Navigation – Plan du site
Comptes rendus

François Favory (dir.), av. la collab. de G. Chouquer, C. Jung, B. Ode, Th. Odiot et M.-P. Zannier - Le Tricastin romain : évolution d’un paysage centurié (Drôme, Vaucluse)

ill. et SIG P. Sarazin, DD en ligne M. Ben Jeddou, Doc. d’Arch. en Rhône-Alpes et en Auvergne (DARAA), n° 37, ALPARA / Public. de la Maison de l’Orient Méditerr., Lyon, 2013, 209 p., 114 Fig
Alain Ferdière
p. 459-461
Référence(s) :

François Favory (dir.), av. la collab. de G. Chouquer, C. Jung, B. Ode, Th. Odiot et M.-P. Zannier - Le Tricastin romain : évolution d’un paysage centurié (Drôme, Vaucluse), ill. et SIG P. Sarazin, DD en ligne M. Ben Jeddou, Doc. d’Arch. en Rhône-Alpes et en Auvergne (DARAA), n° 37, ALPARA / Public. de la Maison de l’Orient Méditerr., Lyon, 2013, 209 p., 114 Fig.

Texte intégral

1Cette synthèse des travaux archéologiques menés sur le Tricastin gallo-romain était attendue de longue date, car, comme l’indique la Préface du directeur de la publication, François Favory, il était en chantier depuis la fin du programme Archaeomedes, il y a près de vingt ans. Ces recherches avaient toutefois fait l’objet depuis lors de très nombreuses publications, rappelées dans cette même préface.

2Il porte sur la cité d’Augusta Tricastinorum-Saint-Paul-Trois-Châteaux et notamment sur le territoire concerné par la centuriation B d’Orange (Piganiol 1962), vaste aire géographique de la moyenne vallée du Rhône qui a fait l’objet de ces recherches intensives dans les années 1990, et notamment de prospections systématiques au sol.

3Outre la dédicace (à J.-L. Fiches, récemment disparu), les préfaces et un avertissement de Th. Odiot et P. Sarazin, le volume est constitué de cinq chapitres de longueurs inégales.

4NB : le cours du Rhône en général figuré sur les différentes cartes n’est, à juste titre, pas celui d’aujourd’hui, canalisé et redressé, mais celui en tresses, aux multiples îlots, visible sur la Carte de Cassini pour la fin du XVIIIe s., redressée à cet effet sur le SIG (cf. par ex. Fig. 45).

  • 1 Réalisé par deux des co-auteurs, M. Ben Jeddou et P. Sarazin, il est consultable en ligne : http:// (...)

5• Chap. 1 - Introduction géographique et historique, par C. Jung et Th. Odiot, p. 17-29. Il situe le cadre des recherches, de manière sans doute un peu académique mais nécessaire, en présentant notamment le cadre du Système d’Information Géographique mis en place1. La cartographie et le bloc diagramme de la géomorphologie de la plaine du Tricastin (Fig. 6) ont déjà été publiés depuis quelque temps.

6• Chap. 2 - Le plan cadastral “ B ” : un événement majeur, par G. Chouquer, p. 31-53. L’auteur était certainement le mieux placé pour ce chapitre, puisqu’il a magistralement situé les centuriations gravées dans les marbres d’Orange – et en particulier cette centuriation B – sur le terrain dans une étude pionnière déjà trentenaire (Chouquer 1983). Cette dernière couvre une aire particulièrement vaste, toute la plaine du Tricastin autour du chef-lieu de Saint-Paul-Trois-Châteaux-Augusta Tricastinorum, depuis le nord de Montélimar (Valdaine) jusqu’au sud d’Orange, et de la rive droite du Rhône aux collines bordant à l’est le bassin de Valréas (Fig. 9). Pour une centuriation mise en place à la période triumvirale en faveur des vétérans de la IIe Légion Gallica, le document “ B ” d’Orange correspond à sa révision sous les Flaviens, par Vespasien en 77 de n. è. Il s’agit donc ici d’une simple mise à jour de la documentation, déjà largement publiée et commentée.

7• Chap. 3 - Construction du réseau B d’Orange et réseau de communication, par C. Jung, p. 55-92. Cette centuriation couvre un territoire concerné par un réseau de communication terrestre, dont la voie dite d’Agrippa de Lyon à la Méditerranée, et hydrique, avec bien sûr le cours (depuis lors modifié) du Rhône dans sa partie médiane, sur lequel elle s’appuie : ces deux axes sont ici quasi nord-sud et donc plus ou moins parallèles à ceux de la centuriation, donc le locus grommae est précisément situé. De nombreux autres affluents de rive gauche du Rhône et voies terrestres et drainent la région (Fig. 18). L’analyse morphologique des parcellaires fossiles et sub-actuels permet de proposer une trame de parcelles découpant les centuries (Fig. 24), dont la résilience permettra la conservation parfois jusqu’à nos jours (voir infra chap. 5). En outre, on le sait, plusieurs axes majeurs correspondant à des cardines ou decumani de la centuriation ont été repérés sur le terrain sous forme de fossés, notamment à l’occasion des travaux d’archéologie préventive précédant la construction de la ligne TGV Méditerranée. Une bonne partie des axes secondaires internes ont par ailleurs servi au drainage de la plaine du Tricastin, comme l’avaient déjà montré aussi plusieurs publications antérieures.

8• Chap. 4 - La vie agraire, par F. Favory, C. Jung, B. Ode et Th. Odiot, p. 93-166. C’est le chapitre le plus volumineux et sans doute le plus suggestif, et qui apporte le plus de nouveautés : c’est en tout cas celui auquel je m’attarderai, par affinité. Le titre choisi pour ce chapitre essentiel est sans doute un peu maladroit car, trop général, il rend mal compte de la richesse des informations traitées ici, qui concernent les dynamiques d’occupation du sol comme ses relations avec le parcellaire (centuriation) et avec les données géomorphologiques et paléo-environnementales. Le Tricastin, sous la houlette de Th. Odiot, a été l’une des “ fenêtres ” d’étude du programme Archeomedes (puis Archaedyn), avec en particulier une opération de prospection systématique au sol (et aérienne), associée aux nécessaires travaux sur la géo-morphologie et le paléo-environnement, ainsi qu’à un certain nombre de fouilles, notamment préventives (cf. déjà, et entre autres, Odiot 1994).

9La première question traitée est la relation du peuplement au réseau centurié (cf. Fig. 41). Outre la croissance classique de l’occupation du sol entre les iie-ier s. av. n. è. et le milieu du iie s. de n. è., puis sa décrue dans l’Antiquité tardive, une spécificité locale de ce peuplement est observable quant à la relation avec la centuriation (Fig. 42 et cf. Fig. 23 du chap. 3) : les centuries à l’ouest du cardo maximus et entre les decumani X et XX (rive gauche du Rhône) ne sont investies par les établissement ruraux qu’au cours du Ier s. de n. è. alors qu’ailleurs les implantations augustéennes sont nombreuses. Une “ chorématique ” (en fait peu poussée en termes de chorématique strico sensu) est présentée (cf. Fig. 45, qui n’en est pas).Ces établissements sont ensuite mis en relation avec la qualité des sols (potentiel pédologique actuel et antique), mis en rapport avec les données tarifaires du cadastre B (Fig. 48).

  • 2 Outre sa thèse (Zannier 2007), on peut citer : Zannier 1995 ; cf. aussi : Berger et al. 1997, référ (...)

10Pour ce faire, quant au potentiel agronomique des sols pour l’Antiquité, les informations contenues dans les textes des Agronomes latins (essentiellement Pline l’Ancien et Columelle) sont mises en œuvre après interprétation en termes pédologiques actuels : cette partie du travail s’appuie tout particulièrement sur les recherches de Marie-Pierre Zannier, dont le nom apparaît en page-titre comme co-signataire de l’ouvrage mais ni comme co-auteur de ce chapitre, ni en bibliographie finale2. Cette étude est confortée par une analyse multivariée appliquée au corpus des contrats de location de ce cadastre, assez ardue, et dont le rendu graphique est comme toujours peu explicite quant au propos (traduction cartographique plus claire, Fig. 70), mais qui conforte clairement, de manière statistique, les interprétations proposées.

11Puis c’est la mise en valeur des terres qui est examinée, avec spécifiquement l’analyse des réseaux de drainage de la plaine du Tricastin qui bien sûr – mais encore fallait-il le démontrer – infléchissent assez souvent les axes du parcellaires découpant les centuries. Le site des “ Girardes ” à Lapalud, déjà bien connu, est comme il se doit cité (voir Fig. 83) comme bel exemple de l’intégration du parcellaire cultivé (ici en vignes) aux axes de la centuriation B (ici, croisement des limites DD III avec VK V).

12Le chapitre se termine par l’analyse de l’espace agricole, de son exploitation et de ses productions, avec bien entendu dans cette région la culture privilégiée de la vigne (cf. Fig. 88) : outre “ Les Girardes ”, les domaines viticoles, déjà assez largement publiés, du “ Molard ” à Donzère et du “ Faÿn ” à Roussas sont entre autres cités.

13Ce chapitre est de mon point de vue le plus captivant de l’ouvrage, non tant par les données mises en œuvre, déjà en grande partie publiées et connues, mais par la synthèse et la mise à jour de celles-ci qui sont ici offertes.

  • 3 Pourtant, le titre de l’ouvrage indique explicitement qu’on est bien ici dans l’archéologie du pays (...)
  • 4 Cette dernière montrant bien, ce qui était nécessaire, que les axes des parcellaires successifs son (...)

14Chap. 5 - La dynamique du réseau : vers un autre objet, par G. Chouquer et C. Jung, p. 167-192. Paradoxalement quant à son titre, ce chapitre est le plus attendu de la part de ces auteurs. On pourrait ici aussi discuter du titre (“ vers un autre objet ”), ce dernier objet étant sans doute la “ géoarchéologie ”3. Il s’agit d’examiner, quant au réseau centurié, tour à tour “ la dynamique de la planimétrie ”, les “ mécanismes de mutation et de permanence des formes parcellaires à partir des données archéologiques ”, et la dynamique même de la centuriation, comme “ objet nouveau ”. Les données de départ sont connues (notamment la coupe “ désormais célèbre ” de Pierrelatte “ Les Malalones ” ((Fig. 105, heureusement renouvelée par la schématisation de la Fig. 984). Cette dynamique de la planimétrie est modélisée, notamment pour comprendre comment, dans une zone d’alluvionnement intense (secteur de Caderousse et des Insulae Furianae, à la confluence de l’Aigue et du Rhône), les orientations et axes de la centuriation antique ont pu si bien se maintenir dans le parcellaire jusqu’à nos jours (cf. Fig. 99). C’est le phénomène de “ résilience ” cher à la “ géoarchéologie ”, déjà par exemple bien mis en lumière, quant au colluvionnement, dans la plaine du Pô par la thèse de C. Franceschelli (voir Franceschelli et Marabini 2007 ; cf. Franceschelli 2009), non citée ici. Ce chapitre est en tout cas l’ouverture de cet ouvrage vers le temps long, l’essentiel du propos concernant sinon quasi exclusivement l’Antiquité (conformément au titre), du IIe s. av. n. è. au très haut Moyen Âge (viie-viiie s.).

15S’ajoutent à ces chapitres une bibliographie de 7 pages (incluant les nombreuses publications antérieures sur ce programme et ce territoire), le crédit d’illustrations et les résumés.

16Avec ce volume, il s’agit donc de la réponse à une attente déjà ancienne, qui permet, de manière relativement “ légère ” (un peu plus de 200 pages) de rendre compte de façon globale et synthétique, des travaux menés sur ce territoire durant près de 20 ans, de manière à l’origine pionnière et exemplaire dans la pluridisciplinarité (et sa diachronie). On pourrait considérer que ce volume n’apporte rien de bien neuf aux multiples publications dont ce programme de recherche a fait l’objet depuis lors. Mais il y a ici non seulement la synthèse, ou plutôt les synthèses de ces travaux, mais aussi la mise à jour la plus récente de la documentation accumulée.

17Un ouvrage précieux donc, au moins à ce titre, et qui fera date, au plan méthodologique notamment, comme les recherches menées ici et qu’il regroupe en un format accessible.

Haut de page

Bibliographie

Berger et al. 1997

Berger J.-F., Favory F., Odiot Th. et Zannier M.-P. - Pédologie et agrologie antique dans le Tricastin central (Drôme-Vaucluse), d’après les textes agronomiques et épigraphiques latins et les données géomorphologiques, in : Burnouf J. et al. (dir.) - La dynamique des paysages protohistoriques, antiques, médiévaux et modernes, Actes 17e Renc. Internat. d’Arch. et d’Hist. d’Antibes (17-19 oct. 1996), APDCA, Sophia-Antipolis : 127-154.

Chouquer 1983

Chouquer G. - Localisation et extension géographique des cadastres affichés à Orange, in : M. Clavel-Lévêque (dir.), Cadastres et espace rural. Approches et réalités antiques, Actes Table Ronde (Besançon, mai 1980), CNRS éd., Paris : 275-295.

Franceschelli 2009

Franceschelli C. - Dynamique de transmission de la morphologie agraire : “ pérennisation ” et “ effacement ” de la centuriation romaine dans la plaine du Pô, Agri Centuriati, An internat. journal of landscape archaeology, 5 : 77-105.

Franceschelli Marabini 2007

Franceschelli C. et Marabini S. - Lettura di un territorio sepolto. La pianura lughese in età romana, Alma mater Studiorum, Univ. di Bologna, Depart. di Archeologia, Studi e Scavi, nuove serie, 17, Ante Quem, Bologne, 222 p., 2 Pl. h. t.

Odiot 1994

Odiot Th. - Habitats, sols et cadastres dans le Tricastin, in : F. Favory et J.-L. Fiches (dir.), Les campagnes de la France méditerranéenne dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge. Études micro-régionales, DAF, 42, MSH, Paris : 73-107.

Piganiol 1962

Piganiol A. - Les documents cadastraux de la colonie romaine d’Orange, XVIe Suppl. à Gallia, Éd. du CNRS, Paris, 434 p., XLVII Pl. h. t.

Zannier 1995

Zannier M.-P. - La perception des sols et des plantes chez les agronomes romains ; La typologie des sols chez Pline l’Ancien : une approche, in : S. van der Leeuw (dir.), Dégradation et impact humain dans la moyenne et basse vallée du Rhône dans l’Antiquité (Archaeomedes Project “ Understanding the natural and anthropogenic causes of soil degradation and desertification in the Mediterranean basin ”), Univ.Cambridge.

Zannier 2007

Zannier M.-P. - Paysages du grand domaine et normes agronomiques de Caton à Pline l’Ancien. Représentation de l’espace et “ bonne mesure ”, Thèse de Doctorat, Univ. du Maine-Le Mans (accessible en ligne : http://tel.archives_ouvertes.fr/tel-00256683/fr/)

Haut de page

Notes

1 Réalisé par deux des co-auteurs, M. Ben Jeddou et P. Sarazin, il est consultable en ligne : http://tricastin-romain.univ-fcomte.fr

2 Outre sa thèse (Zannier 2007), on peut citer : Zannier 1995 ; cf. aussi : Berger et al. 1997, référence quant à elle citée. Son nom est cependant explicitement mentionné dans la préface de F. Favory. Les co-auteurs m’informent qu’il s’agit d’une erreur technique (oubli) de leur part au moment de la finalisation, dont ils demandent qu’on les excuse.

3 Pourtant, le titre de l’ouvrage indique explicitement qu’on est bien ici dans l’archéologie du paysage…

4 Cette dernière montrant bien, ce qui était nécessaire, que les axes des parcellaires successifs sont bien les mêmes et non simplement convergent au point de la coupe antérieurement connue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ferdière, « François Favory (dir.), av. la collab. de G. Chouquer, C. Jung, B. Ode, Th. Odiot et M.-P. Zannier - Le Tricastin romain : évolution d’un paysage centurié (Drôme, Vaucluse) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 52 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://racf.revues.org/2017

Haut de page

Auteur

Alain Ferdière

Professeur émérite d’archéologie, UMR 7324 CITERES Laboratoire Archéologie et Territoires

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page