Navigation – Plan du site
Localisation de l’étude

La production de terres cuites architecturales en Gaule et dans l’Occident romain, à la lumière de l’exemple de la Lyonnaise et des cités du nord-est de l’Aquitaine : un artisanat rural de caractère domanial ?

The production of architectural terrra-cotta in Gaul and the Western Roman Empire, revealed by the example from Lyon and the “cities” of North-East Aquitaine: rural craft with a local character?
Alain Ferdière
Avec la collaboration de Fabrice Charlier
p. 17-187

Résumés

La question posée est celle du caractère domanial de la production de terres cuites architecturales (dont tuiles, briques…) à l’époque romaine : à partir de l’examen de la question à l’échelle du Monde romain au moins occidental et notamment des Gaules, l’auteur réalise un inventaire des ateliers pour la province de Lyonnaise et les cités nord-orientales de celle d’Aquitaine, en vue de cette démonstration. Les conséquences économiques et sociales de ce constat sont examinées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Abrégée ensuite “ TCA ”

1On ne doit s’attendre ici à rien de révolutionnaire concernant l’économie de la Gaule : considérer que la production de terres cuites architecturales1 est, à la période romaine – et notamment en Gaule –, essentiellement de caractère rural et sans doute assez étroitement lié au système domanial n’est pas nouveau en soi : on sait bien, par déjà de nombreux auteurs depuis des décennies, que la majorité de ces ateliers se situent en milieu rural. On examinera d’ailleurs ici, infra, l’historiographie et la bibliographie du sujet, pour l’Occident romain en général et l’Italie en particulier.

2Il est à noter que, contrairement aux usages des archéologues et historiens de l’art de l’Antiquité méditerranéenne, qui réservent le terme de “ terres cuites architecturales ” à des éléments décorés tels que par exemple les plaques Campana, le vocable TCA est ici usité selon l’usage des archéologues français œuvrant en Gaule et en France médiévale. Il inclut donc, en premier lieu, les tuiles (tegulae et imbrices, ainsi qu’antéfixes), mais aussi les briques et autres éléments destinés à la construction des bains (carreaux de pilettes, tubuli, claveaux, etc.), les tuyaux…, auxquels s’ajoutent parfois, sur certains ateliers, des pesons de métier à tisser, qui quant à eux ne sont certes pas des terres cuites “ architecturales ”.

3Mais le propos est surtout, très délibérément, d’avancer à partir de ce constat, quelques hypothèses, déjà évoquées à la marge dans certains de mes travaux antérieurs concernant l’artisanat (voir bibliographie infra). Ces propositions ne seront certes pas non plus complètement nouvelles, mais on tentera d’entrer un peu plus dans le détail, au-delà de ce constat pour quasi l’ensemble du monde romain, notamment des conséquences que cela induit sur le fonctionnement économique et social des cités de Gaule interne, en particulier en termes de construction et d’édilité. Pour ce faire, on appuiera l’argumentaire sur un exemple, une étude de cas concrète, des realia de terrain, des “ preuves ” tangibles et évaluables, quantitativement et qualitativement, essentiellement de nature archéologique, à l’échelle d’une vaste aire des Gaules couvrant plus d’une province. On peut d’ailleurs constater que la production de terres cuites architecturales, comme celle de chaux et les carrières, participe de manière patente à la “ romanisation ” des pratiques de construction, dans le choix des matériaux vers la “ pétrification ” et l’architecture en dur, dans les Trois Gaules, notamment à partir du début de la période impériale.

  • 2 À l’exception toutefois des estampilles sur tuiles ou briques, relativement rares dans l’aire étudi (...)
  • 3 Extrait à l’origine de celui élaboré pour la préparation d’une communication au Congrès CRAFTS de Z (...)
  • 4 À savoir, du nord-ouest au sud-ouest de la province, six cités : d’ouest en est, Pictons, Lémovices (...)

4Il est clair, cependant, que, faute de documents textuels ou épigraphiques pour l’essentiel de ces provinces des Gaules et des Germanies, notre documentation reste ici essentiellement d’ordre archéologique2, ouvrant à des interprétations alors souvent délicates et ambiguës. Les données étayant les hypothèses de travail soutenues ici ne peuvent dès lors qu’être ténues et indirectes. On s’appuiera donc en l’occurrence sur un corpus d’ateliers de production de TCA aussi exhaustif que possible3 concernant l’ensemble de la province de Lyonnaise et les cités nord-orientales de celle d’Aquitaine4 (Ann. 1), complété, pour la même aire géographique, par l’inventaire des estampilles sur TCA (Ann. 2).

5Il pourrait dès lors paraître comme un postulat outré et déplacé de s’appuyer ici sur les exemples plus documentés par d’autres données que strictement archéologiques, telles que Rome même, ou des provinces différentes, notamment orientales. Cependant, on peut sans doute admettre que l’intégration dans l’Empire romain a, à l’évidence, établi une certaine homogénéisation dans l’organisation socio-économique de la production, ne serait-ce qu’au plan juridique, lissage qui doit au moins en partie avoir gommé les différences et disparités, économiques et culturelles. Cette diversité de développement et de culture reste cependant évidente, entre provinces, et y compris entre celles de la partie occidentale de l’Empire.

  • 5 La bibliographie a volontairement été très développée, afin de tendre à une certaine exhaustivité s (...)

6Je m’emploierai ici, dans un premier temps (chap. 1), à montrer que ce modèle est bien présent dans le monde romain occidental – et notamment en Italie –, voire au-delà, avant donc d’en examiner avec plus de détails l’application à une aire géographique spécifique (province de Lyonnaise et cités du nord et de l’est de l’Aquitaine : chap. 2), prise ici à titre d’étude de cas5.

La production de terres cuites architecturales : la situation dans l’ensemble des Gaules et dans le monde romain

7Prenons donc d’abord le dossier dans sa globalité, à travers le monde romain et plus particulièrement occidental. Avant de se confronter au corpus mobilisé ici pour le propos et concernant une vaste région centrale des Gaules, il est en effet nécessaire d’observer l’état de l’art, de faire le point sur la question en cause, pour le reste des provinces gauloises, puis l’ensemble de l’Empire romain, notamment occidental, mais sans forcément s’y cantonner.

Les sources

8En préalable, on ne peut faire l’économie d’examiner la nature de la documentation, les différents types de sources mobilisables quant à la question abordée, ne serait-ce que pour déceler les effets de sources, les effets pervers, de leur présence, voire de leur absence, comme de leur poids respectif. Plus sans doute que dans le grand secteur géographique ensuite traité en étude de cas (Chap. 2), la question abordée ici est, à travers le reste du monde romain, documenté par des sources diverses et non seulement archéologiques.

Les textes

9Les sources textuelles antiques sont cependant particulièrement rares au sujet des TCA et de leur production.

10Dès le début du iie s. av. n. è, Caton donne cependant des indications non sans intérêt quant à la mise en œuvre de “ tegulae ” (sans doute incluant les imbrices) pour la construction d’une villa en dur (de Agr., XVII (14), 3-5) : le bon prix est alors de deux sesterces pour la production d’une tuile, si l’on fournit le nécessaire (argile, combustible, four pour la cuisson, sans doute), et moitié prix pour celles cassées, auxquelles il manque un quart (et en revanche le double pour les “ conliciares ” et le quadruple pour les “ vallus ”, tuiles particulières pour l’écoulement des eaux) ; pour la construction d’une ferme en adobe, le prix de la tuile est, curieusement, ramené à un sesterce et demi. Il ajoute (ibid., CXLIV (135), 1) que l’on doit acheter de bonnes tuiles à Vénafre (en Campanie) et que, si la toiture de la villa prend l’eau, il faut vite remplacer les tuiles (ibid., CLXIV (155), 2).

11On peut ensuite citer Vitruve, au ier s. av. n. è., évoquant pour la construction les bonnes tuiles bien cuites (Arch., II, 8, 18-19), celle des bains, avec les carreaux de pilettes de suspensura et les tubuli (ibid., V, 10, 2-3), ou encore les carreaux en pavage (ibid., VII, 1, 7). Il détaille par ailleurs les différents modules de tuiles (ibid., II, 3 ; et cf. V, 10), mais son chapitre sur la brique (ibid., 2, 3) concerne la brique crue.

12Son quasi contemporain l’agronome Varron (RR, 1, 2, 22) indique quant à lui que les Saserna tirent bénéfice de glaisières (carrières d’argile) de leurs domaines (cf. Rico 2000) ; il ajoute (ibid., 1, 14, 4) que dans l’ager Gallicus (sans doute alors la Gaule Cisalpine), on contruit des murs de clôture en briques cuites (lateres coctiles).

13Un peu plus tard, dans la 2e moitié du ier s. de n. è., le naturaliste Pline l’Ancien mentionne quant à lui la brique “ mammatis ” (à mamelons), pour les murs des bains, les imbrices de toiture (HN, XXXV, 159), et, ailleurs, les tegulae pavonaceae (en écaille, en “ queue de paon ”, mais en fait en pierre), en Gaule Belgique (HN, XXXVI, 159).

  • 6 Texte en fait connu par plusieurs documents épigraphiques – et qui à ce titre aurait donc dû figure (...)

14Plus tard, pour la toute fin du iiie s., l’Édit du Maximum de Dioclétien6 donne quelques indications :

15- salaire journalier des ouvriers briquetiers (VII, 1, 15-16 ; cf. Charlier 1999 : 167) : “ lateris crudis ad laterculos diurnam mercedem, in lateribus quattuor pedum (b)inum, ita ut ipse sibi inpensam praep[a]ret, pasto ” ( = pour des briques crues destinées à être cuites, comme salaire journalier par lot de quatre briques de deux pieds, à condition que l’ouvrier prépare lui-même la terre, avec nourriture), et : item lateris ex luto diurnam mercedem, in lateribus numero octo, ita ut ipse sibi inpensam praeparet, pasto (= de même pour des briques de boues, comme salaire journalier par lot de 8 briques, à condition que l’ouvrier prépare lui-même la terre, avec nourriture) (trad. F. Charlier) ;

  • 7 À comparer avec le prix donné par Caton presque cinq siècles plus tôt : voir supra.

16- et par ailleurs prix des tegulae (Erim et Reynolds 1973 : copie d’Aphrodisias, colonne III, chap. 16, ll. 1, 2 et 18, ll. 11-13 : “ De Fictilibus ”, 19 à 28)7 : “ 20, tegula cum imbrice, prix inconnu ; 21, laterem bipedaneum (brique de 2 pieds), id. ; 22-23, lat. pudalem, lat. rutundum, 4 deniers ; 19, 21-23, tubulum (divers), 6 et 12 deniers, selon ”.

17La mention de l’enceinte de brique de Toulouse par Ausone, au ive s., est certes plus anecdotique (Ausone, Ordo…, XVIII, Tolosa, v. 2).

18Quant aux textes législatifs, il est intéressant pour le propos développé ici de noter la mention par le Digeste (VIII, 3, 6) de la fabrication de tuiles par les propriétaires de villa eux-mêmes (cf. Jullian 1920/26, 2 ; n. 327, p. 608 ; Mees 2002 : 411) ; “ tegulae ad villam aedificandam ”. Des tuileries à l’intérieur de domaines sont par ailleurs mentionnés (Javolenus, Dig., 33, 7, 25, 1 ; cf. Rico 2000) : “ quidam, cum in fundo figlinas haberet, figulorum opera, maiore parte anni, ad opus rusticum utebatur ” ; ou encore la vente des tuiles produites dans une villa à d’autres, voisines (Digeste (Paul), 8, 6 ; cf. Rico 2000) ; voir aussi : Digeste, 18.01.65 (Mees 2002 : 410).

  • 8 On peut citer le contrat pour la production de poterie d’Oxyrhyncos, P.Oxy.50.3595-3597 (cf. Aubert(...)

19On ne dispose malheureusement pas, en Occident, de la documentation écrite et notamment juridique qu’offrent les papyri, pour l’Égypte (cf. par ex. Drexhage 1994)8, que je n’ai pas cru utile de détailler ici.

Les inscriptions lapidaires

20[NB : ici à l’exception d’une part des graffiti, traités à la suite (§ 1.1.3), et des estampilles, examinées par ailleurs plus bas (§ 1.6, et 1.7 pour celles militaires) ; l’Édit du Maximum, ensemble de documents en fait épigraphiques, est déjà cité plus haut (§ 1.1.1), comme texte]

21Très rares sont les documents épigraphiques sur pierre documentant la question. On peut citer la stèle funéraire d’un contrôleur (custos) des tuileries de la XXIIe légion à Mayence (Musée de Mayence ; AE, 1941, 107 ; cf. Brandl et Federhofer 2010 : 64, Fig. 69). En outre, un producteur de tuiles, Gaius Longinius Speratus, connu par au moins deux sites avec estampilles GLSP, est le dédicant d’une inscription de Grossbottwar, vers 200 ap. J.-C. (CIL, XIII, 6458 ; cf. Brandl et Federhofer 2010 : 69 et Fig. 76).

22Un document exceptionnel est cependant l’inscription d’Osuna (Andalousie, Espagne), pour la Colonia Iulia Genetiva, en Bétique, dite “ loi d’Urso ” (CIL, II, Suppl., 5439 ; Tsiolis 1997 ; cf. Dardaine et Watton 1986 : 349 ; cf. Rico 1993 ; 1999 ; cf. Ribbocone 1941 : 126, n1042 ; Mees 2002 : 411) : chap. LXXVI (Lex Ursoniensis 76 = Lex Coloniae Genetivae) : “ figlinas teglarias maiores tegularum CCC tegulariumque in oppido colonia Iulia ne quis habeto. Qui habuerit ita aedificium isque locus publicus coloniae Iuliae esto, eiusque aedificii quicumque in colonia genetiva Iulia iure dicundo praerit, sino dolomalo eam pecuniam in publicum redigito ” = “ que personne ne possède d’“ ateliers ” de potiers supérieurs à 300 tuiles et des tuileries au chef-lieu de la colonie julienne. Si quelqu’un a un tel édifice, que ce lieu devienne public à la colonie julienne, que tout magistrat à qui il appartient de dire le droit dans la colonie Genetiva Iulia fasse rentrer loyalement cet argent dans le trésor public ” (traduction S. Dardaine et M.-D. Watton, loc. cit.). La raison de ce règlement limitant la surface des ateliers de tuiliers urbains n’est apparemment pas surtout de sécurité, malgré S. Dardaine et M.-D. Watton (loc. cit.). Cette utilisation d’un nombre de tuiles comme mesure de surface d’un édifice est par ailleurs remarquable (cf. Manacorda 1993) : on retrouve la même chose dans la Loi de Tarente (Lex municipii Tarentini = CIL, I2, 590 ; cf. Manacorda, loc. cit.), selon laquelle, pour être décurion, il faut avoir une maison “ d’au moins 1500 tegulae ”.

23En outre, on ne doit pas, ici non plus, oublier – hors de l’épigraphie sur pierre – les papyri égyptiens qui mentionnent parfois des ateliers de tuiliers-briquetiers, avec des comptes (supra ; Drexhage 1994 ; cf. Brandl et Federhofer 2010 : 60-61).

L’épigraphie de l’instrumentum

24Il s’agit essentiellement d’inscriptions en cursive, tracées à cru sur des TCA, documents principalement issus des ateliers eux-mêmes et correspondant pour une bonne part à des comptes de tuilerie-briquetterie. Ils apportent de précieuses informations sur de nombreuses questions traitées par la suite et on les examinera donc ici avec un certain détail. Fabrice Charlier (2004 ; cf. aussi Hübner 1885 : XLIV-XLV ; Riese 1914 : 449-450 ; Vollmer 1915 ; Mallon 1952 : 63-65 ; Flügel et Schmidts 2000/01 ; Brandl et Federhofer 2010 : 48-54 et 56-63) en a notamment produit un inventaire très complet, analysé en détail, dont je ne donne ici que quelques extraits. Il s’agit donc, en principe, toujours de graffiti avant cuisson, prouvant ainsi qu’ils ont été tracés sur les ateliers mêmes.

  • 9 Avec aussi quelques graffiti sans doute après cuisson, sans rapport avec notre propos.

25Sans reprendre ici la totalité de l’inventaire de F. Charlier (2004 : 92-102 : pour la France seule)9, on peut donc citer les exemples les plus suggestifs, en Gaule (ordre alphabétique des lieux de découverte), hors de la région examinée en étude de cas (Chap. 2), mais incluant en outre ici quelques exemplaires non signalés par F. Charlier et surtout d’autres issus de régions des Gaules et des Germanies (et provinces alpines) hors du territoire métropolitain. Cet inventaire sommaire comprend notamment des comptes d’enfournement avec dates calendaires (bonne saison pour les cuissons) (Bloch 1947 : 329-330 ; Spitzlberger 1968 ; Neumann 1973 ; Frère et Tomlin 1993 ; Charlier 1999 ; 2004 ; cf. Charlier 2011 : 728-730 ; Brandl et Federhofer 2010 : loc. cit.), surtout pour des ateliers légionnaires (et voir d’autres exemples infra, hors Gaules).

26• Aachen/Aix-la-Chapelle (Allemagne), Germanie Inférieure : plusieurs graffiti, dont avec indication d’un conducteur de fournée (“ Victorinus ductor ”) (Rueger 1987 ; Charlier 2004 : 80, tabl. VII, n16 ; Brandl et Federhofer 2010 : 48 et Fig. 49).

27• Baden-Baden (Bade-Württemberg, Allemagne), Germanie Supérieure (rive droite du Rhin) : un graffito sur tuile, avec date de septembre, pour 500 tuiles (Wiegels 1977 ; Charlier 2004 : 79).

28Bonn (Rhénanie, Allemagne), Germanie Inférieure : graffito sur tuile (Zangemeister 1879).

29Cajarc “ Carrade ” (Lot), atelier de tuilier du Quercy (Cadurques, Aquitaine) : graffito (Pauc 1982 : 83-84).

30Cologne-Marenburg (Rhénanie, Allemagne), Germanie Inférieure : avec date (Hanel 1998b : 408 ; Charlier 2004 : 80, tabl. VI, n5).

31• Elsdorf (Hambach 127, près de Cologne, Allemagne), Germanie Inférieure : dans une villa, graffito sur tegula : “ A M S IIIIIIII / M A S IIIIIIII ” (Gaitzsch 2002 : 116 et Fig. 94).

32• Erlach (CH), Germanie Supérieure ; graffiti de comptage avant cuisson : col. 1 : “ MAT(E)RNVS / MACCIVS / GRATVS ; col. 2 : “ POSSESS[...] / DIROGIS /GRATI / SERVUS [… ?] / MASSO[… ?] / FECIT[…]/ ” (Frei-Stolba 1980 ; cf. Charlier 1999 : 176 sq.).

33• Holdeurn/Holdoorn (PB) : plusieurs graffiti, sur un site militaire : a) pour 1 tuile et 1 brique : 20 juin et 1er juin (Brambach 1867 : 28; Holwerda et Braat 1946 : Pl. XXXIV, n2 ; Charlier 1999 : 177 ; 2004 : 80, n2 ; cf. 2011 : Fig. 6.3) ; b) “ Kal(endis) Iun(i)is / Quartus / laterclos / n(umero) CCXIII ” = “ le jour des calendes de juin, Quartus a fait 214 briques ” (Brambach 1867 : 28, n114 ; Holwerda et Braat 1946 : 133 ; cf. Oxé 1925 ; Marichal 1988 : 18 ; Laubenheimer et Le Ny 1999 : 21 ; Charlier 1999 : 177 ; 2004 : 78) ; c) et d) nombre produit (dont 516), pour juin et juillet (Brambach 1867 : 28, n111 et 113 ; Charlier 2004 : 79).

34Hummetroth (Odenwaldkreis, Allemagne), Germanie Supérieure (rive droite du Rhin) : “ Stratura tertia, laterc(u)li capit(u)lares n(umero) CCCLXXV ” = “ Trois rangées de tuiles, pour 375 tuiles “ de tête ” [faîtières ?] ” (Brambach 1867 : n1397 ; Charlier 2004 : 87, tabl. IX, n2 ; Brandl et Federhofer 2010 : 48, Fig. 50).

35Josenmatt, près Wettswil (ZU, CH), Germanie Supérieure : sur un atelier de tuilier, graffiti sur tuile (il ne s’agit pas d’un compte) : “ Victor[is of(ficina) cur(ante)] / Paridiani (servo) Erymo […] ” ; on note la présence d’un esclave de Paridianus, au nom d’origine grecque (Speidel 1996).

36Mariaweiller (Rhénanie, Allemagne), Germanie : graffito sur tuile : “ (ante diem) XVI K(alendas) Iunias / Hristo n(umero) LXI ” = “ le 16e jour avant les calendes de juin, Hristo, nombre : 61 ” (Zangemeister 1879 ; Charlier 2004 : 78).

37Mayence (Allemagne, Germanie Supérieure) : compte avec date (Körber 1905 : 56, n78 : Charlier 2004 : 79).

38• Meschenich (Allemagne, Germanie Inférieure) : graffiti avec date (Lehner 1901 : 234 ; Charlier 2004 : 79, tabl. V, n15).

39• Mirebeau-sur-Bèze (Côte-d’Or), dans les thermes extra muros du camp légionnaire (cité des Lingons) : graffito sur une brique : Secundus CCCXXVI / Arunti / ]..eus / ].enus / ].us / ]s (Le Bohec 1995 : 314-315, n9 (lecture différente : IVCVNDVS CCCXXVI / MVNTI / IIVVI / IVYVI / IIVI / HH) ; Charlier 2004 : 93, n21.2).

40 Montenach (Moselle), cité des Trévires, province de Belgique : de l’atelier de tuilier d’une villa : “ cum Anaillo dies[… / cum tertio dies I / inbricis dies III / inbricem baiolandam • mortari • VI dies III / tegul(a)e • in campo Rassure • dies I / laterc(u)li dies I ” = “ travaillé avec Anaillus … jours, avec Tertuius un jour, trois journées à transporter des tuiles creuses (imbrices), six fournées d’argile dans un pétrin (mortari) trois jours, un jour à transporter des tuiles plates (tegulae) dans le champ (campo) de Rassura, pour les briques, un jour ” (trad. d’après F. Charlier) (NB : P. Wuilleumier (loc. cit. ligne suivante) lit “ [P]atercli = (du champ) de Parterclus ” à la dernière ligne) (Clément 1927 ; Wuilleumier 1963 : 210-211, n533 ; Civilisation… 1983 : 313-315 ; Marichal 1988 : 18 ; Charlier 1999 : 173-174 ; 2004 : 96, n57.1 ; Gambs 2007 ; Brandl et Federhofer 2010 : 62, Fig. 67) ; cette inscription a été rapprochée de l’un des comptes de travail des ateliers de sigillée de La Graufesenque (Marichal 1988 : 18).

41• Nice-Nicaia (près de –) (Alpes-Maritimes), province des Alpae Maritimae, capitale de cité : graffiti sur TCA : “ CXX / ET RASI XX ” = “ (moulées : ) 120 et ébarbées : 20 ” (trad. F. Charlier : cf. infra Aquilée, pour “ rasi ”) (CIL, V, 8110, 450 ; Charlier 1999 : 181).

42• Optevoz (Isère), agglomération des Allobroges, Narbonnaise : graffiti de 5 lignes (compte de tuilier) sur une tuile, découverte hors stratigraphie (Bertrandy et al. 2010 : 264, Fig. 273).

43• Petit-Bersac (Dordogne), Aquitaine : découverte fortuite hors contexte : inscription en cursive sur trois lignes, sur une tegula, non interprétée : cili ncroici[…] / […] pias capias s […] / Deani (Coupry 1969 : 362 et Fig. 26 (indiqué “ sur dalle calcaire ”) ; Gaillard 1997 : 185, Fig. 111 ; Charlier 2004 : 93, n24.1).

44Saalburg (Allemagne), Germanie Supérieure : série de graffiti sur TCA, sur le camp militaire (Jacobi 1897 : 312-313 et Pl. 74), dont avec indication de date (Baatz 1970 : 50 ; Charlier 2004 : 80, tabl. VI, n1).

45 Sains-du-Nord (Nord), agglomération des Nerviens, Gaule Belgique, sur voie Bavai-Reims, avec probable production de TCA : une brique mentionnant un transport d’argile par chariot à bœuf (Broez 1987 ; AE, 1997, 1140 ; 2001, 1398 ; Lambert 2001 ; Charlier 2004 : 96, n59.2 ; Raepsaet et Raepsaet-Charlier 2004 ; 2007) : texte selon cette dernière étude : “ rationem carru[m / cum primum vere[cundus ? / ab bove argillam [ / item cum primum [ / item corolla[m / item cum6IIXXI / pas[cua ? ” ; et une tuile de compte de production ou de livraison de (sans doute) 55 tuiles, avec date (Raepsaet et Raepsaet-Charlier 2004 ; 2007 : 144-146) : “ T ? Commini / kal i LV = de Titus( ??) Comminius / Aux kalendes de janvier, 55 pièces ”.

46• Saint-Paul-de-Loubressac “ Saint-Gervais ” (Lot), sur un atelier de TCA du Quercy (Cadurques, Aquitaine) : un graffito en gaulois sur 3 lignes, inintelligibles (Filippini 2010 : 214 ; cf. Charlier 2004 : 95-96, n46.1 et .5)

47Sallèles d’Aude (Aude), important atelier mixte (amphore, poterie et TCA), Narbonnaise : sur une imbrex : “ CXXIIII ” = “ 124 imbrices réalisées (?) ” (Laubenheimer et Le Ny 1999 : 21 ; Charlier 2004 : 92, n11.1).

48Schuld an der Ahr (Kr. Ahrweiler, All.), Germanie Inférieure : sur un carreau de suspensura des bains d’une villa : “ pulsator accipit –lamnas LXXX / imbrices murales N XX / qunios dodrantes N XX / sextum kalandas Augustas / Iustius Optatus accipit / secundarias N(umero) / lamnas N(umero) XII / imbrices N(umero) XXX //(col.2) Titus Tusaucus T(iti) f(ilius) / venit ad nos XV Kal(endas) / Augustas ” (Eiden 1976 ; Brandl et Federhofer 2010 : 60-61, Fig. 66).

49Strasbourg-Argentorate (Bas-Rhin), camp militaire puis capitale de cité, Germanie Supérieure : graffito avec date, des 28 mai et 13 septembre, pour la production de tuiles et briques (Charlier 2004 : 97-98, n67.6 et 9 ; 2011 : Fig. 6.4).

50Thorame-Haute (Alpes-de-Haute-Provence, province des Alpes Maritimae) : sur une tuile (d’une sépulture) : “ supposuit furno III Idus Iulias / die solis / abuit tegulas / inbrices ” (production de tuile, sans chiffre, pour le 13 juillet) (Bailhache 1935 ; Marichal 1988 : 18 ; Bérard 1997 : 481, Fig. 459 ; cf. Desbat 2011a : 148 ; Charlier 2004 : 92, n04.5 ; 2011 : 730 et Fig. 6.5).

51Toulon (Var), ville romaine de Narbonnaise : à “ Notre-Dame-d’Entrevigne ”, graffiti avant cuisson : “ Castella/ne Ernio / se posede / recum ” (selon Héron de Villefosse ; Brun 1999 : 829, Fig. ; Charlier 2004 : 101, n83.4) ; il ne semble pas s’agir d’un compte.

52• Vendémian (Hérault) : “ Moi, Achille, j’ai donné aux céramistes (figulis) une amphore de vin ” (Charlier 2004 : 94-95, n34.1) (rémunération ou récompense d’un ouvrier tuilier).

53• Vienne (Isère), chef-lieu des Allobroges, Narbonnaise : sur une brique, avant cuisson, des noms et mention de la punition d’un esclave (de tuilerie ?) (Mallon 1973a et b ; Charlier 2004 : 95, n38.2).

54Pour le territoire français, on note (Charlier 2004 : 75) que ces inscriptions sur TCA sont particulièrement nombreuses en Narbonnaise, ainsi qu’en lien avec des sites légionnaires (surtout alors dans les Germanies), ces provinces étant sans doute des lieux d’acculturation privilégiés, ici quant à l’usage de l’écriture.

55Et l’on peut encore mentionner des graffiti avant cuisson sans textes, concernant des représentations : scènes de chasse, également avant cuisson, sur une tuile à Vercheny (Drôme), peut-être des vie-viie s. (Bruhl 1958 : 384 ; Desaye 1959 ; Planchon, Bois et Conjard-Réthoré 2010 : 702, Fig. 1059), dans la nécropole de Laudun (Gard, ive-vie s.), de la villa de Mus (Gard), ainsi que deux exemplaires de tombes de la grotte Bianchi à La Colle-du-Loup (Alpes-Maritimes) (Combier et Conry 1995161 et Fig. 44, 1 et 4) ; e même, une “ cabane ”, avec son toit, gravé sur une tuile de Vénérieu (Isère), dans un habitat gallo-romain (Bertrandy et al. 2010 : 345, Fig. 347). Quant au graffito avant cuisson de l’établissement rural de Port-de-Barque (Charente-Maritime) (Gutherz 1993 : 202-203, Fig. 17), il figurerait une maison à étage ; mais ne pourrait-on – à titre d’hypothèse certes aventurée – y voir la représentation de la façade d’un grand four de tuilier, avec sa couverture ?

56Des documents de ce type peuvent en outre être mentionnés hors de Gaule (cf. Charlier 1999, 176 sqq. ; 2004). Ils sont regroupés ici par grandes régions du monde romain (ensembles de provinces), d’ouest en est, après l’Italie.

- Italie, dont province de Transpadane :

57En général, pour les graffiti avant cuisson sur TCA italiens, voir Steinby 1977/78 : 368-369, Pl. 222-224 et Bodel 1983 : 71, Pl. 28, ainsi qu’un exemplaire pour un lieu de découverte inconnu (collection De Criscio) : “ CCXXXX ”, soit 240 tuiles réalisées ? (Bodel 1983 : 71 : cf. Laubenheimer et Le Ny 1999 : 21).

58• Aquilée (Istrie, Transpadane) : “ cave malum, si non / raseris lateres DC / si raseris minus malum formidabis ”, = “ prends garde à toi si tu n’as pas ébarbé 600 briques, si tu en as ébarbé moins, tu auras des ennuis ” (trad. F. Charlier) (CIL, V, 8110.176 ; Oxé 1925 : 80 ; Brodribb 1987 : 126 ; Marichal 1988 : 18, n. 34 ; Charlier 2004 : 88 ; cf. Tomlin 1979 ; Desbat 2011a : 148) ; selon F. Charlier (1999 : 180-181 ; cf. 2004 : 88) – je pense à juste titre –, radere, ici comme dans le graffito de Nice supra, concerne une action différente du moulage, sans doute celle d’“ ébarber ” (c’est-à-dire de lisser, dans la forme ou moule).

59• Cesena : graffiti sur brique (AE, 1978, n334).

60Ostie : des graffiti sur TCA (Steinby 1977/78 : 368-369, Pl. 222-224).

61• Pellaro : graffiti sur tegula (Morel 1991).

62• Pietrabbondante, Samnium, au ier s. av. n. è. (Morel 1991 ; Guidicelli 2009 : 39 et Fig. 4 ; cf. Lejeune, La Regina et Marchese 1976) : ce document indique la présence de femmes dans l’atelier (voir infra).

63• Rome : graffiti commercial : “ à Beneventum, Lulio a notifié que 401 tegulae soient livrées à l’entrepôt de Neapolis ” (CIL, XV, 6123 ; Charlier 2004 : 87, tabl. IX, n3).

64Roncopascolo (Parme) : graffito sur tuile (Zucchelli 2008).

65• San Quirino : graffiti sur brique (AE, 1939, n141).

66• Sant’Angelo-in-Formis : sur une tegula, compte d’enfournement avec date calendaire : “ N • D • ET • C / Idibus Iul(i)is Celer finget / bipedas VXXXI / Actum Casilino / Modesto II et Probo Co(n)s(ulibus) ”, pour la production de 5031 briques, aux ides de juillet, avec date consulaire de 228 de n. è. (Zangemeister 1894 : 285 ; AE, 1894, n159 ; Marichal 1988 : 18 ; cf. Charlier 2004 : 75 ; 2011 : 729).

- Espagne et Portugal (Hispania romaine) :

67Pour la Lusitanie occidentale (Portugal), en général, on note plusieurs graffiti sur TCA (Correia, Fernandes et Ruivo 2001).

68Aceuchal (Espagne) : graffiti sur briques (Mallon 1948 ; 1986).

69• Coimbra-Conimbriga (Portugal), ville romaine de Lusitanie : plusieurs graffiti sur TCA : a) “ Ex officin(a) • / Maelonis • / diarias • / ro/ s • solui ” = “ brique provenant de l’atelier de Maelo ; les quantités requises de briques journalières, je m’en suis acquitté ” (trad. F. Charlier, loc. cit.) ; b) “ (A)gilio / ]CI lateres ” =  ; c) “ CCXXIII ” (Étienne, Fabre et Lévêque 1976 : 159-160, 161-162, 164-165, 172, n358a, 365, 361, 367, 376, Pl. XXVI ; Marichal 1988 : 19 ; cf. Charlier 1999 : 173, 180-181, 182 ; 2004 : 80, tabl. VII, n1 et 11-15 ; 89 ; Correia, Fernandes et Ruivo 2001).

70• Italica (Espagne) : graffiti sur briques (Mallon 1952 ; 1986).

71Trancoso (Portugal), un graffito (Curado 1988) ;

72• Villafranca de los Barros (Espagne) : graffiti sur tegula, indiquant la punition d’un esclave (Mallon 1973b ; 1977 ; 1986).

- Grande-Bretagne-Britannia :

73En général pour cette province, pour ces graffiti sur TCA avant cuisson, voir Brodribb 1979a et c ; Tomlin 1979 ; Frère et Tomlin 1993 = RIB, II-5, n2491 sqq. ), et pour le secteur du mur d’Hadrien, Frère et Tomlin 1993, II-5 ; n2491.127 ; Charlier 2004 : 80, tabl. VII, n7).

74• Cadder : graffiti sur TCA (Frère et Tomlin 1993, II-5 : n2491.123 ; Charlier 2004 : 80, tabl. VII, n6).

75Caerlon : avec date (Frère et Tomlin 1993, II-5 : n2291.11 ; Charlier 2004 : 80, tabl. VI, n3).

76• Caerwent : document comptable, avec liste de noms d’ouvriers (Hassal et Tomlin 1993 : 321-322, n30 et Pl. 16 ; Charlier 2004 : 85).

77• Dover, avec nom (Frère et Tomlin 1993, II-5 : n2491.124 ; Charlier 2004 : 80, tabl. VII, n10).

78• Hartfield “ Cansiron Farm ” (East Sussex), sur une tuilerie (fin ier-déb. iie s.) : “ CCXX / CCXIIII ” (nombre de tuiles réalisées ?) (Rudling 1986 : 211-211 ; Foster 1986 : 211-212 ; cf. Laubenheimer et Le Ny 1999 : 19 ; Charlier 1999 : 177).

79Heybridge : graffiti sur TCA, avec indication de 220 tuiles réalisées (Brodribb 1987 : 130 ; cf. Laubenheimer et Le Ny 1999 : 19).

80• Holt : graffito sur TCA, mentionnant un soldat de la 1re cohorte des Sunici (Stephens 1989 ; Frère et Tomlin 1993, II-5 : n2491.96 ; Charlier 2004 : 80, tabl ; VII, n17).

81• Leicester : des graffiti, dont : “ Primus a fait 60 ” (Frère et Tomlin 1993, II-5 : n2391.3 et .109 ; Charlier 2004 : 80, tabl. VII, n2 et 9).

82• Londres-Londinium : “ le ? août, 225 (tuiles réalisées ?) ” (Brodribb 1987 : 130 ; Frère et Tomlin 1993, II-5 : n2491.10* ; Charlier 2004 : 79). cf. Laubenheimer et Le Ny 1999 : 19).

83• Silchester-Cavella Atrebatum : graffito au doigt sur tuile (la dernière fabriquée pour la journée, ou pour une fournée ?) : “ SATIS ” = “ assez ” ; et autre graffito : “ VI K OCTO(bres) / MANV ICC(–) ” (date des kalendes d’octobre) (Tomlin 1979 : 250 ; Cram 1985 : Fig. p. 96 ; Brodribb 1987 : 130 ; cf. Laubenheimer et Le Ny 1999 : 19 ; Charlier 1999 : 183) ; ainsi que deux autres (Frère et Tomlin 1993, V---II-5, n2491.1 et .81 ; Charlier 2004 : 80, tabl. VII, n4-5, et 89).

84• Wiggonhold : graffito commercial, avec indication de quantités de TCA (Frère et Tomlin 1993, II-5 : n2491.2 ; Charlier 2004 : 87, tabl. IX, n1).

- Rhétie :

85Eismerszell (Lkr. Fürstenfeldbruck, Bavière, Allemagne) : […]VMTORI DATV(m) IPSE / […]MCL N(umero ?) […]PED(ales) N(umero) XLVIIII / […]O PED(al)ES LX / […] (pedal)ES LX / […] (pe)D(al)ES XLV (compte, pour un total d’1150 tuiles) (Flügel et Schmidts 2000/01 ; Brandl et Ferderhofer 2010 : 58 et Fig. 63).

86• Kösching (Bavière, Allemagne), avec nom (Vollmer 191 : n260 ; Charlier 2004 : 80, tabl. VII, n8).

87Regensburg (Bavière, Allemagne) : “ CORI FEC CX ” = “ Cori( ) a fait 110 (tuiles ?) ” (Frei-Stolba 1980 : 104 ; cf. Laubenheimer et Le Ny 1999 : 21).

88• Schuld (Bavière, Allemagne) : graffiti commercial avec nombre de TCA (Schillinger-Häfele 1977 : 527-528, n142 ; Charlier 2004 : 87, n4).

89Weissenburg (Bavière, Allemagne) : au moins deux graffiti, dont un concernant des normes quotidiennes de production, sur un atelier de tuilier (Wesch-Klein 1990 ; Gudea 1996).

- Provinces danubiennes (Norique, Pannonie, Dalmatie, Dacie, Mésie) et Mer Noire :

90Pour la province romaine de Dacie en général, on note plusieurs graffiti sur TCA (Gudea 1983 ; 1988 ; 1991 ; 1996), et en Mésie Supérieure, une série de graffiti avant cuisson sur TCA (Petrović 1975 : 23-42 ; 154-155).

91• Gornea (Roumanie) : graffito sur tuile (Gudea 1983), de la Tétrarchie.

92Lorch-Lauriacum (Autriche, Norique), site militaire du limes danubien : des graffiti avec dates (CIL, III, 14 ; Ruzicka 1919 : col. 109, 113, 114-116 ; Charlier 2004 : 79, tabl. V, n10-13).

93• Malo Golubinje (ex-Yougoslavie) : ordre de patron pour 200 briques (CIL, III, 8277.3 ; Charlier 2004 : 88).

94• Sacidava (Scythie Mineure) : graffito sur tuile, de l’Antiquité tardive (Gudea 1988).

95Sisak-Siscia (Croatie), camp militaire de Pannonie Supérieure : 9 graffiti différents, dont au moins 5 comptes : a) “ I KAL. IUNIAS / CANDIDVS CCXX / IUVSTVS CCXX / FELICIO CCXX / IN VNO DCLX ” = “ le jour des kalendes de juin, Candidus a fait 220 tuiles, Justinus a fait 220 tuiles, Felicio a fait 220 tuiles, en un seul (jour ?), 660 (tuiles) ” ; b) “ (ante diem) XIII K(alendas) Octobr(es) / Fortis CCXXII / Candidus CCXXV / Iustinus CXXXVII / Artemas CLXXXXVIIII / min(us) XXI ” = “ le 13e jour avant les kalendes d’octobre, Fortis a fait 222 tuiles, Candidus a fait 225 tuiles, Justinus a fait 137 tuiles, Artemas a fait 199 tuiles, Minus en moins 21 tuiles ” : c) “ (ante diem) XVI Kal(endas) Aug(ustas) / Seuerus et / Fortunat[us / later(es) CCCCXXXX ” = “ le 5e jour avant les kalendes d’août, Severus et Fortunatus ont fait 440 briques ” ; d) “ Kal(endis) Iulis / Severus CCXX / Fortis CCXX / Candidus CCXX / Felicio CCXX / in uno DCCCLXXX ” = “ au 1er juillet, Severus 220, Fortis 220, Candidus 220, Felicio 220, soit au total 880 ” ; e) “ Pr(idie) Idus Iunia[s / Felicio CCXX ” ; f) “ Pri(die) non(as) Iul(i)a(s) / Severus / et Fortis / et Candidus / CCXX ” (CIL, III, 11378-11386 = Mommsen 1875/81 ; Zangemeister 1879 ; Oxé 1925 : 80 ; Bloch 1947 : 329-330 ; Spitzlberger 1968 (seulement pour d) ; Marichal 1988 : 18 (pour a, b, c) ; cf. Laubenheimer et Le Ny 1999 : 20 (a, b, c) ; Charlier 2004 : 78 (pour a, b, c, e, f) ; Brandl et Federhofer 2010 : 59 (seulement pour d) ; cf. Kaenel 1980 ; Charlier 1999 : 176-177).

96Sofia-Serdica (Bulgarie, Thrace) : graffiti de fournées avec dates, en grec (Besevliev 1952 : 31-32, n47, 48, 489 et 50, Pl. 20-21 ; Charlier 2004 : 79) ; et autre en latin (Velkov 1977 : 160, n. 638 ; Charlier 2004 : 80, tabl. VII, n3).

97• Teregova (Dacie) : graffiti sur brique (Piso 1996).

98• Vienne-Vindobona (Autriche, Pannonie), camp militaire du Limes : comptes de production sur tuile, dont avec dates (Neumann 1973 : 50 ; Pl. LXXIV, n1157 ; Charlier 1999 : 173 ; 2004 : 79, tabl. V, n14 ; tabl. VI, n4).

99Pour ces exemples hors des Gaules, la série de Siscia, en Pannonie, reste la plus suggestive et riche en informations, peut-être avec les exemplaires de Conimbriga, en Lusitanie, et Aquilée (supra). La série britannique reste importante.

Et les autres sources : conclusion

100Contrairement à d’autres artisanats, l’iconographie se dérobe en tant que source pour la production de TCA, sinon pour la mise en œuvre par exemple des tuiles, dans des représentations de couvertures de bâtiments, notamment.

101La source majeure en la matière reste donc quasi partout l’archéologie, tant pour la connaissance des structures de production (ateliers et fours) que pour celle des produits et de leur mise en œuvre, tuiles, antéfixes, briques et autres éléments entrant dans la construction des bains (carreaux, tubuli…), tuyaux, etc. (voir § 1.5 pour ces produits).

102Les graffiti, de manière plus notable, nous apportent cependant – on l’a vu – des informations non négligeables quant au fonctionnement des ateliers, à leurs travailleurs et protagonistes, au statut de ces officines, utiles à notre propos.

La production de TCA

103Pour les productions de TCA dans le monde romain et en Gaule, en général, on peut par exemple consulter : Blümner 1879 : 16 sqq. ; Peacock 1979 ; Petrikovits 1981 : 122 ; Fritzemeier 1986 ; Zaccaria 1993a ; Camilli et Taglietti 1994 ; Bendala, Rico et Roldán 1999 ; Boucheron, Broise et Thébert 2000 ; Hanel 2001 ; Schneider 2002 ; Luppens 2007… ; et cf. Lugli 1957 ; Meier-Freuler 2009 ; voir infra la bibliographie sur les produits, § 1.5). La chronologie de la production et de la mise en œuvre de ces TCA sera examinée plus bas (§ 1.10).

L’implantation des ateliers10

  • 10 Pour les ateliers mentionnés ici, voir Ann. 3.

104Une raison majeure de l’implantation essentiellement rurale des ateliers de TCA – par rapport aux officines de potiers par exemple – pourrait être il est vrai, certainement, les besoins d’espaces plus vastes pour ces productions que pour la poterie (aires de façonnage puis de séchage, surtout).

105En Italie, c’est la région de Rome et la ville même qui sont les mieux étudiées de ce point de vue, et la bibliographie est particulièrement abondante (cf. aussi infra, §§ 1.6 et 1.9 ; cf. Steinby 1978 : D, col. 1506-1528 ; 1986 ; 1993a et b ; 1998 ; Peña 1987 ; 55-71 ; 1995 ; Graham 2006 : carte Fig. 3.2, pour le Sud de l’Étrurie) : de l’étude de 9000 estampilles (infra), T. Helen (1975 : 97) conclut à des ateliers essentiellement ruraux. Certes, ces productions y sont particulièrement développées dans les régions dépourvues de bonne pierre de construction et où la brique est massivement mise en œuvre (cf. Adam 1984 ; 1993 ; Chausson et Buonopane 2008 ; De Lain 2001).

106Ces productions sont aussi bien documentées, en Italie (voir aussi infra, au sujet des estampilles et de la diffusion), pour la Gaule Cisalpine, la province de Transpadane, et l’aire de l’Adriatique Nord (Righini 1970 ; 1995 ; 1998a ; 1999… ; voir infra), à Alba Pompeia (De Marchi 1997), dans le delta du Pô (Patitucci 2006), la vallée du Taro et région de Parme (Petracco et Petracco Sicardi 2007), la région de Pouzzoles (Aubert 2005a), ou celle d’Oderzo (Callegher 1993). Un atelier rural d’époque républicaine existe par exemple antérieurement à une villa à Blera en Étrurie (Berggren et Andren 1969). En Apulie (Italie du Sud), au ier s. av. n. è. (Chelotti 2003), les ateliers, assez nombreux dans le territoire de la cité de Venouse, sont soit liés à des chantiers de construction, sur place, soit implantés dans le cadre domestique rural, pour usage domestique, voire en partie pour commercialisation, à courte distance.

107Cependant, si cette explication par rapport aux chantiers de construction potentiels, surtout urbains, primait, on devrait reconnaître en plus grand nombre des ateliers de TCA dans les périphéries des villes. Ce n’est manifestement pas le cas, même si quelques exemples peuvent être évoqués (infra ; et voir inventaire, Ann. 3). On connaît en revanche de nombreux ateliers ruraux pour ces productions, qui sont à faible distance de ces chefs-lieux de cités, mais non directement dans leurs suburbia.

  • 11 En l’absence, par exemple, d’études palynologiques suffisamment fines.

108On peut observer que, pour le Moyen Âge (infra, § 1.10.4 ; cf. Chapelot 1997 : 142-143), le même constat est fait du caractère essentiellement rural de la production de TCA. Mais les causes en sont alors à rechercher plutôt, pour cette période, dans les plus grandes nécessités de ces ateliers, par rapport à ceux de poterie, en matière première : argile et surtout bois, privilégiant notamment les zones forestières. Le fait que cette production, aux époques moderne et contemporaine, soit saisonnière favorise en effet d’autres activités le reste du temps, qui sont alors essentiellement l’agriculture (Charlier 2011 : 725). Mais pouvait-il en être de même en Gaule à l’époque romaine ? Seuls quelques indices11 en ce sens peuvent être trouvées dans les dates mensuelles de production indiquées par certains comptes (supra, § 1.1.3).

109D’autres provinces de l’Empire romain, hormis les Gaules et Germanies, ont bien sûr fait l’objet de recherches concernant la production de terres cuites architecturales (et voir Ann. 3) :

110- En Britannia (Mac Whirr 1979b ; Mac Whirr et Viner 1978 (qui suppose des tuiliers itinérants) ; Darvill et Mac Whirr 1982 ; 1984 : cf. carte Fig. 3), avec, clairement, une part importante de la production de caractère domanial, et où l’on note aussi particulièrement la région d’York, site de caractère en partie militaire (Betts 1982) ;

111- en Méditerranée occidentale en général (Bermúdez 1987), et régions adriatiques (Džin 2011; Vidrih-Perko et Župančić 2011);

112- dans la province de Bétique, du iie s. av. au viie ap. J.-C. (Bernal et Lagóstena 2004) ; et en particulier en Catalogne, à Viladamat, avec un atelier dans une villa, de la 2e moitié du iie-1re moitié du ier s. av. n. è. (Casas 1989 ; cf. Charlier 2011 : 589, Fig. 5.4.247) ;

113- en Lusitanie occidentale (Portugal), autour de Conimbriga, les ateliers connus sont ruraux, parfois dans des villae (Correia, Fernandes et Ruivo 2001 : 157) ;

114- en Rhétie et Norique, sur le Limes danubien (Federhofer 2007) ;

115- dans la province de Dalmatie (Alföldy 1967), pour les tuileries militaires ;

116- dans les provinces grecques (Billot 2000), ainsi que l’Italie du Sud, Sicile et Grèce (Hampe et Winter 1965), Crête, Messenie et Chypre (Hampe et Winter 1962) ;

117- en Afrique romaine (Carandini 1969/70, pour la Zeugitana) ;

118- en Égypte romaine (Drexhage 1994).

  • 12 Pour les régions non concernées par l’étude de cas (chap. 2), on note : Alsace : 4 ateliers ; Aquit (...)

119Pour la Gaule (en fait la France), Françoise Le Ny (1988 : 69-97) a inventorié 142 ateliers prospectés ou fouillés12 sur l’ensemble du territoire métropolitain, le bilan s’étant, depuis, notablement enrichi : bien que les contextes des ateliers n’y soient pas étudiés en détail, on peut estimer que, selon cette étude, près de 75 % sont ruraux (dont 3 dans des villae) et que les 25 % restants se répartissent entre les chefs-lieux de cité, pour un tiers seulement, et les autres agglomérations, parfois essentiellement potières ou en tout cas artisanales, pour les deux autres tiers (18 % de l’ensemble). Ces proportions sont représentatives pour le propos développé ici, dès avant l’examen de secteurs plus systématiquement étudiés de ce point de vue, dont l’étude de cas du chap. 2.

  • 13 Je remercie D. Garcia d’avoir consulté pour moi ce mémoire sur place.

120À titre d’exemples, pour la Suisse (Goll 1996 ; Le Ny 1998), on recense 18 ateliers ; pour la Narbonnaise (Sénéquier 1991 : 40-41, Fig. 9), au début des années 1990, 64 ateliers produisent des tuiles, 25 des briques et 7 des tuyaux (parfois le tout)13. Voir encore l’Est de la Gaule (en France seule) (Le Ny 1987) les provinces de Germanie Inférieure et Supérieure, avec la Rhétie (Trimpert 2003 ; Brandl et Federhofer 2010)…

  • 14 Indication donnée lors de la communication orale au Colloque, non reprise dans le texte des Actes.

121Comme pour d’autres artisanats (Ferdière 1999 ; 2001 ; 2003 ; 2005a ; 2006/07 ; 2007 ; 2008a et b ; à paraître ; cf. en général Polfer 1999 ; Lepetz et Matterne 2003 ; et par exemple Delplace 1978, pour la poterie en Italie et Gaule ; et cf. Mees 2002) et peut-être plus encore – on le verra par la suite – la production de TCA est un artisanat, selon toute apparence, assez majoritairement rural, où l’on reconnaît de même plusieurs “ modèles ” d’implantation. Les ateliers, selon les modèles qu’on verra mieux se dégager du corpus examiné plus bas (chap. 2 ; voir Ann. 1), sont soit intégrés aux centres domaniaux eux-mêmes, les villae, comme à Touffréville (voir Ferdière 1999 : 10 ; 2003 : 265-266 ; 2005a : 9-10), y compris en véritables complexes quasi industriels, comme à Lezoux “ Les Fromentaux ” (voir Ferdière 1999 : 18-19, Fig. 11 ; 2003 : 266-257, Fig. 2-3 ; 2005a : 9-10), soit, bien plus souvent, regroupés, hors habitat, en rase campagne, comme à Vrigny (voir Ferdière 1999 : 17 et Fig. 9b) (cf. Fig. 16a), laissant ainsi la porte ouverte à une interprétation domaniale. Ce caractère rural a bien sûr déjà été observé : pour la Gaule centrale (Ferdière 2007 ; à paraître), ou par exemple pour la Suisse (Hevètes et Rauraques : Duvauchelle 201014).

  • 15 Accentuation du caractère rural des implantations d’ateliers céramiques, et en général artisanaux, (...)

122Pour les Trois Gaules, on peut encore mentionner quelques chiffres “ statistiques ” : pour le département de l’Oise (sud de la province de Belgique), la CAG 60 (Woimant 1995) indique 11 ateliers de tuiliers, attestés ou probables, qui semblent tous ruraux. Quant à la plus grande part du département de l’Aude, en Narbonnaise (Passelac 2009 : carte Fig. 34), les ateliers (de tuiliers et potiers) y sont largement majoritaires, soit isolés soit liés à des établissements ruraux, avec seulement 7 cas en agglomération. Mais cette “ ruralisation ” est un phénomène propre ici au Haut-Empire, les ateliers des iie-ier s. av. J.-C. étant plutôt en agglomération (ibid. : 110-111)15.

  • 16 No 6 (Bad Abbach-Gemling), 17-18 (Essenbach), 28 (Gengenbach), 30 (Grossbottwar), 37, 42 (Hoheneck- (...)

123Un inventaire plus récent concerne les ateliers de tuiliers de Germanie Supérieure et du nord de la Rhétie (Brandl et Federhofer 2010 : 94-110 ; cf. carte Fig. 71, p. 66) : 90 officines y sont recensées, où sont distinguées celles militaires (14, dont 3 mixtes et civiles, pour ces régions proches du Limes). Plusieurs d’entre elles sont rurales, dont non moins de 12 associées à des villae16 (ibid. : 55-56). Ceci est confirmé, pour la Rhétie, par Moosbauer 1999 : 222).

  • 17 Hormis ici les inventaires concernés par notre aire d’étude de cas, infra, chap. 2.

124On peut aussi consulter dans ce sens les inventaires d’ateliers de potiers et tuiliers17, pour la Narbonnaise (Sénéquier 1991), la Franche-Comté (Charlier 1990a : carte Fig. 11 ; et – b), le Sud-Ouest Champenois (Lenoble 1991 ; 1992), la Région Rhône-Alpes (Laroche 2005 ; cf. 2006), la Suisse (Le Ny 1998), entre Meuse et Rhin (Pastor 2010), la Région Nord-Pas-de-Calais (Thuillier 1993), ou pour le Nord de la Gaule (Thuillier 2003), l’Est (Le Ny 1987) et l’Ouest de la France (Faulon 1995), montrant la large domination des atelier ruraux.

  • 18 Bien que le limon puisse être aussi utilisé pour les TCA.

125Pour le Nord de la France et notamment la Picardie et ses nombreuses villae connues, P. Leman (1977a), notant l’absence d’argilières18 à proximité de ces dernières, considère que la production de TCA qui leur est destinée doit être concentrée dans un petit nombre d’officines spécialisées, et non dispersés dans les villae : en d’autres termes, on pourrait dire que chaque villa ne doit pas posséder ici, pour sa construction puis son entretien, son propre atelier, ce qui paraît recevable.

126On peut examiner de plus près, à titre d’exemples de comparaison avec la région faisant l’objet de l’étude de cas ci-dessous (chap. 2), quelques régions particulièrement bien documentées quant à leurs ateliers de TCA.

127• Un exemple suggestif concerne, en Narbonnaise, la cité de Béziers, pour sa partie nord-orientale (Mauné 1998 : 206-208 et 234 ; cf. 2001 : carte 2 ; 2007) (Fig. 1). On constate ici une forte demande, avec l’urbanisation et la romanisation des campagnes, surtout au ier s. de n. è. Ainsi, la production de TCA est présente dans pratiquement toutes les officines céramiques concernées de ce territoire (surtout pour les tegulae et les imbrices). Ceci est notamment visible dans le secteur d’Aspiran (cf. Mauné 2001 : 172-173), à “ Soumaltre ” (ratés et productions dans 2 grands fours ?) et à “ Dourbie ” (cf. Mauné et al. 2006) (ratés et un moule à antéfixe, alors qu’aucun antéfixe n’est connu sur les sites du NE du Biterrois : Genty 1978 : 80 ; cf. Laubenheimer 1985 : 171 ; et production de pesons dans les fours 3 et 8, mil. ier s.) ; cette production de pesons est par ailleurs connue à Sallèles d’Aude (Laubenheimer 1990 : 143-145) et à Corneilhan/La Teularié (Le Ny 1988 : 84). La production de tuiles est aussi attestée à Fabrèges et L’Estagnola (petits ateliers : ratés), ainsi qu’à Contours (avec amphores), Les Demoiselles-Ouest (sur l’ensemble des fours), et de même avec les ateliers spécifiquement de tuiliers : Camp Nègre, Ronis, Le Théron, Les Rieux-Hauts, Contours et Mougères/Le Colombier, Saint-Marcel à Saint-Pargoire, et surtout à Calencas (cf. Le Ny 1988 : 84), enfin sur l’important établissement rural des Plots-Sud (ratés). Les ateliers implantés en milieu rural sont donc nombreux (6 pour les seules TCA en Bitérois nord-oriental : Mauné 2001 : 171-172, carte 2), ce qui est ici interprété en termes de besoins des seuls habitats ruraux proches. Il s’agit en tout cas essentiellement de tuiles, et de petits pavés à Carlencas. Les estampilles sont moins nombreuses en Biterrois du nord-est que dans la partie occidentale de la cité. Le secteur étudié comporte en définitive de nombreux ateliers de TCA, dont certains spécialisés, mais plus souvent associés à la production d’amphores (Gauloises 4 surtout) et plus généralement de céramique commune oxydante, en rapport chronologique avec le développement de l’occupation du sol et spécifiquement de la viticulture dans ce secteur, entre 50 et 150. Quant à ces estampilles sur TCA (essentiellement des tuiles ; cf. infra, § 1.5 : Feugère 2008a : 152-153, Fig. 9 ; cf. Mauné 2001), elles montrent aussi, dans le cadre de la diversification des activités rurales, une production essentiellement domaniale, les produits étant ensuite diffusés bien au-delà du domaine. Elles sont présentes pour les produits des ateliers de “ Dourbie ” à Aspiran, de “ Bourgade ” à Servian et d’autres ateliers (cf. Ann. 4), permettant, pour les plus courantes, d’entrevoir la diffusion de ces officines.

Fig. 1 : Les ateliers de TCA du Biterrois nord-oriental, d’après Mauné 1998 : 202, Fig. 45 ; les ateliers de tuiliers sont indiqués par un symbole (profil de tegula), parmi les ateliers de céramique.

Fig. 1 : Les ateliers de TCA du Biterrois nord-oriental, d’après Mauné 1998 : 202, Fig. 45 ; les ateliers de tuiliers sont indiqués par un symbole (profil de tegula), parmi les ateliers de céramique.

128• Toujours en Narbonnaise, mais du côté provençal, on peut prendre l’exemple du Var (cités de Draguignan, Fréjus, Toulon…) (Fig. 2) (Bérato, Dugas et Pasqualini 1988 ; Brun 1999 : 163 et index, s. v. “ atelier de tuilier ”). Près d’une douzaine d’ateliers y étaient déjà répertoriés à la fin des années 1980, non moins de 28 dix ans plus tard : la majorité est datée des ier-iie s., mais deux officines sont des ive-ve s. Aucun exemple n’est attesté dans les villes, la très grande majorité étant donc en milieu rural et même huit directement dans des villae ou autres établissements ruraux. On note un atelier précoce (“ Pardigon ”, fin ier s. av.-1er quart ier s. ap. J.-C. : Brun 1999 : 361). Un “ vicus ” de Tegulata (officine de tuiliers ?) est en outre mentionné à Pourrières (ibid. : 579) (et voir infra, § 1.6 et Ann. 4, pour les estampilles dans les villae du Var).

Fig. 2 : Les ateliers de potiers du Var (état 1988), avec les officines de TCA, selon Berato Dugas et Pasqualini 1988 : 138, Fig. 2.

Fig. 2 : Les ateliers de potiers du Var (état 1988), avec les officines de TCA, selon Berato Dugas et Pasqualini 1988 : 138, Fig. 2.

129• On peut aussi, pour la province d’Aquitaine, mentionner la cité des Cadurques (Pauc 1982 ; cf. Labrousse et Mercadier 1990), pour laquelle R. Pauc (1982) recensait au début des années 1980, pour le seul département du Lot, non moins de 10 ateliers tuiliers-briquetiers gallo-romains (Fig. 3) : Cahors même, la capitale de cité (caserne et Banque de France), Belfort-du-Quercy “ Savignac ”, Cajarc “ Carade ” (mixte), Lacapelle-Marival “ Travers de l’Adret / Laveyrière ” (avec estampilles), Lavercantière-Thédirac “ Vayrières ” (avec estampilles), “ Le Grand Frau ” et “ Le Frau ”, Le Montat “ Foli ”, Saint-Denis-Catus “ Sagnes / Camp de Boux ” (avec estampilles), Saint-Martin-Labouval (avec estampilles), Saint-Paul-de-Loubressac “ Saint-Gervais ” (voir aussi Filippini 2010 : 129, 88, 143-144, 180, 185 et 220, 196, 210, 213, 214 ; cf. Labrousse et Mercadier 1990), auxquels s’ajoutent, pour la portion de la cité située dans le département du Tarn-et-Garonne (Rigal 2010b : 73), les officines de Caussade “ La Guarrigue ” (avec estampilles ; cf. aussi Mavéraud-Tardiveau 2007 : 87-88, Fig 65 ; 127 = Le Ny 1988 : n120), Lavaurette “ Prats Grands ” (cf. aussi Mavéraud-T., op. cit. : 127 = Pauc 1982 : 50 ; Le Ny 1988 : n59), et sans doute Albias. Ce nombre est porté à 16 (dont un atelier probable) en 2010 (pour le seul département du Lot : Rigal 2010b : 73) : s’ajoutent ainsi Caniac-du-Causse, Saint-Daunès (cf. Pauc 1992) et un nouveau site à Cahors (Urssaf : cf. Rigal 1995), ainsi qu’un atelier à Tour-du-Faur “ Mélines ” (Filippini 2010 : 215, avec estampilles). Plusieurs de ces ateliers sont mixtes (dont Cahors même), parfois avec une production de sigillée (“ Carrade ” à Cajarc : Rigal 2010b : 74-75). Il est vrai que l’intérêt très orienté du premier chercheur, R. Pauc, fausse certainement la vision cartographique d’ensemble de la concentration des ateliers dans cette cité (cf. Rico 1986 ; Rigal 2010b : 73), mais pour donner en même temps un aperçu, certainement plus proche qu’ailleurs, de la réalité gallo-romaine, de la densité de ces officines à l’intérieur d’une cité. Les ateliers ne sont apparemment pas majoritairement implantés dans la vallée du Lot, qui aurait pu faciliter la diffusion de leurs produits (Rigal 2010b : 75), et l’on ne distingue pas vraiment une “ aire d’industrie ” spécifique, ainsi spécialisée, contrairement par exemple à la vallée de la Scarpe, ci-dessous. Une majorité d’officines est implantée en milieu rural, parfois à proximité de villae. Contrairement aux affirmations de M. Labrousse (1953) pour Cahors même, le chef-lieu de cité (et cf. Maurin 1978 : 229 pour Saintes), l’essentiel des ateliers ne sont apparemment pas, pour cet auteur (Pauc 1982 : 43-44), dans les chefs-lieux de cité – ici Cahors représenté, à la marge –, mais surtout ruraux. Des estampilles – au nombre total alors de 450 pour l’ensemble de la cité – étaient connues sur six de ces ateliers en 1980 (Pauc 1982 ; infra, § 1.6), et à ce jour 41 tuiliers sont ainsi connus par leur nom, dont 22 localisés sur un atelier attesté (Rigal 2010b : 76). Plusieurs de ces estampilles de tuiliers ruraux sont cependant attestés à Cahors même. Et 4 ou 5 estampilles portent les tria nomina (T. Aurelius Lituus, C. Caius Torquatus, Q. Flavius Graius, T. Marcus Sergius…). On note ici, par exemple, la mise en œuvre de ces tuiles et briques estampillées dans l’aqueduc de Cahors (Rigal 2010a : et b : 77 : 83 ex. pour 9 tuiliers).

Fig. 3 : Les ateliers de TCA du Quercy (Cadurques), selon Pauc 1982 : Fig. 2 ; les limites figurées (pointillées) sont celles des départements (Lot, au centre, et Tarn-et-Garonne, en bas) ; les officines connus en 1982 sont figurés par des triangles, les sites où des estampilles sur TCA ont été découvertes, par des petits points.

Fig. 3 : Les ateliers de TCA du Quercy (Cadurques), selon Pauc 1982 : Fig. 2 ; les limites figurées (pointillées) sont celles des départements (Lot, au centre, et Tarn-et-Garonne, en bas) ; les officines connus en 1982 sont figurés par des triangles, les sites où des estampilles sur TCA ont été découvertes, par des petits points.
  • 19 Mais on interprétera ici ceci plutôt en termes de production domaniale.
  • 20 En revanche, 3 estampilles sur TCA (Gruat et al. 1999 : tabl. VI, VII et VIII, Fig. 46-51 et carte (...)
  • 21 Ceci va dans le sens de l’observation, faite indépendamment, et comme pour la poterie, de la non-co (...)

130• Un second exemple peut être pris pour l’Aquitaine centrale et orientale, avec la cité voisine des Rutènes (Aveyron surtout) : une dizaine d’ateliers de tuiliers y étaient connus en 1988 (Dausse 1988), la plupart depuis les travaux d’A. Albenque (1947), mais les derniers recensements (Gruat et al. 1999 : tabl. IV et carte, Fig. 46 ; Gruat, Malige et Vidal 2011) (Fig. 4) en révèlent non moins de 26 (en incluant ceux supposés). Il est à signaler que le four de “ Cadeyrac ”, augustéen, était en 1990 le plus ancien attesté de toute la région Midi-Pyrénées (Llech 1990). Quatre d’entre ces ateliers se situent à proximité ou dans des villae, à Creissels (cf. Pujol 1998), Flavin (Mas-Marcou), Montrozier et Saint-Saturnin-de-Lenne (Gruat et Maniscalco 1992) : la plupart des ateliers de tuiliers sont ici supposées liés à la construction de villae, car souvent situés à moins d’1 km19. Il est à noter que le grand centre de production de sigillée de La Graufesenque-Millau20 n’a pas livré d’indices de production de TCA, à l’inverse du centre de production mineur de sigillée d’Espalion. En outre, deux ateliers semblent ici associés à des sanctuaires, à Salles-la-Source et Ols-et-Rinhodes, un autre l’étant au secteur minier du Kaymar (Pruines) (cf. Abraham 2000). Enfin, l’atelier (de villa) de Salles-la-Source (Gruat, Maligre et Vidal 2011 : 571-572) produit, outre des tuiles, des antéfixes dont des exemplaires ont été trouvés au chef-lieu de cité, Rodez. Ici aussi, au moins une estampille de l’atelier de l’Alzou porte les tria nomina (Gruat et al. 1999), alors que les estampilles SEXIVLASPR de ce même atelier sont particulièrement nombreuses sur la villa de Firmi “ Girmou ” (55 ex., ainsi que 14 d’une autre estampille). Il est remarquable que les estampilles les plus courantes sont situées dans la partie ouest du département, proche du Quercy (cité des Cadurques)21 où cette activité de production de TCA est très bien attestée (Pauc 1982, supra). Contrairement à ce dernier secteur, on a sans doute ici, chez les Rutènes, des estampilles identiques sur plusieurs ateliers. On émet ici l’hypothèse qu’il puisse s’agir d’une production itinérante, ce qui expliquerait la différence des estampilles (Gruat et al. 1999 : loc. cit.). Les produits estampillés y sont donc particulièrement bien représentés, tant sur les ateliers que sur les sites de consommation (infra, § 1.6 et 7, et 1.9).

Fig. 4 :Ateliers de tuiliers et estampilles sur TCA en Rouergue, d’après Gruat et al. 1999 : 97, Fig. 46 (légende : a = agglomérations antiques principales ; b = grandes voies romaines ; c = sites à tuiles estampillées ; d = ateliers de tuiliers).

Fig. 4 :Ateliers de tuiliers et estampilles sur TCA en Rouergue, d’après Gruat et al. 1999 : 97, Fig. 46 (légende : a = agglomérations antiques principales ; b = grandes voies romaines ; c = sites à tuiles estampillées ; d = ateliers de tuiliers).
  • 22 Au point que les ratés ont été utilisés comme matériau pour les fondations de murs de certains site (...)
  • 23 Voir estampilles, Ann. 4.

131• Dans la province de Gaule Belgique, le cas de la vallée de la Scarpe (rive gauche) – région d’Orchies (Nord) et au sud de la Pévèle, à la limite des territoires atrébate et des ménapien – est remarquable, avec une très forte concentration d’ateliers ruraux de TCA, sur une faible surface (Louis et Thuillier 2007 ; 2010 ; Lebrun à paraître) (Fig. 5) : il s’agit d’un cas de spécialisation artisanale micro-régionale dont on ne connaît pas vraiment d’équivalent, en tout cas dans les Trois Gaules, avec non moins de 15 ateliers répertoriés sur une aire réduite de 11 communes prospectées (cf. Ann. 3)22, exclusivement du Haut-Empire, dont quatre sur la seule commune de Flines-les-Râches, qui pourrait être un “ ad Figlinas ”. Ils s’inscrivent dans un dense réseau d’occupation du sol, exempt toutefois de grandes villae. Au moins une estampille, pour l’officine de Titica23, correspond à ces productions, et au moins deux de ces ateliers sont mixtes, produisant aussi de la poterie.

Fig. 5 : Les ateliers de TCA de la vallée de la Scarpe, telle que publiée dans Louis et Thuillier 2007 : 133, Fig. 2 (doc. É. Louis, Communauté d’Agglomération du Douaisis).

Fig. 5 : Les ateliers de TCA de la vallée de la Scarpe, telle que publiée dans Louis et Thuillier 2007 : 133, Fig. 2 (doc. É. Louis, Communauté d’Agglomération du Douaisis).

132• On prendra un dernier exemple de comparaison avec le secteur géographique plus vaste, situé entre Meuse et Rhin, concernant pour partie la province de Belgique (sud-est) et pour partie celle de Germanie Supérieure (Pastor 2010, 1 : 27-28, tabl. Fig. 4 ; 274, tabl. Fig. 194 ; cf. vol. 2, Catalogue) : 10 sites produisent simultanément TCA et poterie, 6 ateliers étant réellement mixtes (Dambach, Diesheim, La Madeleine, Chémery, Mittelbronn et Liffol), les autres apparemment situés ailleurs dans des agglomérations produisant par ailleurs aussi de la poterie. Il ne s’y ajouterait que trois ateliers produisant exclusivement des TCA (Mackwiller, Rimsdorf et Eguisheim) : la proportion d’ateliers mixtes est donc remarquable, par comparaison, par exemple, avec la grande région étudiée plus bas (chap. 2). Neuf ateliers (sur 13) sont ruraux : malgré donc quelques variantes, la situation, dans cette région orientale des Gaules, relativement proche du Limes rhénan, ne se distingue pas radicalement des autres cas cités ici.

133Plus généralement, en Narbonnaise, les ateliers sont très majoritairement ruraux et, pour les petites officines, souvent liés à des villae et au système domanial, dans le cadre d’une production autosuffisante, les plus importants ateliers s’ouvrant sur un marché élargi (selon Laubenheimer et Le Ny 1999). La production de TCA est évidemment très développée dans la partie occidentale de cette province, notamment dans la région de Toulouse, dépourvue de bonne pierre de construction et où la brique est mise en œuvre de manière particulièrement notable par rapport à d’autres secteurs des Gaules, comme le notait déjà C. Jullian (1920/26, t. 2, L. V, chap. X : p. 95-98 et notes ; Rico 1988 ; cf. De Filippo 1993 ; 1999 ; 2004 : 109-110 ; Bondartchouk 2002).

  • 24 Comme l’atelier de Temploux par rapport à l’agglomération de Namur.

134Par comparaison avec notre région d’étude de cas (infra, chap. 2), pour une vaste aire géographique, on peut par exemple examiner la situation dans la province de Gallia Belgica (Polfer 2005 : cartes 1 à 5 ; cf. aussi Demarolle 1999 : 255 ; et al. 2003 : 117-118 ; Loridant 1999 : 273 ; l’artisanat des chefs-lieux de cité n’est pas ici pris en compte) : pour le Haut-Empire, on compte 3 ateliers de TCA en agglomération (carte 2) pour 11 en milieu rural (carte 4) ; pour l’Antiquité tardive, aucun en agglomération et 8 ruraux. Plus particulièrement, pour la Belgique actuelle (Brulet 2008 : 205-208, Fig. 299), on note 14 ateliers, et 4 groupes d’estampilles (infra), avec d’importantes officines comportant des fours de grandes dimensions : Marille (op. cit. : 292), Hermalle-sous-Huy (op. cit. : 406-407), cette dernière certes proche de l’agglomération gallo-romaine d’Amay mais en contexte rural24, en bord de Meuse. On compte ici une forte majorité de lieux de production en contexte rural, voire directement associée à une villa, pour seulement quelques cas en agglomération ou ville (comme Tournai, chef-lieu). On peut enfin prendre le cas de la Suisse, grâce à une récente publication : sur 42 ateliers de TCA recensés, non moins de 66,7 % (28) sont situés en milieu rural – contre seulement 12,5 % en ce qui concerne les ateliers de potiers, au nombre total de 128 –, et par exemple seuls 4 ateliers de TCA sont militaires (9,5 %) (Deschler-Erb 2012 : 34, Fig. 2.5 ; 45, Fig. 2.14 ; cf. p. 199 sqq.).

135De ci de là, à travers les Gaules, on note donc des ateliers isolés en pleine campagne et qui sont raisonnablement rattachables à des domaines : on peut encore citer par exemple, pour les Allobroges, le cas de Moissieu (Isère), du début du ier s. (Aubin 1996 : 117-118). Il est toutefois notable que la question de la production de la TCA à partir des fundi n’est pas abordée dans un récent ouvrage concernant l’économie domaniale de la Gaule Narbonnaise (Buffat 2011). Les ateliers ruraux y sont en tout cas nombreux, par exemple dans le Var (supra), et l’on note donc en général partout une majorité d’ateliers ruraux (par exemple à Cabanac, Haute-Garonne : Vidal 1989), quand ils ne sont pas directement installés dans les villae (infra).

136Hors de Gaule, en Italie, la majorité des ateliers sont dans les districts ruraux, à distance des villes (Helen 1975 : 97), et, en Grande-Bretagne romaine, ce sont 60 % des ateliers de TCA qui sont à plus de 20 km des chefs-lieux de cités (Peacock 1979 : 8 ; cf. Pauc 1982 : 44).

  • 25 Pour les références bibliographiques, voir Ann. 4 ; dans quelques cas cependant, ces fours peuvent (...)

137On note ainsi des ateliers de tuiliers, en général cependant avec un four unique, directement installés dans des villae et autres établissements ruraux, ou à proximité immédiate25, comme on le verra (chap. 2) pour la région présentée en étude de cas :

  • 26 Explicitement qualifié de “ domanial ” par Burnand 1990 : 63 ; Massy 1997 : 212.

138- en Gaule Belgique, villae de Houdeng, Illange, Liffol26, Yutz ; établissements ruraux de Beuvry-la-Forêt et Flines-les Râches (Nord) (Thuillier 1993 : 171 et 173 ; 2003, 9 : 1369-1374 et 1437-1455) ;

139- en Narbonnaise, les cas semblent particulièrement nombreux, pour une région il est vrai particulièrement bien documentée en la matière (par ex. : Le Ny 1988 : 83-87, pour la région Languedoc-Roussillon ; et voir supra pour la cité de Béziers) : par exemple, la villa de Rians (Brun et Congès 1994 ; Brun 1999 : 600), ainsi que trois autres villae du Var (cf. supra : Bérato, Dugas et Pasqualini 1988 : 136-137) ; l’atelier (mixte) du “ Bourbou ”, à Loupian (Hérault), lié à la villa de “ Pré-Bas ” (Lugand 1998 ; Pellecuer 2007 ; – et Bermont 2000) ; le four de tuilier dans la villa de “ La Quintarié ” à Clermont-l’Hérault (Hérault) (Pommarèdes et al. 2005) ; et l’on peut citer Roquemaure (Gard), à la fin du ier s., dans l’état 3 de la villa (Barberan et al. 2002 : 911-915, Fig. 12) ; dans le Var (supra), villae ou établissements ruraux, comme celui des Arcs-sur-Argens, produisent des TCA estampillées (Bérato et Dugas 1988 ; Bérato et al. 1989 ; Brun 1999 : 220), et de même pour les villae de Brignoles, Camps-la-Source, La Croix-Valmer, Draguignan, Pourrières, Rians “ Les Toulons ” et Tourves (Brun 1999, s. v) ; on peut encore mentionner, comme on l’a vu, pour le Biterrois NE, les villae de Contours et surtout Aspiran “ Dourbie ” (Mauné 1998 : 438-439 ; Mauné et al. 2004 ; 2006).

140- dans le Centre-Est des Gaules, on mentionnera les fours d’une villa à Chancy, tardifs, près de Genève (Weck et Zoller 2011), ou la villa de “ Russalet ”, suburbaine d’Avenches (Castella 1995 ; Eschbach et Castella 1995), et celle de Vicques (CH) (Gerster 1983) ; et encore des fours à TCA près de la villa de Jonvelle (Haute-Saône) (Charlier 1990a : 19) et dans celle de Marboz (Ain) (De Klijn 1994) et de la grande villa de Saint-Romain-de-Jalionas (Isère, en limite de cité des Allobroges, et donc en fait en Narbonnais septentrionale) (Pinet 1972 ; cf. Royet 2006).

141- dans la province d’Aquitaine (hors des six cités concernées par notre “ échantillon ” du Chap. 2), le four de St-Daunès (Lot) est installé dans une villa (Pauc 1992) ; et on signale un four de tuilier dans la villa de “ Raujolles ” à Creissels (Aveyron) (Pujol 1998), ainsi que d’autres chez les Rutènes (cf. supra), enfin le cas de la villa de Lalonquette (Pyrénées-Atlantiques) (Réchin 2006 : carte Fig. 1 ; Plana-Mallart 2006 : 207 et carte Fig. 2),

142- les cas d’ateliers implantés dans des villae sont particulièrement nombreux dans les provinces de Germanies et de Belgique orientale, au contact du Rhin : Mürlenbach, Euskirchen et d’autres en Rhénanie (All.) (Luik 1999 : 210, Fig. 2 ; cf. Peacock 1979 : 8), Ludwisburg-Hoheneck (All.) (Klein 1992), Capellen (GD Luxembourg (Stoffel 2009), Dietikon (canton de Zurich, CH, Germanie Supérieure : à proximité), “ Ziegelägerten ” (production de tuiles et tubuli au iie s., avec estampilles : Ebnöther 1995 : 202-203, Fig. 289), Meikirch (BE, CH) (Suter et al. 2004), Hoheneck (Bade-Württemberg, All.) (Paret 1911 ; cf. Peacock 1979 : 8),), Montenach et près de celle de Mackwiller (Lorraine) (Gambs 2007 ; Hatt 1967 : 85), ou encore dans les villae de Ludwigsburg-Hoheneck (All., Champs Décumates) (Hüssen 1994 : 261 et Fig. 13.8 ; cf. Brandl et Federhofer 2010 : 55, Fig. 60), Schuld en Rhénanie (Eiden 1976 ; cf. Brandl et Federhofen 2010 : 60, Fig. 66) et, dans la région de la Moselle, villae d’Illange (Moselle) (avec Mürlembach (All.), supra : Blaising 2000 : 131, n. 4 ; Demarolle et al. 2003 : 117) ; enfin, également des fermes gallo-romaines, comme à Trengen “ Murhubel ” (C. de Luzern, CH) (Fetz 1996 ; Fetz et Meyer-Freuler 1997).

143Comme pour le cas emblématique de Touffréville chez les Viducasses (infra, Chap. 2), on soupçonne donc fortement, à travers tous les territoires gaulois, une économie rurale fondée au moins en partie sur la production de tuiles et autres TCA. Et il est vrai qu’une situation comparable peut être observée ailleurs, hors des Gaules, dans d’autres provinces romaines.

144- En Britannia, on peut ainsi citer des cas d’ateliers de TCA implantés dans des villae, par exemple à Rapsley (Surrey, iie-mil. ive s.) (Hanworth 1968), avec deux fours, dont l’un dans la villa elle-même, à Plaxtol (Davis 2009) ou à Eccles (Kent) et Ashstead (Detsicas 1967 ; cf. Peacock 1979 : 8).

145- De même, ceci concerne plusieurs villae et établissements ruraux en Rhétie et Bavière (Fischer 1994 : 283 ; Moosbauer 1999 : 222), dont Sittling, ou près (env. 500 m) de la villa de Sargans (CH), du iie s. (Geel 1964 ; Frei 1969 ; Moosbauer 1999 : 222).

146- En Serbie (province de Mésie Supérieure), on peut par exemple citer la villa de Višići (Berger 1969 : 43).

147- En Bétique, par exemple Torrox (Málaga, Esp.), et beaucoup d’autres, mixtes avec la production d’amphore, dans le secteur de Cádix (Martínez, Villalobos et Giménez 1999).

148En Italie, en dehors du secteur de Rome, on mentionnera également plusieurs cas dans des villae de Lucanie (Di Giuseppe 2010), ou en Istrie, autour de Parenzo-Parentum (D’Incà et al. 2008), ainsi qu’à Villadose (Medio Polesine) (Facchini et Marini 2008), S. Marco en Campanie (Miniero 1999), ainsi que les ateliers ruraux des Pouilles (Monacchi 2007).

149Il serait cependant vain de nier qu’un nombre représentatif d’ateliers de TCA sont situés au sein d’agglomérations secondaires. Ceux-ci restent toutefois clairement minoritaires par rapport aux implantations rurales : prenons quelques exemples.

150• 3 cas certains en Lorraine (Massy 1997 : 428-429, Tabl. II : Corny, Deneuvre (cf. ibid. : 99), et Tarquimpol-Decempagi : cf. Lutz 1980), bien que deux autres soient mentionnés, en fait apparemment ruraux (cf. 5 cas sur 37 agglomérations in : Massy 1994 : tabl. II, p. 109-110) ; et plusieurs cas entre Meuse et Rhin (Pastor 2010, 1 : 274 ; tabl. Fig. 194) ;

151• Un seul cas en Côte-d’Or (Bénard et al. 1994 : 150, Pontailler-sur-Saône) et aucun signalé en Bourgogne sur 71 agglomérations recensées (Mangin 1994a : tabl. II, p. 68-71) ; il faut cependant y compter Boux-sous-Salmaise, en Auxois (Mandubiens ?) (Provost et al. 2009, 2 : 108) ;

152• Aucun cas non plus n’est mentionné en Franche-Comté, sur 22 agglomérations (Mangin 1994a : 77-78) ;

153• Un seul exemple sur 23 ateliers en Suisse (Paunier 1994 : tabl. II, p. 86-87) ;

154• En Rhénanie (Gilles 1994 : tabl. II, p. 142-144), aucun cas sur 29 agglomérations ; (cf. cependant 3 ou 4 sur 37 possibles en “ Germanie Transrhénane ” : Sebastian Sommer 1994 : tabl. II, p. 99-10) ;

155• Seulement 1 cas (important, à Beaucourt-en-Santerre) sur 30 ateliers en Picardie (Ben Redjeb 1994 : tabl. II, p. 118-119) :

156• en Wallonie (Belgique) et Luxembourg (Brulet 1994 : tabl. II, p. 132-133), seulement 6 cas sur 36 agglomérations (dont 1 importante à Liberchies) ; et l’on note par exemple l’agglomération d’Amay (prov. de Liège) (Willems 1975/75).

157Et l’on peut encore citer le cas de Kembs-Cambete (Haut-Rhin), en Alsace (Viroulet et Heidinger 1999).

158Cependant, le fait que des ateliers – ici de TCA – soient situés dans des agglomérations n’exclut pas a priori la possibilité qu’ils puissent malgré tout dépendre de domaines, des agglomérations étant en effet parfois intimement associées à des grandes villae, comme je crois l’avoir montré dans de récents travaux (Ferdière 1999 ; 2001 ; 2003 ; 2006/07 ; 2007 ; 2008b, à paraître : exemple emblématique de Bliesbruck-Reinheim).

  • 27 Recension notamment à partir de Béal et Goyon 2002 et cf. Brulet 2008.
  • 28 Pour les villes de Lyonnaise et des cités du N et E de l’Aquitaine mentionnées ici, voir Chap. 2 et (...)

159De même, il serait tout aussi vain de nier l’existence d’ateliers de TCA en milieu urbain ou dans la périphérie immédiate de ces chefs-lieux de cité27. Cependant, un grand nombre de villes, et non des moindres, n’ont fourni aucune occurrence en la matière28 : Lyon même (Desbat 2010 ; voir cependant infra, Chap. 2), ou Trèves (pour le Haut-Empire : Luik 2002), et Reims, capitale de la Belgique (Deru 2002).

160En revanche, d’autres villes chefs-lieux de cité sont pourvues d’ateliers de TCA : par exemple, en Narbonnaise, les abords de la ville romaine de Béziers ont livré (état 1988) non moins de 6 ateliers de TCA repérés en surface (Giry et Fédière 1973 ; cf. Le Ny 1988 : 71-72), alors qu’à Fréjus fonctionnent les ateliers de TCA de Castor et Marus, dans la seconde moitié du ier et au iie s. (Fédière 1981 : 11 ; Rico 1993 ; Brun et al. 1984 : 16 ; Laubenheimer 1992 : 23-24 ; cf. Rivet 2010 : 319-321), ainsi qu’un atelier mixte (avec amphores : Laubenheimer 1992 ; Béraud, Gébara et Dumont 2001) ; et encore à Aix-en-Provence (Nin 2002) et sans doute à Arles (Long 1994 : 52-53). On connaît aussi maintenant des ateliers, mixtes, dans la zone portuaire de Narbonne, capitale provinciale (Sanchez, Carrato et Favennec 2011). Et cette production est aussi attestée dans des villes importantes telles que Metz (Pastor 2010, 2 : 351 et 1 : tabl. Fig. 194), Saintes (première capitale de l’Aquitaine : Maurin 2007 : 315 sq., 374 sq.cf. Le Ny 1988 : 93 ; Vernou et Baigl 1991 : 23 : au moins deux ateliers mixtes), ou encore Avenches-Aventicum, chef-lieu des Helvètes (Castella 1995), et plus encore Augusta Rauricorum-Augst (Furger 1990), avec il est vrai surtout des ateliers militaires de Kaiseraugst (Furger 1990), ainsi que Cologne (Seiler 1991). Il en est de même à Trèves, mais seulement dans l’Antiquité tardive (infra, § 1.10.3) et en Germanie Supérieure, à Besançon (cf. Charlier 1990a : 15) ;

161Hors de Gaule, on note par exemple les ateliers de Cordoue (Bétique) (Moreno et Vargas 2004), et l’on peut aussi retenir l’exemple de Canterbury-Durovernum, en Britannia (Jenkins 1956 ; 1960) ; alors que l’atelier de Reigate (Surrey), proche de Londres, doit alimenter la ville romaine (Masefield et Williams 2003). Et ces figlinae urbaines sont bien sûr particulièrement vivaces à Rome à la période impériale (Chausson et Buonopane 2008).

162Enfin, des ateliers sont clairement militaires – ou à destination des sites militaires –, associés à des camps légionnaires ou autres : on reverra cette question infra, au sujet des estampilles militaires (infra, § 1.7) : la production est-elle entre les mains de l’armée, ou déléguée à des commanditaires, notamment parmi les propriétaires fonciers alentour (cf. Gustowska 2005) ?

163Enfin, un argument – sans doute marginal – peut être utilisé quant au caractère rural (sinon domanial) des ateliers de TCA, à partir des seuls produits et hors des ateliers réels eux-mêmes : il s’agit de la présence, récurrente, d’empreintes d’animaux domestiques, voire sauvages, sur certaines tuiles ou briques, imprimées en cours de séchage sur l’aire au sol destinée à cet usage. Mais certes, les empreintes de chiens, chats, voire porcs, n’excluent cependant pas un contexte de production urbain. Plusieurs études spécifiques ont porté sur cet aspect : Michel 1965 ; 1968 ; 1976 ; Bouchard 1972 (dont sauvages, à Trèves, Metz et villa d’Ummendorf) ; Cram et Fulford 1979 (Silchester) ; Cram 1984 ; 1985 ; Carmelez 1988 (Bavay) ; Maier 1989 (Bavière) ; Elliot 1991, pour Newstead (GB) ; cf. Brandl et Federhofer 2010 : 28-29 ; et cf. Gruat et Maniscalco 1992, pour l’atelier de Poujols à Laissac (Aveyron), Bouet 2003 : 171-187, pour les TCA des thermes de Barzan (Charente-Maritime), Clément et Michel 1964, pour le possible atelier de Heimberg (CH), et Michel 1965 ; 1968 ; 1974 ; 1976, pour la Suisse en général, ou encore à Narbonne (Fédière 2004), et en Roussillon (Fédière et Fédière 2004).

Les structures et équipements des ateliers de production

  • 29 Voir par ex. les bêches utilisées pour préparer et découper la terre crue : Chenet 1920.

164Il serait hors de propos d’examiner ici les conditions techniques de ces productions (voir dernièrement : Charlier 2011)29. Cependant, par rapport à notre propos, certains traits en sont à souligner, dans le cadre de leur organisation, telles que les marques digitées (souvent en demi-cercle, parfois en boucle) qui servent sans doute de compte pour les rangées de tuiles laissées à sécher (Groller 1904 ; Bernardin 1954b ; Le Bohec 1984, et Rebuffat 2000 (pour le castellum de Jublains) ; Goulpeau et Le Ny 1989 ; Charlier 1995 ; 1999 : 169-172 ; 2004 : 76-77 ; Gaitzsch 2002 (Elsdorf), ou encore des comptages sur les tranches, comme pour les thermes de Cluny à Lutèce (Charlier 2004 : 83-84 et Fig. 54).

  • 30 Outre la zone concernée par notre Inventaire (Ann. 1), on peut trouver des recensions de ces fours (...)

165Les structures de production comprennent quant à elles essentiellement le four30, l’élément le mieux connue car la plus résistante et la plus reconnaissable : il s’agit, pour les ateliers les plus importants, de grands fours rectangulaires (en général du type II de Le Ny 1988 : 41, et Fig. 22b ; pour la typologie des fours, voir aussi : Berger 1969 : 13 sqq. ; Charlier 2011 ; 2012), type qu’on considère comme typique du monde gréco-romain : il est bien connu dans les régions méditerranéennes comme dans les provinces romaines d’Europe de l’Est, y compris jusque dans l’Antiquité tardive (Rădulescu 1969) ou d’Espagne (Fletcher 1965) et tout particulièrement à dans le secteur de Rome (Hartley 1973), ou encore, en Occident, jusqu’en Britannia (Swan 1984 : 50). Les fours reconnus pour des productions militaires sont particulièrement vastes, tel celui de Kaiseraugst (Berger 1969).

166Il n’est pas de notre propos d’examiner ici l’organisation interne de l’atelier, avec aussi ces halles de séchage, mais on peut citer de beaux exemples à Capellen (Lux.) (Stoffel 2009), Rheinzabern ou Neupotz (All.) (Trimpert 2003 ; Schulz 2003), ou encore avec l’atelier d’Albinia en Toscane (Italie) (Vitali 2007).

167La question de l’approvisionnement en terre (argile) et donc des argilières est cependant en général très peu traitée (cf. toutefois : Leman 1977a ; Leman et Bourgeois 1979) : elle permettrait pourtant d’aborder sous un autre biais la question domaniale et du contrôle des matières premières.

168Anecdotiquement, quant à l’interprétation comme “ moule à tuile en bronze […] pour grandes tuiles de couverture ” d’un objet découvert en 1910 à Flavigny-sur-Ozerain “ En Migelin ” (Côte-d’Or) (agglomération/village gallo-romain, près d’Alésia) (Pernet 1910 : 745 ; Mangin et al. 2000 : 425, n46 ; Provost et al. 2009, 3 : 346), elle est certainement à revoir. Il en est de même des prétendus “ moules en calcaire ” pour des tuiles découverts sur la villa d’Andilly-en-Bassigny (Haute-Marne), qui ont longtemps fait classer ce site comme atelier de tuilier (Ballet 1965 ; Thévenard 1996 : 100-109 ; cf. Le Ny 1988 : 71 ; Thuillier 2003, 6 : 593-598).

Production mixte

169On pourrait penser qu’ateliers de potiers et de tuiliers devraient être souvent associés, car nécessitant tous deux les mêmes matières premières et une part importante de structures communes de production (fours, halles de séchage, etc.). Mais en fait, il n’existe qu’un nombre réduit d’exemples d’association, même si notre Inventaire pour la Gaule centrale révèle un certain nombre d’ateliers mixtes (infra, chap. 2).

170En Britannia romaine, ces cas sont notablement rares (une douzaine : Swan 1984 : 50). Les ateliers militaires font cependant exception dans cette province, surtout sous Trajan (ibid. : 84 et 87-88), et l’on peut citer des fours rectangulaires pour produire d’abord des tuiles puis de la poterie, par exemple à Holt (Grimes 1930 ; Mac Whirr 1979b : 189 sqq.). On connaît aussi ici des fours de type à poterie utilisés pour produire des tuiles, à Harrold et Arbury (Scott 1975), et par exemple des ateliers mixtes à Canterbury-Durovernum (Jenkins 1956 ; 1960). Un cas semblable est connu en Germanie Inférieure : fours à la fois de potiers et tuiliers, militaires, à Nimègue (Holwerda et Braat 1946).

171En Catalogne (Tarraconnaise), on pourrait par exemple citer l’atelier mixte, rural, de Lloret de Mar à La Selva, fonctionnant au tournant de l’ère (Buxó et Tremoleda 2002) et celui de Sant Antoni ou Palafrugell (Nolla, Canes et Rocas 1982 ; Casas et al. 1995 ; Buxó et Tremoleda 2002 ; Nolla et al. 2004 ; cf. Charlier 2011 : 114 sqq.), ainsi que de Torre Llauder (avec amphores : Prevosti et Clariana 2010). Et la grande majorité des ateliers de la région de Cadix, en Bétique (Puerto Real, etc.), et de la vallée du Guadalquivir sont mixtes, avec la production des amphores à huile et sauces de poisson (Rico 1994 ; 2000 ; Martínez, Villalobos et Giménez 1999). C’est aussi le cas de l’atelier de Pinheiro (Portugal), en Lusitanie (Mayet et Tavares 1998).

172Il en est de même en Italie, en Cispadane et dans le nord de l’aire adriatique par exemple, avec également la production d’amphores (Righini 1998a), de même qu’à Albinia en Toscane (Vitali 2006 ; 2007). Et l’on peut encore citer l’atelier de Santa Venera en Sicile (Amori 2007) et, dans la partie orientale de l’Empire, le cas de Sabalassos en Pissidie (Turquie), Asie Mineure (Poblome et al. 2000).

  • 31 Pour les références bibliographiques, voir Ann. 3.

173Dans les provinces gauloises et germaniques, l’association des productions de TCA et de celles de sigillée est attestée31, dans l’Est à Mittelbronn, en Argonne, à Fauquemont-Chémery et ailleurs (Chenet 1927 ; cf. Grenier 1958 : 78 sqq. ; Hatt 1958 : 322), mais aussi, comme on le verra (chap. 2) à Lezoux. C’est aussi le cas en Aquitaine, à Montans (Tarn) (Le Ny 1988 : 91-92), ou, en Germanie Supérieure, à Heiligenberg-Dinsheim (Haut-Rhin) (Forrer 1911 ; Le Ny 1988 : 77), ainsi que Sinzig (All.) (Hagen 1917). Et il en est de même, avec la sigillée, à Offemont (Territ. de Belfort : Le Ny 1987 : 186-187 ; 1988 : 83, n100 ; Charlier 1990a : 21), à Mittelbronn (Moselle) donc (Le Ny 1987 : 188 ; 1988 : 89-90, n118), ou à Rheinzabern, atelier pour lequel on note aussi un caractère militaire (cf. infra, § 1.7) (Reddé et al. 2006 : 24-26, Fig. 24).

174On peut citer de nombreux cas notoires d’ateliers mixtes.

175• En Gaule de l’Est, Belgique et Germanies, avec la céramique commune à Moissey (Jura : Charlier 2005), ou probable atelier de Nancy (Vautrin 1804) ; entre Meuse et Rhin (Pastor 2010 : cf. supra, § 1.1.2, concernant une majorité d’ateliers ; Beuvraignes en Picardie (Collart et Talon 2011 : 91), Bedburg en Rhénanie (Piepers 1971 ; Luik 1999 : 210), Murdau-Shlossau (Neckar) et Stetfeld (Bade-Württemberg, All.) (Rabold 2003 ; 2008a et b), l’atelier en partie militaire de Hunzenschwil (CH) (Schaer 2006 ; Schaer, Fetz et Pauli-Gabi 2006), un des ateliers de Flines-les-Râches et celui de Coutiches (Nord), dans la vallée de la Scarpe, ainsi que Les Rues-de-Vignes (Nord) (Le Ny 1988 : 92-93 ; Thuillier 1993 : 173 et 180-182 ; 2003, 9 : 1437-1455 et 1468-1483 ; Louis et Thuillier 2007 ; 2010) ou Dourges (Pas-de-Calais) (Thuillier 2003, 9 : 1626-1646) ; en Belgique actuelle, Howardries (Amand 1971 ; Loridant 1999 : 273), Marilles (Thuillier 2003, 4 : 117-125) ; et encore Sirault (cf. ibid. : 249-256), Nancy en Lorraine (Le Ny 1987 : 188 ; 1988 : 73 : n48), Florent-en-Argonne dans l’Antiquité tardive (Thuillier 2003 : 683-687), et Dambach-la-Ville (Bas-Rhin), avec 3 fours de tuiliers des ier-iie s. (Kuhnle 2009 ; Kuhnle et al. 2005), Mantoche (Haute-Saône) (Lerat 1962 : 451), Jasseron (Ain) (Buisson 1990 : 61), sans compter Nimègue (Germanie Inférieure), déjà mentionnée ci-dessus comme militaire

176• Une recension faite en 1999 pour l’ensemble de la Narbonnaise (Laubenheimer et Le Ny 1999, selon Le Ny 1988 et 1992) indiquait que plus de la moitié des ateliers de TCA y étaient mixtes (cf. Laubenheimer 1985 : 33 ateliers mixtes avec des productions d’amphores). Le cas de la cité de Béziers, cité plus haut (§ 1.2.1 : cf. Mauné 1998 : loc. cit.), est représentatif, avec une majorité d’ateliers mixtes, de TCA associées à la production de céramique commune et notamment, encore, d’amphores (cf. Laubenheimer 1985), comme par exemple à Aspiran “ Soumaltre ” (Ginouvez et Mauné 1996 : 324 ; Thernot, Bel et Mauné 2004 : 105-132), et notamment Aspiran “ Dourbie ” Contours (avec production d’amphores) (Hérault) (Mauné et al. 2004 ; 2006 ; Mauné et Silvéréano 2011), ou encore à Fréjus (Laubenheimer 1992), où le four de “ Saint-Lambert ” produit à la fois amphores et TCA (Béraud, Gébara et Dumont 2001). C’est bien sûr aussi le cas de Sallèles d’Aude (Laubenheimer 1990 : 94-110), ou Corneilhan (Hérault) (Laubeiheimer et Widemann 1977), Laurens (Hérault) (Barruol 1978 : 441 ; Le Ny 1988 : 84), ou, dans le Var (supra), à La Croix-Valmer (avec amphores), Montferrat, Villecroze (Brun 1999 : 361, 524, 862), ainsi qu’au Bourbou à Loupian (Hérault), avec des amphores (Lugand 1998 ; Pellecuer 2007 ; – et Bermont 2000) ; à Istres “ Sivier ” (Bouches-du-Rhône), avec des amphores et tuyaux (Marty 2003a et b), et de même à Narbonne “ La Nautique ”, avec la production d’amphores (Sanchez, Carrato et Favennec 2011) ; et l’on peut encore noter Velaux (Bouches-du-Rhône) (Le Ny 1988 : 96, avec amphores), Fontès (Hérault) (Feugère, Rouquette et Houles 1982 ; Le Ny 1988 : 84), Saint-Juliens-de-Peyrolas (Gard) (Goury 1984 ; Le Ny 1988 : 86), ou Sanary (Var) (Brun 1999 : 123).

  • 32 Hormis les 6 cités de notre étude de cas, Ann. 1.

177• En Aquitaine32, on a déjà vu supra qu’une partie des ateliers de tuiliers des Cadurques étaient mixtes (§. 1.2), dont l’atelier de sigillée de “ Carrade ” à Cajarc (Lot) (Pauc 1982) ; ailleurs, on peut mentionner, chez les Santons, sans doute Vieux-Cérier (Charente) et surtout Saintes, aux nombreux ateliers de potiers, dont sans doute au moins deux mixtes (Maurin 2007 : 374 sq. ; Le Ny 1988 : 93 ; Vernou et Baigl 1991 : 23).

  • 33 Voir notamment, au Chap. 2, le cas emblématique de Touffréville (Calvados), avec ses fours à tuiles (...)

178Sur un autre plan, il est intéressant de souligner, dans le cadre de l’organisation de l’artisanat domanial, que cette production est, dans un nombre de cas apparemment significatif, associé à d’autres activités artisanales : la poterie, bien sûr – et/ou (surtout) les amphores –, comme on l’a vu, plus sans doute pour des raisons de matières premières et structures de production, mais aussi la chaux33, ou la sidérurgie (en Côte-d’Or, ou par exemple à Tarquimpol). Dans la zone du Limes rhénan, l’association de fours à chaux et de fours à tuiles de caractère militaire n’est pas rare (Reddé et al. 2006 : 24-26). Et l’on peut sans doute signaler ici la présence d’un atelier de tuilier dans le “ village de forgerons ” de l’Auxois (Mandubiens ou Lingons ?), à Boux-sous-Salmaise (Côte-d’Or) (Provost et al. 2009, 2 : 108), et un autre associé à un secteur minier, à Pruines (Aveyron) (supra et Ann. 3). Sans doute est-il possible de penser que ces associations d’artisanats différents à celui spécifique de la TCA concernent en premier lieu des produits destinés à la construction (chaux et même le fer).

Le statut des ateliers

179Il y a en Italie romaine des ateliers municipaux de tuiliers-briquetiers, comme l’atteste l’épigraphie des estampilles (infra, § 1.6), avec la mention “ PUBLICVS ” ou un nom de cité, à Vibo, Ferentinum, Iuvanum, Savaria : il s’agit de produits seulement utilisés dans les constructions publiques locales (Cébeillac-Gervasoni 2009 : 25). Le fait est bien attesté à Rome (par ex. Mingazzini 1970).

180Une telle “ tuilerie d’État ” (“ de cité ”, plutôt, ou municipe) semble être confirmée à Trèves par une estampille REIPUB(licae) (Civilisation… 1983 : 313-315).

  • 34 Sa sœur, Marciana, possède des ateliers de TCA (cf. Benoît 1963).
  • 35 Des ateliers d’état, aux estampilles d’ADIUTEX, CAPIO, ARHO, TAM, sont également connues au Bas-Emp (...)
  • 36 Et voir par exemple une estampille impériale, possiblement de Trajan, à Oudna, Tunisie (Reyniers 19 (...)

181En Italie, de hauts personnages, tel Cicéron, et même, couramment, l’empereur, surtout à partir de Trajan34, possèdent des ateliers de tuiles et briques destinés à alimenter Rome, en fait du iie au ive s. (Grenier 1958 : 78, n. 1 ; Morel 1992 ; Lo Cascio 2005 ; Manacorda 2007 ; cf. Ferdière 2001). Ceci est surtout net sous les Antonins et les Sévères : cf. Monaco 1975/76, pour la Domus Tiberiana à Rome (briques d’Hadrien), ou Bermond 1973, pour Ravenne. C’est sans doute même là une source d’enrichissement importante pour les membres féminins de la famille impériale (Chausson et Buonopane 2008). Des ateliers de production impériaux sont connus – outre le secteur de Rome – à Aquilée, delta du Pô, Pompéi et Preneste (Nonnis 1999 ; Patitucci 2006). Ces ateliers impériaux et/ou contrôlés par le fisc sont d’ailleurs connus ailleurs par des estampilles, comme en Rhétie, à Westheim et autour de Regensburg (Spitzlberger 1968 : 97 sq. ; Moosbauer 1999 : 222, Fig. 3, n4 et 5)35. Produites sur place, ces TCA estampillées des ateliers impériaux sont dominantes en Pannonie, surtout à partir du iie s. et jusqu’au ive s., absorbant les officines privées (Morfova 1971). Un tel centre de production (à l’estampille “ Imp. Aug. ”) fonctionne encore dans l’Antiquité tardive en Maurétanie Tingitane (Étienne et Mayet 1994)36, et il en est de même de l’atelier aux estampilles de l’empereur Anastase, découvertes en Scythie Mineure (Roumanie : Rădulescu 1973). Mais par exemple, si les productions des ateliers impériaux sont importantes sur le limes danubien et la Mer Noire (Rakeva-Morfova 1970), les ateliers privés n’en sont pas absents.

  • 37 Outre les exemples cités, on peut par exemple ajouter à Toulouse, entre autres, P. Attius Dent[…], (...)

182Dans les campagnes entourant Rome en tout cas, cette production apparaît en grande partie concentrée entre les mains de quelques grands propriétaires fonciers, et destinée pour l’essentiel à la ville (Jacques, Scheid 1990 : 385 ; Helen 1975 ; Setälä 1977 ; Steinby 1978 ; cf. Ferdière 2001). Ces grandes entreprises (comme pour la sigillée ou les amphores) y sont fondées sur l’économie domaniale. Ces “ fabriques ”, selon le terme qu’utilisait M. Rostovtseff, y concurrencent largement les petits ateliers urbains tenus plus couramment par de modestes artisans libres : une part importante de la production artisanale glisse ainsi progressivement de la ville vers la campagne, entre lesquelles s’instaure une concurrence certaine (Petit 1967 : 301 sq. ; Rostovtseff 1926 : 138-139 ; voir à ce sujet : Carandini 1981 ; cf. Ferdière 2001). Comme on le verra infra (§ 1.6) avec les estampilles, de nombreux propriétaires d’officine portent les tria nomina et sont bien sûr ici citoyens romains37 (cf. par ex. Steinby 1999 pour Rome et sa région).

183Ainsi, à Venouse (Apulie, supra) (Chelotti 2003), à la fin de la République et au début de l’Empire, les estampilles sur TCA révèlent des domini de l’élite locale, dont des membres de plusieurs familles puissantes, comme la gens Minatia. Il semble en être de même ailleurs en Italie ainsi que dans plusieurs des provinces romaines d’Occident : par exemple, dans vallée du Guadalquivir (Bétique) (Rico 2000 ; cf. Charlier 1999 : 186-187 ; Ferdière 2003 : 264-265), les tuileries – dont les produits ne sont au demeurant pas estampillés – sont manifestement des ateliers domaniaux.

184Pour ces productions de terres cuites architecturales se pose en outre la question de la propriété des officines, du terrain comme des structures de production (Ferdière 2001 ; 2003 ; à paraître). Cette question a été énoncée tout particulièrement pour la brique, surtout autour de Rome (voir aussi Cozzo 1936) : le propriétaire de l’atelier est en principe le propriétaire du sol, mais il peut y avoir différents types de contrats pour l’exploitation de la structure de production par une autre personne : locatio-conductio (Steinby 1993a ; cf. Alzon 1963 ; Charlier 1999 : 195 sqq.) locatio rei (Helen 1975) ou praepositio (Aubert 2005a ; sur ces questions juridiques concernant l’organisation de l’artisanat, voir aussi Marcone 2005). Les producteurs ne sont donc pas forcément, loin de là, les propriétaires du sol (cf. aussi Morel 1985 : 97-98) : les domini se distinguent clairement, dans les estampilles, des officinatores. Ils tirent ainsi profit de ces productions, de manière plus ou moins camouflée. Et ce sont apparemment souvent les propriétaires des officines qui marquent leurs produits (cf. Charlier 1999 : 195 sqq.).

Les travailleurs et protagonistes

185Pour l’estimation de ce travail de production de matériaux de construction dans la région de Rome et Ostie, on pourra utilement se reporter à : De Laine 2001 : Appendix B, 261-263.

186Dans l’ensemble du monde romain et spécifiquement en Italie, la place des esclaves semble importante dans la production de tuiles (voir Weiss 2004 : 132-134). On peut consulter à ce sujet Feugère 2008b, concernant les relations maîtres-esclaves dans l’économie de la Gaule méridionale.

187Ainsi, on note aussi en Gaule, en Narbonnaise, des travailleurs serviles dans des ateliers de tuiliers : par exemple, pour l’atelier de Servian (Hérault), le tuilier Onesiphorus est esclave des Naturii (Mauné 2007 ; cf. Ferdière 2007 : 11-12 ; Feugère 2008a : 152-153) ; ou encore Optatus, servus de Pola à Corny (Moselle) (Guillaume 1972 ; Lazzaro 1993 : 269-272 ; Charlier 1999 : 191-192). Il est également possible que l’estampille cadurque T. Lib. Licini indique un affranchi de Licinus (Pauc 1982 : 156 ; cf. Rigal 2010b : 76). Et le graffito de Vienne (supra, § 1.1.3) indiquerait la punition d’un esclave de tuilerie (Mallon 1973b). C’est aussi par exemple le cas sur l’atelier de Josenmatt (ZU, CH), selon un graffito (Speidel 1996) (supra).

188On constate par ailleurs par les graffiti, notamment (par ex. Monternach : supra, § 1.1.3), que les travailleurs ne sont pas des citoyens romains portant les tria nomina, et qu’il en est même ainsi pour certains “ chefs d’ateliers ”, peut-être propriétaires de l’officine, ce que semblent confirmer les estampilles elles-mêmes (infra, § 1.6, et Ann. 2 et 3). Notons encore que le graffito de Caerwent (GB) semble mentionner une liste d’ouvriers d’un atelier (cf. § 1.1.3). Il est par ailleurs possible que les artisans de la terre cuite (briques et tuiles) aient été, en Italie, organisés en corporations (Cozzo 1936).

189Par ailleurs, le travail des femmes est attesté dans les tuileries, notamment par la tuile inscrite de Pietrabbondante, dans le Samnium (Italie), au ier s. av. n. è., qui les mentionne dans l’atelier (Guidicelli 2009 : 39 et Fig. 4 ; cf. Lejeune, La Regina et Marchese 1976).

190La question n’est pas la même pour les femmes propriétaires d’ateliers dont on retrouve les noms sur les estampilles, telles que Clariana dans la moyenne vallée du Rhône, ou Merula, fille de Toutissa, à Bordeaux, ainsi par exemple que Polla dans la cité des Trévires, par exemple à Cerny (Moselle), ou encore Titica dans la vallée de la Scarpe (Nord)… (pour la bibliographie de ces noms, voir Ann. 2 et 4).

Et les produits

  • 38 Dans le meilleur des cas, compte tenu de la faible attention portée à ces matériaux !

191L’étude des TCA, tuiles et briques recueillies38 sur les sites archéologiques et de leur mise en œuvre dans la construction n’a pas en réalité fait l’objet d’une très abondante bibliographie, contrairement au cas de la poterie, bien que toutes les terres cuites devraient en principe bénéficier de la même attention de la part des céramologues, par définition, voire de l’ensemble des archéologues : en général, voir Jullian 1920/26, 2 : 95-96 et notes, p. 608 ; Blanchet 1920 ; Ebert 1934 ; Lugli 1957 ; Winter 1958 ; Susini 1965 ; Hofmann 1975 ; et cf. 1898 ; Brodribb 1979a ; 1987 ; Mac Whirr 1979a ; Adam 1984 : 61-68 ; 157-163 ; 230-231 ; Pisani et Steinby 1989 ; Bender 1991 ; Bönisch 1998 ; Bendala, Rico et Roldán 1999 ; Höcker 2002 ; De Filippo 2004 ; Feugère 2000 pour les dimensions de tegulae ; Charlier 1996 pour le Doubs et 2000 pour le Beuvray ; Kapps 1983 pour la grande villa d’Escolives-Sainte-Camille (Yonne) ; Carmelez 1979 pour Bavay-Bagacum ; Vipart 1999 pour la domus de “ Bas de Vieux ” à Vieux (Calvados) ; Nauleau à paraître pour la région des pays de la Loire ; Coutelas 2012 pour Chassenon (Charente) ; Jaffrot et Sarreste 2012 pour la villa de Mont-Saint-Jean (Sarthe) ; Clément 2009a et b pour la Gaule de Centre-Est, Luppens 2007, Cattelain et Luppens 2008 et à paraître, pour l’Entre-Sambre-et-Meuse, Dolata 2008a et e, entre autres, pour la Germanie Supérieure. Quant à la Narbonnaise, on pourra voir, des études pour le Var (Bérato, Dugas et Pasqualini 1988), pour le Bas-Dauphiné (Chauffin 1956) ou Toulouse (Rico 1988 ; 2001 ; Bondartchouk 2002), où, comme sur d’autres sites de Narbonnaise (Nîmes, Arles, Narbonne et Sallèles d’Aude), on observe des tuiles de très grand module (ibid.), et pour les thermes de Narbonnaise (Bouet 1999), les tuiles utilisées pour les tombes de la basse vallée du Rhône (Gagnière 1965). Notons encore l’Aquitaine, par exemple pour les thermes de Barzan (Bouet 2003 : 171-187) ; et hors des Gaules, en Espagne (Roldán 2008), pour Tarragone (Espagne) (Bermúdez 1982/83) ou la Galice (Pérez Losada 1992) ; en Sicile (Wilson 1979 ; cf. 1999) ou en Grande-Bretagne (Middleton 1997 ; Warry 2006a et b).

192On a rapidement évoqué plus haut (§ 1.2.1 ; voir surtout infra, § 1.10) les aspects chronologiques de cette production, avec une apparition très précoce, parfois dès la fin du iie s. av. n. è., sur certains sites des Trois Gaules : en ce qui concerne les produits, il s’agit alors essentiellement de tuiles, en général de grandes dimensions : pour l’Italie tardo-républicaine (typologie), on peut par exemple citer encore Shepard 2007…

193L’identification des productions et leur diffusion peuvent aussi maintenant s’appuyer sur des analyses physico-chimiques, pétrographiques ou minéralogiques de pâtes, et autres analyses archéométriques (Peacock 1979 ; Blanchart 1981 ; Darvill 1979 ; Betts 1982 ; Tomber 1987 ; Magetti et Galetti 1993 ; Vigil et al. 1994 ; Potter 2006 ; Dolata 1998b ; 2000a et c ; Dolata et Werr 1998/99 ; Rautman et al. 1999 ; Mucha, Bartel et Dolata 2002 ; 2003 ; 2005 ; 2009 ; Mackensen et Schneider 2005 ; Dolata, Bartel et Mucha 2006 ; Dolata, Mucha et Bartel 2007 ; Meyer-Freuler et al. 2007 ; Capelli 2009).

194On constate que les productions, selon les comptes (cf. § 1.1.3), sont de l’ordre moyen de 200 tuiles par journée de travail d’un ouvrier (cf. Laubenheimer et Le Ny 1999 : 19-21). On a vu que ces graffiti (supra, § 1.1.3) nous informent entre autres sur les produits des ateliers, et sur les rythmes de travail.

195Les données métrologiques montrent, globalement, une certaine standardisation des productions : voir en général, Pilloy 1914 ; ex. villa de Hamois en Belgique (De Poorter et Claeys 2002), tegulae de Narbonnaise (Feugère 2000), briques et tuiles de Gaule, surtout de l’Ouest (Goulpeau 1988), à Vieux (Calvados (Vipart 1999), en Pays de la Loire (Nauleau à paraître), en Belgique (Graff 1968), ou en Britannia (Warry 2006a et b).

  • 39 Pour la Narbonnaise ; sur ces éléments pour les thermes, voir aussi pour l’Espagne, par exemple, Sa (...)

196La production – en tout cas en Gaule – concerne massivement d’abord celle de tuiles (tegulae, imbrices, à la marge antéfixes). Celle, massive, de briques est en général réservée aux régions dépourvues de bonne pierre de construction (Rome et sa région, Toulousain, en Gaule…). En ce qui concerne les autres catégories de TCA, quantitativement plus réduites, on note donc aussi des briques et carreaux, des tubuli de divers types et autres TCA spécifiques pour l’édification des bains privés et des thermes publics (voir Bouet 1999)39, des tuyaux (cf. par ex. Maza et Clément 2010), ainsi par exemple que des pesons en terre cuite, moulés selon les mêmes techniques, pour les métiers à tisser. Et citons encore d’autres accessoires de construction des édifices balnéaires : les “ pots ” (fusées) pour les voûtes (cf. par ex. Bouet 1999 : 114-121), les briques “ à encoches ”, également considérées comme claveaux de voûte (Hofmann 1975 : 119, Fig. ; Bouet 1999 : 84-113), les briques de paroi de salle à hypocauste, en tegulae mammatae (cf ; Brodribb 1979b), ou encore les bobines de séparation des briques de la maçonnerie (cf. Bouet 1999 : 67-83).

197En Narbonnaise, il est en outre intéressant de signaler l’atelier de “ plaques Campana ” de Saint-Just (Ardèche) (Laubenheimer, Odiot et Leclère 1989 ; Béraud, Dumont et Gébara 1996 ; Goury 1996 ; Laubenheimer et Le Ny 1999). Ce type de plaque décorée au moule en relief est connu dans les provinces occidentales de l’Empire, y compris en Grande-Bretagne (Betts, Black et Gower 1994), mais aussi en Espagne romaine (Blech 1994 (Ampurias) ; Ramos 1994a ; 1996 ; Ramallo 1999) et bien sûr en Italie (cf. par ex. Koch 1912 (Campanie) ; Andren 1940 ; Mielsch 1971 ; Strazzulla 1977 (Italie centrale) ; 1987, (Vénétie) ; voir aussi Johnston et Williams 1979.

198Parmi les produits classiques, on peut distinguer les antéfixes (en général, voir : Déchelette 1906 ; Picard 1963), parfois estampillés, plus souvent mis en œuvre sur des monuments publics que sur des constructions privées : cf. par ex. Breuer 1939 ; Bievelet 1961, pour l’atelier de Sirault, Hainaut, Belgique ; Gavelle 1966, pour Saint-Bertrand-de-Comminges ; Hübner 1975, représentant Athéna ; Labrousse 1957, pour le Quercy ; Perrier 1973, et Loustaud 1993 pour Limoges. Des exemples précoces en sont aussi connus (Clément 2011b, pour Chessy-les-Mines, Rhône : cf. Guichon 2011), et la production d’antéfixes de l’atelier de Boutenac (Aude) est particulièrement précoce, dans le dernier tiers du ier s. av. n. è. (Sabrié et Sabrié 1992). Hors de Gaule, on peut mentionner l’Espagne romaine (Maluquer 1951 ; Ramos et Chincoa 1994 ; et Ramos 1994b pour la Tarraconaise, Laumonier 1921 pour Italica en Bétique, Ramos 1999) ou encore l’Italie (Anselmino 1977 ; 1981).

  • 40 Tous sites de notre secteur d’étude de cas, infra, chap. 2, mais que l’on a souhaité mentionner dès (...)

199Enfin, on peut signaler des produits plus originaux, tels que des épis de faîtage supposés pour la couverture d’un sanctuaire à Montluçon (Allier) (Cabezuelo et Wittman 2011), ou des tuiles “ en écaille ” (tegulae pavonnaceae de Pline, HN, XXXVI, 159), à Javols, Brioude, Poitiers, Vrigny, Haute-Goulaine40 (Ferdière et Jaffrot 2012), sans doute surtout pour les toitures en cône de piscine en abside de thermes ; ou encore la tuile perforée de Schwärzenacker (All.) (Kolling 1993), ou celles percées (pour cheminée) de Lyon (Hofmann 1975 : 114, Fig.) et ailleurs (Adam 1984 : Fig. 500-501).

  • 41 Ces derniers sites également mentionnés dès ici bien que tous dans notre aire d’étude du chap. 2.

200On note aussi des imbrices faîtières décorées du sanctuaire de Drevant (Cher) (cf. Chap. 2) (Bailly 1981 ; cf. Hofmann 1975 : 112, Fig. 3 ; Ferdière 1988b : Fig. 9), également connues en Limousin (Marquaire 1990), ou encore les dauphins en terre cuite (modelés) du sanctuaire de Briou (Loir-et-Cher) (Ferdière 1988b), ainsi par exemple que des tegulae cintrées apparemment faites spécifiquement pour la couverture d’un aqueduc à Néris (Allier) (Chap. 2) (Desnoyers 1983 : cf. Fig. 1-3)41, mais également connues en Grande-Bretagne (Warry 2006a : 111-115). De même, des tuiles faîtières à trois pans sont produites dans l’atelier d’Amay (Belgique) (Willems 1975/76). Voir encore des tuiles de type particulier (Hoffmann 1994).

201Et l’on connaît aussi par exemple des productions de tuyaux moulés, comme sur l’atelier d’Aspiran “ Soumaltre ” (Hérault) (Feugère 2002 ; cf. Ginouvez et Sanchez 1998) ; voir aussi, pour la Grande-Bretagne, Lowther 1948.

202Enfin, on l’a dit, les pesons de métiers à tisser, moulés à la forme et non plus modelés comme auparavant, et parfois même estampillés, font assez couramment partie des productions des ateliers de TCA.

Les estampilles42

  • 42 Répertoire des estampilles, y compris militaires, notées durant la recherche hors de la région d’ét (...)
  • 43 Globalement, tous produits confondus, et selon cet auteur, on les retrouverait sur “ les objets les (...)

203Dans une proportion toujours minoritaire mais très diverse d’une partie à l’autre de l’Empire romain, les TCA – et notamment tuiles et briques – sont parfois estampillées. Quels sont la signification et le rôle des estampilles parfois présentes sur ces TCA ? Cette question a été maintes fois discutée, et dernièrement par exemple dans le recueil “ The inscribed economy ” (cf. surtout Zaccaria 1987 ; Manacorda 1993 ; Steinby 1984 ; 1993a ; 1998 ; Aubert 1993), ainsi qu’auparavant (Hofmann 1965 ; Jacob 1981 ; et cf. Wisema 1979) et elle reste encore largement en débat (Feugère 200443 ; Andreau 2010 : 105, 124-129).

204Le nombre d’estampilles découvertes dans les régions où la pratique de l’estampillage est courante, comme, pour les Gaules, la Narbonnaise, montre que seule une petite part de la fournée était estampillée (Charlier 1999 ; cf. Feugère 2008a : 152-153) : il est possible que seule la dernière tuile des rangées mises au séchage aient ainsi être estampillées, comme le suggèrent certains auteurs (Jacobi 1997 : 190, pour celles du camp de Saalburg (All.) ; cf. Fédière 2001 : 30) ; pour la Britannia notamment, on suppose que l’estampillage des TCA ne concerne, vu leur nombre, que la tuile ou brique du haut des piles de séchage (Mac Whirr et Viner 1978 : 363 ; cf. Fédière 2001 : 30).

  • 44 Voir supra pour le statut des protagonistes, § 1.4.
  • 45 Estampilles avec les tria nomina de citoyens romains, parfois même qualifiés de clarissimi vires, e (...)

205Ces estampilles sur briques et tuiles sont assez courantes en Italie, par exemple dans la région de Rome aux iie-iiie s., où elles comportent souvent les tria nomina44, abrégés, et déjà ici aux ier s. av.-ier ap. J.-C. (Andreau 2010 : loc. cit.)45, comme dans la région nord-adriatique (cf. Zaccaria et Gomezel 2000).

206Quel est le rôle de ces personnages ? Sont-ils propriétaires des terres et de l’atelier ? À Rome, surtout aux iie-iiie s., ce sont des noms de propriétaires (dont tous les empereurs, et des sénateurs, on l’a dit), avec parfois aussi des noms d’officinatores (selon Setälä 1977 ; cf. Steinby 1973/74a ; 1978 ; 1981a ; 1982 ; 1983 ; 1993a et b ; 1998 ; 1999 ; Helen 1975 ; Suolahti 1978). Selon T. Helen (op. cit.), les propriétaires sont passifs, alors qu’ils seraient actifs selon E.M. Steinby (opp. citt.), car leurs briques se retrouvent dans des bâtiments construits alors qu’ils sont en fonction (à l’exemple de M. Rutilius Lupus, sous Trajan) : les deux cas sont sans doute en fait présents (cf. la locatio dans les textes juridiques, tels que les papyri égyptiens : cf. Drexhage 1994), même si l’hypothèse d’E.M. Steinby reste la plus probable. À partir de Marc Aurèle, les propriétaires de ces ateliers sont surtout les empereurs, alors qu’auparavant il s’agissait plutôt de particuliers. Ceci pourrait correspondre à une diminution de l’activité de construction à Rome et Ostie alors, selon encore E.M. Steinby (locc. citt.) : une bonne part de cette production est donc en tout cas, dans le secteur de Rome, le fait de propriétaires privés (cf. Steinby 1978 : b, col. 1519-1524).

207Ces estampilles indiquent donc (Manacorda 1993) l’appartenance de la tuilerie à une propriété, avec souvent deux noms, celui du dominus et celui de l’officinator, mais parfois seulement l’un des deux ; ce pourrait être – selon une hypothèse discutée – en quelque sorte la matérialisation d’une forme synthétique du contrat de locatio operis qui lie ces deux protagonistes (Steinby 1982). Certains timbres, au iie s. (entre 110 et 164, ainsi qu’un exemple en 167 en Britannia : Brodribb 1979a : 262), portent des dates consulaires : s’agit-il du contrôle de la construction ? Ceci ne s’observe pas seulement en ville mais aussi à la campagne (Manacorda, loc. cit.).

208En fait, le rôle de ces estampilles semble multiple : garantie de qualité, à l’attention de la clientèle (seulement pour les produis exportés), et pour l’organisation de la production (Manacorda, op. cit. ; Siebert 1978). Ces signatures d’artisans sur tuiles, briques et antéfixes semblent avoir été à l’origine, dans le monde grec archaïque, pour les ateliers dépendant de cités, des sanctuaires ou des rois, une garantie contre le détournement de biens publics (Siebert 1978 ; 121-122), pour devenir, à l’époque hellénistique, de véritables marques de fabrique, alors surtout garantie de qualité (ibid. ; cf. Orlandos 1966 : 95), par exemple sur les antéfixes, souvent marqués en nombre entre le iiie av. et iiie s. ap. J.-C. (noms abrégés ou entiers) (Siebert 1978 : loc. cit. ; cf. Hübner 1975/76 : 178 sqq.).

209Comme l’a magistralement démontré P. Setälä dès les années 1970, à partir de ces données des estampilles, ce sont en tout cas bien les domini privés qui dominent dans la production de briques pour l’aire de la ville de Rome (Setälä 1977), ce qui constitue l’une des assises les plus solides à la thèse développée ici quant au contrôle de ces officines par les grands propriétaires de domaines fonciers. La gens Domitia est ainsi, notamment, très bien représentée dans les estampilles de Rome (Descemet 1880 ; Dressel 1886). Il est donc clair que, du moins dans la zone de Rome, l’approvisionnement en briques de la ville est essentiellement le fait des grands propriétaires fonciers, et notamment des familles sénatoriales, comme le montre l’étude prosopographique des noms attestés par les estampilles, du moins dans la première moitié du iie s., l’Empereur et ses proches prenant le relai à partir du règne de Marc Aurèle (Chausson 2006 ; cf. Steinby 1982 ; 1983). Mais ceci peut également s’observer ailleurs en Italie, par exemple dans la région de Venouse en Apulie (Chelotti 2003), ou en Italie centro-méridionale, où des Figlinae sont contrôlées par les familles de notables (Gualtieri 2000), comme à Alba Pompeia, en Ligurie (De Marchi 1997).

210De manière générale, les travaux de J. Andreau (1999 ; 2005 et surtout 2010, ici) sont certainement suggestifs quant à notre propos : ils concernent notamment les intérêts non agricoles des chevaliers romains, dans la production d’objets manufacturés dont font partie les TCA, et les intérêts patrimoniaux de l’élite romaine (Andreau 1999 ; 2005 ; voir aussi par ex. Lirb 1993, et autres), mais aussi, plus directement ici, la question de l’estampillage de ces produits, de son contenu et de sa signification, avec plus particulièrement trois exemples de marques sur briques de la région de Rome (CIL, XV, 21 ; 91b et 160), des iie-iiie s. (Andreau 2010 : 124-129, 143).

211Cette question des estampilles, notamment par son caractère heuristique en la matière, est en effet totalement indissociable de celle de la production des terres cuites architecturales, examiné supra (§ 1.2). Elle est cependant – on l’a dit plus haut à propos des sources et on le verra au Chap. 2 – beaucoup mieux documentée pour des régions hors des Gaules, telles justement que la région de Rome, que pour les provinces gauloises et germaniques et en particulier l’aire géographique traitée ci-dessous en étude de cas.

212Ces estampilles sur tuiles et briques sont représentatives de celles sur l’ensemble de l’instrumentum, pour lequel elles ont fourni un temps un modèle interprétatif discuté (Steinby 1993a), par exemple pour les tuyaux de plomb (Aubert 1993). Elles livrent des indications précieuses sur l’organisation de ces entreprises (“ workshop managers ”) car, au moins au iie s., elles comportent donc les deux noms, bien distincts, du dominus et de l’officinator (qui peuvent tous deux être d’ailleurs des femmes : plusieurs ex. connus) (Aubert 1993).

213Selon E.M. Steinby (1993b : 14), “ il semble peu crédible qu’un cachet ait été apposé sur des produits exclusivement destinés à un usage privé ” : ceci inciterait plutôt à penser que ces marques personnalisées de fabrique sont destinées à être vues, et donc au moins en partie à la construction privée : de là à y voir les évergésies mêmes de ces domini producteurs de TCA, il n’y a qu’un pas, que je proposerai donc de franchir dans le cadre du “ modèle ” avancé ici. On peut d’ailleurs citer (Steinby 1978) le cas d’un producteur de tuiles utilisant ses produits pour les travaux publics qu’il dirige. Mais J.-J. Aubert (2005b), tout en reconnaissant le caractère éminemment juridique de cet estampillage, nuance le propos d’E.M. Steinby (1993a) proposant, entre domini et officinatores, un simple contrat de locatio conductio : il y voit plutôt un contrat interne de mandat, de gestion d’affaire, du type attesté pour la production de poterie en Égypte par le manuscrit P.Oxy.50.3595-3597 d’Oxyrhyncos.

  • 46 En général, concernant les estampilles, on consultera aussi la bibliographie en tête de l’Ann. 4 (A(...)

214Ces marques de fabrique46, surtout sur briques mais aussi sur tuiles, sont donc particulièrement bien étudiées en Italie (voir aussi, en général : Cekhmistrenko 1969 ; Anderson 1991 ; Olcese 1993 ; Steinby 1993a ; 1998), en particulier à Rome même et dans la région, pour des TCA souvent mises en œuvre dans des édifices publics (Bloch 1947 ; Steinby 1973 ; 1973/74a et b ; 1974a ; 1978 ; 1978/79 ; 1981a ; et b ; 1982 ; 1983 ; 1986 ; 1987a et b ; 1993b ; 1999 ; Steinby et Kenrick 2005 ; Helen 1975 ; Buonocore 1994 ; Baldi et al. 1999 ; Bruun 2005a et b, dont Filippi et Stanco 2005) : port de Rome (Bianchi 2007), et Ostie (Steinby 1974b ; 1977/78 ; Helen et Solin 1978 ; Suolahti 1978), région du Tibre, Étrurie méridionale (Filippi et Stanco 2005 ; Graham 2005 ; 2006 : cf. carte, Fig. 1.2 ; Manacorda 2005 ; Tuomisto 2005 ; Steinby et Kenrick 2005), territoire de Tifernum Tiberinum (Scarpignato 1998), ou de Bomarzo (Gasperoni 2005).

  • 47 Et voir en complément l’Ann. 4.

215Ailleurs en Italie, on peut encore citer de nombreux secteurs, notamment en Italie du Nord47.

216• Italie du Nord : Italie nord-orientale (Strazzulla Rusconi 1984), Tortona (Antico 1985), Iulia Concordia et sa région (Buora 1983b ; Gruppo… 1993), Rimini, l’aire adriatique nord, Cispadane et Émilie-Romagne (Biordi 1993 ; Zaccaria 1993a et b ; Righini 1998b et c ; Righini, Biordi et Pellicioni 1993 ; Zaccaria et Gomezel 2000 ; Cabella et al. 2008), dont région de Tergeste (Zaccaria et Zupancic 1993) ou Isontino (Žbona-Trkman 1993), territoire de Ferrare (Guarnieri 1988/89), Padoue et sa région (Merlo 1969 ; Bonini 2004 ; 2007), Trente (Bassi 1995), Istrie, Dalmatie, aire adriatique et autour d’Aquilée (Slapšak 1974 ; Matijašić 1982/85 ; 1987a et b ; 1988 ; Gregorutti 1886 ; 1888 ; Boltin 1974 ; Buora 1985 ; 1993 ; Buiatti 1994 ; Furlan 1993 ; Gomezel 1995 ; Zaccaria 1998), Ravenne et Classe (Bermond 1973), Frioule et Vénétie (Zaccaria 1987 ; Gomezel 1996 ; 1997), Vérone (Buchi 1967), Udine (Buora 1988), région de Modène (Calzolari 1987), Pollentia, Augusta Bagiennorum et le Piémont (Mennella 1994) Cividale (Buora 1983a).

217• Italie centrale : Italie centre-nord (Zaccaria 1994), région centro-méridionale (Gualtieri 2000), Ombrie et Sabine (Albertazii et al. 1994 ; Filippi et Stanco 2005), région de Tusculum (Alvino 1976), Saepinum (Gaggiotti 1994), région de Tivoli-Tibur (Pierattini 1971), Étrurie (Gliozzo 2005), Asisium, Spoletium et Perusia (Sensi 1994), Urbi Salvia (Giuliodori 2007).

218• Italie du Sud : Pompéi (Steinby 1979 ; 1984 ; 1993b), Lucanie (Sidebotham 1980), Sicile (Wilson 1999 ; cf. 1979), îles Lipari (Brunione 1986), Adria et Polesine (Zerbinati 1986 ; 1993a et b).

219En Étrurie méridionale et dans la vallée du Tibre, en amont et au nord de Rome, on peut ainsi distinguer au moins six grands secteurs de production de briques, regroupant chacun plusieurs figlinae contrôlées par les domini et officinatores dont les noms apparaissent sur les estampilles (Graham 2006 : Fig. 4.1) (Fig. 6) : en rive droite, la haute Étrurie méridionale (Orte, Falerii Novi), zone de Fiano Romano et en basse Étrurie méridonale (Veii…), en rive gauche, la zone de Narni, la haute Sabine (Forum Novum, Farfa) et la basse Sabine (Cures Sabini, Monterotondo).

Fig. 6 : Les ateliers de production de TCA et leurs estampilles au Nord de Rome (Étrurie du Sud), d’après Graham 2006 : 5, Fig. 1.2 ; 30, Fig. 3.2 : 56, Fig. 4.1 : a) sites de découverte d’estampilles sur TCA ; b) centres de production céramique (selon Peña 1987 : 55-71) ; c) les officines et les domini et officinatores associés, selon les estampilles.

Fig. 6 : Les ateliers de production de TCA et leurs estampilles au Nord de Rome (Étrurie du Sud), d’après Graham 2006 : 5, Fig. 1.2 ; 30, Fig. 3.2 : 56, Fig. 4.1 : a) sites de découverte d’estampilles sur TCA ; b) centres de production céramique (selon Peña 1987 : 55-71) ; c) les officines et les domini et officinatores associés, selon les estampilles.

220Ces officines italiennes, comme le montrent les estampilles, sont donc majoritairement entre les mains de l’aristocratie, des notables, et par conséquent – on l’a vu – des propriétaires fonciers (Torelli 1996 ; 2000 ; pour l’Italie centro-méridionale, voir aussi Gualtieri 2000).

  • 48 Et voir de même Ann. 4.

221Et l’on peut de même mentionner d’autres provinces romaines48.

222• En Dacie (Grec 1993), à Ulpia Traiana (Sarmizegetusa, capitale de la Dacie), les tuiles de 21 fabricants attestés par les estampilles se retrouvent sur les villae alentour et correspondent par ailleurs à 12 donateurs (évergètes) pour les édifices publics de la ville (Branga 1974/75).

223• Pour la Pannonie, voir : Szilágyi 1933.

224• En Hispania Citerior, à Villajoyosa, une estampille mentionnant un sénateur (Alföldy 1977), et un autre à Alicante en Tarraconnaise (Rico 1993 : 63-64 ; cf. Charlier 1999 : 193), qui confie son officine à un esclave.

  • 49 Une telle production par la cité elle-même est par exemple attestée en Gaule, en Narbonnaise, à Sai (...)

225• En Lusitanie (Portugal) (Correia, Fernandes et Ruivo 2001), les estampilles sur TCA montrent une forte dominance des officines privées, sans doute de grands propriétaires fonciers, avec cependant deux attestations de production par le pouvoir public (Res Publica), à Conimbriga et Seilium49.

226• En Afrique et Sardaigne romaines, on note des importations de TCA depuis Rome (Zucca 1987).

227• En Britannia (Mac Whirr et Viner 1978), les estampilles civiles, moins nombreuses que celles militaires, sont surtout présentes dans la Dubunnic area. Le four de Huddersfield (Yorkshire) est sans doute établi pour la reconstruction du fort de Slack (dont estampille de la IVCohorte : Purdy et Manby 1973). On note dans cette province un atelier contrôlé par un procurator (Betts et Foot 1995).

228Ce contrôle de la production de TCA par les notables des cités s’observe particulièrement par l’usage de ces produits estampillés dans la construction publique (Bloch 1936/38 ; 1968 ; Steinby 1983) et notamment à Rome même, dans les thermes des Frères Arvales (Broise 2000), la Domus Tiberiana (Monaco 1975/76), ou le sanctuaire de la villa Barberini (Thébert 2000). Mais on peut citer d’autres régions et provinces du monde romain, comme l’Hispania romaine (par exemple dans les monuments et notamment l’amphithéâtre d’Augusta Emerita : Duran Cabello 1999), un secteur pyrénéen (Berni Millet 1996), les thermes de Bélo (Bétique, Espagne) (Étienne et Mayet 1994), ou les thermes et autres constructions de la ville portugaise (Lusitanie) de Targobriga (Dias 1999), et encore la Grèce (palais de Galère, en Macédoine : Atanasiou et al. 2006), la Bosnie (Božek 1999/2000), Brigetio en Pannonie Supérieure (Borhy et Számadó 1997/98), et Mursa (Pannonie), pour des antéfixes (Bulat 1971), la Rhétie du Nord (Spitzlberger 1968), la Mésie Inférieure (Matuszewska 2006), les thermes de Micia en Roumanie (Dacie) (Petolescu et Mǎrghitan 1973), etc.

  • 50 Voir aussi infra, § 1.9, à propos de la mise en œuvre de ces produits, les estampilles découvertes (...)
  • 51 En général, sur la question des tria nomina ou duo nomina des citoyens romains sur les estampilles (...)

229On note en revanche qu’hormis de la Narbonnaise, les estampilles sur TCA sont relativement rares dans les Gaules50 (cf. Hofmann 1965 : 52-55). Dans cette province de Transalpine (cf. aussi Brun et al. 1984), les estampilles révèlent exclusivement des productions privées, sans ateliers municipaux ou militaire (Laubenheimer et Le Ny 1999). À Narbonne même (Fédière 2004), les estampilles sont assez abondantes. On observe ici par exemple la large répartition des estampilles MARI (Benoît 1953 : 115), de Fréjus (supra). Pour le Biterrois (cf. supra, § 1.2.1 : Feugère 2008a : 152-153), au moins deux ateliers locaux estampillent leurs produits, et l’on note aussi une estampille sur tuyau de terre cuite. Et l’estampille TiCL de l’atelier de “ Dourbie ” (Hérault) indique un citoyen romain51, alors qu’un atelier de la cité de Narbonne appartient à une famille de Minturne (Ancarius), et que l’estampille de Marcus Usulenus révéle la puissante famille italienne des Usuleni dans l’arrière-pays de Narbonne (Christol et Fédière 1999). La production de tuiles et briques est, en Narbonnaise, également aux mains des notables, comme le montrent clairement ces estampilles (Christol 2003).

  • 52 Son (ou un de ses) atelier(s) à Saint-Clair-sur-Rhône (Isère) : voir Ann. 4, s.v.
  • 53 Voir Chap. 2, § 2.3, et Ann. 2.

230Aux confins de la Narbonnaise, de l’Aquitaine et de la Lyonnaise, les briques estampillées Clarianus sont sans doute produites dans les environs de Vienne52 : leur répartition, remarquablement large, couvre toute la Narbonnaise centre-orientale, avec quelques exemples en Lyonnaise sud-orientale53, ainsi qu’en Germanie Supérieure (Simonnet 1976 : carte, Fig. 9).

  • 54 Environ 80 marques déjà recensées par Grenier 1958 : 81, surtout de la fin iiie-ive s. ; voir aussi (...)

231Ailleurs en Gaule, seules quelques régions se distinguent par la présence d’estampilles sur TCA, de manière représentative : en Gaule Belgique, c’est par exemple le cas de la cité des Trévires, certes surtout dans l’Antiquité tardive (infra, § 1.10.3), avec Trèves bien sûr54, et Metz, Thionville, Tongres, Basse-Yutz… (Grenier 1958 : 81-82 ; Civilisation… 1983 : 313-315 ; Binsfeld 2008). Mais on peut aussi signaler la cité des Nerviens, autour de Bavai leur chef-lieu (Biévelet 1952 ; 1961, dont sur antéfixes) ; ou encore la Rhénanie (Schumacher 1923). En Belgique (actuelle, notamment), plusieurs groupes d’estampilles sur TCA sont répertoriés (De Poorter et Claeys 1989 ; cf. Brulet 2008 : 205-208), et l’on y notait, dans les années 1960 (Graff 1968), 81 estampilles sur TCA pour 69 sites ; certaines ont été découvertes ici sur des villae (Brulet 2008 : 511 (Maillen) et 566 (Neuville), alors que leur nombre est remarquable à Bavay-Bagacum (Biévelet 1952 ; Terrisse 1960 ; Carmelez 1979 ; Loridant 1994 ; Delmaire 2011 : 346-347 ; cf. De Poorter et Claeys 1989).

232En Suisse (Helvètes, Rauraques… : Germanie Supérieure), une grande partie des estampilles connues correspondent à des tuileries privées (Degen 1963 ; et Kaenel 1980, pour le canton de Berne, dont l’estampille L.C.PRISCVS, avec les tria nomina). Deux familles, celles des Camillii et des Macrii, se distinguent notamment en territoire helvète, cette dernière ayant sans doute sa résidence dans la villa de Vallon (VD, CH) (Fuchs 2002).

233Et les travaux en la matière sont aussi particulièrement poussés par les archéologues allemands, y compris avec des analyses physico-chimiques pour les provenances, dans les régions du nord-est de la Gaule, dans les Germanies et le secteur du Limes (Bartel, Dolata et Mucha 2000 ; Mucha, Bartel et Dolata 2002 ; 2003 ; 2005 ; 2009, pour la Germanie Supérieure, Bärenfänger et Dolata 2007, pour la Frise orientale…).

  • 55 Q.Flavius Graius, F. Aurelius Lituus, C. Claudius Torcuatus, T. Lib(…) Licinus et S. Sulpicius Geni (...)

234En Aquitaine, comme pour les ateliers de TCA (supra, § 1.2), la cité des Cadurques a fourni une série importante (supra ; Pauc 1982 : 141-178, catalogue des estampilles) : on a noté qu’au moins cinq estampilles portant les tria nomina des citoyens romains que doivent être les propriétaires de ces officines55. Le cas de la villa de Montmaurin (Fouet 1969 : 137-139 et Fig. 62) est particulièrement notable car on y compte non moins d’une quarantaine d’estampilles du même producteur (LTA, peut-être les initiales des tria nomina d’un citoyen romain propriétaire du domaine et de la villa et possédant un atelier). Et la cité des Rutènes se distingue aussi par une importante série d’estampilles sur TCA (supra, § 1.2, pour la bibliographie, et Ann. 4). En Gironde et Dordogne, enfin, l’estampille Attusi est connue en plus d’une douzaine d’exemplaires, sur au moins cinq sites dont la villa de Plassac (Bost 2008).

Les estampilles militaires et leurs ateliers

  • 56 Pour la bibliographie concernant les estampilles militaires, voir Ann. 4, et Dolata 2008d.
  • 57 .21 Les estampilles de légions et ailes de cohortes, avec une carte pour la Germanie Supérieure et (...)
  • 58 Voir la bibliographie à ce sujet en Ann. 4, notamment pour les estampilles légionnaires (s. v. “ Le (...)

235Il serait ici tout à fait hors de propos de traiter en détail de la production militaire de TCA et en particulier des estampilles légionnaires et en général militaires sur les tuiles et briques56, compte tenu notamment de leur quasi-absence dans l’aire géographique ici examinée en détail (infra, chap. 2)57. La question ne peut cependant pas être totalement éludée, tant peuvent être complexes les relations qu’entretient le monde militaire avec le monde rural dans le secteur de la production. Elle a été abondamment traitée58.

236La production de tuiles militaires en Gaule apparaît au milieu du ier s. ap. J.-C. et se poursuit jusqu’à l’Antiquité tardive incluse, y compris par les troupes auxiliaires à partir des Flaviens, surtout pour des tuiles de couverture (thermes) et des tubuli (Reddé et al. 2006 : p. 74-76 et Fig. 24-25) : on peut par exemple citer le grand four de Kaiseraugst (Berger 1969).

237Ainsi, de nombreuses tuiles estampillées apparaissent alors, mais non seulement sur les camps, car ces productions s’adressent en fait à toute une région. On en trouve donc des ateliers y compris sur la rive droite du Rhin et ils sont parfois associés à des fours à chaux militaires. Il est à noter à ce propos que les ateliers de potiers ne sont quant à eux en général pas dans les camps, mais dans les vici associés (Reddé et al. 2006 : 118-119).

238Ainsi, par exemple, l’atelier suisse de tuilier-potier (et antéfixes) de Hunzenschwil (AG, CH) a fourni des estampilles Leg. XXI et XII (in : Chronique archéologique 2005, Ann. d’Arch. Suisse, 89, 2006 : 215-298 (s. v.) ; cf. RAS, 2006/304). À Strasbourg-Argentorate “ Faubourg National et Koenigshoffen ” (Bas-Rhin), la production est attestée, sur le site du camp puis la ville, avec un four et des estampilles de la VIIIe légion (Baudoux et al. 2002 : 170-171, 425, 432 ; Pastor 2010, 2 : 199). Pour la Germanie supérieure en général, ces productions militaires sont particulièrement bien étudiées (Schmitz 2002, etc. : voir bibliographie en Ann. 4). De même, les tuiles estampillées de la XXXe Légion à Mayence sont de production locale (Dolata 2004), comme en Dacie celles de la IVLégion, (Flutur 1002/03).

239Pour d’autres provinces de la partie occidentale de l’Empire romain, on peut mentionner la Dalmatie (Alföldy 1967). En Espagne, les ateliers militaires produisent pour leurs propres besoins mais aussi apparemment en direction des établissements civils alentour (Le Roux 1999). Et notons, en Grande-Bretagne, la production de tuiles légionnaires à York (King 1974), et le fait que la majorité des estampilles sont ici militaires (Mac Whirr et Viner 1978). Quant aux tuiles de la Legio V Alaudae stationnée à Lincoln-Lindum (GB), elles sont produites par des ateliers privés, et non importées de Germanie Inférieure (Bogaers 1977). Dans la partie orientale de l’Empire, citons les estampilles de la Legio X Fretensis, avec un four de tuilier, dans un atelier mixte à Jérusalem (fin ier-déb. iiie s.) (Arubas et Goldfus 1995 ; Barag 1967).

  • 59 Cité alors en Germania Superior et donc hors de la zone examinée au Chap. 2, mais rattachée à la Ly (...)
  • 60 Dont par conséquent quelques exemplaires dans notre zone d’étude (Chap. 2) : cf. Ann. 2.

240En Gaule, le cas de Mirebeau-sur-Bèze (Côte-d’Or) (Delencre et Garcia 2011 ; cf. Mowat 1883 ; Provost et al. 2009, 2 : 549-550), chez les Lingons59, est particulièrement suggestif, d’autant qu’il a été bien étudié, récemment. Il s’agit d’un camp militaire de la VIIIe Légion (ier s.), qui a fourni de nombreuses tuiles estampillées (plus de 1000), et d’autres exemplaires ont été découverts sur non moins de 28 sites alentour (Le Bohec 1995 ; Delencre et Garcia 2011 : tableau Fig. 2, p. 555, et Fig. 3, carte) (Fig. 7), souvent sur des voies (Delencreop. cit. : Fig. 4) : non moins de 637 exemplaires pour l’agglomération de Chenôve/Longvic “ La Noue ” (ibid. : 555) et 101 à Arceau, tous deux sites sans doute militaires, et d’1 à 15 exemplaires sur les autres sites, surtout à l’ouest du camp et en Côte-d’Or (Lingons, dont les agglomérations de Beaune, Dampierre, Nuits-Saint-Georges, Pontailler, Til-Châtel), et 2 en Haute-Marne (dont Langres), 1 en Haute-Saône ainsi que 2 en Saône-et-Loire60. Les analyses de pâtes ont montré que ces tuiles étaient fabriquées sur place ou à proximité immédiate du camp (voir aussi Le Bohec 1995) : la terre utilisée est totalement différente pour les tuiles de la VIIIe Légion découvertes à Königshoffen/Strasbourg. Cette diffusion correspond sans doute à l’approvisionnement en tuiles pour la construction de bâtiments publics avec l’aide de l’armée, car en principe les tuiles légionnaires ne sont pas commercialisées (Delencre et Garcia 2011 : 559).

Fig. 7 : Répartition des estampilles sur TCA de la VIIIe légion, autour du camp de Mirebeau-sur-Bèze, selon Delencre et Garcia 2011 : 556, Fig. 3 ; les limites indiquées (trait plein) sont celles du département de la Côte-d’Or (Éduens au sud, Mandubiens et Lingons au nord).

Fig. 7 : Répartition des estampilles sur TCA de la VIIIe légion, autour du camp de Mirebeau-sur-Bèze, selon Delencre et Garcia 2011 : 556, Fig. 3 ; les limites indiquées (trait plein) sont celles du département de la Côte-d’Or (Éduens au sud, Mandubiens et Lingons au nord).

241De fait, la présence de tuiles militaires sur des sites civils est un phénomène observé de manière récurrente, examiné notamment par M. Reddé (2009 : 181-183 ; 2011 : 493-494) : selon V. von Gonzenbach (1963), le fait que les tuiles de la XXIe Légion se rencontrent ainsi sur de nombreux sites ruraux et villae du plateau suisse, autour du camp de Vindonissa-Windish, permettrait de définir ainsi le territoire vivrier de la légion, et il pourrait s’agir du contrôle de ces villae par l’armée (par des vétérans ?), pour son approvisionnement. La théorie a été remise en cause et discutée (Ebnöther et Schucany 1998 ; Trumm 2002) (Fig. 8), à partir du constat que le semis d’estampilles de légions et celui de villae n’est pas similaire et que l’attraction du chef-lieu Augst-Augusta Raurica apparaît aussi importante que celle du camp. En effet, on l’a dit, l’armée ne vendrait pas ses matériaux. L’analyse des pâtes des TCA militaires estampillées de Vindonissa (surtout 2e moitié du ier s.) montre quatre groupes de pâtes dont deux correspondent aux sites de production de Hunzenschwil-Rupperswil (surtout) et Kölliken, à environ 20 km du camp (Giacomini 2005 : 7 sqq. ; Giacomini et Meyer-Freuler 2006 ; Schmid 2009 : 250-251).

Fig. 8 : Les estampilles militaires sur TCA (légions et cohortes : triangles allongés) autour de Vindonissa et Augst, par rapport à la répartition des villae et fermes (points noirs) d’après Ebnöther et Schucany 1998 : 86, Fig. 13.

Fig. 8 : Les estampilles militaires sur TCA (légions et cohortes : triangles allongés) autour de Vindonissa et Augst, par rapport à la répartition des villae et fermes (points noirs) d’après Ebnöther et Schucany 1998 : 86, Fig. 13.

242Pour le camp d’Oedenburg (Biesheim et Kunheim, Haut-Rhin) (Biellmann 2009 ; Reddé 2009 : 181-183), dans la première moitié du ier s. de n. è., on y trouve des tuiles estampillées des légions IIII Macedonica, XXI Rapax (surtout), XI Martia (assez nombreuses), VIII Augusta (nombreuses), XIIII Gemina et XI Claudia, avec la cohors XXVI (cf. Biellmann 2009). Mais elles sont surtout sur l’agglomération civile pour la légion XXI, approvisionnée en fait par le plateau suisse (cf. les analyses de pâte) et, à partir de l’époque flavienne – les légions étant alors au-delà du Rhin –, ces tuiles estampillées ne sont manifestement plus liées à la présence militaire. Et au début du ive s. encore, pour la legio I Martia, les estampilles sont surtout ici sur le praetorium civil routier (et dans toute la région jusqu’à Mandeure). Ainsi, la présence de ces tuiles légionnaires n’est en tout cas pas significative de la présence de l’armée. Pour le camp légionnaire de Strasbourg-Argentorate, encore, voir Waton et Dardaine 2010.

243Les études concernant les estampilles militaires sur TCA ont fait l’objet d’avancées importantes dans ces dernières années, concernant la Germanie Supérieure, incluant des analyses de pâtes, avec notamment les travaux de J. Dolata (voir bibliographie supra et Ann. 4).

244Et l’on peut ajouter la question des TCA estampillées de La Classis Britannica, pour l’essentiel trouvées à Boulogne (Vaillant 1884/88 ; Hamy 1904/07 ; Seillier et Gosselin 1969 ; Peacock 1977 ; et voir surtout Ann. 4), ou encore celles de la Classis Germanica de Cologne. Pour les premières, et les exemplaires trouvés tant à Boulogne même qu’en Britannia, du début du iie-milieu iiie s., on distingue par les pâtes deux productions, l’une de la région de Boulogne, l’autre de la région des Hastings Beds, ces dernières également beaucoup exportées à Boulogne (Peacock 1977).

245Pour d’autres provinces romaines, on citera par exemple la Mésie Inférieure (Sarnowski 1997 ; Biernacki 2003), la Dacia Ripensis et les fortifications de limes septentrional de la province, mentionnées dans les estampilles militaires sur TCA (Gudea 2009), le limes danubien en Scythie Mineure (Rădulescu 1973), etc. En Autriche (Rhétie), l’atelier d’Erla passe du statut privé à celui militaire (Stiglitz 1969). Pour la Britannia encore, on peut consulter Warry 2006a et 2010. En Pannonie (Croatie), les ateliers produisant pour la IIIe légion sont sous le contrôle de propriétaires civils mais aussi de l’empereur (Spitzberger 1968).

246La question est donc, globalement, de savoir si la production de ces tuiles et TCA “ militaires ” (cf. supra, § 1.2), dont celles estampillées aux noms d’unités de l’armée romaine, est le fait d’ateliers strictement militaires, ou si – au moins pour partie – elle est déléguée à des commanditaires, parmi les propriétaires fonciers aux alentours des camps et des stationnements militaires, comme cela semble être plus souvent le cas. En Germanies Inférieure et Supérieure, cependant, certaines figlinae sont bien considérées comme militaires (Gustowska 2005).

Le transport

  • 61 Nécessaires en nombre, elles s’avèrent alors coûteuses : on a cependant signalé supra le développem (...)

247Les estampilles, faute d’analyse des pâtes pour identifier les productions61, permettent de suivre les TCA à la trace, entre lieux de production et de consommation : ainsi, par exemple, les TCA produites dans la région de Vérone sont diffusées jusqu’à Ancône (Buchi 1967).

248Pour les Gaules, C. Jullian (1920/26, 2 : n. 342, p. 608) notait déjà l’importation de briques italiennes en Narbonnaise (cf. CIL, XII, 5678).

249Le transport par mer, en Méditerranée, est en tout cas bien attesté (Rico 1995a ; cf. Joncheray 1986 ; 2004 pour la côte de Provence). La répartition d’estampilles telles que celles de MARI, de la côte des Alpes Maritimae, Cimiez-Cemenelum et Monaco à Empurias, Tarragone et Elche, est certainement représentative de ces transports maritimes (Brun et al. 1984 : 16 ; Rico 1993 ; 1995a ; cf. Rivet 2010 : 319-321). On remarque d’ailleurs que, sauf peut-être à Fréjus (Rivet loc. cit.), les produits de Castor, Marus, de Fréjus, et de l’italien L. Munatius Crescens (? L.M.C.) voyagent apparemment ensemble (Rico 1993 : 72). Le traçage des produits de Lucius Herrenius Optatus, Marcus et Castor permet d’étudier la commercialisation de leurs produits en Méditerranée Occidentale (Bermúdez 1987).

  • 62 Le nombre de seulement environ 2000 tuiles de Rome importées à Carthage, signalé ici, est certainem (...)

250Ainsi, les produits des ateliers des environs de Rome, dont des domaines sénatoriaux, se retrouvent dans des épaves mais aussi sur des sites relativement éloignés, car sans doute utilisés en lest puis vendus à l’arrivée (Hartley 1973) : on en retrouve ainsi en Afrique (Thébert 2000), en Sardaigne, en Narbonnaise, en Espagne… (en général, Rico 2004). Et les briques et tuiles importées à travers la Méditerranée ne sont pas rares à Carthage (Tomber 1987), comme l’atteste aussi l’épave du Cap Andreas (Green 1971) : elles proviennent en particulier de Rome (Fulford et Peacock 1984 : 243-244 ; cf. Rico 1995a : 79862 ; 2004). On a également reconnu des briques, mais aussi en Sardaigne et ailleurs en Afrique romaine (Zucca 1997 ; cf. Rico 2004), ainsi qu’en Espagne, à Tarragone-Tarraco (Catalogne, produits de Calpetanus Hermes : Piñol, López et Martĺ 2000 ; cf. Rico 2004) ou Italica (Stylow 1998). Une part de la production de Rome et de sa région, certes dans des cas rares et limités, est ainsi exportée, parfois de manière lointaine (cf. aussi Steinby 1981a).

251Même Rome, pourtant bien approvisionné par ses ateliers périphériques, ainsi que notamment de Sabine et Ombrie (Steinby 1981a), importe apparemment – à l’inverse – une partie de ces briques et tuiles, comme l’attestent les découvertes faites dans son port au Testaccio (Bianchi 2007). Pour Rome même et toute la région, le Tibre joue bien sûr ici un rôle essentiel, entre la ville et l’Étrurie méridionale (cf. Graham 2005 ; 2006).

252Quant à la diffusion des productions de TCA de l’Italie tardo-républicaine, on consultera utilement : Shepard 2007 ; et en général, pour les régions nord-adriatiques ou l’aire de Polesine, Zaccaria et Gomezel 2000 ; Zerbinati 1986. Et par exemple l’approvisionnement de Ravenne, du début du iie s. au milieu du iiie, semble se faire par eau, à partir d’ateliers impériaux (Bermond 1973). De même, on constate des relations, pour ce commerce, entre les régions de Venise et d’Aquilée, par l’Adriatique (Cipriano et Mazzochini 2008), et par exemple pour les produits de Q. Clodius Ambrosius, à partir d’une officine du territoire d’Aquilée, sur les côtes illyriennes et italiennes (Slapšak 1974). Quant à la Tarraconnaise, elle est approvisionnée en produits hispaniques ou encore, avec la Narbonnaise orientale, provenant de Fréjus (Rico 1995a : 775-777, Fig. 2 et 4).

  • 63 Pour 18 épaves “ à tuiles ” sur les côtes de Méditerranée occidentales, 12 sont sur les côtes de Na (...)

253Plusieurs épaves fouillées sur la côte de la Narbonnaise63 ont ainsi fourni des chargements de tuiles, telles que celles de Dramont G et des Roches d’Aurelle (Benoît 1962b ; Joncheray 1986 ; Bérato et al. 1986 ; Bérato, Dugas et Pasqualini 1988 : 139), ou encore celle de la calanque de l’Âne (Ximenès et Moerman 1998). Et d’autres épaves, en Méditerranée, témoignent de ces transports de TCA, peut-être en lest, comme à Mozia au large d’Isola Longa et Marsala, en Sicile (Frost 1971).

254Et un autre exemple de transports de tuiles par voies d’eau peut être cité en Dalmatie (Glicksman 2005), de même que l’épave de tuiles dans la Stella, province d’Udine, dans la région d’Aquilée (Italie) (Vitri, Bressan et Maggi 1999).

  • 64 L’estimation est de 100 à 200 tuiles pour l’épave du cap Dramont, et exceptionnellement de 1000 à 1 (...)

255Ainsi, la Narbonnaise est en partie approvisionnée par mer depuis Rome – comme d’autres destinations parfois lointaines –, ces tuiles ne faisant sans doute pas l’objet d’un véritable commerce, mais étant donc utilisées comme lest pour les bateaux au retour : on les retrouvent jusqu’à Orange mais non au-delà en amont du Rhône (Rico 1993 : 80-83 ; cf. 1995a ; 2004 ; Bouet 1999 : 187). Ces timbres romains sont notés en 46 points du bassin de la Méditerranée occidentale, dont 12 en Narbonnaise occidentale et basse vallée du Rhône (Rico 1995a : Fig. 5). Il doit en général s’agir de cargaisons mixtes et modestes (Rico 1995a : 798 sqq.)64. Dans cette province de Narbonnaise, on trouve ainsi sur d’assez nombreux sites (dont des villae) des TCA estampillées d’ateliers du Latium, par exemple de la région de Colonna à l’est de Rome (cf. Bouet 1999 : 183-186). Les exportations à partir de Rome sont ainsi en croissance, de manière importante, du ier au iie s. de n. è. (Rico 1995a : Fig. 7).

256Pour la Britannia à époque tardive (Sud de l’Angleterre, de Londres au Devon), on a par exemple reconnu un groupe de tuiles à pâte calcaire caractéristique, clairement importée par mer, donc de Gaule (Betts et Foot 1994).

257Ailleurs en Gaule, on peut examiner cette diffusion des produits par exemple pour la région d’Entre-Sambre-et-Meuse, en Belgique (Luppens 2007 ; Cattelain et Luppens 2008 ; à paraître). Et on a vu des exemples de diffusion des produits estampillés des légions, autour du camps de Mirebeau, ou surtout, parfois jusqu’à des centaines de kilomètres, de celui de Vindonissa (CH) (Giacomini 2005).

258On constate en outre, en général, que nombre d’ateliers sont situés à proximité de ou directement sur des cours d’eau, sans doute afin de faciliter la diffusion de leurs produits : c’est en tout cas remarquable pour la totalité des ateliers militaires de TCA du Limes rhénan (Reddé et al. 2006 : 24-26). En effet, leur transport par les cours d’eau est sans doute assez courant en Gaule, comme le montre par exemple, pour le Rhône, la présence de rebuts de tuileries dans le fleuve à Arles, ou encore la diffusion (depuis Vienne ?) des tuiles et briques de Clarianus (supra) (cf. Simonnet 1976 : carte Fig. 9 ; Christol et Fiches 1999 : 149). On peut aussi citer le cas de la Garonne, sans doute notamment pour Toulouse, dans une région d’utilisation massive de la brique en construction (Jacques 1999). En Suisse, dans le canton de Bern, l’implantation des officines et la répartition des estampilles montre que l’Aar a été privilégié pour la commercialisation (Kaenel 1980). En Picardie, chez les Ambiens, on signale même des embarcations chargées de tuiles (romaines ?), dans la Somme, à Tirancourt et Belloy (Somme) (Bayard et Massy : 138, n. 66 ; cf. 162, n. 225).

La consommation : la mise en œuvre et les lieux d’utilisation

259Il faut bien admettre que la plus grande part de cette production s’adresse à une clientèle majoritairement urbaine, qu’il s’agisse des tuiles de couverture ou des briques et carreaux et autres éléments destinés aux installations de bains et de chauffage. En effet, les volumes (et surfaces de toitures) concernés par les constructions publiques ou privées des villes chefs-lieux de cité, avec les autres agglomérations les plus importantes, sont sans commune mesure avec la demande rurale, quelle que soit la densité de l’occupation du sol. Et ce d’autant plus que seules les villae (et non toutes les fermes) – et encore souvent quasi uniquement leur partie résidentielle (urbana !) –, sont concernées, les matériaux de bois, végétaux (chaume) et terre crue étant ailleurs largement mis en œuvre.

  • 65 Voir plus haut, § 1.2 sur ces ateliers implantés dans les villae elles-mêmes, et Ann. 3, s. v. vill (...)

260Tout au plus peut-on considérer qu’à l’occasion de la construction d’une villa, un four temporaire a pu être établi à l’intérieur même de l’établissement, éventuellement entretenu par la suite : on en connaît en fait fort peu d’exemple probants, peut-être par exemple la villa de Sargans en Suisse65

  • 66 Voir infra, pour les estampilles dans les villae, ainsi qu’Ann. 4, s. v. villa.

261Cependant, les TCA et surtout les tuiles nécessaires aux villae et autres établissements ruraux sont selon toute vraisemblance majoritairement produites alentour, dans le domaine, et non achetées à l’extérieur. Ainsi, un certain nombre d’estampilles sur TCA du ive s. en Gaule du Nord, se retrouvent en œuvre dans des villae (Van Ossel 1992 : 108-109), par exemple à Echternach (Metzler, Zimmer et Bakker 1981)66.

262En Narbonnaise cependant, et notamment pour la cité de Béziers (Feugère 2008a : 152-153), les estampilles montrent que les produits des ateliers domaniaux de TCA sont diffusés bien au-delà du domaine. Et un atelier proche de Narbonne (ibid.) diffuse largement vers le sud de cette ville, sur 31 sites dont 5 dans l’Hérault, alors qu’un autre, également situé en Narbonnais, diffuse jusqu’à la cité de Béziers.

  • 67 Surtout cependant concerné ici dans le Chap. 2, pour la région servant d’étude de cas.

263Incidemment, on note, surtout en Narbonnaise mais aussi bien au-delà, l’usage de la tuile pour les coffrages et couvertures des inhumations de l’Antiquité tardive (cf. Gagnière 1965, pour la basse vallée du Rhône ; Colardelle 1996 : 276-278 et tabl. 2, p. 295, pour le Sud-Est de la Gaule ; et Lorans 1996 : 259, et tableau, pour le Centre-Ouest67).

  • 68 Grenier 1958 : 71-78 ; Adam 1984 : 151-156 ; De Fillipo 2004 : 110-112 ; Pour leur apparition, par (...)

264Quant aux briques, rares dans la construction en Gaule à l’exception de régions comme celle de Toulouse, elles sont présentes en arases dans l’opus mixtum68 (bien que souvent remplacées alors par des tegulae), ainsi bien sûr que dans les suspensurae et parois des salles à hypocauste.

265Avec d’autres éléments de terre cuite, tels que les tubuli, ces terres cuites architecturales entrent donc en masse dans la construction des édifices balnéaires privés ou publics, comme on peut par exemple le voir dans les thermes de l’Hispania romaine (Fernandez Ochoa et al. 1999), tels que ceux de Campo Valdés (Gijón) (Fernandez Ochoa et Zarzalejos 1996).

266Le présence d’estampilles sur des TCA en œuvre ou en tout cas sur les sites de consommation, et en particulier dans la construction publique, apporte un éclairage à l’un des points essentiels qui constituent le “ modèle ” proposé ici.

267Ceci est sans doute particulièrement perceptible à Rome, ou la question de l’approvisionnement en terres cuites architecturales – et leur mise en œuvre dans l’architecture – a fait l’objet de nombreux travaux (Cozzo 1936 ; Bloch 1936/38 ; 1947 ; 1947/48 ; 1948 ; 1967 : 1968 ; Setälä 1977 ; Steinby 1973 ; 1973/74a et b ; 1978 ; 1978/79 ; 1981a et b ; 1982 ; 1984 ; 1986 ; 1987a et b ; 1993a et b ; 1998 ; 1999 ; Aubert 1993 ; 1994 ; 2001 ; 2005b ; Zaccaria 1987 ; Manacorda 1993 ; 2000 ; 2005 ; 2007 ; De Laine 2001 ; Gasperoni 2003 ; Bruun 2005a et b ; Gliozzo 2005 ; Steinby et Kenrick 2005 ; Graham 2006 ; cf. aussi Thébert 2000 ; Ferdière 2003 ; à paraître) : c’est par exemple le cas de la construction de l’enceinte d’Aurélien (Pfeiffer, Van Buren et Armstrong 1905). Mais on peut aussi mentionner Ostie (Bloch 1959 ; Steinby 1977/78). Et c’est aussi parfois le cas ailleurs en Italie (cf. aussi Torelli 1996 ; 2000) : Venouse (Chelotti 2003), Pompéi (Steinby 1979 ; 1984 ; 1993b), Pouzzoles (Aubert 2005a), Aquilée (Zaccaria 1998), Populonia (Manacorda 2008), Pollentia et Augusta Bagiennorum (Mennella 1994), Tergeste (Zaccaria et Zupancic 1993), Ravenne et Cisalpine (opus testaceum : Rebecchi 1983 ; Righini 1999) et les régions nord-adriatiques (Zaccaria 1993a et b ; Zaccaria et Gomezel 2000) ou du centre-nord de l’Italie (Zaccaria 1994), Calabre (Manacorda 1994), Sicile (Rizzo et Zambito 2007)…

268L’usage de l’opus testaceum n’est pas rare non plus en Bétique (Roldán Gómez 1994 ; 1999) et en général en Hispania (Roldán 2008), mais aussi par exemple en Grèce et Asie Mineure à l’époque romaine (Dodge 1987). Et, en Sardaigne et Afrique, l’opus doliare est courant, avec parfois des briques importées de Rome (Zucca 1987). En Corse, on note par exemple l’usage de tuiles estampillées, avec chrismes, dans l’Antiquité tardive, dans la construction de thermes d’Aléria (Bouet 1998). De même les couvertures en tuiles sont rapidement un signe de romanisation, par exemple en Britannia (Rook 1979).

269Mais, pour les Gaules mêmes, de nombreux autres cas de mise en œuvre de TCA estampillées dans la construction publique pourraient aussi être cités (cf. Charlier 1999 : 186-187) :

270• en Narbonnaise, pour des édifices thermaux (Bouet 1999), le centre civique d’Alba Helviorum (Dupraz et Fraisse 2001 : 165), le sanctuaire de Saint-Désirat (Ardèche) (ibid. : 337), les thermes (Escoffon 2011) ou l’amphithéâtre de Fréjus (ier s., Rivet 1992), la construction publique à Toulouse (capitolium, enceinte et amphithéâtre : Rico 1988 ; 2001 ; cf. De Filippo 1993 ; 1999 ; De Filippo et Rico 1997 ; Bondartchouk 2002), les thermes d’Ancely, proches (Rico 2001 : 265-267) ;

  • 69 Tuiles d’officines alentour (Saint-Denis-Catus, Cajarc), parfois de citoyens romains portant les tr (...)
  • 70 Dont estampilles de la cité même des Convennes (cf. Ann. 4).

271• en Aquitaine, par exemple l’aqueduc de Cahors (Rigal 2010a ; cf. Pauc 1982)69, et les thermes de Saint-Bertrand-de-Comminges (Aupert et Monturet 2001 : 161)70 ;

272• pour la province de Belgique et celles de Germanie, l’amphithéâtre de Metz au début du ive s. (Schramm, Wolfram et Keune 1902 : 392-394 ; Bayard 1990 : 288), les thermes de Villars-d’Héria et Jeurre (Jura) (de Clarianus, Verguet 1974), les thermes de l’agglomération de Liberchies (Belgique) (Vilvorder 1997), plusieurs monuments publics de Mayence (avec notamment des estampilles de légions, pour les aqueducs, le théâtre, le mithraeum… : Dolata 2007 ; Dolata, Bartel et Mucha 2006 ; Dolata 2008a) ; et thermes de sites militaires d’Echzell, Zugmantel, Jagsthausen ou Osterbrucken sur le Limes, aux ier-iie s. (XIVe et XXIIe Légions : Baatz 1965 ; 1967 ; 1976), bains du camp militaire de Salesberg (Allemagne) (Ricken et Baatz 1965, avec surtout des tuiles de la XXIIe légion), de Gross-Gerau et Rottweil (avec estampilles de légions : Wenzel et Dolata 2007 ; White 1999) ; quant aux TCA estampillées de la Classis Britannica basée à Boulogne, elles ont été sans doute mises en œuvre dans des édifices publics et en tout cas bien sûr dans la construction du camp même de la flotte (Seillier et Gosselin 1969.

  • 71 Les tuiles de Castor ne sont en outre pas commercialisées au-delà du territoire de la cité de Fréju (...)

273En Gaule encore, citons quelques villes où ces estampilles sont globalement bien représentées : Fréjus (Benoît 1956 : 233 ; Rivet 2010 : 140, 319-321, 34471), Metz, Reims et Trèves avec les produits de l’Antiquité tardive d’Adiutex (Grenier 1958 : 78 sqq. ; Hatt 1962 : 491-492, 496). Et l’on a noté (supra) que chez les Cadurques, de nombreuses estampilles d’ateliers ruraux se retrouvent dans le chef-lieu de cité, Cahors (Pauc 1982).

274Hors des Gaules, on note la mise en œuvre de TCA estampillées par exemple dans les thermes du camp auxiliaire de Petronell-Carnuntum, en Pannonie (Schneller 1995). Et de même en Espagne (Bétique, Tarraconaise, Lusitanie… : Rico 1993 ; 1994 ; 1995b ; 1999 ; 2000 ; Correia, Fernandes et Ruivo 2001), en Britannia (Mac Whirr, Viner 1978 ; Warry 2006a), sur le limes danubien en Scythie Mineure, ici jusqu’à l’Antiquité tardive (Rădulescu 1973)…

275De même, on observe (cf. Ann. 4) des tuiles ou autres TCA estampillées (voir supra, § 1.6) découvertes sur des villae ou établissements ruraux :

  • 72 Et nombreuses autres villae entre Sambre et Meuse : estampille HAMSIT, fréquente, absente de la vil (...)

276en Gaule Belgique (en gén. : De Maeyer 1940/79), notamment à Anthée (CIL, XIII, 6 : 12851, 13037, 13046), Froyennes et Popuelles (Coulon 1973), Manage (Lebrun 1972/73 : 26 estampilles, dont surtout ISFP), Treignes et Neuville (Belgique) (Cattelain et Luppens à paraître72), à Loën-Lixhe, Haccourt… (Van Ossel 1992 : 106 ; cf. 1984 : Fig. 2), Orchies, dans la zone de production de la vallée de la Scarpe, avec Titica (Orchies… 2010), ou encore Echternach (Luxembourg) (Metzler, Zimmer et Bakker 1981 : 158-159, 9 ex.), Corny (Moselle) (Guillaume 1972), ainsi que de nombreuses cas, dans l’Antiquité tardive notamment, dans la cité de Trèves (cf. Ann. 4) ; ou encore Luzarches (Val-d’Oise) (essentiellement de Victoris,12 ex. contre 60 sur la villa de Charny en Seine-et-Marne : cf. Lyonnaise, infra ; Guadagnin 1978 ; Mallet 2006a : Tabl. 2), Lux (Côte-d’Or) (Devauges 1981 : 422), Chaumont (Haute-Marne) (Thévenard 1996 : 161), Arreux et Givron (Ardennes) (Nicolas 2011 : 157, 278) ;

277• en Germanies Supérieure et Inférieure, en Suisse, villae de Dietikon (un four de tuilier étant connu à proximité : CIL, XIII, 6 : 12782 ; Ebnöther 1995 : 67 ; 252-254, Fig. 317-321), Seeb (Ebnöther 1995 : loc. cit.) et Irgenhausen (avec castellum de l’Antiquité tardive : Degen 1963), Uefendorf (BE, CH) (Kaenel 1980 : 96), Zürich-Albisrieden (CH) (Motschi et Muntwyler 2006), Vallon (VD, CH) (Fuchs 2002), Görbelhof (AG, CH) (Wiedemer 1963), et dans les villae helvètes en général (Roth-Rubi 1994 : 317-322) ; villae des Trévires, Rhénanie, etc. : dont militaires), Weinsheim (Rhénanie-Palatinat, All.) (Dolata 2002b) Heitersheim (Bade-Württemberg, All.) (Nuber et Seitz 2008) ; et l’on peut rappeler ici (cf. supra, § 1.7), la présence de nombreuses tuiles estampillées de légions sur des villae, autour d’Augst et du camp de Vindonissa (Suisse) (Gonzenbach 1963 ; Ebnöther et Schucany 1998 ; cf. Reddé 2009 : 181-183 ; 2011 : 493-494) ;

  • 73 En nombre, de l’atelier de Bournazel “ L’Alzou ” ; en revanche absentes de la villa proche de “ Bou (...)

278• en Aquitaine, Montmaurin (Haute-Garonne) (CIL, XIII, 6 : 13020 ; Fouet 1969 : 137-139), Cordes-Tolosannes (Tarn-et-Garonne) (Labrousse 1962 : 607, Rabastens (Tarn) (Comité… 1995 : 217), Montcaret et Plassac (Gironde) (Bost 2008), Flagnac (Lot) (Labrousse 1976 : 492), dans l’Aveyron, Firmi “ Girmoux ”73, Flavin “ Mas Marcou ”, Ols-et-Rinhodes “ Loup Layque Puech ” (Aveyron) et Saint-Saturnin-de-Lenne (Albenque 1947 : 62, n87 ; Gruat 1990 ; – et al. 1999 : Tabl. VI, VII et VIII, Fig. 46-51 et carte Fig. 46 ; Gruat, Malige et Vidal 2011 : 110-111 et 335), certaines de ces villae rutènes étant directement liées à des ateliers (voir supra, § 1.2) ;

279• en Narbonnaise, La Roquebrussanne (Var) (Benoît 1954 : 438 ; Bouet 1999 : 183-186 ; Brun 1999 : 624, dont estampilles d’ateliers de la région de Rome, avec date consulaire (123 de n. è.) et mention d’un “ domaine Quintianus, appartenant à An. Verus ”), des “ Escaravatiers ” à Puget-sur-Argens (Var) (avec non moins de 29 estampilles de 13 officines différentes : Brun 1999 : 583-586), de Margon (Hérault) (Mauné 1998 : 206-208), et, près de Toulouse (et avec des estampilles identiques en ville), Colomiers et “ Las Peyros ” à Blagnac (Haute-Garonne) (Rico 2001 : 256, 265-267) ; on note ici plusieurs très grandes villae, certainement propriété de membres éminents des élites locales ; et voir encore les estampilles assez nombreuses de L. Herrenius sur les villae de “ La Tuilerie ” et de “ La Decapris ” à La Crau (Var) (Guendon, Borréani et Brun 1998 : 282-283, no 12 et 13).

280D’autres provinces romaines peuvent bien sûr être mentionnées pour la présence de TCA estampillées sur des établissements ruraux : ainsi, en Dacie, des tuiles estampillées, notamment le la XIIIe Légion, sont présentes dans une villa suburbaine d’Apulum (Drîmbǎrean et Rustoiu 2003). Les estampilles sur TCA de la villa de Pline le Jeune à San Giuliano (Italie) sont aussi à noter (Uroz 1999). En Grande-Bretagne, la villa de Milton Keynes peut être signalée (Zeepvat 1991). Et des tuiles estampillées sont assez bien attestées, au Portugal (Lusitanie), dans au moins sept villae pour sept estampilles différentes (Correia, Fernandes et Ruivo 2001).

281Quant aux agglomérations secondaires, on peut par exemple noter la bonne représentation, diversifiée, d’estampilles sur TCA dans celles de Liberchies en Belgique (Vilvorder 1993 ; 1997 ; 2001 ; 2008).

  • 74 Ou, au moins pour Cornutus, dans la cité des Silvanectes, hors de notre zone d’étude de cas car en (...)

282On peut encore signaler, plus généralement, qu’en Gaule “ intérieure ” on note un secteur débordant assez largement des limites de l’aire étudiée spécifiquement ci-dessous (Chap. 2), où les estampilles sur TCA sont relativement bien représentées, en Île-de-France, avec notamment les estampilles de Baronus, Cornutus et Victor (Mallet 2006a), dont on suppose au demeurant qu’elles ont été produites dans la cité des Meldes, quant à elle incluse dans la région d’étude de cas (infra, chap. 2)74.

Évolution de la TCA en Gaule, de La Tène finale au Moyen Âge

  • 75 .En revanche, l’évolution des bords – sinon très localement – est plus douteuse (ex. : Dubois et al (...)

283On constate globalement, à travers les Gaules, une diminution des dimensions, surtout pour les tegulae, entre le début du Haut-Empire et l’Antiquité tardive. Mais cette évolution est très variée, dans les dimensions comme dans les rythmes, d’une région à l’autre. Ainsi, en Narbonnaise, les longueurs se réduisent du ier s. av. au vie ap. J.-C., mais atteignent encore plus de 50 cm aux iiie-ive s. (Gagnière 1965 : 71 ; Feugère 2000 ; Clément 2009b ; cf. Ferdière, Guillemard et Lanos 2012 : § 3.2.1)75.

284Au-delà de ce constat, un certain nombre d’observations sont à faire quant à l’évolution chronologique de ces productions.

La Tène finale et la période républicaine (iie-ier s. av. n. è.)

  • 76 Sans parler bien sûr ici de l’Italie (voir par ex. Shepard 2007) ou du reste du monde méditerranéen (...)

285La tradition laténienne n’étant pas, du moins dans les futures Trois Gaules76, en faveur des matériaux durs, les terres cuites architecturales au sens strict ne font pas partie de la culture préromaine en matière de construction avant la Conquête.

286Tout au plus, dans la tradition indigène, peut-on noter l’usage d’éléments en terre cuite modelés entrant dans l’équipement domestique, et en général modelés : pesons de métiers à tisser bien sûr, mais aussi plaques de foyer pré-fabriquées (cf. Périchon et Vichy 1967) et surtout chenets (Déchelette 1898 ; Milan 1981 ; De Clercq 2007), dont la présence est encore observée au début de la période romaine, jusque dans le courant du ier s. de n. è.

  • 77 Ces TCA, dont les tuiles, existaient bien sûr déjà auparavant dans le monde grec et hellénistique ( (...)
  • 78 À noter que de telles tuiles (pâte blanc crème, engobée rouge) semblent avoir été produites au Haut (...)
  • 79 Plusieurs de ces sites sont dans notre aire d’étude infra, chap. 2.

287On sait cependant, depuis moins de deux décennies, que des toitures en tuiles “ à la romaine ” (tegulae et imbrices) sont présentes hors de la Narbonnaise dès avant la fin du ier s. av. n. è. et même parfois dès la fin du iie s. av., à la période républicaine et parfois antérieurement à la conquête des futures Tres Galliae (voir infra, §. 1.10.2). On voit ainsi apparaître les modes “ romaines ”77 de couverture, notamment (tegulae et imbrices) assez tôt, y compris au-delà de la Transalpine, avec les autres indices de l’acculturation d’abord des élites indigènes, concernant donc des bâtiments de prestiges. Il s’agit en général de très grandes tuiles, en pâte souvent calcaire, engobées de rouge78, mais apparemment – au moins dans certains cas – de productions locales, avec des rebords en quart-de-rond (Desbat 1992 ; Clément 2007 ; 2008 ; 2009a, b et c ; 2011a ; à paraître ; Delencre 2010 ; Guichon 2011) : on en connaît à Lyon, Corent, Bibracte, Gondole (oppida pour ces trois derniers), Chessy-les-Mines (Rhône : ferme, avec antéfixes), Revel-Tourdan (Isère), villa de Genève “ Parc de la Grange ” (ier s. av. n. è.) (CH : Haldimann et al. 2001), Magnicourt (Nièvre), Saint-Rémy-en-Rollat (Allier), Sennecé-les-Mâcon (Saône-et-Loire), dès LT D1b - fin iie s., ou Arnac-la-Poste (Haute-Vienne : Beausoleil et al. 2009 : 20-24)79.

  • 80 On n’évoquera pas ici les productions hellénistiques et antérieures au tournant de l’ère dans le mo (...)

288Bien sûr, ces tuiles “ à la romaine ” apparaissent en Transalpine même, future Narbonnaise, de manière précoce, généralement au moins dès la première moitié du ier s. av. n. è. dans de nombreux sites (Laubenheimer et Le Ny 1999 : 16-17), la plus ancienne attestation étant dès le iiie s. av. J.-C. à Marseille (ibid. : 15-16) : voir aussi, par exemple, pour le Languedoc-Roussillon, Ugolini à paraître. On en connaît également sur l’oppidum des Volques Tectosages à Vieille-Toulouse dans la 2e moitié du ier s. av. J.-C. (Rico 2001 : 255)80.

Le Haut-Empire

289L’usage – et donc la production locale – des TCA “ à la romaine ” apparaît globalement de manière massive en Gaule intérieure dans le courant du ier s. ap. J.-C., sans qu’on ait toujours de dates bien précises sur cette apparition – comme d’ailleurs sur leur disparition –, dans la mesure où ces éléments ne sont encore que rarement l’objet d’attention et même de conservation et donc d’observations au cours de la fouille.

  • 81 Notamment avec le développement des édifices balnéaires et autres hypocaustes, à partir surtout du (...)

290On ne s’étendra pas sur cette période, qui est celle de la floraison de la TCA dans l’architecture en Gaule81 et qui a donc été très largement traitée aux chapitres précédents.

291Le plein développement est évidemment plus précoce, dès le ier s. av. n. è., en Narbonnaise, comme à Sallèles d’Aude (Fédière 2001 ; Laubenheimer 1990), ou encore (dernier tiers du ier s. av. n. è.) à Boutenac (Aude), avec la production d’antéfixes (Sabrié et Sabrié 1992).

292La production explose et la grande majorité des ateliers et fours connus se rapportent à cette période (supra, § 1.2, et Ann. 3), avec une grande variété de catégories, parmi lesquelles dominent les tuiles et les briques, avec tous les accessoires pour la constructions des bains.

293Ainsi, les estampilles (supra, § 1.6 et 7), au moins dans les Tres Galliae, concernent aussi majoritairement les ier-iiie s. de n. è.

L’Antiquité tardive

294La situation de la fin du iiie à celle du ve s. mérite sans doute d’être analysée plus finement à ce titre : pour la Gaule du Nord (surtout Gallia Belgica et Germania Inferior) (Van Ossel 1992 : 106-110, et carte XX), des ateliers d’état (impériaux) fonctionnent à Trèves (cf. Civilisation… 1983 : 313-315 ; Van Ossel 1992 : 109, n. 145 ; Luik 2001 : 200 ; Demarolle et al. 2003 : 118) – un temps capitale impériale – et Basse-Yutz (Moselle) ainsi que d’autres ateliers de la vallée de la Moselle, tels qu’Illange (Demarolle et al. 2003 : 117, n. 34). Quant aux estampilles privées, pour la Gaule du Nord, on les retrouve alors toutes chez les Trévires, sans aucun exemple entre Seine et Rhin, si ce n’est une estampille militaire à Limetz-Villez (Van Ossel 1992 : loc. cit.). Adiutex, par exemple, produit alors des tuiles qui approvisionnent Trèves, Metz et Reims et d’autres sites (Hatt 1962 : 491-492, 496 ; Schramm, Wolfram et Keune 1902 : 392-394 ; cf. Bayard 1990 : 288 ; cf. Delestre 1982).

  • 82 Mais il est a peu près certain que l’Antiquité tardive est sous-évaluée en la matière, les officine (...)

295Le nombre des ateliers baisse alors sensiblement82 : on l’observe pour la province de Belgique, avec seulement 8 ateliers contre 14 au Haut-Empire (Polfer 2005). Quelques ateliers fonctionnant au ive s. sont cependant signalés, comme Le Neufour (Meuse), en Argonne (Chenet 1927 ; Demarolle et al. 2003 : 117 ; Gazenbeck et Van Der Leuw 2003 ; Le Ny 1988 : 88), ou d’autres dans cette région spécifique (Gazenbeek et Van Der Leeuw 2003 ; carte, Fig. 15), tels que Florent-en-Argonne (Marne) (Chenet 1927 : 86 ; Thuillier 2003, 6 : 683-687). De même, le four d’Yverdon-les-Bains (CH) est construit après 365, peut-être pour la construction du castrum (Yverdon… 2008) : ce serait, avec le four d’Augst “ Leibrüti ”, le seul à fonctionner en Suisse dans la seconde moitié du ive s. (Deschler-Erb 2012 : 46, Fig. 2.16). En Aquitaine, on peut citer l’atelier de Saint-Martin-Laguépie (Tarn) (Labrousse 1976 : 499 ; cf. Comité… 1995 : 237-238, Fig.164 ; Blanc 1980)…

296En Narbonnaise, on notera par exemple les ateliers de tuiliers de la villa de Pardigon à La Croix-Valmer et de Pignans (Var), qui fonctionnent aux ive-ve s. (Bérato, Dugas et Pasqualini 1988 : 137-137), de même que ceux de Berre-L’Étang (Bouches-du-Rhône), avec estampilles (Berre… 2011), ou de Velaux (Bouches-du-Rhône), phase 3 (Bouches-du-Rhône… 2010).

297Des tuiles à pâte claire engobées d’ocre-rouge sont encore parfois produites, comme pour le sanctuaire de Brienon-sur-Armançon (Yonne, Sénons), dans l’Antiquité tardive, alors d’assez petites dimensions (Nouvel et Charlier 2000 ; cf. Delor 2002 : 250). On observe la même pratique pour des tuiles de l’Antiquité tardive d’un édifice de culte chrétien de Carthage (Tunisie, Mackensen et Schneider 2005).

298La production militaire de TCA se poursuit dans l’Antiquité tardive, notamment avec l’important atelier de Kaiseraugst (CH), sur le Rhin (Berger 1969 ; Tomasevic-Buck 1982 ; Reddé et al. 2006 : 24-26 ; datation cependant discutée pour le four de “ Leibrüi ” : Hedley 2004) : on note par exemple les tuiles estampillées de la IVe Légion Martia sur le camp d’Oedenburg (Bas-Rhin) (Reddé 2009 : 181-183), celui de Divitia (Köln-Deutz) (Hanel et Verstegen 2005 ; 2006), ou, hors des Gaules, de la VIIe Légion Claudia à Svinita (Dacie, Roumanie) (Gudea 1970), et des estampilles d’époque valentinienne sur la rive gauche du Danube en Pannonie (Szilágyi 1941). Dans ces provinces danubiennes, certains graffiti sur TCA (cf. § 1.1.3, supra), d’ateliers, sont de l’Antiquité tardive, à Gomea, ou en Scythie Mineure, à Sacidava (Gudea 1983 ; 1988). On peut ajouter, à titre d’exemple, l’atelier de Sagalassos (Pissidie, Turquie), de début de la période byzantine (Poblome et al. 1998).

  • 83 .Notamment en Rhénanie, avec les estampilles ADIVTEX, ARMO, CAPIO et TAM, manufactures d’état (Van (...)

299Plusieurs auteurs indiquent cependant qu’il n’y a plus d’estampillage des produits dans l’Antiquité tardive en Gaule, et même sans doute à partir du courant du iis.(Grenier 1938 ; Hofmann 1965) : ceci concernerait aussi les TCA, selon R. Pauc (1982 : 64). Mais cette affirmation est en contradiction avec plusieurs cas d’estampilles alors attestées (Van Ossel 1992 : 108-109 ; et supra)83. Des productions tardives estampillées sont par exemple attestées en Germanie Supérieure (Dolata 2001a ; 2002b). Dans les provinces de Germanie, le grand four militaire de Kaiseraugst (CH) fonctionne donc dans l’Antiquité tardive (Berger 1969), et l’on peut aussi citer l’atelier de Jochgrim (All.) (Bernhard 1979), alors que des estampilles privées sont alors connues, comme Florinus (Degen 1963). Il en est de même de l’estampille Mastus sur la villa-castellum de l’Antiquité tardive d’Irgenhausen (CH : Degen 1963). Et des estampilles de la Legio XII Victrix, au ive s. sont connues à Strasbourg et Brumath (Kern 2004 : 379 et Fig.). Les estampilles militaires de Köln-Deutz-Divitia (Hanel et Verstegen 2005), sont tardives, et l’atelier de Trèves-Quint fonctionne également au ive s. (Luik 2001). Il en est de même alors de la production de TCA de la Classis Britannica de Boulogne (Seillier et Gosselin 1969).

300Et l’on peut encore citer par exemple les estampilles “ chrétiennes ”, dont celle de l’évêque Arbogast à Strasbourg (infra), ou des estampilles “ monétaires ” (empreintes de monnaies du ive s.) à Iluro-Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques) (Callegarin et Genviève 2008). À Arles, la nécropole urbaine tardive des Alyscamps a fourni une brique estampillée du nom de Claudiana, accompagné d’un chrisme (Heijmans 2001 ; 2006 ; cf. Rothé et Heijmans 2008 : 585), et d’autres estampilles d’évêques sont connues dans la basse vallée du Rhône, au viie s. (Fixot 2001), dont Petronius de Vaison à Mirabel-aux-Baronnies (Drôme) (Planchon, Bois et Conjard-Réthoré 2010 : 421, Fig. 600). Certaines estampilles anépigraphes comporte la croix “ constantinienne ” ou le chrisme, à partir du ive s., à Brumath (Bas-Rhin) (Kern 2004 : 379), Aléria (Corse) (Bouet 1998), Arles (Heijmans 2001). D’ailleurs, l’usage d’estampilles anépigraphes semble se développer dans d’autres secteurs, comme en Belgique, par exemple dans l’Entre-Sambre-et-Meuse (Cattelain et Luppens à paraître ; cf. Luppens 2007).

301On peut aussi rappeler que de nombreuses sépultures à inhumation de l’Antiquité tardive sont coffrées et couvertes de tuiles, notamment en Narbonnaise (par exemple, Gagnière 1965), dans le Sud-Est de la Gaule (entre env. 250 et 650 : Colardelle 1996, cf. tabl. 2 p. 295), alors qu’il est difficile de supposer qu’il s’agisse systématiquement de récupérations. Mais cette pratique est aussi attestée ailleurs alors (par exemple, Ludowici 1908/12, pour Rheinzabern).

302Notons la mise en œuvre de TCA estampillées tardives dans des bâtiments publics, tels que les thermes d’Aleria (Corse) (Bouet 1998). Il en est de même à Trèves, bien sûr alors, pour la basilique tardive (Reusch 1949 ; cf. Van Ossel 1992 : 107). Mais surtout on observe cette mise en œuvre dans les fortifications bâties alors (castra et castella), avec notamment des estampilles militaires (Petrikovits 1971). Et des estampilles de la Ire légion Martia, du ive s., basée à Kaiseraugst, sont par exemple sur des briques de pilettes d’hypocaustes des thermes militaires du castrum de Maudeure (Doubs) (Cramatte, Glaus et Mamin 2012 : 8).

303Par ailleurs, on a vu supra (§ 1.6) que les villae de la cité de Trèves comportant des estampilles sur TCA sont surtout de l’Antiquité tardive (Van Ossel 1992 : 106).

304Hors des Gaules, dans le secteur des Champs Décumates et de la Rhétie, l’atelier de Rohrbach (Bavière) produit dans l’Antiquité tardive (Czysz 2000/01). De même ici, en Autriche, l’atelier d’Inn qui fonctionne au ive s. (Eckardt 1962). À Sirmium, en Pannonie, les estampilles du ivs. (surtout militaires) ne sont pas rares (Mološević 1971), et dans cette province, les ateliers impériaux dominent alors, produisant sur place (Morfova 1971). De même, la production se maintient partiellement dans l’Antiquité tardive en Britannia (Betts et Foot 1994). Et un atelier impérial est par exemple attesté alors en Maurétanie Tingitane (Étienne et Mayet 1994), alors qu’on observe des estampilles sur briques dans l’édification du Limes de Numidie au ive s. (Guey 1939). Les productions de TCA estampillées (dont militaires et impériales) sont parfois particulièrement notables, avec l’effort de construction et d’urbanisation de l’Antiquité tardive, sur le limes danubien, en Scythie Mineure (Rădulescu 1969 ; et cf. 1973).

305Quant aux ateliers impériaux d’Italie, beaucoup fonctionnent encore au ive s. (Lo Cascio 2005), et il en est de même des ateliers de la région de Rome (Steinby 1973/74b ; 1986) : pour l’évolution de cette production à Rome dans l’Antiquité tardive, on pourra consulter : Steinby 1986 ; et cf. 1973/74b. La production est encore importante alors (cf. par ex. Graham 2006), comme en général dans le monde méditerranéen, durant toute l’Antiquité tardive (Böhlendorf et al. 2005).

Le Haut Moyen Âge

306L’utilisation de tuiles “ à la romaine ” (tegulae, imbrices, voire antéfixes) durant tout le Haut Moyen Âge est assurée pour la plus grande part des Gaules, et l’on peut aujourd’hui clairement affirmer que leur production même est certaine, tout particulièrement pour les régions du centre de la Gaule qui nous occupent ici (chap. 2) : une production importante de tuiles et antéfixes décorés (dont un four) est en effet connue à Saran (Loiret), mais aussi maintenant par exemple en Forêt de Tronçais, à l’Isle-et-Bardais (Allier), sites qui seront examinés pour notre secteur d’étude de cas (infra, chap. 2, et cf. Ann. 1). Ailleurs, on pourrait citer l’estampille sur tuile de l’évêque Arbogast, du vie s. à Brumath (Bas-Rhin) (Kern 2004 : 379 et Fig.) et d’autres évêques de Narbonnaise (cf. supra). Et les fours de tuiliers de Chancy (GE, CH), établis vers 200 de n. è., pourraient avoir fonctionné jusqu’au viie s. (Weck et Zoller 2011).

307On a en effet depuis longtemps observé que l’usage de ces toitures “ à la romaine ” (tegulae et imbrices) s’est maintenue, peut-être jusqu’aux xe-xie s., en Normandie (Cochet 1855 : 329-330), peut-être même jusqu’au xiie s. en Limousin et Périgord (Verneilh 1853 : 38 et 106 ; cf. Grenier 1958 : 77) et dans le centre de la France (Saint-Venant 1901 : 27, n. 1), et jusqu’aux xie-xiie s. en Provence (Demians 1973 : 94, n. 18 ; Bérato, Dugas et Pasqualini 1988 : 136) (en général, sur ce maintien, voir Blanchet 1920 : 208 ; Grenier 1958 : 77).

308Il est cependant probable que ces TCA sont alors réservées non à la construction courante, privée, essentiellement en terre et bois, mais à l’architecture de prestige, et notamment aux édifices religieux, comme c’est d’ailleurs le cas en Grande-Bretagne et dans le Nord-Ouest de la France à la même époque (Blain 2008 ; 2011).

309On peut de même constater qu’en Bétique, la production de TCA se maintient jusqu’au viie s. (Bernal et Lagóstena 2004). En Lombardie (Italie), par exemple, même l’estampillage des TCA se poursuit au Haut Moyen Âge (Fiorilla 1986). Des toits à tuiles décorées et antéfixes de type romain, de production locale (Latium), sont encore courants au vie s. dans la région de Rome (Winter, Aliopoulos et Ammerman 2009). Et l’on connaît aussi à Ostie, où la production de TCA est attestée au moins jusqu’au ive s., une estampille d’évêque du vie s. (David et Gonzalez Muro 2011). On peut encore rappeler que le papyrus d’Arsinoé (Égypte) mentionnant une tuilerie concerne le vie s. (Preisigke 1944 ; cf. Mees 2002 : 393).

310Des formes de TCA inconnus auparavant se développent alors, notamment dans l’Ouest et le Centre-Ouest de la France (cf. par exemple Maufus 1991 ; Chapelot 2004 ; et voir, pour Bordeaux : Bouvier 2007), à destination d’abord des édifices les plus prestigieux, dont ceux du culte, avec des modillons, des plaques historiées à motifs parfois chrétiens, des briques “ géométriques ” destinées à s’emboîter (Lelong 1964 ; Watkinson 1981, pour Tours, en fait connu sous une forme comparable comme claveaux de voûte dans les thermes (supra, § 1.5), ainsi que des modèles particuliers (avec notamment croix chrétienne) d’antéfixes (Chapelot 1971) (cf. infra, chap. 2).

Et ensuite…84

  • 84 Pour l’évolution technique de ces productions, au Moyen Âge puis aux périodes moderne et contempora (...)

311On n’insistera pas ici sur l’usage des terres cuites architecturales en général, pour le reste du Moyen Âge et ensuite (voir entre autres : Derœux 1985 ; Chapelot 2004 ; Chapelot et Rieth 2009).

312Si l’on regarde la question de la place – entre villes et campagnes – de l’artisanat de la TCA sur un temps plus long, pour des périodes plus tardives du Moyen Âge notamment, il appert que les tuileries sont plus volontiers installées hors des centres habités, à la périphérie des paroisses (Chapelot 1997 : 142-143), alors que les potiers sont plus souvent présents dans les villages et hameaux mêmes.

313Notons cependant que le concept d’“ artisanat rural ” (et sa terminologie) revêt souvent, pour ces périodes médiévales, une tout autre signification que pour la période romaine : production dans le cadre domestique et de la cellule familiale, y compris pour des productions destinées à la vente à l’extérieur, sans rapport donc non plus avec une économie “ autarcique ” et un système de “ production domestique ”, opposé à la production artisanale stricto sensu, réalisée par des artisans spécialisés et destinée à la vente, non aux stricts besoins de la maisonnée.

314Il faut en effet constater l’assez grande confusion conceptuelle (et donc terminologique) qui règne en la matière dans le monde des archéologues : artisanat rural, artisanat domestique, économie rurale, économie domestique, autosuffisante, autarcique, économie privée et publique…, autant de termes recouvrant des réalités très différentes et pourtant utilisés trop souvent de manière indifférente et interchangeable…

Étude de cas pour les Trois Gaules : la province de Lyonnaise et les six cités du nord et de l’est de l’Aquitaine

315[NB : les noms de sites en gras renvoient aux Annexes 1 et 2 : leur bibliographie n’est donc, en principe, pas redonnée ici, dans ce texte de synthèse]

  • 85 Dans l’Antiquité tardive, même nombre d’abord, malgré les modifications de cités (en une Lyonnaise (...)

316L’examen proposé s’appuie donc sur une “ étude de cas ” concernant un inventaire aussi exhaustif que possible des données, pour les 26 cités de la province de Lyonnaise au Haut-Empire85 et les 6 des franges nord et est de la province d’Aquitaine. Il renvoie, pour les ateliers de TCA, à l’inventaire de l’Ann. 1, pour les estampilles sur TCA de ces mêmes cités, à l’Ann. 2.

317La région étudiée correspond à peu près au tiers de l’ensemble des provinces gauloises et germaniques (en incluant les provinces alpines), soit une superficie totale étudiée ici de près de 241 000 km2.

Les sources

318Nos sources sont, comme pour l’ensemble du monde romain (supra, § 1.1) et encore plus ici sans doute, essentiellement archéologiques. Quant aux autres données documentaires disponibles, tant pour les textes que pour la grande épigraphie, rien ne concerne ces cités.

  • 86 Tous les exemplaires connus ont été répertoriés ici, quelle qu’en soit la teneur ; des graffiti ont (...)
  • 87 En revanche, on n’a pas pris en compte la tuile inscrite de Blois, à considérer comme un faux d’épo (...)
  • 88 Proportion somme toute cohérente avec la part de territoire gaulois considéré, soit environ un tier (...)
  • 89 NB : seuls les sites ayant fourni des graffiti avant cuisson susceptibles de correspondre à des com (...)

319Les graffiti à cru sur tuiles ou briques, souvent – on l’a vu – très suggestifs en la matière (cf. supra, § 1.1.3), sont cependant ici présents sur un nombre de sites représentatifs (voir Charlier 2004 : 92-102)86. Les sites concernés87 sont en effet ici au nombre de 17, alors qu’on en comptait 27 pour le reste des provinces gauloises et germaniques (avec les provinces alpines) (supra, § 1.1.3)88, pour lesquelles on n’a cependant peut-être pas poussé l’inventaire autant dans le détail (sites plus nombreux recensés dans : Charlier 2004 : Ann., pour la France seule)89.

320• Arnières-sur-Iton (Eure), Éburovices : SOM.M (Charlier 2004 : 94, n27.1).

321• Aubigné-Racan (Sarthe) (Bouvet 2001 : 158 ; graffiti vus sur photo inédite de J.-Ph. Bouvet) : sorte de “ grille ”, de compte (?), correspondant sans doute à des chiffres (barres verticales), ensuite barrés en oblique.

322Autun-Augustodunum (Saône-et-Loire), capitale des Éduens : graffiti en gaulois, non traduit : ]VLIGANTRO (lig. ANT) / ]TITIOTICLI ]ATALOMERCV.] / .A… (Rebourg 1987 ; Lambert 2002 : 230, *L-88, Fig. 130 ; Charlier 2004 : 98, n71.1).

323• Châteaubleau (18 ex.) et Pécy (1 ex.) (77), dont comptes, certains en gaulois (Burin 1966 ; 1970 ; 1974 ; Lambert 1998/2000 ; 2008 : 141-146 ; Charlier 2004 : n77.1 à 18 ; Pilon 2008 : 143-144, correspondant sans doute à une commande (?) ; et Jouy-le-Châtel (cf. Griffisch, Magnan et Mordant 2008 : 609, Fig. 626) : “ Sat]urninos a fait 310 tuiles ”. [NB : pour le texte le plus long en gaulois, une proposition récente de traduction émet l’hypothèse d’un contrat de mariage : Kerneis 2011]

324• La Roche-Maurice (Finistère) : graffiti de compte de signification discutée, en gaulois (Sanquer 1973 : 369-370 ; Sanquer et Galliou 1972 : 233-235, Fig. 14-15 ; Lejeune 1973 ; Galliou 1989 : 128) : DODIR CCLXI [ligne écrite à l’envers]/CUNI LXXXIII/.APTI LXXXVI/MAM LXXXIII/X X X [avant dernière ligne lue “ 184 ” par Sanquer et Galliou !].

325Le Mans-Suindinum (Sarthe), capitale des Cénomans : sur une imbrex : ]XX II[, possible fragment de compte de tuilier (Guillier et Thauré 2003 : 56, n23 ; Charlier 2004 : 98, n72.1).

326Les Herbiers (Vendée), site rural, Pictons : brique avec graffito IV - XIX (Provost et al. 1996 : 123).

327• Lezoux (Puy-de-Dôme), sur les ateliers de poterie et sigillée : a) Rufius Veneroni ; b) “ ]avo(t) = a fait ” ; c) ]V ; d) Atiliani ; e) ATILL… (Charlier 2004 : 96-97, n63.1 à 5).

328Limoges-Augustoritum (Haute-Vienne), villa des “ Brachaud ” : sur une brique en quart-de-rond : XIII R, ou X IIII R (compte ?) (Charlier 2004 : 101, n87.1).

329Lorcy (Loiret) : un graffito (avant cuisson ?) sur tegula : Saxasa (Provost 1988a : 181).

330Noirmoutier-en-l’Île “ Saint-Hilaire ” (Vendée) : sur une tegula du coffrage d’une tombe mérovingienne, inscription de caractère chrétien : SCA / ECLESIA = “ la sainte église ” (Charlier 2004 : 101, n85.1), plutôt du Haut Moyen Âge.

331Nuits-Saint-Georges “ Les Bolards ” (Côte-d’Or), agglomération en limite des Éduens et des Lingons : graffito sur tuile avant cuisson, sans doute en gaulois : VSIILBVLOS(?), ou ]VLELBVLO[ (Thévenot 1948 : 336, n116-118 et Fig. 47 ; Charlier 2004 : 93, n21.3).

332• Poitiers-Lemonum (Vienne), capitale des Pictons : sur une brique, graffiti érotique, accompagné d’un phallus : Ateuritus / Heuticae salutem / hoc illei in cunno (Mowat 1873 ; Charlier 2004 : 101, n86.1).

333• Pouillé (Loir-et-Cher) : important atelier produisant aussi des tuiles, dont 2 avec graffiti “ M ” avant cuisson (cf. Cadalen-Lesieur à paraître).

334Rennes-Condate (Ille-et-Vilaine), capitale des Riédones : en cursive sur une tegula : dosist uxili fil…l / d… mo… im… (Leroux et Provost 1990 : 193) ; et autre, avec R (Charlier 2004 : 95, n35.1 et 2).

335Saint-Samson-de-la-Roque (Eure), sur une brique, dans l’église, inscription chrétienne, sans doute du Haut Moyen Âge mais antérieure (?) au viiie s., citation d’un psaume (Charlier 2004 : 94, n27.2).

336• Sanxay (Vienne), sanctuaire des Pictons : sur une brique : ]LLIVS, ou ]ILLVS, fin d’un nom d’homme (Charlier 2004 : 101, n86.2).

Les ateliers de production de TCA

  • 90 Aucun atelier connu, selon Cl. Héron, Responsable du Service Archéologique de Seine-Saint-Denis, co (...)
  • 91 Pour le Poitou et le département de la Vienne en particulier, vérification et compléments M. Duquét (...)
  • 92 Inédit, non consulté : informations P. Vallat, Inrap, que je remercie ici.
  • 93 En revanche – sauf pour les Régions Centre et Basse-Normandie (cette dernière par l’intermédiaire d (...)

337Quant à la constitution du corpus, cet inventaire (Ann. 1) est, pour son origine première, extrait de la “ base de données ” constituée plus généralement pour l’artisanat de ces cités (Ferdière 2008a : cf. 2006/07 et 2008b). Il a été complété, d’une part pour certains détails concernant tel ou tel site, de l’autre pour des données nouvelles ou absentes de cette première recension, ceci grâce à la consultation systématique de toutes les CAG existantes, à savoir l’ensemble des départements concernés ici, à l’exception de deux encore manquantes, pour les départements de Seine-Saint-Denis90 et de la Vienne91. L’ensemble des Bilans Scientifiques Régionaux concernés a aussi été dépouillé, ainsi qu’ont été faites les vérifications nécessaires dans les inventaires régionaux d’ateliers céramiques, à savoir la Gaule dans son ensemble (Blanchet 1898 ; Le Ny 1988 (TCA)), l’Ouest de la France (Faulon 1995), la Haute-Bretagne (Le Ny 1991a (TCA)), la Normandie (Blaszkievicz 1995), l’Île-de-France (Bourgeau 1984), la Champagne du sud-ouest (Lenoble 1991), la Région Centre (Ferdière 1975a), la Bourgogne (Delor 1996a et b), l’Est de la Gaule (Le Ny 1987 (TCA)), la Région Rhône-Alpes (Laroche 2005), le département de l’Allier (Lallemand et Vallat 2001a et b92), la Gaule centrale (Vertet 1980), la Région Poitou-Charentes (Vernou et Baigl 1991)93.

338Cet inventaire comprend un certain nombre d’ateliers seulement supposés, plus ou moins incertains : ceux-ci n’ont bien entendu pas toujours – en tout cas en général – été ensuite pris en compte dans l’analyse qui est faite de ce corpus de données et les conclusions qui peuvent en être tirées à l’appui de notre propos. Ils sont surtout mentionnés dans ce corpus à titre indicatif, dans un but d’exhaustivité.

339Le corpus ainsi constitué (Fig. 9) comprend 286 items, dont il est vrai non moins de 126 seulement supposés, soit presque la moitié (44 %). Et l’on note quelques communes présentant plusieurs ateliers signalés, jusqu’à 5 pour Orléans (grande agglomération puis chef-lieu de cité) et Saint-Jores, chez les Unelles, mais il est vrai toutes deux avec 4 ateliers seulement supposés.

Fig. 9 : Cartes de l’ensemble des ateliers de TCA (certains et supposés) de Lyonnaise et des cités du nord et de l’est de l’Aquitaine, par rapport aux chefs-lieux de cité et autres agglomérations, dans les cités concernées ; les agglomérations secondaires, particulièrement nombreuses, n’ont été représentées que lorsqu’elles comportent un atelier de TCA (infogr. Corinne Scheid, LAT, Tours) : a) ensemble des ateliers, assurés ou non ; b) ateliers mixtes (avec poterie), seuls.

Fig. 9 : Cartes de l’ensemble des ateliers de TCA (certains et supposés) de Lyonnaise et des cités du nord et de l’est de l’Aquitaine, par rapport aux chefs-lieux de cité et autres agglomérations, dans les cités concernées ; les agglomérations secondaires, particulièrement nombreuses, n’ont été représentées que lorsqu’elles comportent un atelier de TCA (infogr. Corinne Scheid, LAT, Tours) : a) ensemble des ateliers, assurés ou non ; b) ateliers mixtes (avec poterie), seuls.

340Dans un travail antérieur (Ferdière 2006/07), j’observais déjà que, pour l’artisanat de la terre cuite, les ateliers de tuiliers, briquetiers (et autres terres cuites architecturales, voire pesons de tisserand), soit alors 208 sites (ibid. : Fig. 13), étaient majoritairement ruraux (à plus de 75 %), mais que des cas de productions assez massives à l’intérieur même d’une villa, comme à Touffréville (Fig. 10), restaient exceptionnels, de même que le modèle d’organisation de la production des “ Fromentaux ” à Lezoux, d’une apparente villa “ industrielle ” (Ferdière 2003 ; cf. Ferdière et al. 2010 : 410 et Fig. 10) (Fig. 11). Le corpus déjà rassemblé alors, certes moins complet, permettait déjà de constater que certains ateliers étaient très clairement liés à des chantiers de construction (comme pour la chaux), ou encore apparemment implantés à proximité de villes, particulièrement demandeuses de terres cuites architecturales, comme pour Javols (Serverette) ou Tours (Saint-Pierre-des-Corps), ou encore dans le “ faubourg ” sud d’Orléans dans l’Antiquité tardive. Ainsi, une part importante de la production pouvait sans doute être considérée comme issue de domaines ruraux, sous le contrôle des domini. On constatait une production certes en grande partie “ de masse ”, compte tenu de son implication massive dans la construction “ à la romaine ”, mais pondéreuse et nécessitant à ce titre des localisations particulières des ateliers, à la fois proche des matières premières (argile et bois) et des lieux de consommation, essentiellement urbains.

Fig. 10 : Un cas remarquable : la villa de Touffréville (Calvados), et ses 4 fours de tuiliers (et fours à chaux, ainsi que forges, à l’ouest) : a) plan d’ensemble, avec les plans réels (en orange) des fours de tuiliers (2 au sud, 2 au nord) ; b) plan schématique des différentes structures (symboles oranges pour les fours de tuiliers) (DAO Service Archéologique du CG du Calvados).

Fig. 10 : Un cas remarquable : la villa de Touffréville (Calvados), et ses 4 fours de tuiliers (et fours à chaux, ainsi que forges, à l’ouest) : a) plan d’ensemble, avec les plans réels (en orange) des fours de tuiliers (2 au sud, 2 au nord) ; b) plan schématique des différentes structures (symboles oranges pour les fours de tuiliers) (DAO Service Archéologique du CG du Calvados).

Fig. 11 : Le site de Lezoux “ Les Fromentaux ” (Puy-de-Dôme), avec une possible villa “ industrielle ”, comportant une partie d’exploitation vouée à la production de TCA, alignée sur deux axes parallèles, avec, à droite (est), l’emplacement supposée de la pars urbana (d’après Ferdière et al. 2010 : fig. 10, DAO C. Gandini).

Fig. 11 : Le site de Lezoux “ Les Fromentaux ” (Puy-de-Dôme), avec une possible villa “ industrielle ”, comportant une partie d’exploitation vouée à la production de TCA, alignée sur deux axes parallèles, avec, à droite (est), l’emplacement supposée de la pars urbana (d’après Ferdière et al. 2010 : fig. 10, DAO C. Gandini).

341Il s’agit généralement de petits ateliers isolés, avec un ou deux fours, rarement d’officines spécialisées très développées : l’atelier sénon de Savins (Seine-et-Marne), sur une importante voie romaine, fait sans doute, dans une certaine mesure, exception (Fig. 12).

Fig. 12 : Un exemple d’atelier spécialisé, sur une voie romaine : plan général (état 1998) de l’atelier de tuilier de Savins (Seine-et-Marne), d’après Marcoult 1999 : Fig. 21 (dessin G. Fauconnet, AREA).

Fig. 12 : Un exemple d’atelier spécialisé, sur une voie romaine : plan général (état 1998) de l’atelier de tuilier de Savins (Seine-et-Marne), d’après Marcoult 1999 : Fig. 21 (dessin G. Fauconnet, AREA).
  • 94 Classiquement selon les limites des diocèses médiévaux, également utilisées pour la carte, Fig. 9.
  • 95 Complètes pour la région étudiée, à l’exception donc de deux départements, la Seine-Saint-Denis (93 (...)

342Le nombre d’ateliers par cité est très divers, mais ceci n’a sans doute pas grande signification, car les surfaces des cités concernées sont extrêmement variées. C’est pourquoi on a ramené cette densité à la superficie de celles-ci94, ce qui permet de mieux observer les disparités de cité à cité en matière d’équipement en ateliers de TCA, car on peut en principe admettre que la concentration des chercheurs et des recherches ne doit pas, à cette échelle et pour un tel sujet, constituer un effet de source déterminant et déformant, comme c’est souvent le cas. La réalisation des Cartes Archéologiques de la Gaule95, malgré les disparités de qualité de l’une à l’autre, joue aussi un rôle de “ lissage ” sans doute ici bénéfique, tout en établissant des états de la question département par département, entre il est vrai 1988 pour les plus anciennes de la vaste région concernée (Val de Loire) et 2012 pour les plus récentes (Lozère). Ainsi, si le nombre d’ateliers recensés pour l’aire étudiée est – à l’évidence – certainement inférieur à la réalité et donc non réellement représentatif, les comparaisons en “ densité ” entre cités peuvent se révéler sans doute assez pertinentes, car on est en droit de supposer qu’aucune d’entre elles n’a fait l’objet d’un déficit de recherche en la matière, ni, à l’inverse, de prospections thématiques trop ciblées sur cet aspect.

343En effet, à titre d’exemple, si l’on ne prend en compte que les ateliers assurés (Fig. 13a et b), la variabilité de cette densité est très forte, puisqu’elle va d’un atelier pour 325 km2 chez les Riédones à un atelier pour 11 121 km2 pour – étrangement – leurs presque voisins Osismes, soit un rapport d’1 à… 34 : ceci met clairement en lumière le fait que les données enregistrées sont très éloignées de la réalité gallo-romaine de densité d’ateliers de TCA sur le territoire considéré, qui ne devait alors certainement pas enregistrer des variations aussi marquées d’une cité à l’autre. En effet, même en considérant les besoins supérieurs des régions non pourvues en bonne pierre de construction (en fait globalement assez absentes de l’aire étudiée) et une plus ou moins forte romanisation des matériaux de construction d’une région à l’autre, de tels écarts ne sauraient être justifiés. Ainsi, la densité moyenne d’un atelier pour 1 506 km2, sur les près de 241 000 km2 considérés, n’est qu’une indication d’une valeur très relative.

Fig. 13 : Les ateliers de TCA comparés à la surface des cités : a) dans l’ordre géographique des cités, d’ouest en est, celles d’Aquitaine à la fin ; ainsi, les grandes cités sont plutôt à droite du graphique, pour les lignes 1 et 2 “ nombre de km2 par atelier sûr ” et “ nombre de km2 par atelier ” (total), plus la barre est haute moins la densité d’atelier sur le territoire de la cité est importante. b) mêmes données, classées par ordre décroissant des surfaces de cités (graph. AF).

Fig. 13 : Les ateliers de TCA comparés à la surface des cités : a) dans l’ordre géographique des cités, d’ouest en est, celles d’Aquitaine à la fin ; ainsi, les grandes cités sont plutôt à droite du graphique, pour les lignes 1 et 2 “ nombre de km2 par atelier sûr ” et “ nombre de km2 par atelier ” (total), plus la barre est haute moins la densité d’atelier sur le territoire de la cité est importante. b) mêmes données, classées par ordre décroissant des surfaces de cités (graph. AF).
  • 96 On n’a pas jugé utile de proposer (Fig. 13) de densité pour le territoire très réduit de la colonie (...)

344On pourrait d’ailleurs tout aussi bien considérer que le fait de ramener cette valeur à la surface relative des différentes cités n’est pas une démarche pertinente, tant ces dernières ne sont – on le sait – pas des territoire économiques réels, d’une part, et tant sont différentes les superficies de ces civitates, entre les tout petits territoires des cités du nord-ouest de la Gaule et ceux, en comparaison immenses, du centre (centre et est de la Lyonnaise, nord de l’Aquitaine). Ainsi, ces surfaces varient dans une proportion d’1 à près de 14, entre d’un côté les Meldes (1801 km2) ou les Viducasses (1 854 km2) et de l’autre les Pictons (24 711 km2) ou les Éduens (21 387 km2) (Fig. 14)96.

Fig. 14 : Tableau des surfaces de cités, avec les nombres et densités d’ateliers de TCA (doc. AF).

Fig. 14 : Tableau des surfaces de cités, avec les nombres et densités d’ateliers de TCA (doc. AF).

345Il est en tout cas certain que l’on est loin de connaître tous les ateliers de TCA de ces territoires, et même la majorité d’entre eux : on en veut pour preuve l’augmentation du nombre d’ateliers connus sur quelques années. Ainsi, on note par exemple, pour la cité des Riédones, que seulement 7 ateliers de TCA étaient signalés à la fin des années 1980 (Leroux 1989 : 21 et Fig. 18), alors que j’en recense non moins de 17 (dont seulement 3 douteux) dans l’Inventaire (Ann. 1), soit plus qu’un doublement en 30 ans de recherches archéologiques.

  • 97 Compte tenu de la mauvaise qualité de ces deux CAG (50 : Pilet-Lemière et Levalet 1989 : 14 ; Delac (...)

346En outre, deux cités de Normandie, parmi les plus petites, les Abrincates et les Lexoviens97, n’ont livré aucune occurrence, mais ceci doit donc, vraisemblablement, être simplement dû au hasard des découvertes, compte tenu de la faible représentativité statistique de ces petits territoires. De même, le seul site mentionné pour la petite cité des Baïocasses est douteux. Et la cité des Ésuviens, comme celle des Vellaves en Aquitaine oriental, n’a livré qu’un unique atelier.

  • 98 Soit un atelier sûr pour 2 251 km2 : près de 7 fois moins que pour les Riédones.
  • 99 Soit 1 atelier sûr pour 3 155 km2 : près de 10 fois moins que pour les Riédones !

347Enfin, pour les vastes cités du centre et est de la Lyonnaise et du nord de l’Aquitaine, la plupart sont assez bien dotées en ateliers de TCA, mais on observe par exemple un déficit notable pour la cité des Bituriges Cubes (Aquitaine), qui – hormis le secteur plus actif de la Forêt de Tronçais (Allier) – n’a fourni au total que 18 ateliers, pour près de la moitié douteux98. Et ceci est encore plus marqué pour la civitas, tout aussi vaste, des Carnutes avant le démembrement de l’Antiquité tardive, avec seulement 14 ateliers dont 8 supposés99.

  • 100 Soit 6 dans les Côtes-d’Armor et 3 en Ille-et-Vilaine.
  • 101 Un “ effet de source ” doit cependant sans doute être pris en compte ici, avec les prospections int (...)
  • 102 L’atelier de Villeparisis pourrait en être l’un des centres.

348Au-delà du nombre d’ateliers par cité (donc ramené ici à une densité selon les surfaces, très diverses, de celles-ci), on ne distingue apparemment pas, dans la région étudiée et contrairement à des secteurs de productions notables signalés dans d’autres régions des Gaules (supra, § 1.2), de concentrations remarquables de la production de TCA (Fig. 9). Toutefois, on peut sans doute noter quelques zones privilégiées, telles que, chez les Bituriges Cubes, le secteur de la Forêt de Tronçais (Allier) (voir Cérilly, Franchesse, Isle-et-Bardais, Le Brethon…) (Laüt 2000a et b ; 2001 ; 2002 ; Broucker 2002 ; Gandini 2008 : CDRom ; voir Ann. 1), avec au moins 5 ateliers sur une aire relativement réduite. Il en est peut-être aussi de même d’un secteur de Basse-Bretagne, pour les cités des Coriosolites et des Riédones (Côtes-d’Armor et Ille-et-Vilaine) (cf. Langouët et Daire 1989 : 27 et Fig. 15d ; et voir Ann. 1), avec non moins de 9 ateliers signalés alors à la fin des années 1980100, et aujourd’hui (voir Ann. 1) non moins de 13 (dont 6 supposés) pour la cité de Corseul et 17 (dont 3 douteux) pour celle de Rennes101 ; ou encore le nord du Cotentin (cité des Unelles). Et ceci sans compter bien sûr le vaste secteur de production céramique de Lezoux, chez les Arvernes, avec plusieurs ateliers de TCA… Peut-être pourrait-on enfin ajouter un secteur au nord-est de l’Île-de-France (Parisii, Meldes et débordant, hors du territoire étudié ici, sur la province de Belgique au Nord), concernant une production de tuiles estampillées, dont au moins trois noms (voir infra, § 2.3) se dégagent, au iiie s. (Mallet 2006a ; b, t.2 : 127-146 ; voir Ann. 2 et 4)102.

  • 103 Une production de pesons de métier à tisser est toutefois attestée sur l’atelier de poterie étudié (...)
  • 104 Angers (périurbain ?), Chartres, Feurs, Le Mans, Paris et Vieux ; l’artisanat de cette dernière vil (...)
  • 105 Dont un périurbain.
  • 106 Atelier mixte, avec production de statuettes (Fichet 1987).
  • 107 Peut être chef-lieu transféré de Javols seulement au Haut Moyen Âge, après le ve s.

349Si l’on examine maintenant la répartition de ces officines entre villes, agglomérations secondaires et monde rural (Fig. 15), on constate que la production de TCA n’est pas attestée dans plusieurs chefs-lieux de cité de la région examinée ici, villes dont pourtant l’artisanat a récemment fait l’objet d’études, à savoir Troyes, Sens (Joly 2010 : 37-39 ; 39-40)103 et Jublains (Bocquet 2010). De fait, sur 32 chefs-lieux de cités concernés (y compris Lyon), seuls 11, soit pratiquement le tiers, possèdent au moins un atelier de TCA, en général unique104 et même seulement supposé à Limoges. Deux ateliers sont attestés pour 4 d’entre eux (Autun105, Lyon, Nantes et Rennes106 ( mais l’une des deux officines est seulement supposée à Lyon – ville tout aussi bien dotée en activités artisanales et récemment étudiée de ce point de vue (cf. Desbat 2010) – et Rennes, même les deux à Nantes). En ce qui concerne Autun, l’artisanat, et en particulier celui de la terre cuite, y est pourtant remarquablement développé (Chardron-Picault, Guillaumet et Labeaune 2010 : tabl. Fig. 10, p. 121 ; cf. Chardron-Picault 2002). Pour l’Antiquité tardive, on peut certes ajouter Orléans, avec un atelier tardif. Les 21 autres capitales de civitas, tant en Lyonnaise qu’en Aquitaine, n’ont fourni aucun atelier, et l’on peut y ajouter, pour l’Antiquité Tardive, Coutances, Le Puy et sans doute Mende107. Cependant, on note des ateliers de TCA à proximité de certaines capitales de cité, au moins pour Évreux (Les Ventes), Javols (Serverette), Tours (Saint-Pierre-des-Corps) et possiblement Paris (avec Meudon), sans qu’il soient certes dans les suburbia de ces villes.

Fig. 15 : Graphique présentant le nombre d’atelier de TCA (sûrs ou non : 2 colonnes), selon leur contexte : chefs-lieux de cités, autres agglomérations, ruraux, dont dans des villae (doc. AF).

Fig. 15 : Graphique présentant le nombre d’atelier de TCA (sûrs ou non : 2 colonnes), selon leur contexte : chefs-lieux de cités, autres agglomérations, ruraux, dont dans des villae (doc. AF).

350Quant aux agglomérations secondaires, pourtant fort nombreuses sur le territoire concerné (cf. carte, Fig. 9), seul un petit nombre a fourni un ou plusieurs ateliers de TCA : seulement 51 agglomérations sont concernées – ou par leur proximité immédiate à des officines –, en général par un unique atelier, et près de la moitié (25) ne sont en outre dotées que d’ateliers supposés. Parmi les cas assurés, on ne note deux ateliers que pour trois sites : Langonnet pour les Vénètes, Lezoux – important centre de production de sigillée – pour les Arvernes, et Montereau-Fault-Yonne – dont un sans doute de l’Antiquité tardive – pour les Sénons. L’atelier concernant Villeparisis (Meldes) est mixte (poterie) et de l’Antiquité tardive, et ceux de Nevers (Éduens) et Brive (Lémovices) sont mixtes. Quant aux ateliers seulement supposés, ils sont au nombre de quatre à Orléans (Carnutes) avant la transformation de cette ville en chef-lieu de cité des Aureliani, Quimper, pour les Osismes, en a livré trois, et celui de Roanne, pour les Ségusiaves, serait mixte. On note donc en particulier au moins trois agglomérations spécialisées dans la production céramique, avec la poterie, voire la sigillée, à Pouillé, Crouzilles et Lezoux. Enfin, on ne connaît par exemple aucun atelier au Vieil-Évreux, importante agglomération et sanctuaire principal des Éburovices, dont l’artisanat a fait l’objet d’un examen récent (Guyard, Berthaudière et Zeller 2010) ; et il en est de même pour la très importante agglomération biturige d’Argentomagus, où pourtant quelques fours de potiers sont connus (voir Ferdière 2008a : s. v.).

  • 108 Je remercie ici Nicola Coulthard, Directrice du Service Archéologique de Conseil Général du Calvado (...)

351En milieu rural enfin, il faut donc distinguer les ateliers isolés en pleine campagne, et que je propose d’interpréter comme domaniaux, et ceux directement implantés dans des fermes ou villae : parmi ces derniers, deux catégories doivent encore être distinguées : d’une part les véritables ateliers de production, destinée au marché extérieur, pour lesquels la villa de Touffréville (Calvados) est le prototype (Fig. 10108), et le site de Lezoux “ Les Fromentaux ” (Puy-de-Dôme) constitue sans doute un autre modèle (Fig. 11) ; d’autre part ceux établis pour la construction de la villa, voire par la suite pour ses propres besoins en renouvellement : citons pour la zone étudiée ici le cas emblématique de la villa de Gannat (Allier).

352Le nombre d’ateliers ruraux est en tout cas largement majoritaire dans le corpus mobilisé : au total, 206 sur 286, soit 72 %, dont 119 ateliers assurés sur 160, soit plus de 74 %, près des trois-quarts. On n’y compte que 12 ateliers directement implantés sur des villae ou à proximité immédiate de tels établissements ruraux, dont 10 assurés : le cas de Touffréville, avec la production associée de chaux, étant mis à part, une production réservée aux seuls besoins de la villa n’est donc clair qu’à Gannat et peut-être Saint-Germain-des-Champs et Taden (dans ce dernier cas avec un possible four à chaux). Ces derniers cas semblent donc en réalité bien plus rares qu’on veut bien le dire parfois…

353Si l’on compare avec la production de poterie pour la même aire géographique (Ferdière 2006/07 : Fig. 10), on constate le caractère très sensiblement plus rural de la production de TCA : en effet, 60 % des ateliers de potiers (175 sur 308) étaient à la campagne contre 30 % (93 sur 308) dans les agglomérations secondaires, souvent spécialisées en ma matière ; ici, tous ateliers confondus (assurés ou non), le pourcentage est donc de près de 75 % pour les ateliers ruraux et moins de 18 % pour ceux en agglomérations secondaires. Bien sûr, la domination du monde rural se maintient cependant dans les deux cas, compte tenu du caractère essentiellement rural, en nombres de l’habitat (dispersé) en Gaule romaine, mais dans un rapport clairement différent. Et, incidemment, l’existence d’agglomérations clairement spécialisées dans la production de poterie apparaît ainsi à l’évidence. On peut donc en définitive affirmer sans ambiguïté, en s’appuyant sur ces chiffres, que la production de TCA revêt, dans la région considérée, un caractère nettement plus rural que celle de poterie.

354Quant aux ateliers mixtes avec la production contemporaine de poterie sur la même officine, on note 31 cas, dont 23 assurés, parmi lesquels par exemple Les Ventes, près Évreux, Vrigny (Fig. 16a) ou Les Clouzeaux (Fig. 16b). Et ceci sans compter les sites (communes) qui ont livré ailleurs des ateliers de poterie, comme c’est le cas pour 17 villes ou autres agglomérations (dont Lezoux), ainsi que 7 communes rurales (dont 5 cas assurés). On note aussi l’association de productions de TCA, dont des antéfixes, avec des ateliers de statuettes en terre cuite, à Rennes et Autun.

Fig. 16 : Deux exemples d’ateliers ruraux mixtes : a) plan d’ensemble de l’atelier de Vrigny (Loiret), d’après Ferdière, Guillemard et Lanos 2012 : Fig. 3 ; les fours de tuiliers sont ceux du groupe ouest (à gauche), ainsi sans doute que le four 5, en bas à droite (groupe est) ; les autres fours sont de potiers (DAO Th. Guillemard) ; b) plan d’ensemble de l’atelier, Les Clouzeaux (Vienne) (DAO F. Sanz Pascual, extr. de Séris 2008).

Fig. 16 : Deux exemples d’ateliers ruraux mixtes : a) plan d’ensemble de l’atelier de Vrigny (Loiret), d’après Ferdière, Guillemard et Lanos 2012 : Fig. 3 ; les fours de tuiliers sont ceux du groupe ouest (à gauche), ainsi sans doute que le four 5, en bas à droite (groupe est) ; les autres fours sont de potiers (DAO Th. Guillemard) ; b) plan d’ensemble de l’atelier, Les Clouzeaux (Vienne) (DAO F. Sanz Pascual, extr. de Séris 2008).

355Et des associations avec d’autres productions artisanales sont également à noter pour certains sites ruraux, comme la chaux, ainsi d’ailleurs que la forge, sur cette villa de Touffréville, mais aussi sans doute à Taden (Côte-d’Armor). La forge est également associée à Monteneuf, Saint-Maurice-de-Ventalon, Sombernon et Montlay-en-Auxois, ces derniers sites étant des agglomérations mandubiennes aux activités métallurgiques développées. Incidemment, notons aussi l’association avec la production de verrerie à Vieux, chef-lieu des Viducasses.

356En outre, on constate qu’un nombre non négligeable d’ateliers se situent en limite de cité (voir carte Fig. 9) : ceci est en fait assez courant pour beaucoup d’autres artisanats (voir par ex. Ferdière 2001), et peut correspondre soit à une volonté de diversification du marché, soit peut-être plutôt à une préoccupation fiscale.

  • 109 Hors tout établissement rural ou agglomération, et ce, ici, en dehors de toutes considérations conc (...)

357En définitive quant à notre propos, on constate que les ateliers ruraux sont nombreux, et notamment ceux isolés et pleine campagne109, dont on supposera donc ici qu’ils dépendent de domaines : pour certains, la proposition est d’ailleurs déjà faite par les auteurs, comme par exemple pour l’atelier de Meudon, supposé domanial et approvisionnant Lutèce.

Les estampilles sur TCA

  • 110 Vérifications pour le département de la Vienne (sans CAG à ce jour) par J. Hiernard, en 2012, que j (...)
  • 111 Extraction communiquée par J.-C. Béal, que je remercie ici.

358Le corpus des estampilles sur TCA pour la région d’étude de cas (Ann. 2) a été établi à partir de ma documentation personnelle, vérifiée et complétée par le dépouillement systématique de toutes les CAG concernées (cf. supra)110, ainsi que du CIL, XIII et des tables-index de Gallia (1962, 1972 et 1982, complété par une recherche sur l’ensemble de Gallia en ligne, pour les années 1983 à 1999, pour les Informations, et 2006). S’y ajoute pour la Région Rhône-Alpes (cité des Ségusiaves et territoire de la colonie de Lyon, ici) le mémoire de C. Chamoux (2010)111.

  • 112 Dont cependant ici un nombre non négligeable sur des pesons de tissage.
  • 113 Contrairement aux ateliers, on n’a donc pas cru utile de fournir une cartographie de ces estampille (...)
  • 114 Soit les Osismes, Vénètes, Coriosolites, Unelles, Abrincates, Namnètes, Ésuviens, Baïocasses, Viduc (...)
  • 115 Riédones, Andécaves, Diablintes, Véliocasses, Éburovices, Cénomans, Parisii, Sénons, Tricasses, Gab (...)
  • 116 6 occurrences pour les Carnutes, 2 pour les Sénons, 10 pour les Éduens, 3 pour les Ségusiaves, 6 po (...)
  • 117 Dans la mesure ou celui-ci peut être restitué : comme pour les ateliers (supra) l’attribution d’est (...)
  • 118 Ainsi qu’à Décines-Charpieux, Sainte-Foy-les-Lyon (il est vrai sur l’aqueduc du Gier), Solaise et s (...)

359Quant à ces estampilles112, connues en définitive sur un petit nombre de sites (91) dans la région étudiée113, il est remarquable qu’elles sont quasi absentes de la plupart des cités du Nord-Ouest, soit 11 cités114 sur les 32 examinées ici au total. D’autres civitates n’ont fourni qu’une ou deux occurrences115, mais il est vrai que l’on ne peut comparer pertinemment ces chiffres pour des territoires de surfaces très différentes, entre les petites cités du NO de la Lyonnaise et les grandes du centre et centre-est de la Gaule116. Lyon est bien représenté, pour la ville même mais aussi pour le petit territoire de la colonie117, par exemple avec la villa sans doute “ coloniale ” de Saint-Laurent-d’Agny118, mais on note cependant quelques anomalies : la petite cité des Meldes est concernée par non moins de 7 occurrences, juste en dessous des puissantes et vastes cités des Arvernes et des Bituriges Cubes (8 occurrences) et de celle, très romanisée, des Éduens (10 occurrences). Il est, à l’inverse, curieux de constater le faible nombre d’estampilles dans le tout aussi vaste territoire des Sénons (seulement 2 occurrences).

360Globalement, on peut considérer que, pour la zone d’étude ici, plus on s’éloigne de l’aire méditerranéenne et de la Narbonnaise, à l’acculturation romaine plus marquée, plus les estampilles sont rares. Il reste cependant difficile, au-delà de ce constat – et comme pour l’ensemble des provinces gauloises –, de comprendre pourquoi certaines productions de TCA sont estampillées alors que la grande majorité ne l’est pas : certains propriétaires fonciers producteurs de TCA sont-ils individuellement plus enclins que d’autre à ainsi “ se faire de la publicité ” par l’imposition de leur nom sur ces produits, sans autre justification alternative ?

361On peut signaler, spécifiquement, que l’atelier du tuilier-briquetier Clarianus/Clariana (cf. estampilles, Ann. 2 et 4) a parfois été situé en Auvergne ou Velay (Haute-Loire, Arvernes et Vellaves) (Simonnet 1976), ce qui paraît peu probable, vu la diffusion de ces produits essentiellement sur la rive gauche du Rhône : cette officine (ou ces officines) est plus probablement à situer du côté de Vienne, chez les Allobroges (sans doute à Saint-Clair-sur-Rhône : cf. Ann. 3, s.v.), même si Lyon, son territoire colonial et la cité des Ségusiaves sont, en Lyonnaise, certes concernés par ces produits.

362Il est à noter que les ateliers attestés de TCA (Ann. 1) présentent très peu de cas d’estampillage des produits, soit 5 en tout sur 286 ateliers de TCA répertoriés (supra), dont la moitié seulement présumés : Autun, pour des antéfixes, Chartres, Giat, La Guerche (?), Lezoux, Lyon (?) et Vichy. Le cas de Giat (Puy-de-Dôme, arverne) est assez remarquable, avec un nombre important d’estampilles GERI, au moins connue aussi sur l’agglomération de Voingt ; il pourrait en être de même pour l’atelier de Lezoux, avec l’estampille (Cl.) Macer, également connue à Voingt. On peut toutefois ajouter à cette observation le fait que le ou les atelier(s) de Baronus, Cornutus et Victor (Mallet 2006a) (Fig. 17) est, selon la diffusion de ces produits estampillés, à situer sans doute en territoire melde, peut-être à Meaux même, ou éventuellement à Villeparisis, agglomération où des ateliers de potiers sont attestés. On pourrait en revanche peut-être situer dans la capitale de la Lyonnaise l’officine de Secundus Rufus, dont des estampilles sont par ailleurs attestées à Poncins (Loire) et Autun. Enfin, l’atelier de Lunaris pourrait se situer quelque part dans l’aire étudiée ici, entre les Lémovices et les Arvernes (4 occurrences, à Évaux, Meisseix, Moulins et Saint-Sulpice-en-Guérétois).

Fig. 17 : Répartition des estampilles sur tuiles de Victor, Cornutus et Baronus, aux confins des cités des Parisii, Meldes (Lyonnaise) et Silvanectes (Belgique) ; d’après Mallet 2006a : Fig. 7.

Fig. 17 : Répartition des estampilles sur tuiles de Victor, Cornutus et Baronus, aux confins des cités des Parisii, Meldes (Lyonnaise) et Silvanectes (Belgique) ; d’après Mallet 2006a : Fig. 7.
  • 119 Ce devrait d’ailleurs être alors au féminin (cuba) et non au masculin.

363Le cas de Merula Cubus (possiblement de la cité des Bituriges Cubes ?) est plus curieux, ne serait-ce que par cette inhabituelle mention de la cité119, et d’autant que ces tuiles ont été découvertes à Bordeaux et en Poitou (dont Auzay, Vendée) (Jullian 1887/90 : 445-454 ; 1920/26, t. 2 : 95-98 et notes ; Redeuilh et Marquassuzaa 1951/53 ; Grenier 1958 : 81, n. 4 ; cf. Ann. 2 et 3), non jusqu’à ce jour en Berry.

  • 120 Ceci jette évidemment une suspicion sur les trois autres estampilles signalées sur ce site, dont ce (...)
  • 121 Les Légions III et VIII portent la dénomination d’Augusta (cf. Ann. 4) ; Y. Le Bohec m’a confirmé e (...)
  • 122 Vérification faite dans Chamoux 2010, ainsi qu’auprès de J.-C. Béal, que je remercie ici.

364En ce qui concerne les estampilles militaires, sept sites ont fourni des exemplaires de la VIIIe Légion Augusta, mais la quasi-totalité (6) correspond à des découvertes autour du camp légionnaire de Mirebeau (Côte-d’Or, site lui-même en territoire lingon : cf. Delencre et Garcia 2011) (Fig. 7), ici retrouvées dans la cité voisine des Éduens : Allerey, Palleau, Pommard, ainsi que deux agglomérations, Beaune et Nuits-Saint-Georges (pour le sanctuaire). Le dernier site concerné est, plus curieusement, Néris-les-Bains120, chez les Bituriges Cubes, avec plusieurs exemplaires. Mais on soupçonne en fait ici une supercherie d’antiquaires du xixe s., attribuant à ce site en cours d’exploration des estampilles découvertes ailleurs (Mirebeau, Strasbourg ?) (cf. Bérard 1995 ; Le Bohec 1995). Enfin, deux autres occurrences d’estampilles militaires restent beaucoup plus douteuses : VIAVG à Dreux (Carnutes), aucune Legio VI Augusta n’étant attestée121, et MOXXIII à Villeneuve-sur-Cher (Bituriges), où l’interprétation proposée “ legio XXIII Gemina ” ne repose strictement sur rien. Il en est de même de l’éventuelle mention d’une cohorte pour une estampille de Guéret. Il est en outre remarquable, en négatif, que Lyon n’ait livré strictement aucune estampille militaire122, malgré un nombre élevé de timbres recensés (cf. supra et Ann. 2) pour cette capitale provinciale.

365Globalement, un groupe relativement important – eu égard à la rareté globale de ces estampilles dans la région étudiée – se dégage donc en Île-de-France (cités de Meldes et Parisii) et plus généralement dans le NE du Bassin Parisien (dont cités du SO de la Belgique), avec notamment les produits de Victor, Cornutus et Baronus (Fig. 17), dont on observe qu’elles ne comportent qu’un seul nom. Il s’agit ici d’un cas régional unique pour tout le secteur concerné. Compte tenu de la répartition de ces estampilles, il n’est donc pas impossible que l’on ait affaire à une aire limitée et concentrée de production, du type de celle, originale, signalée supra (§ 1.2) dans la vallée de la Scarpe (Nord).

366Quant, enfin, au statut des officines, on note l’estampille au nom de la colonie de Lyon, Colonia Copia Claudia Augusta Lugduni, découverte exclusivement à Lyon même, en au moins une dizaine d’exemplaires.

Les produits et leur usage : de quelques spécificités

  • 123 Les mêmes références bibliographiques sont utilisables quant aux données métrologiques des TCA des (...)

367Comme ailleurs, ces matériaux sont – on l’a dit – globalement peu étudiés dans la région examinée ici. L’aire de travail de L. Goulpeau (1988) est cependant en grande partie la nôtre, et l’on note des études de matériaux de construction en terre cuite par exemple pour l’agglomération de Mazières-en-Mauges (Maine-et-Loire) (Berthaud 2000), la domus du “ Bas de Vieux ” à Vieux, capitale des Viducasses (Vipart 1999), ou encore pour la région des Pays de la Loire (Namnètes, Andécaves, Cénomans, surtout : Nauleau à paraître)123, ainsi par exemple que celle des production de l’atelier de Vrigny (Loiret) (Ferdière, Guillemard et Lanos 2012).

368Ces produits, pour les ateliers répertoriés (supra, § 2.2), sont classiques et concernent très majoritairement des tuiles (tegulae et imbrices), assez souvent complétée par des briques et par exemple tubuli d’hypocauste. La fabrication d’antéfixes, sans doute réservés aux édifices publics et/ou les plus prestigieux (notamment urbains), n’est connue qu’à Autun (dont estampillées : Rebourg 1998 : 104), Le Mans, ainsi qu’à Saran, près Orléans (pour le Haut Moyen Âge). Quant aux pesons de métiers à tisser, ils sont, comme dans le reste de la Gaule et par exemple en Quercy (supra), produits sur quelques assez rares officines : Orléans, agglomération de Saint-Valérien, Savins et Teurtheville-Bocage.

369Il est à ce titre intéressant de noter une particularité locale au nord de l’Île-de-France (cité des Meldes, nord des Parisii, SE des Silvanectes), avec la présence de tuiles en plâtre, matériau très spécifique de la région : par exemple sur le site de Villiers-Adam (Val-d’Oise), au ier s. de n. è. (Drwila 1996). Une autre particularité du secteur étudié est la relative abondance et diversité des terres cuites architecturales du Haut Moyen Âge, en particulier pour le Val de Loire (cf. supra, § 1.10.4, et infra, § 2.7).

370Et l’on rappellera ici les faîtières décorées de Drevant, mentionnées plus haut (§ 1.5) : d’autres exemplaires, moins complets, sont connus en Pays de la Loire, à Beaufort-en-Vallée, Le Langon et Haute-Goulaine (Nauleau à paraître), de même d’ailleurs que des tuiles en écaille pour ce dernier site (ibid. ; cf. supra). Une production de tuyaux est par ailleurs bien attestée à Lyon (cf. Maza et Clément 2010), notamment au ier s. de n. è., ainsi que sur l’atelier sénon de Bussy-le-Repos (Yonne) (cf. Ann. 1).

La diffusion des produits : les transports

371Quant aux transports, la région étudiée n’a pas fourni de documentation particulièrement remarquable en la matière, sans doute compte tenu, notamment, de son caractère en grande partie continentale, malgré une important façade océanique mais se prêtant peu à la découverte et à la fouille d’épaves. On note cependant une épave de barque gallo-romaine contenant des tegulae dans la saline Douceuil à Guérande “ Le Yosquet ” (Loire-Atlantique), chez les Namnètes (Martin 1873 : 160-161 ; Kerviler 1877 : 67 ; cf. Driard 2011 : 96, 535).

372Pour le transport par voies fluviales, plus largement concerné ici, on constate par exemple en Berry (Bituriges, Aquitaine) que tous les ateliers de TCA sont à moins de 800 m d’un cours d’eau (rens. inédit C. Gandini, Séminaire Zone Atelier Loire, LAT, 22 juin 2010), ce qui n’a qu’une signification limitée. Cependant, l’inventaire réalisé (Ann. 1) montre qu’hormis les ateliers d’agglomérations ou villes, elles-mêmes déjà majoritairement implantées sur des cours d’eau, les officines en rive de fleuve ou rivière, voire simples ruisseaux, sont plutôt rares (Bournezeau, Naveil, Saint-Maurice-de-Ventalon…).

373Mais, en tout cas, les fleuves et principales rivières de l’aire examinée – et au premier chef la Loire – n’apparaissent pas concernés de manière privilégiée par la concentration des ateliers, qui manifestement produisent ici – comme le plus souvent en Gaule intérieure – pour une clientèle proche, urbaine ou rurale.

  • 124 Compte tenu du coût du transport par terre, nettement plus élevé que par eau.

374En revanche, les voies terrestres apparaissent – peut-être paradoxalement124 – ici peut-être un peu plus souvent concernées par l’implantation des ateliers de TCA : sans compter les officines de chefs-lieux de cités ou autres agglomérations, implantées elles-mêmes sur ces axes routiers, on note des cas plus ruraux d’Herbignac, Marcellois, Monteneuf, Praville, Saint-Maurice-de-Ventalon, Savins

375Quant aux estampilles, malheureusement rares (supra), elles ne se prêtent donc guère à l’examen de répartitions à partir d’ateliers identifiés : celle des produits de Cornutus, Baronus ou Victor, en Île-de-France, montre une diffusion sur quelques dizaines de kilomètres ; celle de Clarianus (dont l’atelier est sans doute situé hors de notre aire) est cependant plus vaste, mais déjà, par sa localisation, dans un système apparemment plus spécifique à la Narbonnaise.

La mise en œuvre des TCA

376Comme ailleurs en Gaule, peu d’ateliers sont liés à des villae, pour leur construction puis éventuellement entretien : on en connaît cependant quelques rares exemples, tels que “ Les Chazoux ” à Gannat (cf. Inventaire en Ann. 1).

  • 125 Autun, Chartres, Javols, Meaux, Paris, Rennes, Saint-Paulien et Sens ; leur absence est notable – p (...)

377Les estampilles (cf. supra, § 2.3) sont mises en œuvre dans des villae ou autres sites ruraux, des agglomérations et chefs-lieux de cité, et notamment dans des édifices publics susceptibles d’être le fait d’évergésies. Pour la région étudiée, ces produits estampillés ne se retrouvent, hormis Lyon très bien représenté, que sur 8 chefs-lieux de cité125 pour les 32 concernées. Pour les agglomérations et/ou grands sanctuaires, on note 22 occurrences (cf. Ann. 2), contre non moins de 57 sites ruraux ou supposés tels – parmi lesquels 9 villae attestées, à Charny (Seine-et-Marne), “ Lazenay ”-Bourges (Cher), Limetz-Villez (Yvelines), Saint-Laurent-d’Agny (Rhône, colonie de Lyon), Saint-Père-sous-Vézelay (Yonne), Savennes “ Reillac ” (Creuse), Thenay (Loir-et-Cher), Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) et Villeneuve-sur-Cher (Cher) –, soit près des deux tiers des sites du corpus (62,6 %). Il est cependant clair que, statistiquement, pour une répartition équitable des estampilles entre ces différents types de sites sur un territoire donné, la majorité écrasante d’établissements ruraux par rapport au nombre de villes et agglomérations fausse les résultats en faveur des premiers, au détriment des seconds. Elles sont présentes sur plusieurs villae, et le cas de celle de Savennes (Creuse) est remarquable, avec une variété importante d’estampilles.

378Enfin, il est pertinent d’observer, quant au propos développé ici, que les estampilles attestées (cf. Ann. 2) sont présentes sur un nombre d’édifice public représentatif de 8 ou 9, soit près de 10 % des sites répertoriés (91), et sans compter les villes et agglomérations (au moins 9) où l’on peut aussi penser que ces TCA estampillées ont été mises en œuvre dans des monuments publics, susceptibles donc d’être le fait d’actes d’évergésie des notables, propriétaires fonciers, de ces cités : sanctuaire d’Allonnes et de Drevant, théâtre d’Arnières-sur-Iton, thermes de Beaune et sans doute Néris, fanum de Lentilly et temple de Nuits-Saint-Georges, aqueducs du Gier et de l’Yseron pour Lyon (cf. Borlenghi 2003 ; Desbat 2011b ; voir Ann. 2), ainsi que son théâtre et son odéon, à Fourvière (dont Clarianus, cf. Verguet 1974), enfin sans doute aqueduc (peut-être privé ?) de Saint-Sulpice-en-Guérétois…

La chronologie

379Quant à la diminution des dimensions, progressive à travers la période romaine, des tegulae – comme on l’a vu assez générale en Gaule –, le constat précis a récemment été fait pour la région des Pays-de-la-Loire (cités des Namnètes, Andécaves et Cénomans, surtout : Nauleau à paraître). On le constatait déjà un peu avec l’étude des productions de l’atelier de Vrigny (Loiret) (Ferdière, Guillemard et Lanos 2012 : 99 sqq.).

380D’un point de vue chronologique, on sait depuis peu (supra, § 1.10.1) que les tuiles de type romain (tegulae, imbrices) apparaissent – hormis en Narbonnaise – de manière très précoce, dès la fin du iie s. et au ier s. av. n. è., en Gaule intérieure (futures Trois Gaules), et notamment dans le territoire étudié ici, par exemple à Lyon ou au Beuvray : plusieurs sites de la région ici examinée ont en fait déjà été cités supra (§ 1.10.1). Ces tegulae précoces, même sur des sites ruraux, comme la ferme de La Tène D1 Sennecé-les-Mâcon (Saône-et-Loire), dans le val de Saône (Barthèlemy 2004 ; B. et al. 2008 ; 2009), et d’autres (fin ier av. J.-C.), à encoches aval atypiques, sont par exemple attestées au moins à Angers (Mortreau 2008 : cf. Nauleau à paraître).

381La grande majorité des ateliers gallo-romains datés correspondent au plein Haut-Empire. Cependant, certains sont assez précoces (début ou première moitié du ier s. ap. J.-C.), à Authevernes, Les Martres-d’Artière, Lyon (un atelier), Rageade, Rezé, Saint-Maurice-de-Ventalon et Suèvres : outre le premier cité, qui pourrait correspondre à la construction du sanctuaire, une part importante est en ville ou agglomération et pourrait à ce titre être justement liée à la phase de construction massive de celles-ci. Il est enfin possible que les antéfixes estampillées Elvilus d’Autun soient également précoces.

382Pour l’Antiquité tardive, les ateliers attestés sont assez rares, avec Guignen, La Saulsotte, Lyon (1), Montbouy, Montereau, Orléans, Plonevez-Porzay (?), Saint-Julien (?) et Villeparisis : ici aussi, la proportion relative de villes et agglomérations n’est pas négligeable, à une période où pourtant on constate souvent une ruralisation de l’artisanat. Mais il est vrai qu’alors, la construction “ à la romaine ”, avec toitures en tuiles, se fait plus rare en milieu rural. Incidemment, pour cette Antiquité tardive, on note aussi ici l’usage des tombes en tuile pour Anjou, Poitou et Touraine, à partir de l’Antiquité tardive (Lorans 1996, cf. tabl. p. 259), entre le milieu du iiie s. et la fin du ve s.

383Pour le Haut Moyen Âge, on rappellera (voir supra, § 2.1) le graffito sur une tegula du coffrage d’une tombe mérovingienne, inscription de caractère chrétien, à Noirmoutier-en-l’Île (Vendée) (Charlier 2004 : 101, n85.1), ainsi que celui sur une brique, dans l’église de Saint-Samson-de-la-Roque (Eure), inscription chrétienne antérieure (?) au viiie s., citation d’un psaume (Charlier 2004 : 94, n27.2).

  • 126 On peut peut-être ajouter Saint-Julien, si cet atelier n’est pas de l’Antiquité tardive (supra).

384Surtout, la grande région concernée ici est, pour cette dernière période, remarquablement pourvue en ateliers produisant encore des TCA à la romaine (surtout des tuiles) : on peut surtout citer le très important atelier de potier de Saran (Loiret), avec au moins un four à TCA de type “ gallo-romain ” (four nW, vie s.) et une production de tuiles (petites tegulae) ainsi que d’antéfixes à décor chrétien et autres TCA, mais aussi celui de la forêt de Tronçais, à Isle-et-Bardais (Allier), également daté (par 14C) des ve-viie s. (petites tuiles aussi)126. Et l’agglomération pictone de Rezé (Loire-Atlantique) a également livré des tuiles encore produites au vie s. (Nauleau à paraître). Il est d’ailleurs à noter que modillons et autres éléments architecturaux en terre cuite attestés alors, mentionnées plus haut (§ 1.10.4), concernent surtout les régions du Centre et du Centre-Ouest de la Gaule ici en question : on en connaît aussi, par exemple, à Paris (Périn 1986), ou Saint-Denis (antéfixes : Wyss 2005).

385Et l’on signale par des tegulae médiévales en Limousin encore au moins au xie s. (Boudrie 1984 : cf. Bouet 2003 : 187, n. 111).

Conclusion : la terre cuite architecturale en Gaule centrale, une production essentiellement domaniale

386Après avoir examiné les conditions de la production de terres cuites architecturales dans le monde romain et spécifiquement dans les provinces occidentales de l’Empire et l’Italie (chap. 1), on a mobilisé (chap. 2) un double corpus de documents concernant spécifiquement la province de Lyonnaise dans son ensemble, et les cités du nord et de l’est de celle d’Aquitaine : d’une part avec les ateliers de production de TCA, de l’autre avec les estampilles sur tuiles, briques, voire tuyaux et pesons de tisserands.

387J’ai précédemment abordé la question de la production artisanale en milieu rural à de maintes reprises ces dernières années, en la traitant sous différents aspects, théoriques ou plus concrets (voir Ferdière 1988a : 230, notice 40, pour TCA ; 1999 ; 2001 ; 2003 ; 2005a ; 2005b : 241-255, et 245, 248 pour spécifiquement la TCA ; 2006/07 ; 2007 ; 2008a et b ; 2011b : 99-103 ; à paraître). La part de la production domaniale y est largement posée (notamment : 2003 ; 2007).

  • 127 Conception cependant contestée par Varron (RR, I, 2, 22-23) (voir Tchernia 2011 : 19-21).

388On ne reviendra donc pas sur cette part de production artisanale dans l’économie domaniale, qui est aussi attestée par exemple pour un autre produit céramique, la poterie (sur cette production, en général, dans les villae et domaines, voir déjà Weber 1886 : 25 sqq). Dans le monde romain classique, la production de poterie comme de tuiles et briques est souvent considérée comme faisant normalement partie des activités agricoles127 (cf. textes : Helen 1975 : 13, 97 sqq.). Et le caractère rural, voire domanial, des officines artisanales – ici spécifiquement pour les TCA – est aussi examiné notamment par A. Carandini (1981).

389L’objectif fixé (cf. Introduction) était de démontrer que, comme on peut l’observer par exemple à Rome et ses environs, cette production de matériaux de construction “ à la romaine ” est essentiellement entre les mains des grands propriétaires fonciers, des domini, les mêmes personnages que ceux qui tiennent le pouvoir politique dans les cités, en constituent les élites et assurent une grande part de la construction publique, notamment dans le cadre de l’évergésie.

390On a présenté plus haut une série d’arguments en faveur du caractère domanial de la production de TCA, de manière privilégiée. Il est possible d’en tirer un premier bilan, avant d’aborder la région choisie à titre d’étude de cas (chap. 2).

391On peut en la matière largement s’appuyer tout d’abord sur les travaux portant plus généralement sur l’économie domaniale à l’époque romaine : je pense notamment bien sûr aux recherches de J. Andreau (1999 ; 2005 ; 2010) ; voir aussi Lirb 1993. Plus spécifiquement quant aux terres cuites architecturales, l’Italie et plus encore le Latium, autour de Rome, a fait l’objet de nombreuses études sur ce point, avec tout particulièrement les travaux d’E.M. Steinby (1973 ; 1973/74a et b ; 1974a et b ; 1977/78 ; 1978 ; 1978/79 ; 1981a et b ; 1982 ; 1983 : 1986 ; 1987a et b ; 1993a et b ; 1998 ; 1999). Et l’on pense aussi aux recherches de Ch. Rico (1993 ; 1994 ; 1995a et b ; 1999 ; 2000 ; 2001 ; 2004), qui ont renouvelé la vision concernant ces productions et leur diffusion pour, au moins, la partie occidentale de l’Empire romain.

392En Britannia, la production, largement rurale, revêt sans doute un caractère assez majoritairement domanial (Darvill et Mac Whirr 1984 : 249-251, 255-256), avec par exemple le cas des Cotswolds, au nord de Cirencester (cf. Darvill 1980 : 50), et la répartition ici des estampilles VLA. De manière générale, dans l’économie romaine, les élites de propriétaires fonciers avaient plus d’intérêt dans les ateliers et manufactures de campagne que dans ceux des villes et agglomérations, notamment pour les amphores et TCA, moins pour la poterie (Andreau 2010 : 104, cf. Mees 2002). On peut d’ailleurs remarquer que, pour un artisanat souvent associé à celui de la TCA, à savoir la production de poterie, pour le Plateau Suisse, de petits ateliers de potiers souvent installés dans des villae (surtout aux iie-iiie s.) (André 2010 : 577 et Fig. 4). Quant aux relations entre militaires et domaine, la question a, on l’a vu (§ 1.7), été particulièrement examinée également en Suisse (Germanie Supérieure).

  • 128 Ainsi que quelques graffiti d’ateliers (comptes, etc.) : cf. supra, § 1.1.3.

393Mais, de manière générale quant au propos du présent article, il faut reconnaître que le constat fait ici du caractère essentiellement domanial de la production de TCA repose principalement sur une documentation de caractère épigraphique – les estampilles sur TCA128 – et tout particulièrement dans le secteur de Rome, ainsi qu’ailleurs en Italie et quelques autres provinces de l’Empire, y compris, dans une certaine mesure, pour la Narbonnaise. Ce type de documentation est en revanche assez absent, globalement, du reste des Gaules, à quelques petites régions près. Parallèlement, pour les régions bien documentées mentionnées, le fait est confirmé sur le terrain par les données archéologiques, la grande majorité des ateliers de production de TCA se situant en milieu rural et non dans les villes ou à leur périphérie immédiate.

394C’est donc un peu une gageure que d’examiner si l’hypothèse de départ est défendable pour la région-test choisie (chap. 2) de ce point de vue, à savoir la Lyonnaise et les cités du nord et de l’est de l’Aquitaine, pour laquelle on ne dispose, en gros, que de la documentation archéologique, avec quelques rares estampilles peu locales.

395On a ainsi accumulé un double faisceau d’arguments en faveur de ce “ modèle ” romain qu’on propose d’appliquer au territoire pris en étude de cas, pour une portion représentative de la Gaule centrale.

396• D’une part, bien plus par exemple que pour la poterie, cette production se concentre très majoritairement dans les campagnes, le plus souvent sous forme d’ateliers spécialisés, de faible envergure, en rase campagne. S’y ajoutent quelques ateliers mixtes (poterie-TCA) et d’autres fours directement associés à des villae ou autres établissement ruraux, en assez faible nombre.

397• Les cas particuliers de Touffréville d’une part, de Lezoux “ Les Fromentaux ” de l’autre, déjà évoqués à ce titre dans des travaux antérieurs, constituent en outre des exceptions remarquables de spécialisation artisanale de villae.

398• Les estampilles – bien que globalement rares dans la région étudiée – confirment ce que l’on observe dans les régions mieux dotées (Narbonnaise, Italie, etc.), à savoir que les officines sont entre les mains de personnages de rang élevé, souvent citoyens romains et portant les tria nomina, contrôlant des officinatores et producteurs qui signent aussi parfois de leur nom et/ou peuvent être indépendants, dans le cadre d’un contrat avec le dominus pour l’usage du terrain et de la matière première.

399• Ces estampilles, comme dans les autres provinces de l’Empire, se retrouvent mises en oeuvre à la fois dans des bâtiments publics (souvent des thermes, mais aussi des édifices cultuels, voire des aqueducs) et dans les demeures rurales (villae), résidence de ces personnages.

400Mais le propos est ici surtout, très délibérément, d’avancer l’hypothèse qu’à travers les provinces gauloises, cette production est sans doute majoritairement concentrée entre les mains des élites provinciales, qui sont aussi généralement grands propriétaires, domini de ces fundi. Le système de l’évergésie, à ce titre, favorise certainement aussi la mainmise sur ces productions, au même titre par exemple que celles de la pierre de carrière, ou de la chaux.

401On peut, sans trop de risque de s’aventurer, considérer que ces propriétaires fonciers constituant l’élite locale des civitates contrôlaient ainsi en fait une grande part de la production de matériaux de construction, avec les carrières de pierres de leurs domaines, les fours à chaux éventuellement associés à celles de calcaire ou marne, ainsi que – non négligeable pour la construction – les mines et fours de réduction du fer de territoires sous contrôle de leurs domaines.

402S’y ajoute donc, à l’évidence, la terre (argile ou limon) pour la production de ces matériaux de construction en terre cuite, qui connaissent un essor considérable à partir du tournant de l’ère dans la région considérée, avec sans doute la poterie, à la marge. Les arguments sont donc ici d’ordre tant économique que social, dans la mesure où ces notables sont ainsi à l’origine, au sein des cités, de la plus grande part de l’activité de construction, tant privée que – surtout – publique.

403En effet, hormis l’assouvissement des besoins propres du dominus pour sa résidence urbaine ou rurale – peut-être excessivement mise en avant –, une part certainement importante de ces matériaux pouvait en réalité être destinée à la vente, au marché, dégageant ainsi des revenus supplémentaires non négligeables à ces grands propriétaires fonciers. Mais surtout, sans doute, ces productions, qu’ils contrôlaient ainsi, leur permettaient-elles de très substantielles économies dans leurs actes d’évergésie, en ce qui concerne l’édilité publique, la construction d’édifices publics pour le compte de la cité dont ils constituaient l’ordo (sénat local).

  • 129 On notera que cette relation entre production de tuiles et briques et évergétisme n’est par exemple (...)

404L’apposition d’estampilles à leur nom leur permettait en outre – dans une mesure relativement faible ici – de rappeler qui était le généreux maître d’œuvre de ces édifices : ces personnages se faisaient ainsi, par la même occasion, une discrète mais efficace publicité, dont ils pouvaient plus difficilement se vanter dans les inscriptions lapidaires célébrant leurs actes d’évergésie129.

Haut de page

Bibliographie

[NB : cette bibliographie est commune au texte ci-dessus et aux quatre Annexes ci-dessous]

• Abréviations

[dans la bibliographie, ainsi qu’éventuellement dans le texte et ses Annexes]

* (dans la bibliographie, pour un nom d’auteur) : initiale prénom inconnue, non indiquée.

AE : L’Année Épigraphique (+ indic. de l’année et du no de notice).

AFAN : Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales.

All. : Allemagne.

AOTMU : Annuaire des Opérations de Terrain en Milieu Urbaine (CNAU, Tours).

ARDA : Association Régionale pour la Diffusion de l’Archéologie.

BAR : British Archaeological Reports (série, Oxford).

BE : Bas-Empire.

BSNAF : Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France.

BSR : Bilans Scientifiques Régionaux, Min. de la Culture (par Région : SRA/DRAC).

CAG : Carte Archéologique de la Gaule (dir. M. Provost, Acad. des Inscr. et Belles-Lettres).

cf. : pour les références bibliographiques dans le texte, indique celles “ secondaires ”.

CH : Confédération Helvétique, Suisse.

CIL : Corpus Inscriptionum Latinarum.

DAF : Documents d’Archéologie Française (collection).

DRAC/SRA : Direction Régionale des Affaires Culturelles, Service Régional de l’Archéologie.

E : est.

EFR : École Française de Rome.

EHESS : École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Esp. : Espagne.

GB : Grande-Bretagne.

GR : gallo-romain.

HE : Haut-Empire.

HMA : Haut Moyen Âge.

Inrap : Institut National de Recherches Archéologiques Préventives.

It. : Italie.

MSH : Maison des Sciences de l’Homme (de Paris).

N : nord.

n. (dans les Ann.) : nombreux ; (en réf. bibliogr.) : note.

O : ouest.

PACA : Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Région adm.).

PB : Pays-Bas.

RACF : Revue Archéologique du Centre de la France (Vichy, Lyon, Tours).

RAE : Revue Archéologique de l’Est et du Centre-Est (Dijon).

RAN : Revue Archéologique de Narbonnaise (Montpellier).

RAS : rien à signaler.

RAS : Résumés d’Archéologie Suisse.

S : sud.

SFECAG : Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule.

SRA : voir DRAC.

s. v. : sub verbo (sous le mot, pour un dictionnaire, un inventaire ou index)

TCA : terres cuites architecturales.

UMR : Unité Mixte de Recherche.

• Bibliographie (dont sources textuelles antiques)

A

Abert 2005

Abert F. - Les Hauts-de-Seine. 92, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 91 p.

Abraham 2000

Abraham Ph. - Les mines d’argent antiques et médiévales du district minier de Kaymar (nord-ouest de l’Aveyron), Gallia, 57 : 123-127.

Acloque 1969

Acloque B. - La Ferté-sous-Jouarre, in : Informations archéologiques : fouilles et trouvailles, Bull. du Groupe Arch. de S.-et-M., 10 (1971) : 113-116.

Adam 1984

Adam J.-P. - La construction romaine. Matériaux et techniques, Grands Manuels Picard, Paris, 367 p. ; rééd., 1989.

Adam 1993

Adam J.-P. - Le patrimoine en brique. Dans l’architecture romaine, Mon. Hist., 185 : 8-12.

Adam 2003

Adam J. - Eine römischen Ziegeleimanufaktur zwischen Mamer und Capellen, Den Ausgriewer : 7-12.

Adam 2004

Adam J. - Abschluss der Ausgrabung der römische Ziegelfabrik zwischen Mamer und Capellen, Den Ausgriewer : 6-11.

Adrian 1995

Adrian Y.-M. - Les mortiers estampillés de l’officine des Mares Jumelles (Eure), SFECAG, Actes du Congrès de Rouen, Marseille : 129-135.

Adrian 1999

Adrian Y.-M. - Les Ventes. Les Mares Jumelles, BSR, DRAC/SRA Haute-Normandie, Rouen (2001) : 33-34.

Adrian 2000

Adrian Y.-M. - Les Ventes. Les Mares Jumelles, BSR, DRAC/SRA Haute-Normandie, Rouen (2003) : 35-37, 2 Fig.

Adrian 2000/07

AdrianY-M. - Les Ventes, “ Les Mares Jumelles ”, ateliers de potiers gallo-romains, Rapports de fouille programmée (années 2000 ; 2001 ; 2002 ; 2003 ; 2004 ; 2005 ; 2006 ; 2007), SRA de Haute-Normandie (consultable au SRA).

Adrian 2001

Adrian Y.-M. - Les Ventes. Les Mares Jumelles, BSR, DRAC/SRA Haute-Normandie, Rouen (2006) : 27-29, 1 Fig.

Adrian 2003

Adrian Y.-M. - Les Ventes. Les Mares Jumelles, BSR, DRAC/SRA Haute Normandie, Rouen (2006) : 32-33, 1 Fig.

Adrian 2004a

Adrian Y.-M. - Les Ventes. Les Mares Jumelles, BSR, DRAC/SRA Haute-Normandie, Rouen (2007) : 48-49, 1 Fig.

Adrian 2004b

Adrian Y.-M. - Saint-Sébastien-de-Morsent “ rue de la Garenne ” ou “ Le Buisson ”, Bilan Scient. Haute-Normandie, DRAC/SRA, Rouen (2007) : 42-45.

Adrian 2004c

Adrian Y-M. - Lyons-La-Forêt, “ Le Gouffre ”, ateliers de potiers gallo-romains, Document Final de Synthèse de fouille d’évaluation (vol. 1), SRA de Haute-Normandie (consultable au SRA).

Adrian 2005

Adrian Y.-M. - Les Ventes. Les Mares Jumelles, BSR, DRAC/SRA Haute-Normandie, Rouen (2007) : 38-39, 1 Fig. (plan).

Adrian et Lepert 2000

Adrian Y.-M. et Lepert Th. - Nouvelles données sur l’atelier de potiers gallo-romain des “ Mares Jumelles ” (Eure). Productions, diffusion et environnement, Rev. Arch. de l’Ouest, 17 : 183-197.

Albenque 1947

Albenque A. - Inventaire de l’archéologie gallo-romaine du département de l’Aveyron, P. Carrère, Rodez, 206 p. (rééd., av. “ Les Rutènes ”, Le Beffroi, 1997).

Albertazii et al. 1994

Albertazii A., Failla A., Filippi G. et Turci G. - Analisi archeometriche di laterizi bollati di età romana : un esempio dalla Sabina, in : Atti 10e Congr. A.N.M.S., Bologne : 347-372.

Albertini 1925

Albertini E. - Nouvelle lecture d’une marque sur brique, Bull. Arch. du Comité des Trav. Hist. : 216-218.

Alföldy 1967

Alföldy G. - Die Verbreitung von Militärziegeln im römischen Dalmatien, Epigr. Stud., 4 : 44-51.

Alföldy 1977

Alföldy G. - Ein Ziegelstempel mit dem Namen eines Senators aus Villajoyosa en der Hispania Citerior, Rev. Zeitschr. f. Papyrol. u. Epigr. : 217-221.

Alilaire 1994

Alilaire P. - Carte archéologique : canton du Grand-Pressigny ; canton de Sainte-Maure-de-Touraine, BSR, DRAC/SRA Centre, Orléans : 88-90 ; 90-92.

Alix 2010

Alix S. - Faubourg d’Arroux (notice d’info sur la fouille préventive), www.Inrap.fr/archeologie-preventive/sites-archeologiques/, mise en ligne 20/07/10.

Alix 2012

Alix S. - Autun, Faubourg d’Arroux, Rapport de fouille préventive, Inrap, à paraître (juin) (consultable au SRA Bourgogne).

Alvino 1976

Alvino G. - Bolli laterizi della zona Tuscolana, Boll. della Badia Greca di Grottaferrata, XXX : 21-36.

Alzon 1963

Alzon C. - Réflexions sur l’histoire de la locatio-conductio, Nouv. Rev. d’Hist. du Droit : 558-591.

Amagat et Nollet 1914/16

Amagat * et Nollet D. - Ancien four à céramique à Saint-Thibault près Sancerre, Mém. de la Soc. des Antiq. du Centre, XXXVII : 8-12.

Amand 1971

Amand M. - L’industrie de la céramique dans le site du bois de Flines, à Howardries, Archaologia Belgica, 127.

Amari 2007

Amari S. - A Late Roman pottery and brick factory in Sicily (Santa Venera al Pozzo), in : S.Y. Waksman (dir.), Archaeometric and Archaeological Approaches to Ceramics, Papers presented at EMAC ’05, 8th European Meeting on Ancient Ceramics (Lyon 2005), BAR, Internat. Ser. 1691, Oxford : 121-128.

Améglio 2004

Améglio H. - Le deuxième four à tuiles antique de Bourdaya à Muret, Rev. de Comminges et des Pyrénées Centrales, CXX, 4 : 585-592.

Amoureux et Clément 1991

Amoureux P. et Clément J.-H. - L’implantation humaine de la Protohistoire au haut Moyen Âge dans le Penthièvre littoral, in : Langouët L. (dir.), Terroirs, territoires et campagnes antiques. La prospection archéologique en Haute-Bretagne. Traitement et synthèse des données, Rev. Arch. de l’Ouest, Suppl. 4 : 93-116.

Anderson 1991

Anderson J. C. - Roman Brickstamps: the Thomas Ashby Collection, Archaeological Monographies of the British School at Rome, 3, Londres.

André 1963

André J. - Inventaire des fours de potiers romains du Morbihan, Bull. Soc. Polym. Morbihan, 17 (juillet) : 229-236.

André 2010

André I. - Typologie et archéométrie des céramiques à revêtement argileux du plateau suisse occidental : résultats prélminaires, in : SFECAG, Actes du Congrès de Chelles (13-16 mai), Marseille : 575-588.

Andreau 1999

Andreau J. - Intérêts non agricoles des chevaliers romains (iie siècle av. J.-C. – iiie siècle ap. J.-C.) ”, in : L’ordre équestre. Histoire d’une aristicratie (IIe siècle av. J.-C. – iiie siècle ap. J.-C.), coll. Éc. Franç. d’Athènes et de Rome, 257, Rome : 271-290.

Andreau 2005

Andreau J. - Remarques sur les intérêts patrimoniaux de l’élite romaine, in : Les patrimoines sénatoriaux (dossier), Cah. Centre G. Glotz, XVI : 57-77.

Andreau 2010

Andreau J. - L’économie du monde romain, coll. “ Le monde : une histoire, Mondes anciens ”, Ellipses, Paris, 281 p.

Andren 1940

Andren - Architectural Terracottas from Etrusco-Italic Temples, Lund.

Angot 1971

Angot J.-P. – Le four de tuilier gallo-romain de Golancourt (Oise), Rev. Arch. du nord-est de l’Oise, 1 : 61-62.

Anonyme 1958

Anonyme - Four gallo-romain à Lupersat, Mém. de la Soc. des Sc. nat. et arch. de la Creuse, 33-2 : 243-244.

Anselmino 1977

Anselmino L. - Terracotte architettoniche dell’Antiquarium Comunale di Roma, 1. Antifisse, Repartizione Antichitá, Beli Arti e Probl. della Cultura, Rome.

Anselmino 1981

Anselmino L. - Le antefisse fittili dal I a.C. al II d.C., in : A. Giardina et A. Schiavone (dir.), Società romana e produzione schiavistica, vol. II - Merci, mercati e scambi nel Mediterraneo, Laterza, Bari : 209-218.

Antico 1985

Antico Gallina M. - I bolli laterizi di Tortona e del Tortonese, Rivista di Studi Liguri, 51 : 392-416.

Archéologie...

Archéologie en Auvergne, 1- Le site des Petits Jardins à Isle-et-Bardais (03), Drac Auvergne, Clermont-Ferrand, 12 p.

Ardeleanu et Zagreane 2010

Ardeleanu S et Zagreane M. - Ţigle şi cărămizi ştampilate inedite descoperite la Gherla [Stamps Bricks and Tiles discovered at Gherla], in : H. Pop, I. Bejenariu, S. Băcueţ-Crişan et D. Băcueţ-Crişan (dir.), Identităţi culturale locale şi regionale în context european. Studii de arheologie şi antropologie istorică/Local and regional cultural identities in European context. Archaeology and historical anthropology, In memoriam Alexandri V. Matei, Bibliotheca Musei Porolissensis, XIII, Cluj-Napoca : 489-500.

Armand-Calliat 1960/61

Armand-Calliat L. - Une tuile de la VIIIe légion et un lingot de plomb romain trouvé à Palleau, Mém. de la Soc. Hist et Arch. de Chalon, XXXVI : 109-113.

Arnaud 2005

Arnaud Ph. - Vichy. Acienne usine d’embouteillage. Avenue de Grammont, rue de l’Emballage, rue d’Alsace (phase 1), Bilan Scient. 2005, DRAC/SRA Auvergne, (2006) : 28.

Arnold 1966

Arnold P. - Die römischen Ziegeleien von Hunzenschwil-Rupperswil, Jahresbericht 1965, Gessellschaft Pro Vindonissa, Brugg : 37-55.

Arubas et Goldfus 1995

Arubas B. et Goldfus H. - The kilnworks of the Tenth legion, in : The Roman and Byzantine Near East: some recent archaeological researches, Journ. of Roman Arch., suppl. ser. 14 : 95-107 et 273.

Assénat et al. 2009

Assénat P., Trintignac A., Fages G., Bazile F., Vacquier J. - Contribution à l’étude du peuplement du bassin de Naussac, d’après les découvertes récentes du Mas d’Armand, Lozère, des temps préhistoriques à nos jours, Mémoire du Centre d’Études et de Rech. de Mende, 5, 87 p., 63 Fig.

Atanasiou et al. 2006

Atanasiou F. et al. - [Briques et marques du palais de Galère] [en grec], Arhaiol. ergo stè Makedonia kai Thraki, 20 : 299-317.

Aubert 1993

Aubert J.-J. - Workshop managers, in : W. V. Harris (dir.) - Inscribed Economy. Production and Distribution in the Roman Empire in the light of “ instrumentum domesticum ”, Proc. Confer. Amer. Acad. of Rome (1992), Journ. of Roman Arch., Suppl. 6 : 171-181.

Aubert 1994

Aubert J.-J. - Business managers in ancient Rome. A social and economic study of institores, 200 B.C. - A.D. 250, Colombian Studies in the Classical Tradition, 21, Brill, Leiden/New York/Cologne, 520 p.

Aubert 2001

Aubert J.-J. - The fourth factor: managing non-agricultural production in Roman world, in : D.J. Mattingly, J. Salmon (dir.), Economics beyond agriculture in the classical world, Leicester-Nottingham Studies in Ancient Society, 9, Londres/New York : 90-111.

Aubert 2005a

Aubert J.-J. - Corpse disposal in the Roman colony of Puteoli: public concern and private enterprise, in : Noctes campanae : studi di storia antica ed archeologia dell’Italia preromana e romana in memoria di Martin W. Frederiksen, Luciano, Naples : 141-157.

Aubert 2005b

Aubert J.-J. - L’estampillage des briques et des tuiles : une explication juridique fondée sur une approche globale, in : Bruun 2005 : 53-59.

Aubin 1996

Aubin G. - Rhône-Alpes, Gallia Informations (1997), 278 p.

Aupert et Monturet 2001

Aupert P. et Monturet R. - Saint-Bertrand-de-Comminges, II - Les thermes du forum, éd. Fédér. Aquitania, Ét. d’Arch. Urbaine, 2 vol., 331 p., 400 Fig., XLIII pls.

Ausone, Ordo

Ordo urbium nobilium, (éd. œuvres complètes), 2 vol., édit. J. Henderson, Loeb Classical Library, 96 & 115, Harvard Univ. Press, Cambridge/Londres, 1919-1921 ; rééd. 2002-2006.

Autun… 1985

Autun-Augustodunum, capitale des Éduens, (Catalogue d’Expos., Hôtel de Ville, mai-oct. 1985) Ville d’Autun, Musée Rollin, Autun, 411 p.

B

Baatz 1965

Baatz D. - Die gestempelten Ziegel aus dem Bad des Limeskastells Echzell, Saalburg-Jahrb., 22 : 118-138.

Baatz 1967

Baatz D. - Die gestempelten Ziegel aus dem Bad des Zugmantel-Kastells, Saalburg-Jahrb., 24 : 40-74.

Baatz 1969

Baatz D. - Ziegelstempel der Legio XXII Primigenia Pia Fidelis Domitiana in Obergermanien ?, Saalb. Jahrb., 26 : 126-128.

Baatz 1970

Baatz D. - Späthadrianische Ziegelstempel der 8. Legion von der Saalburg, Saalburg Jahrb., 27 : 31-53.

Baatz 1973

Baatz D. - Römische Ziegelstempel aus Heilbronn-Böckingen, Histor. Verein Heilbronn, Jahrb., 30 : 5-14.

Baatz 1974

Baatz D. - Ein neue Kohorte am Obergermanischen Limes ?, Arch. Korresp., IV : 335-354.

Baatz 1976

Baatz D. - Ein Ziegelstempeltyp der 22. Legion aus Jagsthausen, Saalb. Jahrb., 33 : 95-96.

Baatz 1979

Baatz D. - Gestempelte Ziegeln der 8. Legion aus Osterburken, Fundber. aus Baden-Württemberg, 4 : 130-132.

Baatz 1988

Baatz D. - Ziegelstempel der 8. Legion aus Osterburken, Kastellbad II, Fundber. aus Baden-Württemberg, 13 : 213-222.

Bailhache 1935

Bailhache G. - Compte de potier sur tuile romaine découverte à Thorame-Haute (Basses-Alpes), Rev. Arch., 6e sér., VI : 102-104.

Bailly 1981

Bailly P. - Objets et documents archéologiques du site de Drevant conservés à Bourges (1ère partie), Bull. des Amis du Musée Saint-Vic (Saint-Amand-Montrond), 6 : 3-8, 1 Fig.

Baldi et al. 1999

Baldi G., Bertinetti M., Camilli L. et alii - Epigrafia e archeometria della produzione laterizia bollata di Roma antica e suburbio, in : XI Congresso Internaz. di Epigrafia greca e latina (Rome, 18-24 sept. 1997), Quasar, Rome : 617-626.

Ballet 1965

Ballet P. - La station gallo-romaine d’Andilly-en-Bassigny, Les Cah. Haut-Marnais, LXXXII-LXXXIII : 110-121.

Băluţă 1997

Băluţă C. - Tipuri de stampile tegulare militare inedite descoperte la Apulum, II. Stampile fara antroponime [en roumain] (rés. en franç.), Apulum, XXXIV : 168-175.

Barag 1967

Barag D. - Brick Stamps-Impressions of the Legio X Fretensis, Bonner Jahrb., CLXVII : 244-267.

Barat 2002

Barat Y. - Un atelier de tuiliers d’époque gallo-romaine (iiie s.) à Meudon (Hauts-de-Seine), RACF, 41 : 225-237.

Barat 2007

Barat Y. - Les Yvelines. 78, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 429 p.

Barberan et al. 2002

Barberan S. et alii - Roquemaure La Ramière. Les villae de La Ramière à Roquemaure, Gard, in : Archéologie du TGV Méditerranée. Fiches de synthèse, t. 3 - Antiquité, Moyen âge, Époque moderne, Monogr. d’Arch. Médit., 10, Lattes : 889-919.

Bardill 2004

Bardill J. - Brickstamps of Constantinople, Oxford Monographs on Classical Archaeology. (Oxford University Press, Oxford.

Bärenfänger et Dolata 2007

Bärenfänger R. et Dolata J. - Römische Ziegel in Ostfriesland, Archäologie in Niedersachsen, 10 : 87-90.

Barruol 1978

Barruol G. - Informations archéologiques. Circonscription de Languedoc-Roussillon, Gallia, 36, 2 : 431-459.

Bartel, Dolata et Mucha 2000

Bartel H.-G., Dolata J. et Mucha H.-J. - Klassifikation gestempelter römischer Ziegel aus Obergermanien, in : G. Schulze et I. Horn (dir.), Archäometrie und Denkmalpflege. Kurzberichte 2000, Berlin : 86-88.

Barthèlemy 1991

Barthèlemy D. - Mâcon. Cours Marceau, BSR, SRA/DRAC Région Bourgogne (1992) : 94.

Barthèlemy 2004

Barthèlemy D. - Mâcon/Sennecé-les-Mâcon “ en Putet ”, Actualités, Archéopages (INRAP), 12 (mars) : 49.

Barthèlemy et al. 2008

Barthèlemy D., Cantin N., Ramponi C. et Videau G. - Les origines de l’usage de la tuile en VCal de Saône mâconnaise. Apports de l’archéologie, Bull. de l’Intitut de Rech. du Val de Saône Mâconnaise, 7 : 5-21.

Barthèlemy et al. 2009

Barthèlemy D., Cantin N., Ramponi C. et Videau G. - L’habitat de Sennecé-lès-Mâcon (Saône-et-Loire) : nouvel exemple de tuiles en contexte laténien, in : M.-J. Lambert-Roulière, A. Daubigney, P.-Y. Milcent, M. Talon et J. Vital (dir.), De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (xe-viie s. av. J.C.). La moyenne vallée du Rhône aux âges du Fer, Actes du XXXe Coll. AFEAF (Saint-Romain-en-Gal, mai 2006), Suppl. à la RAE, 27 : 165-172.

Bassi 1995

Bassi Ch. - Trento - Palazzo Tabarelli. Prodotti laterizi, pesi telaio e variae in cotto, Archeologia d. Alpi, 3 : 79-121.

Bassi et al. 2005

Bassi C. et alii - Sviluppo economico del territorio del municipium di Tridentum nella prima età imperiale. Il caso del bollo figulino AVRESIS / Die wirtschaftliche Entwicklung im Territorium des Municipium Tridentum während der frühen Kaiserzeit: Der Ziegelstempel AVRESIS, in : G. Ciurletti et N. Pisu (dir.), I territori della via Claudia Augusta : incontri di archeologia / Leben an der via Claudia Augusta : archäologische Beiträge, Trento : 151-172.

Baucheron 2002

Baucheron F. - Lezoux. 2, rue Saint-Taurin et place Jean-Rimbert, BSR DRAC/SRA Auvergne, Clermont-Ferrand (2004) : 102-104, 1 Fig.

Baudoux 2006

Baudoux J. - L’étude de la céramique gallo-romaine en Alsace, BSR, DRAC/SRA Alsace, hors série, 2/2 : 69-79.

Baudoux et al. 2002

Baudoux J., Flotté P., Fuchs M. et Waton M.-D. - Strasbourg. 62/2, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B. Lettres, MSH, Paris, 586 p.

Bayard 1990

Bayard D. - L’ensemble du grand amphithéâtre de Metz et la sigillée d’Argonne au ve siècle, Gallia, 47 : 271-319.

Bayard et Massy 1983

Bayard D., Massy J.-L. - Amiens romain, no spécial Rev. Arch. Picardie, Amiens.

Béal 1998

Béal J.-C. (dir.) - L’artisanat dans les villes antiques, 1997-1998 : un bilan, Rapport Terminal, PCR, SRA Rhône-Alpes, inédit, 163 p. (consultable au SRA Rhône-Alpes).

Béal et Goyon 2002

Béal J.-C. et Goyon J.-C. - Les artisans dans la ville antique, (Actes Coll.), coll. Arch. et Hist. de l’Ant., Univ. Lumière-Lyon 2, vol. 6, De Boccard, Lyon/Paris, 252 p.

Beausoleil et al. 2009

Beausoleil J.-M., Clément B., Morzadec H. et Vallet Ch. - Un édifice à construction à pans de bois et tuiles à rebord de la fin du second Âge du Fer (LTD1) à Montmagner (Arnac-la-Poste, Haute-Vienne), Trav. d’Arch. Limousine, 29 : 9-30.

Béguin 2000.

Béguin F. - Saint-André-de-l’Eure, “ La Mare Bourgeois ” (déviation de Saint André de l’Eure), Rapport de diagnostic archéologique, AFAN, SRA de Haute-Normandie (consultable au SRA).

Bellet et al. 1999

Bellet H.-E., Cribellier Ch., Ferdière A., Krausz S. - Agglomérations secondaires en Région Centre (vol. 1), 17e Suppl. à la RACF, Tours, 224 p.

Bellhouse 1971

Belhouse R. L. - The Roman tileries at Scalesceugh and Brampton, Trans. Cumberland Westmorland Antiq. Archaeol. Society, LXXI : 35-44.

Benard et al. 1994

Bénard J., Mangin M., Goguey R. et Roussel L. (dir.) - Les agglomérations antiques de Côte-d’Or, Ann. Litt. Univ. Besançon, 522, Les Belles Lettres, Paris, 309 p.

Bendala, Rico et Roldán 1999

Bendala Galan M., Rico Ch. et Roldán Gomez L. (dir.) - El ladrillo y sus derivados en la época romana, Monogr. de Arquitectura Romana, 4, UAM Ed., Casa de Velàzquez, Madrid, 309 p.

Bender 1991

Bender W. F. - Lexikon der Ziegel. Der Antikziegel bis zum Zellenblock-Ziegel in Wort und Bild, Wiesbaden/Berlin.

Benea 2010

D. Benea - Betrachtungen über die Organisierung der Ziegelei der Legion XIII Gemina von Apulum, in : M.V. Angelescu, I. Achim, A. Bâltâc, V. Rusu-Bolindeţ et V. Bottez (dir.), Antiquitas istro-pontica, Mélanges d’archéologie et d’histoire ancienne offerts à Alexandru Suceveanu, Cluj-Napoca : 267-278.

Benoît 1953

Benoît F. - Informations archéologiques. XIIe circonscription, Gallia, XI, 1: 100-119.

Benoît 1954

Benoît F. - Informations archéologiques. XIIe circonscription, Gallia, XII, 2 : 426-443.

Benoît 1956

Benoît F. - Informations archéologiques. XIIe circonscription historique, Gallia, XIV, 2 : 218-240.

Benoît 1960

Benoît F. - Informations archéologiques. Circonscription d’Aix-en-Provence (Sud), Gallia, XVIII, 2 : 286-327.

Benoît 1962a

Benoît F. - Informations archéologiques, Circonscription d’Aix-en-Provence, Gallia, XX, 2 : 687-716.

Benoît 1962b

Benoit F. - Nouvelles épaves de Provence (III), Gallia, XX, 1 : 147-176.

Benoît 1963

Benoît F. - Musée des Docks romains et du commerce antique de Marseille, Publ. Centre de Doc. Arch. du Commerce Antique de Marseille, Marseille.

Benoît 1964

Benoît F. - Informations archéologiques, Circonscription d’Aix-en-Provence, Gallia, XXII, 2 : 573-610.

Ben Redjeb 1989

Ben Redjeb T. - Fouilles de l’officine de Beuvraignes (Somme). Premier bilan, Rev. Arch. Picardie, 3/4 : 79-85, 8 Fig.

Ben Redjeb 1994

Ben Redjeb T. - Les agglomérations secondaires de la Picardie, in : Petit et Mangin 1994 : 113-121.

Bérard 1995

Bérard F. - Les tuiles estampillées, in : R. Goguey et M. Reddé (dir.), Le camp légionnaire de Mirebeau, Monogr. Römisch-German. Zentralmuseum, Forsch. f. Vör- u. Frühgesch., 36, Mayence : 191-267.

Bérard 1997

Bérard G. - Les Alpes-de-Haute-Provence. 04, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B. Lettres, MSH, Paris, 567 p.

Bérato et al. 1986

Bérato J. et al. - L’épave des Roches d’Aurelle, in : L’exploitation de la mer de l’Antiquité à nos jours, II - La mer, moyen d’échange et de communication, Actes VIe Renc. Internat. d’Arch. et d’Hist. d’Antibes (1985), APDCA, Juan-les-Pins : 191-216.

Bérato et al. 1989

Bérato J., Dugas F., Pasqualini M. et Babilaud C. - Un atelier de tuilier du quartier Saint-Jean, Les Arcs-sur-Argens (Var) (dernier quart du ier siècle de notre ère), SFECAG, Actes Congrès de Lezoux, Marseille : 123-126.

Bérato et al. 1995

Bérato J. et alii - Habitats de l’Âge du Fer et structures agraires d’époque romaine aux Escaravatiers. Puget-sur-Argens, Var, Gallia, 52, 1995 : 205-261.

Bérato et Dugas 1988

Bérato J. et Dugas F. - Un atelier gallo-romain de tuilier à Saint-Jean (Les Arcs), Ann. de la Soc. de Sc. Nat. et d’Arch. de Toulon et du Var, 40, 3 : 131.

Bérato, Dugas et Pasqualini 1988

Bérato J., Dugas F. et Pasqualini M. - Les tuiles romaines dans le Var, Ann. de la Soc. de Sc. Nat. et d’Arch. de Toulon et du Var, 40, 3 : 133-142.

Bérato et Salicéti 1986

Bérato J. et N. et Salicéti P. - Découvertes archéologiques récentes dans la commune du Beausset (Var). Une marque sur tuile romaine, Ann. de la Soc. de Sc. Nat. et d’Arch. de Toulon et du Var, 38 : 231.

Béraud, Dumont et Gébara 1996

Béraud I., Dumont A. et Gébara Ch. - Plaques décoratives en terre cuite gallo-romaines, Archéologia, 328 (nov.) : 60-65.

Béraud, Gébara et Dumont 2001

Béraud I., Gébara Ch. et Dumont A. - Les fours de potiers gallo-romains de Saint-Lambert et de Valescure à Fréjus (Var), in : F. Laubenheimer (dir.), 20 ans de recherches à Sallèles d’Aude, Presses Univ. Franc-Comtoises, Besançon : 199-210.

Berre… 2011

Berre-l’Étang “ Bastide Neuve IV ”, Oxford Archéologie Méditerranée, notice en ligne : //fr.thehumanjourney.net/nos-chantiers/84?task=view

Berger 1969

Berger L. - Ein römischer Ziegelbrennofen bei Kaiseraugst. Mit einige Bemerkungen zur Typologie römischer Ziegelbrennofen, Ausgrabungen in Augst III, Stiftung Pro Augusta Raurica, Reinsprung 20, Bâle, 43 p.

Berggren et Andren 1969

Berggren E. et Andren A. - Blera (Località Selvasecca). Villa rustica etrusco-romana con manifattura di terrecotte architettoniche, Atti della Accademia Nazion. dei Lincei, Notizie degli Scavi di Antichità, XXIII : 51-71.

Bermond 1973

Bermond Montanari G. - I bolli laterizi di Ravenna e Classe, Studi Romagnoli, 24 : 33-58.

Bermúdez 1982/83

Bermúdez A. - Interés, problematica y metodologia de estudio del material de construccion de tipo ceramico en la arquitectura romana de Tarraco, Bull. Arqueol. (Tarragone), Época V, 4-5 : 197-234.

Bermúdez 1987

Bermúdez A. - Producción latericia y comercio a media distancia en época romana. Un ejemplo en el Mediterraneo Occidental : Lucius Herrenius Optatus. Marcus y Castor, officinatores, in : Jornades Internacionals d’Arqueologia Romana. De les estructures indígenes a l’organització de la Hispania Citerior, Homenatje a Josep Estrada i Garriga (Granollets, 5-8 fév. 1987), Granollers : 364-371.

Bernal et Lagóstena 2004

Bernal Casasola D. et Lagóstena Barios L. - Figlinae Baeticae. Talleres Alfareros y producciones cerámicas en la Bética romana (ss. II a.C.-VII d.C.), Actes Congrès Internat. (Cadix, 12-14 nov. 2003), BAR Internat. Ser. 1266, Oxford, 2 vol.

Bernardin 1954a

Bernardin J. - Le dépôt de tuiles romaines de Lucy, La Physiophile (Montceau-les-Mines), 41-42 : 13-16.

Bernardin 1954b

Bernardin J. - Les signes sur tuiles romaines, La Physiophile (Montceau-les-Mines), 41-42 : 65-66.

Bernhard 1979

Bernhard H. - Ein spätrömischer Ziegelbrennofen bei Jochgrim, Kreis Germersheim, Saalburg Jahrb., XXXVI : 5-11.

Berni Millet 1996

Berni Millet P. - Instrumentum domesticum roma del Museu episcopale de Vic. La collecio de segells en anfora, tegula i morter, Pyrenae, 27 : 311-326.

Bernier 1964

Bernier M. - Four de Kervruc en Langonnet, Bull. Soc. Polymathique du Morbihan (juillet) : 40-41.

Bernon 1981

Bernon J. - Bilan de treize années de recherches archéologiques à Bourges-Lazenay, Cah. d’Arch. et d’Hist du Berry, 66 : 7-28.

Bernouis 1999

Bernouis Ph. - L’Orne. 61, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 249 p.

Berthaud 2000

Berthaud G. - Chap. 2. Les autres objets en terre cuite. 2.1. Les matériaux de construction, in : Berthaud G. (dir.), Mazières-en-Mauges gallo-romain (Maine-et-Loire) - Un quartier à vocation artisanale et domestique, ARDA/AFAN : 129-136.

Bertrand 1891

Bertrand A. - Inventaire archéologique et bibliographique des communes du département de l’Allier, Annales Bourbonnaises.

Bertrand 1980

Bertrand É. - Les sites antiques en “ Pays de Tronçais ”. Inventaire sommaire, Tronçais, Bull. des Amis de la Forêt, 25 : 14-35.

Bertrand 1983

Bertrand É. - Les sites antiques en “ Pays de Tronçais ”, Tronçais, Bull. des Amis de la Forêt, 28 : 36-42.

Bertrand 1990

Bertrand É. - Giat, l’officine du tuilier GERI au moulin de Belteix, Bull. du Centre d’Études et de Recherches d’Archéol. Aérienne, 9 : 59-62.

Bertrand et Piboule 1995

Bertrand É. et Piboule M. - Au Pays de la Forêt. Au long drs vieux chemins de Tronçais, Mémoires des Communes Bourbonnaises : 55-58.

Bertrandy et al. 2010

Bertrandy F., Bleu St., Jospin J.-P. et Royet R. - L’Isère, arrondissement de La Tour-du-Pin. 38/2, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-Lettres, MSH, Paris, 387 p.

Besevliev 1952

Besevliev V. - Epigrafski Prinosi [Contributions épigraphiques] [en bulgare], Bulgarska akademija na naukite, Sofia, 96 p., 54 Pls.

Bet 1988

Bet Ph. - Groupes d’ateliers et potiers de Lezoux (Puy-de-Dôme) durant la période gallo-romaine, SFECAG, Actes du Congrès d’Orange, Marseille : 221-241.

Bet et Vertet 1984

Bet Ph. Et Vertet H. - Un atelier de potier du ive siècle à Lezoux, Rev. Arch. Sites, 19 : 16-19.

Bet et Vertet 1986

Bet Ph. et Vertet H. - Centre de production de Lezoux, in : Bémont C. et Jacob J.-P. (dir.), La terre sigillée gallo-romaine. Lieux de production du Haut-Empire : implantations, produits, relations, DAF, 6, MSH, Paris : 138-144.

Betts 1982

Betts I. M. - Roman brick and tile: a study in fabrick variability, in : I. Freestone, C. Johns et T. Potter (dir.), Current research in ceramics: thin-section studies. The British Museum Seminar 1980, Brit. Mus. Occas. Papers, 32 : 63-71.

Betts 1995

Betts I. M. - Procuratorial tile stamps from London, Britannia, 26 : 207-229.

Betts et Foot 1994

Betts I. M. et Foot R. - A newly identified Late Roman tile group from southern England, Britannia, 25 : 21-34.

Betts, Black et Gower 1994

Betts I. M., Black E. W. et Gower J. L. - A Corpus of Relief-Patterned Tiles in Roman Britain, Journ. of Roman Pottery Stud., 7, 175 p.

Beyney et Nouvel à paraître

Beyney Ph. et Nouvel P. - L’établissement rural antique de Saint-Père-sous-Vézelay : nouveaux apports, RAE, 61 (2012).

Bianchi 2007

Bianchi E. - Il bolli laterizi del porto fluviale romano di lungotevere Testaccio, Boll. della Comm. Arch. comunale di Roma, 108 : 89-124.

Biellmann 1987

Biellmann P. - Les tuiles de la 1ère légion Martia trouvées à Biesheim-Oedenburg, Annuaire Soc. d’Hist. de la Hardt et du Ried, 2 : 9-15.

Biellmann 2009

Biellmann P. - Les tuiles estampillées, in : M. Reddé (dir.), Oedenburg. Fouilles françaises, allemandes et suisses à Biesheim et Kunheim, Haut-Rhin, France, 1. Les camps militaires julio-claudiens, Monogr. RGZM, 79, 1, Mayence : 329-354.

Biernacki 2003

Biernacki A. - The Ceramic Building Material of the First Italian Legion in Novae (Moesia Inferior). The Relationship between Form and Function, Archaeologia Bulgarica, VII-3 : 9-21.

Biévelet 1952

Biévelet H. (chanoine) - Note sur les marques de briquetiers gallo-romains communes à Bavai et au Namurois, in : Études d’histoire et d’archéologie dédiées à F. Courtoy (Public. extraord. De la Soc. Arch. de namur, 1), Archaologia Belgica, 171 : 83-94 (= rééd. in : Biévelet H., Études bavaisiennes, Mél. offerts au Chanoine Biévelet, Presses Univ. de Lille, Villeneuve-d’Ascq, 1976, III : 309-318).

Biévelet 1961

Biévelet H. - L’exploration archéologique de Bavai. Antéfixes romains de Bavai et de Sirault, Miscellanea archaeologica in honorem J. Breuer, Archaeologia Belgica, 31 : 7-18 (rééd. Biévelet H. - Études bavaisiennes, Mél. offerts au Chanoine Biévelet, Presses Univ. de Lille, Villeneuve-d’Ascq : 335-343).

Bigeard 1996

Bigeard H. - La Nièvre. 58, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 300 p.

Billard 1998

Billard C. - Manneville-sur-Risle. Les Prés Mançois, BSR, DRAC/SRA Haute-Normandie, Rouen (1999) : 35.

Billoret 1976

Billoret R. - Informations archéologiques. Circonscription de Lorraine, Gallia, 34, 2 : 351-377.

Binsfeld 2008

Binsfeld A. - Aussagemöglichkeiten von Ziegelstempeln am Beispiel des Materials aus der frühchristichen Kircheanlage in Trier, in : M. Hainzmann et R. Wegenig (dir.), Instrumenta latina II, Akten des 2. Internat. Kolloquiums (Klagenfurt, mai 2005), Klagenfurt : 35-45.

Billot 2000

Billot M.-Ch. - Centres de production et diffusion des tuiles dans le monde grec, in : F. Blondé et A. Muller (dir.), L’artisanat en Grèce ancienne. Les productions, les diffusions, Actes du Coll. (Lyon, déc. 1998), Lille : 193-240.

Biordi 1993

Biordi M. - I bolli laterizi romani dell’agro ariminese, in : M. L. Stoppioni (dir.), Con la terra e con il fuoco. Fornaci romane del Riminese, Rimini : 125-144.

Bishop 2007

Bishop M. C. - Nodding scolars, or howand old tile-stamp from Carlile became a “ new ” tile-stamp ” from Corbridge, Arch. Aeliana, 36 : 366.

Bizien-Jaglin, Galliou et Kerébel 2002

Bizien-Jaglin C., Galliou P. et Kerébel H. - Côtes-d’Armor. 22, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 406 p.

Blain 2008

Blain S. - Les terres cuites architecturales des églises du haut Moyen Âge dans le Nord-Ouest de la France et le Sud-Est de l’Angleterre : application de la datation par luminescence à l’archéologie du bâti (résumé de thèse), Aquitania, 24 : 229-232.

Blain 2011

Blain S. - Les terres cuites architecturales des églises du Haut Moyen Age dans le nord-ouest de la France et le sud-est de l’Angleterre, BAR Internat. Ser. 2189, Oxford.

Blaising 2000

Blaising J.-M. - Évolution de l’habitat sur le terroir de Yutz (Moselle - France), Ruralia, III, Prague : 122-155.

Blaising 2002

Blaising J.-M. - Yutz (57), archéologie d’un terroir des âges des Métaux au xixe siècle, Arch. Mosellana, 4 : 185-218.

Blanc 1980

Blanc J.-M. et J.-F. - Les fours de tuiliers et potiers gallo-romains de Sommard, Saint-Martin-Laguépie, Tarn, Archéologie Tarnaise, 1 : 3-33.

Blanchart 1981

Blanchart J. - Analyse chimique de tuiles : rapport préliminaire, Bull. du Club Arch. Amphora (Belgique), 26 : 30-32.

Blanchet 1898

Blanchet A. - Les ateliers céramiques de la Gaule romaine, Bull. Arch. du Comité des Trav. Hist. et Scient., XVI : 13-29 (= Mém. des Soc. Sav., Paris, 1899, 19 p. ; rééd. in : Mél. d’Arch. gallo-romaine, fasc. 2, Leroux, Paris, 1902 : 88-117).

Blanchet 1920

Blanchet A. - Recherches sur les tuiles et briques des constructions en Gaule romaine, Rev. Arch., VII, 2 : 189-210.

Blaszkiewicz 1995

Blaszkiewicz P. - Présentation des ateliers de production à l’époque gallo-romaine en Normandie, SFECAG, Actes du Congrès de Rouen, Marseille : 11-24.

Blaszkiewicz 2000

Blaszkiewicz P. - La romanisation en Normandie à travers l’étude de la céramique, de l’artisanat et du commerce, Mém. EHESS, Paris, 193 p., Ms. inédit (consultable à l’EHESS).

Blaszkiewicz et al. 1988

Blaszkiewicz P. et alii - Un atelier de potier du iie siècle dans la forêt d’Évreux (Eure), Rev. Arch. de l’Ouest, 5 : 79-95.

Blech 1994

Blech M. - Terracotas de Ampurias, Huelva Arquéológica, XII, 2 : 89-114.

Bloch 1936/38

Bloch H. - I bolli laterizi e la storia edilizia romana. Contributi all’archeologie e alla storia romana, Bull. Communale d. Arch. Rom., LXIV (1936) : 141-225 ; LXV (1937) : 831-887 ; LXVI (1938) : 61-221 ; rééd., 1 vol., Rome, 1938/39, 353 p. ; rééd. Rome, 1947 et 1968.

Bloch 1947

Bloch H. - I bolli laterizi e la storia edilizia romana : contributi all’archeologia e a la storia di Roma, Com. di Roma, Repart. Antichità e Belle Arti, Rome (= rééd de 1936/38).

Bloch 1947/48

Bloch H. - The Roman brick stamps not published in vol. XV, 1 of the CIL, Harvard Stud. in Class. Philol., 46-47 (Cambridge, 1949) : 1-128 (rééd. 1967).

Bloch 1948

Bloch H. - Indices to the Roman brick stamps published in vol. XV, 1 if the CIL and LVI-LVII of Harvard Studies in Classical Philology, Harvard Stud. in Class. Philol., LVIII-LIX : 1-104 (rééd. 1967).

Bloch 1959

Bloch H. - The Serapeum of Ostia and the brick-stamps of 123. New Landmark in the History of Roman Architecture, Amer. Journ. of Arch., 63 : 225-240.

Bloch 1967

Bloch H. - The Roman brick stamps not published in vol. XV, 1 of the Corpus Inscriptionum Latinarum, including Indices to the Roman brick-stamps, L’Erma di Breitschneider, Rome, (rééd. anastatique), 128 et 104 p. (rééd. de : Bloch 1947/49 et 1948)

Bloch 1968

Bloch H. - I bolli laterizi e la storia edilizia romana, Rome, 373 p. (rééd. : 1ère éd. 1947 : réimpr. de 3 articles du Bulletino della Commissione arch. comunale di Roma, 64, 1936 : 141-225 ; 65, 1937 : 83-187 ; 66, 1938 : 61-221 ; compl. par index).

Blümner 1879

Blümner H. - Technologie und Terminologie des Gewerbe und Künste bei Griechen und Römern, 2, Leipzig.

Bocquet 2005

Bocquet S. - Roanne. Hôpital. 28 rue de Charlieu, BSR, DRAC/SRA Rhône-Alpes, Lyon (2007) : 136-139, 2 Fig.

Bocquet 2010

Bocquet A. - Données nouvelles sur un quartier à vocation artisanale, son évolution et ses conséquences sur l’urbanisme de Jublains, in : Chardron-Picault 2010 : 123-134.

Bodel 1983

Bodel J. P. - Roman brick stamps in the Kelsey Museum, Univ. of Michigan Press, Ann Arbor, 83 p., 28 Pl.

Bodel 1990

Bodel J. - A new roman brick stamp from Etruria, Journ. of Roman Studies, 3 : 159-161.

Bodel 2005

Bodel - Speaking signa and Brickstamps of M. Rutilius Lupus, in : Bruun 2005a : 61-94.

Bogaers 1969

Bogaers J. E. - Cohortes Breucorum, Ber. Rijkd. Oud. Bodem., XIX : 27-50.

Bogaers 1977

Bogaers J. E. - Roman tile stamps from Lincoln (Lindum) and the Legio V Alaudae, Britannia, 8 : 275-278.

Böhlendorf 2005

Böhlendorf-Arslan B., Uysal A.O. et Witte-Orr J. (dir.) - Late antique and medieval pottery and tiles in Mediterranean archaeological contexts, Proceedings of the First International Symposium on Late Antique, Byzantine, Seljuk, and Ottoman pottery and tiles in archaeological context (Çanakkale, 1-3 juin 2005), Byzas, 7, Istanbul.

Boisaubert et al. 1992

Boisaubert J.-L. et alii - Prospections et sondages sur le tracé d la RN1 dans la région de Morat. Méthodes et résultats, Arch. Suisse, 15, 2, 1992 : 36-51.

Boltin 1974

Boltin Tome E. - [Estampilles sur briques romaines de la collection du Musée Maritime “ Sergej Mašera ” à Piran] [en croate], Arheološki Vestnik (Ljubiana), XXV : 225-232.

Bondartchouk 2002

Bondartchouk J.-L. - Les tuiles du Capitolium de Toulouse, in : J.-M. Pailler (dir.), Tolosa. Nouvelles recherchers sur Toulouse et son teritoire dans l’Antiquité, coll. de l’École Française de Rome, 281, Rome : 229.

Bönisch 1998

Bönisch H. - Bau und betrieb historischer Ziegelöfen, Bericht der Stiftung Ziegelei-Museum, 15 (Cham) : 17-22.

Bonini 2004

Bonini P. - Alcuni bolli laterizi rinvenuti a Montegrotto Terme (Padova), Quad. di Arch. del Veneto, 20 : 113-120.

Bonini 2007

Bonini P. - Cantieri e forniture di laterizi in età romana. Un caso di studio dall’agro di Padova (Italia), Instrumentum, 26 (déc.) : 15.

Bonnet 1944

Bonnet É. - Carte et texte complet du département de l’Aveyron, Forma Orbis Romani, Carte archéologique de la Gaule romaine, Inst. de France, Acad. des Inscr. et B.-Lettres, PUF, Paris, 46 p. + Pls et cartes h. t.

Boon 1984

Boon G. C. - Laterarium Iscanum : the antefixes, brick and tile-stamps of the Second Augustan Legion, Nat. Mus. Wales, Carleon/Cardiff, VI + 56 p.

Borhy et Számadó 1997/98

Borhy L. et Számadó E. - Instrumenta inscripta aus Brigetio (FO : Komaron/Szöny-Vásátér), Antaeus (Budapest), 24 : 903-115.

Borlenghi 2003

Borlenghi A. - L’acquedotto romano del Gier a Lione : novi apporti dalla scoperta di due bolli laterizi, Epigraphica, LXV : 316-330.

Bornibus et Périchon 1975

Bornibus J. et Périchon R. - La protection des fours de potiers gallo-romains de Roanne, Actes 98e Congrès Nat. des Soc. Sav. (Saint-Étienne, 1973), BN, Paris : 291-294.

Bost 2008

Bost J.-P. - Sur deux marques de tuiliers gallo-romains, Aquitania, 24 : 215-217.

Bottura 1992

Bottura E. - Bolli su laterizi e fittili di età romana da S. Lorenzo di Pegognaga (MN), Quaderni gruppo arch. ostigliese, 2 : 71-84,

Bouard 1962

Bouard M. (de) - Informations archéologiques, Circonscription de Caen, Gallia, XX, 2 : 419-429.

Bouard 1970

Bouard M. (de) - Informations archéologiques, Circonscription de Normandie, Gallia, XXVIII, 2 : 269-279.

Bouchard 1972

Bouchard P. - Trittspuren von Haus- und Wildtieren auf römischen Ziegeln, Kurtrierisches Jahrbuch, XII : 141-147.

Boucheron, Broise et Thébert 2000

Boucheron P., Broise H. et Thébert 2000 Y. - La brique antique et médiévale - Production et commercialisation d’un matériau, Actes Coll. (Centre d’Hist. Urb., ENS/EFR, 16-18 nov. 1995), coll. EFR, 272, De Boccard, Paris, 486 p.

Bouches-du-Rhône… 2010

Bouches-du-Rhône.Velaux. Potiers gallo-romains, L’Archéologue, la Revue de l’Arch., 111 (déc. 2010-janv. 2001) : 8.

Boudrie 1984

Boudrie R. - Tuiles à la chapelle des Chouly (Châlus, Haute-Vienne), Trav. d’Arch. Limousine, 5 : 104-105.

Bouet 1998

Bouet A. - Un complexe thermal de l’Antiquité tardive : le “ Prétoire ” à Aléria (Haute-Corse), Gallia, 55 : 343-363.

Bouet 1999

Bouet A. - Les matériaux de construction en terre cuite dans les thermes de la Gaule Narbonnaise, Scripta Antiqua, 1, Ausonius/Les Belles-Lettres, Bordeaux/Paris, 207 p.

Bouet 2003

Bouet A. - Matériaux et techniques de construction, in : A. Bouet (dir.), Thermae gallicae. Les thermes de Barzan (Charente-Maritime) et les thermes des provinces gauloises, Suppl. Aquitania 11, Ausonius, Bordeaux : 167-195.

Bouhier 1962

Bouhier C. - Inventaire des découvertes archéologiques du département de la Manche (Périodes gallo-romaine et mérovingienne), Mém. de IIIe Cycle, Univ. de Caen (consultable à l’Université).

Bourgogne … 1987/88

Bourgogne, Gallia Inform., Préh. et Hist., 2 : 1-74.

Bourgeau 1984

Bourgeau L. - Inventaire des ateliers céramiques en Ile-de-France, in : Gallo-Romains en Île-de-France, Catal. Expos., Assoc. Conserv. Île-de-France, Paris : 168-1

Bouvet 2001

Bouvet J.-Ph. - La Sarthe. 72, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 519 p.

Bouvet et Saulce 2000

Bouvet J.-Ph. et Saulce A. (de) - Oisseau-le-Petit. Les Noiras, BSR, DRAC/SRA Pays-de-la-Loire, Nantes (2003) : 59.

Bouvier 1991

Bouvier A. - Lyon 9e. 47, rue du Chapeau-Rouge, BSR, DRAC/SRA Rhône-Alpes, Lyon (2002) : 165-166.

Bouvier 2007

Bouvier A. - Terres cuites architecturales décoratives. Étude de la collection de Notre-Dame-de-la-Place (Bordeaux), Mém. de Master d’Archéologie, Univ. M. de Montaigne, Bordeaux, 2 vol., 93 et 51 p.

Bouvier et al. 1993

Bouvier A. et alii - Communay, Le Plan (Rhône), Rapport de fouilles 1991, SRA Rhône-Alpes (consultable au SRA).

Boyer 1996

Boyer R. - Deux fours gallo-romains découverts dans le camp militaire de Canjuers (Var), Rev. Arch. de Narbonnaise, 29 : 307-311.

Božek 1999/2000

Božek S. - [Découverte de tuiles romaines sur le site de St Martin à Gornji Tučepi] [en croate] (rés. en anglais), Opuscula Archeologica (Zagreb), 23-24 : 511-515.

Brambach 1867

Brambach W. - Corpus inscriptionum rhenannarum, R.L. Friderichs, Elbertfeld, 390 p.

Branchesi 2003

Branchesi F.A. - Bollo su tegola da Borgo Tufico : nota a C.I.L. XI 6689, 52, Picus, 23 : 271-274.

Brandl 1996

Brandl U. - Bemerkungen zu einem Siegelstempeltyp der Legio XIV Gemina aus der Germania Superior und Carnuntum, Zeitschr. f. Papyrol. u. Epigraphik, 112 : 224-228.

Brandl 1999

Brandl U. - Untersuchungen zu den Ziegelstempeln römischer legionen in den nordwestlichen Provinzen des Imperium Romanum, Passauer Universitätsschr. Arch., 6, Raden.

Brandl 2002

Brandl U. - Kopf oder Zahl ? Bemerkungen zu besonderen Graffiti auf gestempelten Ziegeln aus der Colonia Ulpia Traiana, in : A. Rieche, H.-J. Schalles et M. Zelle (dir.), Grabung-Forschung-Präsentation. Festschift Gundolf Precht, Xantener Ber., 12, Mayence : 225-230.

Brandl 2003

Brandl U. - Die Ziegel des Q(uintus) Val(erius) Sabe(llus) aus der Colonia Ulpia Traiana, in : B. Liesen et U. Brandl (dir.), Römische Keramik, Herstellung und Handel, Actes Colloque (Xanten, 15-17 juin 2000), Xantener Ber., 13, von Zabern, Mayence : 365-380.

Brandl et Federhofer 2010

Brandl U. et Federhofer E. - Ton + Technik. Römische Ziegel, Catal. Expos., Limesmuseum Aalen, Archäol. Landesmuseum Baden-Württemberg, Theiss, Esslingen am Neckar, 119 p.

Branga 1974/75

Branga N. - Tegulae privatae din Ulpia Traiana Sarmizegetusa, Sargetia (Deva), XI-XII : 81-93.

Breuer 1939

Breuer J. - Antéfixes romaines trouvées à Sirault (Hainaut), L’Antiq. Classique, VIII, 1 : 21-40.

Brodeur et al. 2000

Brodeur J. et alii - Redécouverte de la nécropole du Bas-Empire de la ville d’Angers (Maine-et-Loire), Archéopages (AFAN), 2 (nov.) : 4-11.

Brodribb 1969

Brodribb G. - Stamped tiles of the “ Classis Britannica ”, Sussex Arch. Collect., 107 : 102-125.

Brodribb 1979a

Brodribb G. - Makings on tile and brick, in : Mac Whirr 1979a : 211-220.

Brodribb 1979b

Brodribb G. - Tegulae mammatae, Antiq. Journ., 59-397-400.

Brodribb 1979c

Brodribb G. - A Survey of Tile from the Roman Bath House at Beauport Park, Battle, E. Sussex, Britannia, X, p. 139-156.

Brodribb 1980

Brodribb G. - A further survey of stamped tiles of Classis Britannica, Sussex Arch. Collect., 118 : 183-196.

Brodribb 1987

Brodribb G. - Roman brick and tile, Alan Sutton, Stroud, Gloucester, XI + 164 p.

Broez 1987

Broez A. - Essai de synthèse des fouilles menées sur le “ vicus ” de Sains-du-Nord, Rev. du Nord, 69 : 45-58.

Broise 2000

Broise H. - Les estampilles anépigraphiques sur bessales de la Rome impériale, in : Boucheron, Broise et Thébert 2000 : 113-125.

Broise et Dufournet 1976

Broise P. et Dufournet P. - La tuilerie romaine d’Arcine (Haute-Savoie), in : Métiers et industries de Savoie : mémoires et documents, Congrès de l’Union des Soc. Sav. de la Savoie (Annecy, 1974), Acad. Salésienne, LXXXVI, Annecy : 21-28.

Broucker 2002

Broucker D. (de) - Tuiles romaines en forêt de Tronçais (Allier - 03), approches archéologiques et pétrographique, Mémoire de Maîtrise d’Archéologie, Univ. Paris I Panthéon Sorbonne, 2 vol. (consultable à l’Univ.).

Bruhl 1958

Bruhl A. - Informations archéologiques, Circonscription de Strasbourg, Gallia, XVI, 2 : 376-392.

Brulet 1964

Brulet R. - Sigles de tuiliers gallo-romains trouvés depuis 1960 en surface, Bull. du Cercle Arch. de Gosselies De Gallia, 3, 6 : 5-6.

Brulet 1970

Brulet R. - La villa romaine du Try-Hallot à Saint-Gérard. Étude topographique, in : Recherches d’Archéologie et d’Histoire de l’Art (Antiquité), Trav. de la Fac. de Philos. et Lettres de l’Univ. Cathol. de Louvain, VI, Section d’Arch. et d’Hist. de l’Art, I, Public. Univ. Louvain/B Nauwelaerts, Louvain/Paris : 63-80.

Brulet 1994

Brulet R. - Les agglomérations secondaires de Wallonie et du Grand Duché de Luxembourg, in : Petit et Mangin 1994 : 122-135.

Brulet 2008

Brulet R. - Les Romains en Wallonie, Racines, 624 p.

Brun 1981

Brun J.-P. - La villa gallo-romaine du Grand Loou à La Roquebrussanne, Histoire et Arch., 57 : 78.

Brun 1984

Brun J.-P. - Les marques sur tuiles romaines de la côte des Maures (Var), Bull. Arch. de Provence, 14 : 13-17.

Brun 1999

Brun J.-P. - Le Var. 83/2 et 83/3, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B. Lettres, MSH, Paris, 2 vol., 984 p.

Brun et al. 1984

Brun J.-P., Guimelli P., Oberti G. et Quinn G. - Les marques sur tuiles romaines de la Côte des Maures (Var), Bull. Arch. de Provence, 14 : 13-17.

Brunione 1986

Brunione A. - I bolli delle tegole della necropoli di Lipari, Kokalos, 32 : 181-282.

Brun et Congès 1994

Brun J.-P. et Congès G. - La villa viticole romaine des Toulons (Rians, Var), in : Travaux du Centre Archéologique du Var, Ann. Soc. des Sc. Nat. et d’Arch. de Toulon et du Var, 46 (3e trim.) : 219-241..

Brun et Laubenheimer 2001

Brun J.-P. et Laubenheimer F. - Dossier : La viticulture en Gaule, Gallia, 58 : 1-260.

Brune 1862

Brune * (abbé) - Répertoire archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, Bull. et Mém. de la Soc. Arch. d’Ille-et-Vilaine, I : 45-82.

Brunsting et Steures 1997

Brunsting H. et Steures D. C. - The brick stamps and the occupation history of tne legionary fortress at Nijmegen, in : W. Groeneman-Van Waateringe et B. L. von Beek (dir.), Roman Frontier Studies 1995, Proc. the XVIth Internat. Congress of Roman Frontier Studies, Osbow Monogr., 91, Oxford : 323-329.

Bruun 2005a

Bruun Ch. (dir.) - Interpretare i bolli laterizi della zona di Roma : produzione, storia economica e topografia, Actes Table Ronde (Rome, 31 mars - 1er avril 2000), Acta Inst. Romani Finlandiae, 32, Rome, 323 p.

Bruun 2005b

Bruun Ch. - La ricerca sui bolli laterizi. Pesentazione generale delle varie problematiche, in : Bruun 2005a : 3-24.

Buchi 1967

Buchi E. - Tegole e anfore con bolli di Verona e del suo agro, Archivio Veneneto, XCVIII : 5-32.

Buiatti 1994

Buiatti A. - Nuove acquisizioni sui bolli laterizi dell’Agro Aquileiese, in : Epigrafia della produzione e della distribuzione, Actes Coll. (Rome, EFR, 1992), coll. EFR, 193, Rome : 415-431.

Buffat 2011

Buffat L. - L’économie domaniale en Gaule Narbonnaise, Monogr. d’Arch. Méditerr., 29, UMR 5140, Lattes, 296 p.

Buisson 1990

Buisson A. - L’Ain. 01, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris, 192 p.

Bulat 1971

Bulat M. - [Antéfixes romaines au Musée de Slavonie] [en slavon], Osječki Zbornik, XIII : 79-99.

Buonocore 1994

Buonocore M. - Lateres signati Regionis IV, in : Epigrafia della produzione e della distribuzione, Actes Coll. (Rome, ÉFR, 1992), coll. EFR, 193, Rome : 361-369.

Buora 1983a

Buora M. - Bolli su tegola del Museo di Cividale, Quaderni cividalesi, 11 : 35-58.

Buora 1983b

Buora M. - Produzione e commercio dei laterizi dell’agro di Iulia Concordia, Il Noncello, 57 : 135-234.

Buora 1985

Buora M. - Sul commercio dei laterizi tra Aquileia e la Dalmazia, Ant. Altoadriat., 26 : 209-225.

Buora 1988

Buora M. - Una produzione laterizia del primo periodo imperiale à Carlino (Udine) ?, Aquileia nostra, 59 : 302-306.

Buora 1993

Buora M. - I bolli laterizi dell’agro aquileiense, in : Zaccaria 1993a : 179-186.

Burin 1966

Burin J. P. - L’alphabet gravé sur tuile de Châteaubleau, Bull. du Group. Arch. de Seine-et-Marne, VII : 21-26.

Burin 1970

Burin J. P. - Gravures sur tuiles découvertes à Châteaubleau, Forum, I : 73-78.

Burin 1974

Burin J. P. - Ce que nous apprennent les tuiles romaines de Châteaubleau, Archéologia, 72 : 60-61.

Buxó et Tremoleda 2002

Buxó R. et Tremoleda J. - Platja de Fenals (Lloret de Mar, La Selva) : una indústria terrissera d’època romana a la Costa Brava, Lloret de Mar, 271 p.

Burnand 1990

Burnand Y. - Histoire de la Lorraine, 2 - Les Temps anciens : de César à Clovis, Metz/Nancy.

C

Cabella et al. 2008

Cabella R. et alii - Anfore e laterizi adriatici : dati tipologici, epigrafici ed archeometrici a confronto. Ipotesi di progetto di ricerca, Rei Cretariae Romanae Fautores, Acta, 40 : 373-378.

Cabezuelo et Wittman 2011

Cabezuelo U. et Wittman A. - Le sanctuaire gallo-romain des Hauts-de-Buffon à Montluçon, in : M. Bêche, J. Hénon, D. Lallemand et S. Liégard (dir.), Carnet de Fouille. L’Actualité de l’Archéologie de l’Allier, Catal. d’Expos. (Musée Anne de Beaujeu, Moulins), Moulins : 70-79.

Cabezuelo, Parent et Rebiscoul 1995

Cabezuelo U., Parent D. et Rebiscoul A. - La villa gallo-romaine des Chazoux, Gannat (Allier), Rapport préliminaire, SRA Auvergne, Ms. Inédit (consultable au SRA).

Cadalen-Lesieur à paraître

Cadalen-Lesieur J. - L’agglomération de Tasciaca. Thésée-Pouillé (Loir-et-Cher).

Cagnat et Chapot 1917

Cagnat R. et Chapot V. - Manuel d’archéologie romaine (2 vol.), t. I.

Cailler et Bachofen 1922

Cailler P. et Bachofen H. - Fouilles d’un four à tuiles, de l’époque romaine, à Chancy (canton de Genève), Indicateur d’Antiq. Suisses, 24 : 23-32.

Caldéroni 1998

Caldéroni P. - Saint-Pierre-du-Bosguérard. Le Village, BSR, DRAC/SRA Haute-Normandie, Rouen (1999) : 40-42, 4 Fig.

Caldéroni 1999

Caldéroni P. - Découverte d’un atelier antique de tuiliers en Haute-Normandie, in : N. Roy (dir.), Pots de terre : fragments d’histoire, Musée des Antiquités, Rouen : 7-10.

Caldéroni et Follain 1999

Caldéroni P. et Follain E. - Fours de tuiliers et de potiers en Haute-Normandie, L’Archéologue, Arch. Nouvelle, 39 : 17-18.

Callegarin et Geneviève 2008

Callegarin L. et Geneviève V. - Une tegula portant des empreintes monétaires du ive siècle découverte à Iluro-Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques, France), Aquitania, 23 : 137-150.

Callegher 1993

Callegher B. - Oderzo e il suo territorio : la produzione e il commercio dei laterizi in epoca romana, in : Zaccaria 1993a : 213-235.

Calzolari 1987

Calzolari M. – La moneta di Antonio Pio e i materiali bollati rinvenuti in località Motto di Massa Finalese nell’autunno 1985, Quaderni della Bassa Modenese, 1 : 90-93.

Calzolari 1991

Calzolari M. - Nuovi rinvenimenti di fittili bollati di età romana nella Padania centrale, Quaderni del Gruppo Arch. Ostigliese, 1 : 43­80.

Camilli et Taglietti 1994

Camilli L. et Taglietti F. - Osservazioni sulla produzione laterizia della tarda età republicana e della prima età imperiale, in : Epigrafia della produzione e della distribuzione, Actes Coll. (Rome, EFR, 1992), coll. EFR, 193, Rome : 415-431.

Cantournet 2000

Cantournet C. - Prospection inventaire. Fournoles, Maurs, Montmurat, Saint-Constant, Saint-Santin-de-Maurs et Le Trioulou, BSR, DRAC/SRA Auvergne, Clermont-Ferrand (2002) : 24-25.

Capelli 2009

Capelli C. - Mineralogical and petrographic analyses of tiles from the Late Roman necropolisof Priamar, Savona (Liguria, NW Italy), in : K. Biro, V. Szilagi, A. Kreiter (dir.), Vessels: inside and outside. Proceedings of the Conference EMAC’07, European Meeting on Ancient Ceramics (Budapest, 24-27 oct. 2007), Hungarian National Museum, Budapest : 173-178.

Caprioti 2000

Caprioti K. - Due bolli laterizi da Monterubbiano, Picus (Macerata), 20 : 305-311.

Carandini 1969/70

Carandini A. - Produzione agricola et produzione ceramica nell’Africa di età imperiale. Appunti sull’economia della Zeugitana, Studi Miscellanei, XV : 95-119.

Carandini 1981

Carandini A. - Sviluppo e crisi delle manifatture rurali e urbane, in : A.Giardina et A.Schiavone (dir.), Società romana e produzione schiavistica, vol. II - Merci, mercati e scambi nel Mediterraneo, Laterza, Bari : 249-260.

Cardoso 1981

Cardoso J. L. - Descoberta de tijolos romanos com marca de oleiro em Lisbao, Boletim Cultural da Assembleia Distrital de Lisbao, 87, 1 : 137-143.

Carmelez 1979

Carmelez J.-C. - Les matériaux en terre cuite du musée de Bavay, Doc. et Fouilles, Arch. et Pédag., 1 : 24-48.

Carmelez 1988

Carmelez J.-C. - Les empreintes sur les matériaux de construction conservés au musée de Bavay, Doc. et Fouilles, Arch. et Pédag., 10 : 43-65.

Carmelez 1994

Carmelez J.-C. - Un quartier de potiers gallo-romains à Pont-sur-Sambre, Fouilles et Études. Arch. et Pédagogie (Bavay), 14 : 237-262.

Carpentier, Ghesquière et Marcigny 2007

Carpentier V., Ghesquière E. et Marcigny C. - Archéologie en Normandie, Ouest-France, Rennes, 128 p.

Casas 1989

Casas i Genover J. - L’Olivet d’en Pujol i els Tolegassos. Dos establiments agrícoles d’època romana a Viladamat (Campanyes de 1982 a 1988), Centre d’investigacions arqueològiques de Girona, Sèrie monogràfica, 10, Girone, 209 p.

Casas et al. 1995

Casas J., Castanyer P., Nolla J. et Tremoleda J. - El món rural d’època romana a Catalunya (l’exemple del Nord-Est), Centre d’investigacions arqueològiques de Girona, Sèrie monogràfica, 15, Girone, 165 p.

Castella 1995

Castella D. - Potiers et tuiliers à Aventicum. Un état de la question, Bull. Assoc. Pro Aventico, 37 : 131-141.

Caton de Agr.

Caton (l’Ancien ou le Censeur) - De l’Agriculture [de agricultura], texte établi, traduit et commenté par R. Goujard, coll. des Univ. de France, Assoc. G. Budé, Les Belles-Lettres, Paris,1975.

Cattelain et Luppens 2008

Cattetain P. et Luppens L. - Les terres cuites architecturales gallo-romaines du sud-est de l’Entre-Sambre-et-Meuse : typologie, conditions d’utilisation et essai de chronologie des estampilles, 8e Congrès de l’Association des Cercles francophones d’Histoire et d’Archéologie de Belgique / LVe Congrès de la Fédération des Cercles d’Archéologie et d’Histoire de Belgique, Actes du Congrès de Namur, I : 50.

Cattelain et Luppens à paraître

Cattelain P. et Luppens L. - La circulation des terres-cuites architecturales dans l’Entre-Sambre-et-Meuse. Essai de chronologie de quelques sigles ou estampilles à travers des recherches récentes, communic. au Xe Congrès AGER “ Consommer dans les campagnes de la Gaule romaine ” (Lille, 4-6 avril 2011), à paraître in : Actes.

Cébeillac-Gervasoni 2009

Cébeillac-Gervasoni M. - Les autorités politiques municipales et la vie économique locale : quelques aspects, in : J.-P. Brun (dir.), Artisanats antiques d’Italie et de Gaule. Mélanges offerts à Maria Francesca Buenaiuto, coll. Centre Jean Bérard, 32, Arch. et Artisanat antique, 2, Naples : 23-30.

Cekhmistrenko 1969

Cekhmistrenko V. I. - [Les marques des céramiques antiques en tant que source historique (essai de bibliographie de la question)] [en russe], Učenye Zapiski Mosk. gos. ped. Inst. im. V. I. Lenina (Moscou), 294 : 209-224.

Chamoux 2010

Chamoux C. - Les estampilles sur terres cuites architecturales en Rhône-Alpes, Mémoire de Master 2, Univ. Louis-Lumière-Lyon 2. (consultable à l’Univ.).

Chapelot 1971

Chapelot J. - Les antéfixes en terre cuite d’époque carolingienne en France, Rev. Arch. du Loiret, 2 : 46-56.

Chapelot 1997

Chapelot O. et J. - L’artisanat de la poterie et de la terre cuite architecturale : un moyen de connaissance des sociétés rurales du Moyen Âge, in : M. Mousnier (dir.), L’artisan au village dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des XIXe Journ. Interrég. d’Hist. de l’Abbaye de Flaran (5-7 sept 1997), Presses Univ. du Mirail, Toutlouse : 87-147.

Chapelot 2004

Chapelot O. - La terre cuite architecturale dans le bâtiment médiéval, in : La construction. Les matériaux durs : pierre et terre cuite, coll. Archéologiques, Errance, Paris : 149-167.

Chapelot et Rieth 2009

Chapelot J. et O. et Rieth B. (dir.) - Terres cuites architecturales médiévales et modernes, CRAHM, Caen, 464 p.

Charbonneaux 1957

Charbonneaux G. - Les ruines gallo-romaines des Puys de Voingt (Puy-de-Dôme), Gallia, XV, 1 : 117-128.

Chardron-Picault 2002

Chardron-Picault P. - Les îlots artisanaux d’Augustonemetum, in : Béal J.-C. et Goyon J.-C. (dir.), Les artisans dans la ville antique (Actes Coll.), coll. Arch. et Hist. de l’Ant., Univ. Lumière-Lyon 2, vol. 6, De Boccard, Lyon/Paris : 199-207 et 12 Pls.

Chardron-Picault 2010

Chardron-Picault P. (†) (dir.) - Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain, Actes du Coll. Internat. (Autun, 20-22 sept. 2007), 28e Suppl. à la RAE, Dijon, 434 p.

Chardron-Picault, Guillaumet et Labeaune 2010

Chardron-Picault P., Guillaumet J.-P. et Labeaune Y. - De Bibracte à Augustodunum : permanences et évolutions des activités manufacturières de l’époque gauloise à la fin du Haut-Empire, in : Chardron-Picault 2010 : 109-122.

Charlier 1990a

Charlier F. - Inventaire des ateliers céramiques en Franche-Comté romaine, in : SFECAG, Actes du Congrès deMandeure-Mathay, Marseille : 15-28.

Charlier 1990b

Charlier F. - Recherches sur les ateliers de production céramique en Franche-Comté et dans le Centre-Est de la Gaule. Inventaire des ateliers céramiques de la Franche-Comté romaine, Mém. de Maîtrise, Univ. de Franche-Comté, 2 vol. (consultable à l’Univ.).

Charlier 1992

Charlier F. - Tuiles et tuileries dans le Jura à l’époque romaine, in : Dans le Jura gallo-romain (Catal. d’Expos.), Cercle Girardot / Centre Jurassien du Patrimoine : 21-26, 1 carte.

Charlier 1995

Charlier F. - La diffusion des tuiles antiques : l’intérêt des marques digitées, in : Éclats d’Histoire, 25 000 ans d’héritage, 10 ans d’archéologie en Franche-Comté, Besançon : 74-77.

Charlier 1996

Charlier F. - Les matériaux de construction en terre cuite antiques à Mandeure et dans sa région : données et recherches nouvelles, Soc. d’Émul. de Montbéliard, Bull. et Mém., 92 : 205-220.

Charlier 1999

Charlier F. - Les conditions socio-juridiques du travail dans les tuileries d’après les marques sur les matériaux en Gaule et dans les autres provinces occidentales romaines, in : J. Annequin, É. Geny et É. Smadja (dir.), Le travail. Recherches historiques, Table Ronde Besançon (1997), Inst. des Sc. et Techn. de l’Ant., Presses Univ. Franc-Comtoises : 163-203.

Charlier 2000

Charlier F. - Le système d’inventaire des matériaux de construction en terre cuite du Mont Beuvray, SFECAG, Actes du Congrès de Libourne (1er-4 juin 2009), Marseille : 385-392.

Charlier 2004

Charlier F. - La pratique de l’écriture dans les tuileries gallo-romaines, in : M. Feugère et P.-Y. Lambert (dir.), Dossier : L’écriture dans la société gallo-romaine. Éléments d’une réflexion collective, Gallia, 61 : 67-102.

Charlier 2005

Charlier F. - Moissey (Jura). Les ateliers céramiques gallo-romains, Rapport Final d’Opération, Inrap Grand-Est-Sud, Dijon, 2 vol. 320 p. (consultable au SRA Bourgogne).

Charlier 2011

Charlier F. - Technologie des tuiliers gallo-romains (Gaules et Germanies). Analyse comparative et régressive des structures de production des matériaux de construction en terre cuite de l’époque contemporaine à l’Antiquité, Thèse de doctorat d’Histoire ancienne, Université de Franche-Comté, Besançon, 3 vol., 856 p., inédite (consultable à l’Univ.).

Charlier 2012

Charlier F. - La cuisson des amphores et des tuiles : un aménagement particulier sur certains fours en Gaule et en Italie, SFECAG, Actes du Congrès de Poitiers (17-20 mai), Marseille, à paraître janv. 2013.

Chauffin 1955

Chauffin J. - Le four à tegulae de Bonnefamille, Bull. du Groupe d’Ét. Hist., Géogr. et Folkl. du Bas-Dauphiné, Évocations, XVI : 1487-1490.

Chauffin 1956

Chauffin J. - Les tuiles gallo-romaines du bas-Dauphiné, Gallia, XIV, 1 : 81-88.

Chausson 2006

Chausson F. - Des femmes, des hommes, des briques : prosopographie sénatoriale et figlinae alimentant le marché urbain, Arch. Classica, 56 : 225-26

Chausson et Buonopane 2008

Chausson F. et Buonopane A. - Une fonte di richezza delle Augustae. Le figlinae urbane, in : Augustae, Machtbewusste Frauen am römischen Kaiserhof ?, Herrschaftsstrukturen und Herrschaftspraxis, II, Akten d. Tagung (Zürich, 18-20 sept. 2008) : 91-109.

Chelotti 2003

Chelotti M. - Production de terres cuites et élites locales. L’exemple de Venouse (Apulie), in : Dossier : Les élites locales et la terre à l’époque romaine, Hist. et Soc. Rurales, 19 : 67-78.

Chenet 1920

Chenet G. - Fers de bêches de potiers et tuiliers gallo-romains, Bull. Arch. du Comité des Trav. Hist. et Scient., XXXVIII : 331-334.

Chenet 1927

Chenet G. - Céramique gallo-romaine d’Argonne : les ateliers de la vallée de la Biesme, Bull. de la Soc. Arch. Champenoise, 3 : 76-96.

Chenet et Gaudron 1955

Chenet G. et Gaudron G. - La céramique sigillée d’Argonne des iie et iiie s., 6e Suppl. à Gallia, CNRS, Paris, 249 p.

Chevalier 1861

Chevalier C. (Mgr.) - Piscine baptismale à immersion, du vie s., à Civray-sur-Cher, Mém. Soc. Arch. Touraine, XIII : 217-225.

Chevet 1995

Chevet P. - Le Mans. 11 bis, rue de la Barillerie ; Le Mans. Rue Denfert-Rochereau, BSR, DRAC/SRA Pays-de-la-Loire, Nantes (1997) : 62 ; 63-64, 2 Fig.

Chevet 1997

Chevet P. - Un atelier de terres cuites au Mans, in : Terres cuites gallo-romaines en pays cénoman, Catal. d’Expos., Musée du Mans/CRAR, Le Mans : X-XI.

Chevrot, Troadec et Holmgren 1992

Chevrot J.-F., Troadec J. et Holmgren J. - Le Cher. 18, Carte arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris, 370 p.

Chimier 1999

Chimier J.-Ph. - La place du monde rural dans la répartition des sites de production d’objets manufacturés. L’exemple des cités des Turons et des Bituriges Cubes, in : Polfer 1999 : 235-252.

Chimier 2001

Chimier J.-Ph. - La répartition des sites de production d’objets manufacturés au sein des cités gallo-romaines : monde rural, agglomérations secondaires et chefs-lieux de cités. L’exemple des cités des Turons et des Bituriges Cubes, Mém. de DEA, Univ. de Tours, 2 vol. : t. 1 – Texte et figures, 107 p. ; t. 2 – Annexes (corpus), 26 p. + figs. (consultable au LAT, Tours).

Chimier 2002

Chimier J.-Ph. - Les productions artisanales de Tours-Caesarodunum au sein des réseaux économiques de la cité des Turons durant le Haut-Empire, in : Béal J.-C. et Goyon J.-C. (dir.), Les artisans dans la ville antique (Actes Coll.), coll. Arch. et Hist. de l’Ant., Univ. Lumière-Lyon 2, vol. 6, De Boccard, Lyon/Paris : 181-197, 4 Pl. h. t.

Chimier et Dubant 2007

Chimier J.-Ph. et Dubant D. - L’artisanat gallo-romain à Tours (Indre-et-Loire) durant le Haut-Empire, in : Béal J.-C. et Goyon J.-C. (dir.), Les artisans dans la ville antique (Actes Coll.), coll. Arch. et Hist. de l’Ant., Univ. Lumière-Lyon 2, vol. 6, De Boccard, Lyon/Paris : 173-180, 1 Pl.

Chiriac, Nicolae et Talmaţchi 1998

Chiriac C., Nicolae C. et Talmaţchi G. - [Nouveautés épigraphiques du camp romain de Carsium (Hârşova, arrondissement de Constanza)] [en roumain] (rés. en anglais), Pontica, 31 : 139-162.

Chossenot 2004

Chossenot R. - La Marne. 51/1, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 848 p.

Christol 2003

Christol M. - Le patrimoine des notables en Gaule méridionale. Apports et limites de l’épigraphie, in : Dossier : Les élites locales et la terre à l’époque romaine, Hist. et Soc. Rurales, 19 : 133-150.

Christol et Fédière 1999

Christol M. et Fédière G. - La présence italienne dans l’arrière-pays de Narbonne : le dossier des Usuleni. Épigraphie de l’instrumentum domesticum et épigraphie lapidaire, Dial. d’Hist. Ancienne, 25/1 : 81-99.

Christol et Fiches 1999

Christol M. et Fiches J.-L. - Le Rhône : batellerie et commerce dans l’Antiquité, Gallia, 56, 1999 : 141-155.

Chronique… 2004

Yverdon-les-Bains VD, Les Bains, in : Chronique archéologique 2003, Annuaire de la Soc. Suisse de Préh. et d’Arch., 87 : 402-403.

Ciezar-Épailly 2000

Ciezar-Épailly L. - Authevernes. Les Mureaux, BSR, DRAC/SRA Haute-Normandie, Rouen (2003) : 17-19, 2 Fig.

Ciezar-Épailly 2003

Ciezar-Épailly L. - Authevernes - les Mureaux, Recueil des ateliers de potiers et d’artisanat de la terre cuite, SFECAG, doc. PDF, 8 p., en ligne : //sfecag.free.fr/recueil/rapact.htm

Ciezar-Épailly 2006a

Ciezar-Épailly L. - Incheville, Triège du Quesne à Leu, Recueil des ateliers de potiers et d’artisanat de la terre cuite, SFECAG, 6 p., en ligne : //sfecag.free.fr/recueil/rapact.htm

Ciezar-Épailly 2006b

Ciezar-Épailly L. - Notre-Dame-d’Aliermont “ Les Champs Dubost ” ou “ Camps du Bos ”, Recueil des ateliers de potiers et d’artisanat de la terre cuite, SFECAG, 6 p., en ligne : //sfecag.free.fr/recueil/rapact.htm

CIL, I2

Corpus Inscriptionum Latinarum, I, 2, Pars posterior, E. Lommatsch edit., Fasc. 1, Ajecta sunt tabulae tres, Berlin, 1918, 852 p.

CIL, II

Corpus Inscriptionum Latinarum, II, Inscriptiones Hipaniae Latinae, E. Hübner edit., 1, Berlin, 1869, 712 p. ; 2, Supplementum, Berlin, 1892, 1224 p.

CIL, III

Corpus Inscriptionum Latinarum, III, Inscriptiones Asiae Provinciarum Europae Graecarum. Illyrici latinae (Th. Mommsen dir.), 2 vol. Berlin 1873.

CIL, V

Corpus Inscriptionum Latinarum, Inscriptiones Galliae Cisalpinae latinae (Th. Mommsen dir.), 2 vol. Berlin, 1872.

CIL, VIII

Corpus Inscriptionum Latinarum, Inscriptiones Africae Latinae, 2 vol. (G. Wilmanns dir.), Berlin 1881.

CIL, XII

Corpus Inscriptionum Latinarum, XII, Inscriptiones Galliae Narbonensis latinae (O. Hirschfeld), Berlin, 1888.

CIL, XIII, 6

Corpus Inscriptionum Latinarum, XIII - Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum Latinae, 6 - Signacula Publice Laterculis Impressa (E. Steiner et J. Volkmann), Berlin, 1933.

CIL, XV

Corpus Inscriptionum Latinarum, XV, Instrumentum domesticum (H. Dressel dir.), Incriptiones Urbis Romae latinae, pars 1, Berlin, 1891, 489 p. ; pars 2, Berlin, 1899.

Cipriano et Mazzochini 2003

Cipriano S. et Mazzocchini S. - I laterizi bollati del Museo Civico di Padova : una revisione dei dati materiali ed epigrafici, Bol. Mus. Civico di Padova, 92 : 29-76.

Cipriano et Mazzochini 2008

Cipriano S. et Mazzocchini S. - Produzione e circolazione dei laterizi nel Veneto tra I secolo a.C. e II secolo d.C.: autosufficienza e rapporti con l’area aquileiese, in : Atti della XXXVII Settimana di Studi Aquileiesi (Aquileia-Grado, 18-20 mai 2006), Aquileia : 367-419.

Civilisation… 1983

La civilisation romaine de la Moselle à la Sarre, Catal. Expos., Mus. Luxembourg, Paris, 359 p.

Claustres 1937/38

Claustres M. - Une fabrique gallo-romaine de tegulae dans la commune de Saint-Marcel, Bull. Commission Arch. de Narbonne, XIX : LXIV-LXV.

Clément 1927

Clément R. - Un compte de briquetier gallo-romain du pays de la Moselle, Rev. des Études Anc., 29 : 205-207.

Clément 2007

Clément B. - Les tuiles tardo-républicaines de Corent : études préliminaires, in : M. Poux et al., Oppidum et sanctuaire (III), Rapport triennal d’activité, ARAFA : 172-173 (consultable au SRA Auvergne).

Clément 2008

Clément B. - Les couvertures en tuiles de terre cuite, en Gaule Celtique, au 2e et 1er siècle av. n. è. : apparition, fabrication, typologie et provenance, Mém. de Master 1, Univ. Lumière Lyon 2, 331 p. (consultable à l’Univ.).

Clément 2009a

Clément B. - Les couvertures en tuiles de terre cuite, en Gaule du Centre-Est, du 2e av. n. è. à l’Antiquité tardive : fabrication, typologie, provenance et circulation, Mém. de Master 2, Univ. Lumière Lyon 2, 502 p. (consultable à l’Univ.).

Clément 2009b

Clément B. - Nouvelles données sur les tuiles de couverture en Gaule du Centre-Est, de la fin de la République au iiie siècle : typologie et chronologie, in : SFECAG, Actes du Congrès de Colmar (20-24 mai 2009), Marseille : 611-636.

Clément 2009c

Clément B. - Étude des matériaux de construction en terre cuite, in : Y. Deberge (dir.) - Saint-Rémy-en-Rollat. Le Davayat, Allier, DFS de fouille préventive, Inrap : 80-84 (consultable au SRA Auvergne).

Clément 2011a

Clément B. - La typologie des tuiles de terre cuite au Deuxième Âge du Fer en Gaule méridionale : nouvelles données, in : SFECAG, Actes du Congès d’Arles (2-5 juin), Marseille : 597-606.

Clément 2011b

Clément B. - Antéfixes à têtes humaines tardo-républicaines en Gaule du Centre-Est, Gallia, 68, 2 : 83-108.

Clément à paraître

Clément B. - Les couvertures en tuiles de terre cuite en Gaule du Centre-Est, Monogr. Instrumentum, M. Mergoil, Montagnac.

Clément et Michel 1964

Clément C. et Michel F. - Reste einer römischen Ziegelei in Heimberg. Trittspuren von Haustieren in römischen Ziegeln, die in der Umgebung von Thun gefunde worden sind, Jahresb. d. histor. Museums Schloss Thun : 20-30.

Clifford 1955

Clifford E. M. - Stamped tiles found in Gloucestershire, Journ. of Roman Studies, 45 : 68-72.

Cliquet 1987

Cliquet D. - Un atelier de potier du iie s. dans la forêt d’Evreux (Eure), SFECAG, Actes du Congrès de Caen, Marseille : 21-22.

Cliquet 1993

Cliquet D. - L’Eure. 27, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 285 p.

Clist et Doyen 1981

Clist B. et Doyen J.-M. - Treignes (Viroinval, Nr) : thermes romains, Archéologie, 1 : 91-92, 1 Fig.

Coates-Stephens et Parisi 1999

Coates-Stephen R. et Parisi A. - Indagine su un crollo delle Mura Aureliane presso Porta Maggiore, Analecta Romana Instituti Danici, 26 : 86-98.

Cochet 1855

Cochet J.-B. D. (abbé) - La Normandie souterraine, ou notices sur des cimetières romains et des cimetières francs explorés en Normandie, Derache, Paris, XVI + 406 p. (rééd. Montfort/Le Portulan, Brionne, 1970).

Cochet 1874

Cochet J.-B. D. (abbé) - Un four à briques romain dans l’arrondissement de Dieppe, Rev. Arch., : 269-270.

Cochet 1874/75

Cochet J.-B. D. (abbé) - Un four à briques romaines à Incheville et Notre-Dame-d’Aliermont, Bull. Soc. Antiq. Normandie, 7 : 148-151 (= id., Annuaire des cinq départ. de la Normandie, 41 (1875) : 457-459).

Cockle 1981

Cockle H. - Pottery manufactures in Roman Egypt. A new papyrus, Journ. of Roman Studies, 71 : 87-97.

Cognot 1991

Cugnot F. - Saône-et-Loire. Prospections aériennes, BSR, SRA/DRAC Région Bourgogne (1992) : 109-111.

Colardelle 1996

Colardelle M. (dir.) - Typo-chronologie des sépultures du Bas-Empire à la fin du Moyen-Âge dans le Sud-Est de la Gaule, in : H. Galinié et É. Zadora-Rio (dir.), Archéologie du cimetière chrétien, Actes du 2e Coll. ARCHEA (Orléans, 29 sept.- 1er oct. 1994), 11e Suppl. à la RACF, Tours : 271-303.

Collart et Talon 2011

Collart J.-L. et Talon M. - Fouilles et découvertes en Picardie, Éd. Ouest-France/Inrap, Rennes, 144 p.

Colonna 1975

Colonna G. - Tegula bollata da terme di Bacucco, Atti della Acad. Nazionale dei Lincei, XXIX : 4345.

Combier et Conry 1995

Combier J. et Conry R. - La pierre gravée de Lugny (Saône-et-Loire) : représentation d’une scène de chasse attribuée au haut Moyen Âge, RAE, 46 : 155-162.

Comité… 1995

Comité Départemental d’Archéologie du Tarn (Ch. Cambon et al.) - Le Tarn. 81, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 298 p.

Correia, Fernandes et Ruivo 2001

Correia V. H., Fernandes L. d. S. et Ruivo J. S. - Os proprietàrios de oficinas de cerâmica de construção de Conimbriga e de Lusitânia occidental : continuidade e ruptura, in : M. Polfer (dir.), L’artisanat romain : évolutions, continuités et ruptures (Italie et provinces occidentales), Actes 2e Coll. d’Erpeldange (26-28 oct. 2001), Monogr. Instrumentum, 20, M. Mergoil, Montagnac : 151-172.

Corrocher 1981

Corrocher J. - Estampilles sur tuiles gallo-romaines en Bourbonnais, Rev. Arch. Sites, 11 : 37-38.

Corrocher, Piboule et Hilaire 1989

Corrocher J., Piboule M. et Hilaire M. - L’Allier. 03, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris, 216 p.

Couderc et al. 2008

Couderc A. et al. - Suèvres “ Les Sables ” (Loir-et-Cher 41), Rapport de Fouille, Inrap CIF, Pantin, 2 vol., I, 128 p. et Ann. ; II, 85 Fig. et Inv. (consultable au SRA Centre).

Coulon 1973

Coulon G. - Un tuilier gallo-romain découvert à Froyennes, Bull. Soc. Tournaisienne de Paléont. et Préh., 24 : 5-6.

Coulon et Holmgren 1992

Coulon G. et Holmgren J. - L’Indre. 36, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 240 p.

Coulthard 1992

Coulthard N. - Touffréville. La Saussaye, BSR, DRAC/SRA Basse-Normandie, Caen (1993) : 38-40, Fig. 18.

Coulthard 1993

Coulthard N. - Touffréville. La Saussaye, BSR, DRAC/SRA Basse-Normandie, Caen (1994) : 42-43, Fig. 17.

Coulthard 1996

Coulthard N. - Touffréville. La Saussaye, Bilan Scient., DRAC/SRA Basse-Normandie, Caen (1997) : 67-68.

Coulthard 1998

Coulthard N. - Touffréville. La Saussaye, BSR, DRAC/SRA Basse-Normandie, Caen (1999) : 49-51, Fig. 26.

Coulthard 1999a

Coulthard N. - Les activités artisanales gallo-romaines à Touffréville (Calvados, France), et quelques réflexions sur leur importance dans le développement du site, in : Polfer 1999 : 165-183.

Coulthard 1999b

Coulthard N. - Les fours à chaux gallo-romains à Touffréville, in : G. San Juan et J. Maneuvrier (dir.), L’exploitation ancienne des roches dans le Calvados : histoire et archéologie, Caen : 231-238.

Coulthard 1999c

Coulthard N. - La production de terre cuite à l’époque gallo-romaine à Touffréville, in : G. San Juan et J. Maneuvrier (dir.), L’exploitation ancienne des roches dans le Calvados : histoire et archéologie, Caen : 341-352.

Coulthard 1999d

Coulthard N. - Touffréville. La Saussaye, BSR, DRAC/SRA Basse-Normandie, Caen (2000) : 56, Fig. 25.

Coulthard 2000

Coulthard N. - Touffréville. La Saussaye, BSR, DRAC/SRA Basse-Normandie, Caen (2001) : 57-60, Fig. 26-27.

Coupry 1969

Coupry J. - Informations archéologiques. Circonscription d’Aquitaine, Gallia, XXVII, 2 : 343-380.

Coutelas 2012

Coutelas A. - Les méthodes de travail pour l’étude des terres cuites architecturales retrouvées à Cassinomagus (Chassenon, Charente), poster au Congrès SFECAG de Poitiers (17-20 mai), à paraître in Actes, janv. 2013.

Couturier 2011

Couturier D. - Île-de-France, Seine-et-Marne, Meaux, 25, rue Saint-Fiacre, 124, rue du Châage, Rapport final d’opération, Inrap Centre-Ile-de-France. 2 vol. (consultable au SRA Île-de-France).

Cozzo 1936

Cozzo G. - Una industria nella Roma imperiale : la corporazione dei figuli ed i bolli doliari, Mem. dell’Acad. dei Licei, ser. VI, V, 4, Rome.

Cram 1984

Cram L. - Footprint in sands of time, in : C. Grigson et J. Clutton-Brock (dir.), Animals and Archaeology, 4. Husbandry in Europe, BAR Internat. Ser., 227, Oxford.

Cram 1985

Cram L. - Empreintes sur tuiles romaines, Hist. et Arch., Les Dossiers, 90 : 88-96.

Cram et Fulford 1979

Cram L. et Fulford M. - Silchester tile making. The faunal environment, in : Mac Whirr 1979a : 201-210.

Cramatte et Blin 2012

Cramatte C. et Blin S. - Spolia et Potestas, les chantiers de construction du castrum de Mandeure, communic. au colloque “ L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, 3 ” (Dijon, 8-10 nov.), à paraître in : Actes.

Cramatte, Glaus et Mamin 2012

Cramatte C., Glaus M. et Mamin Y. - Une église du 5e siècle dans le castrum de Mandeure (F), Arch. Suisse, 35/1 : 4-15.

Crawford 1921

Crawford O. G. S. - Roman tile kilns at Minety, Wiltshire Arch. Magazine, 41 : 68-72.

Culicǎ 1970

Culicǎ V. - [Briques, tuiles et tuyaux portant l’estampille de la légion XI Claudia, trouvées dans les canabae Aeliae] [en roumain], Pontica, III : 365-377.

Cuomo 1971/72

Cuomo di Caprio N. - Proposta di classificazione delle fornaci per ceramica e laterizi nell’area italiana, Sibrium, X, 1 : 371-464.

Cuomo 1978/79

Cuomo di Caprio N. - Updraught pottery kilns and tile kilns in Italy in pre-Roman and Roman times, Acta Praehistorica et Archaeologica, IX-X : 23-31.

Cuomo 1979

Cuomo di Caprio N. - Pottery and tile kilns in South Italy and Sicily, in : Mac Whirr 1979a : 73-95.

Cuomo 1981

Cuomo di Caprio N. - Rassegna di fornaci per ceramica e laterizi, in : Tecnologia nell’antichità, Rivista di Archeologia, V : 59-81.

Cuomo 1982

Cuomo di Caprio N. - Rassegna di fornaci per ceramica e laterizi, in : Tecnologia nell’antichità, Rivista di Archeologia, VI : 87-108.

Curado 1988

Curado F. P. - Tégula epigrafadade Póvoa do Concelho (Trancoso), Ficheiro Épigráfico, 27 : no 124.

Cvijetić 2009

Cvijetić J. - Opeke sa žigom iz Municipijuma S [en serbe] [Briques avec estampille provenant de Municipium S], Glasnik Srpskog Arheološkog Društva (Belgrade), 25 : 51-63.

Czysz 1985a

Czysz W. - Leben auf dem Lande, in : Die Römer in der Schwaben, Arbeitshefte d. Bayer. Landesamtes f. Denkmalplege, 27 : 163-181.

Czysz 1985b

Czysz W. - Modeltöpfer in der römischen Ziegelei von Westheim bei Augsburg, in : J. Bellot, W. Czysz et G. Krahe (dir.), Forschungen zur provinzialrömischen Archäologie in Bayerisch Schwaben, Augsburg : 147-195.

Czysz 2000/01

Czysz W. - Die spätrömische Topferei und Ziegelei von Rohrbach im Landkreis Aichach-Friedberg. Ausgrabung des Brennofens 1 (1983), Bericht d. Bayer. Bodendenkmalpflege, 41-42 : 129-159.

D

Dardaine et Waton 1986

Dardaine S. et Waton M.-D. - Un four à tuiles du Ier siècle après J.-C. à Saint-Maurice-de-Ventalon (Lozère), RAN, 19 : 337-350.

Dardaine et Waton 1987

Dardaine S. et Waton M.-D. - Nouvelles découvertes de briques et de tuiles de la VIIIe Légion Auguste à Strasbourg, Cah. Alsac. d’Arch., d’Art et d’Hist., 30 : 130-138.

Darvill 1979

Darvill T. C. - A petrological study of LHS and TPF stamped tils from the Cotswold region, in : Mac Whirr 1979a : 309-349.

Darvill 1980

Darvill T. C. - Some small groups of stamped Roman Ceramic tiles from Cotswolds, Glevensis, 14 : 49-57.

Darvill 1982

Darvill T. C. - The ARVERI and TPLF stamped Roman ceramic tiles in the Cotswolds and Severn Valley, Trans. Bristol Gloucestershire Arch. Soc., 100 : 47-63.

Darvill et Mac Whirr 1982

Darvill T. et Mac Whirr A. - Roman Brick Production and the Environment, in : D. Miles (dir.), The Romano-British Countryside : Studies in Rural Settlement and Economy, BAR Brit. Ser., 103, Oxford, vol. 1 : 137-150.

Darvill et Mac Whirr 1984

Darvill T. et Mac Whirr A. - Brick and Tile Production in Roman Britain : Models of Economic Organisation, World Arch., 15, 3 : 239-261.

Daumas et Laudet 1990

Daumas J.-Cl., Laudet R. - [sur l’atelier de La Charce], Archéologie de l’Oule à la Roanne, Archives départementales de la Drôme : 33.

Dausse 1988

Dausse L. - L’atelier de tuilier de l’Alzou, Vivre en Rouergue, Cah. d’Arch. Aveyronnaise, 2 : 98-101.

David et Gonzalez Muro 2011

David M. et Gonzalez Muro X. - “ Opus doliare ” e nuovi bolli laterizi dall’Insula IV, IX di Ostia, in : SFECAG, Actes du Congès d’Arles (2-5 juin), Marseille : 389-396.

Davies 2009

Davies M. - The Evidence of Settlement at Plaxtol in the Late Iron Age and Romano-British periods, Archaeologia Cantiana, 129 : 257-278.

Davoust 1888

Davoust E. - Découverte au Faubourg Saint-Vincent à Orléans, Bull. de la Soc. Arch. et Hist. de l’Orléanais, IX, no 136 : 260-262.

Déchelette 1898

Déchelette J. - Le bélier consacré aux divinités domestiques sur les chenets gaulois, Rev. Arch., XXIII, 1 : 63-81 et 245-262, 31 Fig.

Déchelette 1906

Déchelette J. - Les antéfixes céramiques de fabrique gallo-romaine, Bull. Arch. du Comité des Trav. Hist. : 34-42 et Pl. XXXIII-XXXVI.

De Clercq 2007

De Clercq W. - Figuration et symbolique du chenet dans le monde des vivants et des morts du Nord-Ouest de la Gaule (cir. 250 av. J.-C. - 275 ap. J.-C.). Un aspect particulier de la culture matérielle indigène à travers la romanisation, in : W. Kruta et G. Leman-Délerive (dir.), Feux des morts, foyers des vivants. Les rites et symboles du feu dans les tombes de l’âge du fer et de l’époque romaine, Actes du XXVIIe Coll. Internat. HALMA-IPEL UMR 8164, Rev. du Nord, h. s., 12 (coll. Art et Arch.) : 191-208.

De Filippo 1993

R. De Fillipo - Nouvelle définition de l’enceinte romaine de Toulouse, Gallia, 50, 1993 : 181-204.

De Filippo 1999

De Filippo R. - Aperçus sur l’architecture de brique à Toulouse dans l’Antiquité, in : Bendala, Rico et Roldán 1999 : 235-264.

De Filippo 2004

De Fillipo R. - La brique et les matériaux de construction en terre cuite à l’époque romaine, in : J.-C. Bessac et al., La construction. Les matériaux durs : pierre et terre cuite, Coll. Archéologiques, Errance, Paris : 97-116.

De Filippo et Rico 1997

De Filippo R. et Rico C. - La forme et la marque : la brique à Toulouse au ier siècle de notre ère, in : Mélanges C. Domergue, I, Pallas, 46 : 67

Degbomont 1984

Degbomont J.-M. - Le chauffage par hypocauste dans l’habitat privé, De la Place Saint-Lambert à Liège à l’Aula Palatina de Trèves, 2e éd., Études et Rech. Arch. de l’Univ. de Liège, 17, Liège, 240 p.

Degen 1963

Degen R. - Fabrikmarken römischer Privatziegeleien in der Schweiz, La Suisse Primitive / Ür-Schweiz, XXVII : 33-38.

De Klijn 1994

De Klijn H. - Liaison autoroutière A39 Dôle-Bourg-en-Bresse, BSR, DRAC/SRA Rhône-Alpes, Lyon (1995) : 31-33.

Delacampagne 1990

Delacampagne F. - Le Calvados. 14, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 166 p.

Delage 2001

Delage R. - Les structures de production des ateliers de potiers à Lezoux du ier au ive s., reflets de l’évolution des stratégies commerciales et de l’organisation du travail, in : Polfer 2001 : 117-136.

Delahaye 1997

Delahaye G.-R. - Précisions sur une tuile antique trouvée à Jouarre, Rev. d’Hist. et d’Art de la Brie et du pays de Meaux, 48 : 54.

De Laine 2001

De Laine J. - Bricks and Mortar. Exploring the economies of building techniques at Rome and Ostia, in : D. J. Mattingly et J. Salmon (dir.), Economies beyond agriculture in the classical world, Routledge, Londres/New-York : 230-268.

Delarue 1973/74

Delarue Th. - L’implantation du tuilier à la marque QVA à Hermale-sous-Huy, Bull. Cercle Arch. Hesbaye-Condroz, XIII : 89-92.

Delarue 1978

Delarue Th. - Officine et marques de tuiliers gallo-romains à Hermalle-sous-Huy, in : Annales de la Fédér. des cercles d’Arch. et d’Hist. de Belgique, XLIVe Session (Congrès de Huy, 18-22 août 1976), t. I : 55-59.

Delarue 1983/84

Delarue Th. - Les marques NEH sur “ tegulae ” aux fours de tuiliers de Hermalle-sous-Huy et leur distribution dans la “ civitas Tungrorum ”, Bull. Cercle Arch. Hesbaye-Condroz, XVIII : 133-145. (avec : Delarue Th., Docquier J. et Willems J., Éléments de bibliographie relatifs aux marques NEH, ibid. : 147-151).

Delaume 1984

Delaume H. - Monestier et Chantelle-la-Vieille à l’époque gallo-romaine, Le Pays Gannatois, 63 : 8-9.

Delencre 2010

Delencre F. - Ressources naturelles et romanisation en Bourgogne : étude de la diffusion des nouveaux matérieux de construction chez les peuples gaulois (Éduens et Lingons, 2e s. av. J.-C. – 2e s. ap. J.-C.), Mém. de Master 2 d’Archéosciences et Géoenvir., Univ. de Bourgogne, Dijon, 78 p. (consultable à l’Univ.).

Delencre et Garcia 2011

Delencre F. et Garcia J.-P. - La distribution des tuiles estampillées de la VIIIe légion Augusta autour de Mirebeau-su-Bèze (Côte-d’Or, France), RAE, 60 : 553-562.

Delestre 1982

Delestre X. - Saint-Pierre-aux-Nonnains, une nouvelle datation par l’archéomagnétisme, Les Cahiers Lorrains (juin) : 195-198.

Delmaire 2011

Delmaire R. (dir.) - Le Nord, Bavay. 59/2, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-Lettres, MSH, Paris, 392 p.

Del Marmol 1851/52

Del Marmol - Four d’un tuilier romain à Temploux, Ann. Soc. Arch. de Namur, 2 : 412-415.

Delor 1996a

Delor J.-P. - La technologie dans les ateliers céramiques bourguignons à la période romaine, SFECAG, Actes du Congrès de Dijon, Marseille : 19-23.

Delor 1996b

Delor J.-P. - La technologie dans les ateliers bourguignons, in : M. Joly (dir.), Histoire de pots, les potiers gallo-romains en Bourgogne, Catal. Expos., Musée Arch. de Dijon : 19-36.

Delor 2002

Delor J.-P. - L’Yonne. 89, 2 vol., Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 884 p.

Delor et Devevey-Delor 1996

Delor J.-P. et Devevey-Delor A. - L’atelier gallo-romain de Montgomery. Un centre de production de céramique commune à Bussy-le-Repos, Coll. “ Terre d’Histoire ”, Les Amis du Vieux Villeneuve, Soc. d’Hist. et d’Arch. du Canton de Villeneuve-sur-Yonne, CRRAB/CG89, Villeneuve-sur-Yonne, 56 p.

Delplace 1978

Delplace Ch. - Les potiers dans la société et dans l’économie de l’Italie et de la Gaule au ier siècle av. et au ier siècle ap. J.-C., Ktema, 3 : 55-76.

Delrieu et Desloges 2007

Delrieu F. et Desloges J. - ArchéOrne. 250 ans d’archéologie dans l’Orne, Catal. Expos., Cah. du Temps/SRA Basse-Normandie, 144 p.

De Maeyer 1940/79

De Maeyer R. - De overblijfselen der romeinse villa’s in België. De archeologische inventaris, I, Antwerpen’s-Gravenhagen ; II, Acta Archaeol. Lovaniensia, 18 : 34-143.

Deman 1912

Deman E. B. (von) - Methods of Determining the Date of Roman Concrete Monuments (Second Paper), Amer. Journ. of Arch., XVI : 387-432.

De Marchi 1997

De Marchi C. - Bolli laterizi : domini, conductores, officinatores, in : F. Filippi (dir.), Alba Pompeia. Archeologia della città dalla fondazione alla tarda antichità, Alba : 540-548.

Demarez 1972

Demarez L. - Sirault : four de tuilier, Archéologie (Belgique), 1 : 19.

De Maria 1978

De Maria S. - Marzabotto, Atti della Academia nazionale dei Lincei, Notizie degli scavi di antichità, XXXII (1979) : 76-91.

Demarolle 1999

Demarolle J.-M. - L’artisanat dans les campagnes de la Lorraine antique : d’un bilan général prématuré à l’étude du travail de la pierre, in : Polfer 1999 : 253-271.

Demarolle et al. 2003

Demarolle J.-M., Loridant F., Luik M. et Polfer M. - La production artisanale non-alimentaire en milieu rural dans la province romaine de Gaule Belgique : bilan intermédiaire d’une recherche en cours, in : Lepetz et Matterne 2003 : 109-127.

Demians 1973

Demians d’Archimbaud G. - L’habitation rurale en Provence médiévale. Techniques de construction et d’aménagement d’après les fouilles récentes, in : La construction au Moyen Âge, Histoire et Archéologie, Actes du Colloque (Besançon, 1972) : 59-110.

Denajar 2005

Denajar L. - L’Aube. 10, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 701 p.

Depeyrot 1974

Depeyrot G. - MARINUS LEGITUMUS, briquetier et tuilier gallo-romain du Quercy, Bull. de la Soc. des Études du Lot, XCV : 63-71.

De Poorter 1986

De Poorter A. - Stempels opbouwmaterialen (in gebakken aarde) in België en te Bavay in Gallo-Romeinse tijd, Mém. de Licence, KUL, Leuven (consultable à l’Univ.).

De Poorter et claeys 1989

De Poorter A. et Claeys P.-J. - [Les sigles sur matériaux de construction romains en terre cuite en Belgique] [en flamand], Acta Archaeol. Lovaniensia, Monogr. 1, Leuven, 300 p., LXXVI Pls.

De Poorter et Claeys 2002

De Poorter A et Claeys P. J. - Matériaux de construction en terre cuite : données métrologiques, in : P. Van Ossel et A. Defgnée (dir.), Champion, Hamois. Une villa romaine chez les Condruses, Ét. et Doc. Arch., 7, Liège : 249-252.

Derœux 1985

Derœux D. - Terres cuites architecturales au Moyen Âge, Actes Colloque (Saint-Omer, 7-9 juin 1985), Mém. de la Commission départementale d’Hist. et d’Arch. du Pas-de-Calais, XXII, 364 p.

Deru 2002

Deru X. - L’artisanat à Reims à la période gallo-romaine. Analyse topographique, in : Béal et Goyon 2002 : 131-138.

De Sanctis 2006

De Sanctis L. - Resti di fornace romana lungo la Flaminia nei presso di Fano, Picus, 26 : 350-356.

Desaye 1959

Desaye H. - Découverte à Vercheny (Drôme) d’une tuile funéraire à scène de chasse, Cah. Rhodaniens, VI : 82-89.

Desbat 1984

Desbat A. - Les fouilles de la rue des Farges à Lyon, 1974-1980, Lyon.

Desbat 1992

Desbat A. - Notes sur l’apparition des constructions à arase de briques dans la région lyonnaise, Gallia, 49 : 45-50.

Desbat 1993

Desbat A. - Lezoux. Inventaire et cartographie des ateliers de potiers, BSR, DRAC/SRA Auvergne, Clermont-Ferrand (1995) : 75-76.

Desbat 2003

Desbat A. - Les tuiles en céramique, in : M. Poux et H. Savay-Guerraz (dir.), Lyon avant Lugdunum, inFolio, Gollion : 136-137.

Desbat 2010

Desbat A. - L’artisanat antique à Lyon, in : Chardron-Picault 2010 : 55-74.

Desbat 2011a

Desbat A. - La céramique romaine en Gaule et en Occident, in : A. D’Anna et al., La céramique. La poterie du Néolithique aux Temps modernes, coll. “ Archéologiques ”, Errance, Paris, rééd. : 131-208.

Desbat 2011b

Desbat A. - La datation de l’aqueduc du Gier à Lyon : état d’une question controversée, RAE, 60 : 173-187.

Desbat et al. 1997

Desbat A., Ferdière A., Bet Ph. et Brulet Ph.- Prospections et inventaire des ateliers de potiers de Lezoux (Puy-de-Dôme), Rei Cretariae Romanae Fautores, Acta 35 (1996), Abingdon : 143-149.

Desbordes et al. 1968

Desbordes J.-M. et alii - Informations archéologiques. Fouilles et trouvailles, Bull. du Group. Arch. Seine-et-Marne, IX : 91-148.

Desbordes 1981

Desbordes M. - Informations archéologiques, Circonscription du Limousin, Gallia, 39, 2 : 457-471.

Descemet 1880

Descemet Ch. - Inscriptions doliaires latines. Marques de briques relatives à une partie de la gens Domitia, Biblioth. Éc. Franç. d’Ath. et de Rome, 15, E. Thorin, Paris, 224 p.

Deschler-Erb 2012

Deschler-Erb E. - Tonrerarbeitung / Les métiers de l’argile ; Die ländliche Besiedlung / Les établissements ruraux, in : H. Amrein et alii - Das römerzeitliche Handwerk in der Schweitz. Bestandsaufnahme und erste Synthesen / L’artisanat en Suisse à l’époque romaine. Recensement et premières synthèses, SAGW/ASSH, Monogr. Instrumentum, 40, M. Mergoil, Montagnac : 29-48 ; 199-204.

Desnoyers 1983

Desnoyers M. - Nouvelles recherches sur les aqueducs de Néris-les-Bains, in : J.-P. Boucher (dir.), Actes des Journées d’études sur les aqueducs romains (Lyon, 26-28 mai 1977), coll. Ét. Anc., Les Belles-Lettres, Paris : 75-80.

Detsicas 1967

Detsicas A. P. - Excavations at Eccles, Kent, 1966, Archaeol. Cantiana, 82 : 162-178.

Devauges 1981

Devauges J.-B. - Informations archéologiques, Circonscription de Bourgogne, Gallia, 39, 2 : 419-443.

Dias 1999

Dias L. - Arquitectura com tijolo em Tongobriga : estudo dos materiais das termas e dos aparelhos dos muros, in : Bendala, Rico et Roldán 1999 : 277-290.

Dias et Soares 1988/89

Dias M. M. A. et Soares A. M. M. - Os lateres “ ex of(ficina) Vincinti ”, O Arqueólogo Português, sér. IV, 6/7 : 263-269.

Digeste

Iustiniani Digesta, in : Corpus Iuris Civilis, éd. Th. Mommsen, P. Krüger, R. Schöll et G. Kroll, 3 vol. 1, 2e partie, Berlin, 1872/95, 873 p. ; rééd. Digesta, rev. par W. Kungel, Dublin/Zürich, 1968.

Di Giuseppe 2010

Di Giuseppe H. - Produrre in villa. Complessi artigianali di epoca imperiale nella Lucania nord-orientale, in : Rei Cretariae Romanae Fautores, Acta 41 (Cadix, 2008), Bonn, 2010 : 173-180.

D’incà et al. 2008

D’Incà et alii - Loron-Lorun, Parenzo-Poreč, Istria. Una villa Maritima nell’Agro Parentino : la campagna di ricercha 2007, Histria Antiqua, 16 : 147-160.

Dix ans… 1980

Dix ans de recherches en Pays de France, Jeunesse Préh. et Géol. de France, Catal. d’Expos.

Docquier, Willems et Delarue 1983/84

Docquier J., Willems J. et Delarue T. - [s/ estampille NEH sur tuiles], Bull. Cercle Arch. Hesbaye-Condroz, 18 : 119-151.

Docquier et al. 1987/88

Docquier J., Bit R., Ligot A., Delhamende G. et Beaujean R. - Contribution à l’étude de l’éventuel atelier de tuiliers gallo-romain d’Amay, Bull. du Cercle Arch. Hesbaye-Condroz, XX : 13-25.

Dodge 1987

Dodge H. - Brick construction in Roman Greece and Asia Minor, in : Roman Architecture in the Greek World, Londres : 106-119.

Dodig 2007

Dodig R. - [Estampilles militaires romaines sur tuiles provenant de Ljubuški] [en croate], Opuscula Arch. (Zagreb), 31 : 143-163.

Dolata 1989/91

Dolata J. - Kritische Neuaufnahme römischer Ziegelstempel aus Mainz und Rheinhessen, Denkmalpflege in Rheinland-Pfalz, 44-46 : 343-345.

Dolata 1994

Dolata J. - Ziegelstempel der legio XXII Primigenia Antoniniana, Abschlussarbeit zur Erlangung des Grades eines Magister Artium, Frankfurt (consultable à l’Univ.).

Dolata 1997/2001

Dolata J. - Inventarisation und Forschung zu archäologischem Quellenmaterial : Römische Ziegelstempel aus Mainz - Erreichtes und Perspektiven, Denkmalpflege in Rheinland-Pfalz, 52-56 : 488-494.

Dolata 1998a

Dolata J. - Kommandostruktur einer Vexillation von Ziegelstreichern, Saalburg Jahrb., 19 : 93-111.

Dolata 1998b

Dolata J. - Archäologische und archäometrische Untersuchungen an römischer Baukeramik und Ziegelstempeln, in : A. Hauptmann (dir.), Archäometrie und Denkmalpflege, Kurzberichte, 1998, Bochum : 93-95.

Dolata 1999

Dolata J. - Keine Hersziegelei der Legio XIV Gemina in Hockenheim. Revision eines Ziegelstempelfundes von 1894, Mannheimer Geschichtblätter, NF, 6 : 287-296.

Dolata 2000a

Dolata J. - Römische Ziegelstempel aus Mainz und dem nördlichen Obergermanien. Archäologische und archäometrische Untersuchungen zu chronologischem und baugeschichtlichem Quellenmaterial, Inauguraldissertation zur Erlangung des Grades Doktor der Philosophie, Diss. Univ. Frankfurt, (thèse inédite) (consultable à l’Univ.).

Dolata 2000b

Dolata J. - Ein Wochengötterziegel der Mainzer Legionen. Mainz, Vierteljahreshefte für Kultur, Wirtschaft, Geschichte, 20, H. 1 : 124.

Dolata 2000c

Dolata J. - Ein römisches Ziegeldach mit gestempelten Ziegeln in Oppenheim. Geochemische Referenz und Typengliederung von Ziegelstempeln der legio IIII Macedonica, Oppenheimer Hefte, 22 : 40-53.

Dolata 2001a

Dolata J. - Römische Ziegelstempel der sogenannten Flörsheimer Gruppe, in : Archäologische und archivalische Untersuchungen zur spätantiken Straßenstation am Wickerbach in Flörsheim und deren Ziegeldach, Flörsheimer Geschichtshefte, 3 : 4-7.

Dolata 2001b

Dolata J. - Die spätantike Heeresziegelei von Worms. Ein Beitrag zur Geschichte der legio XXII Primigenia aufgrund ihrer Ziegelstempel, Wormsgau, 20 : 43-77.

Dolata 2001c

Dolata J. - Gestempelte Ziegel als Referenzmaterial für Rheinzabern und Worms, in : Beitrag zu U. Ehmig, Die Amphoren vom Kastell Kleiner Feldberg, Saalburg-Jahrbuch, 51 : 37-78.

Dolata 2001d

Dolata J. - Römische Ziegelstempel aus Mainz und dem nördlichen Obergermanien. Dissertationsanzeige, Archäologisches Nachrichtenblatt, 6, H.3 : 277-279.

Dolata 2002a

Dolata J. - Forschung zu archäologischem Quellenmaterial : Römische Ziegelstempel aus Mainz, in : Initiative Römisches Mainz e.V. (dir.), Römer in Mainz - Aktuelle Fundberichte, Mainz ; http://www.roemisches-mainz.de/mainz/fundberichte/ziegelstempel.html

Dolata 2002b

Dolata J. - Zum Fund eines spätantiken Militärziegelstempels in einer römischen Villa in Weinsheim, Kreis Bad Kreuznach, Archäologie in Rheinland-Pfalz : 107-109.

Dolata 2004

Dolata J. - Eine sehr große Dachplatte mit Stempel der 30. Legion in Mainz. Zu Abmessungen von Dachziegeln des 1. bis 4. Jahrhunderts am nördlichen Oberrhein, Archäologisches Korrespondenzblatt, 34 : 519-529.

Dolata 2007

Dolata J. - Tonrohre und Ziegelstempel : baugeschichtliches Fundmaterial zur Wasserversorgung des römischen Mainz, in : Chr. Ohlig (dir.), Von der cura aquarum bis zur EU - Wasserrahmenrichtlinie, Fünf Jahre DWhG. Schriften der Deutschen Wasserhistorischen Gesellschaft, 11, Siegburg : 87-108.

Dolata 2008a

Dolata J. - Die Römer und ihre Ziegel, Bundesverband der Deutschen Ziegelindustie e. V., Bonn.

Dolata 2008b

Dolata J. - CVSTOS CASTELLI FIGLINARVM, Mainzer Zeitschr., 1 : 67-72.

Dolata 2008c

Dolata J. - Gestempelte Ziegel aus der Baugrube am Ballplatz, in : Beitrag zu I. Huld-Zetsche, Der Mithraskult in Mainz und das Mithräum am Ballplatz, Mainzer Archäologische Schriften, 7, Mainz : 15-18.

Dolata 2008d

Dolata J. - Bibliographie Römische Baukeramik und Ziegelstempel. Jahresverzeichnis einschlägiger Abhandlungen über römische Baukeramik, speziell Ziegelstempel und Nachweisung von Materialvorlagen. 1. Ausgabe : Stand Januar 2008, Mainz / Bechtolshei.

Dolata 2008e

Dolata J. - Die Römer und ihre Ziegel. Jahresschrift 2008 des Bundesverbandes der Deutschen Ziegelindustrie, Bonn.

Dolata, Bartel et Mucha 2003

Dolata J., Bartel H.-G., Mucha H.-J. - Statistische Untersuchung zur Aufklärung der Binnenstruktur römischer Ziegelproduktion von Frankfurt-Nied, in : O. Hahn, Chr. Goedicke, R. Fuchs, I. Horn (dir.), Archäometrie und Denkmalpflege. Kurzberichte 2003, Berlin : 40-42.

Dolata, Bartel et Mucha 2006

Dolata J., Bartel H.-G. et Mucha H.-J. - Provenienz von Ziegeln aus dem römischen Theater in Mainz : Archäologische Bewertung von clusteranalytischen Resultaten, in : O. Hahn et H. Stege (dir.), Archäometrie und Denkmalpflege. Kurzberichte 2006, Stuttgart : 150-152.

Dolata, Bartel et Mucha 2007

Dolata J., Bartel H.-G. et Mucha H.-J. - Archäologisch-historische Auswertung älterer und neuerer Materialanalysen oberrheinischer Ziegel : Zusammenschau der Messungen verschiedener Arbeitsgruppen anläßlich der Ziegelstempelvorlage von Oedenburg bei Biesheim im Oberelsass, in : S. Klein et St. Laue (dir.), Archäometrie und Denkmalpflege. Kurzberichte 2007, Potsdam : 86-88.

Dolata, Bartel et Mucha 2007

Dolata J., Mucha H.-J. et Bartel H.-G. - Uncovering the Internal Structure of the Roman Brick and Tile Making in Frankfurt-Nied by Cluster Validation, in : Decker R. et Lenz H.-J. (dir.), Advances in Data Analysis. Studies in Classification, Data Analysis, and Knowledge Organization, Proceedings of the 30th Annual Conference of the Gesellschaft für Klassifikation, Freie Universität Berlin (8-10 mars 2006), Berlin / Heidelberg / New York : 663-670.

Dolata et Werr 1998/99

Dolata J. et Werr U. - Wie gleich ist derselbe? Homogenität eines römischen Ziegels und Aussagegrenzen geochemischer Analytik aufgrund von Messtechnik und Materialvarietät. Ein Beitrag zur Qualitätssicherung archäometrscher Arbeiten, Mainzer Arch. Zeitschr., 5/6 : 129-147.

Dondin-Payre 1994

Dondin-Payre M. - Les Carnutes et Lyon : à propos d’une tuile du Musée archéologique de Blois, in : Le Bohec Y. (dir.), L’Afrique, la Gaule, la religion à l’époque romaine. Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay, Bruxelles (coll. Latomus, 226) : 424-440.

Donié 2002

Donié S. - Ein römische Ziegelbrennofen und frühmittelalterliche Siedlungsspuren bei Rehlingen, Gemeinde Nittel, Kreis Trier-Saarburg, Trierer Zeitschift, 65 : 99-120.

Doyen 1978

Doyen J.-M. - La marque TRAVCPSB et sa distribution en Belgique, in : Publication du Club archéologique Amphora : 3-14.

Drâmbărean 1997

Drâmbărean M. – [Inscriptions sur céramique découvertes à Partoş] [en roumain] (rés. en fr.), Apulum, 34 : 197-200.

Dreier 1999

Dreier Ch. - Zwei spätantike Neufunde aus Riegela. K., Kr. Emmendingen. Hinweise auf einen Militärposten ?, Fundb. aus Baden-Württemberg, 23 : 253-259.

Dressel 1886

Dressel H. - Untersuchungen über die Ziegelstempel der Gens Domitia, Berlin.

Drexel 1910

Drexel F. - Das Kastell Stockstadt, in : O. von Sarnew et E. Fabricius (dir.), Der Obergermanisch-Raetische Limes des Römerreiches, von Otto Petters, Heidelberg : 29-31, Pl. I-VI.

Drexhage 1994

Drexhage H.-J. - Einige Bemerkungen zur Ziegelproduktion und den Ziegelproduzenten im römischen Ägypten (1.-3. Jh. n. Ch.), in : R. Günther et S. Rebenich (dir.), E fontibus haurire. Beitr. zur römischen Geschichte und zu ihren Hilfswissenschaften, Studien zur Geschichte und Kultur des Altertums, N. F., 1, Reihe Bd. 8, Padeborn/Munich/ Vienne/Zürich : 263-272.

Driard 2011

Driard C. - Les établissements littoraux de la province romaine de Lyonnaise. Contribution à l’étude de l’habitat dispersé et de l’exploitation des ressources maritimes sur les côtes de l’Atlantique et de la Manche dans l’Antiquité, Thèse de Doctorat, Univ. F. Rabelais de Tours, 3 vol., 714 p., 102 pls., inédit (consultable à l’Univ.).

Driard et al. à paraître

Driard C., Noël L., Berthon A.-A., Jaffrot E., Leroy B., Mauduit C. et Talluault O. - 27, rue du Gâtinais, Saint-Valérien (89), Rapport final d’opération archéologique (fouille préventive), EVEHA, SRA de Bourgogne, 3 vol. (1 - résultats scientifiques ; 2 - illustrations ; 3 - inventaires) (à paraître 2011) (consultable au SRA Bourgogne.

Drîmbǎrean et Rustoiu 2003

Drîmbǎrean M. et Rustoiu G. T. - O villa suburbana de la Apulum [en roumain], Sargetia, 31 : 241-251.

Drwila 1996

Drwila G. - Les Ronces. Villiers-Adam (95), Rapport de Diagnostic arch., SRA Île-de-France, Saint-Denis (consultable au SRA).

Dubois et al.

Dubois J. et al. - Essai sur l’analyse chronologique et la périodiation des formes des rebords de tegulae, Lemouzi, 197 81-92.

Ducasse 1973

Ducasse B. - Notes sur Libourne antique et gallo-romain, Rev. Hist. et Arch. Libourne, XLI : 3-8, 81-93, 121-152.

Ducasse 1974/75

Ducasse B. -Fouilles de sauvetage dans le sol libournais. Chantier de l’ancienne prison, Rev. Hist. et Arch. Libourne, XLII :146-160 ; XLIII : 3-10.

Ducasse 1976

Ducasse B. - Note pour un inventaire régional des marques sur tuiles et briques gallo-romaines, Rev. Hist. et Arch. Libournais, XLIV, no 161 (3e trim.) : 89-104.

Duclos et al. à paraître

Duclos C., Jeanne L., Paez-Rezende L., Bocquet A., Coutard S. et Savary X. - La production de terres cuites architecturales antiques dans le nord du territoire des Unelles. L’exemple des ateliers du « Pas-du-Vivray » à Teurthéville-Bocage et du “ Douetty ” à Brillevast, à paraître in : Rev. Arch. de l’Ouest.

Dufaÿ 1999

Dufaÿ B. - Les potiers, la terre et le terroir, in : SFECAG, Actes du Congrès de Fribourg, Marseille : 261-278.

Dumasy, Dieudonné-Glad et Laüt 2010

Dumasy F., Dieudonné-Glad N. et Laüt L. - Travail de la terre, travail du fer. L’espace rural antique autour d’Argentomagus (Saint-Marcel, Indre), Ausonius éd., Mém. 23, Bordeaux, 525 p.

Dumoulin 1997

Dumoulin F. - Les moules à sigillée découverts à Feurs (Loire), SFECAG, Actes du Congrès du Mans, Marseille : 495-502.

Dupraz et Fraisse 2001

Dupraz J. et Fraisse Ch. - L’Ardèche. 07, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 496 p.

Duran Cabello 1999

Duran Cabello R.-M. - El uso del ladrillo en la arquitectura de Augusta Emerita, in : Bendala, Rico et Roldán 1999 : 205-220.

Durand 2007

Durand B. - Étude d’une vaste fosse de l’atelier de Dourbie à Aspiran (Hérault) comblée à l’époque augustéenne, in : SFECAG, Actes du Congrès de Langres, Marseille : 429-443.

Dussot 1989

Dussot D. - La Creuse. 23, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris, 205 p.

Duvauchelle 2010

Duvauchelle A. - L’artisanat dans les villes romaines de Suisse, in : Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain, Actes Colloque Internat. (Autun, 20-22 sept. 2007), 28e Suppl. à la RAE, Dijon : 47-54.

Džin 2011

Džin K. - Istraženost keramičarskih i opekarskih peći u Istri / The state of research on ceramic an brick kilns in Istria, in : G. Lipovac Vrkljan, I. Radić Rossi et B. Šiljeg (dir.), Rimske keramičarske i staklarske radionice. Proizvodnja i trgovina na jadranskom prostoru / Officine per la produzione de ceramica e vetro in epoca romana. Produzione e commercio nella regione adriatica. Zbornik I. međunarodnog arheološkog kolokvija (Crikvenica, 23-24 listopada 2008) / Atti del I Colloquio archeologico internazionale (Crikvenica (Croazia), 23-24 oct. 2008), Crikvenica : 65-74.

E

Ebert 1934

Ebert F. - Tegula, in : A. Pauly et G. Wissowa (dir.), Real-Encyclopädie des klassischen Altertums-Wissenschaft, Stuttgart, vol. V.A-1 : col. 120-123 ; rééd. 1972, XII, 1 : col. 894-904.

Ebner 1997

Ebner D. - Die spätrömische Töpferei und Ziegelei von Friedberg-Stätzling. Lkr. Aichach-Friedberg, Bayer. Vorgeschichtblätter, V, 62 : 115-219.

Ebnöther 1995

Ebnöther Ch. - Der römische Gutshof in Dietikon, Monogr. Kantonsarch. Zürich, 25, Egg, Zürich, 437 p.

Ebnöther et Schucany 1998

Ebnöther C. et Schucany C. - Vindonissa und sein Umland. Die Vici und die ländliche Besiedlung, Jahresb. d. Gesellschaft Pro Vindonissa : 67-97.

Eckardt 1962

Eckardt L. - Zwei römische Ziegelöfen am oberösterreichen Inn, Jahrb. Oberöster. Musealvereines (Linz), 107 : 107-115.

Édit du Maximum

Edictum Diocletiani et collegarum de pretiis rerum venalium, texte établi, trad. et public., M. Giacchero, Gênes, 1974, 2 vol. [et voir Graser 1940]

Egger 1969

Egger R. - Ein Ziegelstempel des norischen Limes, Trierer Zeitschr., XXXII : 233-238.

Eiden 1976

Eiden H. - Die römerzeitlichen Gutshöfe von Schuld an der Ahr und Winningen bei Koblenz, in : H. Eiden (dir.), Zehn Jahre Ausgrabungen an Mittelrhein und Mosel. Einführung - Fundplätze - Funde, Staatl. Amt für Vor- und Frühgesch., Coblence : 53-58.

Elliot 1991

Elliot W. - Animal footprints in Roman bricks from Newstead, Proc. of the Soc. of Antiquaries of Scotland, 121 : 223-226.

Erim et Reynolds 1973

Erim K. T. et Reynolds J. - The Aphrodisias copy of Diocletian’s Price Edict, Journ. of Roman Studies, 63 : 99-110.

Eschbach et Castella 1995

Eschbach F. et Castella D. - L’atelier de tuilier d’Avenches “ En Chaplix ”, Bull. Assoc. Pro Aventico, 37 (1996) : 143-188.

Escoffon 2011

Escoffon P. - Ville et campagne de Fréjus romain. La fouille préventive de “ Villa Romana ”, Bibl. d’Arch. Médit. et Afric., 8, Errance/Centre C. Jullian, Paris/Aix, 306 p.

Étienne, Fabre et Lévêque 1976

Étienne R., Fabre G. et Lévêque P. et M. - Fouilles de Conimbriga, vol. II - Épigraphie et sculpture, De Boccard, Paris, 274 p.

Étienne 1962

Étienne R. - Bordeaux antique (Histoire de Bordeaux, I), Fédér. Hist. du Sud-Ouest, Bordeaux, 386 p.

Étienne et Mayet 1994

Étienne R. et Mayet F. - Briques de Bélo. Relations entre la Maurétanie Tingitane et la Bétique au Bas-Empire, Mél. de la Casa de Velàzquez, 7 : 59-69.

F

Fabrié 1989

Fabrié D. - La Lozère. 48, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.- L., Paris, 144 p.

Facchini et Marini 2008

Facchini G. M. et Marini C. - Ricerche archeologiche ed epigrafiche nel Medio Polesine : i dati dei rinvenimenti di materiale laterizio negli scavi dell’università degli Studi di Verona a Villadose, Quad. de Arch. del Veneto, 24 : 125-134.

Faulon 1995

Faulon M.-N. - Inventaire des ateliers de potiers gallo-romains de l’Ouest de la France, Doss. du Centre Rég. d’Arch. d’Alet, 23 : 45-54.

Faure-Brac 2006

Faure-Brac O. - Le Rhône. 69/1, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 611 p.

Fawn 1983

Fawn A. J. - Roman tile kilns site at Lexden Lodge Farm, Colchester Archaeol. Group Annual Bull., 26 : 36.

Federhofer 2007

Federhofer E. - Der Ziegelbrennofen von Essenbach, Lkr. Ladshut und römische Ziegelöfen in Raetien und Noricum, Untersuchungen zu Befunden und Funden, zum Produktionsablauf und zur Typologie, Passauer Universitätsschriften z. Arch., 11, M. Leidorf, Rahden, 239 p., 26 Pl.

Fédière 1980a

Fédière G. - Marques sur tuiles et sur briques d’époque romaine en Roussillon, in : Ruscino, I, 7e Suppl. à la RAN : 327-335.

Fédière 1980b

Fédière G. - Tuiles et briques romaines estampillées de la Drôme, Le Pays Tricastin (Soc. des Amis de l’abbé Boisse), 6 : 5-29.

Fédière 1981

Fédière G. - Tuiles et briques romaines estampillées de Fréjus et de sa proche région, Annales du Sud-Est Varois, VI : 7-20.

Fédière 2001

Fédière G. - Les estampilles sur Tegulae de l’atelier de Sallèles d’Aude, in : F. Laubeinheimer (dir, 20 ans de recherches à Sallèles d’Aude, Série Amphores, Presses Univ. Franc-Comtoises, Besançon, diff. Les Belles Lettres, Paris : 25-32.

Fédière 2004

Fédière G. - Estampilles et autres empreintes sur matériaux de construction en terre cuite, in : M. er R. Sabrié (dir.) - Le Clos de la Lombarde à Narbonne. Espaces publics et privés du secteur nord-est, Sér. Arch. et Hist. Romaine, 12, M. Mergoil, Montagnac : 241-259.

Fédière et Fédière 2005

Fédière G. et Fédière P. - Marques et autres empreintes sur matériaux de construction en terre cuite du Roussillon (Antiquité romaine), in : M. Martzluff (dir.), Roches ornées, roches dressées, Colloque en hommage à J. Abélanet (Perpignan, 24-25 mai 2001), Presses Univ., Perpignan : 393-415.

Fédière et Rouquette 1989

Fédière G. et Rouquette D. - Marques sur matériaux de terre cuite, estampilles sur amphores et céramiques décorées du site de la Cougourlude à Lattes (Hérault), Arch. en Languedoc, 14, 1989 : 113-119.

Fellmann 2004

Fellmann R. - La légion I Martia, une légion du Bas-Empire, in : L’armée romaine de Dioclétien à Valentinien Ier, Actes Congrès (Lyon, 12-14 sept. 2002), Lyon : 201-209.

Ferdière 1975a

Ferdière A. - Les ateliers de potiers gallo-romain de la Région Centre, RACF, XIV, 1-2 (53-54) : 85-112.

Ferdière 1975b

Ferdière A. - Les fouilles de l’atelier de poterie gallo-romain de “ Châtillon ”, commune de Vrigny (Loiret), L’ensemble des fours 2 et 3 (campagne 1969-1972), Bull. Soc. Arch. et Hist. Orléanais, N.S., IV (1973/74), no 45 : 289-321.

Ferdière 1988a

Ferdière A. - Voyages à travers les campagnes de la Gaule romaine - IV, RACF, 27, 2 : 227-233.

Ferdière 1988b

Ferdière A. - Les dauphins en terre cuite de Briou “ Moncelon ” (Loir-et-Cher) : éléments de faîtage d’un édifice cultuel gallo-romain ?, RACF, 27, 1 : 115-122.

Ferdière 1988c

Ferdière A. - Les campagnes de la Gaule romaine, 2 vol., Coll. Hespérides, Errance, Paris, 301+284 p.

Ferdière 1999

Ferdière A. - L’artisanat gallo-romain entre ville et campagne (histoire et archéologie) : position historique du problème méthodologie, historiographie, in : Polfer 1999 : 9-24.

Ferdière 2001

Ferdière A. - La “ distance critique ” : artisans et artisanat dans l’Antiquité romaine et en particulier en Gaule, Les Petits Cahiers d’Anatole (publ. en ligne de l’UMR Archéologie et Territoires), 1, 07/02/2001 (http://citeres.univ-tours.fr/doc/lat/pecada/F2_ 1.pdf).

Ferdière 2003

Ferdière A. - La place du domaine foncier dans la production artisanale destinée au marché, in : Lepetz et Matterne 2003 : 263-279.

Ferdière 2005a

Ferdière A. - L’artisanat en Gaule romaine, in : SFECAG, Congrès de Blois (5-8 mai 2005), Marseille : 7-14.

Ferdière 2005b

Ferdière A. - Les Gaules - iie s. av. J.-C. - ve s. ap. J.-C., coll. U-Histoire, Armand Colin, Paris, 447 p.

Ferdière 2006/07

Ferdière A. - La place de l’artisanat en Gaule romaine du Centre, Nord-Ouest et Centre-Ouest (province de Lyonnaise et cités d’Aquitaine septentrionale), RACF, 45-46, en ligne : http://racf.revues.org

Ferdière 2007

Ferdière A. - Des maîtres de domaines investissent dans la manufacture : fundus et production artisanale (communication à la Table Ronde “ Le Maître du Domaine ”, Lyon, MOM, 15 oct. 2004), Bull. AGER, 17 : 9-18.

Ferdière 2008a

Ferdière A. - Base documentaire sur les artisanats gallo-romains en Lyonnaise et dans les cités du nord et de l’est de l’Aquitaine : Corpus de données. Présentation, RACF, 47, en ligne : http://racf.revues.org, av. Corpus en lien.

Ferdière 2008b

Ferdière A. - La place de l’artisanat en Gaule romaine du Centre, Nord-Ouest et Centre-Ouest (province de Lyonnaise et cités d’Aquitaine septentrionale), in : Handwerk und Gesselschaft in den römischen Provinzen, Acctes Congrès Internat. CRAFTS (Zürich, 1-3 mars 2007), Zeitschrift für Schweizerischer Archäologie und Kunstgeschichte, 65, 1-2, 2008 : 43-46.

Ferdière 2011a

Ferdière A. - Corpus des textes littéraires et épigraphiques antiques et du Haut Moyen Âge concernant Javols-Anderitum et la cité des Gabales : révision historique critique, in : Trintignac, Marot et Ferdière 2011 : 403-447 (Ann. 6).

Ferdière 2011b

Ferdière A. - La Gaule Lyonnaise, Picard, Paris, 168 p.

Ferdière à paraître

Ferdière A. - L’Artisanat en Gaule romaine : organisation et place, communication à la Table Ronde “ L’Artisanat grec. Approches méthodologiques et perspectives ”, École Franç. d’Athènes/HALMA ((Athènes, 5-6 oct. 2007), à paraître, Lille.

Ferdière et al. 2010

Ferdière A., Gandini C., Nouvel P. et Collart J.-L. - Les grandes villae “ à pavillons multiples alignés ” dans les provinces des Gaules et des germanies : répartition, origine et fonctions, RAE, 59 : 357-446.

Ferdière, Guillemard et Lanos 2012

Ferdière A., Guillemard Th. et Lanos Ph. - Un atelier de potiers-tuiliers de la fin du Haut-Empire en Forêt d’Orléans : Vrigny “ Châtillon ”, Loiret (fouilles 1969-1973), in : A. Ferdière (dir.), Deux ateliers de potiers de la Loire Moyenne, Suppl. RACF, Tours : 9-143.

Ferdière et Jaffrot 2012

Ferdière A. et Jaffrot É. - Quelques terres cuites architecturales particulières en Gaule centrale, communic. au Colloque “ Actualité de la recherche sur les mobiliers non céramiques de l’Antiquité et du haut Moyen Âge ”, Rencontres Instrumentum (Lyon, 18-19 oct. 2012), à paraître in : Actes.

Ferdière et Rialland 1994

Ferdière A. et Rialland Y. (dir.) - La prospection archéologique systématique sur le tracé de l’autoroute A.71 (section Bourges - sud du Cher) - 1ère partie, RACF, 33 : 7-86.

Fernández Ochoa et al. 1999

Fernández Ochoa C., Morillo Cerdan A., Zarzalejos Prieto M. - Material latericio en las termas romanas de Hispania, in : Bendala, Rico et Roldán 1999 : 291-305.

Fernández Ochoa et Zarzalejos 1996

Fernández Ochoa C. et Zarzalejos M. - Técnicas constructivas de las termas romanas de Campo Valdés (Gijón) : el material latricio, Archivo Esp. de Arqueol., 66 : 109-118.

Ferrette 2009

Ferrette R. - La villa des Alleux à Taden dans les Côtes d’Armor. Aperçus de l’évolution d’un établissement rural de la cité des Coriosolites, in : Aremorica, Études sur l’ouest de la Gaule romaine, Centre de Rech. Bretonne et Celtique/Univ. de Bretagne Occ., Brest, 3 : 47-64.

Fessard 1972

Fessard G. - Four de tuilier à Chuisnes, Hist. Locale. Beauce et Perche, 38 : 12-14.

Fetz 1996

Fetz H. - Römischer Ziegelbenneofen in Trengen, in : 13. Bericht der Stiftung Ziegelei-Museum : 17-24.

Fetz et Meyer-Freuler 1997

Fetz H. et Meyer-Freuler Ch. - Trengen, Murhubel. Ein römisher Gutshof im Suretal, Arch. Schriften Luzern, 7, Kantonsarchäologie Luzern, 443 p.

Feugère 2000

Feugère M. - La longueur des tegulae : un indice chronologique ?, Instrumentum, 11 (juin) : 24-25.

Feugère 2002

Feugère M. - Une production de tubuli moulés en Gaule méridionale, Instrumentum, 15 (juin) : 24-25.

Feugère 2004

Feugère M. - L’instrumentum, support de l’écrit, in : M. Feugère et P.-Y. Lambert (dir.), Dossier : L’écriture dans la société gallo-romaine. Éléments d’une réflexion collective, Gallia, 61 : 53-65.

Feugère 2008a

Feugère M. - Plaidoyer pour la “ petite épigraphie ” : l’exemple de la cité de Béziers, in : R. Häussler (dir.) - Romanisation et épigraphie. Études interdisciplinaires sur l’acculturation et l’identité dans l’Empire romain, coll. Arch. et Hist. Romaine, 17, M. Mergoil, Montagnac : 119-134.

Feugère 2008b

Feugère M. - Maîtres et esclaves dans l’économie de la Gaule méridionale, Instrumentum, 27 (juin) : 14-16.

Feugère, Rouquette et Houles 1982

Feugère M., Rouquette D. et Houles N. - Découverte d’un four de potier gallo-romain à Fontès (Hérault), Bull. des Amis de Montagnac, 2 : 4-7.

Février et Le Bohec 1999

Février S. et Le Bohec Y. - La VIIIe légion Auguste et Langres (Haute-Marne, France), Sonderbdruck aus Archäol. Korrespondenzblatt, 29 : 257-259.

Fichet 1987

Fichet de Clairfontaine F. - Un atelier de production de statuettes en terre blanche à Rennes. L’officine de la rue Saint-Louis et les productions de Rextugenos, SFECAG, Actes du Congrès de Caen, Marseille : 111-126.

Filippi 1992

Filippi G. - Scheda computerizzata por il material laterizio bollato, Archeologia e Calcolatori, 3 : 219-252.

Filippi et Stanco 2002

Filippi G. et Stanco E. A. - Opus doliare tiberinum. Un modello per la ricerca dei centri di produzione laterizia, Boll. Monumenti, Mus. e Gall. Pontificie, 22 : 99-108.

Filippi et Stanco 2005

Filippi G. et Stanco E. - Epigrafia e toponomastica della produzione laterizia nella Valle del Tevere : l’Umbria e la Sabina tra Tuder e Crustumerium ; l’Etruria tra Volsinii e Feroniae, in : Bruun 2005a : 121-199.

Filippini 2010

Filippini A. - Le Lot. 46, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 263 p.

Fillon 1864

Fillon B. - L’Art de la terre chez les Poitevins, suivi d’une étude sur l’ancienneté de la fabrication du verre en Poitou.

Fiorilla 1986

Fiorilla S. - Bolli e iscrizioni su laterizi altomedievali del territorio longobardo, Archivo Storico Lombardo, 102 : 321-415.

Fischer 1994

Fischer Th. - Römische Landwirtschaft in Bayern, in : Bender H. et Wolff H. (dir.), Ländliche Besiedlung und Landwirtschaft in des Rhein-Donau-Provinzen des römischen Reiches, Passauer Univ. Schr. z. Arch., 2 VML,, Espelkamp, Bd. 1 : 267-300 ; Bd. 2 : 93-106, Fig. 14.1-14.17.

Fischer et Schulz 2001

Fischer B. et Schulz R. - Die römische Ziegelei von Neupotz, Kreis Germersheim, Archäologie in der Pfalz, Jahresb. (2003) : 95-102.

Fixot 2001

Fixot M. - Marques épiscopales sur tuiles du VIIe siècle dans la basse vallée du Rhône, in : J. Guyon et M. Heijmans (dir.), D’un monde à l’autre. Naissance d’une Chrétienté en Provence (ive-vie siècle). Catalogue d’exposition, Musée de l’Arles antique : 147-150.

Fleer 2003

Fleer C. - Gestempelte Ziegel aus Asberg, Funde aus Asciburgium, 13, Asberg, Duisburg, 56 p.

Fletcher 1965

Fletcher Valls D. - Tipologia des los hornos ceramicos romanos de España, Archivo Español de Arqueologia, XXXVIII : 170-174.

Fleury 1981

Fleury M. - Informations archéologiques. Circonscription d’Île-de-France, Gallia, 39, 2 : 289-298.

Floca 1945

Floca O. - Der römische Ziegelofen von Sarmizegetusa, Dacia, 9/10 (1941/44) ; 431 sqq.

Flügel et Schmidts 2000/01

Flügel Ch. et Schmidts Th. - Ein Graffito zur römischen Ziegelproduktion aus Eismerszell, Ldkr. Fürstenfeldbruck, Ber. Bayer. Bodendenkmalpfl., 41/42 : 121-127.

Flutur 2002/03

Flutur A. - Stampilele tegulare ale legiunii a IV-a Flavia Felix de la Bersobis [en roumain], Analele Banatului (Timisoara), 10-11 : 157-162.

Flutur 2010

Flutur A. - Cărămizile ştampilate ale legiunii XIII Gemina de la Cenad şi Sânnicolau Mare [Briques estampillées de la légion XIII Gemina à Cenad et Sânnicolau Mare]. Analele Banatului Ser. Nouă (Roumanie), 18 : 63-67.

Fontenay 1874/75

Fontenay H. (de) - Inscriptions céramiques gallo-romaines découvertes à Autun, suivies des inscriptions sur verre, bronze, plomb et schiste de la même époque, trouvées au même lieu, Mém. Soc. Éduenne, III, 1874 : 331-449 ; IV, 1875 : 137-141.

Forrer 1911

Forrer R. - Die römischen Terra Sigillata-Töpferein von Heiligenberg-Dinsheim in Elsass, Mitteilungen der Gesselschaft für Erhaltung der geschichtlichen Denkmäler in Elsass, 23 : 537-592.

Forsén et Sironen 1996

Forsén B et Sironen T. - Bolli laterizi romani nell’Antikmuseet in Göteborg, Opusc. Romana, XX : 37-40.

Foster 1986

Foster S. - The tiles, in : Rudling 1986 : 203-213.

Fouet 1969

Fouet G. - La villa gallo-romaine de Montmaurin (Haute-Garonne), 20e Suppl. à Gallia, CNRS, Paris, 392 p.

Fournier 1959

Fournier P.-F. - Informations archéologiques, Circonscription de Clermont-Ferrand, Gallia, XVII, 2 : 363-377.

Frascone 1999

Frascone D. - Feurs. 42-44, rue de Verdun, BSR, DRAC/SRA Rhône-Alpes, Lyon (2002) : 123.

Frébutte et Gustin 2006a

Frébutte Ch. et Gustin M. - Engis / Hermalle-sous-Huy : fouille de prévention dans la zone d’activité économique, Chron. de l’Arch. Wallone, 13 : 159-161.

Frébutte et Gustin 2006b

Frébutte Ch. et Gustin M. - La tuilerie d’Hemalle-sous-Huy, in : R. Brulet (dir.), La Belgique romaine, Doss. Arch et Sc. des Origines, 315 (juill.-août) : 104-107.

Frébutte et Gustin 2007

Frébutte Ch. et Gustin M. - Engis / Hemalle-sous-Huy : fouille d’une installation protohistorique et d’un tuilerie gallo-romaine à la “ Campagne de la Gérée ”, Chron. de l’Arch. Wallone, 14 : 129-131.

Frei 1969

Frei B. - Der römische Gutshof von Sargans, Sarganserland, XVII : 28-32.

Frei-Stolba 1980

Frei-Stolba R. - Zur Ziegelinschrift von Erlach, Arch. Suisse, 3 - 2 : 103-105.

Frénée 2003

Frénée É. - Orléans (Loiret), “ ZAC Candolle, Rue Michel Royer, Cours Victor Hugo ” (Zone 2), Rapport final d’opération préventive de diagnostic, SRA Centre, Orléans (consultable au SRA).

Frénée et Josset 2001

Frénée É. et Josset D. - Orléans (Loiret), 9 place du Jardin des Plantes, Rapport d’opération préventive de fouille arch., SRA Cntre, Orléans (consultable au SRA).

Frere et Tomlin 1993

Frere S. S. et Tomlin R. S. O. (dir.) - The Roman Inscriptions of Britain - II - Instrumentum domesticum, 5, Sutton Publ., 162 p.

Freyburg 1996

Freyburg S. - Feldbrandofen Jerichow 1994. Die Ziegelqualität im Ofenquernschnitt, Jahresbericht Stiftung Ziegelei-Museum, 13 (Cham) : 11-16.

Fritzemeier 1986

Fritzemeier J. B. - 
Ein Zieglerwerkzeug aus der Römerzeit. “ Handwalze ”, Stiftung Ziegelei-Museum Meienberg Cham, 4 : xx-xx.

Frost 1971

Frost H. - Segreti della Stagnone : canali e relitti perduti intorno a Mozia, Sicilia Arch., XIII : 5-12.

Fuchs 2002

Fuchs M. - Camillii et Macrii : deux familles helvètes à Aventicum, Bull. Généalogique Vaudois, 15 : 9-24.

Fuchs et Margueron 1998

Fuchs M. et Margueron G. - Les estampilles sur tuiles d’Avenches, Afranius, la légion XXI, Cornelius, Camillius et les autres, Bull. Assoc. Pro Aventico, 40 : 105-172.

Fulford et Peacock 1984

Fulford M.G. et Peacock D.P.S. - Excavations at Carthage : the British mission. 1. 2. The Avenue du Président Bourguiba. Salammbo. The potteries and other objets from the site, Sheffield.

Furger 1990

Furger A. R. - Les ateliers de poterie de la ville d’Augusta Rauricorum (Augst et Kaiseraugst, Suisse), in : SFECAG, Actes du Congrès de Mandeure-Mathay, Marseille : 107-124.

Furlan 1993

Furlan A. - Censimento dei bolli laterizi di un’area campione a nord-est di Aquileia, in : Zaccaria 1993a : 199-203.

G

Gaggiotti 1994

Gaggiotti M. - Bollo laterizio da Saepinum, in : Epigrafia della produzione e della distribuzione, Actes Coll. (Rome, EFR, 1992), coll. EFR, 193, Rome : 371-374.

Gagnière 1965

Gagnière S. - Les sépultures à inhumation du iiie au xiiie siècle de notre ère dans la basse vallée du Rhône. Essai de chronologie typologique, Cah. Rhodaniens, XII : 53-110.

Gaidon-Bunuel 2000

Gaidon-Bunuel M.-A. - Feurs. 26, bvd Clémenceau, BSR, DRAC/SRA Rhône-Alpes, Lyon (2002) : 126.

Gaillard 1983

Gaillard de Sémainville H. - Informations archéologiques. Circonscription de Bourgogne, Gallia, 41, 2 : 395-419.

Gaillard 1997

Gaillard H. - La Dordogne. 24, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 299 p.

Gaitzsch 2002

Gaitzsch W. - Römische Ziegel. Wischzeichen und ein Graffito, Arch. im Rheinland : 115-117.

Gallet 1966

Gallet de Santerre H. - Informations archéologiques, Circonscription de Languedoc-Roussillon, Gallia, XXIV, 2 : 449-484.

Galliou 1989

Galliou P. - Le Finistère. 29, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris, 229 p.

Galliou 1994

Galliou P. - Les petites villes de l’Armorique romaine, in : Petit et Mangin 1994 : 223-226.

Galliou 2005

Galliou P. - L’Armorique romaine, Armeline, Brest, 415 p. (rééd. mise à jour et augmentée de 1983).

Galliou 2010

Galliou P. - Le Finistère. 29, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 495 p.

Galliou et al. 2009

Galliou P. et al. - Morbihan. 56, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 445 p.

Gambs 2007

Gambs A. - Le riche passé des sept collines de Montenach du paléolithique à l’époque mérovingienne, Cahiers Lorrains, 3-4 : 19-27.

Gandini 2008

Gandini C. - Des campagnes gauloises aux campagnes de l’Antiquité tardive. La dynamique de l’habitat rural dans la cité des Bituriges Cubi (iie s. av. J.-C. - vie s. ap. J.-C.), 33e Suppl à la RACF, Tours, 511 p., 1 CD.

Ganne 2002

Ganne P. - Prospection thématique. Giat et Voingt. Agglomération secondaire antique de Beauclair, BSR, DRAC/SRA Auvergne, Clermont-Ferrand (2004) : 119121, 1 Fig.

García 1970

García y Bellido A - Estudios sobre la Legio VII Gemina y su campamento en León, in : Legio VII Gemina : 569-600.

Garnier 2008

Garnier J.-F. - Pinel-Hauterive. Hauterive, BSR, DRAC/SRA Aquitaine, Bordeaux (2010) : 122-123, 1 Fig.

Gasperoni 2003

Gasperoni T. - Le fornaci dei Domiti. Ricerche topografiche a Mugnano in Teverina, Viterbe.

Gasperoni 2005

Gasperoni T. - Nuovi acquisizioni dai praedia dei Domitii nella valle dell Fosso del Rio, in : Bruun 2005a : 103-120.

Gateau 1996

Gateau F. - L’Étang-de-Berre. 13/1, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 380 p.

Gaudillère 1976

Gaudillière A. - Site de Saint-Ambreuil-La Ferté, officine de céramique commune du Bas-Empire, Découvertes arch. en Tournugeois, 4, extr. du Bull. de la Soc. Amis des Arts et des Sc. de Tournus, LXXIII-LXXV, (s. d.) : 69-82.

Gauléjac 1989

Gauléjac A. (de) - Le four à tuile de Bourdaya à Muret, Revue du Comminges (Pyrénées centrales), CII : 413-432.

Gauthier 1981

Gauthier M. - Informations archéologiques. Circonscription d’Aquitaine, Gallia, 39, 2 : 473-499.

Gavelle 1966

Gavelle R. - Tombes et “ antéfixes ” gallo-romaines. Repères et documents inédits, Revue de Comminges, 79 : 49-77.

Gazenbeek et Van Der Leeuw 2003

Gazenbeek M. et Van der Leeuw S. - L’Argonne dans l’Antiquité. Étude d’une région productrice de céramique et de verre, Gallia, 60 : 269-317.

Geel 1964

Geel E. - Römische Ziegel in Sargans, Sarganserland, XII : 90-91.

Genty 1978

Genty P.-Y. - L’atelier de potiers d’Aspiran (Hérault). Synthèse des travaux de 1971 à 1978, Figlina, 3 : 71-92.

Gerster 1983

Gerster A. - La villa gallo-romaine de Vicques/Die gallorömische Villeanlage von Vicques/Delsberg/Jura, Porrentruy, 378 p.

Giacomini 2005

Giacomini F. - The Roman stamped Tiles of Vindonissa (1st century A.D., Northern Switzerland). Provenance and technology of the production. An archaeological study, BAR, Internat. Ser., S.1449, Archaeopress, Oxford, 84 p.

Giacomini et Meyer-Freuler 2006

Giacomini F. et Meyer-Freuler Ch. - Die gestempelten Ziegel von Vindonissa - ein Beitrag des Archäometrie, Pro Vindonissa : 45-55.

Gibert, Rancoule et Vaquié 1966

Gibert U., Rancoule G. et Vaquié N. - Prospections dans le Limouxin. Four de tuilier et vestiges d’habitats gallo-romains à Brugairolles (Aude), Bull. de la Soc. d’Ét. Scient. de l’Aude, LXVI : 177-181.

Gilles 1994

Gilles K.-J. - Les agglomérations secondaires de la Rhénanie, in : Petit et Mangin 1994 : 136-146.

Gillian 1994

Gillian D. - Rare Roman stamps link Chester and Merseyside, Past Uncouvered (hiver) : 3.

Ginouvez et Mauné 1996

Ginouvez O. et Mauné S. - L’officine de Soumaltre à Aspiran (Hérault). Observations sur les tructures artisanales et les productios, in : SFECAG, Actes du Congrès de Dijon, Marseille : 313-330.

Ginouvez et Sanchez 1998

Ginouvez O. et Sanchez C. - Des tuyaux estampillés récemment découverts à Puisserguier, Hérault, in : SFECAG, Actes du Congrès d’Istres, Marseille : 247-250.

Giry et Fédière 1973

Giry J. et Fédière G. - Répertoire et carte archéologique de l’Hérault. 1 : les Cantons de Béziers (suite), Bull. de la Soc. Arch. de Béziers, IX : 37-109.

Gisbert 1999

Gisbert Santonja J. A. - El alfar de l’Almadrava (Setla-Mirarosa-Miraflor) -Dianium-. Materiales de construcccion ceràmicos. Produccion y aproximacion a su funcionalidad en la arquitectura del complejo artesanal, in : Bendala, Rico et Roldán 1999 : 65-102.

Giuliodori 2007

Giuliodori M. - Laterizi, anfore e altri materiali epigrafici, in : Antiqua frustula. 2a edizione. Monete, oggetti bronzei ed altri reperti sporadici da Urbs Salvia (Urbisaglia, juin-juill. 2007 / Civitanova Marche, juill.-août 2007), Pollenza : 91-95.

Glicksman 2005

Glicksman K. - Internal and external trade in the Roman province of Dalmatia, Opuscula Arch. (Zagreb), 29 : 189-230.

Gliozzo 2005

Gliozzo E. - La diffusione dell’opus doliare “ urbano ” nell’Etruria romana : rapporti tra produzione “ urbane ” e “ municipale ”, in : Bruun 2005a : 201-212.

Goll 1996

Goll J. - Historische Ziegelöfen in der Schweiz. Bemerkungen zum Kenntnisstand, in : 13. Bericht des Stiftung Ziegelei-Museum : 47-52.

Gomezel 1995

Gomezel C. - I laterizi bollati del Museo dello Stella (Pamazzolo della Stella, Udine), Aquileia nostra, LXVI : 9-64.

Gomezel 1996

Gomezel C. - I laterizi bollati romani del Friuli-Venezia Giulia (Analisi, problemi e perpective), Gruppo Arch. del Veneto Orientale, Fondaz. A. Colluto, L’Album, 4, Portogruaro.

Gomezel 1997

Gomezel C. - Iscrizioni su Instrumentum Domesticum del territorio della Venezia orientale. I bolli su laterizi, in : Notiziario epigrafico, Iscrizioni su Instrumentum Domesticum, Aquieia Nostra, 68 : 333-338.

Gonzalez Muro 2012

Gonzalez Muro X. - Bolli taterizi anepigrafi inediti provenienti dall’insula IV, IX di Ostia, poster au Congrès SFECAG de Poitiers ((17-20 mai), à paraître in Actes, janv. 2013.

Gonzenbach 1963

Gonzenbach V. (von) - Die verbreitung der gestempelten Ziegel der im 1. Jahrhundert n. Chr. in Vindonissa liegenden römischen Truppen, Bonner Jahrb., 163 : 76-150.

Gosselet 1871

Gosselet J. - [Archéologie. Une tuilerie romaine et forêt de Mormal], Bull. Hist., Scient. et Litt. du Départ. du Nord et des pays voisins, III : 111.

Goudineau 1981

Goudineau Ch. - Informations archéologiques, Circonscription de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Gallia, 39, 2 : 531-546.

Goulpeau 1988

Goulpeau L. - Introduction à une étude métrologique des briques et tuiles gallo-romaines. Rev. Arch. de l’Ouest, 6 : 97-107.

Goulpeau et al. 1982

Goulpeau L., Langouët L., Bardel J.-P. et Bucur I. - Possibilités de l’archéomagnétisme dans l’étude d’un four de tuilier, Rev. d’Archéométrie, 6 : 13-25.

Goulpeau et Le Ny 1989

Goulpeau L. et Le Ny F. - Les marques digitées apposées sur les matériaux de construction gallo-romains en argile cuite, Rev. Arch. de l’Ouest, 6 : 105-137.

Goury 1984

Goury J. - L’atelier de céramique gallo-romain des Fonts à Saint-Julien de Peyrolas, Rhodanie, Soc. d’Ét. des Civ. antiques bas-rhodaniennes, 12 : 3-8.

Goury 1996

Goury J. - Un atelier gaulois de plaques Campana à Saint-Marcel-d’Ardèche, Ardèche Archéologie, 13 : 71-72.

Graff 1968

Graff Y. - Index des sigles (marques) de tuiliers gallo-romains trouvés en Belgique, Romana Contact, 8, III-IV : 3-18.

Graham 2004

Graham S. - Three Brick Stamps from Castellum Amerinum, Appendix, in : P. Johnson, S. Keay et M. Millett, Lesser urban sites in the Tiber valley: Baccanae, Forum Cassii andCastellum Amerinum, Papers of the Brit. School at Rome, 72 : 69-99.

Graham 2005

Graham S. - Of Lumberjacks and Brick Stamps: Working with the Tiber as Infrastructure, in : A. Mac Mahon et J. Price (dir.), Roman Urban Living, Oxbow, Oxford : 106-124.

Graham 2006

Graham S. - Ex Figlinis. The Network Dynamics of the Tiber Valley Brick Industry in the Hinterland of Rome, BAR Internat. Ser., 1486, Oxford, 156 p.

Graser 1940

Graser E. R. - A text and translation of the Edict of Diocletian, in : T. Frank - An Economic survey of Ancient Rome, vol. V, J. Hopkins Press, Baltimore.

Grasmann 2005

Grasmann L. - Ziegelpatscher und Ziegelbrenner im Vilsburger Land II. Friaulische Ziegelarbaiter (“ fornaciaii friulani ”) im Vilstal, Vilsburger Museumsschr., 6, Frontenhausen.

Grec 1993

Grec M. - Noi interpretări ale unor ştampile tegulare din Dacia [Nouvelles lectures de quelques marques sur tuile de Dacie] [en roumain], Ephemeris Napocensis, 3, 1993 : 185-188.

Green 1970

Green T. K. - Roman tile-works at Itchingfield, Sussex Arch. Collect., 108 : 23-38.

Green 1971

Green J. H. - Cape Andreas : survey of a tile wreck, Prospez. Archaeol., 6 : 61-64.

Green 1979

Green T. K. - A Tilemaker’s workshop at Itchingfield. A re-appraisal, in : Mac Whirr 1979a : 191-200.

Greenaway 1981

Greenaway J. - The Neronian stamped tile from Little London, near Silchester, Britannia, 12 : 290-291.

Gregorutti 1886

Gregorutti C. - La figulina imperiale Pansiana di Aquileia ed i prodotti fittili dell’Istria, Atti e mem. Soc. Istriana, 2 : 219-253.

Gregorutti 1888

Gregorutti C. - Le marche di fabbrica dei laterizi di Aquileia, Archeografo Triestino, s. II, 14 : 345-367.

Grenier 1934

Grenier A. - Manuel d’archéologie gallo-romaine, 2e partie, II - Navigation - Occupation du sol, Picard, Paris : 473-1097 (rééd. 1985).

Grenier 1938

Grenier A. - Sur la “ coutume ouvrière ” des potiers gallo-romains, in : Festschrift für A. Oxé : 84-89.

Grenier 1958

Grenier A. - Manuel d’archéologie gallo-romaine, 3e partie - L’architecture, I - L’urbanisme, les monuments. Capitole, Forum, Temple, Basilique, Picard, Paris, 560 + XI p.

Grezet 2012

Grezet C. - L’évolution des espaces publics et privés à l’intérieur et aux abords immédiats du Castrum Rauracense (Kaizeraugst, Suisse) au cours du ive s., communic. au colloque “ L’Antiquité Tardive dans l’est de la Gaule, 3 (Dijon, 8-10 nov.), à paraître in : Actes.

Griffisch, Magnan et Mordant 2008

Griffisch J.-N., Magnan D. et Mordant D. - La Seine-et-Marne. 77/1 et 2, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 2 vol., 1285 p.

Grimes 1930

Grimes W. F. - Holt, Denbighshire. The Work-Depot of the Twentieth Legion at Castle Lyons, Y Cymmrodor, 41, Soc. of Cymmrodorion, Londres.

Groller 1904

Groller M. (von) - Über die “ Handmarken ” auf römischen Ziegeln, in : Der Römische Limes in Östereich, 5 : 1-126.

Gros 1989

Gros Ph. - Étude d’impact préalable à la mise à 2x2 voies de la RN9 en Lozère, Inédit, SRA Languedoc-Roussillon (consultable au SRA).

Gruat 1990

Gruat Ph. - Bilan de deux campagnes de fouilles de sauvetage sur la villa gallo-romaine de Campfarous (Saint-Saturnin-de-Lenne), Vivre en Rouergue, Cah. d’Arch. Aveyronnaise, 4 : 74-94.

Gruat et al. 1999

Gruat Ph., Bélévent Ch., Marty G. et Le Fillâtre V. - L’Alzou : un atelier de tuilier rutène du ier siècle. Bournazel, Vivre en Rouergue, Cah. d’Arch. Aveyronnaise, 13 : 65-108.

Gruat et Maniscalco 1992

Gruat Ph. et Maniscalco J. - Fouilles de sauvetage du dépotoir de l’atelier de tuilier des Poujols. Laissac, Vivre et Rouergue, Cah. d’Arch. Aveyronnaise, 6 : 95-109.

Gruat, Malige et Vidal 2011

Gruat Ph., Malige G. et Vidal M. - L’Aveyron. 12, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 694 p.

Gruppo… 1993

Gruppo archeologico del Veneto orientale - Nuovi laterizi bollati della parte meridionale dell’agro di Iulia Concordia, in : ZACCARIA 1993a : 205-209.

Guadagnin 1978

Guadagnin R. - La cave de la villa gallo-romaine d’Hérivaux à Luzarches (Val-d’Oise), Bull. ann. du Gr. Préh. et Géol. de Fr. : 94-133.

Gualtieri 2000

Gualtieri M. - Figlinae, domi nobiles ed approvigionamento di laterizi nell’Italia centro-meridionale : due casi di studio, in : Boucheron, Broise et Thébert 2000 : 329-340.

Guandalini 2008

Guandalini F. - Sassuolo, loc. Monteguibbio, via della Rovina, Insediamento rustico di età romana, Atti e Mem., Deput. della Storia patria per le antiche provincie Modenensis, 30 : 314-315.

Guarnieri 1988/89

Guarnieri C. - Bolli del territorio ferrarese, Bol. Ann. Mus. Ferrare, 16 : 113-117.

Gudea 1970

Gudea N. - [Une brique estampillée du ive siècle ap. J.-C. de Svinita, dép. de Mehedinti] [en roumain], Acta Musei Napocensis, VII : 555-559.

Gudea 1972

Gudea N. - [Inscriptions et estampilles sur tuiles du camp romain de Bologa] [en roumain], Acta Musei Napocensis, IX : 413-437.

Gudea 1983

Gudea N. - Ein Ziegel der Tetrarchenzeit mit Kursivinschrift aus Gornea, Epigraphische Studien, 13 : 91-109.

Gudea 1988

Gudea N. - Eine Spätromische Ziegelinschrift aus Sacidava (Scythia Minor), Archäologisches Korrespondenzblatt, 18 : 301-304.

Gudea 1991

Gudea N. - Ziegel- und Gefässinschriften im römischen Dakien, in : Ormos M. et Visy Z. (dir.), Instrumenta Inscripta Latina, Actes Congrès Internat. de Pëcs, Pécsi, Janus Pannonius Tudomânyegyetem tôrténettudomânyi tanszékének évgonyve (coll. Specimina nova dissertationum Instituto historico Universitatis quinqueecclesiensis de Iano Pannonio nominatae), t. 7, pars 1 : 293-299.

Gudea 1993

Gudea N. - Neue Deutungen einiger Ziegelstempel von Dakien, Ephemeris Napocensis, 3 : 185-188.

Gudea 1996

Gudea N. - Nochmals zu einer Ziegelinschrift aus Wessenburg/Bayern : Die Tagesnorm eines römischen Ziegeleiarbeiters, Archäologisches Korrespondenzblatt, 26 : 475-482.

Gudea 2009

Gudea N. - [Contributions to the military history of Dacia Ripensis. 1. Fortifications nominated by stamps on tiles found on the northern border of the province] [en roumain], Apulum, 436 : 415-430.

Guendon, Borréani et Brun 1998

Guendon J.-L., Borréani M. et Brun J.-P. - Deux moulins hydrauliques du Haut-Empire romain en Narbonnaise : villae des Mesclans à La Crau et de Saint-Pierre/Les Laurons aux Arcs (Var), Gallia, 55 : 279-326.

Guey 1936

Guey J. - Devrait-on dire : le Panthéon de Septime Sévère ? À propos des estampilles sur briques recueillies dans ce monument notamment en 1930 ou en 1931 et depuis, Mél. de l’Éc. Franç. de Rome, LI : 198-249.

Guey 1939

Guey J. - Note sur le limes romain de Numidie et le Sahara au ive siècle, Mél. de l’Éc. Franç. de Rome, LVI : 178-248.

Guichon 2011

Guichon R. - Chessy-les-Mines “ Le Colombier ”, Rhône : nouvelles donnes sur l’occupation de La Tène finale, Bull. AFEAF, 29 : 35-37.

Guidicelli 2009

Guidicelli N. - Le travail des femmes à l’époque romaine à travers l’exemple de l’artisanat, Instrumentum, 30 (déc.) : 38-42.

Guillaume 1972

Guillaume J. - Tuiles gallo-romaines estampillées de Corny-sur-Moselle, Cah. Lorrains, XXIV, 4 (oct.) : 98-101.

Guillemard 2005

Guillemard Th. - L’atelier de Vrigny (Loiret), in : Tuffreau-Libre M. (dir.), Céramiques antiques en Val de Loire, Blois : 72-73.

Guillier 1995

Guillier G. - Un aspect méconnu de la céramique du Haut-Empire : la vaisselle modelée, l’exemple du Mans (Sarthe), SFECAG, Actes du Congrès de Rouen, Marseille : 217-234.

Guillier 1997

Guillier G. - La production céramique du Haut-Empire de l’officine rurale de La Bosse (Sarthe), SFECAG, Actes du Congrès du Mans, Marseille : 239-254.

Guillier et Thauré 2003

Guillier G. et Thauré M. - Les graffites antiques de la cité des Aulerques Cénomans (G.A.C.A.C.), Monogr. Instrumentum, 25, M. Mergoil, Montagnac, 298 p.

Guitton et al. 2009

Guitton D. et alii - L’agglomération antique de Rezé (Loire-Atlantique), le quartier Saint-Lupien, tome I - Fouille programmée 2006-2008, Rapport 2008 et bilan 2005-2008, Univ. de Nantes / Mairie de Rezé (consultable au SRA Pays-de-la-Loire).

Gustowska 2005

Gustowska B. - Die produktion der Keramik en den römischen Provinzen Germania Superior und Germania Inferior in der frühen Kaiserzeit, Eos, 92 : 288-294.

Gutherz 1993

Gutherz X. - Poitou-Charentes, Gallia Informations, 1-2 : 177-256.

Gutmann 1899

Gutmann K. - Rapport sur les fouilles d’Éguisheim, Bull. de la Soc. pour la Conserv. des Mon. Hist. d’Alsace, II, 19 : 461.

Guyard, Berthaudière et Zeller 2010

Guyard L., Berthaudière S. et Zeller S. - L’artisanat dans la ville sanctuaire gallo-romaine du Vieil-Évreux (Eure) : état des connaissances, in : Chardron-Picault 2010 : 85-93.

H

Hagen 1917

Hagen J. - Römische Sigillatatöpferei und Ziegelei bei Sinzig. Bonner Jahrbücher, 124 : 170-191, Pl. 28-33.

Haldimann et al. 2001

Haldimann M.-A., André P., Broillet-Ramjoué É. et Poux M. - Entre résidence indigène et domus gallo-romaine : le domaine de “ Parc de la Grange ” (Genève), Arch. Suisse, 24/4 : 2-15.

Halley 1862

Halley V. - Antiquités gallo-romaines de Beaujeu, Mém. de la Commission d’Arch. des Sciences historiques du départ. de la Haute-Saône, III : 97-123, 20 Pls.

Hampe et Winter 1962

Hampe R. et Winter A. - Bei Töpfern und Töpferinnen in Kreta, Messenien und Zypern, Röm.-Germ. Zentralmus., Mayence, 128 p. 50 Pl.

Hampe et Winter 1965

Hampe R. et Winter A. - Bei Töpfern und Zieglern in Süditalien, Sizilien und Griechenland, Röm.-Germ. Zentralmus., Mayence, 274 p., 60 Pl.

Hamy 1904/07

Hamy E. T. - Les sigles figulins de la flotte de Bretagne, Bull. Soc. Acad. de l’Arr. de Boulogne-sur-Mer, VII : 530-562.

Hanel 1997

Hanel N. - Sonderkeramik in der Militarziegelei, Kölner Jahrb., 30 : 317-320.

Hanel 1998a

Hanel N. - Die Ausgrabungen im Lager der Classis Germanica in Köln-Marienburg (Alteburg) in den Jahre 1927-28, Kolner Jahrb., 31 : 351-400.

Hanel 1998b

Hanel N. - Ziegelstempel aus dem Areal des Flottenlagers Köln-Marienburg (Eltenburg), Kolner Jahrb., 31 : 401-415.

Hanel 2001

Hanel N. - Ziegelei, in : T. Fischer (dir.), Die römische provinzen, Eine Einfürhrung in ihre Archäologie, Stuttgart : 265-266.

Hanel et Tegmeier 2004

Hanel N. et Tegmeier U. - Stempelstöcke für Ziegel in römische Zeit. Archäologische Aspekte und experimentelle Beobachtungen, Kolner Jahrb., 37 : 449-462.

Hanel et Verstegen 2005

Hanel N. et Verstegen U. - Gestempelte Ziegel aus dem spätantiken Militärlager Köln-Deutz (Divitia), Rei Cretaria Romanae Fautores, Acta 39 :, 187-192.

Hanel et Verstegen 2006

Hanel N. et Verstegen U. - Gestempelte Ziegel aus dem spätrömischen Kastell Divitia (Köln-Deutz), Kolner Jahrb., 39 : 213-252.

Hanworth 1968

Hanworth R. - The Roman villa at Rapsley, Ewhurst (parish of Cranleigh), Surrey Arch. Collect., 65 : 1-70

Hartley 1973

Hartley K. F. - La diffusion des tuiles, mortiers et autres produits en provenances des fabriques italiennes, Cah. d’Arch. Subaquatique, II : 49-60.

Hassal et Tomlin 1993

Hassal M. et Tomlin R. - Roman Britain in 1992 : II - Inscriptions, Britannia, 24 : 321-322.

Hatt 1958

Hatt J.-J. - Informations archéologiques, Circonscription de Strasbourg, Gallia, XVI, 2 : 322-342.

Hatt 1960

Hatt J.-J. - Informations archéologiques, Circonscription de Strasbourg, Gallia, XVIII, 213 : -246.

Hatt 1962

Hatt J.-J. - Informations archéologiques, Circonscription de Strasbourg, Gallia, XX, 2, 1962 : 483-515.

Hatt 1967

Hatt J.-J. - Mausolée et four crématoire gallo-romains à Mackwiller (Bas-Rhin), Gallia, XXV, 1 : 75-85.

Hauser 1881

Hauser A. - Römische Ziegelofen bei Wartmannstätten, Mitteilungen der k. k. Zentralkommission zur Erforschung und Erhaltung der Kunst- und historischen Denkmale, 7 : LXII.

Hedley 2004

Hedley I. G. - Archaeomagnetic dating of the Liebrüi tile kilns, Kaiseraugst, Jahrber. aus Augst und Kaiseraugst, 25 : 273-276.

Heighway et Parker 1982

Heighway C. M. et Parker A. J. - The Roman Tilery at St Oswald’s Priory, Gloucester, Britannia, 13 : 25-77.

Heijmans 2001

Heijmans M. - Brique avec chrisme, in : J. Guyon et M. Heijmans (dir.), D’un monde à l’autre. Naissance d’une chrétienté en Provence, ive-vie siècle, Catal. d’Expos. (Musée d’Arles Antique, 15 sept. 2001 - 6 janv. 2002), éd. du Musée, Arles : 219.

Heijmans 2006

Heijmans M. - Notices : Ziegel mit Christogramm, Jagdsarkophag, Sarcophag der Marcia Romania Celsa, Apostelsarkophag et Grabinschrift einer treverischen Christin in Arles, in : A. Demandt, J. Engemann (dir.), Konstantin der Grosse : Geschichte, Archäologie, Rezeption, Internationales Kolloquium (Universität Trier zur Landesausstellung Rheinland-Pfalz, 10-15 oct. 2005), Rheinisches Landesmuseum Trier, Trèves.

Helen 1975

Helen T. - The Organization of Roman Brick Production in the First and Second Centuries A.D., An Interpretation of Roman Brick Stamps, Ann. Acad. Scient. Fennicae, Dissertationes Humanarum Litterarum, 5, Helsinki.

Helen et Solin 1978

Helen T. et Solin H. - Lateres signati ostienses, Acta Inst. Romani Finlandiae, IX, 1, Helsinki.

Hénon 2012

Hénon B. (dir.) - Villers-Cotterêts, Aisne, “ la Croisette ”, rue des Chevreuils. Les occupations protohistoriques et antiques, Rapport de fouille, Inrap Nord-Picardie, 172 p. (consultable au SRA Picardie).

Henrickson et Blacman 1999

Henrickson R.C., Blacman M.J. - Hellenistic production of terracotta roof tiles among the ceramic industries at Gordion, Oxford Journal of Arch., 18 : 307-326.

Hermann 1996

Hermann F. - Römischer Ziegelbrennofen in Triegen, Stiftung Ziegelei-Museum Meienberg Cham, 13 : xx-xx.

Hiernard et Simon-Hiernard 1996

Hiernard J. et Simon-Hiernard D. - Les Deux-Sèvres. 79, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 399 p.

Hild 1919

Hild A. - Ein römischer Ziegelofen in Brigantium (Bregenz), Jahreshefte des österreichischen arch. Institues in Wien, XIX-XX : col. 49-66.

Höcker 2002

Höcker C. - Ziegel, Ziegelstempel, II, Klassische Antike, in : Der Neue Pauly, Enzyklopädie des Antike, J. B. Metzler, Stuttgart/Weimar, t. 12/2 : col. 800-803.

Hoffmann 1994

Hoffmann G. - Ein “ Pfotenziegel ” : Ein bemerkenswertes Stück oder doch nur ein ganz gewöhnliches Fundobjekt ?, Arch. Nachr. Baden, 51/52 : 25-30.

Hofmann 1965

Hofmann B. - Essai sur les marques de fabrique à l’époque romaine, Rev. Internat. de la Propriété Industrielle et Artistique, No spéc. (mars) : 7-61.

Hofmann 1975

Hofmann B. - Les matériaux de construction antiques en terre cuite, in : Céramique en Gaule romaine, Les Dossiers de l’Arch., 9 : 111-120.

Hogg 1965

Hogg R. – Excavation of the Roman auxiliary Tilery, Brampton, Trans. Cumberland Wesmorland Antiq. Archaeol. Society, LVI : 133-168.

Holwerda et Braat 1946

Holwerda J. H. et Braazt W. C. - De Holdeurn bij Berg en Dal. Centrum van Pannenbakkerij en Aardewerkindustrie in dem Romeinschen Tijd, Oudheikundige Mededeelingen Nieuwe Recks Suppl. XXVI, Leiden.

Horn 1987

Horn H. G. (dir.) - Die Römer in Nordrhein-Westfalen, K. Theiss, Stuttgart, 694 p.

Hübner 1975/76

Hübner G. - Antefixa deorum Athenarum, Mitteilungen d. deutschen arch. Instituts, Röm. Abteilung, 90-91 : 175-183.

Hübner 1885

Hübner E. - Exempla scripturae epigraphicae latinae a Caesaris dictatoris morte ad aetatem Iustiniani, coll. CIL, Auctarium, G. Reimer, Berlin, 458 p.

Hure 1928

Hure A. - Les marques de potiers gallo-romains rencontrés dans le département de l’Yonne, Bull. Soc. des Sc. Histor. et Natur. de l’Yonne, 82 (1930), 20 p.

Hüssen 1994

Hüssen C.-M. - Die ländliche Besiedlung und Landwirtschaft Obergermaniens zwischen Limes, unterem Neckar, Rhein und Donau während der Kaiserzeit, in : H. Bender et H. Wolff (dir.), Ländliche Besidlung und landwirtschaft in der Rhein-Donau-Provinzen des römischen Reiches, Passauer Universitätsschr. Z. Arch.,VMLL, Eskelkamp, Bd. 1 : 255-265 ; Bd. 2 : Fig. 13.1 à 13.10.

I

Ignace 2003

Ignace J.-M. - Beaucaire. Les Tourelles, BSR, DRAC/SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier (2005) : 75-76.

Île… 1993

Île-de-France, Gallia Inform., Préh. et Hist., 1-2 : 1-175.

Ilkić 2005

Ilkić M. - [Estampilles dur briques et tuiles romaines de Sotin (Cornacum)] [en slovène], Viesnik Arhaeološkog Muzena u Zagrebu, 38 : 19-54.

Irimia 2002/03

Irimia M. - [Nouvelles découvertes de tuiles estampillées au sud-ouest de Dobroudscha] [en roumain], Pontica, 35-36 : 161-176.

Ivanova 2009

Ivanova B. - Tile kiln from the Roman vicus at Gorsko Ablanovo, near Targovishte. Archaeologie (Sofia) 50 : 114-119.

J

Jacob 1981

Jacob J.-P. - Le monde des potiers gallo-romains : esquisse d’une problématique sociale, économique et juridique, Thèse de doctorat, Université de Dijon, 2 vol. (consultable à l’Univ.).

Jacob 1987/88

Jacob J.-P. (dir.) - Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Gallia Informations, 2 : 185-343.

Jacob et al. 1990

Jacob J.-P. et alii - Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Gallia Informations, Préh. et Hist., 1-2 : 81-315.

Jacobi 1897

Jacobi L. - Das Römer Kastell Saalburg bei Homburg vor der Höhe, Homburg, 2 vol., 608 p., 80 Pls.

Jacobi 1930

Jacobi H. - Ein römischer Zielofen bei Friedrichsdorf i. T., Saalbuch Jahrbuch, 7 : 110 sqq.

Jacques 1999

Jacques Ph. - Agen. Rond-Point Saint-Jacques, BSR, DRAC/SRA Midi-Pyrénées, Toulouse : 96-97.

Jacques et Scheid 1990

Jacques F. et Scheid J. - Rome et l’intégration de l’Empire - 44 av. J.-C.-260 ap. J.-C., t. 1 - Les structures de l’Empire romain, Nouv. Clio, PUF, Paris, 412 p.

Jaffrot et Sarreste 2012

Jaffrot É. et Sarreste F. - Un protocole d’étude des terres cuites architecturales de la villa de Roullée/La Selle (Mont-Saint-Jean, Sarthe), poster au Congrès SFECAG de Poitiers (17-20 mai), à paraître in Actes, janv. 2013.

Jeancolas 1973

Jeancolas L. - Un fanum gallo-romain de tradition celtique aux environs de Lyon, Archéologia, 63 : 68-69.

Jeandemange 2009

Jeandemange S. (dir.) - Hombourg-Budange (Moselle), lotissement “ Le Clos des Tourelles ”, Rapport de fouille, Inrap, Metz, 202 p., inédit (consultable au SRA Lorraine).

Jeanne 2000

Jeanne L. - Prospection en nord Cotentin, DFS, SRA de Basse-Normandie, Caen (consultable au SRA).

Jeanne et Duclos 2004

Jeanne L. et Duclos C. - Prospection diachronique, nord Cotentin, DFS déposé au SRA de Basse-Normandie (consultable au SRA).

Jeanne et Duclos 2007

Jeanne L. et Duclos C. - Teurtheville-Bocage : une officine gallo-romaine de terres cuites architecturales au Pas du Vivray dans le Bois de Barnavast, DFS, SRA de Basse-Normandie Caen, 79 p. (consultable au SRA).

Jeanne et al. 2006

Jeanne L., Duclos C., Le Gaillard L. et Paez-Rezende L. - Nord Cotentin. Prospection diachronique, BSR, DRAC/SRA Basse-Normandie, Caen (2007) : 94-95.

Jeanne et al. 2007

Jeanne L. et alii - Teurtheville-Bocage. Le Pas du Vivray, BSR, DRAC/SRA Basse-Normandie, Caen : 92-94.

Jeanne et al. 2008

Jeanne L. et alii - Une officine de terres cuites architecturales dans le bois de Barnavast, Le Pas du Vivray, commune de Teurthéville-Bocage, Revue de la Manche, 50, fasc. 201 : 43-48.

Jeanne et al. 2009a

Jeanne L. et al. - Brillevast. Le Douetty, BSR, DRAC/SRA Basse-Normandie, Caen : 87-90.

Jeanne et al. 2009b

Jeanne et al. - Une officine de terres cuites architecturales dans le bois de Barnavast, Bull. du Groupe de Recherche Arch. du Cotentin, 13 : 44-46.

Jeanne et al. 2012

Jeanne et al. - Brillevast, “ Le Douetty ”, Bull. du Groupe de Recherches Archéologiques du Cotentin, 15 (janv.) : 20-22.

Jenkins 1956

Jenkins F. - A Roman Tilery and two pottery kilns at Durovernum (Canterbury), Antiq. Journ., XXXVI, 1-2 : 40-56.

Jenkins 1960

Jenkins F. - Two pottery kiln and a tilery of the Roman period at Canterbury, Archaeol. Cantiana, LXXIV : 151-161.

Jesset 2010a

Jesset S. - Fouille programmée de 2010 : Saran, Lac de la Médecinerie, in : Info. arch. et notes brèves, Rev. Arch. du Loiret, 34 : 121-132.

Jesset 2010b

Jesset S. - Topographie de l’artisanat potier à Orléans de l’antiquité au 19e siècle, Rev. Arch. du Loiret, 34 : 79-114 (+ notes, VIII p. h. t.)

Jesset et al. 2011

Jesset S. et alii - Saran “ Lac de la Médecinerie ” (Loiret), Rapport intermédiaire de fouille programmée, Inrap/SRA Centre, 207 p., 40 Fig. (consultable au SRA).

Jigan et Marin 1987

Jigan C. et Marin J.-Y. - Inventaire des centres de productions de la céramique gallo-romaine en Normandie, Annales de Normandie, (37e année), 4 : 317-337.

Johnston et Williams 1979

Johnston D. et Williams D. - Relief patterned tiles. A reappraisal, in : Mac Whirr 1979 : 375-394.

Joly 1996a

Joly M. - Histoire de pot. Les potiers gallo-romains en Bourgogne, Catal. Expos., Musée Arch., Dijon, 72 p. ; rééd. complétée, 2004, 88 p.

Joly 1996b

Joly M. - Terra nigra, terra rubra, céramiques à vernis rouge pompéien, peintes et communes: répertoire, chronologie et faciès régionaux en Bourgogne romaine, SFECAG, Actes du Congrès de Dijon, Marseille : 111-138.

Joly 2010

Joly M. - Les artisans dans les capitales de cité de l’est de la Gaule, in : Chardron-Picault 2010 : 33-46.

Joly et Mouton 2003

Joly M. et Mouton S. - Les productions céramiques en Bourgogne occidentale : le Nivernais au ier s. après J.-C., SFECAG, Actes du Congrès de Saint-Romain-en-Gal, Marseille : 255-277.

Joncheray 1986

Joncheray J.-P. - L’épave G de Dramont, in : L’exploitation de la mer de l’Antiquité à nos jours, Actes des VIe Renc. Internat. d’Arch. et d’Hist. d’Antibes, APDCA, Antibes/Juan-les-Pins : 217-230.

Joncheray 2004

Joncheray A. et J.-P. - Épaves de tuiles en Provence-Côte d’Azur. Fouilles des épaves Barthélémy B et Lardier 4, Grand Rouvreau B. Notes sur quelques épaves à chargement de tuiles, Cah. d’Arch. Subaquatique, XV : 6-134.

Josset, Deloze et Devilliers 2003

Josset D., Deloze V. et Devilliers P.-Y. - Orléans, “ ZAC du Clos Rozay, rues Neuve Tudelle, Chardron, Fosse de Meule et Vaucouleurs ” (Loiret), Rapport final d’opération, SRA Centre, Orléans (consultable au SRA).

Jullian 1887/90

Jullian C. – Inscriptions romaines de Bordeaux, Bordeaux, 2 vol.

Jullian 1920/26

Jullian C. - Histoire de la Gaule, Hachette, Paris ; rééd. 1993, 2 vol., 1271 p. et 889 p.

Jüngling 1983

Jüngling P. - Ein weterer römischer Ziegelofen aus Grosskrotzenburg, Main-Kinzig-Kreis, Archäol. Korresp., 13 : 479-481.

K

Kaenel 1980

Kaenel H. M. (von) - Neue Funde gestempelter Ziegel aus Kanton Bern, Arch. Suisse, 3-2 : 94-102.

Kaiser 1996

Kaiser M. - Die Ziegelstempel der römischen Garnisonen von Bonn, Bonner Jahrb., 196 : 51-160.

Kann 1980/81

Kann H. J. - Römische Ziegelstempel in trierer Privatssammlungen, Trierer Zeitschr., 43-44 : 287-316.

Kann 1985

Kann H.-J. - Einführung in römische Ziegelstempel anhand neuer Funde von der Trierer Palazaula in Privatbesitz, Kleine heimatkdl. Reihe der Trierer Munzfreunde e. V., 3, Trèves.

Kapps 1983

Kapps R. - La terre-cuite à l’époque gallo-romaine d’après les éléments recueillis depuis 1955 sur le site d’Escolives-Sainte-Camille, Bull. de la Soc. des Sc. Histor. et Natur. de l’Yonne, 115 : 9-41.

Kelemen 1994/95

Kelemen M. H. - A legio I adiutrix téglavetõje Dömösön [Les fours à tuile de la légion I Adiutrix à Dömös] [en hongrois], Archaeologiai Ertesitő, 121-122 : 97-114.

Keller 1945

Keller K. - Der römische Ziegelofen von Rollirain bei Glarissgg, Thurgauer Jahrbuch : 21 sqq.

Kermorvant, Leblanc et Lenoir 2000

Kermorvant A., Leblanc J. et Lenoir M. - Chronique, Bosra (Syrie) : le camp de la légion IIIe Cyrénaïque, Mél. de l’École Franç. de Rome, Antiq., 112, 1 : 496-502.

Kern 2004

Kern E. - Brumath / Brocomagus (Bas-Rhin), in : A. Ferdière (dir.), Capitales éphémères. Des capitales de cités perdent leur statut dans l’Antiquité tardive, Actes Coll. LAT (UMR CITERES) (Tours, 6-8 mars 2003), 25e Suppl. à la Rev. Arch. du Centre le la Fr., Tours : 337-380.

Kerneis 2011

Kerneis S. - La tuile matrimoniale. Un mariage gaulois dans l’empire romain, in : B. Coppein, F. Stevens et L. Waelkens (dir.), Modernisme, tradition et acculturation juridique, Actes Journ. Internat. de la Soc. d’Hist. du Droit (Louvain, 28 mai-1er juin 2008), Iuris Scripa Historica, XXVII, Bruxelles : 33-49.

Kerviler 1877

Kerviler R. - Statistique des monuments dits préhistoriques, mégalithiques et gallo-romains de la presqu’île guérandaise, Bull. Arch. de l’Assoc. Bretonne, 20 : 51-70.

Keune 1935

Keune H. - Gestempelte römische Ziegel, Trierer Zeitschr., X : 60-67.

King 1974

King E. - Roman Kiln Material from the Borthwick Institute, Peasholme Green: a report from York Excavation Group, in : P. V. Addyman, Excavations at York, 1972-3. First Interim Report, Antiq. Journ., LIV : 213-217.

Klein 1992

Klein M. - Ludwigsburg-Hoheneck. Ein römischer Gutshof im mittleren Neckarland, Arch. Ausgrab. Baden-Württemb. : 179-185.

Koch 1912

Koch H. - Dachterrakotten aus Campanien, Berlin.

Kolling 1974

Kolling A. - Zur Verbreitung gestempelter Ziegel an der Saar, Archäol. Korresp., 4 : 81-87.

Kolling 1993

Kolling A. - Ein durchlochter Dachziegel aus Schwaerzenacker (Saarland), Trierer Zeitschr., 56 : 119-121.

Körber 1905

Körber K. - Neue Inschriften des Mainzer Museums, Altertumsvereins, Mayence, 77 p.

Kotarba, Castellvi et Mazière 2007

Kotarba J., Castellvi G. et Mazière F. - Les Pyrénées-Orientales. 66, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 712 p.

Kovács 2006a

Kovács L. O. - [s/ estamp. s/ tuiles des Légions I et II] [en hongrois], Alba Regia, 35 : 137-342.

Kovács 2006b

Kovács P. - A new Imperial epithet of the Cohors VII Breucorum, Acta Arch. Hungar., 56 : 245-249.

Kozarev 2004

Kozarev N. - [Un four de briquetier près de Sercica] [en russe], Arheologija, 45, 1-2 : 87-90.

Krausz 1997

Krausz S. - Romorantin-Lanthenay. Déviation de la RD 465 à la RD 922, BSR, DRAC/SRA Centre, Orléans (1999) : 89.

Kuhnen 1994

Kuhnen H.-P. - Die Privatziegelei des Gaius Longinius Speratus in Grossbottwar, Kreis Ludwigsburg, Handel und Wandel im römischen Süddeutschland, Fundber. Baden-Württemberg, 19/1 : 255-264.

Kuhnle 2009

Kuhnle G. - Dambach-le-Ville “ Wilmstein ”, un important centre rural de production céramique et de tuiles, in : Fortuné C., Kuhnle G., Plouin S. et Virlouvet B. (dir.), Florilège de céramiques gallo-romaines en Alsace. La vaisselle dans tous ses états, Catal. Expos. (Musée Unterlinden, Colmar), Valbor, Colmar, 2009 : 26-29.

Kuhnle et Fort 2005

Kuhnle G. et Fort B. (dir.) - Dambach-la-Ville - Wilmstein (Alsace, Bas-Rhin) : un centre de production rurale de céramiques et de tuiles (milieu du ier siècle av. J.-C. - fin du iie siècle ap. J.-C.), Rapport final de fouille, INRAP, Dijon, 3 vol., inédit (consultable au SRA Alsace).

Kuhnle et al. 2005

Kuhnle G., Fort B, Daudoux J. et Cicutta H. - Dambach-la-Ville-Welmstein (Bas-Rhin) : un centre de production rural de céramiques et de tuiles (milieu du ier siècle av. J.-C. - fin du iie siècle ap. J.-C.), in : SFECAG, Actes du Coll. de Blois, Marseille : 403-426.

Kurzmann 2005

Kurzmann R. - Roman brick-stamps in the Classical Museum University College Dublin (Irland), Instrumentum, 21 : 10-12.

Kurzmann 2006

Kurzmann R. - Roman Military Brick Stamp. A Comparison of Methodology, BAR, Internat. Ser., S.1543, Oxford.

Kuzsinsky 1932

Kuzsinsky B. - A gazgyari romai fazekkastelep Aquincumban [en hongrois]. Das grosse römische Töpferviertel in Aquincum bei Budapest (Auszug), Budapest Régiségei, 11, Budapest, 423 p.

Kuzsinsky 1934

Kuszinsky V. - Aquincum, Ausgrabungen und Funde, Budapest.

L

Labrousse 1953

Labrousse M. - AMIANTUS, briquetier de Cahors, Bull. Soc. des Études Litt., Hist. et Scient. du Lot, 2 : 117-119.

Labrousse 1955

Labrousse M. - Informations archéologiques. Xe Circonscription historique, Gallia, XIII, 2 : 202-223.

Labrousse 1957

Labrousse M. - Antéfixes en terre cuite du Quercy, in : Hommages à Waldemar Deonna, Latomus, XXVIII : 300-308.

Labrousse 1962

Labrousse M. - Informations archéologiques, Circonscription de Toulouse, Gallia, XX, 2, 1962 : 547-609.

Labrousse 1968

Labrousse M. - Informations archéologiques, Circonscription de Midi-Pyrénées, Gallia, XXVI, 2 : 515-557.

Labrousse 1972

Labrousse M. - Informations archéologiques, Circonscription de Midi-Pyrénées, Gallia, 30, 2 : 469-510.

Labrousse 1976

Labrousse M. - Informations archéologiques, Circonscription de Midi-Pyrénées, Gallia, 34, 2 : 463-502.

Labrousse 1978

Labrousse M. - Informations archéologiques. Circonscription de Midi-Pyrénées, Gallia, 36, 2 : 391-430.

Labrousse et Mercadier 1990

Labrousse M. et Mercadier G. - Le Lot. 46, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-Lettres, Paris, 156 p.

Lacreuse 1862/64

Lacreuse (abbé) - Découverte d’un établissement de poterie romaine au hameau de Cerveau, près d’Autun, Ann. Soc. Éduenne, VI : 145-150.

Lahanier et Vertet 1986

Lahanier Ch. et Vertet H. - Étude des figurines gallo-romaines en terre cuite blanche du centre de la Gaule, SFECAG, Actes du Congrès de Toulouse, Marseille : 133-138.

Lalaï 1991

Lalaï D. - La tuilerie gallo-romaine du “ Pinet ” à Moissieu-sur-Dolon (Isère), Rapport de Fouilles, SRA Rhône-Alpes (consultable au SRA).

Lallemand 1989

Lallemand V. - Orléans, 23-25 rue Tudelle, Rapport de fouille de sauvetage, SRA Centre, Orléans (consultable au SRA).

Lallemand et Vallat 2001a

Lallemand D. et Vallat P. - Les ateliers de potiers gallo-romains du département de l’Allier : état des connaissances (inventaire des ateliers, éléments de synthèse et axes de recherches à mener), Rapport d’étude documentaire (déc. 2000 - juin 2001 et octobre 2001), 3 vol. : 1 : synthèse ; 2-3 : inventaire) SRA Auvergne, 2 vol., inédit, (consultable au SRA).

Lallemand et Vallat 2001b

Lallemand D. et Vallat P. - Les ateliers de potiers gallo-romains du département de l’Allier. Étude documentaire, BSR, DRAC/SRA Auvergne, Clermont-Ferrand (2002) : 40-43, 1 carte.

Lambert 1998/2000

Lambert P.-Y. - La tuile gauloise de Châteaubleau (Seine-et-Marne) ; Les autres tuiles inscrites de Châteaubleau, Études Celtiques, XXXIV (2001) : 57-115 ; 117-133.

Lambert 2001

Lambert P.-Y. - Une inscription provenant de Sains-du-Nord, Rev. du Nord, 83 : 67-69.

Lambert 2002

Lambert P.-Y. - Recueil des inscriptions gauloises, II, 2 - Textes gallo-latins sur instrumentum, Suppl. à Gallia, XLV, CNRS éd., Paris.

Lambert 2008

Lambert P.-Y. - L’épigraphie de Châteaubleau, in : F. Pilon (dir.), Les sanctuaires et les habitats de Châteaubleau (Seine-et-Marne). Bilan des travaux antérieurs à 2005, Dioecesis Galliarum, Doc. de Trav. no 8, Nanterre : 141-155.

Lamoine et Montzamir 2006

Lamoine L. et Montzamir P. - Deux inscriptions inédites du musée archéologique Bargoin de Clermont-Ferrand, Cah. du Centre G. Glotz, 17 : 224-226.

Langouët et Daire 1989

Langouët L. et Daire M.-Y. - La civitas gallo-romaine des Coriosolites : le milieu rural, coll. Patrim. Arch. Bretagne, 81 p.

Lantier 1943

Lantier R. - La Saulsotte, Gallia, I, 1 : 213-217.

Laporte 1979

Laporte J.-P. - Quelques estampilles découvertes en Seine-et-Marne, Bull. du Groupe Arch. de Seine-et-Marne, 20 : 64-65.

Laporte-Cassagne 2011

Laporte-Cassagne C. - Mours, Département du Val-d’Oise (95) “ Le Derrière des Moulins ”, Rapport de diagnostic arch., Serv. Arch. du Val-d’Oise, 346 p. (consultable au SRA Île-de-Fr.).

Laroche 2005

Laroche C. - Les ateliers céramiques de la région Rhône-Alpes à l’époque romaine, BSR, DRAC/SRA Rhône-Alpes, Lyon (2007) : 245-246.

Laroche 2006

Laroche C. - L’artisanat, in : BSR 2006 - 2, Bilan Quadriennal de la CIRA (2003-2006). Programmation scientifique interrégionale - Antiquité, DRAC/SRA Rhône-Alpes, Lyon (2008) : 153-162.

Lascoux et Batigne-Vallet 2003

Lascoux J.-P. et Batigne-Vallet C. - L’atelier de terre cuite du ive siècle après J.-C. de la ZAC Charavay à Lyon-Vaise (Rhône), in : SFECAG, Actes du Congrès de Saint-Romain-en-Gal, Marseille : 229-236.

Lasteyrie 1883

Lasteyrie R. (de) - Four romain trouvé au mont Hermès, in : Séance de la section d’archéologie, (mai-déc.), Bull. Arch. du Comité des Trav. Hist. et Scient. : 271-272.

Laubenheimer 1985

Laubenheimer F. - La production des amphores en Gaule Narbonnaise, Paris.

Laubenheimer 1990

Laubenheimer F. - Sallèles d’Aude. Un complexe de potier gallo-romain : le quartier artisanal, DAF, 26, MSH, Paris, 160 p.

Laubenheimer 1992

Laubenheimer F. - Production d’amphores à Fréjus, in : F. Laubenheimer (dir.), Les amphores en Gaule. Production et circulation, Ann. Litt. Univ. Besançon, 474, Les Belles Lettres, Paris : 15-24.

Laubenheimer et Le Ny 1999

Laubenheimer F. et Le Ny F. - Les matériaux de construction en Narbonnaise, in : Bendala, Rico et Roldán 1999 : 11-23.

Laubenheimer, Odiot et Leclère 1989

Laubenheimer F., Odiot Th. et Leclère H. - Sous Auguste, un atelier de potier italianisant à Saint-Just (Ardèche), in : Mél. P. Lévêque, 2 - Anthopologie et société, Presses Univ. Besançon, Les Belles Lettres, Paris : 295-329.

Laubenheimer et Widemann 1977

Laubenheimer F. et Widemann F. - L’atelier d’amphores de Corneilhan (Hérault), typologie et analyse, Revue d’Archéométrie, 1 : 58-80.

Laumonier 1921

Laumonier A. - Une antéfixe en terre cuite provenant d’Italica, Rev. des Études Anciennes, 23 : 273-280.

Laurent 1993

Laurent S. - Marque de tuilier gallo-romain à Thiverny (Oise), Doc. et Rech., Bull. Soc. arch., hist. et géogr. de Creil, 159-160 : 10-11.

Laüt 1994

Laüt L. - L’espace rural antique autour d’Argentomagus (Indre), approches d’une région agricole et métallurgique, Thèse de Doctorat, Univ. de Paris I, vol. II (Inventaire) (consultable à l’Univ.).

Laüt 2000a

Laüt L. - Prospection inventaire. Forêt domaniale de Tronçais, BSR, DRAC/SRA Auvergne, Clermont-Ferrand (2002) : 42-44.

Laüt 2000b

Laüt L. - Prospection-Inventaire dans la forêt domaniale de Tronçais (Allier), DFSD, SRA Auvergne (consultable au SRA).

Laüt 2001

Laüt L. - Prospection-inventaire et prospection thématique “ L’occupation du sol dans l’Antiquité en forêt de Tronçais ”, BSR, DRAC/SRA Auvergne, Clermont-Ferrand (2002) : 36-37.

Laüt 2002

Laüt L. - Fouille programmée. Isle-et-Bardais. Forêt domaniale de Tronçais. Les Petits Jardins, BSR, DRAC/SRA Auvergne, Clermont-Ferrand (2002) : 53-54.

Laüt 2003

Laüt L. - Fouille programmée. Isle-et-Bardais. Forêt domaniale de Tronçais – Petits Jardins, Bilan Scient., DRAC/SRA Auvergne, Clermont-Ferrand (2005) : 30-31.

Laüt 2004a

Laüt L. - Fouille programmée. Isle-et-Bardais. Le sanctuaire antique des Petits Jardins, BSR, DRAC/SRA Auvergne, Clermont-Ferrand (2005) : 28-30, 3 Fig.

Laüt 2004b

Laüt L. - Le paysage antique de la forêt de Tronçais, bilan des travaux d’Élie Bertrand et des recherches récentes, Bull. de la Soc. des Amis de la Forêt de Tronçais, 49 (3e trim.) : 49-86.

Laüt 2006

Laüt L. - Fouille programmée. Isle-et-Bardais. Le sanctuaire antique des Petits Jardins, BSR, DRAC/SRA Auvergne, Clermont (2006) : 28-30).

Laüt 2011

Laüt L. - Le site des Petits Jardins à Isle-et-Bardais (Forêt de Tronçais, Allier), in : M. Bêche, J. Hénon, D. Lallemand et S. Liégard (dir.), Carnet de Fouille. L’Actualité de l’Archéologie de l’Allier, Catal. d’Expos. (Musée Anne de Beaujeu, Moulins), Moulin : 80-87.

Lauwers 1973

Lauwers F. - Rijmenam : classis germanica, Archéologie (Belgique), 2 : 77-78, Fig. 12.

Lavendhomme 1997

Lavendhomme M.-O. - La Loire. 42, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 305 p.

Lavergne et Suméra 2000

Lavergne D. et Suméra F. - La fabrication de la chaux : une activité pérenne ou occasionnelle pendant l’Antiquité romaine ? Premiers éléments de réponse, in : Pétrequin P., Fluzin P., Thirriot J. et Benoît P., (dir.), Arts du Feu et productions artisanales, Actes des XXe Renc. Internat. d’Arch. et d’Hist. d’Antibes (1999), APDCA, Antibes : 453-472.

Lazar 1997

Lazar I. - The Roman tile factory at Vransko near Celeia (Noricum). Part one: Excavation report. Rei Cretarie Romanae Fautores, Acta 35 : 159-164.

Lazar 1999

Lazar I. - The Roman Tile Factory at Vransko near Celeia (Noricum), in : DeMaine M. R., et Taylor R. M. (dir.), Life of the average Roman, a symposium (White Bear Lake, MN, 1999), (Actes) : 23-33.

Lazzaro 1993

Lazzaro L. - Esclaves et affranchis en Belgique et Germanies d’après les sources épigraphiques, Ann. Litt. Univ. Besançon, 102, diff. Les Belles-Lettres, Paris, 585 p.

Le Bohec 1981

Le Bohec Y. - Les marques sur briques et les surnoms de la IIIe Légion Auguste, Epigraphica, 43 : 127-160.

Le Bohec 1984

Le Bohec Y. - Les marques sur briques de Jublains. Recherches de chronologie relative sur le complexe fortifié, Cah. du Groupe de Rech. sur l’Armée romaine et les Provinces, 3 : 85-102.

Le Bohec 1992

Le Bohec Y. - Les estampilles de l’armée romaine sur briques et sur tuiles, Epigraphica, 54 : 43-62.

Le Bohec 1995

Le Bohec Y. - Les marques anépigraphiques de Mirebeau ; La diffusion des tuiles estampillées autour de Mirebeau ; L’épigraphie de Mirebeau, in : Goguey R. et Reddé M. (dir.), Le camp légionnaire de Mirebeau, Monographie der Römische-Germanische Zentralmuseum Mainz, Forschungsinstitut fur Vor- und Frühgeschichte, 36. Mayence : 228-241 ; 241-251 ; 314-315.

Le Bohec 2000

Le Bohec Y. - Les estampilles sur briques et tuiles et l’histoire de la VIIIe Légion Auguste, in : Boucheron, Broise et Thébert 2000 : 273-284.

Le Bot 2003

Le Bot A. - Les thermes gallo-romains en Armorique, les Dossiers du Centre Rég. d’Arch. d’Alet, Suppl. Z, 123 p.

Lebrun 1972/73

Lebrun F. - Sigles de tuiliers de l’établissement romain de Manage, Doc. et Rapp. de la Soc. Roy. d’Arch. et de Paléontologie de Charleroi, LVI : 17-37.

Lebrun à paraître

Lebrun G. - Diffusion des tuiles dans le nord de la Gaule, le cas de la région d’Orchies (Nord), communic. au Xe Congrès AGER “ Consommer dans les campagnes de la Gaule romaine ” (Lille, 4-6 avril 2011), à paraître in : Actes.

Leclerc 2006

Leclerc G. - Les apports de la prospection archéologique à la connaissance du peuplement antique de l’Orne, in : Archéologie et Prospection en Basse-Normandie, Mém. de la Soc. des Antiq. de Normandie, XXXVIII, Archéo 125, Caen : 179-186.

Lefranc 1994

Lefranc M. - Le Miroir. “ L’Étang-Niat ”, BSR, SRA/DRAC Bourgogne, Dijon (1995) : 63.

Le Glay 1966

Leglay M. - Informations archéologiques, Circonscription de Rhône-Alpes, Gallia, XXIV, 2 : 485-528.

Le Glay 1968

Leglay M. - Informations archéologiques, Circonscription de Rhône-Alpes, Gallia, XXVI, 2 : 559-603.

Lehner 1901

Lehner H. - Ausgrabungs- und Fundberichte vom 16. Juli 1900 bis 31. Juli 1901, Bonner Jahrb., 107 : 203-245.

Lejeune 1973

Lejeune M. - Note sur le graffite de La Roche-Maurice (Finistère), Annales de Bretagne, LXXX : 669-673.

Lejeune, La Regina et Marchese 1976

Lejeune M., La Regina A. et Marchese P. - Notice sur la tuile de Pietrabbondante, Studi Etrusci, 44-3 : 283-305.

Lekvinadzé 1967

Lekvinadzé V. A. - [Brique romaine avec marque, de Cickhisdziri] [en russe], Soob. Ak. Nauk Gruzinskoj SRR (Tbilissi), XLV : 797-799.

Lelong 1964

Lelong Ch. - Les modillons de terre cuite carolingiens du Val de Loire, RACF, 3 : 243-261.

Leman 1977a

Leman P. - Les terres à briques à l’époque gallo-romaine. Exploitation et commerce, in : Géographie commerciale de la Gaule, Actes Coll. (ENS, Paris, juin 19076), Caesarodunum, 12, No Spéc., t. 2 : 426-429.

Leman 1977b

Leman P. - Informations archéologiques, Circonscription du Nord-Pas-de-Calais, Gallia, 35, 2 : 279-294.

Leman 1979

Leman P. - Informations archéologiques, Circonscription du Nord-Pas-de-Calais, Gallia, 37, 2 : 275-293.

Leman et Bourgeois 1979

Leman P. et Bourgeois J. - Les terres à briques à l’époque gallo-romaine : exploitation et commerce. L’exemple de Ploegsteert, Mém. de la Soc. d’Hist. de Comines-Warneton et de la région, IX, 1 : 233-248.

Le Mer et Chomer 2007

Le Mer A.-C. et Chomer C. - Lyon. 69/2, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 883 p.

Lenoble 1991

Lenoble M. - Ateliers de potiers su Sud-Ouest Champenois, BSR., DRAC/SRA Champagne-Ardenne, Châlons-sur-Marne (1992) : 68-69.

Lenoble 1992

Lenoble M. - Potiers du Sud-Ouest Champenois, BSR, DRAC/SRA Champagne-Ardenne, Châlons-sur-Marne (1993) : 98-99, Fig. 39.

Le Ny 1987

Le Ny F. - Les ateliers de tuiliers de l’Est de la Gaule, RAE, XXXVIII, 1-2 : 179-189.

Le Ny 1987/88

Le Ny F. - Le four de l’atelier de tuilier gallo-romain (dans son dernier état) au Bas-Rouault en Tressé (Ille-et-Vilaine (Campagne de fouille 1986-1987) ; L’atelier de tuilier gallo-romain au Bas-Rouault en Tressé (Ille-et-Vilaine). Les apports de la campagne de fouille 1987, Dossiers du CeRAA, 15 : 71-87 ; 16 : 91-111.

Le Ny 1988

Le Ny F. - Les fours de tuiliers gallo-romains. Méthodologie. Étude technologique, typologique et statistique. Chronologie. DAF, 12, Paris, 142 p.

Le Ny 1991a

Le Ny F. - Les ateliers de tuiliers gallo-romains en Haute-Bretagne. État des connaissances en 1990, in : Langouët 1991 : 215-224.

Le Ny 1991b

Le Ny F. - Tressé. Le Bas-Rouault, BSR, DRAC/SRA Bretagne, Rennes (1992) : 73.

Le Ny 1992

Le Ny F. - La production de matériaux de construction en terre cuite en Gaule romaine, Thèse de Doctorat, Univ. de Rennes I, 3 vol., I, texte, 506 p. ; 2 et 3, Inventaire, 622 p., inédite (consultable à l’Univ., ou auprès de l’auteur).

Le Ny 1993

Le Ny F. - Un atelier gallo-romain de productions céramiques à Tressé (Ille-et-Vilaine). Centre Régional d’Archéologie d’Alet, Saint-Malo, 183 p.

Le Ny 1998

Le Ny F. - Les fours de tuiliers gallo-romains en Suisse, Bericht der Stiftung Ziegelei-Museum, 15 : 23-30.

Lepert et Adrian 1997

Lepert Th. et Adrian Y.-M. - Les Ventes “ Les Mares Jumelles ”, BSR, DRAC/SRA Haute-Normandie, Rouen (1998) : 41-42, 1 Fig.

Lepetz et Matterne 2003

Lepetz S. et Matterne V. (dir.) - Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de la Gaule romaine. Matières premières et produits transformés, Actes VIe Coll. AGER (Compiègne, 5-7 juin 2002), Rev. Arch. de Picardie, 1-2, Amiens, 369 p.

Lerat 1960

Lerat L. - Informations archéologiques. Circonscription de Besançon, Gallia, XVIII, 2 : 247-262.

Lerat 1962

Lerat L. - Informations archéologiques. Circonscrption de Besançon, Gallia, XX, 2 : 517-545.

Leroux 1989

Leroux G. - La civitas gallo-romaine des Riédones : le milieu rural, Rennes, 59 p.

Lerat et Provost 1990

Leroux G. et Provost A. - L’Ille-et-Vilaine. 35, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., 304 p.

Le Roux 1999

Le Roux P. - Briques et tuiles militaires dans la péninsule ibérique : problèmes de production et de diffusion, in : Bendala, Rico et Roldán 1999 : 111-123.

Leva 1966a

Leva Ch. - Marilles : four de tuilier, Archéologie (Belgique), 1 : 12, Pl. IIc et III.

Leva 1966b

Leva Ch. - Un four de tuilier romain à Marilles (Brabant), Bull. du Cercle Arch. Hesbaye-Condroz, VI : 113-114, 2 Pl.

Levalet 2010

Levalet D. - Avranches et la cité des Abrincates. ier siècle avant Jésus-Christ - viie siècle après Jésus-Christ. Recherches historiques et archéologiques, Mém. de la Soc. des Antiq. de Normandie, XLV, Caen, 262 p.

Lintz 1992

Lintz G. - La Corrèze. 19, Carte arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris, 223 p.

Lintz et Manoux 1967

Lintz G. et Manoux C. - Four à tuiles gallo-romain à Bourg-le-Bec, Bull. de la Soc. des Lett., Sc. et Arts de la Corrèze, 71 : 3-11.

Lirb 1993

Lirb H. J. - Partners in agriculture: the pooling of resources in rural “ societates ” in Roman Italy, in : H. Sansini-Weerdenburg, R. J. Van der Spek, H. C. Teitler et H. T. Wallinga (dir.), De agricultura: in memoriam Pieter Willem De Neeve (1945-1990), Gieben, Amsterdam : 263-295.

Llech 1990

Llech L. - L’atelier de tuilier de Cadayrac, Vivre en Rouergue, Cah. d’Arch. Aveyronnaise, 4 : 95-114.

Lo Cascio 2005

Lo Cascio E. - La concentrazione delle figlinae nella proprietà del’imperatore (II-IV sec. D. C.), in : Bruun 2005a : 95-102.

Loeschcke 1931

Loeschcke S. - Die römische Ziegelöfen im Gemeindewald von Speicher, Trierer Zeitschrift, 6 : 1-7.

Long 1994

Long L. - Prospections et sondages dans le Rhône à Arles et dans ses environs, in : Histoire du Rhône en pays d’Arles, Actes Colloque (7 nov. 1992), Groupe Arch. Arlésien, Arles : 45-71.

Loots et al. 2000

Loots L. et alii - Catalog of the tile stamps found in Sagalassos, in : M. Waelkens et L. Loots (dir.) - Sagalassos V. Report on the Survay and Excavation Campaigns of 1996 and 1997, Acta Arch. Lovaniensia Monogr. 11, Louvain : 685-696.

Lorans 1996

Lorans É. (dir.) - Chrono-typologie des tombes en Anjou-Poitou-Touraine, in : H. Galinié et É. Zadora-Rio (dir.), Archéologie du cimetière chrétien, Actes du 2e Coll. ARCHEA (Orléans, 29 sept.- 1er oct. 1994), 11e Suppl. à la RACF, Tours : 257-269.

Loridant 1994

Loridant F. - Sigles sur terre-cuite trouvés lors des fouilles de l’aile sud des cryptoportiques de Bavay, Rev. du Nord, Arch., 76 : 81-82.

Loridant 1999

Loridant F. - L’artisanat en milieu rural dans le nord de la Gaule Belgique au Haut-Empire : état de la question, in : Polfer 1999 : 273-287.

Lórincz 1980

Lórincz B. - Pannonische Ziegelstempel III. Limes streke ad Flexum-ad Mures, Dissert. Archaeol., ser. II, 9, Budapest.

Lórincz 1991

Lórincz B. - Organisatorische Fragen der Hersellung und Verwendung von Ziegelstempeln, in : Specimina Nova. Diss. ex Instituto Historico Univ. Quinqueecclesiensis de Iano Pannonio nominatae 7 : 191-211.

Lórincz 1994a

Lórincz B. - I bolli laterizi militari in Pannonia. Risultati delle ricerche croonologiche, in : G. Hajnoczi (dir.), La Pannonia e l’impero romano, Atti del Convegno Internaz. (Rome, 13-16 janv. 1994) : 115-138.

Lórincz 1994b

Lórincz B. - Ein spätrömischer Ziegelstempel im Diözesanmuseum St. Pölten, Österreiches Arch. Institut Sonderschr., 23 : 109-117.

Louis 1927

Louis R. - Les fouilles gallo-romaines de Saint-Père-sous-Vézelay, vue d’ensemble sur les campagnes 1934, 1935 et 1936 aux lieux-dits les Fontaines-Salées, Le Peron et la Corvée Saint-Jean, Fauchereau, Auxerre, 29 p.

Louis et Thuillier 2007

Louis É. et Thuillier F. - La basse vallée de la Scarpe : une région de production de terres cuites architecturales en Gaule romaine, in : Hommage à R. Delmaire, Rev. du Nord, 89 : 131-140.

Louis et Thuillier 2010

Louis É. et Thuillier F. - Les tuileries gallo-romaines de la vallée de la Scarpe, in : Archéologie en Douaisis, Archaeologia Duacensis, 30, Douai, 108-109.

Loustaud 1993

Loustaud J.-P. - Les tuiles antéfixes de la maison des Nones de Mars. Nouvel inventaire des antéfixes de Limoges, Trav. d’Arch. Limousine, 13 : 29-51.

Loustaud et Couraud 1979

Loustaud J.-P. et Couraud R. - Deux fours de tuiliers gallo-romains dans les communes de Javerdat et de La Jonchère, Bull. de la Soc. Arch. et Hist. du Limousin, CVI : 39-43.

Lowther 1948

Lowther A. W. G. - A study on the patterns o Roman flue tiles and their distribution, Research report of the Surrey Arch. Soc., 1, Farnham.

Ludowici 1908/12

Ludowici W. - Römische Ziegel-Gräber, Katalog IV, Meiner Ausgrabungen in Rheinzabern, Riegers Univerditätsbuchhandlung, Munich, 248 p.

Lugand 1998

Lugand M. - Loupian - Le Bourbou, BSR, DRAC/SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier (1999) : 104-105.

Lugli 1957

Lugli G. - La tecnica edilizia romana, Rome, t. 1 (p. 553 sqq. : chap. Bolli laterizi).

Luik 1999

Luik M. - Gewerbliche Produktionstätten in Villen des römichen Rheinlandes, in : Pölfer 1999 : 209-216.

Luik 2001

Luik M. - Ländliche Keramikproduktion im Rhein-Maas-Gebiet während der römischen Kaiserzeit und der Spätantike, in : Polfer 2001 : 195-206.

Luik 2002

Luik M. - Kunsthandxerkliche Produktion im römischen Trier, in : Béal et Goyon 2002 : 139-149.

Lutz 1959

Lutz M. - L’officine de céramique gallo-romaine de Mittelbronn (Moselle), Gallia, XVII, 1 : 102-160.

Luppens 2007

Luppens L. - La tuile romaine, de la cave au grenier. Étude des terres cuites architecturales gallo-romaines dans le sud de l’Entre-Sambre-et-Meuse. Essai de chronologie, Mémoire de Master en Histoire de l’Art et Archéologie, Université Libre de Bruxelles (inédit, consultable à l’Univ.).

Lutz 1980

Lutz M. - Tarquimpol-Decempagi et le Pays de Lindre, in : Patrimoine et Culture en Lorraine, Metz : 17-23.

M

Mackensen et Schneider 2005

Mackensen M. et Schneider G. - Chemical analyses of red slipped roof-tiles from Bir-Ftoutha, in : S.T. Stevens, A.V. Kalinowski et H. Van der Leest (dir.), Bir Ftouha: a pilgrimage church complex at Carthage, Journal of Roman Archaeology, Suppl. Ser. 59, Portsmouth : 371-378.

Mac Whirr 1979a

Mac Whirr A. (dir.) - Roman Brick and Tile. Studies in manufacture, Distribution and Use in the Western Empire, BAR Internat. Ser., 68, Oxford, 411 p.

Mac Whirr 1979b

Mac Whirr A. - Roman Tile-kilns in Britain, in : Mac Whirr 1979a : 97-189.

Mac Whirr 1979c

Mac Whirr A. - Origins of legionary tile-stamping in Britain, in : Mac Whirr 1979a : 253-260.

Mac Whirr et Viner 1978

Mac Whirr A. et Viner D. - The production and distribution of tiles in Roman Britain with particular reference to the Cirencester region, Britannia, 9 : 359-377.

Magetti et Galetti 1993

Magetti M. et Galetti G. - Die Baukeramik von Augusta Raurica. Eine mineralogisch-chemisch-technische Untersuchung. Zur Herstellung und Verbreitung der in Kaiseraugst produzierten Ziegel der Legio Prima Martia, Jahresber. Augst u. Kaiseraugst, 14 : 199–225.

Magnan 1984

Magnan D. - Collections du Musée de Meaux. 1 - Préhistoire, Protohistoire, Gallo-romain, Musée Bossuet/Ville de Meaux, Meaux, 191 p.

Maier 1989

Maier R.A. - Römisches Ziegelstück mit Tierfuß-Abdruck als “ Bauopfer ” im frühmittelalterlichen Ötting, Das archäologische Jahr in Bayern (Stuttgart) : 158-165.

Mallet 2006a

Mallet F. - Les tuiles estampillées de Charny (Seine-et-Marne), Les Chaumes-de-Choisy. Quelques réflexions sur trois estampilles sur tuiles du iiie siècle connues en Île-de-France : Victoris, Baroni et Cornuti, in : SFECAG, Actes Congrès de Pézenas, Marseille : 589-597.

Mallet 2006b

Mallet F. - Charny “ Les Champs-de-Choisy ” (Seine-et-Marne / Île-de-France), Rapp. Final d’Opér., Inrap/SRA Île-de-Fr., 3 vol. (consultable au SRA Île-de-Fr.).

Mallet, Adrian et Delage 2011

Mallet F., Adrian Y.-M. et Delage F. - Données préliminaires sur les ateliers de potiers et de tuiliers de Villeparisis (77), in : P. Van Ossel (dir.), Les céramiques de l’Antiquité tardive en Île-de-France et dans le Bassin parisien (Actes Coll., Bourg-la-Reine, 8-9 mars 2007), vol. II. Synthèses, Dioecesis Galliarum, Doc. de Trav. n9, Nanterre : 311-319.

Mallet et Delage 2007

Mallet F. et Delage R. - Une production de terres cuites architecturales du Bas-Empire à Villeparisis (Seine-et-Marne), in : SFECAG, Actes du Congrès de Langres, Marseille : 563-568.

Mallon 1948

Mallon J. - Filumene Asiana, Archivo Español de Arqueologia, XXI : 110-143.

Mallon 1952

Mallon J. - Paléographie romaine, Consejo superior de investigaciones cientificas, Instituto Antonio de Nebrija de Filologia (coll. Scripturae, monumenta et studia, III), Madrid, 189 p.

Mallon 1973a

Mallon J. - Briques et des tuiles inscrites avant cuisson conservées au Musée de Vienne (Isère), BSNAF : 38-40, pls.

Mallon 1973b

Mallon J. - Une tuile écrite avant cuisson, BSNAF : 86-92.

Mallon 1977

Mallon J. - Panorama actual de la investigacion sobre escrituras latinas : perspectivas para el futuro, in : Actas de las I jornadas de metodologia aplicada de las ciencias historicas, V paleografia y archivistica, Santiago de Compostela, Universidad : 15-22.

Mallon 1986

Mallon J. - De l’écriture. Recueil d’études publiées de 1937 à 1981, éd. du CNRS, Paris, 367 p.

Malquori 1994

Malquori B. M. - Bolli laterizi dell’area della metà sudans in Roma contesti di età giulio-claudia, in : Epigrafia della produzione e della distribuzione, Actes Coll. (Rome, ÉFR, 1992), coll. ÉFR, 193, Rome : 335-360.

Maluquer 1951

Maluquer de Motes J. - ¿Un horno de antefijas ibéricas?, Zephyrus, 2 : 41-42.

Man, Cioata et Crisan 2010

Man N, Cioata D. et Crisan C. - Un nou cuptor de ars ceramică descoperit în aşezarea romană de la Cristeşti [A new tiles kiln discovered in Roman settlement of Cristeşti], in : I. Glodariu, et G. Gheorghiu (dir.), Studii de istorie şi arheologie, Omagiu cercetătorului dr. Eugen Iaroslavschi, Cluj-Napoca : 194-205.

Manacorda 1993

Manacorda D. - Appunti sulla bollatura in età romana, in : W. V. Harris (dir.), The inscribed Economy. Production and Distribution in the light of instrumentum domesticum, Journ. of Roman Studies, Suppl. Ser. 6, Ann Arbor : 37-54.

Manacorda 1994

Manacorda D. - Produzione agricola, produzione ceramica e proprietà de la terra nella Calabria romana tra Republica a Impero, in : Epigrafia della produzione e della distribuzione, Actes Coll. (Rome, 1992), coll. Éc. Franç. de Rome, 193, Rome : 3-59.

Manacorda 2000

Manacorda D. - I diversi significati dei bolli laterizi. Appunti i riflessioni, in : Boucheron, Broise et Thébert 2000 : 127-159.

Manacorda 2005

Manacorda D. - Appunti sull’industria edilizia a Roma, in : Brunn 2005a : 25-52.

Manacorda 2007

Manacorda D. - Ex Figlinis Caesaris, in : D. Pupillo (dir.), Le proprietà imperiale nell’Italia romana, Florence : 267-291.

Manacorda 2008

Manacorda D. - Populonia e l’instrumentum inscriptum : i bolli laterizi, in : M. Hainzmann et R. Wegenig (dir.), Instrumenta latina II, Akten des 2. Internat. Kolloquiums (Klagenfurt, mai 2005), Klagenfurt : 201-208.

Mangin 1994a

Mangin M. - Les agglomérations secondaires antiques dans les régions de Franche-Comté et de Bourgogne, in : Petit et Mangin 1994 : 45-79.

Mangin 1994b

Mangin M. (dir.) - La Bourgogne, in : J.-P. Petit et M. Mangin (dir.), Atlas des agglomérations secondaires de la Gaule Belgique et des Germanies, coll. Arch. Auj., Errance, Paris : 11-87.

Mangin et al. 2000

Mangin M., Fluzin Ph., Courtadon J.-L. et Fontaine M.-J. - Forgerons et paysans des campagnes d’Alésia (Haut-Auxois, Côte-d’Or), ier siècle avant - viiie siècle après J.-C., Monogr. CRA, 22, CNRS éd., Paris, 508 p.

Manière 1966

Manière G. - “ La Tuilerie ”, commune de Roquefort-sur-Garonne, Rev. du Comminges, LXXIX : 16-18.

Manière 1971

Manière G. - Une officine de tuilier du Haut-Empire à Couladères par Cazères (Haute-Garonne), Gallia, XXIX : 191-199.

Manière 1975

Manière G. - Fours à tuiles gallo-romains de Trichet, commune de Fousseret (Haute-Garonne), Gallia, 33, 2 : 207-212.

Maniquet 1993

Maniquet Ch. - Un four de tuilier gallo-romain près de Chassinie, commune de Vignols, Bull. de la Soc. scient., hist. et arch. de la Corrèze, CXV : 19-24.

Maniquet 2006

Maniquet Ch. - Magnac-Laval. Les Tourettes, BSR, DRAC/SRA Limousin, Limoges (2007) : 71-72.

Manoux et Lintz 1967

Manoux C. et Lintz G. - Four à tuiles gallo-romain de Bourg-le-Bec, Bull. de la Soc. scient., hist. et arch. de la Corrèze, LXXI : 22-30.

Marcone 2005

Marcone A. - Riflessioni sugli aspetti giuridici dell’artigianato romano, in : M. Polfer (dir.), Artisanat et économie romaine : Italie et provinces occidentales de l’Empire, Actes 3e Coll. Internat. (Erpeldange, Lux., 14-16 oct. 2004), Monogr. Instrumentum, 32, M. Mergoil, Montagnac : 7-16.

Marcoult 1994

Marcoult F. - Savins. Les Cottes Mains, BSR, DRAC/SRA Île-de-France, Paris (1995) : 82-83, 2 Fig.

Marcoult 1995

Marcoult F. - Savins. Les Cottes-Mains, BSR, DRAC/SRA Île-de-France, Paris (1996) : 61-62, 1 Fig.

Marcoult 1996

Marcoult F. - Savins. Les Cottes-Mains, BSR, DRAC/SRA Île-de-France, Paris (1997) : 67, 1 Fig.

Marcoult 1997

Marcoult F. - Savins. Les Cottes-Mains, BSR, DRAC/SRA Île-de-France, Paris (1998) : 63-64, 1 Fig.

Marcoult 1998

Marcoult F. - Savins. Les Cottes-Mains, BSR, DRAC/SRA Île-de-France, Paris (2000) : 72.

Marcoult 1999

Marcoult F. - L’atelier de tuiliers de Savins, in : F. Thuillier, Les ateliers céramiques gallo-romains en milieu rural dans le nord de la Gaule : étude de cas, in : Polfer 1999 : 86-93.

Marcu 2004/05

Marcu F. - Ala I Flavia Gaetulorum oder Gallorum ?, Ephemeris Napocensis, 14-15 : 73-80.

Mardešić 2006

Mardešić J. - [Stamped tegulae from the Old Holdings of the Archaeological Collection in Vid near Medkovič] [en croate], Vjesnik za arheologiju i historiju Dalmatinsku (Split), 99 : 99-112.

Marengo 2006

Marengo S. M. - Suasa, Suasa Felix ed i Luci di Ariminum : un’ipotesi, Picus, 26 : 173-181.

Marghitan 1968

Marghitan L. - [Briques avec l’estampille de la XIIIe légion Gemina récemment découvertes] [en roumain], Revista Muzeelor (Bucarest), V : 446-448.

Marichal 1988

Marichal R. - Les graffitis de La Graufesenque, 47e Suppl. à Gallia, CNRS, Paris, 286 p.

Marini 1884

Marini G. - Iscrizione antiche doliari, Rome.

Marion et Tassaux 2008

Marion Y. et Tassaux F. - Tuiles et amphores estampillées de Loron (Croatie), in : M. Hainzmann et R. Wegenig (dir.), Instrumenta latina II, Akten des 2. Internat. Kolloquiums (Klagenfurt, mai 2005), Klagenfurt : 209-222.

Marquaire 1990

Marquaire J. - Éléments de toiture antiques et modernes, Trav. d’Arch. Limousine, 11 : 147-152. (faîtières décorées : cf. Drevant, Mus. St-Amand)

Marquis 1977

Marquis Ph. - Marque de tuilier gallo-romaine à Longueil-Sainte-Marie (Oise), Rev. Arch. de l’Oise, 9, 1-2 : 11.

Martin 1873

Martin A. - Un mot sur Clis, catalogue des objets trouvés au Yosquet, Bull. de la Soc. Arch. de Nantes, 12 : 159-167.

Martin 1892

Martin X. - Note sur les fours romains de Lucy, Mém. de la Soc. Éduenne, 20 : 86-91.

Martin 1960

Martin R. - Informations archéologiques, Circonscription de Dijon, Gallia, XVIII, 2 : 328-354.

Martínez, Villalobos et Giménez 1999

Maitínez Mangato J., Villalobos C. A. et Giménez R. G. - La producción cerámica en la Provincia de Cádiz. Fabricación de ámforas y materiales complementarios, in : Bendala, Rico et Roldán 1999 : 45-63.

Marty 2003a

Marty F. - L’atelier de potier gallo-romain de Sivier (Istres, Bouches-du-Rhône), RAN, 36 : 259-282.

Marty 2003b

Marty F. - Istres - Sivier, Recueil des ateliers de potiers et d’artisanat de la terre cuite, SFECAG, 10 p., en ligne : //sfecag.free.fr/recueil/rapact.htm/

Masefield et Williams 2003

Masefield R. et Williams D. - A Roman tilery at Doods Farm, Reigate, Surrey Archaeol. Collect., 90 : 247-259.

Massy 1994

Massy J.-L. - Les agglomérations secondaires de Lorraine, in : Petit et Mangin 1994 : 103-112.

Massy 1997

Massy J.-L. (dir.) - Les agglomérations secondaires de la Lorraine romaine, Inst. des Sc. et Techn. de l’Antiq., 161, Ann. Litt. Univ. Besançon, 647, diff. Les Belles Lettres, Paris, 1998, 433 p.

Matijašić 1982/85

Matijašić R. - [Les marques de fabrique sur tuiles romaines du Musée archéologique de l’Istrie] [en slovaque], Jadranski zbornik, 12 : 287-299 (rés. en ital., p. 302-303).

Matijašić 1983

Matijašić R. - Cronografia dei bolli laterizi della Figulina Pansiana nelle regioni adriatiche, Mél. de l’Éc. Franç. de Rome, Antiquité, 95 : 961-995.

Matijašić 1987a

Matijašić R. - La produzione ed il commercio di tegole ad Aquileia, Ant. Altoadriat., 19 : 495-531.

Matijašić 1987b

Matijašić R. - Vecchi e nuovi rinvenimenti di tegole con bollo di fabbrica in Istria (I - Istria meridionale), A. Arch. Slov., 38 : 161-192.

Matijašić 1988

Matijašić R. - [Les tuiles estampillées romaines sur le territoire de la Liburnie septentrionale] [en slovaque], in : Arheološka Istraživanja na otocima Krku, Rabu i pagu i u Hrvatskom primorju, Znanstveni skup (Krk, 24-27 sept. 1985), Izdanja Hrvatskov arheološkov društva, 13, Zagreb (1989) : 61-71.

Matijašić 1993a

Matijašić R. - Cronografia dei bolli laterizi della figulina Pansiana nelle regioni Adriatiche, Mél.de l’ Éc. Franç. de Rome, Antiquité, 95 : 961-995.

Matijašić 1993b

Matijašić R. - Lo studio dei bolli laterizi romani in Istria dal ’700 ad oggi, in : Zaccaria 1993 : 127-133.

Matijašić 1993/94

Matijašić R. - Vecchi e nuovi rinvenimenti di tegole con bollo di fabbrica in Istria (II - Istria occidentale), Histria archaeologica, 24-25 (1995, Pula) : 38-73.

Matijašić 1998

Matijašić R. - Bolli laterizi dell’area istriana, in : Righini 1998a : 97-105.

Matteotti 1993

Matteotti R. - Zur Militärgeschichte von Augusta Rauricorum in der zweiten Hälfte des 1. Jahrhunderts n. Chr. Die Truppenziegel der 21. Legion aus Augst, Jahresber. Augst u. Kaiseraugst, 14 : 185–197.

Matuszewska 2006

Matiszewska M. - Bemerkungen zur Typologie der Ziegelstempel aus Novae (Moesia Inferior), Arch. Bulgar., 10, 1 : 45-63.

Maufus 1991

Maufus M.-C. - La terre cuite, in : Naissance des arts chrétiens, Picard, Paris : 232-237.

Mauné 1998

Mauné S. - Les campagnes de la cité de Béziers dans l’Antiquité (partie nord-orientale) (iie s. av. J.-C. - vie s. av. J.-C.), coll. Arch. et Hist. Rom., M. Mergoil, Montagnac, 1998, 532 p.

Mauné 2001

Mauné S. - Les ateliers de potiers d’Aspiran dans l’Antiquité (ier-iiie s. ap. J.-C.). Bilan et perspectives, in : F. Laubeinheimer (dir.), 20 ans de recherches à Sallèles d’Aude, Série Amphores, Presses Univ. Franc-Comtoises, Besançon, diff. Les Belles Lettres, Paris : 163-198.

Mauné 2007

Mauné S. - Le statut et la place des ateliers de potiers dans les campagnes de la Gaule narbonnaise durant le Haut-Empire. L’exemple de la moyenne vallée de l’Hérault, in : Pottery workshops and agricultural production, Studies on rural world in the Roman period - 2, Tallers ceràmics i produccio agricola, Estudis sobre el mon rural d’època romana - 2, Univ. Girone, Grup de Recerca Arq. del Pla de l’Estany, Girone : 151-183.

Mauné et al. 2004

Mauné S. et alii - Saint-Pargoire. Contours/Mas Crémat, BSR, DRAC/SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier (2006) : 166-169.

Mauné et al. 2006

Mauné S. et alii - Nouvelles données sur les productions céramiques de l’atelier de Dourbie à Aspiran (Hérault) (première moitié du ier siècle ap. J.-C.), in : SFECAG, Actes du Congrès de Pézenas, Marseille : 157-188.

Mauné et Silvéréano 2011

Mauné S. et Silvéréano S. - Les productions augusto-tibériennes de l’atelier de potiers de Bastide-Neuve à Velaux (Bouches-du-Rhône), in : SFECAG, Actes du Congès d’Arles (2-5 juin), Marseille : 667-690.

Maurin 1978

Maurin L. - Saintes antique, des origines à la fin du vie siècle après Jésus-Christ, Soc. Arch. Hist. Charente-Maritime/Musée Arch., Saintes, 528 p.

Maurin 2007

Maurin L. - Saintes. 17/2, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 439 p.

Mavérault-Tardiveau 2007

H. Mavéraud-Tardiveau - Le Tarn-et-Garonne. 82, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 226 p.

Mayet et Tavares 1998

Mayet F. et Tavares da Silva C. - L’atelier d’anphore de Pinheiro (Portugal), Paris, 336 p.

Maza et Clément 2010

Maza G. et Clément B. - Nouvelles données sur les canalisations en terre cuite à Lyon (Rhône). Le cas du 14 rue des Tuileries à Vaise (9e arrondissement), in : SFECAG, Actes du Congrès de Chelles (13-16 mai 2010), Marseille : 665-670.

Mees 2002

Mees A. W. - Organisationsformen römischer Töpfer-Manufakturen am Beispiel von Arezzo und Rheinzabern unter Berückschtigung von Papyri, Inschriften und Rechtsquellen, 2 vol., Röm.-Germ. Zentralmuseum, Forschungsinstitut f. Vor- u. Frühgesch., Monogr. 52, R. Habelt, Bonn/Mayence, 464 p. + Ann.

Meissonnier 1992

Meissonnier J. - (d’après D. Maranski) Nevers. Rue du Rempart, BSR, DRAC/SRA Bourgogne (1993) : 46.

Mennella 1994

Mennela G. - Laterizi bollati nell’area piemontese : la documentazione su Pollentia e Augusta Bagiennorum, in : Epigrafia della distribuzione e della produzione, Actes VIIe Renc. Franco-Ital. sur l’Épigraphie du Monde romain (Rome, 5-6 juin 1992), Rome : 397-413.

Merlat 1957

Merlat P. - Antiquités historiques. Ve Circonscription, Gallia, XV, 2 : 175-198.

Merlo 1969

Merlo B. - Mattoni e tegole bollati del Polesine, Padusa, V, 2 : 25-27.

Metzler, Zimmer et Bakker 1981

Metzler J., Zimmer J. et Bakker L. - Ausgrabungen in Echternach, Min. Aff. Cult. Luxemb. et Ville Echternach, Luxembourg, 1981, 400 p.

Meyer-Freuler 2009

Meyer-Freuler Ch. - Das römische Ziegeleiwesen in der Schweiz : Neue Forschungen, Ber. d. Stiftung Ziegelei-Museum (Cham), 26 : 25-39.

Meyer-Freuler et al. 2007

Meyer-Freuler C., Maggetti M. et Hänggi R. - Die gestempelten Ziegel von Vindonissa. Ein Beitrag der Archäometrie (Folco Giacomini), in : Zusammenfassung der Forschungsgeschichte und der dissertation von Folco Giacomini, Jahresbericht 2006, Gesellschaft Pro Vindonissa, Brugg : 45-55.

Michel 1965

Michel F. - Trittspuren von Haustieren in römische Ziegeln, die in der Umgebung von Thun gefunden worden sind, Jahrbericht d. hist. Museum Schloss Thun : 24 sqq.

Michel 1968

Michel F. - Tierspuren auf römischen Ziegeln, Jahresbericht d. histor. Mus. Schloss Thun : 19-47.

Michel 1974

Michel F. - Tierspuren auf römischen Ziegeln. Dritte Mitteilung, Jahresbericht d. histor. Mus. Schloss Thun : 25-39.

Michel 1976

Michel F. - Tierspuren auf römischen Ziegeln. Vierte Mitteilung, Jahresb. d. histor. Mus. Schloss Thun : 5-21.

Middleton 1997

Middleton A. - Tiles in Roman Britain, in : I. Freestone et D. Gaimster (dir.), Pottery in the making. World Ceramic Traditions, British Museum Press, Londres : 158-163.

Mielsch 1971

Mielsch H. - Römische Architekturterrakotten und Wandmalereien im Akademischen Kunstmuseums Bonn, Berlin.

Milan 1981

Milan Ch. - Les chenets zoomorphes de la Gaule préromaine et romaine, Études Celtiques, XVIII : 49-64.

Mingazzini 1954

Mingazzini P. - Velia. Scavi 1927, fornace di mattoni ed antichità varie, Atti e memorie della Società Magna Grecia : 21-60, Pl. V-VI.

Mingazzini 1970

Mingazzini P. - Elenco di bolli di mattoni pubblici, Rendiconti, Atti dell’Accademia Naz. dei Lincei, XXV : 403-429.

Miniero 1999

Miniero P. - La produzione laterizia, in : A. Barbet et P. Miniero (dir.), La villa romana di S. Marco, Naples : 63-71.

Moga 1998

Moga V. - Monumente romane inedite din Apulum [en roumain] (rés. en fr.), Apulum, 35 : 135-142.

Mološević 1971

Milošević A. - Roman Brick Stamps from Sirmium, Sirmium, I : 95-118.

Molle 2005

Molle C. - Un laterizio bollato da Aquinum, Arch. Class., 56 : 487-495.

Mommsen 1875/81

Mommsen Th. – (sur les graffiti de Siscia/Sisak), Ephemeris Epigraphica.

Monacchi 2007

Monacchi W. - Schede per località : Lunano (PU), Picus, 27 : 301-307.

Monaco 1975/76

Monaco E. - Laterizi dollati dalla Domus Tiberiana, Rendiconti, Atti d. Pontif. Acad. Romana di Arch., XLVIII : 309-313.

Montanari 1962

Montanari G. B. - Fornaci romane rinvenute in Emilia, Archeologia classica, XIV : 162-209.

Moosbauer 1999

Moosbauer G. - Handwerk und Gewerbe in den länlichen Siedlungen Raetiens vom 1. bis zum 4. Jahrhundert nach Chritus,, in : Polfer 1999 : 217- 234.

Morel 1985

Morel J.-P. - La manufacture, moyen d’enrichissement dans l’Italie romaine, in : Ph. Leveau (dir.), L’origine des richesse dépensées dans les villes, Actes Coll. (Aix-en-Prov., 11-12 mai 1984), Publ. Univ. Prov., Aix-en-Prov. : 87-111.

Morel 1991

Morel J.-P. - Artisanat, importations et romanisation dans le Samnium aux iie et ier siècles av. J.-C., in : La romanisation du Samnium aux iie et ier siècles av. J.-C., Actes du colloque (Naples, 4-5 nov. 1988), Centre Jean-Bérard, Naples : 187-203.

Morel 1992

Morel J.-P. - L’artisan, in : A. Giardina (dir.), L’Homme romain, coll. “ L’Univ. Hist. ”, Seuil, Paris : 267-302.

Moreno et Vargas 2004

Moreno Almenara M. et Vargas Cantos S. - Los hornos romanos de la cerámica del viaducto del pretorio (Cordóba), in : Bernal et Lagóstena 2004 : 673-676.

Morfova 1971

MorfovaZ. - [Briques et tuiles romaines estampillées provenant d’ateliers privés et impériaux de la Bulgarie du Nord-Est] [en bulgare], Arheologija, XIII, 3 : 25-33.

Morin 1993a

Morin J.-M. - Un atelier de potier du milieu du premier siècle après J.-C. à Jouars-Pontchartrain (Yvelines) ”, Bull. Arch. du Vexin Français, 25 : 113-122.

Morin 1993b

Morin J.-M. - La production d’un atelier du Haut-Empire découvert à Jouars-Pontchartrain (Yvelines), in : Trésors de terre, céramiques et potiers dans l’Ile-de-France gallo-romaine, Catalogue Expos., Versailles : 128-131.

Morlet 1865

Morlet G. (de) - Les cromlech’s de Mackwiller, Bull. de la Soc. pour la Conserv. des Mon. Hist. d’Alsace, IIe sér., 3 : 80-92.

Mortreau 2008

Mortreau M. - Indices de la présence de militaires romains à Angers, Juliomagus (ier av. - iiie s. ap. J.-C.), in : L’Anjou militaire, Archives d’Anjou, Mélanges d’histoire et d’archéologie angevines, No spécial, 12 : 9-39.

Mortreau, Séris et Nauleau 2012

Mortreau M., Séris D. et Nauleau J.-F. - Un atelier de céramiques et de terres cuites architecturales du Haut-Empire à “ La Grosse Pierre ”, Les Clouzeaux (Vendée), SFECAG, Actes du Colloque de Poitiers (17-20 mai), Marseille (à paraître janv. 2013).

Moser 1986

Moser F. - Les ateliers gallo-romains de Brive, Corrèze, Trav. d’Arch. Limousine, 7 : 77-89.

Moser et Tilhard 1986

Moser F. et Tilhard J.-L. - Un nouveau centre de production de céramique sigillée : Brive (Corrèze), étude d’un groupe de vases moulés et de formes Drag. 35-36, SFECAG, Actes du Congrès de Toulouse, Marseille : 93-104.

Moser et Tilhard 1987

Moser F. et Tilhard J.-L. - Un nouvel atelier de sigillée en Aquitaine, Aquitania, 5 : 35-121.

Moser-Gautrand et Moser 1981

Moser-Gautrand C. et Moser F. - Les figurines gallo-romaines en terre cuite de Brive, Trav. d’Arch. Limousine, 2 : 17-58.

Motschi et Muntwyler 2006

Motschi A. et Muntwyler Ch. - Römische Villa, Galgen und Wasenwinkel. Archäologie im Freibad Letzigraben in Zürich-Albisrieden, Arch. Suisse, 29, 4 : 2-17.

Mourot 2002

Mourot F. - La Meuse. 55, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 656 p.

Mowat 1873

Mowat R. - Un graffite conservé à Poitiers, BSNAF : 82-91.

Mowat 1883

Mowat R. - Les inscriptions et les tuiles légionaires de Mirebeau, Comptes rendus de l’Acad. des Inscr. et Belles-Lettres, XI, 317-329.

Mucha, Bartel et Dolata 2002

Mucha H.-J., Bartel H.-G. et Dolata J. - Exploring Roman Brick and Tile by Cluster Analysis with Validation of Results, in : W. Gaul et G. Ritter (dir.), Classification, Automation, and New Media. Studies in Classification, Data Analysis, and Knowledge Organization, Proceedings of the 24th Annual Conference of the Gesellschaft für Klassifikation, University of Passau (15-17 mars 2000), Berlin/Heidelberg/New York : 471-478.

Mucha, Bartel et Dolata 2003

Mucha H.-J., Bartel H.-G. et Dolata J. - Modellbasierte Clusteranalyse römischer Ziegel aus Worms und Rheinzabern, in : Beiträge der AG Archäologie zur Tagung der Gesellschaft für Klassifikation (Dortmund, 9-11 mars 2003), Archäologische Informationen, 26/2 : 471- 480.

Mucha, Bartel et Dolata 2005

Mucha H.-J., Bartel H.-G. et Dolata J. - Model-based Cluster Analysis of Roman Bricks and Tiles from Worms and Rheinzabern, in : C. Weihs et W. Gaul (dir.), Classification - the Ubiquitous Challenge. Studies in Classification, Data Analysis, and Knowledge Organization, Proceedings of the 28th Annual Conference of the Gesellschaft für Klassifikation, University of Dortmund (9-11 mars 2004), Berlin / Heidelberg / New York : 317-324.

Mucha, Bartel et Dolata 2009

Mucha H.-J., Bartel H.-G. et Dolata J. - Zur Klassifikation römischer Ziegel von Fundorten im südlichen Obergermanien, Multivariate statistische Analyse der archäometrischen Daten, in : A. Hauptmann et H. Stege (dir.), Archäometrie und Denkmalpflege. Kurzberichte 2009, München (= Metalla Sonderheft, 2, Bochum)

Müller 1964

Müller G. - Römische Ziegel in Dormagen, Bayer-Berichte Heft, 13 : 58 sqq.

Müller 1976

Müller P. - Gestempelte Ziegel, in : H. Boelsch et H. P. Isler (dir.) - Studia Ietina, I, Zürich : 49-76.

Müller 1979

Müller G. - Ausgrabungen in Dormagen 1963-1977, GMBH, Cologne, 160 p.

Munzi 1998

Munzi M. - T. Manlius Sura Septicianus, la Parola del Passato (Naples), 303 : 419-429.

N

Naas 1991

Naas P. - Les campagnes gallo-romaines de la civitas des Vénètes, in : Langouët 1991 : 143-156.

Naas 2000

Naas P. - Le milieu rural des Vénètes. Le corpus des sites (prospections et fouilles) du ve s. av. J.-C. au iiie s. ap. J.-C., Rennes.

Naudet 2004

Naudet F. - L’Essonne. 91, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 298 p.

Naudet et al. 2001

Naudet F. et Laboratoire départemental d’archéologie 94 - Val-de-Marne. 94, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 168 p.

Nauleau à paraître

Nauleau J.-F. - L’étude des matériaux de construction en terre cuite galo-romains en Pays de la Loire. Premier bilan, Rev. Arch. de l’Ouest, (2012).

Naveau 1992

Naveau J. - La Mayenne. 53, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 176 p.

Neumann 1973

Neumann A. - Ziegel aus Vindobona, Der römische Limes in Osterreich, XXVII, Osterreich. Akad. der Wissenschaffen, Vienne, 130 p., 76 Pl.

Nicolae 1991

Nicolae V. et C. - O tegula ştampilată descoperită la Carsium [Une tuile estampillée découverte à Carsium] [en roumain], Studii şi Cercetǎri de Istorie Veche şi Arheologie, 42 : 79-80.

Nicolas 2011

Nicolas D. – Les Ardennes. 08, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 512 p.

Nicolini 1975

Nicolini G. - Informations archéologiques, Circonscription de Poitou-Charentes, Gallia, 33, 2 : 369-384.

Nin 2002

Nin N. - L’artisanat à Aix-en-Provence durant l’Antiquité, in : Béal et Goyon 2002 : 235-250.

Nolla et al. 2004

Nolla J. M. et alii - La teriseria romana del Collet de Sant Antoni, in : Setenes jordanes d’arqueologie de les comarques de Girona : 193-200.

Nolla, Canes et Rocas 1982

Nolla J. M., Canes J. M. et Roca X. - Un forn romà de terrissa a Llafranc (Palafrugell, Bais Empordà). Excavacions de 1980-1981, Ampurias : 147-183.

Nonnis 1999

Nonnis D. - Attività imprenditoriali e classi dirigenti nell’età republicana. Tre città campione, Cah. Centre G. Glotz, X : 71-109.

Nouel 1950

Nouel A. (abbé) - communication, Bull. de la Soc. Arch. et Hist. de l’Orléanais, 9 (13 oct.) : 4.

Nouvel et Charlier 2000

Nouvel P. et Charlier F. - Les premières tuiles vernis de Bourgogne, Archéologia, 363 : 4-5.

Novoa 2010

Novoa Jáuregui C. - Definición de contextos materiales en áreas alfareras. Prospección intensiva en el territorio de Tritium Magallum (La Rioja, España, in : Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta 41 (Cadix, 2008), Bonn : 473-480.

Nuber et Seitz 2008

Nuber H. U. et Seitz G. - Lucius Iulius Fontus. Keramikproduzent und Eigentümer der villa urbana von Heitersheim, Kreis Breisgau-Hochschwarzwald, in : Arch. Ausgrab. Baden-Württemb. : 143-146.

O

Ode 2004

Ode B. dir. - Programme Collectif de recherches. Évaluation du site de Javols-Anderitum (Lozère). Rapport 2004, 2004 (janv. 2005), 233 p. (consultable au SRA Languedoc-Roussillon)

Olcese 1993

Olcese G. - Archeologia e archeometria dei laterizi bollati urbani : primi risultati e prospettive di ricerca, in : W. V. Harris (dir.), The inscribed Economy. Production and Distribution in the light of instrumentum domesticum, Journ. of Roman Studies, Suppl. Ser. 6, Ann Arbor : 121-128.

Ollagnier et Joly 1994

Ollagnier A. et Joly D. - L’Eure-et-Loir. 28, Carte Arch. de la Gaule, Acad. Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 369 p.

Ollivier 1987

Ollivier A. - L’officine de potiers “ des Groseillers ”, vicus gallo-romain de Vieux-Poitiers, Bull. de la Soc. Sc. de Châtellerault, 29 : 3-26.

Oost 1976

Oost T. - Merkwaardige stempel uit Antwerpen, Archéologie (Belgique), 1 : 16-17, Fig. 8.

Opreanu 1998

Opreanu C. - [Le camp de la légion I Adiutrix à Apulum durant le règne de Trajan. Conséquences sur l’urbanisme romain à Apulum] [en roumain], Apulum, 35 : 121-134.

Orchies… 2010

Les fouilles archéologiques. Z.A.C. de la Carrière Dorée. Orchies. Avril-Août 2010, 1 dépliant, Comm. d’Aggl. du Douaisis, 6 p.

Orlandos 1966

Orlandos A. - Les matériaux de construction et la technique architecturale des anciens Grecs, t. I.

Ournac, Passelac et Rancoule 2009

Ournac P., Passelac M. et Rancoul G. - L’Aube. 11/2, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 573 p.

Oxé 1925

Oxé A. - Die Töpferrechnungen von La Graufesenque, Bonner Jahrb., CXXXX : 38-99.

P

Paez-Rezende et al. 2003

Paez-Rezende L. et alii - L’agglomération secondaire de Montaigu-la-Brisette - 2. Le Hameau Dorey - Sondages, BSR, DRAC/SRA Basse-Normandie, Caen (2004) : 76-77, Fig. 38.

Päffgen et Schmitz 2002

Päffgen B. et Schmitz D. - Ziegelöfen des späten 2. Bis frühen 3. Jahrhunderts auf dem Egel bei Kirchberg, Archäologie im Rheinland : 103-104.

Palao Vicente 2006

Palao Vicente J. J. - Legio VII Gemina (Pia) Felix. Estudio de une Legion romana, 510 p.

Panthier et Leclerc 1930

Panthier A. et Leclerc R. - Les fouilles de Paul Leclerc à l’Hay et Chevilly (contribution à l’étude des origines parisiennes). 1 - Gallo-romain, Bull. des Amis de Sceaux : 1-40.

Paret 1911

Paret O. - Ein römischer Guthof mit Ziegelei bei Hoheneck OA. Ludwigsburg, Fund-Berichte aus Schwaben, XIX : 90-118.

Paret 1967

Paret O. - Römischer Ziegelofen bei Steinheim an der Murr, Kr. Ludwigsburg, Kalender derdeutschen Ziegelindustrie 1963. Grabunsbericht, Fundbrichte aus Schwaben, 18, 2 : 117.

Pasquet 1996

Pasquet A. - Les mortiers en céramique commune de Bourgogne. les caractéristiques de la production, in : SFECAG, Actes du Congrès de Dijon, Marseille : 99-109.

Passelac 2007

Passelac M. - Production céramique et viticulture en Languedoc au contact des mondes méditerranéen et atlantique, in : Pottery workshops and agricultural production, Studies on rural world in the Roman period - 2, Tallers ceràmics i produccio agricola, Estudis sobre el mon rural d’època romana - 2, Univ. Girone, Grup de Recerca Arq. del Pla de l’Estany, Girone 115-136.

Passelac 2009

Passelac M. - La production de céramique et de matériaux en terre cuite, in : Ournac, Passelac et Rancoule 2009 : 106-112.

Pastor 2010

Pastor L. - Les ateliers de potiers de la Meuse au Rhin à La Tène Finale et durant l’époque gallo-romaine, Thèse de Sciences de l’Antiquité, Univ. de Strasbourg, 2 vol. : vol. 1 : texte, 342 p, 194 Figs ; vol. 2 : Catalogue, 411 p., 288 Figs. (consultable à l’Univ.).

Patitucci 2006

Patitucci Uggeri S. - La produzione di laterizi nel delta padano di età romana, in : S. Menchelli et M. Pasquinucci (dir.), Territorio e produzioni ceramiche. Pasaggi, economia e società in età romana, Atti del Conv. Internaz. (Pise, 20-22 oct. 2005), Ed. Plus Pisa Univ. Press, Pise : 53-60.

Pauc 1982

Pauc R. - Les tuiliers gallo-romains du Quercy (extr. Bull. Soc. des Ét. du Lot, CIII), 180 p., XXIII Pls h.t.

Pauc 1992

Pauc R. - Saint-Daunès - Boutessac, BSR, DRAC/SRA Midi-Pyrénées, Toulouse (1993) : 102.

Paunier 1972

Paunier D. - Un four de tuilier gallo-romain à Bellevue, Genava, 20 : 61-81.

Paunier 1994

Paunier D. - Les agglomérations secondaires en Gaule Belgique et dans les Germanies : la Suisse, in : Petit et Mangin 1994 : 80-88.

Paz et Petac 1998

Paz Garcia Bellido M. et Petac E. - Contromarcas y sellos de la legio X en Hispania y en Moesia o Renania, Arch. Esp. de Arqueol., 71, 177-178 : 257-264.

Peacock 1977

Peacock D. P. S. - Bricks and Tiles of the Classis Britannica. Petrology ans Origin, Britannia, VIII : 235-248.

Peacock 1979

Peacock D. - An ethnoarchaeological approach to the study of Roman bricks and tiles, in : Mac Whirr 1979a : 5-10.

Pedišić et Podrug 2007

Pedišić I. et Podrug E. - [Roman brick workshop stamps from the collection of the Sibenik City Museum] [en croate], Opuscula Arch. (Zagreb), 31 : 81-141.

Pellecuer 2007

Pellecuer Ch. - La production des amphores vinaires dans un domaine de Narbonnaise. Organisation et essai d’évaluation quantitative, in : Pottery workshops and agricultural production, Studies on rural world in the Roman period - 2, Tallers ceràmics i produccio agricola, Estudis sobre el mon rural d’època romana - 2, Univ. Girone, Grup de Recerca Arq. del Pla de l’Estany, Girone : 137-150.

Pellecuer et Bermont 2000

Pellecuer Ch. et Bermont I. - Les fours de la villa, L’Archéologue, 45 (déc. 1999-janv. 2000) : 72-73.

Pellicioni 1985

Pellicioni M. T. - Marchi di fabbrica dei laterizi voghentini, Voghenza.

Pellicioni Golinelli 1998

Pellicioni Golinelli M. T. - Note di discussione sui bolli laterizi del territorio ferrarese et ravennate, in : Righini 1998 : 129-141.

Peña 1987

Peña J. T. - Roman-period ceramic production in Etruria Tiberina: a geographical ans compositional study, Ph. D. Thesis, Univ. Michigan (Consultable à l’Univ.).

Peña 1995

Peña J. T. - The Organization of Pottery Production in Roman South Etruria, in : P. Vincenzini (dir.), The ceramics Cultural Heritage, Proc. of the Internat. Symposium The Ceramic Heritage of the 8th CIMTEC, World Ceramics Congress and Forum on New Materiels (Florence, 28 juin-2 juill. 1994), Techna, Faenza : 69-76.

Pencheva 2010

Pencheva E. - Tile Kiln near the village Georgi Dobrevo, Lyubimets municipality, in : L. Getov et al. (dir.), Stephanos Archaeologicos in honorem professoris Stephcae Angelova, Studia Archaeologica Universitatis Serdicensis, suppl. V, Sofia : 341-359.

Pérez Losada 1992

Pérez Losada - Contribución ó estudio da cerámica de construcción na Galicia romana (I), in : Galicia : Da Romanidade á Xermanización. Problemas históricos y culturais, Santiago de Compostela : 241-162.

Périchon et Vichy 1967

Périchon R. et Vichy M. - Note de céramologie : les plaques de foyer, RACF, VI : 311-318.

Périn 1986

Périn P. - Terres cuites architecturales du haut Moyen Âge trouvées à Paris, in : Derœux 1986 : 9-16.

Pernet 1910

Pernet V. - Notes sur Alise et ses environs. Vestiges d’occupation romaine (suite), Pro Alesia, 1ère sér., 5e année, 51-52 (sept-oct.) : 743-745.

Perrier 1973

Perrier J. - Antéfixes gallo-romains de Limoges, Bull. Soc. Hist. et Arch. Limousin, C : 81-90.

Perrier 1993

Perrier J. - La Haute-Vienne. 87, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 224 p.

Perrugot 1990

Perrugot D. - L’atelier de céramique gallo-romain de Sens (Yonne). Résultat de la campagne de 1987, extr. Bull. Soc. Arch. Sens, 32, 1, Sens, 31 p.

Petit 1967

Petit P. - La Paix romaine, Nouv. Clio, PUF, Paris, 414 p.

Petit et Mangin 1994

Petit J.-P. et Mangin M. - Les Agglomérations secondaires. La Gaule Belgique, Les Germanies et l’Occident romain, Acte Coll. (Bliesbruck-Reinheim/Bitche, 21-24 oct. 1992), coll. Archéologie Auj., Errance, Paris, 294 p.

Petolescu et Mǎrghitan 1973

Petolescu C. C. et Mǎrghitan L. - [Tuiles et briques estampillées des thermes de Micia] [en roumain], Museul Naţional, I : 247-258.

Petracco et Petracco Sicardi 2007

Petracco G. et Petracco Sicardi G. - Toponimi di confine nelle valli del Taro del ceno, Archivio Storico per le prov. Parmensi, 59 : 137-144.

Petrikovits 1971

Petrikovits H. (von) - Fortifications in the North-Western Roman Empire from the Third to the Fifth Centuries A. D., Journ. of Roman Stud., 61, 1971 : 182-184.

Petrikovits 1981

Petrikovits H. (von) - Die Spezialisierung des römischen Handwerks, in : Jahnkuhn et al. (dir.), DasHandwerk in vor- und frühgeschichtlicher Zeit, 1, Abhandlungen der Akad. D. Wissensch. Göttingen, Philos.-Hist. Klasse 122, Göttingen : 63-132.

Petrović 1975

Petrović P. - Paleografija rimskih natpisa u Gornjoj Meziji [Paléographie des inscriptions romaines en Mésie supérieure], Arheloski Institut, Belgrade, 157 p.

Petrovitsch 2005

Petrovitsch H. - Legio II Italica, Forschungen in Lauriacum, 13, Lintz.

Pétry 1976

Pétry F. - Informations archéologiques. Circonscription d’Alsace, Gallia, 34, 2 : 379-411.

Pfeiffer, Van Buren et Armstrong 1905

Pfeiffer G. J., Van Buren A. W. et Armstrong H. H. - Stamps on bricks and tiles from the Aurelian wall at Rome, Suppl. Papers of American School of Classical Studies at Rome, I, 86 p.

Philpott 1994

Philpott R. A. - A recent group of Twentieth Legion tiles from Tarbock, Merseyside, Archaeol. North West, 7 : 8-10.

Picard 1963

Picard Ch. - Acrotères, antéfixes, chapiteaux hellénistiques à décor mêlé, Rev. Arch., II : 113-187.

Picard 1966

Picard G. Ch. - Informations archéologiques. Circonscription du Centre, Gallia, XXIV, 2 : 239-256.

Piepers 1971

Piepers W. - Römische Ziegel- und Töpferöfen bei Bedburg-Garsdorf, Kreis Bergheim/Erft, Beitrage z. Archäologie des römischen Rheinland, II : 340-349.

Pierattini 1971

Pierattini C. - Bolli di officine laterizie dal territorio Tiburtino, Atti e Mem. della Soc. Tiburtinadi Storia e d’Arte, XLIV : 193-198.

Piganiol 1957

Piganiol A. - Informations archéologiques. IIe Circonscription, Gallia, XV, 2 : 159-170.

Pilloy 1914

Pilloy J. - Une construction monumentale à Saint-Quentin (Aisne) au iie siècle de notre ère, Bull. Arch. du Comité des Trav. Hist. et Scient. : 70-90.

Piñol, López et MARTĹ 2000

Piñol L., López J. et Martí G. - Calpetanus Hermes i la difusió de materials céràmics de construcció de les figlinae urbanes de Roma a Tarraco, Empúries, 52 : 281-288.

Pilet-Lemière et Levalet 1989

Pilet-Lemière J. et Levalet D. - La Manche. 50, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris, 136 p.

Pilon 2008

Pilon F. (dir.) - Le sanctuaire et les habitats de Châteaubleau (Seine-et-Marne). Bilan des travaux antérieurs à 2005, Dioecesi Galliarum, Doc. de Trav. no 8, Nanterre, 202 p.

Pinet 1972

Pinet R. - Saint-Romain-de-Jalionas. Gisement archéologique d’une tuilerie antique au lieu-dit “ le Terreau ”, Évocations, 159-160 : 102-111.

Pisani 1997

Pisani P. - Nègrepelisse, Les Tempets (82), Gallia Informations, CD1.

Pisani et Steinby 1989

Pisani Sartorio G. et Steinby E. M. - Costruire l’Impero. Materiali techniche e arti edilizie dei Romani, Archeo, 56 : 52 sqq.

Piso 1996

Piso I. - Les estampilles tégulaires de Sarmizegetusa : un graffite sur une brique de Teregova, Ephem. Napocensis, VI : 153-200 ; 201-203.

Pitte 1993

Pitte D. - Vernon. Surveillance de travaux, BSR, DRAC/SRA Haute-Normandie, Rouen (1994) : 44.

Plana-Mallart 2006

Plana-Mallart R. - Le territoire environnant la villa de Lalonquette : premiers résultats des campagnes de prospection (canton de Thèze, Pyrénées-Atlantiques, in : F. Réchin (dir.), Nouveaux regards sur les villae d’Aquitaine : bâtiments de vie et d’exploitation, domaines et postérités médiévales, Actes Table-Ronde (Pau, 24-25 nov. 2000), Arch. des Pyr. Occidentales et des Landes, h. s. no 2, Univ. de Pau/Groupe de Rech. Arch., Pau : 203- 226.

Planchon, Bois et Conjard-Réthoré 2010

Planchon J., Bois M. et Conjard-Réthoré P. - La Drôme. 26, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-Lettres, MSH, Paris, 783 p.

Planck 1983

Planck D. - Das Freilichtmuseum am rätischen Limes im Ostalbkreis, K. Theiss, Stuttgart, 190 p.

Pline, H. N., XXXV

Pline l’Ancien - Histoire naturelle, L. XXXV, éd. J.-M. Croisille, CUF/Budé, Les Belles Lettres, Paris, 1985 (rééd. 2003).

Pline, H. N., XXXVI

Pline l’Ancien - Histoire naturelle, L. XXXVI, éd. J. André, R. Bloch et A. Rouveret, CUF/Budé, Les Belles Lettres, Paris, 1981.

Poblome et al. 1998

Poblome J., Ekinci H. A., Öztürk I., Degryse P., Viaene W. et Waelkens M. - An Early Byzantine Tile Kiln on the Territory of Sagalassos, XIX. Kazý Sonuçlarý Toplantýsý (Ankara 26-30 mai 1997), Ankara : 507-522.

Poblome et al. 2000

Poblome J. et alii - The ceramic production center of Sagalassos, Rei Cretariae Romanae Fautores, Acta 36 (Actes 20e Congrès, Éphèse/Pergame, 1998), Abingdon : 39-42.

Polfer 1999

Polfer H. (dir.) - Artisanat et productions artisanales en milieu rural dans les provinces du nord-ouest de l’Empire romain, Actes Coll. (Erpeldange, mars 1999), éd. M. Mergoil, Montagnac (Monogr. Instrumentum, 9), 287 p.

Polfer 2001

Polfer M. (dir.) - L’artisanat romain : évolutions, continuités et ruptures (Italie et provinces occidentales), Actes 2e Coll. d’Erpeldange (26-28 oct. 2001), Monogr. Instrumentum, 20, M. Mergoil, Montagnac, 260 p.

Polfer 2005

Polfer M. - L’artisanat dans l’économie de la Gaule Belgique romaine à partir de la documentation archéologique, Monogr. Instrumentum, 28, M. Mergoil, Montagnac, 182 p.

Pomarèdes et al. 2005

Pomarèdes H., Barberan S. Fabre L. et Rigoir Y. - La Quintarié (Clermont-l’Hérault, 34). Établissement agricole et viticulture, atelier de céramiques paléochrétiennes (D.S.P.) (ier-vie s. ap. J.-C.), coll. Arch. et Hist., 14, M. Mergoil, Montagnac.

Poncet 1967

Poncet J. - Fours de potiers gallo-romains de Roanne (Loire), RACF, VI, 2 : 132-144.

Potter 2006

Potter J. F. - A technique for distinguishing the textures of bricks and tiles, Antiq. Journ., 86 : 326-330.

Poursat 1971

Poursat J.-C. - Informations archéologiques, Circonscription d’Auvergne, Gallia, XXIX, 2 : 323-332.

Poursat 1981

Poursat J.-C. - Informations archéologiques. Circonscription d’Auvergne, Gallia, 39, 2 : 445-455.

Poux à paraître

Poux M. - Consommer das les campagnes lyonnaises : l’exemple de la villa de Goiffieux à Saint-Laurent-d’Agny, communic. au Xe Congrès AGER “ Consommer dans les campagnes de la Gaule romaine ” (Lille, 4-6 avril 2012), à paraître in : Actes.

Preisigke 1944

Preisigke F. - Wörterbuch der griechischen Papyrusurkunden mit Einschluss der griechieschen Inschriftn, Ostraka, Mumienschilder usw. aus Ägypten, Univ. Heidelberg, Berlin.

Prevosti et Clariana 2010

Prevosti Monclús M. et Clariana Roig J. F. - Torre Llauder, Figlina amphoralis, in : Rei Cretariae Romanae Fautorum, Acta 41 (Cadix, 2008), Bonn : 481-489.

Protase 2010

Protase D. - Castrul legiunii IIII Flavia de la Berzobia. Săpăturile arheologice din anii 1965-1968 [Das Lager der Legion IV Flavia von Berzobia. Ausgrabungen der Jahre 1965-1968], Analele Banatului, Ser. Nouă 18, 33-64.

Provost 1988a

Provost M. - Le Loiret. 45, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris, 249 p.

Provost 1988b

Provost M. - Le Maine-et-Loire. 49, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris, 174 p.

Provost 1988c

Provost M. - Le Loir-et-Cher. 41, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris, 159 p.

Provost 1988d

Provost M. - La Loire-Atlantique. 44, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris, 177 p. (vu)

Provost 1988e

Provost M. - L’Indre-et-Loire. 37, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris

Provost 1993

Provost M. - Le Val de Loire dans l’Antiquité, 52e Suppl. à Gallia, CNRS éd., Paris, 425 p.

Provost et al. 1996

Provost M. et alii - La Vendée. 85, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 246 p. (vu)

Provost et al. 2009

Provost M. et alii - La Côte-d’Or. 21/1 - Alésia ; 21/2 ; 21/3, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et Belles-Lettres, MSH, Paris, 559, 651 et 463 p.

Provost et Mennessier-Jouannet 1994

Provost M. et Mennessier-Jouannet Ch. - Le Puy-de-Dôme. 63/2, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 375 p.

Provost et Rémy 1994

Provost M. - La Haute-Loire. 43, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 192 p.

Provost et Vallat 1996

Provost M. et Vallat P. - Le Cantal. 15, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris, 217 p.

Pujol 1998

Pujol J. - La villa gallo-romaine de Raujolles (Creissels), Cah. d’Arch. Aveyronnaise, 12 : 147-166.

Purdy et Manby 1973

Purdy J. G. et Manby T. G. - Excavations in the Roman tilery at Grimescar, Huddersfield, 1964, Yorkshire Arch. Journ., 45 : 96-107.

Q

R

Rabold 2003

Rabold B. - Eine neue römische Ziegelei und Töpferei am Odenwaldlimes in Mudau-Schlossau, Neckar-Odenwald-Kreis, Arch. Ausgrab. in Bade-Württemberg, 24 : 103-107.

Rabold 2008a

Rabold B. - Drei Jahre Ausgrabungen in römischen Töpferei- und Ziegelei-Grossbetrieb des LPL bei Stettfeld, Gde. Ubstadt-Weiher, Kreis Karlsruhe, Archäol. Ausgrab. in Baden-Württemberg : 138-143.

Rabold 2008b

Rabold B. - Nicht nur ein Strassenknotenpunkt. Der Grossbetrieb des Zieglers LPL imrömischen Stettfeld, Arch. Nachtrichten aus Baden, 76-77 : 52-53.

Rădulescu 1969

Rădulescu A. - [Les ateliers d’artisanat pour la cuisson de matériaux de construction en argile] [en roumain], Pontice, II : 333-353 (rés. en franç.).

Rădulescu 1973

Rădulescu A. - [Ateliers céramiques militaires le long du Danube] {en roumain], Pontice, VI : 129-133.

Raepsaet et Raepsaet-Charlier 2007

Raepsaet G. et Raepsaet-Charlier M.-Th. - Les briques et tuiles inscrites de Sains-du-Nord (Cité des Nerviens). Réflexion sur l’usage économique de l’écriture dans le monde gallo-romain, L’Antiq. Class., 76 : 133-148.

Rakeva-Morfova 1970

Rakeva-Morfova Z. - [Briques romaines avec marques d’ateliers privés et impériaux sur les rives du Danube et le littoral de la Mer Noire] [en bulgare], Arheologija (Sofia), XII, 3 : 33-43.

Ramallo 1999

Ramallo Asensio S. - Terracotas arquitectónicas de inspiratión itálica en la península ibérica, in : Bendala, Rico et Roldán 1999 : 159-178.

Ramilli 1968

Ramilli G. - Un bollo laterizio inedito e un’iscrizione di Pirro Ligorio, Archivio Veneto, LXXXIV : 5-18.

Ramos 1994a

Ramos M. A. - Las terracotas arquitectónicas de la Tarraconense, microfiches, éd. Univ. Autonome de Madrid.

Ramos 1994b

Ramos Sainz M. A. - Las antefijas romanas de la Tarraconense : tipos más representativos, in : XIV Congreso Internacional de Arqueología Clásica (Tarragone), vol. II : 344-346.

Ramos 1996

Ramos Sáinz M. L. - Las terracotas arquitectónicas en la Hispania romana : La Tarraconense, Monogr. de Arquítectura Romana, 3, Univ. Autonome, Madrid.

Ramos 1999

Ramos Sáinz M. L. - Terracotas arquitectónicas de la Tarraconense, in : Bendala, Rico et Roldán 1999 : 221-233.

Ramos et Chincoa 1994

Ramos Sáinz M. L. et Chincoa C. - Las antefijas romanas del Museo Arqueológico Nacional, Boletín del Museo Arqueol. Nac., 12, 1-2 : 51-76.

Ratel 1954/62

Ratel R. - Le site archéologique de Fontaine-Merle et son four de tuilier gallo-romain, Mém. de la Comm. des Antiq. du départ. de la Côte-d’Or, XXIV (1954-1958) : 101-113 ; XXV (1959-1962) : 179-193.

Rautman et al. 1999

Rautman M.L., Neff H., Gomez B., Vaughan S. et Glascock M.D. - Amphoras and roof-tiles from late Roman Cyprus: a compositional study of calcareous ceramics from Kalavasos-Kopetra, Journal of Roman Arch., 12 : 377-391.

Rebecchi 1983

Rebecchi F. - Bollo di tegola MAT. Problemi della produzione laterizia nella Cisalpina del I sec. A.C., Miscellanea di studi archeologici e di antichità, I, Modène.)

Rebiscoul 2006

Rebiscoul A. - Bourg-en-Bresse. Chemin de la providence, BSR - 1, DRAC/SRA Rhône-Alpes, Lyon (2008) : 25.

Rebourg 1987

Rebourg A. (A.R.) - 554 - Graffiti sur tuile [notice catalogue], in : M. Pinette (dir.), Autun-Augustodunumù, capitale des Éduens, Catalogue d’Exposition (Hôtel de Ville d’Autun, mars-oct. 1985), Autun : 274.

Rebourg 1993

Rebourg A. - Autun - 71/1 et 2, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 2 vol., 238 p.

Rebourg 1994

Rebourg A. - Saône-et-Loire. 71/3 ; 71/4, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 2 vol., 552 p.

Rebourg 1998

Rebourg A. - L’Urbanisme d’Augustonemetum (Autun, Saône-et-Loire), Gallia, 55 : 141-236.

Rebuffat 2000

Rebuffat R. - Les briques du complexe fortifié de Jublains, in : Boucheron, Broise et Thébert 2000 : 161-169 (et discussion, p. 171-176).

Réchin 2006

Réchin F. - Faut-il refouiller une villa ? Sondages archéologiques récents sur la villa de l’Arribèra deus Gleisiars à Lalonquette (Pyrénées-Atlantiques), in : F. Réchin (dir.), Nouveaux regards sur les villae d’Aquitaine : bâtiments de vie et d’exploitation, domaines et postérités médiévales, Actes Table-Ronde (Pau, 24-25 nov. 2000), Arch. des Pyr. Occidentales et des Landes, h. s. no 2, Univ. de Pau/Groupe de Rech. Arch., Pau : 131-163.

Reddé 1987

Reddé M. - Les ouvrages militaires romains en Gaule sous le Haut-Empire : vers un bilan des recherches récentes, Jahresb. d. Röm.-Germ. Zentral Museum, 34 : 43-368.

Reddé 1991

Reddé M. - Die militärische Besetzung Galliens unter Augustus, in : B. Trier (dir.) - Die römische Okkupation nörlich der Alpen zur Zeit des Augustus, Actes Coll. (Bergkamen, 1989), Bodenalertümer Westfalens, 26, Münster : 41-48.

Reddé 1995

Reddé M. - Sur quelques tuiles de la VIIIe Légion à Xanten, in : R. Bedon, P.-M. Martin et C.-M. Ternes, Mélanges Raymond Chevalier, II, Histoire et archéologie, 2, Caesarodunum, 29, Centre de Rech. A. Piganiol, Limoges : 205-212.

Reddé 2005

Reddé M. (dir.) - Oedenburg. Une agglomération d’époque romaine sur le Rhin supérieur : Fouilles françaises, allemandes et suisses à Biesheim-Kunheim (Haut-Rhin), Gallia, 62 : 215-277.

Reddé 2009

Reddé M. - Militaires romains en Gaule civile, Cah. G. Glotz, XX : 173-183.

Reddé 2011

Reddé M. - “ Ut eo terrore commeatus Gallia adventantes interciperentur ” (Tacite, Hist., V, 23) La Gaule intérieure et le ravitaillement de l’armée du Rhin, Rev. des Études Anciennes, 113, 2 : 489-509.

Reddé et al. 2006

Reddé M., Brulet R., Fellmann R., Haalebos J. K. et von Schnurbein S. (dir.), Les fortifications militaires, in : P. Aupert (dir.), L’architecture en Gaule romaine, DAF, 1000, MSH/Ausonius, Paris/Bordeaux, 477 p.

Redeuilh 1958

Redeuilh H. - Vestiges gallo-romains et mérovingiens du Canton de Cadillac sur Garonne, Rev. Hist. de Bordeaux et du départ. de la Gironde, 1958 : 11-99.

Redeuilh et Marquassuzaa 1951/53

Redeuilh H. et Marquassuzaa R. - Observations archéologiques, faites à Bordeaux, à l’occasion de travaux de voirie, en 1951, Bull. et Mém. de la Soc. Arch. de Bordeaux, LVIII (1956) : 23-24 et 58-76, 2 Fig.

Reutti 1983

Reutti F. - Tonverarbeitenden Industrie in römischen Rheinzabern. Vorbericht für die Grabungen der Jahre 1978-1981, Germania, 61 : 33-69.

Renier 1872

Renier L. - Briques de la lég. VIII Aug. trouvées à Néris, Comptes-Rendus de l’Acad. des Inscr. et B.-Lettres, I : 423-427.

Reusch 1949

Reusch W. - Die Aussengalerieder sog. Basilika in Trier, Trierer Zeitschr., 18 : 170-193.

Reyniers 1966

Reyniers F. - Marques doliaires inédites à Oudna (Tunisie), RACF, V, 3 : 241-243.

Ribbocone 1941

Ribbocone S. - Fontes Iuris Romani Anteiustiniani I, Leges, Florence.

Richardson 1973

Richardson G. G. S. - The Roman tilery, Scalesceugh, Trans. Cumberland Westmorland Antiq. Archaeol. Society, 2d series, LXXIII : 79-89.

Ricken et Baatz 1965

Ricken H. et Baatz D. - Die gestempelten Ziegel aus dem Bad des Kastells Salisberg (Hanau-Kesselstadt), Saalb. Jahrb., XXII : 101-117.

Rico 1986

Rico Ch. - Estampilles sur briques et tuiles romaines dans les départements de la Haute-Garonne et du Tarn, Mém. de Maîtrise, Univ. De Toulouse-Le Mirail.

Rico 1987

Rico Ch. - Aspect de l’industrie tuilière dans le Tarn à l’époque gallo-romaine à travers l’étude des estampilles, Arch. Tarnaise, 4 : 39-56.

Rico 1988

Rico Ch. - La brique à Toulouse dans l’Antiquité, in : Palladia Tolosa, Toulouse romaine, Toulouse : 84-87.

Rico 1993

Rico Ch. - Production et diffusion des matériaux de construction en terre cuite dans le monde romain : l’exemple de la Tarraconaise d’après l’épigraphie, Mél. Casa de Velàzquez, 29, 1 : 51-86.

Rico 1994

Rico Ch. - Les ateliers de tuiliers antiques dans la moyenne vallée du Guadalquivir. Nouvelles recherches, premier bilan, Mél. Casa de Velàsquez, 30, 1 : 107-130.

Rico 1995a

Rico Ch. - La diffusion par mer des matériaux de construction en terre cuite : un aspect mal connu du commerce antique en Méditerranée occidentale, Mél. de l’École Franç. de Rome, Antiquité, 107, 2 : 767-800.

Rico 1995b

Rico Ch. - Index de les marques epigràfiques sobre tegulae romanes de Catalunya i el Pais Valencià (antiga Tarraconensis), Saguntum-PLAV, 28 : 197-215.

Rico 1999

Rico Ch. - Éléments pour une approche socio-économique de la production de matériaux de construction en terre cuite dans les provinces hispaniques, in : Bendala, Rico et Roldán 1999 : 25-44.

Rico 2000

Rico Ch. - La production de briques et de tuiles en Bétique romaine. L’exemple de la vallée du Guadalquivir, in : Boucheron, Broise et Thébert 2000 : 177-192.

Rico 2001

Rico Ch. - L’artisanat de la brique, in : J.-M. Pailler (dir.), Tolosa. Nouvelles recherches sur Toulouse et son territoire dans l’Antiquité, coll. École Franç. de Rome, 281, Rome/Toulouse : 255-267.

Rico 2004

Rico Ch. - Quand les briques prenaient la mer, Pallas, 66 : 97-104.

Riese 1914

Riese A. - Das rheinische germanien antiken Inschriften, B.G. Teubner, Leipzig/Berlin, 479 p.

Rigal 1995

Rigal D. - Four antique à Cahors, Annales des rencontres Arch. de Saint-Céré (Lot), 3 : 87-97.

Rigal 2010a

Rigal D. - L’aqueduc de Cahors, in : Filippini 2010 : 60-68.

Rigal 2010b

Rigal D. - La terre cuite architecturale, tuiles et briques chez les Cadurques, in : Filippini 2010 : 73-77.

Righini 1970

Righini V. - Lineamenti di storia economica della Gallia Cisalpina : la produttività fittile in età repubblicana, Bruxelles.

Righini 1995

Righini V. - I bolli laterizi di età romana nella Cispadana. Le Figlinae, in : L’industria dei laterizi, 32-33 : 127-142, 214-224.

Righini 1998a

Righini V. (dir.) - Le fornaci romane. Produzione di amfore e laterizi con marchi di fabbrica nella Cispadana orientale e nell’Alto Adriatico, Atti d. Giornate internaz. di studi (Rimini, 16-17 oct. 1993), Rimini : 107-119.

Righini 1998b

Righini V. - Bolli laterizi riminesi negli studi eruditilocali, in : Righini 1998a : 143-152.

Righini 1998c

Righini V. - I laterizi di età romana nell’area nordadriatica, in : Righini 1998a : 13-17.

Righini 1999

Righini V. - La diffusione del mattone cotto nella Gallia Cisalpina e l’architettura in mattoni di Ravenna, in : Bendala, Rico et Roldán 1999 : 125-157.

Righini, Biordi et Pellicioni 1993

Righini V., Biordi M. et Pellicioni Golinelli M. T. - I bolli laterizi romani della regione cispadana (Emilia et Romagna), in : Zaccaria 1993a : 23-91.

Rilliot 1976

Rilliot M. - Offemont : atelier de potier au lieu-dit “ la Cornée ”, RAE, XXVII, 1-2 : 171-195.

Rilliot et Faudot 1990

Rilliot M. et Faudot M. - L’atelier d’Offémont (Territoire de Belfort), in : SFECAG, Actes de Congrès de Mandeure-Mathay, Marseille : 73-86.

Rivet 1992

Rivet L. - L’amphithéâtre de Fréjus et le tuilier Castor. Un nouvel élément de datation pour le monument, Provence Historique, 42 : 109-118.

Rivet 2010

Rivet L. - Recherches archéologiques au coeur de Forum Iulii. Les fouilles du groupe épiscopal de Fréjus et à ses abords (1979-1989), Bibl. d’Arch. Méditerr. et Africaine, 6, Publ. Centre C. Jullian, Aix-en-Provence, 420 p.

Rivière, Marty et Tilhard 2012

Rivière F., Marty P. et Tilhard J.-L. – L’atelier de Carrade (Cajarc, Lot): un atelier peut en cacher un autre, communic. au Congrès SFECAG de Poitiers ((17-20 mai), à paraître in Actes, janv. 2013.

Rizzo et Zambito 2007

Rizzo M. S. et Zambito L. - Novità epigrafiche siciliane. I bolli di contrada Cignana (Naro, Ag), Zeitschr. f. Papyrologie u. Epigraphik, 162: 271-277.

Rocha 1908

Rocha A. S. - Tijolos romanos existentes no Museu da Figueira, Boletim da Sociedade Arch. Santos Rocha, I, 8: 17-19.

Rodriguez 1969

Rodriguez Almeida E. - Sellos de ladrillos encontrados en Gabii en las campañas 1962 y 1965, Cuadernos de Trab. de la Escuela Esp. de Hist. y Arqueol. en Roma, XII: 45-66.

Rogeret 1997

Rogeret I. - La Seine-Maritime. 76, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 663 p.

Roldán 2008

Roldán L. - El material constructivo latericio en Hispania. Estado de la cuestión, in : Cerámicas hispanoromanas : 749-774.

Roldán Gómez 1994

Roldán Gómez L. - La utilización del ladrillo en la ciudades de la Betica, in : La ciudad en el mundo romano, Actas XIV Congreso Internac. de Arqueología Clásica, vol. II, Tarragone : 365-366.

Roldán Gómez 1999

Roldán Gómez L. - Arquitectura pública en la ciudades de la Betica. El uso del opus testaceum, in : Bendala, Rico et Roldán 1999 : 179-204.

Rolland 1960

Rolland H. - Informations archéologiques. Circonscription d’Aix-en-Provence (Nord), Gallia, XVIII, 2 : 263-285.

Romeuf et Dumontet 1973

Romeuf A.-M. et Dumontet M. - Four à tuiles gallo-romaines aux Martres-d’Artières (P.-de-D.), RACF, XII, 1-2 : 87-94.

Rook 1979

Rook T. - Tiled roofs, in : Mac Whirr 1979a : 295-301.

Rosset 2004

Rosset G. F. - Brevi note su alguni bolli laterizi dei civici musei di Udine, Quaderni Friulani di Archeol., 14 : 53-65.

Rostovtseff 1926

Rostovtseff M.I. - The Social and Economic History of the Roman Empire, Oxford ; 2e éd. (P.M.Fraser), 2 vol., Oxford, 1957 ; trad. franç.(éd. J.Andreau) - Histoire économique et sociale de l’Empire romain, coll. “ Bouquins ”, R. Laffont, Paris, 1988, 780 p.

Roth-Rubi 1994

Roth-Rubi K. - Die landliche Besiedlung und Landwirtschaft im Gebiet der Helvetier (Schweizer Mittelland) wärhend der Kaiserzeit, in : H. Bender et H. Wolff (dir.), Landliche Besiedlung und Landwirtschaft in den Rhein-Donau-Provinzen des römischen Reiches, Vortr. Internat. Kolloquiums (Passau, 16-21 avril 1991), Passauer Univ. z. Arch., 2, v. M. L. Leidorf, Espelkamp : 309-329.

Rothé 2001

Rothé M.-P. - Le Jura. 39, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 840 p.

Rothé et Heijmans 2008

Rothé M.-P. et Heijmans M. - Arles, Crau, Camargue. 13/5, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 906 p.

Rouchon 1947

Rouchon U. - Le Velay gallo-romain et sa capitale Ruessio, Le Puy, 311 p., 53 Pls.

Roumégous 2009

Roumégous A. - Orange et sa région. 84/3, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-Lettres, MSH, Paris, 371 p.

Roussel 2003

Roussel L. - Mâlain-Mediolanum, une ville gallo-romaine. Vingt-cinq ans de fouilles archéologiques 1968-1993, Cah. du Mesmontois, 74, Grpe Arch. Mesm., 493 p.

Royet 2006

Royet R. et al. - Les mutations d’un domaine de La Tène au haut Moyen Âge : Le Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère), Gallia, 63 : 283-325.

Rudling 1986

Rudling D. R. - The excavation of a Roman tilery on Great Cansiron Farm, Hartfield, East Sussex, Britannia, 17 : 191-230.

Rueger 1987

Ruger Ch. B. - Aachen AC, in : H. G. Horn (dir.), Die Römer in Nordrhein-Westfalen, Konrad Theiss, Stuttgart : 321-323.

Rueger et Todd 1964

Rueger Ch. B. et Todd M. - Neufunde römischer Ziegelstempel in Krefeld-Gellep, Bonner Jahrb., CLXIV : 306-307.

Ruzicka 1919

Ruzicka F. - Ziegel aus Lauriacum mit Schrift, Wien, Akademie der Wissenschaften in Wien (coll. Der römische Limes in Österreich, XIII), Leipzig : col. 85-116.

S

Sabrié et Sabrié 1992

Sabrié M. et Sabrié R. - Un four de tuilier d’époque augustéenne à Boutenac (Aude), Archéologie en Languedoc, 16 : 83-94.

Saint-Venant 1901

Saint-Venant J. (de) - Anciens fers de chevaux à double traverse, Mém. de la Soc. des Antiq. du Centre, XXV (1902) : 9-50.

Salé 1996

Salé Ph. - Praville. Le Moulin de Pierre, BSR, DRAC/SRA Centre, Orléans (1997) : 58.

Salvado 1980

Salvado P. - Marcas de oleiro em tégulas romanas da estação arqueológica do “ Triângulo -Mércules, Sant’Ana, S.Martinho ”, Estudos de Castelo Branco, n. s., 6 (déc.) : 126-131.

Sanader 1999/2000

Sanader M. - [Un tombeau du Bas-Empire à Vojnić] [en croate] (rés. en anglais), Opus Archaeol., 23-24 : 225-236.

Sanchez, Carrato et Favennec 2011

Sanchez C., Carrato Ch. et Favennec B. - Recherches récentes sur les contextes portuaires de Narbonne (Aude) : les fouilles de Port-La-Nautique et du Grand Castélou, in : SFECAG, Actes du Congès d’Arles (2-5 juin), Marseille : 171-201.

Sanquer 1973

anquer R. - Informations archéologiques, Circonscription de Bretagne, Gallia, 31, 2 : 351-377.

Sanquer 1976

Sanquer R. - Une découverte archéologique à Saint-Julien (Côtes-du-Nord), Archéol. en Bretagne, 11 : 13-16.

Sanquer 1981

Sanquer R. - Informations archéologiques, Circonscription de Bretagne, Gallia, 39, 2 : 299-331.

Sanquer et Galliou 1972

Sanquer R. et Galliou P. - Une maison de campagne gallo-romaine à la Roche Maurice (Finistère), Annales de Bretagne, LXXIX, 1 (mars) : 215-251.

Santrot 1996

Santrot J. - Bronzes et fers de Dax, Landes : La cachette d’un antiquaire-restaurateur au ive s. ap. J.-C., Gallia, 53 : 251-343.

Sanz Gamo 1989

Sanz Gamo R. - Materiales cerámicos utilizados en la construcción de hypocaustos en el Sureste peinsular : clavijas y ladrillos recortados, in : XIX CNA, 1 (Castellón, 1987), Zaragosse : 877-883.

Sapène 1970

Sapène B. - Chronique commingeoise, Rev. du Comminges, LXXXIII : 299-300

Sarnowski 1997

Sarnowski T. - Legionsziegel am militärischen und zivilen Bauplätzen der Principatszeit in Niedermoesium, in : Roman Frontier Studies 1995, Oxbow Monogr., 91 : 497-502.

Sarnowski 2005

Sarnowski T. - Römische Militärziegel von der südwestlichen Krim. Probleme der Produktionstätigkeit und Produktionsorte, Archeologia (Varsovie), 56 : 91-106.

Sarnowski 2006

Sarnowski T. - The Phantom Squadron of the ravennate Fleet on the Black sea in the 1st Century AD, Zeitsh. F. Papyrologie u. Epigraphik, 157 : 256-260.

Sautel 1954

Sautel J. - Informations archéologiques. XIIIe circonscription, Gallia, XII, 2 : 452-461.

Scarpignato 1998

Scarpignato M. - Bolli laterizi dal territorio di Tifernum Tiberinum, Epigraphica (Milan), 60 : 260-266.

Schaer 2006

Schaer A. - Aktuelle Ausgrabungsergebnisse aus den römischen Legionsziegeleien von Hunzenschwil (AG), Jahresbericht 2005, Gesellschaft Pro Vindonissa : 41-50.

Schaer, Fetz et Pauli-Gabi 2006

Schaer A., Fetz H. et Pauli-Gabi T. - Un toit sur la tête, Arch. Suisse, 29, 2 : 4-15.

Schallmayer 1981

Schallmayer E. - Ein römische Töpferofen in der Flur “ Hasenlauf ” von Sinsheim, Rhein-Neckar-Kreis, Arch. Ausgrab. in Baden-Württemberg, 1 : 145-147.

Schallmayer 1992

Schallmayer E. - Ein weiterer Ziegelbrennofen in römischen Töpfereibezirk bei Stettfeld Gemeinde Ubstadt-Weiher, Kreis Karsruhe, Archäol. Ausgrab. in Baden-Wüttemberg (1993) : 203-208.

Schenck-David 2009

Schenck-David J.-L. - À propos de plusieurs estampilles sur tuiles, trouvées sur le site de Saint-Pé à Montespan (Tarn-et-Garonne), Aquitania, 25 : 353-361.

Shepard 2007

Shepard E. J. - Considerazioni sulla tipologia e diffusione dei laterizi da copertura nell’Italia tardo-republicana, Boll. della Comm. Arch. communale di Roma, 108 : 55-88.

Schillinger-Häfele 1977

Schillinger-Häfele U. - Vierter Nachtrag zu CIL XIII und zweiter Nachtrag zu Fr. Vollmer, Inscriptiones Baivariae Romanae, Bericht der Römisch-Germanischen Komission, 58, II : 447-603, 8 Pl.

Schmid 2008

Schmid D. - Die ältere Töpferei an der Venusstrasse-Ost in Augusta Raurica, Untersuchungen zur local hergestellten Gebrauchskeramik und zum regionalen Keramikhandel, Forschungen in Augst, 41, Augst.

Schmid 2009

Schmid D. - Ateliers de potiers et de tuiliers des environs d’Augusta Raurica, in : SFECAG, Actes du Congrès de Colmar (20-24 mai 2009), Marseille : 245-252.

Schmid et Grolimund 2001

Schmid D. et Grolimund L. - Das Tonabbaugebiet von Augusta Raurica, Rei Cretaria Romanae Faurores, Acta 37 (Lyon, 2000), Abingdon : 137-139.

Schmitz 2002

Schmitz D. - Militärische Ziegelproduktion in Niedergermanien während der römischen Kaiserzeit, Kolner Jahrb., 35 : 339-374.

Schmitz 2004

Schmitz D. - Die gestempelten Ziegel des römischen Köln, Kolner Jahrb., 37 : 223-448.

Schmitz 2010

Schmitz D. - Vom Moselgebiet nach Xanten. Produkte des SNS-Zieglers in der Colonia Ulpia Traiana ; Mit der 30. in den Tod. Ziegelstempel der legio XXX VV in Xantener Gräbern, in : Schalles H.-J. et D. Schmitz (dir.), Schatzhäuser. Antiken aus Xantener Privatbesitz und europäischen Museen, Ausstellung im LVR-RömerMuseum im Archäologischen Park (Xanten, 19 sept. 2010 – 9 janv. 2011), Kat. LVR-Römermus. Arch. Park Xanten, 4, Darmstadt : 115 ; 121-122.

Schneider 2002

Schneider H. - Ziegelei, in : Der Neue Pauly, 12-2, Stuttgart : 803-804.

Schneller 1995

Schneller H. - Römische Ziegelstempel. Funde im Aushubmaterial aus dem Bad des Auxiliarkastells Petronell-Carnuntum aus dem Grabungjahr 1992, Museumsverein Petronell-Carnuntum Auxiliarkastell, Petronell-Carnuntum.

Scholz 2005

Scholz M. - Militärdiplom und Ziegelstempel aus Walhaim, Kreis Ludswigsburg, Arch. Ausgrab. in Bade-Württemberg, 26 : 123-125.

Schramm, Wolfram et Keune 1902

E. Schramm, G. Wolfram et J. B. Keune - Das grosse römische Amphitheater zu Metz, Jahrb. der Gesellsch. F. Löthringische Gesch. u. Altertumskunde, XIV : 340-430.

Schuermans 1867

Schuermans M.-H. - Sigles figulins (époque romaine), Ann. Acad. d’Arch. de Belgique, XXIII, 2e série, 3, Anvers, 292 p.

Schulz 2003

Schulz R. - Zur Rekonstruktion der Ziegeleihalle in Neupotz, Archäologie in der Pfalz, Jahresbericht 2001 : 103-108.

Schütz 2010

Schütz G. - L’artisanat antique dans le chef-lieu de cité de Vieux Aregenua (Calvados), in : Chardron-Picault 2010 : 95-107.

Schulthess 1927

Schulthess O. - Der römische Legionsziegelofen von Rupperswil, Heimatkunde aus dem Seetal, 9/10 : 66-69.

Schulz et Fischer 2002

Schulz R. et Fischer B. - Die Ziegeleimanufaktur von Neupotz, Kreis Germerssheim, Archäologie in Rheinland-Pfalz : 96-98.

Schumacher 1923

Schumacher K. - Siedelungs und Kulturgeschichte der Rheinlande, Mayence, vol. II.

Schwanzar 2004

Schwanzar Ch. - Der römische Ziegelbrennofen von Fraham - OG Fraham, Bezirk Eferding, Jahrb. d. Oberösterreichischen Musealvereines Gesellschaft für Landeskunde, 149 : 223-254.

Scott 1975

Scott K. - Romano-British Tile-Kilns: The Arbury Tilery, Trans. Birmingham Warwickshire Archaeol. Soc., LXXXVII : 57-67.

Sebastian Sommer 1994

Sebastian Sommer C. - Les agglomérations secondaires de la Germanie transrhénane (rechtsrheinisches Germanien), in : Petit et Mangin 1994 : 89-102.

Séguier 2006

Séguier J.-M. - Un assemblage d’apparence funéraire du iiie s. : la fosse F.15 de l’agglomération de La Terre aux Moines à Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne), in : P. Van Ossel (dir.), Les céramiques de l’Antiquité tardive en Île-de-France et dans le Bassin parisien. Vol. I : Ensembles régionaux, Diocesis Galliarum, Doc. De Trav. No 7, Nanterre : 49- 63.

Seiler 1991

Seiler S. - Römische Ziegelei, Brennofen aus der Ziegelei in Köln-Feldkassel, in : H. G. Horn, H. Kier et J. Kuniw (dir.), Wo ist Bodendenkmal ? Archäologie und Recht, Westfälisches Museum f. Arch. : 146-147.

Seillier et Gosselin 1969

Seillier C. et Gosselin J.-Y. - Nouvelles estampilles de la flotte de Bretagne en provenance de Boulogne-sur-Mer, Revue du Nord, LI : 363-372.

Sénéquier 1991

Sénéquier M. - Les ateliers de potiers en Gaule Narbonnaise sous l’Empire : inventaire raisonné, Mém. de Maîtrise d’Histoire, Univ. d’Aix-Marseille, 2 vol. (consultable à l’Univ.)

Sensi 1994

Sensi L. - Bolli su tegola da Asisium e Spoletium ; Bolli su tegola da Perusia, in : Epigrafia della produzione e della distribuzione, Actes Coll. (Rome, EFR, 1992), coll. EFR, 193, Rome : 375-380 ; 381-383.

Séris 2008

Séris D. - Les Clouzeaux (Vendée) “ La Grosse Pierre ”. Un atelier gallo-romain de production de terres cuites architecturales et de céramiques, Rapport de fouille archéologique, Inrap GO, 238 p. (consultable au SRA Poitou-Charentes).

Setälä 1977

Setälä P. - Private Domini in Roman Brick stamps of the Empire. A historical and prosopographical study on Landowners in the district of Rome, Ann. Acad. Scient. Fennicae, Dissert. Human. Litterarum, 10, Suomalainen Tiedeakatemia, Helsinki, 316 p.

Sidebotham 1980

Sidebotham S. E. - Roof tiles and terra sigillata stamps from Lucania, Zeitschr. fur Papyrologie unbd Epigraphik, 39 : 239-248.

Siebert 1978

Siebert G. - Signatures d’artistes, d’artisans et de fabricants dans l’antiquité classique, Ktèma, 3 : 111-131.

Simon 1994

Simon L. - Recherches sur l’artisanat au sein des agglomérations de Gaule romaine. Approche critique des données concernant cinq cités de la province d’Aquitaine, Mém. de DEA, Univ. de Paris I, 195 p. (consultable à l’Univ.).

Simonetti 2003

S. Simonetti - Nuovo bollo laterizio da Cupra Marittima, Picus, 23 : 299-302.

Simonnet 1976

Simonnet L. - Contribution à l’étude de la marque Clarianus d’après une découverte ancienne faite à Saint-Paulien (Haute-Loire), RAE, XXVII, 1-2 : 320-322.

Slapšak 1974

Slapšak B. - Tegula Q. Clodi Ambrosi, Situla (Ljubiana), XIV-XV : 173-181.

Soffe, Nicholls et Moore 1989

Soffe G., Nicholls J. et Moore G. - The Roman tilery and aisled building at Crookhorn, Hants, excavations 1974-5, Proc. of the Hampshire Field Club and Arch. Society, 45 : 43-112.

Spanghero 1999

Spanghero T. - Notiziario archeologico. Provincia di Pordenone. Cordenone, loc. Chiavornicco. Controli archeologici di mergenza in prossimità della fornace romana “ Lunardelli ”, 1997 e 1999, Aquileia Nostra, 70 : col. 451-455.

Speidel 1996

Speidel M. A. - Ein römischer Ziegel mit Ritzinschrift aus dem Ziegelbrennofen Josenmatt bei Wettswil, in : Archäologie im Kanton Zürich 1993-1994, Ber. d. Kantons-archäologie Zürich, 13, Zürtich/Egg : 193-198.

Spitzlberger 1962

Spitzlberger G. - Eine Privatziegelei im östlichen Raetien, Bayer. Vorgeschbl., 27 : 107-115.

Spitzlberger 1968

Spitzlberger G. - Die römischen Ziegelstempel im nörlichen Teil der Provinz Raetien, Saalburg Jahrbuch, 25 : 65-184.

Stǎicut 2011

Stǎicut G. – Pietroasele. The edifice with hypocaustum. Epigraphic evidence of Legio XI Claudia. Caietele ARA Arhitectură. Restaurare, Arheologie (Bucarest), 2 : 87-99.

Stefan 1957

Stefan G. - Un four à tuile de l’époque romaine découvert à Garvăn, Studii şi cercetări de Istorie veche, 8 : 339 sqq.

Steinby 1973

Steinby E. M. - I bolli laterizi, in : V. Väänänen (dir.), Le iscrizioni della necropoli dell’autoparco vaticano, Acta Inst. Romani Finlandiae, 6 : 1271-200.

Steinby 1973/74a

Steinby E. M. - La cronologia delle “ figlinae ” doliari urbane dalla fine dell’età repubblicana fino all’inizio del III sec. D.C., Boll. d. Comm. Arch. Comunale di Roma, 84 (1976) : 7-131. (= La cronologia delle figlinae doliari urbane, dalle fine dell’età republicana fino al’inizio del III sec., Rome).

Steinby 1973/74b

Steinby E. M. - Le tegole antiche di santa Maria Maggiore, Rendiconti, Atti d. Pontif. Accad. Romana di Arch., XLVI : 101-133.

Steinby 1974a

Steinby E. M. - I bolli laterizi degli Antiquari del Foro e del Palatino, Mem. Acad. nazionale dei Lincei, s. VIII, 17 : 59-109.

Steinby 1974b

Steinby E. M. - I bolli laterici e i criteri tecnici nella datazione nelle cortine laterizia romana. Essame sul un gruppo di edifici ostiensi dei primi anni de Adriano, in : Miscellanea Archeológica, XXV anniversario de los cursos de Ampurias, Barcelone : 389-405.

Steinby 1977/78

Steinby E. M. - Lateres Signati Ostiensis, I-II, Acta Inst. Romani Finlandiae, VII, 1-2, 2 vol., G. Bardi, Rome.

Steinby 1978

Steinby E. M. - Ziegelstempel von Rom und Umgebung, Real-Encycl., Suppl. XV A : col. 1489-1531.

Steinby 1978/79

Steinby E. M. - Appendice al CIL, XV, 1, Boll. d. Comm. Arch. Comunale di Roma, 86 : 55-88.

Steinby 1979

Steinby E. M. - La produzione laterizia, in : F. Zevi (dir.), Pompei 79, Naples : 265-271.

Steinby 1981a

Steinby E. M. - La diffusione dell’opus doliare urbano, in : Giardina A. et Schiavone A., Società romana e produzione schiavistica, vol. 2 : Merci, mercati e scambi nel Mediterraneo, Inst. Gramsci, Laterza, Rome : 237-245.

Steinby 1981b

Steinby E. M. - Appendice a CIL XV, 1, Boll. d. Comm. Arch. Comunale di Roma, 86 : 55-88.

Steinby 1982

Steinby E. M. - I Senatori e l’industria laterizia urbana, in : Epigrafia e ordine senatorio, Atti Coll. Internaz. AIEGL (14-20 mai 1981) (Tituli, 4), Rome, I : 227-237.

Steinby 1983

Steinby E. M. - L’edilizia come un industria publica e privata, in : Citta e Architettura nella Roma Imperial, Anal. Rom., Suppl. X : 219-221.

Steinby 1984

Steinby E. M. - La produzione laterizia, in : Zevi F. (dir.), Pompei 79. Raccolta di studi per il decimonono centenario dell’eruzione vesuviana, 2e éd., Naples : 265-271.

Steinby 1986

Steinby E. M. - L’industria laterizia di Roma nel Tardo Impero, in : A. Giardina (dir.), Società romana e Impero tardoantico, Rome/Bari, t. II : 99-164.

Steinby 1987a

Steinby E. M. - Indici complementari ai bolli doliari urbani (CIL XV, 1), Acta Instituti Romani Finlandiae, 11, Rome.

Steinby 1987b

Steinby E. M. - Aggiunte, complementari e correzioni a CIL, XV, 1, Acta Inst. Romani Finlandiae, 11 : 31-50.

Steinby 1993a

Steinby E. M. - L’organizzazione produttiva dei laterizi : un modello interpretativo per l’instrumentum in genere ?, in : W. V. Harris (dir.), The inscribed economy, production and distribution in the Roman empire in the light of instrumentum domesticum, Proc. Conf. Amer. Acad. Rome (1992), Journ. of Roman Arch., Suppl. Ser. 6, Michigan Univ., Ann Arbor : 139-143.

Steinby 1993b

Steinby E. M. - Ricerche sull’industria doliare nelle aree di Roma e di Pompei : un possibile modello interpretativo ?, in : Zaccaria 1993a : 9-14.

Steinby 1998

Steinby E. M. - I bolli laterizi come documenti di storia, in : Righini 1998 : 89-95.

Steinby 1999

Steinby E. M. - Ricerca si personaggi dei bolli laterizi de Roma, in : Bendala, Rico et Roldán 1999 : 103-110.

Steinby et Kenrick 2005

Steinby E. M. et Kenrick P. M. - Programma pr un database dei bolli doliari di Roma, in : Bruun 2005a : 291-307.

Steiner 1903

Steiner P. - Ein römischer Legionsziegelofen bei Xanten, Bonner Jahrb., 110 : 70-109.

Steiner 1917/18

Steiner P. - Einige Beimerkungen zu den römischen Ziegelstempel aus Trier, Trierer Jahresberichte, X-XI : 15-31.

Stephens 1989

Stephens G. R. - The Tile Graffito from Holt, Bull. Board of Celtic Studies, XXXVI : 224-226.

Stiglitz 1969

Stiglitz H. - Ein Ziegelofen in der Erla, Jahrb. d. Oberösterreich. Musealver. (Linz), CXIV : 69-74.

Stiller et al. 1960

Stiller G., Muller H., Zumstein H. et Hatt J.-J. - Découverte d’une officine de céramique gallo-romaine à Haute-Yutz (Moselle), Ann. de la Soc. d’Hist. et d’Arch. de la Lorraine, LX : 1-25.

Stoffel 2009

Stoffel L. - La tuilerie gallo-romaine de Hiereboesch à Capellen (Luxembourg), in : SFECAG, Actes du Congrès de Colmar (20-24 mai 2009), Marseille : 239-244.

Stoppioni 1993

Stoppioni M. L. (dir.) - Con la terra i con il fuoco. Fornaci romane del Riminese, Rimini, 175 p.

Strazzulla 1977

Strazzulla M. J. - Le terrecotte architettoniche nell’Italia centrale, in : Caratteri dell’ellenismo nelle urne etrusche, Suppl. I de la Rivista Prospettiva : 41-49.

Strazzulla 1987

Strazzulla M. J. - Le terrecotte archtettoniche della Venetia romana. Contributo allo studio della produzione fittile nella Cisalpina (II a.C. - II d.C.), Studia Archeologica, 44, L’Erma, Rome.

Strazzulla Rusconi 1984

Strazzulla Rusconi M. J. - I bolli laterizi, in : Problemi storici ed archeologici dell’Italia nordorientale e delle regioni limitrofe dalla prehistoria al medioevo, Atti dell’Incontro di studio (Trieste, 28-30 oct. 1982), Atti Civ. Mus. Trieste, Quad., XIII-3, Trieste : 135-155.

Stylow 1998

Stylow A. U. - Ladrillo de fabricación romana, ¿ encontrado en Itálica ?, Habis, 29 : 135-141.

Šubic 1968

Šubic Z. - [Le complexe des fours à briques romains de Ptuj] [en slovène], Arheoloski Vestnik/Acta Archaeologica, XIX : 455-472 (rés. en franç.).

Suetterlin 1999

Suetterlin H. - Ausgrabungen im Areal der E. Frey AG (Grabung 1998.60), Jahresber. Augst u. Kaiseraugst, 20 : 57-70.

Suolahti 1978

Suolahti J. - Lateres signati Ostienses, 2 vol., Rome.

Susini 1965

Susini G. C. - Figulos bonos, Studi Romagnoli, XVI : 3-9.

Suter et al. 2004

Suter P. J. et al. - Meikirch. Villa romana, Gräber und Kirche, Schrift. D. Erziehungsdirektion d. Kantons Bern, Arch. Dienst d. Kantons Bern, Bern, 253 p.

Swan 1984

Swan V. G. - The pottery kilns of Roman Britain, Roy. Comm. on Hist. Mon., Suppl. Ser. 5, Londres, 179 p. + cartes microfilm.

Swan 1992

Swan V. G. – Legio VI and its Men: African Legionnaries in Britain, Journ. of Roman Pottery Studies, 5 : 1-33.

Swan et Philpott 2000

Swan V. G. et Phipott R. A. - Legio XX VV and Tile Production at Tarbock, Merseyside, Britannia, 31 : 55-67.

Swoboda 2005

Swoboda R. M. - Ziegelstempel der Legio I Martia, in : H. Bender et G. Pohl (dir.), Der Münsterberg in Breisach I. Römische Zeit und Frühmittelalter, karolingisch-vorstaufische Zeit, Münchner Beitr. Vor- und Frühgesch., 39, Munich : 235- 258.

Szilágyi 1933

Szilágyi J. - Inscriptiones tegularum pannonicarum, Budapest.

Szilágyi 1941

Szilágyi J. - [Répartition des estampilles de briques du temps de Valentinien provenant de la rive gauche du Danube] (en hongrois), Arch. Értesitö, 3e série, II : 60-61.

Szilágyi 1972

Szilágyi J. - Ziegelstempel (Militärziegelstempel), Real Encyclopädie, 10A : col. 433-446.

T

Taglietti 1994

Taglietti F. - Un inedito bollo laterizio ostiense ed il commercio dell’olio Betico, in : Epigrafia della produzione e della distribuzione, Actes Coll. (Rome, EFR, 1992), coll. EFR, 193, Rome : 157-193.

Taliano Grasso 2000

Talano Grasso A. - Bolli laterizi inediti di Manio Megonio da località Zagaria di Cariati (Cozensa), Minima Epigrafica et Papyrologica, III, 3 : 175-186.

Tallah 2004

Tallah L. - Le Luberon et Pays d’Apt. 84/2, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 429 p.

Tarrats 1994

Tarrats R. - Figlinae Tarraconensis. Producciones cerámicas alto-imperiales en la ciudad de Tarraco, in : La ciudad en el mundo romano, Actas XIV Congreso Internac. de Arqueología Clásica, vol. II, Tarragone : 405-406.

Tchernia 2011

Tchernia A. - Les Romains et le commerce, Naples-Aix, 439 p.

Terninck 1869

Terninck A. - Ateliers de céramique gallo-romains, Bull. de la Comm. des Antiquités Départ. du Pas-de-Calais, III, 1 : 41-44.

Terrisse 1960

Terrisse J.-R. - Les sigles de Bavay (Nord) sur mortaria, amphores, dolia et tegulae, Ogam, XII, 2-4 : 158-164.

Thébert 2000

Thébert Y. - Transport à grande distance et magasinage de briques dans l’Empire romain. Quelques remarques sur les relations entre production et consommation, in : Boucheron, Broise et Thébert 2000 : 341-356.

Thernot, Bel et Mauné 2004

Thernot R., Bel V. et Mauné S. - L’établissement rural antique de Soumaltre (Aspiran, Hérault). Ferme, auberge, nécropole et atelier de potier en bordure de la voie Cessero-Condatomagus (ier - iie s. ap. J.-C.), coll. Arch. et Hist. Rom., 13, M. Mergoil, Montagnac, 388 p.

Thévenard 1996

Thévenard J.-J. - La Haute-Marne. 52/1, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B. L., MSH, Paris, 372 p.

Thévenot 1948

Thevenot É. - La station antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), Gallia, VI, 2 : 289- 347.

Thuillier 1993

Thuillier F. - Inventaire des ateliers de tuiliers-briquetiers gallo-romains dans la région Nord/Pas-de-Calais, Rev. du Nord, Arch., 75, 301 : 169-187.

Thuillier 1999

Thuillier F. - Les ateliers céramiques gallo-romains en milieu rural dans le nord de la Gaule : étude de cas, in : Polfer H. (dir.), Artisanat et productions artisanales en milieu rural dans les provinces du nord-ouest de l’Empire romain, Actes Coll. (Erpeldange, mars 1999), éd. M. Mergoil, Montagnac (Monogr. Instrumentum, 9) : 77-95.

Thuillier 2003

Thuillier F. - Les ateliers céramiques d’époque gallo-romaine dans le Nord de la Gaule : organisation et typologie des structures de production, Thèse de Doctorat, Univ. de Tours, 14 vol., Ms inédit (consultable à l’Univ. et au LAT, Tours).

Thuillier et Louis 2007

Thuillier F. et Louis É. - Note sur la découverte d’une région de production de terres cuites architecturales gallo-romaines dans le Nord de la France (vallée de la Scarpe), Instrumentum, Bull., 16 (déc.) : 28-29.

Thys 1987

Thys M. - De Romeinse pannenoven in Marilles en de dakpannenproduktie in Norordwest-Gallië, De Leiegouw, XXIX : 227-236.

Tilhard, Moser et Picon 1991

Tilhard J.-L., Moser F. et Picon M. - De Brive à Espalion : bilan des recherches sur un nouvel atelier de sigillée et sur les productions céramiques de Brive (Corrèze), SFECAG, Actes du Congrès de Cognac, Marseille : 229-258.

Todua et Gamkrelidze 2006

Todua T. T. et Gamkrelidze G. - Stamps of Military Units from the East Black Sea Littoral (Colchis), Ancient West and East (Leide), 5 : 226-230.

Tomasevic-Buck 1982

Tomasevic-Buck T. - Die Ziegelbrennöfen der Legio I Martia in Kaiseraugst AG und die Ausgrabungen in der Liebrüti, 1970-1975, Arch. Führer durch Augst/Kaiseraugst, 1, Amt f. Mus. u. Arch. d. Kantons Basel-Lanschaft, Liestal, 16 p.

Tomber 1987

Tomber R. - Evidence for long distance commerce. Imported bricks and tiles at Carthage, Rei Cretariae Romanae Fautores, Acta XXV-XXVI : 161-174.

Tomlin 1979

Tomlin R. - Graffiti on Roman Bricks and Tiles found in Britain, in : Mac Whirr 19779 : 231-251.

Torelli 1996

Torelli M. - Industria laterizia e aristocrazie locali in Italia : appunti prosopografici, Cah. Du Centre G. Glotz, VII : 291-296.

Torelli 2000

Torelli M. - Domi nobiles e lateres signati, in : Boucheron, Broise et Thébert 2000 : 311-321.

Toussaint 1950

Toussaint M. - Répertoire archéologique du département de la Moselle (période gallo-romaine), Nancy.

Toutain 1927

Toutain J. - Communication sur les vestiges gallo-romains à l’Haÿ et Chevilly, séance du 20 juin 1927, BACTH : XIV-XVI et 184-186.

Toutain 1928

Toutain J. - Communication sur un four de potier antique sur le plateau de Chevilly, séance du 14 mai 1828, BACTH : VI-VIII et 133-135.

Trément 2005

Trément F. - Panorama des campagnes arvernes à l’époque romaine, in : Bouet A. et Verdin F., Territoires et paysages de l’Âge du Fer au Moyen Âge. Mélanges offerts à Philippe Leveau, Ausonius Éd., Mém. 16, Bordeaux : 111-126.

Trente… 1996

30 ans d’archéologie dans la Nièvre, Catal. Expos., Comité départ. de Rech. Arch. Nivernaise, Nevers, 233 p.

Trimpert 2003

Trimpert H. A. - Die römischen Ziegeleien in Rheinzabern “ Fidelisstrasse ”. Mit studien zum römischen Ziegeleiwesen in den germanischen Provinzen und Raetien, Landesamt f. Denkmalflege, Archäol. Denkmalflege Amt Speyer, Forschungen in Tabernae-Rheinzabern I, Arch. Forsch. in der Pfalz 3, Spire, 308 p.

Trintignac 2001

Trintignac A. - Évolution de l’artisanat dans la cité des Gabales (Lozère) du Haut-Empire à l’Antiquité tardive, in : Polfer M. (dir.), L’artisanat romain : évolutions, continuités et ruptures (Italie et provinces occidentales), Actes 2e Coll. Erpeldange (26-28 oct. 2001), Monogr. Instrumentum, 20, M. Mergoil, Montagnac : 221-242.

Trintignac 2007

Trintignac A. (dir.) - Programme de recherches archéologiques 2005-2007 sur le site de Javols-Anderitum (Lozère, 48). Rapport de recherche 2007, 2 vols. : vol. 1 Texte, 109 p., figs ; vol. 2 : Annexes (consultable au SRA Languedoc-Roussillon, ou au LAT, Tours).

Trintignac 2012

Trintignac A. - La Lozère. 48, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-Lettres, MSH, Paris, 532 p., 629 Fig.

Trintignac et al. 2009

Trintignac A., Courtois J., Ferdière A., Guillemard Th., Marot E. - Recherches archéologiques à Javols-Anderitum : campagnes 2007-2008, Rev. du Gévaudan, des Causses et des Cévennes, 27 (1er semestre) : 148-160.

Trintignac, Marot et Ferdière 2011

Trintignac A., Marot E. et Ferdière A. (dir.) - Javols-Anderitum (Lozère), chef-lieu de la cité des Gabales : une ville romaine de moyenne montagne, coll. “ Archéologie et Histoire romaine ”, 21, M. Mergoil, Montagnac, 560 p. et III Pls h. t.

Troadec 1983

Troadec J. - Orléans : occupation gallo-romaine sur la rive gauche de la Loire, Rev. Arch. du Loiret, 9 : 135-145.

Trumm 2002

Trumm J. - Die Römerzeitliche Besiedlung am östlichen Hochrhein (50 v. Chr.-450 n. Chr.), Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, Stuttgart.

Tsiolis 1997

Tsiolis V. G. - Las restrictions de la producción tegularia en la Lex Ursonensis, in : La Lex Ursoensis, Studia Historica (Historia Antigua), 15 : 119-136.

Tudot 1856

Tudot É. - Marques et signatures de potiers trouvées dans le Bourbonnais, Bull. de la Soc. d’Émulation de l’Allier, VI : 38-39.

Tuomisto 2005

Tuomisto P. - I bolli laterizi anpigrafi nell’area di Roma e dintorni, in : Bruun 2005a : 291-305.

U

Ubl 2008

Ubl H. - Der Ziegelstempel des Iulius Iulianus magister figlinae aus dem Lage Wallsee (Locus Felicis) am notischen Limes, Römisches Östrreich, 31 : 169-184.

Ubl 2009

Ubl H. - Ziegelstempel in Sohlenform der Legio II Italica aus den Beständen des Museum Lauriacum in Enns, Oberösterreich, in : Feschrift Herbert Kneifel zul 100. Gerburtstag, Mitteilungen des Museumsvereines Lauriacum-Enns, N.

Ugolini à paraître

Ugolini D. - De la vaisselle au matériau de construction : techniques et emplois de la terre cuite en tant que traceur culturel en Languedoc-Roussillon, in : H. Tréziny (dir.), Grecs et indigènes de la Catalogne à la Mer Noire, Actes des rencontres du programme européen Ramses (WPS 3.2) (Naples, Centre Jean Bérard, 29-30 oct. 2007), à paraître (Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine, 3), Centre Camille Jullian / Errance, Aix-en-Provence / Paris.

Uroz 1999

Uroz Sàez J. - I bolli laterizi, in : P. Braconi et J. Uroz Sàez (dir.), La villa di Plinio il giovane a San Giustino. Primi resultati di una ricerca in corso, Pérouse : 43-50.

V

Vaillant 1884/88

Vaillant V. J. - Classis Britannica, Classis Samarica, Cohors I Morinorum. Recherches d’épigraphie et de numismatique, Bull. de la Comm. des Antiquités Départ. du Pas-de-Calais, VI, 5 : 307-390.

Vaissier 1882

Vaissier A. - Les poteries estampillées dans l’ancienne séquanie, Mém. de la Soc. d’Émul. du Doubs, sér. 5, VI (1881), Besançon : 408-449.

Vanbrabant et Goderis 1997

Vanbrabnt K. et Goderis J. - Noodonderzoek van een romeinse dakpanoven te Roeselaer, in : Romeinentag, 3e Journée d’Études (Leuven, 27 mars 1997), Gand : 20-24.

Van Ossel 1984

Van Ossel P. - À propos des sigles de tuiliers découverts à Loën (Lixhe), Bull. de l’Inst. Arch. Liégeois, XCVI : 59-68.

Van Ossel 1992

Van Ossel P. - Etablissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule, 51e suppl. à Gallia, Paris, CNRS, 470 p.

Van Ossel 2012

Van Ossel P. - L’emprise de l’État romain sur l’économie du Diocèse des Gaules : que nous apprennent les services archéologiques, communic. au colloque “ L’Antiquité Tardive dans l’Est de la Gaule, 3 (Dijon, 8-10 nov. 2012, à paraître in : Actes.

Varron R.R., I

Varron - Res Rusticae (Economie Rurale), Livre I, texte établi, traduit et commenté par J. Heurgon, Coll. Univ. de Fr. (G. Budé), Paris, les Belles Lettres, 1978, 189 p.

Vautrin 1804

Vautrin M. - Recherches sur une poterie et des briques antiques trouvées près de Saint-Nicolas, Précis analyt. de la Soc. des Sc., Lett. et Arts de Nancy, III : 9-10.

Vazeilles 1957

Vazeilles M. - Four à tuile gallo-romain en Haute Corrèze, Bull. de la Soc.des Lett., Sc. et Arts de la Corrèze, 2 : 101-104.

Velkov 1977

Velkov V. - Cities in Thrace and Dacia in Late Antiquity (Studies and Materials), A. M. Hakkert, Amsterdam, 308 p.

Veny 1966

Veny C. - Algunas marcas de ladrillos y tejas encontradas en Mallorca, Archivo Esp. d. Arqueol., 39 : 159-166.

Verguet 1974

Verguet M. - La marque de Clarianus sur briques, tuiles et tuyaux d’hypocauste. Époque des Antonins, RAE, XV, 2 : 239-249.

Verneilh 1853

Verneilh F. (de) - (interv. sur le mémoire de M. Quantin sur l’exploitation du fer ; et communication sur les églises à coupole du Périgord), Annuaire de l’Institut des Provinces et des Congrès Scientifiques, Section des Beaux-Arts. Archéologie et Littérature, séances des 16 et 22 mars 1852 : 37-38 et 103-106.

Vernou et Baigl 1991

Vernou Ch. et Baigl J.-Ph. - Inventaire des ateliers céramiques antiques en Poitou-Charentes, in : SFECAG, Actes du Congrès de Cognac, Marseille : 21-31.

Vertet 1980

Vertet H. - Carte des ateliers de potiers de Gaule centrale, in : Hommages à J.-J. Hatt, Recherches sur les ateliers de potiers gallo-romains de la Gaule centrale - 1, Rev. Arch. Sites, h. s., 6 : 13-41.

Vertet 1983

Vertet H. - Recherches sur les techniques de fabrication des lampes en terre cuite du centre de la Gaule, Public. Rev. Arch. Sites, h. s., 20, Avignon, 151 p.

Vertet 1986

Vertet H. - Recherches sur les glaçures plombifères fabriquées dans le centre de la Gaule, SFECAG, Actes du Congrès de Toulouse, Marseille : 25-32.

Vertet et Bet 1980

Vertet H. et Bet Ph. - Tuyaux et tuiles estampillées de Lezoux, in : H. Vertet, Ph. Bet et J. Corrocher (dir.), Recherches sur les ateliers de potiers gallo-romains de Gaule centrale, publ. Rev. Arch. Sites : 105-116.

Vidal 1989

Vidal M. - Cabanac-Séguenville, En Tustet, Gallia Informations, 1989-1 : 93.

Vidrih-Perko et Župančić 2011

Vidrih-Perko V.et Župančić M. - Local brick and amphorae production in Western Slovenia, in : G. Lipovac Vrkljan, I. Radić Rossi et B. Šiljeg (dir.), Rimske keramičarske i staklarske radionice. Proizvodnja i trgovina na jadranskom prostoru / Officine per la produzione de ceramica e vetro in epoca romana. Produzione e commercio nella regione adriatica, Zbornik I, međunarodnog arheološkog kolokvija (Crikvenica, 23-24 listopada 2008) / Atti del I Colloquio archeologico internazionale (Crikvenica (Croazia), 23-24 oct. 2008), Crikvenica : 151-163.

Vigil et al. 1994

Vigil R. et alii - Estudio mimeralógico y químico di terracotas arquitectónicas de época romana de la Tarraconense, in : La ciudad en el mundo romano, Actas XIV Congreso Internac. de Arqueología Clásica, vol. II, Tarragone : 430.

Villes 1992

Villes A. - Villadin - Le Village, BSR, DRAC/SRA Champagne-Ardennes, Châlons-en-Champagne : 54.

Villes… 1992

Villes et agglomérations urbaines antiques du sud-ouest de la Gaule, Histoire et archéologie, Actes 2e Coll. Aquitania (Bordeaux, 13-15 sept. 1990), 6e Suppl. à Aquitania, Bordeaux, 512 p.

Vilvorder 1993

Vilvorder F. - Les matériaux de construction, in : R. Brulet et J.-C. Demanet (dir.), Liberchies II. Vicus gallo-romain. Sondages. Zone d’habitat au sud de la voie antique, Publ. d’Hist. de l’Art et d’Arch. de l’Univ. de Louvain, LXXXII, Louvain-la-Neuve : 274-275.

Vilvorder 1997

Vilvorder F. - Les matériaux de construction, in : R. Brulet et J.-C. Demanet (dir.) - Liberchies III. Vicus gallo-romain. Les thermes. Zone d’habitat au nord de la voie antique, Publ. d’Hist. de l’Art et d’Arch. de l’Univ. de Louvain, XCIV, Louvain-la-Neuve : 285-289.

Vilvorder 2001

Vilvorder F. - Les matériaux de construction, in : R. Brulet, J.-P. Dewert et F. Vilvorder (dir.), Liberchies IV. Vicus gallo-romain. Travail de Rivière, Publ. d’Hist. de l’Art et d’Arch. de l’Univ. de Louvain, CI, Louvain-la-Neuve : 341-343.

Vilvorder 2008

Vilvorder F. - Les matériaux de construction, in : R. Brulet, J.-P. Dewert et F. Vilvorder (dir.), Liberchies V. Vicus gallo-romain.Habitat de la tannerie et sanctuaire tardif, Publ. d’Hist. de l’Art et d’Arch. de l’Univ. de Louvain, CII, Louvain-la-Neuve : 339-340.

Vipart 1999

Vipart P. - Archéologie des matériaux architecturaux en terre cuite dans la domus du “ Bas de Vieux ”, in : G. San Juan et J. Manœuvrier (dir.), L’exploitation ancienne des roches dans le Calvados : Histoire et Archéologie, Serv. Départ. d’Arch. du Calvados/Soc. Hist. de Lisieux, Couleurs Calvados, Caen : 209-219.

Vipart 2002

Vipard P. - La cité d’Aregenua (Vieux, Calvados). Chef-lieu des Viducasses. État des connaissances, Exé Prod., Paris, 204 p.

Viroulet et Heidinger 1999

Viroulet J.-J. et B. et Heidinger A. - Un four de tuilier gallo-romain à Kembs-Loechle (Haut-Rhin), Cah. Assoc. pr la Prom. de la Rech. Arch. en Alsace, 15 :185-189.

Viroulet et Kuhnle 2009

Viroulet B. et Kuhnle G. - La production de céramiques gallo-romaines en Alsace, in : Florilège de céramique gallo-romaine en Alsace, la vaisselle dans tous ces états, Catal. d’Expos. (Musée Unterlinden, Colmar), Colmar : 14-15.

Vitali 2006

Vitali D. - VOLVS da Albinia, OCNUS, Quaderni d. Scuola di Spec. in Archeol. (Bologne), 14 : 237-242.

Vitali 2007

Vitali D. - La strutture archeologiche dalla foce dell’albegna alle fornaci di Albinia : prime questioni di cronologia relativa, in : D. Vitali (dir.), Le fornaci e le anfore di Albinia. Primi dati su produzioni e scambi dalla costatirrenica al mondo gallico, Univ. di Bologna, Dipart. di Arqueologia, Bologne : 25-46.

Vitri, Bressan et Maggi 1999

Vitri S., Bressan F. et Maggi P. - Notizirio archeologico. Provincia di Udine. Fiume Stella. Scavo suacqueo e protezione del relitto “ Stella I ”. Interventi 1998-1999, Aquileia Nostra, 70 : col. 435-440.

Vitruve Arch.

Vitruve - De architectura : trad. franç. C. Perrault - Les dix livres d’architecture, 1673, revu par A. Dalmas, Hespérides, Errance, Paris, 1986 ; éd. texte et trad. all. : C. Fensterbusch - Vitruv Zehn Bucher über Architektur. Fonds Serbat, Wiss. Buch Geselschaft, Darmstadt, 1964.

Vollmer 1915

Vollmer F. - Inscriptiones Baivariae Romanae sive inscriptiones prov. Raetiae, G. Franz, Munich,, 253 p., 76 Pl.

Vonbank 1963

Vonbank E. - Römischer Ziegelbrennofen in Feldkirch, Pro Austria Romana, 13, H. 11/12 : 36 sqq.

Vuaillat et Desbordes 1991

Vuaillat D. et Desbordes J.-M. - Limousin, Gallia Info. Préh. et Hist., 2 : 81-136.

W

Wabont, Abert et Vermeersch 2006

Wabont M., Abert F. et Vermeersch D. - Le Val-d’Oise. 95, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 495 p.

Wagner 1979

Wagner H. O. - Die römische Ziegelbrennofen von Gegenbach, Archäologische Nachrichten aus Baden, 23 : 19-25.

Warry 2006a

Warry P. - Tegulae. Manufacture, typology and use in Roman Britain, BAR, Brit. Ser. 417, Oxford, 167 p.

Warry 2006b

Warry P. - A dated typology for Roman roof-tiles (tegulae), Journ. of Roman Studies, 19 : 246-265.

Warry 2010

Warry P. - Legionary Tile Production in Britain, Britannia, 41 : 127-147.

Watkinson 1981

Waykinson B. - Terres cuites architecturales du Haut Moyen Âge à Tours (site du Château), in : Recherches sur Tours, 1 : 115-129.

Waton et Dardaine 2010

Waton M.-D. et Dardaine S. - Aperçu sur les terres cuites architecturales antiques d’Argentorate et de son vicus canabae, in : B. Schnitzler et G. Kuhnle (dir.), Strasbourg-Argentorate. Un camp légionnaire sur le Rhin (ier au ive siècle après J.-C.), (Catal. d’Expos.), Fouilles récentes en Alsace, no 8, Strasbourg : 77-80.

Weber 1896

Weber M. - Die sozialen Gründe des Untergangs der antiken Kultur, Stuttgart.

Weck et Zoller 2011

Weck A (de) et Zoller G. - Un atelier de tuilier à Chancy, Arch. Suisse, 34/3 : 32-37.

Weiss 2004

Weiss A. - Untersuchungen zur öffentlichen Sklaverei in den Stadten des römischen Reiches, Stuttgart.

Wenzel et Dolata 2007

Wenzel C. et Dolata J. - Die Ziegelstempel aus dem Kastellbad von Gross-Gerau, Denkmalpflege und Kulturgeschichte, 2007, H.4 : 21-24.

Wesch-Klein 1989

Wesch-Klein G. - Breisach am Rhein : Die gestempelten Ziegel aus den Grabungen 1983-1986. Mit einer Vorbemerkung von M. Klein, Fundber. Baden-Württemberg, 14 : 387-426.

Wesch-Klein 1990

Wesch-Klein G. - Zwei Ziegelfragmente mit Ritzinschrift aus Weissenburg, Bayer. Vorgeschichtbl., 55 : 287-291.

Wesch-Klein 2000

Wesch-Klein G. - Die Legionziegeleien von Tabernae, in : Y. Le Bohec et C. Wolff (dir.) - Les légions de Rome sous le Haut-Empire, CERGR, N. S., 20, Lyon : 459-463.

Wesch-Klein 2008

Wesch-Klein G. - Glück und Segenswünsche auf Ziegeln, in : M. Hainzmann et R. Wedenig (dir.) - Instrumenta Inscripta Latina II, Actes du 2e Coll. Internat. (Klagenfurt, 5-8 mai 2005), Aus Forsch. u. Kunst, Klagenfurt : 333-345.

White 1999

White G. - Das römische Badgebäude auf dem Nikolausfeld in Rottweil am Neckar. Studien zur Baugeschichte und historische Bedeutung, Fundber. aus Baden-Württemberg, 23 : 193-242.

Wiedemer 1963

Wiedemer H. R. - Ein Ziegelstempel der XXI. Legion aus der römischen Villa beim Görbelhof in Rheinfelden, Argovia, LXXV : 73-78.

Wiegels 1977

Wiegels R. - Ein Graffito auf einem Ziegel aus Baden-Baden, Fundber. Baden-Württmberg, 3 : 506-509.

Wiegels 1983

Wiegels R. - Zeugnisse der 21. Legion aus dem sülichen und mittleren Oberrheingebiet. Zur Geschichte des obergermanischen Heeres im die Mitte des I. Jahrhunderts n. Chr., Epigraph. Studien, 13 : 1-42.

Wilkes 1979

Wilkes J. - Importation and manufacture of stamped bricks and tiles in the Roman province of Dalmatia, in : Mac Whirr 1979 : 65-72.

Will 1955

Will E. - Informations archéologiques. Ière circonscription historique, Gallia, XIII, 2 : 141-147.

Willems 1975/76

Willems J. - Implantation des tuiliers gallo-romains N.E.H. et B.P. à Amay, Bull. du Cercle Arch. Hesbaye-Condroz, 14 : 217-225.

Willems 1977

Willems J. - Amay : rebuts de fabrication de tuiles à l’époque romaine, Archéologie (Belgique), 1 : 18.

Wilson 1979

Wilson R. J. A. - Brick and tiles in Roman Sicily, in : Mac Whirr 1979a : 11-43.

Wilson 1999

Wilson R. J. A. - Iscrizioni zu manufatti siciliani in età hellenistico-romana, Ann. d. Scuola Normal Sup. di Pisa, Cl. di Let. e Filos., Quaderni, s.4, 2 : 531-555.

Winter 1958

Winter A. - Herstellung eines römischen Hohlziegels, Keram. Zeitschr., 10, 1 : 17.

Winter, Aliopoulos et Ammerman 2009

Winter N. A., Aliopoulos I. et Ammerman A. J. - Newlight on the production of decorated roofs on the 6th c. B.C. at sites in and around Rome, Journ. of Roman Arch., 22, 1 : 6-28.

Wiseman 1979

Wiseman P. - Tile-Stamps and Roman Nomenclature, in : Mac Whirr 1979 : 221-230.

Woimant 1995

Woimant G.-P. - L’Oise. 60, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 570 p.

Wolf 1893

Wolff G. - Die römischen Ziegeleien von Nied bei Höchst a. M. und hire Stempel, Archiv f. Frankfurts Geschchte und Kunst, IV : 213-249.

Wright 1976

Wright R. P. - Tile-stamps of the Sixth legion found in Britain, Britannia, 7 : 224-235.

Wright 1978

Wright R. P. - Tile stamps of the Ninth Legion found in Britain, Britannia, 9 : 379-382.

Wuilleumier 1963

Wuilleumier P. - Inscriptions latines des Trois Gaules (France), XVIIe Suppl. à Gallia, CNRS, Paris, 256 p.

Wyss 2005

Wyss M. – Les antéfixes de Saint-Denis, Ber. d. Stiftung Ziegelei Museum Cham, 22 : xx-xx.

X

Ximenès et Moerman 1998

Ximenès S. et Moerman M. - L’épave chargée de tuiles de la calanque de l’Âne, in : E. Rieth (dir.), Méditerranée antique. Pêche, navigation, commerce, Actes 120e et 121e Congr. des Soc. Sav. (Aix, 1995 et Nice, 1996), Archéologie-Méditerranée, CTHS, Paris : 91-96.

Y

Yverdon… 2008

Yverdon-les-Bains, Les Bains, Archeodunum, notice 55 en ligne (17/01/08) : www.archeodunum.ch

Z

Zaccaria 1987

Zaccaria C. - Il significato del bollo sul laterizi di epoca romana, in : Fornaci e fornaciai in Friule, Udine : 51-61.

Zaccaria 1993a

Zaccaria C. – Laterizi di età romana nell’area nordadriatica, Atti d. Gionata di studio (Udine, 5 déc. 1987), Catal. e Monogr. Arch. d. Civici Mus. di Udine, 3, L’Erma, Rome, 258 p.

Zaccaria 1993b

Zaccaria C. - Il bolli laterizi di età romana nell’area adriatica. Bilancio degli studi e prospettive della ricerca, in : Zaccaria 1993a : 15-21.

Zaccaria 1994

Zaccaria C. - Bolli laterizi. Italia centrosettentrionale, in : Enciclopedia dell’arte antica classica e orientale, Secondo Supplemento (1971-1994), I, Rome : 710-713.

Zaccaria 1998

Zaccaria C. - Bolli laterizi di età romana nel territorio de Aquileia. Bilancio e prospettive della ricerca, in : Righini 1998 : 107-119 (= in : L’industria dei laterizi, 36, 1995 : 1-11).

Zaccaria et Gomezel 2000

Zaccaria C. et Gomezel C. - Aspetti della produzione e circulazione dei laterizi nell’area adriatica settentrionale tra II secolo A.C. e II secolo D.C., in : Boucheron, Broise et Thébet 2000 : 285-310.

Zaccaria et Zupancic 1993

Zaccaria C. et Zupancic M. - I bolli laterizi del territorio di Tergeste romana, in : Zaccaria 1993a : 135-178.

Zahariade 2011

Zahariade M. - Castrul roman de la Berzobia, 1977. Cercetări arheologice în canabae şi în castrul roman [The Roman fort from Berzobia, 1977. Archaeological research in canabae and in Roman fort], Bibliotheca Historica et Archaeologica Universitatis Timisiensis, 13 : 101-124.

Zangemeister 1879

Zangemeister K. - Ziegelinschriften aus Mariaweiler und Bonn, Jahrbücher des Vereins von Alterthumsfreunden im Rheinlande, LXVII : 73-77 et Pl. VI.

Zangemeister 1894

Zangemeister K. - S. Angelo in Formis : di una rara tegola con iscrizione graffita, Notizie degli scavi di antichità comunicate alla R. Academia dei Lincei : 284-287.

Žbona-Trkman 1993

Žbona-Trkman B. - I bolli laterizi dell’Isontino : stato delle ricerche, in : Zaccaria 1993a : 187-196.

Zeepvat 1991

Zeepvat B. - Roman Milton Keynes, Milton Keynes Arch. Unit, II, 43 p.

Zerbinati 1986

Zerbinati E. - Produzione laterizia e sua diffusione nel territorio polesano ad occidente di Adria in età romana, in : L’antico Polesine. Testimonianze archeologiche e paleoambientali, Catal. Expos. (Adria et Rovigo), Padoue : 259-310.

Zerbinati 1993a

Zerbinati E. - Corpus dei bolli laterizi di età romana scoperti ad Adria e nel Polesine, in : La centuriazione nell’agro di Adria, Stanghella : 232-297.

Zerbinati 1993b

Zerbinati E. - Note per un dossier sui bolli laterizi scoperti ad Adria e nel Polesine, in : Zaccaria 1993 : 93-126.

Zeyer 1983

Zeyer T. - Villa gallo-romaine du iie siècle, Archéologia, 178 : 16-21.

Zopfi et Liborio 1012

Zopfi L. S. et Liborio C. - Fornaci d’età romana per la produzione di laterizi à Cassano d’Adda (MI), Fastionline, 250 : 1-7.

Zucca 1987

Zucca R. - L’opus doliare urbano in Africa ed in Sardinia, in : L’Africa romana, Atti del IV convegno di studio (Sassari, 12-14 déc. 1986), Sassari : 659-676.

Zucchelli 2008

Zucchelli B. - Botta i risposta tra due figuli romani su un mattone di Roncopascolo (Parma), Archivio Storico per le prov. Parmensi, 60 : 521-524.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Inventaire des ateliers de TCA pour la Lyonnaise et les cités du nord et de l’est de l’Aquitaine (Fig. 18)

[NB : pour information, la coexistence d’ateliers de potiers et indiquée ; voir à la fin une indexation par cité ; pour la constitution de ce Corpus, voir le texte, introduction au § 2.2]

1 - Amplepuis “ Le Terrail ” (Rhône), Ségusiaves : un four de tuilier GR (Faure-Brac 2006 : 127 et 129, av. biblio.).

2 - Angers-Iuliomagus (Maine-et-Loire), capitale des Andécaves : atelier de tuilier (rebut d’un four), rue des Quatrebarbes/rue Kellerman (AOTMU, 1990 : 14 ; Provost 1988b : 103, av. biblio. ; 1993 : 259).

3 - Antheuil “ Le Pré Marie ” (Côte-d’Or), Éduens : un atelier de tuilier (ratés en surf.), rural ? (Mém. Comm. Arch. Côte-d’Or, XXVI, 1963-1969 : 30-31 ; Roussel 2003 : 26 ; Provost et al. 2009, 2 : 11).

4 - Antogny (Indre-et-Loire), Turons, sur la Vienne : ateliers de tuilier rural (prospection : ratés) (Alilaire 1994 : 91 ; Chimier 1999 : tabl. p. 247, av. biblio. ; 2001, II : 12, fiche 047 ; 2002 : 184, av. biblio.).

5 - Arradon “ Kéran ” (Morbihan), Vénètes : à proximité d’une villa, atelier de tuilier (ratés) (Naas 1991 : 155 ; Le Ny 1991a : 221, av. biblio.).

6 - Athis-Mons (Essonne), Parisii : des fours de briquetier GR ? (Naudet 2004 : 107, av. biblio.).

7 - Aubigné-Racan (Sarthe), agglomération des Cénomans, avec sanctuaire : compte de tuilier (?) sur tegula (atelier supposé) (Bouvet 2001 : 158, av. biblio.).

8-9 - Augan (Morbihan), Vénètes : à “ L’Hotié-Gourié ”, ateliers de tuiliers (ratés) ; autre possible au “ Bois du Loup ” (1 four ?) (Le Ny 1991a : 221, av. biblio. ; seul ce dernier à la CAG 56 : Galliou et al. 2009 : 73).

10 - Authevernes “ Les Mureaux ” (Eure), Véliocasses : four de tuilier et un autre bâtiment (déb. ier - fin iie s.), sans doute pour la construction du sanctuaire rural (Ciezar-Épailly 2000 : figs ; 2003 ; rens. Y.-M. Adrian, 26/03/12).

11-12 - Autun-Augustodunum (Saône-et-Loire), capitale des Éduens : avec production importante de poterie et de statuettes en terre cuite en ville, ailleurs, hors de l’enceinte (rive droite de l’Arroux, à “ Pierrefitte ”, à 200 m du “ temple de Janus ”), atelier de tuilier (Rebourg 1993 : 144, av. biblio. ; 1998 : 205 ; Chardron-Picault 2002 : 199 ; Chardron-Picault, Guillaumet et Labeaune 2010 : tabl. Fig. 10, p. 121) ; ailleurs, prod. d’antéfixes, estampillés (Déchelette 1906 : 36-39, PL. XXXIII, 2 ; Autun… 1985 : 93) ; et graffiti en gaulois, de tuilier ? (Rebourg 1987 : 274, n554 ; Lambert 2002 : 230, *L-88, Fig. 130 ; Charlier 2004 : 98, n71.1).

13 - Auxant “ Felin ” (Côte-d’Or), Éduens : possible atelier de tuilier (rebuts ? extraction), rural (Provost et al. 2009, 2 : 35).

14 - Avoine “ Bois d’Avoine ” (Orne), Ésuviens : des fours de tuiliers (Bernouis 1999 : 84, av. biblio. ; Delrieu et Desloges 2007 : 113 ; cf. Leclerc 2006 : 183, Tabl. 1).

15 - Azé (Saône-et-Loire), agglomération des Éduens : atelier de tuilier (Mangin 1994b : 57).

16 - Bains-sur-Oust “ La Roche du Theil / Le Pendant ” (Ille-et-Vilaine), Riédones : atelier de tuilier, avec 1 four (Brune 1862 : 75 ; Fillon 1864 : 24, 27 ; Le Ny 1988 : 70, av. biblio. ; 1991a : 221, av. biblio. ; Leroux et Provost 1990 : 171, av. biblio. compl. ; cf. Sanquer 1981 : 302).

17 - Bais (Ille-et-Vilaine), Riédones : possible atelier de tuilier (ratés) (Leroux et Provost 1990 : 104, av. biblio.)

18 - Baron-sur-Odon (Calvados), sans doute sanctuaire de cité des Viducasses : près du fanum polygonal, possible four de tuilier (Vipart 2002 : 115).

19 - Bas-et-Lezat (Puy-de-Dôme), Arvernes : atelier de tuilier (Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 24, av. biblio.).

20-21 - Bazouges-la-Pérouse (Ille-et-Vilaine), Riédones : à “ Montigné ”, en contexte rural, atelier de tuilier (ratés, surcuits) (Leroux et Provost 1990 : 36-37, av. biblio. ; Le Ny 1991a : 221, av. biblio.) ; autre atelier au “ Bois Robert ”, avec 1 four (voir même biblio.).

22 - Béruges (Vienne), Pictons : avec un four de potier (“ poterie rouge ”) (Fillon 1864 : 235), et atelier de tuilier (Vernou et Baigl 1991 : 24).

23 - Besneville “ Le Bois de Hésie ” (Manche), Unelles : un four de briquetier possible (Pilet-Lemière et Levalet 1989 : 98, av. biblio.).

24 - Blain (Loire-Atlantique), agglomération des Namètes : possible four de tuilier (Provost 1988d : 129, av. biblio.).

25 - Blois (Loir-et-Cher), agglomération des Carnutes : à la périphérie de l’agglomération, des fours de tuiliers ? (Provost 1988c : 85, av. biblio.).

26-27-28 - Bonneuil-Matours “ Férolle ” (Vienne), Pictons : (et “ La Logerie ”, “ La Grande Foy ” ?), 3 ateliers de tuilier, dont 1 seulement probable (Vernou et Baigl 1991 : 24).

29 - Bonnières-sur-Seine (Yvelines), agglomération des Carnutes : possible atelier de tuilier, rue Gambetta (Barat 2007 : 134, av. biblio.).

30 - Bournezeau “ Trizay ” (Vendée), Pictons, sur les bords du Lay : 1 possible four de tuilier GR (Blanchet 1898 : 22 (= 1902 : 102) ; Fillon 1864 : 26-27 ; Le Ny 1988 : 93, av. biblio.) [ce four serait en fait médiéval, et lié à l’abbaye de Trizay (Provost et al. 1996 : 94)].

31 - Bréal-sous-Montfort “ Les Ponciaux ” (Ille-et-Vilaine), Riédones : atelier de tuilier (ratés…) (Leroux et Provost 1990 : 169, av. biblio. ; Le Ny 1991a : 221, av. biblio.).

32 - Brecé (Mayenne), Diablintes : atelier mixte ? (potier/tuilier ?), au lotissement de “ La Douette ” (Faulon 1995 : 50, av. biblio.).

33 - Brech “ Moulin de Tréauray ” (Morbihan), Vénètes : un four à tegulae, av. tegulae empilées (Merlat 1957 : 197 ; Naas 2000 : 26 ; Galliou et al. 2009 : 92, av. biblio. compl.).

34 - Brémontier-Merval (Seine-Maritime), Véliocasses, en limite des Ambiens : possible atelier de potier ou de tuilier (Rogeret 1997 : 154, av. biblio.).

35 - Bricquebec (Manche), Unelles : possible four de briquetier GR (Pilet-Lemière et Levalet 1989 : 38, av. biblio.).

35b - Brillevast “ Le Douetti ” (Manche), Unelles : atelier de TCA, av. habitat (HE), rural de type villa, près de l’agglomération de Montaigu-la-Brisette (3,8 km) ; av. 2 fours (mil. ier - mil. iie s.) (Jeanne et Duclos 2004 : 39-58 ; Jeanne et al. 2009a ; Jeanne et al. 2012 ; Duclos et al. à paraître).

36 - Brive (Corrèze), agglomération des Lémovices : avec productions de céramique commune en plusieurs points (fours) (fin ier s. et ap. mil. iie s.) (AOTMU 1986 : 12 ; Moser 1986 ; Tilhard, Moser et Picon 1991 : 248 ; Lintz 1992 : 72, av. biblio. ; M. Desbordes et F. Moser, in : Villes 1992 : 62 ; Simon 1994 : 136, 137, 138, 139) ; et possible production de sigillée (moules) (en fait, d’Espalion, Aveyron), mais production d’imitations et paroies fines (AOTMU 1986 : 12 ; Moser 1986 ; Moser et Tilhard 1986 ; 1987 ; Tilhard, Moser et Picon 1991 ; Vuaillat et Desbordes 1991 : 85 et 131-132 ; Lintz 1992 : 72, av. biblio. ; M. Desbordes et F. Moser, in : Villes… 1992 : 61 ; Simon 1994 : 137-138) ; ainsi que production de statuettes en 3 points (moules), fin ier s. et 3e quart iie s. (Desbordes 1981 : 457-458 ; Moser-Gautrand et Moser 1981 ; AOTMU 1986 : 12 ; 1987 : 11 ; Moser 1986 ; Lahanier et Vertet 1986 : 135 ; Vuaillat et Desbordes 1991 : 85 et 131-132 ; Lintz 1992 : 37 et 72, av. biblio. ; M. Desbordes et F. Moser, in : Villes 1992 : 61 ; Simon 1994 : 136-137, 138, 139) : un four de tuilier des ier-iie s. (AOTMU 1986 : 12).

37 - Bron (Rhône), territoire de la colonie de Lyon : un four de tuilier (Faure-Brac 2006 : 171, av. biblio.).

38 - Bussy-le-Repos “ Montgomery ” (Yonne), Sénons : pas de production de TCA, sauf tuyaux en terre cuite (50 à 250 ap. ?) (Delor et Devevey-Delor 1996 : 55, Pl. XVIII).

39 - Caen (Calvados), agglomération des Viducasses : atelier de potier probable (ou tuilier ?) (Blaszkiewicz 1995 : 12, Carte, Fig. 1) ; et production d’amphores (ailleurs) (Brun et Laubenheimer 2001 : 211) : four de tuilier (1ère moitié iie s.), près d’une habitation (Jigan et Marin 1987 : 320-321, av. biblio. ; Delacampagne 1990 : 51-52, av. biblio.).

40 - Cérilly (Allier), Bituriges, en forêt de Tronçais : 2 possibles ateliers de potiers (parcelles 57 et 201 (Bertrand 1980 : 21-30 ; Corrocher, Piboule et Hilaire 1989 : 40, av. biblio. ; cf. Lallemand et Vallat 2001) ; et, à “ La Remenanche ”, un atelier de tuilier (en surface) (parcelle 53/54, site n10) (Bertrand 1980 : 21 ; Corrocher, Piboule et Hilaire 1989 : 40, av. biblio. ; Bertrand et Piboule 1995 ; Laüt2000b ; cf. Lallemand et Vallat 2001).

41 - Chacé (Maine-et-Loire), Andécaves : un four de tuilier (Provost 1988b : 52, av. biblio.).

42 - Chartres-Autricum, Fbg La Grappe (Eure-et-Loir), chef-lieu des Carnutes : plus. ex. d’estampilles (COS) sur tuiles, dans la construction d’un four de potier HE : prod. mixte d’un atelier ? (inédites ; rens. D. Joly, 13 janv. 2012).

43 - Châteaubleau (et Pécy, Jouy-le-Château) (Seine-et-Marne) : agglomération des Sénons : comptes (et autres graffiti) de tuiliers en gaulois, sur tuiles av. cuisson (atelier supposé) (Lambert 1998/2000 ; 2008 : 141-146 ; Charlier 2004 : n77.1 à 18 ; Pilon 2008 : 143-144 ; Griffisch, Magan et Mordant 2008 : 609, Fig. 626 ; cf. Kerneis 2011)

44 - Châtellerault (Vienne), Pictons : à “ Fort-Clan ”, 1 four de potier ; un autre à “ Mollé ” ? (ou de tuilier ?) (Nicolini 1975 : 379 ; Vernou et Baigl 1991 : 25).

45 - Chaumeil (Corrèze), Lémovices : possible atelier de tuilier (Lintz 1992 : 93, av. biblio.).

46 - Chauvigné “ La Cléteraie ” (Ille-et-Vilaine), Riédones : atelier de tuilier (ratés) (Le Ny 1988 : 70, av. biblio. ; 1991a : 221, av. biblio. ; Leroux 1989 : 21 et 36; cf. Leroux et Provost 1990 : 37, av. biblio. compl.).

47 - Chavagnes-en-Paillers “ Bénaston ” (Vendée), Pictons : possible atelier de tuilier (Fillon 1864 : 26 ; Blanchet 1898 : 22 (= 1902 : 102) ; Le Ny 1988 : 75, av. biblio.).

48 - Chavanay (Loire), Ségusiaves : possible atelier de tuilier (Lavendhomme 1997 : 84, av. biblio.).

49 - Chérisay (Sarthe), Cénomans : atelier de tuilier, avec 1 four, sur un site rural (Bouvet 2001 : 204, av. biblio.).

50 - Chéu “ La Source de la Roise ” (Yonne), Éduens : établissement artisanal : atelier de tuilier (Delor 2002 : 307, av. biblio. ; et cf. p. 429 (Jaulges)).

51 - Chevilly (Loiret), Carnutes : possible atelier de tuilier (Provost 1988a : 209, av. biblio.).

52 - Chevilly-Larue (Val-de-Marne), Parisii : possible four de potier, ou de tuilier, sur une villa (Toutain 1927 ; 1928 : 133 ; Panthier et Leclerc 1930 ; cf. Grenier 1934 : 944, n. 1 ; Bourgeau 1984 : 179, av. biblio. ; Le Ny 1988 : 71, av. biblio. ; Naudet et al. 2001 : 96, av. biblio. compl. ; cf. Mallet 2006a : 595).

53 - Chuisnes (Eure-et-Loir), Carnutes : un four de tuilier (Fessard 1972 ; Ferdière 1975a : 90, av. biblio. ; Le Ny 1988 : 81, av. biblio. ; Ollagnier et Joly 1994 : 225, av. biblio.).

54 - Cintré “ La Bonnemais ” (Ille-et-Vilaine), agglomération des Riédones : possible atelier de potier ou de tuilier (Leroux 1989 : 21 et 36 ; Le Ny 1991a : 221, av. biblio. ; Galliou 1994 : 224).

55 - Civray-de-Touraine “ La Rousselière ” (Indre-et-Loire), Turons : des fours de tuiliers (?) (Chevalier 1861 : 218-219 ; Ferdière 1975a : 87, av. biblio. ; Provost 1988c : 61 ; 1993 : 259 ; Chimier 1999 : tabl. p. 247, av. biblio. ; 2001, II : 11, fiche 044 ; 2002 : 185-186, av. biblio.).

56 - Clomot “ Les Murées ” (Côte-d’Or), Éduens : probable four de tuilier circulaire (diam. : 3,20 m), proche d’une petite agglomération (Bourgogne… 1987/88 : 7 ; Provost et al. 2009, 2 : 176).

57 - Colleville “ Orival ” (Seine-Maritime), probable agglomération des Calètes : un four de tuilier (Rogeret 1997 : 188, av. biblio.).

58 - Combourg “ Les Champs Moitaux ” (Ille-et-Vilaine), Riédones : atelier de tuilier (ratés), dont sans doute 1 four (Le Ny 1988 : 70, av. biblio. ; 1991a : 221, av. biblio. ; Leroux 1989 : 21 et 38 ; Leroux et Provost 1990: 36-37, av. biblio. compl.).

59 - Condat-sur-Ganaveix “ Luc ” (Corrèze), Lémovices : four de tuilier ? (Lintz 1992 : 182, av. biblio.).

60 - Corbeil-Essonnes (Essonne), Sénons : des fours de briquetiers (Naudet 2004 : 136, av. biblio.).

61 - Coulombiers “ Maupertuis ” (Vienne), Pictons : un four de tuilier (Vernou et Baigl 1991 : 25).

62 - Crémeaux (Loire), Ségusiaves : possible atelier de tuilier (Lavendhomme 1997 : 90, av. biblio.).

63 - Croixdalle (Seine-Maritime), Calètes : possible atelier de tuilier (Jigan et Marin 1987 : 325, av. biblio. ; Blaszkiewicz 1995 : 12, carte, Fig. 1 [classé comme “ poterie ”] ; Rogeret 1997 : 204, av. biblio. ; Dufaÿ 1999 : 263).

64 - Crouzilles “ Mougon ” (Indre-et-Loire), agglomération des Turons : probable production de TCA sur l’atelier de potier (Chimier 1999 : tabl. p. 247, av. biblio.).

65 - Domagné “ La Fosse Louvière ” (Ille-et-Vilaine), Riédones : atelier de tuilier rural (surcuits…), avec habitat associé (Leroux et Provost 1990 : 64, av. biblio. ; Le Ny 1991a : 221, av. biblio.).

66 - Dontreix (Creuse), Lémovices : four de tuilier ? (Dussot 1989 : 62, av. biblio.).

67 - Écully (Rhône), territoire de la colonie de Lyon : atelier de tuilier ou de briquetier (Faure-Brac 2006 : 225, av. biblio.).

68 - Épiniac “ La Ville-Oubert ” (Ille-et-Vilaine), Riédones : four de tuilier, rural (ratés…) (Leroux et Provost 1990 : 93, av. biblio. ; Le Ny 1991a : 221, av. biblio.).

69 - Épône “ La Petite Plâtrière ” (Yvelines), agglomération des Carnutes : ateliers de potiers (et tuilier ?) (4 fours, ier-iie s.), dont production de dolia, dont un au 71 rue des Deux Frères Laporte (ier s.) (Bourgeau 1984 : 177-178, av. biblio. ; Île… 1993 : 144-145, Fig. 96 ; cf. Barat 2007 : 157-160 et 162, figs, av. biblio. compl.).

70 - Ernée “ Petit Fay ” (Mayenne), Diablintes : atelier de tuilier (ratés) (Naveau 1992 : 106, av. biblio.).

71 - Esclavelles (Seine-Maritime), Calètes : possible atelier de tuilier (“ briquetterie ”) (Jigan et Marin 1987 : 325, av. biblio. ; Blaszkiewicz 1995 : 12, carte, Fig. 1 [indiqué comme “ poterie ”] ; Rogeret 1997 : 239, av. biblio. ; Dufaÿ 1999 : 364).

72 - Espagnac (Corrèze), Lémovices : four en briques, de tuilier ? (Lintz 1992 : 141, av. biblio.).

73 - Feins “ Le Bois Barron ” (Ille-et-Vilaine), Riédones : possible atelier de tuilier rural (ratés…) (Leroux et Provost 1990 : 220, av. biblio. ; Le Ny 1991a : 222, av. biblio.).

74 - Fermanville (Manche), Unelles : atelier de tuilier-briquetier (four “ à briques ”) (Jigan et Marin 1987 : 319, av. biblio. ; Blaszkiewicz 1995 : 12, Carte, Fig. 1).

75 - Feurs-Forum Segusiavorum (Loire), capitale des Ségusiaves : avec production de poterie, dont 1 four de potier, bd Clémenceau (Lavendhomme 1997 : 111-112 ; Béal 1998 : 25 ; Gaidon-Bunuel 2000) et 4 fours GR, sans doute de potier, rue de Verdun (Frascone 1999) ; et sans doute de sigillée : moules à sigillée (iiie s.), rue de Verdun et avenue Jean Jaurès : atelier présumé (Vertet 1980 : 25 ; Lavendhomme 1997 : 116 et 122 ; Dumoulin 1997 ; Béal 1998 : 24-25) : un four à briques GR, rue de Verdun (Béal 1998 : 24).

76 - Fomperron “ La Gachetière ” (Deux-Sèvres), Pictons : atelier de tuilier (Vernou et Baigl 1991 : 24 ; Hiernard et Simon-Hiernard 1996 : 170, av. biblio. compl.).

77-78 - Forges-les-Eaux (Seine-Maritime), Véliocasses, en limite des Ambiens : deux ateliers de tuiliers (Jigan et Marin 1987 : 325, av. biblio. ; Blaszkiewicz 1995 : 12, Carte, Fig. 1 ; Rogeret 1997 : 275-276 et 535, av. biblio. compl.) : 2 possibles, au “ Bois du Donjon ” et à “ La Hêtrée ”, en limite de la commune de Serqueux.

79 - Franchesse (Allier), Bituriges : un atelier de tuilier supposé (en surface) (n15) (Bertrand 1891 : 218 ; Bertrand 1980 ; cf. Lallemand et Vallat 2001 : n15).

80 - Francueil “ Le Port-Olivier ” (Indre-et-Loire), agglomération des Turons : atelier de tuilier ? (Chimier 1999 : tabl. p. 247, av. biblio. ; 2002 : 185-186, av. biblio.).

81 - Frans (Ain), limites Ségusiaves : tuilerie ? (Buisson 1990 : 147, av. biblio.).

82 - Freneuse-sur-Risle (Eure), Éburovices : four de briquetier ? (Cliquet 1993 : 203, av. biblio.).

83 - Gannat “ Les Chazoux ” (Allier), Arvernes : villa GR avec four de tuilier (ier s.), sans doute pour la construction de la villa (Cabezuelo, Parent et Rebiscoul 1995).

84 - Giat “ Moulin de Belteix ” (Puy-de-Dôme), Arvernes : atelier de tuilier (?), avec estampilles GERI (Bertrand 1990 ; Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 98, av. biblio.).

85 - Glomel “ Guernévan ” (Côtes-d’Armor), Osismes : atelier de tuilier (et potier, mixte) (Sanquer 1981 : 302 ; cf. Bizien-Jaglin, Galliou et Kerébel 2002 : 154).

86 - Gourdon-Murat (Corrèze), Lémovices : à 300 m d’une villa (“ Mazières ”), four de tuilier (iie s.) (Lintz et Manoux 1967 ; Le Ny 1988 : 87, n110 [indiqué à “ Bourg-le-Bec ”], av. biblio. ; Lintz 1992 : 82 et Fig. 36, av. biblio.).

87 - Grèzes (Lozère), Gabales : agglomération gallo-romaine au pied de l’oppidum : “ Le Parc ”, atelier de TCA en surface (tuiles et élém. hypocaustes ?) (Trintignac 2012 : 199).

88 - Guenrouët (Loire-Atlantique), Namnètes : four de briquetier (Provost 1988d : 136, av. biblio.).

89 - Guer “ Pasoué ” (Morbihan), agglomération des Coriosolites : à proximité, possible four de tuilier (Galliou et al. 2009 : 142).

90 - Guignen “ Les Hervins / Le Biffoué ” (Ille-et-Vilaine), Coriosolites : un four de tuilier, rural (1ère moitié ive s., datation archéomagnétique : 290-340 ap.) (Sanquer 1981 : 303 ; Goulpeau et al. 1982 ; Le Ny 1988 : 80, av. biblio. ; 1991a : 223, av. biblio. ; Langouët et Daire 1989 : 70 ; Leroux et Provost 1990 : 117 et Fig. 234).

91 - Herbignac (Loire-Atlantique), Namnètes : avec production de poterie : des fours de potier en plusieurs points (près voie romaine) (Provost 1988d : 124-125, av. biblio. : Faulon 1995 : 50, av. biblio. ; Galliou 2005 : 220) : four tuilier à “ La Baronnerie ” (Provost 1988d : 125, av. biblio.).

92-93 - Igé (Saône-et-Loire), Éduens : ateliers de tuiliers et briquetiers en 2 sites différents (cf. Rebourg 1994 : 298, av. biblio.).

94 - Incheville (Seine-Maritime), en limite de cité des Calètes : atelier de tuilier rural, avec 1 four (Jigan et Marin 1987 : 326, av. biblio. ; Le Ny 1988 : 71, av. biblio. ; Blaszkiewicz 1995 : 12, Carte, Fig. 1 ; cf. Rogeret 1997 : 321-322, Fig. 261, av. biblio. compl. ; cf. Thuillier 2003, 7 : 828-833, av. biblio. ; Ciezar-Épailly 2006a).

95-96 - Isle-et-Bardais (Allier), Bituriges : en forêt de Tronçais : ateliers de potier (?), parcelles 13 et 107 (Bertrand 1980 : 20-24, 29-30 ; 1983 : 37-38 ; Corrocher, Piboule et Hilaire 1989 : 41) : à “ Les Petits Jardins ” (n21), sur un sanctuaire GR : 2 fours de tuiliers (petites tegulae…) (HMA : vie-déb. viie s. ?, datation par archéomagnétisme), réinstallé sur le fanum GR no 1 ; autre atelier de TCA à “ La Goutte Meillier ” (n22) (Archéologie... : 10 : Bertrand 1980 ; Corrocher, Piboule et Hilaire 1989 ; Bertrand et Piboule 1995 : 56-58 ; Laüt 2000b ; 2001 ; 2002 ; 2003 ; 2004a et b ; 2006 : Fig. 1 ; 2011 ; Lallemand et Vallat 2001 : n21-22) ; autre supposé à “ Corne de Rolais ” (no 20) (Bertrand 1980 : 21 ; Corrocher, Piboule et Hilaire 1989 ; Bertrand et Piboule 1995 : 56-58 ; cf. Lallemand et Vallat 2001 : no 20).

97 - Javerdat “ Le Trou du Renard ” (Haute-Vienne), Lémovices : un four de tuilier (Loustaud et Couraud 1979 ; Le Ny 1988 : 87, n111, av. biblio. ; cf. Perrier 1993 : 174 et Fig. 103-104, av. biblio.).

98 - Jeugny (Aube), Tricasses : atelier de tuilier (ratés…) (Denajar 2005 : 368, av. biblio.).

99 - Jouars-Ponchartrain (ou commune de : Le Tremblay-sur-Mauldre) (Yvelines), agglomération des Parisii, aux confins des Carnutes : avec atelier de potier (2 fours, mil. Ier ap.) (Morin 1993a et b ; AOTMU, 1995 : 50 ; 1996 : 43 ; Thuillier 2003, 8 : 1220-1232, av. biblio. ; cf. Barat 2007 : 354 et Fig. 573, av. biblio. compl.) : production de TCA probable (cf. Thuillier 2003, 8 : 1227, av. biblio.).

100 - L’Étang-Bertrand (Manche), agglomération des Unelles : avec atelier de potier possible (“ fourneaux ”) à “ La Lande du Planitre ” et au “ Clos Martinet ” (Jigan et Marin 1987 : 319, av. biblio. ; Blaszkiewicz 1995 : 12, Carte, Fig. 1) : atelier de tuilier (?), avec 6 fours, à “ Grand-Camp ”, signalé au xixe s. (Jeanne et al. 2006 : 95).

101 - La Bouillie “ La Haie ” (Côtes-d’Armor), Coriosolites : atelier mixte : poterie et TCA, avec au moins 1 four (Le Ny 1988 : 70, av. biblio. ; 1991a : 222 ; Langouët et Daire 1989 : 35 ; Amoureux et Clément 1991 : 115 ; Faulon 1995 : 47, av. biblio. ; Bizien-Jaglin, Galliou et Kerébel 2002 : 57, av. biblio. compl.).

102 - La Boussac “ La Couture ” (Ille-et-Vilaine), Riédones : atelier de tuilier à (ratés) (Leroux et Provost 1990 : 164-165, av. biblio. ; Le Ny 1991a : 222, av. biblio.).

103 - La Guerche-sur-l’Aubois (Cher), Bituriges : avec production de poterie (et Le Chautay) : des fours (4 sites différents) (ateliers ruraux ?) (Ferdière 1975a : 88, av. biblio. ; Vertet 1980 : 26-27 ; Chevrot, Troadec et Holmgren 1992 : 230, av. biblio. ; Chimier 1999 : tabl. p. 247, av. biblio. ; 2001, II : 6, fiche 024) [NB : les moules signalés sont vraisemblablement des faux] ; possible atelier et four de tuilier (Ferdière 1975a : 88 ; Le Ny 1988 : 60, av. biblio. ; Chimier 1999 : tabl. p. 247, av. biblio.).

104 - La Haye-Malherbe (Eure), Éburovices : avec un possible atelier de potier (avec la production de tuiles), avec des fours (Jigan et Marin 1987 : 324, av. biblio. ; Cliquet 1993 : 192, av. biblio. ; Blaszkiewicz 1995 : 12, Carte, Fig. 1 ; Faulon 1995 : 52, av. biblio.) : des fours, de tuiliers-briquetiers (?) (Jigan et Marin 1987 : 324, av. biblio.) ; Faulon 1995 : 52, av. biblio.

105 - La Jonchère “ Cheyroux ” (Haute-Vienne), Lémovices : un four de tuilier (Loustaud et Couraud 1979 ; Le Ny 1988 : 87-88, n112, av. biblio. : Perrier 1993 : 77, av. biblio.).

106-107 - Langonnet (Morbihan), Vénètes : atelier de tuilier (ratés) sur agglomération à “ Guernegal-Castel/Lost-er-Hoat ” ; et un four de tuilier à “ Kervruc ” (pour les 2 : Bernier 1964 ; Sanquer 1981 : 302 ; Le Ny 1988 : 70, av. biblio. ; Naas 1991 : 155 ; cf. Galliou et al. 2009 : 170).

108 - La Roche-Maurice “ Valy-Cloistre ” (Finistère), Osismes : graffiti sur une brique concernant un compte de tuilier-briquetier, en gaulois (probable atelier) (Sanquer et Galliou 1972 : 233-235, Fig. 14-15 ; Sanquer 1973 : 369-370, Fig. 232 ; Lejeune 1973 ; Galliou 1989 : 128).

109 - Larré “ Manoir de la Haye ” (Morbihan), Vénètes : atelier mixte (poterie et TCA : ratés) (3 fours) (Naas 1991 : 155 ; Le Ny 1991a : 222 ; Faulon 1995 : 50, av. biblio.).

110-111 - La Saulsotte (Aube), Tricasses : avec production de poterie, aux “ Pignons / Les Minières ” : atelier de potier, avec 9 fours (iiie-ive s., dont production de craquelée bleutée (Le Ny 1988 : 82, av. biblio. ; Lenoble 1991 ; 1992 ; Denajar 2005 : 517-518, av. biblio.) : un four de tuilier (sur l’atelier de potier), aux “ Pignons ” ; et autre atelier de tuilier avec 2 fours au “ Bas des Minières ”, iiie s. (pour les 2 : Lantier 1943 ; Le Ny 1987 : 186 ; 1988 : 82, av. biblio. ; Lenoble 1991 ; 1992 ; Thuillier 2003, 6 : 538-553 ; Denajar 2005 : 518 et Fig. 395-396, av. biblio.).

112 - Le Brethon (Allier), Bituriges (près de la forêt de Tronçais) : possible atelier de tuilier (ratés) (no 19) (Bertrand 1980 ; Corrocher et al. 1989 : 82, av. biblio. ; Bertrand et Piboule 1995 : 56-58 ; Laüt 2000b ; cf. Lallemand et Vallat 2001).

113 - Le Mans-Vindinum (Sarthe), capitale des Cénomans : un atelier de potier (Guillier 1997 ; Dufaÿ 1999 : 263) ; (ou dans les environs) production de céramique non tournée au HE (cf. La Bosse : Guillier 1997 ; et peut être de sigillée, rues Saint-Martin, de Paris et du Paon, avec des frgs de moules à sigillée (Bouvet 2001 : 268, av. biblio.) ; atelier de tuilier (batterie de fours, dont production antéfixes) rue Denfert-Rochereau (rive gauche Sarthe) (dans zone artisanale, vers 50-70 ap. J.-C.) (Chevet 1995 : 63-64 ; 1997 ; Bouvet 2001 : 97, 270, 329 et 332-333, Fig. 325-327, av. biblio.) ; et possible compte de tuilier sur imbrex (autre atelier ?) (Guillier et Thauré 2003 : 56, n23 ; Charlier 2004 : 98, n72.1).

114 - Le Miroir “ L’Étang-Niat ” (Saône-et-Loire), Éduens : atelier de tuilier rural (fin ier ap.) (Lefranc 1994).

115 - Le Monastier-Pin-Moriès “ La Tuilerie ” (Lozère), Gabales : atelier de tuilier rural GR à (ratés et surcuits) (prospection de surface) (Gros 1989 ; Trintignac 2012 : 366).

116 - Le Pont-Chrétien-Chabenet “ Les Coutures ” (Indre), Bituriges : possible atelier de tuilier (ratés en surface), site n278 (Laüt 1994, II : n278 ; Dumasy, Dieudonné-Glad et Laüt2010 : 87).

117 - Le Torpt (Eure), Éburovices : four de tuilier ? (Cliquet 1993 : 86, av. biblio.).

118 - Les Billanges (Haute-Vienne), Lémovices : possible four de tuilier (Perrier 1993 : 47, av. biblio.).

119 - Les Bordes “ Les Poreux ” (Loiret), Carnutes, proche de la limite des Sénons : possible four de tuilier (Nouel 1950 ; Ferdière 1975a : 98, av. biblio. ; Provost 1988b : 64, av. biblio.).

120 - Les Clouzeaux “ La Grosse Pierre ” (Vendée), Pictons : atelier mixte de céramique commune et TCA (dont production de briquettes triangulaires) : production de poterie (40-70 ap.), avec 3 fours de tuiliers postérieurs (fin ier au iiie s.) (Séris 2008 ; Mortreau, Séris et Nauleau 2012 ; cf. Nauleau à paraître).

121 - Les Grandes-Ventes (Seine-Maritime), Calètes : possible atelier de tuilier (Rogeret 1997 : 289, av. biblio.).

122 - Les Herbiers (Vendée), site rural, Pictons : brique avec graffito IV – XIX (d’un possible atelier ?) (Provost et al. 1996 : 123).

123 - Les Martres-d’Artière (Puy-de-Dôme), Arvernes : atelier avec plusieurs fours de tuiliers (1ère moitié ier s.), rural (Poursat 1971 : 329-330 ; Romeuf et Dumontet 1973 ; Le Ny 1988 : 78, av. biblio. ; Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 171, av. biblio.).

124 - Les Ventes “ les Mares Jumelles ” (Eure), Éburovices (près d’Évreux, capitale) : (en forêt) atelier de potier (fin ier-mil. iie s.), avec 4 fours et bât. annexes, dont production de mortiers estampillés ; et production de TCA (tuiles, briques, carreaux et tubuli) (Bouard 1962 : 424 ; Jigan et Marin 1987 : 325, av. biblio. ; Cliquet 1987 ; 1993 : 151, av. biblio. ; Blaszkiewicz et al. 1988 ; Blaszkiewicz 1995 : 12, Carte, Fig. 1 ; 2000 : 130 sq., Fig. 55, Ph. 4-5 ; Faulon 1995 : 52, av. biblio. ; Adrian 1995 ; 1999 ; 2000 : 2 Fig. ; 2000/07 ; 2001 : Fig. ; 2003 : Fig. ; 2004a : Fig. ; et 2004c ; 2005 ; Lepert et Adrian 1997 : Fig. ; Dufaÿ 1999 : 364 ; Adrian et Lepert 2000 ; cf. Thuillier 2003, 7 : 871-885).

125 - Levet “ Champ Grelet ” (Cher), possible agglomération des Bituriges : possible atelier de tuilier (Chevrot et Troadec 1992 : 243, av. biblio.).

126-127 - Lezoux (Puy-de-Dôme), agglomération de potiers des Arvernes : très important groupe d’ateliers de potiers, de sigillée et céramique fine (dont lampes et glaçures plombifères), du ier au ive-ve s. (Vertet 1980 : 28 ; 1983 : 17 ; 1986d : 25 ; Bet et Vertet 1984 ; 1986, av. biblio., importante ; Bet 1988 ; SFECAG 1989 ; Desbat 1993 ; Provost et Mennessier-Jouannet 1994a : 108-164, av. biblio. ; Delage 2001 ; Baucheron 2002 ; AOTMU 2004 : 54), dont au moins 6 groupes d’ateliers (Bet 1988 : 222-223 ; cf. révision : Desbat et al. 1997), dont “ Le Theix/les Fromentaux ”, avec production de TCA : tuileries des “ Fromentaux ”, liée à une villa (?) (Vertet et Bet 1980 ; Ferdière 2003 : 266-269), et du Teix (Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 144, av. biblio.) ; et un autre atelier de TCA connu en surface (Vertet et Bet 1980) ; autres productions de TCA estampillées sur d’autres ateliers de potiers (noms connus comme potiers (ibid.) ; et graffiti (de comptes ?) sur TCA (Charlier 2004 : 96-97, n63.1 à 5).

128 - Limoges-Augustoritum (Haute-Vienne), capitale des Lémovices : possible compte de tuilier (graffiti sur brique, d’un possible atelier) (Charlier 2004 : 101, n87.1).

129 - Lournand (Saône-et-Loire), Éduens : atelier de tuilier probable (Le Ny 1988 : 69, av. biblio. ; cf. Rebourg 1994 : 202, av. biblio.).

130 - Lupersat “ Champ du Pont ” (Creuse), Lémovices : un four de tuilier (anonyme 1958 ; Le Ny 1988 : 89, n113, av. biblio. ; Dussot 1989 : 66, av. biblio.).

131-132 - Lyon-Lugdunum (Rhône), capitale de cité et de la province de Lyonnaise, chef-lieu de sa colonie : important centre de production céramique, dont fine ; à la basilique Saint-Just, four de tuilier (non utilisé ?), 1ère moitié du ier s. ap. (Le Mer et Chomer 2007 : 648, av. biblio.) ; et possible prod. de TCA sur l’atelier de la ZAC Charavay à Vaise (ive s.) (Lascoux et Batigne-Vallet 2003).

133 - Mâcon-Matisco (Saône-et-Loire), agglomération des Éduens, capitale de cité au BE : avec atelier de potier (dépotoir, 1 four ?), cours Moreau (iie s.) (AOTMU, 1991 : 37 ; Barthèlemy 1991 ; Mangin 1994b : 64 ; Delor 1996a : 22 ; 1996b : 32 ; Joly 1996a : carte p. 14 ; cf. Rebourg 1994 : 310, av. biblio.) : atelier de tuilier-briquetier, rue G. Jeanton (cf. Rebourg 1994 : 310, av. biblio.).

134 - Magnac-Laval “ Les Tourettes ” (Haute-Vienne), agglomération des Lémovices : sans doute production de tuiles (ratés) au HE (Maniquet 2006).

135 - Manneville-sur-Risle “ Prés Mançois ” (Eure), Éburovices : atelier de tuiliers (nombreux rebuts) (Billard 1998).

136 - Marcellois “ Faulottes ” (Côte-d’Or), Mandubiens (Éduens ?) : sur une voie romaine, petite agglomération, avec un possible atelier de tuilier (ratés) (Mangin et al. 2000 : 438 ; Provost et al. 2009, 2 : 497).

137 - Marcillé-Robert “ Trozé ” (Ille-et-Vilaine), Riédones : sur une ferme gallo-romaine à enclos, atelier de tuilier (Leroux et Provost 1990 : 213, av. biblio. ; Le Ny 1991a : 222, av. biblio.).

138 - Massy (Seine-Maritime), en limite des Véliocasses et des Ambiens : possible atelier de tuilier (Rogeret 1997 : 425, av. biblio.).

139 - Maurs “ Le Vert ” (Cantal), Arvernes : en surface, indice d’atelier de tuilier GR (ratés) (ier-iie s.) (Cantournet 2000).

140 - Mélamare (Seine-Maritime), Calètes : tuileries GR (?) (Rogeret 1997 : 428, av. biblio.).

141 - Melrand (Morbihan), Vénètes : four de tuilier (d’abord interprété comme un hypocauste) (Naas 1991 : 147 et 155 ; cf. Le Bot 2003 : 64-65).

142-143 - Ménigoute “ La Courdazerie ” et “ La Guérinière ” (Deux-Sèvres), Pictons : deux ateliers de tuiliers (Ollivier 1987 ; Vernou et Baigl 1991 : 24).

144 - Messeix (Puy-de-Dôme), Arvernes : tuilerie GR (Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 189, av. biblio.).

145 - Meudon (Hauts-de-Seine), Parisii : atelier de tuilier (2 fours, iiie s.) (Barat 2002 ; Thuillier 2003, 8 : 964-967 ; cf. Abert 2005 : 39-40, Fig. 13 ; Mallet 2006a : 595, n. 21).

146 - Monestier “ Giverzat ” (Allier), Bituriges : atelier de TCA supposé (n25) (Delaume 1984 ; Corrocher, Piboule et Hilaire 1989 : 47 ; Lallemand et Vallat 2001 : n25).

147 - Montaigu-la-Brisette “ Le Hameau Dorey ” (Manche), Unelles : agglomération GR : atelier de tuilier à proximité (Paez-Rezende et al. 2003) [cet atelier est peut-être celui de Brillevast ou de Teurtheville-Bocage, proches : ce serait alors ici un doublon ; il n’est cependant pas indiqué comme douteux dans notre carte Fig. 9].

148 - Montbizot “ Le Pont d’Orne ” (Sarthe), Cénomans : possible atelier de tuilier (ratés) (Bouvet 2001 : 365, av. biblio.).

149 - Montbouy “ Craon ” (Loiret), agglomération des Sénons : 3 fours de tuilier (déb. iiie-1er tiers ive s.) (Ferdière 1975a : 98, av. biblio. ; Le Ny 1988 : 81, n87, av. biblio. ; Provost 1988a : 147, av. biblio. ; 1993 : 259 ; Bellet, in : Bellet et al. 1999 : 202-203).

150 - Montceau-les-Mines “ Lucy ” (Saône-et-Loire), Éduens : un four de tuilier, avec dépôt de tuiles (Martin 1892 ; Bernardin 1954a ; Le Ny 1988 : 79, av. biblio. ; cf. Rebourg 1994 : 342, av. biblio.).

151 - Montchanin (Saône-et-Loire), Éduens : en forêt d’Avoise, des tuileries GR (cf. Rebourg 1994 : 353, av. biblio.).

152 - Monteneuf “ Isles / Saint-Méhin ” (Morbihan), Vénètes : sur un site rural, près d’une villa, et non loin d’une voie romaine, atelier mixte : poterie et TCA (ratés), avec 1 four de tuilier (tegulae et imbrices) (Le Ny 1991a : 222 ; Faulon 1995 : 50, av. biblio. ; Galliou et al. 2009 : 213).

153-154 - Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne), agglomération des Sénons : deux ateliers de TCA : à “ Terre aux Moines ”, 1 four de tuilier (ier au ive s. ?), inclus dans un bâtiment (Bourgeau 1984 : 176-177, av. biblio. ; Le Ny 1988 : 83, av. biblio. ; cf. Thuillier 2003, 8 : 1092-1099, av. biblio. ; cf. Mallet 2006a : 595 ; Séguier 2006b : 49 et Fig. 1 ; Griffisch, Magan et Mordant 2008 : 895-896, Fig. 1041 et 1044) ; à “ Saint-Jean ”, près de la voie romaine, sur un site GR (ive s.) : 1 four, sans doute de tuilier (Fleury 1981 : 292) (autre atelier ?).

155 - Montfort-sur-Meu (Ille-et-Vilaine), Coriosolites : atelier de tuilier (ratés) (Le Ny 1991a : 222).

156 - Montlay-en-Auxois “ Bois d’Éguilly/Genetoy ” (Côte-d’Or), agglomération des Éduens (village de forgerons) : atelier de tuilier, avec production de tuiles, briques et tubuli, lié au village de forgerons (Mangin 1994b : 31 ; Provost et al. 2009, 2 : 578, av. biblio).

157-158 - Nantes-Condevincum (Loire-Atlantique), capitale des Namnètes : possible four de potier (ou de tuilier ?), rue Tintoret (Provost 1988d : 85, av. biblio.) ; et 1 autre GR sous une nécropole BE (Brodeur et al. 2000).

159 - Naveil “ Gué de Villa ” (Loir-et-Cher), Carnutes, sur le Loir : possible atelier de potier, peut-être de tuilier (?) : 6 fours “ en brique ” (Provost 1988c : 121, av. biblio. ; 1993 : 257 ; cf. Dufaÿ 1999 : 263).

160 - Nevers (Nièvre), agglomération des Éduens : ateliers de potiers (10 fours), avenue Bérégovoy et rue du Rempart, dont production de terra nigra (1er tiers ier s.) (AOTMU, 1992 : 55 ; Meissonnier 1992 ; Mangin 1994b : 56 ; Delor 1996a :22 ; 1996b : 32 ; Joly 1996a : carte p. 14 ; 1996b ; Trente… 1996 : 93 ; cf. Bigeard 1996 : 51, 209, avec biblio. ; Joly et Mouton 2003) : sur le même site, 1 four de tuilier (Meissonnier 1992 ; Mangin 1994b : 56 ; Bigeard 1996 : 209, av. biblio.).

161 - Notre-Dame-d’Aliermont (Seine-Maritime), Calètes : atelier de tuilier-briquetier rural (Cochet 1874 ; 1874/75 ; Jigan et Marin 1987 : 326, av. biblio. ; Blaszkiewicz 1995 : 12, Carte, Fig. 1 ; Rogeret 1997 : 445, av. biblio. compl. ; Ciezar-Épailly 2006b).

162 - Nuits-Saint-Georges “ Les Bollards ” (Côte-d’Or), agglomération des Éduens : graffiti en gaulois (de compte ?) (d’un atelier possible) (Thévenot 1948 : 336, n116-118 et Fig. 47 ; Charlier 2004 : 93, n21.3).

163 - Oisseau-le-Petit (Sarthe) : agglomération des Cénomans : atelier de potier avec four, aux “ Noiras ”, iie-iiie s. ? (Bouvet et Saulce 2000 ; AOTMU 2000 : 72), et autre possible près du fanum (ou de tuilier ?) (Bouvet 2001 : 97 et 389, av. biblio.).

164 à 168 - Orléans-Cenabum (Loiret), agglomération des Carnutes, puis capitale de cité des Aureliani au BE : avec peut-être 3 fours de potiers (Ferdière 1975a : 98-99, av. biblio. ; Provost 1988a : 91 et 92, av. biblio. ; 1993 : 259 ; Dufaÿ 1999 : 263) (Cloître Sainte-Croix, rue Ducerceau, rue des Cordiers), et des outils de potiers en Loire (?) (Provost 1988a : 95, av. biblio.) ; rive gauche, rue Tudelle : four de potier fragmentaire, ier-iie s. (Troadec 1983) : 5 possibles ateliers de TCA : 1) dans la ville du Haut-Empire, rive droite, au 10 rue du Fbg Saint-Vincent : un possible four de potier-briquetier, av. n. frgs tegulae, briques et pesons de tissage (ier-iie s.) (Davoust 1888 ; Jesset 2010b : 79) ; et en rive gauche, au S de la Loire (hors ville) : 2) atelier avec 3 fours de tuilier du BE (iiie s.), rue Tudelle (Lallemand 1989 ; Le Ny 1988 : 60 ; Jesset 2010b : 81 ; cf. Troadec 1983) ; 3) rebuts de cuisson de TCA ds une grande fosse, au 9 Pl. de Jardin des Plantes (Frénée et Josset 2001 ; Jesset 2010b : 81) ; 4) ZAC du Clos Rozay : n. fragments de TCA avec surcuits (rebuts ?) (Josset, Deloze et Devilliers 2003 ; Jesset 2010b : 81) ; 5) ZAC Candolle : ratés de cuisson de briques dans la maçonnerie d’une cave iiie s. (Frénée 2003 ; Jesset 2010b : 81).

169 - Paris-Lutecia (départ. Paris), capitale des Parisii : avec ailleurs production de poterie au HE, au Collège de France, atelier de TCA (rebuts, fin ier s.) (AOTMU, 1994 : 73).

170 - Parnac “ La Rémondière ” (Indre), Bituriges : atelier de tuilier (?) rural, avec 1 possible four (rubéfaction, ratés) (Coulon et Holmgren 1992 : 195 ; Chimier 1999 : tabl. p. 247, av. biblio. ; 2001, II : 12, fiche 048 ; Laüt1994, II : n172 : Dumasy, Dieudonné-Glad et Laüt 2010 : 256).

171 - Peumerit (Finistère), Osismes : au Bourg, four de potier ou tuilier (?) (Galliou 1989 : 109-110 ; Faulon 1995 : 47, av. biblio.).

172 - Pierrefitte-sur-Loire (Allier), Éduens : four de potier (ou tuilier) (Vertet 1980 : 31 ; Corrocher et al. 1989 : 62, av. biblio.).

173 - Plaudren “ La Boderie ” (Morbihan), Vénètes : possible atelier de tuilier (ratés), lié à une agglomération GR (Naas 1991 : 155 ; 2000 : 68 ; Le Ny 1991a : 222, av. biblio. ; Galliou et al. 2009 : 237).

174 - Plédéliac “ Saint-Aubin ” (Côtes-d’Armor), Coriosolites : atelier de tuilier rural, avec 1 four (Le Ny 1988 : 70, av. biblio. ; 1991a : 222, av. biblio. ; Langoüt et Daire 1989 : 50 ; Amoureux et Clément 1991 : 115).

175 - Plélan-le-Petit “ Couavra ” (Côtes-d’Armor), agglomération possible des Coriosolites : avec un possible four de potier (ratés) (Bizien-Jaglin, Galliou et Kerébel 2002 : 215-216, av. biblio.), un possible atelier de tuilier (ratés, 75 m à l’est du précédent) (Bizien-Jaglin, Galliou et Kerébel 2002 : 216, av. biblio. ; cf. Langouët et Daire 1989 : 50).

176 - Plonevez-Porzay “ Camezen ” (Finistère), Osismes : sur un établissement de salaisons, 1 four de tuilier possible (ive s. ?) (Le Ny 1988 : 80, av. biblio. ; 1991a : 222 ; Galliou 1989 : 59, av. biblio. ; 2010 : 297-298, Fig. 280-281 ; Bizien-Jaglin, Galliou et Kerébel 2002 : 208, av. biblio. compl.).

177 - Plouzané “ Langongar ” (Finistère), Osismes : site rural, avec un possible four de tuilier (ou hypocauste ?) (Galliou 2010 : 342, av. biblio.).

178 - Poncins (Loire), Ségusiaves : possible atelier de tuilier (Lavendhomme 1997 : 156-157, av. biblio.).

179 - Pont-de-Buis-les-Quimerc’h “ Goas-an-Eyet ” (Finistère), Osismes : site GR avec possible four de tuilier (Galliou 1989 : 83, av. biblio.).

180 - Pouillé (Loir-et-Cher), Turons : important atelier de potier, avec production de TCA (tuiles) sur les ateliers de potiers (Cadalen-Lesieur à paraître) ; dont 2 tuiles avec graffiti “ M ” avant cuisson.

181 - Prasville “ Le Moulin de Pierre ” (Eure-et-Loir), Carnutes : près de la voie romaine, 1 four de tuilier ou briquetier (HE) (Salé 1996).

182 - Puy-Saint-Guimier (Puy-de-Dôme), Arvernes : four de tuilier (Le Ny 1988 : 69, av. biblio. ; Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 256, av. biblio.).

183 - Questembert “ Château d’Erech ” (Morbihan), Vénètes : atelier de potier ou tuilier possible (2 fours, avec possible production d’amphores) (André 1963 ; Le Ny 1991a : 222, av. biblio. compl. ; Faulon 1995 : 50, av. biblio.).

184 à 186 - Quimper (Finistère), importante agglomération des Osismes : avec atelier de potier (?, avec 1 four) (Galliou 1989 : 163 ; 1994 : 224 ; 2005 : 220 ; Faulon 1995 : 49, av. biblio.), possibles fours de tuiliers (?), à “ Keradennec ”, “ Moulin des Landes ” et “ Quinquis ” (Galliou 1989 : 165-166, av. biblio.).

187 - Rageade “ Loubières ” (Cantal), Arvernes : sur un site rural, 1 four de tuilier (déb. ier s. ap.) (Provost et Vallat 1996 : 144, av. biblio.).

188 - Randan (Puy-de-Dôme), Arvernes : atelier de tuilier (Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 256, av. biblio.).

189 - Rennes-Condate (Ille-et-Vilaine), capitale des Riédones : production de poterie, dont un rue Saint-Louis (avec TCA et statuettes) (Faulon 1995 : 49, av. biblio.) : sur celui-ci (rue Saint-Louis), atelier de tuilier, avec 1 four (iie s.), associé à une production de statuettes et poterie (Fichet 1987 ; Leroux et Provost 1990 : 186, av. biblio. ; Le Ny 1991a : 223, av. biblio. ; Faulon 1995 : 49, av. biblio.) ; et graffiti sur tegula (possible compte ?, sur atelier probable) (Leroux et Provost 1990 : 193 ; Charlier 2004 : 95, n35.1 et 2)

190 - Rezé-Ratiatum (Loire-Attlantique), agglomération des Pictons : ailleurs, production de poterie ; au quartier Saint-Lupien, four de tuilier, déb. ier s. de n. è. (Guitton et al. 2009 ; cf. Nauleau à paraître).

191 - Roanne-Rodumna (Loire), agglomération des Ségusiaves, avec importante production de poterie : des fours de potiers en plusieurs points (14 fours, dont production de bols peints et d’amphores), dont : rue A. Thomas (ier s.) (AOTMU, 1988 : 37 ; Aubin 1996 : 150 ; Lavendhomme 1997 : 170, 172, 173-175, 175,
Fig. 120-121, av. biblio.) ; dépotoir de potier Bd de Belgique (AOTMU, 2002 : 49) ; 1 autre four (15 av.-15 ap.), rue de Charlieu (ou fin iie-déb. iiie s. ?) (Aubin 1996 : 150, Fig. 89-90 ; AOTMU, 2005 : 107) ; et 1 autre (“ le 14e ”) au n28 (Hôpital), dans la phase de construction augustéenne du fanum (Bocquet 2005) (et voir Le Glay 1966 : 491 et Fig. ; 1968 : 564-565 ; Poncet 1967 ; Bornibus et Périchon 1975) : atelier de tuilier ? (tuiles non cuites) (Lavendhomme 1997 : 180, av. biblio.).

192-193 - Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher), Bituriges : 2 amas de rejets d’ateliers de tuiliers GR (?) (Krausz 1997).

194 - Rouessé-Fontaine “ La Digeonnerie ” (Sarthe), Cénomans : (enclave dans la commune de Coulombiers), atelier de tuilier (ratés…) (Bouvet 2001 : 97 et 406, av. biblio.).

195 - Ruffiac “ Saint-Vincent ” (Morbihan), Vénètes : atelier de tuilier (ratés) (Le Ny 1991a : 222, av. biblio. ; Galliou et al. 2009 : 288).

196 - Saffré (Loire-Atlantique), Namnètes : possible four de tuilier-briquetier (?) (Provost 1988d : 139, av. biblio.).

197 - Saint-Alban “ La Petite Ville Néen ” (Côtes-d’Armor), Coriosolites : possible atelier de tuilier rural (Amoureux et Clément 1991 : 115 ; Bizien-Jaglin ; Galliou et Kerébel 2002 : 272-273, av. biblio.).

198 - Saint-Ambreuil (Saône-et-Loire), Éduens : avec atelier de potier à “ La Ferté / Le Dézaret ”, dont production de mortiers et de terra nigra ou rubra (150-270 ap.) (Gaudillère 1976 ; Cognot 1991 ; Delor 1996a : 22 ; 1996b : 32 ; Pasquet 1996 : 103 ; Joly 1996b, av. biblio. ; cf. Rebourg 1994 : 434, av. biblio.) : t