchéité, ou barrage à masque amont. Cette méthode consiste à recouvrir la structure – notamment sur la partie amont – d’une couche de matériaux imperméables (comme cela semble avoir été le cas à Coulanges). Par rapport à la technique précédente, celle-ci présente l’avantage de pouvoir être exécutée après l’édification du remblai et de pouvoir être réparée aisément (ce qui semble aussi avoir été le cas à Coulanges). En revanche, la couche imperméable est plus exposée aux agressions extérieures (mécaniques, thermiques…) et donc relativement fragile. Dans de rares cas, il peut s’avérer nécessaire de renforcer la construction en y incluant un clayonnage constitué de pieux en bois entre lesquels est disposé un fascinage tressé. Aucun témoin archéologique de tels aménagements n’a été retrouvé sur les sites dont les études ont été publiées.

44Malgré des différences, on note une certaine homogénéité du volume des constructions qui ont une largeur moyenne à la base de 10 m, pour une hauteur de 2 m. Les profils des digues étudiées sont assez similaires. On constate que les pentes de ces ouvrages sont douces (entre 20° et 25°). L’érosion a néanmoins pu faire disparaître des éventuelles différences initiales. Les ouvrages contemporains, en fonction de leur type, ont des pentes variant de 20° (soit 1/3) à 33° (soit 2/3). De nos jours, il est préconisé de donner une pente plus importante – de 4° – au côté aval, ce qui semble avoir été le cas sur le site de Pierrefitte-sur-Loire, au moins dans la partie nord de la digue.

45Lorsque les fondations sont de mauvaise qualité –argileuses par exemple – il est conseillé de diminuer la pente des talus en élargissant la base de l’ouvrage. Dans le cas d’une digue dont la hauteur dépasse 3 à 4 m, des redans horizontaux peuvent être aménagés sur les pentes afin de ralentir le ruissellement susceptible d’éroder la construction et de faciliter l’entretien du revêtement de la structure. La circulation d’eau d’infiltration au sein de la digue est souvent la cause de dégradations dues au phénomène de “ renard ”. L’eau entraîne progressivement une partie des éléments constitutifs du remblai jusqu’à former de petits tunnels par lesquels se produisent des fuites soudaines qui provoquent des glissements de terrain dans la partie aval de la digue.

46Dans certains cas (comme à Coulanges), on constate que les pendages des digues sont accentués du côté de l’étang, ce qui pourrait résulter des phénomènes d’érosion, notamment de ceux liés au clapotis et au batillage. Ces manifestations peuvent avoir des conséquences relativement importantes et provoquer des sapements ou des glissements de terrain – comme à Nozières (Cher). De nos jours, la culture de plantes aquatiques, hygrophiles est préconisée pour protéger les digues. En effet, la végétation immergée opère une division et un ralentissement de la masse liquide en mouvement et protège ainsi les rives et les digues de l’érosion provoquée par l’eau de la retenue. Par ailleurs, les parties submergées de ces plantes fournissent de la nourriture à la faune dont s’alimentent les poissons. Elles servent également de refuge aux alevins et enfin, clarifient l’eau. Toutefois, cette végétation doit être maîtrisée, sinon elle risque d’envahir l’étang et de transformer celui-ci en marais aux eaux acides. En effet, les rhizomes et racines de certaines plantes, telles que les roseaux et carex, ont tendance à se développer horizontalement vers le centre de l’étang. Ils ralentissent l’eau, piègent les particules argileuses qui sédimentent et retiennent les feuilles mortes qui acidifient le milieu en se dégradant.

47Une autre technique de protection consiste à installer des fagots fixés sur des pieux enfoncés à mi-pente de la digue. Un texte de 1766 (Visite du domaine de la commanderie d’Anglure) confirme l’ancienneté de cette pratique, associée à l’utilisation de mottes engazonnées pour réparer les brèches : “ … il faut racomoder en gazon deux bresches sur le devant de la chaussée ou l’on a fait du cléonage qui est mal fait (…) et le devant de ladite chaussée doit être gazonée aux endroits ou il est nécessaire avec de bons gazons, posés en liaison les uns sur les autres, et en talus ou fruit suivant la pente de la chaussée, lesquels seront soutenus dans leur empalement par un cléonage fait en quartier vulgairement appelé peaux de chêne ou autres bois… ”.

48La mise en place de maçonneries ou d’enrochements peut également protéger l’ouvrage du clapotis et du batillage. Des structures de ce type, en pierres sèches, ont été retrouvées sur plusieurs digues du Cher (à Vallenay et Nozières) et observées sur des ouvrages abandonnés situés dans la forêt de Gros-Bois à Saint-Aubin-le-Monial (Allier). Si des constructions similaires n’existent pas sur les deux sites de Sologne bourbonnaise, cela est certainement dû à l’absence de matière première rocheuse dans ce secteur géographique. Quant aux parties des digues les moins exposées à l’érosion, celles-ci présentent le plus souvent un revêtement végétal herbeux ou arbustif.

49La partie supérieure de la digue est souvent plane et assez large pour permettre la circulation. Si la largeur préconisée de nos jours est de l’ordre de 3 à 3,50 m (nécessaire au passage d’engins), au Moyen Âge et à l’époque moderne, elle devait être moindre, vraisemblablement de l’ordre de 2 à 2,50 m, sauf lorsqu’un chemin ou une route passait sur la digue. Mais la largeur de l’ouvrage est également liée à la nécessité d’éviter une trop grande infiltration des eaux au sein même de la digue. Ceci implique que la construction doit avoir une largeur sommitale minimale d’environ 2 m.

50La profondeur des étangs n’est jamais très importante. Généralement elle varie entre 0,80 et 2 m. La hauteur de la digue est évidemment supérieure à celle de l’eau de l’étang. De nos jours, il est recommandé que cette différence de niveau, appelée revanche, calculée en fonction du débit de crue du cours d’eau, soit de l’ordre de 0,40 m. Certains auteurs préconisent même, par prudence, que la revanche devrait avoir une valeur minimale de 1,20 à 1,50 m. Les propositions de restitution faites à partir des études archéologiques indiquent que cette différence devait être, le plus souvent, de l’ordre d’1 m. Sur le site de Coulanges, l’étude stratigraphique a permis de constater que la digue avait vraisemblablement cédé – peut-être suite à une montée des eaux au-dessus du niveau de la revanche – dans la partie axiale de la vallée, avant d’être réparée. Historiquement, certains sites gardent des traces écrites d’accidents ou de catastrophes liés à des digues qui se sont rompues, comme à Orval (Belgique) en 1691. Les deux interventions préventives réalisées à Coulanges et Pierrefitte-sur-Loire n’ont livré aucune donnée sur un éventuel système de bonde. La tradition orale indique que, localement, l’aménagement le plus couramment rencontré correspondrait à un tronc d’arbre évidé installé sous la digue, dans le talweg. Un système de vanne – en amont ou en aval – devait lui être associé. Archéologiquement, ce type de canalisation est attesté sur plusieurs sites. De tels tuyaux – de 2,30 m de longueur – taillés dans des chênes, ont été retrouvés dans un étang – où ils avaient été disposés pour les rendre imputrescibles – sur le site d’Orval (Belgique). Les interventions préventives effectuées préalablement aux travaux d’aménagement de l’autoroute A71, dans le Cher, ont permis de fouiller les restes de canaux voûtés qui permettaient la vidange d’étangs. Ce système, assez répandu dans certaines régions, consistait en un conduit maçonné construit sous la digue et à l’extrémité duquel se trouvait une pierre plate scellée avec de l’argile. Le basculement de cette pierre permettait l’ouverture du canal et donc la vidange de l’étang. En ce qui concerne les trop-pleins, compte tenu de leur fugacité et de leur simplicité, ces agencements ne sont pas toujours identifiables. Néanmoins, les traces probables d’un aménagement de ce type ont été repérées sur le site de Coulanges. Ces dispositifs sont pourtant primordiaux et indispensables, car ils permettent d’éviter les submersions d’ouvrages qui sont souvent la cause principale des ruptures de digues. Dans tous les cas, après l’abandon des retenues d’eau, les digues s’érodent et des couches limoneuses caractéristiques de leur démantèlement se mettent alors en place sur leurs pentes. Lorsque l’étang est asséché, les digues ne sont plus entretenues et la végétation les recouvre rapidement. Cette végétalisation détériore alors irrémédiablement l’homogénéité de la structure, ainsi que son étanchéité, rendant leur réutilisation presque impossible. En effet, les réseaux racinaires des arbres dénaturent les digues et accélèrent la formation des larrons, responsables des problèmes d’étanchéité. De plus, une végétation accrue constitue un abri pour de nombreux animaux qui détériorent encore plus l’ouvrage en y creusant des terriers et des galeries. Dans la majorité des cas, les digues d’étangs asséchés servent donc de carrière et disparaissent rapidement du paysage. En Sologne bourbonnaise on compte encore bon nombre de ces constructions qui se trouvent aujourd’hui au milieu de prairies ou sous les haies de limites parcellaires. Comme c’est le cas dans le Cher, la disparition des étangs et de leurs vestiges correspond à un phénomène qui semble ici aussi irréversible.

Conclusion

51La Sologne bourbonnaise, du fait de l’imperméabilité de son sous-sol, est un secteur géographique propice à la création de retenues d’eau. De nos jours, on ne compte pas moins d’une douzaine d’étangs par commune en moyenne. Si le nombre de ces plans d’eau, après avoir diminué au XIXe s., est redevenu équivalent à celui du XVIIIe s., la localisation et l’importance de ceux-ci ont changé. En effet, il ne subsiste presque plus de grands étangs, alors que ceux-ci étaient majoritaires il y a 200 ans. En revanche, les petits étangs d’agrément – à vocation de pêche et de loisirs –se sont multipliés depuis quelques décennies. Localement, la création de quelques vastes plans d’eau touristiques ne saurait masquer le phénomène grandissant d’abandon de ces étangs. Celui-ci aboutira, certainement rapidement, à la disparition presque totale de ces aménagements ruraux hydrauliques qui ont pourtant dû constituer une des caractéristiques majeures du paysage de la Sologne bourbonnaise pendant de nombreux siècles.

52A priori sans intérêt et sous une apparente homogénéité, les digues d’étangs abandonnés recèlent, en fait, une assez grande diversité de constitution, comme en témoigne la présente étude. Celle-ci permet de compléter le modeste ensemble de données aujourd’hui disponible relatif aux caractéristiques des sites de ce type. Les recherches archéologiques ne peuvent répondre à elles seules à toutes les questions concernant les aménagements hydrauliques au cours du Moyen Âge et de l’Époque moderne. Néanmoins, elles permettent la mise en évidence de points communs et de différences existant entre les sites étudiés dont les caractéristiques sont dépendantes de nombreux facteurs tels que : la fonction de la retenue d’eau, l’environnement du site, la nature des matériaux disponibles, l’expérience et la technique des constructeurs… Les deux exemples présentés ici indiquent qu’au moins dès l’époque moderne, deux des trois techniques actuelles de construction de digues en terre étaient déjà maîtrisées. Si les études archéologiques sur le sujet venaient à se multiplier, il serait alors possible d’aborder le problème de la chrono-typologie, tout en sachant que la datation de ces constructions est souvent délicate à établir. Il faut souhaiter qu’à l’avenir, d’autres travaux – notamment d’entretien – puissent donner l’occasion de compléter et d’enrichir cette documentation issue d’un domaine où la recherche archéologique est encore balbutiante.

Lexique

53Assiette : emprise d’un étang.
Batillage : déferlement de vagues sur les bords d’un plan d’eau.
Bois flotté : morceau de bois déplacé naturellement par flottaison.
Bonde : système de fermeture du canal d’évacuation d’eau d’une retenue d’eau et par extension dénomme aussi le canal lui même.
Clapotis : agitation modérée de la surface de l’eau.
Corroi : couche de terre argileuse compactée.
Larron : trou (ou fissure) dans une digue qui peut donner lieu à une fuite d’eau.
Renard : fissure dans une digue qui peut s’agrandir jusqu’à former un tunnel par où l’eau fuira et éventuellement entraînera des glissements de terrain sur la partie aval de l’ouvrage.
Revanche : différence de hauteur entre le sommet d’une digue et le niveau de l’eau qu’elle retient.
Sapement : destruction d’un ouvrage par sa base conduisant à une mise en porte-à-faux, voire à un éboulement.
Tranchée d’ancrage : creusement linéaire réalisé à l’emplacement d’une future digue (avant la construction de celle-ci) généralement comblé de matériaux imperméables qui assurent une étanchéité du sous-sol sous l’ouvrage ; il permet aussi d’assurer une liaison entre le corps d’une digue et le terrain qui l’environne.
Trop-plein : système de déversement de l’eau d’un étang pour empêcher que celle-ci ne dépasse un certain niveau.

Haut de page

Bibliographie

Barbé
Barbé H. - L’aménagement des étangs en Berry (XIIIe-XVIIIe s.), Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry, 101 : 43-48.

Benarrous 2000
Benarrous R. - Étude de la dynamique évolutive des paysages de la Brenne des étangs, in : Buchsenschutz O., Dumasy F. (dir.) - Rapport du projet collectif de recherche sur l’occupation du sol dans le Berry antique : 105-124, Archives du Service Régional de l’Archéologie de région Centre.

Bordes 1982
Bordes G. - L’étang de pêche et de loisirs, collection La vie en vert, Rustica, Paris.

Gauthier 2001
Gauthier F. - Étude documentaire réalisée dans le cadre des interventions préventives menées sur le tracé de la RCEA, section de Dompierreest à Molinet (Allier), Archives du Service Régional de l’Archéologie d’Auvergne.

Liegard, Fourvel 1998
Liegard S., Fourvel A. - Document final de synthèse des opérations préventives de fouilles archéologiques menées sur les sites de l’Étang du-Pont à Coulanges et des Grands-Brûlés à Pierrfitte-sur-Loire (Allier), Archives du Service Régional de l’Archéologie d’Auvergne.

Parker 1988
Parker S. - L’étang et la rivière, Gallimard, Paris.

Piboule 1996
Piboule M. - Essai de toponymie rurale du centre de la France et notamment du Bourbonnais et de ses marges, Études Archéologiques, nouvelle série, 1, Publication du cercle d’archéologique de Montluçon et sa région, Montluçon.

Piboule 2000
Piboule M. - L’eau vivante, toponymie et légendes de l’eau en Bourbonnais, Études Archéologiques, nouvelle série, 6, Publication du cercle d’archéologique de Montluçon et sa région, Montluçon.

Pressouyre, Benoit 1996
Pressouyre L., Benoit P. (dir.) - L’hydraulique monastique, collection Rencontres à Royaumont, Grâne (et plus particulièrement R. de Fays - Le réseau souterrain de l’abbaye cistercienne de Villers-la-Ville (Brabant, Belgique) : 247-255 ; P.-C. Grégoire - L’eau qui a fait Orval (Brabant, Belgique) : 413-423 ; A. Hoffmann - L’hydrologie des sites bénédictins et cisterciens de l’Allemagne centrale : 99-109 ; D. Leistikow - Les systèmes hydrauliques de trois abbayes cisterciennes en Basse-Autriche : Heiligenkreuz, Zwettl et Lilienfeld : 271-291 ; C. Toupet, M. Wabon - L’abbaye cistercienne de Maubuisson (Vald’Oise, France), Les réseaux hydrauliques du XIIIe au XVIIIe s. : 135-155 ; M. Viré - Le système hydraulique de l’abbaye cistercienne de Royaumont du XIIIe au XVIIIe s. : 257-269).

Quesnel 1976
Quesnel B. - Traité d’hydraulique fluviale appliquée, Cours d’eau non navigables, 1, Généralités et pratique des travaux, Paris : 111-119 et 327-331.

Serna 2002
Serna V. - Les constructions de l’eau dans le traité d’hydraulique de B. Forest de Belidor (1693-1761) : des indices pour une archéologie fluviale, in : Archives, objets et images des constructions de l’eau du Moyen Âge à l’ère industrielle, Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, 51.

Talureau 1965
Talureau R. - Marais de l’Ouest, Ministère de l’Agriculture, Direction Générale du Génie Rural et de l’Hydraulique Agricole, Extrait des numéros 4, 5 et 7 de la revue Les Grands Aménagements Régionaux, Nîmes : 40-45 et 115.

Technique… 1977
Technique des barrages en aménagement rural, Ministère de l’Agriculture, Direction de l’Aménagement, Groupe de travail permanent pour les barrages en aménagement rural, Gap : 121-126, 132, 144, 149 et 160.

Treyve 1980
Treyve F. - Défense des berges de rivière par les végétaux, Création d’étangs, Leur colonisation végétale, Moulins : 52-57.

Sources

Mémoire des revenus de la cure de Saint-Révérien de Coulanges (1779), Archives départementales de l’Allier, 2G55/4, p. 31. Terrier de la seigneurie de Pierrefitte (1519-1531), Archives départementales de l’Allier, E 213, f° 522.

Terrier de Pierrefitte, Archives départementales de l’Allier, E 214, f° 501. Visite du 10 mai 1766 du domaine de la commanderie d’Anglure, dépendant de la commanderie de Beugney (paroisse de l’hôpital le Mercier, Saône-et-Loire), Archives départementales de l’Allier, H 1046.

Haut de page

Notes

1  Route Centre-Europe / Atlantique, section de Dompierre-sur-Besbre.

2  Archéologues à l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives), région Auvergne.

3  Chargée de recherche au CNRS, Géolab, UMR 6042, Maison de l’Homme, 4 rue Ledru, 63057 Clermont-Ferrand.

4  Codes laboratoire : ARC 1872, 1873 et 1874.

5  Assistant d’étude et d’opération à l’INRAP, région Auvergne, 19 rue Élysée Reclus, 63100, Clermont-Ferrand.

6  Codes laboratoire : ARC 1829, 1838, 1840, 1841, 1842, 1843.

7  Palynologue à l’ARPA, UFR des Sciences de la Terre, Université de Lyon I, 69100, Villeurbanne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation des sites sur le tracé de la RCEA (A. Fourvel).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 2 : Plan du site de Pierrefitte-sur-Loire.
Légende (A. Fourvel). 1 : sondages ; 2 : digue ; 3 : assiette supposée.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/202/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 4 : Relevé de la digue de Pierrefitte-sur-Loire (A. Fourvel).
Légende 1 : sables ; 2 : sédiments sablo-argileux ; 3 : sédiments argilo-sableux ; 4 : argiles ; 5 : terre végétale.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/202/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 3 : Plan du site de Coulanges (A. Fourvel).
Légende 1 : sondages ; 2 : digue ; 3 : assiette supposée ; 4 : carrière.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/202/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 5 : Pieux en bois découverts.sous la digue de Coulanges (S. Liegard).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/202/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 6 : Relevé de la digue de Coulanges (A. Fourvel).
Légende 1 : sables ; 2 : sédiments sablo-argileux ; 3 : sédiments argilo-sableux ; 4 : argiles ; 5 : terre végétale.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/202/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 7 : Vue de la digue de Coulanges en cours d’étude (S. Liegard).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/202/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 8 : Schématisation des trois types de digues “ en terre ” (A. Fourvel).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/202/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Liegard et Alain Fourvel, « Étude de deux digues d’étangs « en terre » recoupées par le tracé de la RCEA à Pierrefitte-sur-Loire et Coulanges (Allier) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 43 | 2004, mis en ligne le 01 mai 2006, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://racf.revues.org/202

Haut de page

Auteurs

Sophie Liegard

Chargée d’opération et de recherche à l’INRAP, région Auvergne, 19 rue Élysée Reclus, 63100, Clermont-Ferrand.

Articles du même auteur

Alain Fourvel

Technicien dessinateur à l’INRAP, région Auvergne, 19 rue Élysée Reclus, 63100, Clermont-Ferrand.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page