Navigation – Plan du site
Localisation de l’étude
Notes et documents

Une trompe romaine (tuba) à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne) ?

A roman horn (tuba) from Brie-Comte-Robert
Cyril Driard et Fabien Pilon
p. 271-279

Résumés

Deux objets en alliage cuivreux, imbriqués l’un dans l’autre, ont été découverts lors de la fouille archéologique préventive d’un établissement rural antique au lieu-dit Le Midi de la Plaine du Bois à Brie-Comte-Robert (77). L’un des objets correspond à un petit cylindre décoré, à l’intérieur duquel se trouvait emboîté un fragment de tube, constitué d’une plaque de tôle enroulée. Ces pièces font partie des nombreux éléments en métal découverts sur le site, dont l’une des spécialités artisanales entre la fin du iiie s. et le début du vie s. était le recyclage des objets en alliages cuivreux. Loin d’être les éléments les plus spectaculaires du lot, ces fragments de métal et plus particulièrement le cylindre décoré ont attiré notre attention en raison de leur ressemblance avec des pièces appartenant aux trompes droites démontables (tuba) de Neuvy-en-Sullias, Saint-Just-sur-Dive et Pompéi. Bien que fragmentaires et ne permettant qu’une contribution modeste à l'étude des instruments de musique de l'Antiquité, ces deux objets en alliage cuivreux découverts à Brie-Comte-Robert constituent vraisemblablement le quatrième exemplaire identifié dans l’Empire romain, d’un type d’instrument finalement plus connu par l’iconographie que par les découvertes archéologiques.

Haut de page

Texte intégral

Contexte archéologique de la découverte

1Les deux objets en alliage cuivreux présentés dans cet article proviennent de la fouille archéologique préventive réalisée par le bureau d’études Éveha, entre février et juin 2008, préalablement à l’aménagement de la zone d’activités commerciales du Midi de la Plaine du Bois à Brie-Comte-Robert, en Seine-et-Marne. Deux fenêtres de fouille archéologique ont été ouvertes, totalisant une surface de 3,2 ha. Les vestiges découverts lors de cette opération correspondent à une occupation datée du début du second âge du Fer et à une implantation antique se développant entre la fin du iie s. et le début du vie s. (Driard et al. 2009). Cette dernière correspond à une exploitation agricole dont une partie, vraisemblablement conséquente, se trouve hors de l’emprise de fouille dans un secteur maintenant urbanisé (Fig. 1). L’établissement est desservi par une voie qui le longe au sud et qui se dirige au nord-ouest vers les quartiers nord de Brie-Comte-Robert, et à l’est, vers Cossigny. Cette exploitation est réorganisée à diverses reprises au cours du temps, la phase qui nous intéresse ici correspondant à l’état de l’établissement entre la fin du iiie s. et la seconde moitié du ive s.

Fig. 1 : Plan général simplifié de la zone 2 de la fouille archéologique du Midi de la Plaine du Bois à Brie-Comte-Robert. Afin de faciliter la lecture du document, seuls les aménagements datés de la phase 2 (de la fin du iiie à la seconde moitié du ive s.), ainsi que les structures non datées figurent sur ce plan (dessin : Cyril Driard, 2012).

Fig. 1 : Plan général simplifié de la zone 2 de la fouille archéologique du Midi de la Plaine du Bois à Brie-Comte-Robert. Afin de faciliter la lecture du document, seuls les aménagements datés de la phase 2 (de la fin du iiie à la seconde moitié du ive s.), ainsi que les structures non datées figurent sur ce plan (dessin : Cyril Driard, 2012).

2Les vestiges archéologiques, datant de l’Antiquité tardive, retrouvés sur le site correspondent à l’angle sud-est d’une cour dans laquelle se trouvent plusieurs dépendances agricoles et artisanales. Il s’agit d’un espace clos, délimité par un mur (observable uniquement au nord-est) et des palissades en bois ; deux entrées ont été mises au jour, l’une à l’est et l’autre au sud. Un mur de terrasse a été construit le long de la voie afin de maintenir les sédiments surplombant la chaussée. Il pourrait également avoir servi de délimitation à une éventuelle extension de l’établissement plus au sud.

3Plusieurs unités de travail comportant des bâtiments, des foyers et des fours ont été découvertes. L’activité artisanale ayant laissé le plus de traces significatives sur ce site est le recyclage des métaux et plus particulièrement des objets en alliage cuivreux. Une des unités de travail s’organisait autour d’un puits et se composait de diverses structures de combustion piriformes, oblongues ou circulaires. Elles ont été installées dans une dépression circulaire correspondant à une ancienne carrière de limon et de calcaire. Après son abandon, cet ensemble de structures a été remblayé rapidement sans nettoyage approfondi et avec des destructions limitées, ce qui a permis de retrouver des vestiges archéologiques assez bien préservés. Un matériel abondant, comprenant entres autres des gouttelettes d’alliage cuivreux et de plomb, des lingots de plomb, un creuset, de la vaisselle métallique déchirée ou cisaillée ainsi que divers objets complets ou fragmentés en alliage cuivreux, a été abandonné sur place à proximité des structures de combustion.

4Les deux objets en alliage cuivreux étudiés ici proviennent d’un niveau archéologique contemporain de ces installations artisanales. Ils ont été retrouvés piégés entre les pierres de la bande de roulement d’une rampe qui permettait d’accéder à la porte située à l’est (Fig. 2). À l’extrémité ouest de la rampe se trouvait un petit bâtiment sur poteaux, que l’on peut interpréter comme une tour-porche, matérialisant l’entrée dans l’établissement. Les deux objets (en réalité un seul, puisque les deux pièces étaient imbriquées l’une dans l’autre) étaient endommagés au moment de leur perte. De plus, la présence à proximité immédiate d’autres objets en alliages cuivreux constituant un ensemble hétéroclite tant au niveau des datations (présence, par exemple, d’une pièce de harnachement zoomorphe typique du premier âge du Fer dans un niveau daté de la seconde moitié du ive s.) que des usages, laisse supposer qu’ils s’agit de pièces récupérées et rapportées vers l’établissement. La rampe présentant une pente moyenne d’environ 20°, il ne serait pas surprenant que les convois l'ayant empruntée y aient régulièrement perdu des objets, tombés de leur chargement. Piégés dans les interstices de l’empierrement, les objets étaient difficilement visibles par les archéologues, lors du nettoyage de la zone de circulation. Ceci explique probablement pourquoi ils n’ont jamais été récupérés avant la fouille.

Fig. 2 : Vue vers l’ouest de la rampe empierrée, en cours de démontage (cliché : Cyril Driard, 2008).

Fig. 2 : Vue vers l’ouest de la rampe empierrée, en cours de démontage (cliché : Cyril Driard, 2008).

Description des objets

5Le premier élément est un cylindre décoré en alliage cuivreux. Il a été fabriqué à partir de métal coulé dans un moule. Les finitions ont été effectuées par limage et abrasion. Les deux extrémités de cette pièce ont été cisaillées et tordues : l’une semble correspondre à l’extrémité originale de l’objet ; l’autre, plus endommagée, a été redécoupée. Ce cylindre, qui pourrait donc avoir été raccourci par rapport à sa taille initiale, mesure 12,5 cm de long pour un diamètre externe de 2,1 cm. La mesure du diamètre interne est plus délicate en raison de l’enfoncement et de l’aplatissement des extrémités du tube. Elle est proche de 1,7 cm. L’épaisseur de la paroi varie de 0,15 à 0,20 mm. L’intérieur du tube présente une surface lisse, difficilement observable en raison de la corrosion de fragments de tôle emboités à l’intérieur. L’un de ces fragments, situé dans l’extrémité la plus endommagée du tube (celle située à droite sur le dessin et la photographie), a été retiré. Il s’agit du deuxième objet, décrit ci-après. D’autres fragments, observés dans l’extrémité la moins endommagée du tube (celle située à gauche sur le dessin et la photographie) sont moins bien conservés et demeurent agglomérés à la paroi interne (Fig. 4).

6Le motif décoratif utilisé est assez courant dans l’Antiquité : on le retrouve sur quelques objets en alliage cuivreux à l’exemple des fourreaux des trompes droites (Vendries 2007), et principalement sur des éléments de tabletterie, comme les manches ou les épingles (par exemple : Béal 1983). Il s’agit d’une succession de renflements galbés, alternant avec des groupes de trois stries dessinant deux anneaux accolés (Fig. 3). La longueur des différents renflements est variable de 0,8 à 1 cm et les anneaux mesurent environ 1 mm de largeur. Les extrémités du tube présentent toutefois des variantes décoratives, puisqu’elles ne possèdent qu’un groupe de deux stries au lieu de trois. L’une des terminaisons présente une originalité : la troisième incision, attendue pour dessiner le deuxième anneau, a été remplacée par une bande légèrement concave qui aboutit à un renflement d’un diamètre externe maximal de 2,2 cm pour une longueur de 0,7 cm (Fig. 3).

Fig. 3 : Photographie et relevé des deux objets en alliage cuivreux (cliché et dessin : Cyril Driard, 2012).

Fig. 3 : Photographie et relevé des deux objets en alliage cuivreux (cliché et dessin : Cyril Driard, 2012).

Fig. 4 : Vue de l’extrémité du cylindre décoré. On distingue les restes d’un tube imbriqué à l’intérieur et aggloméré à la paroi du cylindre décoré en raison de la corrosion (cliché : Cyril Driard, 2009).

Fig. 4 : Vue de l’extrémité du cylindre décoré. On distingue les restes d’un tube imbriqué à l’intérieur et aggloméré à la paroi du cylindre décoré en raison de la corrosion (cliché : Cyril Driard, 2009).

7Ce cylindre décoré, qui constitue l’élément principal de la découverte a fait l’objet d’un prélèvement (Fig. 3), qui a été analysé au Laboratoire Expertises Chimiques et Physico-chimiques du CEA Le Ripault (Monts, 37), afin de déterminer la composition du métal. La technique mise en œuvre est la spectrométrie d’émission atomique à source plasma (ICP-AES ; Inductively Coupled Plasma-Atomic Emission Spectrometry). Les résultats obtenus pour les éléments majeurs (cuivre : Cu, étain : Sn, plomb : Pb et zinc : Zn) et pour les principales impuretés (fer : Fe, antimoine : Sb, argent : Ag, arsenic : As) sont présentés dans le tableau ci-dessous (Fig. 5).

Fig. 5 : Analyse chimique de la composition du métal utilisé pour la réalisation du cylindre décoré (réalisation : F. Pilon).

8Cette analyse a permis de démontrer qu’il s’agit d’un bronze – soit un alliage de cuivre (72,1 %) et d’étain (7,8 %) – au plomb (14,2 %), et contenant par ailleurs une forte teneur en zinc (5,8 %). Le plomb est présent en grande quantité dans cet alliage quaternaire. Une observation similaire a été faite pour des pièces de la trompe droite découverte à Neuvy-en-Sullias. L’ajout de plomb, qui ne s’allie pas au bronze, faciliterait la coulée de la masse métallique lors du remplissage du moule, mais également tout travail de limage ou de découpe par exemple. La recherche d’un effet décoratif lié à l’alternance des couleurs, différentes selon la composition du métal est une hypothèse qui a été également évoquée (Mille 2007 : 155). Il est toutefois difficile de proposer une explication à cette observation, notamment en raison du peu d’objets similaires disponibles. Rappelons aussi que l’ajout de plomb n’est pas systématique pour la réalisation de pièces en alliage cuivreux moulé. Ainsi, cet élément n’entre pas dans la composition de tous les fourreaux décorés de la trompe de Neuvy-en-Sullias (Mille 2007 : 150-152). On notera enfin que le prélèvement effectué, bien qu’unique, est représentatif de l’objet. En effet, des coulées de chapelets de flans en bronze à forte teneur en plomb (34 %) ont récemment montré que les concentrations en plomb, comme en étain, n’obéissaient à aucune loi gravitationnelle (Deraisme, Barrandon 2005 : 8-9).

9Le deuxième objet présenté est un fragment de tôle en alliage cuivreux, qui était enroulé et enfoncé à l’intérieur du tube en bronze. Cet élément mesure environ 1,7 cm de diamètre, 0,2 mm d’épaisseur et il a été conservé sur 3 cm de long (Fig. 3). Il est un peu plus fin que l’autre fragment de tôle, aggloméré à l’intérieur de l’une des extrémités du tube et dont l’épaisseur est de 0,5 mm (Fig. 4). Le fragment de tôle extrait du cylindre décoré a été déchiré et redécoupé. La section circulaire de l’objet est incomplète, ce qui nous prive d’information sur l’éventuelle jonction des deux rebords de la plaque de tôle enroulée. La forme finale pourrait avoir été obtenue par martelage de la plaque autour d’un tube cylindrique (Mille 2007 : 149), à moins que les artisans aient simplement procédé par pression, en maintenant la plaque de tôle enroulée autour d’un mandrin jusqu’à obtenir la forme souhaitée (Vendries 2007 : 125).

Interprétation et discussion

10Malgré le caractère fragmentaire des objets découverts, on ne peut s’empêcher de les comparer avec les éléments de trompe droite découverts à Pompéi, Saint-Just-sur-Dive et Neuvy-en-Sullias. Le tube décoré est quasiment similaire tant du point de vue de la forme, que du décor ou des dimensions (principalement les diamètres) à certains des fourreaux des trompes de Neuvy-en-Sullias (Vendries 2007 : 122-123, Fig. 3 ; 124, Fig. 6 ; 126 : Fig. 8 ; Mille 2007 : 150-154) et de Saint-Just-sur-Dive (Vendries 2007 : 130, Fig. 17 ; 133, Fig. 20 ; Mille 2007 : 148). En ce qui concerne la fonction du cylindre décoré de Brie-Comte-Robert, les fragments de tôle métallique retrouvés enroulés à l’intérieur sont des indices d’une utilisation de cet objet en tant que fourreau. Le rôle de cette pièce est de réunir bout à bout les tubes en tôle métallique qui constituent le corps de l’instrument. Une fois montée, outre l’embouchure et le pavillon, la trompe est constituée d’un assemblage de tubes en tôle, maintenus par des cylindres en métal moulé, souvent décorés.

11La tuba ou trompe droite est l’un des instruments de musique emblématiques de l’Antiquité (Fig. 6). Son utilisation semble attestée, d’après l’iconographie (stèles, bas-reliefs, mosaïques), dans les parades militaires, au combat, dans les processions cultuelles ou funéraires, ainsi que dans les édifices de spectacle (Vendries 2007). Pourtant, très peu d’exemplaires archéologiques sont connus. Les trompes droites de Neuvy-en-Sullias et de Saint-Just-sur-Dive, qui semblent provenir de lieux de culte (Vendries 2007 : 137-138), demeurent depuis la seconde moitié du xixe s. les spécimens les mieux conservés.

Fig. 6 : Croquis évoquant l’insertion d’un tube dans le cylindre décoré, ce qui correspond à une phase de montage de la trompe droite et représentation d’un joueur utilisant cet instrument de musique (dessin : Cyril Driard, 2012).

Fig. 6 : Croquis évoquant l’insertion d’un tube dans le cylindre décoré, ce qui correspond à une phase de montage de la trompe droite et représentation d’un joueur utilisant cet instrument de musique (dessin : Cyril Driard, 2012).

12Le recyclage du métal peut expliquer en partie la rareté des découvertes de ce type d’objet. Toutefois, la raison principale réside probablement dans la difficulté d’identification des pièces. En effet, il s’agit d’un instrument démontable, la dispersion des différents éléments est donc plus aisée. La découverte de fragments de tôle en alliage cuivreux ayant une forme cylindrique n’est pas rare lors des fouilles archéologiques, mais bien souvent, l’interprétation de ces objets est impossible. D’autre part, la mise au jour d’éléments significatifs mais isolés, comme une embouchure par exemple, permet certes d’identifier un instrument de musique, mais pas forcément son type. Signalons également l’existence d’instruments de musique proches mais de conception et de forme différentes, comme la trompe de Klein-Winternheim (Vendries 2007 : 141).

13L’analyse chimique effectuée au CEA Le Ripault a permis de démontrer que le cylindre décoré, découvert à Brie-Comte-Robert, avait été réalisé avec un alliage quaternaire (cuivre, étain, plomb et zinc). Or, un seul des quatre fourreaux de la trompe de Neuvy-en-Sullias, comparable à celui découvert à Brie-Comte-Robert, a été conçu avec un alliage du même type, les autres étant en laiton (cuivre et zinc). Il s’agit de la pièce P4 (Mille 2007 : 150-152), dont les dimensions sont également très proches (environ 12 cm de longueur, 1,7 cm de diamètre interne et un peu plus de 2 cm de diamètre externe pour l’exemplaire de Neuvy-en-Sullias et 12,5 cm de longueur, 1,7 cm de diamètre interne et 2,1 cm de diamètre externe pour celui de Brie-Comte-Robert). Si le décor de ces deux fourreaux est également comparable, les extrémités sont toutefois légèrement différentes. Ont-ils eu un emplacement et un rôle similaire sur l’instrument de musique ? La rareté de ce type de matériel et l’absence de certitude quant à l’ordre de montage des différentes pièces retrouvées ne permet pas encore de mener ce type de réflexion.

14L’épaisseur des fragments de tôle enroulés à l’intérieur du cylindre de Brie-Comte-Robert est différente entre les deux extrémités. Il se peut que l’on ait réuni dans ce fourreau deux tubes d’épaisseurs différentes. Rappelons que le fragment de tôle aggloméré au fourreau mesure 0,5 mm d’épaisseur, ce qui correspond globalement à l’épaisseur des tubes des autres trompes connues, alors que celui qui a été extrait du fourreau ne mesure que 0,2 mm d’épaisseur et ne semble pas avoir subi la même corrosion. Cette conservation différentielle soulève la question de la contemporanéité des deux objets. Le fragment de tôle en alliage cuivreux enroulé à l’intérieur du tube et prélevé facilement, appartenait-il à l’objet initial ou s’agit-il d’un rajout ultérieur ? Il ne faut pas exclure la possibilité que ce fragment de tôle soit une simple chute de plaque d’alliage cuivreux qu’un artisan aurait pu insérer à l’intérieur du fourreau avant d’envoyer l’ensemble au recyclage.

15Enfin, les différentes observations, effectuées sur le fragment de tôle aggloméré dans l’une des extrémités du fourreau, montrent que la trompe n’a vraisemblablement pas été démontée après sa dernière utilisation. Elle a été découpée sans que le tube interne et le fourreau n’aient été désemboîtés.

Conclusion

16Le cylindre décoré, découvert lors de la fouille archéologique du Midi de la Plaine du Bois à Brie-Comte-Robert présente donc des traits communs avec des pièces composant les trompes droites (tuba) de Pompéi (fragmentaires), de Neuvy-en-Sullias et de Saint-Just-sur-Dive (plus ou moins complètes). La présence de fragments de tôle enroulés inclus à l’intérieur du cylindre renvoie à la technique de montage de ces instruments de musique.

17Malgré le caractère fragmentaire des objets et les précautions qui s’imposent vis-à-vis des informations que l’on peut en déduire, la forme de ces pièces est suffisamment spécifique pour qu’il soit possible de proposer une identification assez précise. Rappelons aussi que les données matérielles concernant les instruments de musique de l’Antiquité sont rares et que l’inventaire des tuba est réduit actuellement à trois occurrences pour tout l’empire Romain. Aussi anecdotique que pourrait paraître la présentation des quelques éléments découverts à Brie-Comte-Robert, elle permet d’une part de proposer d’ajouter un quatrième exemplaire de trompe droite démontable à l’inventaire des instruments de musique de l’époque romaine, et d’autre part, de mieux documenter ce type d’équipement au sein d’une zone géographique réduite : le centre de la province de Lyonnaise, qui inclut également Neuvy-en-Sullias et Saint-Just-sur-Dive.

18Contrairement aux trois autres exemplaires connus de tuba, qui proviennent de fouilles anciennes, le contexte archéologique des éléments découverts à Brie-Comte-Robert est particulièrement bien documenté en raison d’une conservation exceptionnelle des vestiges et des niveaux archéologiques. Malheureusement, malgré ces conditions favorables, les fragments ne doivent leur présence sur le site qu’à des fins de recyclage, ils étaient donc sortis de leur contexte d’utilisation. La seule certitude réside dans le fait que les pièces découvertes proviennent très probablement d’une tuba, fabriquée avant la seconde moitié du ive s. ap. J.-C.

Haut de page

Bibliographie

Béal 1983

Béal J.-C. - Catalogue des objets de tabletterie du musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon, Lyon, 421 p.

Deraisme, Barrandon 2005

Deraisme A., Barrandon J.-N. - L'hétérogénéité des teneurs en plomb dans les monnaies de bronze antiques, Revue numismatique, 161 : 5-15.

Driard et al. 2009

Driard C., Maitay C., Philippe É., Berthon A.-A., Bidault E., Marty A., Peyne N., Pilon F., Renou S., Schütz G., Sartou A., Van Ossel P. - Zac du Midi de la Plaine, Brie-Comte-Robert (77), fouille préventive, rapport d’opération archéologique, SRA d’Île-de-France, 4 vol., 719 p., 186 pl.

Le cheval et la danseuse… 2007

Le cheval et la danseuse. À la redécouverte du trésor de Neuvy-en-Sullias, catalogue d’exposition, musée des Beaux-Arts d’Orléans, musée et site archéologique de Bavay, Somogy éditions d’art, Paris, 288 p.

Mille 2007

Mille B. - Les trompes gallo-romaines de Neuvy-en-Sullias et Saint-Just-sur-Dive, apport d’une étude en laboratoire, in : Le cheval et la danseuse… 2007 : 146-155.

Vendrie 2007

Vendrie C. - La trompe de Neuvy. Anatomie d’un objet sonore, in : Le cheval et la danseuse…2007 : 120-145.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan général simplifié de la zone 2 de la fouille archéologique du Midi de la Plaine du Bois à Brie-Comte-Robert. Afin de faciliter la lecture du document, seuls les aménagements datés de la phase 2 (de la fin du iiie à la seconde moitié du ive s.), ainsi que les structures non datées figurent sur ce plan (dessin : Cyril Driard, 2012).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 2 : Vue vers l’ouest de la rampe empierrée, en cours de démontage (cliché : Cyril Driard, 2008).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 3 : Photographie et relevé des deux objets en alliage cuivreux (cliché et dessin : Cyril Driard, 2012).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1788/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Titre Fig. 4 : Vue de l’extrémité du cylindre décoré. On distingue les restes d’un tube imbriqué à l’intérieur et aggloméré à la paroi du cylindre décoré en raison de la corrosion (cliché : Cyril Driard, 2009).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1788/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1788/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 6 : Croquis évoquant l’insertion d’un tube dans le cylindre décoré, ce qui correspond à une phase de montage de la trompe droite et représentation d’un joueur utilisant cet instrument de musique (dessin : Cyril Driard, 2012).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1788/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Driard et Fabien Pilon, « Une trompe romaine (tuba) à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne) ? », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 51 | 2012, mis en ligne le 23 janvier 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://racf.revues.org/1788

Haut de page

Auteurs

Cyril Driard

Éveha, 24, avenue des Bénédictins, 87000-Limoges

Fabien Pilon

(étude chimique)
UMR 7041 ArScAn

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page