Navigation – Plan du site
Carte localisation Surmely
Notes et documents

Le souterrain médiéval de Chauviat (commune de Charbonnières-les-Vieilles, Puy-de-Dôme)

The medieval tunnel of chauviat (Charbonnières-les-Vieilles, Puy-de-Dôme)
Frédéric Surmely, Patrick Boudon, Stéphane Guyot, Pierre Caillat, Pierre Charbonnier, Laurent Hablot et Thomas Poiraud
p. 401-414

Résumés

À la suite de travaux réalisés par un agriculteur, nous avons pu reconnaître l’intégralité d’un souterrain médiéval, dans le secteur des Combrailles (Puy-de-Dôme, France). La galerie, longue d’une quarantaine de mètres, comportait trois accès et un dispositif d’évacuation des eaux d’infiltration. L’ouvrage a servi ensuite de dépotoir et les sondages ont livré un abondant mobilier : céramiques brisées, faune, étrier en fer, pointe de flèche… et une inattendue bulle papale de Martin IV (1281-1285). La structure était liée à un habitat aristocratique qui reste à fouiller. Il s’agissait très probablement d’une galerie de fuite, différente des habituels souterrains destinés au stockage et/ou au refuge. Son aménagement, difficile à dater avec précision, serait à placer à la fin du xiiie s.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Remerciements : nos chaleureux remerciements vont au propriétaire et découvreur du site, M. Patrick Richard, qui a soutenu activement les recherches, à Johan Picot pour ses informations, à Jean-Michel Poisson pour ses conseils, à Bruno Dufaÿ et Patrice Conte pour la relecture critique de l’article et leurs suggestions, ainsi qu’à Stéphanie Deprost, documentaliste du Centre de Conservation et d’Étude René Rémond de Lons-le-Saunier (Jura). La restauration du mobilier métallique a été financée par la DRAC d’Auvergne.

Historique et contexte

1Le petit hameau de Chauviat est localisé sur la commune de Charbonnières-les-Vieilles (département du Puy-de-Dôme), en bordure du plateau des Combrailles et de la plaine de Limagne, à une altitude de 590 m (Fig. 1). Faute de recherches, l’histoire médiévale du secteur reste très mal connue. Il faut toutefois mentionner la fouille récente (dir. M. Dupuis), dans le cadre de l’archéologie préventive, d’une ferme médiévale sur la commune de Combronde, datée de la fin du xiiie s. (Dupuis 2011).

Fig. 1 : Carte de localisation du souterrain.

Fig. 1 : Carte de localisation du souterrain.

(Doc. F. Surmely sur fond de carte IGN au 1/25 000)

2La découverte de la cavité a été effectuée en 2010 par le propriétaire des lieux, Patrick Richard, à l’occasion de travaux en vue de la construction d’un bâtiment agricole. P. Richard a alors prévenu immédiatement le service régional de l’Archéologie d’Auvergne. Les travaux avaient provoqué l’effondrement de l’entrée principale de la cavité et d’un des accès secondaires. L’opération archéologique, qui s’est échelonnée sur plusieurs journées, a consisté en un nettoyage des parties endommagées et une reconnaissance générale de la cavité, accompagnée de sondages ponctuels, et enfin de relevés topographique et photographique.

Morphologie de la cavité

3Nous avons pu reconnaître l’intégralité de la structure, ce qui est assez rare, les souterrains étant le plus souvent affectés par des éboulements, des reconstructions…

  • 1 Dans leur inventaire des souterrains du Cantal (1998), A. et J.-Ph. Usse observent que la largeur d (...)

4La galerie souterraine a été ouverte dans le substrat local (tufs viséens). La faible dureté de la roche et sa relative homogénéité ont permis un creusement facile (des traces de pic sont observables en plusieurs points), mais sont aussi la cause de l’altération de certaines portions du conduit. Celui-ci est assez étroit (1,20 m), plutôt bas (1,30 à 1,40 m)1 et ne présente aucun élargissement conséquent. Les dimensions ont été réduites au strict nécessaire des travaux de creusement de la galerie et d’évacuation des déblais. Le profil en berceau brisé a probablement été choisi pour favoriser la bonne tenue de la voûte (Fig. 2). Le sol est presque horizontal, avec une légère pente d’ouest en est, destinée à l’évacuation des eaux d’infiltration. Il n’y a aucun dispositif de stockage, du type niche, anneau ou élargissement (salle). De même on note l’absence (dans les parties non altérées) de tout système de fermeture et de support mural d’éclairage.

Fig. 2 : Profil de la galerie, près de l’entrée E1.

Fig. 2 : Profil de la galerie, près de l’entrée E1.

(Photo F. Surmely)

5La galerie, de plan linéaire, peut être divisée en deux parties, séparées par un goulot d’étranglement (Fig. 3 et 4).

Fig. 3 : Plan de l’ouvrage souterrain.

Fig. 3 : Plan de l’ouvrage souterrain.

(Doc. P. Boudon et F. Surmely)

Fig. 4 : Profil de l’ouvrage souterrain.

Fig. 4 : Profil de l’ouvrage souterrain.

(Doc. P. Boudon et F. Surmely)

6L’accès principal (E1), un escalier creusé dans le rocher, doté d’au moins 6 marches, permet d’accéder à la galerie souterraine axiale, après un coude marqué et volontaire. L’escalier a été aménagé à partir d’une tranchée ouverte, qui a ensuite été couverte par de grandes dalles d’arkose. La disposition originelle précise de l’entrée est malheureusement inconnue du fait de la perturbation liée à la découverte. C’est probablement par cette ouverture assez large qu’ont été évacués les déblais de la première partie de la structure. Quelques mètres plus loin, une bifurcation relie le boyau principal à une seconde ouverture (E2), par l’intermédiaire d’un goulot d’étranglement (G1). Cette deuxième entrée a été dégagée. Son ouverture est de section rectangulaire, avec une feuillure destinée à supporter une trappe en bois (Fig. 5). Une seule marche a été aménagée pour faciliter la remontée. Cette disposition permettait de descendre très rapidement dans la cavité, tout en favorisant sans doute sa défense de l’intérieur. Aucun indice de réaménagement n’ayant été décelé, il semble que les deux accès aient été creusés en même temps, desservant alors peut-être des pièces ou espaces différents. De nombreux vestiges (faune, céramique, objets métalliques) ont été retrouvés dans le comblement de ces deux orifices.

Fig. 5 : Trappe d’accès (E2).

Fig. 5 : Trappe d’accès (E2).

(Photo F. Surmely)

7Un second goulot (G2) sépare, 10 m plus loin, la galerie principale en deux sections. De tels dispositifs se retrouvent fréquemment dans les souterrains français (Clavier 2006 ; Triolet 1995). Leur fonction est semble-t-il défensive. À Chauviat, les goulots se présentent sous la forme d’un cercle de 0,45 m de diamètre. Au bout de la seconde section, le boyau, dont la section est ponctuellement un peu plus large, est alors divisé en deux branches. Celle de droite (E3), qui a été bouchée ensuite par de grosses pierres, était certainement une simple galerie d’accès de chantier, destinée à l’évacuation des déblais de creusement de la seconde partie de la galerie, tandis que celle de gauche, plus longue, se subdivise elle-même en deux diverticules. La branche axiale est dotée d’un petit caniveau et se prolonge par une tranchée ouverte qui débouche dans un pré en contrebas (E5). Son rôle était de favoriser l’évacuation des eaux d’infiltration. Ce drainage est habituel dans les souterrains du département du Cantal (Usse 1998). La branche de gauche, longue de 6 m, desservait un autre accès (E4), qui était à coup sûr la sortie dérobée de l’ensemble du dispositif. À noter que les sondages pratiqués à l’emplacement de ces orifices (sond. 2 et 7) n’ont pas livré de vestiges, ce qui traduit leur éloignement de la zone d’habitat.

Remplissage

8Deux sondages ont permis de reconnaître le remplissage de la cavité et de reconstituer sommairement son histoire, dans l’attente d’une fouille exhaustive ultérieure.

9Le remplissage est divisé en deux ou trois unités stratigraphiques, selon les secteurs. À certains endroits, on trouve à même le sol des plaquages de sédiments argileux contenant de rares ossements, charbons de bois et tessons, qui pourraient être contemporains de l’aménagement ou de l’utilisation de la cavité (US 40). Ils sont recouverts par un niveau riche en charbons de bois, os et céramiques (US 30), qui est présent dans les zones proches des entrées E1 et E2. Ce niveau pourrait donc correspondre à un dépotoir issu d’un habitat sus-jacent. On retrouve d’ailleurs cette même couche à l’extérieur de la cavité, dans le sondage 4. C’est dans cette couche qu’ont été découverts la plupart des objets remarquables décrits plus loin. Un niveau argileux détritique, contenant des blocs, du mobilier archéologique, des fragments de tuiles, scelle l’ensemble (US 20).

L’habitat de surface

10Deux sondages extérieurs (nos 1 et 4) ont été pratiqués, montrant la présence d’au moins un bâtiment extérieur totalement démoli. Les vestiges retrouvés, moellons, pierres taillées de grandes dimensions, tuiles, céramiques et petite vervelle (Fig. 9), indiquent l’existence d’une construction importante, sans doute de type résidence seigneuriale. Mais la superficie des sondages est trop réduite pour reconstituer la forme de ce(s) bâtiment(s) et sa (leur) disposition exacte par rapport au souterrain et à ses accès. Ce sera assurément l’objectif de travaux archéologiques ultérieurs.

11La mention de Chauviat (“ Chalviaci ”) apparaît dans le dénombrement des vassaux d’Alfonse de Poitiers, daté d’entre 1250 et 1263 environ :

  • 2 Hugo Durs et Dalmacius et Petrus Terreyra, de terra de la Guondamina, et de turre et villa Chalviac (...)

12“ Trois hommages de Hugues Durs, Dalmas et Pierre Terreyre pour la terre de la Guondamine (NDT : probablement la Condamine) et pour la tour et la villa de Chauviat et les maisons du Vieux Chauviat et pour la terre derrière Las Cons et pour la terre de la Bobière et pour le manse du seigneur comte avec ses appartenances et pour la terre de la Mazière et la terre de Prat Plancha et pour un moulin qui est situé entre la villa et la tour de Chauviat2 ” (Chassaing 1886 : 69).

13Il est évidemment impossible de dire, sur la base de ce seul écrit, si la tour mentionnée correspond bien à l’édifice au pied duquel s’ouvrait le souterrain. Les autres lieux-dits cités n’ont pas pu être localisés.

Mobilier archéologique

La céramique (Fig. 6)

  • 3 Le mobilier examiné ne représente que 70 % du corpus mis au jour.
  • 4 Le mode de décompte habituel du nombre de récipients est basé sur le comptage des éléments remarqua (...)

14Le mobilier examiné3 provient exclusivement de l’US 30. Il se compose de 386 tessons, où 114 Individus-vases et 32 NMI ont été décomptés4. La fragmentation est moyenne, avec des tailles de tessons comprises entre 3 et 5 cm2 (indice de fragmentation : 12,06). Les tessons de panse sont les plus abondants, puisqu’ils représentent 335 unités, soit 86,79 % du mobilier céramique. Le reste est réparti en 23 fonds (5,96 %), 14 rebords (3,63 %), 8 anses (2,07 %), 5 cols (1,29 %) et 1 bec verseur (0,26 %).

Fig. 6 : Céramiques de l’US 30.

Fig. 6 : Céramiques de l’US 30.

(Doc. S. Guyot)

Les pâtes : groupes techniques

15Le matériel recueilli se compose de deux groupes techniques parfaitement distincts : les argiles fines kaolinitiques et les argiles mi-fines communes.

16Les pâtes fines à forte teneur en kaolinite ne représentent qu’un faible nombre d’individus (10 soit 8,77 %). L’argile présente une répartition homogène de ces composants et autres impuretés visibles à l’examen macroscopique. Ces derniers sont d’une taille relativement réduite, où les cristaux de quartz se remarquent aisément par leur nombre. Les autres dégraissants se limitent aux oxydes ferriques. Ce groupe technique est exclusivement employé pour le façonnage de pots fermés consacrés au service de la table, mais l’absence de partie supérieure ne permet pas de distinguer le pichet de la cruche. Quoi qu’il en soit, cette vaisselle est maintenant bien connue en Auvergne, où les découvertes se sont multipliées ces dernières années. Ainsi, des similitudes sont relevées avec le mobilier de la ZAC de l’Aize à Combronde (Puy-de-Dôme ; Dupuis 2011).

17Les pâtes mi-fines communes sont les plus abondantes avec 104 individus-vases (91,23 %). L’argile est également homogène avec une répartition régulière des composants. Les quartz sont les plus nombreux, dont certains peuvent prendre toute l’épaisseur de la tranche. Des feldspaths et des oxydes ferriques sont aussi observés. Le répertoire des formes est exclusivement constitué par ces pâtes communes.

Les cuissons, nature et caractéristique

18Les cuissons et les post-cuissons oxydantes sont les plus représentées, puisqu’elles concernent 101 individus-vases, soit 88,60 % du mobilier. Parmi eux, huit appartiennent au groupe technique des argiles kaolinitiques (8 %) et 93 aux pâtes communes (92 %). Les teintes sont alors de rosâtre à claire, avec une faible proportion de colorations rougeâtres. Les traces de suie sont également nombreuses, ce qui masque ou modifie à plusieurs reprises la nature exacte des surfaces externes. Les cuissons réductrices s’avèrent minoritaires au sein de ce corpus. Elles touchent seulement dix individus aux colorations sombres, dont les deux derniers groupes techniques fins. Enfin, trois pots à cuisson oxydante et post-cuisson réductrice ont été repérés.

19Depuis plusieurs années et à la faveur des études et synthèses régionales (Guyot 2004 et Horry 2002), certaines corrélations entre les proportions de cuissons au sein des lots et leur chronologie ont été mises en évidence. Dans le cas présent, nous notons une représentation élevée des cuissons et des post-cuissons oxydantes. Ce paramètre est caractéristique de la période comprise entre le début du xive s. et la fin du xviie s. Avant cet intervalle, les groupes techniques réduits sont quantitativement plus importants.

Les revêtements, la glaçure à l’engobe

20Contrairement à la majorité des mobiliers contemporains découverts en Basse Auvergne, celui-ci ne présente que peu d’individus pourvus d’un revêtement. Seuls la glaçure et l’engobe de décoration sont présents.

21La couverte plombifère est visible sur un seul type, disséminé dans plusieurs unités stratigraphiques. Il s’agit a priori d’un pichet pourvu d’un col évasé haut, arborant une incision sinusoïdale. La face externe est rehaussée de fines taches de coloration kaki.

22L’engobe de décoration blanc se remarque sur la face externe d’un seul individu, probablement une cruche de table. Il est appliqué au pinceau en une bande verticale. Cette forme de décoration a été observée à de nombreuses reprises essentiellement dans la moitié nord de la Basse Auvergne et plus généralement dans le Bourbonnais. Elle s’inscrit dans un intervalle chronologique xiiie-xve s., avec un important développement entre le 1er tiers du xive s. et la fin du xve s.

Les décors en relief

23Malgré un mobilier peu abondant, le corpus des décorations s’avère bien fourni, avec trois modèles. Le type le plus fréquent est celui des bandes rapportées. Elles ponctuent les faces externes, de la concavité des cols à la base de la panse, de 17 individus, tous des pots fermés du type pichet/cruche. En raison de la fragmentation, toutes les orientations des appliques ne sont pas identifiables, mais la majeure partie d’entre elles semble verticale ou oblique. Elles sont également pourvues de cannelures assez régulières et à profil rectangulaire, ce qui laisse envisager l’emploi d’une molette, plutôt qu’un autre instrument. Le poinçonnage à la molette a été également aussi utilisé de manière directe sur la pâte encore molle des récipients. Un seul tesson d’épaule en est agrémenté. La rouelle employée possède des dents quadrangulaires, mais l’inclinaison de l’outil a engendré des motifs triangulaires. Mentionné précédemment, le dernier décor, une incision sinusoïdale, porte la seule glaçure du lot.

Typologie

24Malgré la fragmentation, 13 poteries ont été identifiées morphologiquement et se répartissent entre trois formes et trois services : la cuisson, la conservation et le service de la table.

  • 5 Selon les désignations du réseau ICERAMM.

25Le service de la cuisson compte sept marmites, dont deux dépourvues de moyen de préhension visible, donc potentiellement identifiables comme des oules ou considérées comme des pots5. Cinq formes ont été inventoriées, dont une qui apparaît inédite en Auvergne. Les autres sont communes, en milieu religieux et laïc, entre le xe et le xviie s. À Chauviat, l’examen des argiles, des décors et des revêtements associés permet de dater les récipients entre la fin du xiie et le xve s. et, plus précisément pour certains, entre la fin du xiiie et le xve s. Du seul point de vue des productions, ces récipients sont présents dans l’ensemble de la Basse Auvergne. Seul le pot 04 (marmite ou oule à rebord éversé) appartient à une aire de diffusion plus septentrionale. Il s’agit d’un type essentiellement produit dans le Bourbonnais et dont la limite méridionale de diffusion est Clermont-Ferrand.

26Le service de la conservation des liquides est constitué de cinq individus, représentant autant de formes. À l’instar des marmites, leur fragmentation ne permet pas d’identifier de manière précise toutes les cruches. Cependant, des profils similaires découverts sur d’autres sites confortent ces déterminations. Deux parties supérieures et trois inférieures composent le répertoire. Les premières sont constituées de formes relevées à de nombreuses reprises en Auvergne, dans des contextes chronologiques compris entre le xiie et le xive s. Cet intervalle est par ailleurs précisé par des datations dendrochronologiques, comme à Billezois (Allier ; Gaime et al. 2001), où les occupations sont datées entre le premier quart du xiiie s. et le deuxième tiers du xive s., et à Chevagnes (Allier ; Gaime et al. 2001 ; Guyot 2008), où le pont-levis et le bâtiment de la motte castrale ont été bâtis autour de 1359-1360. Une mesure radiocarbone complète ces références. À Puy-Guillaume (Puy-de-Dôme ; Gauthier 2000), les occupations sont datées entre le milieu du xie et le deuxième tiers du xiiie s., avec un pic de probabilité autour de 1213. Pour ce qui est des trois fonds, les correspondances sont très nombreuses, ce qui permet d’envisager des chronologies très amples. Ils n’ont pas été pris en compte pour l’étude.

27Le service de la table est représenté par un probable pichet. La fragmentation du seul tesson ne permet pas de confirmer l’absence de l’élément verseur, déterminant pour son identification. Quoi qu’il en soit, deux comparaisons permettent d’apprécier cette interprétation, dont l’une dans le mobilier d’un autre souterrain, découvert au lieu-dit Meymont sur la commune d’Olliergues (Puy-de-Dôme ; Fournier 1972-1974). Les similitudes morphologiques permettent de déterminer un intervalle tardif, par comparaison avec les précédents récipients, compris entre le xve et le xvie s.

Synthèse

28Ce lot de céramiques ne présente pas un caractère particulier dans le paysage auvergnat. Les études céramologiques récentes relatives aux cavités artificielles sont encore peu nombreuses, avec Alleyrac en Haute-Loire (4 197 tessons/232 NMI), Ceilloux (722 tessons/84 NMI), Olliergues (4 762 tessons/172 NMI) et Saint-Gervais-sous-Meymont dans le Puy-de-Dôme (4 970 tessons/194 NMI). Tous les lots présentent globalement les mêmes caractéristiques, avec la domination des récipients liés au stockage et à la cuisson des aliments.

29En ce qui concerne la caractérisation chronologique, l’étude du mobilier du souterrain de Chauviat permet de circonscrire, sur la base des seules comparaisons morphologiques, une période allant du milieu du xiiie au xve s. et qui peut être réduite, selon les critères techniques, entre le xive et le milieu du xve s. Il en ressort que les repères techniques mis en place depuis plusieurs années apparaissent, pour ces cas, légèrement plus tardifs que les datations absolues, contrairement aux comparaisons morphologiques qui proposaient des intervalles comparables. Même s’il n’est pas exclu que ces occupations se poursuivent jusqu’au xive s., les divergences chronologiques nous permettent, même pour un petit ensemble céramique comme celui de Chauviat, de corriger les terminus ante quem de certains de nos repères.

Le mobilier métallique

Les objets en fer

30Les objets métalliques, tous issus du niveau archéologique principal (US 30), sont en fer, à l’exception de la bulle décrite plus loin. Ils se composent d’une armature de trait, de trois fragments de lames de couteau, de clous, d’une clé et d’un étrier complet (Fig. 7). La clé est de type à rotation, avec panneton découpé en forme de râteau à deux dents, correspondant au type E défini par M. Linlaud (2009).

Fig. 7 : Principaux objets métalliques découverts et restaurés : étrier (selon deux angles), clé, anneau, pointe de flèche et bulle papale.

Fig. 7 : Principaux objets métalliques découverts et restaurés : étrier (selon deux angles), clé, anneau, pointe de flèche et bulle papale.

(Photo F. Surmely)

31L’armature de trait est composée d’une pointe de section carrée, appointée à son extrémité et d’une douille. La pointe est séparée de la douille par un étranglement très net. Sa longueur est de 82 mm, dont 31 mm pour la douille, avec un diamètre extérieur de 11 mm pour celle-ci. Son poids total actuel est de 11,7 g, après restauration. L’armature, malgré un allongement légèrement plus grand de la pointe, se rapproche du type G des carreaux d’arbalète, défini par V. Serdon (2005), qui le date de la période xiii/xive s. Il convient toutefois de remarquer que le poids de l’armature et la section de la douille pourraient parfaitement convenir à un projectile de type flèche d’arc. La section moyenne des hampes de flèche est en effet de 8 mm, ce qui est aussi le diamètre de la douille de l’armature de Chauviat.

32L’étrier est de petite taille et correspond probablement à l’équipement d’un(e) adolescent(e) ou d’une femme. L’anneau en fer, torsadé, pourrait être un élément de harnachement de cheval.

33À noter que les objets en fer ont fait l’objet d’une restauration.

La bulle papale

34L’exemplaire retrouvé dans le souterrain est une bulle du pape Martin IV (1281-1285). Il s’agit d’un exemplaire en plomb, d’un poids de 46 g et d’un diamètre de 39 mm. Il est en excellent état, sans traces d’usure et porte les cicatrices d’arrachement du lien qui l’enserrait (Fig. 8).

AVERS : SPASPE (Sanctus Paulus-Sanctus Petrus) - Portraits de face des apôtres Pierre (gauche) et Paul (droite)

REVERS : MAR/TINUS/•PP•IIII•, entouré d’un grènetis

35Nous avons supposé que le propriétaire du lieu avait pu être le destinataire, à titre privé ou plus probablement en tant que responsable d’une institution ecclésiastique, de cette bulle. Nous avons donc recherché dans le recueil des actes pontificaux du pape Martin IV (Olivier-Martin, 1900). Aucun acte pouvant avoir un lien avec le site de Chauviat n’a été retrouvé. Plusieurs hypothèses sont donc possibles : la bulle était détenue comme objet pieux et n’avait aucun rapport avec le lieu, la bulle avait été reçue par le propriétaire des lieux mais concernait un tout autre endroit ou sujet, ou bien la publication des actes papaux est incomplète. L’étude détaillée de cet objet reste donc à réaliser.

Fig. 8 : Bulle papale de Martin IV (avers et revers).

Fig. 8 : Bulle papale de Martin IV (avers et revers).

(Photo F. Surmely)

La vervelle

36Rappelons que cet objet a été trouvé dans le niveau d’occupation extérieur au souterrain (Fig. 9 ; Salaïn 2011). La vervelle (ou escusson) est en mauvais état et doit être restaurée. Elle mesure 5 cm de hauteur et est émaillée. Elle a été identifiée par L. Hablot, comme étant probablement aux armes de la maison de Bar (d’azur semé de croisettes recroisettées d’or à deux bars adossés d’or). Les croisettes d’or ne sont toutefois pas très lisibles et il faudra confirmer leur présence après restauration. Leur absence indiquerait alors l’appartenance à une autre famille.

Fig. 9 : Vervelle découverte en dehors du souterrain, dans l’habitat de surface.

Fig. 9 : Vervelle découverte en dehors du souterrain, dans l’habitat de surface.

(Photo F. Surmely)

La faune

37La faune retrouvée est assez riche. Pour des raisons pratiques, une partie seulement des vestiges (60 % environ), provenant tous de l’US 30, a pu être étudiée.

38Les espèces dénombrées sont les suivantes : trois poules adultes, dont deux femelles et un mâle (probable chapon), trois porcs ou sangliers dont un individu périnatal, un adulte et un jeune de 2 à 3 mois, deux moutons adultes, dont un individu jeune et un de 2 à 3 ans, un chien adulte de petite taille, un bœuf, un capriné indéterminé, un lièvre et un rat.

39La portée de l’interprétation de cet inventaire est bien évidemment limitée par la petite taille du corpus. L’absence de toute faune sauvage semble être tout particulièrement la marque d’habitats aristocratiques (Caillat et Laborie 1998 ; Bourgeois 2009).

Datations absolues

Plusieurs mesures d’âge ont été effectuées par le 14C, sur ossements et charbons de bois.

Quatre ont concerné l’US 30, mais sur des vestiges provenant de secteurs différents :

Secteur 2 : 1050-1260 cal AD (Beta-287342 ; charbon de bois) et 1224-1297 cal AD (Ly-9184, os) ;

Secteur 5: 1045-1252 cal AD (Ly-9183, os)

Une a été effectuée sur l’US 20 1185-1275 cal AD (Ly-9185) (sect 4, os).

  • 6 Optically Stimulated Luminescence, soit luminescence stimulée optiquement.

40Un essai de datation par OSL6 sur tesson de céramique de l’US 30 par le laboratoire de luminescence de l’université de Longbeach (Californie, USA) a donné une date voisine de 1287 +/- 54.

41Ces résultats sont à rapprocher bien évidemment de la date d’émission de la bulle papale de Martin IV (1281-1285), provenant du secteur 4, US 30.

42Si l’on admet la parfaite exactitude de ces mesures, et que l’on se cantonne à la marge d’incertitude de 95 % pour le 14C, il faut alors admettre que le remplissage du souterrain ait connu plusieurs phases, non distinguables au sondage, que l’on peut placer, par recoupement avec les données issues de l’analyse céramologique, à la fin du xiiie s. ou au début du xive s. Cela s’accorde parfaitement avec l’hypothèse de comblement détritique (dépotoir) que nous avons supposé et qui n’exclut pas le maintien de la fonction première d’échappatoire.

Interprétations et perspectives de recherche

43La présente opération n’a constitué qu’un sauvetage consécutif à la découverte fortuite de la cavité par son propriétaire. Elle a permis de caractériser les grandes lignes de l’ouvrage souterrain et de montrer l’importance de son remplissage détritique.

44Les souterrains sont nombreux en Auvergne (plus de 500 inventoriés dans la base régionale Patriarche), répartis dans les 4 départements composant la région, mais il est très peu fréquent qu’ils puissent être reconnus dans leur totalité, du fait de remaniements ultérieurs, d’effondrement ou de comblement. Les travaux archéologiques récents les concernant sont encore plus rares. Dans le cas de Chauviat, la structure n’a pas été remaniée et a pu être appréhendée dans sa quasi-globalité.

45Les souterrains attribués à la période médiévale en France sont généralement classés en deux grandes catégories. La première, souvent désignée sous le vocable générique de “ souterrains-refuges ” (Piboule 1978 ; Triolet 1995), rassemble des ouvrages au plan le plus souvent complexe et ramifié et comprenant des espaces larges destinés probablement au séjour des biens et/ou des personnes, qui peuvent prendre des formes variées : salles, élargissements de galerie, grandes niches… Il y a des aménagements utilitaires en rapport avec leur fonction de “ caches ” de courte ou longue durée : fermetures internes, trous d’aération, petites niches à lampes, puits, silos, voire anneaux pour attacher le bétail. S’y ajoutent des installations à caractère purement défensif, tels que des goulots d’étranglement, des fosses-pièges et des trous de visée. Un bon exemple est le souterrain de Pech de Bonal (Fontanes, Lot), qui comprenait 4 salles, plusieurs dispositifs internes de fermeture, des banquettes et une citerne (Boudartchouk 1997-1998).

  • 7 Ces derniers sont appelés “ semi-annulaires ” (Clavier 2006). Les souterrains annulaires sont appel (...)
  • 8 Les souterrains annulaires représenteraient près de 70 % des ouvrages dans la partie orientale du M (...)

46L’autre grande catégorie est celle des souterrains annulaires. Ces derniers comportent une boucle le plus souvent circulaire, qui peut être simple, double, voire triple, ou bien semi-circulaire et latérale7, prolongeant une galerie axiale plus ou moins développée et un accès le plus souvent unique. Les aménagements utilitaires y sont présents, mais généralement plus rares que dans les “ souterrains-refuges ”. Ces galeries annulaires sont fréquentes dans certains secteurs, comme l’Auvergne et tout spécialement le département du Puy-de-Dôme8 (Franc et al. sans date ; Dourvert 1989 ; Franc et Giron 1993 ; Sauget et Usse 1998 ; Usse 1998 ; Surmely et al. 2012).

47Par sa forme (étroite et sub-axiale à section uniforme), la présence de multiples accès paraissant contemporains, l’absence de salle, d’élargissement et de tout aménagement destiné au stockage, le conduit de Chauviat se différencie nettement des deux grands types d’ouvrages évoqués plus haut, destinés, semble-t-il, prioritairement à la conservation sécurisée des biens et/ou au refuge.

  • 9 Il est vrai que les goulots pouvaient également ralentir la progression des fuyards !

48Il s’agissait plus probablement d’un aménagement permettant la fuite, type très peu représenté et absent des typologies générales (Piboule 1978 ; Triolet 1995). L’ouvrage souterrain semble avoir été un moyen d’assurer la sécurité d’une habitation dont l’importance pouvait attirer la convoitise, mais qui n’était pas dotée, comme les châteaux, de solides structures défensives extérieures (murailles, mâchicoulis…). Il a été conçu comme une simple échappatoire, véritable “ sortie de secours ”. En cas d’attaque impromptue, il était possible aux occupants du logis de s’enfuir rapidement et surtout discrètement de l’habitation par une issue dérobée, à partir de plusieurs endroits (sans doute situés dans des pièces différentes), en emportant les biens précieux, voire de prendre les assaillants à revers. Cette fonction spécialisée expliquerait l’absence de tout aménagement de “ confort ” et de stockage. Les goulots d’étranglement avaient sans doute pour fonction de se protéger contre un poursuivant éventuel. L’étranglement, limitant le passage à un seul individu et ralentissant sa progression, permettait à la personne qui était déjà dans le souterrain d’en défendre aisément l’accès9. La longueur de l’ouvrage, et le soin apporté à son aménagement (présence de plusieurs accès, dispositif d’évacuation des eaux d’infiltration) témoignent de son importance aux yeux du propriétaire.

49Dans un second temps, le conduit aurait servi de dépotoir, tout en étant très probablement encore utilisable en tant que “ sortie de secours ”, avant d’être partiellement comblé et condamné lors de la démolition de la construction sus-jacente (troisième phase). L’absence de reconstruction sur le site a préservé l’intégrité de l’ouvrage, ce qui est assez exceptionnel.

50La galerie était liée à une demeure, appartenant sans doute à un personnage de rang social assez élevé, si l’on en juge par la nature du mobilier recueilli, et notamment l’étrier, la vervelle et la bulle papale. La présence de cette dernière est assez surprenante. Il pourrait s’agir d’un objet conservé comme médaille pieuse ou comme talisman, mais, compte tenu de l’extrême fraîcheur de la pièce et de l’absence apparente de traces d’usure, il est tentant de considérer que la bulle appartenait à un document pontifical reçu par le propriétaire des lieux, avant d’être abandonnée dans un coin de l’édifice et de finir au fond du souterrain. De même le lien entre la vervelle présumée être aux armes de la famille de Bar et Chauviat restent à établir.

51Comme toujours, les incertitudes concernent essentiellement la chronologie de la structure. L’ensemble des marqueurs chronologiques (bulle, céramique, datations absolues) s’accorde pour situer le niveau de dépotoir à la période fin xiiie/début xive s. La datation de l’aménagement de l’ouvrage lui-même n’a pas pu être déterminée, mais ne semble pas être beaucoup plus ancienne. Cela va dans le sens des données recueillies sur la plupart des souterrains français qui ont pu être datés.

52Les perspectives d’étude sont grandes : poursuite de la fouille du remplissage du souterrain, dans sa partie interne, approfondissement des études en archives et surtout sondages pour caractériser la structure de surface…

Haut de page

Bibliographie

Boudartchouk 1997-1998

Boudartchouk J.-L. - L’habitat rural et le souterrain médiéval de “ Pech de Bonal ” (Fontanes, Lot), Archéologie du Midi Médiéval, 15-16, p. 67-105.

Bourgeois 2009

Bourgeois L. - Une résidence des comtes d’Angoulême autour de l’an mil : le castrum d’Andone, Caen, CRAHM, 562 p.

Caillat et Laborie 1998

Caillat P. et Laborie P. - Approche de l’alimentation carnée des occupants du castrum d’Auberoche (Dordogne), d’après les données de l’archéozoologie. Archéologie du midi médiéval. 15-16 : 161-177.

Chassaing 1886

Chassaing A. - Spicilegium Brivatense. Paris, Picard, 751 p.

Clavier 2006

Clavier E. - Les souterrains annulaires. Regard sur un phénomène rural de la France médiévale. Bulletin du Groupe Archéologique de la Loire, hors-série n° 4, 86 p.

Conte 1992

Conte P. - Souterrains, silos et habitat médiéval, état de la question archéologiQUE en Limousin et Périgord. Société médiévale occitane : historiens et archéologues. Actes de la deuxième session d’histoire médiévale de Carcassonnne de 1990, Hérésis, no 2 : 243-281.

Dourvert 1989

Dourvert H. - Aperçu sur les souterrains de la montagne thiernoise. Subterranea, 69 : 10-17.

Dupuis 2011

Dupuis M. - Combronde, ZAC de l’Aise : une occupation rurale de la fin du Moyen-Âge (xiii-xive siècle). DFS, dact.

Fournier 1972-1974

Fournier G. - Meymont, DFS dact., Clermont-Ferrand, 19, 13 et 7 p.

Franc et Giron 1993

Franc M. et Giron O. - Les souterrains annulaires. Subterranea, 87 : 87-105.

Franc, Delavigne et Dourvert s.d.

Franc M., Delavigne R. et Dourvert H., Souterrains annulaires au nord-est du Massif central, Dact, non paginé.

Gaime et al. 2001

Gaime S., Bastard V., Gauthier F. et Horry A. - Billezois (Allier), Falconnière : les dépendances d’une maison forte au xivsiècle, Document final de synthèse, SRA Auvergne, Afan, 2001, t. I, 58 p., t. II, 61 p.

Gauthier 2000

Gauthier F. - La Cabane, Puy Guillaume (Puy-de-Dôme) site n° 63 291 007 AH. Document final de synthèse, SRA Auvergne, 17 p., dact.

Gauthier et al. 2011

Gauthier F., Mille P., Guyot S., Dunickwski Ch. et Caillat P. - Motte et maison-forte, les caractéristiques d’un site castral bourbonnais : la fouille du Tronçais à Chevagnes (Allier), Archéologie médiévale, Caen, t. 41 : 77-122.

Guyot 2004

Guyot S. - La céramique médiévale en Basse Auvergne. Thèse de doctorat de 3e cycle de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, directeurs de mémoire Madame Françoise Piponnier et Monsieur Etienne Hubert, Lons-le-Saunier, 2004, vol. I : Synthèse, 713 p., vol. II : Catalogues céramologiques : 714-1447.

Guyot 2008

Guyot S. - Étude céramologique du mobilier de Chevagnes (Allier. Document dactylographié sous la dir. S. Gaime, fouille préventive, Inrap, Villette-les-Arbois, 2008, 45 p.

Guyot 2010

Guyot S. - Charbonnières-les-Vieillies (Puy-de-Dôme), étude du mobilier céramique découvert dans le “ souterrain-refuge ” de Chauviat. SG Investigations Archéologiques, Villette-les-Arbois, 2010, 15 p., dact.

Guyot 2011

Guyot S. - Combronde (Puy­-de-Dôme), ZAC de l’Aize, étude du mobilier céramique. Document dactylographié sous la dir. M. Dupuis, fouille préventive (OA no 6014), Hadès, Balma, 3 vol. , vol. III :14-40.

Horry 2002

Horry A. - Lezoux (Puy-de-Dôme). Musée de la céramique. Programmation. La céramique médiévale, DFS dactylographié, Clermont-Ferrand, 44 p., pl.

Linlaud 2009

Linlaud M. - Le mobilier en fer, ameublement, construction et autres éléments de quincaillerie, in : Bourgeois L. (dir.), Une résidence des comtes d’Angoulême autour de l’an mil : le castrum d’Andone, Caen, CRAHM : 162-190.

Olivier-Martin 1901

Olivier-Martin F. - Les registres de Martin IV (1281-1285). Recueil des bulles de ce pape : publiées ou analysées d’après les manuscrits originaux des archives du Vatican, Paris, de Boccard, 332 p.

Piboule 1978

Piboule P. - Les souterrains aménagés de la France au Moyen-Âge. Ombres et lumières d’un problème d’archéologie médiévale, Archéologie Médiévale, VIII : 117-163.

Salaïn 2011

Salaïn G. - Vervelles et escussons armoriés, Histoire et Images médiévales, no 25 : 28-30.

Salgues et al. 2001

Salgues Th., Ballarin C., Galibert P. et O’yl W. - Le site médiéval de Dangou (Eyliac, Dordogne), structures de surface et souterrain aménagé. Rapport de fouille de sauvetage, Bordeaux, SRA Aquitaine, 38 p.

Sauget et Usse 2005

Sauget J.-M. et Usse J.-Ph. - Auvergne, habitats troglodytiques et souterrains, Archéologia, n° 301 : 38-43.

Serdon 2009

Serdon V. - Armes du diable. Arcs et arbalètes au Moyen-Âge. Presses universitaires de Rennes, 335 p.

Surmely, Fournioux et Guyot 2012

Surmely F., Fournioux J.-P. et Guyot S. - Le souterrain annulaire médiéval de Champsolier à Ceilloux (Puy-de-Dôme), Bulletin du service régional de l’archéologie d’Auvergne, Clermont-Ferrand : 114-115.

Triolet 1995

Triolet J. et L. - Les souterrains. Le monde des souterrains-refuges en France. Paris, Errance, 126 p.

Usse 1998

Usse J.-Ph. et A. - Habitats troglodytiques, souterrains médiévaux et galeries artificielles du Cantal, Bulletin Archéologique de la Région d’Aurillac, 7, 89 p.

Haut de page

Notes

1 Dans leur inventaire des souterrains du Cantal (1998), A. et J.-Ph. Usse observent que la largeur des galeries va de “ 0,80 m pour les boyaux à 2,20 pour les grandes galeries […], par contre leur hauteur a une certaine régularité, de 1,70 à 1,80 m en moyenne.”

2 Hugo Durs et Dalmacius et Petrus Terreyra, de terra de la Guondamina, et de turre et villa Chalviaci et de domibus de Chalviaci veteri et de terra de retro las Cons et de terra de la Bobeyra et de Manso (avec un M majuscule)domini comitis cum pertinenciis, et de terra de la Mazeyra et de terra de Prata plancha et de quodam molendino cito (sic)inter villam de Chalviaco et turrim de Chalviaco, fecerunt tria homagia.

3 Le mobilier examiné ne représente que 70 % du corpus mis au jour.

4 Le mode de décompte habituel du nombre de récipients est basé sur le comptage des éléments remarquables (bord et fond). Selon ce mode d’analyse, on aboutit à 32 unités. Nous employons une autre méthode, basée sur l’analyse de chacun des tessons et qui donne un nombre de 114 récipients (“ individus-vases ”) représentés.

5 Selon les désignations du réseau ICERAMM.

6 Optically Stimulated Luminescence, soit luminescence stimulée optiquement.

7 Ces derniers sont appelés “ semi-annulaires ” (Clavier 2006). Les souterrains annulaires sont appelés aussi “ orbiculaires ” par A. et J.-Ph. Usse (1998).

8 Les souterrains annulaires représenteraient près de 70 % des ouvrages dans la partie orientale du Massif Central, selon E. Clavier (2006). Il convient toutefois de préciser que ce chiffre est donné sur la base des plans publiés, ce qui privilégie assurément les souterrains annulaires qui ont fait l’objet d’une attention toute particulière de la part de certains chercheurs, comme M. Franc ou H. Dourvert.

9 Il est vrai que les goulots pouvaient également ralentir la progression des fuyards !

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de localisation du souterrain.
Crédits (Doc. F. Surmely sur fond de carte IGN au 1/25 000)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,7M
Titre Fig. 2 : Profil de la galerie, près de l’entrée E1.
Crédits (Photo F. Surmely)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Titre Fig. 3 : Plan de l’ouvrage souterrain.
Crédits (Doc. P. Boudon et F. Surmely)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4 : Profil de l’ouvrage souterrain.
Crédits (Doc. P. Boudon et F. Surmely)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 5 : Trappe d’accès (E2).
Crédits (Photo F. Surmely)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2002/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre Fig. 6 : Céramiques de l’US 30.
Crédits (Doc. S. Guyot)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre Fig. 7 : Principaux objets métalliques découverts et restaurés : étrier (selon deux angles), clé, anneau, pointe de flèche et bulle papale.
Crédits (Photo F. Surmely)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2002/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 8 : Bulle papale de Martin IV (avers et revers).
Crédits (Photo F. Surmely)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2002/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Fig. 9 : Vervelle découverte en dehors du souterrain, dans l’habitat de surface.
Crédits (Photo F. Surmely)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/2002/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Surmely, Patrick Boudon, Stéphane Guyot, Pierre Caillat, Pierre Charbonnier, Laurent Hablot et Thomas Poiraud, « Le souterrain médiéval de Chauviat (commune de Charbonnières-les-Vieilles, Puy-de-Dôme) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 52 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://racf.revues.org/2002

Haut de page

Auteurs

Frédéric Surmely

DRAC Auvergne - 4 rue Pascal 63000 Clermont-Ferrand et GEOLAB - surmely.frederic@wanadoo.fr

Patrick Boudon

Association Terre Ancienne, Clermont-Ferrand

Stéphane Guyot

SGInvestigations Archéologiques/UMR 7044, CNRS/Université de Strasbourg

Pierre Caillat

Inrap Rhône-Alpes/Auvergne

Articles du même auteur

Pierre Charbonnier

Laurent Hablot

Thomas Poiraud

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page