Navigation – Plan du site
Comptes rendus d’ouvrages

I. Jahier (dir.), L'enceinte des premier et second âges du Fer de la Fosse Touzé (Courseulles-sur-Mer, Calvados). Entre résidence aristocratique et place de collecte monumentale

Documents d’archéologie française no 104, Paris, 2011, 256 p., 44 €.
Olivier Buchsenschutz
p. 601-602
Référence(s) :

I. Jahier (dir.), L'enceinte des premier et second âges du Fer de la Fosse Touzé (Courseulles-sur-Mer, Calvados). Entre résidence aristocratique et place de collecte monumentale, Documents d’archéologie française no 104, Paris, 2011, 256 p., 44 €.

Texte intégral

1Devant la multiplication des découvertes et des fouilles d’habitats isolés de l’âge du Fer, on pourrait penser que le sujet s’épuise. La publication de l’habitat de Courseulles-sur-Mer montre le contraire. D’abord peu de sites ont bénéficié d’une publication aussi mûrie et aussi complète, ensuite elle pose de nouveaux problèmes sur les activités et le statut social de ses occupants.

2Il s’agit d’un habitat clôturé par une enceinte quadrilatérale, qui se dresse dans la plaine normande à 1500 m seulement de la Manche. La fouille a été réalisée par une équipe de l’AFAN en 1997, grâce à une photographie qui avait enregistré un enclos fossoyé d’une surface de un hectare. La fouille a révélé la présence de fossés et de palissades sur trois côtés qui se succèdent pendant toute l’occupation du site, entre les dernières années du vie et le milieu du ive s. Le dernier côté a été doté d’un mur de pierre tout à fait exceptionnel dans ce type d’habitat. En son centre s’ouvre un portail monumental qui est prolongé à l’intérieur par deux tranchées délimitant une sorte de sas rectangulaire, point de passage obligé pour pénétrer dans l’enceinte. Le souci de prestige manifesté par cette construction laisse supposer que les habitants appartenaient à l’aristocratie. En témoigne aussi la grande maison circulaire dont la charpente repose sur trois couronnes de poteaux. Autour d’elle et d’une place centrale se dressaient une cinquantaine d’édifices sur poteaux, notamment de nombreux greniers qui manifestent le rôle de cet habitat dans la conservation des denrées. Quelques dix mille tessons et un peu plus de deux mille ossements constituent un mobilier relativement modeste, comme toujours sur ces habitats isolés. Le travail du cuivre est attesté, dans une annexe extérieure adossée à l’enclos, comme des activités de tissage ou de saunerie. La périphérie de l’enclos, qui a pu être étudiée, révèle également la présence d’un parcellaire et d’un petit ensemble funéraire, avec une sépulture de la fin du vie s. qui a livré de riches parures en bronze. On reconnaît, dans l’architecture comme dans le mobilier, une double influence du Bassin parisien et du monde atlantique.

3De nombreuses comparaisons permettent de situer le site de Courseulles dans nos connaissances à la fois sur les enceintes quadrangulaires et sur le stockage. La classe des Viereckschanzen, qu’il faudrait définir finalement comme des enceintes quadrangulaires de l’âge du Fer conservées en relief, sans préjuger de leurs fonctions, habitat, sanctuaire ou autre, doit sans doute maintenant être abandonnée parce qu’elle est devenue inutile. Le problème du stockage, de sa concentration, de ses relations avec les habitats, semble au contraire tout à fait d’actualité. Si F. Gransar a bien montré l’augmentation des greniers d’abord, puis des silos, entre la fin du Hallstatt et La Tène moyenne dans le Bassin parisien, la situation semble plus complexe dans l’ouest. Dans cette publication sont jetées les bases d’une discussion qui mériterait tout un colloque.

4Les auteurs font une utile mise au point sur la douzaine d’habitats isolés de Normandie actuellement connus pour les vie et ve s. Ils distinguent des habitats ouverts dans des parcellaires ou en paysage ouvert, des enclos modestes ou plus développés comme ceux de Courseulles ou de Fleury-sur-Orne, des grands enclos curvilignes : c’est donc la variété des formes qui caractérise cette période, comme dans le Bassin parisien par exemple. Quelques sites de hauteur connaissent une occupation à la même période, mais ils sont trop peu nombreux pour qu’on puisse en tirer des conclusions sur l’organisation du territoire. Nous n’avons pas épuisé ici tous les sujets abordés par ce volume, par exemple celui des rites funéraires. Non seulement cet ouvrage présente un site-clé, mais encore il ouvre toute une série de discussions sur l’habitat de l’Ouest et du Bassin parisien. Le lecteur y trouvera matière à réflexion, même si de nombreuses questions restent ouvertes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Buchsenschutz, « I. Jahier (dir.), L'enceinte des premier et second âges du Fer de la Fosse Touzé (Courseulles-sur-Mer, Calvados). Entre résidence aristocratique et place de collecte monumentale », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 50 | 2011, mis en ligne le 02 février 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://racf.revues.org/1716

Haut de page

Auteur

Olivier Buchsenschutz

CNRS, UMR 8546 AOROC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page