Navigation – Plan du site
Carte localisation Sale
Articles

Un établissement rural à enclos fossoyé de La Tène C2/D1 en Val de Loire : le site du “ Vivier ” à Saint-Laurent-Nouan (Loir-et-Cher)

A rural settelment with ditch from La Tène C2-D1 in Loire valley: the “Vivier” site at Saint-Laurent-Nouan (Loir-et-Cher)
Philippe Salé, Marc Gransar et Jean-Philippe Gay
p. 145-175

Résumés

En 2008, une surface de près de 3,5 ha a été fouillée à Saint-Laurent-Nouan (Loir-et-Cher), commune située entre Loire et Sologne. Plusieurs occupations ont été découvertes, dont les vestiges attribués de La Tène C2 au début de La Tène D1 présentés ici. Ils concernent un établissement rural qui est caractérisé par la présence d’enclos formant trois espaces distincts et cinq bâtiments, dont quatre greniers surélevés. La description de ces structures et l’étude du mobilier donnent l’image d’un ensemble très modeste, mais qui s’intègre bien dans le corpus des sites connus dans le centre de la France.

Haut de page

Texte intégral

Merci à F. Kildea pour sa traduction du résumé en anglais.

Introduction

1En raison du développement d’un projet de lotissement au “ Vivier ” à Saint-Laurent-Nouan (Loir-et-Cher ; Fig. 1), un diagnostic archéologique mené par J.-P. Baguenier a été prescrit par le Service Régional de l’Archéologie du Centre (Baguenier 2007). Il a permis la découverte de nombreux vestiges et la mise en œuvre d’une fouille sur une surface de 34 000 m².

Fig. 1 : Le site du “ Vivier ” à Saint-Laurent-Nouan dans son contexte régional.

Fig. 1 : Le site du “ Vivier ” à Saint-Laurent-Nouan dans son contexte régional.

2Les 1430 structures recensées à l’issue du décapage sont liées à différentes périodes (Fig. 2). Outre l’enclos et les bâtiments de La Tène C2/D1, deux occupations ont été identifiées. La première concerne quelques vestiges dont la datation couvre La Tène D à la période augustéenne. Il s’agit principalement d’un réseau de fossés auquel s’ajoutent quelques fosses et peut-être un bâtiment. Ce site semble se développer en dehors des limites de l’emprise, notamment vers le sud-ouest. La deuxième occupation est constituée de fossés, d’éléments de clôtures, d’au moins deux bâtiments et de quelques autres structures (dont une série de foyers). Le mobilier céramique issu de la fouille de ces vestiges est peu abondant et très hétérogène : il est attribué aux périodes de l’Antiquité et du haut Moyen Âge. Notons qu’un grand nombre de structures n’a pu être daté en raison de la succession de ces occupations et de l’absence de mobilier caractéristique.

Fig. 2 : Plan de masse général des structures repérées sur l’emprise de la fouille.

Fig. 2 : Plan de masse général des structures repérées sur l’emprise de la fouille.

3Nous n’évoquons ici que ponctuellement les occupations les plus récentes, dont le plan est largement incomplet. Nous portons en revanche notre attention sur les vestiges de la fin du iiie à la fin du iie s. av. J.-C, qui présentent une organisation cohérente. Après une description exhaustive des structures et du mobilier, ce site est comparé au corpus régional qui s’est nettement étoffé ces dernières années.

Présentation de l’environnement géographique et archéologique du site

4Dans les départements du Loir-et-Cher et du Loiret, la vallée de la Loire sépare de façon très marquée les formations de la Beauce, couvertes de limons, de celles de Sologne (Fig. 1). Ces dernières livrent des sols acides et hydromorphes peu propices à la culture. Elles sont composées d’alluvions anciennes issues en partie du remaniement de la formation de Sologne et constituent la terrasse de Châteauneuf. Elles correspondent à des matériaux mélangés, siliceux et argileux, dont la granulométrie varie de l’argile aux galets ou même aux blocs. Elles sont généralement couvertes de forêts, de landes ou de prairies. Ces caractéristiques se traduisent par une disparité importante entre les implantations humaines anciennes et récentes d’un côté ou de l’autre de la Loire. Ainsi, les centres urbains (Blois et Orléans) ou les petites villes (Beaugency et Mer par exemple) se situent plutôt en rive droite.

5En rive gauche, seule une bande parallèle au lit principal de la Loire, d’une largeur maximale d’un kilomètre, semble avoir attiré les populations. Plus on s’en éloigne, moins la densité humaine est forte. Le site du “ Vivier ”, à Saint-Laurent-Nouan, se situe aux abords de la terrasse à une altitude de 93 m NGF (Fig. 3). Les autres sites répertoriés sur cette commune se situent également sur cette frange. Les données archéologiques sont issues principalement des prospections aériennes menées par H. Delétang (Delétang 1976, 1977, 1979 et 1992), des prospections pédestres dirigées par R. Irribaria (Irribaria 1990 et 1991), et des opérations de diagnostics réalisées par l’Afan (Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales), puis par l’Inrap (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives).

Fig. 3 : Le contexte topographique et archéologique du site du “ Vivier ” à Saint-Laurent-Nouan.

Fig. 3 : Le contexte topographique et archéologique du site du “ Vivier ” à Saint-Laurent-Nouan.
  • 1 La responsable de l’opération précise qu’“ on peut observer un tertre qui n’a jamais été fouillé, m (...)

6Les périodes préhistoriques ne sont représentées que par la découverte de mobilier de surface. Les indices protohistoriques semblent plus évocateurs. Aux “ Plantes de Chaffin ”, six fossés circulaires peuvent appartenir à une nécropole protohistorique (Delétang 1992 ; fig. 3 A). À “ Ganay ”, un petit lot de mobilier céramique a été découvert en dehors de toute structure archéologique (Krausz 1997 ; fig. 3 B)1. Il a été complété récemment par la mise au jour de deux fosses et d’une concentration de mobilier, datées de la période de l’âge du Bronze (Djemmali et al. 2010). Au lieu-dit “ La Fontaine du Robateux ”, un dépôt métallique du Hallstatt D3 a également été découvert à la fin du xixe s. (Milcent 2004 ; localisation incertaine). Enfin, deux fosses de La Tène sont mentionnées au “ Clos des Ormes ” (Irribaria et Mercey 2004 ; fig. 3 C).

7Quelques indices de sites antiques ont été découverts sur la commune, mais aucun ne présente de plan structuré. À “ Ganay ” en revanche, un ensemble de vestiges est daté de la fin de l’Antiquité à la période carolingienne, et un autre site correspond à une résidence de l’abbé de Notre-Dame de Beaugency (Djemmali et al. 2010 ; fig. 3 C). Plusieurs autres mentions font état d’un patrimoine médiéval et moderne conséquent, notamment dans le bourg, où on note la présence de fossés défensifs, de l’église Saint-Laurent et Saint-Germain, de la chapelle Saint-Germain (Gransar et Salé 2009 : 35).

Présentation des vestiges archéologiques

8L’enclos gaulois est situé au nord-est du décapage et couvre un peu plus d’un quart de l’emprise (Fig. 4). L’ensemble, de forme quadrangulaire, est constitué de fossés rectilignes délimitant un espace d’un peu moins de 7 500 m2. L’orientation générale est nord/ouest-sud/est. Selon cet axe, la longueur maximale de l’ensemble est de 110 m. Perpendiculairement, sa largeur n’excède pas 75 m. L’enclos est divisé en trois espaces. Le premier est matérialisé par un enclos principal d’une superficie de 2 350 m2 et occupé par deux bâtiments (enclos 1). Le deuxième correspond à une extension occidentale et méridionale d’une surface de 1 600 m2 environ (enclos 2). Le troisième espace est localisé au sud de l’enclos principal (enclos 3). Ces limites n’ont pu être totalement appréhendées mais sa superficie est estimée aux alentours de 3500 m2. Il renferme plusieurs édifices ainsi qu’une fosse.

Fig. 4 : Les vestiges attribués à La Tène C2/D1.

Fig. 4 : Les vestiges attribués à La Tène C2/D1.

9L’occupation interne de l’enclos semble s’organiser selon un axe longitudinal central formé par l’alignement de trois accès ouverts au sud. Ils sont matérialisés par la segmentation des fossés F.1238 et F.1070 pour l’enclos principal, de F.1023 et F.1071 pour l’extension et de F.1107 et F.1110 pour l’annexe.

Les enclos

Les fossés de l’enclos principal (enclos 1)

10Cet enclos, de plan carré, est constitué des faits F.1045, F.1046, F.1070, F.1238 et F.1537 (Fig. 4). Les dimensions et l’état de conservation des fossés sont variables d’un segment à l’autre (Fig. 5). Les creusements des tronçons nord et ouest (F.1045 et F.1537) sont les plus marqués. Les profondeurs sous le niveau de décapage affichent des valeurs oscillant autour de 0,45 m. Leurs profils, aux parois très évasées, varient de 1,20 m (F.1045) à 1,50 m (F.1537) à l’ouverture. Les comblements de ces deux segments s’opèrent en plusieurs étapes successives. Les couches sont composées de sables argileux gris à brun-gris marbrés de tâches brunes (hydromorphie prononcée). Des nodules d’argile orangée issus du substrat environnant viennent parfois s’intégrer à la matrice principale, attestant l’érosion des parois et donc l’évasement des profils. Les sédiments, en général, se différencient grâce à la présence de graviers (F.1537) ou de nodules ferro-manganiques (F.1045), en faible densité.

11Les autres segments composant l’enclos 1 sont moins bien conservés (Fig. 5). Le tronçon F1046 livre les cotes les plus faibles. Il n’est conservé que sur une vingtaine de centimètres de profondeur et sa largeur à l’ouverture oscille autour de 0,70 m. Ces dimensions sont certainement dues à un problème d’érosion, la micro-topographie locale amorçant une pente assez marquée vers le nord-ouest dans ce secteur. La moitié orientale de F.1070 a également subi le même phénomène : les valeurs restent constantes sur les deux tiers de son tracé à mesure que le fossé se développe vers le sud-ouest et cela jusqu’au sondage 73 (F.1238). Les profondeurs affichent des cotes n’excédant pas 0,20 m (F.1070 Sd. 49 et F.1238 Sd. 334). Elles augmentent significativement et atteignent 0,40 m dans le sondage 73 (F.1238). Les largeurs à l’ouverture sont très variables et les valeurs suivent le même processus que pour les profondeurs. Elles oscillent d’abord entre 0,80 et 0,95 m avant d’atteindre 1,30 m.

Fig. 5 : Les fossés de l’enclos 1.

Fig. 5 : Les fossés de l’enclos 1.

12Ces dimensions, irrégulières et progressives, semblent attester de certaines transformations. Lors du décapage, le tracé du segment méridional est apparu continu et rectiligne. Le curage, sous forme de sondages successifs, a permis de mettre en évidence une interruption de ce tronçon. Un espace de 8 m de longueur entre ces segments constituait initialement un accès vers l’intérieur de l’enclos. L’irrégularité des dimensions n’est donc pas uniquement liée à un problème d’érosion mais également à l’aménagement d’une entrée. Aucun trou de poteau à proximité de l’interruption ne permet d’accréditer la présence d’un quelconque porche ou d’une entrée monumentale. Dans un second temps, cet accès a été supprimé avec le creusement d’un nouveau segment de fossé (au niveau des sondages 334 et 335). L’état de conservation de ces structures et l’observation de la composition des comblements ne permettent pas de définir la position d’un talus.

Les fossés de l’enclos 2

13Cet enclos est matérialisé par trois fossés rectilignes constitués des faits F.1000, F.1002, F.1023 et F.1071 (Fig. 4). Le tracé du premier (F.1000) n’a pas pu être observé dans son intégralité mais semble être le prolongement de F.1045 car il est situé dans le même axe. Le second fossé (F.1002), parallèle au tronçon occidental (F.1537) de l’enclos 1 est situé à une distance d’environ 25 m. Enfin, le troisième (F.1023 et F.1071) est la parallèle au segment méridional de l’enclos 1 ; son association avec le segment numéroté en F.1238 et F.1070 matérialise un couloir d’environ 5 m de largeur.

14Le sondage 20 réalisé dans le fossé F.1000 livre un comblement unique de sable argileux gris (Fig. 6). Son profil est évasé et les dimensions observées lors du curage mécanique sont relativement constantes. Sa largeur varie de 1 m à 1,10 m et sa profondeur atteint 0,40 m. Perpendiculairement, depuis le nord-ouest vers le sud-est, le fossé F.1002 affiche les mêmes profils et dimensions que dans le sondage 2 de F.1000 mais ces valeurs tendent à augmenter à l’approche du sondage 6. En effet, l’évasement des parois est plus marqué, surtout dans la moitié supérieure. La largeur à l’ouverture est alors de 1,20 m. La profondeur augmente jusqu’à 0,50 m. Dans ce sondage, deux comblements ont été identifiés. Globalement, ils sont composés d’une matrice sableuse légèrement argileuse grise. Le sédiment latéral visible en paroi présente une forte densité de nodules d’argile orangée et pourrait localement trahir la présence d’un talus interne. Le comblement principal est, quant à lui, plus caillouteux. À mesure que le fossé F.1002 se développe vers le sud-est, son gabarit ne cesse d’augmenter et affiche une profondeur de plus de 0,60 m pour une largeur à l’ouverture atteignant 1,32 m (Sd. 9).

15Ce fossé présente une autre particularité. Lors de la réalisation du sondage 111, nous avons observé une remontée progressive du segment sud-est et un creusement plus marqué du tronçon nord-ouest.

16Le fossé F.1023 et F.1071, comme le fossé méridional de l’enclos principal, est apparu en continu sur une distance de 72 m (Fig. 6). Le curage mécanique a permis d’observer qu’il était préalablement composé de deux segments espacés de 5,50 m. Les deux tronçons ont été joints ultérieurement pour ne former qu’un unique fossé rectiligne. Cette ancienne interruption se situe presque en vis-à-vis de l’ouverture initiale de l’enclos 1. Le sondage 15 de F.1023 présente un profil et des dimensions relativement similaires aux valeurs relevées lors de la fouille du fossé F.1002. Les deux comblements sont composés de la même matrice sablo-argileuse brune-grise que celle observée dans l’enclos 1, avec une proportion plus importante du substrat à la base du remplissage. Les dimensions augmentent dans la partie médiane et se réduisent jusqu’à l’extrémité du fossé (Sd.306.) La profondeur maximale est observée dans le sondage 337 et atteint 1 m. Sa largeur est de 1,50 m. Puis les dimensions tendent à nouveau à s’amenuiser et n’affichent plus que 0,70 m de largeur à l’ouverture pour une profondeur de moins de 0,50 m dans le sondage 37. À mesure que F.1071 se développe vers le nord-est, le profil devient de plus en plus irrégulier et présente d’importantes variations oscillant entre des parois obliques et un fond concave et des parois sinueuses et irrégulières. Les couches de comblement présentent une succession assez différente de celles des autres fossés. Dans les sondages 342 et 337 (F.1071), un apport latéral provenant du sud laisse envisager la présence d’un talus externe pour ce tronçon. Il est composé de sable argileux gris avec des inclusions de graviers. Bien que formés de multiples comblements, les autres sondages (Sd.47 et Sd.37) ne laissent pas apparaître de traces permettant d’affirmer que l’effondrement du talus se poursuive jusqu’à leur niveau. Ce segment s’achève à hauteur de l’angle sud-est de l’enclos primitif.

Fig. 6 : Les fossés de l’enclos 2.

Fig. 6 : Les fossés de l’enclos 2.

17Paradoxalement, le segment médian qui a joint les deux tronçons initiaux pour ne plus former qu’un fossé rectiligne est le plus ancré dans le substrat. Ce secteur a peut-être servi ponctuellement de citerne car les sédiments qui tapissent le fond du creusement sont composés de sable grossier surmonté d’un niveau d’argile sableuse au caractère hydromorphe.

Les fossés de l’enclos 3

18Cet ensemble est matérialisé par un fossé rectiligne de 55 m de longueur (F.1076) dans le prolongement de F.1002. Il forme un retour à 75 degrés vers le nord-est (F.1484), sur une distance d’un peu moins de 30 m (Fig. 7). Ce dernier est prolongé par un petit tronçon de 6 m (F.1483). Deux autres segments de fossés (F.1107 et F.1110), orientés sud-ouest/nord-est pourraient enclaver cet espace mais F.1110 se développe hors emprise. Leur comblement n’a livré aucun mobilier. Ces fossés ont été rattachés à l’occupation de La Tène C, car ils forment un ensemble cohérent et enferment trois des bâtiments du site. Ils sont également parallèles à la façade sud-est de l’enclos principal. Nous resterons cependant prudents quant à leur attribution chronologique définitive. F.1107 mesure 15 m. de longueur. F.1110 a été observé sur une distance de 20 m et, bien que sa profondeur soit quasi identique aux autres fossés du secteur, sa largeur à l’ouverture affiche 0,80 m. Il semble gagner en amplitude à mesure qu’il se rapproche du bord d’emprise. Ainsi, dans le sondage 185, il affiche une ouverture de presque 1,50 m pour un creusement de 0,40 m d’épaisseur. Ces fossés sont mal conservés et n’ont pas livré de mobilier. Ils ne subsistent que sur une vingtaine de centimètres de profondeur tout au plus. Les largeurs à l’ouverture oscillent entre 0,35 et 0,40 m. L’ensemble des comblements est composé de sable légèrement argileux brun gris, homogène.

Fig. 7 : Les fossés de l’enclos 3.

Fig. 7 : Les fossés de l’enclos 3.

19L’interruption entre les fossés F.1107 et F.1110 compose un espace de 4 m de long qui pourrait correspondre à un accès à l’enclos 3. Cette ouverture potentielle se situe dans l’axe des autres accès méridionaux des enclos 1 et 2.

Les bâtiments

Les bâtiments de l’enclos 1

20Deux bâtiments sur poteaux sont localisés à l’intérieur de l’enclos 1 (Fig. 4), à proximité des angles nord-est (Bât.1) et sud-est (Bât.2). Le premier est matérialisé par quatre trous de poteau, le second est représenté par treize structures dont l’organisation est difficile à comprendre.

21Dans l’angle sud-est de l’enclos, une série de treize structures s’apparentant à des trous de poteaux a été découverte (Fig. 8). Plusieurs restitutions du bâtiment 2 pourraient être proposées, mais nous retiendrons une seule hypothèse qui paraît plus vraisemblable. Elle regroupe les trous de poteau F.1064, F.1066, F.1067 et F.1068 qui forment un rectangle de 6,25 m de long sur 4,5 m de large soit une surface de 28,1 m². On notera que les altitudes des fonds des fosses (ou des négatifs) sont très proches (aux alentours de 90,70 m NGF), alors que les autres se situent à un niveau plus élevé (90,95 m NGF). La fonction des autres trous de poteau qui ont été repérés dans ce secteur de l’enclos est plus incertaine. Ils peuvent correspondre à des états antérieurs ou postérieurs du bâtiment, ou à une palissade par exemple.

22Le plan du bâtiment 1 est de forme légèrement trapézoïdale avec une surface bâtie d’environ 4 m2 (Fig. 8). Les trous de poteau sont de forme subcirculaire avec des diamètres oscillant entre 0,24 et 0,40 m. Leur piètre état de conservation n’a pas permis l’observation de négatif de poteau. La morphologie en plan et le nombre de poteau indiquent que ce bâtiment correspond aux fondations d’une annexe, probablement un grenier surélevé utilisé pour le stockage de denrées périssables.

Fig. 8 : Plan et coupe des trous de poteau du bâtiment 2.

Fig. 8 : Plan et coupe des trous de poteau du bâtiment 2.

Les bâtiments de l’enclos 3

23Trois autres bâtiments (Bât. 3, Bât. 4 et Bât. 5), chacun matérialisé par quatre trous de poteau, sont localisés au sud-est de l’enclos 3 (Fig. 4). L’ensemble présente un axe général orienté nord-est/sud-ouest et s’adosse au fossé le plus méridional (F.1110).

24Le bâtiment 3 dessine une forme carrée de 2 m de côté (Fig. 9). Les trous de poteau forment des plans subcirculaires et leurs dimensions oscillent entre 0,45 et 0,62 m de diamètre. Ils sont conservés sur une profondeur maximale de 0,20 m. Tous ont livré des traces de négatifs de poteau circulaires ou légèrement ovoïdes. Leurs diamètres sont uniformes et mesurent 0,30 à 0,35 m et aucun d’eux n’atteint le fond du creusement. L’ensemble des comblements est composé d’une matrice sablo-argileuse. Seule la couleur des sédiments distingue les négatifs, de teinte brun gris foncé, des comblements de calage qui sont nettement plus clairs. Le trou de poteau F.1098 est particulièrement riche en fragments de céramiques (Fig. 10). Ils sont concentrés dans le négatif du poteau. Sur les parois, les tessons sont en position verticale, tandis que le centre se trouve entièrement comblé de fragments de vases, ne laissant que très peu de sédiment interstitiel. Ils forment un ensemble d’au moins trois vases de stockage complété par quelques fragments de jattes (cf. infra ; Fig. 18). Ainsi, une sélection des formes a été opérée. Une concentration d’objets a également été observée à Parçay-Meslay : dans le trou de poteau F696, quinze pesons et cinq tessons ont été recensés (Fouillet 2004 : 50). On peut s’interroger sur les raisons de cette concentration et de l’absence de céramiques dans les autres trous de poteau. L’hypothèse d’un rejet après récupération des poteaux, de poteries usées, cassées ou devenues inutiles semble la plus pertinente. Mais on évoque parfois l’hypothèse de rites d’abandons destinés à s’assurer les bonnes grâces des divinités avant la fondation d’une nouvelle construction (Gransar et al. 2007 : 561).

25Le bâtiment 4 est de forme légèrement trapézoïdale et représente une surface au sol de 5 m2 (Fig. 9).

Fig. 9 : Plan et coupes des bâtiments 1, 3, 4 et 5.

Fig. 9 : Plan et coupes des bâtiments 1, 3, 4 et 5.

Fig. 10 : Vue du mobilier céramique du trou de poteau F.1098.

Fig. 10 : Vue du mobilier céramique du trou de poteau F.1098.

26Comme pour le bâtiment 3, les formes en surface et les dimensions sont assez standardisées. Tous sont subcirculaires avec des diamètres de 0,35 à 0,42 m. Chacun d’eux livre des négatifs de poteau parfois présentant un profil appointé. Seul un des quatre négatifs n’atteint pas le fond du creusement. La comparaison des altitudes des fonds des fosses n’explique pas cette anomalie.

27Le bâtiment 5 est approximativement rectangulaire et sa superficie ne dépasse pas 2,7 m2 (Fig. 9). Trois poteaux qui composent cet édifice sont subcirculaires avec des diamètres compris entre 0,38 et 0,50 m. Seul le fait F.1089 présente un plan plutôt ovoïde. Ces structures sont conservées sur une profondeur n’excédant pas 0,20 m. Pour ce bâtiment, les négatifs de pieu sont également visibles et reposent tous sur le fond des creusements.

Les autres structures de La Tène C2/D1

28Un alignement de petites structures est situé au nord-ouest de l’extension de l’enclos 1 (Fig. 11). Il correspond à cinq trous de poteau formant un axe rectiligne parallèle au tronçon de fossé F.1002 (F.1075, F.1005, F.1007, F.1008 et F.1042). Malgré l’absence d’un poteau entre F.1008 et F.1042, le rythme d’implantation est assez régulier, soit un poteau tous les 3 m. L’état de conservation de ces structures est variable. À l’exception de F.1075 qui est extrêmement érodé, les profondeurs des autres trous de poteau n’excèdent pas 0,25 m. Les diamètres des creusements oscillent entre 0,50 et 0,80 m et les formes en surface sont approximativement circulaires. Les comblements sont assez hétérogènes et composés de sable argileux brun gris avec des inclusions d’argile orangée et quelques charbons de bois. Ces structures n’ont pas livré de mobilier et seule leur localisation incite à les attribuer à l’occupation protohistorique.

Fig. 11 : Les autres structures de La Tène C.

Fig. 11 : Les autres structures de La Tène C.

29La fosse F.1497 a livré une forme céramique attribuée à La Tène C. Elle est localisée au centre de l’extension de l’enclos 1 (Fig. 4 et 11). Son plan est légèrement ovoïde ; sa longueur est de 0,96 m ; sa largeur maximale est de 0,62 m. Son creusement, conservé sur une profondeur de 0,22 m, comporte un profil concave. Le comblement est composé de sable argileux brun gris avec quelques tâches d’oxydation.

30La structure F.1510 est située au sein de l’enclos 1 (Fig. 11). Son comblement n’a pas livré de mobilier, mais cette fosse est antérieure à un fossé attribué à la Tène D. Elle mesure 1,70 m de long et 0,88 m de large, et elle est conservée sur une profondeur de 0,42 m. Elle présente un profil concave aux parois évasées. Son remplissage, assez hétérogène, a livré trois étapes de comblement. La matrice générale est d’abord composée de sable argileux de teinte grise brune avec de nombreux oxydes ferro-manganiques (US 151003). Le dépôt suivant est constitué de sédiment à dominante orangée grise (US 151002). Le comblement sommital de cette fosse est plus gris (US 151001).

Des structures à l’attribution chronologique incertaine

De vastes dépressions

31Trois vastes dépressions ont été observées lors de la fouille (Fig. 4). Deux d’entre elles sont localisées en bordure d’emprise (F.1044, F.1096). Leurs bords très évasés et irréguliers suggèrent des dépressions naturelles. La troisième fosse (F1022) est située dans l’angle sud-ouest de l’enclos 2. Elle est longue de 16,50 m, large de 11 m et profonde de 2,10 m. Elle peut correspondre à une mare. Ces fosses ont livré des lots disparates de mobilier céramique, attribuable aux périodes protohistoriques et historiques, attestant un comblement lent. Elles peuvent donc être d’origine ancienne, c’est pourquoi elles sont signalées ici.

Quelques autres structures isolées

32Trois autres structures, retrouvées dans l’enclos 1 (Fig. 12), ont livré de rares tessons de céramiques protohistoriques (F.1504, F.1507 et F.1516) qui peuvent être résiduels. La fosse F.1054 dispose de contours et d’un profil irréguliers en raison notamment de bioturbations. Ses dimensions en surface sont de 1,20 m par 1 m. Le creusement concave livre un unique comblement de sable légèrement argileux gris brun, hétérogène, marbré de tâches de manganèse (US 150401). Cette structure est conservée sur une profondeur maximale de 0,24 m.

Fig. 12 : Les structures éventuelles de La Tène C.

Fig. 12 : Les structures éventuelles de La Tène C.

33Le trou de poteau F.1507 est légèrement ovoïde et ses dimensions sont de 0,74 m par 0,70 m. Son profil concave aux bords évasés perce le substratum sur une profondeur de 0,14 m. Le comblement est composé de sable légèrement argileux gris plutôt foncé avec des traces d’oxydation brun rouille (US 150701).

34La fosse oblongue F.1516, de 2 m de longueur sur 1,02 m de large, possède un profil à fond plat irrégulier. Elle atteint 0,34 m de profondeur sur 1,40 m en partie nord pour se réduire à 0,16 m sur les 0,60 m restant vers le sud. Les parois sont légèrement évasées. Le comblement est composé de sable argileux brun gris avec quelques graviers (US 151601).

35Cinq structures localisées dans l’enclos principal, mais dépourvues de mobilier, peuvent également être contemporaines de l’occupation (Fig. 12). Il s’agit de deux trous de poteau (F.1508 et F.1509) et de trois fosses (F.1069, F.1514 et F.1519).

36Les faits F.1508 et F.1509 présentent tous deux une forme ovoïde en surface et des dimensions relativement similaires. Le trou de poteau F.1508 mesure 0,48 par 0,60 m pour une profondeur de 0,18 m. Il présente un calage de plaquettes de silex déposé au fond du creusement. Le comblement est composé de sable argileux gris homogène avec quelques taches d’oxydation (US 150801 et 150802). Le trou de poteau F.1509 mesure 0,48 par 0,54 m et sa profondeur maximale est de 0,16 m. Il présente un comblement unique de sable argileuxbrun foncé, homogène, avec des inclusions de calcaires et de grès parfois chauffés (US 150901). Ces deux structures, distantes de 2,60 m, ont le même profil concave aux parois évasées et fond plat. Elles pourraient évoquer la présence d’une structure à vocation inconnue.

37La fosse F.1514 est de forme oblongue et mesure 1,20 m de longueur pour une largeur de 1 m. Son comblement est composé de sable légèrement argileux brun gris, hétérogène, avec des traces d’oxydations (US 151401). Le creusement est conservé sur une profondeur de 0,26 m. Son profil est concave, les parois sont légèrement évasées et le fond presque plat.

38La forme en surface de la structure F.1519 est plus difficile à identifier car elle a subi une perturbation en paroi sud. Elle semble légèrement oblongue et ses dimensions oscillent entre 1,20 et 1,30 m. La paroi nord est presque verticale et le fond est plat. Son comblement correspond à un sable légèrement argileux gris, homogène, avec de petits charbons de bois et quelques nodules de torchis millimétriques (US 151902), et à un sable gris brun assez oxydé (US 151901).

39Enfin, une fosse de forme ovoïde, F.1069, a été repérée dans l’angle sud-est de l’enclos principal. Elle a été partiellement détruite lors du creusement du fossé F.1046. Il ne subsiste, en surface, qu’une structure d’environ 1 m à 1,10 m de diamètre et conservée sur à peine 0,08 m de profondeur. Son profil est légèrement irrégulier et son comblement est composé de sable argileux brun clair, homogène (US 106901). Le recoupement observé permet d’attribuer cette fosse à La Tène C ou à une phase antérieure.

Les éléments de datation et de caractérisation

Le mobilier non céramique

  • 2 Le mobilier faunique a été étudié par Alexandre Fontaine (Inrap). Les détails de cette étude sont p (...)
  • 3 Le mobilier métallique a été étudié par Stéphanie Bigot (Inrap) et présenté dans le rapport de foui (...)

40Le mobilier non céramique est peu abondant et souvent très mal conservé et seul le corpus céramique constitue un ensemble qui mérite une présentation complète. Pour cette raison, ce mobilier non céramique est présenté essentiellement sur la carte de répartition (Fig. 13). Les éléments de faune découverts sont peu nombreux (308 restes) et concernent essentiellement des esquilles d’ossements de bœuf très érodées : les autres espèces ne se sont guères conservées2. Le mobilier métallique comprend deux objets et 18 scories3.

Fig. 13 : Plan de répartition du mobilier.

Fig. 13 : Plan de répartition du mobilier.

41Les objets correspondent à un fer plat et à une tige, respectivement long de 4,8 et de 6,8 cm, non identifiables de surcroît. Les scories, d’un poids total de 559 g, sont bulleuses et résultent d’un travail de forge. Douze culots ou fragments de culots ont été identifiés. Ils témoignent d’une activité ponctuelle voire exceptionnelle du travail du fer. On notera également la mention de quelques petits blocs de torchis, et de deux fragments de pesons (Fig. 14).

Fig. 14 : Le mobilier non céramique.

Fig. 14 : Le mobilier non céramique.

42Un fragment d’un bracelet en verre a été également découvert dans le comblement sommital du fossé F.1000 (sondage 29). Il est large de 7 mm, épais de 5 mm et pèse 4 g. Sa section adopte un profil en “ D ”, mais s’amincit à une de ses extrémités (Fig. 14). Sa forme générale est incurvée et sa couleur paraît opaque noire avec des nuances pourpres à violettes. La face interne est rugueuse tandis que la face externe est lisse. Selon la typologie de Gebhard, la forme et la couleur du bracelet du site de Saint-Laurent-Nouan correspondraient au numéro de série 36 (Gebhard 1989) qui est généralement attribué à La Tène D.

Le mobilier céramique4

  • 4 Le mobilier céramique a été étudié par Jean-Philippe Gay (Inrap).

43Seules 18 structures ont livré du mobilier céramique de La Tène moyenne. Quelques autres structures ont livré du mobilier résiduel très fragmenté (comme F.1022, F.1044 et F.1096), mais il n’est pas pris en compte dans cette étude. Au final, 1 272 tessons (NR), appartiennent à au moins 70 individus (138 NMI pondéré). Bien que très fragmenté, le mobilier céramique témoigne d’un état de conservation correct. L’observation des tranches indique que les tessons n’ont pas été exposés à l’air libre pendant une longue période et qu’ils n’ont pas non plus été roulés. Les lots de céramique proviennent de cinq fossés, trois fosses et neuf trous de poteau.

44Dans les fossés des enclos, le mobilier céramique n’est pas réparti également (Fig. 13) : certains en sont dépourvus totalement (F.1537, F.1076, F.1483, F.1484) et d’autres sont peu riches (F.1046, F.1070 et F.1238). Ce sont les fossés F.1000/F.1045, F.1002, F.1023/F.1071 qui sont les mieux dotés (514 N.R., soit 40,4 % du total du corpus). La répartition des autres types de mobilier est similaire, la faune notamment qui est concentrée dans les sondages des faits F.1002 et F.1023/F.1071. L’absence de mobilier dans les fossés F.1537 et F.1238 peut s’expliquer par un comblement précoce. Pour F.1076, F.1483, F.1484, F.1107 et F.1110 l’éloignement de l’habitat et la mauvaise conservation des vestiges peuvent être évoqués. À l’inverse, les concentrations plus importantes observées au niveau des fossés F.1023/F.1071 et F.1002 sont moins explicites.

Pâtes et techniques de fabrication

45La grande majorité des pâtes rencontrées sur le site de Saint-Laurent-Nouan a une origine régionale, voire locale (Sologne) et ne concerne que la céramique commune. Elle est principalement non tournée. Les productions de la vallée de la Loire et de ses affluents se caractérisent par l’utilisation d’argiles siliceuses homogènes et micacées d’origine alluviale. Les vases sont cuits en atmosphère non contrôlée (mode B ou B’), offrant ainsi des teintes hétérogènes aussi bien en surface qu’à cœur. L’éventail obtenu varie du brun clair au noir en passant par le brun-rouge en fonction du mode de cuisson. Les pâtes sont très homogènes et il est impossible de les distinguer les unes des autres sans analyse. Précisons qu’aucun atelier de potier n’est connu pour les périodes précédant La Tène finale (Riquier 2008 : 43).

Le mobilier céramique de l’enclos 1

46La répartition catégorielle de la céramique des enclos 1 et 2 montre une très nette domination des pâtes grossières non tournées, qui représentent 81 % des restes et des formes (Fig. 15). Les pâtes fines ainsi que les importations sont plus discrètes.

Fig. 15 : Composition du mobilier céramique du premier ensemble.

Fig. 15 : Composition du mobilier céramique du premier ensemble.

47L’enclos 1 fournit 148 restes, soit au moins 27 individus (N.M.I. pondéré). L’examen du mobilier montre une grande diversité dans les formes, qui associent aussi bien la préparation, la consommation que le service de liquide et le stockage.

48Parmi les formes basses se trouvent des formes qui n’évoluent que très peu au fil du temps, comme les jattes tronconiques profondes (no 8 ; Fig. 16) qui évoquent le type G défini en Auvergne pour La Tène C1 (220-180 av. J.-C.). Plusieurs passoires à fond plat (non présentées) font aussi partie du mobilier. À Orléans, les passoires à fond plat sont inventoriées dès l’horizon 1 (180-150 av. J.-C.). Régulièrement présentes, leur nombre augmente jusqu’à l’horizon 6 (60-40 av. J.-C.) avant de totalement disparaître des contextes postérieurs (Riquier 2008 : 259, vol. 1). Une faisselle de grand diamètre est également inventoriée (no 6 ; Fig. 16). Enfin, une forme un peu plus tardive vient compléter le lot. C’est une jatte à profil en “ S ”, dont la lèvre déversée est bien marquée (no 1 ; Fig. 16). La morphologie de la lèvre évoque les exemplaires de La Tène C2 voire D1. Le pied no 2 (Fig. 16) pourrait lui être associé.

Fig. 16 : Le mobilier céramique de l’enclos 1.

Fig. 16 : Le mobilier céramique de l’enclos 1.

49Les formes hautes sont très diversifiées. Il peut s’agir de petit gobelet comme le no 4 (Fig. 16), orné d’une rainure sur la face interne de la lèvre. Cet élément a été observé sur certains exemplaires de Thignonville ou dans les contextes auvergnats (Augier et al. 2007 : fig. 22), toujours pour la période de La Tène C1 (220-180 av. J.-C.). Le répertoire offre aussi des pots de petit gabarit, comme le no 5 (Fig. 16) proche d’un exemplaire découvert à Treilles-en-Gâtinais (Drwila et al. 2006 : nos 11-3). Son profil sinueux et sa carène marquée sont des caractéristiques qui figurent sur les pots à cuire de la même époque. Parmi les vases hauts, nous trouvons un dérivé de situliforme comme le no 3 (Fig. 16). Régionalement, ces formes sont connues à Treilles-en-Gâtinais ou à Saumeray dans des ensembles de La Tène C1. Elles se rencontrent toutefois encore dans les contextes de La Tène D1a, comme au “ Clos Fleury ” à Meung-sur-Loire (Riquier 2008 : 313, pl. 137, vol. 2 ; Frénée 2004). Pour les vases destinés au stockage, il n’en existe qu’une seule variante. C’est une forme élancée, aux parois épaisses et terminée par une lèvre aplatie et légèrement débordante (no 9, 10 ; Fig. 16). Les exemplaires de vase hauts recueillis à Thignonville diffèrent quelque peu (Baguenier et al. 2006). Un seul fragment de céramique de type “ Besançon ” est signalé, à l’intersection avec le fossé 1047. Ce type n’est pas connu avant La Tène C2 (180-150 av. J.-C.).

50Le mobilier céramique issu des structures des bâtiments 1 et 2 est peu abondant. Le premier bâtiment (Bât. 1) n’a livré qu’un seul tesson. Il correspond à un pot doré au mica de type “ Besançon ” (no 7 ; Fig. 16) caractéristique des exemplaires précoces de la période de La Tène C2 (Lallemand, Tuffreau-Libre 2005 : 79, Fig. 26). Dans la région, ces formes sont mentionnées à Athée-sur-Cher “ l’Érable ” (Couvin 2006 : planche 32 no 109-3) dans les premiers niveaux des contextes orléanais, comme sur les sites des “ Halles Châtelet ”, de l’îlot de “ La Charpenterie ”, de “ l’îlot Saint-Germain ” (Riquier 2008 : vol. 2, respectivement pl. 12 et 14, pl.41 et pl. 115), ainsi qu’à Saran (Lusson 2009 : no 280 pl. 2, 221, 239 et 242 pl. 5, 287 pl. 6). Le second bâtiment (Bât. 2) a livré davantage de mobilier, mais aucun élément caractéristique.

Le mobilier céramique de l’enclos 2

51L’enclos 2 est composé de fossés qui ont tous livré du mobilier céramique, mais l’essentiel du lot provient de F.1071 (60 % des restes et 64 % des formes). Le fossé F.1002 fourni 27 % des restes et 16 % des formes, tandis que les deux autres représentent moins de 10 % du mobilier. Au total, l’enclos 2 compte 952 restes déterminant au moins 97 individus (NMI pondéré). Il convient également de souligner le développement de productions tournées, enfumées, ainsi que des importations de type “ Besançon ”. Si cette céramique est courante dans les environs d’Orléans, il n’en est pas de même en aval de la ville.

52Dans chaque fossé, les formes non tournées paraissent plus anciennes que les formes tournées. Il est probable que le caractère fonctionnel des formes non tournées leur assure une certaine longévité alors que le répertoire des formes tournées évolue beaucoup plus rapidement. La céramique non tournée livre ici un grand nombre de jattes tronconiques, dont les bords sont parfois marqués d’un léger bourrelet ou sont rentrants. De multiples exemples similaires sont signalés à Athée-sur-Cher “ L’Érable ” (Couvin 2006 : 26-32). Ces profils sont les plus archaïques, mêmes s’ils perdurent au fil du temps. L’autre élément stylistique ancien de ce lot est la jatte à bord digité (no 13 ; Fig. 17). Ce genre de décor est rare à La Tène C. En revanche, le bord rentrant marqué est très fréquent à La Tène moyenne. Un exemplaire similaire au no 11 (Fig. 17) a été découvert lors de la phase de diagnostic dans ce même fossé, ainsi qu’à La Chaussée Saint-Victor “ Les Gate-Argent ” (Frénée et al. 2004a : pl. 24, no 32). Les jattes tronconiques à bord légèrement épaissi correspondent également à cet horizon. Elles offrent un large éventail de gabarits. La majorité d’entre elles n’est pas tournée. Ces profils sont très similaires à ceux observés sur le site de Treilles-en-Gâtinais (Drwila et al. 2006 : no 13-1, 205-7-1, 11-8). Ils évoquent également le type C connu en Auvergne dès le début de La Tène C1 (Augier et al. 2007 : fig. 25). Le décor de résille lissé présent sur le bas de la panse du no 19 (Fig. 17) correspond bien à La Tène C2. La lèvre est plus grande, plus éversée et développée que précédemment et la carène est beaucoup plus marquée. En association se trouvent un gobelet miniature modelé au doigt (n15 ; Fig. 17), ainsi qu’un vase de taille moyenne, au profil sinueux (no 14 ; Fig. 17). Sans pour autant qu’ils leur soient rigoureusement identiques, ces profils se rapprochent des exemplaires de Thignonville (Baguenier et al. 2006 : F5-2 et F5-1-9, fig. 24) ou de l’Auvergne datés de La Tène C1 (Augier et al. 2007 : fig. 22). Les profils des pots restent les mêmes que ceux observés précédemment. Le bord est arrondi, plus ou moins déversé et la carène haute est marquée (no 16 ; Fig. 17). Les vases réalisés au tour sont très fragmentés et pour le moins incomplets. Ils présentent toutefois des caractéristiques similaires, à savoir une lèvre développée, déversée et en léger bourrelet.

53Parallèlement à ces formes, toute une partie du répertoire évoque un horizon chronologique légèrement plus récent. Il s’agit uniquement de formes tournées, souvent enfumées en post-cuisson. Les lèvres courtes et dégagées, comme celles des jattes nos 17 et 18 (Fig. 17) sont plutôt caractéristiques de La Tène C2 (180-150 av. J.-C.). Le no 26 peut aisément être comparé avec un exemplaire du mobilier du site du “ Clos Fleury ” à Meung-sur-Loire (de Filippo et al. 2001 : fig. 11), également daté de cette période. Les cannelures du vase no 17 (planche 2) ou la baguette sur le pied no 20 (Fig. 17) renvoient eux aussi à cette même période. Certains de ces profils peuvent toutefois subsister jusqu’à La Tène D1a comme à Saumeray ou à La Chapelle-Saint-Mesmin (Riquier 2008 : 355, pl. 155, 308, pl. 134 vol. 2). Les lèvres de pot sont trop fragmentées pour pouvoir être exploitées, mais certains éléments semblent plus récents.

54Au final, on retiendra que le comblement de ces fossés a livré un mobilier peu caractéristique dont la datation oscille probablement de La Tène C2 au début de La Tène D1.

Fig. 17 : Le mobilier céramique de l’enclos 2.

Fig. 17 : Le mobilier céramique de l’enclos 2.

Le mobilier céramique du trou de poteau F.1098

55Le mobilier céramique est totalement absent des fossés de l’enclos 3, malgré la fouille intégrale de ces structures, au demeurant très mal conservées. En revanche, trois bâtiments sur poteaux ont été identifiés à l’intérieur de cet espace. Si le bâtiment 5 n’a livré que trois tessons, le bâtiment 3 présente un trou de poteau comblé presque entièrement de céramiques (F.1098). Il s’agit uniquement de vases réalisés en pâte grossière et destinés au stockage (367 tessons pour 18 individus en NMI pondéré).

56Les vases sont de gabarits divers. Les plus grands (nos 22 et 23 ; Fig. 18) atteignent 45 à 50 cm de diamètre. Il s’agit de formes élancées, parfois légèrement carénées et toujours munies d’un bord triangulaire épais et aplati. Les pâtes sont grossières, sableuses et micacées, de couleur brun foncé avec des franges rouges. Les inclusions de quartz moyennes ou grandes y sont abondantes. Les collages n’ont pas pu être poussés suffisamment pour permettre une restitution plus importante des profils. Malgré le nombre important de fragments, il ne doit pas exister plus de trois vases de ce type. Du reste, les trois fonds plats inventoriés (non présentés) leurs correspondent parfaitement. Ces vases de stockage de grand gabarit sont attestés déjà au cours de La Tène B. Cependant, nos exemplaires s’en différencient par leur lèvre massive et développée. Une datation un peu plus tardive semble donc probable. Le vase no 24 (Fig. 18) est de taille plus modeste. Comme pour les jattes, le profil tend à s’adoucir, faisant disparaître la carène au profit d’un “ S ” plus souple. Les deux dernières formes sont des jattes tronconiques (nos 25 et 26 ; Fig. 18), de diamètre différent. Elles ne constituent pas un argument chronologique en soi, mais font partie du mobilier habituel de La Tène C. Ces vases ont d’ailleurs été fabriqués avec la même pâte que les grandes formes de stockage.

Fig. 18 : Le mobilier céramique du trou de poteau F.1098.

Fig. 18 : Le mobilier céramique du trou de poteau F.1098.

Un mobilier céramique peu varié

57Les jattes et les pots sont peu caractéristiques et peuvent correspondre aux répertoires des ensembles de La Tène C1 jusqu’à La Tène D1a. Les vases réalisés en céramique tournée présentent des lèvres développées, déversées et en léger bourrelet, comme c’est le cas habituellement pour les formes du début de La Tène C. Sans pour autant qu’ils leur soient rigoureusement identiques, ces profils se rapprochent des exemplaires de Thignonville ou de l’Auvergne datés de La Tène C1. Il n’est toutefois pas possible de remonter jusqu’à La Tène B2, dans la mesure où le marqueur essentiel, la terrine à épaulement, est complètement absent. Le mobilier atteste également d’un certain nombre de profils légèrement plus évolués, comme les jattes à lèvre courte et dégagée, caractéristiques de La Tène C2 (180-150 av. J.-C.). Les cannelures ou les baguettes renvoient elles aussi à cette même période. Les formes hautes sont carénées, à col cylindrique et lèvre très développée. Cette morphologie atteste d’une évolution des pots dans le courant de la Tène C. Nous retiendrons également que le type “ Besançon ”, qui fait son apparition à La Tène C2, n’est que peu représenté. Il n’y a pas ou peu de décors lissés ou de baguettes, fréquents eux aussi à cette période. Il est particulièrement intéressant de noter que ces profils plus évolués sont presque tous issus du comblement supérieur du fossé F.1071 et à proximité immédiate de l’entrée.

58Les sites de comparaison retenus sont La Chaussée Saint-Victor (Loir-et-Cher), Athée-sur-Cher (Indre-et-Loire), ainsi que les exemples plus éloignés de la Beauce comme Treilles-en-Gâtinais ou Thignonville, mais également les contextes auvergnats. Mais en l’absence d’éléments caractéristiques, hormis le fragment de bracelet en verre qui peut-être attribué à La Tène D, nous suggérons de placer l’attribution chronologique du site entre le début de La Tène C2 et le début de La Tène D1, bien que les éléments de cette dernière période soient peu nombreux. La domination des céramiques communes et la simplicité des formes correspondent à une zone d’habitat rural modeste, sans doute peu ouverte sur le monde extérieur. En effet, les importations d’autres régions sont pratiquement absentes. L’aspect des pâtes correspond à celui de la rive sud de la Loire, du côté de la Sologne. Il est bien différent de celui de la rive nord, au-delà de laquelle les influences des autres régions se ressentent plus fortement. Le mobilier céramique est délicat à caractériser, dans la mesure où les références manquent encore pour La Tène C. La présentation de nouvelles données est donc essentielle à la connaissance de cette période dans la région.

Éléments de synthèse

Évolution du plan du site

59Le mobilier et les relations stratigraphiques livrent peu d’informations sur les étapes d’aménagement de cet établissement rural. Cependant, il semble que le plan de l’enclos ait évolué au cours du temps (Fig. 19).

Fig. 19 : Hypothèses d’évolution du plan de l’enclos.

Fig. 19 : Hypothèses d’évolution du plan de l’enclos.

60La structuration de l’espace débute vraisemblablement à La Tène C2, par le creusement du fossé de l’enclos 1 (phase 1). En raison de la découverte d’une rupture dans le fossé F.1002 au niveau du sondage 111, on peut également envisager qu’une partie de l’enclos 2 ait déjà été aménagée lors de cette phase (avec le creusement des fossés F.1000 et F.1002). Les bâtiments 1 et 2 sont positionnés à l’intérieur probablement dès sa construction. L’accès se fait au sud-est, au niveau du fossé F.1070. L’ensemble constitué des fossés F.1107 et F.1110 et du bâtiment 3 peut aussi être contemporain de cette phase : le fossé F1107 s’interrompt dans l’axe du fossé F.1537 ; les interruptions entre F.1107 et F.1110 et F.1238 et F.1070 sont situées dans le même axe ; enfin le mobilier issu du bâtiment 3 semble le dater parmi les vestiges les plus anciens. Les deux autres greniers (bâtiments 4 et 5) n’ont pas livré de mobilier, par conséquent ils sont présentés dans chaque phase.

61Dans un deuxième temps (phase 2), trois aménagements, pas forcément contemporains, semblent modifier le plan de l’occupation :

  • l’entrée de l’enclos 1 est condamnée avec le creusement d’une section d’un fossé dans le prolongement de F.1070 (F.1238) ;

  • les fossés F.1023 et F.1071 et la portion sud-est de F.1002 à partir du sondage 111 sont creusés afin d’étendre la surface de l’enclos initial. L’accès est désormais placé dans l’interruption située entre les fossés F.1023 et F.1071 et positionné en face de la précédente entrée. Un autre accès peut être envisagé au niveau de l’espace étroit bordé des fossés F.1070 et F.1071 ;

  • enfin, F.1537 pourrait avoir été comblé. Cette hypothèse, qui reste la plus incertaine, est suggérée par l’absence de mobilier qui évoque un comblement précoce de ce tronçon (Fig. 13), et par la nécessité d’accéder à l’intérieur de la zone d’habitat, depuis que l’entrée à l’enclos 1 est condamnée (F.1238).

62Dans la phase 3, les fossés F.1071 et F.1023 ont été reliés, fermant ainsi une des entrées, et seul le couloir d’accès entre F.1070 et F.1071 est conservé.

63Dans une dernière phase (phase 4), F.1023 et F.1071 sont comblés et un nouvel ensemble de fossés est creusé. Il s’agit des fossés F.1076, F.1483 et F.1484 qui se raccordent à l’angle sud-ouest de l’enclos 2. F.1076 se distingue de F.1002 par des dimensions nettement plus modestes, mais ils se rejoignent au niveau de l’intersection avec F.1023, en recoupant son comblement terminal.

64À La Tène D1, le site est abandonné (fragment de bracelet en verre dans le fossé F.1000) au profit d’une occupation qui semble se développer en grande partie en dehors de l’emprise, notamment vers le sud (Fig. 20). Une nouvelle organisation spatiale apparaît, mais il est peu évident de la caractériser car les informations disponibles sont lacunaires. On notera en particulier la présence de deux fossés parallèles (F.1004 et F.1011) qui peuvent évoquer un chemin. Un bâtiment éventuel, représenté par des structures oblongues (Bâtiment 9), un puits (F.1187) et deux fosses riches en mobilier (F.1183 et F.1554) peuvent également être mentionnés. Cette nouvelle occupation semble péricliter rapidement, puisqu’aucun mobilier n’est postérieur à la période augustéenne.

Fig. 20 : Plan des vestiges de La Tène D à la période augustéenne.

Fig. 20 : Plan des vestiges de La Tène D à la période augustéenne.

Interprétation de l’occupation

65Seuls deux types de bâtiment ont été enregistrés sur ce site. Dans l’angle sud-est de l’enclos 1, la découverte de treize trous de poteau permet d’envisager diverses restitutions de bâtiments. Mais aucun d’entre eux n’a livré du mobilier et aucun phasage précis ne peut être proposé. Par ailleurs, plusieurs transformations ont pu être amenées à une construction initiale. Aussi nous retiendrons uniquement l’hypothèse la plus vraisemblable, c’est-à-dire celle d’un plan simple à quatre poteaux qui forment un rectangle de 28,1 m². La localisation du bâtiment, dans un des angles de l’enclos principal et la surface, nettement supérieure aux autres constructions, semblent confirmer l’hypothèse d’une habitation. Un plan similaire est connu à Parçay-Meslay (Indre-et-Loire, Fouillet 2004 : 48, bâtiment M).

66Les quatre autres édifices (bâtiments 1, 3, 4 et 5) sont caractérisés par la présence de quatre trous de poteau (trois pour le bâtiment 1) formant un plan carré. Ce type de structure, assimilé à des greniers surélevés, se rencontre sur la plupart des sites de l’Age du Fer. Ils sont généralement situés à l’intérieur des enclos d’habitat comme à Fontenay-Le-Comte “ Les Genâts ” (Nillesse 1997) et Beaucouzé “ La Corbinière ” (Maguer, Mortreau 2005). Cependant, bon nombre d’entre eux sont également implantés à l’extérieur, comme à Echiré “ Le Chemin Chevaleret ” (Nillesse 2007) et à Parçay-Meslay “ La Roche Deniau ” (Fouillet 2004 : 56-60). Ils sont souvent localisés le long d’un côté de l’enclos avec parfois une implantation dense, sous forme d’alignement, comme à Cholet “ La Bleure ” (Sandoz 2000) ou de façon plus éparpillé comme à La Chaize-le-Vicomte “ La Chapellière ” (MAGUER et al. 2005 : 21-72). L’implantation des trois bâtiments 3, 4 et 5 de l’enclos 3 s’inscrit dans un espace très restreint. En effet, les poteaux de F.1511 du bâtiment 4 et F.1141 de l’édifice 5 ne sont espacés que de 0,75 m. Deux des trois bâtiments n’ont pas livré de mobilier et en l’absence de chronologie relative, il est peu évident de les attribuer à une phase précise.

67Malgré la pauvreté des informations issues de la fouille, on peut supposer que la présence de ces quatre greniers sur poteaux indique une fonction agricole. Cette hypothèse est renforcée par l’existence d’un couloir formé au sud de l’enclos principal, qui peut être destiné à forcer le bétail. Si F.1022 est bien une mare contemporaine du site, elle peut également évoquer le stationnement du bétail. Le site de Saint-Laurent-Nouan correspond donc probablement à une ferme, mais aucun élément ne permet de préciser les types de production : n’importe quelle denrée peut être entreposée dans les greniers et le cheptel peut se limiter à un unique animal destiné aux travaux ou au port de charges.

Le site de Saint-Laurent et les découvertes régionales récentes

  • 5 Dans ce paragraphe, les périodes chronologiques sont accompagnées de datation absolue, afin d’évite (...)

68Le corpus des sites de La Tène ancienne et moyenne en région Centre, s’est constitué essentiellement grâce aux diagnostics et fouilles préventives de ces dernières années. Leur compréhension n’est pas toujours évidente, notamment lorsque diverses périodes se succèdent. Ainsi à Athée-sur-Cher à “ L’Erable ” (Indre-et-Loire), diverses occupations sont datées du Hallstatt D au début du ier s. ap. J.-C. (Couvin 2006), mais de nombreuses structures sont dépourvues de mobilier et la compréhension de l’organisation des vestiges par période est peu aisée. Cependant, ce corpus semble caractérisé par une évolution majeure liée à la présence ou non d’enclos. Les sites de La Tène ancienne sont rares, mais ils sont souvent représentés par de petits groupes de structures5. À Montierchaume, “ La Fleuranderie ” (Indre), trois occupations successives sont caractérisées par la présence d’un petit nombre de structures (Frénée et al. 2004b) : un habitat et quelques fosses datés du milieu du ve s. av. J.-C ; des silos de La Tène B1 (-400/-320) et d’autres de La Tène B2/C1 (iiie s. av. J.-C). À La Chaussée Saint-Victor “ Les Gate-Argent ” (Loir-et-Cher), une fosse est datée de La Tène A (-480/-450), mais la seconde phase, datée de la Tène B2 (-320/-260), comprend un ensemble de silos et de bâtiments sur poteaux interprétés comme des greniers (Frénée et al. 2004a). À Sainte-Maure de Touraine “ Les Chauffeaux ” (Di Napoli, Lusson 2011) deux habitats ouverts se succèdent avec un hiatus de quelques décennies : cinq ou six bâtiments et deux fosses sont abandonnés à La Tène A1 (-500/-425), mais remplacés à La Tène B (-400/-260) par un ensemble situé plus au sud et composé d’au moins un bâtiment, de quelques silos et de fosses. On citera également l’ensemble daté de la Tène ancienne (-480/-260) et composé de silos et de trous de poteaux localisé à Mer aux “ Ribets ” et à “ Griche Dent ” (Loir-et-Cher ; Josset et Georges 2006) situé non loin de Saint-Laurent-Nouan. On retiendra de ces exemples, la modestie des vestiges, répartis dans des espaces ouverts, et caractérisés par la présence d’un ou de quelques bâtiments, souvent interprétés comme des greniers, et des silos.

69Les sites de La Tène moyenne ne sont pas très nombreux et ne sont souvent pas perçus dans leur intégralité. À Couesmes, “ La Tesserie ” (Indre-et-Loire), un bâtiment daté de La Tène B2-C1 (-350/-200) et peut être quelques fosses et deux silos, peuvent correspondre à une occupation ouverte qui pourrait se développer hors emprise (Quillec, Laruaz 2011). Quelques indices ténus sont également évoqués pour La Tène C2 (-200/-150). À Déols, aux “ Bapaumes ” (Baguenier 2011), les premiers indices d’occupation concernent La Tène C1 (-250/-180) et correspondent à six silos et à une fosse polylobée. À La Tène C2 (-180/-140), un imposant bâtiment est construit. Il est placé à l’intérieur d’un enclos qui semble plus récent, comme deux autres constructions du site (La Tène D1 ; -140/-90). C’est à partir de cette période, (la transition La Tène C2/D1) que les établissements ruraux du second âge du Fer sont les mieux documentés. Ainsi, l’occupation à Meung-sur-Loire à “ l’Herbaudière ”, un vaste enclos approximativement rectangulaire et attribué à La Tène C2 (-200/-150) a été découvert lors d’un diagnostic (De Filippo et al. 2001). À Monnaie à “ La Cave Blanchette ” (Lusson 2004 : 43-52), un enclos daté de La Tène C2 a été appréhendé partiellement, contrairement à celui attribué à La Tène C2/D1 à l’intérieur duquel plusieurs bâtiments ont été découverts. À “ La Roche Deniau ” à Parçay-Meslay (Fouillet 2004), un vaste enclos trapézoïdal de 8 346 m² et divisé en deux parties approximativement égales semble abandonné en deux temps : une première partie vers La Tène C2 (-200/-150) et la seconde, quelques décennies plus tard (La Tène C2/D1 ; -170/-80). À Couesmes, les vestiges plus anciens laissent la place à un enclos carré de La Tène D1/ début D2 (-150/-70), flanqué d’un fossé faisant angle et à des structures diverses dont des bâtiments sur poteaux (Quillec, Laruaz 2011). Enfin à “ La Perrière ” à Villebarou (Salé 2012), l’enclos dont le plan présente de grandes similitudes avec celui de Saint-Laurent-Nouan est daté de La Tène D (-150/-30).

70Le site d’Ymonville “ Les Hyèbles ” (Eure-et-Loire ; Josset et al. 2012) se distingue nettement de tous les exemples cités précédemment : il s’agit d’une grande exploitation comprenant plusieurs enclos, à la population probablement nombreuse, et dans laquelle les activités extra-agricoles sont multiples. Elle se développe à partir du Hallstatt D2/D3 (vie/ve s. av. J.-C.) et n’est abandonnée qu’au début de la période antique. Elle correspond à une forme nettement plus complexe que les sites mentionnés ci-dessus.

Saint-Laurent-Nouan : un site modeste

71Si on devait établir un classement hiérarchique des établissements ruraux protohistoriques régionaux, le site de Saint-Laurent-Nouan serait probablement placé à l’opposé du site d’Ymonville, dans le peloton de queue. Des critères de hiérarchisation généralement retenus dans les articles les plus récents (Malrain, Matterne et Méniel 2002, Maguer et Lusson 2009 ou Quillec et Laruaz 2011), on retiendra : la superficie du site ; la dimension des fossés et la présence de porches ; le nombre et la diversité des bâtiments ; l’organisation et la division éventuelle de l’espace ; la présence de structures domestiques ou économiques autres que les fossés, les trous de poteau ou les silos ; la quantité et la variété du mobilier ; et la présence éventuelle de données funéraires.

  • 6 L’absence de silo est probablement liée à la nature du substrat argileux, souvent gorgé d’eau, mais (...)

72Dans son extension maximale, l’enclos de Saint-Laurent-Nouan couvre une surface de 7 620 m² et fait donc partie du corpus des établissements les moins étendus (moins de 1 ha), mais également les plus nombreux en région Centre (Maguer et Lusson 2009 : 426). Les fossés présentent des dimensions irrégulières et assez restreintes, qui varient de 0,40 m à l’ouverture (Sd. 218) à 1,45 m (Sd. 337). Aucun porche d’entrée n’a été reconnu. Les bâtiments sont également peu nombreux et peu variés, d’autant qu’aucun silo n’a été découvert6 : ils concernent quatre greniers, qui ne sont probablement pas synchrones, et probablement un habitat. L’organisation de ces constructions dans les enclos semble montrer une planification initiale, mais limitée au plus simple, au regard du nombre de vestiges concernés. Par ailleurs, cette planification n’est pas figée dans le temps puisqu’on constate une évolution au cours des ans. Aucune structure remarquable n’a été enregistrée : il n’y a pas de puits, ni aucun foyer, atelier, ou four… Pour ce qui est du mobilier, nous avons déjà évoqué la faiblesse du corpus faunique. Les objets métalliques sont également très rares et seul un fragment de bracelet en verre est notable. Le mobilier céramique est peu abondant et peu varié. Ainsi, la céramique d’importation n’est constituée que de rares fragments de céramiques dites de type “ Besançon ”. Enfin, aucun élément du diagnostic ou de la fouille ne permet d’envisager l’accomplissement de pratiques funéraires in situ.

73Une partie de ces observations peut être imputée au mauvais état de conservation (pour la faune par exemple) et à l’arasement du site (qui peut expliquer l’absence de foyers). Cependant, la présentation synthétique de l’ensemble des données semble placer ce site parmi les plus modestes (et probablement les plus nombreux) du corpus régional.

Conclusion

74La modestie des structures et du mobilier sur la fouille de Saint-Laurent-Nouan peut être expliqué en partie par la nature des sols, peu propice au développement agricole. Mais c’est probablement l’étude globale de la genèse des établissements agricoles de La Tène qui permettra d’expliquer la hiérarchisation de ce type d’occupation. Un article récent de P. Maguer et D. Lusson présente les caractéristiques de ces sites entre Loire et Dordogne et fait état des grands principes de leur évolution (Maguer et Lusson 2009). L’établissement rural de Saint-Laurent-Nouan semble bien s’intégrer dans ce schéma évolutif, même s’il peut constituer un des exemples d’enclos les plus précoces. Une des caractéristiques des sites de ce corpus est la continuité des occupations sur le long terme. On observe souvent une continuité des sites les plus anciens (Montierchaume ou La Chaussée Saint-Victor) sur les périodes de La Tène ancienne et moyenne (à Sainte-Maure de Touraine, un hiatus de quelques décennies est noté). Les installations nouvelles de La Tène C2 (-200/-150) sont encore présentes à La Tène D et parfois jusqu’au début de la période romaine et même au delà : c’est le cas à Monnaie, Parçay-Meslay, mais aussi à Saint-Laurent-Nouan. Cependant le développement des agglomérations, oppida et villes a probablement constitué un attrait important et nombre d’établissements ruraux disparaissent dès La Tène D. À cette période, les installations nouvelles sont rares (Villebarou ?). Au final, seul le site de Couesmes montre une continuité de La Tène B2/C1 au début de la période antique. De cet examen rapide, il ressort que les établissements les plus anciens, constitués de vestiges souvent modestes, dont des silos, peuvent perdurer sur une longue durée, connaissent des évolutions, mais sont souvent délaissés à La Tène C. Ces abandons semblent se faire à la faveur de nouvelles formes de sites caractérisés par la multiplication des bâtiments, la raréfaction des silos et la présence d’enclos souvent attribués à La Tène C2. Les installations rurales se multiplient alors jusqu’à la période de La Tène D, puis reprennent au début du Haut-Empire. Est-ce cette multiplication qui rend nécessaire la délimitation des propriétés, la fermeture des espaces domestiques ? Ou s’agit-il d’une longue phase d’appropriation des terres ? Pour répondre à ces questions, il conviendrait de mieux connaître les extensions des domaines. C’est un sujet problématique pour les périodes historiques, mais il l’est encore plus pour les périodes antérieures en raison de l’absence d’élément permettant d’alimenter notre réflexion.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations

Afan : Association pour les fouilles archéologiques nationales

Afeaf : Association française pour l’étude de l’âge du Fer

BSAT : Bulletin de la Société Archéologique de Touraine

DAM : Document d’Archéologie Méridionale

DFS : Document Final de Synthèse

Inrap : Institut national de recherche archéologique préventive

RAP : Revue archéologique de Picardie

RACF : Revue Archéologique du Centre de la France

RFO : Rapport Final d’Opération

Sfecag : Société française d’étude de la céramique antique en Gaule

SRA : Service Régional de l’Archéologie

SPF : Société Préhistorique Française

Augier et al. 2007

Augier L., Mennessier-Jouannet C., Milcent P.Y., Orengo L., Riquier S. - La France Centrale aux ive-iiie s. av. n. ère (Auvergne, Berry et Orléanais), in : La Gaule dans son contexte européen aux ive et iiie s. av. n. è. Actes du XXVIIe colloque international de l’Afeaf, Clermont-Ferrand, 29 mai-1er juin 2003, thème spécialisé, Lattes : 117-178.

Baguenier et al. 2006

Baguenier J.-P., Arquille J., Germinet D. Lusson D., Pradat B., Riquier S. - Thignonville “ La Queue de Colerette ” (Loiret), Rapport de diagnostic, Inrap Centre-Île-de-France, SRA Centre, Orléans.

Baguenier et al. 2007

Baguenier J.-P., Millet S., Lusson D., Riquier S. - Saint Laurent-Nouan, « Le Vivier » (Loir-et-Cher), rapport de diagnostic, Inrap Centre-Île-de-France, SRA Centre, Orléans,

Baguenier et al. 2011

Baguenier J.-P., Coubray S., Coulon J.-F., Di Napoli F., Fontaine A., Gardère Ph., Gransar M., Lusson D., Pradat B., Raudin S., Robert G. Déols “ Les Bapaumes ” “ Les Connilles . Un établissement gaulois à Déols (36) - Rapport de fouille, Inrap Centre-Île-de-France, SRA Centre, Orléans.

Couvin et al. 2006

Couvin F., Bouillon J., Gay J.-Ph., Lusson D., Liard M., Maguer P., Mahy L., Pasquier F., Riquier S. - Athée-sur-Cher. Autoroute A85, Section M3, Site 40 “ L’Erable ” (Indre-et-Loire). Rapport de fouille, Inrap Centre-Île-de-France, SRA Centre, Orléans.

De Filippo et al. 2001

De Filippo R., Devillers P.-Y., Juge P. - Meung-sur-Loire (Loiret). Z.A.C. Synergie Val-de-Loire “ l’Herbaudière ”, “ le Clos Fleury”. DFS d’évaluation archéologique, Phase 2, Afan, SRA Centre, Orléans.

Delétang 1976, 1977, 1979 et 1992

Delétang H. - Rapport de prospections, déposé au SRA Centre, Orléans.

Di Napoli, Lusson 2011

Di Napoli F., Lusson D. - Deux occupations rurales de La Tène ancienne à Sainte-Maure-de-Touraine, Les Chauffeaux (Indre-et-Loire), RACF [En ligne], Tome 50 | 2011, mis en ligne le 03 février 2012, consulté le 07 janvier 2013. URL : http://racf.revues.org/1595

Djemmali et al. 2010

Djemmali N., Blanchard P., Gardère P., Jesset S., Chambon M.-P., Froquet H. - Saint-Laurent-Nouan, Loir-et-Cher, Ganay, Les implantations médiévales du Bois de Bel Air, rapport de diagnostic, Inrap Centre-Île-De-France, SRA Orléans.

Drwila et al. 2006

Drwila G., Bayle G., Moret-Auger F., Poulle P., Riquier S. - Autoroute A19 – Section Artenay-Courtenay – Tranche L2 – Communes de Gondreville et Treilles-en-Gâtinais. Région Centre. Département du Loiret. Rapport de diagnostic, Inrap Centre-Île-de-France, SRA Orléans : 127-139.

Fouillet 2004

Fouillet N. - L’établissement agricole antique de la “ Roche Deniau ” à Parçay-Meslay, BSAT, 50 : 53-60.

Frénée 2004

Frénée E. – Meung-sur-Loire “ le Clos Fleury ”. Document Final de Synthèse, Inrap Centre-Île-De-France, SRA Orléans.

Frenée et al. 2004a

Frenée E., Pradat B., Riquier S. - La Chaussée Saint Victor “ ZAC Parc A10 Sud, Les Gate-Argent ”. DFS, Inrap Centre-Île-de-France, SRA Orléans.

Frenée et al. 2004b

Frenée E., De Belvata, Juge P. Riquier S., Pradat B. – Montierchaume “ La Fleuranderie ”, DFS, Inrap Centre-Île-de-France, SRA Orléans.

Gebhard 1989

Gebhard R. - Der Glasschmuck aus dem oppidum von Manching, band 11, Römisch-Germanische Kommission des Deutschen Archäologischen Instituts zu Frankfurt am Main, Franz Steiner Verlag Wiesbaden GMBH, Stuttgart.

Gransar et al. 2007

Gransar F., Auxiette G., Dessenne S., Hénon B., Malrain F., Matterne V., Pinard E. - Expressions symboliques, manifestations rituelles et cultuelles en contexte domestique au Ier millénaire avant notre ère dans le Nord de la France, in :Barral Ph. et al. - L’âge du Fer dans l’arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’âge du Fer. Actes du XXIXe colloque de l’Afeaf, Bienne, 5.8 mai 2005, 2, Besançon : 549-564.

Gransar, Salé et al. 2009

Gransar M., Salé P., Bigot S., Bouillon J., Fontaine A., Gay J.-P. - Saint-Laurent-Nouan, (Loir-et-Cher) “ Le Vivier ”, RFO, Inrap Centre-Île-de-France, SRA Centre, Orléans.

Irrinaria 1990 et 1991

Irribaria R. - Rapports de prospections pédestres déposés au SRA Centre, Orléans.

Irribaria et Mercey 2004

Irribaria R., et Mercey F. - Saint-Laurent-Nouan, Le Clos des Ormes (Loir-et-Cher) rapport d’évaluation, Inrap, Centre-Île-de-France, SRA Centre, Orléans.

Josset et al. 2012

Josset D., Bernadet R., Best C., Dubuis B., Gay J.-P., Millet E., Robin, B., Villenave C., Yvernault F. - Ymonville, Eure-et-Loire, Les Hyèbles, Les occupations celtiques du vie au ier avant J.-C., rapport de fouille, Inrap Centre-Île-de-France, SRA Centre, Orléans, 4 vol. 

Josset, Georges 2006

Josset D., Georges P. - Mer, Les Ribets (Loir-et-Cher), RFO, Inrap Centre-Île-de-France, SRA Centre, Orléans.

Krausz 1997

Krausz S. - Évaluation archéologique. Extension du golf du Prieuré de Ganay à Saint-Laurent-Nouan (Loir-et-Cher), rapport d’évaluation, Inrap Centre-Île-de-France, SRA Centre, Orléans.

Lallemand et Tuffreau-Libre 2005

Lallemand D., Tuffreau-Libre M. - La céramique “ type Besançon ” en Gaule centrale in : Sfecag, Actes du Congrès de Blois, Marseille : 63-82.

Lusson et al. 2004

Lusson D., Riquier S., Yandia F., Champagne V. - Monnaie, “ La Cave Blanchette ” et Parçay-Meslay, “ La Gibellerie ” (Indre-et-Loire), DFS, Inrap Centre-Île-de-France, SRA Centre, Orléans.

Lusson 2009

Lusson D. – Saran “ Z.A.C. du Champ Rouge ” (Loiret), RFO, Inrap Centre-Île-de-France, SRA Centre, Orléans.

Maguer, Lusson 2009

Maguer P., Lusson D., avec la coll. de Troubady M. - Fermes, hameaux et résidences aristocratiques entre Loire et Dordogne, in : Les Gaulois entre Loire et Dordogne. Actes du XXXIe colloque international de l’Afeaf, 17-20 mai 2007, Chauvigny (Vienne), 1 : 423-459.

Maguer et al. 2005

Maguer P., Arthuis R., Hiernard J., avec la coll. de Holstein H., Richard J.-M. - L’établissement rural de la Chapellière à la Chaize-le-Vicomte (Vendée) : une ferme gauloise de la fin du deuxième âge du Fer (iie siècle-ier siècle A.C.), Aquitania, 21 : 21-72.

Maguer et Mortreau 2005

Maguer P. et Mortreau M., La Corbinière, Beaucouzé (49), RFO de fouilles préventives, Inrap Grand Ouest, SRA Pays-de-la-Loire, Nantes.

Malrain, Matterne et Méniel 2002

Malrain F., Matterne V. et Méniel P. - Les paysans gaulois (iiie siècle-52 av. J.-C.), Errance-Inrap, Paris.

Milcent 2004

Milcent P.-Y. Le Premier âge du Fer en France centrale. Mémoire de la SPF, XXXIV.

Nillesse 1997

Nillesse O. - L’établissement rural des Genâts, Fontenay-le-Comte (Vendée), DFS, Afan, SRA Pays-de-la-Loire, Nantes.

Nillesse 2007

Nillesse O. - La résidence aristocratique de Chemin Chevaleret à Echiré (Deux-Sèvres), in : Bertrand I., Maguer P. (dir.), De Pierre et de Terre. Les Gaulois entre Loire et Dordogne. Catalogue de l’exposition des musées de Chauvigny (15 mai-14 octobre 2007), Association des Publications Chauvinoises, XXX, Chauvigny : 81-82.

Quillec et Laruaz 2011

Quilliec B. et Laruaz J.-M. - Un établissement rural de La Tène finale à Couesmes, La Tesserie (Indre-et-Loire), RACF [En ligne], Tome 50 | 2011, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 09 janvier 2013. URL : http://racf.revues.org/1616

Riquier 2008

Riquier S. - La céramique de l’oppidum de Cenabum et la cité carnute aux iie et ier s. av.-J.-C. Aspects typo-chronologiques et culturel, thèse de doctorat, Université François Rabelais, Tours, 3 vol. 

Salé 2012

Salé P. - Villebarou, Loir-et-Cher, La Perrière, Un établissement rural protohistorique, rapport de diagnostic, Inrap, Centre-Île-de-France, SRA Centre, Orléans.

Sandoz 2000

Sandoz G. - Cholet (Maine-et-Loire), La Bleure, Autoroute A87, tronçon 1, DFS, Afan, SRA Pays de la Loire, Nantes.

Haut de page

Notes

1 La responsable de l’opération précise qu’“ on peut observer un tertre qui n’a jamais été fouillé, mais qui correspond très probablement à un tumulus protohistorique ”.

2 Le mobilier faunique a été étudié par Alexandre Fontaine (Inrap). Les détails de cette étude sont présentés dans le rapport de fouille (Gransar et Salé 2009 : 155-157).

3 Le mobilier métallique a été étudié par Stéphanie Bigot (Inrap) et présenté dans le rapport de fouille (Gransar et Salé 2009 : 154-155).

4 Le mobilier céramique a été étudié par Jean-Philippe Gay (Inrap).

5 Dans ce paragraphe, les périodes chronologiques sont accompagnées de datation absolue, afin d’éviter les confusions notées lors de l’utilisation des différents systèmes chronologiques.

6 L’absence de silo est probablement liée à la nature du substrat argileux, souvent gorgé d’eau, mais de manière générale, ces structures sont rarement associées aux enclos de La Tène moyenne et finale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le site du “ Vivier ” à Saint-Laurent-Nouan dans son contexte régional.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 2 : Plan de masse général des structures repérées sur l’emprise de la fouille.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3 : Le contexte topographique et archéologique du site du “ Vivier ” à Saint-Laurent-Nouan.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Fig. 4 : Les vestiges attribués à La Tène C2/D1.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 5 : Les fossés de l’enclos 1.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 6 : Les fossés de l’enclos 2.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Titre Fig. 7 : Les fossés de l’enclos 3.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 8 : Plan et coupe des trous de poteau du bâtiment 2.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 9 : Plan et coupes des bâtiments 1, 3, 4 et 5.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 10 : Vue du mobilier céramique du trou de poteau F.1098.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 11 : Les autres structures de La Tène C.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 12 : Les structures éventuelles de La Tène C.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 13 : Plan de répartition du mobilier.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 14 : Le mobilier non céramique.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig. 15 : Composition du mobilier céramique du premier ensemble.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 16 : Le mobilier céramique de l’enclos 1.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 17 : Le mobilier céramique de l’enclos 2.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 18 : Le mobilier céramique du trou de poteau F.1098.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 19 : Hypothèses d’évolution du plan de l’enclos.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 20 : Plan des vestiges de La Tène D à la période augustéenne.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1896/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Salé, Marc Gransar et Jean-Philippe Gay, « Un établissement rural à enclos fossoyé de La Tène C2/D1 en Val de Loire : le site du “ Vivier ” à Saint-Laurent-Nouan (Loir-et-Cher) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 52 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://racf.revues.org/1896

Haut de page

Auteurs

Philippe Salé

Inrap, UMR 7324 CITERES-LAT

Marc Gransar

Inrap

Jean-Philippe Gay

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page