Navigation – Plan du site
Localisation de l’étude

Un four de terre cuite architecturale de la fin du Moyen Âge ou de l’époque moderne à Gournay (Centre, Indre)

A kiln for terracotta and tiles from the end of the Middle Ages or the beginning of early modern period at Gournay (Centre, Indre)
Stéphane Joly et Jérôme Bouillon
p. 245-269

Résumés

Une intervention limitée a permis de repérer une unité de production de terre cuite architecturale aux Ouches à Gournay (Indre) et d’en reconnaître le plan du four. Une datation de la fin du Moyen Âge ou du début de l’époque moderne est avancée. Les quelques vestiges découverts alentours (fosses et mare) sont sans doute des composantes de cet atelier. Les découvertes similaires restent rares en région Centre et il s’agit presque exclusivement d’interventions anciennes. Le four de Gournay permet donc de compléter ce corpus aux données hétérogènes, souvent très parcellaires et assez caractéristiques de l’état actuel de la recherche sur l’artisanat de la terre cuite architecturale aux périodes médiévale et moderne.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements
Que Christelle de Belvata Balasy, Fayçal Ben Nejma, Fabrice Couvin, Francesca Di Napoli, Sébastien Jesset, Fiona Kildéa et Isabelle Pichon de l’Inrap soient remerciés pour leur aide, lors du diagnostic ou de la réalisation de cet article. Fabrice Charlier (France Archéologie), Bruno Dufaÿ (CG37), Alain Ferdière (Université de Tours), Armelle Querrien (Cnrs) et Jean Chapelot (Cnrs) ont beaucoup contribué par leurs conseils ou relectures à la finalisation de cette publication. Dominique Joly (ville de Chartres) nous a indiqué l’existence du four de la rue du Faubourg La Grappe à Chartres. L’aide de Rosine Vergnes (Archives départementales d’Eure-et-Loir) et de Pascale Araujo (SRA Centre) fut précieuse pour accéder aux relevés de Lorges et Le Favril.

  • 1 Cette exploitation, déjà ancienne, couvre une quarantaine d’hectares, à “ Montipeneau ”, en bordure (...)
  • 2 Si l’extension prévue se trouve majoritairement sur Le Grand Gaillard, la parcelle diagnostiquée (A (...)

1Le projet d’extension en plusieurs phases d’une carrière1 sur 6,5 ha au total a motivé la réalisation en 2003 d’un diagnostic sur la commune de Gournay au lieu-dit Les Ouches2 dans le Boischaut-Sud (Fig. 1).

Fig. 1 : L’environnement topographique (d’après l’Ign), le couvert forestier vers 1765-1766 (d’après la carte de Cassini) et les principaux chemins (d’après les plans cadastraux de 1832) (infographie S. Joly/Inrap).

Fig. 1 : L’environnement topographique (d’après l’Ign), le couvert forestier vers 1765-1766 (d’après la carte de Cassini) et les principaux chemins (d’après les plans cadastraux de 1832) (infographie S. Joly/Inrap).

2Sur les 3 950 m2 exploitables donc soumis au diagnostic des 8 475 m2 de la tranche 1, l’ouverture de 534 m2 de sondages a permis d’identifier une unité de production de terre cuite architecturale de la fin du Moyen Âge ou du début de l’époque moderne, complètement insoupçonnée jusqu’alors (Joly 2003) (Fig. 2). Une fouille a été prescrite suite aux recommandations de la CIRA Centre-Nord en mars 2004, mais l’aménageur a indiqué ne pas poursuivre son projet sur cette parcelle. Celle-ci a néanmoins été partiellement décapée pour servir au roulement des engins entre l’ancienne carrière à l’ouest et son extension à l’est. Les autres phases de diagnostic n’ont pas pu être réalisées et ces terrains à l’est sont désormais exploités. La surface possible du site reste donc largement inexplorée et partiellement détruite. Malgré des données très parcellaires, la rareté de ce type de vestige et l’impossibilité de les compléter dorénavant ont motivé une présentation en l’état de ces résultats.

Fig. 2 : L’intervention archéologique et son environnement d’après le plan cadastral de 1832 (AD Indre, 3P084 9 19) (infographie S. Joly/Inrap).

Fig. 2 : L’intervention archéologique et son environnement d’après le plan cadastral de 1832 (AD Indre, 3P084 9 19) (infographie S. Joly/Inrap).

3La parcelle sondée est à environ 3 km au nord du bourg de Gournay et à presque 1 km de la limite communale avec Buxières-d’Aillac. Elle se trouve sur le versant nord d’une colline culminant à 235 m NGF et entaillée profondément par des ruisseaux : à l’ouest L’Auzon et à l’est La Bousanne (Fig. 1). Sur la parcelle, la pente vers le nord atteint 4 %. Les terrains sont en bordure de la voie communale n7 reliant la RD 927 et la RD 990.

4Cette cuesta est formée notamment par des argiles lourdes et marnes du sommet du Lias. Le site se trouve à la jonction des argiles du Lias-Dogger (I4-j1) (au sud) et des argiles de la formation de Pongautron Éocène (eP) (au nord) alors que celles de la formation de la Butte-du-Jeu (g-p) (Oligocène à Pliocène) affleurent à moins d’1 km à l’ouest à la carrière de Montipeneau et à l’est au sud de Buxières-d’Aillac (Cohen-Julien et al. 1998). Ces formations ont été utilisées à l’époque contemporaine par de nombreuses tuileries des environs (Celon, Le Fay à Neuvy-Saint-Sépulcre, Buxières-d’Aillac, etc.). L’environnement géologique est donc favorable à l’installation et au fonctionnement d’un artisanat de terre cuite et l’actuelle carrière démontre tout l’intérêt que présentent encore aujourd’hui ces argiles. Dans les tranchées ouvertes le substrat atteint correspond à des argiles à silex beige jaunâtre, parfois très limoneuses en surface.

  • 3 Information orale d’Armelle Querrien dont les recherches avec Joël Moulin de la Chambre d’Agricultu (...)

5D’après les travaux d’Armelle Querrien et de Stéphane Gendron, deux toponymes du cadastre de 1832 (AD Indre, 3P084 9 19) sont à Gournay liés à l’artisanat de la terre cuite : Les Ardilats (parcelle A4, n11261) dont une parcelle s’appelle Près de la Loche Longue et L’Argier (A4, n1401), contraction de l’Argiller, avec un micro toponyme Le long de la rivière Pouron3.

  • 4 Le Bois Gros, en très net repli depuis 1765-1766, se trouve actuellement à un demi-kilomètre au nor (...)

6L’importance et l’ancienneté du couvert forestier de ce secteur du Boischaut-Sud sont démontrées notamment par la feuille n31 dite du Blanc de la carte de Cassini levée vers 1765-1766 (Fig. 1). À cette date, Le Bois Gros4 et les broussailles couvrait une large part du plateau triangulaire situé entre L’Auzon à l’ouest, La Bousanne à l’est et la route de Neuvy-Saint-Sépulcre à Argenton-sur-Creuse au sud. Il était entouré d’une auréole large d’environ un demi-kilomètre représentée en broussailles et correspondant sans doute à des landes et forêt dégradée par la surexploitation du bois ou le pâturage. Le four des Ouches se trouve entre le hameau du Grand Gaillard localisé au sein de cette frange de landes et broussailles et le hameau de Pontgontran en périphérie de ce couvert forestier. En outre dans un rayon de 3 km se trouvent plusieurs gros bois, au sud celui de Bonavois et au nord sur la commune de Buxières-d’Aillac d’importants vestiges méridionaux de la grande forêt de Châteauroux.

7Les formations géologiques affleurantes et la proximité d’importants massifs forestiers forment un environnement favorable en termes d’approvisionnement en matières premières à l’implantation et à l’activité de l’atelier repéré. Pour autant, celui-ci ne se justifie pas sans son intégration dans un marché et un réseau de distribution répondant à une demande. Or, les environnements historique et archéologique sont particulièrement mal connus pour Gournay avec de rares indications pour la période du Moyen Âge ou du début de l’époque moderne. L’église paroissiale Saint-Julien est attestée au xiie s., les habitants sont affranchis en 1208 par Ithier de Magnac, “ l’hostel ou manoir ” de Gournay est mentionné en 1356 (Hubert 1889 : 86) et, enfin, la chapelle Saint-Abdon est fondée en 1659 au milieu du cimetière, près du bourg (AD Indre, G714). Du fait notamment de sa position topographique, une dizaine de petits chemins rayonnant dans toutes les directions se rencontrent dans le secteur de l’atelier et desservent tout le nord du territoire communal (Fig. 1 et 2). Plusieurs de ces chemins mènent en moins de 2 km à des axes d’une certaine importance locale, en particulier au sud la route ancienne reliant le gros bourg de Neuvy-Saint-Sépulcre à moins de 4 km à l’est à la petite ville d’Argenton-sur-Creuse à une quinzaine de kilomètres à l’ouest (Fig. 1). Ce réseau viaire pourrait avoir été un élément déterminant dans le circuit de commercialisation des productions, l’aire de diffusion d’un atelier étant souvent limitée à une dizaine de kilomètres, plus rarement une vingtaine (Millet 2009). Hormis ces marchés évidents, les multiples occupations dispersées dans un rayon d’une quinzaine de kilomètres, attestées notamment depuis leurs relevés en 1765-1766, ont pu justifier cette implantation, sans que l’on puisse privilégier une demande spécifique liée à un édifice par exemple.

8Une surface à diagnostiquer aussi restreinte et sa localisation dans un environnement rural aux confins d’un terroir sans site connu à proximité expliquent les moyens prévus : une journée d’intervention pour un unique archéologue. Les découvertes ont permis une prolongation de deux jours, mais sans renfort en personnel. Aussi les ouvertures réalisées sont restreintes et les vestiges, après un nettoyage superficiel et quelques sondages manuels limités, ont été sommairement relevés et enregistrés. De la brièveté de l’intervention et d’une sensibilisation insuffisante à ce type de vestige découlent des choix réalisés qui en restreignent son étude. Ainsi, un prélèvement de mobilier en terre cuite architecturale limité à une caisse “ Allibert ” se révèle largement insuffisant pour une étude des productions.

Les structures découvertes

9Les sondages ont permis de repérer un four, ses aménagements extérieurs et de rares vestiges probablement associés dispersés sur les terrains. Sur l’ensemble de la parcelle, la couche de terre végétale superficielle a une épaisseur variant de 0,2 à 0,3 m et est caractérisée par l’absence de tout matériel, en particulier d’éléments de terre cuite. De même le périmètre du four ne se discerne par aucun microrelief ou une moindre épaisseur de la terre arable. Ces indices accréditent une remise en état soigneuse des terrains après la disparition de l’atelier et démontrent que ces parcelles, encore cultivées en 1832 mais d’après les habitants du voisinage depuis assez longtemps mis en pâturage, n’ont jamais fait l’objet de labours profonds.

La structure construite du four et son remplissage

10Le four se situe au centre de la parcelle (Fig. 3). La fenêtre de décapage réalisée s’est adaptée aux maçonneries, recouvertes par un remblai final de destruction et de nivellement de la structure (US 1001). Pour mieux les identifier, le choix a été fait d’un décapage assez profond à l’ouest, alors qu’à l’est leur conservation a été privilégiée avec pour corollaire une lecture plus incomplète. Les différences perceptibles entre les maçonneries méridionale et septentrionale découlent de cet écrêtement différentiel.

Fig. 3 : Le four et les autres vestiges repérés au sein de la parcelle (infographie S. Joly/Inrap).

Fig. 3 : Le four et les autres vestiges repérés au sein de la parcelle (infographie S. Joly/Inrap).

11Neuf maçonneries, qui se distinguent par leurs techniques de construction, ont été reconnues (Fig. 4). L’ensemble prend place dans une fosse excavée d’environ 0,6 m de profondeur par rapport au toit du substrat environnant. Tous les murs semblent être liés avec un même limon argileux beige, fréquemment rubéfié et induré. Les maçonneries fortement arasées et le volume assez réduit des remblais témoignent d’une évacuation au moins partielle de matériaux, pour une réutilisation ou tout simplement dans un souci d’aplanissement et pas seulement d’une simple destruction.

Fig. 4 : Le four et ses aménagements (infographie S. Joly/Inrap).

Fig. 4 : Le four et ses aménagements (infographie S. Joly/Inrap).
  • 5 Cette rubéfaction et l’absence de chaînage latéral entre les maçonneries accolées ont initialement (...)

12Le four, ouvert au nord-ouest, a une forme presque carrée de 4 m par 3,5 m à l’extérieur (Fig. 5 et 6). Quatre maçonneries (M1, M4, M6 et M9) sont construites en pierres, avec quelques rares fragments de terre cuite architecturale en blocage externe. Leurs faces internes sont parfois nettement rubéfiées5 (Fig. 7). Sans contact direct avec la chambre de chauffe, ces maçonneries servent sans doute de renfort ou de fondation à la structure. Les autres (M2, M3, M5, M7 et M8), en contact avec la chambre de chauffe, sont exclusivement en carreaux de terre cuite posés à plat, à l’exception de quelques pierres en blocage arrière pour M3, ce chemisage interne de terre cuite accroissant la résistance de la structure et ses qualités réfractaires.

Fig. 5 : Vue générale du four, vue vers le NNO (crédit S. Joly/Inrap).

Fig. 5 : Vue générale du four, vue vers le NNO (crédit S. Joly/Inrap).

Fig. 6 : Vue générale du four, vue vers le sud (crédit S. Joly/Inrap).

Fig. 6 : Vue générale du four, vue vers le sud (crédit S. Joly/Inrap).

13Les murs latéraux, d’une épaisseur globale d’environ 0,6 m, sont constitués d’une double maçonnerie accolée sans chaînage : côté externe une construction en pierre (M1 et M6), dont la largeur atteint 0,35 à 0,5 m, et un chemisage en terre cuite (M2 et M5), de 0,1 à 0,2 m d’épaisseur, au contact des couloirs de chauffe.

14Le mur postérieur (M3), avec de fortes traces de rubéfaction sur toute son épaisseur qui atteint 0,5 m, est précédé par un muret en pierre (M4), d’environ 0,2 m de largeur et de faible hauteur. La fonction énigmatique de ce muret et son antériorité apparente vis-à-vis des maçonneries M3 et M5 qui s’appuient visiblement sur lui, pourraient indiquer qu’il s’agit d’un état plus ancien du mur postérieur, qui aurait été ensuite légèrement reculé, sans que l’on puisse privilégier une simple réparation d’une reconstruction plus générale. L’exemple du four d’Aix-en-Othe atteste de fréquentes réparations tous les trois ou quatre ans en règle générale en plus d’un entretien annuel (Calvet, Rieth, Maillard 2009 : 29-30).

  • 6 Cest notamment la terminologie employée par Duhamel du Monceau pour désigner des massifs ou banquet (...)

15La chambre de chauffe est un rectangle de 3,5 m par 2,35 m, soit une surface interne d’environ 8,2 m2. Elle est divisée par un muret médian (M7 et M8), appelé parfois sommier6, large de 0,4 m et possédant une ouverture de 0,18 m de large au centre. Ce muret définit deux couloirs parallèles larges d’environ 0,95 m et 1,03 m et reliés par cette petite ouverture, sans doute pour une meilleure diffusion de la chaleur.

  • 7 L’absence d’arc conservé et le nettoyage sommaire réalisé n’ont pas permis d’en faire un relevé pré (...)

16Sur les maçonneries latérales, les carreaux utilisés sont disposés alternativement sur leur longueur et largeur (Fig. 7). Cet aspect dentelé du parement et le pendage vers l’intérieur des carreaux indiquent une double rangée de dix7 arcs voûtés, qui, en volée et s’appuyant sur le sommier, forment la sole. Ces arcs semblent avoir une largeur de presque 0,19 m et être séparés de 0,165 m. Le pendage prononcé des carreaux au nord (M2), par rapport à ceux plus au sud (M5, M7 et M8) écrêtés plus bas d’environ 0,3 m, démontre qu’à cette hauteur la voûte est déjà présente, même si aucun arc voûté n’est conservé à l’aplomb des couloirs. Les voûtes étant fréquemment surbaissées, il est probable que la sole se trouve à peine plus haut que les parties les mieux conservées et sans doute à moins de 0,5 m au dessus. L’aire de cuisson ou laboratoire avait une surface interne minimale d’environ 8,2 m2, l’épaisseur des murs latéraux permettant un léger élargissement de la sole par rapport à la chambre de chauffe.

Fig. 7 : Vue de détail des maçonneries M5 et M6, mur ouest du four, vue vers le NNO (crédit S. Joly/Inrap).

Fig. 7 : Vue de détail des maçonneries M5 et M6, mur ouest du four, vue vers le NNO (crédit S. Joly/Inrap).
  • 8 Il s’agit là de l’hypothèse émise, un peu par défaut, pour le four de tuilier d’Ecquevilly du xvie  (...)

17L’alandier, appelé parfois bombarde (Duhamel du Monceau 1776 : 19), a une forme de trapèze rectangle de 1,25 m de longueur environ. Il est limité au sud par la poursuite rectiligne du mur latéral (M5 et M6) alors que son pendant au nord (M1 et M2) se resserre nettement vers l’ouest, même si sa poursuite reste incertaine suite à la probable récupération de ses matériaux. Ces maçonneries sont nettement amincies avec une largeur de 0,3 à 0,5 m. L’alandier est partiellement divisé par M9, prolongement du muret central de la chambre de chauffe mais légèrement décalé vers le sud-ouest. M9, large de seulement 0,2 m et constitué de dallettes de pierre, sert peut-être à soutenir l’intrados du débouché de cet alandier8. La longueur de cet alandier correspond environ à 1/3 de celle de la chambre de chauffe, ce qui semble peu par rapport aux exemples parisiens du Carrousel où cette proportion atteint 80 %, peut-être pour favoriser le tirage des fours enterrés (Dufaÿ 1998 : 301).

  • 9 Le but n’est pas ici de faire un inventaire des découvertes semblables en France, qui, bien qu’en n (...)

18Ce four est de type vertical à deux couloirs de chauffe et un alandier trapézoïdal partiellement divisé par un muret. Rien n’indique son mode de couverture : une voûte permanente ou un laboratoire à ciel ouvert. L’ouverture au nord-ouest permet de bénéficier de la pente naturelle de 4 % et ainsi de minimiser le creusement de l’aire de chauffe. Par contre cette ouverture vers les vents dominants est contraire à la pratique de la grande majorité des fours antiques qui s’en protège afin de mieux gérer le tirage et la cuisson (Le Ny 1988 : 26-27). Aucun cendrier n’a été identifié. Un état antérieur avec M4, avant une reprise importante de la maçonnerie, désormais légèrement décalée vers le sud est envisageable. Typologiquement, ce type de four est connu depuis la période gallo-romaine (Le Ny 1988) jusqu’à l’époque contemporaine (Thomas 2005). Il est très semblable aux quelques exemplaires connus en région Centre (voir infra) et à ceux, plus nombreux, attestés en Île-de-France ou dans les régions voisines9 et correspond bien aux descriptions faites des “ petits fours à cuire trente à quarante milliers de briques, comme font ceux de la forêt d’Orléans ” par Duhamel du Monceau (Duhamel du Monceau 1776 : 18-20). Fréquents à l’époque moderne, ils sont aussi attestés à la fin du Moyen Âge comme le four 25 état B2 de Soirans-Fouffrans daté par archéomagnétisme vers 1440 (Charlier 1996 : 309, 315). De l’absence de changement technologique découle une réelle constante typologique qui a permis d’avancer que “ ces structures ont atteint un point d’équilibre et d’adéquation à leur rôle qui a rendu inutile toute innovation ” (Dufaÿ 1998 : 302). Les différences entre chaque four seraient ainsi minimes et ne masqueraient pas leur homogénéité typologique. Cette remarque, encore actuelle, reflète aussi un état de la recherche. De plus en plus de fours sont certes connus, mais ils restent sans doute encore trop mal datés et trop peu publiés pour permettre d’y déceler une évolution.

  • 10 Duhamel du Monceau indique que “ le corps de ces fours a autant de hauteur, depuis le gril jusqu’en (...)
  • 11 En supposant une longueur de tuile de 30 à 34 cm, ce qui est la fourchette au xvie s. à Paris (Dufa (...)

19Avec une surface minimale du laboratoire de 8,2 m2 et une hauteur envisageable d’au moins 2,35 m10, le volume estimé de sa chambre de cuisson atteint 19,3 m3. Sa capacité de production pourrait donc être très légèrement supérieure à celle du four St.68-1 du Carrousel à Paris. Avec 18,6 m3, celui-ci est supposé pouvoir accueillir pour chaque cuisson un peu plus de 8 000 tuiles (de 0,21 m de large) permettant la couverture de 180 m2 de toiture, c’est-à-dire celle d’une maison de 100 m2 avec une toiture inclinée de 55° (Dufaÿ 1998 : 304). Si les tuiles produites à Gournay sont d’un module plus petit, en l’occurrence de 15 à 16 cm de largeur, alors le nombre de tuiles pourrait approcher 12 000 unités11, mais la surface de toiture couverte serait la même. Cette capacité est assez conséquente mais elle reste tout à fait comparable à celle des exemples similaires connus : les fours médiévaux du Carrousel à Paris oscillant entre une dizaine et une trentaine de mètres cubes permettent des fournées de 4 000 à 12 000 tuiles (Dufaÿ 1998 : 304) alors que les fours normaux de Soirans-Fouffrans avec des volumes de 5,75 à 18,9 m3 produisent entre 2150 et 13850 tuiles (Charlier 1996 : 316-317). Les sources écrites indiquent que la majorité des exemples bourguignons de la fin du Moyen Âge produisent entre 9 000 et 11 000 tuiles (Chapelot 1986 : 27). Les volumes restituables de quatre autres fours de la région Centre (voir infra) sont compris entre 9,9 m3 et 29 m3, la moyenne étant de 17,8 m3.

20Un sondage manuel localisé dans l’angle interne sud-ouest permet d’aborder sa stratigraphie. La rubéfaction du substrat n’est que très légère, sans aucune induration. Même si cet emplacement est le plus éloigné du foyer et donc le moins exposé à la chaleur, cette légère rubéfaction implique la probable récupération d’un sol construit qui n’a pas été repéré. La couche sous-jacente (US 1004) est un limon argileux brun avec de nombreux nodules de terre rubéfiée, quelques fragments de terre cuite et de rares charbons. Présente depuis la base des murs, épaisse de 0,15 à 0,2 m et homogène, elle s’apparente à un remblai, sans doute partiellement lié à la récupération des maçonneries en élévation.

21L’espace interne du four mais aussi partiellement les murs conservés sont ensuite recouverts par une couche (US 1001) particulièrement meuble et composée quasi exclusivement de fragments de tuiles et briques bleuies par la chaleur avec quelques pierres brûlées, des charbons et un peu de limon brun d’infiltration. Les vides intercalaires confirment la rapidité du dépôt sur environ 0,4 m d’épaisseur et son interprétation comme un remblai de nivellement définitif après destruction et enlèvement partiel des maçonneries.

Les aménagements extérieurs du four

  • 12 Pour solidifier les fours, Duhamel du Monceau préconise de les enterrer, de les fortifier par des c (...)
  • 13 C’est aussi l’hypothèse privilégiée pour le trou de poteau de l’aire de chauffe du four de Ferrière (...)

22L’aire de chauffe ou aire de service, parfois appelée chaufferie (Duhamel du Monceau 1776 : 19), est plus grande que le décapage réalisé. Elle apparaît semi-circulaire d’un peu moins de 3 m de rayon. Placée dans le prolongement de l’alandier, elle est aussi nettement décalée vers le sud-ouest. Cette extension et la forme en trapèze rectangle de l’alandier sont autant d’indices indiquant l’existence d’une autre structure au sud-ouest. Il pourrait notamment s’agir d’un aménagement ou un abri pour le chauffeur, à l’instar des diverticules identifiés sur les exemples parisiens du Carrousel protégeant tant de la chaleur rayonnante du four que des intempéries (Dufaÿ 1998 : 302). Le sondage manuel installé dans cette fosse au débouché de l’alandier a permis l’examen de son creusement (US 1007) faiblement excavé, d’à peine 0,12 m de profondeur, avec un fond plat et un bord quasi-vertical. Un trou de poteau, installé à l’aplomb du coin nord-ouest de M6 et entaillant très légèrement le bord de l’aire de chauffe, a été identifié. Ce creusement (US 1006) d’environ 0,25 m de diamètre, à bords quasi verticaux et à fond plat, a une profondeur conservée de 0,3 m à partir du fond de l’aire de chauffe et de 0,43 m au total. Il est comblé par un limon brun avec un peu de charbon et de nombreuses pierres calcaires et fragments de terre cuite architecturale (US 1005). Sa position éloignée des parties les plus hautes de la structure permet d’exclure a priori un échafaudage de construction ou d’entretien destiné aux parties hautes ou un moisement du four12 et de privilégier plutôt l’hypothèse d’un abri protégeant tout ou partie de l’aire de chauffe13 au bénéfice en particulier du chauffeur qui doit s’y tenir.

23Dans l’aire de chauffe, le substrat limono-argileux beige jaunâtre a été partiellement rubéfié (US 1008) (Fig. 8). Recouvrant le trou de poteau et comblant la fosse sur toute sa hauteur, c’est-à-dire une douzaine de centimètres, seul un limon brun gris foncé avec de très nombreux nodules d’argile cuite, charbons et petits fragments de tuile (US 1002) a été identifié. L’absence de litage évident ne permet pas de supposer l’existence de niveaux d’occupation, même si les piétinements permanents ont pu homogénéiser cet ensemble au fur et à mesure des dépôts. Au vu de son épaisseur, l’hypothèse d’un remblai semble probable. En s’éloignant du four et de manière diffuse apparaît une autre couche (US 1003) se distinguant par le nombre très élevé des charbons et une moindre proportion de fragments de tuile et de nodules d’argile cuite.

Fig. 8 : Vue du four depuis l’aire de chauffe, on remarque le trou de poteau à l’aplomb de la maçonnerie M6 à l’intérieur du sondage, vue vers le SSE (crédit S. Joly/Inrap).

Fig. 8 : Vue du four depuis l’aire de chauffe, on remarque le trou de poteau à l’aplomb de la maçonnerie M6 à l’intérieur du sondage, vue vers le SSE (crédit S. Joly/Inrap).

24Au moins trois petits creusements sinueux de dimensions modestes (US 1009, 1010 et 1011) apparaissent sur le bord de l’aire de chauffe et s’en éloignent vers le nord-ouest, dans le sens de la pente. Le sondage manuel réalisé montre un profil en V et une profondeur maximale conservée de 0,18 m. L’hypothèse de rigoles de drainage évacuant l’humidité s’accumulant au fond de l’aire de chauffe est privilégiée.

Les autres vestiges en périphérie

25Malgré une surface d’exploration limitée, deux fosses ont pu être identifiées (F.1 et F.3) (Fig. 3). Elles possèdent des formes sub-rectangulaires et des dimensions assez importantes. Sondées partiellement, leurs bords sont quasiment verticaux et leurs fonds plats à 0,85 m de profondeur pour F.3 et 0,15 m pour F.1. Leurs comblements, homogènes, sont limoneux beige brun assez clair avec quelques pierres et de nombreux fragments de terre cuite architecturale d’assez petites tailles. Ceux-ci ne permettent pas de dater ces remplissages mais de les associer à l’unité de production dont elles sont probablement une composante synchrone. Leurs fonctions précises restent indéterminées, peut-être sont-elles en lien avec le traitement de la matière première : fosse de malaxage ou de détrempage de l’argile par exemple.

26En l’absence de sondage l’interprétation de F.2 reste incertaine. La coïncidence avec une limite parcellaire attestée sur le cadastre de 1832 permet de l’interpréter comme une probable portion de fossé.

27Dans l’angle sud-ouest de la parcelle se trouve une mare ancienne parementée en pierre sur au moins un côté. Absente des cadastres, sa date d’installation reste bien entendu inconnue. Il est néanmoins tentant d’y voir éventuellement un lieu d’extraction de matériaux mais aussi un élément de l’unité de production ayant pu fournir l’eau nécessaire.

28Enfin, plusieurs drains, simples petites saignés remplies de pierres, traversent la parcelle sans aucun élément de datation.

29Les structures découvertes constituent un atelier de production de terre cuite : four pour la cuisson et vestiges annexes appartenant à la chaîne opératoire de préparation. Des constructions permettant le séchage des produits ou abritant les travailleurs ont pu se trouver à proximité, même si elles n’ont pas été localisées. La surface diagnostiquée reste trop restreinte pour être assurée de l’extension possible du site qui restera largement inconnue au vu des terrains alentours non diagnostiqués et décapés. Les tuiliers ne résidant pas nécessairement près de leurs fours (Chapelot O., Chapelot J. 2001 : 100-101), un habitat permanent n’est pas nécessairement à rechercher. Si les structures de cuisson sont assez souvent appréhendées par l’archéologie, il est beaucoup plus rare d’aborder l’atelier de manière plus globale à de notables exceptions près comme Les jardins du Carrousel à Paris (Dufaÿ 1998) et La Tuilerie à Soirans-Fouffrans (Charlier 1996) pour la période qui nous concerne et l’exemple de La Vieille Tuilerie à Laudefrang (Masquilier, à paraître) pour une période postérieure. Ces exceptions illustrent tout l’intérêt d’une approche globale avec des éléments de la chaîne opératoire de la préparation des productions (extraction, trempage, marchage, moulage, séchage, etc.) à leur cuisson, tout en étant accompagné de structures annexes (stockage, dépotoirs, bâtiments résidentiels ou abris temporaires).

Les productions de terre cuite architecturale

Un artisanat tuilier local

  • 14 L’intérêt d’une telle approche est clairement démontré par l’exemple du site du Lac de la Médeciner (...)

30Les limites conjoncturelles liées à ce type d’intervention de très courte durée et disposant de faibles moyens techniques et humains ont contraint à un prélèvement des terres cuites par échantillonnage. Seul un corpus de 25 individus, en association avec le mobilier céramique, a par conséquent été isolé au sein du remblai final de destruction et de nivellement (US 1001). Les apports informatifs substantiels sur l’architecture même du four ou sur sa production qu’offrent généralement une fouille et un démontage exhaustif14 resteront ici limités à l’identification fonctionnelle de chaque individu et aux critères morphologiques qui leur sont associés, auxquels s’ajoute l’examen sommaire de leur faciès technologique.

31Ce remblai contient des éléments d’un four et des résidus de productions sans doute inutilisables (défauts ?, cassures ?, etc.) en position secondaire. Leur origine reste incertaine. Les éléments architecturaux du four ont par nature été produits antérieurement et ailleurs pour être ensuite inclus dans la construction. Quant aux débris de production, s’ils ont été cuits dans ce four, alors cela implique leur stockage temporaire avant d’être régalé ici lors de son abandon. Plutôt que de supposer plusieurs manipulations, l’hypothèse d’un rejet d’un atelier voisin postérieur est tout aussi envisageable. Malgré ces incertitudes, ces fragments révèlent le panel technologique et morphologique des productions de cette partie du Berry à cette époque, et donc indirectement celles de ce four.

-Tuile plate rectangulaire à crochet ou à crochet et perforation

32Cette catégorie typologique regroupe vingt individus, ce qui constitue le lot le plus représentatif du corpus. Les finitions sont peu élaborées avec des faces légèrement bosselées et des surépaisseurs de pâte ponctuelles. Des traces rectilignes prononcées, provoquées par un lissage de surface, sont perceptibles sur la face de recouvrement, la face opposée restant quant à elle brute et rugueuse, résultat du sablage pratiqué afin d’éviter toute adhérence lors du façonnage.

33L’ensemble est calibré selon des gabarits de moule relativement homogènes, d’où des variations de dimension de faible amplitude. Si l’épaisseur fluctue entre 1,4 et 1,5 cm, la largeur des surfaces des rares exemplaires préservés sont comprises quant à elles entre 15 et 16 cm. Ces dimensions sont comparables à celles observées sur les tuiles modernes de la fin xve/début xvie-xviie s. découvertes sur plusieurs sites de la région parisienne (Ravoire 2009 : 403). Les bords sont lissés et présentent des finitions minutieuses, les débordements de surface ayant été sectionnés ou rabattus par écrasement avant cuisson. Quelques traces de digitation marquent sporadiquement les surfaces, témoignage de manipulations successives lors de la chaîne opératoire.

34Parmi ces exemplaires, six ont conservé leur système d’attache sous forme de crochet, type de production diffusé dès le xiiie s. Ce dernier est rabattu par écrasement et repoussement de matière entre le pouce et l’index. Il forme un trapèze saillant compris entre 1,4 et 1,8 cm de haut, la base variant entre 3 à 4 cm de long, pour une largeur pouvant atteindre 2,1 cm. Parmi eux, seul un individu préservé sur sa largeur se rapporte à un modèle à accroche centrale (Fig. 11). L’aspect fragmentaire des cinq autres individus conduit à envisager leur possible appartenance au modèle de tuile à crochet excentré.

35Un angle de tuile témoigne quant à lui d’un système d’accroche mixte, associant crochet et clou. Selon Catherine Brut : “ Ce type semble se répandre à compter du xiiie s. en subissant quelques variations sur la position du crochet et le nombre de perforations dont l’emplacement se situe soit à proximité du crochet soit au tiers ou au quart de la largeur. ” (Brut 2009 : 408). Il apparaît également que ce modèle soit destiné à des toitures pentues, nécessitant un solide maintien (Ferrandon 2009 : 422). Cet exemplaire, d’une épaisseur de 1,5 cm et d’une largeur conservée de 11 cm, qui permet d’entrevoir l’amorce du cochet, est marqué dans son angle d’une perforation circulaire de 0,6 cm de diamètre. Dans l’épaisseur de la tuile, cette perforation prend une forme quadrangulaire présumant de la section réelle du clou (Fig. 12).

36Quatre autres individus, bien que dépourvus de crochet en raison de leur aspect fragmentaire, sont associés au même registre typologique. Les perforations, de section quadrangulaire, sont pratiquées à l’angle du bord supérieur et du bord latéral selon un écartement symétrique compris entre 2 et 4 cm en fonction des individus.

37Un aspect bleui de la pâte, teinte résultant d’une forte exposition à la chaleur, apparaît de manière récurrente sur l’un des bords de la plupart des exemplaires.

-Tuile canal simple ou faîtière

38L’unique exemplaire prélevé est constitué d’un angle conservé dans sa largeur sur 14 cm et dans sa longueur sur à peine 10 cm. Son aspect fragmentaire rend toute détermination typologique hasardeuse, même si le degré d’ouverture de l’angle peut être un élément discriminant. On remarquera que les individus disposant d’angles droits sont généralement associés aux tuiles faîtières, plus souvent de plan rectangulaire, alors que ceux aux angles plus aigus témoignent habituellement d’une simple tuile canal ou d’une tuile d’arêtier (F. Charlier : information orale). L’angle à 90° auquel renvoie l’individu provenant du site de Gournay tend à considérer par conséquent son appartenance à la première catégorie.

39Bien qu’il demeure difficile à partir d’un fragment de ce type d’évaluer un profil général, un essai de restitution est tout de même proposé. Au regard de l’inflexion amorcée, une surface de recouvrement de 29 à 32 cm de large peut être envisagée.

40Sa section témoigne d’une épaisseur variable des parois, le bord d’appui mesurant 1,3 cm de large pour s’accroître légèrement à l’approche de l’axe médian, l’épaisseur maximale enregistrée étant de 2 cm (Fig. 9).

Fig. 9 : Profil et restitution de l’amplitude de la tuile canal faîtière (crédit J. Bouillon/Inrap).

Fig. 9 : Profil et restitution de l’amplitude de la tuile canal faîtière (crédit J. Bouillon/Inrap).

41La face externe est façonnée assez grossièrement lui donnant un aspect bosselé. Des traces rectilignes ponctuelles témoignent d’un lissage manuel de la surface par repoussement et écrasement de la pâte afin d’en limiter la porosité. La face interne, d’aspect brut et rugueux, porte des traces prononcées de digitations résultant du lissage externe, la paume de la main et les doigts ayant servi de support à cette pratique (Fig. 10). Les bords sont à parement droit avec des traces de lissage. Leur finition reste sommaire, avec des débordements de pâte venant du façonnage des faces internes et externes et non repris avant cuisson.

Fig. 10 : Exemple de traces de digitations sur une tuile canal (crédit J. Bouillon/Inrap).

Fig. 10 : Exemple de traces de digitations sur une tuile canal (crédit J. Bouillon/Inrap).

Fig. 11 : Exemplaire de tuile à crochet central (crédit J. Bouillon/Inrap).

Fig. 11 : Exemplaire de tuile à crochet central (crédit J. Bouillon/Inrap).

Fig. 12 : Exemplaire de tuile à système d’accroche mixte (crochet et clou) (crédit J. Bouillon/Inrap).

Fig. 12 : Exemplaire de tuile à système d’accroche mixte (crochet et clou) (crédit J. Bouillon/Inrap).

-Brique

42Ce répertoire regroupe trois individus marqués de desquamations, de fissures et de traces de chauffe. Un exemplaire est par ailleurs partiellement couvert d’une gangue vitrifiée attestant d’une température élevée, pouvant atteindre localement 1 100° C. Si ces éléments renvoient à des épaisseurs standard comprises entre 2,7 et 2,9 cm, leurs dimensions restent en revanche approximatives en raison d’une fragmentation importante. Seul un exemplaire témoigne d’une distance de bords opposés conservée sur 16,3 cm.

-Les carreaux carrés

43Cette catégorie regroupe les productions en terre cuite destinées à couvrir le sol, le terme de “ tomette ” étant plus généralement réservé pour évoquer les carreaux hexagonaux.

44Seul un angle de ce type est conservé. Ses bords chanfreinés et son épaisseur voisine des 3 cm, pourraient le rapprocher des individus prélevés sur le site de Faye-aux-Loges (Jesset 2011a : 210) se rapportant à des modules de 16 cm de côté. Aucun revêtement n’est visible en surface, seul un bord est marqué de traces de chauffe gris bleuté (Fig. 13).

Fig. 13 : Un carreau de terre cuite (sol). Les fortes traces de chauffe sur sa tranche indiquent son emploi dans l’architecture du four (crédit J. Bouillon/Inrap).

Fig. 13 : Un carreau de terre cuite (sol). Les fortes traces de chauffe sur sa tranche indiquent son emploi dans l’architecture du four (crédit J. Bouillon/Inrap).

Aperçu technologique

45En l’absence d’analyse physico-chimique, seul un examen microscopique de l’ensemble des productions composant le corpus d’étude à été réalisé. Les résultats témoignent d’une homogénéité des caractères discriminants technologiques composant la matrice. Il s’agit d’une pâte relativement fine, aux teintes oranges, marbrée de beige. Les dégraissants, de nature essentiellement quartzique, sont calibrés et plus ou moins émoussés. Le faciès technologique se singularise également par la présence d’éléments grossiers de calcaire et de chamotte, auxquels s’ajoutent des plaquettes de limonite plus diffuses (Fig. 14). Une origine locale de la matière première est envisagée, l’ensemble des caractères discriminants étant compatible avec l’environnement géologique sous-jacent de ce secteur géographique : argiles du Lias-Dogger (I4-j1), formation de Pongautron Eocène (eP) et de la Butte-du-Jeu (g-p) (Oligocène à Pliocène).

Fig. 14 : Aperçu technologique des productions (crédit F. Di Napoli/Inrap).

Fig. 14 : Aperçu technologique des productions (crédit F. Di Napoli/Inrap).

Les éléments de datation

Les sources écrites et cartographiques

  • 15 Signalons la présence d’une piste potentielle qui n’a pas pu être explorée par manque de temps : Ét (...)

46Les séries A, E, F, G, H, M et S des archives ont été explorées, au minimum leurs inventaires sommaires et aucune n’indique une tuilerie15. Le cadastre de 1832 et la matrice cadastrale de 1834-1933 (AD Indre, 3P084-9-19) n’apportent pas non plus d’indice alors qu’ils attestent d’un four à chaux démoli en 1857 (section B parcelle 1814, propriété de Blanche Delavaud) et situé à l’autre bout de la commune, près du lieu-dit Le Beauchat. De tels ateliers sont attestés sur les cadastres anciens des communes environnantes comme La Tuilerie à Buxières-d’Aillac en 1831 (AD Indre, 3P249-1) et La Tuilerie à Bouesse en 1840 (AD Indre, 3P022-9), cette dernière étant en outre déjà mentionnée sur la carte de Cassini. L’emprise du diagnostic concerne les parcelles A1 n251 à A1 n253 qui s’appellent Le Champ dessous la Vigne. Ces parcelles rectangulaires de taille moyenne ne présentent aucune anomalie évidente de forme ou de superficie (Fig. 2). Les nombreux toponymes et micro-toponymes alentours illustrent exclusivement les cultures agricoles et le couvert végétal : La Vigne, Les Champs, Les Ouches, Le Poirier Roux, La Chènevière, etc. On peut remarquer une certaine concordance entre le parcellaire et la toponymie. Au nord et à l’est de grandes parcelles à la forme très irrégulière prédominent et sont associées à plusieurs occurrences du toponyme landes. Ils confirment la présence ancienne d’une forêt ou tout du moins de broussailles attestés notamment sur la levée de la carte dite de Cassini et dont la disparition pourrait indiquer une surexploitation du bois ou un besoin de nouvelles terres, notamment pour le pâturage. Autour des hameaux du Grand Gaillard et Pontgautron, les parcelles sont plus petites, rectangulaires et sont associées à des toponymes évoquant plutôt des vignes, des champs etc.

47Aucun toponyme ou concentration de mare n’indique une aire particulière d’extraction d’argile, même si on peut remarquer plusieurs mares dispersées dans les environs.

48Même si l’argument a silentio est toujours délicat à utiliser, l’absence de trace dans les sources écrites et cartographiques confirme une datation antérieure à 1832. Elle est sans doute suffisamment ancienne pour qu’aucun indice toponymique ou parcellaire n’ait été conservé à cette date, alors même que ceux-ci témoignent d’un ancien couvert forestier déjà bien dégradé vers 1765-1766 et disparu depuis.

Le mobilier céramique

49Seuls trois fragments de panse ont été collectés dans le remblai terminal d’abandon du four (US 1001). L’absence d’élément morphologique exclut toute comparaison avec la typologie régionale, laissant ainsi seul l’examen technologique comme marqueur chronologique potentiel.

50Deux d’entre eux renvoient à une production commune (1 NMI) caractérisée par une pâte semi-grossière à paroi fine associée à des quartzs laiteux millimétriques fréquents. Sa texture relativement bien cuite confère aux surfaces un aspect grésé, les tranches étant quant à elles relativement aérées (fissures et vacuoles). De légères projections de glaçure, vraisemblablement accidentelles, sont par ailleurs perceptibles sur la face externe.

51Le troisième se singularise par une production fine à pâte blanche, aux surfaces légèrement micacées (1 NMI).

52Le secteur d’étude étant intégré aux territoires régionaux habituellement traités en région Centre, la détermination s’est largement inspirée des études céramiques réalisées sur ce secteur et des travaux récents de chrono-typologie régionale (Husi 2008).

53Une origine locale de ces productions semble pouvoir être attestée au regard des faciès technologiques qui s’avèrent cohérents avec ceux identifiés dans l’aire de diffusion des ateliers du Berry. Elles renvoient à des groupes techniques de diffusion pérenne, notamment entre le xiie et xvie s.

Les fours produisant de la terre cuite architecturale à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne en région Centre : états des connaissances archéologiques

  • 16 A été notamment écartée la simple mention, sans aucune autre information et en particulier sans rat (...)

54En l’absence d’inventaire ou de synthèse régionale, il semble que les structures similaires restent rares en région Centre. Une recherche bibliographique, sans doute à poursuivre, dénombre six autres exemplaires connus archéologiquement et pouvant appartenir à cette fourchette chronologique16 : La source de Montfras à Chambon-la-Forêt (Loiret), Rue Daniel Boutet à Chartres (Eure-et-Loir), rue du Faubourg La Grappe à Chartres (Eure-et-Loir), Clémas au Favril (Eure-et-Loir), Les Enclosures - Marigny à Lorges (Loir-et-Cher) et Saint-Thibault à Saint-Satur (Cher) (Fig. 15). Ils se répartissent sur l’ensemble de la région. Malgré le développement très important de l’archéologie préventive depuis une vingtaine d’années, il est frappant de remarquer la rareté de telles découvertes depuis 1972, à l’exception de l’exploration succincte de l’exemplaire de Gournay et de la fouille récente (2007/2008) rue du Faubourg La Grappe à Chartres dont l’étude est encore en cours. On remarque un lot de découvertes anciennes au Favril en 1859 et à Saint-Satur en 1913 et celles réalisées entre 1962 et 1972 à Chartres, Lorges et Chambon-la-Forêt. Leur documentation demeure très hétérogène. Leur attribution chronologique est rarement assurée. À fin de comparaison, leur présentation synthétique semble nécessaire, d’autant plus que la majorité des découvertes demeurent inédites. Le travail d’insertion de ces tuileries dans leurs différents environnements n’a pu être qu’ébauché. Il reste largement à poursuivre, l’accès aux multiples informations à croiser étant aggravé par la dispersion des sites sur cinq départements, multipliant d’autant les sources.

Fig. 15 : localisation des fours connus du bas Moyen Âge ou du début de l’époque moderne en région Centre (crédit S. Joly/Inrap).

Fig. 15 : localisation des fours connus du bas Moyen Âge ou du début de l’époque moderne en région Centre (crédit S. Joly/Inrap).
  • 17 Selon M. Jusselin, archiviste départemental d’Eure-et-Loir, les notes et plans du conducteur des Po (...)
  • 18 La formulation de Maurice Jusselin reste ambigüe. Il n’indique la découverte que de deux fours tout (...)
  • 19 Les briques ont 19 cm de long, 9 de large et 3 cm d’épaisseur. Les tuiles à crochet avec double per (...)

55Au Champtier de Clémas au Favril, deux fours ont été découverts en 1859 lors de fouilles par un conducteur des Ponts et Chaussées dont les notes ont été retranscrites par Maurice Jusselin17 (AD Eure-et-Loir, 21J2, Ferdière 1975 : 91, Ollagnier, Joly 1994 : 226). Malgré une légère incertitude, un seul correspond à un four de terre cuite, l’autre, circulaire d’environ 8 m de diamètre, étant un four à chaux18. La forme est rectangulaire de 5,25 m sur 3,75 m à l’extérieur avec deux couloirs parallèles larges de 0,95 à 1 m à voûte en douze arcs formant sole (Fig. 16). Chaque arc aurait une douzaine de centimètres de large et serait séparé des autres d’autant. Les murs latéraux ont une épaisseur de 0,70 m d’épaisseur et le muret central 0,40 m. L’alandier est trapézoïdal avec 1,3 m de longueur et une ouverture de 0,75 m sur l’aire de chauffe, au nord-ouest. Celle-ci est semi ovalaire de 3,2 m de large et de 5 m de long avec une remontée en pente douce. La voûte des arcs étant surbaissée, la sole est à 0,70 m au dessus de la chambre de chauffe. La chambre de cuisson a une forme rectangulaire d’environ 2,35 m par 3,25 m soit 7,6 m2. Le volume restituable de son laboratoire est de 17,9 m3, ce qui permet sans doute de cuire de 8 000 à 12 000 tuiles (selon leur module). Le pavement est réalisé avec des carreaux de 13 cm de côté et 1 cm d’épaisseur. Les briques et tuiles19 découvertes sont supposées avoir servi à sa construction. D’après les tuiles à crochet employées une datation du bas Moyen Âge ou du début de l’époque moderne est supposée (Ferdière 1975 : 91). Le conducteur des Ponts et Chaussées pointe l’analogie des tuiles avec celles découvertes dans les ruines de la chapelle Saint-Michel située à proximité au Champtier de Clémas, détruite en 1771 et peut-être identifiable à un prieuré de 1468 (Ollagnier, Joly 1994 : 226). À proximité, la “ mare à Dolu ” qui couvre environ 350 m2 est interprétée comme le reste d’une extraction d’argile. L’atelier de tuilier se trouve à la limite sud-ouest de la commune, à moins de 3 km du bourg, dans une sorte de clairière entourée sur trois côtés par les grandes forêts de Champrond et de Montécot, et en limite immédiate de la forêt de Champrond. L’étendue et l’ancienneté de ce couvert forestier sont attestées par la levée avant 1757 de la carte de Cassini. Une chapelle Saint-Michel de Clémas est attestée dès 1147 (Merlet 1883 : 132). Le four se trouve à 3 km environ de l’Eure, bordée d’une grande route menant notamment aux gros bourgs de La Loupe et Courville-sur-Eure à moins d’une dizaine de kilomètres. Sur la même commune, la carte de Cassini et le cadastre de 1830 indiquent le hameau de La Tuilerie à 1 km au nord et celui de La Tuilerie aux Merciers à environ 5 km au nord-ouest, près de la limite communale dans une petite clairière (AD Eure-et-Loir, 3P4280). Aux mêmes époques, dans un rayon de moins de 5 km les hameaux de La Tuilerie à Pontgouin au nord dans une clairière du Bois de Chaponnet (AD Eure-et-Loir, 3P5114) et La Tuilerie à Chuisnes à l’est (AD Eure-et-Loir, 3P4010) sont attestés et démontrent l’importance de cette activité, à des périodes précises indéterminées.

Fig. 16 : reproduction par Maurice Jusselin des relevés en plan et coupe réalisés en 1859 par un conducteur des Ponts et Chaussés des fours à Le Favril, Champtier de Clémas (AD Eure-et-Loir : 21J2).

Fig. 16 : reproduction par Maurice Jusselin des relevés en plan et coupe réalisés en 1859 par un conducteur des Ponts et Chaussés des fours à Le Favril, Champtier de Clémas (AD Eure-et-Loir : 21J2).
  • 20 Les auteurs semblent favoriser une datation antique et ils le comparent donc avec des fours antique (...)

56Le four de Saint-Thibault à Saint-Satur a été découvert en 1913 lors de travaux (Amagat, Nollet 1914-1916). Construit en briques, il a une forme presque carrée de 3,5 m par 3,42 m à l’extérieur, avec deux couloirs parallèles larges de 1,32 m à voûte en dix arcs portant la sole et une série de canaux latéraux dans l’épaisseur du muret central (Fig. 17). Chaque arc a une largeur de 0,192 m et est séparé des autres par 0,145 cm. La sole est à 1,30 m au dessus de la chambre de chauffe. La chambre de cuisson a une forme carrée d’environ 3,04 m par 3,14 m soit 9,5 m2. Le volume restituable de son laboratoire est de 29 m3, ce qui permet sans doute de cuire de 12 000 à 18 000 tuiles (selon leur module) et en fait le plus gros volume des fours régionaux. Les murs latéraux ont 0,18 m d’épaisseur et le muret central 0,40 m. L’alandier n’a pas pu être exploré mais il est surbaissé par rapport au four. La datation du bas Moyen Âge ou de l’époque moderne de ce four est probable20. Cet atelier est situé légèrement à l’écart à l’est du bourg de Saint-Satur et près de la Loire qui marque la limite communale. Le couvert forestier de ce secteur est abondant avec notamment le gros bois de Charnes à moins d’1 km sur les collines au nord de Saint-Satur attesté notamment sur la carte de Cassini n48 dite de Cosne levée avant 1759. Sa localisation facilite notamment la diffusion de ses productions vers la petite ville de Sancerre à moins de 2 km et aux gros bourgs et petites villes de l’axe ligérien comme Cosne-sur-Loire à moins d’une dizaine de kilomètres en aval au nord. Cette situation privilégiée pourrait expliquer ses capacités de production, assez largement au dessus des autres fours de la région.

Fig. 17 : Le four de Saint-Satur, Saint-Thibault, découvert en 1913 (Amagat, Nollet 1914-6 : Fig. 1 et 2).

Fig. 17 : Le four de Saint-Satur, Saint-Thibault, découvert en 1913 (Amagat, Nollet 1914-6 : Fig. 1 et 2).
  • 21 L’incohérence entre les données chiffrées obtenues à partir du plan publié et celles citées dans l’ (...)

57Le four de la rue Daniel Boutet rue des Côtes à Chartres a été découvert en 1962 lors de travaux, dégagé manuellement puis relevé (Couturier 1973). Construit en brique et dalle, ses dimensions ne sont pas complètement assurées21 (Fig. 18). Il a une forme presque carrée de 2,78 m par 2,60 m à l’extérieur, avec deux couloirs parallèles à voûte en dix arcs portant la sole. Chaque arc a une largeur de 0,15 m et est séparé des autres par 0,11 m. La sole est 0,73 m au dessus de la chambre de chauffe. La chambre de cuisson a une forme restituable à peu près carrée d’environ 2,25 m par 2,1 m soit 4,7 m2. Le volume restituable de son laboratoire est de 9,9 m3, ce qui en fait le plus petit volume des fours régionaux et ne lui permettrait de produire que de 4 000 à 6 000 tuiles, selon leur module bien loin de ceux des ateliers situés à côté des grands centres urbains (Chapelot O., Chapelot J. 2001 : 98). Les murs latéraux ont 0,26 m d’épaisseur et celui du fond 0,43 m. Le muret central a une largeur d’une vingtaine de centimètres. L’alandier, délimité par des maçonneries, est trapézoïdal de 1,75 m de long et se resserrant jusqu’à 0,75 m de large environ sur l’aire de chauffe. Les dimensions des matériaux employés, la stratigraphie, la présence d’une tuilerie attestée en 1553 dans une rue voisine et enfin l’apparition du toponyme “ rue de la Poterie ” à la fin du xvie s. sont autant d’indices pour supposer une datation du bas Moyen Âge ou du début de l’époque moderne (Couturier 1973, Ferdière 1975 : 91). L’incertitude concernant sa datation restreint toute tentative pour envisager l’insertion de ce four par rapport à la ville de Chartres. Situé dans un quartier intra-muros, entre les enceintes du xie s. et du xiie s., son activité ne semble a priori possible que pendant une époque de faible densité de l’occupation. En effet, tant du fait de sa nature polluante que dangereuse pour une ville encore majoritairement en bois, ce type d’artisanat est souvent déplacé à l’extérieur des villes dès les xiie s. et xiiie s., comme aux Tuileries à Paris (Dufaÿ 1998 : 308). Si les tuileries de Chartres ne semblent jamais avoir vraiment intéressé les historiens qui ont pourtant beaucoup travaillé sur la ville, les rares tuileries mentionnées sont dispersées dans les faubourgs (un tuilier à Saint-Julien-du-Couldray en 1387 et 1413, un autre à Saint-Jean-en-Vallée en 1452, une famille de potiers dans le faubourg de la Porte Guillaume) avant le développement des tuileries de Sèresville, deux à trois kilomètres au nord-ouest de Chartres, dans la seconde moitié du xve s. (Billot 1987 : 87-88). Le four de la rue Daniel Boutet correspond-il à une situation particulière ou témoigne t-il d’une époque de récession démographique pendant les crises du bas Moyen Âge ou du début de l’époque moderne (peste noire, guerre de Cent Ans, guerres de religion etc.) ? Sur une représentation du siège de Chartres par les huguenots en 1568 (Musée des Beaux-Arts de Chartres) on remarque un certain nombre d’espaces non bâtis entre les églises Saint-Père-en-Vallée, Saint-Hilaire et Saint-Michel et l’enceinte, ce qui pourrait permettre l’installation d’un tel four. Les dimensions très modestes de ce four et sa production limitée facilitent sans doute sa position intra-muros particulière. Un usage d’appoint ou destiné à un chantier de construction particulier est envisageable.

Fig. 18 : Le four de Chartres, rue Daniel Boutet-rue des Côtes découvert en 1962 (Couturier 1973 : 15).

Fig. 18 : Le four de Chartres, rue Daniel Boutet-rue des Côtes découvert en 1962 (Couturier 1973 : 15).

58Le four des Enclosures - Marigny à Lorges a été dégagé en 1966, suite à sa découverte fortuite lors de travaux de labours, les vestiges affleurant sous un fin couvert de terre végétale superficielle (Lorges 2012). Des relevés ont été effectués par J. Dagnes (Fig. 19). Construit en briques, il a une forme rectangulaire de 3,1 m par 2,6 m à l’extérieur, avec deux couloirs parallèles de 0,71 et 0,78 m de large à voûte en neuf arcs portant la sole. Les arcs, de 0,18 m de large, sont espacés de 0,8 m. La sole est à plus de 0,76 m au dessus de la chambre de chauffe. La chambre de cuisson a une forme approximativement carrée de 2,3 m par 2,4 m de côté soit 5,5 m2. Le volume restituable de son laboratoire est de 12,65 m3, ce qui lui permettrait de produire de 5 000 à 8 000 tuiles, selon leur module. Les murs latéraux ont environ 0,40 m d’épaisseur et celui du fond seulement 0,20 m. Le muret central a une largeur de 0,40 m à la base. L’alandier, délimité par des maçonneries, est trapézoïdal de 2,4 m de long et se resserrant jusqu’à 0,9 m de large environ sur l’aire de chauffe. Celle-ci ne semble pas avoir été explorée. Une datation du bas Moyen Âge est supposée (Ferdière 1975 : 91). Ce four est au nord-est du bourg, en limite de commune, à moins d’1 km actuellement de la grande forêt de Marchenoir à l’ouest et près d’une grande route menant de la petite ville de Beaugency à 10 km au sud-est à Châteaudun au nord-ouest. L’examen de la carte de Cassini feuille n28 dite de Vendosme levée vers 1753 et du cadastre de 1828-1829 (AD Loir-et-Cher, 3P2120) atteste que le couvert forestier était alors en bordure immédiate de ce four avec plusieurs petits bois intermédiaires comme les Bois de Marigny aujourd’hui disparus. Le long de la route de Mer à Châteaudun un ensemble d’anomalies parcellaires et petites mares (parcelles A51 à A54 de 1829) correspondent probablement à autant d’extraction ayant pu être utilisées pour ce four. Ce secteur se trouve sur une formation éocène (eA) avec des lentilles d’argile (kaolinite) exploitables pour des terres cuites architecturales et de nombreuses extractions sont justement attestées en bordure de la forêt de Marchenoir (Gigout 1974 : 13), ce que confirme par exemple le hameau de La Tuilerie à Briou, à 3 km au sud-ouest, en lisière de forêt et entouré de fosses et mares en 1828-1829 (AD Loir-et-Cher, 3P2271), vestiges de probables extractions.

Fig. 19 : Le four de Lorges, Les Enclosures - Marigny, dégagé en 1966 et relevé par J. Dagnes (Lorges 2012).

Fig. 19 : Le four de Lorges, Les Enclosures - Marigny, dégagé en 1966 et relevé par J. Dagnes (Lorges 2012).
  • 22 Les relevés effectués à l’époque ne se retrouvent pas dans le dossier documentaire conservé au SRA (...)
  • 23 Laboratoire de géomagnétisme du parc Saint-Maur, Rapport sur le prélèvement archéomagnétique à Cham (...)

59Le four de La source de Montfras à Chambon-la-Forêt a fait l’objet d’une fouille de sauvetage en 1972 par Alain Guignes suite à sa découverte lors de travaux près de l’usine d’embouteillage (Picard 1974 : 302, Chambon 2012). Apparemment rectangulaire avec un muret central et construit en briques, ses dimensions et sa description restent imprécises22. Les prélèvements archéomagnétiques réalisés indiquent une datation du milieu du xve s.23 Ce four est au sud-est de la commune, à mi-chemin entre le bourg et l’extension méridionale de la commune, en lisière de la grande forêt d’Orléans et en bordure de la petite route menant de Chambon à Nibelle. Un secteur spécialisé est attesté sur les communes de Nibelle, Chambon et Courcy où officient entre la fin du xive s. et le début du xve s. entre 20 potiers et 18 tuiliers, à un minimum de 23 potiers et tuiliers (Chapelot O., Chapelot J. 2001 : 122). Cette importante activité a laissé dans les environs immédiats de nombreux toponymes attestés sur la carte de Cassini feuille n8 dite d’Orléans levée vers 1757 : La Vieille Tuilerie à 1 km au nord en lisière de la forêt et près du bourg de Chambon, Les Tuileries à Nancray à 1 km à l’est, Les Poteries à Nibelle à 2 km au sud-est et un peu plus loin La tuilerie Cassée à Nibelle à environ 6 km au sud et La Tuilerie de Courcy-aux-Loges à environ 7 km à l’ouest. Ils sont tous en périphérie de la forêt d’Orléans et ils bénéficient en outre des argiles plastiques de la formation de l’Orléanais m1b, affleurantes et de faible épaisseur (Manivit 1978 : 15). Ce véritable secteur spécialisé a pu écouler son importante production le long de plusieurs grands axes reliant les villes des environs et surtout Orléans, Pithiviers, Châteauneuf-sur-Loire et Montargis, toutes situées entre 15 et 30 km.

  • 24 Information orale de Dominique Joly. La fouille rue du Faubourg La Grappe (site 28.085.0263.6) a ét (...)

60Le four de la rue du Faubourg La Grappe à Chartres est le plus récemment fouillé. Son étude n’étant pas achevée, les informations ne sont pas encore disponibles mais d’après les fouilleurs une datation du xve-xvie s. est assurée24. Cette découverte s’insère dans un quartier extérieur, au sud-est de la ville, à environ 500 m de l’enceinte urbaine, le long de la route menant à Orléans. Le couvert forestier est réduit dans les environs, avec néanmoins de nombreux petits bois, selon la carte de Cassini feuille n27 dite de Chartres levée vers 1757. La proximité de l’Eure a pu faciliter son approvisionnement en combustible. Le bois de construction utilisé à Chartres provient largement de secteurs boisés éloignés d’une dizaine de kilomètres à l’ouest (Bois de Bailleau et Fontaine) (Billot 1987 : 234).

Synthèse et conclusion

61Les limites inhérentes à ce type d’intervention aggravées par la modestie des moyens dévolus à celle-ci, ne permettent pas d’aller au-delà de la simple reconnaissance d’une unité de production de terre cuite architecturale. Malgré les progrès méthodologique et technique de l’archéologie, notamment préventive, force est de constater que l’intervention de Gournay n’apporte que peu de renseignements ou d’éclairage nouveau par rapport aux fouilles et découvertes anciennes. Seul le four relativement arasé a été à peu près correctement observé.

62Le four, de type vertical, est ouvert au nord-ouest et a une forme presque carrée de 4 m par 3,5 m à l’extérieur. Sa chambre de chauffe est un rectangle de 3,5 m par 2,35 m, soit une surface interne d’environ 8,2 m2 avec deux couloirs de chauffe portant une dizaine d’arcs voûtés qui soutiennent la sole. Avec 19,3 m3, le volume estimé du laboratoire est normal mais assez conséquent par rapport aux exemples connus, en particulier ceux de la région Centre. Son alandier trapézoïdal est partiellement divisé par un muret. La forme de son alandier et de son aire de chauffe indiquerait aussi peut-être une structure voisine au sud qui lui est liée. Un trou de poteau pourrait appartenir à une structure de protection de l’aire de chauffe.

63L’absence de décapage et les extensions réduites limitent toute réflexion spatiale et en particulier la reconnaissance des différentes composantes de cet atelier. Deux fosses spécialisées ont été repérées. La mare voisine a pu servir de lieu d’extraction de matériau avant de fournir l’eau nécessaire. Les surfaces alentours non diagnostiquées et détruites ne permettront pas de s’assurer de l’extension possible du site qui reste inconnue.

64L’absence de raté de cuisson et de structure annexe caractéristique (tessonnières, etc.) ne renseigne pas sur la nature des productions. Le mobilier découvert et prélevé provient d’un remblai de destruction et de nivellement contenant des éléments d’un four (reconnaissables aux traces de chauffes visibles sous la forme d’une bande de teinte gris bleuté sur l’un de leur bord) et des résidus de productions sans doute inutilisables. En position secondaire, ces productions ne peuvent être strictement rattachées au four de Gournay mais elles révèlent néanmoins un faciès technologique et morphologique sans doute habituel à cette époque et dans cette partie du Berry. Il s’agit majoritairement de tuiles à accroche simple ou mixte, associant crochet et clous, type de production émergeant dès le xiiie s. Les dimensions des exemplaires les mieux conservés peuvent par ailleurs être comparées à certaines tuiles modernes de la fin xve/début xvie-xviie s. Celles-ci restent relativement homogènes, traduisant une standardisation du procédé de confection de ce matériau de couverture d’usage courant. Le mobilier céramique du remblai terminal, dépourvu d’élément morphologique et produit dans des groupes techniques de diffusion pérenne sur plusieurs siècles, n’est pas postérieur au xvie s., mais leur nombre demeure trop restreint et leur caractère résiduel reste possible. Les sources écrites et cartographiques sont muettes et indiquent au mieux un abandon peut-être suffisamment ancien pour qu’aucun indice toponymique ou parcellaire n’ait été conservé lors de la levée du cadastre de 1832.

65Ces indices confèrent à l’ensemble une datation située entre la fin du bas Moyen Âge et le début de l’époque moderne, ce que ne contredisent pas les comparaisons typologiques du four, peu pertinentes au vu de l’apparente stabilité typologique de ce type de structure. Sa durée d’activité reste complètement indéterminable, tout au plus peut-on envisager au regard de ce qui est connu ailleurs une période égale ou supérieure à une génération pour que l’investissement financier et technique que ce four représente soit amorti et rentable autant que possible, quitte à l’arrêter pendant les périodes de difficultés (Chapelot 2011a : 61). La réparation ou reconstruction du four qui est perçue plaide aussi en faveur d’une certaine durée. À Aix-en-Othe un nouveau four remplace l’ancien, pourtant fréquemment entretenue et réparé, après une quarantaine d’années (Calvet, Rieth, Maillard 2009 : 29-30).

  • 25 Cet apport ne peut pas être prouvé par une quelconque différence de sédiments. Au contraire, la gra (...)

66La récupération d’une partie des élévations, le remblaiement et nivellement des dépressions subsistantes par des matériaux de destruction et des résidus de production, et enfin, le probable apport de terres arables25 indiquent le soin accordé à la remise en état des terrains après la disparition du four et expliquent notamment l’absence de tout mobilier résiduel en surface. Ce soin démontre très certainement une volonté de mettre en culture la parcelle, soit pour éviter un conflit concernant les dégradations subies par les terrains comme certaines sources judiciaires en font parfois l’écho, comme à Écoyeux (Chapelot 1983), ou tout simplement par simple besoin de terres agricoles, peut-être pendant le phénomène de reconstruction des campagnes à partir de la seconde moitié du xve s. et pendant le début de l’époque moderne.

67Les vestiges comparables découverts et fouillés en région Centre demeurent particulièrement rares avec seulement six autres exemples connus dont la quasi-totalité a été observée anciennement. Ce constat semble moins négatif ailleurs, notamment en Île-de-France. Le four de Gournay complète donc utilement le corpus de sites similaires de la région Centre. Ensemble ils partagent une apparente homogénéité typologique et technologique, malgré des différences de détail rendant chaque exemplaire unique (Fig. 20). Seules les dimensions varient assez sensiblement, ce qui permet de restituer des volumes de laboratoire compris entre 9,9 m3 pour le plus petit exemplaire, rue Daniel Boutet à Chartres, et 29 m3 pour le plus grand, à Saint-Satur. Leurs datations restent très incertaines, avec des estimations souvent basées sur la typologie des fours ou plus rarement sur celles de leurs productions supposées. La datation par archéomagnétisme du milieu du xve s. du four de La source de Montfras à Chambon-la-Forêt reste l’exception, avec celle du xve-xvie s., mais sans que l’on sache encore sur quelles critères, pour celui de la rue du Faubourg La Grappe à Chartres.

Fig. 20 : Proposition de restitution du four de Gournay, Les Ouches comparée à certains exemples connus du bas Moyen Âge ou du début de l’époque moderne en région Centre (crédit S. Joly/Inrap).

Fig. 20 : Proposition de restitution du four de Gournay, Les Ouches comparée à certains exemples connus du bas Moyen Âge ou du début de l’époque moderne en région Centre (crédit S. Joly/Inrap).
  • 26 Colloque international de Douai (Nord) du 05 au 08 octobre 2010 : Tourner autour du pot. Les atelie (...)

68À l’exception des fours urbains ou périurbains de Chartres, on peut remarquer une grande homogénéité d’implantation des tuileries : dans des secteurs boisés et souvent en périphérie immédiate de forêt voire en situation de clairière, installés loin des bourgs ou des gros hameaux et plutôt aux confins des territoires communaux. Cette situation à l’écart traduit un besoin d’accès aux ressources minérales et végétales et d’espace de travail, de séchage et stockage mais elle n’exclut pas l’insertion dans des réseaux de transport, avec des routes supposées à proximité ou des voies fluviales comme la Loire. Souvent d’autres ateliers sont supposés à proximité. À l’exception notable du four de La source de Montfras à Chambon-la-Forêt, l’absence d’élément de datation et la nature très lacunaire de cette étude ne permettent pas d’y voir de véritables secteurs spécialisés dans l’artisanat à l’instar d’autres exemples, comme celui des paroisses de Taillebourg, Écoyeux et Vénérand (Charente-Maritime) concentrant une vingtaine de tuileries à la fin du xve et au xvie s. (Chapelot 1983, Chapelot 1984 : 94-95) ou celui de Chambon justement. L’hypothèse d’ateliers isolés de taille plus ou moins modeste est privilégiée. La notion de four “ isolé ”, déjà largement évoquée lors du colloque de Douai concernant les ateliers de potiers du haut Moyen Âge26 et qui s’applique tout autant sur ces unités artisanales de terre cuite, reste largement tributaire de l’effet de la recherche, les surfaces d’exploration archéologiques restant généralement limitées à la surface du projet. Il n’est par conséquent pas exclu que le four de Gournay appartienne à un complexe artisanal plus vaste.

  • 27 Sans vouloir comparer les situations régionales, qui dépendent beaucoup de l’investissement d’équip (...)

69Malgré des situations très diverses selon les régions27, il semble quand même que la rareté de ce type de découverte est d’autant plus étonnante que cet artisanat est nécessairement un élément habituel au sein des terroirs depuis la généralisation de l’emploi de la terre cuite, sans doute autour du xiiie s. (Chapelot O., Chapelot J. 2001 : 96). Pour des époques plus récentes, des études basées essentiellement sur les sources écrites démontrent en effet leur fréquence, les aires de diffusion des ateliers étant toujours limitées par l’équation entre le poids de productions assez banales et les réseaux et moyens de distribution. Les quatre tuileries de Bougy (Loiret) au xviiie s. n’exportent que rarement au-delà d’une dizaine de kilomètres (Millet 2009) de même que les tuileries parisiennes à la fin du Moyen Âge (Gouzouguec 2009 : 15-16). Les modestes capacités de production de ces ateliers dispersés, même avec cinq ou six fournées par an ce qui est plus ou moins la norme, suffisent souvent juste à approvisionner les quelques villages alentours (Chapelot O., Chapelot J. 2001 : 134).

70L’étude des sources écrites concernant les tuileries semble avoir peu intéressé les chercheurs en région Centre, ce qui n’exclut pas certaines exceptions notables comme pour la paroisse de Bougy (Millet 2009). Pourtant, quand les fonds sont suffisants et exploités, des textes donnent parfois des informations très précises sur des ateliers comme en Bourgogne ou en Champagne (Chapelot O., Chapelot J. 2001 : 99-100) par exemple pour celui d’Aix-en-Othe (Calvet, Rieth, Maillard 2009). Exceptionnellement, certaines sources iconographiques permettent même de se faire une représentation assez fidèle, comme cet atelier de tuilier du xvie s. près de Douai (Louis, Thuillier 2007). Par contre de fréquents recensements et inventaires sont réalisés à partir essentiellement des structures de cuisson encore existantes et dans un but patrimonial ou ethnographique. C’est le cas notamment avec une enquête en Indre-et-Loire portant sur 410 sites et 580 fours dont 358 produisant des tuiles et briques, chaque site inventorié faisant l’objet d’une étude allant de la simple mention jusqu’au dossier complet (Thomas 1998 et 2005). Elle porte principalement sur les xixe et xxe s., même si des sondages dans les fonds notariés permettent de remonter jusqu’au xviie s. Plus proche de Gournay, les tuileries contemporaines de la Brenne ont aussi été étudiées, avec une soixantaine de sites attestés sur une cinquantaine de communes (Guillemot, Huyghe, Barrier 2000).

71Bien qu’avec seulement sept sites connus en région Centre il ne soit pas envisageable d’en tirer une tendance, il faut remarquer que la distribution des dates de leurs découvertes (cinq entre 1859 et 1972 et deux seulement depuis) est peut-être un certain reflet d’une tendance nationale. En effet, depuis une vingtaine d’année, selon Jean Chapelot le nombre de découvertes de ce type semble avoir nettement diminué jusqu’à être divisé par quatre, suite à une conjonction de multiples facteurs liés principalement à une décroissance du nombre d’opérations et des surfaces concernées et au passage d’une archéologie bénévole ou programmée à une archéologie essentiellement préventive (Chapelot 2010 : 424, Chapelot 2011a : 58, Chapelot 2011b : 334). Comme cela semble être le cas habituel ailleurs, l’installation des tuileries en région Centre, du moins pour Gournay et les quatre autres fours ruraux connus, concerne des périphéries de zones forestières, aux confins des paroisses et à l’écart des habitats groupés. Or, ces lieux de prédilection sont sans doute aussi les moins touchés par de nombreux aménagements consommateurs d’espace (lotissements, zones d’activités etc.) plutôt friands de périphéries urbaines ou villageoises. Cette proximité avec ces centres anciens aggrave peut-être ce déséquilibre en étant un élément supplémentaire orientant les moyens de l’archéologie préventive vers ce type d’intervention. L’exemple du four de Gournay confirme que même une surface d’aménagement restreinte, aux confins d’une petite commune rurale et sans aucun environnement remarquable ou connu doit faire l’objet de toute l’attention possible par les différents intervenants de l’archéologie.

Haut de page

Bibliographie

Amagat, Nollet 1914-1916

Amagat, Nollet - Ancien four céramique à Saint-Thibault, près Sancerre, Mémoires de la Société des antiquaires du Centre, 37 : 8-12, 3 Fig.

Barat 2009

Barat Y. - Un four de tuilier du xvie s. à Ecquevilly (Yvelines), in : Chapelot J., Chapelot O., Rieth 2009 : 78-82.

Billot 1987

Billot C. - Chartres à la fin du Moyen Âge, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, 360 p.

Bocquet-Lienard, Fajal 2011

Bocquet-Lienard A., Fajal B. (dir.) - À propo[t]s de l’usage, de la production et de la circulation des terres cuites dans l’Europe du Nord-Ouest autour des xive-xvie siècles, table ronde de décembre 2007, 5, publications du CRAHM, Caen : 344 p.

Brut 2009

Brut C. - Les tuiles médiévales parisiennes, in : Chapelot J., Chapelot O., Rieth 2009 : 407-416.

Calvet, Rieth, Maillard 2009

Calvet M.-F., Rieth B., Maillard A. - Permanence et durée de vie des tuileries à partir de deux exemples de tuileries seigneuriales médiévales en Champagne méridionale, in : Chapelot J., Chapelot O., Rieth 2009 : 21-31.

Chambon 2012

Chambon-la-Forêt, “ La source de Montfras ” (45.069.004AH), dossier documentaire, carte archéologique nationale, SRA Centre.

Chapelot 1983

Chapelot J. - Le droit d’accès à l’argile et à la pierre des tuiliers-chauniers d’Écoyeux (Charente-Maritime) aux xve-xvie s. : l’apport des sources judiciaires, in : Benoit P., Braunstein Ph. (dir.), Mines, carrières et métallurgie dans la France médiévale, Actes du colloque de Paris 19-21 juin 1980, Paris, éd. du Cnrs : 117-169.

Chapelot 1984

Chapelot J. - Société rural et économie de marché en Saintonge aux xve-xvie s. : l’exemple de la seigneurie de Taillebourg et de ses environs, Revue de la Saintonge et de l’Aunis, X : 63-104.

Chapelot 1986

Chapelot O. - Les tuileries ducales en Bourgogne (xive-xve s.) : l’apport des textes à la connaissance des bâtiments, in : Deroeux D. (dir.), Terres cuites architecturales du Moyen Âge, colloque de Saint-Omer 1985, Mémoires de la commission départementale d’Histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 22 : 24-32.

Chapelot 2010

Chapelot J. - L’archéologie médiévale en France au début du xxie s. ou comment changer d’époque, in : Chapelot J. (dir.), Trente ans d’archéologie médiévale en France, Un bilan pour un avenir, Actes du IXe congrès international de la société d’archéologie médiévale (Vincennes juin 2006), publications du CRAHM, Caen : 393-435.

Chapelot 2011a

Chapelot J., collab. Henriet J.-L. - Le rapport à l’espace des potiers de La Chapelle-des-Pots (Charente-Maritime) du xiiie au xviiie s., in : Bocquet-Lienard, Fajal 2011 : 53-76.

Chapelot 2011b

Chapelot J. - En guise de conclusion : à quoi servent les tables rondes et l’étude de la céramique médiévale et moderne ?, in : Bocquet-Lienard, Fajal 2011 : 329-337.

Chapelot O., Chapelot J. 2001

Chapelot O., Chapelot J. - L’artisanat rural de la poterie et de la terre cuite architecturale : un moyen de connaissances des sociétés rurales du Moyen Age, in : Mousnier M. (éd.), L’artisan au village dans l’Europe médiévale et moderne, actes des XIXe journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, septembre 1997, Presses universitaires du Mirail : 87-147.

Chapelot J., Chapelot O., Rieth 2009

Chapelot J., Chapelot O., Rieth B. (dir.) - Terres cuites architecturales médiévales et modernes en Île-de-France et dans les régions voisines, publications du CRAHM, Caen, 454 p.

Charlier 1996

Charlier F. - Soirans-Fouffrans, la Tuilerie (Côte d’Or) : un atelier de terre cuite, xv-xviie s., Archéologie médiévale, 24 : 301-366.

Claude 2009

Claude C. - Un four de fabrication de briques d’époque moderne à Ferrières-en-Brie, in : Chapelot J., Chapelot O., Rieth 2009 : 83-84.

Cohen-Julien et al. 1998

Cohen-Julien M., Quenardel J.-M., Lerouge G., Lorenz J., Macaire J.-J., Freytet P., Maget P., Debrand-Passard S. - Carte géologique de la France (1/50000), Argenton-sur-Creuse (593), Orléans, BRGM, 168 p.

Couturier 1973

Couturier M. - Un four de potier à Chartres, Histoire locale Beauce et Perche, archéologie, 43 : 14-16.

Desachy 1992

Desachy B. - Observations archéologiques sur un four de tuilier moderne à Genvry (Oise), Revue archéologique de Picardie, 1-2 : 143-153.

Duhamel du Monceau 1776

Duhamel du Monceau H.-L., Gallon J.-G., Ramecourt Ch.-R. - Art du tuilier et du briquetier, Descriptions des arts et métiers, t. IV, nouvelle édition, Neufchâtel, 658 p.

Dufaÿ 1998

Dufaÿ B. - La croissance d’une ville : les tuileries parisiennes du faubourg Saint-Honoré, in : Van Ossel P. (dir.), Les jardins du Carrousel (Paris), de la campagne à la ville : la formation d’un espace urbain, Documents d’archéologie française, 73 : 261-310.

Ferdière 1975

Ferdière A. - Notes de céramologie de la région Centre – VII. Les ateliers de potiers gallo-romains de la région Centre, Revue archéologique du Centre de la France, 14 : 85-111.

Ferrandon 2009

Ferrandon J.-M. - Tuiles médiévales du manoir de Vincennes (Val-de-Marne), in : Chapelot J., Chapelot O., Rieth 2009 : 417-426.

Gigout 1974

Gigout M. collab. Desprez N. - Carte géologique de la France (1/50000), Beaugency (397), Orléans, BRGM, 17 p.

Gouzouguec 2009

Gouzouguec S. - L’artisanat de la terre cuite architecturale en Île-de-France (xiiie-xv-xve s.), in : Chapelot J., Chapelot O., Rieth 2009 : 5-20.

Guillemot, Huyghe, Barrier 2000

Guillemot H., Huyghe B., Barrier P. - Terre et feu, mémoires de tuiliers, catalogue d’exposition au Château Naillac du 24 juin au 5 novembre 2000, écomusée de la Brenne, Le Blanc, 52 p.

Hubert 1889

Hubert E. - Dictionnaire historique, géographique et statistique de l’Indre, Picard, Paris, 209 p.

Husi 2008

Husi Ph. (dir.) - La céramique du haut Moyen Âge de la vallée de la Loire Moyenne (Centre-Ouest de la France), rapport d’activité du PCR, UMR 6173 CITERES Laboratoire Archéologie et territoires, SRA Centre, Orléans.

Jesset 2011a

Jesset S. (dir.) - Une poterie de la fin du Moyen Âge, Fay-aux-Loges “ La Loge Cognet ” (Loiret), Rapport final d’opération de fouilles archéologiques, Inrap, Orléans, 387 p.

Jesset 2011b

Jesset S. - Fouille programmée de 2011 : Saran, Lac de la Médecinerie, Revue archéologique du Loiret, 35 : 113-118.

Joly 2003

Joly S. - Gournay “ Le Grand Gaillard ” (36.084.007.AH), Arr-Presc-Diag 2002/293bis, DFS de diagnostic archéologique, Inrap, Tours, 8 p + 4 (ill. et annexes).

Le Ny 1988

Le Ny F. - Les fours de tuiliers gallo-romains, méthodologie, étude technologique, typologique et statistique, chronologie, DAF, 12, MSH Paris : 142 p.

Lorges 2012

Lorges, “ Les Enclosures - Marigny ” (41.119.002AH), dossier documentaire, carte archéologique nationale, SRA Centre.

Louis, Thuillier 2007

Louis E., Thuillier F. - Note sur une représentation iconographique d’un atelier de tuilier du xvie s. près de Douai (Nord), Archéologie Médiévale, 37 : 147-155.

Manivit 1978

Manivit J., collab. Desprez N., Barratin J.F. - Carte géologique de la France (1/50000), Pithiviers (328), Orléans, BRGM, 32 p.

Masquilier à paraître

Masquilier A. - Une tuilerie rurale du xviie s. au début du xxe s. : la fouille archéologique préventive de la “ Vieille Tuilerie ” à Laudrefang (Moselle), in : Thuillier F. (dir.), Les terres cuites architecturales au Moyen Âge et à l’Époque Moderne : tuileries et productions tuilières, Actes du séminaire de recherche du 14 février 2009 : 35 p.

Merlet 1883

Merlet L. - Cartulaire de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron, Société archéologique d’Eure-et-Loire, tome premier, Chartres.

Millet 2009

Millet E. - Tuileries dans l’Orléanais au xviiie s., la paroisse de Bougy (Loiret), in : Chapelot J., Chapelot O., Rieth 2009 : 63-74.

Ollagnier, Joly 1994

Ollagnier A., Joly D. - L’Eure-et-Loir, carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 369 p.

Picard 1974

Picard G. Ch. - Circonscription du Centre, Gallia, 32-2 : 299-317.

Ravoire 2009

Ravoire F. - Études de quelques lots de tuiles médiévales et modernes provenant de Paris, Blandy-les-Tours (Seine-et-Marne) et Roissy-en-France (Val-d’Oise), in : Chapelot J., Chapelot O., Rieth 2009 : 393-405.

Thibault 1988

Thibault A. – Bougy-lès-Neuville, Informations archéologiques, Revue archéologique du Loiret, 14 : 16.

Thomas 1998

Thomas J. - Fours à chaux, tuileries et briqueteries du Lochois, Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, XLV : 559-576.

Thomas 2005

Thomas J. - Fours à chaux, tuileries, briqueteries en Touraine, Tours, 288 p.

Thomas 2009

Thomas N. - Une tuilerie de la fin du xviiie et du début du xixe s. à Marines (Val-d’Oise), in : Chapelot J., Chapelot O., Rieth 2009 : 91-96.

Haut de page

Notes

1 Cette exploitation, déjà ancienne, couvre une quarantaine d’hectares, à “ Montipeneau ”, en bordure ouest du diagnostic. Les argiles et le kaolin extraits sont destinés à des tuiles et des céramiques.

2 Si l’extension prévue se trouve majoritairement sur Le Grand Gaillard, la parcelle diagnostiquée (A1495) se situe d’après le cadastre actuel sur Les Ouches et à proximité immédiate de Pontgautron appelé aussi Pont Gontran en 1832.

3 Information orale d’Armelle Querrien dont les recherches avec Joël Moulin de la Chambre d’Agriculture ont fait l’objet d’une présentation en 2010 pendant une journée de l’axe d’histoire des techniques du laboratoire de médiévistique occidentale de Paris et lors d’une conférence à l’Académie du Centre.

4 Le Bois Gros, en très net repli depuis 1765-1766, se trouve actuellement à un demi-kilomètre au nord-est du four et couvre encore une surface d’une quarantaine d’hectares.

5 Cette rubéfaction et l’absence de chaînage latéral entre les maçonneries accolées ont initialement accrédité l’hypothèse d’un état antérieur matérialisé uniquement par les murs en pierres. Elle témoigne plutôt d’une épaisseur limitée du chemisage en terre cuite par rapport aux températures atteintes dans la chambre de chauffe.

6 Cest notamment la terminologie employée par Duhamel du Monceau pour désigner des massifs ou banquettes de maçonnerie qui s’étendent depuis le devant du four jusqu’au fond et qui portent les arcades (Duhamel du Monceau 1776 : 18).

7 L’absence d’arc conservé et le nettoyage sommaire réalisé n’ont pas permis d’en faire un relevé précis sur les murs latéraux.

8 Il s’agit là de l’hypothèse émise, un peu par défaut, pour le four de tuilier d’Ecquevilly du xvie s. (Barat 2009 : 81).

9 Le but n’est pas ici de faire un inventaire des découvertes semblables en France, qui, bien qu’en nombre sans doute limité, sont en accroissement constant notamment en Île-de-France (Chapelot J., Chapelot O., Rieth 2009) ou dans les régions voisines comme la Picardie (Desachy 1992).

10 Duhamel du Monceau indique que “ le corps de ces fours a autant de hauteur, depuis le gril jusqu’en haut, qu’il a de largeur dans œuvre ” (Duhamel du Monceau 1776 : 22). Cette affirmation est traditionnellement reprise, que ce soit pour l’atelier de Soirans-Fouffrans (Charlier 1996 : 316) ou les exemples parisiens du Carrousel (Dufaÿ 1998 : 300).

11 En supposant une longueur de tuile de 30 à 34 cm, ce qui est la fourchette au xvie s. à Paris (Dufaÿ 1998 : 297) on peut supposer que le laboratoire accueille un lit de 11 rangs. La hauteur supposée de 2,35 m permet de superposer 15 rangs de tuiles de 15 à 16 cm de largeur posées de chant. Le nombre de tuiles pour chaque rang est sans doute assez proche de 72 à 75 puisque il a été compté 72 individus pour les 2,25 m de large du four St.68-1 du Carrousel à Paris où le chargement de tuiles est resté en place (Dufaÿ 1998 : 291, 304), les épaisseurs de leurs productions étant similaires. Le total varie donc de 11 880 à 12 375.

12 Pour solidifier les fours, Duhamel du Monceau préconise de les enterrer, de les fortifier par des contreforts, de les recouvrir de terre jusqu’aux deux-tiers de leur hauteur ou, enfin, de renforcer leur partie haute par “ une ceinture de fortes moises de bois ” (Duhamel du Monceau 1776 : 19-20).

13 C’est aussi l’hypothèse privilégiée pour le trou de poteau de l’aire de chauffe du four de Ferrières-en-Brie (Claude 2009 : 83-84).

14 L’intérêt d’une telle approche est clairement démontré par l’exemple du site du Lac de la Médecinerie à Saran (Loiret), où chaque élément de terre cuite issu du comblement et de l’aménagement du four a été systématiquement conservé (Jesset 2011b).

15 Signalons la présence d’une piste potentielle qui n’a pas pu être explorée par manque de temps : État de la terre et seigneurie de Gournay (entre 1575 et 1710) (AD Indre, E251).

16 A été notamment écartée la simple mention, sans aucune autre information et en particulier sans rattachement chronologique, de la découverte d’un “ atelier de tuilier” au Terrier à Bougy-lès-Neuville lors de prospections de surface (Thibault 1988 : 16). Finalement, cette découverte pourrait peut-être correspondre à une tuilerie connue au xviiie s. (Millet 2009 : 67).

17 Selon M. Jusselin, archiviste départemental d’Eure-et-Loir, les notes et plans du conducteur des Ponts et Chaussées, anonyme, sont conservés à la Société archéologique d’Eure-et-Loir : Ms. 1232, n46. Ces originaux ne semblent plus y exister et ils n’ont pas pu être consultés. Sauf mention contraire, toutes les indications proviennent de ce manuscrit Jusselin (AD Eure-et-Loir, J831 nouvellement coté 21J2).

18 La formulation de Maurice Jusselin reste ambigüe. Il n’indique la découverte que de deux fours tout en parlant ensuite de deux petits fours rectangulaires alors que son plan en indique un seul accompagné d’un four circulaire. L’ambigüité est suffisante pour qu’Alain Ferdière indique lui aussi deux fours rectangulaires, en plus de l’individu circulaire (Ferdière 1975 : 91).

19 Les briques ont 19 cm de long, 9 de large et 3 cm d’épaisseur. Les tuiles à crochet avec double perforation ont 25 cm de long, 12 cm de large et 1 cm d’épaisseur.

20 Les auteurs semblent favoriser une datation antique et ils le comparent donc avec des fours antiques de Monceau-les-Mines où des tegulae et imbrices ont été découverts dans les cendres du four, tout en reconnaissant que sa typologie le rapproche plutôt d’un exemple du xive-xve s. de Saint-Georges (Amagat, Nollet 1914-1916 : 12). La formulation ambigüe pouvant laisser entendre que ce mobilier provient de Saint-Satur explique que ce four soit présent dans un inventaire concernant la période gallo-romaine (Ferdière 1975 : 89). D’après Alain Ferdière, une datation du bas Moyen Âge ou de l’époque moderne est probable.

21 L’incohérence entre les données chiffrées obtenues à partir du plan publié et celles citées dans l’article permet de supposer une erreur dans le plan, au moins dans l’échelle graphique, d’où les légères incertitudes concernant les dimensions.

22 Les relevés effectués à l’époque ne se retrouvent pas dans le dossier documentaire conservé au SRA qui contient seulement quelques photographies et des croquis issus de celles-ci. Peut-être se trouvent-ils dans des archives personnelles et seront un jour accessibles.

23 Laboratoire de géomagnétisme du parc Saint-Maur, Rapport sur le prélèvement archéomagnétique à Chambon-la-Forêt, août 1972, in : Chambon 2012.

24 Information orale de Dominique Joly. La fouille rue du Faubourg La Grappe (site 28.085.0263.6) a été réalisée en 2007/2008 sous la direction scientifique de Laurent Coulon du service archéologique de la ville de Chartres. Elle s’insère dans une série d’opération sur une ZAC de 46 ha.

25 Cet apport ne peut pas être prouvé par une quelconque différence de sédiments. Au contraire, la grande homogénéité de cette couche arable, tant dans son apparence que dans son épaisseur sur l’ensemble des terrains, permet d’écarter un apport par colluvionnement ou par pédogénèse qui aurait favorisé une couche de moindre épaisseur, avec plus d’éléments fins et avec une dynamique caractéristique de dépôt en cuvette (effondrements de bords, infiltrations, dépôts et tassements au centre, etc.).

26 Colloque international de Douai (Nord) du 05 au 08 octobre 2010 : Tourner autour du pot. Les ateliers de potiers médiévaux du ve au xiie siècle dans l’espace européen.

27 Sans vouloir comparer les situations régionales, qui dépendent beaucoup de l’investissement d’équipes ou de chercheurs mais aussi des pratiques archéologiques locales et en particulier du nombre et des surfaces d’intervention, il semble qu’avec seulement sept sites connus actuellement, la situation de la région Centre semble très en retrait par rapport à d’autres comme l’Île-de-France.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : L’environnement topographique (d’après l’Ign), le couvert forestier vers 1765-1766 (d’après la carte de Cassini) et les principaux chemins (d’après les plans cadastraux de 1832) (infographie S. Joly/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 2 : L’intervention archéologique et son environnement d’après le plan cadastral de 1832 (AD Indre, 3P084 9 19) (infographie S. Joly/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 3 : Le four et les autres vestiges repérés au sein de la parcelle (infographie S. Joly/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 4 : Le four et ses aménagements (infographie S. Joly/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 5 : Vue générale du four, vue vers le NNO (crédit S. Joly/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Fig. 6 : Vue générale du four, vue vers le sud (crédit S. Joly/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Fig. 7 : Vue de détail des maçonneries M5 et M6, mur ouest du four, vue vers le NNO (crédit S. Joly/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 8 : Vue du four depuis l’aire de chauffe, on remarque le trou de poteau à l’aplomb de la maçonnerie M6 à l’intérieur du sondage, vue vers le SSE (crédit S. Joly/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 9 : Profil et restitution de l’amplitude de la tuile canal faîtière (crédit J. Bouillon/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 10 : Exemple de traces de digitations sur une tuile canal (crédit J. Bouillon/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 11 : Exemplaire de tuile à crochet central (crédit J. Bouillon/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 12 : Exemplaire de tuile à système d’accroche mixte (crochet et clou) (crédit J. Bouillon/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 13 : Un carreau de terre cuite (sol). Les fortes traces de chauffe sur sa tranche indiquent son emploi dans l’architecture du four (crédit J. Bouillon/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 14 : Aperçu technologique des productions (crédit F. Di Napoli/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 15 : localisation des fours connus du bas Moyen Âge ou du début de l’époque moderne en région Centre (crédit S. Joly/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 16 : reproduction par Maurice Jusselin des relevés en plan et coupe réalisés en 1859 par un conducteur des Ponts et Chaussés des fours à Le Favril, Champtier de Clémas (AD Eure-et-Loir : 21J2).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 17 : Le four de Saint-Satur, Saint-Thibault, découvert en 1913 (Amagat, Nollet 1914-6 : Fig. 1 et 2).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 18 : Le four de Chartres, rue Daniel Boutet-rue des Côtes découvert en 1962 (Couturier 1973 : 15).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 19 : Le four de Lorges, Les Enclosures - Marigny, dégagé en 1966 et relevé par J. Dagnes (Lorges 2012).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 20 : Proposition de restitution du four de Gournay, Les Ouches comparée à certains exemples connus du bas Moyen Âge ou du début de l’époque moderne en région Centre (crédit S. Joly/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1776/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 827k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Joly et Jérôme Bouillon, « Un four de terre cuite architecturale de la fin du Moyen Âge ou de l’époque moderne à Gournay (Centre, Indre) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 51 | 2012, mis en ligne le 04 février 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://racf.revues.org/1776

Haut de page

Auteurs

Stéphane Joly

Inrap - UMR 7324 CITERES, Université de Tours, CNRS/Laboratoire Archéologie et Territoires) stephane.joly@inrap.fr

Articles du même auteur

Jérôme Bouillon

Inrap, Base de Tours jerome.bouillon@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page