Navigation – Plan du site
Carte localisation
Articles

Contribution à l’étude du peuplement préhistorique de la vallée de la Petite Creuse : bilan de dix ans de prospection sur la commune de Clugnat et ses marges (Creuse)

Contribution of the prehistoric settlement of the valley of La Petite-Creuse: result of ten years of prospection on the commune of Clugnat and its margins (Creuse)
Jean-François Pasty, Philippe Alix et Michel Gallemard
p. 49-98

Résumés

Ce travail présente les résultats de plus de dix ans de prospection sur la commune de Clugnat et ses marges. Une quinzaine de points de collecte plus ou moins riches en mobilier a ainsi été recensée de part et d’autre de la Petite Creuse. Les vestiges lithiques mis au jour témoignent d’une occupation presque continue du secteur prospecté depuis le Paléolithique moyen jusqu’au Néolithique final. L’approvisionnement en matières premières est exclusivement orienté vers les formations siliceuses situées au nord et nord-ouest du secteur d’étude. Les plus proches sont les silex tertiaires de la région de Vicq-Exemplet et les silex hettangiens du secteur de Saint-Jeanvrain. Les plus éloignés sont les silex turoniens de la vallée du Cher et ceux des environs du Grand-Pressigny. Le Paléolithique moyen n’est représenté que par quelques pièces, tout comme l’Aurignacien, le Badegoulien ou l’Azilien. Une composante gravettienne est par contre plus importante sur le site des Tailles, tout comme le Néolithique final. Ce dernier est en effet omniprésent sur l’ensemble des sites et est notamment marqué par l’importation d’outils en silex blonds du Berry et de Touraine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ce travail présente les résultats de plus de dix ans de prospections systématiques dans les environs de Clugnat par M. Gallemard et une petite équipe de prospecteurs. La zone d’étude se situe pour l’essentiel sur le territoire de la commune de Clugnat, tout en débordant légèrement sur celui de Bétête à l’ouest et de Malleret-Boussac à l’est (Fig. 1). Les recherches se sont principalement concentrées sur les plateaux dominant la vallée de la Petite Creuse et celle de son principal affluent dans ce secteur, le Verraux. Le relief local est constitué de plateaux culminant entre 325 et 380 m NGF qui sont profondément entaillés par la Petite Creuse dont l’altitude oscille entre 290 et 300 m NGF. Plusieurs ruisseaux plus ou moins importants, dont le Verraux, affluents de la rivière, viennent compartimenter ces plateaux par des vallons plus ou moins marqués.

Fig. 1 : Carte de localisation des sites.

Fig. 1 : Carte de localisation des sites.

2Le secteur regroupe plusieurs entités géologiques (Fig. 2), délimitées par deux failles parallèles, dites de la Marche et de Boussac (Quenardel et al. 1991). La Petite Creuse suit globalement le tracé de la faille de Boussac orientée E-O qui, avec celle de la Marche localisée plus au sud à la hauteur de Clugnat, délimite le plateau d’Aigurande au nord, et le massif granitique de Guéret, au sud. Les formations situées au nord de la faille de Boussac appartiennent au plateau d’Aigurande et se composent de gneiss amygdalaires. Au sud de cette limite, dans la zone située entre les deux failles, le substrat est constitué par différentes formations. On trouve ainsi du nord vers le sud, des migmatites à faciès variés qui sont entaillées par le lit de la Petite Creuse, le massif de gabbro-diorites de Blandat-Clugnat, celui granitique de Telline et les gneiss de la Borde. Ces différents ensembles sont ponctuellement recouverts par des formations superficielles comme la moyenne terrasse de la Petite Creuse et la formation argilo-sableuse des plateaux, toutes deux plus présentes en rive gauche de la rivière.

Fig. 2 : Carte géologique simplifiée de la zone d’étude.

Fig. 2 : Carte géologique simplifiée de la zone d’étude.

Historique des recherches et méthodologie

3Un rapide tour d’horizon bibliographique des données relatives au peuplement préhistorique des environs de Clugnat fait état d’un manque total de vestiges rattachés au Paléolithique ou au Néolithique. Aucun silex n’a été signalé sur la commune avant les recherches de M. Gallemard et de ses collègues prospecteurs. Ces derniers ont vraiment débuté leurs investigations au tournant des années 2000 avec une assiduité et une rigueur qui n’ont pas faibli au fil des années. Depuis le début des recherches, c’est une quinzaine de sites qui a été mise au jour sur les plateaux situés de part et d’autre de la Petite Creuse (Fig. 1). Le travail de prospection s’est avant tout concentré sur la moitié nord de la commune de Clugnat et sur quelques parcelles situées sur le territoire des communes de Bétête et de Malleret-Boussac. Ce choix a été dicté par la réalité du terrain car dans cette région de bocage où l’élevage est dominant, les prospections de terrains sont tributaires de la mise en culture des parcelles et ces dernières sont essentiellement localisées dans la partie nord de la commune. La quantité de vestiges recueillis au sein des différents sites est très variable et mis à part le site des Tailles qui a livré plus de 15 000 pièces, tous les autres points de collecte totalisent moins de 400 éléments. Face à l’importante quantité de matériel recueilli, M. Gallemard et G. Gouyet ont vite perçu l’intérêt scientifique de telles découvertes. Ils décidèrent donc d’aller plus avant dans les recherches en les faisant étudier. C’est par l’entremise de F. Surmely, conservateur au service régional de l’Archéologie d’Auvergne et initialement contacté pour expertiser les vestiges que nous avons débuté l’étude de ces différents sites en 2007.

4Chaque pièce repérée sur le terrain est prélevée quelles que soient ses dimensions et sans préjuger de sa valeur scientifique. À l’issue de chaque sortie sur le terrain le mobilier archéologique est marqué du numéro de la parcelle dont il provient. Les différents sites identifiés ont ainsi été cartographiés et ont fait l’objet d’une déclaration au service régional de l’Archéologie du Limousin. Le matériel récolté se compose uniquement de vestiges lithiques. Les fragments de céramiques prélevés sont tous largement postérieurs au Néolithique. L’absence totale d’éléments organiques écarte par ailleurs définitivement la possibilité de dater un des technocomplexes identifiés.

5La quasi-totalité du mobilier archéologique provenant de prospections de surface, chaque série lithique est susceptible d’être le résultat de mélanges entre plusieurs occupations humaines d’époques différentes, voire entre plusieurs phases d’un même faciès culturel. La méthode qui a été appliquée pour chacune des séries lithiques consiste tout d’abord à tester la pertinence d’éventuels états de surfaces hétérogènes, afin de voir s’ils constituent des critères fiables pour sérier différents faciès culturels. Il convient ensuite d’identifier les différentes chaînes opératoires présentes en s’appuyant sur les méthodes et techniques de débitage mises en œuvre et sur les caractéristiques des produits de débitage qui en découlent. Les outils retouchés, et principalement certains “ fossiles directeurs ” participent pour beaucoup à l’identification des faciès chrono-culturels. Toutefois, dans certains cas une partie des outils de fond commun (grattoirs, burins, etc.) échappe à toute tentative de rattachement “ culturel ” justement à cause de leur manque de particularité. Il en est de même pour une importante quantité de vestiges lithiques non retouchés et plus particulièrement tous les éclats corticaux ou indifférenciés débités au percuteur dur et qui se rencontrent tout au long de la Préhistoire. En d’autres termes, ce classement draconien nous a amené à prendre en considération uniquement les éléments les plus diagnostiques d’un faciès au détriment des pièces ubiquistes. Si cette phase de discrimination a été longue pour le site des Tailles, en raison de l’abondance du mobilier, il a été en revanche plus facile pour les autres occupations qui ont livré moins de vestiges.

Le Paléolithique moyen

6Le Paléolithique moyen est représenté par une quarantaine de pièces diversement réparties sur le site de Batisse (19 pièces), des Tailles (11 pièces), de Rouziers (4 pièces), de Noizat (2 pièces), du Ponteix (1 pièce) et des Montceaux (1 pièce) (Fig. 3 à 8). Les matières premières utilisées sont variées (silex et roches locales), mais leur origine est souvent difficile à déterminer en raison de la patine qui affecte la plupart des pièces. Les rares nucléus disponibles, ainsi que la plupart des éclats illustrent deux modes de production : le débitage Levallois récurrent centripète et le débitage Discoïde (Boëda 1993). Ce dernier semble dominer sur l’ensemble des sites. Le débitage Levallois n’est attesté que par deux nucléus et quelques éclats (Fig. 3, n1 ; Fig. 7, n1). Les outils sont majoritairement aménagés sur des supports non Levallois ce qui est une preuve de la discrétion de ce mode de débitage dans ce secteur. Tous les outils sur éclats sont des racloirs de types variés (simples, convergents, transversaux) à retouche écailleuse parfois scalariforme (Fig. 4, n1 ; Fig. 5, nos 2 à 4 ; Fig. 6, nos 3 et 4 ; Fig. 7, nos 3 et 4 ; Fig. 8, n1). Le mobilier attribué à cette période est numériquement trop faible pour pouvoir le rattacher à un faciès précis, même si la présence d’un biface en quartz à Batisse pourrait inciter à un rapprochement vers le Moustérien de Tradition Acheuléenne (Fig. 8, n2). Ce techno-complexe est par ailleurs bien représenté sur la bordure septentrionale du Massif Central, associé à un débitage Levallois ou Discoïde (Delporte 1976 ; Raynal 1989 ; Pasty 2003).

7Les découvertes attribuées au Paléolithique moyen à l’échelle du département sont très sporadiques et se limitent toujours à quelques pièces ne permettant pas une caractérisation précise des occupations (Manville 1982 ; Pasty 1994). Les phénomènes post-dépositionnels et les conditions climatiques périglaciaires sont très probablement responsables de la mauvaise conservation des sites comme le constatait déjà M. Manville sur une échelle plus large.

Fig. 3 : 1 : Nucléus Levallois (Rouziers) ; 2 : nucléus Discoïde (Les Tailles).

Fig. 3 : 1 : Nucléus Levallois (Rouziers) ; 2 : nucléus Discoïde (Les Tailles).

(dessins P. Alix)

Fig. 4 : 1 : Racloir convergent (Les Montceaux) ; 2 : éclat de plein débitage ; 3 : éclat débordant à dos limité (Les Tailles).

Fig. 4 : 1 : Racloir convergent (Les Montceaux) ; 2 : éclat de plein débitage ; 3 : éclat débordant à dos limité (Les Tailles).

(dessins P. Alix)

Fig. 5 : 1 et 5 : éclats de plein débitage ; 2 à 4 : racloirs (Les Tailles).

Fig. 5 : 1 et 5 : éclats de plein débitage ; 2 à 4 : racloirs (Les Tailles).

(dessins P. Alix)

Fig. 6 : 1 : éclat indifférencié ; 2 : éclat débordant (Batisse).

Fig. 6 : 1 : éclat indifférencié ; 2 : éclat débordant (Batisse).

(dessins P. Alix)

Fig. 7 : 1 : éclat Levallois ; 2 : éclat débordant à dos limité ; 3 et 4 : racloirs convergents (Batisse).

Fig. 7 : 1 : éclat Levallois ; 2 : éclat débordant à dos limité ; 3 et 4 : racloirs convergents (Batisse).

(dessins P. Alix)

Fig. 8 : 1 : racloir ; 2 : biface (Batisse).

Fig. 8 : 1 : racloir ; 2 : biface (Batisse).

(dessins P. Alix)

Le Paléolithique supérieur

8Le Paléolithique supérieur est essentiellement représenté sur le site des Tailles avec plusieurs faciès culturels illustran une occupation du site durant une grande partie du Paléolithique supérieur. Ce site a en effet principalement livré des vestiges appartenant au Gravettien et d’autres, moins abondants, au Badegoulien et à l’Aurignacien. L’essentiel des données de ce site et notamment le Gravettien ayant fait l’objet de travaux précédents (Pasty 2013 ; Pasty et al. 2013), nous ne présentons que les principales caractéristiques des faciès culturels identifiés sur ce site.

9Les éléments attribués à l’Aurignacien se résument pour l’essentiel à deux lamelles Dufour en silex de l’Hettangien, matériau accessible à 50 km au nord du site (Fig. 9, nos 1 et 2). Les supports de ces armatures sont courbes ou torses et proviennent de nucléus à lamelles. Aucun élément ne permet d’envisager l’existence d’une production laminaire sur le site. L’empreinte laissée par les Aurignaciens est légère si l’on en juge par la faiblesse numérique du matériel qui lui est attribué, mais elle est indéniable.

Fig. 9 : 1 et 2 : lamelles Dufour (Les Tailles), 3 : grattoir, 6 : pièce bifaciale (Batisse), 4 : pointe de Malaurie (Les Montceaux), 5 : pointe azilienne (Rouziers).

Fig. 9 : 1 et 2 : lamelles Dufour (Les Tailles), 3 : grattoir, 6 : pièce bifaciale (Batisse), 4 : pointe de Malaurie (Les Montceaux), 5 : pointe azilienne (Rouziers).

(dessins P. Alix)

10L’identification de la composante gravettienne au sein de la masse de vestiges récoltés s’appuie, en premier lieu, sur la présence d’éléments diagnostiques du point de vue typologique (pointes de la Gravette et microgravettes) et, dans un second temps, sur celle de modes de production laminaires et lamellaires bien caractérisés et décrits en contexte gravettien. Un ensemble de 231 pièces est rattaché à l’occupation gravettienne du site (Tabl. 1). La répartition du matériel par matière première montre l’absence presque totale de pièces en silex de l’Hettangien (0,9 %), ainsi que la présence plus marquée des pièces en silex du Turonien supérieur du Grand-Pressigny et du Turonien inférieur du Berry par rapport au silex tertiaire pourtant plus proche (respectivement 30,3 %, 29,9 % et 39 %). Plus qu’un choix délibéré, il est fort probable que les formations hettangiennes, légèrement excentrées par rapport aux autres sources d’approvisionnement, soient à l’extérieur des courants de circulation suivis par les gravettiens pour s’approvisionner en silex (Tabl. 1).

Tabl. 1 : Décompte général de l’industrie attribuée au Gravettien par matière première.

Tabl. 1 : Décompte général de l’industrie attribuée au Gravettien par matière première.

11Sur le plan typologique, l’industrie gravettienne des Tailles se caractérise essentiellement par la présence de gravettes et de microgravettes, avec une plus forte représentation des premières (Tabl. 2) (Fig. 10). L’absence totale de burins de Noailles et du Raysse au sein de la série écarte l’hypothèse d’une fréquentation du site durant la phase moyenne du Gravettien. Les “ marqueurs ” de la phase ancienne (pointes de la Font-Robert et fléchettes) manquent également. L’attribution chronologique s’oriente donc logiquement vers la phase récente du Gravettien si l’on se base sur la composition typologique de l’industrie.

Tabl. 2 : Décompte des armatures gravettiennes par matière première.

Tabl. 2 : Décompte des armatures gravettiennes par matière première.

Fig. 10 : 1 à 20 : armatures gravettiennes (Les Tailles).

Fig. 10 : 1 à 20 : armatures gravettiennes (Les Tailles).

(dessins P. Alix)

12Les caractéristiques du débitage laminaire des Tailles s’inscrivent dans la variabilité du Gravettien. Le schéma de débitage des Tailles illustré par des nucléus à table cintrée où la bipolarité est dominante, ainsi que l’usage de la pierre tendre est relativement ubiquiste (Fig. 11). On peut le comparer avec celui décrit pour le Gravettien récent du Cirque de la Patrie (Klaric 2003) ou encore pour celui du locus 11-14 de la Croix-de-Bagneux à Mareuil-sur-Cher (Kildea et Lang 2011). La production lamellaire est principalement réalisée aux dépens de “ burins-nucléus ” polyédriques (Fig. 12). Ce schéma se rencontre dans plusieurs autres sites attribués au Gravettien récent : le Blot (ensemble moyen) (Klaric 1999, 2003, 2006), Mainz-Linsenberg (Hahn 1969 ; Klaric 2003), Mancy (Chehmana et al. 2008) ou encore les Peyrugues (C. 22 et 20) (Klaric et al. 2009).

Fig. 11 : 1 à 3 : nucléus à lames (Les Tailles).

Fig. 11 : 1 à 3 : nucléus à lames (Les Tailles).

(dessins P. Alix)

Fig. 12 : 1 à 6 : nucléus-burins polyédriques (Les Tailles).

Fig. 12 : 1 à 6 : nucléus-burins polyédriques (Les Tailles).

(dessins P. Alix)

13La composante badegoulienne est représentée avant tout par des marqueurs forts, d’ordre technologique et typologique, au premier rang desquels figurent les burins transversaux et les raclettes. L’examen de la dizaine de raclettes que compte la série permet d’identifier une production d’éclats courts normalisés (Fig. 13), désormais bien caractérisée au sein des séries badegouliennes (Bracco et al. 2003). Malheureusement, il ne nous a pas été possible d’isoler de manière sûre les nucléus associés à ce débitage.

Fig. 13 : 1 à 8 : raclettes (Les Tailles).

Fig. 13 : 1 à 8 : raclettes (Les Tailles).

(dessins P. Alix)

14Le débitage lamellaire aux dépens de burins transversaux est bien documenté aux Tailles. Les supports utilisés sont des éclats relativement épais. L’extraction des lamelles s’effectue dans la tranche transversale du support à partir d’un plan de frappe aménagé de type encoche (Fig. 14). L’importante réduction du volume de certaines pièces témoigne de la productivité de ces pièces. Le débitage lamellaire est également documenté par la présence de quatre pièces d’Orville (Fig. 15) (Perlès 1977, 1982 ; Pelegrin 1982 ; Chehmana et al. 2009-2010). Ces pièces, peu nombreuses au sein des assemblages et généralement mal datées, se rencontrent dès le Badegoulien et durant les premiers temps du Magdalénien (Chehmana 2011). En l’absence de mobilier clairement attribué au Magdalénien, ces éléments semblent appartenir à l’occupation badegoulienne.

Fig. 14 : 1 à 5 : burins transversaux (Les Tailles).

Fig. 14 : 1 à 5 : burins transversaux (Les Tailles).

(dessins P. Alix)

Fig. 15 : 1 à 3 : pièces d’Orville (Les Tailles).

Fig. 15 : 1 à 3 : pièces d’Orville (Les Tailles).

(dessins P. Alix)

15Situer l’occupation badegoulienne des Tailles selon le séquençage classique de ce faciès n’est pas très aisé dans la mesure où l’effectif total des éléments badegouliens est inconnu. La supériorité numérique des burins transversaux sur les raclettes indiquerait une phase plutôt ancienne, la phase récente étant dominée par les raclettes (Trotignon et al. 1984). Le faible nombre de ces dernières, ainsi que l’absence d’identification des schémas caractéristiques destinés à produire les éclats qui leur servent de supports semblent concorder avec cette attribution chronologique. La série se rapproche ainsi davantage du site d’Oisy (Bodu et al. 2001) ou des niveaux anciens de l’abri Fritsch (Trotignon et al., 1984) que du site de la Malignière (Demars 1985), pour ne citer que ce site voisin des Tailles.

16À l’instar de ce qu’on observe pour le Paléolithique moyen, les autres sites prospectés n’ont livré qu’un nombre réduit de pièces attribuées au Paléolithique supérieur. Le site du Ponteix a ainsi livré un fragment de pointe de la Gravette en silex pressignien identique à celles qu’on rencontre sur le site des Tailles. Des éléments épars sont également attestés sur 6 autres sites (Batisse, Le Ponteix, Les Montceaux, Noizat, Busserette et Rouziers). Parmi les pièces diagnostiques se trouvent des éléments appartenant à certains des faciès identifiés aux Tailles et d’autres jusqu’alors inédits. Les sites de Batisse et de Busserette ont ainsi livré des éléments attribuables au Solutréen, à savoir un grattoir à retouche couvrante et un fragment de pièce foliacée pour le premier site et un fragment de pièce foliacée pour le second (Fig. 9, n3 et 6). Cette culture est inédite sur le territoire du département de la Creuse, mais la présence de Solutréen dans ce secteur géographique n’a rien d’aberrant comme le prouve le site de Fressignes près d’Eguzon.

17Enfin, trois pointes à dos aziliennes isolées ont été récoltées sur les sites de Busserette, Les Montceaux et Rouziers (Fig. 9, n4 et 5). L’exemplaire des Montceaux est une pointe à dos à base tronquée qui correspond à la définition de la pointe de Malaurie que l’on rencontre durant la phase récente de l’Azilien (Fig. 9, n4). Absents aux Tailles, ces vestiges aziliens illustrent une fréquentation de la région durant l’Épipaléolithique.

Le Néolithique

18Tous les sites, soit 15 différents points de collecte, ont livré des vestiges attribués au Néolithique final (Fig. 1). En dehors du site des Tailles dont la majeure partie des vestiges se rattache au Paléolithique, l’essentiel du mobilier lithique recueilli lors des prospections se rattache au Néolithique. Le matériel attribué à cette phase chronologique est très homogène et présente un état de fraîcheur général qui permet de le distinguer facilement des quelques éléments paléolithiques. Chaque site a livré un nombre relativement réduit de pièces (Tabl. 3). Trois autres sites (Châtre, le Centenaire, la route de Châtelus) ayant par ailleurs fourni un nombre encore plus réduit de pièces, ne sont pas pris en compte ici.

Les matières premières

19Sur les principaux sites, les matières premières sont issues de quatre types de formations. Le substrat régional étant totalement dépourvu de silex, les occupants des sites se sont orientés vers les formations siliceuses bordant l’extrémité sud du Bassin parisien (Fig. 16). Les plus proches de Clugnat sont les silex tertiaires de la région de Vicq-Exemplet et ceux de l’Hettangien du secteur de Saint-Jeanvrin, tous situés à une cinquantaine de kilomètres au nord de la zone d’étude. Ces silex se présentent sous forme de blocs ou de plaquettes souvent dépourvus de cortex. Les autres ressources minérales exploitées sont le silex blond du Turonien inférieur du Berry et celui du Turonien supérieur du Grand-Pressigny qui sont situés à environ 120 km au nord et nord-ouest du site. Ces silex marins se présentent sous forme de nodules corticaux.

Fig. 16 : Carte de provenance des principaux types de silex identifiés.

Fig. 16 : Carte de provenance des principaux types de silex identifiés.

20Les pourcentages des différents types de matières premières pour les principaux sites permettent d’en rapprocher certains entre eux ou encore d’en isoler (Fig. 17). Les sites de Rouziers et des Bruyères sont de ce point de vue étonnement proches avec, pour chaque matière première, des données équivalentes. Sur plusieurs sites, la sélection des matériaux montre que la qualité prévaut sur la proximité. C’est le cas au Ponteix, aux Bruyères, à Rouziers et à Noizat où les silex allochtones sont dominants. Ce dernier site se démarque nettement des autres par la prédominance du silex pressignien sur les autres matériaux. Ceci est du au fait qu’à Noizat une activité de débitage est présente sur place alors que sur les autres sites le silex du Grand-Pressigny est essentiellement représenté par des supports retouchés (poignards, scies à encoches, etc.), produits sur les sites de production et introduits sur les sites sous forme d’outils finis. Sur les trois autres sites mentionnés plus haut, c’est le silex blond du Turonien inférieur de la vallée du Cher qui domine. Sur les sites de Batisse, des Montceaux et des Allardes, ce sont les silex de l’Hettangien qui sont les plus fréquents.

Fig. 17 : Représentation des principaux types de silex identifiés sur les sites les plus importants.

Fig. 17 : Représentation des principaux types de silex identifiés sur les sites les plus importants.

Le débitage d’éclats

21C’est le type de support le mieux représenté sur chacun des sites, probablement parce que le débitage a été réalisé sur place (Tabl. 3). L’ensemble des matières premières est concerné par ce débitage, avec toutefois des différences marquées selon les sites (Fig. 18). Le silex hettangien domine à Batisse, au Breuil et aux Montceaux. Pour les sites des Bruyères, de Rouziers et du Ponteix, c’est le silex du Turonien inférieur qui l’emporte. Le silex du Grand-Pressigny est majoritaire à Noizat et Bussière. Dans la plupart des cas il existe une relation entre les éclats et les nucléus qui montre bien que la production est locale.

Fig. 18 : Croisement des données technologiques et lithologiques des principaux sites.

Fig. 18 : Croisement des données technologiques et lithologiques des principaux sites.

Tabl. 3. Décompte général des pièces attribuées au Néolithique par site, type de matière première et de support.

Tabl. 3. Décompte général des pièces attribuées au Néolithique par site, type de matière première et de support.

22Plusieurs schémas opératoires sont présents sur l’ensemble des sites. Tous ont en commun l’usage de la pierre dure pour l’extraction des éclats. Le schéma le plus fréquent renvoie à une exploitation de blocs selon un ou plusieurs plans sécants (Fig. 19). Les nucléus qui illustrent ce schéma appartiennent à la famille des débitages Discoïde à une ou deux surfaces d’exploitation. Dans certains cas l’intensité du débitage est telle qu’au moment de leur abandon les nucléus présentent des plans de frappe anarchiques. Ce schéma se met également en place sur des éclats épais. Une des deux faces du support sert de plan de frappe pour l’exploitation de la face opposée. Le débitage de type Kombewa aux dépens de faces inférieures d’éclats est également attesté bien qu’il soit peu fréquent. Le débitage exploitant des haches polies se rencontre par contre plus souvent (Fig. 38, n2). Ce comportement a été signalé à plusieurs reprises sur différents sites creusois (Pasty 2000 ; Joussaume et al. 2002).

Fig. 19 : 1 et 3 : nucléus à éclats (Batisse), 2 : nucléus à éclats (Rouziers)

Fig. 19 : 1 et 3 : nucléus à éclats (Batisse), 2 : nucléus à éclats (Rouziers)

(dessins P. Alix)

23Un mode de débitage d’éclats original a été identifié sur le site de Noizat et plus ponctuellement sur celui des Tailles. Il concerne le silex pressignien (20 nucléus) et peut se résumer à un débitage Discoïde unifacial sur face supérieure d’éclat. Le principe consiste à produire de petits éclats courts et souvent larges dans l’épaisseur de l’éclat support. La face inférieure de ce dernier sert de plan de frappe pour détacher des éclats au percuteur dur sur la face opposée, selon un plan sécant. Le plan de frappe peut être localisé ou périphérique selon l’intensité de l’exploitation. Au moment de leur abandon, les nucléus s’apparentent à des macro-denticulés à enlèvements profonds (Fig. 20, n1 à 5). Les éclats issus de ce débitage (61 pièces) sont de dimensions réduites et présentent souvent une face supérieure creusée par des négatifs antérieurs. Les talons, fréquemment déversés, sont larges et épais, lisses et convexes (Fig. 20, nos 6 à 8). Aucun de ces supports ne porte de retouches.

Fig. 20 : 1 à 4 : nucléus à éclats ; 5 à 8 : éclats (Noizat).

Fig. 20 : 1 à 4 : nucléus à éclats ; 5 à 8 : éclats (Noizat).

(dessins P. Alix)

24Parallèlement à ces productions locales, il faut signaler la présence d’éclats en silex pressignien importés sous forme de supports bruts. Il s’agit d’éclats assez grands, minces et allongés issus des phases de mise en forme de nucléus “ livre de beurre ”. Ces produits, prélevés directement sur les ateliers de production, se rencontrent essentiellement sur les sites situés dans un rayon d’environ 150 km autour des ateliers (Pelegrin 2002). C’est le cas à Noizat avec une dizaine de pièces ou encore à Quinssaines (Allier) où un ensemble de plusieurs éclats à été mis au jour dans une fosse (Saintot et al. 2011).

Le débitage laminaire et lamellaire

25Nettement moins présent que le débitage d’éclats sur chacun des sites (Tabl. 3), le débitage laminaire revêt plusieurs réalités. La première regroupe les productions en silex pressignien, introduites sur les sites majoritairement sous forme d’outils (poignards et scies à encoches). Ces pièces se rencontrent sur pratiquement tous les sites mais sont dominantes à Batisse, au Ponteix, à Noizat et au Breuil. On rencontre bien évidemment les grandes lames issues des nucléus “ livre de beurre ” dont les modalités d’obtention ont été décrites à plusieurs reprises (Millet-Richard 1997 ; Pelegrin 2002). D’après ce qu’on peut en juger, ces pièces sont systématiquement transformées en poignards (cf. infra). Des lames plus larges et moins épaisses provenant de nucléus plats sont également présentes et servent de supports aux scies à encoches (Millet-Richard 1997). La seconde population de lames concerne les productions réalisées pour partie sur place aux dépens des autres matières premières. Une introduction d’une partie de ces pièces sous forme de supports débités est plus que probable étant donné le déficit en produits d’entretien que l’on observe sur certains sites. Ces lames, plus légères que les précédentes, sont débitées à partir de nucléus prismatiques unipolaires au moyen d’un percuteur de pierre tendre (Fig. 21). Les talons sont majoritairement lisses et fréquemment abrasés.

Fig. 21 : 1 : nucléus à lames (Le Breuil), 2 à 8 : lames (Les Bruyères).

Fig. 21 : 1 : nucléus à lames (Le Breuil), 2 à 8 : lames (Les Bruyères).

(dessins P. Alix)

26Le débitage lamellaire est très peu présent sur l’ensemble des sites excepté sur celui des Bruyères. Il est généralement réservé au silex de l’Hettangien, mis à part sur les sites de Rouziers et des Bruyères dont on a déjà signalé les similitudes au niveau de la représentation des matières premières. Le débitage est mis en œuvre sur des blocs et plus rarement sur des éclats. Les nucléus sont de type prismatique à un ou plus rarement deux plans de frappe opposés ou quelques fois décalés (Fig. 22). Les mises en forme au moyen de crête sont rares et les dos des nucléus restent souvent corticaux. Le cintre est le plus souvent assuré par le détachement de lamelles latéralisées et par le recours à des tables de débitage sécantes. Ces dernières sont rectilignes grâce à l’ouverture d’un plan de frappe opposé d’entretien ou au détachement de produits volontairement outrepassés. Dans le cas des nucléus sur éclat, le débitage exploite la tranche du support ou bien sa face inférieure qui est naturellement convexe. Les supports ainsi obtenus sont rectilignes, à deux ou trois pans et portent un talon lisse souvent abrasé. Ils présentent les caractéristiques de la percussion tendre minérale.

Fig. 22 : 1 à 4 : nucléus à lamelles (Les bruyères).

Fig. 22 : 1 à 4 : nucléus à lamelles (Les bruyères).

(dessins P. Alix)

Les outils

27Ils sont au nombre de 193 et mobilisent essentiellement le silex du Turonien supérieur de la région du Grand-Pressigny (80 pièces) et celui du Turonien inférieur du Berry (65 pièces). Les silex de l’Hettangien et tertiaires ne concernent respectivement que 9 et 11 pièces. La répartition par matière première montre que le choix s’est manifestement porté sur les matériaux de bonne qualité pour la confection de l’outillage (Tabl. 4).

Tabl. 4 : Décompte général des outils attribués au Néolithique par site et par type de matière première.

Tabl. 4 : Décompte général des outils attribués au Néolithique par site et par type de matière première.

28Les armatures, au nombre de 24, sont majoritairement en Turonien inférieur (15 pièces) et proviennent du site des Tailles (15 pièces). Parmi les types présents, on trouve des armatures tranchantes trapézoïdales et triangulaires réalisées sur éclats et supports laminaires (Tabl. 4). Elles sont majoritairement façonnées au moyen d’une double troncature abrupte (Fig. 23). Parmi ces pièces figure une armature de type Sublaines (Nouel 1965), caractérisée par une troncature inverse des bords et un amincissement de la face supérieure du support (Fig. 23, n1). Les flèches perçantes montrent une importante variabilité morphologique avec des pièces foliacées, à ailerons peu dégagés, droits ou récurrents selon les cas (Fig. 24). Aucun exemplaire à ailerons équarris n’est attesté.

Fig. 23 : Armatures tranchantes (1 à 5, 7 et 8 : Les Tailles ; 6 et 9 : Le Ponteix ; 10 : Les Bruyères ; 11 : Les Montceaux).

Fig. 23 : Armatures tranchantes (1 à 5, 7 et 8 : Les Tailles ; 6 et 9 : Le Ponteix ; 10 : Les Bruyères ; 11 : Les Montceaux).

(dessins P. Alix)

Fig. 24 : Armatures perçantes (1 à 6 : Les Tailles ; 7 à 9 : Les Bruyères ; 10 : Le Ponteix).

Fig. 24 : Armatures perçantes (1 à 6 : Les Tailles ; 7 à 9 : Les Bruyères ; 10 : Le Ponteix).

(dessins P. Alix)

29Les outils du fond commun sont relativement variés et comme pour les armatures, ils sont préférentiellement réalisés sur des supports en silex du Turonien inférieur. Les rares exceptions concernent une pièce à troncature oblique en Hettangien, les éclats retouchés qui se répartissent entre les deux types de silex turoniens et les lames retouchées qui sont majoritairement en silex pressignien. Au sein de ces outils, les grattoirs sont les plus nombreux (27 pièces) et se rencontrent sur l’ensemble des sites. Ils offrent des morphologies variées et sont préférentiellement sur éclats plutôt que sur lames (Fig. 25). Les burins et perçoirs sont rares (3 et 4 pièces) et sur éclats (Fig. 26, nos 1 à 3). La pièce à troncature et les encoches et denticulés appellent peu de commentaires. Ces derniers (17 pièces) sont sur des supports divers et présentent une ou parfois deux encoches (Fig. 26, nos 4 et 5). Les pièces esquillées sont presque exclusivement en Turonien inférieur (8 sur 11) et proviennent pratiquement toutes des Bruyères et du Ponteix. Les supports de départ sont des éclats pour la plupart et les esquillements sont généralement bipolaires et bifaciaux (Fig. 26, n6 et 7). Les éclats retouchés (19 pièces) se rencontrent sur la plupart des sites et sont surtout en silex turoniens (7 pièces pour chaque type de silex). Ils se distinguent des racloirs par la nature de leur retouche qui est souvent partielle, courte et semi-abrupte. Les racloirs (8 pièces) sont aménagés sur des supports relativement grands et portent une retouche généralement longue et rasante (Fig. 27). Les lames retouchées (23 pièces) sont surtout en silex pressignien (14 pièces), mais ces pièces qui correspondent à des fragments courts de grandes lames ont été placées dans cette catégorie par défaut car il est difficile de dire s’il s’agit au départ de poignards ou de scies à encoches. Les lames légères qui sont retouchées portent des enlèvements courts et plutôt abrupts, identiques à ceux des éclats retouchés.

Fig. 25 : Grattoirs (1 et 2 : Le Ponteix ; 3 : Les Montceaux ; 4 à 9 : Les Bruyères).

Fig. 25 : Grattoirs (1 et 2 : Le Ponteix ; 3 : Les Montceaux ; 4 à 9 : Les Bruyères).

(dessins P. Alix)

Fig. 26 : 1 et 2 : burins (Rouziers) ; 3 : perçoir (Les Bruyères) ; 4 et 5 : encoches (Les Bruyères) ; 6 et 7 : pièces esquillées (Noizat, Le Ponteix).

Fig. 26 : 1 et 2 : burins (Rouziers) ; 3 : perçoir (Les Bruyères) ; 4 et 5 : encoches (Les Bruyères) ; 6 et 7 : pièces esquillées (Noizat, Le Ponteix).

(dessins P. Alix)

Fig. 27 : Racloirs (1 : Les Montceaux ; 2 : Les Bruyères ; 3 : Les Tailles).

Fig. 27 : Racloirs (1 : Les Montceaux ; 2 : Les Bruyères ; 3 : Les Tailles).

(dessins P. Alix)

30Les poignards sont relativement nombreux (30 pièces) et sont concentrés sur le site de Noizat (22 pièces). Ils ne sont représentés que par différents fragments de plus ou moins grandes dimensions et de morphologies variées qui témoignent de l’utilisation prolongée dont ces pièces ont fait l’objet (Fig. 28 à 32). Les supports utilisés sont les grandes lames en silex pressignien issues de nucléus “ livre de beurre ” dont la production se situe entre 2800 et 2300 BC (Pelegrin 2002). Aucune pièce ne semble provenir de nucléus à crêtes antéro-latérales (NaCAL), méthode utilisée entre 3100 et 2800 BC environ, pour produire les supports des premiers poignards dans le secteur du Grand-Pressigny (Ihuel et Pelegrin 2008). Les produits recueillis à Clugnat regroupent des lames de plein débitage présentant une section symétrique à plusieurs pans et des produits latéralisés, plus asymétriques, qui portent les négatifs d’enlèvements perpendiculaires de mise en place des convexités de la surface de débitage du nucléus. Seulement deux pièces ont conservé leur talon, montrant à la fois le façonnage du plan de frappe et le piquetage du dièdre destiné à faciliter le détachement de la lame. Lorsqu’elle n’est pas fracturée, l’extrémité proximale est aménagée par une retouche ou une troncature. La retouche des bords devient abrupte et très irrégulière suite aux réaffutages dont les pièces font l’objet avant leur abandon. Parmi les aménagements particuliers, il faut citer un exemplaire offrant deux encoches latérales symétriques destinées à l’emmanchement (Fig. 28, n1).

Fig. 28 : Poignards (1 et 2 : Les Tailles).

Fig. 28 : Poignards (1 et 2 : Les Tailles).

(dessins P. Alix)

Fig. 29 : Poignards (1 à 3 : Les Tailles).

Fig. 29 : Poignards (1 à 3 : Les Tailles).

(dessins P. Alix)

Fig. 30 : Poignards (1 et 2 : Rouziers ; 3 et 5 : Les Bruyères ; 4 : Le Breuil ; 6 et 7 : Noizat).

Fig. 30 : Poignards (1 et 2 : Rouziers ; 3 et 5 : Les Bruyères ; 4 : Le Breuil ; 6 et 7 : Noizat).

(dessins P. Alix)

Fig. 31 : Poignards (1 à 5 : Noizat).

Fig. 31 : Poignards (1 à 5 : Noizat).

(dessins P. Alix)

31Les scies à encoches sont en Turonien supérieur et proviennent surtout du site de Noizat (8 pièces sur 14). Elles présentent des morphologies variées qui dépendent essentiellement du type de support sur lequel elles sont réalisées (Fig. 32 à 34). Les éléments les plus grands sont aménagés sur des lames relativement larges et légèrement courbes issues de nucléus plats. Au niveau de la retouche, ces lames opposent presque systématiquement un bord brut ou légèrement retouché à un bord portant une retouche nettement plus importante (Fig. 33, n1 ; Fig. 34 et 35, nos 1 et 2). Certains fragments de poignards ont été recyclés en scie à encoches (Fig. 35, n3). Ces pièces sont de dimensions plus réduites et portent une retouche identique sur les deux bords. Les encoches ont également tendance à être peu profondes comparées à celles des autres scies.

Fig. 32 : Poignards (1 à 5 : Noizat).

Fig. 32 : Poignards (1 à 5 : Noizat).

(dessins P. Alix)

Fig. 33 : Scies à encoches (1 et 5 : Noizat).

Fig. 33 : Scies à encoches (1 et 5 : Noizat).

(dessins P. Alix)

Fig. 34 : Scies à encoches (1 : Les Tailles ; 2 : Noizat).

Fig. 34 : Scies à encoches (1 : Les Tailles ; 2 : Noizat).

(dessins P. Alix)

Fig. 35 : Scies à encoches (1 : Le Breuil ; 2 : Les Bruyères ; 3 : Noizat).

Fig. 35 : Scies à encoches (1 : Le Breuil ; 2 : Les Bruyères ; 3 : Noizat).

(dessins P. Alix)

32Il faut enfin signaler la présence d’une douzaine de haches polies entières ou fragmentées en roches tenaces ou en silex (2 pièces), dont la moitié provient de Noizat (Tabl. 4). Elles présentent une certaine variété morphologique et dimensionnelle, mais offrent presque toutes une section ovalaire (Fig. 36 à 38).

33Le mobilier lithique recueilli sur la commune de Clugnat s’accorde avec celui du Néolithique final du Centre-Ouest de la France. On assiste ainsi à une généralisation des productions de grandes lames en silex pressignien associée à une augmentation des débitages d’éclats. Les armatures et notamment les perçantes montrent une grande diversité morphologique, ce qui est un trait marquant du Néolithique final (Fouéré et Dias-Meirinho 2008). La présence de scies à encoches sur bon nombre de sites tend à situer les occupations de Clugnat durant la phase récente de l’Artenacien, soit à partir de 2600 BC (Burnez et Fouéré 1999).

Fig. 36 : Hache polie (1 et 2 : Noizat).

Fig. 36 : Hache polie (1 et 2 : Noizat).

(dessins P. Alix)

Fig. 37 : Hache polie (1 et 2 : Le Ponteix).

Fig. 37 : Hache polie (1 et 2 : Le Ponteix).

(dessins P. Alix)

Fig. 38 : Hache polie (1 : Les Allardes ; 2 : Les Tailles).

Fig. 38 : Hache polie (1 : Les Allardes ; 2 : Les Tailles).

(dessins P. Alix)

Conclusion

34Les prospections effectuées sur une portion de la vallée de la Petite-Creuse à la hauteur du bourg de Clugnat font état d’un peuplement relativement intense de cette zone durant une grande partie de la Préhistoire. Si le Néolithique final est très fréquent à l’échelle du département, tout comme la présence plus sporadique de Paléolithique moyen, l’existence de témoins appartenant à différents techno-complexes du Paléolithique supérieur comme l’Aurignacien, le Gravettien ou le Badegoulien est plus rare, voire inédit pour certains d’entre eux.

Haut de page

Bibliographie

Bodu, Bignon et Dumarcay 2011

Bodu P., Bignon O. et Dumarcay G. - Le gisement des Bossats à Ormesson, région de Nemours (Seine-et-Marne) : un site gravettien à faune dans le Bassin parisien, in : N. Goutas, L. Klaric, D. Pesesse et P. Guillermin (dir.), À la recherche des identités gravettiennes : actualités, questionnements et perspectives. Actes de la table ronde d’Aix-en -Provence, 6-8 octobre 2008, Mémoire LII de la Société Préhistorique Française : 259-272.

Boëda 1993

Boëda E. - Le débitage Discoïde et le débitage Levallois récurrent centripète, Bulletin de la Société Préhistorique Française, 90, n6 : 392-404.

Burnez et Fouere 1999

Burnez C. et Fouere P. - Les enceintes néolithiques de Diconche à Saintes (Charente-Maritime) : une périodisation de l’Artenac, 2 vol., Société préhistorique française (Mémoires de la Société préhistorique française, 25), Paris, 832 p.

Bracco et al. 2003

Bracco J.-P., Morala A., Cazals N., Cretin C., Ferullo O., Fourloubey C. et Lenoir M. - Peut-on parler de débitage discoïde au Magdalénien ancien/Badegoulien ? Présentation d’un schéma opératoire de production d’éclats courts normalisés, in : M. Peresani (dir.), Discoïd lithic technology: advances and implication, British Archaeological Reports, International Series, 1120, Oxford : 83-116.

Chehmana 2011

Chehmana L. - La méthode Orville : une invention badegoulienne ? Bulletin de la Société Préhistorique Française, 108, n1 : 7-25.

Chehmana, Debout et Valentin 2008

Chehmana L., Debout G. Valentin B. avec la coll. de Bazin P. et Bignon O. - Quels auteurs pour l’industrie de Mancy à Saint-Brisson-sur-Loire (Loiret) ? Réévaluation d’un assemblage présumé magdalénien en région centre, Bulletin de la Société Préhistorique Française, 105, n2 : 283-290.

Chehmana et al. 2009-2010

Chehmana L., Holzem N., Pelegrin J. et Bazin P. - La fonction des pièces de la Bertonne : un problème en partie résolu, Paléo, 21 : 65-102.

Delporte 1976

Delporte H. - Les civilisations du Paléolithique moyen en Auvergne, La Préhistoire française I (2) : 1085-1088.

Demars 1985

Demars P.-Y. - La station de plein air magdalénienne de la Malignière, commune de Crozant (Creuse). Documents d’Archéologie Creusoise, 1 : 27-39.

Fouere et Dias-Meirinho 2008

Fouere P. et Dias-Meirinho M.-H. - Les industries lithiques taillées des IVe et IIIe millénaires dans le centre-ouest et le sud-ouest de la France, in : Les industries lithiques taillées des IVe et IIIe millénaires en Europe occidentale. Actes du colloque international de Toulouse, 7-9 avril 2005, BAR International Series 1884 : 231-258.

Hahn 1969

Hahn J. - Gravettien-Freilanstationen im Rheinland : Mainz-Linsenberg, Koblenz-Metternich und Rhens, Bonner Jahrbücher, 169 : 44-87.

Ihuel et Pelegrin 2008

Ihuel E. et Pelegrin J. - Du Jura au Poitou en passant par le Grand-Pressigny : une méthode de taille des poignards particuliers vers 3000 av. J.-C., in : Les industries lithiques taillées des IVe et IIIe millénaires en Europe occidentale. Actes du colloque international de Toulouse, 7-9 avril 2005, BAR International Series 1884 : 135-182.

Joussaume, Fouere et Credot 2002

Joussaume R., Fouere P. et Credot R. avec la coll. de Roger J. - Dolmens des Quatre Routes et de Bois Neuf III à Marsac (Creuse), Bulletin de la Société Préhistorique Française, 99, n1 : 49-80.

Kildea et Lang 2011

Kildea F. et Lang L. - Le Gravettien de la vallée du Cher : le site de la Croix-de-Bagneux à Mareuil-sur-Cher (Loire-et-Cher), in : Goutas N., Klaric L., Pesesse D., Guillermin P. (dir.), À la recherche des identités gravettiennes : actualités, questionnements et perspectives. Actes de la table ronde d’Aix-en -Provence, 6-8 octobre 2008, Mémoire LII de la Société Préhistorique Française : 273-289.

Klaric 1999

Klaric L. - Un schéma de production lamellaire original dans l’industrie gravettienne de l’ensemble moyen du gisement du Blot (Cerzat, Haute-Loire), Mémoire de DEA de l’Université de Paris I, 2 vol., 64 p.

Klaric 2003

Klaric L. - L’Unité technique des industries à burins du Raysse dans leur contexte diachronique : réflexions sur la diversité culturelle au Gravettien à partir des données de La Picardie, d’Arcy-sur-Cure, de Brassempouy et du Cirque de la Patrie, Thèse de doctorat, Univ. Paris-I, 426 p.

Klaric 2006

Klaric L. - Des armatures aux burins : des critères de distinction techniques et culturels à partir des productions lamellaires de quelques sites du Gravettien moyen et recent (France), in : De Araujo Igreja M., Bracco J.-P. et Lebrun-Ricalens F. (eds), Burins préhistoriques : formes, fonctionnements, fonctions, Archéologiques 2, Luxembourg : 199-223.

Klaric, Guillermin et Aubry 2009

Klaric L., Guillermin P. et Aubry T. - Des armatures variées et des modes de productions variables, Gallia Préhistoire, 51 : 113-154.

Manville 1982

Manville M. - Contribution paléoécologique à l’étude des établissements humains anciens du Limousin nord-oriental, Thèse de 3e cycle, Université de Tours, 417 p.

Millet-Richard 1997

Millet-Richard L.-A. - Habitats et ateliers de taille au Néolithique final dans la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire) : technologie lithique, Thèse de doctorat de l’Université de Paris I, 2 vol., 314 p.

Nouel et al. 1965

Nouel A., Dauvois M., Bailloud G., Riquet R., Poulain T., Planchais N. et Horemans P. - L’ossuaire néolithique d’Éteauville commune de Lutz-en-Dunois (Eure-et-Loire), Bulletin de la Société Préhistorique Française, 62 : 576-648.

Pasty 1994

Pasty J.-F. - Découverte de pièces moustériennes à Clavérolles (Saint-Sulpice-le-Guérétois), Mémoires de la Société des Sciences Naturelles et Archéologiques de la Creuse, 45 : 284-285.

Pasty 2000

Pasty J.-F. - Le site néolithique des Coutures à Clavérolles (Saint-Sulpice-le-Guérétois), Mémoires de la Société des Sciences Naturelles et Archéologiques de la Creuse, 47 : 260-267.

Pasty 2003

Pasty J.-F. - Le débitage discoïde au Paléolithique moyen en Auvergne (France) : une variabilité attendue, in : Peresani (dir.), Discoïd Lithic Technology, BAR 1120 : 179-192.

Pasty 2013

Pasty J.-F. avec la coll.de Gallemard M. et Alix P. - Le site de plein air à occupations multiples des Tailles du Clou à Clugnat, Mémoires de la Société des Sciences Naturelles et Archéologiques de la Creuse, 58 : 5-42.

Pasty, Gallemard et Alix (2013)

Pasty J.-F., Gallemard M., Alix P. - Identification d’une composante gravettienne sur site de plein air des Tailles du Clou à Clugnat (Creuse, France), Bulletin de la Société Préhistorique Française, 110, n2 : 213-231.

Pelegrin 1982

Pelegrin J. - Approche expérimentale de la technique de production lamellaire d’Orville, Studia Praehistorica Belgica 2 : 149-158.

Pelegrin 2002

Pelegrin J. – La production des grandes lames de silex du Grand-Pressigny, in : Guilaine J. (dir.), Matériaux, productions, circulations du Néolithique à l’Âge du Bronze, Errance : 131-148.

Perles 1977

Perles C. - Note préliminaire sur un type d’outil particulier du site d’Orville (Indre), Bulletin de la Société Préhistorique Française, 75, n5 : 141-144.

Perles 1982

Perles C. - Les “ outils d’Orville ” : des nucléus à lamelles, Studia Praehistorica Belgica 2 : 129-148.

Quenardel et al. 1991

Quenardel J.-M., Cohen-Julien M., Freytet P., Lemaire D., Lerouge G. et Peulvast J. P. - Notice explicative de la feuille Aigurande à 1/50 000, Éditions du BRGM, Orléans,100 p.

Raynal 1989

Raynal J.-P. - Le Paléolithique moyen d’Auvergne et du Velay, Le temps de la Préhistoire, Archéologia : 252-253.

Saintot, Linton et coll. 2011

Saintot S., Linton J. et coll. - L’habitat du Néolithique final de Quinssaines, Le Bournadiau : approche spatiale et fonctionnelle d’un site au Nord-Ouest de l’Allier, Bulletin de la Société Préhistorique Française, 108, n4 : 697-730.

Trotignon, Poulain et Leroi-Gourhan 1984

Trotignon F., Poulain T. et Leroi-Gourhan Arl. - Études sur l’abri Fritsch (Indre), XIXe supplément à Gallia Préhistoire, CNRS, Paris, 122 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de localisation des sites.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 2 : Carte géologique simplifiée de la zone d’étude.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-2.png
Fichier image/png, 388k
Titre Fig. 3 : 1 : Nucléus Levallois (Rouziers) ; 2 : nucléus Discoïde (Les Tailles).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 4 : 1 : Racloir convergent (Les Montceaux) ; 2 : éclat de plein débitage ; 3 : éclat débordant à dos limité (Les Tailles).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 5 : 1 et 5 : éclats de plein débitage ; 2 à 4 : racloirs (Les Tailles).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 6 : 1 : éclat indifférencié ; 2 : éclat débordant (Batisse).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 7 : 1 : éclat Levallois ; 2 : éclat débordant à dos limité ; 3 et 4 : racloirs convergents (Batisse).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 8 : 1 : racloir ; 2 : biface (Batisse).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 9 : 1 et 2 : lamelles Dufour (Les Tailles), 3 : grattoir, 6 : pièce bifaciale (Batisse), 4 : pointe de Malaurie (Les Montceaux), 5 : pointe azilienne (Rouziers).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Tabl. 1 : Décompte général de l’industrie attribuée au Gravettien par matière première.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tabl. 2 : Décompte des armatures gravettiennes par matière première.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 10 : 1 à 20 : armatures gravettiennes (Les Tailles).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 11 : 1 à 3 : nucléus à lames (Les Tailles).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 12 : 1 à 6 : nucléus-burins polyédriques (Les Tailles).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 13 : 1 à 8 : raclettes (Les Tailles).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 14 : 1 à 5 : burins transversaux (Les Tailles).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 15 : 1 à 3 : pièces d’Orville (Les Tailles).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 16 : Carte de provenance des principaux types de silex identifiés.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 17 : Représentation des principaux types de silex identifiés sur les sites les plus importants.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 18 : Croisement des données technologiques et lithologiques des principaux sites.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tabl. 3. Décompte général des pièces attribuées au Néolithique par site, type de matière première et de support.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 19 : 1 et 3 : nucléus à éclats (Batisse), 2 : nucléus à éclats (Rouziers)
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 20 : 1 à 4 : nucléus à éclats ; 5 à 8 : éclats (Noizat).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 21 : 1 : nucléus à lames (Le Breuil), 2 à 8 : lames (Les Bruyères).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 22 : 1 à 4 : nucléus à lamelles (Les bruyères).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Tabl. 4 : Décompte général des outils attribués au Néolithique par site et par type de matière première.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 23 : Armatures tranchantes (1 à 5, 7 et 8 : Les Tailles ; 6 et 9 : Le Ponteix ; 10 : Les Bruyères ; 11 : Les Montceaux).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 24 : Armatures perçantes (1 à 6 : Les Tailles ; 7 à 9 : Les Bruyères ; 10 : Le Ponteix).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 25 : Grattoirs (1 et 2 : Le Ponteix ; 3 : Les Montceaux ; 4 à 9 : Les Bruyères).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 26 : 1 et 2 : burins (Rouziers) ; 3 : perçoir (Les Bruyères) ; 4 et 5 : encoches (Les Bruyères) ; 6 et 7 : pièces esquillées (Noizat, Le Ponteix).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 27 : Racloirs (1 : Les Montceaux ; 2 : Les Bruyères ; 3 : Les Tailles).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 28 : Poignards (1 et 2 : Les Tailles).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 29 : Poignards (1 à 3 : Les Tailles).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 30 : Poignards (1 et 2 : Rouziers ; 3 et 5 : Les Bruyères ; 4 : Le Breuil ; 6 et 7 : Noizat).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 31 : Poignards (1 à 5 : Noizat).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 32 : Poignards (1 à 5 : Noizat).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 33 : Scies à encoches (1 et 5 : Noizat).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 34 : Scies à encoches (1 : Les Tailles ; 2 : Noizat).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 35 : Scies à encoches (1 : Le Breuil ; 2 : Les Bruyères ; 3 : Noizat).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 36 : Hache polie (1 et 2 : Noizat).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 37 : Hache polie (1 et 2 : Le Ponteix).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 38 : Hache polie (1 : Les Allardes ; 2 : Les Tailles).
Légende (dessins P. Alix)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1876/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Pasty, Philippe Alix et Michel Gallemard, « Contribution à l’étude du peuplement préhistorique de la vallée de la Petite Creuse : bilan de dix ans de prospection sur la commune de Clugnat et ses marges (Creuse) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 52 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://racf.revues.org/1876

Haut de page

Auteurs

Jean-François Pasty

CNRS - UMR 7269 – LAMPEA, Inrap Auvergne, 13b rue Pierre Boulanger, 63100 Clermont-Ferrand, jean-francois.pasty@inrap.fr

Articles du même auteur

Philippe Alix

Inrap Rhône-Alpes, 11 rue d’Annonay, 69675 Bron cedex

Michel Gallemard

22 rue M. Nadaud, 23270 Clugnat

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page