Navigation – Plan du site
Localisation de l’étude

Le sanctuaire gallo-romain de Drevant (Cher) : état des connaissances et nouvelle approche archéologique des façades sud et est

The Gallo-Roman sanctuary of Drevant (Cher): state of knowledges and new archeological approch of south and east faces
Frédéric Méténier
Avec la collaboration de Alix Fourré
p. 385-452

Résumés

Les fouilles archéologiques préventives menées en 2007 et 2008 sur le sanctuaire gallo-romain de Drevant (Cher) sont intervenues dans le cadre d’un projet de restauration et de mise en valeur des maçonneries antiques commandé par la Conservation Régionale des Monuments Historiques de la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Centre. Elles ont été prescrites et contrôlées par le service régional de l’Archéologie du Centre. L’occupation du site débute au cours du second âge du Fer mais les premières installations pérennes sont réalisées à la période augustéenne avec la création d’un péribole simple à la construction soignée. Cette construction est rapidement agrémentée d’un second mur en retrait de la façade orientale engendrant la création d’une galerie couverte (porticus). Au centre de la façade est, un pavillon d’accès dont on conserve le perron monumental est également réalisé. La seconde moitié du premier siècle de notre ère voit la création d’un nouvel accès monumental au sud-ouest. L’ensemble est vraisemblablement détruit par un incendie dans le dernier quart du premier siècle.
Un nouveau programme architectural plus homogène voit le jour à la transition entre le ier et le iis., avec la mise en œuvre d’un second péribole à l’intérieur de l’enceinte originelle dans le but de créer des galeries de circulations périphériques (quadriportique) autour du temenos. Ces espaces, galeries et aire sacrée, sont remblayés afin de mettre en place de nouveaux sols de béton, tuileaux et calcaire. Les deux accès monumentaux sont arasés, l’angle sud-ouest est refermé alors qu’un nouveau seuil monumental est créé en façade est. Aux angles nord-est et sud-est, des pavillons installés sur des caissons-contreforts ceignent la façade orientale. Enfin, au Bas-Empire, la façade occidentale est rythmée par trois exèdres à chevet plat dont deux à abside interne. La destination de ces constructions est inconnue mais peut traduire une modification des cultes rendus ou un changement de dévolution du site.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1“ Le premier qui se présente est ce qu’on a appelé le temple, ou plutôt la trace très-remarquable des murs d’une enceinte rectangulaire dans laquelle on voit très-distinctement encore les fondations d’une espèce de cella. [...] Les fondements des murs destinés à clore des galeries, autour de l’enceinte rectangulaire, se prolongent régulièrement et forment encore, à l’heure qu’il est, une sorte de terrasse ou d’exhaussement. ” [...](Caumont 1866 : 99).

2Les mentions anciennes relatives au sanctuaire antique de Drevant sont inexistantes et il faut attendre la redécouverte de cet ensemble au début du xixe s. pour qu’il suscite les curiosités en raison de découvertes fortuites de mobilier. Cependant, les vestiges antiques de cette agglomération sont connus pour partie depuis le xviie s.

3Le projet de restauration des maçonneries de la façade sud commandé par la Conservation Régionale des Monuments Historiques de la Drac Centre a été l’occasion de mener des investigations archéologiques sur cette façade ainsi que sur les angles sud-ouest, sud-est et la façade est, afin de déterminer l’état de conservation des stratigraphies et d’assurer leur préservation, tout en proposant un phasage argumenté de l’édifice, à la lumière des travaux précédents et des informations recueillies au cours de cette intervention. Cette fouille préventive a été menée en deux tranches, l’une en 2007, la seconde l’année suivante par l’Inrap (Centre Archéologique d’Orléans-La Source), sous la direction de Frédéric Méténier (Méténier 2007, Méténier 2010).

4Les travaux de recherche documentaire sur ce site, amorcés en 2000 lors de l’évaluation du potentiel archéologique (Blin 2001), ont été complétés afin de déterminer avec le plus de précision possible quelle était l’ampleur des “ dégagements ” opérés lors des fouilles anciennes. De plus, le monument, tel qu’il se présente à nous aujourd’hui, est caractérisé par plusieurs incohérences altimétriques, ainsi que par des aménagements périphériques et des constructions tardives dont la fonction était jusque là mal connue. Nous nous proposons donc de faire le point sur ce dossier complexe, en considérant les données anciennes et nouvelles.

Environnement du site, historique de la recherche et conditions d’intervention

Environnement du site

Le contexte naturel

5Le village de Drevant est situé à 47 km au sud de Bourges et à 4 km au sud de la ville de Saint-Amand-Montrond. L’agglomération antique s’est développée en rive droite du Cher, à la limite entre deux régions naturelles : la Champagne berrichonne et le Boischaud (Fig. 1).

Fig. 1 : Localisation de Drevant au sein de la région Centre et de la cité Biturige. Contexte topographique de la commune (DAO : F. Méténier, Inrap).

Fig. 1 : Localisation de Drevant au sein de la région Centre et de la cité Biturige. Contexte topographique de la commune (DAO : F. Méténier, Inrap).

6Plusieurs types de terrains géologiques sont entaillés par la vallée du Cher : marnes, grès et arkoses du Trias, grès infra-liassique, plateaux calcaires de l’Héttangien. Par ailleurs, la région de Saint-Amand-Montrond est affectée par un réseau de failles.

7Selon la carte géologique (éditions du BRGM, feuille de Charenton-du-Cher, no 573), le site repose en partie sur les alluvions actuelles ou récentes (Quaternaire) et sur des argiles infra-kaoliniques rouge ou bariolées du Trias (Mésozoïque).

8Le substrat a pu être observé à la faveur de sondages ponctuels, riches d’enseignements sur la stratification des différentes zones concernées par la fouille. Il est présent, dans l’angle sud-ouest de l’enceinte, sous une forme gréseuse altérée compacte et homogène de couleur brun-jaune.

9À l’extrémité sud de la “ galerie ” est, il possède les mêmes caractéristiques si ce n’est que sa surface se présente sous la forme de sorte de dalles plates de grès. Immédiatement à l’ouest de ce point, à l’intérieur de l’enceinte, il apparaît sous une forme altérée compacte et limono-argileuse de couleur laiteuse.

10Le toit de cette formation présente quelques irrégularités. Dans la partie sud-ouest du sanctuaire, le substrat apparaît respectivement aux cotes NGF de 166,72 m et 166,77 m. Aux abords immédiats du mur ouest de l’enceinte, l’altération de surface du substrat forme de nombreuses irrégularités, comblées d’un sable jaune-roux homogène.

11La seconde formation naturelle mentionnée par la carte géologique consiste en alluvions actuelles et récentes liées notamment à la vallée du Cher. Selon les sources cartographiques, ces alluvions sont surtout présentes dans la partie sud du site.

12Sur le sanctuaire de Drevant, ces formations ont été mises en évidence dans les zones 1 (US 1067 et 1092), 3 (US 3076) et 4 (US 4020 et 4029). Elles consistent en une matrice sableuse de couleur jaune, grossière et meuble à laquelle sont mêlés des galets de silex roulés, venant sceller le substrat argilo-gréseux.

13Le site du sanctuaire, de l’agglomération antique et celui de la commune entière est tributaire de la topographie des formations naturelles, puisqu’adossé partiellement à la vallée du Cher. Au regard des informations en notre possession, le sanctuaire antique de Drevant se situe sur une rupture de pente, encore perceptible de nos jours.

Le contexte archéologique

14L’ensemble monumental de Drevant est constitué de plusieurs édifices publics dont certains sont encore à l’heure actuelle mal connus. Il est étagé sur la pente dominant la vallée du Cher, entre les altitudes de 160 m et 170 m NGF. Le site antique, en partie recouvert par le village moderne de Drevant, occupe une zone de 500 m d’est en ouest (depuis le sanctuaire jusqu’au cimetière moderne) et de 400 m du nord au sud (de la rive du Cher au Champ des Chevaux), soit une superficie d’environ 20 à 25 ha (Fig. 2).

Fig. 2 : Plan des vestiges reconnus de l’agglomération antique de Drevant, d’après Cribellier et al. 2001 : fig. 5, 92.

Fig. 2 : Plan des vestiges reconnus de l’agglomération antique de Drevant, d’après Cribellier et al. 2001 : fig. 5, 92.

15Le sanctuaire au centre duquel se trouve au moins un fanum est l’édifice public qui se trouve au point culminant du secteur monumental de l’agglomération antique. Il est cependant probable qu’il ne se situe pas à l’extrémité de l’agglomération mais qu’il existe encore au moins un bâtiment dans les parcelles voisines de La Noierie, à l’ouest. Cette utilisation de la topographie du site vise à mettre en scène les édifices publics d’un centre monumental mais souligne également l’importance de la vocation cultuelle de l’agglomération. Ce caractère, que l’on retrouve dans de nombreuses agglomérations antiques, a conduit certains auteurs à interpréter la bourgade gallo-romaine comme une agglomération-sanctuaire.

16Si l’étude d’un tel édifice est nécessaire afin de mieux cerner son évolution, elle ne doit pas être dissociée de celle des autres monuments présents aux abords immédiats et qui sont interdépendants dans la conception de la trame urbaine.

Éléments descripteurs et exposé des données anciennes

Présentation du sanctuaire de Drevant

  • 1 Information communiquée par J.-Cl. Lemonnier. Un cliché aérien réalisé par J. Holmgren, que nous n’ (...)

17Le sanctuaire, appelé improprement “ forum ” (Grenier 1934 : 721, Grenier 1958 : 361), fut en grande partie dégagé au xixs. par Hazé (Hazé 1834) et au début xxe s. (Mallard 1908), puis fouillé plus ponctuellement par Jean Favière en 1962 et de 1979 à 1984 par Jean-Yves Hugoniot (Fig. 3). Tel qu’il nous apparaît aujourd’hui, il est constitué d’une enceinte de 116 m sur 89 m qui devait comporter un portique. À l’intérieur, un fanum carré a été mis au jour dans la partie nord de l’esplanade centrale. L’existence d’un deuxième temple suggérée par des murs accolés à l’ouest du premier n’a pu être prouvée. Au cours de l’été 2007, l’hypothèse de la présence d’un troisième fanum, à l’est du premier a été évoquée1. Selon J.-Y. Hugoniot, le sanctuaire aurait connu cinq états successifs de la période tibérienne au iiis. (Hugoniot 1988 : 347). On y accédait par une entrée monumentale ouverte dans la façade est et une autre au sud-ouest. Après une destruction par incendie vers 80, il est réparé et partiellement agrandi puis, au iiis., les sols sont remblayés de 0,80 m, une pièce à abside est accolée à l’extérieur de l’édifice, face à l’entrée est. À l’angle sud-ouest, une pièce comportant un bassin est également accolée et de nombreuses modifications sont apportées dans la distribution de l’édifice traduisant un changement de destination (Hugoniot 1988 : 347).

Fig. 3 : Vue aérienne des dégagements opérés par J.-Y. Hugoniot au cours des années 1980 (cliché J. Holmgren, 1984)

Fig. 3 : Vue aérienne des dégagements opérés par J.-Y. Hugoniot au cours des années 1980 (cliché J. Holmgren, 1984)

18Depuis 1984 donc, et sans programme de restauration particulier, les maçonneries se dégradent : les parements des murs s’effondrent après l’éclatement des joints et le blocage interne des murs est exposé aux intempéries. Avant l’intervention archéologique et la première campagne de restauration au cours de l’été 2007, certaines maçonneries ont ainsi été très dégradées.

Les données anciennes

Les travaux de fouille de Hazé (1834-1836)

19Le site du sanctuaire de Drevant sort de l’oubli au cours du premier quart du xixe s. par des découvertes mobilières relativement importantes qui ont probablement motivé les interventions de Hazé quelques années plus tard. Ces découvertes sont vraisemblablement faites par des riverains ou attribuables aux travaux des condamnés militaires employés à la construction du Canal de Berry (de 1823 à 1826, Mallard 1914 : 195) et cantonnés sur le site. Elles sont relatées a posteriori par Hazé dans deux manuscrits : le manuscrit du fonds Dumoutet et le manuscrit du fonds Haigniéré, conservés à la Bibliothèque Municipale de Bourges (Fig. 4).

Fig. 4 : Plan provenant du fonds Haigniéré (bibliothèque de la Société des Antiquaires du Centre), seul document donnant un relevé schématique de l’organisation du Camp des Condamnés sur l’emplacement du sanctuaire.

Fig. 4 : Plan provenant du fonds Haigniéré (bibliothèque de la Société des Antiquaires du Centre), seul document donnant un relevé schématique de l’organisation du Camp des Condamnés sur l’emplacement du sanctuaire.

20Au cours des années 1830, M. Hazé, conservateur des Monuments Historiques du Cher, fait mener des recherches importantes. Le sanctuaire (appelé “ forum ” ou temple par Hazé), deux établissements thermaux et un édifice dont la destination demeure inconnue (appelé “ basilique ”) sont alors dégagés (Hazé 1834). Cette première approche du sanctuaire permet notamment de dégager les angles sud-ouest et sud-est, les “ galeries ” sud et est, ainsi que le fanum se trouvant à l’intérieur de l’enceinte. L’ensemble est alors bien mieux conservé qu’il ne l’est aujourd’hui puisqu’il subsiste plusieurs élévations. Les travaux de Hazé font également mention de l’existence d’une seconde enceinte à l’est de celle renfermant le fanum(Hazé 1834 : 6). Les différentes campagnes sur l’édifice cultuel sont illustrées notamment par deux plans d’ensemble aquarellés et détaillés (Fig. 5 et 6) ainsi que par deux planches de mobilier regroupant les découvertes faites sur l’ensemble des édifices connus à cette époque sur la commune de Drevant. Ces représentations, certes non conformes aux normes actuelles du dessin de mobilier archéologique, sont toutefois relativement fidèles si l’on en juge par les représentations de fibule ou de mobilier lapidaire.

Fig. 5 : Plan initial de la publication de Hazé (1834, planche 1). Seuls les murs en noir ont été dégagés, les autres sont hypothétiques. Les sols en béton de tuileau sont indiqués, encore conservés à cette époque (surfaces rosées), en particulier dans la galerie est, en relation avec le seuil le plus récent.

Fig. 5 : Plan initial de la publication de Hazé (1834, planche 1). Seuls les murs en noir ont été dégagés, les autres sont hypothétiques. Les sols en béton de tuileau sont indiqués, encore conservés à cette époque (surfaces rosées), en particulier dans la galerie est, en relation avec le seuil le plus récent.

Fig. 6 : Plan complété de Hazé (1834, planche 5) montrant les éléments nouveaux apportés par la poursuite des fouilles.

Fig. 6 : Plan complété de Hazé (1834, planche 5) montrant les éléments nouveaux apportés par la poursuite des fouilles.

21Les travaux de Hazé ont tout d’abord concerné l’angle sud-ouest de l’enceinte à partir duquel les fouilles se sont étendues en suivant les murs en direction de l’est. L’auteur complète alors son plan par une simple symétrie des éléments déjà connus de lui. La fouille de l’angle sud-est lui permet de dégager un ensemble de petites pièces, appelé de nos jours et à tort “ les boutiques ” (Hugoniot 1980 : 1).

22La fouille de ce secteur lui permet également de mettre au jour un second mur clôturant le site au sud, parallèlement au mur suivi dès le début de la fouille. Il observe le même système de “ double enceinte ” dans la partie est du site et constate également la présence d’une ouverture à l’angle sud-est :

23“ Cette enceinte, qui peut-être formait une galerie, était fermée en R et ouverte en T. Le mur M (mur est de la galerie est) est encore revêtu d’un enduit peint en rouge, semblable à celui observé sur le mur C et C’ ; et le sol de cette sorte de galerie est recouvert d’un ciment de la même couleur, que l’on retrouve encore aux point X X. ” (Hazé 1834 : 6).

24Les travaux sur la galerie est permettent également de dégager un second seuil (construit de grand appareil de calcaire) qui lui “ semblait être l’une des entrées principales ; car on y a trouvé un seuil à deux voies []. ” Ces fouilles ne lui ont donc pas permis de dégager l’état le plus ancien du seuil construit de grès et d’un sol de cailloutis calcaire noyé dans le mortier. La restitution de ce seuil de calcaire en plan et en coupe nous permet de voir qu’au moment des fouilles, les murs bordant ce seuil étaient caractérisés par une plinthe d’enduit peint de couleur rouge recouvrant le mur au nord et au sud, et que le sol de la galerie est, installé sur un hérisson, était conservé (Fig. 7).

Fig. 7 : Restitution du seuil est dégagé par Hazé en 1834 (figures 1 et 2, planche 4) figurant la plinthe d’enduit peint sur les murs latéraux (élévation) et le sol de tuileau conservé (plan).

Fig. 7 : Restitution du seuil est dégagé par Hazé en 1834 (figures 1 et 2, planche 4) figurant la plinthe d’enduit peint sur les murs latéraux (élévation) et le sol de tuileau conservé (plan).

25Ce seuil monumental de calcaire trouvait son équivalent à l’emplacement d’un second mur plus à l’est, “ le propriétaire du champ qui est au bas de la planche (à l’est, note de l’auteur) est convenu avoir enlevé en n’, entre L et L’, les pierres d’un seuil semblable à celui dont il vient d’être question, trouvé vis-à-vis en N. ” (Hazé 1834 : 6).

26Selon le compte rendu de ces fouilles, l’enceinte du sanctuaire était doublée, à l’est et au sud par un troisième mur qui n’est plus visible de nos jours (lettres L et Q). Ces constructions ne sont pas connues des Dervantois : si de telles constructions ont réellement existé, elles ont été récupérées lors de la mise en carrière du site et sont donc très arasées.

27L’attention s’est ensuite reportée vers l’angle sud-ouest où “ les fouilles ont fait découvrir la salle S, à peu près semblable à celle H ; elle était sous un monceau de plus de 4 pieds de décombres. Les murs dont il existe encore une hauteur d’environ 5 pieds (soient environ 1,50 m, note de l’auteur), sont revêtus du même enduit rouge dont j’ai déjà parlé ; mais [...] il en existe de grandes surfaces bien conservées [...]. Cette salle ayant été creusée jusqu’au sol et parfaitement déblayée, il ne s’y est trouvé aucun indice de porte, pour y pénétrer, non plus que dans les autres salles D, E, F, G, H, I et K. ” (Hazé 1834 : 7).

28Hazé décrit ensuite les travaux menés sur le fanum, appelé temple. Nous aborderons le problème spécifique de cet édifice dans un autre chapitre.

29Parmi les éléments lapidaires recueillis, il faut signaler la présence d’un autel votif fragmentaire (Fig. 8), portant l’inscription :

  • 2 La publication d’Arcisse de Caumont en 1866 (Bulletin Monumental) livre une autre restitution de ce (...)

30NVM [AVG]/ ET DEO [...]/L. CATIVS[...]/CATVS[...]/EXVO[TO SVSCEP]TO PROS[E ET LI]BERTIS[SVIS]/V[OTVM] S[OLVIT] [LIBENS MERITO]2 (CIL XIII, no 1364).

Fig. 8 : Autel votif mis au jour sur le site du sanctuaire par Hazé en 1834, conservé au Musée Saint-Vic de Saint-Amand-Montrond (cliché G. Tendron).

Fig. 8 : Autel votif mis au jour sur le site du sanctuaire par Hazé en 1834, conservé au Musée Saint-Vic de Saint-Amand-Montrond (cliché G. Tendron).

31La seconde intervention de Hazé sur les différents sites de Drevant fait suite à l’autorisation donnée par le gouvernement de procéder à de nouvelles fouilles. Ces nouveaux travaux permettent de préciser le plan des vestiges du sanctuaire. Le conservateur des Monuments Historiques du Cher confirme l’existence d’un troisième mur d’enceinte à l’est et au nord, ainsi que le départ d’un troisième mur au sud. Selon lui,“ la cour de ce temple était entourée de galeries, ornées de portiques ou de colonnades et quatre pavillons se trouvaient aux angles de cette cour. ”(Hazé 1834 : 13).

32Il réalise également de nouvelles observations sur l’angle nord-est de l’enceinte où certains murs “ ont pu être examinés sur une élévation de plus d’un mètre ”.

33Selon lui, la galerie est possédait un accès au sud et un autre au nord (fig. 6 : 14-15). Il observe la présence d’un béton de sol sur toute la longueur de la galerie est ainsi que dans l’espace situé à l’est de celle-ci. De plus, il indique également la présence d’un sol à l’intérieur du temenos : “ le béton de la cour découvert en 16 [] est plus bas que celui des galeries de 49 centimètres, et celui du sanctuaire du temple est à 56 centimètres au-dessous de ces mêmes galeries. Il fallait donc descendre pour y entrer. ” (Hazé 1834 : 14). Malgré l’absence de renseignements altimétriques, cette information est assez précieuse quant à la problématique des circulations dans le dernier état du sanctuaire.

34Hazé intervient à nouveau sur l’angle sud-ouest où il met au jour les vestiges d’un “ piédestal en grès rosé, qui avait été enduit et peint, ainsi qu’un autre béton très dur qui venait s’y joindre. ” (Hazé 1834 : 15) Son interprétation de ces vestiges est biaisée par les restes d’une statue trouvée à proximité ainsi que par un manque de vision d’ensemble de la structure puisqu’il s’agit vraisemblablement là de l’angle nord-est du seuil situé au sud-ouest de l’enceinte.

Discussions autour des découvertes de Hazé (seconde moitié du xixe s.)

35Les travaux de Hazé sont repris quelques années plus tard pour faire l’objet de discussions, suite à des “ promenades archéologiques ”. Ainsi, dans le Bulletin Monumental de 1866, Arcisse de Caumont (Caumont 1866) relate une “ courte visite à Drévant ”, récit au cours duquel il présente les édifices publics connus à cette époque.

36“ Le premier qui se présente est ce qu’on a appelé le temple, ou plutôt la trace très-remarquable des murs d’une enceinte rectangulaire dans laquelle on voit très distinctement encore les fondations d’une espèce de cella […] Les fondements des murs destinés à clore des galeries, autour de l’enceinte rectangulaire, se prolongent régulièrement et forment encore, à l’heure qu’il est, une sorte de terrasse ou d’exhaussement […]. ” (Caumont 1866 : 99).

37A. de Caumont rappelle les travaux menés en 1834-1835 par Hazé et met en doute l’interprétation de cella pour le bâtiment situé à l’intérieur de l’enceinte : “ Si ces constructions appartiennent quelquefois à des temples, il est probable qu’elles n’avaient pas toutes cette destination, et comme on montait ordinairement pour arriver à la cella, au lieu d’y descendre comme à Drévant, je doute fort que le monument appelé Temple par M. Hazé en soit véritablement un. ” (caumont 1866 : 104).

38Nous tenterons, à la suite de l’exposé des résultats de la dernière intervention que nous avons menée sur le site, de répondre à la question soulevée par A. de Caumont concernant les problèmes d’altimétrie qu’induisent les phénomènes observés en premier lieu par Hazé, mais également par les différents chercheurs qui se sont succédé sur ce site depuis ses premières recherches.

Les fouilles de G. Mallard (1906-1913)

39Quelques décennies après Hazé et après avoir œuvré sur l’édifice de spectacle, G. Mallard, avocat à Saint-Amand-Montrond, effectue de nouvelles recherches sur ce qu’il interprète d’emblée comme le “ forum ”. Il entreprend tout d’abord plusieurs sondages grâce à quelques journées d’ouvriers non consommées sur le site du théâtre. Les travaux de dégagement se dérouleront de 1906 à 1913. Il livre ses premiers résultats dans le Bulletin archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques de 1908. Puis, en 1914, il rend un rapport concluant ses huit années de fouilles sur le site.

  • 3 Un sacellum est une petite enceinte consacrée, avec un autel ou un petit sanctuaire, généralement s (...)

40Ses premiers travaux se concentrent à l’intérieur de l’enceinte, à l’emplacement du fanum : “ j’ai voulu d’abord m’assurer de l’existence certaine d’un sacellum3 dans une partie de ce terrain que provisoirement j’appellerai forum. ” (Mallard 1908 : 179). Il constate alors que le bâtiment présente encore en façade ouest une élévation de 1,20 m“ au-dessus du terrain ancien ”alors que les autres murs ne présentent plus qu’une ou deux assises au-dessus des fondations. Il indique ensuite avoir déblayé jusqu’au sol naturel la cella du petit édifice. L’entrée de ce bâtiment se situerait à l’ouest et donnerait accès à un pronaos, intercalé entre le perron d’entrée et la cella, “ entourée d’une colonnade régnant sur les trois autres côtés et à trois mètres de distance ” (Mallard 1908 : 181). Il conclut sur ce secteur en confirmant son hypothèse d’un sacellum.

41Son attention se porte ensuite sur l’angle sud-est de l’enceinte où il indique avoir déjà effectué quelques sondages puis “ j’ai déblayé à fond les salles que j’avais seulement aperçues primitivement ” (Mallard 1908 : 181). À cet emplacement, il remarque que les murs ont 1,25 m d’élévation en moyenne et que la salle 1 (formée par les murs M.10 et M.11 de notre étude) est décorée d’un enduit recouvert d’une peinture rouge. Il remarque également les restes de dallage de béton “ d’une épaisseur de 12 à 15 centimètres [], la maçonnerie [] des plus soignée, et tous les joints tirés au fer ” (Mallard 1908 : 181). Au moment de son intervention, le mur sud de ce pavillon d’angle est détruit ; selon lui, ces salles n’ont aucune communication entre elles. La présence d’arcs de décharge dans ce secteur lui permet d’émettre l’hypothèse de la nécessité de contrebuter des poussées.

42De l’angle sud-est, il poursuit ses observations en direction du nord en suivant “ une terrasse bétonnée ” (la galerie est). Il remarque la présence de “ cinq énormes blocs de grès ” à l’est du mur oriental de l’enceinte :“ il y avait certainement là une entrée donnant accès du dehors sur le couloir EE’ ” (Mallard 1908 : 182). Il s’agit là d’une information importante qui n’est rapportée dans aucun document postérieur. Cependant, l’auteur ne mentionnant pas la présence de blocs à l’intérieur de l’enceinte, nous émettons l’hypothèse que G. Mallard se soit trompé dans la localisation exacte de ces vestiges. Il décrit plus vraisemblablement le seuil d’entrée est.

43Suivant les murs de la façade méridionale, il découvre ensuite les vestiges présents au sud-ouest ainsi qu’une “ sorte de vestibule ”. Ses efforts se sont ensuite concentrés sur les vestiges présents dans la pente sud. Il publie à la fin de cette première année de fouille un plan restitué complétant partiellement les travaux de Hazé (Mallard 1908 ; Fig. 9).

Fig. 9 : Plan des vestiges reconnus par Gustave Mallard, publié en 1908 (Mallard 1908 : 180).

Fig. 9 : Plan des vestiges reconnus par Gustave Mallard, publié en 1908 (Mallard 1908 : 180).

44La poursuite des travaux de G. Mallard fait l’objet, en 1909, d’une demande de subvention auprès du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques pour “ déblayer complètement cette area, autour du mur d’enceinte et quelques endroits voisins des portes. ” (Mallard 1909 : XLVI). Le rapport des fouilles de 1908 apporte quelques informations supplémentaires, à savoir que la salle située à l’angle sud-ouest était “ richement décorée de peintures jaunes et bleues dont on voit des restes encore adhérents au mur. ” (Mallard 1909 : XLV). On apprend également que G. Mallard aurait reconnu une entrée monumentale dans la façade méridionale. Enfin, pour G. Mallard, les pièces situées à l’angle sud-est constituent un horreum. La subvention demandée a été accordée.

45Le Bulletin Archéologique du Comité de Travaux Historiques et Scientifiques daté de 1912 contient un rapide compte rendu des travaux réalisés par G. Mallard entre 1911 et 1912 avec cette subvention (Mallard 1912 : CXXIII-CXXIV). On apprend alors que celui-ci a fouillé dans l’angle nord-ouest de l’enceinte. Il a également dégagé l’angle sud-ouest où il “ a découvert une substruction rectangulaire à l’angle de laquelle est une bâtisse, circulaire à l’intérieur, octogone à l’extérieur, chacun des huit pans étant large de 1 mètre dans l’état actuel, cette construction s’élève à 1 mètre au-dessus du sol. ” Après avoir constaté l’intérêt du site et les besoins financiers pour mener à bien d’autres fouilles, le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques accorde une nouvelle subvention à G. Mallard à la fin de l’année 1912.

46La fouille de l’érudit trouve son terme avec la remise d’un rapport détaillé au Comité (Mallard 1914). Ce rapport est agrémenté d’un plan d’ensemble des murs (Fig. 10) mis en évidence ainsi que du plan et de la coupe du petit édifice au plan octogonal que G. Mallard a mis au jour à l’angle sud-ouest.

Fig. 10 : Plan d’ensemble des vestiges identifiés par Gustave Mallard, publié en 1914 (Mallard 1914 : fig. 1, 201).

Fig. 10 : Plan d’ensemble des vestiges identifiés par Gustave Mallard, publié en 1914 (Mallard 1914 : fig. 1, 201).

47L’auteur présente le site en affirmant que les maçonneries situées autour du sacellum ceignent un vaste espace dédié au rassemblement de la population locale et au commerce ; il propose donc le terme d’emporium (Mallard 1914 : 196). Ensuite, dans sa description du bâtiment situé à l’intérieur de l’enceinte, il admet qu’“ il y avait sans doute une colonnade régnant tout autour et appuyée sur les murs extérieurs, le tout recouvert d’un toit, ainsi que l’indiquent les nombreux tuileaux retrouvés dans les décombres. ” Ces descriptions nous confirment que le monument identifié est un fanum. Il indique ensuite avoir mis au jour une petite construction à l’est du “ temple ” qu’il ne parvient pas à identifier et à laquelle il n’attribue “ qu’un intérêt secondaire ”.

48Ses travaux ne lui ayant pas permis de découvrir d’autres structures à l’intérieur de l’enceinte, il s’est ensuite attaché au dégagement/redégagement des différentes façades. Il reprend la description des vestiges rencontrés au sud-est et notamment des petits murs courbes ainsi que des massifs disposés en façade qu’il interprète, sans toutefois leur attribuer ce qualificatif, comme des contreforts. Malgré ces observations, il émet l’opinion que ces petites pièces étaient des silos ou des magasins, se confortant dans l’idée d’un horreum à cet emplacement. La présence d’un mobilier céramique abondant le conforte dans son opinion (Mallard 1914 : 202).

49Il décrit ensuite les murs présents en façade sud et nous apprend qu’alors, ils présentaient une élévation de 1,40 m au-dessus des fondations. Il nous apprend aussi qu’une ouverture (F sur le plan) se situait dans la partie est du mur sud de la galerie méridionale, à proximité du mur M.11. Il remarque également une entrée au milieu de cette galerie sud, ainsi que deux piliers et dans l’area deux murs en retour d’angle ainsi qu’un bloc de grand appareil. Le dégagement de ce bloc a permis à G. Mallard de mettre au jour le “ sol ancien ” de circulation à l’intérieur de l’enceinte. (Mallard 1914 : 202).

50À l’angle sud-ouest, il dégage une pièce à abside interne de 10 m sur 7,50 m : les murs ont en moyenne 1,20 m de hauteur. Les murs sont encore recouverts par endroit d’enduits peints rouges et bleus très vifs, alternant avec des filets jaunes. Il retrouve également des éléments de parure architecturale : marbre, ardoises très épaisses (vraisemblablement des dalles de schiste), “ quelques antéfixes ornées d’une tête de bœuf entourée de palmettes ” (Mallard 1914 : 204). Il ne peut expliquer la fonction de cette pièce, pas plus que celle d’un petit édicule intégré à celle-ci. Cette dernière construction a un plan externe octogonal et présente une cavité circulaire (Fig. 11). Croyant avoir trouvé un puits, G. Mallard l’a fait déblayer pour s’apercevoir que la maçonnerie, à l’intérieur est recouverte d’un “ enduit teinté de jaune et ne présente aucune trace de séjour de l’eau ”. Les faces externes de l’édifice sont également recouvertes“ d’un enduit épais et ornées chacune de deux cannelures, à l’exception d’une seule qui en a trois. Ces rainures partent du haut des pans et descendent jusqu’à 0m.45 d’un cordon en moellons débordant de 0m.10 et formant la base. ” (Mallard 1914 : 205). Le comblement de ce petit monument n’était constitué que de débris de terres cuites architecturales. Il s’interroge sur la fonction de ce petit édicule et sa dernière hypothèse est celle d’un puteal (Mallard 1914 : 207).

Fig. 11 : Vues du petit édifice de plan octogonal, découvert par Gustave Mallard au sud-ouest de l’enceinte, publié en 1914 (Mallard 1914 : fig. 2, 205).

Fig. 11 : Vues du petit édifice de plan octogonal, découvert par Gustave Mallard au sud-ouest de l’enceinte, publié en 1914 (Mallard 1914 : fig. 2, 205).

51La poursuite des recherches concerne la façade ouest, il retrouve ainsi à l’angle nord-ouest des dispositions semblables à celles de l’angle sud-ouest. Il nous apprend que le propriétaire de ces parcelles, maçon de son état, a démoli les maçonneries présentes sur sa propriété pour son activité. Ce dernier lui a certifié avoir détruit un pavillon semblable à celui découvert dans l’angle sud-ouest, hormis l’édifice octogonal. G. Mallard découvre une partie du grand appareil constituant la structure du seuil d’accès sud-ouest mais, comme Hazé, l’interprète comme le piédestal d’une statue (Mallard 1914 : 207-208).

52Avec la description de la façade est qui suit, on s’aperçoit que G. Mallard confond le seuil de calcaire avec un seuil de grès. Il interprète l’ensemble comme un escalier monumental et indique la présence d’un troisième mur, à 6 m à l’est du mur est de la galerie orientale. “ L’espace compris entre ces deux derniers était également recouvert en bétonnage et la quantité de tuiles qu’on y retrouve, ainsi que des cendres et des clous, font voir que cette partie de l’enceinte était couverte par un toit […]. ” (Mallard 1914 : 209). Il nous apprend également que l’espace se développant à l’est de ce troisième mur se situe en contrebas et était vraisemblablement lié à l’enceinte du sanctuaire par un emmarchement. À l’extrémité nord de ces murs, il remarque la présence d’une construction assez semblable à l’angle sud-est, mentionne toutefois l’absence d’arc de décharge, mais il ne peut mener de fouilles car elle se situe dans une propriété privée.

53La façade nord enfin s’inscrit dans la continuité de la galerie est, le béton de ce “ couloir ” est selon lui au même “ niveau que le sol ancien de l’area ”. Il ne fait semble-t-il aucune découverte d’importance hormis les vestiges d’une toiture ainsi que des restes d’antéfixes (Mallard 1914 : 201-211). Ses travaux se portent ensuite sur le bâtiment se trouvant immédiatement au sud du sanctuaire.

54Il conclut en émettant l’hypothèse de portes percées au milieu de chacune des façades, sans toutefois en avoir découvertes en façades ouest et nord ; il confirme également la présence d’un accès par le sud. Selon lui, les quatre pavillons situés aux angles avaient chacun leur fonction.

Dégagement du fanum par J. Favière (1962)

55En 1962, J. Favière réalise quelques sondages sur le sanctuaire après dégagement d’une partie de la végétation et des remblais des anciennes fouilles le recouvrant (Picard 1963a). Ces travaux semblent s’être focalisés sur le fanum. Les rares clichés disponibles de cette intervention indiquent que la construction n’est plus conservée, au moment de l’intervention, que par une assise de fondation.

Les campagnes de fouille programmée de J.-Y. Hugoniot (1979-1984)

56De 1979 à 1984, J.-Y. Hugoniot conduit une fouille programmée sur le sanctuaire après l’avoir nettoyé de la végétation qui le recouvrait (Fig. 3). Cette étude, consacrée principalement aux constructions annexes de l’angle sud-est et au côté ouest du bâtiment, a permis de compléter les plans dressés auparavant par Hazé et Mallard. J.-Y. Hugoniot est arrivé à la conclusion que le monument comportait plusieurs états de construction (au moins cinq) se succédant du ier au iiie s. ap. J.-C. (Ferdière, De Kisch 1984, Hugoniot 1993). Les restaurations et les dégagements menés à cette époque sont consignés dans des rapports d’activité très succincts qui rendent difficile l’exploitation des données de fouille en vue d’une synthèse des découvertes concernant les maçonneries, la stratigraphie et le mobilier. Ainsi que le soulignait O. Blin en 2001, l’intervention de J.-Y. Hugoniot sur le sanctuaire avait principalement pour buts de “ trouver la couche archéologique ” ou encore “ d’avoir partout le sol naturel ” et les “ semelles des murs ”. C’est précisément sur ces méthodes de fouille que butte aujourd’hui notre compréhension des vestiges et la restitution de la chronologie des phases de construction du site.

L’étude documentaire menée par O. Blin en 2000

57Hormis l’intervention de fouille programmée et la campagne de restaurations menée par J.-Y. Hugoniot entre 1979 et 1984, le sanctuaire de Drevant n’a connu récemment qu’une étude documentaire et d’évaluation du potentiel archéologique, commandée par le conservateur régional de l’archéologie du Centre. Cette étude, dont la responsabilité a été confiée à O. Blin (Blin 2001), était destinée à alimenter la réflexion sur l’avenir du site, en préalable au projet de restauration du sanctuaire.

58L’intervention de terrain s’est déroulée du 16 au 20 octobre 2000 et du 20 au 24 novembre 2000. Ellea en premier lieu consisté en une reprise de la documentation et des principales sources relatant les interventions menées sur le sanctuaire depuis les interventions de Hazé. Ce travail a permis de tenter une synthèse de l’histoire récente du site (Blin 2001).

59Sur le terrain ensuite, l’évaluation du potentiel archéologique a concerné la galerie méridionale, les pièces de l’angle sud-est ainsi que les espaces accessibles dans l’environnement du seuil situé dans la galerie est. La galerie sud n’a été concernée que par une couverture photographique des “ élévations ” visibles.

60Cette opération a consisté sur le terrain en la reprise de coupes dans la galerie est ainsi que dans l’espace situé à l’est de celle-ci, et en l’observation des maçonneries dans la galerie méridionale et dans le réseau de caissons de l’angle sud-est.

61La coupe 1, rectifiée, relevée et analysée à l’extrémité sud de la galerie est a été une nouvelle fois reprise au cours de l’intervention de 2008. Nous n’aborderons donc pas ici les résultats qu’elle a livrés. Elle est complétée par la coupe 2 correspondant à l’espace de circulation se développant à l’est de la galerie orientale. Ces coupes révèlent une phase d’aménagement homogène du dernier état du sanctuaire. L’observation du dépôt des remblais dans les espaces orientaux permet à O. Blin d’affirmer que “ le sol intérieur de la cour était déjà remblayé à ce moment et nécessairement plus haut qu’aujourd’hui. On a donc sans doute ici la preuve qu’il ne pouvait probablement pas être, à l’époque antique, beaucoup plus bas (sinon de très peu) que le niveau des galeries. ” (Blin 2001 : 28).

62 La coupe 2, située à l’est du mur oriental de la galerie confirme les données précédentes. ” (Blin 2001 : 28). Là, un sol de béton, altimétriquement proche de celui observé dans la galerie est, repose sur un radier de blocs de grès. Ce radier est installé sur “ une épaisse séquence de remblais [] apportés depuis l’est ” (Blin 2001 : 28). Les éléments relevés alors permettent à O. Blin d’avancer l’hypothèse d’une tranchée correspondant à une reprise partielle du mur est de la galerie, mais cette question reste en suspens.

63Dans la galerie est, au sud des seuils, une série de quatre coupes a également été réalisée. “ Les coupes 1 et 2 apportent des informations inédites et montrent que l’histoire de cet édifice est plus complexe que ce qui en a été décrit jusqu’ici ” (Blin 2001 : 30). En effet, la coupe 1 a permis l’observation d’un creusement immédiatement antérieur à la mise en place du sol de béton de tuileau. La comparaison des coupes 1 et 2 permet de déterminer également que le mur est de la galerie fait l’objet d’une reprise partielle ou totale. Cette reprise perturbe un premier aménagement de sol dont l’auteur n’a pu observer que quelques lambeaux et elle est immédiatement suivie par la mise en place d’un nouveau sol.

64Les coupes 3 et 4 confirment cette première lecture et permettent également de caractériser un sol et sa couche d’occupation encore plus anciens que les éléments décrits jusqu’alors. L’observation de ces deux séries de coupes permet donc de caractériser deux séquences de travaux et de sols.

65L’auteur termine son rapport d’intervention en dressant le constat qu’une partie de l’information a totalement disparu au fur et à mesure des différents dégagements. Au vu de la complexité des dépôts mis en évidence au cours de cette intervention, les recherches à venir sur ce site ne peuvent pas déconnecter l’analyse stratigraphique de l’étude architecturale détaillée. L’auteur insiste sur la nécessaire préservation de la sédimentation archéologique de façon à pouvoir revenir à la source de l’information. La reprise des études, tant sur les parties anciennement dégagées que sur les secteurs vierges de toute intervention permettra assurément d’apporter un éclairage nouveau sur les différentes étapes de ce monument.

66Malgré tout, cette nouvelle approche du sanctuaire de Drevant conduit également à reconnaître “ qu’il ne reste pratiquement rien des parties hors-sol gallo-romaines, sauf peut-être dans la partie nord . Seules les fondations du monument sont conservées et “ les niveaux de circulation antiques à l’intérieur de l’aire sacrée ont été en partie enlevés ” (Blin 2001 : 32).

67Le document final de synthèse (Blin 2001) remis au Service Régional de l’Archéologie présente tout d’abord un état des lieux de la documentation archéologique et dresse un premier bilan. Malgré l’indigence de la documentation graphique relative aux fouilles anciennes, il est possible grâce au fonds photographique des années 1980 et à la corrélation des données distillées dans les rapports de J.-Y. Hugoniot de replacer, si ce n’est stratigraphiquement, au moins spatialement les objets fort heureusement conservés au Musée Saint-Vic.

68La seconde partie est consacrée à une analyse des données de fouilles précédentes et à une étude architecturale des vestiges visibles. L’auteur souligne les différentes interprétations et les multiples confusions faites par ses prédécesseurs. Il insiste notamment sur le fait que le monument qui se présente à nous correspond à plusieurs états de construction. Il souligne également les problèmes de topographie induits par les observations des différents sols, en regrettant l’absence de problématique archéologique dans les dégagements effectués sur le fanum, particulièrement dans les relations qui existent entre ce bâtiment et la galerie est, ainsi que sur la nature et la fonction des structures construites présentes à l’ouest de cette cella.

69O. Blin concède enfin que seule “ une fouille en aire ouverte pourrait scientifiquement tenter d’aborder ” (Blin 2001 : 22), dans les espaces épargnés jusqu’alors, les questions de stratigraphie et de phasage.

Conclusions

70Les différentes interventions dont a fait l’objet le sanctuaire de Drevant sont une source très importante d’informations, malgré les lacunes et les interprétations aisément remises en question, à la faveur de nouvelles recherches. Elles sont malheureusement aussi pour certaines à l’origine de la disparition de tout ou partie de la stratigraphie. Dans ce cas spécifique, l’absence de toute documentation de fouille ne permet pas le retour à l’information.

71Les dégagements opérés par Hazé sont relativement bien documentés et la publication de ces travaux livre un regard sur le sanctuaire (l’état à galeries en particulier, les vestiges d’élévation ayant conservé leurs enduits peints) que nous n’aurons jamais plus.

72Les travaux de Mallard nous apportent également des renseignements précieux sur les dispositions du fanum, les pavillons sud-est et sud-ouest ainsi que la présence d’accès à l’enceinte que nous ne pouvons plus percevoir aujourd’hui. Ses interprétations des différents éléments du monument sont toutefois biaisées par son postulat de départ : cette enceinte étant pour lui un forum (structure urbaine qu’il serait le premier en France à fouiller dans son intégralité), il ressent la nécessité d’identifier chaque bâtiment comme étant lié à une activité publique, politique ou commerciale sans prendre en compte la prégnance de l’aspect religieux. Son rapport de fouille de 1914 souligne bien l’influence de ses lectures et de ses confrères du Comité dans la vision qu’il a du site.

73La fouille programmée menée de 1980 à 1984 par J.-Y. Hugoniot avait pour objectif principal de restaurer les maçonneries dégagées par G. Mallard, fortement dégradées car exposées aux intempéries depuis 70 ans. Ces différentes campagnes s’avèrent être bien plus que de simples restaurations. Les travaux de fouille sont à l’origine de la découverte de mobilier en assez bon état à défaut d’être présent en quantité abondante. Hélas, en l’absence d’un enregistrement stratigraphique et de tous les éléments d’une fouille moderne, ce ne sont que des objets isolés que l’on ne peut restituer que spatialement et non stratigraphiquement.

74Les travaux menés par O. Blin en 2000 ont fait apparaître de nouvelles problématiques, grâce à une relecture des données de fouilles anciennes et à une nouvelle approche des stratigraphies conservées dans les parties est. Ils ont montré le potentiel archéologique important du site et motivé les travaux de fouille préventive dont les résultats sont présentés dans cet article.

Conditions d’intervention

75Le projet de restauration, engagé en 2007, consiste donc en une consolidation de ces maçonneries visibles au sud et aux angles sud-est et sud-ouest, parallèle ou consécutive à une fouille archéologique préventive des stratigraphies encore présentes sur le site. L’intervention de fouille et de restauration a été réalisée en deux phases, l’une en 2007, la seconde en 2008. Au total, la fouille a porté sur une superficie de 940 m2.

76L’opération, d’une durée de deux mois et demi, avait pour objectif, outre la fouille préventive, l’identification du potentiel archéologique, seule possibilité de renouveler la perception du site et sa problématique. Cette intervention devait également permettre de mieux comprendre les dispositions et constructions des différents états du sanctuaire et notamment de la galerie sud et des annexes sud-ouest et sud-est, des seuils de l’entrée orientale et d’en comprendre la succession chronologique. Dans ce but, la fouille archéologique préventive a consisté en l’étude des sols, des murs des trois ailes ouest, sud et est du sanctuaire et des abords de l’entrée monumentale orientale qui doivent faire l’objet des terrassements et des travaux de restauration.

Description des nouvelles données archéologiques

Premiers travaux de terrassements

77Les vestiges témoignant d’une première occupation sont circonscrits aux espaces situés aux extrémités sud-est et sud-ouest du site. La définition de cette période est dictée par la présence, dans les différentes séquences de chacune des périodes identifiées, de mobilier céramique exclusivement protohistorique ou de céramique protohistorique en position résiduelle. Le seul élément structurant défini pour cette période est une aire plane gravillonnée et occupée (Fig. 12).

Fig. 12 : Plan des vestiges attribués à la période 2 (DAO : F. Méténier, Inrap).

Fig. 12 : Plan des vestiges attribués à la période 2 (DAO : F. Méténier, Inrap).

78La pente naturelle du terrain a été corrigée par l’apport de matériaux sableux destiné à niveler la partie sud du site. Ce remblai a pu être observé dans les zones 1, 3 et 4. La topographie générale du site nous permet d’émettre l’hypothèse que ces travaux n’ont pas été nécessaires en partie nord. Une nouvelle campagne de fouille dans cette zone permettrait de lever le doute.

79Après ce remblaiement préalable, la partie sud du site est aménagée d’un sol de cailloutis compacté et damé. Présent dans les zones 1 et 3, ce sol est constitué de graviers de silex, de fragments de grès et de fragments de calcaire oolithique dans une matrice sableuse brun-sombre dont la surface présente une importante induration. Dans la zone 4, en secteur 1, cet aménagement n’est pas présent ou, a plus vraisemblablement disparu.

80Ce sol se développe à la cote NGF de 167,46 m en zone 1 (US 1109), tandis qu’en zone 3, l’altitude de son apparition varie entre 167,61 m NGF et 167,93 m NGF. Il présente donc malgré tout une pente d’est en ouest, reflet de la pente est-ouest du terrain naturel.

81Sans autre vestige ou élément structurant, l’interprétation exacte de ce sol est assez complexe. S’agit-il des vestiges d’une sorte d’esplanade, d’une voie antérieure à la construction du sanctuaire gallo-romain ou encore d’un témoignage des travaux préalables à la construction du premier état du sanctuaire gallo-romain ? La présence de fragments de calcaire oolithique, exogène, dans les stratigraphies identifiées pour cette période pourrait orienter l’interprétation de ces aménagements vers les traces d’un chantier de construction.

82L’occupation de cet aménagement se traduit par la présence d’une fine couche limono-sableuse brune comportant parfois de rares inclusions de charbons de bois ainsi que de petits nodules de terre cuite. Cette couche d’occupation a été mise en évidence sur tous les points d’observation de l’aménagement de sol. Seule l’US 1011 a livré du mobilier.

83Le mobilier céramique issu de ces stratigraphies n’est présent qu’en petite quantité mais se caractérise par son homogénéité. Une présence humaine datant de la période protohistorique est attestée sur le site. Ainsi 26 tessons pour un NMI de sept individus ont été exhumés dans les unités stratigraphiques 1011, 1045, 1056, 1109, 3014, 3029 et 4019.

84Les tessons sont en pâte brune et en pâte sombre non tournées. Les fragments sont altérés, roulés et aucun élément de forme n’est présent. Seules les couches 4019 et 1011 ont pu être datées de La Tène mais sans plus de précision. La céramique des autres couches est datée de l’âge du Fer. Il faut souligner qu’au sein des couches gallo-romaines, quelques tessons protohistoriques sont présents de manière résiduelle. En ce qui concerne les séquences de construction du sol de cailloutis, seule l’US 1109 livre de la céramique commune non-tournée protohistorique.

85Enfin, l’occupation de l’aire plane n’est documentée que par neuf tessons de céramique commune à pâte brune grossière non tournée provenant de la couche US 1011.

86Les éléments céramiques recueillis confirment une présence humaine sur le site, antérieure au ier s. de notre ère.

87Les éléments permettant d’identifier une phase d’occupation protohistorique sur le sanctuaire de Drevant sont, il faut bien le reconnaître, assez lacunaires. Ils doivent cependant être comparés à la superficie du site ainsi qu’à la faible surface fouillée lors de cette intervention. L’identification d’une période d’occupation protohistorique sur le site se heurte également à l’ampleur des travaux de construction du sanctuaire gallo-romain, ainsi qu’aux altérations des stratigraphies dues aux différentes interventions sur le monument.

88En l’état actuel de nos connaissances, les vestiges consistent en une phase de remblaiement/nivellement destiné à corriger la pente naturelle du terrain, une phase de construction d’un sol de cailloutis damé et l’occupation de ce sol.

89La présence de mobilier protohistorique avait déjà été signalée par G. Mallard et, plus récemment, par J.-Y. Hugoniot. Mais l’identification d’un sanctuaire gaulois sur le site de Drevant ne peut malheureusement pas être confirmée ou infirmée par les seuls vestiges mis en évidence au cours de cette campagne de fouille.

L’enceinte augusto-tibérienne, premier état du sanctuaire antique

90Les vestiges de cette période ont été divisés en deux sous-périodes distinctes : la première correspond à la construction du monument tandis que la seconde, si elle ne modifie pas le parti pris architectural, se traduit par une monumentalisation et une (re)définition des accès. Les maçonneries attribuées à cette période présentent des états de conservation variables, en raison de reprises antiques postérieures et de l’exposition de ces maçonneries aux intempéries depuis plusieurs décennies.

91Les données concernant l’espace enclos correspondent à des observations réalisées dans deux sondages mécaniques pratiqués dans les angles internes sud-est et sud-ouest de l’enceinte. Pour cette période, comme pour toutes les étapes de l’évolution du monument, le recours à la documentation photographique illustrant la fouille du début des années 1980 s’avère précieux.

Période 3.1 : Le sanctuaire, état 1 A (premier quart du premier siècle de notre ère)

  • 4 Ce modèle de fibule apparaît vraisemblablement au cours du principat de Tibère. Il devient abondant (...)

92Avant même la construction du premier état du sanctuaire gallo-romain, l’aménagement de sol attribué à la période 2 est abandonné et remblayé. Ces remblais consistent en apports de sédiment sableux à sablo-limoneux de couleur variable, présentant parfois des mottes argileuses ainsi que des galets de silex et du mortier. Ces couches livrent du mobilier céramique gallo-romain attribué au ier s. de notre ère, ainsi que plusieurs potins (dont deux de type Biturige au taureau chargeant dans l’US 3026, attribuables à la période augustéenne) et une fibule de type Feugère 3b1a (ou pseudo La Tène II)4 dans l’US 3055.

Construction de l’enceinte

93Le premier état du sanctuaire gallo-romain de Drevant est caractérisé par la mise en œuvre d’une enceinte quadrangulaire constituée des murs M.28 à l’ouest, M.20=M.12 au sud et M.19 à l’est.

94Le mur M.28, mur ouest de l’enceinte (Fig. 13 et 14) est construit dans une tranchée de fondation à pleins bords. La maçonnerie en élévation est installée sur un hérisson de fondation constitué de morceaux de grès grossiers alternant avec des couches de mortier. Le passage de la fondation à l’élévation est marqué par un ressaut de fondation de deux assises en face est et une en face ouest ; cette dernière est faite de petit appareil de grès. Ce ressaut apparaît à la cote NGF de 167,78 m en face ouest. L’élévation de ce mur est constituée d’un blocage de blocs de grès grossiers et de pierrailles, et de deux parements d’un petit appareil de grès local lié au mortier. Les joints horizontaux et verticaux sont moulés sur les deux parements de ce mur (Fig. 15). En l’état actuel des connaissances, seul le mur M.28 présente ce type de joints sur le sanctuaire de Drevant. Toutefois, des joints similaires ont été retrouvés dans des remblais postérieurs (US 4016, zone 4-secteur 1) déversés dans l’espace de circulation est compris entre les murs M.9 et M.13 (construit au cours de l’état 1B). Le parement ouest du mur M.28 conserve encore, au moment de l’intervention, quelques fragments d’enduit peint en place, de couleur rouge, en partie basse. La majeure partie de ce décor s’est effondrée et a été retrouvée lors de la réalisation du sondage au pied du parement ouest de ce mur (zone 1, secteur 6). La présence de cet enduit peint nous indique que malgré le soin apporté à la facture des joints de parement, ceux-ci ne sont pas destinés à être vus. Elle nous permet également de nous interroger sur les réalités architecturales de ce premier état du sanctuaire. En effet, cet enduit peint se trouve sur le parement ouest du mur M.28 or, cette face est la plus exposée aux intempéries. On peut alors se demander quelle a été la solution architecturale adoptée pour protéger ce décor. Existait-il un autre mur, à l’ouest de M.28, comme le suggère le plan établi par Hazé ? Ce mur hypothétique correspondait-il à un portique ?

Fig. 13 : Relevé du parement ouest du mur M.28. (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).

Fig. 13 : Relevé du parement ouest du mur M.28. (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).

Fig. 14 : Relevé du parement est du mur M.28. (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).

Fig. 14 : Relevé du parement est du mur M.28. (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).

Fig. 15 : Vue du parement est du mur M.28 (cliché F. Méténier, Inrap).

Fig. 15 : Vue du parement est du mur M.28 (cliché F. Méténier, Inrap).

95Dans le secteur 3 de la zone 1, l’activité de construction de ce mur d’enceinte est documentée par les US 1060 et 1045. L’unité stratigraphique 1060 est une couche compacte de déchets de grès et de calcaire oolithique formant radier et liée aux travaux de construction, tandis que l’US 1045 est un sol de terre battue correspondant à la circulation sur ce chantier de construction (Fig. 16).

Fig. 16 : Coupe stratigraphique pratiquée dans l’angle sud-ouest de l’enceinte, entre les murs M.28 et M.32 (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).

Fig. 16 : Coupe stratigraphique pratiquée dans l’angle sud-ouest de l’enceinte, entre les murs M.28 et M.32 (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).

96Le mur M.20=M.12 constitue le mur sud de l’enceinte. En raison des travaux de restauration entrepris au cours des différentes campagnes de fouille menées par J.-Y. Hugoniot, on peut considérer que seules quelques parties de la fondation de ce mur sont d’origine. Le conservateur du musée Saint-Vic indique que “ ce mur est construit en petit appareil régulier de grès, joints tirés au fer, extérieurement et intérieurement, sur semelle [...] Au dernier 1/3, longitudinalement, elle (la semelle, note de l’auteur) présente un décrochement en profondeur (pour compenser une rupture de pente du sol, ou reconstruction ou remaniement après écroulement). ”(Fig. 17).Les constatations typologiques concernant les joints n’indiquent pas nécessairement une phase de construction différente. De plus, le mur M.20=M.12 présente une largeur proche de celle du mur M.28.

Fig. 17 : Vue du “ décrochement ” dans la semelle du mur M.20=M.12 (Cliché 3809, J.-Y. Hugoniot, Archives du Musée Saint-Vic).

Fig. 17 : Vue du “ décrochement ” dans la semelle du mur M.20=M.12 (Cliché 3809, J.-Y. Hugoniot, Archives du Musée Saint-Vic).

97L’interprétation du décrochement dans la semelle de fondation de ce mur, observée par J.-Y. Hugoniot, est plus problématique et nous nous bornerons pour l’heure à reprendre les hypothèses émises par ce dernier, à savoir une compensation de rupture de pente, une reconstruction ou un remaniement après effondrement.

98Le mur M.19 est présent à l’est, en zone 5, sous la forme d’une maçonnerie (semelle de fondation) très arasée. Il ne présente plus aujourd’hui qu’un blocage de moellons de grès grossiers et de quelques blocs de calcaire oolithique noyés dans un mortier désagrégé. La caractérisation de ce mur est donc rendue complexe par son état de conservation. La couverture photographique des travaux de J.-Y. Hugoniot nous renseigne un peu plus sur l’aspect qu’offrait ce mur au moment des travaux de fouille. Celui-ci présentait en face ouest un parement appareillé et régulier de grès, mais il semble que cet alignement de petit appareil de grès ne soit que le vestige du ressaut de fondation du mur M.19.

99D’après les vues prises au cours des années 1980, on peut affirmer que le mur M.19 suit un axe nord-sud, en parallèle du mur M.28 à l’ouest. La présence de cette maçonnerie n’est pas attestée au sud de l’aménagement (postérieur) du seuil de grès. L’étude du parement est de ces vestiges de maçonnerie nécessiterait le dégagement et le démontage partiel du mur M.9, postérieur. Il est donc bien difficile, au regard des éléments présentés ici, de déterminer si le mur M.19 est bien le mur d’enceinte oriental de ce premier état du sanctuaire.

100Toutefois, O. Blin souligne le fait que le mur M.9, dans la moitié sud de la galerie est, connaît un premier état arasé qui sert de fondation à l’état actuellement visible. Les clichés de J.-Y. Hugoniot montrent en effet que le parement ouest de ce mur M.9 est fondé sur plusieurs assises grossièrement appareillées de grès assimilables à un ressaut, tandis que la face orientale est installée sur des pierrailles constituant la semelle, sans aucun ressaut. Si le mur M.9 connaît un premier état synchrone du mur M.19, il se pose alors un problème dans l’alignement des maçonneries : le mur M.9 tel qu’il apparaît aujourd’hui se situe plus à l’est que le mur M.19.

101Cette enceinte, pour laquelle la localisation exacte du mur nord est incertaine de même que celle du mur est, délimiterait donc un espace de 76 m d’est en ouest et de 85 m du nord au sud pour une superficie maximale proche de 6485 m2. Si l’on prend en considération les vestiges de mur mis en évidence par J.-Y. Hugoniot au nord-ouest, la longueur de l’édifice du nord au sud diminue légèrement et on obtient une superficie minimale avoisinant les 6336 m2.

Le temenos

102L’espace circonscrit par l’enceinte que nous venons de définir connaît également des travaux d’aménagement. Il s’agit, dans l’angle sud-ouest (zone 1, secteur 5), d’un remblaiement au moyen d’une couche de sable brun fin, compact et homogène, US 1090. Ce remblai est destiné à asseoir une couche de sable jaune fin et damé, US 1089, interprétée comme le sol interne du temenos. Ce sol, qui se développe à la cote NGF de 167,80 m, a pu être observé dans la coupe du sondage mécanique pratiqué dans l’angle interne de l’enceinte.

103Le sondage pratiqué dans l’angle sud-est de l’enceinte a permis d’observer, immédiatement au-dessus des formations naturelles, un remblai US 4028 de terre sableuse brune mêlée de galets, de charbons de bois, de céramique et de métal. Le mobilier céramique contenu dans cette couche date du premier quart du premier siècle de notre ère.

104Le rapport de fouilles de G. Mallard publié en 1914 indique qu’un décapage a été pratiqué dans la partie sud de l’enceinte afin de caractériser les aménagements présents dans ce secteur qui sont postérieurs selon nous. L’auteur affirme avoir atteint le “ sol ancien [...] qui se composait d’une couche argilo-siliceuse ”(Mallard 1914 : 203).

105Le rapport d’activité de 1981 de J.-Y. Hugoniot nous apprend que ce dernier a pratiqué un sondage dans le même secteur de l’enceinte et qu’il a découvert là “ un lambeau de sol que nous appellerons pour l’instant gaulois ”(Hugoniot 1981, document non paginé).Mais aucune indication altimétrique n’est fournie.

Occupation à l’ouest du mur M.28

106La réalisation d’un sondage manuel en zone 1, secteur 6 a permis de caractériser, à l’ouest du mur occidental de l’enceinte de l’état 1A une occupation (US 1098) constituée d’une terre peu argileuse brun-verdâtre mêlée de morceaux de grès et de mortier, peut-être en relation avec la construction du mur M.28, à l’instar de l’US 1045 en secteur 3.

Accès à l’intérieur de l’enceinte

107La question de l’accès à l’intérieur de l’enceinte reste problématique pour cette période. En effet, il n’est pas possible de dire si un accès existait en façade est, à proximité du mur M.19 ou bien au sud. Toutefois, l’extrémité est du mur M.20=M.12 présente une reprise postérieure à la période 3.1. Le ressaut de fondation de ce mur est interrompu mais il ne semble pas que cette interruption soit liée à une destruction partielle du mur. La présence d’un accès à cet emplacement peut donc être envisagée comme une hypothèse.

108De plus, l’identification du massif de maçonnerie mis au jour par J.-Y. Hugoniot à l’est de la façade est n’est toujours pas certaine. S’agit-il des vestiges d’un mur est-ouest en retour d’angle par rapport à M.19, lié à un accès depuis l’est ?

Les témoins d’une circulation le long du mur est de l’enceinte

109L’intervention d’O. Blin dans la partie est du site est documentée par deux séries de coupes. Les coupes pratiquées dans l’espace situé entre les murs M.9 et M.13 révèlent, à la base de la stratigraphie, la présence d’un sol de mortier blanc (US 37) surmonté d’une couche de limon argileux brun, “ une petite couche d’occupation caractérisée par des céramiques brisées sur place ” (US 36). Nous interprétons ces deux strates comme les vestiges d’un aménagement de sol à l’ouest du mur est de l’enceinte. O. Blin voit dans ces deux strates “ le témoin d’un état ancien dont l’organisation nous échappe encore. Il semble différent du sanctuaire à galerie pour lequel, dans les espaces étudiés, au moins deux séquences (de travaux et de sols) sont attestées. ”(Blin 2001 : 30-31 et fig. 22). L’attribution typologique et la datation des céramiques évoquées pour la couche US 36 nous sont inconnues.

Période 3.2 : le sanctuaire, état 1B

110Cette nouvelle phase de construction sur le sanctuaire intervient très rapidement après l’état 1A et correspond à la création ou à la monumentalisation des accès. Elle voit la création du seuil est, suite à la destruction partielle du mur M.19 construit à l’état précédent. Elle correspond également à la mise en place d’un second mur d’enceinte, à l’est(porticus simple), à l’intérieur de l’enceinte de l’état 1A : le mur M.13.

Fig. 18 : Plan d’ensemble de l’état 1A du sanctuaire antique de Drevant (DAO : F. Méténier, Inrap).

Fig. 18 : Plan d’ensemble de l’état 1A du sanctuaire antique de Drevant (DAO : F. Méténier, Inrap).

Destruction (partielle ?) du mur M.19

111Cette maçonnerie construite au cours de la période précédente semble avoir été partiellement détruite pour accueillir la structure 1. Les clichés réalisés par J.-Y. Hugoniot montrent, sous la structure 1 constituant le seuil monumental est, une couche constituée d’éléments provenant d’une démolition (Fig. 19). Il est donc possible que les déblais issus de la destruction partielle du mur M.19 soient alors “ étalés ”, “ régalés ” de façon à installer la structure 1 sur une surface stable et plane. En l’état actuel, le mur M.19 paraît être encore à cette période le mur de façade est de l’enceinte du sanctuaire. Malgré tout, sa présence au sud de la structure n’est pas assurée et les éléments déjà cités pour la période précédente indiqueraient un décalage entre le mur M.19 et son équivalent, arasé et présent sous le mur M.9, postérieur.

Fig. 19 : Vue de la structure 1 depuis le sud, où l’on observe la présence de matériaux de démolition sous la construction (Cliché 3803, J.-Y. Hugoniot, Archives du Musée Saint-Vic).

Fig. 19 : Vue de la structure 1 depuis le sud, où l’on observe la présence de matériaux de démolition sous la construction (Cliché 3803, J.-Y. Hugoniot, Archives du Musée Saint-Vic).

Construction du pavillon d’accès est, la structure 1

112Le mur d’enceinte oriental est alors doté d’un seuil monumental constitué d’un sol bétonné enserré entre des blocs de grès de grand appareil à l’ouest et de petits murets au nord et au sud (Fig. 20).

Fig. 20 : Plan des vestiges du pavillon d’entrée est à l’enceinte, état 1B-période 3.2.

Fig. 20 : Plan des vestiges du pavillon d’entrée est à l’enceinte, état 1B-période 3.2.

113La première étape de cette construction, après l’étalement de déchets issus de la perturbation de M.19, est la pose de cinq blocs de grand appareil de grès assemblés à joints secs en limite ouest du pavillon (Fig. 21) : le mur M.41. Au nord et au sud, deux petites maçonneries “ de très bonne qualité ” (Hugoniot 1980), M.39 et M.40, sont mises en œuvre pour limiter la structure. Ces deux murets sont aujourd’hui en mauvais état de conservation en raison de leur dégagement voici près de trente ans. En effet, le muret limitant la structure au sud a perdu son parement sud. Toutefois, on constate que le mur M.39 est installé dans une tranchée de fondation conservée, de faible largeur et dont le creusement coupe le mur M.19.

Fig. 21 : Vue de la partie ouest des vestiges du seuil de l’état 1B (Cliché 6326, J.-Y. Hugoniot, Archives du Musée Saint-Vic).

Fig. 21 : Vue de la partie ouest des vestiges du seuil de l’état 1B (Cliché 6326, J.-Y. Hugoniot, Archives du Musée Saint-Vic).
  • 5 Ce matériau paraît avoir été employé pour la décoration du site. Il est également signalé à l’angle (...)

114Le “ caisson ” constitué par ces murets et les blocs de grand appareil subit ensuite un remblaiement de terre brune observé uniquement dans un petit sondage pratiqué dans l’angle nord-est de la partie visible de la structure 1. Ce remblai est suivi de la mise en œuvre d’un hérisson de sol (US 5011) constitué de blocs de grès grossiers. La réalisation du sondage a également permis de mettre au jour une dalle de schiste5 portant des traces de scie dans ce radier de préparation. Ce hérisson est scellé d’une couche épaisse de mortier (US 5012) faisant office de réglage pour la pose d’un cailloutis de calcaire noyé dans le mortier. Ce sol (US 5010 = US 5003) se tient à la cote moyenne NGF de 169,50 m et présente aujourd’hui une largeur proche de 1m (1,50 m si l’on prend en compte le grand appareil de grès).

  • 6 La prégnance du type 3 (typologie de M. Feugère) sur le site de Drevant est une donnée qu’il faut s (...)

115Les travaux de J.-Y. Hugoniot avaient permis d’identifier le sol de cette structure de l’autre côté du mur M.9, à l’est. La structure 1 est donc plus importante que les vestiges actuellement visibles ne le laissent envisager, mais présente, dans sa partie est, une dissymétrie avec les éléments observés à l’ouest. Ces travaux avaient également permis de mettre en évidence plusieurs éléments mobiliers, notamment une fibule de type 3b1a6 (ou pseudo-La Tène II ; Hugoniot 1980, objet For 980 F.1).

116La présence d’une élévation sur les blocs de grand appareil situés aux angles est suggérée par des traces d’usure rectilignes à leur surface. Ces traces suggèrent que les blocs conservés aujourd’hui faisaient saillie par rapport à l’élévation disparue (Fig. 19).

Construction du mur M.13, second mur d’enceinte en façade est

  • 7 Les incertitudes pesant sur la présence du mur M.19 au sud de la structure 1 ne nous permettent pas (...)

117La construction de la structure 1 s’accompagne de la construction d’un second mur en façade est, à moins de 3 m7 à l’ouest du mur M.19. À hauteur de l’angle sud-ouest de la structure 1, le mur M.13 s’interrompt ou plutôt “ oblique ” en un retour d’angle prolongeant la structure 1 à l’intérieur du temenos, en direction de l’ouest. Tel qu’il nous est apparu dans la zone 4, ce mur témoigne d’au moins une reprise postérieure à la période dont il est ici question.

118Cette maçonnerie est essentiellement connue au travers des fouilles menées par J.-Y. Hugoniot, notamment pour ce qui concerne la réalité de sa présence dans l’environnement du seuil est : “ le mur M.13, et cela confirmerait si besoin était qu’il s’agit bien d’un rajout ne va pas jusqu’au secteur de la porte. ” (Hugoniot 1980). Le conservateur du Musée Saint-Vic a en effet observé que ce mur était ruiné à mesure que l’on se dirigeait vers le nord. Les éléments issus de la destruction de cette maçonnerie n’ont alors pas été interprétés comme tels mais plutôt comme un radier. La reprise des travaux par O. Blin a permis de confirmer, par une relecture des données de fouille et des photographies, l’hypothèse d’une interruption du mur M.13 dans l’environnement du seuil. En revanche, O. Blin suggère, d’après un cliché aérien de J. Holmgren, la présence éventuelle d’un bâtiment déconnecté de la structure 1 à cet emplacement. Les informations manquent et ont probablement disparu en grande partie. Sommes-nous en présence de deux structures distinctes dont les constructions ne sont pas contemporaines ou de deux éléments synchrones ? Il nous est impossible de trancher et nous considérerons donc que la structure 1, le mur M.13 et le retour d’angle vers l’ouest procèdent de la même phase de construction.

119Il faut une fois encore se reporter à la couverture photographique des travaux de J.-Y. Hugoniot pour déterminer les caractéristiques de l’élévation de ce mur M.13 (Fig. 22). Le parement ouest du mur M.13 présente un petit appareil régulier. La nature des joints est malheureusement peu visible sur ce cliché. Mais les plans synthétiques réalisés par J.-Y. Hugoniot nous apprennent que le mur M.13 présente, à l’endroit des points d’observation, de gros joints tirés au fer. Les caractéristiques de la fondation sont inconnues.

Fig. 22 : Vue du parement ouest du mur M.13 et d’une couche de destruction interprétée comme l’effondrement d’une toiture (Cliché 3779, J.-Y. Hugoniot, Archives du Musée Saint-Vic, prise de vue 1981).

Fig. 22 : Vue du parement ouest du mur M.13 et d’une couche de destruction interprétée comme l’effondrement d’une toiture (Cliché 3779, J.-Y. Hugoniot, Archives du Musée Saint-Vic, prise de vue 1981).

120La construction du mur M.13 dote le sanctuaire d’un second mur d’enceinte en façade est. Il est relativement difficile de qualifier l’espace situé entre les murs M.19 et M.13 de galerie malgré la caractérisation d’une succession de sols dans les vestiges de stratigraphies étudiés par O. Blin(Blin 2001 : 27-30). Quant à savoir si cet espace de circulation était couvert, en 1981, J.-Y. Hugoniot affirmait que “ dès l’origine il y aurait eu en façade principale une galerie couverte ”. Les travaux réalisés en 2007 et 2008 n’ont pas confirmé ces observations. Le conservateur du Musée Saint-Vic avait mis au jour des fragments de tuiles faîtières décorées d’arabesques et ajourées qu’il a associés à la couverture de l’espace compris entre les murs M.19 et M.13. Nous serions donc là en présence d’un porticus simple.

121De plus, au regard du fragment de colonne de calcaire oolithique mis en évidence dans les remblais postérieurs, il est possible d’envisager, du moins en façade est, l’existence d’une galerie à colonnade.

122La circulation à l’intérieur de l’espace compris entre les murs M.19 et M.13 est documentée par les couches nos 9/10, identifiées dans la coupe no 3, pratiquée lors de l’intervention de O. Blin (Blin 2001 : 31). En effet, ces deux couches se développent approximativement à la cote NGF de 169,50 m, soit l’altitude du sol de la structure 1. La lecture de ces relevés stratigraphiques confirme que le premier état de sol mis en évidence pour la période 3.1 (couches US 37 et US 36) est remblayé et que le nouveau sol, US 9/10 est installé sur ce remblai.

Conclusion pour la période 3

  • 8 La superficie réelle de l’enceinte oscille vraisemblablement entre 6336 m2 et 6485 m2.

123Le premier état de construction du sanctuaire gallo-romain de Drevant se caractérise par la mise en œuvre d’une simple enceinte (Fig. 18) constituée des murs M.28, M.20=M.12, du mur M.19 (équivalent peut-être d’un premier état du mur M.9 ?) qu’il n’est pas possible de décrire en raison de reprises postérieures. L’enceinte construite alors présente une largeur de 76 m (est-ouest) et une longueur de 85 m (nord-sud) pour une superficie de 6485 m2 dans ses dimensions les plus larges8. L’espace clôturé est remblayé dans sa partie sud-est, tandis que l’angle sud-ouest est aménagé au moyen d’une couche de sable compacté qui connaît au moins une recharge. Ce sol, dans l’angle sud-ouest, apparaît à la cote NGF de 167,80 m. La nature et l’emplacement des accès à l’intérieur du temenos ne sont pas connus. Toutefois, l’extrémité est du mur M.20=M.12 présente une reprise postérieure correspondant peut-être à la condamnation d’un accès à l’intérieur de l’enceinte, par le sud-est. Qui plus est, la question du mur orienté est-ouest mis en évidence par J.-Y. Hugoniot à l’extérieur de l’enceinte, à l’est, reste ouverte : ce mur appartient-il à cette période de construction et est-il lié au mur M.19 dans le cadre d’un accès à l’aire centrale par l’est ?

124La présence de chaperons au sommet des murs n’est pas assurée : plusieurs restes de chaperons sont présents sur le site ou ont été découverts dans le cadre de cette fouille. Ils se situent dans les couches de destruction du premier état du sanctuaire ou remployés en fondation dans un état postérieur. Ces chaperons de murs sont en calcaire oolithique exogène et traduisent une volonté ostentatoire, induisant un jeu de polychromie avec le programme de décoration peinte.

125La présence d’un sol et d’une couche d’occupation à l’ouest du mur est de l’enceinte est documentée par les travaux menés par O. Blin en 2000. L’auteur souligne le fait que ces strates sont liées à un état ancien du sanctuaire. Nous les avons intégrées à ce premier état de construction gallo-romaine, en fonction des autres informations livrées par les coupes stratigraphiques pratiquées dans le cadre de l’intervention d’étude documentaire et d’évaluation du potentiel archéologique. La présence de ce sol et de sa couche d’occupation nous conduit à nous interroger sur la nature et les caractéristiques architecturales exactes de cet espace en façade est. Est-il possible que le sanctuaire ait été doté d’une galerie partiellement construite de matériaux périssables dès le premier état ? Il est bien difficile pour l’heure de répondre à cette question.

126Les datations livrées par le mobilier céramique font apparaître une construction de ce premier état du monument dans le premier quart du premier siècle de notre ère, plus précisément dans les premières années de notre ère, soit à la fin du règne d’Auguste ou au cours de celui de Tibère. Cette datation rejoint à quelques différences près la datation proposée par J.-Y. Hugoniot à la fin de son rapport d’activité de 1981 : “ Construction à partir de -15 avec occupation jusqu’aux alentours de +40. ”Sans être en mesure de fournir de datation aussi précise, on peut affirmer que l’état 1A du sanctuaire s’inscrit dans une fourchette chronologique très proche et révèle une première construction relativement précoce.

127Ce premier état semble très rapidement “ complété ” par le biais de nouveaux aménagements qui ne modifient pas le parti pris architectural originel mais permettent de monumentaliser le site et d’identifier l’enceinte dans l’agglomération.

128Les vestiges attribués à la période 3.2 (Fig. 23) ont fait l’objet d’une fouille intensive de la part de J.-Y. Hugoniot, qui livre, à la suite de ses découvertes, un rapide inventaire du mobilier issu des strates associées aux vestiges. Le dégagement de la structure 1 dans le courant des années 1980 a certes permis de mettre au jour du mobilier mais il est bien difficile aujourd’hui de restituer ce pavillon d’entrée, tant en stratigraphie qu’en chronologie. Les seuls indices en notre possession sont la succession des phases de construction de murs et la comparaison des méthodes mises en œuvre dans leur construction.

Fig. 23 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de l’état 1B (DAO : F. Méténier, Inrap).

Fig. 23 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de l’état 1B (DAO : F. Méténier, Inrap).

129Afin d’obtenir de nouvelles données sur la structure 1 et ses rapports avec la double enceinte en façade est, un re-dégagement mécanique extensif de la partie est du pavillon d’entrée s’avèrerait nécessaire. De plus, pour connaître les relations de cette structure avec le mur M.13, il faut étudier une partie de la stratigraphie encore préservée au nord du seuil, dans l’espace de circulation circonscrit entre M.9 et M.13.

130Les travaux de construction de la période 3.2 sont précédés d’un remblaiement, ainsi que l’indiquent les coupes pratiquées par O. Blin en 2000.

131Cette phase de construction, si elle ne modifie pas le parti pris architectural de la période 3.1, monumentalise l’enceinte du sanctuaire et en particulier la façade est. Cette monumentalisation du pavillon d’entrée ainsi que la construction d’un second mur d’enceinte peuvent être liés à la création d’un second espace clos et quadrangulaire (80 m x 100 m) à l’est du sanctuaire. Cette hypothèse ne peut être vérifiée que par la caractérisation de cet espace, dont l’existence a été suggérée par des travaux de J.-Y. Hugoniot à la fin des années 1970.

132À la suite de la question posée dans les conclusions de la période 3.1, nous émettons l’hypothèse, si la présence dès le premier état d’une galerie en façade est était prouvée, que la période 3.2 voit la reconstruction en pierres de cette galerie, dans le cadre d’un programme de monumentalisation de l’édifice par la mise en œuvre d’un portique (porticus, Fauduet 2010 : 77-78), dont le fragment de colonne découvert dans les remblais liés aux aménagements postérieurs pourrait être un témoignage.

Période 4 : le second état du sanctuaire antique : de nouveaux aménagements à l’angle sud-ouest de l’enceinte (troisième quart du premier siècle ?)

Un petit édifice de plan octogonal

Description

133À l’extérieur de l’enceinte, à quelques mètres de l’angle sud-ouest du péribole, se tient un petit édifice de plan octogonal avec cavité interne de plan circulaire. L’état dans lequel se présente à nous cette construction, ainsi que son environnement, rendent complexe l’interprétation de ces aménagements.

134Les dimensions de l’édicule sont aujourd’hui de :

  1. 1,10 m de hauteur (les trois dernières assises ont été remontées par J.-Y. Hugoniot),

  2. 2,25 m de largeur,

  3. 1,43 m de diamètre intérieur.

135Le passage de la fondation à l’élévation se fait à la cote NGF de 167,51 m. Ce petit édifice présente un parement de petit appareil régulier de grès local (module moyen, longueur 14,5 cm x hauteur 10,5 cm), assemblé au mortier de chaux. Plusieurs blocs présentent, en face de parement, des traces d’accroche de mortier hydraulique. Quelques joints soulignés au fer sont conservés, aussi bien en face externe qu’interne. Les angles entre les différentes faces externes sont chaînés et la maçonnerie est très bien dressée.

136Les faces externes nord-ouest, ouest et sud-ouest étaient recouvertes d’un enduit peint, mieux conservé en face ouest en raison des remaniements postérieurs (Fig. 24). Cet enduit peint, dressé sur un mortier hydraulique en partie basse et un mortier aérien en “ partie haute ” repose sur les lambeaux d’un sol, en pied de mur. Ce sol se développe à la cote NGF de 167,53 m. Il a été mis en œuvre avant la réalisation de l’enduit peint ornant les faces du petit édifice : plusieurs gouttes de peinture sont en effet tombées en pied de mur sur ce sol au moment de la réalisation du décor.

Fig. 24 : Vue de la face ouest du mur M.37, après démontage partiel du mur M.36 et avant prélèvement de l’enduit peint (cliché F. Méténier, Inrap).

Fig. 24 : Vue de la face ouest du mur M.37, après démontage partiel du mur M.36 et avant prélèvement de l’enduit peint (cliché F. Méténier, Inrap).

137Une fois prélevé, l’enduit peint a révélé la présence de joints soulignés au fer d’assez belle facture sur les faces externes de M.37 (Fig. 25).

Fig. 25 : Vue des faces ouest et sud-ouest du mur M.37 après prélèvement de l’enduit peint. Les joints horizontaux et verticaux de la maçonnerie sont soulignés au fer (cliché F. Méténier, Inrap).

Fig. 25 : Vue des faces ouest et sud-ouest du mur M.37 après prélèvement de l’enduit peint. Les joints horizontaux et verticaux de la maçonnerie sont soulignés au fer (cliché F. Méténier, Inrap).

138Ce petit monument a été dégagé par G. Mallard qui semble l’avoir découvert et en avoir fouillé la partie centrale puisque Hazé n’en fait pas mention. “ Dans la cavité, je n’ai retrouvé que des démolitions et des tuileaux, parmi lesquels quelques-uns sont percés de trous pour recevoir des clous [] ”(Mallard 1914 : 206).

139En 1984, J.-Y. Hugoniot le dégage à nouveau et fait procéder à un “ curage partiel ” de son comblement, qui livre des fragments de céramique à paroi fine et engobe blanc. Pour les faces externes, J.-Y. Hugoniot mentionnait déjà la présence d’un enduit peint en place contre la face ouest du mur : “ le bassin lui-même dans cette phase 3 est enduit d’un enduit blanchâtre à cannelure, mais la découverte de petits éléments d’enduit historié à son pied laisse penser à une plus grande élévation et à un décor plus fastueux. ”

Le décor peint

140Les vestiges de décor peint revêtant encore trois faces de cet édifice ont été dégagés afin d’être prélevés. Ce décor présente en partie inférieure une plinthe de couleur rouge se développant sur une hauteur de 0,48 m (Fig. 26). La partie supérieure est constituée d’un enduit peint de couleur blanchâtre munie aux angles et en partie centrale de chaque face d’une cannelure ou plus vraisemblablement de l’imitation d’un joint. En effet, la partie supérieure figurerait un grand appareil de calcaire oolithique ou de marbre. La surface conservée de cet enduit est assez peu importante.

Fig. 26 : Plan de situation de M.37 dans l’angle sud-ouest du sanctuaire et relevé de la décoration peinte ornant le parement ouest du mur M.37 (DAO : F. Méténier, Inrap).

Fig. 26 : Plan de situation de M.37 dans l’angle sud-ouest du sanctuaire et relevé de la décoration peinte ornant le parement ouest du mur M.37 (DAO : F. Méténier, Inrap).

141En revanche, de précieuses indications concernant ce décor sont apportées par G. Mallard (Mallard 1914 : 205-206). “ Croyant avoir rencontré un puits, j’en ai d’abord déblayé la cavité [...], la maçonnerie en petit appareil ordinaire est revêtue en dedans d’un enduit teinté de jaune et ne présente aucune trace de séjour de l’eau [...]. Ensuite, j’ai constaté que la bâtisse était en hauteur sur le sol et non en profondeur, et qu’elle ne descendait que de 0m.15 plus bas que le terrain ancien que j’ai facilement retrouvé. ”

142L’édicule, extérieurement, présente huit pans réguliers et rectilignes, chacun de 1 m de développement, revêtus d’un enduit épais et ornés chacun de deux cannelures, à l’exception d’un seul, qui en a trois. Ces rainures partent du haut des pans et descendent jusqu’à 0,45 m d’un cordon de moellons débordant de 0,10 m et formant la base. La saillie est reproduite en dedans et est surmontée d’une seconde saillie qui rétrécit le diamètre intérieur.

143“ Le bas des côtés, qui ne porte pas de cannelures, a l’apparence d’un crépi ordinaire de couleur grise; la partie du haut est lissée et de couleur jaune claire ; les rainures ont 0m.03 de largeur sur une profondeur de 0m.02 environ [...] ” Les faces observées par G. Mallard présentent donc, en partie basse un décor peint de couleur différente de celle que nous avons pu retrouver.

144Enfin, la présence de cet enduit peint, conservé sur la face ouest, c’est-à-dire, la plus exposée aux intempéries, ainsi que la présence d’un sol dans ce secteur, nous conduisent à nous interroger sur la présence éventuelle d’un aménagement périphérique à cet édifice. Ce petit monument était-il intégré dans une pièce annexe de l’enceinte ? La structure 2, décrite dans les lignes qui suivent, est-elle le vestige d’un bâtiment accolé au sanctuaire et dont le but est de protéger cette construction ?

Interprétation

145L’interprétation de ce petit édifice est longtemps restée problématique, elle demeure encore aujourd’hui incertaine. Par convenance, chacun s’est attaché à l’appeler “ puits ” ou “ bassin ”, mais J.-Y. Hugoniot avait déjà souligné qu’aucune adduction ne l’alimentait. Un re-dégagement sommaire nous a permis de déterminer qu’il ne s’agissait pas non plus d’un puits. À la suite de G. Mallard (Mallard 1914 : 205-207), nous émettons l’hypothèse que cette petite construction définit une sorte d’enclos autour d’un point précis, peut-être frappé par la foudre. Pendant l’Antiquité, ce type d’emplacement était alors aussitôt consacré et vénéré. Aussi, pour éviter qu’il soit foulé au pied, il était généralement ceint d’un simple rebord circulaire, une margelle. Ce type de petit sanctuaire porte le nom de puteal. Par extension, ce terme a désigné ensuite de petites enceintes circulaires construites autour des places consacrées. G. Mallard (Mallard 1914 : 207) proposait déjà cette interprétation comme base de travail dans la caractérisation de ce petit édifice.

Éléments de comparaison

146Trouver des éléments de comparaison avec ce petit édifice nécessite de reprendre la documentation des fouilles de ce type de site. Or, la fouille en aire ouverte d’un édifice public monumental et cultuel gallo-romain est assez rare. De plus, la présence de puits ou de bassins est attestée sur de nombreux sites de sanctuaire gallo-romain. Enfin, de telles structures peuvent avoir été détruites ou récupérées, altérant ainsi les possibilités d’identification et d’interprétation.

Création d’un nouvel accès au sud-ouest

147La présence du petit édifice de plan octogonal semble avoir motivé la réalisation d’un second accès à l’enceinte au sud-ouest, ce qui peut indiquer que ce petit monument ait revêtu un caractère cultuel assez important.

148Le percement de ce nouvel accès a donc nécessité la destruction de l’extrémité sud du mur M.28. Les caractéristiques de ce nouvel accès sont très proches de celle du pavillon d’accès percé en façade est à la période précédente. La structure du pavillon d’accès mis en œuvre à cet emplacement est caractérisée par deux travées délimitées par des blocs de grand appareil de grès ainsi que des angles également en grand appareil. Le sol de la structure, lorsqu’il est conservé, est constitué d’un cailloutis calcaire noyé dans le mortier, encore compact lors de la fouille, malgré une faible profondeur d’enfouissement.

Destruction partielle du mur ouest de l’enceinte augusto-tibérienne, M.28

149Le mur ouest de l’enceinte construit à la période 3.1 est partiellement détruit afin d’intégrer la structure de l’accès sud-ouest (structure 2). Les deux parements présentent en effet un “ coup de sabre ” et les joints mis en œuvre après la reconstruction de ce mur sont différents (Fig. 27). Le mur M.28 est alors détruit jusqu’aux fondations.

Fig. 27 : Vue du parement est du mur M.28 et de la rupture traduisant la destruction partielle puis la reconstruction de ce mur après la construction de la structure 2 (cliché F. Blondel, Inrap).

Fig. 27 : Vue du parement est du mur M.28 et de la rupture traduisant la destruction partielle puis la reconstruction de ce mur après la construction de la structure 2 (cliché F. Blondel, Inrap).

Mise en place de l’entrée monumentale, structure 2

150Les éléments constitutifs de la structure 2 sont installés dans une tranchée de fondation dont le creusement a nécessité la destruction partielle du mur M.28. Cette tranchée de fondation a été fouillée par J.-Y. Hugoniot au cours des années 1980. Le re-dégagement de cette tranchée n’a permis de mettre au jour que du mobilier contemporain.

151La structure 2 est construite, comme la structure 1, de deux “ caissons ” constituant deux travées, l’une à l’extérieur de l’enceinte, l’autre à l’intérieur. Ces caissons sont limités au nord par des murets (aujourd’hui arasés) de moellons de grès liés au mortier. Les angles et la délimitation des deux travées sont marqués par un bloc de grand appareil de grès. L’alignement de grand appareil entre les deux travées est également marqué par la présence d’un bloc de calcaire témoignant peut-être d’une phase de restauration postérieure. Le bloc de grand appareil à l’angle nord-est présente un trou de louve, attestant de la présence, sur ce dernier, d’au moins un bloc de grand appareil en élévation. Il est également caractérisé par un filet sculpté nous indiquant que le bloc qui était disposé sur celui-ci était de dimensions moins importantes.

152Les descriptions des travaux de Hazé nous renseignent sur les conditions de découverte de cette structure et sur l’aspect qu’elle présentait alors : “ De l’autre côté du mur de cette salle (S), et dans l’angle de la galerie, lettre T, et après avoir creusé au-dessous du béton qui s’y trouvait dégradé, il y avait à 1,50 m. plus bas, un piédestal en grès rosé qui avait été enduit et peint ainsi qu’un autre béton très dur qui venait s’y joindre. ”(Fig. 5 ; Hazé 1834 : 15, pl. 1).Ce pavillon aurait donc été orné d’une décoration peinte.

153La partie sud de la structure a disparu, probablement à la faveur d’une reprise ou d’un remaniement postérieur ou de travaux de récupération des matériaux. Aussi, il est difficile de déterminer la superficie exacte de ce pavillon d’accès.

154À l’intérieur des caissons, un hérisson de blocs de grès dont le sommet se tient à la cote NGF de 167,56 m est mis en œuvre. Ce hérisson est destiné à recevoir un sol constitué d’un radier de petits blocs de calcaire lié au mortier de chaux et dont il subsiste une partie lissée, il est présent à la cote NGF de 167,58 m. Il apparaît donc à une altitude inférieure au sol interne du temenos, défini à la période 3.1, mais à une altitude très proche de celle du sol mis en évidence au pied du petit édifice octogonal.

155L’alignement de blocs de grand appareil situé au centre de la structure est également caractérisé par des traces liées vraisemblablement à un système de fermeture de vantaux de porte.

Reconstruction de l’extrémité sud du mur M.28

156Suite à la construction de la structure 2, le mur ouest de l’enceinte, M.28, est reconstruit (Fig. 28). Les parements de cet état du mur sont constitués d’un petit appareil de grès local dont les joints horizontaux et verticaux sont soulignés au fer. Ce nouvel état du mur M.28 est installé directement sur le comblement de la tranchée d’installation de la structure 2, sans fondation. Cette technique de construction a d’ailleurs entraîné un “ tassement ” des assises dans le remblai meuble de la construction du pavillon (Fig. 27).

Fig. 28 : Relevé du parement ouest du mur M.28, assises attribuées à l’état 2 (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).

Fig. 28 : Relevé du parement ouest du mur M.28, assises attribuées à l’état 2 (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).

157Cette maçonnerie repose, au sud, sur un bloc de grand appareil de la structure 2.

  • 9 Le rapport d’activité de 1984 nous apprend que le conservateur du Musée Saint-Vic avait entrepris d (...)

158Au moment de notre intervention, cet état de construction du mur M.28 n’est plus conservé que sous la forme de quelques assises encore en place, arasées “ en escalier ” en direction du sud, preuve d’une récupération récente des matériaux de construction si l’on reprend les rapports d’activité de J.-Y. Hugoniot9.

Phase de destruction à la fin de la période 4

159La fin de la période 4 est documentée par la ruine partielle de l’édifice dans la partie sud-ouest. La couche US 1042 a été interprétée comme un remblai de démolition. Elle est constituée de mortier, de terres cuites architecturales et de moellons de grès (Fig. 29).

Fig. 29 : Relevé des stratigraphies attribuées à l’état 2 (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).

Fig. 29 : Relevé des stratigraphies attribuées à l’état 2 (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).
  • 10 Blin 2001 : 37 : Dupondius de Domitien (règne : 81/96), identification réalisée par F. Moret-Auger
    A (...)

160Cette ruine peut traduire une phase d’abandon du monument à la fin du ier s. de notre ère. Bien qu’aucun indice de destruction n’ait été mis au jour dans la partie est du site au cours des campagnes 2007-2008, cette couche de destruction peut-être rapprochée de la destruction proposée par J.-Y. Hugoniot dans le dernier quart du ier s. Cette destruction est documentée dans un sondage réalisé au cours des années 1980 à l’ouest du mur M.13 par la présence d’un Dupondius de Domitien daté de 8610.

Conclusions pour la période 4

161Les structures construites au cours de ce second état du sanctuaire de Drevant (Fig. 30) amorcent une évolution du site et des circulations liées au culte. L’interprétation de l’édifice au plan octogonal construit à proximité immédiate de l’angle sud-ouest, la restitution de son élévation et de son environnement immédiat demeurent incertains. Mais nous pouvons affirmer que la présence de ce petit monument à la construction et au décor soigné a nécessité l’édification d’un second pavillon d’accès à l’enceinte dans cette partie du sanctuaire. L’importance de ce petit édifice s’avère donc très grande dans le cadre du culte qui est rendu à l’intérieur, mais aussi en périphérie immédiate de cette enceinte cultuelle.

Fig. 30 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 4, état 2 (DAO : F. Méténier, Inrap).

Fig. 30 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 4, état 2 (DAO : F. Méténier, Inrap).

162Les caractéristiques de l’élévation du second pavillon d’accès, construit au sud-ouest, sont inconnues, de même que les décors éventuellement présents sur cette structure. En revanche, les circulations dans ce pavillon d’accès ne se font pas dans le sens nord-sud comme le proposait O. Blin, mais bien dans le sens est-ouest. La présence de blocs de grand appareil en limites est et ouest de la structure ainsi que les cavités réalisées dans ces blocs pour fermer l’accès entre les deux travées nous en apportent la confirmation.

163Encore une fois, la question de la datation de cette période de construction reste ouverte : les vestiges ont en effet déjà fait l’objet de dégagements par Hazé, Mallard et Hugoniot, si bien que les strates associées ont disparu. Seul le comblement de la tranchée d’installation de la structure 2 pourrait livrer quelques éléments, mais la fouille de ce remblai nécessiterait la destruction du second état du mur M.28.

164Les travaux de J.-Y. Hugoniot lui ont permis de proposer une datation pour la destruction ou la ruine, totale ou partielle, du monument dans le dernier quart du premier siècle de notre ère (Hugoniot 1981 : 9).

165Bien qu’il soit impossible d’exclure l’extension de l’occupation de l’agglomération antique de Drevant vers l’ouest en l’état actuel de nos connaissances, la présence de ce nouvel accès au sud-ouest laisse envisager l’inverse, comme le proposait J.-Y. Hugoniot dans son rapport d’activité de 1984. Il paraît subordonné et consécutif à la construction du petit monument octogonal. Peut-être est-il lié à une évolution des dévotions sur les sites de sanctuaires, ou sur celui de Drevant en particulier, ou encore à un évènement particulier : un impact de foudre en ce point précis ?

166Cette période représente donc un état de transition dans l’évolution du sanctuaire qui conduit à l’état suivant, proche de l’aspect que présentent les vestiges de nos jours. Nous voyons là les prémices d’une évolution dans les circulations autour du temenos et dans la localisation des espaces où le culte est rendu.

167À l’issue de la campagne de fouille, les éléments décrits pour cette période ont été restaurés. Les trois assises replacées par J.-Y. Hugoniot sur le petit édifice ont été démontées puis étanchéifiées et reprises au mortier de chaux. La partie centrale de l’édifice a été remblayée jusqu’au niveau de l’arase de la maçonnerie. La partie supérieure du mur M.28 (tous états confondus) a également été reprise et étanchéifiée. Enfin, les vestiges du pavillon d’accès ont été protégés par un géotextile et remblayés au moyen de graviers, comme la galerie méridionale.

2.4. Période 5 : Le sanctuaire, état 3 : modification du parti pris architectural : le sanctuaire à galeries périphériques (quadriportique ; fin ier s., début iis.)

Critique de l’information

168La période 5 correspond à une nouvelle phase de construction de grande ampleur sur le sanctuaire de Drevant. C’est également une phase d’homogénéisation du monument qui voit la construction d’une seconde enceinte à l’intérieur du premier péribole ainsi que la monumentalisation de la façade est. Cette dernière n’est pas seulement dictée par une volonté esthétique mais principalement par des besoins architectoniques.

169Cette période a été scindée en deux sous-périodes. Les observations réalisées dans le secteur 1 de la zone 4 et dans la zone 3, la succession des strates mises en évidence par O. Blin (Blin 2001) dans la galerie est, ainsi que la ré-interprétation des données des fouilles anciennes nous ont conduit à cette distinction. Toutefois, bien que les éléments de la période 5.1 soient clairement identifiés, les vestiges attribués à la période 5.2, peu nombreux, s’avèrent être dégagés de longue date (depuis les travaux de Hazé) et avoir fait l’objet de reprises complètes par les équipes de J.-Y. Hugoniot. Aussi, les éléments décrits pour la période 5.2 doivent être considérés avec beaucoup de précautions.

170L’édification de cette seconde enceinte engendre dans un premier temps (et d’après les éléments observables sur le terrain) un remblaiement des espaces de circulation, notamment à l’est puis, dans un second temps, la mise en œuvre d’un système de contreforts dans le pavillon sud-est.

171D’une manière générale, les murs de cet état sont fondés en tranchées aveugles sur des déchets de grès, pierrailles et fragments de tuiles, parfois de parure architecturale (fragments de colonne, de chaperons de murs en calcaire oolithique) provenant vraisemblablement de la ruine totale ou partielle de l’édifice antérieur. Les ressauts de fondation appareillés et débordants sont inexistants hormis dans le pavillon sud (M.1, M.9). Ces murs sont partiellement destinés à être remblayés.

Période 5.1 : le sanctuaire état 3A

172Les évolutions pressenties au cours de la période 4 sont confirmées par une nouvelle phase de travaux et de constructions sur le sanctuaire de Drevant. Le troisième état identifié correspond, dans une première phase de travaux, à la mise en œuvre d’une seconde enceinte maçonnée sur tout le pourtour du temenos, à l’intérieur de l’enceinte originelle. Cette nouvelle construction engendre donc un second péribole ceinturant l’area et la création de ce qui a été de longue date interprété comme une galerie périphérique ou un quadriportique. Elle s’accompagne aussi d’un remblaiement de l’espace interne, le temenos, mais également des espaces périphériques en vue de créer de nouveaux sols de circulation. Enfin, une nouvelle entrée est créée en façade est, suite à la destruction partielle du pavillon d’accès construit à la période 3.2.

Construction de la seconde enceinte

Destruction de la structure 2 et reconstruction partielle du mur M.28

173Le mur ouest de l’enceinte primitive fait l’objet d’une nouvelle reprise dont l’ampleur ne peut plus être caractérisée sur le terrain. En effet, les vestiges de cette reprise ont presque totalement disparu de nos jours (Fig. 31). Elle est toutefois documentée par les travaux de J.-Y. Hugoniot (Hugoniot 1982), grâce à un relevé sommaire non altimétré et un cliché de l’extrémité sud de ce mur. Cette reprise est caractérisée par un “ coup de sabre ” vertical en parement est (Fig. 27).La rupture entre les deux phases de construction est caractérisée par l’introduction de fragments de tuiles entre les deux pans de murs. La nouvelle maçonnerie mise en œuvre alors est constituée en parement par des moellons de grès grossiers dont le module est variable et ne correspond pas à celui de la phase précédente. Les joints verticaux et horizontaux sont rapidement soulignés au fer. La maçonnerie est assise sur le mur de grand appareil M.33 qui sert désormais de semelle de fondation.

Fig. 31 : Relevé du parement est du mur M.28, assises attribuées à l’état 3A (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).

Fig. 31 : Relevé du parement est du mur M.28, assises attribuées à l’état 3A (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).

174La couche de démolition US 1040, identifiée dans la galerie ouest, semble déposée volontairement. Elle peut être liée à la reprise de l’extrémité sud de M.28. Le dépôt de cette couche de démolition intervient après la réalisation de la fondation du mur M.32. Qui plus est, sa face d’apparition est caractérisée par une couche de mortier aplanie (US 1015) que nous interprétons comme un sol lié à la construction du mur est de la galerie ouest, M.32. Enfin, la couche US 1013 a livré un fragment de chaperon de mur en calcaire oolithique. Il est donc possible que la construction de la seconde enceinte se soit accompagnée de l’arase de la partie supérieure du premier enclos, les gravats issus de cette destruction étant utilisés pour remblayer les murs à mesure de leur construction.

175Cette reprise du mur ouest de l’enceinte originelle correspond à la condamnation du seuil sud-ouest. Cette information, qu’il n’est plus possible de déterminer par la stratigraphie, était fort heureusement livrée par Hazé : “ De l’autre côté du mur de cette salle (S), […] il y avait à 1,50 m. plus bas, un piédestal en grès rosé […]. ”(cf. Fig. 5 ; Hazé 1834 : 15, pl. 1).Bien que Hazé relate ici la découverte du sol du pavillon d’accès sud-ouest à l’enceinte et de l’angle nord-est de la structure 2, l’autre information contenue dans ces quelques lignes est le fait que l’angle sud-ouest de la galerie est remblayé sur une épaisseur de 1,50 m. Il faut souligner ici que les sédiments rencontrés dans ces remblais ne sont pas précisément décrits. Les strates mises en évidence dans la partie supérieure de la coupe pratiquée entre les murs M.28 et M.32 sont donc interprétées comme les premiers remblais destinés à surélever le niveau de circulation dans cet espace.

176Ainsi, la reconstruction partielle du mur M.28, si elle présente en parement un aspect moins soigné que les phases précédentes, est principalement destinée à être remblayée afin d’exhausser le niveau de la circulation périphérique autour du temenos.

177Cette ultime phase de reprise du mur M.28 correspond donc à une clôture de l’angle sud-ouest, à l’abandon définitif de la structure 2 et probablement de l’édicule de plan octogonal. Le comblement de ce dernier n’avait livré selon G. Mallard que des fragments de terre cuite architecturale.

Construction du mur ouest de la seconde enceinte, M.32

178Le mur ouest de la seconde enceinte, M.32, est construit à 3,35 m à l’est du mur M.28. Sa fondation est constituée d’un mélange de terres cuites architecturales et de pierrailles, déchets issus de la ruine partielle de l’édifice précédent. L’élévation de ce mur est caractérisée par des parements appareillés de petits moellons de grès liés au mortier. Les joints horizontaux et verticaux sont tirés au fer (Fig. 32).

179Les travaux de J.-Y. Hugoniot ont permis de déterminer que l’extrémité sud du mur M.32 était fondée, à l’est, sur un chaperon de mur remployé, vestige de l’édifice antérieur. Cette observation fait suite à la réalisation d’un sondage dans l’angle entre les murs M.32 et M.21=M.14. Malheureusement, aucune donnée concernant la stratigraphie rencontrée dans ce sondage n’est fournie dans ses rapports d’intervention.

Fig. 32 : Relevé du parement ouest du mur M.32, état 3A (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).

Fig. 32 : Relevé du parement ouest du mur M.32, état 3A (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).
Construction du mur sud de la seconde enceinte, M.21=M.14

180Le mur sud de la première enceinte est doublé par la construction, au nord de M.12=M.20 d’une seconde maçonnerie. Le mur M.21=M.14 a fait l’objet d’importantes reprises au cours de la campagne 1982 des travaux de J.-Y. Hugoniot : “ Sa restauration a nécessité un démontage total, localement fondations comprises. ”(Hugoniot 1981 : 3), ou encore “ descendus jusqu’aux fondations de ce mur 14, nous avons employé pour la restauration la même technique que les années précédentes []”(Hugoniot 1982 : 4)Le conservateur du Musée Saint-Vic propose ensuite d’attribuer ce mur à “ la fin du ier siècle ou au début du iie ”, par comparaison avec le mur M.12, dont la qualité architecturale l’apparenterait au ier s.

181Une question soulevée par J.-Y. Hugoniot dans son rapport d’activité 1981 est intéressante. Selon lui, la façade sud n’aurait pas été dotée d’une galerie de circulation malgré la construction du mur M.21=M.14. La stratigraphie de tout cet espace ayant aujourd’hui disparu, il est difficile de répondre à cette interrogation. Si l’hypothèse soulevée par J.-Y. Hugoniot s’avérait exacte, nous aurions à faire à un porticus triplex (Fauduet 2010 : 77-78), et non à un quadriportique.

Destruction du mur M.19, de la structure 1 et construction du nouveau mur de façade est, M.9

182Le mur de la façade orientale originelle, M.19 construit au cours de la période 3.1, est arasé au niveau de son ressaut de fondation. De même la structure 1, édifiée à la période 3.2 et constituant l’accès monumental primitif est détruite et arasée au niveau du sol de béton de mortier et de calcaire. Il est d’ailleurs important de constater que cette phase de destruction n’a pas entraîné la récupération totale de la structure. Les vestiges de celle-ci sont perturbés, dans le sens sud-nord, par le creusement de la tranchée de fondation du nouveau mur de la façade est, M.9. La partie nord de ce mur n’est connue qu’au travers de la fouille de Hazé. La partie sud en revanche est mieux connue. Les dégagements entrepris par J.-Y. Hugoniot nous apprennent que ce mur n’est pas fondé de la même façon à l’est et à l’ouest. À l’ouest, le parement repose sur une semelle de fondation constitué de blocs de grès grossièrement équarris liés au mortier. Le parement est en revanche ne possède pas de semelle de fondation et semble plutôt installé sur des déchets de grès et de terres cuites architecturales issus de la ruine de l’édifice antérieur. Cette différence peut indiquer, comme le soulignait O. Blin, l’existence d’un état de mur antérieur (M.19 ?), arasé et destiné à servir d’assise au nouveau mur de façade. Les deux parements du mur M.9 sont caractérisés par un petit appareil régulier de moellons de grès liés au mortier. Les faces du mur sont toutefois recouvertes d’une couche épaisse de mortier dans laquelle les joints horizontaux et verticaux sont soulignés au fer. Au regard des éléments apportés ci-après concernant le remblaiement des espaces périphériques, les vestiges des murs de la seconde enceinte encore visibles de nos jours sont en fait des fondations.

183Au sud-est, la construction du mur M.9 a partiellement perturbé la fondation du mur sud de l’enceinte de l’état 1A, M.12. Le mur sud de l’enceinte originelle est alors partiellement arasé au niveau de la fondation pour permettre la construction du mur M.9 (Fig. 33).

Fig. 33 : Vue de la fondation du mur M.9, en face ouest (cliché F. Méténier, Inrap).

Fig. 33 : Vue de la fondation du mur M.9, en face ouest (cliché F. Méténier, Inrap).
Remblaiement du temenos

184L’espace circonscrit par l’enceinte est alors remblayé, dans l’angle sud-est, au moyen des couches US 1087, US 1086 et US 1085 (Fig. 34). Le mobilier céramique, pauvre, issu de la couche US 1086 fait apparaître une datation dans la seconde moitié du ier s. de notre ère.

Fig. 34 : Relevé des strates constituant le remblaiement du temenos dans l’angle sud-ouest de l’enceinte (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).

Fig. 34 : Relevé des strates constituant le remblaiement du temenos dans l’angle sud-ouest de l’enceinte (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).

185Dans l’angle interne sud-est de l’enceinte, cette phase de remblaiement est caractérisée par la couche US 4023. La partie supérieure de ce remblai semble toutefois avoir disparu car cette unité stratigraphique apparaît à une cote inférieure à celle du sol de la galerie est.

186Cet apport de matériaux est antérieur au remblaiement des espaces périphériques et notamment de la galerie est. Cette information est déduite de la façon dont les remblais de la galerie est sont déversés. Ceux-ci ont en effet été apportés depuis l’ouest, ce qui signifie que le temenos était déjà remblayé. Ainsi que le soulignait O. Blin (Blin 2001 : 21), l’hypothèse de galeries périphériques surélevées par rapport au temenos n’est pas satisfaisante et se trouve infirmée par la documentation des fouilles anciennes et la reprise des coupes.

Remblaiement des espaces périphériques

187La construction de la seconde enceinte a pour but principal de créer des galeries de circulation. Les nouveaux murs sont destinés à être remblayés, parfois sur une hauteur relativement importante. Cette information est conservée principalement dans la galerie est où, après la construction du mur M.9 et la reconstruction du parement est du mur M.13, plusieurs dépôts de matériaux sont réalisés avant l’installation d’un radier de blocs de grès. Les premiers remblais déposés dans cet espace témoignent de la destruction de l’élévation d’un mur présentant en parement des joints moulés. Qui plus est, il apparaît que des éléments de décoration architecturale en calcaire oolithique ont été déversés avec ces remblais. Nous avons ainsi retrouvé un fragment de colonne (Fig. 35) dans les dépôts précédant la mise en œuvre de sols dans la galerie est.

Fig. 35 : Fragment de colonne en calcaire oolithique remployé dans le remblai destiné à exhausser le sol de la galerie est (DAO : F. Méténier, Inrap).

Fig. 35 : Fragment de colonne en calcaire oolithique remployé dans le remblai destiné à exhausser le sol de la galerie est (DAO : F. Méténier, Inrap).

188Le radier (US 4002) est destiné à recevoir le sol de circulation (US 4001), constitué d’un béton de mortier et de calcaire (Fig. 36), dans la galerie orientale. Ce sol est actuellement dégradé en raison de son dégagement au moment des travaux de Hazé.

Fig. 36 : Relevé des strates constituant le remblaiement de l’espace compris entre les murs M.9 et M.13 à la période 5.1 (DAO : F. Méténier, Inrap).

Fig. 36 : Relevé des strates constituant le remblaiement de l’espace compris entre les murs M.9 et M.13 à la période 5.1 (DAO : F. Méténier, Inrap).

189Les galeries créées au cours de cette période ont fait l’objet d’un programme d’ornementation peinte. Cette information nous est fournie par le “ relevé ” du seuil est à l’époque de Hazé (Fig. 6). La partie basse du parement ouest du mur M.9 semble caractérisée par une plinthe de couleur rouge, semblable à celle observée sur le petit édifice octogonal de la période 4.

190Le remblaiement de la galerie ouest ne nous est connu que par les descriptions de Hazé. Toutefois, la stratigraphie semble être mieux conservée au nord de notre secteur d’intervention. Pour ce qui concerne les galeries nord et sud, aucune information n’est connue.

191Ce remblaiement des espaces périphériques s’avère être synchrone du remblaiement de l’espace situé à l’est de la galerie est dont les dispositions sont encore inconnues. Ce secteur se trouve à l’heure actuelle sous une propriété privée et lotie. Toutefois, les observations d’O. Blin dans la coupe située immédiatement à l’est de la galerie est confirment ce remblaiement.

Création d’un nouvel accès à l’enceinte par l’est

192La construction du mur M.9 est également destinée à accueillir un nouveau seuil d’accès à l’enceinte, altimétriquement cohérent avec le sol de la galerie est (Fig. 37). Cette entrée, dessinée par Hazé, est caractérisée par la pose de sept blocs de grand appareil de calcaire oolithique, directement sur le mur M.9. Elle présente une largeur de 5,70 m pour une profondeur de 0,80 m. Les blocs de grand appareil présentent, en surface, plusieurs “ gorges ” et crapaudines destinées à recevoir des huisseries. Ces traces laissent à penser que l’accès comptait alors deux portes, séparées par un trumeau central. Les quatre blocs de seuil présentent une usure plus prononcée du côté ouest qui est due à la fréquentation de cet espace de circulation.

Fig. 37 : Profils nord-sud du seuil de calcaire oolithique construit à la période 5.1 (état 3A, DAO : F. Méténier, Inrap).

Fig. 37 : Profils nord-sud du seuil de calcaire oolithique construit à la période 5.1 (état 3A, DAO : F. Méténier, Inrap).

Fig. 38 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 5.1, état 3A (DAO : F. Méténier, Inrap).

Fig. 38 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 5.1, état 3A (DAO : F. Méténier, Inrap).
Construction de bâtiments en saillie aux angles nord-est et sud-est

193Les éléments figurant dans ce chapitre sont à considérer avec précautions. En effet, le pavillon situé à l’angle nord-est n’est connu qu’au travers des fouilles menées par Hazé dans les années 1830 et semble localisé, sur les plans postérieurs, par symétrie avec la façade sud. G. Mallard reconnaît ne pas avoir eu accès à ce bâtiment.

194Quant au pavillon sud-est, également dégagé par Hazé, il a fait l’objet de très lourdes restaurations si bien que les parties aujourd’hui en “ élévation ” sont totalement remontées. Seules les fondations semblent d’origine. Les stratigraphies dans ce secteur ont presque totalement disparu et il nous faut donc nous fier aux descriptions de nos prédécesseurs. De plus, les données sont assez sibyllines : Hazé affirme avoir trouvé les sols de plusieurs de ces pièces, mais à quelle altitude ? Il nous indique également que le parement sud du mur M.4 était peint. Mallard nous indique que les arcs de décharge viennent buter contre le mur sud du pavillon, mais ils ne sont pas chaînés à ce dernier. Pour J.-Y. Hugoniot, tous ces murs sont dans la même phase, de même que les murs des galeries sud et est. Nous proposons donc de voir dans ce secteur deux phases de construction au minimum. Au cours de la première phase (période 5.1), la structure générale est constituée des murs M.1, M.4, M.9 et M.15 (l’existence des murs M.4 et M.15 à cette période n’est pas certaine), tandis que la seconde phase (période 5.2) regroupe les éléments de partition interne.

195Il faut cependant remarquer que la fondation du mur M.9 est chaînée à la fondation du mur M.1 au sud. Les deux massifs sont, qui plus est, solidarisés par la pose d’un bourrelet de mortier dans l’angle formé par les deux murs. Les murs construits à l’intérieur de cette pièce semblent être des réaménagements postérieurs et sont donc traités dans la présentation de la période suivante.

196Les descriptions de Hazé nous apprennent que ses travaux lui ont permis de mettre en évidence le sol interne de la pièce définie au sud-est, ainsi que des enduits peints recouvrant le parement sud du mur M.4.De même, le pavillon sud-est reçoit en façade sud un enduit peint de couleur rouge. La présence d’un enduit peint à cet emplacement s’avère à nouveau problématique : en différents points du site, les extérieurs paraissent avoir reçu une décoration peinte. Par quels moyens cette décoration était-elle protégée ?

197Il est difficile d’interpréter cette construction. Au regard des aménagements postérieurs, nous pouvons affirmer que les vestiges qui se présentent à nous sont, comme les vestiges des murs du second péribole, des fondations. Les vestiges d’enduits peints mis en évidence par Hazé en face sud du mur M.4 nous indiquent que ce pavillon sud-est possédait au moins une pièce dont le sol était vraisemblablement à la même altitude que la galerie est.

Période 5.2 : le sanctuaire, état 3B

198Les vestiges attribués à la période 5.2 sont peu nombreux. Ils témoignent principalement de l’adjonction d’arcs de décharge et de caissons dans le pavillon sud-est : celui-ci est en effet partitionné en petites pièces afin de créer plusieurs caissons destinés à être remblayés.

Critique de l’information

199À nouveau, nous ne pouvons que constater que les “ élévations ” des murs constituant ces caissons témoignent d’importantes reprises réalisées au cours de l’intervention de J.-Y. Hugoniot. Les clichés réalisés en 1979 témoignent également d’une reprise antérieure. Si les maçonneries construites à la période précédente sont principalement installées dans des tranchées aveugles sur les déchets issus de la destruction de l’édifice antérieur, la technique de fondation des murs attribués à cette période revient à la tranchée large et au massif débordant, appareillé et jointoyé, hormis pour les arcs de décharge.

Partition du pavillon sud-est

200Au cours de cette nouvelle campagne de travaux, le pavillon sud-est est donc partitionné en plusieurs petites pièces par l’adjonction des murs M.2, M.3, M.5 et M.8 afin de créer plusieurs caissons destinés à être remblayés. Les dimensions de ces pièces ne permettent vraisemblablement pas un autre usage que celui de caissons destinés à “ racheter ” la pente au sud du site ainsi que la différence de niveaux induite par le remblaiement de l’enceinte. Qui plus est, les remblais déversés dans les espaces de circulation que sont les deux galeries orientales engendrent des poussées sur l’angle sud-est. La réalisation d’un sondage à l’angle entre M.8 et M.9, là où la stratigraphie a été relativement épargnée a permis de confirmer cet apport massif de remblais.

201La campagne de 2007 a ainsi permis de prouver que les murs M.5 et M.8 sont construits simultanément. Les fondations de ces murs ne sont pas chaînés aux murs M.1 et M.9 de la période précédente. Ils sont installés dans une tranchée de fondation peu profonde, ou tout au moins le fond d’une tranchée de fondation. Leurs massifs de fondation sont peu importants mais caractérisés par des ressauts appareillés. Nous n’aborderons pas la description des “ élévations ”, très remaniées. Les murs M.2 et M.3 semblent également être synchrones. L’angle constitué par ces deux murs est installé sur un bloc de grand appareil de grès. Ces deux murs ne sont pas chaînés aux murs M.1 et M.15.

Mise en œuvre d’arcs de décharge M.6-M.7 et contreventement du mur M.1

202Les poussées engendrées par les remblais apportés dans les espaces périphériques orientaux entraînent également la construction d’arcs de décharge destinés à reporter les poussées à l’intérieur des caissons construits à la période précédente. Les murs M.6 et M.7 sont ainsi construits, installés directement sur le sol compacté mis en évidence à la période 2. La fondation de ces arcs est constituée de blocs de grès grossiers, légèrement débordants. Toutefois, ces maçonneries semblent avoir subi une reprise au ciment, antérieure à la campagne de restaurations de J.-Y. Hugoniot. Les vestiges présents à l’est avec une seconde série d’arcs de décharge semblent procéder de la même phase de construction.

  • 11 Ces deux éléments n’apparaissent pas sur notre figure 42. En effet, ils n’ont fait l’objet d’aucun (...)

203Les poussées sont également contenues, en façade sud du mur M.1, par la mise en place de deux massifs ou piles-fortes11. Ces constructions ont été dégagées par Hazé, Mallard et Hugoniot. La présence d’un second massif, à l’est est connue grâce aux dégagements de G. Mallard. Le massif situé à l’ouest vient contrebuter les murs M.6 et M.7 et, d’après les clichés de la campagne de J.-Y. Hugoniot, n’est pas chaîné avec le mur M.1. Au sud de ce massif, les photographies anciennes montrent également la présence d’un radier de sol (Fig. 39 à 41).

Fig. 39 : Vue de l’arase du massif de contrefort en façade sud du mur M.1 (cliché J.-Y. Hugoniot).

Fig. 39 : Vue de l’arase du massif de contrefort en façade sud du mur M.1 (cliché J.-Y. Hugoniot).

Fig. 40 : Vue de la partie est de l’arase du massif de contrefort en façade sud du mur M.1 (cliché J.-Y. Hugoniot).

Fig. 40 : Vue de la partie est de l’arase du massif de contrefort en façade sud du mur M.1 (cliché J.-Y. Hugoniot).

Fig. 41 : Vue de la partie est de l’arase du massif de contrefort en façade sud du mur M.1 et détail d’un radier de sol se développant au sud (cliché J.-Y. Hugoniot).

Fig. 41 : Vue de la partie est de l’arase du massif de contrefort en façade sud du mur M.1 et détail d’un radier de sol se développant au sud (cliché J.-Y. Hugoniot).

204Malgré les lacunes qui existent dans notre connaissance de ces constructions, nous les interprétons comme des contreforts de façade, liés au remblaiement des caissons constitués à la période 5.1 par les murs de partition du pavillon sud-est.

Construction des murs M.10 et M.1112

  • 12 Ces deux murs ont été réenfouis au cours de la première tranche de la campagne de restauration des (...)

205Ces deux murs de moellons de grès grossiers se situent immédiatement à l’ouest de l’angle formé par les murs M.1 et M.9. Découverts par G. Mallard au début du xxe s., ils ont fait l’objet d’une reprise par l’équipe de J.-Y. Hugoniot. Il faut donc se reporter aux descriptions de Mallard pour déterminer les réalités de cette petite pièce : “ Dans la pièce 1, on voit encore un enduit épais de 0m.03 à 0m.04, très soigneusement dressé et recouvert d’une peinture rouge ; on y retrouve également des restes de pavé de béton. La maçonnerie, en petit appareil comme presque tout ce qui entoure le forum, est très soignée et tous les joints sont tirés au fer. ”(Mallard 1914 : 200). G. Mallard nous dit que les murs de ce secteur ont en moyenne 1,25 m d’élévation. Ces murs, d’après les observations que nous avons pu en faire sur le terrain s’avèrent postérieurs aux murs M.12 et M.9. On ne conserve plus aujourd’hui aucune trace d’un décor peint sur ces maçonneries très arasées. Nous nous situons vraisemblablement en fondation. Il faut également remarquer que G. Mallard ne fournit aucune indication permettant de restituer l’altitude à laquelle il a observé le sol, mais les vestiges qu’il décrit se situent de toute évidence altimétriquement plus haut que ceux que nous avons pu observer.

Conclusions pour la période 5

206La période 5 constitue une évolution importante dans l’architecture du monument et dans l’organisation des circulations autour de l’espace sacré (Fig. 38). Le sanctuaire est en effet doté à cette période de galeries périphériques (porticus triplex voire quadriportique) sur tout le pourtour de l’espace enclos. Les murs construits dans le second péribole sont principalement destinés à être remblayés. On peut donc considérer que les murs que nous pouvons voir de nos jours sont en fait, à cette période, des fondations. En effet, la seconde enceinte contient l’apport de matériaux à l’intérieur de l’aire sacrée, mais également dans les espaces périphériques afin d’élever le niveau de la circulation dans les galeries nouvellement créées.

207Cette phase de construction modifie grandement le parti pris architectural mais s’avère être la plus homogène. Les différents éléments construits à cette période sont destinés à créer une vaste plate-forme horizontale et surélevée munie de galeries périphériques afin de circuler tout autour du temenos. Dans ce cas de figure, il faut alors envisager que les murs édifiés pour créer la seconde enceinte soient des murs stylobates.

208Les éléments caractéristiques de la période 5.2 sont soit très remaniés, soit arasés ou encore ré-enfouis (Fig. 42). L’attribution de ces vestiges se fait donc à partir des données des fouilles de Hazé et de G. Mallard, mais aussi à partir du fonds photographique conservé dans les Archives du Musée Saint-Vic, à Saint-Amand-Montrond.

Fig. 42 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 5.2, état 3B (DAO : F. Méténier, Inrap).

Fig. 42 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 5.2, état 3B (DAO : F. Méténier, Inrap).

209Les remblais apportés dans le temenos et les galeries périphériques engendrent sur les murs du pavillon sud-est des poussées relativement importantes qui sont compensées par la mise en place de caissons à l’intérieur de la structure du pavillon. Elles sont encore contenues par la construction de contreforts en façade sud du mur M.1. Cette façade était vraisemblablement visible au cours de la période antique, si l’on en juge par la présence d’un radier de sol au sud du contrefort ouest.

Période 6 : Le sanctuaire, état 4 : les réaménagements des iiie et ive siècles

210L’occupation du site du sanctuaire de Drevant est caractérisée, au travers du mobilier céramique mis au jour, par un hiatus au iie s. de notre ère. La nature de l’occupation du monument au cours de ce siècle nous est inconnue. Il semble toutefois que le monument soit au moins partiellement ruiné si l’on en juge par la présence d’une couche de terres cuites architecturales (US 2017, au voisinage immédiat de la galerie méridionale) correspondant à une effondrement de la toiture de la galerie sud à une date incertaine.

211De nouvelles constructions sont mises en œuvre, principalement en façade ouest, au iiie ou au ive s. En façade sud, les murs rentrant à l’intérieur de l’enceinte et dégagés par G. Mallard peuvent être attribués à cette période, mais sans certitude. Nous avons choisi de scinder cette période également, au regard de la technique constructive employée dans les maçonneries identifiées pour cette phase de construction.

212Bien que ces critères puissent aisément être remis en question, il nous a semblé plus judicieux de faire la distinction car les observations réalisées à l’angle sud-ouest ne laissent aucun doute quant à la reconstruction du mur sud de l’annexe sud-ouest. En revanche, les éléments liés à une éventuelle porte, percée en façade sud du monument, sont plus sujets à caution en raison de reprises complètes ayant entraîné la disparition d’une grande partie de la stratigraphie.

Critique de l’information

213Une nouvelle fois, les vestiges attribués à cette période ont été dégagés par Hazé, ou Mallard ou encore mis au jour au cours des interventions de J.-Y. Hugoniot. Lorsqu’ils n’ont pas été ré-enfouis ces vestiges, comme ceux des autres périodes, sont restés exposés aux intempéries et présentent au moment de l’intervention de 2007-2008 un état de délabrement très important.

Période 6.1 : le sanctuaire, état 4A-Remaniements de la façade ouest

214La façade ouest de l’enceinte du sanctuaire est agrémentée de trois bâtiments, trois exèdres disposées aux angles nord-ouest, sud-ouest et au centre de la façade. L’exèdre nord-ouest n’est pas connue dans ses détails. G. Mallard n’a pu que constater sa destruction par le propriétaire de la parcelle. L’existence de l’édicule placé au centre de la façade est connue au travers de sondages menés par J.-Y. Hugoniot mais les dispositions générales du bâtiment sont encore bien incertaines.

215Seule la construction de l’angle sud-ouest se livre à nous dans son entier développement, le bâtiment ayant été complètement dégagé par G. Mallard. Il se présente donc sous la forme d’une pièce rectangulaire de 8,60 m de long (est-ouest) pour 7,40 m de large (nord-sud) pour une superficie interne de 45 m2, à chevet plat externe et abside interne. Seul le mur nord conserve une hauteur assez importante pour déterminer les éléments employés dans la construction : le mur M.27 est installé dans une tranchée de fondation de faible largeur, fondé sur un hérisson constitué de blocs grossiers de grès. La partie supérieure est caractérisée par un blocage constitué de déchets de grès noyés dans le mortier, enserré entre deux parements construits d’un petit appareil régulier lié au mortier rosé. Les joints ne reçoivent pas de traitement particulier. Les angles externes de la construction sont soulignés par un grand appareil de grès ; l’angle sud-ouest est récupéré postérieurement. Un sondage nous a toutefois permis de déterminer la présence de trois blocs de grand appareil en fondation de l’angle sud-ouest du bâtiment (Fig. 43).

Fig. 43 : Vue de la fondation de l’angle sud-ouest du bâtiment construit au sud-ouest de l’enceinte (cliché F. Méténier, Inrap).

Fig. 43 : Vue de la fondation de l’angle sud-ouest du bâtiment construit au sud-ouest de l’enceinte (cliché F. Méténier, Inrap).

216Les dispositions internes de cette annexe sont inconnues : l’espace interne de cette pièce, dégagé par G. Mallard, est caractérisé par un remblai sableux conservé partiellement au sud du mur M.27. Ce remblai a été entièrement fouillé afin de niveler cette partie du sanctuaire et favoriser les circulations après les restaurations. Ce remblai livre une grande quantité d’enduits peints et quelques fragments céramiques.

217Les descriptions de G. Mallard se révèlent importantes dans la restitution de l’intérieur de cette pièce : “ On voit, adhérentes aux murs, des portions d’enduit recouvert de couleur rouge et bleue encore très vive. Sur quelques-unes se trouvent des filets jaunes et des bordures d’oves de même couleur ombrées et surmontées d’un petit cercle.

218Dans les déblais j’ai recueilli des morceaux de marbre blanc, mauve et gris bleuté, ayant servi les uns de plinthes ou de lambris, avec des moulures en plate-bandes ou en talons, d’autres ayant fait partie d’un carrelage. J’ai trouvé également des ardoises très épaisses qui étaient peut-être alternées avec les marbres, et le tout avait dû former un riche pavement. ” (Mallard 1914 : 204).Cette pièce semble donc avoir été richement décorée d’enduits peints, plinthes de marbre et sols en opus sectile mais aucune donnée n’est conservée quant à l’altitude à laquelle est construit son sol ainsi que le moyen par lequel on y accède. Le sol de cette pièce se situe-t-il au même niveau que celui de la galerie ouest ou à l’altitude que nous lui connaissons aujourd’hui ? Dans le premier cas, les vestiges visibles de nos jours sont des fondations ; dans le second, la construction de cette pièce a entraîné un re-dégagement de l’angle sud-ouest de l’enceinte.

Période 6.2 : le sanctuaire, état 4B-Reconstructions et création d’une nouvelle entrée

Reconstruction du mur sud de l’annexe sud-ouest

219Tandis que les murs nord et ouest de l’annexe sud-ouest sont construits d’un blocage de pierrailles de grès liées au mortier rosé et de parement de moellons grossiers mais disposés en assises régulières, le mur sud présente un aspect moins soigné. La construction est caractérisée par de gros éléments dont certains sont remployés, liés au mortier blanchâtre ou à la terre, sans parement réellement identifiable.

220On peut donc émettre l’hypothèse d’une destruction partielle de cette annexe, en particulier de son mur sud qui est alors reconstruit avec des éléments plus grossiers.

221Les éléments de datation permettant de caler chronologiquement cette reconstruction font défaut car les dégagements successifs entrepris dans ce secteur ont oblitéré toute possibilité de déterminer avec certitude la chronologie de cette phase de reconstruction.

Création d’un accès au sud ?

222Les premières découvertes dans ce secteur sont réalisées par Hazé mais s’avèrent partielles (cf. Fig. 5) : “ Ce mur, suivi dans la direction du sud-ouest s’est perdu en n ; mais un pilastre, trouvé à quelques pieds plus loin, a fait supposer qu’il y avait une baie ou une ouverture de porte à cet endroit. ” (Hazé 1834 : 1, pl. 1). Le plan fourni en planche 1 fait très clairement figurer une interruption du mur de la seconde enceinte à cet endroit. Cependant, notre figure 6 (Hazé 1834 : pl. 5) indique que ce même mur se poursuit sans interruption en direction de l’angle sud-ouest.

223Les dégagements plus poussés réalisés par G. Mallard lui ont permis d’atteindre, à l’intérieur de l’enceinte et bordant le mur M.14, deux constructions perpendiculaires à ce dernier (seul le mur M.23, à l’ouest a fait l’objet d’observations au cours de la campagne 2007). De même, G. Mallard a mis au jour deux massifs maçonnés à l’intérieur de la galerie sud. Ces éléments ont été totalement remontés au cours de l’intervention de J.-Y. Hugoniot. En 1914, G. Mallard interprète, lui aussi, ces constructions comme les vestiges d’un accès percé en façade sud. “ À la moitié du couloir existe une seconde entrée G, faisant communiquer de plain-pied le terrain situé dans le périmètre du forum avec l’area ; cette porte, qui a 4 mètres d’ouverture, devait comporter certains ornements, car, dans la galerie et de chaque côté de la baie, on voit deux piliers de maçonnerie JJ’ formée de blocs de grès qui supportaient probablement les pieds-droits d’une arcade.

  • 13 Cette dalle engagée en H est encore présente au moment de l’intervention de 2007-2008. Cependant, l (...)

224En allant de là vers l’area, les murs du couloir se brisent à angle droit et, après s’être continués sur une longueur de 4 mètres, ils sont terminés par une tête franche. Au point H, on voit encore en place une dalle épaisse engagée13 sous le mur et portant, sur le dessus, un trou carré ayant reçu une crapaudine dans laquelle tournait le pivot d’une porte dont le va-et-vient a laissé sur la pierre des sillons bien apparents.

225La découverte de cette dalle est d’un intérêt capital, car elle m’a facilité la recherche de la construction certaine du sol ancien, que j’ai dégagé sur plusieurs mètres carrés, et j’ai pu ainsi reconnaître qu’il se composait d’une couche argilo-siliceuse de même nature qu’aux autres endroits où je l’avais déjà rencontré dans l’area […] ” (Mallard 1914 : 203).

226Il est bien difficile aujourd’hui de reconnaître un accès dans les vestiges qui se présentent à nous, d’une part parce que ceux-ci ont été totalement reconstruits et sont dans un état de ruine avancée, d’autre part parce que toute la stratigraphie éventuellement liée à ces constructions a été retirée à la pelle mécanique à l’issue de la campagne de fouille de J.-Y. Hugoniot. Il faut donc se référer aux rapports d’activité de ce dernier pour savoir quels sont les phénomènes rencontrés ici.

227“ Le prolongement vers l’ouest de la restauration a permis de dresser le plan exact de l’entrée secondaire dégagée par Mallard et de faire quelques conclusions encore partielles, supplémentaires.

228- À l’emplacement du passage actuel, le mur 14 se prolonge en profondeur, mais il a eu 2 ou 3 assises détruites lors du remaniement de ce secteur.

229- Deux murs formant rentrant viennent compléter cet ensemble […]. Ce sont deux murs de construction fruste, montés à la glaise et qu’il a fallu pour préserver reprendre intégralement, en respectant toutefois l’anarchie de la construction (réemplois de calcaire et de grès appareillés...).

230Ces murs sont les murs 16 et 17 du plan.

231Contre le mur 16, présence d’une pierre de gond avec calage. Un plan incliné en terre battue avec incrustation de tuile concassée et pilée rejoint le niveau de cette pierre. L’ensemble du passage n’a cependant pas été fouillé. Un sondage jusqu’au sol naturel à 25 cm sous le niveau de ce gond a révélé la présence d’un lambeau de sol que nous appellerons pour l’instant gaulois (présence d’un potin et de tessons de tradition celtique).

232Ces rentrants sont donc un réaménagement au départ du bâtiment iie ou iiie siècle.

233De la même période semble-t-il, les deux blocs de maçonnerie dans l’intervalle mur 12 et mur 14, encadrant cette entrée secondaire. Leur maçonnerie en est très fruste. L’interprétation reste, en l’absence de toute stratigraphie, perturbée par nos prédécesseurs, énigmatique (base de voûtement, pilier de statues ?).

234Le mur 18, parallèle à 14 et partant vers l’ouest est en cours de dégagement. Ces déblaiements livrent des traces des baraquements des prisonniers construisant vers 1835 pour le Canal de Berry tout proche. ” (Hugoniot 1981).

235Encore une fois, il est à regretter que ce rapport ne fournisse aucune indication d’altimétrie. Malgré tout, il faut reconnaître que tous nos prédécesseurs s’accordent pour placer ici un accès à l’intérieur de l’aire sacrée. La présence d’un accès dans ce secteur, si elle paraît plausible, ne pourrait être confirmée aujourd’hui que par un large décapage afin de reconnaître l’ampleur des dégagements anciens et d’étudier les éventuelles stratigraphies encore présentes.

236Elle sous-entend également que la galerie sud n’est pas remblayée de façon aussi importante que les galeries ouest et est à cette période. S’agit-il alors d’un re-dégagement partiel de cet espace au cours de la période 4.2 ou la galerie sud a-t-elle été traitée différemment au cours de la période 3.1 ?

Conclusions pour la période 6

237Les ultimes constructions entreprises sur le site du sanctuaire gallo-romain de Drevant restent encore bien énigmatiques tant au niveau de leur datation que de leur fonction, en raison de leur mauvais état de conservation mais aussi de leur dégagement ancien (Fig. 44). Il n’est pas possible d’assurer que le site ait encore, à cette période, une fonction cultuelle : la fonction et la destination des trois exèdres (deux sont assurées, la construction au nord est plus incertaine) construites en façade ouest nous sont inconnues. S’agit-il de “ chapelles ” comme certains de nos prédécesseurs l’ont supposé ou affirmé ? Les descriptions de G. Mallard sont toutefois d’une importance capitale car elles soulignent bien que l’annexe sud-ouest avait fait l’objet d’un riche programme d’ornementation. Ceci nous indique que le monument a encore, à cette période, une place primordiale dans l’agglomération.

238La stratigraphie étudiée ne conserve aucune trace, aucun vestige en relation avec l’abandon définitif du monument. Il n’est donc pas possible de le dater avec précision.

Fig. 44 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 6, état 4 (DAO : F. Méténier, Inrap).

Fig. 44 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 6, état 4 (DAO : F. Méténier, Inrap).

Période 7 : le sanctuaire de Drevant du ive siècle à nos jours

239Les données concernant la réalité de l’occupation du site du sanctuaire, des constructions des iiie-ive s. (période 6) aux premiers travaux de dégagements entrepris par Hazé dans les années 1830, sont inconnues. Quelques éléments de mobilier monétaire du ixe s. et céramique attribuables à la période médiévale ont bien été découverts sur le site au cours des campagnes de J.-Y. Hugoniot et de la fouille 2007-2008, mais l’organisation de cet espace à la période citée ne peut pas être caractérisée. En l’état actuel de nos connaissances, le site n’est réoccupé qu’au moment de la construction du Canal de Berry.

Critique de l’information

240Les données exposées dans cette partie concernent donc principalement les vestiges liés aux baraquements des condamnés militaires employés à la construction du Canal de Berry. Ces vestiges, ne faisant pas particulièrement l’objet de la prescription de fouille, ont été observés au cours des années 2007-2008, mais l’étude de leurs caractéristiques n’a pas été approfondie. Ceux-ci se rencontrent dans l’angle sud-ouest (sondage mécanique zone 1-secteur 5) et en façade sud (zone 2). Ils sont caractérisés par des arases de murs ou tranchées de récupération témoignant de la destruction des cantonnements après le départ des ouvriers.

Le “ Camp des Condamnés ”

La documentation planimétrique ancienne

241Les dispositions des constructions regroupées sous cette dénomination nous sont connues grâce au plan conservé dans le fonds Haigniéré (Fig. 4). Ce document est le seul qui fournisse un plan schématique de l’organisation du “ Camp des Condamnés ” ; il permet d’observer que les baraquements “ pouvant accueillir 500 hommes ” occupent la majeure partie de l’enceinte. Les constructions situées au nord paraissent installées sur les vestiges du fanum, tandis qu’au sud, elles s’appuient contre le parement nord du mur nord de la galerie méridionale. Il faut toutefois signaler les erreurs dans les proportions de ce schéma, si bien qu’il ne peut être considéré comme un document réellement fiable mais plus comme une base de travail.

Les vestiges présents sur le site

242Les traces de ces baraquements sont aujourd’hui très ténues : il semble que ceux-ci aient été détruits après la construction du Canal de Berry. Qui plus est, Hazé ne les fait pas figurer sur ses plans. Celui-ci savait probablement quelle était leur destination et les aura éludés. Nous avons toutefois pu observer quelques vestiges dans les parties sud et sud-ouest du site.

243Dans l’angle sud-ouest, un sondage mécanique a permis de caractériser, dans la partie supérieure de la stratigraphie, une tranchée de récupération de mur comblée de terre brune meuble et de quelques nodules de mortier blanc que nous interprétons comme la récupération de l’un des murs des baraquements.

244De plus, il semble que certaines maçonneries de l’édifice antique ont été partiellement reconstruites afin d’être englobées dans ces baraquements. Nous avons en effet découvert un fragment d’antéfixe en calcaire oolithique associé des fragments de tuiles à crochets sur l’arase du mur M.32.

245Les vestiges re-dégagés immédiatement au nord de la galerie sud sont connus depuis les interventions de G. Mallard et J.-Y. Hugoniot. Il s’agit de murs parementés d’un petit appareil de grès irrégulier (remploi) lié au mortier blanc. Deux murs d’axe nord-sud (dont M.25) et un mur d’axe est-ouest, M.24, sont connus au nord du mur M.14. Ils forment ensemble de petites “ cellules ” de faible superficie. Le mur M.25, arasé, est constitué de moellons de grès de petit appareil liés à la terre, parfois au mortier blanc, et présente une largeur de 0,54 m. D’importants fragments de sol en béton de tuileaux antique sont remployés dans sa construction.

246Ces maçonneries peuvent tout à fait fonctionner avec les deux murs décrits dans la période précédente et interprétés par nos prédécesseurs comme les vestiges d’un accès à l’enceinte antique par le sud. Leurs caractéristiques les rapprochent en effet plus des vestiges des baraquements que des ultimes maçonneries antiques mises en œuvre sur le site. Dans le doute, comme nos prédécesseurs, nous attribuons ces murs à la période 6 mais avec beaucoup de réserves : la présence d’un accès par le sud, si elle est certaine pour la période 7 n’est pas réellement prouvée pour la période précédente.

Conclusions pour la période 7

247Cette période couvre près de quinze siècles et se trouve peu documentée. Seuls les vestiges des baraquements des condamnés militaires employés à la construction du Canal de Berry témoignent d’une réelle réoccupation du site à la période contemporaine (Fig. 45). Ces constructions nous sont connues par le biais d’un seul et unique plan schématique ainsi que par quelques vestiges présents sur le site. La mise en œuvre des baraquements a ainsi consisté en une récupération des matériaux antiques (moellons de grès, fragments de sol de béton...) afin de créer de petites cellules adossées au second mur péribole de l’enceinte antique. Nous avons là un indice sur le fait que des parties en élévation étaient conservées. Il est également attesté que la construction des baraquements a nécessité la reconstruction partielle de certains murs antiques, notamment le mur M.32, avec une réutilisation d’éléments de décoration sculptée.

Fig. 45 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 7 (DAO : F. Méténier, Inrap).

Fig. 45 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 7 (DAO : F. Méténier, Inrap).

248La présence d’un accès par le sud à l’intérieur de l’enceinte paraît plus plausible pour cette période. En effet, le plan du fonds Haigniéré fait figurer une interruption des constructions dans ce secteur. Qui plus est, les éléments mis en évidence dans la coupe pratiquée immédiatement au sud de l’enceinte ne sont pas antérieurs à la période contemporaine. La rue du Forum qui longe la galerie sud du sanctuaire, déjà figurée sur le cadastre napoléonien, pouvait desservir cette entrée supposée au Camp des condamnés militaires.

Le sanctuaire de Drevant à la lumière des nouveaux éléments fournis par l’étude de 2007-2008

249La nouvelle campagne de fouilles archéologiques réalisée sur le sanctuaire antique de Drevant a été l’occasion, dans un premier temps, de reprendre un fonds documentaire abondant et disparate. Cette nouvelle intervention permet également d’apporter un regard nouveau sur les différents secteurs étudiés, ainsi que sur l’ensemble des structures constitutives du monument.

De l’enceinte précoce et soignée…

250La campagne de fouille engagée en 2007 entretenait l’espoir de mettre en évidence les vestiges d’un sanctuaire gaulois, antérieur au monument conservé. Pour l’heure, aucun indice ne vient confirmer cette hypothèse, toutefois entretenue par les vestiges découverts au début du xxe s. par G. Mallard.

251Les premières installations pérennes sont réalisées au cours des premières décennies de notre ère : une cour cultuelle est délimitée par un mur-péribole. Les maçonneries érigées alors témoignent d’un grand soin apporté à la construction : les murs sont parementés d’un petit appareil de grès dont les joints sont moulés. Ces murs sont également surmontés de chaperons à profil parabolique en calcaire oolithique.

252La façade est connaît deux phases : le simple mur des premières années de notre ère est rapidement complété par une seconde maçonnerie, à l’ouest, agrémenté de refends en direction du temenos. Ce second mur est peut-être un stylobate mais en l’état actuel des connaissances, nous ne pouvons pas trancher.

253Une entrée monumentale dont on conserve le perron est également créée à l’est. Cette seconde phase de travaux confirme la nature et la fonction de l’enceinte et paraît liée à la définition d’un second espace monumental à l’est du sanctuaire.

254Ce rapide réaménagement de la façade est de l’enceinte témoigne, tout comme la superficie enserrée dans le mur-péribole et la position topographique de l’ensemble, de l’importance du site culturel au sein de l’agglomération.

… à l’ensemble monumental et à l’affirmation de son rôle cultuel

255La fin du premier siècle de notre ère correspond à une nouvelle phase de travaux sur le site, suite à une destruction probable par un incendie (dont les vestiges ont été mis en évidence par J.-Y. Hugoniot). On assiste également à une campagne de réaménagement de la façade sur l’édifice de spectacle de Drevant à la même époque (Cribellier et al. 2004 : 10). Il est donc possible d’envisager que les monuments de l’agglomération antique font l’objet, à la fin du premier siècle de notre ère, ou au tout début du deuxième siècle, de travaux de réaménagement, agrandissements ou reprises.

256L’enceinte originelle, partiellement ruinée, est reprise et agrémentée d’un second mur à l’intérieur de l’area. Les structures et les remblais mis en œuvre alors sont destinés à monumentaliser l’ensemble et à l’identifier au sein de l’agglomération, au voisinage immédiat d’une seconde enceinte qui demeure encore mal connue. Cette nouvelle campagne de travaux témoigne de la volonté d’homogénéiser le(s) monument(s), d’affirmer le rôle cultuel de l’enceinte mais aussi sa place dans le centre monumental de l’agglomération.

257Les travaux réalisés alors permettent de rapprocher le monument de certains sanctuaires de capitales de cités gallo-romaines, en raison non seulement de la superficie du site, mais aussi de la monumentalité conférée à cet ensemble, encore perceptible dans les vestiges conservés.

258Les dimensions de l’enceinte permettent de la rapprocher du site du Haut-Bécherel à Corseul ou de La-Tour-aux-Fées à Allonnes (Fauduet 2010 :78-79 ; Provost et al. 2010 : 156 ; Péchoux 2010 : 258).

259Les travaux destinés à doter le site d’une galerie périphérique au Haut-Bécherel ou à La-Tour-aux-Fées à Allonnes sont réalisés, selon la datation admise pour ces sites, à partir de la fin du ier s. ou au début du iie s. de notre ère. Qui plus est, il faut souligner les similitudes entre la façade est des sites de Corseul, d’Allonnes et de Drevant.

260Les travaux de monumentalisation du sanctuaire de Drevant peuvent être mis en parallèle avec ceux réalisés sur plusieurs autres sites gallo-romains. Cependant, ces sites se trouvent en périphérie urbaine ou dans les environs de chefs-lieux de cité, tandis que Drevant est identifié comme une agglomération de rang secondaire, éloignée du chef-lieu de cité Avaricum/Bourges.

261Il faut donc à nouveau souligner la prégnance de la fonction cultuelle du site de Drevant, en raison d’une enceinte sacrée aux dimensions très importantes, au sein d’un secteur monumental lui-même très vaste, et nous interroger sur la fonction exacte de l’agglomération au sein de la cité biturige.

Le problème du fanum

262Les travaux de fouille et de restauration des maçonneries antiques réalisés en 2007 et 2008 ne concernaient aucunement la partie centrale du temenos et donc, aucune observation n’a été réalisée sur le fanum. Il convient cependant de faire le point sur les données en notre possession sur cette partie du site.

263Au moment de l’intervention, l’emplacement de cette structure est symbolisé sur le terrain par la présence de pierrailles, imitant les fondations qui ont été volontairement déposées après le remblaiement des vestiges. Depuis peu, la localisation du fanum est suggérée par une représentation végétale des éléments enfouis.

264Le bâtiment est fouillé dès 1834 par Hazé qui en fournit un plan précis (Fig. 5), complété encore, notamment dans la partie ouest (Fig. 6). Ce fanum présente un plan carré de 8,60 m de côté. Il est constitué d’une cella de plan carré, ceinte d’une galerie périphérique. Dès cette époque, il note que “ lorsque les condamnés militaires étaient campés dans ce lieu, un monceau de décombres assez relevé recouvrait cette partie du terrain ; on le fit déblayer, et il y fut trouvé une grande quantité d’objets [...] ” (Hazé 1834 : 8). Cette courte mention, mise en perspective avec la certitude désormais acquise que le sol du temenos était alors altimétriquement plus haut qu’aujourd’hui nous conduit à nous interroger sur la présence éventuelle d’un autre état du fanum (synchrone de l’état 3), disparu depuis les travaux de Hazé. Ce monceau de décombres assez relevé pourraiten effet être lié à la destruction et la récupération partielle d’une telle structure. Cette hypothèse, difficilement vérifiable aujourd’hui, permettrait d’assimiler les vestiges observés par J.-Y. Hugoniot comme le fanum construit en même temps que l’enceinte de la période 3 (état 1). Ainsi, au moment de l’installation des baraquements pour les condamnés, il existait encore un cône provenant de l’effondrement de la structure. Hazé précise cependant qu’il n’a pu découvrir que les fondations.

  • 14 3,30 m pour les galeries nord et est, 3,20 m pour la galerie sud et 2,50 m pour la galerie ouest.

265Plusieurs éléments architecturaux (dont certains sont représentés sur les planches de mobilier de la publication de ses travaux) sont découverts lors de la fouille de ces vestiges ; en particulier un fragment de fût de colonne à décor végétalisant. L’auteur enregistre également l’épaisseur des murs et note une dissymétrie dans la largeur des galeries entourant la cella14. Les éléments reconnus présentent un léger désaxement qui ne se retrouve pas dans les maçonneries de l’enceinte, tous états confondus.

266Hazé observe que le béton constituant le sol du temenos se situe à 49 cm sous le sol des galeries (soit à la cote restituée de 169,46 m NGF) et que celui du sanctuaire se situe à 56 cm sous le sol des galeries(à la cote restituée de 169,39 m NGF). Il en conclut donc qu’il fallait descendre dans le temple pour accéder à la cella. Les dispositions proposées ne correspondent en rien aux observations qui ont pu être faites sur d’autres sanctuaires où la cella est surélevée par rapport au niveau de la cour sacrée. Nous pouvons donc émettre l’hypothèse que les éléments observés en 1834 correspondent à deux phases différentes du monument : le fanum mis en évidence par Hazé est vraisemblablement antérieur à l’enceinte à galerie périphérique et correspondrait donc à l’état 1 de cette même enceinte. Dans le cadre de cette même hypothèse, le cône d’effondrement observé par l’auteur correspondrait donc à la ruine d’un édifice postérieur, synchrone de l’état 3.

267Hazé identifie encore un double mur en façade occidentale ainsi que deux maçonneries qui se prolongent en direction de l’est et se perdent “ à 4 ou 5 m plus loin ” que le fanum. Il semble que les tranchées de récupération de ces maçonneries n’aient pas été identifiées lors de ces travaux, oblitérant toute une partie du bâtiment, voire un second fanum.

268La structure est à nouveau étudiée par G. Mallard : “ J’ai trouvé là une enceinte rectangulaire formée de trois côtés par des murs épais de 0,80 et aboutissant à l’ouest à un massif de maçonnerie épais de plus de 2 m, formant la quatrième façade de cette enceinte, encore élevé de 1,20 m au-dessus du terrain ancien et présentant des restes de béton sur son sommet. Des deux extrémités de ce massif partent deux autres murs épais de plus d’1 m qui se perdent à 3 m environ… J’ai déblayé toute cette partie jusqu’au sol naturel et c’est ainsi que l’ai constaté que le massif avait 1,20 m d’élévation, tous les autres murs n’ayant plus qu’un ou deux rangs de moellons au plus au-dessus des fondations. ” À la différence de Hazé, G. Mallard n’observe qu’un simple mur en façade ouest, qui semble de plus surmonté d’un béton et conservé sur 1,20 m de hauteur (en fondation). Les murs de l’espace qui s’étend à l’ouest de la structure s’avèrent plus larges. G. Mallard déduit, à l’instar de Hazé, qu’il fallait descendre dans la cella.

269Le fanum est à nouveau dégagé par J.-Y. Hugoniot à partir de 1982. Il réalise une tranchée est-ouest entre le mur de la galerie est et le mur est du fanum. Les vestiges conservés alors consistent en une seule assise de fondation constituée d’un petit appareil de grès lié au mortier. De plus, il suit une tranchée de récupération comblée d’éléments issus d’une destruction. Cependant, il n’identifie pas la structure comme telle. Enfin, il réalisé un dégagement extensif de la partie ouest du bâtiment mais n’observe que “ quelques structures assez ténues et des épandages. ”.

270Au regard des descriptions fournies par les différents intervenants, et d’après les connaissances acquises sur ce type de site, il apparaît très improbable que le sol du fanum ou de la cella se situe à une altitude inférieure de celle du sol de l’aire sacrée. Aussi, le bâtiment observé par Hazé, Mallard et Hugoniot serait à rapprocher du premier état du sanctuaire et des sols les plus anciens, observés à l’est. Il pourrait également pérenniser un lieu de culte antérieur si l’on en juge par son léger désaxement.

271Enfin, les incertitudes demeurent quant à la continuité et aux réalités architecturales de ce bâtiment avec le dernier état du sanctuaire.

Le mobilier céramique découvert depuis les années 1980 (Alix Fourré, Inrap)

La collection Hugoniot

272Entre 1979 et 1984, les fouilles archéologiques programmées menées par J.-Y. Hugoniot ont permis la mise au jour de mobilier céramique. Celui-ci n’est cependant rattaché à aucun fait archéologique ni à aucune unité stratigraphique. Nous avons examiné la céramique afin de voir si elle était chronologiquement homogène avec les autres lots étudiés, provenant des fouilles de 2007 et 2008.

273Des tessons datant de La Tène finale, de la première et seconde moitié du ier s. ap. J.-C., de la fin ier-début iie s. et du iiie s. sont attestés. On signale également la présence d’un pot médiéval.

274Aucun fragment caractéristique du iie s. de notre ère ni de l’Antiquité tardive n’est présent.

275Le mobilier issu des fouilles de J.-Y. Hugoniot vient donc confirmer les datations et les différentes phases chronologiques perçues lors de l’étude céramique du mobilier issu des fouilles de 2007-2008.

Les différentes occupations du site à la lueur des vestiges céramiques recueillis en 2007 et 2008

276Le mobilier céramique mis au jour est présent en faible quantité. Pour rappel, 363 fragments et 160 individus ont été dénombrés. Les tessons sont, en outre, très fragmentés, roulés et parfois brûlés et les éléments de forme sont peu nombreux rendant parfois la datation difficile.

277Cependant, quatre phases chronologiques ont été mises en évidence.

278Une première présence humaine datant de la protohistoire, et plus particulièrement de La Tène, est attestée par quelques tessons de céramique non tournée.

279Une seconde phase, la plus conséquente en terme de quantité de mobilier céramique, débute à la fin du règne d’Auguste vers 10 ap. J.-C. et perdure jusque dans la seconde moitié du ier s. et peut-être le début du iie s. ap. J.-C. On note durant cette phase, la quantité non négligeable de céramiques fines et on souligne l’importance de la Terra Nigra et de la céramique de type Beuvray. On remarque également la très faible quantité de céramique sigillée. Cette dernière n’est attestée que par un individu des ateliers de Gaule du Sud.

280Le iie s. ap. J.-C. n’est pas représenté en terme de céramique. Le site est-il toujours fréquenté ou bien, existe-t-il une autre gestion des déchets ?

281Une troisième phase est perceptible à la fin du iie-iiie s. ap. J.-C. La céramique altérée est présente mais en très faible quantité.

282Aucun tesson daté de l’Antiquité tardive (ive-ve s. ap. J.-C.), telle que la céramique à engobe rouge brossé, n’a été observé. Or, après l’étude du mobilier céramique du théâtre antique, nous avons noté que la céramique à engobe rouge brossé est présente en grande quantité dans ce secteur géographique et se révèle être un groupe technique caractéristique de l’Antiquité tardive à Drevant.

283Une ultime occupation est attestée à l’époque moderne/contemporaine par quelques couches comportant des fragments de vases mêlés à des tessons gallo-romains.

Le mobilier non céramique

284Outre les vestiges de décoration architecturale mis au jour dès les interventions de Hazé, les fouilles archéologiques menées sur le site du sanctuaire ont livré de nombreux artefacts dont certains n’ont pas été conservés.

285Parmi le mobilier métallique mis au jour sur le site depuis les premières interventions, il faut remarquer la présence des fibules du type Feugère 3b1 ou pseudo-La Tène II, témoins de l’occupation du site à la période augusto-tibérienne et de la permanence de modèles protohistoriques.

286De même, les monnaies recueillies au cours des différentes campagnes indiquent la coexistence de potins bituriges et de monnaies romaines au début du premier siècle de notre ère. L’attribution chronologique des monnaies identifiées confirme le phasage défini grâce à l’étude du mobilier céramique, avec une seconde phase à la transition entre le premier et le second siècle et une ultime phase dans la seconde moitié du troisième siècle. Cependant, au cours des travaux de J.-Y. Hugoniot, de nombreuses monnaies frappées au Bas-Empire ont été recueillies sur le sanctuaire de Drevant (Lemonnier 1981 : 13-16). De plus, les planches de mobilier annexées à la publication des travaux de Hazé font figurer plusieurs monnaies des iiie et ive s. Ces monnaies, qui sont plus précisément attribuées aux périodes constantinienne et théodosienne, ne nous renseignent pas sur la fonction exacte de l’édifice à la fin de la période gallo-romaine mais attestent de la poursuite de la fréquentation du site.

Le programme de décoration peinte

287Les différentes campagnes de fouille menée depuis 1834 sur le site du sanctuaire de Drevant ont permis de mettre en évidence de très nombreux fragments d’enduits peints, tous secteurs confondus. Cependant, ces vestiges n’ont jamais fait l’objet d’étude, et une grande partie des fragments découverts par nos prédécesseurs sont aujourd’hui perdus.

288La campagne de fouille réalisée entre 2007 et 2008 a permis de mettre en évidence de nombreux enduits peints dans les aménagements de l’angle sud-ouest de l’enceinte, avec la dépose de la décoration peinte du puteal.

289De même, plusieurs fragments de décoration peinte ont été récoltés dans les derniers lambeaux témoignant de la destruction de l’exèdre sud-ouest. L’étude de ces vestiges apportera peut-être des éclaircissements sur la fonction exacte des pièces accolées à la façade ouest au cours du iiie ou ive s.

Conclusions

290L’opération de fouille archéologique préventive menée sur le sanctuaire de Drevant, préalablement à la consolidation des maçonneries dégagées depuis le xixe s., s’avère riche d’enseignements. Au travers de la présentation des résultats de ces deux campagnes de travaux de fouille auxquels ont été intégrés les résultats de l’étude documentaire et d’évaluation du potentiel archéologique ainsi que la réinterprétation de certaines données anciennes, on perçoit l’évolution d’un site cultuel du début de la période romaine (premières constructions augusto-tibériennes) à l’architecture simple mais soignée vers un site au caractère monumental dont les espaces de circulation sont le reflet des cheminements autour de la cella d’un fanum central.

291Les éléments mis au jour et attribués à la période gauloise sont peu nombreux au regard de la superficie du site et ne nous renseignent pas sur le type d’occupation qui a pu se développer à cet emplacement. Toutefois, l’existence d’une occupation du site à cette période est bien avérée. Elle se traduit par la mise en œuvre de remblais destinés à corriger la pente naturelle du terrain, au sud. Ces remblais d’une épaisseur moyenne de 0,30 m sont destinés à recevoir l’aménagement d’une aire plane compactée.

  • 15 “ J. de Saint-Venant signale que outre les éléments de la période barbare trouvés dans les fouilles (...)

292Les vestiges mis en évidence par G. Mallard comptent, pour cette période, une épée attribuée à La Tène ancienne, soit la fin du ve s. avant notre ère15. Cette découverte, si elle était confirmée, attesterait une occupation relativement ancienne du site de Drevant.

293Dès les premières années de notre ère, à la période 3.1 (augusto-tibérienne), le site voit la construction d’une première enceinte édifiée en petit appareil de grès local, d’une superficie proche de 6500 m2. Seul le mur ouest de l’enceinte, M.28, témoigne encore de nos jours du soin apporté à la construction de cette enceinte, tant dans la mise en œuvre que dans la décoration. Toutes périodes confondues, les réalités architecturales de la partie nord de cette enceinte et du fanum sont inconnues. Cette première enceinte est agrémentée, à la période 3.2 en façade est d’un pavillon d’entrée monumental avec perron en saillie à l’intérieur de l’aire sacrée. La circulation à partir de cet accès est guidée par la construction d’un second mur en retrait de la façade est. Ces nouvelles dispositions entraînent la création d’une galerie de circulation couverte (porticus) en façade orientale. Cette identification de l’espace est peut-être liée à la mise en œuvre d’un second espace de grandes dimensions à l’est du monument (forum ?).

  • 16 Cette interprétation reste pour l’heure à l’état d’hypothèse.

294Au début de la seconde moitié du ier s. (période 4), l’angle sud-ouest de l’enceinte est partiellement détruit afin d’intégrer un second accès monumental à deux travées. La création de cet accès est liée à la mise en œuvre d’un édicule octogonal à cavité centrale orné d’un enduit peint aussi bien en face interne qu’externe. Ce puteal16 nous renseigne sur la présence d’un second lieu de culte, extérieur à l’enceinte primitive. L’importance de ce lieu semble avoir motivé la réalisation du second accès.

295La destruction de l’ensemble n’est pas documentée dans les stratigraphies étudiées en 2007-2008. Elle est principalement connue au travers des découvertes de J.-Y. Hugoniot qui indique qu’aux environs du troisième quart du ier s., ce sanctuaire est détruit par un incendie.

296À la fin du ier s. ou au début du iie s., un nouveau programme architectural voit le jour (période 5, état 3). Ce programme reprend partiellement les maçonneries du premier état du sanctuaire mais délaisse les constructions du second état. La nouvelle construction voit la création d’un second péribole à l’intérieur de la première enceinte. Les murs sont installés sur les déchets issus de la ruine partielle de l’édifice antérieur. L’espace central ainsi que les espaces périphériques compris entre les murs-périboles et les possibles murs-stylobates sont remblayés, parfois massivement, afin de créer une vaste plate-forme horizontale et surélevée. Les circulations périphériques installées sur ces remblais sont caractérisées, notamment à l’est, par un béton de mortier, de calcaire et de tuileaux. Elles voisinent là avec un autre espace de circulation vraisemblablement lié à l’esplanade suspectée à l’est (le forum ?).

297Un nouvel accès, plus large, est créé en façade est. L’emploi du calcaire oolithique exogène traduit une volonté ostentatoire. Deux pavillons sont installés aux angles nord-est et sud-est. Si l’angle nord-est n’est pas réellement connu, l’angle sud-est au contraire a été l’objet de trop d’attentions. Les vestiges qui se présentent à nous aujourd’hui à l’angle sud-est s’avèrent être des fondations, interprétées comme des caissons destinés à contreventer les poussées induites par les remblais déversés dans les espaces périphériques. Ces caissons seront agrémentés à la période suivante de contreforts en façade sud.

298L’occupation du site au cours du iie s. de notre ère n’est documentée par aucun élément mobilier. Le site est-il occupé et régulièrement entretenu ?

299Au cours du Bas-Empire (iiie-ive s., période 6), la façade ouest est rythmée par la construction de trois bâtiments à chevet plat, mais à abside interne pour au moins deux d’entre eux : des exèdres. Le bâtiment de l’angle nord-ouest a été détruit à la fin du xixe ou au début du xxe s. Ces constructions reçoivent des blocs de grand appareil de grès aux angles ainsi qu’une décoration peinte à l’intérieur. Toutefois, nous ne savons pas à quelle altitude se développent les sols de ces constructions, pas plus que le moyen par lequel on accédait à l’intérieur. Il est donc bien difficile de proposer une interprétation de ces constructions, d’autant qu’il n’est pas possible de confirmer si le site est encore utilisé en tant que sanctuaire.

300Les périodes médiévale et moderne ne sont pas documentées (période 7). Seuls quelques tessons ont été mis au jour dans les remblais des travaux de J.-Y. Hugoniot. Peut-être ces terres, en périphérie du bourg de Drevant sont-elles remises en culture au cours de cette longue période ? Ces terrains font sans doute partie des communaux, encore utilisés comme pâtures au début du xxe s.

301La réoccupation du site ne se fait que dans les premières décennies du xixe s., au moment où sont installés les baraquements des condamnés militaires employés à la construction du Canal de Berry, entre 1823 et 1826. Ces constructions sont adossées aux vestiges de l’enceinte, partiellement reconstruite à cette période.

302Les découvertes réalisées à ce moment conduisent aux premiers dégagements et travaux de fouille par Hazé qui révèlent l’importance et l’intérêt du site, prémices à près de deux siècles de recherches.

Perspectives de recherches

303La pleine compréhension du site du sanctuaire de Drevant est encore loin d’être acquise. Pourra-t-elle l’être réellement un jour ?

304Ce type de site, étendu et complexe a connu, au cours de sa fréquentation et après son abandon, de nombreuses phases de construction, d’occupation ou de réoccupation.

305Les derniers travaux en date sur l’édifice, l’étude d’évaluation du potentiel archéologique d’Olivier Blin ainsi que cette fouille préventive n’ont concerné qu’une infime partie de cet ensemble complexe. Elles confirment pourtant la conservation d’un potentiel stratigraphique encore important, en particulier dans les secteurs épargnés par les dégagements, toutes périodes confondues. L’édifice, tel qu’il se présente à nous aujourd’hui conjugue en fait plusieurs étapes de construction et de modifications difficilement perceptibles en raison des “ restaurations ” récentes et de techniques de fouille “ agressives ”.

306Toute nouvelle approche sur d’autres secteurs du site devra au préalable déterminer l’ampleur des travaux de dégagements menés depuis les années 1830, en s’attachant surtout à l’impact des excavations pratiquées par Gustave Mallard et par Jean-Yves Hugoniot, ainsi qu’à une relecture des stratigraphies, trop souvent qualifiées de “ stériles ” au cours des années 1980. Ces derniers travaux sont en effet bien plus que de simples reprises de maçonneries, au point qu’en certains endroits du site, les stratigraphies sont totalement déconnectées des architectures. Cette tranche de travaux est malgré tout pleine d’enseignements, comme l’a souligné l’étude documentaire d’Olivier Blin, si l’on apporte un regard nouveau à l’abondante couverture photographique. Malgré tout et à bien des égards, les recherches menées par Hazé nous paraissent de loin les plus fiables. Malheureusement, une majeure partie des éléments observés à cette époque a disparu.

307Une nouvelle intervention ne pourrait pas se soustraire à la reprise de données et des fouilles à l’emplacement du fanum. En effet, ces vestiges n’ont pas été observés depuis l’intervention de J.-Y. Hugoniot. Les travaux antérieurs à la fouille programmée du conservateur du Musée Saint-Vic sont cependant riches d’informations. Le monceau de décombres assez relevé mentionné par Hazé pourraiten effet être lié à la destruction et la récupération partielle d’une telle structure. Cette hypothèse est difficilement vérifiable aujourd’hui.

308Enfin, cette campagne de fouille sur le sanctuaire de Drevant, dont les informations, couplées avec les données d’autres travaux récents sur cette commune, soulève une question assez importante. Il semble en effet que les façades du monument aient été peintes, de même que la façade ouest de l’édifice thermal (travaux de surveillance d’enfouissement des réseaux, Luberne 2008). La décoration peinte d’un mur n’est pas en soit un phénomène exceptionnel ; en revanche, il est moins fréquent de retrouver les vestiges de décors peints en façade de tels monuments. Cette donnée permet d’apporter un éclairage nouveau au site mais nous conduit à nous demander si ce sont réellement les façades du monument où s’il existe un autre état de construction qui n’est plus perceptible de nos jours. Rappelons en effet que les plans de Hazé figurent un troisième mur sur tout le pourtour du site (Fig. 6).

Haut de page

Bibliographie

Sources cartographiques :

Carte géologique de la France au 1/50 000, feuille de Charenton-du-Cher, no 573, éditions du Bureau de Recherches Géologiques et Minières.

Sources manuscrites :

Dumoutet

Fonds documentaire rassemblé par Jacques, Jules, Isidore Dumoutet conservé à la Bibliothèque Municipale de Bourges, ms 456.

Haigniéré 1835

Haigniéré - Promenades aux environs de Saint-Amand, ms n2 et n4 de la bibliothèque de la Société des Antiquaires du Centre.

Sources dactylographiées :

CIL XIII 1966

Hirschfeld O., Zangemeister C. - Corpus Inscriptionum Latinarum, XIII, Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum Latinae, Bituriges Cubi : n1364, n11161.

Hugoniot 1980

Hugoniot J.-Y. - Drevant, Forum, Rapport d’activité, rapport dactylographié (consultable au SRA du Centre).

Hugoniot 1981

Hugoniot J.-Y. - Drevant, Forum, Rapport d’activité, rapport dactylographié (consultable au SRA du Centre).

Hugoniot 1982

Hugoniot J.-Y. - Drevant, Forum, Rapport d’activité, rapport dactylographié (consultable au SRA du Centre).

Hugoniot 1984

Hugoniot J.-Y. - Drevant, Forum, Rapport d’activité, rapport dactylographié (consultable au SRA du Centre).

Bibliographie

Blin 2001

Blin O. - Drevant (Cher), Le sanctuaire “ rue du Forum ”, DFS d’étude documentaire et d’évaluation archéologique, juin 2001, service régional de l’archéologie du Centre, vol. 1, 41 p. et vol. 2 (Illustrations commentées), 36 p. (consultable au SRA du Centre).

Caumont 1866

Caumont A. de - Courte visite à Drevant (Cher) en 1865, Bulletin Monumental, 32 : 97-116.

Cravayat 1969

Cravayat P. - Les temples de la civitas Biturigum, Cahiers Archéologiques et Historiques du Berry, 17-18 : 34-36, fig.

Cribellier et al. 2001

Cribellier C., Chimier J.-P., Fournier L. et Josset D.- Le théâtre de Drevant, Rapport de fouille programmée pluriannuelle 2000, Orléans, Service régional de l’archéologie du Centre, 123 p., 60 fig. et annexes (consultable au SRA du Centre).

Cribellier et al. 2004

Cribellier C., Chimier J.-P., Fournier L., M. Fincker, Josset D., F. Méténier, G. Tendron - Le théâtre antique de Drevant, Fouille programmée pluriannuelle 2002-2003, Rapport de synthèse, volume 1 : Texte et volume 2 : Figures, Orléans, Service régional de l’archéologie du Centre, 38 p., 71 fig. et annexes (consultable au SRA du Centre).

Fauduet 1978

Fauduet I. - Recherches sur la parure dans le Nord-Est de l’Aquitaine à l’époque romaine, Thèse de IIIe cycle, Paris.

Fauduet 2010

Fauduet I. - Les temples de tradition celtique, nouvelle édition revue et augmentée, Coll. Des Hespérides, éditions Errance.

Feugère 1985

Feugère M. - Les fibules en Gaule méridionale, de la Conquête à la fin du vsiècle ap. J.-C., Paris, Éd. du CNRS, 1985, 509 p., 174 pl., 72 fig. (Revue Archéologique de Narbonnaise, suppl. 12).

Hazé 1834

Hazé - Notices pittoresques sur les antiquités et les monuments du Berri, Bourges, 60 p., 63 fig.

Hazé 1837

Hazé - Rapport 1836, Bulletin Monumental, 4 : 105-112.

Hugoniot 1993

Hugoniot J.-Y. - Glanes archéologiques. Notes sur le “ forum ” et le théâtre de Drevant, Bulletin des Amis du Musée Saint-Vic, Été 1993 : 13-16.

Lemonnier 1981

Lemonnier J.-C. - Découvertes monétaires du Bas Empire à Drevant, Bulletin des Amis du Musée Saint-Vic, no 6, septembre 1981 : 13-16.

Luberne 2008

Luberne A. - Drevant, Travaux de surveillance d’enfouissement de réseaux, rue du Forum, Rapport d’intervention, Inrap, Orléans.

Mallard 1908

Mallard G. - Rapport sur les fouilles du forum de Drevant (CHER), Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques : 179-184.

Mallard 1914

Mallard G. - Rapport sur les fouilles du forum de Drevant (CHER), Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques : 195-212.

Méténier 2007

Méténier F. (dir.) - Drevant (18-Cher), Sanctuaire–18.086.002 AH, consolidation des ruines du sanctuaire gallo-romain, rapport intermédiaire de fouille archéologique préventive, Inrap, Direction interrégionale Centre-Île-de-France, Service Régional de l’Archéologie, Orléans, 111 p.

Méténier 2010

Méténier F. (dir.) - Cher, Drevant, Rue du Forum - Nouvelle approche archéologique des façades sud et est du sanctuaire antique, volume 1 : le site, 256 p., volume 2 : catalogue de plans, photographies, coupes stratigraphiques et élévations, 102 p., volume 3 : catalogue du mobilier non céramique, inventaires de la documentation, 142 p., rapport final d’opération de fouille archéologique préventive, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, Direction inter-régionale Centre-Île-de-France, Service Régional de l’Archéologie, Orléans, août 2010.

Philippe 1999

Philippe J. - Les fibules de Seine-et-Marne du 1er siècle av. J.-C. au 5e siècle ap. J.-C., Mémoires archéologiques de Seine-et-Marne, n1, Nemours.

Provost et al. 2010

Provost A., Mutarelli V., Maligorne Y. - Corseul, Le monument romain du Haut-Bécherel, Sanctuaire public des Coriosolites, Presses Universitaires de Rennes, Documents Archéologiques 3, 250 p., 180 fig., Rennes.

Péchoux 2010

Péchoux L. - Les sanctuaires de Périphérie urbaine en Gaule romaine, Archéologie et histoire romaine, 18, Éditions Monique Mergoil, 504 p., 220 fig., Montagnac.

Toubeau de Maisonneuve 1914-1916

Toubeau de Maisonneuve J. - Rapport sur les travaux de la Société des Antiquaires du Centre, Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, t. XXXVII : LVII-LVIII.

Haut de page

Notes

1 Information communiquée par J.-Cl. Lemonnier. Un cliché aérien réalisé par J. Holmgren, que nous n’avons pas pu consulter, montre des anomalies dans ce secteur de l’enceinte.

2 La publication d’Arcisse de Caumont en 1866 (Bulletin Monumental) livre une autre restitution de cette inscription, l’autel serait dédié à Mars :
NVM [AVG]/ ET DEO [SILVANO MARTI]/L. CATIVS[EXTRI]/CATVS[...]/EXVO[TO SVSCEP]TO PROS[E ET LI]BERTIS[SVIS]/V.S.[L.M.](CAUMONT 1866 : 114).

3 Un sacellum est une petite enceinte consacrée, avec un autel ou un petit sanctuaire, généralement sans toit.

4 Ce modèle de fibule apparaît vraisemblablement au cours du principat de Tibère. Il devient abondant et sa diffusion culmine au cours du règne de Claude. La fourchette de production et de plus large diffusion retenue est donc +15 - +60 (Feugère 1985 : 196 ; Philippe 1999 : 20).

5 Ce matériau paraît avoir été employé pour la décoration du site. Il est également signalé à l’angle sud-ouest par G. Mallard. En l’état, le fragment découvert au cours de la campagne de 2008 se situe dans les remblais rapportés dans la structure 1, issus de la destruction partielle des aménagements de l’état 1A.

6 La prégnance du type 3 (typologie de M. Feugère) sur le site de Drevant est une donnée qu’il faut souligner. En effet, outre l’exemplaire du type 3b1a découvert dans les remblais de construction de l’état 1A, un exemplaire du type 3b1b a également été mis au jour sur le site au cours de la campagne 2008, provenant des remblais d’exhaussement des circulations périphériques, vraisemblablement en position résiduelle donc. Ce type est également représenté dans le mobilier dessiné et aquarellé par Hazé. Malheureusement, si nous sommes certains que l’objet a bien été découvert à Drevant, il n’est pas possible de préciser sur quel site. Enfin, un exemplaire du type 3b2 à estampille S(OI) a été mis au jour sur le site du théâtre (Fauduet 1978 : 42). Il faut cependant remarquer que la réalisation de ce type de fibule ne pose pas de problème technique et donc que les ateliers furent probablement nombreux à en fabriquer. I. Fauduet (Fauduet 2010 : 262-263) suggère la fabrication d’objets dont des fibules à proximité des sanctuaires et destinés à être déposés en offrande par les dévots.
Si le type 3b1 apparaît à la fin du règne d’Auguste ou au début de celui de Tibère, sa fabrication (hormis quelques rares cas isolés) ne s’étend pas au-delà du règne de Vespasien. Le type 3b2 représente une évolution technique du type 3b1 et semble centré sur le règne de Claude. Les modèles estampillés relèvent des 2e et 3e tiers du premier siècle de notre ère (Feugère 1985 : 196-197).

7 Les incertitudes pesant sur la présence du mur M.19 au sud de la structure 1 ne nous permettent pas de préciser.

8 La superficie réelle de l’enceinte oscille vraisemblablement entre 6336 m2 et 6485 m2.

9 Le rapport d’activité de 1984 nous apprend que le conservateur du Musée Saint-Vic avait entrepris des dégagements dans ce secteur. Ces travaux sont documentés par une photographie et un relevé du parement est du mur M.28. Les deux documents nous apprennent que le mur M.28 connaît un troisième état de construction consécutif à une seconde reprise. Ces assises ont aujourd’hui presque complètement disparu.

10 Blin 2001 : 37 : Dupondius de Domitien (règne : 81/96), identification réalisée par F. Moret-Auger
A/ IMP CAES DOMIT AVG GERM COS XII CENS PER P P, tête radiée à droite de l’empereur, égide sur l’épaule.
R/ VIRTVTI AVGVSTI S C, Virtus debout à droite tenant une lance et le parazonium.
RIC II, 331, p. 195.

11 Ces deux éléments n’apparaissent pas sur notre figure 42. En effet, ils n’ont fait l’objet d’aucun dégagement au cours de l’intervention de 2007-2008.

12 Ces deux murs ont été réenfouis au cours de la première tranche de la campagne de restauration des maçonneries, en 2007. En effet, les terrains situés immédiatement au sud de l’enceinte étaient séparés du monument par les vestiges des tranchées de restauration de J.-Y. Hugoniot. Afin de faciliter l’accès au site, ces terrains ont été nivelés, entraînant le réenfouissement de ces maçonneries.

13 Cette dalle engagée en H est encore présente au moment de l’intervention de 2007-2008. Cependant, la couche argilo-siliceuse n’a pas pu être caractérisée.

14 3,30 m pour les galeries nord et est, 3,20 m pour la galerie sud et 2,50 m pour la galerie ouest.

15 “ J. de Saint-Venant signale que outre les éléments de la période barbare trouvés dans les fouilles, haches classiques, fibules, etc… outre le très beau chenêt, landier gaulois, il a été trouvé une magnifique épée vrai type de La Tène… ”, S.A.C., Séance du 30 juin 1915, Arch. Cher, 2, F 590, p.186.

16 Cette interprétation reste pour l’heure à l’état d’hypothèse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation de Drevant au sein de la région Centre et de la cité Biturige. Contexte topographique de la commune (DAO : F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Fig. 2 : Plan des vestiges reconnus de l’agglomération antique de Drevant, d’après Cribellier et al. 2001 : fig. 5, 92.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 3 : Vue aérienne des dégagements opérés par J.-Y. Hugoniot au cours des années 1980 (cliché J. Holmgren, 1984)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Fig. 4 : Plan provenant du fonds Haigniéré (bibliothèque de la Société des Antiquaires du Centre), seul document donnant un relevé schématique de l’organisation du Camp des Condamnés sur l’emplacement du sanctuaire.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 5 : Plan initial de la publication de Hazé (1834, planche 1). Seuls les murs en noir ont été dégagés, les autres sont hypothétiques. Les sols en béton de tuileau sont indiqués, encore conservés à cette époque (surfaces rosées), en particulier dans la galerie est, en relation avec le seuil le plus récent.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Fig. 6 : Plan complété de Hazé (1834, planche 5) montrant les éléments nouveaux apportés par la poursuite des fouilles.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 7 : Restitution du seuil est dégagé par Hazé en 1834 (figures 1 et 2, planche 4) figurant la plinthe d’enduit peint sur les murs latéraux (élévation) et le sol de tuileau conservé (plan).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 8 : Autel votif mis au jour sur le site du sanctuaire par Hazé en 1834, conservé au Musée Saint-Vic de Saint-Amand-Montrond (cliché G. Tendron).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Fig. 9 : Plan des vestiges reconnus par Gustave Mallard, publié en 1908 (Mallard 1908 : 180).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 10 : Plan d’ensemble des vestiges identifiés par Gustave Mallard, publié en 1914 (Mallard 1914 : fig. 1, 201).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 11 : Vues du petit édifice de plan octogonal, découvert par Gustave Mallard au sud-ouest de l’enceinte, publié en 1914 (Mallard 1914 : fig. 2, 205).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 12 : Plan des vestiges attribués à la période 2 (DAO : F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 13 : Relevé du parement ouest du mur M.28. (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 14 : Relevé du parement est du mur M.28. (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Fig. 15 : Vue du parement est du mur M.28 (cliché F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Fig. 16 : Coupe stratigraphique pratiquée dans l’angle sud-ouest de l’enceinte, entre les murs M.28 et M.32 (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Fig. 17 : Vue du “ décrochement ” dans la semelle du mur M.20=M.12 (Cliché 3809, J.-Y. Hugoniot, Archives du Musée Saint-Vic).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 18 : Plan d’ensemble de l’état 1A du sanctuaire antique de Drevant (DAO : F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 19 : Vue de la structure 1 depuis le sud, où l’on observe la présence de matériaux de démolition sous la construction (Cliché 3803, J.-Y. Hugoniot, Archives du Musée Saint-Vic).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Fig. 20 : Plan des vestiges du pavillon d’entrée est à l’enceinte, état 1B-période 3.2.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Fig. 21 : Vue de la partie ouest des vestiges du seuil de l’état 1B (Cliché 6326, J.-Y. Hugoniot, Archives du Musée Saint-Vic).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 22 : Vue du parement ouest du mur M.13 et d’une couche de destruction interprétée comme l’effondrement d’une toiture (Cliché 3779, J.-Y. Hugoniot, Archives du Musée Saint-Vic, prise de vue 1981).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Fig. 23 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de l’état 1B (DAO : F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Fig. 24 : Vue de la face ouest du mur M.37, après démontage partiel du mur M.36 et avant prélèvement de l’enduit peint (cliché F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Fig. 25 : Vue des faces ouest et sud-ouest du mur M.37 après prélèvement de l’enduit peint. Les joints horizontaux et verticaux de la maçonnerie sont soulignés au fer (cliché F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Fig. 26 : Plan de situation de M.37 dans l’angle sud-ouest du sanctuaire et relevé de la décoration peinte ornant le parement ouest du mur M.37 (DAO : F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Fig. 27 : Vue du parement est du mur M.28 et de la rupture traduisant la destruction partielle puis la reconstruction de ce mur après la construction de la structure 2 (cliché F. Blondel, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 28 : Relevé du parement ouest du mur M.28, assises attribuées à l’état 2 (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 29 : Relevé des stratigraphies attribuées à l’état 2 (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Fig. 30 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 4, état 2 (DAO : F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 31 : Relevé du parement est du mur M.28, assises attribuées à l’état 3A (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 32 : Relevé du parement ouest du mur M.32, état 3A (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Fig. 33 : Vue de la fondation du mur M.9, en face ouest (cliché F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Fig. 34 : Relevé des strates constituant le remblaiement du temenos dans l’angle sud-ouest de l’enceinte (DAO : F. Blondel, F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 35 : Fragment de colonne en calcaire oolithique remployé dans le remblai destiné à exhausser le sol de la galerie est (DAO : F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 36 : Relevé des strates constituant le remblaiement de l’espace compris entre les murs M.9 et M.13 à la période 5.1 (DAO : F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Fig. 37 : Profils nord-sud du seuil de calcaire oolithique construit à la période 5.1 (état 3A, DAO : F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 38 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 5.1, état 3A (DAO : F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 39 : Vue de l’arase du massif de contrefort en façade sud du mur M.1 (cliché J.-Y. Hugoniot).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Fig. 40 : Vue de la partie est de l’arase du massif de contrefort en façade sud du mur M.1 (cliché J.-Y. Hugoniot).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 41 : Vue de la partie est de l’arase du massif de contrefort en façade sud du mur M.1 et détail d’un radier de sol se développant au sud (cliché J.-Y. Hugoniot).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Fig. 42 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 5.2, état 3B (DAO : F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Fig. 43 : Vue de la fondation de l’angle sud-ouest du bâtiment construit au sud-ouest de l’enceinte (cliché F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Fig. 44 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 6, état 4 (DAO : F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. 45 : Plan et hypothèses de restitution des vestiges de la période 7 (DAO : F. Méténier, Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1653/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Méténier, « Le sanctuaire gallo-romain de Drevant (Cher) : état des connaissances et nouvelle approche archéologique des façades sud et est », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 50 | 2011, mis en ligne le 02 février 2012, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://racf.revues.org/1653

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page