Navigation – Plan du site
Localisation de l’étude

Ferme gauloise et établissements ruraux gallo-romains du Bois de l’Homme Mort, Saint-Pathus (Seine-et-Marne) milieu iie s. av.-début ve ap. J.-C.

Gallic and gallo-roman Rural settlements at Le Bois de l’Homme Mort in Saint-Pathus (Seine-et-Marne, Paris Area) middle of the 2nd c. B.C.-beginning of 5th c. A.D.
Gilles Desrayaud
Avec la collaboration de Gisèle Allenet de Ribemont, Ingrid Girrès, Gaëtan Jouanin, Stéphanie Lepareux-Couturier, Pascal Verdin et Nicolas Warmé
p. 315-384

Résumés

Les fouilles conduites sur la Zone d’Activités du Bois de l’Homme Mort à Saint-Pathus, au nord de la Seine-et-Marne, donnent un aperçu de plus de cinq siècles sur une portion de terroir rural antique.
Une ferme gauloise et trois établissements gallo-romains, dont l’un intègre peut-être un édifice cultuel, ont été mis au jour sur une cinquantaine d’hectares. Même si les zones encloses et les installations sont d’ampleur modeste, elles témoignent néanmoins du dynamisme des terroirs du nord du pays meldois durant l’Antiquité. Les études paléo-environnementales dessinent un paysage très ouvert, de prairies et de champs, où dominent les cultures céréalières diversifiées.
Aucun vestige d’occupation antérieure à l’implantation de La Tène finale n’a été observé. Après l’abandon définitif des sites gallo-romains, aux environs du début du ve s. ap. J.-C., la disparition des installations rurales s’accompagne d’une probable reprise forestière.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Présentation

Contextes d’étude

1Au lieu-dit Le Bois de l’Homme Mortà Saint-Pathus, une surface de 52 ha a fait l’objet d’un diagnostic archéologique en 2005 (Fig. 1-3 : Desrayaud 2005). Le service régional de l’Archéologie a ensuite prescrit le décapage de trois secteurs concernés par des vestiges gallo-romains, ainsi que la réalisation de suivis de fossés complémentaires sur l’ensemble de l’emprise. La campagne de fouilles s’est échelonnée entre avril et septembre 2007, totalisant 3,5 ha d’ouvertures (Fig. 4 ; Desrayaud 2010). 1088 vestiges, 115 chablis et 327 creusements indéterminés ont été répertoriés. Près de 15 500 tessons de céramique, pour un poids avoisinant les 270 kg, ont été collectés. Cette collection représente entre 875 (NMI bords) et plus de 1500 (NMI cumulés) individus, issus de plus de 300 faits et unités stratigraphiques distincts. Mis à part quelques éléments bas Moyen Âge à contemporains, le mobilier céramique collecté se compose presque exclusivement de productions antiques : gauloises (La Tène finale) et surtout gallo-romaines (fin du ier s. av. à début du ve s. ap. J.-C.). Quelques éléments médiévaux à modernes proviennent des environs du secteur 1, en limite nord de l’actuelle ferme de Noëfort, ancien prieuré bénédictin créé au xiie s.

Fig. 1 : Localisation et contexte géographique de Saint-Pathus, Seine-et-Marne (© INRAP Île-de-France, Service topographique).

Fig. 1 : Localisation et contexte géographique de Saint-Pathus, Seine-et-Marne (© INRAP Île-de-France, Service topographique).

2Saint-Pathus est localisé dans la partie nord du plateau vallonné du Multien, entre la Plaine de France à l’ouest, le Valois au nord, le pays de l’Ourcq à l’est et la Brie laitière au sud. L’emprise concernée par les fouilles se trouve à l’ouest du village, en bordure de la limite du département de l’Oise, frontière entre les régions actuelles de Picardie et d’Île-de-France (Fig. 2). Elle est sise sur les versants nord-ouest et nord-est de la colline du Bois des Dames (110 m NGF), dans le cône d’érosion du ru saisonnier de La Chaude Vallée (96 m NGF), qui rejoint le ruisseau de la Thérouanne à 1,5 km au nord-est (Fig. 3). Elle est bordée au sud par l’établissement de Noëfort.

Fig. 2 : Environnement actuel des opérations archéologiques 2005-2010 à Saint-Pathus (77430) (© INRAP Gilles Desrayaud, d’après carte IGN au 1/25 000 1992 et com. pers. du Cabinet Y. Duris-Mauger de Meaux).

Fig. 2 : Environnement actuel des opérations archéologiques 2005-2010 à Saint-Pathus (77430) (© INRAP Gilles Desrayaud, d’après carte IGN au 1/25 000 1992 et com. pers. du Cabinet Y. Duris-Mauger de Meaux).

Fig. 3 : Cadre topographique et hydrographique de la ZA du Bois de l’Homme Mort à Saint-Pathus (© INRAP Gilles Desrayaud, d’après carte IGN au 1/25 000 1992).

Fig. 3 : Cadre topographique et hydrographique de la ZA du Bois de l’Homme Mort à Saint-Pathus (© INRAP Gilles Desrayaud, d’après carte IGN au 1/25 000 1992).

3Les horizons pédologiques sous labours se caractérisent par la présence de limons argileux brun orangé reposant sur des argiles tertiaires brunes à orangées. Cette séquence, d’une épaisseur maximum de 2,5 m, repose sur un horizon hétérogène de poches de calcaire dégradé, de sablons et d’argiles verdâtres au sommet du socle calcaire bartonien (Konik 2005). Les marges nord-ouest et nord-est de l’emprise, en bas de versants, présentent des effets importants d’ablation et d’accumulation de colluvions limoneuses beiges stratifiées, postérieures à la fin de l’Antiquité.

4Ce terroir se situe à mi-distance entre les villes antiques de Meaux (IANTINUM, cité des Meldes) et Senlis (Augustomagus, cité des Silvanectes ; Fig. 1). Les communes du nord de la Seine-et-Marne actuelle, dont Saint-Pathus, canton de Dammartin-en-Goëlle, faisaient partie du pagus des Meldes. Au Haut-Empire cette civitas est rattachée à la province de Belgique. Au Bas-Empire, elle intègre la Première Lyonnaise, avec Lyon comme capitale ; puis, à la fin du ive s. ap. J.-C., la Quatrième Lyonnaise, ou Senonie, avec Sens comme métropole (Magnan 1998 : 14). “ La cité des Meldes, qui n’a jamais pris part au soulèvement ou au complot contre Rome, est une cité libre, c’est-à-dire qu’elle est exempte de tribut, qu’elle conserve de nombreux droits et peut même appliquer ses propres lois ” (Magnan 1998 : 14).

5Selon la tradition, Saint-Pathus (Sanctus Patusius) tiendrait son nom d’un prêtre qui, élu évêque en 684, mourut sur le chemin menant de Senlis (d’où il était originaire) à Meaux. J.-L. Flohic indique qu’“ une importante nécropole gallo-romaine et mérovingienne, située à proximité de l’église, atteste l’ancienneté de ce site riverain de la voie romaine ” (Flohic 2000 : 249 ; Gosselin 2005).

6La commune et ses environs recèlent de nombreux indices archéologiques, depuis le Paléolithique, et notamment antiques (Alix et al. 1977/78). Peu de sondages et de fouilles ont cependant été réalisés. À proximité immédiate du Bois de l’Homme Mort, à 1 km au nord-est, on peut toutefois souligner la présence d’occupations protohistoriques, gallo-romaine et du haut Moyen Âge au lieu-dit Les Rouges Chaperons (Fig. 2 ; Bet, Bojarski 2005).

Méthode d’enregistrement

  • 1 CH = chablis ; EM = empierrement ; EX = zone excavée ou excavation en puits ; FO = fossé ; FR = fo (...)
  • 2 ALI = alignement de fosses ou poteaux ; BAT : bâtiment ; CAV = cave ; CHM : chemin ; ENC = enclos  (...)

7Dans le cadre du présent article, les 1500 faits mis au jour en 2005 et 2007 ont été renumérotés en continu par type. À chaque type correspond un code de deux lettres précédant le numéro (par ex. : fosse 201 = FS201)1. Selon la même méthode, les ensembles (regroupements de faits) possèdent un code à trois lettres (par ex. : bâtiment 08 = BAT 08)2. La notion de système fossoyé (SFO) a été réservée à un ensemble de tronçons fossoyés (FO) alignés, supposés former une même limite. Les fossés contemporains reliés entre eux forment un réseau et les fossés synchrones un ensemble (Desrayaud 2008). Par commodité de lecture, les unités stratigraphiques composant un fait sont notées en tant que subdivisions numériques ou alphabétiques (1re US de la FS 01 = FS 01-1 ou FS 01-a). Les unités stratigraphiques (US) ne pouvant être rattachées à un fait en particulier comprennent quatre chiffres, issus des zonages de terrain : zones 1 à 3 du diagnostic, zones 4 et 5 pour les secteurs 1 et 2 de la fouille, et zones 6 et 7 pour le secteur 3 (Desrayaud 2005 et 2010). À l’origine, les faits et les ensembles portaient le numéro à quatre chiffres de l’US la moins élevée les composant (Py 1997). Afin d’éviter les confusions, cette logique de numérotation a été respectée entre fait et ensemble pour les “ systèmes fossoyés ” (par ex. : SFO 43 = FO 43 + FO84).

La ferme gauloise du secteur 1b

8Dans le secteur 1b, au sommet du versant nord-ouest de la colline de Noëfort (Fig. 4 et 5), plusieurs fossés ont livré des éléments céramiques qui situent leurs comblements pendant La Tène finale (LTD1-D3, entre 150 et 25 av. J.-C. ; Fig. 6 et 7 ; Desrayaud 2010). Les fossés synchrones et continus SFO 18, 31 et 32 forment les côtés sud, est et nord d’un enclos approximativement trapézoïdal (enclos 01), orienté est-ouest. Au sud, les fossés 340 et 341 forment un angle, qui suit en partie des orientations similaires.

Fig. 4 : Plan général des vestiges de la ZA du Bois de l’Homme Mort à Saint-Pathus (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati ; courbes et coordonnées : Cabinet Yves Duris-Mauger de Meaux).

Fig. 4 : Plan général des vestiges de la ZA du Bois de l’Homme Mort à Saint-Pathus (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati ; courbes et coordonnées : Cabinet Yves Duris-Mauger de Meaux).

Fig. 5 : Plan des vestiges du secteur 1b (© INRAP Gilles Desrayaud et Philippe Lenhardt).

Fig. 5 : Plan des vestiges du secteur 1b (© INRAP Gilles Desrayaud et Philippe Lenhardt).

9Dans la partie centrale de l’enclos 01, deux fenêtres de décapage ont révélé la présence de trois bâtiments sur poteaux plantés. La céramique associée et la morphologie “ à pans coupés ” du bâtiment 01 (Fig. 5) permettent de les attribuer à la période gauloise à romaine précoce (Pion 1996). Les plans des bâtiments 02 et 03 se chevauchent, indiquant au moins deux phases d’édification. Le fossé non daté 219 semble matérialiser une partition, représentant peut-être le côté ouest d’un enclos principal enserrant les bâtiments. Il a livré un gros fragment de céramique modelée attribuable à la période gauloise ou romaine précoce.

10Ce site n’avait pas été identifié pendant le diagnostic et son décapage n’était donc pas prévu dans la prescription. Il n’a malheureusement pu faire l’objet que d’ouvertures et de fouilles très partielles. L’enclos 01, si l’on retient la limite du fossé 219, représente environ 0,5 ha ; l’emprise totale de l’établissement, entre les fossés 32 et 340, est d’environ 1,5 ha (Fig. 5 et 6). En incluant les tranchées de diagnostic, on peut estimer que 20 % seulement de cette surface ont été décapés.

Fig. 6 : Hypothèse de phasage du secteur 1b, ferme gauloise (© INRAP Gilles Desrayaud et Philippe Lenhardt).

Fig. 6 : Hypothèse de phasage du secteur 1b, ferme gauloise (© INRAP Gilles Desrayaud et Philippe Lenhardt).

11Les fossés de la ferme laténienne présentent plusieurs tronçons orthogonaux. En contrebas, sur le versant nord-ouest de la butte, plusieurs fossés non datés possèdent des orientations semblables à sa limite orientale (SFO 34, 66, 67 ; Fig. 4). Ils pourraient représenter les vestiges d’un réseau connexe couvrant au moins une dizaine d’hectares. Le synchronisme de l’occupation du secteur 1b avec les indices de La Tène finale ou gallo-romains précoces du secteur 3 n’a pas pu être établi.

12Cette configuration est caractéristique des fermes gauloises qui se développent en Gaule Chevelue à partir du iie s. av. J.-C. (Pion 1996 ; Marion, Blancquaert 2000). Légèrement plus à l’est, dans le secteur 1, la fosse 269 et le fossé 279 ont livré quelques formes attribuables à La Tène Moyenne ou au début de La Tène finale (LTB2-D1 ; env. 300-100 av. J.-C. ; Fig. 7). Il est possible que ces éléments marquent le début de l’occupation. Hormis la céramique, les vestiges du secteur 1b ont livré quelques scories de forge et fragments de torchis, ainsi qu’un morceau de meule en poudingue (Lepareux-Couturier 2010 ; Prié 2010). L’absence de céramique gallo-romaine semble indiquer un abandon du site avant le dernier quart du ier s. av. J.-C. Les premières implantations gallo-romaines sont, quant à elles, établies entre la seconde moitié du ier s. av. J.-C. et le début du ier s. ap. J.-C. Elles font suite à l’abandon de l’établissement gaulois.

Fig. 7 : Céramique de La Tène moyenne/finale à gallo-romaine précoce des secteurs 1 et 1b. A : Modelée à chamotte, pâte grise et surfaces brunes à gris sombre, La Tène B2-D1 (env. 300-100 av. J.-C.) ; B : Modelée à chamotte, pâte noire et surfaces brun orangé à noircies, La Tène B2-D1 (env. 300-100 av. J.-C.) ; C : Modelée à chamotte, pâte noire et surfaces brun orangé, La Tène B2-D1 (env. 300-100 av. J.-C.) ; D : Commune sombre sableuse (NPR précoce ?), pâte brun rouge et surfaces noircies, La Tène finale/Gallo-romain précoce ; E : “ Pot-de stockage ” en Modelée à chamotte grossière, pâte grise et surfaces beige orangé, La Tène finale/Gallo-romain précoce ( 2de moitié IIe av.-début Ier ap. J.-C.) ; F : “ Pot-de stockage ” en Modelée à chamotte, pâte brun noir, surfaces lissées, ext. brune, int. brun noir, La Tène finale/Gallo-romain précoce ( 2de moitié iie av.-début ier ap. J.-C.) ; G : pâte tournée sableuse grise à brun jaune, surfaces érodées (Sableuse sombre ?), La Tène finale/Gallo-romain précoce ; H : “ Pot-de stockage ” en Modelée à chamotte, pâte grise et surfaces lissées beige à brun rouge, La Tène finale D2/Gallo-romain précoce (ier s. av.-début ier ap. J.-C.) ; I : Modelée à chamotte, pâte et surfaces gris foncé à brunes, petites alvéoles abondantes, décomposition d'un dégraissant végétal ? La Tène finale/Gallo-romain précoce (2de moitié iie av.-début ier ap. J.-C.) (© INRAP Gilles Desrayaud).

Fig. 7 : Céramique de La Tène moyenne/finale à gallo-romaine précoce des secteurs 1 et 1b. A : Modelée à chamotte, pâte grise et surfaces brunes à gris sombre, La Tène B2-D1 (env. 300-100 av. J.-C.) ; B : Modelée à chamotte, pâte noire et surfaces brun orangé à noircies, La Tène B2-D1 (env. 300-100 av. J.-C.) ; C : Modelée à chamotte, pâte noire et surfaces brun orangé, La Tène B2-D1 (env. 300-100 av. J.-C.) ; D : Commune sombre sableuse (NPR précoce ?), pâte brun rouge et surfaces noircies, La Tène finale/Gallo-romain précoce ; E : “ Pot-de stockage ” en Modelée à chamotte grossière, pâte grise et surfaces beige orangé, La Tène finale/Gallo-romain précoce ( 2de moitié IIe av.-début Ier ap. J.-C.) ; F : “ Pot-de stockage ” en Modelée à chamotte, pâte brun noir, surfaces lissées, ext. brune, int. brun noir, La Tène finale/Gallo-romain précoce ( 2de moitié iie av.-début ier ap. J.-C.) ; G : pâte tournée sableuse grise à brun jaune, surfaces érodées (Sableuse sombre ?), La Tène finale/Gallo-romain précoce ; H : “ Pot-de stockage ” en Modelée à chamotte, pâte grise et surfaces lissées beige à brun rouge, La Tène finale D2/Gallo-romain précoce (ier s. av.-début ier ap. J.-C.) ; I : Modelée à chamotte, pâte et surfaces gris foncé à brunes, petites alvéoles abondantes, décomposition d'un dégraissant végétal ? La Tène finale/Gallo-romain précoce (2de moitié iie av.-début ier ap. J.-C.) (© INRAP Gilles Desrayaud).

13De nombreuses fermes gauloises à enclos quadrangulaire simple ou double, enserrant des bâtiments, avec fossés connexes, sont connues dans le Bassin parisien (Buchsenschutz, Méniel 1994). En Seine-et-Marne, on peut citer le “ cas d’école ” de la ZAC du Mont-Blanc à Savigny-le-Temple, sur le plateau de Sénart (Bruant 2008).

Établissement gallo-romain du secteur 1

14Dans le secteur 1, au sommet du versant nord-est de la butte de Noëfort, plusieurs fossés gallo-romains marquent une occupation enclose (Fig. 4 et 8). Ils semblent s’organiser selon l’amorce de pente du versant sud-est. Localisé en limite d’emprise, le site n’a été que partiellement décapé, sur un peu plus de 0,5 ha. Une quinzaine de portions de fossés, une dizaine de fosses, un four et un bâtiment sur poteau ont pu être attribués à la période antique. Ils ont livré des éléments céramiques s’échelonnant entre le ier s. av. J.-C. et le début du ve s. ap. J.-C. (Fig. 9 et 10).

Fig. 8 : Plan des vestiges du secteur 1 (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).

Fig. 8 : Plan des vestiges du secteur 1 (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).

Fig. 9 : Hypothèse de phasage du secteur 1, établissement rural gallo-romain (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).

Fig. 9 : Hypothèse de phasage du secteur 1, établissement rural gallo-romain (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).

Secteur 1, phase A (env. 50 av.-150 ap. J.-C.)

15Le tronçon FO381 du fossé 36 a livré un récipient en céramique commune sombre, produit entre le ier s. av. et le début du ier s. ap. J.-C. (Fig. 10-A ; Desrayaud 2010). Il semble correspondre au début de l’occupation.

Fig. 10 : Céramique gallo-romaine du secteur 1, intervalle ier s. av. à 2de moitié ive-début ve s. ap. J.-C. A : Commune sombre (Terra Nigra ?), pâte sableuse fine grise (cœur) à gris beige, surfaces gris sombre avec traces de couverte noire, ier s. av. J.-C.-début ier ap. J.-C. ; B : Terra Nigra/Noire-“ fumigée ”, pâte sableuse blanche compacte à fines particules micacées, ier-1re moitié iie s. ap. J.-C. ; C : Coupelle complète en Sigillée, pâte fine orange à fines particules micacées éparses, traitement de surface érodé (vernis rouge), marque de potier partiellement érodée sur fond int., Sellès 213, Drag. 33, fin iie-iiie s. ap. J.-C. ; D : Grise ardoisée à couverte grise, iiie-ive s. ap. J.-C. ; E : Coupelle en Sigillée, pâte fine orange, fines particules micacées et calcaires, Lezoux 44, Sellès 211, Vernhet C1, 1re moitié iie-iiie s. ap. J.-C. ; F : Coupe en Sigillée, pâte fine orangée très fines particules micacées et calcaires éparses, Lezoux 56, Sellès 2.2, Vernhet C1, iie-1re moitié iiie s. ap. J.-C. ; G : Granuleuse, pâte rosée, surfaces beiges à grises, type Alzei 30-Petit I, 2de moitié ive-ve s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud).

Fig. 10 : Céramique gallo-romaine du secteur 1, intervalle ier s. av. à 2de moitié ive-début ve s. ap. J.-C. A : Commune sombre (Terra Nigra ?), pâte sableuse fine grise (cœur) à gris beige, surfaces gris sombre avec traces de couverte noire, ier s. av. J.-C.-début ier ap. J.-C. ; B : Terra Nigra/Noire-“ fumigée ”, pâte sableuse blanche compacte à fines particules micacées, ier-1re moitié iie s. ap. J.-C. ; C : Coupelle complète en Sigillée, pâte fine orange à fines particules micacées éparses, traitement de surface érodé (vernis rouge), marque de potier partiellement érodée sur fond int., Sellès 213, Drag. 33, fin iie-iiie s. ap. J.-C. ; D : Grise ardoisée à couverte grise, iiie-ive s. ap. J.-C. ; E : Coupelle en Sigillée, pâte fine orange, fines particules micacées et calcaires, Lezoux 44, Sellès 211, Vernhet C1, 1re moitié iie-iiie s. ap. J.-C. ; F : Coupe en Sigillée, pâte fine orangée très fines particules micacées et calcaires éparses, Lezoux 56, Sellès 2.2, Vernhet C1, iie-1re moitié iiie s. ap. J.-C. ; G : Granuleuse, pâte rosée, surfaces beiges à grises, type Alzei 30-Petit I, 2de moitié ive-ve s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud).

16Le fossé 55 recoupe le fossé 381 et son comblement est daté de l’intervalle 50-150 ap. J.-C. (Fig. 9 et 10-B). Il marque la limite nord du site. Les fossés gallo-romains 53 et 388 sont synchrones et forment un angle à environ 110°. Le fossé 388 recoupe le fossé 381 et longe le fossé 55 en parallèle, à environ 2,5 m vers le sud. Le fossé non daté 367 longe le fossé 53. Le tronçon 370-a semble correspondre à la continuation des fossés 53 et 367 vers le sud. Ces limites fossoyées marquent probablement les côtés nord et ouest d’un premier enclos (enclos 02 ; Fig. 8 et 9). Le fossé gallo-romain 382 et les fossés non datés 355 et 378 pourraient représenter des éléments des limites sud et est, ainsi qu’une partition interne.

17Les orientations de la phase A du secteur 1 sont relativement proches de celles du secteur 1b. Cette reprise partielle des orientations gauloises suggère une permanence des limites, avec un déplacement de l’occupation.

Secteur 1, phase B (env. 100-400 ap. J.-C.)

18Le fossé SFO 25 recoupe le fossé 55 de la phase A. Son tronçon oriental et les fossés 353 et 358 forment les côtés nord, ouest et sud d’un enclos rigoureusement orthogonal (enclos 03 ; Fig. 8 et 9). La partie sud-est de l’enclos n’a pas été décapée, étant située sous la route actuelle de Noëfort. D’une largeur d’environ 60 m, cet enclos a été suivi sur 98 m de longueur, ce qui représente une surface supérieure à 0,5 ha. La céramique collectée indique un comblement entre la fin du iie et le ive s. ap. J.-C. (Desrayaud 2010).

19Le fossé SFO 25 se poursuit pendant plusieurs dizaines de mètres vers l’ouest. Un changement d’orientation intervient à son extrémité nord-ouest (tronçon 25-b), la limite fossoyée semblant se réorienter à la perpendiculaire du fossé gallo-romain SFO 19 (Fig. 4 et 5). Le fossé gallo-romain SFO 28 est parallèle au tronçon SFO 25-a, distant d’environ 6 m vers le nord (Fig. 8 et 9). Il semble recouper les fossés de la phase A, mais sa relation avec l’enclos 03 n’a pas pu être établie.

  • 3 Identification de terrain par Gérard Bruret (Inrap) et d’après photographie par Olivier Cotté (Inr (...)

20Dans la partie nord-est de l’enclos, une dizaine de fosses présentent une forme rectangulaire assez peu commune sur les habitats ruraux gallo-romains (Desrayaud 2005 : 369-370). Certaines ont livré des dépôts céramiques relativement abondants. La fosse 278 contenait un cochon de lait déposé entier3, ainsi qu’une coupelle en sigillée complète de la fin du iie-iiie s. ap. J.-C. (Sellès 213, Drag. 33 ; Fig. 10-C ; Sellès 2001).

  • 4 Fosses 10, 12, 277, 278, 279 (Fig. 9).

21Seules cinq d’entre elles ont pu être datées avec certitude4, dans un intervalle se situant entre la fin du iie s. et la première moitié du ive s. ap. J.-C. (Fig. 9 et 10-C à F ; Desrayaud 2010). Le caractère cultuel, probable au moins pour la fosse 278, est possible pour l’ensemble de ces creusements.

22La fosse n15, de grande taille, a livré de la céramique de la fin du iie-ive s. ap. J.-C. (Fig. 8 et 9). Lors du diagnostic de 2005, sa surface sous labours présentait des auréoles charbonneuses qui contenaient, pour deux d’entre elles, des esquilles d’os brûlé. Certaines d’entre elles montrent des traces de combustion peu marquées, et il n’a pas été possible de déterminer leur nature humaine ou animale, en raison du faible nombre de restes (com. pers. Hervé Guy et Isabelle Le Goff, Inrap). Cette configuration évoque la possible existence de fonds de sépultures à crémation.

Secteur 1, l’occupation tardive (comblements entre 350-425 ap. J.-C.)

23En limite est de décapage, sous les comblements supérieurs du bord de la mare 02, un ensemble de fosses et un four culinaire ont été mis au jour (Fig. 8). Le four bilobé 01 et la fosse 35 ont livré de la céramique de la seconde moitié du ive-début ve s. ap. J.-C. (Fig. 10-G ; Desrayaud 2010). Ils semblent correspondre à la fin de l’occupation du site. La datation de la mare, très partiellement dégagée, demeure incertaine, même si une attribution à la période romaine est probable.

Bâtiment 04, gallo-romain

24Le bâtiment gallo-romain n4 n’a pas pu être attribué à une phase chronologique en particulier. Il se présente sous la forme de deux travées parallèles de 5 m de long et de quatre poteaux chacune, espacées de 11,5 m (Fig. 8), soit un module rectangulaire moyen d’un rapport de 4/9 ou de 1/2. Il est approximativement parallèle au bord oriental du probable enclos de la phase A, distant d’environ 2 m vers le sud-est.

25Dans l’éventualité d’un bâtiment à toiture, représentant une surface d’environ 50 m2, une longueur de portée supérieure à 10 m suppose l’emploi de structures intermédiaires de support. Il est possible que leurs traces aient été détruites par les labours, ou qu’il s’agisse d’aménagements posés (poteaux sur bases de pierre ou sablières basses ?). Sa morphologie et sa localisation, vers le centre supposé du côté est du premier enclos, peuvent également évoquer un aménagement s’apparentant à un porche.

Secteur 1 : type d’occupation ?

  • 5 36 restes fauniques issus de contextes gallo-romains. Pas de reste botanique.

26La nature des occupations rurales délimitées par les deux enclos successifs est difficile à définir. L’absence de structures bâties attestées dans la partie décapée empêche d’y reconnaître avec certitude une ferme. L’indigence des données fauniques et environnementales5 ne permet pas d’hypothèse sur le caractère agricole ou non du site. La présence d’une petite meule rotative entière (meta ; FS 45), d’un four culinaire tardif (FR 01) et d’une structure de combustion non datée (FR 02) indiquent des activités domestiques (Fig. 8).

27Hormis les fossés, les contextes ayant livré le plus de mobilier, dont les fosses rectangulaires, pourraient, pour certains, correspondre à des dépôts votifs. Ces éléments ne permettent cependant pas d’assimiler l’ensemble du site à une zone dédiée à des pratiques funéraires et/ou religieuses.

Établissement agricole gallo-romain du secteur 2

28Dans le secteur 2, à mi-pente du versant nord-est, une quinzaine de fossés gallo-romains forment des enclos quadrangulaires enserrant une zone d’occupation (Fig. 4 et 11). En grande partie orthogonaux, ils s’organisent selon le sens de la pente. Le site a été entièrement décapé sur 1,3 ha. Une vingtaine de fosses, quatre zones excavées, un puits maçonné et deux bâtiments ont pu être attribués à la période romaine. Ils ont livré des éléments céramiques s’échelonnant entre la seconde moitié du ier s. av. J.-C. et le début du ve s. ap. J-C. (Fig. 12 et 13 ; Desrayaud 2010).

Fig. 11 : Plan des vestiges du secteur 2 (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).

Fig. 11 : Plan des vestiges du secteur 2 (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).

Fig. 12 : Hypothèse de phasage du secteur 2, établissement agricole gallo-romain (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).

Fig. 12 : Hypothèse de phasage du secteur 2, établissement agricole gallo-romain (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).

Fig. 13 : Céramique antique du secteur 2, intervalle 2de moitié ier s. av. à 2de moitié ive-début ve s. ap. J.-C. A : Tournée Sombre à chamotte, rares paillettes micacées, à engobe noir ? La Tène finale/GR précoce (2de moitié iie-2de moitié ier av. J.-C.) ; B : Dolium en Brune à micas dorés, traces de dorure brillante sur ext., 2nde moitié ier av.-milieu ier s. ap. J.-C. ; C : Amphore gallo-romaine en Claire rosée, pâte rosée et surfaces crème, fin ier-(1ère moitié ?) iie s. ap. J.-C. ; D : Grise sombre avec traces de résidus noir sur ext. ; E : Granuleuse beige, “ Urne ” de type Alzei 27-Petit II, 2de moitié ive-ve s. ap. J.-C. ; F : Granuleuse beige, “ Urne ” de type Alzei 27-Petit II, 2de moitié ive-ve s. ap. J.-C. ; G : pâte sableuse noircie, ive-début ve s. ap. J.-C. ; H : Grise ardoisée, ive-1ère moitié ve s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud).

Fig. 13 : Céramique antique du secteur 2, intervalle 2de moitié ier s. av. à 2de moitié ive-début ve s. ap. J.-C. A : Tournée Sombre à chamotte, rares paillettes micacées, à engobe noir ? La Tène finale/GR précoce (2de moitié iie-2de moitié ier av. J.-C.) ; B : Dolium en Brune à micas dorés, traces de dorure brillante sur ext., 2nde moitié ier av.-milieu ier s. ap. J.-C. ; C : Amphore gallo-romaine en Claire rosée, pâte rosée et surfaces crème, fin ier-(1ère moitié ?) iie s. ap. J.-C. ; D : Grise sombre avec traces de résidus noir sur ext. ; E : Granuleuse beige, “ Urne ” de type Alzei 27-Petit II, 2de moitié ive-ve s. ap. J.-C. ; F : Granuleuse beige, “ Urne ” de type Alzei 27-Petit II, 2de moitié ive-ve s. ap. J.-C. ; G : pâte sableuse noircie, ive-début ve s. ap. J.-C. ; H : Grise ardoisée, ive-1ère moitié ve s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud).

Secteur 2, phase A (env. 50 av.-150 ap. J.-C.)

29Le fossé SFO 49 et les fossés 45, 46, 76 et 85 sont synchrones et comblés entre le dernier tiers du ier s. et la première moitié du iie s. ap. J.-C. (Fig. 11 et 12). Ils ont livré de la céramique datée entre 50 av. et 150 ap. J.-C. (Fig. 13-B). Dans la moitié sud-ouest du site, ils délimitent un enclos en parallélogramme d’environ 1500 m2, à côté double sur le flan méridional (enclos 04).

30Les fosses 115 et 121 sont comblées au ier s. ou pendant la première moitié du iie s. ap. J.-C. (Fig. 12 et 13-C). Elles sont toutefois localisées en dehors de l’enclos 04. Le tronçon FO91 du SFO 49 et le fossé 46 se poursuivent au delà du fossé 85 (Fig. 11 et 12). Le fossé gallo-romain 74 pourrait, quant à lui, marquer la véritable limite nord de l’enclos. Il est possible que les limites de la zone enclose pendant la phase A se soient développées au-delà de celles qui ont été observées. Elles ont pu notamment être en partie oblitérées par des recreusements postérieurs. Au nord du site, les fossés 48, SFO 51 et 95 semblent former un réseau attribuable à la période gauloise ou à la phase A (Fig. 11 et 12). Bien qu’il présente des orientations divergentes avec l’enclos 04, il pourrait matérialiser la limite septentrionale de l’occupation.

Secteur 2, phase B (env. 100-400 ap. J.-C.)

Systèmes d’enclos de la phase B

31Les orientations des côtés nord-est et sud-est de l’enclos de la phase A sont reprises et développées au cours de la phase B (Fig. 11 et 12). Certaines orientations distinctes, attribuables à la phase A, persistent néanmoins en partie sud.

32Les fossés comblés durant les iiie-ive s. ap. J.-C. délimitent une zone sub-rectangulaire avec partitions internes, d’environ 60 m par 120 m, soit un peu plus de 0,7 ha. Les fossés 47 et 82, ainsi que le fossé SFO 42, forment un réseau délimitant les côtés nord-ouest, sud-ouest et la partie méridionale de la limite sud-est de la zone enclose (enclos 05). Avec les fossés 84 et 104, les fossés SFO 44-a (FO70) et SFO 47 constituent les côtés d’un enclos rectangulaire (enclos 06), à partition médiane (SFO 50, FO 99), d’environ 60 m par 90 m. Le fossé isolé 116 marque également le côté septentrional.

33L’enclos 05 a livré peu de mobilier et la datation des comblements de ses fossés reste large. Il semble être au moins en partie synchrone avec l’enclos 06, le fossé 104 s’arrêtant au contact du fossé 102 du SFO 47. Il reprend partiellement l’implantation de l’enclos 04 antérieur. Le SFO 22-a (FO 83, 86 et 87) et le FO 43 se croisent et ne sont donc pas contemporains. Le SFO 22-a pourrait appartenir à la phase A (Fig. 12).

34L’enclos 06 présente au moins deux phases, matérialisées par les fossés 70 et 71 du SFO 44. À l’instar du fossé 116, le SFO 44 est comblé au plus tard vers le milieu du ive s. ap. J.-C. et n’est recoupé par aucun vestige. Au contraire, le fossé 104 du SFO 24 est recoupé par une occupation relativement dense (Fig. 11), notamment par les fosses 130 et 172, comblées pendant l’intervalle (milieu ?) iiie-milieu ive s. ap. J.-C. Aucun creusement ne recoupe le fossé 116, qui marque la limite nord-est des implantations postérieures au SFO 24. Le fossé 70 du SFO 44 est synchrone avec le fossé 104. Il est possible que le tronçon FO 71 (SFO 44-b) représente une phase postérieure, synchrone avec le fossé 116.

35D’après ces éléments, une hypothèse de phasage des systèmes d’enclos de la phase B est possible (Fig. 12). La phase d’enclos B1, matérialisée par le fossé SFO 24 et fossés annexes, prendrait fin au plus tard vers le milieu du iiie s. ap. J.-C. La phase d’enclos B2, caractérisée par une occupation relativement dense de l’angle nord-est, se situerait entre le iiie et le milieu du ive s. ap. J.-C.

Bâtiments de la phase B

36Dans l’angle nord-est de l’enclos, la tranchée de mur en “ L ” TR01 recoupe le fossé 104 et est creusée pendant ou après le (milieu ?) iiie-milieu ive s. ap. J.-C. Elle matérialise l’angle sud d’un groupement de fosses et trous de poteau (Fig. 11). Ces vestiges occupent un espace plus ou moins rectangulaire d’environ 8 x 13 m, perpendiculaire aux grands côtés de l’enclos 06, qui pourrait marquer l’implantation d’un bâtiment. Sur le bord ouest, les empierrements 02 et 03 semblent correspondre au démontage d’un radier ou d’une fondation de mur. La présence de deux tessons de céramique granuleuse associés à des productions des iiie-ive s. ap. J.-C., indique un comblement du dernier tiers du ive s. ou du début du ve s. ap. J.-C.

37Dans la partie centrale de l’enclos est, le petit bâtiment non daté 06, avec un plan en “ T ”, est orthogonal aux fossés 43 et 116 (Fig. 11). La fosse oblongue 111, qui souligne le bord externe de son côté méridional, a livré un bord de céramique grise ardoisée à couverte grise, variante de Sellès 1127, du ive-début ve s. ap. J.-C. Ces éléments suggèrent une probable appartenance à la phase B.

Zones excavées 22 et 23

38La partie centrale des enclos de la phase B est marquée par la présence de deux grandes zones excavées en enfilade, comblées durant la seconde moitié du ive-début ve s. ap. J.-C. (Fig. 13-F et G). L’excavation sub-rectangulaire oblongue 22 présente un comblement charbonneux et semble prolonger la pointe ouest de la mare 03, à laquelle elle pourrait être liée. Plus au nord, l’excavation 23 est scellée par des sédiments encaissants limono-argileux qui indiquent un remblayage après curage. Son bord nord-ouest est droit et régulier. Il s’aligne sur le fossé de partition interne 99, situé approximativement sur l’axe longitudinal médian de l’aire enclose.

Secteur 2, l’occupation tardive (env. 350-425 ap. J.-C.)

  • 6 EX04/05, EX 22, EX 23, FS78, FS141, FS169 RI EM 02/03 (Fig. 11 et 12).
  • 7 Comme tend à le confirmer la collecte d’une monnaie constantino-valentinienne, milieu ive s. ap. J (...)

39Six contextes ont livré quelques tessons de céramique granuleuse6 (Fig. 13-E et F), notamment de types Alzei 27-Petit II (NMI : 3) et 30 (NMI : 1 ; Unverzagt 1916). Ces éléments, en faible nombre, indiquent une fréquentation du secteur 2 au moins jusqu’au dernier tiers du ive s. ap. J.-C.7, période d’apparition de la céramique granuleuse en Île-de-France (Barat 1993 ; Giganon 1994 ; Renel 1997). Ils sont le plus souvent associés à des productions du ive-début ve s. ap. J.-C., dont de la sigillée à molette (principalement de type Chenet 320 : Chenet 1941 ; Feller 1991).

40Les fossés d’enclos 44 et 116 sont abandonnés au plus tard vers le milieu du ive s. ap. J.-C. À l’instar du secteur 1, il est possible qu’une occupation légère, non enclose, ait subsisté pendant l’intervalle seconde moitié ive-début ve s. ap. J.-C.

41Ces éléments tardifs pourraient également correspondre à une phase ultime de récupération et de nivellement du site, comme le suggère le remblai des excavations 04 et 23, ainsi que la tranchée de récupération de mur 01 (Fig. 12).

Le puits 01 et la mare 03

  • 8 GrN-31221 : 1610 ± 20 BP (95,4 %), 405-535 cal ap. J.-C. (Oxcal).

42Dans l’angle sud des enclos gallo-romains 04 et 05, le puits à eau maçonné 01 a été partiellement sondé jusqu’à une profondeur de 5,6 m depuis le niveau de décapage (Fig. 11). Ses comblements ont livré des tessons de sigillée décorée à la molette duive-milieu ve s. ap. J.-C. (Feller 1991). Une date radiocarbone sur un fragment de bois suggère un abandon effectif aux environs du ve s. ap. J.-C.8 Les sédiments n’ont pas livré de restes suffisamment bien conservés pour mener des analyses polliniques et phytolithiques complètes. On peut cependant souligner la présence peu marquée de pollens de céréales et de déchets de taille d’éléments en chêne (Allenet de Ribemont 2010 ; Lecomte-Schmitt 2010).

  • 9 MA 03-US 2 : GrA-38202 : 1700 ± 35 BP (95,4 %), 253-415 cal ap. J.-C. (Oxcal).

43Dans la partie est des enclos, la mare 03 a livré 40 tessons gallo-romains, dont un bord de pana en sigillée tardive, iiie-1re moitié ve ap. J.-C. Une date radiocarbone suggère un colmatage à partir de cet intervalle9 (US 2 : voir Annexe palynologique, infra). L’excavation n’apparaît ni sur les cadastres moderne et contemporain, ni sur une photographie aérienne de 1959. Ces éléments tendent à indiquer son appartenance à la période romaine.

Secteur 2 : témoignages d’activités agricoles

44Les spectres polliniques des couches inférieures de la mare 03 reflètent un paysage très ouvert, occupé par des prairies, des pâturages et des cultures vivrières (noyer, céréales ; US 3 et 4 : Annexe palynologique, infra ; Allenet de Ribemont 2010). Par la suite, les données du colmatage supérieur (US 2), daté de la seconde moitié du iiie-début ve s. ap. J.-C., voire au-delà, indiquent la mise en friche de terrains aux alentours immédiats, conjointement à un moindre enregistrement des céréales. Ces résultats semblent traduire une déprise partielle d’un secteur antérieurement fortement voué aux activités agricoles, probablement pendant la période romaine.

45Pour la phase B, les restes fauniques sont dominés par le bœuf (43,5 % NR), suivi par les caprinés (17,5 % NR), le porc (17 % NR) et le cheval (13 % NR : Annexe archéozoologique, infra ; Jouanin 2010). Hormis pour les porcs, les âges d’abattage signalent un élevage orienté sur les productions “ secondaires ” (lait, laine) et la force de travail (traction, labours...). On peut également souligner une activité artisanale sur bois de cerf (Annexe archéozoologique, infra ; Jouanin 2010).

46L’occupation du secteur 2 semble donc correspondre à des activités agricoles. L’absence de bâtiments sur fondations de pierre, peut-être en partie due à l’érosion, évoque un établissement de faible envergure. La relative abondance des mobiliers (56 kg de céramique, 10 kg de faune…), la présence d’un puits à eau, d’au moins deux petits bâtiments et de plusieurs structures de combustion correspondent à un habitat.

Établissement antique du secteur 3

  • 10 Sur le plan directeur de 1943, le ru adopte l’appellation “ des Vaches ”.

47Situé en limite d’emprise, le long du ru actuel canalisé10, le site du secteur 3 a été partiellement mis au jour sur un peu plus d’1,1 ha. La présence de réseaux actifs au sud-ouest a également limité le décapage (Fig. 4 et 14). L’occupation antique, principalement gallo-romaine, est localisée dans la partie supérieure du cône d’érosion du ruisseau de la Chaude Vallée, en bas du versant nord-ouest de la colline de Noëfort (Fig. 3).

48Une trentaine de fossés gallo-romains marquent des enclos successifs et leurs partitions internes. Une vingtaine de fosses, deux zones excavées, deux bâtiments, un puits maçonné, trois structures de combustion, une cave maçonnée et trois mares ont pu être attribués à la même période (Fig. 15). Ils ont livré des éléments céramiques s’échelonnant entre la période gauloise et le début de la période romaine jusqu’au milieu du ive-début ve s. ap. J.-C. (Fig. 16 et 17 ; Desrayaud 2010).

Fig. 14 : Plan des vestiges du secteur 3 (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Régis Touquet).

Fig. 14 : Plan des vestiges du secteur 3 (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Régis Touquet).

49Des pentes avoisinant les 3 % et l’écoulement du ru ont favorisé une double dynamique d’érosion depuis le sud-ouest et le sud-est, provoquant la relative mise à nu du substrat et l’accumulation d’épaisses couches de colluvions en fond de vallon (Konik 2005). Ainsi, alors que dans la partie sud-ouest du secteur 3 les argiles tertiaires affleurent sous les labours, à la pointe nord-est, les vestiges archéologiques sont recouverts par plus d’1,5 m de colluvions (Fig. 14). Ces dépôts ont probablement été accélérés par la mécanisation des labours et la canalisation du ru dès les années 1940. Le fossé 123, figuré sur le cadastre de 1838, se trouve déjà enfoui à près d’1 m de profondeur (Fig. 20). Il recoupe un demi-mètre de sédimentation scellant les strates gallo-romaines sous-jacentes. Les phénomènes d’ablation avant accumulation ont en partie tronqué les vestiges. Hormis les fonds de mares et zones excavées, aucun sol antique n’est conservé. Une limite d’arasement/démolition est nettement perceptible au niveau du bâtiment 08 et de sa couronne excavée (US 2302 : Fig. 20 et 22) et les fondations de murs de la pièce 01 du bâtiment 08 ne sont conservées que sur une dizaine de centimètres de profondeur au maximum.

50La partie nord de l’occupation se situe dans la partie basse du secteur 3, entre les courbes de niveau de 98 m et 96 m NGF des sols encaissants conservés. À cet endroit, plusieurs horizons, antérieurs aux vestiges gallo-romains, sont assimilables à des colluvions et/ou des alluvions (US 1030 : Fig. 20 ; cuvettes naturelles 02 et 03 : Fig. 14). Ces formations naturelles, ainsi que la présence de probables amorces de puits karstiques (FT325, 326 et 327 : Fig. 14) et le scellement de l’occupation par des niveaux en partie hydromorphes (horizon Id : Fig. 20 et 22), traduisent une dynamique ancienne de fond de vallon inondable. Le comblement par des colluvions du fossé SFO 62 et de la phase supérieure de la mare 10, entre 150 et 350 ap. J.-C., en bas du versant nord-ouest (Fig. 18), indique une érosion active pendant la période romaine et implique un faible couvert végétal en amont.

Secteur 3, phase A (entre 100 av.-150 ap. J.-C.)

51En limite nord-ouest de décapage, le fossé 139 a livré de la céramique de La Tène finale (D2) à gallo-romaine précoce (env. 100 av.-25 ap. J.-C. ; Fig. 14 et 15). En limite sud-ouest, la structure de combustion FY 06 semble appartenir au même intervalle. Ces deux vestiges marquent le début de l’occupation du secteur 3. Il n’a pas été possible de les attribuer avec certitude à la période gauloise ou, inversement, au début de l’implantation gallo-romaine. Ils pourraient traduire une continuité entre ces deux périodes.

  • 11 FO 61, SFO 64, FO 146, FO147, FO176 (Fig. 14 et 15).

52La limite fossoyée 138 reprend le tracé du fossé gaulois à gallo-romain précoce 139 (Fig. 14 et 15). Ce dernier et les fossés 168 et 169, successifs, sont approximativement parallèles et comblés pendant l’intervalle ier-1re moitié iie s. ap. J.-C. (Desrayaud 2010). Ils enserrent la plupart des vestiges datés de cette phase et pourraient correspondre aux côtés nord-ouest et sud-est d’une zone enclose d’une soixantaine de mètres de large. La frange sud-ouest n’a pas pu être appréhendée. À l’opposé, plusieurs fossés du Haut-Empire11, d’orientations légèrement différentes, semblent matérialiser la limite nord-est de ce possible enclos, d’une longueur sans doute supérieure à 150 m.

Fig. 15 : Hypothèse de phasage du secteur 3, occupation antique et établissement rural gallo-romain. Phase A : 2de moitié ier s. av. à 2de moitié ier/1re moitié iie s. ap. J.-C. Phase B : iie-ive s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud et Philippe Lenhardt).

Fig. 15 : Hypothèse de phasage du secteur 3, occupation antique et établissement rural gallo-romain. Phase A : 2de moitié ier s. av. à 2de moitié ier/1re moitié iie s. ap. J.-C. Phase B : iie-ive s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud et Philippe Lenhardt).

53Hormis les fosses, l’occupation de la phase A se distingue par la présence d’une cave maçonnée, d’un four trilobé, d’une mare, ainsi que d’une probable zone d’extraction.

54À l’ouest, la cave 01 est conservée sur 0,8 m de profondeur et a été presque entièrement récupérée avant son remblayage. Seuls subsistent des lambeaux de murs parementés sur le flan nord-ouest, ainsi que son sol aménagé de cailloutis. Approximativement parallèle aux fossés nord et sud, elle se compose d’un espace principal rectangulaire dans sa partie occidentale, d’une surface au sol d’environ 4 m2 (2,8 m par 1,5 m). À la perpendiculaire, dans la partie orientale, une cage et descente d’escalier en chicane permettent un accès par le sud (2,5 m par 1,5 m). Le sol de la cave n’a révélé aucun aménagement particulier. Elle est remblayée entre le milieu du ier s. et le début du iie s. ap. J.-C. (Fig. 14, 15 et 16-A).

55Au nord-est, le four oblong trilobé à double foyer FY 07 est recoupé par la fondation MR 01 du bâtiment 08 (Fig. 14, 15 et 38). Des datations archéomagnétiques réalisées sur les soles ont permis de situer la dernière mise à feu entre les dernières années du ier s. av. et les trois premiers quarts du ier s. ap. J.-C. [5 BC-75 AD] (Annexe archéomagnétique, infra ; Warmé 2010). Cette structure de combustion se situe dans le prolongement de la fosse allongée 6205 et est perpendiculaire au petit fossé 158, tous deux également antérieurs au bâtiment 08 (Fig. 15 et 38). Ces vestiges sont orthogonaux au fossé 176 et semblent correspondre à une aire de travail bien organisée, dont la nature, domestique ou artisanale, n’a pas pu être déterminée.

56Dans l’angle nord-est de la zone enclose, la base de la mare 10 (MA 10-3 : Fig. 14 et 18) est attribuable à la phase A de l’occupation. Le creusement initial observé adopte une forme ovalaire à fond plat et bords en “ paliers ”, d’environ 20 m d’envergure pour 2,2 m de profondeur conservée. La mare semble avoir été curée avant remblayage massif par des limons argileux et des argiles bruns à gris beige et des encaissants remaniés. Seuls quelques lambeaux de sédiments hydromorphes, attribuables à son fonctionnement, sont conservés sur le fond.

57En limite nord-ouest de décapage, sous le comblement de la partie centrale de la cuvette 01, les excavations profondes 18 et 19 présentent des comblements similaires et percent les strates marno-calcaires sur au moins 2 m de profondeur (Fig. 14, 15 et 29). Bien que ce substrat soit riche en calcaire blanc dégradé et en marnes argileuses, leurs remblais n’en contiennent que relativement peu et sont principalement constitués d’argiles limoneuses remaniées. Il est probable que la majeure partie des pierres et de la marne a été prélevée pour servir de matériaux de construction et/ou d’amendement. Les excavations 18 et 19 correspondent donc peut-être à des puits de carrières ou de marnière. Leurs nivellements sont probablement à l’origine du creusement de la cuvette ovalaire 01, d’environ 14 x 23 m sur une vingtaine de centimètres de profondeur conservée, en raison de l’emploi des argiles limoneuses superficielles alentours lors du remblayage. Le mobilier précoce issu de l’excavation 18 et le recoupement du remplissage de la cuvette 01 par des fossés, axés sur les orientations de la phase B, semblent indiquer une appartenance à la phase A de l’occupation.

58Au centre de l’emprise, le bâtiment rectangulaire sur poteaux 11 n’a pas livré de mobilier. Il est parallèle au fossé 169, auquel il semble accolé, ce qui suggère une appartenance à la phase A (Fig. 14 et 15). Son côté nord-ouest, dans la longueur, présente six espacements moyens d’1,75 m et ce module semble se retrouver en partie sur les petits côtés. Des espacements d’1,4 m sont également observables. D’une longueur de 10,5 m pour une largeur maximum observée supérieure à 6 m, il pourrait posséder un rapport d’une longueur équivalant à 1,5 largeur (4 x 1,75 et 6 x 1,75 m). Sa surface interne couvre au moins 60 m2. L’absence de côté sud-est est peut-être due à un recoupement par le fossé 169 ou à un surdécapage de la zone pendant le diagnostic de 2005. On peut également imaginer un petit enclos palissadé s’appuyant contre le fossé.

Fig. 16 : Céramique antique du secteur 3, intervalle ier s. av. à ive-début ve s. ap. J.-C. A : Modelée à chamotte, ier s. av.-début ier s. ap. J.-C. ; B : Sombre à dégraissant coquillier modelée, pâte modelée brun beige, surfaces brunes à noircies, fins non-plastiques blancs (coquilles) et particules micacées, ier s. av. J.-C-début ier s. ap. J.-C. ; C : Assiette en Terra Rubra, ype Gose 291, pâte sableuse fine brun rosé, vernis rouge sur int., dernier tiers ier av.-(milieu ?) ier s. ap. J.-C. ; D : Grise ardoisée à couverte grise, fin ier-(1ère moitié ?) iie s. ap. J.-C. ; E : Commune sombre (NPR ?), pâte sableuse brune et surfaces gris noir, ier s. ap. J.-C. ; F : Grise sombre, iie s. ap. J.-C. ; G : Grise ardoisée à couverte grise brillante, milieu iiie-1ère moitié ive s. ap. J.-C. ; H : Pâte sableuse noircie/brûlée, Sellès 1127, (2e tiers ?) ive-début ve s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud).

Fig. 16 : Céramique antique du secteur 3, intervalle ier s. av. à ive-début ve s. ap. J.-C. A : Modelée à chamotte, ier s. av.-début ier s. ap. J.-C. ; B : Sombre à dégraissant coquillier modelée, pâte modelée brun beige, surfaces brunes à noircies, fins non-plastiques blancs (coquilles) et particules micacées, ier s. av. J.-C-début ier s. ap. J.-C. ; C : Assiette en Terra Rubra, ype Gose 291, pâte sableuse fine brun rosé, vernis rouge sur int., dernier tiers ier av.-(milieu ?) ier s. ap. J.-C. ; D : Grise ardoisée à couverte grise, fin ier-(1ère moitié ?) iie s. ap. J.-C. ; E : Commune sombre (NPR ?), pâte sableuse brune et surfaces gris noir, ier s. ap. J.-C. ; F : Grise sombre, iie s. ap. J.-C. ; G : Grise ardoisée à couverte grise brillante, milieu iiie-1ère moitié ive s. ap. J.-C. ; H : Pâte sableuse noircie/brûlée, Sellès 1127, (2e tiers ?) ive-début ve s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud).

Secteur 3, phase B (entre 100-400 ap. J.-C.)

Secteur 3, phase B1 (entre 100-225 ap. J.-C.)

  • 12 FO177 avec FO124, FO179 et FO180 ; FO178 avec FO182 et Mare 09.

59En limite nord-est du site, l’ensemble fossoyé 177/17812 est implanté à la suite du comblement des fossés 61 et 176, ainsi que de la mare 11, qui marquent la transition entre les phases A et B de l’occupation, aux alentours du iie s. ap. J.-C. (Fig. 14, 15 et 18). Il précède l’installation du bâtiment 08. Sur le flanc sud-est, le fossé SFO 62 est parallèle au fossé 178 et sa première phase observée paraît lui être contemporaine (épisode IIIa : Fig. 18).

60Cet ensemble a livré de la céramique du iie-début iiie s. ap. J.-C., notamment le fossé 177 (Fig. 16-F). La présence de bords d’amphores gallo-romaines à pâtes claires de type Sellès 1539 (Sellès 2001) et apparentées au groupe 2a de Taverny (Vermeersch 1993 : 123) semble indiquer un comblement à partir du milieu du iie s. ap. J.-C.

61Ces fossés constituent les côtés nord-est et sud-est d’un probable enclos, qui reprend en partie les orientations de la phase A en cet endroit. Ils représentent un recentrage de l’occupation dans la partie nord de l’emprise décapée, qui coïncide avec l’abandon des vestiges de la partie sud. Les intervalles de datation, les effets de recreusement et l’oblitération par des implantations postérieures rendent toutefois difficile la restitution de l’organisation du site pendant cette sous-phase B1.

Le bâtiment 08 et son excavation périphérique (phase B2, entre 150-350 ap. J.-C.)

62Dans la partie basse du secteur 3, au bord du lit du ru, le bâtiment 08, en partie construit en pierre, est sis dans un îlot entouré par une excavation présentant plusieurs surcreusements de 30 à 60 cm de profondeur (MA 05, MA 06, MA 07 et MA 12 ; Fig. 14 et 19). Une plateforme rectangulaire d’environ 14 x 19 m a été artificiellement détourée par le décaissement des argiles jusqu’au niveau des affleurements du socle marno-calcaire dégradé (Fig. 20 et 21). La forte érosion des niveaux supérieurs ne permet pas d’évaluer sa hauteur initiale, mais elle représente un dénivelé moyen conservé d’environ 50 cm (Fig. 19). Dans son angle nord, deux murs de soutènement sont partiellement conservés en élévation sur une trentaine de centimètres (MR 03 et 04, Fig. 21). L’espace interne est divisé par une pièce marquée par trois fondations conservées (pièce 01 : Fig. 19), dans la moitié nord-ouest, à l’intérieur de laquelle se trouve une grande fosse sub-quadrangulaire profonde (FS201 ; Fig. 19 et 20). Deux petites pièces excavées, peu profondes, occupent l’angle est (pièces 02 et 03 : Fig. 19 et 22). Des retours d’angles de murs marquent une entrée dans la partie centrale du côté nord-est (MR 08 et 11 : Fig. 19). Sur le flanc sud-ouest, le plus exposé à l’érosion, aucune maçonnerie n’est conservée (Fig. 14 et 19). Le profil “ abrupt ”, oblique à vertical, du bord de l’angle sud de la plateforme, sur environ 30 à 40 cm de hauteur conservée, ainsi que la présence d’empierrements de démolition (EM 14 et 15 : Fig. 19), suggèrent la disparition de murs formant les pendants des murs 03 et 04. Sur le fond de la mare 12, un alignement de cinq poteaux (ALI 06) marque le bord sud-est de la plateforme (Fig. 19 et 22).

Datation et abandon

63L’excavation périphérique recoupe l’ensemble fossoyé de la phase B1, indiquant une fondation de l’édifice à partir du milieu iie-début iiie s. ap. J.-C. (Fig. 18 et 20).

64Le remontage d’éléments céramiques d’un fait à l’autre tend à confirmer une continuité stratigraphique. Des fragments de mêmes récipients sont éparpillés dans l’ensemble de l’excavation périphérique et des niveaux d’abandon du bâtiment et de la fosse 201. 4500 tessons, totalisant près de 84 kg et représentant au moins 140 individus, ont été collectés. Les productions se centrent principalement sur la fin du iie-1re moitié du ive s. ap. J.-C. (Fig. 17 ; Desrayaud 2010), avec la présence résiduelle d’éléments gallo-romains précoces et des deux premiers siècles ap. J.-C.

Fig. 17 : Secteur 3, céramique du bâtiment 08 et de sa couronne excavée, intervalle fin iie-début iiie à fin iiie-1er tiers ive s. ap. J.-C. A : Amphore gallo-romaine en céramique blanche sableuse, (2de moitié ?) iiie-ive s. ap. J.-C. ; B : Mortier Drag. 45/Sellès 5001 en Sigillée, pâte orange compacte crayeuse, vernis rouge presque brillant, (2de moitié ?) iiie-milieu ive s. ap. J.-C. ; C : Grise ardoisée à couverte grise, milieu iiie-1re moitié ive s. ap. J.-C. ; D : Coupelle en Sigillée Drag. 32, Gaule du Nord-est, pâte crayeuse orange, vernis rouge presque brillant, traces de doigts sur base ext., fin iie-1re moitié ive s. ap. J.-C. ; E : Coupelle en Sigillée, pâte fine rose orangé à fines particules micacées éparses (Gaule Centrale ?), Sellès 213 ; Drag. 33, fin iie-iiie s. ap. J.-C. ; F : Pana Drag. 37b/Sellès 504.1 en Sigillée, pâte très fine à paillettes calcaires blanches et micacées argentées (Gaule du Sud ou du Centre ?), vernis rouge brun brillant, traces de doigts su panse inf., iie-iiie s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud).

Fig. 17 : Secteur 3, céramique du bâtiment 08 et de sa couronne excavée, intervalle fin iie-début iiie à fin iiie-1er tiers ive s. ap. J.-C. A : Amphore gallo-romaine en céramique blanche sableuse, (2de moitié ?) iiie-ive s. ap. J.-C. ; B : Mortier Drag. 45/Sellès 5001 en Sigillée, pâte orange compacte crayeuse, vernis rouge presque brillant, (2de moitié ?) iiie-milieu ive s. ap. J.-C. ; C : Grise ardoisée à couverte grise, milieu iiie-1re moitié ive s. ap. J.-C. ; D : Coupelle en Sigillée Drag. 32, Gaule du Nord-est, pâte crayeuse orange, vernis rouge presque brillant, traces de doigts sur base ext., fin iie-1re moitié ive s. ap. J.-C. ; E : Coupelle en Sigillée, pâte fine rose orangé à fines particules micacées éparses (Gaule Centrale ?), Sellès 213 ; Drag. 33, fin iie-iiie s. ap. J.-C. ; F : Pana Drag. 37b/Sellès 504.1 en Sigillée, pâte très fine à paillettes calcaires blanches et micacées argentées (Gaule du Sud ou du Centre ?), vernis rouge brun brillant, traces de doigts su panse inf., iie-iiie s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud).

65Les productions communes les plus tardives et majoritaires sont composées, entre autres, par des mortiers en pâtes claires apparentés au type Sellès 5302 (Vermeersch 1993 : 127), des jattes (Fig. 16-G) et vases (“ gobelets ”) complexes en céramique grise ardoisée (Pissot 2005 : pl. 11 n1165.32 ; Robin 1993 : fig. 11), des amphores à pâtes blanches sableuses à bord en collerette ou en ailette (Pissot 2005 : pl. 8 et 12), des amphores brun orangé à bord éversé en “ Y ” apparentée au type Sellès 1539 (Vermeersch 1993 : 120 ; Guyard 1994 : 31 n125-127), de grands pots ouverts (“ bassinets ”) à lèvre extérieure recourbée en céramique grise ardoisée (Séguier 1994 : 157 n4 ; Pissot 2005 : pl. 11 n1170.56). Pour la sigillée, les types Drag. 32 (Fig. 17-D), Drag. 37b (Fig. 17-F) et Drag. 45 (Fig. 17-B) sont représentés, avec une prédominance des deux derniers.

66L’absence de sigillée décorée à la molette (notamment de type Chenet 320), de bords de type Sellès 1127 ou Sellès 5303, ainsi que des autres productions caractéristiques du ive s. ap. J.-C. (présentes par ailleurs sur les secteurs 1 et 2, voir Fig. 10 et 13), suggère un dépôt final du gisement avant le deuxième quart, voire le début, du ive s. ap. J.-C. (Feller 1991 ; Sellès 2001). L’abondance de pots fermés à bord complexe et épaulement en céramique grise ardoisée (Fig. 17-C) semble indiquer que le dépôt final n’est pas antérieur au milieu du iiie s. ap. J.-C. (Robin 1993, fig. 7 n1, fig. 9 ; Barat 1994, fig. 5 n40 ; Blin, Morin, Pissot 1997, fig. 6 n8).

  • 13 GrA-38203 : 1615 ± 40 BP (95,4 %), 345-544 cal ap. J.-C. (Oxcal).

67L’horizon d’abandon hydromorphe et en partie charbonneux de l’excavation périphérique, qui a livré les trois quarts du mobilier céramique, repose sur le fond des creusements et recouvre les effondrements de murs et les empierrements de démolition (Fig. 20 et 21). Des comblements similaires sont observables dans les pièces excavées 02 et 03 (Fig. 22). Seuls quelques lambeaux stratigraphiques pourraient correspondre à des couches d’occupations, malgré l’absence de possibilité d’écoulement des eaux en deçà de 96,3 m NGF environ, niveau du plancher de nappe (Fig. 19). Ce “ vide ” stratigraphique suggère un entretien régulier par curage. Dans la partie nord-ouest de la périphérie du bâtiment 08, l’US 6027 s’appuie contre le mur périphérique 03, déjà partiellement ruiné (Fig. 14, 19-21). Une datation radiocarbone sur charbons de bois semble indiquer que sa formation n’est pas antérieure au milieu du ive s. ap. J.-C.13. Ceci impliquerait une accumulation des céramiques du milieu iiie-1re moitié ive s. ap. J.-C. peu distante dans le temps de la ruine du bâtiment, sans doute pendant la fin du iiie ou le 1er tiers du ive s. ap. J.-C., et, dans tous les cas, probablement avant la diffusion et/ou la production des sigillées à molettes dans ce secteur du pays meldois (Bet, Bojarsky 2005).

68Ces éléments situent le bâtiment 08 pendant l’intervalle allant du milieu iie-début iiie s. à la 1re moitié du ive s. ap. J.-C.

Fig 18 : Secteur 3. Mares et fossés de la pointe nord-est, hypothèse de séquence stratigraphique ; coupe de la mare 08. Épisode IV (Phase B2b) : abandonné/comblé entre 300-400 ap. J.-C. ; Épisode IIIb (Phase B2a) : comblé entre 175-350 ap. J.-C. ; Épisode IIIa (Phase B1) : comblé entre 150-225 ap. J.-C. ; Épisode IIb : comblé entre 100-225 ap. J.-C. ; Épisode IIa (Phase A) : comblé Ier s. ap. J.-C. ? ; Épisode I (Phase A ?) : TAQ iie s. ap. J.-C., comblé ier s. ap. J.-C. ? (© INRAP Gilles Desrayaud).

Fig 18 : Secteur 3. Mares et fossés de la pointe nord-est, hypothèse de séquence stratigraphique ; coupe de la mare 08. Épisode IV (Phase B2b) : abandonné/comblé entre 300-400 ap. J.-C. ; Épisode IIIb (Phase B2a) : comblé entre 175-350 ap. J.-C. ; Épisode IIIa (Phase B1) : comblé entre 150-225 ap. J.-C. ; Épisode IIb : comblé entre 100-225 ap. J.-C. ; Épisode IIa (Phase A) : comblé Ier s. ap. J.-C. ? ; Épisode I (Phase A ?) : TAQ iie s. ap. J.-C., comblé ier s. ap. J.-C. ? (© INRAP Gilles Desrayaud).

Fig. 19 : Secteur 3, plan du bâtiment 08 et de sa couronne excavée, relevés des empierrements d’abandon, altitudes NGF des sols encaissants synchrones conservés et faits synchrones et non datés ; les faits antérieurs ne sont pas figurés. (© INRAP Gilles Desrayaud ; cliché Laurent Delage, Balloïde Photo).

Fig. 19 : Secteur 3, plan du bâtiment 08 et de sa couronne excavée, relevés des empierrements d’abandon, altitudes NGF des sols encaissants synchrones conservés et faits synchrones et non datés ; les faits antérieurs ne sont pas figurés. (© INRAP Gilles Desrayaud ; cliché Laurent Delage, Balloïde Photo).

Fig. 20 : Secteur 3, bâtiment 08, coupe transversale NE/SO. Ia : Limon beige, colluvions récentes ; Ib : Limon brun clair, colluvions récentes ; Ic : Limon Argileux brun blanchi, bariolé, colluvions ; Id : LA beige à grisâtre, bariolé marbré, colluvions ; II : Argile limoneuse brun orangé bariolée ; III : Calcaire blanc dégradé ; IV : Marno-calcaire vert et blanchâtre dégradé ; 1030 : Limon argileux gris clair bariolé ; 2298 : LA gris bariolé ; 2302 : Niv. de petites pierres et frag. de tuiles à plat dans LA gris, niveau d'arasement naturel ; EM 09 : Vrac de pierres et moellons calcaires et silico-calcaires ; EX 09 : Limon argileux brun gris, bariolé ; FO 64 : LA gris brun à orangé ; FO123 : Limon beige blanchi, moderne à contemporain ; FO176-1 : Mottes de LA gris clair et beige à orangé avec bariolage verdâtre ; FO176-2 : Argile brun orangé remaniée ; FO177-1 : LA charbonneux, cailloutis erratiques ; FO177-2 : LA beige ; FS201-1 : LA noir, charbons abondants, petites pierres brûlées éparses ; FS201-2a : LA brun orangé, pierres calcaires abondantes ; FS201-2b : LA brun orangé en mottes ; FS201-3 : LA gris brun, charbons épars ; FS201-4a : LA gris brun, pierres calcaires et silico calcaires abondantes ; FS201-4b : LA gris brun foncé. ; MA06-a = 6027 : LA gris noir charbonneux, fragments de tuile épars ; MA06-b : LA gris foncé et petites mottes brunes abondantes à éparses ; MA06-c : LA gris, bariolé verdâtre, charbons et cailloutis épars ; MA07-a : LA gris noir charbonneux, fragments de tuile épars ; MR 02 : Vrac, calcaire blanc dégradé, quelques rares éléments de grès et silico-calcaires anguleux (Ø < 20cm) ; MR 03 : Parements de moellons et calage interne de pierres en vrac, calcaire blanc dégradé, quelques rares éléments de grès et silico-calcaires anguleux ; MR 05 : idem MR 02 (© INRAP Gilles Desrayaud ; cliché Olivier Labat).

Fig. 20 : Secteur 3, bâtiment 08, coupe transversale NE/SO. Ia : Limon beige, colluvions récentes ; Ib : Limon brun clair, colluvions récentes ; Ic : Limon Argileux brun blanchi, bariolé, colluvions ; Id : LA beige à grisâtre, bariolé marbré, colluvions ; II : Argile limoneuse brun orangé bariolée ; III : Calcaire blanc dégradé ; IV : Marno-calcaire vert et blanchâtre dégradé ; 1030 : Limon argileux gris clair bariolé ; 2298 : LA gris bariolé ; 2302 : Niv. de petites pierres et frag. de tuiles à plat dans LA gris, niveau d'arasement naturel ; EM 09 : Vrac de pierres et moellons calcaires et silico-calcaires ; EX 09 : Limon argileux brun gris, bariolé ; FO 64 : LA gris brun à orangé ; FO123 : Limon beige blanchi, moderne à contemporain ; FO176-1 : Mottes de LA gris clair et beige à orangé avec bariolage verdâtre ; FO176-2 : Argile brun orangé remaniée ; FO177-1 : LA charbonneux, cailloutis erratiques ; FO177-2 : LA beige ; FS201-1 : LA noir, charbons abondants, petites pierres brûlées éparses ; FS201-2a : LA brun orangé, pierres calcaires abondantes ; FS201-2b : LA brun orangé en mottes ; FS201-3 : LA gris brun, charbons épars ; FS201-4a : LA gris brun, pierres calcaires et silico calcaires abondantes ; FS201-4b : LA gris brun foncé. ; MA06-a = 6027 : LA gris noir charbonneux, fragments de tuile épars ; MA06-b : LA gris foncé et petites mottes brunes abondantes à éparses ; MA06-c : LA gris, bariolé verdâtre, charbons et cailloutis épars ; MA07-a : LA gris noir charbonneux, fragments de tuile épars ; MR 02 : Vrac, calcaire blanc dégradé, quelques rares éléments de grès et silico-calcaires anguleux (Ø &lt; 20cm) ; MR 03 : Parements de moellons et calage interne de pierres en vrac, calcaire blanc dégradé, quelques rares éléments de grès et silico-calcaires anguleux ; MR 05 : idem MR 02 (© INRAP Gilles Desrayaud ; cliché Olivier Labat).

Description

69L’excavation périphérique possède un contour externe ovalaire d’environ 30 x 40 m. Quatre surcreusements enserrent les angles sud et nord de la plateforme (Fig. 19). Ils présentent des profondeurs maximum comprises entre 0,7 et 1,1 m par rapport au niveau supérieur des sols naturels conservés (96,1/95, 9 m NGF contre 96,8 m NGF). L’anneau excavé présente une interruption à l’est, permettant sans doute la circulation par l’entrée nord-est du bâtiment. Dans l’angle ouest, une petite surélévation entre les mares 05 et 07 (EM 04), peut-être empierré, pourrait marquer un autre passage (Fig. 19).

70Les murs 03 et 04, d’environ 0,7 m de largeur, renforcent l’angle nord de la plateforme (Fig. 19 et 21). Ils sont posés sur le fond des mares 05 et 06 de la couronne excavée et sont parallèles à la pièce 01 (Fig. 20). Leur jonction est marquée par un bloc d’angle en grès (60 50 x 30 cm). Le mur 04, partiellement effondré sur le fond de la mare 05, s’arrête au niveau de l’axe médian de la pièce 01. À l’extrémité sud-est du mur 03, le petit muret en élévation 08 forme un retour vers l’intérieur du bâtiment, marquant le bord nord-ouest d’une entrée (Fig. 19).

71Dans la moitié nord de la plateforme, les fondations MR 01, 02 et 05, d’environ 0,95 m de largeur, forment les côtés nord-ouest, nord-est et sud-ouest d’une pièce rectangulaire centrée. Les fondations sont fortement érodées, notamment dans leur partie sud-est, ce qui pourrait éventuellement expliquer l’absence de mur conservé fermant ce côté. Le mur nord-ouest (MR 01), le seul entièrement conservé, mesure environ 8 m de longueur. L’axe médian y est marqué par deux moellons en parement (Fig. 19).

72Dans l’angle est du bâtiment, la pièce 02 se présente sous la forme d’un rectangle excavé le long du bord sud-est de la plateforme, avec une rampe d’accès en pente douce le long du mur 06. Un lambeau de parement est conservé dans son angle est (MR 12) et cinq poteaux semblent constituer un aménagement sur son extrémité sud-ouest (Fig. 19 et 22).

73Jouxtant la pièce 02, la pièce rectangulaire excavée 03 est bordée au sud-ouest et au nord-est par les murs parementés partiellement effondrés 06 et 07 (Fig. 19 et 22). Des lambeaux d’empierrements sont également perceptibles sur ses petits côtés, notamment le mur 11 sur son bord nord-est, qui semble former le pendant du mur 08 délimitant l’entrée. Les murs 06 et 07, conservés sur une assise, se situent dans le prolongement des murs 02 et 03.

74L’excavation sub-rectangulaire EX 09 occupe l’espace entre les murs 02, 03 et 08 (Fig. 19). Son creusement respecte l’intégrité des empierrements. Au contraire des pièces excavées 02 et 03, elle n’atteint pas les affleurements calcaires et ne présente pas de couche d’abandon charbonneuse. Son comblement s’apparente à un remblai massif et s’appuie en partie contre le parement interne du mur 03 (Fig. 20 et 21). Son comblement n’a pas livré d’élément datant.

75Le long du bord sud-est de la plateforme, cinq trous de poteaux forment un alignement sur le fond de la mare 12 (ALI 06 : Fig. 19 et 22). Il est orthogonal aux murs. Le mur 04 du côté nord-ouest et l’alignement 06 sont parallèles et équidistants à l’axe transversal passant par le centre de l’entrée nord-est. Cette configuration indique l’appartenance de l’aménagement sur poteaux à l’ensemble architectural du bâtiment 08. Les creusements de la couronne excavée périphérique sont contemporains des murs et les poteaux sont recouverts par les comblements de la mare 12. Les poteaux semblent donc avoir été creusés sur le fond de la mare, qui présente un dénivelé compris entre 0,7 m et 0,9 m avec le sommet conservé de la plateforme (Fig. 19 et 22).

76Sur le pourtour de la partie sud-ouest de la plateforme, plusieurs trous de poteau paraissent pouvoir être associés au bâtiment 08. Les poteaux 140, 144, 151 et 156 semblent axés sur les murs (Fig. 19). Les négatifs 144 et 151 s’alignent avec le mur 04, complétant la limite nord-ouest du bâtiment et les poteaux 140, 156 et 157 forment un alignement sur le côté sud-ouest (Fig. 19). Les poteaux 140 et 156 suggèrent un “ porche ” symétrique à l’entrée nord-est, marquée par les murs 08 et 11 (Fig. 19) et les poteaux 194 et 195 semblent participer à l’aménagement de l’angle sud de l’îlot.

77Le démontage des murs de la partie nord-est du bâtiment n’a pas révélé d’alignements similaires. Ces poteaux ne représentent donc pas une phase antérieure, mais indiquent plutôt une architecture mixte, associant la pierre et le bois. De nombreux éléments ferreux, correspondant surtout à des clous et ferrures, ont été collectés dans les comblements d’abandons.

78La grande fosse sub-quadrangulaire 201 occupe le quart méridional de la pièce 01 du bâtiment 08 (Fig. 19 et 20). Ses comblements ont livré des éléments céramiques datés du milieu iiie-1re moitié ive s. ap. J.-C. (Fig. 17-F). Un bec verseur à tête de lion de mortier Drag. 45 en sigillée, issu du quart inférieur de la fosse (US 1 ou 2), a pu être remonté avec des éléments de l’US 6027 (partie nord-est de la couronne excavée et MA 06 : Fig. 19 et 20).

79Le mur 05 semble s’être en partie effondré dans la fosse. Ces éléments indiquent un synchronisme au moins partiel avec le bâtiment 08.

80Au fond de la fosse, l’assemblage de phytolithes issu de l’US charbonneuse FS201-1 est dominé par les graminées (91,3 %) et a livré un taux important de glumes et de squelettes de céréales (12,3 % : Annexe phytolithique, infra ; Verdin 2010). Ces pourcentages semblent indiquer un dépôt et s’apparentent à ceux correspondant aux silos à grains, pourtant habituellement absents des contextes gallo-romains. L’éventualité d’une fosse à fourrage ne peut être écartée. Un test de tamisage sur 1,5 l issu de l’USFS201-1 a révélé la présence de graines de blé et de graminées en faible quantité (Annexe carpologique, infra ; Girrès 2010).

81Deux petites cloches trapézoïdales en fer ont également été déposées au fond de la fosse (US 201-1 : Fig. 20), antérieurement à son remblai par des couches de démolition et d’abandon (Fig. 23).

  • 14 GrN-31230 : 1835 ± 20 BP (95,4 %), 128-235 cal ap. J.-C. (Oxcal).

82Ces dépôts apparemment volontaires pourraient être liés à l’utilisation du creusement (et non pas à son abandon), comme le suggère l’intervalle milieu iie-1er tiers iiie s. ap. J.-C. donné par une datation radiocarbone sur charbons de bois de l’US 201-114. Dans ce cas, ils pourraient correspondre à la période de fondation de l’ensemble architectural.

Fig. 21 : Secteur 3, photographie du quart nord du bâtiment 08, en cours de fouille, vu depuis le nord. Au premier plan, mur 03 en élévation et mur 04 partiellement effondré sur le fond de la mare 05. Au deuxième plan, murs 01 et 02 de la pièce no 1 (© INRAP cliché Caroline Laporte-Cassagne).

Fig. 21 : Secteur 3, photographie du quart nord du bâtiment 08, en cours de fouille, vu depuis le nord. Au premier plan, mur 03 en élévation et mur 04 partiellement effondré sur le fond de la mare 05. Au deuxième plan, murs 01 et 02 de la pièce no 1 (© INRAP cliché Caroline Laporte-Cassagne).

Fig. 22 : Secteur 3, bâtiments 08, plans et coupes des petites pièces excavées PC 02 et PC 03, ainsi que de l'alignement de poteaux n° 6, sur le fond de la mare 12. Ic : Limon argileux brun blanchi, bariolé, colluvions ; Id : LA beige à grisâtre, bariolé marbré ; II : Argile limoneuse brun orangé lég. bariolée ; III : Calcaire blanc dégradé avec poches argilo-marneuses brun jaune à vertes ; IV : Litages argilo-sablonneux beiges à lég. verdâtres ; 2298-a : LA gris clair bariolé rouille ; 2298-b : LA gris bariolé rouille ; 2302-a : Niv. de petites pierres à plat dans LA gris, niveau d'arasement/démolition ; 2302-b : Liseré de petites mottes de LA brun orangé ; FS245 : LA gris-beige bariolé verdâtre et rouille ; FS246 : LA beige à gris clair sablonneux très bariolé ; MA 12-a : LA gris foncé ; MR 06 : Parements de moellons et calage interne de pierres en vrac, ; calcaire blanc dégradé, quelques rares éléments de grès ; et silico-calcaires anguleux ; MR 07 : idem MR 06 ; MR 12 : Parement de moellons et calage interne de pierres en vrac, quelques rares éléments de grès et silico-calcaires anguleux (Ø < 50cm), matrice de limon argileux gris ; PC02-1 : LA gris clair bariolé ; PC 02-2 : Niveau de mottes de LA brun gris, pierres et inclusions calcaires erratiques ; PC 02-3 : LA gris foncé bariolé, charbons abondants, nodules rubéfiés épars ; PC 02-a : AL brun orangé (encaissant remanié ?) ; PC 02-b : AL brun beige (encaissant remanié ?) ; PC03-1 : LA gris foncé à noir, charbons et cailloutis calcaire épars ; PC03-2 : LA gris brun, pierres éparses ; PO141 : LA gris foncé, charbons erratiques ; PO159 : LA gris, charbons erratiques ; PO161 : LA gris brun ; PO184-1 : LA gris, bariolage verdâtre couvrant ; PO184-2 : LA gris foncé bariolé ; PO184-3 : LA gris, léger bariolage verdâtre, nodules de charbons et rubéfiés abondants ; PO187 : LA gris brun bariolé ; PO208 : LA gris beige, bariolage verdâtre, pierres de calcaire blanc dégradé éparses, charbons erratiques ; PO209 : LA gris brun bariolé verdâtre, charbons erratiques ; PO211 : LA gris brun bariolé, cailloutis épars ; PO213 : LA gris, charbons erratiques ; PO215 : LA gris bariolé, nodules calcaires et charbons épars ; PO217 : LA gris brun bariolé (© INRAP Gilles Desrayaud).

Fig. 22 : Secteur 3, bâtiments 08, plans et coupes des petites pièces excavées PC 02 et PC 03, ainsi que de l'alignement de poteaux n° 6, sur le fond de la mare 12. Ic : Limon argileux brun blanchi, bariolé, colluvions ; Id : LA beige à grisâtre, bariolé marbré ; II : Argile limoneuse brun orangé lég. bariolée ; III : Calcaire blanc dégradé avec poches argilo-marneuses brun jaune à vertes ; IV : Litages argilo-sablonneux beiges à lég. verdâtres ; 2298-a : LA gris clair bariolé rouille ; 2298-b : LA gris bariolé rouille ; 2302-a : Niv. de petites pierres à plat dans LA gris, niveau d'arasement/démolition ; 2302-b : Liseré de petites mottes de LA brun orangé ; FS245 : LA gris-beige bariolé verdâtre et rouille ; FS246 : LA beige à gris clair sablonneux très bariolé ; MA 12-a : LA gris foncé ; MR 06 : Parements de moellons et calage interne de pierres en vrac, ; calcaire blanc dégradé, quelques rares éléments de grès ; et silico-calcaires anguleux ; MR 07 : idem MR 06 ; MR 12 : Parement de moellons et calage interne de pierres en vrac, quelques rares éléments de grès et silico-calcaires anguleux (Ø &lt; 50cm), matrice de limon argileux gris ; PC02-1 : LA gris clair bariolé ; PC 02-2 : Niveau de mottes de LA brun gris, pierres et inclusions calcaires erratiques ; PC 02-3 : LA gris foncé bariolé, charbons abondants, nodules rubéfiés épars ; PC 02-a : AL brun orangé (encaissant remanié ?) ; PC 02-b : AL brun beige (encaissant remanié ?) ; PC03-1 : LA gris foncé à noir, charbons et cailloutis calcaire épars ; PC03-2 : LA gris brun, pierres éparses ; PO141 : LA gris foncé, charbons erratiques ; PO159 : LA gris, charbons erratiques ; PO161 : LA gris brun ; PO184-1 : LA gris, bariolage verdâtre couvrant ; PO184-2 : LA gris foncé bariolé ; PO184-3 : LA gris, léger bariolage verdâtre, nodules de charbons et rubéfiés abondants ; PO187 : LA gris brun bariolé ; PO208 : LA gris beige, bariolage verdâtre, pierres de calcaire blanc dégradé éparses, charbons erratiques ; PO209 : LA gris brun bariolé verdâtre, charbons erratiques ; PO211 : LA gris brun bariolé, cailloutis épars ; PO213 : LA gris, charbons erratiques ; PO215 : LA gris bariolé, nodules calcaires et charbons épars ; PO217 : LA gris brun bariolé (© INRAP Gilles Desrayaud).

Fig. 23 : Secteur 3, radiographies de petites cloches en fer trapézoïdales, gallo-romaines. A et B : Fosse 201, US 1 (fond) ; C : mare 07, zone centrale, US b (fond) (© INRAP, clichés par le Laboratoire Conservare, Compiègne).

Fig. 23 : Secteur 3, radiographies de petites cloches en fer trapézoïdales, gallo-romaines. A et B : Fosse 201, US 1 (fond) ; C : mare 07, zone centrale, US b (fond) (© INRAP, clichés par le Laboratoire Conservare, Compiègne).

Mobiliers

83Les comblements des pièces excavées, de la mare périphérique et de la fosse 201 ont livré des mobiliers en abondance (Fig. 24). Les deux tiers des mobiliers proviennent de la zone sud-ouest de la couronne excavée (MA 07). On peut supposer l’existence d’une zone préférentielle de rejet ou de dépôt en cet endroit. L’accumulation des mobiliers semble correspondre à la fin d’activité et/ou à la période d’abandon du bâtiment, probablement pendant le premier tiers du ive s. ap. J.-C.

Fig. 24 : Mobiliers de l’ensemble BAT 08/Mare périphérique/FS201 ‎‎(© INRAP Gilles Desrayaud et Mohammad Rayati).‎

Fig. 24 : Mobiliers de l’ensemble BAT 08/Mare périphérique/FS201 ‎‎(© INRAP Gilles Desrayaud et Mohammad Rayati).‎

8484 kg de céramique ont été collectés (Fig. 25a). La présence de profils complets suggère le remaniement de dépôts primaires plutôt que secondaires détritiques. On peut noter la présence d’un tuyau de canalisation fragmentaire en terre cuite. Les productions communes sont très largement majoritaires, les céramiques sigillée et fines à revêtement argileux ne représentant que 17 % des NMI et 3,5 % du poids. Les mortiers, amphores gallo-romaines et grandes cruches, ainsi que “ jattes ” et pots fermés de type “ marmites ” dominent le corpus (Fig. 25a et b).

85Parmi les objets ferreux (18 kg), hormis les clous omniprésents et les fragments de ferrures et d’outils, il est intéressant de noter la présence d’une petite cloche trapézoïdale, similaire aux deux exemplaires de la fosse 201, dans la mare 07 (Fig. 23).

Fig. 25a : BAT 08/Mare périphérique, répartition des NMI par catégorie morphologique et groupe techno-stylistique de céramique. Fig. 25b : Mare périphérique du BAT 08, poids par groupe techno-stylistique de céramique (© INRAP Gilles Desrayaud).

Fig. 25a : BAT 08/Mare périphérique, répartition des NMI par catégorie morphologique et groupe techno-stylistique de céramique. Fig. 25b : Mare périphérique du BAT 08, poids par groupe techno-stylistique de céramique (© INRAP Gilles Desrayaud).

Hypothèse d’analyse planimétrique

86L’orientation moyenne du bâtiment rectangulaire 08, 52° 6’ ouest ± 1° 36’, a été calculée d’après les axes directeurs des MR 01, 02, 04 et 05, orthogonaux avec 3° de marge maximum (méthodologie exposée dans : Desrayaud 2008).

  • 15 7,4 ÷ 11,1 = 0,66 = 2/3 ; 7,4 ÷ 2 = 3,7 ; 11,1 ÷ 3 = 3,7.

87L’axe de symétrie supposé NO-SE passe par l’axe médian de la pièce 01, marqué par deux moellons en parement au centre du MR 01 (Fig. 19 et 26). Il frôle l’extrémité sud-ouest du mur périphérique 04. D’après cet axe de symétrie, la longueur du côté nord-ouest du bâtiment 08 est égale à 14,8 m. Sur le flan sud-est, l’alignement 06 lui est approximativement parallèle avec 3° d’écart maximum. La distance perpendiculaire maximum moyenne entre cet alignement et le mur périphérique 04 est de 22,24 m. Le rectangle d’implantation estimé du bâtiment 08 possède donc un rapport de 3 pour 2 (L = 22,2 et l = 14,8). La surface totale du bâtiment 08 ainsi estimée approche les 330 m2. L’axe de symétrie transversal supposé passe par le centre de l’entrée nord-est, formée par les MR 08 et 11. À l’opposé, sur le côté sud-ouest, il passe également au centre de la probable travée formée par les poteaux 140 et 156 (entrée sud-est ? Fig. 26). Une demi-largeur est égale aux deux tiers d’une demi-longueur, soit un module de 3,7 m15, se rapprochant d’une perche romaine (environ 3,6 m : Chouquer, Favory 2001), subdivisé en deux modules hypothétiques de base d’1,85 m (Fig. 26).

Fig. 26 : Hypothèse d'analyse planimétrique et métrologique du bâtiment 08 (© INRAP Gilles Desrayaud).

Fig. 26 : Hypothèse d'analyse planimétrique et métrologique du bâtiment 08 (© INRAP Gilles Desrayaud).

88Le mur 01 de la pièce interne 01 mesure 8,2 m de long. Le mur 02, présente une longueur conservée d’environ 7,65 m et son extrémité sud-est frôle l’axe de symétrie transversal (Fig. 19 et 26). Les axes directeurs des murs 01, 02 et 05 correspondent aux tracés directeurs estimés du bâtiment dans son ensemble, fondés sur des modules d’1,85 m. Avec l’axe transversal (côté sud-est “ ouvert ” ?), ils forment un carré parfait de 7,4 m de côté (4 x 1,85 m), centré sur les deux tiers nord de l’édifice.

89La largeur intérieure observée du couloir périphérique nord est d’environ 2,6 m. Cette distance semble se répéter sur les côtés sud-ouest et sud-est, entre le MR 05 et l’ALI 06 et les bords de la plateforme.

Fonction du bâtiment 08 ?

90Le bâtiment 08 possède un plan rectangulaire complexe et peu fréquent en contexte rural. Il est divisé en deux parties égales selon un axe transversal, souligné par la présence d’une entrée au nord-est et sans doute également au sud-ouest (Fig. 26). Dans sa moitié nord, le corps de bâtiment principal (pièce 01) est rectangulaire, probablement carré, peut-être ouvert au sud-est. Il semble bordé au nord par un couloir périphérique (MR 03 et 04), qui pourrait se poursuivre à l’ouest (PO144, 151, 157 et 140). La moitié sud de l’édifice est occupée par deux excavations peu profondes (pièces 02 et 03), qui s’apparentent plus à des petites pièces semi-enterrées qu’à des caves ou celliers à proprement parler (Fig. 22). Au sud-est, l’espace entre le bord de la plateforme et l’alignement de poteaux 06, sur le fond de l’excavation MA 12, ne semble pas correspondre à un couloir, étant donné le dénivelé d’une soixantaine de centimètres (Fig. 19 et 26) ; à moins que l’on considère que les poteaux servaient de pilotis à une petite avancée. Les fondations de la pièce interne ne sont conservées que sur une dizaine de centimètres et les sols d’occupation ont disparu. On peut estimer, qu’avant érosion, la plateforme d’argile était plus élevée et les creusements périphériques plus marqués.

91L’existence de couloirs et de petites pièces excavées peut évoquer le plan de certaines constructions identifiées comme des granges (Ferdière 1988 : 72-73). Un bâtiment rectangulaire à couloirs latéraux, identifié comme tel, a d’ailleurs été mis au jour à environ 1 km plus à l’est au lieu-dit “ Le Clos Fleuri ” (Fig. 2 ; Rouppert 2010). Avec une surface d’un peu moins de 50 m2, la pièce interne 01 du bâtiment 08 est relativement spacieuse, pouvant accueillir un nombre relativement important de personnes ou d’animaux.

92Le choix d’implanter le bâtiment 08 en bas de versant, sur le bord du ru, dans une zone inondable, semble délibéré. Une vingtaine de mètres plus au sud ou à l’est, il aurait été “ au sec ” (Fig. 14). Plusieurs fossés alentours devaient jouer un rôle de drainage du secteur. Néanmoins, la réalisation de surcreusements en périphérie de l’édifice, en deçà du plancher de nappe (socle marno-calcaire dégradé, à environ 96,3 m NGF ; Fig. 19), sans écoulement, suppose une volonté de le voir partiellement entouré d’eau en saison humide… Qui plus est, la présence d’une couronne excavée ne facilite pas un accès direct au bâtiment. La faible profondeur des bassins et l’absence de circulation d’eau vive ne correspondent pas a priori à une installation s’apparentant à un moulin hydraulique. Toutefois, notre méconnaissance de ces structures, dans les établissements ruraux du Nord de la Gaule, ne permet pas d’exclure cette éventualité. Les mares périphériques étaient cependant sans doute vides en saison sèche.

93Ce contexte semble peu adapté à une fonction d’habitat, de stabulation ou de stockage et/ou battage. Les pièces excavées 02 et 03 sont peu profondes. Elles se situent au niveau du plancher de nappe et ne possèdent pas d’exutoire ni de puisard drainant (Fig. 22). Leur identification en tant que caves ou celliers est incertaine. Elles ne portent aucun faciès pédologique ni reste environnemental permettant de les rattacher à des bassins de traitement (de tannerie ou de rouissage, par exemple).

94Le bâtiment 08 pourrait avoir une fonction artisanale et/ou agricole dédiée à une activité liée à l’eau, dont la nature nous échappe. On peut cependant s’interroger sur la présence de la fosse 201, qui a livré des restes phytolithiques pouvant correspondre au dépôt de céréales et/ou de fourrage (Fig. 20 ; Annexe phytolithique, infra ; Verdin 2010). Aucun contexte n’a livré un taux de cellules longues de type glume (céréales ?) aussi élevé, notamment les creusements périphériques au bâtiment (Fig. 20 ; Annexe phytolithique, infra ; Verdin 2010). Cette fosse présente en outre des dimensions remarquables parmi celles de même période mises au jour pendant les fouilles (2,4 x 2,2 x 1,2 m). Elle perce le socle marno-calcaire dégradé sur près de 0,5 m de profondeur et représente un volume minimum de 6 m3. La possibilité de l’existence d’un silo enterré, pendant la période romaine, sous le plancher de nappe et à l’intérieur de la pièce principale d’un bâtiment, est suffisamment rare pour être soulignée.

  • 16 En contexte cultuel antique, des offrandes de céréales (carbonisées) sont signalées sur plusieurs (...)
  • 17 Fauduet 1993 : 60 no 248 : 61 no 243 : 63 no 286 : 86 n537.

95Pour ce type de bâtiment complexe, l’hypothèse cultuelle ne doit pas non plus être écartée. Si l’on considère un plan à cellule carrée (pièce 01), au sein de laquelle se trouve une grande fosse à possible fonction votive (FS201 : dépôts de céréales et de clochettes ?16 Fig. 20 et 23), entourée par une petite enceinte rectangulaire de pierre et de bois, on se rapproche de la configuration des temples gallo-romains à cella et galerie périphérique (Fig. 21 et 22 ; Fauduet 1993). La cellule fait face au sud-est et il existe une entrée au nord-est, un probable porche au sud-ouest, ainsi qu’une possible avancée sur poteaux (ALI 06) en façade. Des temples présentant des schémas similaires : rectangulaires avec cellule excentrée, galerie et façade en avancée, sont répertoriés depuis la Bretagne à la Belgique, en passant par les Pays de la Loire17. La présence de petites pièces excavées est cependant plus rare et difficile à expliquer.

Secteur 3, vestiges de la phase B2 (entre 150-400 ap. J.-C.)

Enclos et limites fossoyées

96Le bâtiment 08 présente une orientation NO-SE (52° O ± 1° et 1/3). Il est orthogonal au fossé SFO 62 et au fossé 174 (Fig. 14), avec lesquels il paraît constituer un ensemble cohérent (Fig. 15). Ces vestiges sont au moins en partie synchrones pendant l’intervalle seconde moitié iie-iiie s. ap. J.-C. Ces fossés pourraient représenter les côtés sud-ouest et sud-est d’un enclos enserrant l’édifice (enclos 07), participant d’une organisation orthonormée. Le fossé 136, d’orientation légèrement divergente, en matérialiserait le côté nord-est. Dans un deuxième temps, les fossés 62 et 136 sont abandonnés et le fossé 131 est implanté sur le flanc sud-est (Fig. 15).

97Hormis les limites encadrant le bâtiment 08, peu de fossés ont pu être attribués avec certitude à la phase B2 (Fig. 15). Pendant la phase B, les fossés gallo-romains non datés 171 et SFO 65 semblent matérialiser un prolongement du côté sud-est de la zone enclose en amont, en direction du sud-ouest (Fig. 14 et 15). Le probable fossé non daté SFO 63 pourrait en marquer la limite sud-ouest, sur le bord du bâtiment 13.

Gestion des eaux : mares et fossés

98Étant donnée la localisation du nord de l’occupation en partie basse de versant, en zone inondable, la gestion des eaux de ruissellement et de débordement devait être un élément crucial dans le choix des implantations (supra ; Fig. 3 et 14). Dès la phase A, la présence de la mare 10 est probablement liée à ce facteur. Pendant la première phase d’enclos, sans doute liée au bâtiment (enclos 07, Épisode IIIb : Fig. 18), le fossé 135 souligne le hiatus nord-est de l’excavation périphérique du bâtiment 08 (Fig. 14, 15 et 19). Il possède une profondeur croissante du sud, depuis l’extrémité de la mare 12, vers le nord, à sa jonction avec le fossé 136. Il a pu participer au drainage des environs du bâtiment 6001, en canalisant les eaux de trop-plein.

99Quelques mètres en amont du bâtiment principal, la mare 08, d’environ 23 x 28 m, présente, au sud-est, un bassin profond à bords abrupts en paliers, atteignant 2,2 m de profondeur conservée (Fig. 14 et 18). Elle est bordée au nord-ouest par une large zone excavée en pente douce (EX 12 : Fig. 14), sur une quinzaine de mètres de largeur. Ce type de profil est souvent adopté pour les mares à bétail. L’excavation 12 et la mare 08 présentent une continuité de creusement. L’excavation et la moitié inférieure de la mare possèdent des phases de remblais synchrones, intervenus probablement après curage (US 6 à 15, Annexe palynologique, infra ; Konik 2005). Parmi les 235 tessons, totalisant plus de 10 kg, issus de ces comblements, les éléments les plus tardifs, similaires à ceux du bâtiment 08 (supra), s’inscrivent dans l’intervalle du milieu iiie-1re moitié ive s. ap. J.-C.

  • 18 GrN-31229 : 1860 ± 50 BP (95,4 %), 239-532 cal AD.

100La zone excavée EX 12 recoupe le fossé 174, qui a livré de la céramique du milieu du iie-iiie s. ap. J.-C. La date de creusement initial de la partie sud-est, profonde, de la mare demeure toutefois incertaine. L’horizon postérieur au remblayage présente des indices d’hydromorphie (US 4 et 5, Annexe palynologique, infra ; Fig. 18). Avant nivellement par des colluvions, l’abandon définitif est marqué par une strate charbonneuse (US 3)18.

101Les comblements finaux des fossés 131 et 172 sont postérieurs au milieu du iiie s. ap. J.-C. et sont au moins en partie synchrones avec la séquence de la mare 08 (Fig. 15). Ils délimitent le bord sud-est du site et semblent coïncider avec la dernière phase de l’occupation gallo-romaine.

102Dans le sens de la pente, en contrehaut de la mare 08, le fossé 172 présente une profondeur constante et une largeur croissante depuis l’amont. Il ne s’aligne pas sur les axes des enclos et a pu jouer un rôle de collecteur des eaux de surfaces (Fig. 14 et 15). Le fossé 131 se développe en aval. Le creusement FS207, qui le relie à la mare, mesure environ 2,5 m de long sur 2 m de large. Son fond plat se situe à 96,9 m NGF, en dessous de l’altitude conservée la plus basse des bords de la mare 08 et de l’excavation 12. Il semble correspondre à exutoire de trop plein vers le fossé. Cette configuration pouvait permettre de collecter et d’évacuer les eaux de surfaces, tout en barrant les ruissellements du versant nord-ouest.

Bâtiment 13

103Au centre du secteur 3, sur le côté sud-ouest de la zone enclose de la phase B, les tranchées de récupération arasées TR 03 et 04 forment un angle droit et sont synchrones (Fig. 14). La tranchée 03 recoupe le fossé 173 et la fosse synchrone 236, qui a livré des tessons du iiie-1re moitié ive s. ap. J.-C. (Fig. 15). Quelques mètres plus à l’est, le fait FT235 possède un remplissage semblable aux TR 03 et 04. Oblong, il semble être parallèle à la TR 04 et s’aligne sur l’extrémité nord-ouest de la TR 03. Il est probable que ces vestiges arasés sont les dernières traces d’un bâtiment rectangulaire récupéré, d’environ 9 m de largeur pour au moins 12 m de long. Le bâtiment 13 est à peu près orienté comme le bâtiment 08 et les fossés 62, 131 et 174, de la même phase (Fig. 15).

Aires d’activités

Ensemble 02 :

104Sur le bord sud de la mare 08, la fosse quadrangulaire à parements de pierre SB 02, la fosse ovalaire FS179 et la bande excavée FS208 sont contemporaines et alignées en enfilade, en parallèle aux fossés 126 et 131 (Fig. 14 et 27). La fosse 208 constitue un exutoire entre la fosse 179 et la mare 08. Ces creusements sont comblés par une couche charbonneuse qui a livré des tessons du (milieu ?) iiie-1re moitié ive s. ap. J.-C. La structure bâtie 02 est scellée par un dépôt limono-argileux brun beige assimilable à des remblais ou à des colluvions (SB 02-2 : Fig. 27), qui recouvre également la partie supérieure de la fosse 179. Les éléments en pierre de l’angle nord de la SB 02 sont en partie effondrés dans la fosse 179, postérieurement à son comblement partiel par des sédiments charbonneux.

  • 19 US SB03-3 = FS179-2 = FS208 = MA 08-3.

105La fosse rectangulaire SB 02 est taillée dans le substrat. Les parements sont encastrés contre les parois d’argile et s’appuient sur le socle calcaire dégradé (Fig. 27). Au contraire des trois autres côtés, la moitié sud-est du parement nord-est, au contact de la fosse 179, se compose de deux assises encadrées par deux petites dalles de chant (Fig. 27-cliché A). La SB 02 est donc reliée au niveau de son sol avec la fosse 179 par une ouverture aménagée, creusée dans les encaissants, elle-même reliée à la mare 08 par la fosse oblongue 20819. Un bloc et une dalle de grès rectangulaires empilés, ainsi qu’une dalle silico-calcaire, contenus dans la couche supérieure de la fosse 179, semblent constituer des éléments effondrés de la structure bâtie 02, au niveau de son ouverture. Le bloc de grès (0,7 x 0,3 x 0,3 m) paraît avoir été grossièrement taillé et évoque un linteau (Fig. 27).

Fig. 27 : Secteur 3, ensemble 02, comblé pendant l'intervalle ‎milieu iiie-ive s. ap. J.-C. CI : Colluvions limoneuses beiges ; I : Argile ‎limoneuse brun orangée ; II : Calcaire blanc dégradé, avec par ‎endroits poches argileuses brun jaune à marneuses verdâtres ; ‎FS179-1 = 1018-2 : LA brun beige à lég. grisâtre, charbons et ‎nodules rubéfiés erratiques ; FS179-2 = 6575 : LA gris noir ‎charbonneux ; FS208 : LA gris noir à brun foncé charbonneux ; ‎MA08-1/2 : Limons peu argileux beiges, légèrement bariolé ‎‎(colluvions) ; MA08-3 : Horizon charbonneux ; SB02-1 : Limon ‎argileux beige à brun clair (colluvions) ; SB02-2 : LA brun beige à ‎lég. grisâtre, charbons et nodules rubéfiés erratiques à épars ; ‎SB02-3 : LA gris brun charbonneux induré, plages légèrement ‎rubéfiées éparses ; SB02-4 : Parois maçonnées, moellons de ‎calcaire blanc (© INRAP Gilles Desrayaud ; clichés Olivier Labat).‎

Fig. 27 : Secteur 3, ensemble 02, comblé pendant l'intervalle ‎milieu iiie-ive s. ap. J.-C. CI : Colluvions limoneuses beiges ; I : Argile ‎limoneuse brun orangée ; II : Calcaire blanc dégradé, avec par ‎endroits poches argileuses brun jaune à marneuses verdâtres ; ‎FS179-1 = 1018-2 : LA brun beige à lég. grisâtre, charbons et ‎nodules rubéfiés erratiques ; FS179-2 = 6575 : LA gris noir ‎charbonneux ; FS208 : LA gris noir à brun foncé charbonneux ; ‎MA08-1/2 : Limons peu argileux beiges, légèrement bariolé ‎‎(colluvions) ; MA08-3 : Horizon charbonneux ; SB02-1 : Limon ‎argileux beige à brun clair (colluvions) ; SB02-2 : LA brun beige à ‎lég. grisâtre, charbons et nodules rubéfiés erratiques à épars ; ‎SB02-3 : LA gris brun charbonneux induré, plages légèrement ‎rubéfiées éparses ; SB02-4 : Parois maçonnées, moellons de ‎calcaire blanc (© INRAP Gilles Desrayaud ; clichés Olivier Labat).‎

106Cette configuration, les dimensions réduites de la fosse empierrée (1,4 x 1,2 x 0,6 m) et son association avec les fosses ne rendent pas évidente une identification comme “ cellier ”.

107La seule trace pouvant résulter de la fonction de cette structure correspond à une couche charbonneuse, présentant quelques légères plages rubéfiées dans la SB 02, qui s’épand dans la mare 08 aux deux tiers comblée (Fig. 18 et 27-clichés A/B).

108Sur le site de Weiterbach, en Allemagne, des structures de morphologies approchantes sont interprétées comme des séchoirs par Paul Van Ossel (1992 : 137-151, 276). Au lieu-dit “ Le Tureau des Gardes ” à Marolles-sur-Seine, un ensemble de configuration et dimensions similaires, avec néanmoins des traces de chauffe marquées, est également interprété comme une structure de “ séchage, fumage ou maltage ” par Jean-Marc Séguier (Séguier 1995 : 63-64, fig. 6).

Ensemble 01 :

109En limite nord-ouest du secteur 3, une autre aire d’activité a été partiellement décapée (Fig. 14 et 28). Composée d’une fosse rectangulaire parementée (SB 01) et d’une pièce excavée rectangulaire (FS251) avec fosse d’accès (FS228), elle est située dans une légère dépression dont les colmatages finaux (US6745 : Fig. 28) s’apparentent à des colluvions et à des effondrements de bords. L’abondance de fragments ferreux assimilables à des clous évoque la destruction d’éléments en bois. À quelques mètres plus à l’est, une grande excavation en forme de haricot, peu profonde (EX 07 et 11 : Fig. 14), semble enserrer la bordure de cet ensemble. Elle contient des épandages de pierres, assimilables à des remblais d’abandon. Ces vestiges ont livré des assemblages céramiques similaires à celui du bâtiment 08 (supra), du milieu iiie-1re moitié ive s. ap. J.-C. (Fig. 16-G).

Fig. 28 : Secteur 3, ensemble 01, comblé pendant l'intervalle milieu iiie-1ère moitié ive s. ap. J.-C. I : Argile limoneuse brun orangé ; II : Cailloutis et calcaire blanc dégradé, avec par endroits poches argileuses brun jaune ; Us 6745 : LA gris brun lég. bariolé, pierres éparses ; FO189 : LA gris beige blanchi bariolé, fossé moderne à contemporain ; FS228-1 = 6745, frags. de métal et de meules abondants ; FS228-2 = Limon argileux gris foncé, niveau de piétinement, frags. de métal et de meules abondants ; FS251-1 : Argile limoneuse jaune et mottes d'argile brune ; FS251-2 : LA noir, charbons et nodules de terre rubéfiée abondants ; FS251-3 : LA jaune et cailloutis calcaire ; FS251-4 : LA jaune orangé ; FS251-5 : LA gris foncé, charbons de bois épars, niveau de piétinement ; SB01-1 : LA gris brun, nodules d'argile jaune, charbons et nodules rubéfiés épars (= 6745 ?) ; SB01-2 : LA gris brun foncé, charbons de bois et nodules de terre rubéfiée épars ; SB01-3 : Liseré de terre rubéfiée ; SB01-4 : LA noir avec charbons et nodules de terre rubéfiée très abondants (© INRAP Gilles Desrayaud ; cliché Laurent Michel).

Fig. 28 : Secteur 3, ensemble 01, comblé pendant l'intervalle milieu iiie-1ère moitié ive s. ap. J.-C. I : Argile limoneuse brun orangé ; II : Cailloutis et calcaire blanc dégradé, avec par endroits poches argileuses brun jaune ; Us 6745 : LA gris brun lég. bariolé, pierres éparses ; FO189 : LA gris beige blanchi bariolé, fossé moderne à contemporain ; FS228-1 = 6745, frags. de métal et de meules abondants ; FS228-2 = Limon argileux gris foncé, niveau de piétinement, frags. de métal et de meules abondants ; FS251-1 : Argile limoneuse jaune et mottes d'argile brune ; FS251-2 : LA noir, charbons et nodules de terre rubéfiée abondants ; FS251-3 : LA jaune et cailloutis calcaire ; FS251-4 : LA jaune orangé ; FS251-5 : LA gris foncé, charbons de bois épars, niveau de piétinement ; SB01-1 : LA gris brun, nodules d'argile jaune, charbons et nodules rubéfiés épars (= 6745 ?) ; SB01-2 : LA gris brun foncé, charbons de bois et nodules de terre rubéfiée épars ; SB01-3 : Liseré de terre rubéfiée ; SB01-4 : LA noir avec charbons et nodules de terre rubéfiée très abondants (© INRAP Gilles Desrayaud ; cliché Laurent Michel).

110La fosse 251 et la structure bâtie 01 possèdent des remplissages cendro-charbonneux. L’intérieur de la fosse empierrée SB 02 présente des traces légères de rubéfaction (Fig. 28). Toutefois, elle peut difficilement être identifiée comme un four, étant donné la mauvaise résistance du calcaire et du grès à la chaleur. Elle pourrait s’apparenter à un système de séchage ou de fumage (Van Ossel 1992 : 137-151). Une installation similaire a été interprétée comme telle sur le site du “ Fief à Cavan ” à Courdimanche, dans le Val-d’Oise (Marcille, Joy 1995 : fig. 4).

111Les comblements de l’ensemble 01 ont livré environ 400 éclats de meules débitées par percussion, après abandon de leur fonction première (Annexe sur les meules antiques, infra ; Lepareux-Couturier 2010). Au moins deux meules rotatives ont pu être restituées. Leurs diamètres sont de l’ordre de 60 cm et évoquent la présence de systèmes d’entraînements mécaniques (hydraulique ou à traction animal) (Annexe sur les meules antiques, infra ; Lepareux-Couturier 2010).

112Un test carpologique, réalisé sur un échantillon de trois litres issu du comblement de la SB 02, a révélé la présence en faible quantité de graminées (NR : 14), de blé (NR : 2), de vesce (NR : 2) et d’ivraie enivrante (NR : 1 : Annexe carpologique, infra ; Girrès 2010).

113Il est donc probable que les aménagements de l’ensemble 01 sont au moins en partie liés à la mouture et au traitement des céréales (séchage ? Van Ossel 1992 : 143-144). Leur décapage partiel ne permet cependant pas d’avoir une vision générale de l’installation.

Puits à eau 02

114Sur le côté sud-ouest de la zone enclose, le puits 02 se situe en bordure orientale de la zone excavée EX 12, liée à la mare 08 (Fig. 14). Il se compose d’un cylindre maçonné à l’argile de 0,75 m d’ouverture, qui repose sur un cadre en bois à environ 6 m de profondeur depuis le niveau de décapage. En deçà, un réservoir d’un peu plus d’1 m de fond est creusé dans le calcaire (voir Annexe palynologique, infra).

  • 20 Dernier cerne de bois de cœur en 142 ap. J.-C. (CEDRE Besançon ; Perrault 2010). GrN-31222 : 1870 (...)
  • 21 GrN-31232 : 1475 ± 50 BP (95,4 %), 436-657 cal ap. J.-C. (Oxcal).

115Les pièces de bois en chêne soutenant la maçonnerie ont été abattues après 139 ap. J.-C. (dendrochonologie : Perrault 2010). Un morceau de bois prélevé à la pelle mécanique, peut-être associé au cadre, a été daté entre 145 et 215 ap. J.-C. par dendrochronologie et 14C20. Une construction pendant la seconde moitié du iie s. ap. J.-C. est donc très probable. Elle pourrait participer des réaménagements liés à l’édification du bâtiment 08. Les comblements n’ont pas livré de mobilier datant significatif. Une datation radiocarbone indique un colmatage de la moitié supérieure du conduit contemporain ou postérieur à une période allant du milieu du ve au milieu du viie s. ap. J.-C.21

116Le sommet du puits a été démonté. Les remblais de pierres interviennent au-dessus du réservoir, ce qui indique un colmatage et donc un abandon au moins partiel, avant démolition. Les restes paléo-environnementaux issus de la sédimentation du réservoir sont donc susceptibles de traduire un contexte contemporain de la fin de l’occupation gallo-romaine. Ils témoignent d’une activité de récolte de branchages porteurs de fruits, ou de taille de haies (Lecomte-Schmitt 2010). Les assemblages de phytolithes, présents en faible quantité, sont largement dominés par les graminées (Annexe phytolithique, infra ; Verdin 2010). L’étude des pollens indique tout d’abord un milieu ouvert où abondent localement les orties, espèce rudérale nitrophile fréquente dans les terrains mal entretenus et les prairies surpâturées. Les témoins de cultures céréalières sont absents (ou douteux). Ensuite, le noisetier s’étend, conjointement à l’ensemble des arbres et arbustes (Annexe palynologique, infra ; Allenet de Ribemont 2010). Un test carpologique a révélé la présence de sureau noir, de laîches, de ronce commune, de chou gras, de rorippe amphibie et de rumex des bois, qui traduit un environnement, aux alentours du puits, plutôt ombragé et humide, peut-être de type sous-bois et/ou de haies vives (Annexe carpologique, infra ; Girrès 2010).

117Ces résultats s’apparentent à ceux du comblement supérieur de la mare 08 (Annexe palynologique, infra ; Allenet de Ribemont 2010). Ils diffèrent sensiblement des données issues des creusement périphériques au bâtiment 08, pour la première partie du ive s. ap. J.-C. (MA 05), qui reflètent un lieu très ouvert, fréquenté, dans un espace de prairies, de pâtures et de cultures, dont des céréales (Annexe palynologique, infra ; Allenet de Ribemont 2010). Le colmatage du réservoir du puits 02 semble donc avoir eu lieu à une période postérieure, probablement aux environs de la fin du ive s. ou du ve s. ap. J.-C.

Fin de l’occupation du secteur 3

  • 22 GrN-31227 : 1865 ± 20 BP (95,4 %), 80-220 cal ap. J.-C. (Oxcal) et GrN-31228 : 1850 ± 30 BP (95,4  (...)

118Le bâtiment 08 et son excavation périphérique sont abandonnés pendant la première moitié du ive s. ap. J.-C. Ce semble être également le cas de l’aire d’activités ENS 01 et de la zone excavée EX 07/11 (Fig. 15). De grandes nappes charbonneuses sont observables dans les couches de scellement du bâtiment 08, principalement sur les côtés sud-ouest et nord-est (MA06 et 07 ; Fig. 19 et 20). Elles évoquent un épisode de destruction par le feu, postérieur à la ruine des maçonneries, d’une partie des structures de cette zone. Deux dates radiocarbones sur des charbons des US MA 07-3b et MA 07-4/5, calibrées entre 80-235 ap. J.-C.22, pourraient correspondre à la crémation d’éléments en bois anciens.

119L’écrasante majorité des vestiges de la phase B n’a pas livré de céramique postérieure à la première moitié du ive s. ap. J.-C. Quelques tessons éventuellement plus tardifs ont cependant été trouvés aux alentours du bâtiment 09, à l’ouest de l’emprise (Fig. 14, 15 et 29). Un tesson de sigillée décorée à la molette à “ petits crans ”, de type GR2 de Hübener, du deuxième tiers du ive s. ap. J.-C. (Feller 1991), et deux bords de type Sellès 1127 (ive-début ve s. ap. J.-C. ; Sellès 2001) ont été collectés dans le secteur de la tranchée 02 et de la cuvette 01. La fosse 238 a également livré des fragments de récipient à bord de type Sellès 1127 (Fig. 16-H), ainsi que de panae en sigillée décorée à la molette en registres rectangulaires de hachures obliques, du milieu ive-début ve s. ap. J.-C. (Feller 1991).

Bâtiment supposé 09

120Au nord-ouest du secteur 3, un aménagement sur poteaux est installé dans la cuvette 01 et recoupe son comblement (US 6178 ; Fig. 14 et 29). Il pourrait s’agir d’un bâtiment oblong, d’environ 15 m de long pour 5 à 6 m de large, à deux nefs longitudinales (bâtiment supposé 09). Seuls quatre poteaux avaient été repérés avant redécapage de la sédimentation limono-argileuse grisâtre bariolé 6178. L’absence de poteaux sur la partie nord du côté oriental pourrait en partie s’expliquer par des conditions d’observations rendues difficiles par le comblement de la cuvette 01 et/ou des effets de surdécapage, dus à la présence de vestiges antérieurs. La nef occidentale est rectangulaire, mais les travées orientale et transversale lui sont légèrement divergentes. Son côté ouest est marqué par quatre poteaux (PO164, 132, 199 et 204 : Fig. 29) à espacements réguliers d’environ 5 m (soit 1/3 de la longueur maximum). Dans la moitié nord, les poteaux 199, 205, 204 sont espacés d’environ 2,5 m. Un écart similaire se retrouve pour les trois poteaux du côté sud et les deux poteaux du côté nord (respectivement PO164, 134, 207 et 204, 197). La nef occidentale semble posséder un rapport d’une longueur pour six largeurs, soit un possible module de 2,5 m. La travée centrale transversale semble fondée sur ce module, qui n’apparaît pas sur le côté sud.

121Seuls trois tessons gallo-romains, issus du poteau 197, ont été collectés. Le bâtiment recoupe l’US 6178, ce qui lui confère un terminus post quem pendant le ier s. ap. J.-C. Le poteau 165 recoupe la tranchée 02 (Fig. 29), dont la fouille a livré un élément du deuxième tiers du ive s. ap. J.-C., avec risque d’interférence. Cependant, l’appartenance de ce poteau au côté occidental du bâtiment n’est pas certaine. Le bâtiment 09 présente une orientation divergente et n’est pas contemporain des fossés 63 et 161, qui sont axés sur les orientations de la phase B (Fig. 15). Ces éléments suggèrent une datation tardive. Des bâtiments de morphologies similaires, datés de l’intervalle fin iiie-milieu ve s. ap. J.-C., ont été mis au jour sur le site du Chemin de Sens à Marolles-sur-Seine, en Bassée (Séguier 2001 : 413-419).

122Le bâtiment 09 et la fosse 238 pourraient appartenir à une occupation postérieure à l’abandon du bâtiment 08, à partir du milieu du ive s. ap. J.-C. Au contraire des secteurs 1 et 2, l’absence de céramique granuleuse ne permet cependant pas de confirmer une fréquentation du site jusqu’au dernier tiers du ive s. ou au début du ve s. ap. J.-C.

Fig. 29 : Secteur 3, plan du bâtiment supposé BAT 09 (non daté) et hypothèse d’analyse planimétrique (© INRAP Gilles Desrayaud).

Fig. 29 : Secteur 3, plan du bâtiment supposé BAT 09 (non daté) et hypothèse d’analyse planimétrique (© INRAP Gilles Desrayaud).

Secteur 3 : type d’occupation ?

123Le site antique du secteur 3 n’a été que partiellement décapé. Si, pour la phase A, le fossé 138 pourrait marquer la limite nord-ouest de l’occupation, pour la phase B, l’extension des installations dans cette direction est inconnue (Fig. 14 et 15). Sur la portion mise au jour, la zone enclose correspond à 0,5 ha. Par comparaison, le secteur 2 couvre 0,75 ha et les établissements ruraux dépassant l’hectare ne sont pas rares dans le nord du Bassin parisien. L’espace compris entre le décapage et l’ancien coude du ru de la Chaude Vallée représente une emprise supérieure à 1,5 ha (Fig. 2 et 3). Il a pu faire l’objet d’implantations importantes, impossibles à repérer par photographie aérienne ou prospection de surface, étant donnée l’épaisseur des colluvions. L’identification du type d’occupation du secteur 3 demeure donc sujette à caution.

124Pour la phase A, les vestiges mis au jour s’apparentent à des installations correspondant à un habitat rural : fossés d’enclos, cave, fosses utilitaires, une probable zone d’extraction et une zone d’activité liée à une structure de combustion (Fig. 15).

125Pour la phase B, des témoins d’activités agricoles marquent fortement l’occupation. L’aire d’activité ENS 01 paraît ainsi associée au traitement des céréales, et la mare 08 présente une morphologie de mare à bétail. À l’instar de la phase A, les restes fauniques “ offrent l’image d’un site rural classique ”, ou “ l’élevage semble plus tourné vers une exploitation de l’animal de son vivant (lait, laine, force de travail) qu’orienté sur une production [ou consommation] bouchère ” (Annexe archéozoologique, infra ; Jouanin 2010). Les proportions d’oiseaux de basse-cour et de faune sauvage “ sont conformes à ce qui a déjà été observé pour le milieu rural du nord de la Gaule ” (Annexe archéozoologique, infra ; Jouanin 2010).

126Le bâtiment 08 constitue l’élément majeur de l’occupation du iiie-1re moitié ive s. ap. J.-C. de la partie décapée du site (Fig. 15). Sa configuration, peu commune pour les établissements ruraux des plateaux parisiens, indique une fonction particulière, probablement liée à l’eau.

127Dans l’hypothèse d’un lieu de culte, on peut s’étonner de l’absence de mobilier particulier (monnaies, statuaire, ex-voto…). Concernant la céramique, Marie Tuffreau-Libre remarque cependant que “ de façon générale, les céramiques trouvées dans les sanctuaires se caractérisent plutôt par l’absence de spécificité des types utilisés. En effet, les objets trouvés ne se distinguent pas, dans la plupart des cas, de ceux rencontrés en milieu d’habitat et appartiennent, logiquement d’ailleurs, aux répertoires en usage dans les diverses régions considérées ” (Tuffreau-Libre 1994 : 129).

128Environ un tiers des temples ruraux sont intégrés à un établissement agro-pastoral, le plus souvent pour des exploitations de grande taille (Fauduet 1993 : 103). Sur la portion décapée, l’absence d’organisation avec bâtiment résidentiel et annexes ne semble cependant pas correspondre à une villa.

Fossés antiques : limites et drainage

129Les opérations archéologiques du Bois de l’Homme Mort ont révélé des ensembles relativement denses de fossés, pour la plupart rectilignes, sur plus de 30 ha (Fig. 4 et 30). Une centaine de fossés antiques et non datés ont été observés sur plus de 20 m de long. Comme c’est encore le cas de nos jours, ces fossés peuvent revêtir plusieurs fonctions : ils peuvent servir à la fois de marqueurs parcellaires, de drains ou encore d’enclos de protection/contention.

130Les vestiges linéaires (fossés, murs, alignements de poteaux) antiques et non datés possédant des marges d’orientation se recoupant ou proches (soit parallèles ou perpendiculaires) ont été répartis en groupes orthogonaux. La méthodologie utilisée a été présentée en détail dans un article publié en 2008 (Desrayaud 2008).

131Les fossés antiques et non datés montrent une grande diversité d’orientation. Ces variations sont sans doute en partie dues à la situation topographique particulière, entre talweg du ru de la Chaude Vallée et colline de Noëfort (Fig. 3). On peut également évoquer la déliquescence périodique des références de bornage originelles, notamment en contexte de versant, avec des effets de remblaiement importants par colluvions.

132On constate un changement complet des orientations entre les périodes antique et moderne à contemporaine. Cette rupture suggère, entre temps, un arrêt au moins partiel des activités agricoles et une reprise forestière.

  • 23 SFO 22 avec les SFO 12 et 34 (Fig. 30).

133Les premières implantations gallo-romaines sont établies entre la seconde moitié du ier s. av. J.-C. et le début du ier s. ap. J.-C. Elles font suite à l’abandon de l’établissement de La Tène finale (Fig. 30). La première phase du secteur gallo-romain n1 semble reprendre en partie les orientations gauloises. Le côté ouest de l’enclos de cette phase (SFO 53) est orthogonal au réseau du SFO 2223, lié au secteur 2. Les premières phases des secteurs 2 et 3 possèdent leurs orientations propres. Sur l’ensemble des sites, on observe une modification importante des implantations entre les phases A et B, entre la fin du ier s. et la seconde moitié du iie s. ap. J.-C. Elle est marquée par le développement des réseaux du secteur 2 et une réorganisation des secteurs 1 et 3.

134Les principaux groupes d’orientations gallo-romains présentent tous des espacements pouvant correspondre à l’emploi d’un module de distance d’une soixantaine de mètres (estimé à 62,25 ; Fig. 30 et 31). L’enclos de la phase B du secteur 2 semble être fondé sur 1,5 ou 2 modules en longueur pour 1 en largeur. Ce pourrait également être le cas du secteur 1. L’un des axes majeurs de la phase B est matérialisé par le fossé SFO 19, suivi sur 550 m de long (Fig. 4 et 30). Il pourrait marquer la frontière entre les secteurs 1 et 2, d’orientations différentes. Il est parallèle au côté occidental de l’enclos du secteur 2 (SFO 47) et au côté oriental du secteur 3 (FO 131 : Fig. 31). Les fossés 131 et SFO 19 sont équidistants au fossé SFO 47, à environ 191 m, soit l’équivalent de trois modules supposés. Il apparaît que l’espace environnant le secteur 2 ait été délimité selon un découpage orthonormé, dans le sens approximatif du versant nord-ouest, sur environ 380 m de large (6 modules) et peut-être plus de 550 m de long (SFO 2008). Le réalignement de la limite sud-est du secteur 3 sur les réseaux du secteur 2, pendant la phase B, souligne ce souci de réorganisation (Fig. 15).

Fig. 30 : Hypothèse de phasage des vestiges antiques de la ZA du Bois de l’Homme Mort à Saint-Pathus ; plan général simplifié et hypothèse de module de distance antique (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).

Fig. 30 : Hypothèse de phasage des vestiges antiques de la ZA du Bois de l’Homme Mort à Saint-Pathus ; plan général simplifié et hypothèse de module de distance antique (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).

Fig. 31 : Calcul de distances perpendiculaires entre limites fossoyées gallo-romaines et non datées. Hypothèse d'estimation d'un module de distance antique (© INRAP Gilles Desrayaud).

Fig. 31 : Calcul de distances perpendiculaires entre limites fossoyées gallo-romaines et non datées. Hypothèse d'estimation d'un module de distance antique (© INRAP Gilles Desrayaud).

Productions agricoles et paysage gallo-romains

135Pour les fouilles du Bois de l’Homme Mort, les données paléo-environnementales sont inexistantes pour la période gauloise et très limitées pour la première partie du Haut-Empire. Les seuls indices pour la phase A, sans doute attribuables au ier s. ap. J.-C., proviennent du fond de la mare 10 du secteur 3 (Fig. 14 et 15). Les pollens qui en sont issus indiquent déjà un espace très ouvert, occupé par une prairie et des cultures céréalières à proximité (Annexe palynologique, infra ; Allenet de Ribemont 2010).

136Les informations datées les plus complètes sont issues de comblements du iiie-milieu ive s. ap. J.-C. du secteur 3, contemporains du bâtiment 08. Elles semblent corroborer les éléments issus des couches inférieures de la mare 03 du secteur 2, attribuables au même intervalle de temps (Fig. 11 et 12). Les analyses polliniques montrent que, pour cette période, le paysage apparaît très ouvert, avec la présence de cultures céréalières marquées (Annexe palynologique, infra ; Allenet de Ribemont 2010). Ces données sont confortées par l’analyse phytolithique des mêmes contextes, où les pourcentages de graminées (probablement des céréales) dominent (Annexe phytolithique, infra ; Verdin 2010). Les tests carpologiques révèlent la présence de blé (Annexe carpologique, infra ; Girrès 2010). L’existence de pollens de fève au côté des céréales, dans la mare 08, témoigne néanmoins de cultures diversifiées (Allenet de Ribemont 2010 : 194).

137La présence de meules de grands diamètres et de probables structures de séchage sur le secteur 3, tend à confirmer un traitement des céréales sur place (Annexe sur les meules antiques, infra ; Lepareux-Couturier 2010).

138L’étude archéozoologique, principalement à partir des restes du secteur 3 et de la phase B du secteur 2, indique une nette domination du bœuf et du cheval, qui semblent avoir été en priorité élevés pour leur force de travail. Comme pour les caprinés et les porcs, aucun élément ne permet d’envisager la présence d’un élevage à grande échelle. Les restes animaux correspondent à une consommation domestique commune (Annexe archéozoologique, infra ; Jouanin 2010).

139Dans le secteur 3, le comblement du réservoir du puits 02 et la phase supérieure de la mare 08 semblent correspondre à fin de l’occupation antique, probablement aux alentours du dernier tiers du ive s. ou de la première moitié du ve s. ap. J.-C. Les données palynologiques traduisent un affaiblissement des cultures céréalières. La présence de terrains vagues ou de prairies évoquent un espace où le pastoralisme pourrait être privilégié (Annexe palynologique, infra ; Allenet de Ribemont 2010).

140Pendant l’étape postérieure, correspondant au comblement du conduit du puits du secteur 3 (US 5), une période de déprise agricole et de reconquête forestière semble s’amorcer (Annexe palynologique, infra ; Allenet de Ribemont 2010).

Synthèse et conclusion

141La présence d’une ferme gauloise puis de trois établissements gallo-romains, sur une cinquantaine d’hectares, témoigne du dynamisme du terroir de Saint-Pathus pendant l’Antiquité (Fig.4 et 30). Un quatrième enclos gallo-romain, avec bâtiment sur fondations de pierre, a d’ailleurs été diagnostiqué en limite de l’angle oriental des parcelles en mars 2010 (Rouppert 2010 ; Fig. 2).

142Entre le milieu du iie s. av. et le iiie s. ap. J.-C., on constate un développement constant en nombre et/ou en envergure des implantations rurales. Cette évolution peut-être schématisée en trois étapes principales : la période de La Tène finale (env. 150-25 av. J.-C.), la première partie de la période romaine (phase A ; env. 50 av.-150 ap. J.-C.), et enfin l’intervalle iie-milieu du ive s. ap. J.-C. (phase B).

143Sise sur la partie haute du versant, la ferme gauloise présente une configuration classique à enclos quadrangulaire enserrant des bâtiments, avec fossés connexes (Fig. 5 et 6). Ce type d’implantation est commun en pays meldois et traduit le développement des exploitations agricoles pendant l’apogée des cités gauloises (Pion 1996). L’absence de céramique gallo-romaine précoce indique un abandon avant le dernier quart du ier s. av. J.-C.

144À la suite de l’abandon de la ferme laténienne, trois secteurs d’occupation prennent leur essor au tournant de notre ère (Fig. 9, 12 et 15). Ils ont tous livré de la céramique de tradition gauloise tardive (env. 100 av.-25 ap. J.-C. ; Fig. 7, 10, 13 et 16). Même si l’implantation du haut du versant, le secteur 1, semble reprendre en partie les orientations gauloises, on constate, au début de la période romaine, une réorganisation complète du terroir. Pendant cette première phase, en dépit du peu de données disponibles, ces établissements à enclos, d’une surface inférieure à un hectare, semblent correspondre à de petites fermes dédiées aux activités agro-pastorales, notamment la culture des céréales. Malgré leur proximité (ils sont espacés de 200 m seulement les uns des autres), ils possèdent des orientations divergentes et ne paraissent pas être intégrés à une organisation parcellaire prédéterminée.

145Entre le milieu du iie s. et le début du iiie s. ap. J.-C., on observe une réorganisation des ensembles fossoyés, avec un probable accroissement de la taille des enclos sur les secteurs 1 et 2, ainsi que la construction d’un bâtiment complexe de relativement grande taille (300 m2) sur le secteur 3 (Fig. 9, 12, 15). Le versant nord-ouest semble faire l’objet d’un découpage fondé sur les orientations du secteur central, n2 (Fig. 31). Cette configuration perdure jusqu’à la première moitié du ive s. ap. J.-C. Les vestiges stratigraphiques et mobiliers y sont nettement plus marqués que pour la phase précédente, même si les zones encloses, inférieures à l’hectare, ainsi que les installations, demeurent de faible ampleur. Si le secteur 2 peut être identifié comme une ferme, la possibilité de l’existence d’un ou de plusieurs dépôts en fosse quadrangulaire et de possibles indices d’incinération rend plus délicate l’identification du secteur 1. Pour le secteur 3, les traces d’activités agricoles sont très présentes, notamment le traitement des céréales. L’édification du bâtiment 08, qui présente des similarités avec les temples de type fanum, au sein d’un enclos, pose toutefois la question de la possible existence d’une aire cultuelle.

146Pour cette phase, les études paléo-environnementales dessinent un paysage très ouvert, de prairies et champs, où dominent les cultures céréalières diversifiées. La densité d’occupation du Multien et de la Goële, comme du Pays de France plus à l’ouest, pendant les iiie et ive s. ap. J.-C., contraste avec la rétraction du tissu rural sur le plateau Briard entre Marne-la-Vallée et Sénart (Ouzoulias, Van Ossel 2001). Pour Saint-Pathus, ce dynamisme est souligné par la présence d’un établissement d’envergure, avec salle chauffée ayant livré une cuve décorée en plomb, au lieu-dit Les Rouges Chaperons, à 1 km au nord du Bois de l’Homme Mort (S. Hurard, fouille 2006, Inrap ; Fig. 2).

147Le bâtiment 08 et les principales aires d’activités agricoles du secteur 3 sont abandonnés, voire détruits, pendant la première moitié du ive s. ap. J.-C. Cette disparition semble correspondre à la désaffection des enclos et principaux fossés des secteurs 1 et 2. Une présence est néanmoins attestée jusqu’au dernier tiers du ive s. ou au début du ve s. ap. J.-C. sur le secteur 1, par un four culinaire (Fig. 9). Les indices d’implantations sont plus ténus pour les deux autres secteurs. Quelques éléments mobiliers et la probable existence de bâtiments sur poteaux suggèrent néanmoins une poursuite des occupations (Fig. 12, 15 et 30). À partir de cette phase, les données environnementales indiquent une disparition progressive des cultures céréalières, au profit d’un environnement de prairies et de friches. Par la suite, les spectres polliniques des séquences finales du puits à eau du secteur 3 et de la mare du secteur 2 traduisent une reprise forestière importante (Annexe palynologique, infra ; Allenet de Ribemont 2010).

148Dans le Bassin parisien, comme pour tout le Nord de la Gaule, on constate une déprise générale des établissements ruraux gallo-romains pendant le ve s. ap. J.-C. Ce phénomène coïncide avec une période de crise qui affecte l’Occident romain. Malgré quelques rares exemples de permanence, “ la fin de l’Antiquité et le début du haut Moyen Âge voient une diminution importante des points de peuplement et le développement d’autres formes d’habitat ” (Ouzoulias, Van Ossel 2001 : 171-172).

149L’analyse pondérale confirme les observations réalisées d’après le nombre de restes. La distribution anatomique des trois principales espèces comparée à une distribution théorique permet de mettre en avant les déficits ou excédents des différentes parties anatomiques (Jouanin 2010 : 140). Pour le bœuf, les membres sont dominants et en surnombre par rapport à une distribution normale. Pour le porc et les caprinés, qui ont livré un nombre de restes moins important, la situation est encore plus déséquilibrée. La tête est très largement surreprésentée, alors que les membres sont plus proches de la normale. Le squelette axial est quant à lui largement déficitaire.

Espèces identifiées

150Les macro-restes carpologiques ont été identifiés à l’aide d’atlas taxonomiques de l’UMR 7041 de Nanterre. Le décompte a été fondé sur la quantité absolue de restes : décompte par individus et par fragments. Les individus sont définis en tant que spécimens entiers, moitiés de noyaux, de coques ou de cotylédons divisés par deux, et les fragments comportant des caractéristiques taxonomiques identifiables et uniques (par exemple, le hile chez les céréales). Les restes appelés fragments sont ceux qui ne suivent pas les critères énoncés.

151Les données issues de l’US 1 n’offrent aucune traduction en termes de végétation. Elles témoignent d’une intense dégradation du stock pollinique par oxydation.

152L’échantillon MA 06-US a (abandon) est légèrement différent. Il contient des indicateurs d’humidité en faible proportion (spicules d’éponge et phytolithes de cellules bulliformes), ainsi que 3,4 % de phytolithes issus de glumes de graminées (dans ce cas, probablement des céréales), enregistrement de restes de possibles activités agraires.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Les DFS/RFO sont consultables dans les Services Régionaux d’Archéologie24 ou dans l’un des Centres de Recherches Archéologiques Inrap (voir : http://dolia.inrap.fr).

Alix, Bailly, Bailly 1977/78

Alix N., Bailly O., Bailly P. - Répertoire archéologique de la Seine-et-Marne à l’époque gallo-romaine, Bulletin du Groupement archéologique de Seine-et-Marne, 18-19 : 143-167.

Allenet de Ribemont 2005

Allenet de Ribemont G. - Analyse pollinique, in : Desrayaud 2005 : 67-71.

Allenet de Ribemont 2010

Allenet de Ribemont G. - Études palynologiques, in :Desrayaud 2010 : 191-204.

Anderson 1999

Anderson P.-C - Experimental cultivation, harvest and threshing of wild cereals, in :Anderson P. (dir.), Prehistory of Agriculture. New Experimental and Ethnographic approaches, Monograph 40, Institute of Archaeology, University of California, Los Angeles : 119-144.

Baatz 1995

Baatz D. - Die Wassermühle bei Vitruve X 5,2. Ein archäologischer Kommentar, in : Saalburg Jahrbuch, 48 : 5-18.

Barat1993

Barat Y. - Les céramiques “ rugueuses ” ou “ granuleuses ” du Bas-Empire en Île-de-France, in : Trésors de terre. Céramiques et potiers dans l’Île-de-France gallo-romaine, catalogue d’expositions 05/1993-07/1994. Conseil Général des Yvelines-Service Archéologique Départemental : 171-177.

Barat 1994

Barat Y. - La céramique du Bas-Empire à l’ouest de l’Île-de-France : présentation de quelques ensembles, in : Tuffreau-Libre M., Jacques A. (dir.), La céramique du Bas-Empire en Gaule Belgique et dans les régions voisines, Actes de la table ronde de céramologie gallo-romaine 8-10 octobre 1991 (Arras), Revue du Nord, Hors-Série, Collection Archéologie, 4, Université Charles-de-Gaulle-Lille III, Lille : 169-181.

Béal 1994

Béal J.-C. - Le sanctuaire des Basaltes à Alba-la-Romaine (Ardèche) et ses offrandes, in : Goudineau C., Fauduet I., Coulon G. (dir.), Les Sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine. Actes du Colloque d’Argentomagus 8-10 octobre 1992, Musée d’Argentomagus, Collection Archéologie Aujourd’hui, Errance, Paris : 161-168.

Behre 1981

Behre K.-E. - The interpretation of anthropogenic indicators in pollen diagrams, Pollen et Spores, XXIII, 2 : 225-243.

Bet, Bojarsky 2005

Bet P., Bojarsky M. (dir.) - Saint-Pathus, “ Les Rouges Chaperons ”, rue des Petits Ormes (Seine-et-Marne), diagnostic archéologique 06-08/2005. RFO Inrap, SRA Île-de-France, Saint-Denis.

Blin, Morin, Pissot 1997

Blin O., Morin J.-M., Pissot V. - Deux structures de séchage découvertes dans l’agglomération antique de la Ferme d’Ithe à Jouars-Pontchartrin (Yvelines) in : Ouzoulias P., Van-Ossel P. (dir.), PCR L’époque romaine tardive en Île-de-France, Document de travail no 4. DRAC/SRA Île-de-France, ENS/CNRS : 75-87.

Bottema 1988

Bottema S. - The production and distribution of cereal pollen: experiments on standing and threshed crops (conference summary), Colloque International 6-9 avril 1988, Expérimentation en archéologie: Bilan et perspectives, Meursault : Archéodrome de Beaune, APAB, 16.

Bruant 2008

Bruant J. - Un établissement rural gaulois de rang aristocratique à Savigny-le-temple, in : Homo-Senartus, ce cousin qui nous ressemble. 15 ans de recherches archéologiques en Ville Nouvelle de Sénart, Conseil Général de Seine-et-Marne, Écomusée-Ferme du Coulevrain, ÉPA Sénart, Inrap, SRA, Ville de Savigny-le-Temple : 54-55.

Buchsenschutz, Méniel 1994

Buchsenschutz O., Méniel P. (dir.) - Les installations agricoles de l’âge du Fer en Île-de-France, Études d’histoire et d’Archéologie vol. IV, Presses de l’École Normale Supérieure, Paris, 299 p.

Bucur 1994

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bucur I. - The direction of the terrestrial magnetic field in France during the last 21 centuries, Physics of the Earth and Planetary Interiors, 87 : 95-109.
DOI : 10.1016/0031-9201(94)90024-8

Cammas, Marti, Verdin 2005

Cammas C., Marti F., Verdin P. - Aménagement et fonctionnement de structures de stockage de la fin de l’âge du Fer dans le Bassin parisien : approche interdisciplinaire sur le site du Plessis-Gassot - Le Bois Bouchard (Val d’Oise), in : L’âge du Fer en Île-de-France, 26e supplément à la RACF, Tours : 33-54.

Castella 1994

Castella D. - Le moulin hydraulique gallo-romain d’Avenches “ en chaplix ”, Cahier d’Archéologie Romande, 62, Lausanne, 155 p., 85 fig.

Chenet 1941

Chenet G. - La céramique gallo-romaine ďArgonne du ive siècle et la terre sigillée décorée à la molette, Mâcon, Protat.

Desrayaud 2005

Desrayaud G. (dir.) - Saint-Pathus, “ Parc d’activités du Bois de l’Homme Mort ” (77), diagnostic archéologique 15-08/30-09-2005, RFO Inrap, SRA Île-de-France, Saint-Denis.

Desrayaud 2008

Desrayaud G. - Parcellaires fossoyés du Haut Empire des plateaux de Brie : Jossigny/Serris et Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne). Approche méthodologique de l’étude des réseaux, Revue archéologique du centre de la France, 47, [en ligne], mis en ligne le 15 mai 2009. URL : http://racf.revues.org/index1161.html

Desrayaud 2010

Desrayaud G. (dir.) - Établissements ruraux antiques et petit temple gallo-romain (fanum) du “ Bois de l’Homme Mort ”, Saint-Pathus, 77. Fouille 04-09/2007, RFO Inrap, SRA Île-de-France, Saint-Denis.

Diot 1992

Diot M.-F. - Études palynologiques de blés sauvages et domestiques issus de cultures expérimentales, in : Préhistoire de l’agriculture : Nouvelles approches expérimentales et ethnographiques, Monographie du CRA 6, CNRS : 107-111.

Fauduet 1993

Faudet I. - Atlas des sanctuaires romano-celtiques de Gaule. Les fanums, Collection Archéologie Aujourd’hui, Éditions Errance, Paris, 140 p.

Feller 1991

Feller M. - Classification et datation des molettes d’Argonne. Problèmes de méthodes, in SFECAG, Actes du Congrès de Cognac, 8-11 mai : 161-169.

Ferdière 1988

Ferdière A. - Les campagnes en Gaule romaine, Tome 2, Les techniques et les productions rurales en Gaule (52 av. J.-C.-486 ap. J.-C.), Collection des Hespérides, Errance, Paris, 284 p.

Flohic 2000

Flohic J.-L. - Le patrimoine des communes de la Seine-et-Marne, I, Flohic.

Germain 1981

Germain H. - Flore des diatomées, eaux douces et saumâtres, Boubée, Paris, 444 p.

Giganon 1994

Giganon D. - La céramique commune granuleuse dans le sud-ouest du bassin parisien (diffusion, problèmes chronologiques), in : Tuffreau-Libre M., Jacques A. (dir.), La céramique du Bas-Empire en Gaule Belgique et dans les régions voisine, Actes de la table ronde de céramologie gallo-romaine (Arras, 8-10 octobre 1991), Revue du Nord, Hors-Série, Collection Archéologie 4, Université Charles-de-Gaulle-Lille III : 197-199.

Girrès 2010

Girrès I. - Tests carpologiques, in : Desrayaud 2010 : 220-221.

Gosselin 2005

Gosselin R. - Étude documentaire, in : Desrayaud 2005 : 58-61.

Guyard 1994

Guyard L. - Les céramiques de l’Antiquité tardive dans la stratigraphie de la fouille Saint-Martin-Rivoli (75004). Présentation, in : Ouzoulias P., Van-Ossel P. (dir.), PCR L’époque romaine tardive en Île-de-France, Document de travail no 6, DRAC/SRA Île-de-France, ENS/CNRS : 7-52.

Havinga 1984

Havinga A.-J. - A 20-years experimental investigation into the differential corrosion susceptibility of pollen and spores in various soil types, Pollen et Spores, 26, 3-4 : 541-558.

Jaccotey, Robin 2008

Jaccotey L., Robin B. - Le cas particulier des meules, in :Labeaune-Jean F., Pacé (Ille-et-Villaine), ZAC des Touches, DFS, Inrap, SRA Bretagne : Annexe mobilier.

Jalut 1991

Jalut G. - Le pollen traducteur du paysage agraire, in : Guilaine J. (dir.), Pour une archéologie agraire, Paris, Armand Colin : 345-368.

Jouanin 2010

Jouanin G. - Étude archéozoologique, in : Desrayaud 2010 : 134-143.

Konik 2005

Konik S. - Étude géologique préliminaire in : Desrayaud 2005 : 62-66.

Lecomte-Schmitt 2010

Lecomte-Schmitt B. - Étude xylologiques des puits, in :Desrayaud 2010 : 209-219.

Le Goff et al.2002

Le Goff M., Gallet Y., Genevey A. et Warmé N. - On archeomagnetic secular variation curves and archeomagnetic dating, Physics of the Earth and Planetary Interiors, 134 : 203-211.

Lepareux-Couturier 2010

Lepareux-Couturier S. - Étude des meules antiques, in :Desrayaud 2010 : 224-231.

Lepareux-Couturier, Boyer, Jodry à paraître

Lepareux-Couturier S., Boyer F. et Jodry F. - Le traitement de la surface active des meules rotatives antiques : bilan documentaire, proposition d’un vocabulaire descriptif et d’une grille d’analyse, in : Évolution typologique et technique des meules du Néolithique à l’an mille sur le territoire français, 3e rencontre de l’Archéosite gaulois, Actes de la table ronde (Saint-Julien-sur-Garonne, 2-4 octobre 2009), supplément à Aquitania.

Lepetz 1996

Lepetz S. - L’animal dans la société gallo-romaine de la France du Nord, Revue Archéologique de Picardie, no spécial 12, Amiens.

Longepierre 2007

Longepierre S.- L’apport des meules dans la connaissance des moulins hydrauliques romains en Languedoc, in : Brun J.-P., Fiches J.-L. (dir.), Force hydraulique et machines à eau dans l’Antiquité romaine, Actes du colloque international (Pont du Gard, sept. 2006) : 167-183.

Magnan 1998

Magnan D. - Le Pays meldois : du pagus de l’indépendance gauloise au pagus de la période franque, in : Profane et Sacré en pays meldois (protohistoire-gallo-romain), AMA-Musée Bossuet, Meaux : 13-16.

Marcille, Joy 1995

Marcille C., Joy P. - Courdimanche (95). Deux structures de combustion (séchage ?) dans l’établissement rural gallo-romain et du haut Moyen Âge du “ Fief à Cavan ”, in : Ouzoulias P., Van Ossel P. (dir.), L’époque romaine tardive en Île-de-France, Document de travail no 2. DRAC/SRA Île-de-France, ENS/CNRS. Paris : 179-190.

Marion, Blancquaert 2000

Marion S., Blancquaert G. (eds.) - Les installations de l’Âge du fer en France septentrionale, Études d’Histoire et d’Archéologie, 6, Presses de l’École Normale Supérieure, Paris.

Montégut 1976

Montégut J. - Le bocage et les commensales des cultures. “ Écosystèmes bocagers ”, C.R. Table ronde CNRS Rennes : 229-237.

Mulholland, Rapp 1992

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mulholland S.C., Rapp G. Jr. - A morphological classification of grass silica-bodies, in :Rapp G. Jr. Mullholland S.C. (dir.), Phytolith systematics,Emerging Issues Plenum Press : 65-89.
DOI : 10.1007/978-1-4899-1155-1_4

Ollendorf 1992

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ollendorf A. L. - Towards a classification scheme of sedge (Cyperaceae) phytoliths, in :Rapp Jr., Mullholland S.C. (dir.), Phytolith systematics, Emerging Issues Plenum Press : 91-111.
DOI : 10.1007/978-1-4899-1155-1_5

Ouzoulias, Van Ossel 2001

Ouzoulias P., Van Ossel P. - Dynamiques du peuplement et formes de l’habitat tardif : le cas de l’Île-de-France, in : Ouzoulias P. et al. (dir.), Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, IVe colloque de l’association AGER (Montpellier, 11-14 mars 1998). APDCA, Antibes : 148-172.

Perrault 2010

Perrault C. - Puits 6813, dendrochronologie, in :Desrayaud 2010 : 249-252.

Pion 1996

Pion P. - Les établissements ruraux dans la vallée de l’Aisne de la Fin du second Âge du fer au début du Haut-Empire romain (iie siècle av. J.-C./ier siècle apr. J.-C.) : bilan provisoire des données et esquisse de synthèse, in : Bayart D., Collart J.-L. (dir.), De la ferme indigène à la villa romaine. La romanisation des campagnes de la Gaule, Actes du deuxième colloque de l’association AGER (Amiens, 23-25 septembre 1993), Revue Archéologique de Picardie, no spécial 11 : 55-108.

Pissot 2005

Pissot V. - Étude céramique, in :Marcille C., Chauconin-Neufmontiers (77), “ Le Bassinet ”, Rapport Final d’Opération, AFAN/Inrap, SRA Île-de-France, Saint-Denis.

Prié 2010

Prié A. - Analyse pétrographique et identification, in :Desrayaud 2010 : 222-223.

Py 1997

Py M. - SYSLAT 3.1. Système d’Information Archéologique. Manuel de référence, LATTARA, 10, CEDAR, Lattes, ARALO, AFAN, 384 p.

Reille 1990

Reille M. - Leçons de Palynologie et d’analyse pollinique, CNRS, Paris, 206 p.

Renel 1997

Renel F. - Un ensemble céramique du ve s. découvert à Vanves (92), in : Ouzoulias P., Van Ossel P. (dir.), PCR L’époque romaine tardive en Île-de-France, Document de travail no 4. DRAC/SRA Île-de-France, ENS/CNRS, Paris : 129-150.

Robin 1993

Robin S. - Un atelier de potier à Paris. L’atelier de la rue Saint-Jacques, in : SFECAG, Actes du Congrès de Versailles (20-23 juin) : 69-94.

Rouppert 2010

Rouppert V. - Saint-Pathus, “ Le Clos Fleuri ”, (Seine-et-Marne), diagnostic archéologique 2010, RFO Inrap, SRA Île-de-France, Saint-Denis.

Séguier 1994

Séguier J.-M. - Un ensemble de la fin du iiie s. à Saint-Germain-Laxis (77), in : Ouzoulias P., Van-Ossel P. (dir.), L’époque romaine tardive en Île-de-France, Document de travail no 2. DRAC/SRA Île-de-France, ENS/CNRS Paris : 145-182.

Séguier 1995

Séguier J.-M. - “ Le Tureau des Gardes ” à Marolles-sur-Seine (77) : Une occupation ouverte du Bas-Empire en milieu rural, in : Ouzoulias P., Van-Ossel P. (dir.), L’époque romaine tardive en Île-de-France, Document de travail no 2. DRAC/SRA Île-de-France, ENS/CNRS. Paris : 63-72.

Séguier 2001

Séguier J.-M. - L’habitat rural du secteur de confluence entre seine et Yonne aux ive et ve siècles, in : Ouzoulias P. et al. (dir.), Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, IVe colloque de l’association AGER (Montpellier, 11-14 mars 1998). APDCA, Antibes : 405-430.

Sellès 2001

Sellès H. - Céramiques gallo-romaines à Chartres et en Pays Carnute, FERAC/ARCHEA/ADAUC, 16e supplément à la RACF, 254 p.

Thellier 1981

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Thellier E. - Sur la direction du champ magnétique terrestre en France durant les deux derniers millénaires, Physics of the Earth and Planetary Interiors, 24 : 89-132.
DOI : 10.1016/0031-9201(81)90136-9

Tuffreau-Libre 1994

Tuffreau-Libre M. - La céramique dans les sanctuaires gallo-romains, in : Goudineau C., Fauduet I., Coulon G. (dir.), Les Sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine. Actes du Colloque (Argentomagus, 8-10 octobre 1992), Collection Archéologie Aujourd’hui, Errance, Paris : 128-137.

Twiss 1992

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Twiss P.-C. - Predicted world distribution of C3 and C4 grass phytoliths, in :Rapp G. Jr., Mullholland S.C. (dir.), Phytolith systematics, Emerging Issues Plenum Press : 113-128.
DOI : 10.1007/978-1-4899-1155-1_6

Unverzagt 1916

Unverzagt W. - Die Keramik des Kastells Alzei, Frankfurt a/Main.

Van Ossel 1992

Van Ossel P. - Établissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule, 51e supplément à Gallia, CNRS, Paris, 470 p.

Verdin 2010

Verdin P. - Étude phytolithique, in :Desrayaud 2010 : 205-208.

Vermeersch 1993

Vermeersch D. - La céramique à pâte claire du vicus routier de Taverny (Val-d’Oise), in : SFECAG, Actes du Congrès de Versailles (20-23 juin) : 117-136.

Vuorela 1970

Vuorela I. - The indication of farming in pollen diagrams from Southern Finland, Acta Botanica Fennica, 87 : 4-40.

Warmé 2010

Warmé N. - Datations archéomagnétiques, in :Desrayaud 2010 : 243-248.

Wittington, Gordon 1987

Wittington G., Gordon A.-D. - The differenciation of the pollen of Cannabis sativa from that of Humulus lupulus L., Pollen et Spores, vol. 29, 1 : 111-120.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Archéozoologie (Gaëtan Jouanin)

Présentation des données

Les trois secteurs de Saint-Pathus Bois de l’Homme Mort ont livré un total de 1834 vestiges osseux, dont 49,1 % ont été déterminés (Jouanin 2010).

Secteur 1 (Fig. 8 et 9)

La phase A du secteur 1 (50 av.-150 ap. J.-C.) est particulièrement pauvre en vestiges osseux : seul un fragment de crâne de cheval a été mis au jour. La phase B (iie-ive s. ap. J.-C.) n’est guère plus documentée. Avec 35 restes conservés au total, dont 51,4 % déterminés, la liste de faune ne compte que les espèces domestiques les plus classiques (bœuf, porc, caprinés et cheval).

Secteur 2 (Fig. 11 et 12)

Les vestiges du secteur 2 de la phase A ont livré un nombre de restes une nouvelle fois limité : 76 ossements, dont 44,7 % ont été déterminés (Fig. 32-a). La liste de faune n’est composée que d’espèces domestiques, avec pour particularité une nette domination des ossements de caprinés. Cette place prépondérante des caprinés est en partie due à la présence dans la fosse 121 (Fig. 11 et 12) d’une série de métapodes (métacarpes et métatarses) appartenant à au moins trois individus.

Fig. 32 : Secteur 2, nombre (NR) et poids (PR) des restes fauniques (© INRAP, Gaëtan Jouanin, CRAVO).

Fig. 32 : Secteur 2, nombre (NR) et poids (PR) des restes fauniques (© INRAP, Gaëtan Jouanin, CRAVO).

Les vestiges de la phase B du secteur 2 ont livré 200 vestiges osseux, dont 73,5 % ont été déterminés (Fig. 32-b). Au même titre que le nombre d’ossements mis au jour, la liste de faune s’étoffe. On voit apparaître deux représentants de la basse cour, le coq et l’oie, et un de la sphère sauvage, le cerf. On peut également noter la part importante prise par les restes de chevaux, qui passe à 13 % du nombre de restes déterminés (NRdét) contre seulement 3 % pour la phase A.

Secteur 3 (Fig. 14 et 15)

Avec 467 restes, dont 45,6 % de déterminés, la phase A du secteur 3 est l’un des deux ensembles les mieux documentés sur le site (Fig. 33-a). La liste de faune contient les mêmes espèces que celle de la phase B du secteur 2, auxquelles viennent s’ajouter le chien et un batracien non déterminé. Le bœuf domine amplement, en nombre comme en poids de restes. Le cheval occupe de nouveau une place non négligeable, avec près de 10 % du NRdét.

Fig. 33 : Secteur 3, nombre (NR) et poids (PR) des restes fauniques (© INRAP, Gaëtan Jouanin, CRAVO).

Fig. 33 : Secteur 3, nombre (NR) et poids (PR) des restes fauniques (© INRAP, Gaëtan Jouanin, CRAVO).

La phase B du secteur 3 offre le nombre de restes le plus important, avec 593 ossements dont 44,3 % déterminés (Fig. 33-b/c). La liste de faune augmente de nouveau, avec l’identification du pigeon biset, du renard et du sanglier. Si l’on s’intéresse aux deux sous-phases de la phase B, on s’aperçoit que la majorité du matériel est issue des vestiges de la sous-phase B2 (iiie-ive s. ap. J.-C. : Fig. 33 b). C’est également cette sous-phase qui regroupe la plus grande variété d’espèces.

Analyse des données

Proportions des principales espèces

Sans parler de la phase A du secteur 1 qui n’a livré qu’un fragment crânien de cheval, les phases B du secteur 1 et A du secteur 2 sont particulièrement pauvres. Pour les autres phases et secteurs, les restes de bœuf dominent largement (Fig. 32 et 33). Porc et caprinés offrent des proportions équivalentes : entre 15 et 25 % du NR et environ 5 % du PR. Les proportions observées et notamment la domination des restes de bœuf sont caractéristiques des sites de type rural (Lepetz 1996).

Le cheval occupe une place relativement importante puisque, pour les secteurs et phases offrant un nombre de restes suffisamment grand pour permettre une analyse, l’espèce compte pour 6 à 13 % du nombre de restes déterminés (Fig. 32 et 33). Les chiffres rencontrés dans le Nord de la Gaule par S. Lepetz sont en moyenne d’un peu moins de 4 % du NRdét en milieu rural et d’environ 3 % dans les vici. Pour ces deux types de contextes, la situation est loin d’être homogène, dans la mesure où certains sites sont très peu fournis, voire exempts de restes équins, alors que pour d’autres ces derniers peuvent représenter jusqu’à environ 15 % du NRdét.

Les fortes proportions de bœuf et de cheval peuvent en partie s’expliquer par des modes de dépôt et de préservation favorisant les os les plus solides. En effet, une grande partie du matériel étudié provient de fossés et de mares. Ces creusements ne recueillent le plus souvent que des os ayant séjourné sur le sol et à l’air libre durant une période plus ou moins longue et ayant résisté aux différentes attaques, qu’elles soient atmosphériques, dues au piétinement ou bien aux charognards. Ces phénomènes ont été enregistrés par les ossements et relevés lors de l’étude du matériel. De nombreuses traces de dents, essentiellement de chiens, marquent les vestiges. Cette sélection de os les plus solides et donc des espèces les plus grandes est également mise en évidence par la distribution anatomique des différentes espèces (infra).

Si une déformation de représentation est occasionnée par le type de vestiges pris en compte, il n’en reste pas moins que les proportions de bœuf et de cheval, même relativisées, sont importantes. Il est possible, pour mieux appréhender la place du cheval dans ces ensembles, de rapporter le nombre de restes livrés par l’espèce au nombre de restes de bœuf. Ainsi, ces deux espèces, dont le gabarit est équivalent et subissant des atteintes taphonomiques similaires, peuvent être comparées (Fig. 34).

Fig. 34 : Proportions des restes d’équidés rapportées au NRdét et au nombre de restes de bœuf (© INRAP, Gaëtan Jouanin, CRAVO).

Fig. 34 : Proportions des restes d’équidés rapportées au NRdét et au nombre de restes de bœuf (© INRAP, Gaëtan Jouanin, CRAVO).

Les oiseaux de basse-cour sont peu présents. Ils n’apparaissent que pour la phase B du secteur 2 et pour les deux phases du secteur 3 (Fig. 32 et 33). Il est intéressant de noter que, pour la phase B de ce dernier secteur, la totalité des restes d’oiseaux domestiques provient des vestiges datés de la sous-phase B2. Si pour ce secteur les proportions, tant en nombre de restes déterminés que par rapport au nombre de restes des principales espèces (NR3), sont conformes à ce qui a déjà été observé pour le milieu rural du Nord de la Gaule, ces proportions sont largement supérieures à la moyenne pour la phase B du secteur 2. Avec 9,6 % du NR, la basse-cour occupe une place plus proche de celle des sites urbains. Notons enfin que le canard colvert est absent. Il apparaît peu probable que cette absence soit due à des problèmes de conservation différentielle. En effet, de même gabarit que ceux de coq, les ossements de l’espèce ont autant de chance d’être conservés, même si le canard est en règle générale moins fréquent que le coq et l’oie. L’hypothèse d’un problème de conservation est d’autant plus difficile à étayer que les ossements de pigeon biset, plus petits et fragiles, nous sont parvenus. Il semblerait donc que l’absence de restes de canard soit révélatrice d’un réel désintérêt pour l’espèce de la part des occupants du site.

La faune sauvage est peu présente (Fig. 32 et 33). Seules trois espèces ont été rencontrées : le cerf, le renard et le sanglier. Le premier est le plus fréquent, en nombre d’occurrence comme en nombre de restes. Les autres ne sont présents que pour la sous-phase B2 du secteur 3. Comme pour la volaille, c’est cette sous-phase qui livre la totalité des os de mammifères sauvages de la phase B du secteur 3. La part de ces espèces rapportée au NR3 est conforme à ce que l’on rencontre habituellement en milieu rural.

On peut noter que le cerf est chassé pour sa viande – la présence d’os longs l’atteste – mais également pour ses bois. En effet, un frontal a été identifié, portant des traces de couperet révélant l’utilisation des bois comme matière première. En outre, un certain nombre de fragments de bois, dont on ne peut pas toujours dire s’il s’agit de bois de chute ou de massacre, porte également des traces de découpes attestant leur utilisation comme matière première. Les vestiges de cette activité artisanale sur bois de cerf sont essentiellement présents dans les faits du secteur 2.

Distribution anatomique et découpe

La distribution anatomique des trois principales espèces ne peut être étudiée que pour la phase B du secteur 2 et les deux phases du secteur 3. Dans les deux cas, les données en nombre de restes livrent des profils relativement proches : tête et membres dominent au détriment du squelette axial (vertèbres et côtes) et dans une moindre mesure des pieds.

Seule la distribution du bœuf lors de la phase B du secteur 3 diffère, en laissant une plus large place au squelette axial. Cette situation est due à la mise au jour dans la fosse 239, contemporaine du FO176-1 (comblement du iie-début iiie s. ap. J.-C. : Fig. 14 et 18), d’un ensemble anatomique particulier. En effet, l’intégralité du rachis, une grande partie des côtes, les coxaux et la tête d’un bovin y ont été rejetés. Tous ces os ne sont pas en connexion stricte. Les vertèbres sont par exemple divisées en plusieurs tronçons : l’un est composé des cervicales, un autre des sept premières thoraciques, un troisième des thoraciques restantes et de la première lombaire et enfin le dernier des cinq dernières lombaires.

Ce type de représentation des parties du squelette trahit deux types de phénomène. Le premier est dû à la sélection anthropique qui porte essentiellement sur les parties les plus riches en viande, et donc les membres. Le second tient aux conditions de dépôt. Les nombreuses traces de dents de chiens attestent d’un séjour plus ou moins prolongé des os sur le sol. L’arrivée de ces derniers dans les faits en creux s’est donc faite de manière indirecte et a ainsi entraîné une sélection des restes. Ce sont les os les plus solides qui nous sont parvenus. On compte parmi eux les os longs et la tête qui porte les dents (mandibules et maxillaires). La distribution anatomique confirme donc les hypothèses émises lors de l’analyse de la part des différentes espèces dans les lots osseux étudiés : les modes d’accumulation ont favorisé les grandes espèces et les os solides, au détriment des petits animaux et des os plus fragiles.

Les traces de découpe ont été essentiellement observées sur les ossements bovins, notamment sur le secteur 3. Il est intéressant de noter que les traces relèvent essentiellement de la décarnisation, qu’elle intervienne avant ou pendant la consommation. Ainsi, le couteau apparaît comme plus fréquemment employé que le couperet. Par exemple, pour la phase A du secteur 3, l’utilisation du couperet a été relevée à six reprises contre 27 pour le couteau. Pour la phase B, la situation est plus équilibrée, avec neuf occurrences du couperet contre onze pour le couteau. Ce rééquilibrage peut en partie s’expliquer par le fait que les os ayant livré des traces de découpe ne sont pas les mêmes entre les deux phases. Pour la première, il s’agit essentiellement d’os des membres, alors que, pour la seconde, nous avons affaire à des os plus variés et ce sont alors les vertèbres et la tête qui livrent les traces de couperet.

Enfin, il faut signaler que sur le secteur 3, des ossements de cheval et de chien portent des traces de découpe. Pour le premier, il s’agit de traces de décarnisation sur les diaphyses d’un tibia et d’un humérus. Pour le second, un fémur porte les marques de la désarticulation de la tête de fémur et de l’acétabulum, et un second des traces de décarnisation sur la partie distale de sa diaphyse. Pour le chien, les ossements marqués proviennent de vestiges datés de la phase A, alors que, pour le cheval, ils sont issus de restes de la phase B. Ces observations sont intéressantes dans la mesure où la consommation de viande de chien et de cheval disparaît durant la période romaine. Celle du cheval fait un retour à partir de la fin du Bas-Empire et touche régulièrement les sites du haut Moyen Âge. En revanche, la consommation du chien ne réapparaît pas par la suite.

Âges d’abattage

L’analyse des âges d’abattage, qui permet de toucher aux choix d’élevage et à la qualité des viandes consommées, est difficile à réaliser face au faible nombre de données disponibles. Seules les données dentaires offrent quelques informations. Elles sont présentées par secteur et toutes phases confondues.

Pour le bœuf, le secteur 1 a livré une mandibule appartenant à un animal de 6-8 ans. Pour le secteur 2, on trouve un individu de 4-6 ans. Enfin sur le secteur 3, une mandibule appartient à un animal de 3-5 ans et quatre à des individus de plus de 10 ans. L’âge de la maturité pondérale étant estimé à 3-4 ans, on a donc au total un animal de boucherie, deux de réforme précoce (réforme laitière ?) et quatre individus abattus après avoir fourni leur force de travail. Ces quelques données donnent l’impression que les bovins ne sont pas élevés pour leur viande, mais plutôt pour leurs autres usages que sont le lait et la force.

Pour les porcs, le secteur 2 livre un animal de 12-14 mois et deux de 23-25 mois. Dans le secteur 3, les âges de 17-19 mois, 19-21 mois et 25-27 mois livrent chacun un individu. Quatre autres ont entre 21 et 23 mois. Comme à l’accoutumée, le porc, espèce bouchère par excellence, est abattu essentiellement en fin de deuxième année, proche de sa maturité pondérale.

Enfin concernant le mouton, le secteur 2 a livré une mandibule appartenant à un animal de 8-10 ans. Sur le secteur 3, un individu a entre 2 et 6 mois. Il est difficile de dire s’il s’agit réellement d’un abattage ou bien d’une perte due à la mortalité juvénile. Les autres animaux ont, pour trois d’entre eux, entre 4 et 6 ans et, pour un seul, entre 8 et 10 ans. Comme pour le bœuf, on est donc essentiellement face à des individus de réforme précoce (lait ?) et de réforme tardive (laine).

Synthèse

Malgré un nombre total de 1834 restes, les sites de Saint-Pathus, Le Bois de l’Homme Mort, ont livré un matériel osseux relativement peu important, puisque divisé entre trois secteurs et deux phases s’étendant de la fin du ier s. av. à la fin du ive s. ap. J.-C. Le secteur le mieux documenté est le secteur 3.

Les secteurs et phases livrant suffisamment de matériel offrent des profils proches concernant la part prise par les trois principales espèces. Le bœuf domine amplement le porc et les caprinés, en nombre comme en poids de restes. On a pu noter que les restes de cheval occupent une place non négligeable. L’analyse de la représentation des grandes parties du squelette des trois principales espèces a permis de relativiser cette importance du bœuf et du cheval, dans la mesure où une sélection par la taille et la solidité des os a pu être mise en évidence. Les modes d’accumulation ont en effet eu tendance à favoriser les ossements les plus résistants et ceux des espèces de grand gabarit.

Malgré cela, la domination du bœuf reste valide, ainsi que la présence conséquente du cheval. Les âges d’abattage permettent en partie d’expliquer cet état de fait. Les quelques données dentaires utilisables montrent que, pour le bœuf, les animaux sont abattus tardivement, dans le cadre soit de la réforme laitière, soit de la réforme de travail. Pour le cheval, seul un radius dont l’extrémité distale n’est pas soudée, atteste de la présence d’un animal plus jeune que les autres (moins de 3,5 ans). Il semble donc que, si le bœuf et le cheval sont si présents sur le site, ce soit en raison de leur aptitude à fournir de la force de travail. Concernant les deux autres mammifères domestiques, les âges d’abattage offrent pour le mouton une image similaire à celle observée pour le bœuf, à savoir un élevage qui semble plus orienté sur les productions “ secondaires ” que sont le lait et la laine que sur la production de viande. Enfin, pour le cochon, espèce bouchère, la plupart des animaux semblent abattus à l’âge de la maturité pondérale. Il ressort de ces observations, qui restent fondées sur un faible nombre de données, l’image de la consommation d’une viande de piètre qualité et donc d’un statut peu élevé des occupants du site.

On doit cependant introduire une nuance à ce constat. En effet, sur le secteur 2 comme sur le secteur 3, la seconde phase d’occupation livre quelques indices d’un statut légèrement supérieur. En effet, dans les deux cas la part de la volaille et des mammifères sauvages est plus importante que durant la phase A. On voit même pour le secteur 3 une diversification plus grande des espèces présentes. Cependant, la taille des échantillons reste limitée et rien ne permet d’affirmer que ces petites différences sont bien révélatrices d’une élévation du statut des occupants.

La question de la consommation du chien et du cheval est posée, à la suite de la mise en évidence de traces de découpe à caractère alimentaire. Ceci est d’autant plus marquant pour une période durant laquelle ces espèces ne sont normalement plus consommées.

Conclusion

Les informations livrées par le matériel ostéologique offrent l’image d’un site rural classique. L’élevage semble plus tourné vers une exploitation de l’animal de son vivant (lait, laine, force de travail) qu’orienté vers une production bouchère. Cette hypothèse est en partie étayée par la place occupée par le bœuf et le cheval, qui sont les premiers auxiliaires d’une exploitation tournée vers la céréaliculture ou tout autre produit agricole.

Les données ostéologiques n’ont pas permis de mettre en évidence d’éventuels rejets particuliers liés au fonctionnement du bâtiment 08, installé sur le secteur 3 à partir de l’intervalle 2e moitié iie-début iiie s. Seul se distingue l’ensemble singulier issu de la structure FS239, composé des fragments de carcasse d’un bovin. On peut tout au plus noter la plus grande diversité des espèces présentes sur ce secteur à cette période.

Annexe 2. Tests carpologiques (Ingrid Girrès)

Sur les sites gallo-romains du Bois de l’Homme Mort à Saint-Pathus, 59 prélèvements de sédiment en vrac ont été récoltés au sein de 25 faits en creux. Seize de ces échantillons ont fait l’objet de tests carpologiques et neuf ont donné des résultats positifs (Fig. 35).

Fig. 35 : Nombre de restes carpologiques observés par US (© INRAP, Ingrid Girrès).

Fig. 35 : Nombre de restes carpologiques observés par US (© INRAP, Ingrid Girrès).

Matériels et méthodes

Les volumes prélevés pour chaque contexte étant différent, un échantillonnage-test a été effectué. Le volume-test a été évalué à 2 l pour chaque unité ; cependant, pour certaines unités du secteur 3 (FS201-US 1, FY 11 et PT 02-US 5), le volume-test a été d’1,5 l pour les deux premières et d’1 l pour la troisième. Au total, 30 l de sédiments ont été traités.

La totalité des échantillons a été traitée sur tamis de colonne aux mailles 4, 1 et 0,5 mm. Un tamisage par flottation simple a été effectué par la suite pour la fraction de 0,5 mm pour certaines unités stratigraphiques. La maille de 4 mm a été traitée à l’œil nu et les mailles de 1 mm et 0,5 mm triées à la loupe binoculaire.

Présentation des échantillons

Secteur 2

Fosse 74, maille 4 mm :

3 fragments de Triticum aestivum/durum cf. compactum

3 fragments indéterminés

Secteur 3

Fosse 201-US 1 (fond) :

1 Triticum sp.

2 fragments de Poaceae

2 cf. fragments Triticum sp.

1 cf. Vicia sativa

14 fragments Poaceae

FY 07 :

4 fragments Poaceae

2 Triticum sp.

1 fragment cf. Triticum sp.

5 fragments Poaceae

FY 11 :

1 frag. Triticum compactum

1 Triticum cf. dicoccum

3 frag. Indet

Mare 07-US-b (fond) :

3 fragments Poaceae

6 fragments indéterminés

1 Poaceae

1 fragment Poaceae

Puits 02 (restes imbibés)

PT 02-US 4 :

1 tégument de Malus sp.

28 Sambucus nigra

19 fragments Sambucus nigra

3 Rubus fruticosus

1 Carex sp. + 2 téguments

PT 02-US 5 :

2 Sambucus nigra

19 Sambucus nigra

14 fragments Sambucus nigra

1 Rubus fruticosus

1 fragment R. fruticosus

1 fragment Poaceae carbonisé

5 téguments de Carex sp.

PT 02-US 6 (réservoir) :

72 Sambucus nigra

70 frag. Sambucus nigra

7 Rubus fruticosus

8 frag R. fruticosus

11 Chenopodium album

4 cf. Chenopodium album

11 Rorippa cf. amphibia + 1 frag

2 Stellaria sp.

5 Rumex sanguineus

2 Anethum graveolens ?

4 Stachys sp.

1 Caucalis platycarpos

1 cf Daurus carota

153 Carex sp.

Indéterminés : 7 + 4 téguments

SB 01-US 2

2 Triticum aest./dur.

3 frag Indet.

5 frag. Poaceae

1 Poaceae

9 frag. Poaceae

1 Lolium temulentum

2 cf. Vicia sativa + 2 fragments

Au vu du faible nombre de restes, le responsable d’opération a choisi de ne pas donner suite aux tests par une étude plus poussée. Les résultats obtenus mettent toutefois en évidence la présence de blé (Triticum) dans les comblements contemporains des occupations gallo-romaines des secteurs 2 (FS74) et 3 (FS201, FY 07, FY 11, SB 01).

Annexe 3. Palynologie (Gisèle Allenet de Ribemont)

L’analyse palynologique des comblements de sept contextes (puits, mares ou fosses) fait suite à un test de fiabilité effectué sur les dépôts de la mare 08, découverte lors du diagnostic en 2005 (Allenet de Ribemont 2005). Cette étude vise à donner un aperçu de l’environnement végétal du lieu tout au long de l’époque romaine. Vingt-et-un échantillons ont été prélevés par l’archéologue, dont douze ont donné des résultats significatifs.

Secteur 2

La mare 03 (gallo-romaine ?)

La mare 03, d’une trentaine de mètres d’envergure pour 2,5 m de profondeur conservée, est située à l’intérieur de la zone enclose gallo-romaine (Fig. 11). Elle perce le socle marno-calcaire dégradé sur environ 2 m de profondeur. Son comblement a fait l’objet de prélèvements sur les quatre premières unités stratigraphiques.

a) Stratigraphie (Desrayaud 2010)

Les profondeurs sont données depuis le sol actuel.

0-40 cm : labours.

40-80 cm : limon argileux beige, colluvions.

80-130 cm : US 1 : limon argileux beige à gris clair bariolé, charbons et nodules rubéfiés erratiques.

130-180 cm : US 215 : argile limoneuse grise bariolée, charbons épars.

180-220 cm : US 3 : argile limoneuse brun beige bariolée marbrée, remblai.

220-300 cm : US 4 : argile limoneuse brun jaune bariolée marbrée, remblai.

b) Sédimentation pollinique

Ces sédiments non calcaires (absence de réaction à l’acide chlorhydrique) renferment tous de la matière organique soluble dans la potasse (KOH), en particulier ceux des US 1 et 2. Quelques débris charbonneux de l’US 1 ont dû être éliminés par tamisage (200 µm). En fin de manipulation, les volumes de résidus destinés à l’analyse pollinique sont très faibles mais en croissance de l’US 1 vers l’US 4.

Les micro-charbons sont présents dans tous les niveaux, ainsi que quelques “ algues ”, notamment de type Spyrogira, dans les US 3 et 4. La concentration pollinique est bonne à très bonne dans les quatre échantillons. L’état de conservation du matériel, très mauvais en 1 et 2, s’améliore nettement en 3 et 4. L’altération des stocks polliniques se manifeste de façons différentes. Ainsi, dans l’US 1, la proportion de grains indéterminables est d’à peine 10 % mais la diversité taxinomique est faible (17) et la dominance des Cichorioïdées exorbitante (70 % !), alors que, dans l’US 2, la diversité floristique est bonne (37) mais la part de grains indéterminables atteint 34,6 %. Les unités inférieures (3 et 4) présentent une bonne diversité (37 et 31 taxons). La proportion de grains indéterminables de 15,2 % dans l’US 3 s’abaisse à 8,1 % dans l’US 4. L’étude est fondée sur des décomptes sporo-polliniques allant de 279 (US 1) à 404 (US 2) grains.

c) Description du spectre pollinique (Fig. 36)

À la base de la séquence (US 4), les Poacées sont très fortement majoritaires (45 %) devant les céréales (Cerealia, 13 %), les Cichorioïdées (7,7 %), les plantains (Plantago sp., 4,6 %), dont le plantain lancéolé (Plantago lanceolata), Polygonum sp. (4,3 %), Myriophyllum sp. (2,7 %), les Chénopodiacées (2,3 %), les spores de fougères trilètes et une multitude de taxons de participation inférieure à 2 %. Parmi ceux-ci, quelques arbres : l’aulne (Alnus), le hêtre (Fagus, 1,5 %), le pin (Pinus), le noisetier (Corylus, 1,2 %), le chêne (Quercus, 0,8 %), le tilleul (Tilia) et le bouleau (Betula, 0,4 %).

Dans l’US 3, la diversité en ligneux s’enrichit d’épicéa (Picea), d’orme (Ulmus), de charme (Carpinus) et de noyer (Juglans). À l’exception du hêtre (2,3 %), les fréquences polliniques de chaque essence sont inférieures à 1 %. Quelques modifications apparaissent parmi les herbacées : baisse relative des Poacées (36,6 %), hausse des plantains (7,8 %) et, de façon moindre, des Brassicacées, Renonculacées (3,5 %) et Apiacées (2,7 %), par exemple. Entre autres herbacées, le rubanier (Sparganium) apparaît.

Ensuite, malgré la défectuosité du matériel, l’US 2 montre une participation élevée des pollens arboréens (AP = 51,8 %), due en partie à la progression du chêne (6,8 %), du bouleau (6,4 %) et de l’aulne (6,1 %) mais surtout à celle du noisetier (23,9 %). Ce taxon devient majoritaire devant les Poacées en net recul (15,9 %). Les céréales et tout le cortège des rudérales et nitrophiles fléchit, hormis les Caryophyllacées, en hausse (3 %). Si les Myriophylles n’apparaissent plus, les Cypéracées augmentent un peu (4,9 %) et Sparganium est encore enregistré.

d) Interprétation

Les résultats obtenus dans l’US 4 répondent aux critères de fiabilité d’une analyse palynologique, tant pour l’état de conservation du matériel que pour sa richesse floristique (Reille 1990). Les basses fréquences polliniques des ligneux (7,6 %) reflètent un paysage très ouvert, avec peut-être quelque haie, et le faible écho d’une chênaie-hêtraie. Les lieux, très fréquentés si l’on en juge par l’ensemble du cortège rudéral (13,4 %), sont occupés par des prairies, des pâturages et des cultures. Les limites de la détermination pollinique ne permettent pas de les préciser mais, parmi les Chénopodiacées, Polygonum et les Brassicacées, la présence de commensales de cultures fait ici peu de doute. Les cultures céréalières sont attestées et plusieurs genres ont été observés sans pouvoir être déterminés. Hormis le seigle (Secale), les céréales ont un très faible pouvoir de dissémination pollinique hors champ (Bottema 1988 ; Diot 1992) ; des fréquences nettement supérieures aux 5 % concédés supposent des manipulations très proches de la mare (battage, mouture) ou un lieu de stockage de grains ou de paille. Une herbacée aquatique, Myriophyllum, illustre la nappe d’eau de la mare. Les rares pollens d’aulne signalent l’existence d’un terrain très humide mais l’implantation de cette essence à large pollinisation ne semble pas être aux abords de la mare.

Par la suite (US 3), la présence de noyer témoigne de l’influence romaine. Les ligneux se diversifient sans que la strate arborée s’étoffe pour autant. La strate herbacée évolue un peu. L’endroit est peut-être plus piétiné, si l’on en juge par la progression du plantain au détriment des Poacées. Parmi les pollens de céréales, la présence de Secale a été soupçonnée mais l’état de conservation ne permet pas de l’affirmer. L’eutrophisation de la nappe d’eau semble s’accentuer : présence de rubanier et progression d’ubiquistes telles les Brassicacées, les Renonculacées et les Apiacées, qui prennent ici une connotation amphibie. Les abords de la mare seraient alors très humides à marécageux.

Ensuite, l’US 2 (TPQ : 253-415 cal AD) montre un changement dans la gestion des lieux. Toutefois, la part très élevée de grains indéterminables rend trop délicate la prise en compte des valeurs de chaque taxon. La nappe d’eau était peut-être alors saisonnière, les assèchements répétés nuisent à la conservation des pollens et des rejets anthropiques ont pu, de surcroît, intervenir. Néanmoins, la participation d’espèces de reconquête ne peut être négligée. En effet, les fréquences de ligneux, en très forte hausse, sont majoritairement constituées d’essences pionnières ou post-pionnières (bouleau, noisetier, aulne). Ce phénomène signale des friches aux alentours immédiats, si l’on en croit les valeurs du noisetier. L’écho d’une chênaie mixte s’amplifie un peu (chêne, érable, charme), comme celle d’une petite ripisylve (aulne, saule) située en bord de cours d’eau ou de mare. Les herbacées traduisent aussi l’avancée des ligneux. Ainsi, les héliophytes (Poacées, plantains..) régressent considérablement et les céréales sont encore bien attestées mais en fréquence plus commune. Une augmentation des Cypéracées marque localement le milieu très humide, voire marécageux, puisque l’on trouve encore du rubanier.

Le puits 01

Le comblement de ce puits est trop détritique pour convenir à une analyse pollinique. La seule information environnementale qui ressorte du test est la présence de céréales.

Secteur 3

La mare 10-phase 3 (TAQ : iie s. ap. J.-C.)

En partie basse du secteur 3, la mare 10 présente trois phases observables (Fig. 14 et 18). La phase ancienne, d’environ 20 m de diamètre, perce le socle marno-calcaire dégradé sur environ deux mètres de profondeur. Un prélèvement a été effectué en fond de structure, dans une US de limon argileux gris hydromorphe (MA 10-3j).

a) Sédimentation pollinique

Ce sédiment, non carbonaté, contient très peu de matière organique soluble mais de nombreux débris d’aspect charbonneux et autres. La concentration sporopollinique est très bonne. Malgré un matériel très corrodé, la diversité atteint 21 taxons. Les décomptes ont été effectués jusqu’à l’acquisition de 381 grains (pollens et spores de fougères).

b) Description du spectre pollinique (Fig. 36)

Les Poacées (32,8 %) sont à peine majoritaires devant les fougères (31,3 %) à forte dominance trilètes, les Cichorioïdées (19,6 %), un cortège de rudérales dominé par le plantain (2,4 %) et les Chénopodiacées (2,1 %) ; les Astéracées (3,3 %), le noisetier (1,8 %) et divers taxons de fréquences inférieures à 1 % dont des céréales (0,9 %). Dans ce dépôt, la part de pollens d’arbres (AP) n’est que de 3,9 %, distribués entre le noisetier, le tilleul, le pin et l’aulne. La proportion de grains indéterminables est de 12,9 %.

c) Interprétation

Le spectre pollinique du fond de cette mare présente un déséquilibre sans révéler de profonde distorsion.

La part de spores de fougères est très élevée, celle des Cichorioïdées sans doute excessive aussi. Néanmoins, la fréquence des Poacées, majoritaires, répond à une cohérence suffisante à la prise en compte de l’analyse de ces dépôts. L’abondance d’herbes héliophiles (Poacées, plantain, Chénopodiacées, diverses Composées) concorde avec la rareté tant quantitative que qualitative des pollens de ligneux. L’espace serait donc très ouvert, occupé par une prairie (peut-être en friche, si l’on tient compte des proportions de fougères) et par des cultures céréalières à proximité. Les fougères fréquentent pour la plupart des biotopes humides (humidité du sol et humidité atmosphérique), la forte participation de leurs spores dans le fond de la mare n’est peut-être pas exclusivement due aux mauvaises conditions de conservation pollinique profitant à ces taxons plus résistants. Les taux élevés de fougères pourraient également être dus au stockage de litière à proximité. Cependant, en dépit des signes d’hydromorphie marquant le sédiment, aucun vestige pollinique ne permet d’authentifier cette excavation comme une mare. Aucune plante aquatique ou amphibie n’a été identifiée. Soit le temps nécessaire à l’implantation de cette flore caractéristique est insuffisant à ce niveau des dépôts, soit les vestiges polliniques de ces marqueurs ont été détruits. Cette dernière hypothèse est confortée par la forte altération de l’ensemble du matériel.

Excavation périphérique du bâtiment 08 (milieu iie-2e moitié ive s. ap. J.-C.)

Cette excavation, constituée de surcreusements de 20 à 100 cm de profondeur (Fig. 14 et 19), date du milieu du iie au début du iiie s. ap. J.-C. Son comblement progressif se situe pendant le ive s. ap. J.-C.

a) Stratigraphie et échantillonnage (Fig. 19, 20 et 22 ; Desrayaud 2010)

Quatre échantillons ont été prélevés dans le comblement des surcreusements MA 05, 06et 07 :

- échantillon MA07-2298, US 2298, colmatages hydromorphes de limons argileux gris clair ;

- échantillon MA06-US a (= US 602720), comblements d’abandon, limons charbonneux à gris hydromorphes ;

- échantillons MA05-US b et MA07-US b, fonds des creusements, lambeaux de comblements hydromorphes.

b) Sédimentation pollinique

Ces sédiments, non carbonatés, sont tous riches en matière organique soluble (dans KOH). À l’issue des préparations physico-chimiques, le palynofaciès contient très peu de débris organiques autres que des microcharbons. La concentration sporopollinique est très bonne dans les US MA05-b et MA07-b, assez bonne dans MA06-a (= 6027) et médiocre dans MA07-2298 (comblement supérieur). La conservation du matériel, globalement très mauvaise, est un peu meilleure dans MA05-b. La diversité, très faible dans les échantillons MA06-a et MA07-2298 (respectivement 18 et 15 taxons), est acceptable dans MA05-a (22 taxons) et MA07-b (25 taxons).

Au vu de tous ces éléments, les décomptes dans MA06-a et MA07-2298, niveaux défectueux, ont été interrompus à 123 et 156 grains ; ceux de MA07-b et MA05-b ont été poursuivis jusqu’à respectivement 271 et 382 taxons.

c) Description des spectres polliniques (Fig. 36)

Les données de l’échantillon de MA06 (US a) et de l’US 2298 de MA07 ne figurent pas sur le diagramme, en raison d’une forte distorsion de leur spectre pollinique respectif.

En MA06-US a, les Cichorioïdées sont largement majoritaires (53,1 %) devant les spores de fougères (18,6 %), les Poacées (8,8 %), les Cypéracées (5,3 %), le plantain et le noisetier, tous deux de même fréquence (2,7 %) puis les Chénopodiacées (1,8 %). S’y ajoutent quelques taxons aux taux inférieurs à 1 %, tel que les céréales.

La suprématie des Cichorioïdées existe aussi dans l’US MA 07-b. Ainsi, les Cichorioïdées (34 %) sont majoritaires devant les Poacées (24,6 %), un cortège de rudérales guidé par les Brassicacées (11,2 %) et une bonne participation des Chénopodiacées (4,3 %) et du plantain (3,9 %). Les fréquences de céréales sont affirmées (3 %). Les ligneux sont rares (AP = 2,6 %).

L’échantillon basal de MA05 (US b) diffère des deux précédents par la présence beaucoup plus mesurée des Composées Cichorioïdées. Les Poacées (36,5 %) sont majoritaires, devant un cortège de rudérales aux Brassicacées dominantes (15,6 %), les Cichorioïdées (14,4 %), les Astéracées (5,9 %), les plantains (5 %) dont le plantain lancéolé, les Cypéracées (3,8 %), les céréales (3,5 %), etc. Les ligneux sont particulièrement effacés (AP = 1,2 %). Hormis le pin et le noisetier, communs aux trois prélèvements en fond d’excavation, figurent le chêne et le tilleul.

Le comblement sommital n’a été échantillonné qu’en MA 07. Les données polliniques de ce dépôt (US 2298) ne sont pas fiables. Dans une diversité floristique réduite, les fougères et les Cichorioïdées totaliseraient plus de 60 % du contenu sporopollinique de ce sédiment. Après ces taxons majoritaires viennent les Poacées (11,5 %), les Cypéracées, un cortège réduit de rudérales et la présence affaiblie de céréales.

Fig. 36 : Diagramme pollinique simplifié du puits 02 et des mares 03, 05/07, 08, et 10 ; prélèvements de 2007 (© INRAP Gisèle Allenet de Ribemont).

Fig. 36 : Diagramme pollinique simplifié du puits 02 et des mares 03, 05/07, 08, et 10 ; prélèvements de 2007 (© INRAP Gisèle Allenet de Ribemont).

Interprétation

Parmi les quatre échantillons prélevés, un seul semble témoigner de résultats relativement fiables et un second garde de l’intérêt, malgré quelque faiblesse due à une corrosion marquée de son stock pollinique.

La distorsion des spectres de trois dépôts sur les quatre analysés provient de la destruction massive des pollens par oxydation. Les taxons connus pour être plus résistants (Cichorioïdées et certaines spores de fougères) sont de ce fait surabondants (Havinga 1984). Ce déséquilibre se crée notamment au détriment des ligneux. Cependant, les meilleurs résultats, obtenus dans l’US MA05-b, montrent que, durant ce dépôt, les herbacées héliophiles, ou de mi-ombre, occupaient une place majeure. Ces données reflètent un lieu très ouvert, fréquenté, dans un espace de prairies, de pâtures et de cultures, dont des céréales. Aucune plante ne permet véritablement de qualifier cette excavation de mare. Néanmoins, dans ce contexte, outre les Cypéracées, un caractère amphibie peut être attribué à certaines herbacées, telles des Brassicacées, ou leur abondance associée à un terrain fréquemment très humide. La meilleure conservation des pollens à la base de la MA 05 qu’en d’autres points du fond des creusements peut être mise sur le compte de moindres rejets détritiques ou d’un espace moins sujet à la dessiccation répétée des sédiments, voire à une humidité permanente du sol. Ni arbre ni arbuste ne semble y être associé.

L’analyse du comblement final (US 2298) ne donne aucune information environnementale. La raison majeure de l’augmentation des spores de fougères est très probablement un effet de sélection dû à l’altération du stock pollinique.

Mare 08 (comblements milieu iiie-ive s. ap. J.-C.)

La mare 08 est liée à l’occupation gallo-romaine entourant le bâtiment 08. Son envergure est d’environ 25 m et sa profondeur maximale de 2,7 m depuis le sol actuel. Elle perce le socle marno-calcaire dégradé sur environ un mètre de profondeur. Cette mare avait fait l’objet d’un test préliminaire au cours du diagnostic de 2005 (Allenet de Ribemont 2005 et 2010).

a) Stratigraphie et échantillonnage (Fig. 18 ; Konik 2005 ; Desrayaud 2010)

Profondeurs maximales au centre de la mare, depuis le sol actuel :

I : (0-40 cm) labours ;

II : (40-160 cm), colluvions, US 1a à b3 et US 2 ; limons peu argileux, beige à gris beige, bariolé, nodules de manganèse ;

IIIa1 : (160-170 cm) US 3, horizon charbonneux avec terre brûlée noirâtre ;

IIIa2 : (170-190 cm) sédimentation hydromorphe, US 4 et 5 ; limons argileux, gris foncé à bleuté, bariolage rouille à lie de vin couvrant, charbons erratiques à épars ;

IIIa3 : (190-250 cm) remblais plus ou moins hydromorphes, US 7 et 8 ; argiles limoneuses brun gris verdâtre, légèrement bariolées, micro-points de manganèse abondants ; l’US 6 se situe sur le bord nord-ouest et correspond au comblement de l’EX 12 ;

III b1 : (250-280 cm) remblais plus ou moins hydromorphes, US 9 à 13 ; litages d’argiles limoneuses brunes à verdâtres et d’encaissant marno-calcaire remanié, bariolés, quelques débris végétaux ;

IIIb2 : (280-305 cm) remblais/sédimentation hydromorphe (US 14), limon argileux gris foncé avec des marbrures rouille et mottes d’encaissant, débris végétaux épars ; remblais/effondrements (US 15) limon argilo-sablonneux brun beige avec cailloutis et nodules calcaires épars à abondants, tâches et particules de manganèse éparses à abondantes.

En 2005, sur le bord nord-ouest de la mare (Fig. 14), les horizons IIIa2, IIIa3 et IIIb1 ont fait l’objet d’un prélèvement ponctuel et l’horizon IIIb2 d’une colonne de quatre échantillons (Konik 2005). En 2007, trois US ont été échantillonnées en partie sud de la mare (US 4, 8 et 14 ; Fig. 14 et 18)

b) Sédimentation pollinique

Les échantillons analysés en 2005 montrent une charge en microcharbons variable selon les niveaux. Très nombreux à la base de la séquence (IIIb2), ces débris régressent dans l’horizon IIIb1/IIIa3 et augmentent dans l’horizon IIIa2. La concentration en débris hyalins (résidus d’origine minérale probable) est nettement plus forte à la base et au sommet de l’horizon IIIb2. Les végétaux non brunis sont peu fréquents et se raréfient encore à partir du sommet de IIIb2.

La concentration pollinique est très bonne jusqu’à l’échantillon IIIb1 puis va s’affaiblissant ; cette analyse repose sur la détermination de 220 (US2) à 428 (base de IIIb2) pollens et spores. La diversité taxinomique est comprise entre 23 (IIIa2) et 37 (IIIb1). La quantité et la diversité du matériel sporopollinique remplissent donc les conditions établies statistiquement pour une analyse pollinique fiable (Reille 1990). Malgré cela, l’état de conservation est loin d’être satisfaisant. Le phénomène d’oxydation a entraîné une forte corrosion du matériel dans les sept prélèvements. Le taux de pollens indéterminables reste inférieur à 10 % dans l’horizon IIIb2, mais atteint 22 et 25 % dans les échantillons de IIIa3 et IIIa2.

Parmi les échantillons prélevés en 2007, seul le sédiment de l’US 14 a dû être décarbonaté. La matière organique soluble est largement mise en évidence (par KOH) dans les US 4 et 8, alors qu’elle semble absente de l’US 14. Toutes les lames portent de nombreux débris d’aspect charbonneux et quelques “ algues ”. La concentration pollinique est globalement très bonne. Le mauvais état de conservation ne paraît être problématique que dans l’US 4. Dans un décompte de 325 à 340 grains, la diversité taxinomique s’échelonne de 22 à 32 taxons.

c) Description des spectres polliniques

L’analyse faite en 2005 sur sept échantillons dont quatre dans les dépôts de IIIb2 révèle de très faibles fréquences de pollens arboréens (AP = de 3 à 6,2 %) au cours du comblement de la mare 08 (Allenet de Ribemont 2005). La diversité de ces ligneux est ascendante jusqu’en IIIb1 (11 taxons) puis décline jusqu’à seulement trois taxons dans IIIa2. L’aulne (Alnus) et le noisetier (Corylus) sont les deux seules essences communes à tous les prélèvements et leur participation n’excède jamais 1 %. L’évolution des cortèges concerne donc essentiellement les herbacées (NAP). Elle semble être globalement en concordance avec les changements sédimentaires.

Le contenu pollinique du prélèvement fait en 2007 (Fig. 36) sur la partie sud de la mare, dans l’US 14 (IIIb2), s’accorde avec celui du niveau équivalent du bord nord-ouest (2005). Les Poacées (53,5 %) sont très fortement majoritaires devant les Cichorioïdées (13,7 %), les céréales (6,4 %), un cortège d’herbacées rudérales25 (9,2 %) dominé par Polygonum (3,8 %), les Astéracées (5,7 %), le groupe des fougères (2,5 %), les Renonculacées (1,9 %), Apiacées (1,3 %) et de nombreux autres taxons aux fréquences inférieures à 1 %. Parmi ceux-ci, quelques ligneux (AP = 3,1 %) : tilleul et noisetier (0,6 %), pin (0,3 %), hêtre, bouleau, aulne, saule (Salix) et Éricacées. Dans l’analyse faite en 2005, la perception du chêne est très ténue mais perdure dans l’échantillon sommital de IIIb2 et à la fréquence croissante de céréales s’ajoute la présence de fève (Vicia Faba).

Un échantillon de l’horizon IIIb1a été analysé en 2005. Il se caractérise par la baisse des Poacées (44,3 %) au profit des céréales, en expansion (17 %), des Renonculacées (6,7 %), des Astéracées (3,7 %) et de Polygonum. Des Cannabacées sont enregistrées seulement dans ce niveau. Le taux de fougères s’élève à 4,7 %. Les ligneux restent très effacés, certains régressant (noisetier, aulne, saule) alors que le charme (Carpinus = 0,3 %) apparaît.

Dans l’horizon IIIa3, l’US 8 (Fig. 36) se démarque avec Polygonum (33,5 %) devenant majoritaire devant les Poacées en fort recul (28,5 %), les Chénopodiacées en hausse (8,1 %), les Cichorioïdées (6 %), les fougères (5,6 %), les céréales (4,2 %), les Astéracées (3,9 %), les plantains (3,2 %) dont le plantain lancéolé, les Cypéracées (1,1 %) et quelques taxons plus minoritaires encore. La participation des ligneux est des plus faibles, tant en nombre qu’en genre.

Dans l’US 4 (horizon IIIa2), les 6,6 % de pollens arboréens sont constitués uniquement de pin et de tilleul (2,1 %), de noisetier, de charme et d’aulne. Les Cichorioïdées (37,5 %) deviennent majoritaires devant les Poacées (13,9 %), en baisse continue, le repli de Polygonum (8,7 %), la hausse des Astéracées (7,3 %), le recul des Chénopodiacées (5,2 %) et les plantains (2,8 %). Les Cypéracées augmentent un peu (3,1 %). Les céréales sont absentes. L’augmentation des fréquences de fougères (9,4 %) est due au développement des essences à spores monolètes. La part de grains indéterminables s’élève à 15 %.

d) Interprétation

Les cortèges polliniques ne témoignent pas, à première vue, de la mise en eau de cette excavation. Si la mare a été curée tout un pan de la mémoire de la végétation locale et des environs a été effacé. Aucun taxon aquatique n’a été reconnu. La présence ponctuelle de rares hygrophytes (Polygonum type persicaria, Cypéracées) suggère tout au plus un milieu humide. Au vu de la structure polyédrique des argiles (Konik 2005), la lame d’eau de cette excavation pouvait être saisonnière, ce qui entrave l’implantation d’une flore aquatique. Cependant, la palynologie ne permet que rarement la détermination de taxons herbacés au-delà de la famille botanique. Ainsi, les taux particulièrement élevés de Poacées très diversifiées renferment peut-être ici des espèces amphibies (phragmites, glycéries...), de même que parmi les Apiacées et les Renonculacées.

Le spectre pollinique de la mare 08 figure pour l’essentiel un milieu très ouvert, largement affecté aux activités agropastorales (Behré, 1981,1986 ; Jalut 1991). Vicia Faba situe le sommet de IIIb2 au plus tôt à la période romaine. Les quantités de céréales dans les horizons IIIb2 et IIIb1 sont beaucoup trop élevées pour provenir de la pluie pollinique naturelle (Bottema 1988). Des taux supérieurs à 5 % suggèrent (Vuorela 1970) soit une activité liée à leur culture (battage, mouture…), soit un rejet de déchets. Plusieurs variétés de céréales semblent être cultivées. La présence de seigle (Secale) est soupçonnée à la base de la séquence et trois genres, au moins, s’individualisent dans l’échantillon IIIb1 de 2005, avec prédominance de l’un d’entre eux. Dans ce même dépôt, des pollens de Cannabacées font supposer la présence de chanvre (Cannabis sativa) plutôt que celle du houblon (Humulus lupulus), lié à la ripisylve peu perçue ici.

Ensuite (Horizon IIIa3), les témoins de pratiques agricoles perdurent. Toutefois, la proportion exceptionnelle de Polygonum et la présence notable de Chénopodiacées, fréquentes sur les terres sarclées, peuvent provenir de commensales des cultures comme d’espèces de berges vaseuses exondées (Montegut 1976).

Enfin, le sédiment de l’horizon IIIa2, d’apparence plus détritique que les précédents, est marqué par l’absence de céréales conjointement à un recul des herbacées nitrophiles. Cependant, à ce stade de comblement de la mare, le problème taphonomique caractérisé par une surabondance de Cichorioïdées n’autorise pas à poser d’hypothèse environnementale.

Le puits 02 (Fig. 14 et 36)

Le puits 02 semble avoir été construit pendant la seconde moitié du iie s. ap. J.-C. (Perrault 2010). Une large estimation situe le début de l’envasement du réservoir entre la seconde moitié du iie s. et le ivs. ap. J.-C.

a) Stratigraphie et échantillonnage

Le puits 02, profond de 7 m à 7,20 m, présente sept horizons sédimentaires. Un échantillon a été prélevé dans chaque US, hormis l’US 1.

- US 1 : phase de démolition sur environ 1,40 m : pierres et limon argileux brun ;

- US 2 : 1,6 m de limon argileux gris foncé avec pierres et charbons épars ;

- US 3 : environ 1 m de limon argileux gris foncé avec pierres, charbons et macro-restes organiques épars ;

- US 4 : 0,4 m de limon argileux gris noir avec pierres éparses, bois et macro-restes organiques abondants ;

- US 5 : 1,4 m de sédiment noir organique avec bois et pierres éparses, malodorant ;

- US 6 : comblement du réservoir, sédiment compact organique, noir bariolé de verdâtre avec du bois, malodorant.

b) Sédimentation pollinique

Le sédiment des US 5 et 6 a dû être décarbonaté. Les dépôts des US 2 et 3 sont pauvres en matière organique soluble au contraire des US 4, 5 et 6. Tous les échantillons comportent de très nombreux microdébris opaques (charbonneux), plus ou moins fibreux. Dans l’US 5, les autres débris végétaux sont largement majoritaires. Dans l’US 6, les microdébris d’aspect charbonneux sont dominants ; le sédiment est, en outre, riche en spores fongiques. La concentration pollinique est plutôt médiocre dans les US 2 et 3, assez bonne dans l’US 4 et 6 et très faible dans l’US 5. L’état de conservation du matériel est très mauvais dans les US 2 et 3, alors que, dans l’US 6, la corrosion touche particulièrement les Cichorioïdées. La diversité floristique, très faible dans les US 2 et 3 (11 et 14 taxons), devient acceptable dans les US 4 et 5 (21 et 24) et s’élève à 31 taxons dans l’US 6.

Au vu de ces observations, il n’a pas été jugé utile de poursuivre les décomptes sporopolliniques au-delà de 114 grains dans les US 2 et 3. Ils sont d’environ 300 grains pour les autres niveaux.

c) Description des résultats (Fig. 36)

Dans l’US 6, les pollens de ligneux ne totalisent que 8,5 % pour huit essences représentées. Ce niveau se caractérise par les fréquences d’Urticacées (38,9 %), taxon fortement majoritaire devant les Cichorioïdées (16,4 %), les Poacées (10,2 %), les Scrophulariacées (7,4 %), le noisetier (3,7 %), les Cypéracées (2,9 %), les plantains (2,1 %) dont le plantain lancéolé, les Rubiacées, l’orme et les Cannabacées (1,6 %), les Brassicacées et les Apiacées (1,2 %) et d’autres taxons aux fréquences inférieures à 1 %.

Dans l’US 5, la proportion de ligneux (AP) s’élève à 60,5 %. Cette position dominante sur les herbacées est due à l’extension du noisetier (39,4 %) devenu largement majoritaire devant les Cichorioïdées (16 %) stables tout comme les Poacées (11,5 %) puis le chêne (7,3 %) et l’aulne en hausse (3,4 %), les Cypéracées (3,4 %), les fougères, le saule (2,8 %), l’orme (2,3 %), le bouleau (1,8 %), les Fabacées et les Renonculacées (1,4 %) et divers taxons aux valeurs inférieures à 1 %. La diversité des ligneux est plus large que précédemment et comporte des arbustes ou arbrisseaux (Rosacées, Cupressacées/Taxacées, Sureau). Les fréquences polliniques d’herbacées rudérales nitrophiles chutent à 1,8 % pour l’ensemble du cortège considérablement réduit. Dans cet échantillon, la part de grains indéterminables s’élève à 22,7 %.

Ensuite (US 4), le cortège de ligneux s’amoindrit et la baisse relative du noisetier (27,4 %) fait décroître l’ensemble AP à 45,2 %. Cependant, la légère dominance des pollens d’herbacées est essentiellement due à la hausse des Cichorioïdées (27,9 %), à peine majoritaires devant le noisetier en recul, les Poacées (9,1 %), les fougères en petite extension (5,5 %), la progression du bouleau (5 %), le pin et l’aulne (4,6 %), les Cypéracées (3,2 %), le chêne en régression (2,3 %). Le cortège rudéral (4,5 %), dominé par le plantain (1,8 %), est un peu plus étoffé que précédemment.

Enfin, les sédiments des US 3 et 2 présentent une diversité taxinomique très insuffisante, conjointement à soit (US 2) un taux exorbitant de Cichorioïdées (78,7 %), soit (US 3) une participation hors norme des Cichorioïdées (42,6 %), conjuguée à une forte progression des fougères monolètes.

L’absence de pollens de céréales tout au long du comblement de ce puits (à l’exception d’un grain hypothétique au niveau du réservoir) est remarquable.

d) Interprétation

Le potentiel d’un puits à capter la pluie pollinique est limité par une surface d’ouverture de peu d’envergure et par une alimentation en eau essentiellement par la nappe phréatique. En outre, les dépôts naturels sont fréquemment perturbés par des rejets anthropiques.

Les essences nitrophiles qui figurent dans l’US 6, ainsi que quelques ligneux (noisetier, orme), paraissent avoir un caractère rudéral (décombres où lieu délaissé, mal entretenu). Les abondantes Urticacées (orties) sont vraisemblablement très proches si ce n’est en contact avec le puits, mais leur pollen anémogame peut aussi provenir de bords de chemins ou de zones de refus de pâture. Certaines Scrophulariacées26 sont directement liées au bâti en pierre quand d’autres sont significatives de terrain vague comme de prairie. Ces plantes sont plutôt entomophiles (leur pollinisation se fait par l’intermédiaire des insectes). La quantité de pollens trouvée dans l’US 6 suppose donc une concentration de ces plantes in situ. Les témoins de cultures céréalières sont absents (ou douteux) : le pâturage serait privilégié. Néanmoins, des pollens de Cannabacées sont présents dans le réservoir de ce puits et de façon plus marquée que dans IIIb1 de la mare 08 (données 2005). La famille des Cannabacées se compose du chanvre (Cannabis sativa) et du houblon (Humulus lupulus) ; leur morphologie pollinique ne permet pas de les différencier de façon certaine (Wittington, Gordon 1987). Le houblon est une liane de sols humides à mouillés, les arbres lui servant le plus souvent de tuteur. L’éventualité du transport de son pollen anémogame jusque dans le puits ne peut être rejetée. Toutefois, le contexte archéologique rend probable la culture textile du chanvre.

La situation évolue vers un développement de la strate arborée (US 5). Le noisetier, espèce de reconquête, prend notamment de l’ampleur. De façon plus modeste, le bouleau et l’aulne, en fond de vallée, s’étendent aussi. Les arbres forestiers, tel le chêne, ne sont pas en reste. Les herbacées nitrophiles ont quasi disparu. Tous ces éléments traduiraient un relâchement des activités agricoles, voire leur abandon.

Une troisième étape semble s’ébaucher au cours de l’US 4. Cependant, le problème taphonomique plus marqué qu’auparavant oblige à la réserve. La hausse des fréquences d’herbacées nitrophiles, conjointement à un recul de la plupart des arbres forestiers, suggère une reprise en main des lieux et du coteau. Cela ne concernerait pas les parties les plus humides en fond de vallée si l’on en juge par la faible extension de l’aulne. Cet aperçu ne peut être confirmé car ni les données polliniques de l’US 3, ni celles de l’US 2 ne sont exploitables.

Synthèse et conclusion

Le spectre pollinique de la mare 03 du secteur 2 révèle tout d’abord un paysage largement ouvert voué aux activités agropastorales. Puis un changement s’opère dans le dépôt supérieur (TPQ : 2moitié iiie-ive s. ap. J.-C.). Il se traduit par une extension locale de ligneux post-pionniers, un petit développement d’arbres forestiers, probablement sur les coteaux, ainsi que celui d’essences ripicoles dans la vallée conjointement à un recul des herbacées nitrophiles et une nette atténuation des fréquences de céréales.

Dans le secteur 3, le contenu pollinique de la mare 10-phase 3, du ier s. ap. J.-C. ou antérieure, reflète des activités agropastorales dans un milieu apparemment très ouvert. Néanmoins, la très forte corrosion du matériel et un déséquilibre au profit des fougères oblige à une certaine réserve.

Les résultats obtenus sur l’excavation périphérique au bâtiment 08 sont en partie défectueux. Toutefois, le matériel pollinique, mieux conservé à la base de MA 05, suppose un milieu très ouvert et fréquenté pendant l’intervalle iiie-1re moitié ivs. ap. J.-C. Les témoins d’activités agropastorales sont manifestes. Aucune information ne peut être fournie à partir du comblement final.

Les dépôts hydromorphes de la mare 08 (2e moitié iiie-ive s. ap. J.-C.) relatent également un milieu très ouvert où priment la prairie et les cultures céréalières. En raison d’un problème taphonomique dans le niveau d’abandon de la mare (US 4, ive-ve s. ap. J.-C. ? Fig. 18), la poursuite de ces activités ne peut être confirmée.

Les données issues du comblement du réservoir du puits 02 (intervalle 2e moitié iie-milieu viie s. ap. J.-C.) évoquent tout d’abord un environnement pastoral et une très hypothétique culture de chanvre puis une période de déprise au moins partielle. Cet événement fait supposer une période de régression des activités agricoles au cours des ive-ve s. ap. J.-C. L’éventuelle reprise en main de cet environnement reste difficile à évaluer et ne peut être vérifiée dans les derniers dépôts, impropres à la conservation pollinique.

En dépit de données fragmentaires, l’analyse pollinique des sites gallo-romains du Bois de l’Homme Mort montre une forte emprise humaine sur le couvert végétal. Sans sous-estimer l’altération des stocks polliniques, les données reflètent un milieu très ouvert pendant l’intervalle iiie-1re moitié ive s. ap. J.-C., avec des activités agropastorales affirmées. La situation évolue localement vers une mise en friche et/ou une extension des pâtures au détriment des cultures. Les activités agricoles semblent ainsi être modifiées ou s’estomper au cours des ive-ve s. ap. J.-C. En raison d’une trop forte altération des stocks polliniques, aucune information environnementale n’a pu être obtenue à partir des dépôts attribués à la fin du Bas-Empire et au-delà.

Annexe 4. Phytolithes (Pascal Verdin)

Présentation et méthodologie

Une vingtaine d’échantillons, provenant de l’excavation périphérique du bâtiment 08, de deux mares, deux puits maçonnés et une fosse, ont été analysés. Les 19 échantillons présentés ont fourni une quantité suffisante de phytolithes, soit plus de 100 (Fig. 37).

Fig. 37 : Pourcentage des morpho-types de phytolithes par échantillon (© INRAP, Pascal Verdin).

Fig. 37 : Pourcentage des morpho-types de phytolithes par échantillon (© INRAP, Pascal Verdin).

Les unités stratigraphiques prélevées et analysées sont presque toutes de nature assez semblable, des limons argileux.

Pour extraire les phytolithes des sédiments, ces derniers ont été :

- défloculés dans de l’hexamétaphosphate de sodium,

- tamisés à mailles de 125 microns afin d’éliminer les grosses particules,

- décantés dans des bains de H2O afin d’éliminer les particules inférieures à 5 microns,

- en outre, les calcaires ont été dissous dans de l’acide chlorhydrique,

- les matières organiques ont été dissoutes dans de l’acide nitrique,

- les phytolithes ont été recueillis par lévigation à l’aide d’une liqueur lourde à 2,4 de densité (polytungstate de sodium).

Les phytolithes extraits ont ensuite été conservés dans de l’alcool à brûler, puis mis entre lame et lamelle dans du baume du Canada et observés au microscope à grossissement x 400, en vision de contraste interférentiel Nomarski.

Résultats

L’ensemble des échantillons présente à première vue le même type d’assemblages. En effet, sauf exception, pour de nombreux morpho-types, les différences en pourcentage selon les échantillons sont faibles (Fig. 37). Cependant, les phytolithes de cette étude sont particulièrement bien conservés, grâce au caractère hydromorphe des sédiments, et les différences, aussi faibles soient-elles, peuvent être significatives.

Les phytolithes de ces milieux sédimentaires ont donc peu subi de dissolution. Bien conservés, ils semblent refléter pour une grande partie, pour ce qui est des mares, la décomposition sur place des végétaux ayant poussé sur les sols environnants. Pour les puits, la signature de comblements spécifiques est observable pour quelques unités stratigraphiques. L’échantillon issu de la fosse 201 a un caractère très différent des précédents, nettement anthropique (Fig. 19 et 20).

Dans presque tous les assemblages, on retrouve des indicateurs d’humidité. Les phytolithes de cellules bulliformes, de cypéracées et des spicules d’éponge sont présents. Cependant ces indicateurs sont souvent présents en plus faible quantité et proportion qu’on aurait pu supposer.

- Excavation périphérique du bâtiment 08, secteur 3 (Fig. 19 et 20 ; voir Annexe palynologique, supra)

Les échantillons de la mare 07 se sont révélés négatifs (US-2298, sommitale et US 07-b, fond).

L’échantillon MA05-US b (fond) est largement dominé par les phytolithes de graminées. Les indices d’hydromorphie sont absents. Ce fait est peut-être lié à des curages, le sédiment d’origine, lié à la mare, ayant été très oblitéré.

- Fosse 201, secteur 3 (Fig. 19 et 20)

L’assemblage issu du fond de ce creusement est très particulier. Aucun indicateur d’humidité n’est présent. Il est dominé par les graminées (91,3 %). Les phytolithes issus de glumes de céréales sont présents (8,7 %), ainsi que des squelettes siliceux présentant des traces de dépiquage (3,6 %).

Cette fosse semble avoir enregistré, dans la première phase de son comblement, les activités agraires se déroulant sur le site. Ou bien, si nous sommes en présence de restes du comblement primaire, elle a servi de silo, même si sa forme, ouverte en haut, ne semble pas correspondre à ce type de vestige.

- Mare 03, secteur 2 (Fig. 11 ; voir Annexe palynologique, supra)

Les phytolithes issus des échantillons des différents niveaux reflètent une végétation mixte, herbacée et arborée, avec une part non négligeable de taxons de ligneux (3,4% à 8,6% de phytolithes du xylème dans les quatre US) ; avec des caractères hydromorphiques évidents plus ou moins marqués (spicules d’éponge dans les quatre US, cellules bulliformes dans les deux US du fond, et cypéracées dans l’US 2).

- Mare 08, secteur 3 (Fig. 18 ; voir Annexe palynologique, supra)

Les trois échantillons issus de cette mare se distinguent les uns des autres. L’US 4, contient 29,3 % de phytolithes de taxons dicotylédones, dont 12,8 % de phytolithes de taxons ligneux. Ce niveau est en outre marqué par des indices d’hydromorphie (spicules d’éponge et diatomées). Cette forte présence de phytolithes de xylème (bois), est à rapprocher avec l’US immédiatement supérieure (US 3), très charbonneuse.

Le taux de phytolithes de xylème baisse dans les deux US inférieures (6 % et 0,7 %). Les graminées abondent dans l’US 14 (96,6 %).

- Mare 10-phase3, secteur 3 (Fig. 18 ; voir Annexe palynologique, supra)

L’assemblage provenant de cet échantillon (US-3l) est caractérisé par la présence, une fois de plus, d’indicateurs d’hydromorphie (spicules d’éponge), mais aussi par la présence de phytolithes issus du xylème (3,8 %).

- Puits 01, secteur 2 (Fig. 11)

Profondeurs depuis le niveau de décapage :

-de 0 à 125 cm : US 1 : LA gris bariolé rouille ;

-de 125 à 240 cm : US 2 : LA gris beige foncé ;

-de 240 à 550 cm : US 3 : LA gris à gris brun avec présence d’éléments organiques épars ;

-au-delà de 550 cm : US 4 : LA gris imbibé, fragments de bois, branchages et éléments organiques épars.

Le sondage mécanique a été stoppé à 5,6 m mais le puits est plus profond. Le réservoir n’a pas été atteint.

L’US 1 ne semble pas avoir enregistré de comblement spécifique particulier. En revanche, les deux autres échantillons ont enregistré la présence de phytolithes de taxons ligneux (7,9 % et 6,8 % de phytolithes de xylème), ce qui correspond à la présence de fragments organiques observés sur le terrain. Ces phytolithes proviennent plus probablement du comblement que de l’héritage des sédiments.

- Puits 02, secteur 3 (Fig. 14 ; voir Annexe palynologique, supra)

Les assemblages de phytolithes issus de ce puits sont largement dominés par les graminées. Des phytolithes provenant de taxons arborés sont présents dans 4 des 5 US, à des taux allant de 1,4 % à 4,5 %.

Pour ce puits, la part des phytolithes héritée des sédiments semble très importante, par rapport aux observations de terrain, pour les US 5 et 6 en particulier (sédiment organique noir, avec des restes de bois, dont la signature phytolithique est faible ; 4,5 % et 4,1 %).

Conclusion

Les échantillons sont dominés par la présence de graminées (Poaceae) pooïdées (entre 33 et 76 % de cellules courtes), caractéristiques des milieux tempérés à froids à couvert herbacé (Twiss 1992).

La présence, cependant nettement moins marquée, de graminées panicoïdes indiquent des contextes plus ou moins humides, notamment dans la couche sommitale de la mare 03 (11,9 % de cellules courtes : Twiss 1992). Des indicateurs d’humidité sont présents en faible proportion dans les mares et les puits (cellules bullifomes, Cyperacées et spicules d’éponges : Mulholland, Rapp 1992 ; Ollendrof 1992). L’absence de diatomées (sauf mare 08-US 4 : 0,9 %), indicateurs de forte humidité ou de présence d’eau stagnante ou de ruissellement (Germain 1981), semble toutefois indiquer des mises en eau temporaires ou le curage des sédiments hydromorphes.

Les phytolithes du xylème (dicotylédones), qui se développent à l’intérieur du bois des taxons ligneux, sont relativement bien représentés. Les taux de cellules et de xylèmes ne dépassent toutefois que rarement les 10 %. Ils peuvent traduire la présence d’un couvert boisé limité ou le traitement de branchages sur site.

Les analyses de phytolithes ont permis aussi de déceler quelques enregistrements d’activités agraires liées au traitement de céréales, particulièrement pour la fosse 201, liée au bâtiment 08 du Secteur 3.

Les cellules longues pooïdées de glumes observées sur le site peuvent provenir de la balle des céréales (Anderson 1999). En effet, leur présence est marquée sur le fond de la fosse 201 (US 1 : 8,7 %), et on retrouve des squelettes siliceux dans l’US “ a ” de la mare 06 de l’excavation périphérique du bâtiment 08 (3,6 %).

Ces squelettes siliceux peuvent parfois être des marqueurs d’un traitement de la plante, notamment par dépiquage. Ces squelettes siliceux ont alors souvent une forme régulière et répétitive, avec des coupures nettes perpendiculaires au plan d’allongement des cellules (Anderson 1999). L’US 1 de la fosse 201 a livré 3,7 % de squelettes siliceux du type de ceux provenant de probables céréales dépiquées au tribulum27. Ce morpho-type de phytolithe a été observé par ailleurs sur le site du Plessis-Gassot-Le Bois Bouchard (Val d’Oise), pour le ier s. ap. J.-C. (Cammas, Marti, Verdin 2005).

Annexe 5. Meules de l’ENS 01 et l’EX 11, secteur 3 (Stéphanie Lepareux-Couturier)

Dans le secteur 3, les comblements de l’ENS 01 et de l’EX 11 sont datés du milieu iiie à la 1re moitié du ive s. ap. J.-C. (Fig. 14, 15 et 28). Ils ont livré 399 fragments de meules (env. 45 kg), isolés grâce au matériau mis en œuvre. Il s’agit d’un grès caractéristique, dit grès de “ Fosses-Belleu ” (Lepareux-Couturier 2010 ; Prié 2010). Son utilisation comme matériau meulier de prédilection est une des caractéristiques de l’Île-de-France à partir de La Tène finale et pendant l’Antiquité. On le rencontre en deux points de la région : à Belleu dans la banlieue de Soissons et à Fosses dans le Val-d’Oise, respectivement à 60 km et 30 km de Saint-Pathus.

L’étude des fragments permet d’isoler plus d’une cinquantaine d’éléments présentant une surface active, parfois de très petite taille (2 cm) et autant de fragments de flanc ou de face opposée à la surface de mouture. Les cupules de piquetage caractérisent ces éléments. On observe des stigmates de taille sur une grande partie des pièces : négatifs d’enlèvement antérieurs, talons, bulbe diffus et point d’impact. Le débitage s’effectue dans toutes les directions et dans tout le volume des meules. Les archéologues ayant ramassées des pièces de très petite taille, on peut supposer que ce ramassage est quasi exhaustif.

Au moins deux meules rotatives

Le type d’habillage observé sur les surfaces actives, permet de distinguer deux meules. L’une montre un rayonnage composé, l’autre un rayonnage simple courbe (Lepareux-Couturier, Boyer, Jodry à paraître). Les éléments morphologiques (œil, flanc, face opposée à la surface active) sur certains fragments, permet de reconnaître un probable catillus (ENS 01-SB 01) et une ou deux meta (les éléments issus de l’ENS 01 et de l’EX 11 n’ont pas pu être associés au remontage). Toutefois l’épaisseur des pièces, la modalité d’habillage par rayonnage et le contexte chronologique permettent d’émettre l’hypothèse d’éléments appartenant au même individu. Même si les pièces ne sont pas archéologiquement complètes, la conicité des surfaces actives est identique et ne semble pas supérieure à 5°.

Des meules de grand diamètre

La morphologie circulaire de la meule permet sa restitution géométrique : ici, les diamètres sont de l’ordre de 60 cm pour chacune des deux meules. La fragmentation des pièces incite toutefois à la prudence. Ce diamètre exclut une utilisation en rotation manuelle. Les études sur cette problématique se sont multipliées ces dernières années (Longepierre 2007 ; Jaccotey, Robin 2008). Ces meules, dont les dimensions sont comprises entre 55 et 95 cm, sont interprétées comme participant à des systèmes d’entraînements mécaniques (hydraulique ou à traction animal), par opposition à des meules au diamètre généralement inférieur à 50 cm utilisées dans les moulins rotatifs manuels. C’est le cas des 24 meules du moulin hydraulique d’Avenches (Suisse) daté du ier s. ap. J.-C., dont les diamètres sont compris entre 60 cm et 73 cm (Castella 1994 : 46-47). La très faible conicité qui semble affecter les surfaces actives cadrerait assez bien avec ce qui a été observé par ailleurs. En effet, les meules de grand diamètre postérieures au iiie s. présentent une surface de mouture sub-horizontale : entre 4 et 13 degrés (Jaccotey, Robin 2008 : 171). Les grands diamètres et les faibles conicités semblent être un critère chronologique, associé à l’invention dans le courant du iie s. ap. J.-C. de la lanterne (Baatz 1995 : 13), qui permet l’accélération du mouvement dans le cas d’un moulin hydraulique.

Des restitutions incomplètes

Un rapide travail sur la masse volumique de deux meules antiques franciliennes en grès de “ Fosses-Belleu ”, indique qu’une meta de 64 cm pour 13 cm d’épaisseur et 85 kg donne une masse volumique de 2032,47 kg/m3. Une seconde meta de 58 cm de diamètre pour 5,5 cm d’épaisseur et 30 kg donne une masse volumique de 2064,48 kg/m3. Si on applique ces résultats aux meules de Saint-Pathus (60 cm de diamètre et 7,5 cm d’épaisseur), on obtient un poids compris entre 43,1 kg et 43,8 kg. Or le poids total des éclats de meules extrait des structures est de 44,6 kg. Nous avons vu que nous pouvions restituer deux meules, il manquerait donc environ la moitié du volume attendu. On peut alors se demander ce que sont devenus ces fragments. Cet acharnement à la fragmentation laisse perplexe, et malgré nos recherches nous n’avons pas trouvé d’exemple similaire.

Conclusion

Les dimensions des meules de l’ENS 01 et de l’EX 11 renvoient à des moulins de grands diamètres, interprétables comme des moulins à traction mécanique (animale ou hydraulique). Un ru est présent à quelques dizaines de mètres au nord-ouest de ces vestiges. On peut donc évoquer avec prudence l’hypothèse d’un moulin hydraulique. Toutefois, faute de structures associées (canal d’amenée d’eau, coursier…), il est délicat de l’affirmer. Un moulin à traction animale n’est pas non plus à exclure mais, là aussi, l’absence de structures bâties de type socle ne permet pas d’être plus affirmatif.

Ces éléments de meules viennent enrichir le corpus du nord de la Gaule et contribuent au débat sur la présence d’installations de meunerie structurées au sein des établissements ruraux du Bas-Empire en Île-de-France.

Annexe 6. Datations archéomagnétiques du four FY 07, secteur 3 (Nicolas Warmé)

Les soles 7351 et 7353 du four trilobé FY 07 ont fait l’objet d’un prélèvement en vue d’une datation par la méthode archéomagnétique. Ce prélèvement a été réalisé selon la technique du chapeau de plâtre permettant d’orienter précisément les échantillons in situ par rapport au nord géographique (Thellier 1981). Huit échantillons ont ainsi été dégagés de la sole 7351 et quatorze de la sole 7353.

Les analyses archéomagnétiques ont été réalisées au laboratoire de Paléomagnétisme de l’Institut de Physique du Globe de Paris. La direction de l’aimantation rémanente naturelle de chacun des échantillons a été mesurée puis sélectionnée sur la base de tests de viscosité. Les mesures ont été réalisées en utilisant un inductomètre à rotation continue spécialement adapté à la mesure de l’aimantation rémanente naturelle de gros échantillons. Ensuite, pour chacune des soles, une direction archéomagnétique moyenne a été calculée puis comparée à la courbe de variation du champ magnétique terrestre en France depuis 2000 ans (Bucur 1994 ; Le Goff et al. 2002).

Lieu des prélèvements : Saint-Pathus (77) ; lieu dit Le Bois de l’Homme Mort (77) ; Latitude : 49° 04’ N, Longitude : 02° 46’ E.

Le four FY 07 est recoupé par la fondation de mur 01 du bâtiment 08 ; ce qui lui confère un terminus ante quem pendant la seconde moitié du iie-début du iiie s. ap. J.-C.

Four FY 07, sole 7351 (Fig. 38)

La sole 7351 correspond au foyer nord-est du four trilobé 07 du secteur 3. Elle résulte de la chauffe du substrat en place, constitué de limon argileux. L’épaisseur de rubéfaction varie de 5 à 6 cm. Huit échantillons y ont été extraits.

Fig. 38 : Secteur 3, structure de combustion FY 07 (ier s. ap. J.-C.). 6482 : Limon argileux gris beige, charbons et nodules rubéfiés épars ; 7351 et 7353 : Limon argileux encaissant rubéfié, soles (© INRAP, Gilles Desrayaud).

Fig. 38 : Secteur 3, structure de combustion FY 07 (ier s. ap. J.-C.). 6482 : Limon argileux gris beige, charbons et nodules rubéfiés épars ; 7351 et 7353 : Limon argileux encaissant rubéfié, soles (© INRAP, Gilles Desrayaud).

Calcul de la direction moyenne

Les directions individuelles des échantillons sont bien groupées et les taux de viscosité sont assez faibles (taux moyen de 6,7 %). Un échantillon présente un taux supérieur à 10 % (échantillon no 02). Toutefois, le protocole de traînage a permis d’isoler correctement sa composante visqueuse parallèle à la direction du champ magnétique terrestre (CMT) du lieu de traînage. C’est pourquoi nous conservons cet échantillon pour le calcul de la direction moyenne. Celle-ci est très bien définie avec :

-D (site) = -0.4°; I (site) = 65.6° avec K = 2115 et α95 = 0.36° pour N = 8 échantillons ; transférée à Paris, cette direction devient : D = -0.4°, I = 65.4°.

Datation archéomagnétique du foyer 7351

La datation archéomagnétique à 95 % correspond à deux intervalles, qui sont [5 BC-75 AD] et [365-560 AD]. Au vu des relations stratigraphiques, le second n’a pas été retenu. À l’intérieur du premier, la période [20-50] AD apparaît comme la plus probable (pic centré sur 35).

Four FY 07, sole 7353 (Fig. 38)

Commentaire sur le prélèvement

La sole 7353 correspond au foyer sud-ouest du four trilobé 07. Elle est morphologiquement identique et synchrone avec la zone rubéfiée 7351, mais moins épaisse (environ 3 cm) et perturbée.

Calcul de la direction moyenne

Les directions individuelles des échantillons sont dispersées, il en résulte une direction archéomagnétique moyenne assez mal définie. La cause en est probablement les nombreuses perturbations observées au niveau de la sole. La datation, même si elle reste possible, sera donnée à titre indicatif, il conviendra donc de la considérer avec prudence :

- Direction moyenne : D (site) = -15.3°; I (site) = 68.5° avec K = 9471 et α95 = 0.4° pour N = 14 échantillons ; transférée à Paris, cette direction devient : D = -15.5°, I = 70.0°.

Datation archéomagnétique du foyer 7353

Nous obtenons deux intervalles d’âges à 95 %, qui sont : [5 BC-155 AD] et [325-560] AD. Au vu des relations stratigraphiques, le second n’a pas été retenu. À l’intérieur du premier, la période la plus probable est [35-65] AD (pic centré sur 50). Malgré son caractère incertain, il est à noter que la datation obtenue est en bon accord avec celle obtenue pour le foyer contemporain 7351.

Haut de page

Notes

1 CH = chablis ; EM = empierrement ; EX = zone excavée ou excavation en puits ; FO = fossé ; FR = four ; FS = fosse ; FT = fait indéterminé ; FY = foyer ; MA = mare ; MR = mur ou fondation de mur ; PC : pièce ; PO : trou de poteau ; PT : puits ; SB : structure bâtie, fosse maçonnée ; TR : tranchée de récupération.

2 ALI = alignement de fosses ou poteaux ; BAT : bâtiment ; CAV = cave ; CHM : chemin ; ENC = enclos ; ENS = ensemble indéterminé, aire d’activité ; SFO = système fossoyé.

3 Identification de terrain par Gérard Bruret (Inrap) et d’après photographie par Olivier Cotté (Inrap). La grande fragilité des ossements n’a permis qu’un prélèvement partiel.

4 Fosses 10, 12, 277, 278, 279 (Fig. 9).

5 36 restes fauniques issus de contextes gallo-romains. Pas de reste botanique.

6 EX04/05, EX 22, EX 23, FS78, FS141, FS169 RI EM 02/03 (Fig. 11 et 12).

7 Comme tend à le confirmer la collecte d’une monnaie constantino-valentinienne, milieu ive s. ap. J.-C., au cours du décapage des fosses 133 et 134, au centre du site (ramassage 4451 ; Fig.11 et 12 ; Moret-Auger in : Desrayaud 2010 : 242).

8 GrN-31221 : 1610 ± 20 BP (95,4 %), 405-535 cal ap. J.-C. (Oxcal).

9 MA 03-US 2 : GrA-38202 : 1700 ± 35 BP (95,4 %), 253-415 cal ap. J.-C. (Oxcal).

10 Sur le plan directeur de 1943, le ru adopte l’appellation “ des Vaches ”.

11 FO 61, SFO 64, FO 146, FO147, FO176 (Fig. 14 et 15).

12 FO177 avec FO124, FO179 et FO180 ; FO178 avec FO182 et Mare 09.

13 GrA-38203 : 1615 ± 40 BP (95,4 %), 345-544 cal ap. J.-C. (Oxcal).

14 GrN-31230 : 1835 ± 20 BP (95,4 %), 128-235 cal ap. J.-C. (Oxcal).

15 7,4 ÷ 11,1 = 0,66 = 2/3 ; 7,4 ÷ 2 = 3,7 ; 11,1 ÷ 3 = 3,7.

16 En contexte cultuel antique, des offrandes de céréales (carbonisées) sont signalées sur plusieurs sites (Béal 1994 : 165). L’emploi de sonnettes et clochettes, généralement en bronze toutefois, est évoqué pour l’accompagnement des rites (Fauduet 1993).

17 Fauduet 1993 : 60 no 248 : 61 no 243 : 63 no 286 : 86 n537.

18 GrN-31229 : 1860 ± 50 BP (95,4 %), 239-532 cal AD.

19 US SB03-3 = FS179-2 = FS208 = MA 08-3.

20 Dernier cerne de bois de cœur en 142 ap. J.-C. (CEDRE Besançon ; Perrault 2010). GrN-31222 : 1870 ± 20 BP (95,4 %), 79-215 cal ap. J.-C. (Oxcal).

21 GrN-31232 : 1475 ± 50 BP (95,4 %), 436-657 cal ap. J.-C. (Oxcal).

22 GrN-31227 : 1865 ± 20 BP (95,4 %), 80-220 cal ap. J.-C. (Oxcal) et GrN-31228 : 1850 ± 30 BP (95,4 %), 85-235 cal ap. J.-C. (Oxcal).

23 SFO 22 avec les SFO 12 et 34 (Fig. 30).

24 Pour l’Île-de-France, DRAC, SRA, 47, rue Le Peletier, 75009 Paris.

25 Par ordre décroissant : Polygonum sp., Plantago sp., Chenopodiaceae, Brassicaceae, Caryophyllaceae, Urticaceae, Rubiaceae

26 Vaste famille botanique, la différenciation pollinique n’est possible que sur de rares taxons.

27 Instrument de dépiquage constitué par une planche garnie de dents de silex ou de métal sur sa face inférieure et tirée par un animal. Il est traîné sur le grain, préalablement étendu sur une aire préparée à cet effet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation et contexte géographique de Saint-Pathus, Seine-et-Marne (© INRAP Île-de-France, Service topographique).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 2 : Environnement actuel des opérations archéologiques 2005-2010 à Saint-Pathus (77430) (© INRAP Gilles Desrayaud, d’après carte IGN au 1/25 000 1992 et com. pers. du Cabinet Y. Duris-Mauger de Meaux).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 3 : Cadre topographique et hydrographique de la ZA du Bois de l’Homme Mort à Saint-Pathus (© INRAP Gilles Desrayaud, d’après carte IGN au 1/25 000 1992).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 4 : Plan général des vestiges de la ZA du Bois de l’Homme Mort à Saint-Pathus (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati ; courbes et coordonnées : Cabinet Yves Duris-Mauger de Meaux).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 5 : Plan des vestiges du secteur 1b (© INRAP Gilles Desrayaud et Philippe Lenhardt).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 6 : Hypothèse de phasage du secteur 1b, ferme gauloise (© INRAP Gilles Desrayaud et Philippe Lenhardt).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 7 : Céramique de La Tène moyenne/finale à gallo-romaine précoce des secteurs 1 et 1b. A : Modelée à chamotte, pâte grise et surfaces brunes à gris sombre, La Tène B2-D1 (env. 300-100 av. J.-C.) ; B : Modelée à chamotte, pâte noire et surfaces brun orangé à noircies, La Tène B2-D1 (env. 300-100 av. J.-C.) ; C : Modelée à chamotte, pâte noire et surfaces brun orangé, La Tène B2-D1 (env. 300-100 av. J.-C.) ; D : Commune sombre sableuse (NPR précoce ?), pâte brun rouge et surfaces noircies, La Tène finale/Gallo-romain précoce ; E : “ Pot-de stockage ” en Modelée à chamotte grossière, pâte grise et surfaces beige orangé, La Tène finale/Gallo-romain précoce ( 2de moitié IIe av.-début Ier ap. J.-C.) ; F : “ Pot-de stockage ” en Modelée à chamotte, pâte brun noir, surfaces lissées, ext. brune, int. brun noir, La Tène finale/Gallo-romain précoce ( 2de moitié iie av.-début ier ap. J.-C.) ; G : pâte tournée sableuse grise à brun jaune, surfaces érodées (Sableuse sombre ?), La Tène finale/Gallo-romain précoce ; H : “ Pot-de stockage ” en Modelée à chamotte, pâte grise et surfaces lissées beige à brun rouge, La Tène finale D2/Gallo-romain précoce (ier s. av.-début ier ap. J.-C.) ; I : Modelée à chamotte, pâte et surfaces gris foncé à brunes, petites alvéoles abondantes, décomposition d'un dégraissant végétal ? La Tène finale/Gallo-romain précoce (2de moitié iie av.-début ier ap. J.-C.) (© INRAP Gilles Desrayaud).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 8 : Plan des vestiges du secteur 1 (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 9 : Hypothèse de phasage du secteur 1, établissement rural gallo-romain (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 10 : Céramique gallo-romaine du secteur 1, intervalle ier s. av. à 2de moitié ive-début ve s. ap. J.-C. A : Commune sombre (Terra Nigra ?), pâte sableuse fine grise (cœur) à gris beige, surfaces gris sombre avec traces de couverte noire, ier s. av. J.-C.-début ier ap. J.-C. ; B : Terra Nigra/Noire-“ fumigée ”, pâte sableuse blanche compacte à fines particules micacées, ier-1re moitié iie s. ap. J.-C. ; C : Coupelle complète en Sigillée, pâte fine orange à fines particules micacées éparses, traitement de surface érodé (vernis rouge), marque de potier partiellement érodée sur fond int., Sellès 213, Drag. 33, fin iie-iiie s. ap. J.-C. ; D : Grise ardoisée à couverte grise, iiie-ive s. ap. J.-C. ; E : Coupelle en Sigillée, pâte fine orange, fines particules micacées et calcaires, Lezoux 44, Sellès 211, Vernhet C1, 1re moitié iie-iiie s. ap. J.-C. ; F : Coupe en Sigillée, pâte fine orangée très fines particules micacées et calcaires éparses, Lezoux 56, Sellès 2.2, Vernhet C1, iie-1re moitié iiie s. ap. J.-C. ; G : Granuleuse, pâte rosée, surfaces beiges à grises, type Alzei 30-Petit I, 2de moitié ive-ve s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 11 : Plan des vestiges du secteur 2 (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 12 : Hypothèse de phasage du secteur 2, établissement agricole gallo-romain (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 13 : Céramique antique du secteur 2, intervalle 2de moitié ier s. av. à 2de moitié ive-début ve s. ap. J.-C. A : Tournée Sombre à chamotte, rares paillettes micacées, à engobe noir ? La Tène finale/GR précoce (2de moitié iie-2de moitié ier av. J.-C.) ; B : Dolium en Brune à micas dorés, traces de dorure brillante sur ext., 2nde moitié ier av.-milieu ier s. ap. J.-C. ; C : Amphore gallo-romaine en Claire rosée, pâte rosée et surfaces crème, fin ier-(1ère moitié ?) iie s. ap. J.-C. ; D : Grise sombre avec traces de résidus noir sur ext. ; E : Granuleuse beige, “ Urne ” de type Alzei 27-Petit II, 2de moitié ive-ve s. ap. J.-C. ; F : Granuleuse beige, “ Urne ” de type Alzei 27-Petit II, 2de moitié ive-ve s. ap. J.-C. ; G : pâte sableuse noircie, ive-début ve s. ap. J.-C. ; H : Grise ardoisée, ive-1ère moitié ve s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 14 : Plan des vestiges du secteur 3 (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Régis Touquet).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 15 : Hypothèse de phasage du secteur 3, occupation antique et établissement rural gallo-romain. Phase A : 2de moitié ier s. av. à 2de moitié ier/1re moitié iie s. ap. J.-C. Phase B : iie-ive s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud et Philippe Lenhardt).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 16 : Céramique antique du secteur 3, intervalle ier s. av. à ive-début ve s. ap. J.-C. A : Modelée à chamotte, ier s. av.-début ier s. ap. J.-C. ; B : Sombre à dégraissant coquillier modelée, pâte modelée brun beige, surfaces brunes à noircies, fins non-plastiques blancs (coquilles) et particules micacées, ier s. av. J.-C-début ier s. ap. J.-C. ; C : Assiette en Terra Rubra, ype Gose 291, pâte sableuse fine brun rosé, vernis rouge sur int., dernier tiers ier av.-(milieu ?) ier s. ap. J.-C. ; D : Grise ardoisée à couverte grise, fin ier-(1ère moitié ?) iie s. ap. J.-C. ; E : Commune sombre (NPR ?), pâte sableuse brune et surfaces gris noir, ier s. ap. J.-C. ; F : Grise sombre, iie s. ap. J.-C. ; G : Grise ardoisée à couverte grise brillante, milieu iiie-1ère moitié ive s. ap. J.-C. ; H : Pâte sableuse noircie/brûlée, Sellès 1127, (2e tiers ?) ive-début ve s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 17 : Secteur 3, céramique du bâtiment 08 et de sa couronne excavée, intervalle fin iie-début iiie à fin iiie-1er tiers ive s. ap. J.-C. A : Amphore gallo-romaine en céramique blanche sableuse, (2de moitié ?) iiie-ive s. ap. J.-C. ; B : Mortier Drag. 45/Sellès 5001 en Sigillée, pâte orange compacte crayeuse, vernis rouge presque brillant, (2de moitié ?) iiie-milieu ive s. ap. J.-C. ; C : Grise ardoisée à couverte grise, milieu iiie-1re moitié ive s. ap. J.-C. ; D : Coupelle en Sigillée Drag. 32, Gaule du Nord-est, pâte crayeuse orange, vernis rouge presque brillant, traces de doigts sur base ext., fin iie-1re moitié ive s. ap. J.-C. ; E : Coupelle en Sigillée, pâte fine rose orangé à fines particules micacées éparses (Gaule Centrale ?), Sellès 213 ; Drag. 33, fin iie-iiie s. ap. J.-C. ; F : Pana Drag. 37b/Sellès 504.1 en Sigillée, pâte très fine à paillettes calcaires blanches et micacées argentées (Gaule du Sud ou du Centre ?), vernis rouge brun brillant, traces de doigts su panse inf., iie-iiie s. ap. J.-C. (© INRAP Gilles Desrayaud).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig 18 : Secteur 3. Mares et fossés de la pointe nord-est, hypothèse de séquence stratigraphique ; coupe de la mare 08. Épisode IV (Phase B2b) : abandonné/comblé entre 300-400 ap. J.-C. ; Épisode IIIb (Phase B2a) : comblé entre 175-350 ap. J.-C. ; Épisode IIIa (Phase B1) : comblé entre 150-225 ap. J.-C. ; Épisode IIb : comblé entre 100-225 ap. J.-C. ; Épisode IIa (Phase A) : comblé Ier s. ap. J.-C. ? ; Épisode I (Phase A ?) : TAQ iie s. ap. J.-C., comblé ier s. ap. J.-C. ? (© INRAP Gilles Desrayaud).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 19 : Secteur 3, plan du bâtiment 08 et de sa couronne excavée, relevés des empierrements d’abandon, altitudes NGF des sols encaissants synchrones conservés et faits synchrones et non datés ; les faits antérieurs ne sont pas figurés. (© INRAP Gilles Desrayaud ; cliché Laurent Delage, Balloïde Photo).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 20 : Secteur 3, bâtiment 08, coupe transversale NE/SO. Ia : Limon beige, colluvions récentes ; Ib : Limon brun clair, colluvions récentes ; Ic : Limon Argileux brun blanchi, bariolé, colluvions ; Id : LA beige à grisâtre, bariolé marbré, colluvions ; II : Argile limoneuse brun orangé bariolée ; III : Calcaire blanc dégradé ; IV : Marno-calcaire vert et blanchâtre dégradé ; 1030 : Limon argileux gris clair bariolé ; 2298 : LA gris bariolé ; 2302 : Niv. de petites pierres et frag. de tuiles à plat dans LA gris, niveau d'arasement naturel ; EM 09 : Vrac de pierres et moellons calcaires et silico-calcaires ; EX 09 : Limon argileux brun gris, bariolé ; FO 64 : LA gris brun à orangé ; FO123 : Limon beige blanchi, moderne à contemporain ; FO176-1 : Mottes de LA gris clair et beige à orangé avec bariolage verdâtre ; FO176-2 : Argile brun orangé remaniée ; FO177-1 : LA charbonneux, cailloutis erratiques ; FO177-2 : LA beige ; FS201-1 : LA noir, charbons abondants, petites pierres brûlées éparses ; FS201-2a : LA brun orangé, pierres calcaires abondantes ; FS201-2b : LA brun orangé en mottes ; FS201-3 : LA gris brun, charbons épars ; FS201-4a : LA gris brun, pierres calcaires et silico calcaires abondantes ; FS201-4b : LA gris brun foncé. ; MA06-a = 6027 : LA gris noir charbonneux, fragments de tuile épars ; MA06-b : LA gris foncé et petites mottes brunes abondantes à éparses ; MA06-c : LA gris, bariolé verdâtre, charbons et cailloutis épars ; MA07-a : LA gris noir charbonneux, fragments de tuile épars ; MR 02 : Vrac, calcaire blanc dégradé, quelques rares éléments de grès et silico-calcaires anguleux (Ø < 20cm) ; MR 03 : Parements de moellons et calage interne de pierres en vrac, calcaire blanc dégradé, quelques rares éléments de grès et silico-calcaires anguleux ; MR 05 : idem MR 02 (© INRAP Gilles Desrayaud ; cliché Olivier Labat).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 21 : Secteur 3, photographie du quart nord du bâtiment 08, en cours de fouille, vu depuis le nord. Au premier plan, mur 03 en élévation et mur 04 partiellement effondré sur le fond de la mare 05. Au deuxième plan, murs 01 et 02 de la pièce no 1 (© INRAP cliché Caroline Laporte-Cassagne).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 22 : Secteur 3, bâtiments 08, plans et coupes des petites pièces excavées PC 02 et PC 03, ainsi que de l'alignement de poteaux n° 6, sur le fond de la mare 12. Ic : Limon argileux brun blanchi, bariolé, colluvions ; Id : LA beige à grisâtre, bariolé marbré ; II : Argile limoneuse brun orangé lég. bariolée ; III : Calcaire blanc dégradé avec poches argilo-marneuses brun jaune à vertes ; IV : Litages argilo-sablonneux beiges à lég. verdâtres ; 2298-a : LA gris clair bariolé rouille ; 2298-b : LA gris bariolé rouille ; 2302-a : Niv. de petites pierres à plat dans LA gris, niveau d'arasement/démolition ; 2302-b : Liseré de petites mottes de LA brun orangé ; FS245 : LA gris-beige bariolé verdâtre et rouille ; FS246 : LA beige à gris clair sablonneux très bariolé ; MA 12-a : LA gris foncé ; MR 06 : Parements de moellons et calage interne de pierres en vrac, ; calcaire blanc dégradé, quelques rares éléments de grès ; et silico-calcaires anguleux ; MR 07 : idem MR 06 ; MR 12 : Parement de moellons et calage interne de pierres en vrac, quelques rares éléments de grès et silico-calcaires anguleux (Ø < 50cm), matrice de limon argileux gris ; PC02-1 : LA gris clair bariolé ; PC 02-2 : Niveau de mottes de LA brun gris, pierres et inclusions calcaires erratiques ; PC 02-3 : LA gris foncé bariolé, charbons abondants, nodules rubéfiés épars ; PC 02-a : AL brun orangé (encaissant remanié ?) ; PC 02-b : AL brun beige (encaissant remanié ?) ; PC03-1 : LA gris foncé à noir, charbons et cailloutis calcaire épars ; PC03-2 : LA gris brun, pierres éparses ; PO141 : LA gris foncé, charbons erratiques ; PO159 : LA gris, charbons erratiques ; PO161 : LA gris brun ; PO184-1 : LA gris, bariolage verdâtre couvrant ; PO184-2 : LA gris foncé bariolé ; PO184-3 : LA gris, léger bariolage verdâtre, nodules de charbons et rubéfiés abondants ; PO187 : LA gris brun bariolé ; PO208 : LA gris beige, bariolage verdâtre, pierres de calcaire blanc dégradé éparses, charbons erratiques ; PO209 : LA gris brun bariolé verdâtre, charbons erratiques ; PO211 : LA gris brun bariolé, cailloutis épars ; PO213 : LA gris, charbons erratiques ; PO215 : LA gris bariolé, nodules calcaires et charbons épars ; PO217 : LA gris brun bariolé (© INRAP Gilles Desrayaud).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 23 : Secteur 3, radiographies de petites cloches en fer trapézoïdales, gallo-romaines. A et B : Fosse 201, US 1 (fond) ; C : mare 07, zone centrale, US b (fond) (© INRAP, clichés par le Laboratoire Conservare, Compiègne).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 24 : Mobiliers de l’ensemble BAT 08/Mare périphérique/FS201 ‎‎(© INRAP Gilles Desrayaud et Mohammad Rayati).‎
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 25a : BAT 08/Mare périphérique, répartition des NMI par catégorie morphologique et groupe techno-stylistique de céramique. Fig. 25b : Mare périphérique du BAT 08, poids par groupe techno-stylistique de céramique (© INRAP Gilles Desrayaud).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 26 : Hypothèse d'analyse planimétrique et métrologique du bâtiment 08 (© INRAP Gilles Desrayaud).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 27 : Secteur 3, ensemble 02, comblé pendant l'intervalle ‎milieu iiie-ive s. ap. J.-C. CI : Colluvions limoneuses beiges ; I : Argile ‎limoneuse brun orangée ; II : Calcaire blanc dégradé, avec par ‎endroits poches argileuses brun jaune à marneuses verdâtres ; ‎FS179-1 = 1018-2 : LA brun beige à lég. grisâtre, charbons et ‎nodules rubéfiés erratiques ; FS179-2 = 6575 : LA gris noir ‎charbonneux ; FS208 : LA gris noir à brun foncé charbonneux ; ‎MA08-1/2 : Limons peu argileux beiges, légèrement bariolé ‎‎(colluvions) ; MA08-3 : Horizon charbonneux ; SB02-1 : Limon ‎argileux beige à brun clair (colluvions) ; SB02-2 : LA brun beige à ‎lég. grisâtre, charbons et nodules rubéfiés erratiques à épars ; ‎SB02-3 : LA gris brun charbonneux induré, plages légèrement ‎rubéfiées éparses ; SB02-4 : Parois maçonnées, moellons de ‎calcaire blanc (© INRAP Gilles Desrayaud ; clichés Olivier Labat).‎
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 28 : Secteur 3, ensemble 01, comblé pendant l'intervalle milieu iiie-1ère moitié ive s. ap. J.-C. I : Argile limoneuse brun orangé ; II : Cailloutis et calcaire blanc dégradé, avec par endroits poches argileuses brun jaune ; Us 6745 : LA gris brun lég. bariolé, pierres éparses ; FO189 : LA gris beige blanchi bariolé, fossé moderne à contemporain ; FS228-1 = 6745, frags. de métal et de meules abondants ; FS228-2 = Limon argileux gris foncé, niveau de piétinement, frags. de métal et de meules abondants ; FS251-1 : Argile limoneuse jaune et mottes d'argile brune ; FS251-2 : LA noir, charbons et nodules de terre rubéfiée abondants ; FS251-3 : LA jaune et cailloutis calcaire ; FS251-4 : LA jaune orangé ; FS251-5 : LA gris foncé, charbons de bois épars, niveau de piétinement ; SB01-1 : LA gris brun, nodules d'argile jaune, charbons et nodules rubéfiés épars (= 6745 ?) ; SB01-2 : LA gris brun foncé, charbons de bois et nodules de terre rubéfiée épars ; SB01-3 : Liseré de terre rubéfiée ; SB01-4 : LA noir avec charbons et nodules de terre rubéfiée très abondants (© INRAP Gilles Desrayaud ; cliché Laurent Michel).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 29 : Secteur 3, plan du bâtiment supposé BAT 09 (non daté) et hypothèse d’analyse planimétrique (© INRAP Gilles Desrayaud).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 30 : Hypothèse de phasage des vestiges antiques de la ZA du Bois de l’Homme Mort à Saint-Pathus ; plan général simplifié et hypothèse de module de distance antique (© INRAP Gilles Desrayaud, Philippe Lenhardt et Mohammad Rayati).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 31 : Calcul de distances perpendiculaires entre limites fossoyées gallo-romaines et non datées. Hypothèse d'estimation d'un module de distance antique (© INRAP Gilles Desrayaud).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 32 : Secteur 2, nombre (NR) et poids (PR) des restes fauniques (© INRAP, Gaëtan Jouanin, CRAVO).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 33 : Secteur 3, nombre (NR) et poids (PR) des restes fauniques (© INRAP, Gaëtan Jouanin, CRAVO).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 34 : Proportions des restes d’équidés rapportées au NRdét et au nombre de restes de bœuf (© INRAP, Gaëtan Jouanin, CRAVO).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 35 : Nombre de restes carpologiques observés par US (© INRAP, Ingrid Girrès).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 36 : Diagramme pollinique simplifié du puits 02 et des mares 03, 05/07, 08, et 10 ; prélèvements de 2007 (© INRAP Gisèle Allenet de Ribemont).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 37 : Pourcentage des morpho-types de phytolithes par échantillon (© INRAP, Pascal Verdin).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 38 : Secteur 3, structure de combustion FY 07 (ier s. ap. J.-C.). 6482 : Limon argileux gris beige, charbons et nodules rubéfiés épars ; 7351 et 7353 : Limon argileux encaissant rubéfié, soles (© INRAP, Gilles Desrayaud).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1641/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Desrayaud, « Ferme gauloise et établissements ruraux gallo-romains du Bois de l’Homme Mort, Saint-Pathus (Seine-et-Marne) milieu iie s. av.-début ve ap. J.-C. », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 50 | 2011, mis en ligne le 02 février 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://racf.revues.org/1641

Haut de page

Auteur

Gilles Desrayaud

Inrap, Île-de-France, Centre archéologique de Pantin, 32 rue Delizy 93694, Pantin Cedex. gilles.desrayaud@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page