Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Luc Bourgeois (dir.), Une résidence des comtes d'Angoulême autour de l'an Mil : le castrum d'Andone (Fouilles d'André Debord), Caen, Publications du CRAHM, 2009, 560 p.

Elisabeth Lorans
p. 281-283
Référence(s) :

Luc Bourgeois (dir.), Une résidence des comtes d'Angoulême autour de l'an Mil : le castrum d'Andone (Fouilles d'André Debord), Caen, Publications du CRAHM, 2009, 560 p.

Texte intégral

1C’est un bel ouvrage que nous offre Luc Bourgeois avec la publication des fouilles du castrum d’Andone, conduites par André Debord entre 1971 et 1995. Dure tâche que de reprendre les travaux d’un collègue disparu, qui avait travaillé plus de vingt ans sur ce site castral de Charente, pour aboutir à cette monographie qui à la fois exploite toutes les informations livrées par la fouille, pour établir l’organisation et le statut de l’enceinte, et en restitue la place dans les jeux politiques de la fin du xe et du début du xie siècle à partir de la lecture attentive des sources écrites. C’est bien le résultat atteint par une équipe de 23 collègues, dans un ouvrage dont la structure même reproduit parfaitement la démarche de l’archéologue.

2À la suite d’un premier chapitre dans lequel L. Bourgeois présente l’histoire des recherches et les méthodes d’approche, éminemment différentes, des deux équipes successives, le lecteur entre progressivement dans l’analyse des données produites par la fouille : les structures (chapitre 2), le mobilier médiéval manufacturé (chapitre 3) puis la faune et la flore (chapitre 4). Après l’analyse, vient la synthèse, en deux temps : à l’échelle des différents territoires et réseaux politiques documentés par les textes dans lesquels s’inscrit le castrum d’Andone (chapitre 5), puis à celle du site lui-même pour bien en caractériser l’organisation, le fonctionnement et le rang (chapitre 6). L’ensemble est complété par l’édition de textes, une bibliographie très développée (40 p.) et un index des sites archéologiques et des monuments de comparaison, qui lui aussi donne la mesure de la matière mise en œuvre à l’échelle européenne. Soulignons d’emblée la grande quantité et qualité des représentations graphiques, plans et coupes, diagrammes stratigraphiques, schémas et restitutions, le tout dessiné pour l’essentiel par Luc Bourgeois : nul doute que cette lourde tâche a constitué une étape importante dans l’appropriation des données initiales.

3Le lecteur me pardonnera un compte rendu sélectif qui insistera davantage sur la démarche et les enjeux d’une telle entreprise que sur le détail des résultats atteints pour chacun des thèmes abordés. Pour ce faire, je ne suivrai pas nécessairement l’ordre de l’ouvrage mais associerai analyse et synthèse, en particulier pour la présentation de l’enceinte elle-même, à comprendre au sens large (mur, fossé périphérique et bâtiments intérieurs), décrite dans le chapitre 2 et interprétée dans le chapitre 6.

4On a affaire à un mur d’enceinte construit en une seule campagne selon un tracé irrégulier qui s’adapte au sommet de la colline, d’où un plan ovalaire constitué de 14 pans juxtaposés. Conservé au maximum sur 4 m de hauteur au-dessus des fondations, le mur, de 2 m de large, a pu atteindre 10 à 11 m et être couronné de chaperons, à la manière antique. La fortification, dotée d’un chemin de ronde d’1,50 m de large, était entourée d’un fossé en U très ouvert (11,30 m de largeur maximale), entretenu pendant toute la durée d’occupation du site. Deux portes de 2 à 3 m de large, situées à l’ouest et à l’est, donnaient accès à l’espace enclos, d’environ 1200 m2, comprenant sept bâtiments adossés à l’enceinte et deux cours. Les constructions se répartissent en deux lots : au nord-est, une longue salle à deux nefs accolée à des pièces jumelles ; au sud, quatre volumes juxtaposés dont trois partagent la même façade, le quatrième étant en retrait de 7 m.

5L’analyse fine de ces bâtiments et des niveaux associés, enregistrés a posteriori selon le système d’Edward Harris, a débouché sur une restitution de l’ensemble qui se distingue de l’interprétation d’origine par l’identification au nord-est d’un ensemble à étage et non pas de plain-pied, associant une aula à des camerae pourvues de latrines. De la sorte, la résidence comtale d’Andone perd le caractère sommaire qui résultait d’une analyse des seuls niveaux inférieurs pour rejoindre le corpus des résidences des environs de l’an mil (cf. infra) caractérisées par un plan en L et une grande salle d’étage, corpus dont elle constitue un exemple méridional précoce. Au-delà de la restitution d’une distribution et de circulations plus complexes que celles qu’avait conçues A. Debord – exprimées par des schémas et par des restitutions 3D virtuelles commentées dans le texte – la relecture du site conduit L. Bourgeois à minimiser la place de la région située entre Loire et Seine et celle du Xe siècle dans la genèse de la résidence composée d’un rez-de-chaussée de service surmonté d’une grande salle d’apparat. Il y reconnaît une formule architecturale bien plus ancienne, héritière des palais de l’Antiquité tardive, et bien plus généralisée en Europe. Quant aux fonctions des bâtiments implantés au sud, dépourvus d’étage et aux portes plus étroites, elles restent difficiles à préciser au-delà de la notion de communs susceptibles d’associer activités artisanales, stockage et logement du personnel comtal.

6Un grand soin a été apporté à l’analyse du mobilier archéologique. Hormis pour la céramique, dont la grande quantité exigeait un échantillonnage, le catalogue du mobilier manufacturé, qui occupe 200 pages de l’ouvrage, est fondé sur le principe d’exhaustivité. Les descriptions normalisées – parfois présentées sous forme de tableaux pour les pièces les plus nombreuses, telles que les clefs – sont accompagnées de planches de dessins, parfois de radiographies, de schémas de fabrication ou de restitutions. L’ensemble constitue donc un corpus de référence pour la période traitée, corpus qui regroupe monnaies, outils, armes, objets équestres, vaisselle et petits objets en verre mais aussi verre plat, mobilier en pierre, os et bois de cervidés, vaisselle en céramique et petits objets en terre cuite. Ainsi, le lecteur dispose des preuves mobilisées dans l’interprétation fonctionnelle et socio-économique du site présentée dans le chapitre 6. L’analyse du mobilier, regroupé en grandes catégories fonctionnelles, révèle notamment une activité de forge, pour l’entretien de l’abondant matériel métallique, et de tissage. L’importance du cheval dans la vie des occupants se traduit par un mobilier équestre abondant et diversifié qui correspond au goût du jour. En l’absence de l’épée et de la lance, les armes livrées par le site caractérisent plus la chasse que le combat. Des pièces de jeu témoignent aussi du mode de vie aristocratique et notamment de la pratique des échecs avec des pièces de fabrication locale. S’il faut saluer l’effort de cartographie des informations, force est de constater que celle-ci est rarement porteuse de sens : ce qui vaut pour l’activité de cuisine, localisable de part et d’autre de l’accès occidental, ou pour les pièces de jeu, très nettement concentrées dans l’emprise du hall et à ses abords immédiats, ne vaut pas pour l’essentiel du mobilier dont le lieu de découverte ne semble pas correspondre à une logique fonctionnelle. La localisation systématique des données mobilières met néanmoins en évidence des zones de fort rejet (le rez-de-chaussée de la grande salle) et d’autres stériles ou très pauvres, comme les abords de la porte orientale, décaissés, les deux bâtiments (camerae) accolés au hall ou la partie fouillée du fossé.

7L’étude partielle de la faune, dont la quantité ou les incertitudes pesant sur son origine stratigraphique, imposait également une sélection (75924 restes étudiés, provenant tous des niveaux d’occupation des bâtiments), a permis d’une part de cerner la nature de l’alimentation carnée, d’autre part d’identifier d’autres espèces animales non consommées. Malgré des variations spatiales, la triade domestique est largement dominée par le porc (80 %), les deux autres espèces correspondant chacune à 10 %. Pour le porc, l’abattage et le désossage sur place sont assurées, mais ils demeurent incertains pour les bovins. Un nombre très réduit d’équidés – au moins sept ânes et quatre chevaux – a été identifié, leur présence dans l’enceinte correspondant certainement à la récupération de la peau plutôt qu’à l’hippophagie. La même interprétation est avancée pour les rares ossements de chien, d’écureuil et de blaireau, auxquels s’ajoutent le chat et le rat noir, fortement représenté dans le castrum. L’apport de la faune sauvage est très faible, moins de 4 % du nombre de restes attribués aux espèces consommées, avec une forte prédominance du cerf (63 %), suivi loin derrière des lagomorphes, plus particulièrement le lièvre (presque 20 %), des oiseaux (10 %) et du sanglier (6 %). D’une manière générale, la répartition spatiale des restes osseux examinés témoigne de leur déplacement sur de courtes distances après leur rejet. Il s’agit de déchets de boucherie “ en vrac ”, dont le lieu de découverte n’indique aucun dépotoir spécialisé ni aucune tâche spécifique.

8Ce qui, dans le chapitre 4, relève de la flore prend la forme d’une étude anthracologique et d’une analyse palynologique de coprolithes de chiens, qui permettent d’appréhender le paysage végétal environnant le castrum et l’action des hommes sur ce milieu aux xe et xie s. Les 21 taxons identifiés dans les charbons de bois et leur hiérarchie correspondent à une chênaie-hêtraie calcicole dans laquelle dominent le chêne, le hêtre et l’érable de type champêtre. Cette répartition révèle un approvisionnement local – très certainement dans la forêt de Boixe, d’origine ancienne – et l’absence de sélection du combustible. Les taxons identifiés dans 20 coprolithes de chiens, tous prélevés dans les niveaux d’occupation du castrum, renvoient à la fois au territoire parcouru par les chiens de chasse et à la composition de leurs litières. Cette analyse palynologique révèle un paysage contrasté : un milieu forestier réduit à une chênaie-hêtraie dégradée aux côtés d’espaces ouverts destinés aux pâtures et aux cultures.

9La datation du castrum d’Andone, celle de sa construction, de sa durée d’utilisation et de son abandon, repose sur des sources textuelles et des sources matérielles associant des datations au 14C, des monnaies de types immobilisés, du petit mobilier (seulement deux fibules sont utiles ici) et de la vaisselle en céramique. Il en résulte une plus grande certitude sur la période d’abandon (entre 1020 et 1028) que sur le temps de la fondation qui n’a pu intervenir avant 1036, borne inférieure de la monnaie immobilisée trouvée dans les niveaux de construction. Des indices métrologiques suggérant une émission plus tardive, postérieure aux années 970, l’alternative suivante est proposée : un fonctionnement entre 936-ca. 1028 ou plus resserré encore, entre les années 970-980 et ca. 1028.

10Fondé par la puissante famille des Taillefer, ce site a donc eu une très brève durée d’utilisation pour des raisons de deux ordres : d’une part, de manière intrinsèque, sont à invoquer l’absence de ressource en eau dans l’enceinte, des accès étroits, un fort encombrement de l’espace intérieur et une zone humide ; d’autre part et surtout, sur le plan géo-politique, force est de constater son inadéquation à la réalité socio-politique du début du XIe siècle qui conduit au transfert de cette résidence comtale à Montignac, sur les bords de la Charente contrôlée par l’évêque dont le comte cherche à se rapprocher. Le déplacement concomitant à Montignac du monastère de Saint-Amand de Boixe, dont l’emplacement primitif devait être plus proche d’Andone, renforce, selon un processus bien connu, ce site castral qui remplit de nouvelles fonctions de contrôle.

11Ainsi, c’est l’échec même de cette fondation correspondant à des temps révolus qui en fait un site rare dans le corpus des résidences élitaires connues par l’archéologie en France et plus largement en Europe occidentale. Une faible destruction et une faible réutilisation après l’abandon (surtout sous la forme de garennes) ont permis la conservation des structures primitives et surtout celle d’un mobilier très diversifié dont l’étude constitue une référence de choix pour qui s’intéresse à la vie quotidienne autour de l’an mil en milieu aristocratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Lorans, « Luc Bourgeois (dir.), Une résidence des comtes d'Angoulême autour de l'an Mil : le castrum d'Andone (Fouilles d'André Debord), Caen, Publications du CRAHM, 2009, 560 p. », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 51 | 2012, mis en ligne le 30 janvier 2013, consulté le 01 mai 2017. URL : http://racf.revues.org/1799

Haut de page

Auteur

Elisabeth Lorans

Professeur d’Archéologie Médiévale à l’Université de Rouen, UMR 7324 CITERES-Laboratoire Archéologie et Territoires

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page