Navigation – Plan du site
Localisation de l’étude

Un établissement du début du premier âge du Fer en Eure-et-Loir : Sours, Les Ouches

A settlement from the first Iron Age in Eure-et-Loir: Sours, Les Ouches
Frédéric Dupont, Bruno Lecomte, Jérémie Liagre, Julie Rivière et Jonathan Simon
p. 45-108

Résumés

La fouille du site des Ouches à Sours (28) a permis la mise au jour d’une importante occupation du Néolithique ancien et la découverte, dans la partie nord de l’emprise, de plusieurs structures datables du début de l’âge du Fer (Hallstatt C). Elles correspondent à des structures domestiques (un bâtiment et des fosses) et à une entité “ cultuelle ”: un double enclos en “ U ”.L’habitation et ses annexes sont représentées par un bâtiment de plan quadrangulaire sur poteaux et une grande fosse riche en mobilier (céramiques, ossements et silex taillés). Cette structure peut être associée au fonctionnement d’un four de type “ polynésien ” et avoir servi de fosse de rejet.
Le double enclos, ouvert vers le nord, est localisé au nord-est du site.
Même si trois céramiques entières ont été trouvées dans son fossé externe, l’essentiel du mobilier céramique (177 individus sur 192) est issu de la grande fosse. Il s’agit principalement de coupes, de jattes parfois incisées, de petits gobelets à panse globulaire typiques du Hallstatt C ou de vases servant au stockage. Ils sont dotés de manière régulière de cordons digités.
Ce petit établissement du début de l’âge du Fer a livré un bon échantillon des céramiques en usage en Eure-et-Loir à cette époque ainsi que des vestiges archéozoologiques et lithiques en quantité intéressante. Ces découvertes donnent de nouvelles informations sur les affinités culturelles à la transition entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer, période peu documentée dans le Nord de la région Centre.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Le site

Localisation

1La commune de Sours (Eure-et-Loir, 28), située à 10 km au sud-est de Chartres, occupe le fond et les versants de la vallée de la Roguenette, petit affluent de l’Eure. Le site se trouve sur le versant nord, en bordure de plateau (Fig. 1). Les paysages typiques de la Beauce (relief peu accentué et pentes douces), correspondent à des plateaux et des vallées aux cours d’eau non pérennes, entre les vallées de l’Eure à l’ouest et de la Voise à l’est.

Fig. 1 : Sours - Les Ouches. Localisation locale et régionale du site.

Fig. 1 : Sours - Les Ouches. Localisation locale et régionale du site.

Présentation générale

  • 1 Responsable d’opération : Frédéric Dupont.

2Le site des Ouches à Sours1 est essentiellement caractérisé par une occupation du Néolithique ancien (Dupont, Liagre 2008). La fouille a aussi permis, dans la partie nord de l’emprise de mettre au jour plusieurs structures protohistoriques attribuées à la transition Bronze-Fer. Elles correspondent à des structures d’habitat, bâtiment quadrangulaire et fosse associée à un foyer, à une structure à vocation peut-être cultuelle (double enclos en “ U ”) ou à des structures isolées, vestiges possibles de bâtiments non identifiés. Le matériel provenant de cet ensemble suggère un relatif synchronisme de ces différents témoins.

Chronologie employée

3Pour cette publication, la chronologie allemande (Hatt 1954), Hallstatt B2-B3 (de 930 av. J.-C. à 800 av. J.-C.) et Hallstatt C (de 800 av. J.-C. à 630 av. J.-C.), sera utilisée. Ce choix a été fait car la plupart des études menées en Europe tempérée et celles citées dans cet article font référence à cette chronologie (Milcent 2004 : 19).

Les structures protohistoriques identifiées

4Elles se dispersent sur 5 000 m2 (Fig. 2).

Fig. 2 : Sours - Les Ouches. Emprise du site. Emplacement (en grisé) et nom des structures identifiées comme protohistoriques ou associées.

Fig. 2 : Sours - Les Ouches. Emprise du site. Emplacement (en grisé) et nom des structures identifiées comme protohistoriques ou associées.

Des structures domestiques

Les vestiges d’une structure de cuisson

Une grande fosse isolée

5La structure 44001 est une grande fosse ovale (grand axe : 3,80 m ; petit axe : 3 m ; profondeur : 0,5 m) scellée par une couche caillouteuse (Fig. 3). Ses parois sont quasi verticales. En coupe (Fig. 4), deux niveaux d’occupation se succèdent : une couche inférieure riche en charbons et la couche supérieure riche en pierres éclatées au feu.

Fig. 3 : Sours - Les Ouches. Structure 44001. Plan et répartition du matériel en surface.

Fig. 3 : Sours - Les Ouches. Structure 44001. Plan et répartition du matériel en surface.

Fig. 4 : Sours - Les Ouches. Coupe de la fosse 44001 après la fouille des niveaux 44002 et 44003. Relevé et cliché d’ensemble.

Fig. 4 : Sours - Les Ouches. Coupe de la fosse 44001 après la fouille des niveaux 44002 et 44003. Relevé et cliché d’ensemble.

6La première correspond probablement à des résidus d’activités de chauffe. Elle se caractérise par un limon brun orangé charbonneux (US 44011 en surface et 44012 en profondeur) à très charbonneux par endroits (US 44013). Il contient de nombreux tessons, des ossements animaux, des silex taillés et quelques pierres bleues brûlées éparses. Leurs présences indiqueraient des mélanges avec le niveau supérieur de la structure qui recouvrent directement les charbons et dont les pierres sont disposées en une nappe régulière et horizontale. Ce niveau (US 44004) à base de limon brun orangé renferme de nombreux tessons, des ossements animaux, des silex taillés et, bien sûr, une quantité importante de petites pierres calcaires, en forme de galets, brûlées et bleues (Fig. 5). Il est très perturbé par l’occupation agraire médiévale et moderne dans sa partie supérieure (US 44003) qui a entraîné un épandage de mobilier (US 44002) vers le Sud. Aucun remontage de galets n’a été possible : les cassures sont trop altérées. Aucune structure organisée d’habitat n’est reconnue à proximité.

Fig. 5 : Sours - Les Ouches. Photographie de la structure 44001 en cours de dégagement.

Fig. 5 : Sours - Les Ouches. Photographie de la structure 44001 en cours de dégagement.

7Une autre fosse au sud-est (n44009) de 0,80 m de diamètre et profonde de 0,16 m possède un comblement principal de limon homogène verdâtre contenant des tessons, des fragments de torchis et des pierres brûlées. Cette dernière cavité pourrait correspondre à une fosse annexe d’une unité domestique.

Une fosse-foyer réutilisée comme dépotoir ?

8D’après sa description, cette structure entretient de nombreux points communs avec les fosses-foyers caractérisées par un épandage dense de pierres chauffées ou thermofractées connus dès le Néolithique et fréquents au début du premier âge du Fer. En effet, des similitudes sont avérées avec les fours fouillés en Limagne d’Auvergne (Mennessier-Jouannet 1992 et Surmely 2000) et en Rhône-Alpes (Hénon, Jacquet 2003). Les fosses de Davayat et d’Aubiat (Mennessier-Jouannet 1992 : 24-29), de Clermont-Ferrand (Surmely 2000) dans le Puy-de-Dôme, à la Villette-d’Anthon en Isère et à Meyzieu dans le Rhône (Hénon, Jacquet 2003 : 404-414) sont de forme sub-rectangulaire et possèdent des parois verticales comme la structure fouillée. Les blocs thermofractés découverts à la Villette-d’Anthon (Hénon, Jacquet 2003 : 404) et à Clermont-Ferrand (Surmely 2000) sont aussi des éléments de comparaison pertinents. Les fours dits “ polynésiens ” sont attestés dans le Sud de la France centrale et dans le Centre-Est de la France (Milcent 2009 : 471, fig. 20) mais pas encore dans l’Orléanais ou le Berry. L’emploi de cette dénomination pourrait se justifier en contexte ethnographique proche ou si une couverture était attestée(Orliac 2003). Ce n’est pas le cas ici. La solution la plus objective est d’appeler ces structures “ fosses à pierres chauffées ”, dénomination uniquement descriptive.

9Par ailleurs, en France, lors de la transition âge du Bronze/premier âge du Fer, les “ foyers à pierres chauffées ” (Ramseyer 2003), structures de combustion en creux interprétées souvent comme four à vocation culinaire, semblent se développer (Hasler et al. 2003, Milcent 2004 : 49, Pranyies 2011 : 34). La quantité de mobilier présent dans ces fosses est variable. L’importante quantité de matériel découverte ici pourrait indiquer une utilisation secondaire de la structure, d’autant que beaucoup des tessons sont brûlés après cassure. L’exemple, dans la région des Trois Lacs en Suisse (Mauvilly et al. 2003), de 17 structures sub-rectangulaires (1000-800 av. J.-C.) tapissées de galets fragmentés au feu en périphérie et en retrait des zones d’habitat montre que les parois présentent toujours un certain degré de rubéfaction avec changement de coloration du sédiment encaissant. Ces modifications ne touchent pas le fond, mais prennent naissance une dizaine de centimètres plus haut.

10À l’instar de ces foyers potentiellement culinaires et cités précédemment, aucune trace de rubéfaction n’a été observée pour la structure 44001. Cela dépend de nombreux paramètres (nature du sol, intensité, durée de combustion, etc.), mais paraît surprenant pour le contexte sédimentaire du site (argile et limons). L’absence de rubéfaction semble témoigner d’une technique de cuisson par des pierres chauffées hors de la structure. La fosse, si elle correspondait à un four, a pu être curée avant d’être utilisée ensuite comme dépotoir. La présence de charbons de bois, de restes fauniques, parfois brûlés, et la représentation majoritaire de jeunes individus (cf. infra) au sein de ce comblement pourrait confirmer cet usage.

11Dans le Centre-Est et le Sud-Est de la France, les fours connus du début de l’âge du Fer sont regroupés en batterie (Pranyies 2011 : 32) et la structure est ici isolée. Par ailleurs, ce type de structure semble être très fréquent au début du Hallstatt C dans le Massif central (Milcent 2004 : 49).

Un bâtiment isolé

12Un bâtiment de plan quasi carré (19,40 m2) a été repéré au nord de l’emprise. Il est constitué de dix trous de poteau qui possèdent tous une paroi verticale (Fig. 6). Leur diamètre moyen est de 0,60 m. Les plus profonds sont situés aux angles nord-est et nord-ouest : ils ont été conservés sur 70 cm (TRP 21006 et TRP 11003). Les moins profonds mesurent 0,25 m comme c’est le cas au sud-est (TRP 21010). Les murs nord et sud sont formés de quatre trous de poteau distants de 1,50 m en moyenne. Les pignons est et ouest ne possèdent qu’un seul poteau intermédiaire situé à équidistance des poteaux d’angle. Les poteaux les moins profonds (TRP 11007 et 21008), non-porteurs, indiqueraient des aménagements, sans doute des ouvertures au nord et à l’est du bâtiment. Le profil dissymétrique de certains trous signale peut-être des empreintes de calages ou des traces d’enlèvement du poteau. Les poteaux auraient-ils été récupérés ?Même si c’est un plan classique (bâtiment avec toit à deux pans et pignons droits) pour la fin du Bronze final et le premier âge du Fer, la quasi-absence de matériel ne permet pas une datation sûre de cette construction.

Fig. 6 : Sours - Les Ouches. Plan du bâtiment quadrangulaire et profils des trous de poteau.

Fig. 6 : Sours - Les Ouches. Plan du bâtiment quadrangulaire et profils des trous de poteau.

Les vestiges d’un fossé ?

13À proximité du bâtiment, une structure coudée vue en discontinu (US 12003, Fig. 2) pourrait constituer les vestiges d’un fossé. Sa largeur varie entre 0,40 et 0,30 m, sa profondeur est de 0,20 à 1 m. Deux tronçons ont été observés : le premier, nord-sud, mesure 28 m de longueur ; le second, nord/ouest-sud/est, mesure 10 m de long. Son comblement est un limon sablo-argileux homogène meuble verdâtre contenant des inclusions peu fréquentes de calcaire (< 2 cm), de lithique et de charbons de bois. Cet aménagement assez profond par endroits pourrait signaler le reste d’un fossé palissadé. En l’absence de matériel datant, son interprétation est difficile. Son niveau haut d’apparition plaide pour une postériorité avec les bâtiments du Néolithique ancien. Sa position peut la mettre en relation avec les structures protohistoriques.

14Associée à cette structure, une structure (n22001) ovale de 2 et 3 m d’axes a été fouillée. Son comblement est un limon brun gris contenant des inclusions de charbons, des fragments de torchis, un tesson et des éléments lithiques. La présence de pierres décimétriques, en calcaire ou en grès, rubéfiées peut être interprétée comme le calage d’un gros poteau ou comme une vidange de foyer.

Un enclos hémi-circulaire

Une forme rare

15Ce double enclos en “ U ” se compose de deux fossés hémi-circulaires (ENC 16003, interne et ENC 16001, externe) dont les tracés sont emboîtés (Fig. 7 et 8). Cette structure est ouverte au Nord sans qu’aucun élément (préservé) ne la ferme.

Fig. 7 : Sours - Les Ouches. Plan du double enclos en “ U ”, profils des fossés interne et externe (ENC 16003 et 16001) et relevé des vases dans le fossé externe.

Fig. 7 : Sours - Les Ouches. Plan du double enclos en “ U ”, profils des fossés interne et externe (ENC 16003 et 16001) et relevé des vases dans le fossé externe.

Fig. 8 : Sours - Les Ouches. Photographie du double enclos après sa mise en évidence au décapage.

Fig. 9 : Sours - Les Ouches. Photographie, in situ, des vases 16103 et 16104 arasés par les labours, dans le fossé externe du double enclos.

Fig. 9 : Sours - Les Ouches. Photographie, in situ, des vases 16103 et 16104 arasés par les labours, dans le fossé externe du double enclos.

16L’enclos interne mesure au maximum 7,50 m du nord au sud et 6 m d’est en ouest. La partie sud correspondant à l’inflexion maximale du fossé est plus étroite que le reste du fossé. Elle mesure 0,40 m de largeur tandis que les parties orientées nord-sud avoisinent les 1,10 m de largeur au maximum (au nord-est). Il est en moyenne conservé sur une profondeur maximale de 0,50 m.

17Le fossé externe mesure au maximum 7 m du nord au sud et 11 m d’est en ouest. Sa largeur, irrégulière, est de 1,20 m en moyenne. Il forme un “ U ” plus ouvert que le précédent et il apparaît aussi plus profond jusqu’à 0,80 m.

18L’hypothèse d’un enclos circulaire seulement visible (ou conservé) à moitié prévalait lors du dégagement de la structure. Néanmoins la longueur et la forme des fossés, notamment du fossé interne, ne permettent pas de retenir cette hypothèse. La structure n’est peut-être pas pour autant complète et il est possible qu’elle se poursuive au-delà de la limite d’emprise. Dans ce cas, son plan fermé serait plus ovoïde.

19Les fossés sont comblés d’un limon argileux homogène meuble et verdâtre. Malgré le fond diffus de la structure, des traces éventuelles de poteaux ont été repérées. Les fossés pourraient donc avoir été palissadés. Ce type de structure est attesté sur les sites de Pierrefitte-sur-Sauldre dans le Loir-et-Cher et d’Antran dans la Vienne, datés respectivement du Hallstatt C et D (Milcent 2004 : 129).

20Dans le fossé extérieur, les vestiges de trois vases concentrés à l’extrémité nord-ouest ont été retrouvés (Fig. 7 et 9). Cette caractéristique se retrouve dans les enclos allongés sub-rectangulaires dans la moyenne vallée du Rhin et le nord-est de la France (Lambot 1989a : 254). Il peut s’agir d’un dépôt lié à la fonction rituelle de l’enclos. Les vases ont été déposés alors que le fossé était déjà en partie comblé.

21Le dépôt comprend un pot ovoïde, n16102, et deux jattes à bord rentrant, n16103 et 16104 (Fig. 10 et Fig. 16, n1-3). Ces objets ont été déposés intacts mais auraient été cassés par le passage régulier et profond des charrues. Ces céramiques, quasi complètes, sont comblées par un limon brun sombre homogène. Elles ont été fouillées en laboratoire. Seul le pot contenait quelques tessons de céramiques, des esquilles osseuses animales (petit mammifère – cf. infra) et des traces de charbons de bois. Deux prélèvements du sédiment (en surface et au fond) ont été réalisés pour d’éventuelles recherches ultérieures. Aucun ossement humain n’a été collecté dans les céramiques lors de leur fouille en laboratoire et aucune trace de crémation en relation avec la structure n’a été vue.

Fig. 10 : Sours - Les Ouches. Photographies des vases issus du fossé externe du double enclos. De gauche à droite : vases 16104, 16103 et 16102.

Fig. 10 : Sours - Les Ouches. Photographies des vases issus du fossé externe du double enclos. De gauche à droite : vases 16104, 16103 et 16102.

Une interprétation délicate

22Les exemples connus des enclos dans le sud-est du Bassin parisien sont généralement circulaires et beaucoup sont localisés au confluent Seine-Yonne : à Pont-sur-Yonne dans l’Yonne, Marolles-sur-Seine ou Misy-sur-Yonne en Seine-et-Marne (Mordant 1981 : 167, fig. 3, n1-5). Ils sont cependant souvent ouverts vers le sud-est, voire vers le sud dans certains cas. D’autre part, des enclos circulaires datant, pour certains du Hallstatt B2-3 (enclos 23), ont été récemment fouillés à Saumeray en Eure-et-Loir (Georges, Hamon 2004 : 17).

23Les enclos circulaires ouverts vers le sud-est sont connus, en grand nombre, en Picardie dans l’Aisne à Variscourt. Ils peuvent être également ouverts vers l’est, comme à Guignicourt (Blanchet 1984 : 352), ou vers le nord comme à Antheuil-Portes dans l’Oise (Brunaux 1989 : 215). La forme d’enclos fouillée à Sours, apparaît en Champagne au début du premier âge du Fer (Lambot 1989a, Lambot 2000 : 150) et peut être ouverte vers le nord comme c’est le cas pour l’enclos n27 à Acy-Romance dans les Ardennes, sur le site du Terrage (Lambot 2000 : 148, fig. 2).

24Un enclos en “ U ”, interprété comme un hypothétique necromantion, a été retrouvé en Charente sur le site du Fouilloux. Il est interprété comme un “ espace symbolique en rapport avec les pratiques religieuses en liaison avec l’Au-delà et/ou les entités du monde chthonien ” (Gomez de Soto 1996). Plus ancienne, cette structure rappelle néanmoins, par sa morphologie, celle de Sours. Deux autres enclos ont aussi été mis au jour récemmentà Niort (Deux-Sèvres) sur le site de La Garenne (Barbier 2009). Les formes sont moins arrondies et leurs ouvertures plus petites que celles des enclos euréliens (6 m et 4,50 m). Les fossés sont peu profonds (0,40 m) et de 60 cm à 1,3 m de large. Leurs remblaiements effectifs dateraient du Bronze final/premier âge du Fer. Six fosses furent fouillées à proximité.

25Ce type d’enclos n’est jamais doublé ce qui pourrait signifier que l’enclos de Sours aurait pu connaître deux états différents.

26S’il apparaît possible, grâce au mobilier retrouvé, de proposer une datation pour cette structure, il est difficile d’interpréter la fonction de cet enclos sans sépulture. L’absence d’inhumation ou d’incinération peut être la conséquence d’un arasement de la structure par les travaux agricoles. Mais il se peut aussi qu’il n’y ait jamais eu de sépulture et la fonction cultuelle ou rituelle de cet enclos n’est pas à exclure. L’hypothèse d’une “ chapelle funéraire ” évoquée par J.-P. Pautreau à propos de la structure 22 du site d’Antran et reprise par P.-Y. Milcent ne paraît pas incohérente (Milcent 2004 : 130). Le dépôt des vases dans le fossé de l’enclos trouve une comparaison à Courtavant-Les-Grèves dans l’Aube (Piette 1984 : 148). Ce site a livré des enclos funéraires ou non avec du mobilier dans les fossés et montré que dans certains cas, comme à Sours, les espaces réservés aux morts ne comprennent pas de tombes.

Des structures éparses diachroniques ou l’emprise d’un bâtiment

27Douze structures regroupées dans la partie nord du site ont été mises au jour (Fig. 11). Elles apparaissent dans le niveau agricole reconnu sur tout le site.

Fig. 11 : Sours - Les Ouches. Plans et profils des structures regroupées au nord de l’emprise, entre le double enclos et le bâtiment quadrangulaire.

Fig. 11 : Sours - Les Ouches. Plans et profils des structures regroupées au nord de l’emprise, entre le double enclos et le bâtiment quadrangulaire.

28Quatre ont livré des éléments significatifs dans leurs comblements.

29Les deux premières (13019, 13021) sont approximativement alignées sur un axe ouest-est. La structure 13019 (diamètre : 0,32 m ; profondeur : 0,22 m) est comblée par un limon brun gris assez meuble, homogène et contient un silex taillé. La fosse 13021 mesure 1 m sur 0,60 m pour une profondeur de 0,42 m. Elle est comblée par un limon argileux verdâtre contenant des fragments de céramiques, de torchis, quelques esquilles osseuses et des blocs de silex de 0,20 à 0,30 m. Un ensemble cohérent de blocs (de calage ?) de silex et de calcaires rubéfiés (bleuis et éclatés) de 5 à 10 cm constitue la base de ce comblement.

30Les deux autres (13005 et 13007) sont des creusementscirculaires.

31Le premier, d’un diamètre de 0,60 à 0,62 m et d’une profondeur de 0,30 m, montre un profil en “ V ”. Il est comblé d’un limon argileux marron jaune mais scellé par une pierre triangulaire en meulière. Ce dispositif semble intentionnel. Un conglomérat d’argile cuite avec un cailloutis très fin marque la base de cette pierre. La fouille de cette entité, a révélé un amalgame de nombreux petits tessons, de torchis et d’esquilles osseuses. Aucun prélèvement n’a été fait.

32Le second, d’un diamètre de 0,53 à 0,55 m et d’une profondeur de 0,20 m, possède également un profil en “ V ”. Il est comblé d’un limon argileux marron jaune avec de nombreux fragments de céramiques décorés, des éléments de torchis, des esquilles d’os brûlées et des silex taillés. Des traces du conglomérat d’argile cuite, identifié dans la structure 13005, persistent en surface.

33Ces structures espacées de 2 m peuvent-elles être synchrones et associées ? Elles sont riches en matériel archéologique (Fig. 12 et 13), mais les esquilles osseuses qu’elles contenaient, trop dégradées, n’ont pas pu être identifiées. Il est difficile d’interpréter ces deux cavités, mais il peut s’agir de trous de poteau d’un bâtiment non préservé, de fosses (dépotoirs ou cultuelles), voire d’incinérations hors enclos (Georges, Hamon 2004).

Fig. 12 : Sours - Les Ouches. Gros plan sur les céramiques, in situ,dans la structure isolée 13007.

Fig. 12 : Sours - Les Ouches. Gros plan sur les céramiques, in situ,dans la structure isolée 13007.

Fig. 13 : Sours - Les Ouches. Photographie de l’individu 13008.2 issu de la structure 13007 (Fig. 7, n7). Renfort et perforation sont visibles.

Fig. 13 : Sours - Les Ouches. Photographie de l’individu 13008.2 issu de la structure 13007 (Fig. 7, no 7). Renfort et perforation sont visibles.

34D’autres structures isolées peuvent être regroupées par analogie de forme ou de comblement.

35Cinq (13001, 13003, 13013, 13015 et 13017) sont circulaires et se rangent selon un alignement central nord-sud. Leurs comblements sont constitués de limons argileux brun gris assez meubles et homogènes. Ces structures sont en général peu profondes et semblent arasées.

36Trois sont stériles : la structure 13017 d’un diamètre de 0,47 m et d’une profondeur de 0,26 m ; la structure 13015 d’un diamètre de 0,28 m et d’une profondeur de 0,07 m et la structure 13013 d’un diamètre de 0,46 m et d’une profondeur de 0,08 m.

37Le creusement 13001, d’un diamètre de 0,39 m et d’une profondeur de 0,11 m, possède un comblement riche en tessons de céramiques, éléments lithiques et fragments de torchis. Le creusement 13003 d’un diamètre de 0,43 à 0,39 m et d’une profondeur de 0,05 m a livré un tesson.

38Tous les tessons issus de ces structures ne sont pas culturellement attribuables.

39S’agit-il de structures associées à l’occupation protohistorique ? Peuvent-elles être considérées comme les éléments d’un habitat ou d’une palissade ? Il n’est pas possible de les mettre en relation avec les structures 13005, 13007, 13019, 13021 et 14003.

40Les trois structures stériles se situent au nord de la structure 13005. La fosse 13026 (longueur : 1,80 m, largeur : 0,64 m, profondeur : 0,12 m) de forme allongée possède un comblement de limon verdâtre avec des charbons de bois millimétriques. Peut-elle être une fosse d’extraction comblée naturellement ?

41À l’ouest, deux autres structures circulaires arasées possèdent un profil en “ U ” avec un comblement de limon jaunâtre, très semblable au terrain naturel mais en plus meuble, avec des charbons de bois millimétriques. Le trou de poteau 13028 a un diamètre de 0,30 m et une profondeur de 0,24 m. Le second, 13030, est plus grand avec un diamètre de 0,50 m et une profondeur de 0,60 m.

42Aucun plan ne se dessine. Le regroupement des fosses et trous de poteau plaide, a priori, pour l’existence d’un bâtiment. Cependant, des structures potentiellement funéraires complexifient l’interprétation de l’ensemble : il est possible qu’une nécropole, associée au double enclos, ait été touchée. De plus, rien ne certifie que ces structures soient synchrones et aucun lien structurel ne permet de les associer.

Une occupation domestique et rituelle

43Il manque de nombreux éléments pour associer, avec certitude, toutes les structures de la période protohistorique à un habitat groupé. Il existe néanmoins, une forte densité d’artefacts domestiques et rituels, suggérant une occupation significative, probablement sous la forme d’un petit établissement rural dont l’étude des vestiges matériels permet la datation. Les opérations préventives futures sur les parcelles voisines pourraient permettre d’affiner la connaissance de cette zone d’habitat.

Étude des céramiques2

Introduction

44L’ensemble du mobilier céramique protohistorique mis au jour sur cette opération représente un volume de 3139 fragments pour plus de 32 kg. Un total de 192 individus, calculé à partir du nombre de bords après recollages et sans pondération, a été inventorié (Tabl. 1).

Tabl. 1 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Tableau de décompte. Nombre de fragments (NF), poids (en g) et nombre minimal d’individus céramiques par structure et par forme.

Tabl. 1 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Tableau de décompte. Nombre de fragments (NF), poids (en g) et nombre minimal d’individus céramiques par structure et par forme.

45Le mobilier collecté provient essentiellement de la fosse 44001. Le reste de la céramique a été mis au jour dans les structures 13007 et 13021. Trois individus entiers (avec quelques lacunes) et trois fragments de bord ont été trouvés dans le comblement du fossé externe (16001) du double enclos en “ U ”.

Observations technologiques sur le mobilier

46Les tessons sont de deux tons différents : sombre (noir-gris ou brun) et clair (rouge-orange à jaune pâle). L’essentiel du mobilier est caractérisé par une pâte micacée procurant aux tessons lustrés des reflets “ métalliques ”. Plusieurs tessons de couleurs différentes recollent. Ce phénomène est dû à un effet de chauffe provoqué lors du rejet des tessons dans la structure domestique 44001 ou à leur présence prolongée et résiduelle dans le foyer où la céramique originelle se serait cassée.

47Le mobilier céramique sera divisé en deux catégories : la céramique fine et la céramique grossière.Cette distinction s’est faite en fonction de différents critères concernant l’épaisseur des parois (plus ou moins fines) et les traitements de surface (lissage, lustrage ou décor).

48La céramique fine (coupes, jattes, gobelets) est en général sombre. Sa pâte est dégraissée plus ou moins finement avec du sable et, ponctuellement, par des nodules dépassant très rarement un millimètre de diamètre. L’aspect extérieur est fini : les parois internes et externes sont lissées et régulièrement polies. Cannelures, incisions, excisions, ajout de peinture rouge font partie des techniques décoratives.

49La céramique grossière (certaines jattes et les pots) est généralement claire (rouge/orange) à l’extérieur et sombre à l’intérieur. Les grands vases peuvent avoir été polis ou soigneusement lissés. En revanche, le dégraissant, qui n’est pas calibré peut atteindre 3-4 millimètres. Les décors se composent de cannelures, d’incisions, de renforts par cordon sur la liaison col/panse, et d’impressions digitées sur la panse et sur la lèvre.

50Les corpus utilisés pour les comparaisons typologiques et l’attribution chronologique sont énumérés dans le tableau no 26.

Étude typologique du mobilier

51La récurrence de certaines formes au sein de l’ensemble mis au jour a permis d’élaborer une typologie (Fig. 14). Comme le vocabulaire est différent selon les auteurs, il convient de caractériser les différentes formes en les associant à la typologie adaptée à partir des travaux de R. Labeaune (Labeaune 2009) et P.-Y. Milcent (Milcent 2004) :

  1.  Les coupes correspondent à des formes ouvertes, mono-segmentées au profil rectiligne ou légèrement incurvé (Milcent 2004 : 22-23, fig. 2-3).

  2.  Les jattes sont caractérisées par une paroi beaucoup plus incurvée que les coupes. Le bord peut être dans le prolongement de la panse ou se détacher du profil par un amincissement de la paroi ou avec une carène externe. Il peut être évasé, droit, rentrant ou sinueux. Cette terminologie est en partie utilisée par R. Labeaune (Labeaune 2009 : 186, fig. 3).

  3.  Les gobelets montrent généralement une panse arrondie et une lèvre éversée.

  4.  Les pots sont de tailles très diverses. Les plus petits individus ont pu servir à la présentation et/ou à la cuisson et les plus gros au stockage. Les registres décoratifs varient en fonction de la taille. Les vases de taille modeste sont décorés par des incisions verticales et des cannelures. Les pots de grande taille et de facture plus grossière ont fréquemment la lèvre digitée et un renfort digité ou une ligne d’impressions à la liaison col/panse. Les vases ayant un bord droit ou légèrement évasé, voire rentrant dans certains cas et ceux dont le bord est évasé ont été dissociés. Ces catégories regroupent des individus à panse ovoïde ou globulaire.

Fig. 14 : Sours - Les Ouches. Typologie céramique du corpus étudié.

Fig. 14 : Sours - Les Ouches. Typologie céramique du corpus étudié.

Les petits ensembles

52Ils ont été collectés dans des structures éparses ou isolées et dans le fossé externe du double enclos.

Le mobilier de la structure 13007

53Huit vases (dont sept individus, Tabl. 1) ont été répertoriés (Fig. 15, n1-8).

Fig. 15 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques issues de structures isolées 13007 et 13021.

Fig. 15 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques issues de structures isolées 13007 et 13021.

54La céramique fine compte trois jattes (n1-3) et une faisselle en forme de coupe (n4). Ce dernier vase possède une lèvre biseautée unique dans le corpus (cf. infra). La première jatte possède un bord convexe rentrant. Un exemplaire similaire a été collecté sur le site du Mont-Joly (dans le Calvados) dans les niveaux datés du Hallstatt C (Van Den Bossche 2007 : 165, fig. 14, n5). Les deux autres jattes ont un bord légèrement rentrant, morphologie courante dans la fosse 44001 (cf. infra). Les jattes à bord convexe sont connues à Férolles dans le Loiret (Despriée et al. 1991 : 177, fig. 26, 3) et sont fréquentes durant le Hallstatt C en Indre-et-Loire, à Chinon (Cordier 1985 : 9, fig. 7, n18) et à Parçay-sur-Vienne (Baguenier et al. 2006 : 80, fig. 4, n26-30), mais aussi à Chartrettes en Seine-et-Marne (Degros et al. 1976 : 64, fig. 9, n3 et 5). Elles sont alors fréquemment décorées de cannelures au niveau de l’épaulement. Les jattes à profil sinueux montrent dans tous les cas une évolution par rapport aux corpus du Hallstatt B2-3 (Simonin et al. 2009 : 377).

55La céramique grossière est composée de trois pots. Les deux premiers ont un bord rentrant (n5-6) et une lèvre épaissie à biseau interne (n6). Le troisième (n7) possède un col évasé et une lèvre arrondie. Il est renforcé par un cordon digité à la liaison lèvre/panse et possède une perforation (Fig. 13). Des formes similaires sont connues durant le Hallstatt C sur les sites de Sinzelles-Caramontron à Polignac en Haute-Loire (Milcent 2004 : 664, pl. 80, n2), du Pâturalà Clermont-Ferrand dans le Puy-de-dôme (Milcent 2004 : 696, pl. 112, n1) et du Mont-Joly dans le Calvados (Van Den Bossche 2007 : 165, fig. 14, n12). Des vases quasiment identiques existent aussi à Choisy-au-Bac (Talon 1987) dans l’Oise durant la phase I du premier âge du Fer de la chronologie régionale de J.-C. Blanchet (Blanchet 1984 : 395, fig. 223, n6) et à Muides-sur-Loire dans le Loir-et-Cher (Irribarria, Moireau 1991 : 88, fig. 8, n4). La perforation réalisée sous l’épaulement de l’individu pourrait correspondre à un trou de réparation, technique utilisée sur les céramiques fendues.

56Pour cette structure, la présence d’un fond de facture très grossière est à signaler (Fig. 15, n8). Des incisions obliques très éparses ont été observées sur la partie externe du tesson.

57Même si cette structure a livré peu de formes, l’ensemble est assez cohérent pour considérer que les vases mis au jour datent du Hallstatt C.

Le mobilier de la structure 13021

58Le mobilier est constitué de deux vases (Fig. 15, n9-10).

59Il s’agit d’une coupe tronconique à bord légèrement redressé (n9) et d’une jatte à bord rentrant (n10). Il faut remarquer que la partie interne de la lèvre de ce dernier est en biseau oblique.Des profils similaires sont connus à Clermont-Ferrand au “ Lycée des jeunes filles ” dans le Puy-de-Dôme (Milcent 2004 : 688, pl. 104, n8) mais aussi à Chartrettes en Seine-et-Marne durant le Hallstatt C (Degros et al. 1976 : 35, fig. 8, n10).

Le mobilier du double enclos

60Cinq jattes et un pot constituent cet ensemble (Fig. 16, n1-6).

Fig. 16 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques issues du double enclos en “ U ”. 1-3 : vases 16102, 16103 et 16104, 4-6 : bords isolés.

Fig. 16 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques issues du double enclos en “ U ”. 1-3 : vases 16102, 16103 et 16104, 4-6 : bords isolés.

61Tout d’abord, trois individus entiers (Fig. 10) ont été collectés dans le comblement du fossé externe du double enclos. Il s’agit d’un pot (US 16102) à bord légèrement évasé et à panse ovoïde lissée à l’extérieur et polie à l’intérieur (Fig. 16, n1) et de deux jattes à bord rentrant (n2-3), polies sur les deux côtés (US 16103 et 16104). Ce type de pot se retrouve durant le Hallstatt B2-3 à Muides-sur-Loire dans le Loir-et-Cher (Irribarria, Moireau 1991 : 88, fig. 8, n1) et à Puiseaux dans le Loiret (Simonin 1983 : 125, fig. 4, n1). Il est aussi présent durant le Hallstatt C comme sur le site du Pâtural à Clermont-Ferrand (Milcent 2004 : 696, pl. 112, n1) ou à Saint-Georges-sur-Allier dans le Puy-de-Dôme (Milcent 2004 : 715, pl. 131, n5). Le pot retrouvé à Sours n’est pas du tout décoré alors que sur ces sites, les vases possèdent des décors de différents types (renforts, incisions, …). Il faut signaler par ailleurs l’utilisation comme urnes funéraires des jattes à bord rentrant à Acy-Romance dans les Ardennes (Lambot 1989b : 230-231).

62Ensuite, deux bords de jatte ont été prélevés aux abords des trois vases entiers. Le premier présente un bord rentrant (n5), le second montre un bord évasé à lèvre à biseau externe (n4). Un dernier tesson, de facture grossière, possède un relief sous la lèvre pouvant correspondre à un décor ou au départ d’une anse (n6). Ce dernier par sa facture, peut être associé à l’occupation néolithique du site (Dupont et al. 2008).

63Les jattes à bord rentrant apparaissent durant le Hallstatt B2-3 à Changis-sur-Marne en Seine-et-Marne et perdurent durant le Hallstatt C (Lafage et al. 2006 : 352, fig. 24 et 366, fig. 32) tout comme à Choisy-au-Bac dans l’Oise (Talon 1989 : 308, 309, pl. 2, n17 et 311, pl. 3, n8). Des exemplaires ont également été collectés à Chartrettes en Seine-et-Marne (Degros et al. 1976 : 62, fig. 8, n10) et datés du début du Hallstatt C (Milcent 2004 : 33).

64À cause de la faiblesse du corpus, la datation précise du mobilier issu de cet enclos s’avère délicate. Mais, il faut probablement attribuer cette structure au Hallstatt C.

Un grand ensemble : le mobilier de la fosse 44001

65La fosse 44001 montre différentes unités stratigraphiques (44011, 44012 et 44013) qui correspondent aux différents niveaux de décapage. Des collages entre ces différents niveaux ont conduit à une étude globale du mobilier céramique composé de 177 individus (Tabl. 1) répartis entre coupes, jattes, gobelets et pots.

Les coupes

66Les coupes représentent 21,8 % du NMI total des formes collectées dans la fosse (Fig. 17 et Tabl. 1). Les formes basses, hautes et celles possédant un marli (Fig. 18 à 20) ont été différenciées.

Fig. 17 : Sours - Les Ouches. Répartition globale des formes au sein du corpus protohistorique de la fosse 44001. NMI = 177.

Fig. 17 : Sours - Les Ouches. Répartition globale des formes au sein du corpus protohistorique de la fosse 44001. NMI = 177.
La faisselle

67Ce vase se rapproche typologiquement des coupes tronconiques basses du même lot (Fig. 18, n1). La présence de trous de perforations réalisés avant la cuisson sur la panse suggère une fonction de faisselle.

Les coupes tronconiques basses

68Sur six exemplaires identifiés (Fig. 18, n2-7), cinq sont décorés (n2-6). La première coupe (n2) possède un décor rayonnant sur sa face interne. Il est réalisé avec une série d’incisions. La céramique a été perforée, après cuisson, deux fois dans sa partie supérieure. Un troisième creusement peut correspondre à une perforation inachevée. Ces trois points sont équidistants de 3 cm environ et peuvent avoir servi à la suspension du vase et non à son utilisation au quotidien.

Fig. 18 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-7 : coupes tronconiques basses, 8-11 : coupes tronconiques hautes.

Fig. 18 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-7 : coupes tronconiques basses, 8-11 : coupes tronconiques hautes.

69Une autre coupe dont l’intérieur est poli (n6) possède un décor formé d’incisions rectilignes réalisées après cuisson par un outil dur et acéré comme du silex. Ces incisions sont plus ou moins rectilignes et rayonnent à partir du fond. À titre de comparaison, il faut citer les coupes incisées du site du Quéroy à Chazelles en Charente (Gomez de Soto et al. 2009 : 270, fig. 3), de Châteaudun en Eure-et-Loir (Robreau, Barbé 1989 : 44, fig. 4, n1) attribuées au Hallstatt B2-3 et de Férolles dans le Loiret (Simonin, Richard 2003 : 59, fig. n11, n6) datées du Hallstatt C.

70Deux coupes possèdent un bord épaissi qui forme un méplat à facettes ou arrondi. Le premier individu (n3) est poli à l’intérieur et présente une surface brute à l’extérieur. Il possède une bande circulaire peinte en rouge et limitée par deux séries d’impressions circulaires. Le second individu (n4), de facture proche, est également décoré par des impressions circulaires similaires au premier individu et mesurant 0,25 cm de diamètre environ. Elles sont situées sur une ligne horizontale au niveau du tiers supérieur de sa panse. Une coupe provenant de la nécropole des Grèves d’Hermé en Seine-et-Marne possède un décor d’impressions circulaires rappelant l’exemplaire collecté à Sours (Mordant 1984 : 197, fig. 1, n2). Des bandes de peinture appliquées sur des coupes sont connues à Changis en Seine-et-Marne (Brunet 2006 : 317, fig. 4, n29) mais cernées d’incisions.

71Un tesson (n5) possédant des impressions identiques et des dépressions circulaires de 2 à 3 cm (probablement obtenues par enlèvement de matière) peut appartenir à ce type de coupe. Ce modèle de dépressions est connu sur des coupes à rebord datées du Hallstatt C et collectées à Férolles dans le Loiret (Simonin, Richard 2003 : 58, fig. 10, n7) et au Camp Allaric à Aslonnes dans la Vienne (Gomez de Soto et al. 2009 : 273, fig. 5, n4), site daté du Hallstatt B2-3. Ce type de décor est aussi connu durant le Hallstatt C à Changis-sur-Marne en Seine-et-Marne (Lafage et al. 2006 : 365, fig. 36).

Les coupes tronconiques hautes

72Contrairement aux formes plus basses, Les coupes hautes sont très rarement décorées.

73Les lèvres de ces coupes se distinguent en deux grandes variantes différentes. Les coupes à lèvre biseautée, arrondie ou à facettes et les coupes à marli cannelé.

Les coupes tronconiques hautes à lèvre biseautée, arrondie et à facette horizontale

74Vingt-sept individus sont ici présentés (Fig. 18, n8-11, Fig. 19 et 20).

Fig. 19 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, coupes tronconiques hautes. Planche n1.

Fig. 19 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, coupes tronconiques hautes. Planche no 1.

Fig. 20 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, coupes tronconiques hautes. Planche n2.

Fig. 20 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, coupes tronconiques hautes. Planche no 2.

75Deux individus (Fig. 20, n1-2) possèdent une lèvre biseautée. Ce caractère se retrouve essentiellement dans les corpus du Hallstatt B (Gasc 2006 : 22 et Gasc, Milcent 2005 : 30, pl. 1) mais peut perdurer au Hallstatt C comme c’est le cas à Gironville en Seine-et-Marne (Simonin et al. 2009 : 379 et 385, fig. 12, n16).

76La majorité des coupes présentées dispose d’une lèvre à facette horizontale (Fig. 18, n8-9 et 11 et Fig. 19) ou arrondie (Fig. 19, n3-12). Les deux types se rencontrent jusqu’au Hallstatt D1 comme, par exemple, dans le Loiret à Fleury-les-Aubrais (Simonin, Thibault 1988 : 41, fig. 2, n1-7).

77Une petite coupe (Fig. 19, n3) est décorée par deux filets de deux incisions très peu marquées. Un décor semblable est connu à Saint-Jean-Ligoure en Haute-Vienne (Chevillot 1978 : 211, fig. 11, n5) mais sur une coupe à marli. Un autre modèle proche (avec des décors de cannelures) a été mis au jour à Vix, en Côte-d’Or, dans des contextes du Hallstatt B2-3 (Bardel 2009 : 122, pl. 12, n345).

78Dans cet ensemble, la présence de deux anses (Fig. 20, n13-14) pouvant appartenir à des tasses à paroi rectiligne est à signaler. Cette forme est connue sur les sites de la Pièce des Loges à La Grande-Paroisse en Seine-et-Marne durant le début du Hallstatt C (Milcent 2004 : 33, fig. 12, n3). L’une des anses outrepasse la lèvre de la tasse. Ce détail n’existe pas sur les individus datés du Hallstatt B2-3 et collectés à Déols dans l’Indre (Milcent 2004 : 24, fig. 4, n1), à Boulancourt en Seine-et-Marne (Milcent 2004 : 28, fig. 8, n7), à Muides-sur-Loire dans le Loir-et-Cher (Milcent 2004 : 655, pl. 71, n10) et à Saint-Pryvé-Saint-Mesmin dans le Loiret (Simonin et al. 2009 : 368, fig. 2, n7-8).

79La question d’une évolution de la forme des anses à la fin du Hallstatt B2-3 peut se poser.

Les coupes à marli

80Elles représentent 4,2 % du total des formes collectées (Fig. 17 et 21) dans la structure.

Fig. 21 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-5 : coupes tronconiques hautes à marli, 6-15 : jattes à bord évasé, 16-18 : jattes à panse carénée.

Fig. 21 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-5 : coupes tronconiques hautes à marli, 6-15 : jattes à bord évasé, 16-18 : jattes à panse carénée.

81Des cinq exemplaires présentés, quatre ont un rebord quasi horizontal marqué par trois cannelures (Fig. 21, n1 et 3-5) et une autre coupe de plus petit gabarit (Fig. 21, n2) possède une lèvre horizontale à deux cannelures internes. Les coupes à marli cannelé sont typiques du Hallstatt B2-3 et du Hallstatt C ancien. Cette forme se retrouve au confluent Seine-Yonne durant l’étape 2 équivalente au Hallstatt B2-3 (Bulard, Peake 2005 : 233, fig. 8, n12) et dans le Loir-et-Cher, sur le site de Muides-sur-Loire (Milcent 2004 : 656, pl. 72, n16). Il n’est pas rare de rencontrer des cannelures internes durant le tout début du Hallstatt C comme c’est le cas à Gironville en Seine-et-Marne (Simonin et al. 2009 : 379, fig. 12, n10) ainsi qu’en Bourgogne, en Franche-Comté et en Île-de-France (Bardel 2009 : 79). Par ailleurs, les coupes à méplat cannelé horizontal perdurent aussi dans le Centre-Ouest de la France au début du Hallstatt C (Gomez de Soto et al. 2009 : 275). Le petit exemplaire (Fig. 21, n2) peut être comparé à des modèles collectés respectivement à Saint-Apollinaire en Côte-d’Or (Labeaune 2009 : 189 et 197 : pl. 2, n17) et à Choisy-au-Bac dans l’Oise (Blanchet 1984 : 397, fig. 224, n9), dans les niveaux datés du Hallstatt C.

Les jattes

82Cette forme représente 27,1 % des individus issus de la structure (Fig. 17).

83Quatre types de bords ont été distingués dans cette catégorie. Certains individus ont un bord évasé (Fig. 21, n6-15), droit (Fig. 22, n1-14), rentrant (Fig. 22, n15-26) ou un profil caréné (Fig. 21, n16-18).

Fig. 22 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-14 : jattes à bord droit, 15-24 : jattes à bord rentrant.

Fig. 22 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-14 : jattes à bord droit, 15-24 : jattes à bord rentrant.
Les jattes à bord évasé

84Elles possèdent une lèvre arrondie (Fig. 21, n6 et n8-14) ou biseautée (Fig. 21, n7). Le bord peut se distinguer de la panse par un amincissement externe de la paroi (Fig. 21, n6 et 12). Ce type de récipient est connu au Camp Allaric dans la Vienne dans les niveaux du Hallstatt B2-3 (Pautreau, Maitay 2007 : 364, fig. 6, n7-8) et à Changis-sur-Marne en Seine-et-Marne dans les niveaux de transition Bronze/Fer (Lafage et al. 2006 : 363, fig. 34). Une jatte présentant un bord légèrement convexe et une lèvre équarrie a été collectée (Fig. 21, n18). Ce type de profil est présent à Saint-Pryvé-Saint-Mesmin dans le Loiret (Simonin et al. 2009 : 368, fig. 2, n14) durant le Hallstatt B2-3.

85La petite jatte décorée par deux filets de deux incisions (Fig. 21, n15) peut être comparée à des exemplaires mis au jour sur plusieurs sites : Pérignat-les-Sarlièves dans le Puy-de-Dôme (Liabeuf, Surmely 1997 : 117, fig. 6, n5) daté du Hallstatt C (Milcent 2004 : 578), Saint-Denis-d’Oléron en Charente-Maritime (Joussaume et al. 1969 : 462, fig. 4, n71) daté du Hallstatt C ancien (Gomez de Soto et al. 2009 : 280) et Saint-Jean-Ligoure en Haute-Vienne (Chevillot 1978 : 211, fig. 10, n4). Elle est aussi proche d’un tesson daté du Hallstatt C et provenant du site du Pâtureau des Chaumes à Bruère-Allichamps dans le Cher (Milcent 2004 : 617, pl. 33, n11).

Les jattes à panse carénée

86Sur les trois exemplaires reconnus (Fig. 21, n16-18), la présence de deux lèvres arrondies débordantes (n16-17) est à mentionner. Une forme similaire a été rencontrée dans un contexte du Hallstatt B2-3 en Ardèche sur le site de La grotte des Cloches à Saint-Martin-d’Ardèche (Vital 1986 : 532, fig. 19, n4).

Les jattes à bord droit

87Quatorze individus sont répertoriés (Fig. 22, n1-14). Le bord peut être aminci (n2, 4 et n7-10) ou simplement matérialisé par une carène externe (n9 et 11). Les jattes à bord droit sont connues durant le Hallstatt B2-3 à Boulancourt en Seine-et-Marne (Simonin et al. 2009 : 372, fig. 4, n15), à la transition Bronze/Fer (Lafage et al. 2006 : 363, fig. 34) et au Hallstatt C à Changis-sur-Marne en Seine-et-Marne (Lafage et al. 2006 : 366, fig. 37). Une des jattes (Fig. 21, n11) peut être comparée à un exemplaire daté du Hallstatt C (Milcent 2004 : 32), collecté à Polignac en Haute-Loire (Milcent 2004 : 662, pl. 78, n8).

88Il faut noter la présence d’une jatte peinte en rouge (n2). Elle possède un bord vertical aminci dans sa partie inférieure. Sa liaison avec la panse est marquée par une carène externe anguleuse et par une incision horizontale très soignée. La céramique a un aspect poli tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. La peinture rouge est appliquée de manière continue sur la partie interne de la céramique. À l’extérieur, elle est appliquée dans la partie supérieure par bandes horizontales de largeur inférieure à 1 cm. Ces bandes sont séparées par une incision horizontale. Sous le bord, une série d’incisions obliques qui représentent probablement, selon notre hypothèse de restitution, des chevrons ont été observés. Ce type de décor est connu à Préfontaines dans le Loiret au Hallstatt C sous forme d’incisions (Simonin et al. 2009 : 381, fig. 9, n1) et plus fréquemment réalisé avec du graphite sur des gobelets à Gironville (Simonin et al. 2009 : 385, fig. 12, n17) et sur des jattes à Clermont-Ferrand (Milcent 2004 : 696, pl. 112, n16).

89Cette forme est attestée dans le Puy-de-Dôme au Hallstatt B2-3 à Dallet (Milcent 2004 : 698, pl. 114, n19) et à Busséol (Tixier, Vital 1985 : 31, fig. 9, n34). Le décor peint peut être comparé à des exemplaires collectés au Camp Allaric dans la Vienne (Maitay 2004 : fig. 3, n2 et 3), à La Grande-Paroisse en Seine-et-Marne (Bulard, Peake 2005 : 234, fig. 9, n4) et à Changis-sur-Marne (Lafage et al. 2006 : 368, fig. 39) durant le Hallstatt C mais peints en noir.

Les jattes à bord rentrant

90Douze jattes de ce type sont inventoriées (Fig. 22, n15-24). Un individu possède un profil continu et est décoré par une série de trois incisions (n22), au tracé plus ou moins régulier, situées sur le tiers supérieur de la panse. Des individus décorés par des filets incisés associés à des cannelures sont connus durant le début du Hallstatt C sur le site de Gironville en Seine-et-Marne (Simonin et al. 2009 : 385, fig. 12, n1-2 et 7) et sur le site du Parterre à Férolles dans le Loiret (Simonin, Richard 2003 : 59, fig. 11, n7). Les filets incisés sont connus de la fin du Hallstatt B2-3 au début du Hallstatt D au confluent Seine-Yonne (Bulard, Peake 2005 : 229, fig. 4). Il en existe aussi dans le Loiret à Saint-Pryvé-Saint-Mesmin durant le Hallstatt B2-3 (Simonin et al. 2009 : 367) et au début du Hallsatt C à Puiseaux (Simonin 1983 : 120, fig. 1, n4, 10 et 16, Simonin et al. 2009 : 373). Ils ont aussi été identifiés durant le Hallstatt C sur le site de La Grande-Paroisse en Seine-et-Marne (Milcent 2004 : 33, fig. 12, n1-2) et au Mont-Joly dans le Calvados (Van den Bossche 2007 : 164, fig. 13, n13). Si ce type de décor est un peu plus ancien, son application sur des jattes à bord rentrant semble, néanmoins caractéristique du Hallstatt C (Milcent 2004 : 35).

91Les individus non décorés ont un bord beaucoup plus incurvé (n17 et 21). Les jattes à profil très galbé se retrouvent, en Seine-et-Marne, durant le Hallstatt B2-3 comme à Boulancourt (Milcent 2004 : 28, fig. 8, n9), à Changis-sur-Marne (Lafage et al. 2006 : 343, fig. 15) mais également jusqu’à la fin du Hallstatt C comme à Chartrettes (Degros et al. 1976 : 64, fig. 9, n9) et à Changis-sur-Marne (Lafage et al. 2006 : 366, fig. 37) où un des exemplaires présenté est orné de trois incisions horizontales.

92Les autres exemplaires ont un bord qui se détache du profil par un amincissement du bord et/ou une carène externe (Fig. 22, n15-18 et 20). Cette morphologie existe durant le Hallstatt C en Champagne (Desbrosse et al. 2009 : 417, fig. 9, n126.1 et 520.3), dans le Loiret à Préfontaines (Simonin et al. 2009 : 378, fig. 7, n1) et au confluent Seine-Yonne (Bulard, Peake 2005 : 234, fig. 9, n3-4).

93La jatte à grand bord (n24) connaît des comparaisons au Hallstatt B2-3 sur le site de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin dans le Loiret (Simonin et al. 2009 : 368, fig. 2, n12-13) et en Auvergne au Hallstatt C (site du “ Lycée de jeunes filles ” à Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme, Milcent 2004 : 688, pl. 104, n8).

Les gobelets

94Ils représentent 4,2 % du total des individus collectés sur le site (Fig. 23, n1-11).

Fig. 23 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-11 : gobelets, 12-14 : pots à bord droit ou légèrement éversé.

Fig. 23 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-11 : gobelets, 12-14 : pots à bord droit ou légèrement éversé.

95Neuf exemplaires de petites tailles ont été observés. Ils ont un diamètre qui oscille entre 9 et 14 cm (n1-10) et sont tous à surface polie. Ils présentent un bord évasé et un profil plutôt trapu avec un épaulement plus ou moins marqué (Fig. 23, n1-5). Le diamètre maximal de la panse est systématiquement inférieur au diamètre à l’ouverture. L’épaulement peut être souligné par deux ou trois cannelures externes (n2-5). Le carénage interne de la liaison col/panse est très marqué. Deux petits gobelets (Fig. 23, n9-10) se distinguent des autres par leur aspect nettement surbaissé et leur panse biconique. Leur épaulement est marqué par deux cannelures.

96Les exemplaires connus à Boulancourt en Seine-et-Marne (Simonin et al. 2009 : 372, fig. 4, n1 à 6) et à Muides-sur-Loire dans le Loir-et-Cher (Milcent 2004 : 26, fig. 6, n14) sont datés du Hallstatt B2-3. Cependant, ils ont un aspect moins surbaissé et le diamètre à l’ouverture ne dépasse pas celui de la panse.

97Certains gobelets (Fig. 23, n1-5) ressemblent beaucoup à ceux mis au jour à Marolles-sur-Seine en Seine-et-Marne (Bulard, Peake 2005 : 235, fig. 10, n24). Ce site est associé à l’étape 3, définie pour les sites de la confluence Seine-Yonne, équivalente de la phase précoce du Hallstatt C (Peake 2005 : 199). Les exemplaires de notre ensemble se rapprochent aussi des formes connues à Puiseaux dans le Loiret (Simonin 1983 : 123, fig. 3, n11), à Gironville en Seine-et-Marne (Simonin et al. 2009 : 385, fig. 12, n3, 6 et 17) durant le début du Hallstatt C et à Saint-Germain-du-Puy dans le Cher (Milcent 2004 : 634, pl. 50, n7). L’individu de grand diamètre (n5) possède une large cannelure et se rapproche d’un modèle trouvé à Vix en Côte-d’Or daté du Hallstatt B2-3 (Bardel 2009 : pl. 24 : n389).

98Le début du premier âge du Fer est marqué par la disparition des gobelets dits en “ bulbe d’oignon ” qui sont remplacés par les gobelets surbaissés dont le diamètre à l’ouverture est supérieur au diamètre maximal de la panse (Simonin, Richard 2003 : 56, Milcent 2004 : 26).

99Les gobelets de Sours semblent constituer une forme intermédiaire entre les individus du Hallstatt B2-3 et ceux de la fin du Hallstatt C existant sur le site 1 de Chinon en Indre-et-Loire (Cordier 1985 : 9, fig. 7 n1, 2, 3 et 10) et à Préfontaines dans le Loiret (Simonin et al. 2009 : 381, fig. 9, n11 et 12). Les études réalisées sur les gobelets au confluent Seine-Yonne montrent que les individus étudiés ici correspondent bien à la forme intermédiaire de cette évolution (Bulard, Peake 2005 : 228, fig. 3).

100Un gobelet de plus grand module a été observé (n11). Il est lustré sur ses deux faces.

101Un petit gobelet à col droit et légèrement rentrant, montre un profil qui s’apparente à une tulipe (n7). Un exemplaire cannelé est connu au Hallstatt D sur le site de Fleury-les-Aubrais dans le Loiret (Simonin, Thibault 1988 : 43, fig. 4, n38).

102Un fond ombiliqué appartenant très probablement à un gobelet a aussi été collecté (n8).

Les pots

103Ils représentent 40,6 % des formes collectées (Fig. 23 à 29) dans la structure.

104Ils ont un diamètre à l’ouverture qui varie entre 4,5 et 57 cm. Cette différence implique une utilisation diverse de ces individus. La typologie exacte de cette catégorie n’a pas été aisée à réaliser. La plupart des individus étudiés étaient brisés sous le col rendant la détermination de la forme précise de la panse difficile, voire impossible. La forte fragmentation des éléments de panse a rarement permis d’entreprendre des recollages avec les bords inventoriés. Un corpus important, tant en NMI qu’en diversité de formes et de taille, a permis néanmoins d’obtenir des résultats intéressants.

Les pots à bord droit ou très légèrement éversé

105Trois exemplaires sont signalés (Fig. 23, n12-14). Un pot à bord droit est décoré par des impressions circulaires situées sur la partie interne de la liaison col/panse (n12). Un très petit exemplaire grossièrement modelé dans la masse est pourvu d’une ligne de perforation à mi-panse (n14). Deux individus (n13 et 14) sur lesquels la liaison col/panse est renforcée par un cordon digité peuvent correspondre à des vases en tonnelet (Milcent 2004 : 23, fig. 3). Des exemplaires similaires sont connus dans l’Oise, à Saint-Sauveur durant le Hallstatt B2-3 (Blanchet 1984 : 343, fig. 192, n10-11) et au début du premier âge du Fer à Choisy-au-Bac (Blanchet 1984 : 401, fig. 227, n7), sur le site du Pâtural à Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme (Milcent 2004 : 688, pl. 104, n12) mais aussi à Chartrettes en Seine-et-Marne (Boiché et al. 1980 : 38, fig. 10, n1).

Les pots à bord légèrement évasé à liaison col/panse non marquée

106Dix-neuf individus sont répertoriés. Ils constituent la forme de pot la plus fréquente (Fig. 24 et 25). Ils peuvent être décorés sur la lèvre par des petites impressions réalisées à la baguette (Fig 24, n4) ou au doigt (Fig. 24, n6, 8 et 11). La liaison col/panse est marquée par un renfort digité (Fig. 24, n4) ou par des impressions à la baguette (Fig. 24, n5 et 11). Des pots à bord peu évasé se retrouvent sur le site de Sinzelles-Caramontron à Polignac en Haute-Loire (Milcent 2004 : 666, pl. 82, n1-5) et à Préfontaines dans le Loiret (Simonin et al. 2009 : 381, fig. 9, n13). Une ligne de poinçons circulaires (Fig. 24, n3) peut être comparée à un exemplaire de Préfontaines dans le Loiret (Simonin et al. 2009 : 382, fig. 10, n10), à ceux de Férolles, Le Parterre (Milcent 2004 : 674, pl. 90, no 19-20) et de Sagy dans le Val d’Oise durant la phase II de J.-C. Blanchet correspondant au Hallstatt C (Amalou et al. 1987 : 234 et 226, fig. 3, n4).

Fig. 24 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pots à bord légèrement évasé et à liaison col/panse non marquée.

Fig. 24 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pots à bord légèrement évasé et à liaison col/panse non marquée.

Fig. 25 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-7 : pots à bord légèrement évasé et à liaison col/panse non marquée, 8-16 : pots à bord peu évasé et à liaison col/panse anguleuse.

Fig. 25 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-7 : pots à bord légèrement évasé et à liaison col/panse non marquée, 8-16 : pots à bord peu évasé et à liaison col/panse anguleuse.

107Deux individus possèdent un rebord horizontal et un décor d’incisions obliques ou verticales au niveau supérieur de la panse (Fig. 24, n7 et 9). Les plus petits individus ne sont pas décorés à l’exception d’un petit pot à panse ovoïde poinçonné à la liaison col/panse et décoré sur la lèvre par des digitations (Fig. 25, n5).

108Le petit pot à profil tronconique (Fig. 25, n4) peut être comparé à un exemplaire collecté dans les niveaux du Hallstatt B2-3 du Camp Allaric (Pautreau, Maitay 2007 : 364, fig. 6, n11).

109Le pot à col cylindrique (Fig. 24, n5) est proche des exemplaires rencontrés sur le site de Choisy-au-Bac (Oise) durant les phases I et II de Choisy-au-Bac soit la fin du Hallstatt B2-3 et le début du Hallstatt C (Blanchet 1984 : 395, fig. 223, n14 et 397, fig. 224, n10). Le pot à lèvre incisée (Fig. 24, n10) peut être comparé à un exemplaire trouvé sur le site 1 de Chinon en Indre-et-Loire (Cordier 1985 : 6, fig. 9, no 19).

Les pots à bord peu évasé et à liaison col/panse anguleuse

110Ces neuf pots ont une panse ovoïde (Fig. 25, n8-13)ou globuleuse (Fig. 24, n14-16).

111Les formes ovoïdes sont décorées à la liaison col/panse par des impressions digitées (Fig. 25, n8), des poinçons (Fig. 25, n12) et des renforts digités (Fig. 25, n13). Des exemples sont connus à Muides-sur-Loire dans le Loir-et-Cher (Irribarria, Moireau 1991 : 88, fig. 8, n4-5), en Picardie (Blanchet 1984 : 341, fig. 191, no 19) en Seine-et-Marne à Changis-sur-Marne (Lafage et al. 2006 : 347, fig. 19) et à Marolles-sur-Seine durant l’étape 2 (Peake 2005 : 200, fig. 6, n14-15). Ce type de pot est aussi connu durant le Hallstatt C à Changis-sur-Marne (Lafage et al. 2006 : 369, fig. 40). Un des individus est décoré sous le col par quatre cannelures et par deux incisions situées à mi-panse (Fig. 25, n10). Les associations de cannelures et d’incisions sur des pots sont connus au Hallstatt B2-3 dans l’Orléanais (Buchez 1991 : 77, pl. 1, n5) et à Boulancourt en Seine-et-Marne (Simonin et al. 2009 : 372, fig. 4, n16) mais aussi en Savoie (Billaud et al. 1992 : 294, fig. 12, n1 et 295, fig. 13, n8).

112Les profils globuleux sont ornés de cannelures sur l’épaule et sont finement lissés. Ils sont comparables à un exemplaire de Boulancourt en Seine-et-Marne (Milcent 2004 : 28, fig. 8, n23). Les cannelures héritées du Hallstatt B2-3, se retrouvent régulièrement sur des vases au Hallstatt B2-3 et au début du Hallstatt C dans le Centre-Ouest de la France (Gomez de Soto et al. 2009 : 275).

Les pots à bord éversé et à liaison col/panse non marquée

113Vingt et un exemplaires sont comptabilisés (Fig. 26, 27, 28). Les individus non décorés ont de manière générale un bord convexe (Fig. 26, n4-7) ou concave (Fig. 26, n8). La lèvre est souvent arrondie. La liaison col/panse n’est pas marquée. Les pots qui ont un bord rectiligne sont décorés au niveau de la lèvre par des impressions digitées (Fig. 27, n1-2, 4, 9-10) et, à la liaison col/panse, par un renfort digité (Fig. 27, n4-5 et 10 et Fig. 28, n1), des impressions à la baguette (Fig. 27, n1) ou au doigt (Fig. 27, n2).

Fig. 26 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pots à bord éversé et à liaison col/panse non marquée. Planche n1.

Fig. 26 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pots à bord éversé et à liaison col/panse non marquée. Planche no 1.

Fig. 27 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pots à bord éversé et à liaison col/panse non marquée. Planche n2.

Fig. 27 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pots à bord éversé et à liaison col/panse non marquée. Planche no 2.

Fig. 28 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pot à bord éversé et à liaison col/panse non marquée. Planche n3.

Fig. 28 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pot à bord éversé et à liaison col/panse non marquée. Planche no 3.
Les pots à bord éversé et à liaison col/panse anguleuse

114Cinq individus seulement sont répertoriés (Fig. 29). Les pots à liaison col/panse marquée sont décorés par des renforts digités (Fig. 29, n2-3 et 5). Il faut signaler deux individus à cols concaves polis (Fig. 29, n2-3). Ils peuvent être comparés au mobilier collecté en Loir-et-Cher, à Muides-sur-Loire (Irribarria, Moireau 1991 : 91, fig. 10, n9) et en Seine-et-Marne à Marolles-sur-Seine (Bulard, Peake 2005 : 236, fig. 11, n15).

Fig. 29 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pots à bord éversé et à liaison col/panse anguleuse.

Fig. 29 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pots à bord éversé et à liaison col/panse anguleuse.

115Par ailleurs, il apparaît qu’une bonne partie des pots dans le corpus mis au jour à Sours possède un renfort digité. Cette technique est héritée de l’âge du Bronze et perdure au début du premier âge du Fer. Les registres décoratifs des pots entretiennent des points communs avec le mobilier collecté à Chartrettes en Seine-et-Marne (Degros et al. 1976 : 72, fig. 13 et 14, n4), comme cette variété d’impressions digitées à la liaison col/panse (Degros et al. 1976 : 76, fig. 15, no 18-19 et 24-28).

116Les impressions digitées sur la lèvre et la panse deviennent plus fréquentes dans le Centre (Milcent 2004 : 32) et le Centre-Ouest (Gomez de Soto et al. 2009 : 275) de la France au début du Hallstatt C. Elles sont également très fréquentes sur le site du Mont-Joly dans le Calvados au cours du Hallstatt C (Van Den Bossche 2007 : 168). D’une façon générale, il faut retenir que le corpus de la fosse possède une grande diversité de formes de pots. Ces différentes formes sont aussi bien connues en Auvergne, dans l’est du Bassin parisien et dans le Nord de la France.

Les registres décoratifs

117Une grande variété de renfort et de décor a été inventoriée sur le site (Fig. 30, 31 et 32).

Fig. 30 : Sours - Les Ouches. Corpus protohistorique. Typologie des décors et des renforts.

Fig. 30 : Sours - Les Ouches. Corpus protohistorique. Typologie des décors et des renforts.

Fig. 31 : Sours - Les Ouches. Photographies de tessons issus de la fosse 44001 (US 44003 et 44004). En haut, de gauche à droite, tesson n44003.166 avec renfort sur le bord et décor au poinçon (Fig. 27, n1) et tesson poinçonné no 44004.71 avec peinture rouge (Fig. 18, n3). En bas, recollage de tesson provenant de l’US 44004 (Fig. 29, n5).

Fig. 31 : Sours - Les Ouches. Photographies de tessons issus de la fosse 44001 (US 44003 et 44004). En haut, de gauche à droite, tesson no 44003.166 avec renfort sur le bord et décor au poinçon (Fig. 27, no 1) et tesson poinçonné no 44004.71 avec peinture rouge (Fig. 18, no 3). En bas, recollage de tesson provenant de l’US 44004 (Fig. 29, no 5).

Fig. 32 : Sours - Les Ouches. Photographies de tessons issus de la fosse 44001. De gauche à droite : tesson n2005 avec incisions, tesson n2001 avec " points-décor " (Fig. 24, n3) et tesson de gobelet n1046 (Fig. 23, n3).

Fig. 32 : Sours - Les Ouches. Photographies de tessons issus de la fosse 44001. De gauche à droite : tesson no 2005 avec incisions, tesson no 2001 avec " points-décor " (Fig. 24, no 3) et tesson de gobelet no 1046 (Fig. 23, no 3).

118Les renforts sont modelés par des impressions réalisées avec le bout du doigt (Fig. 23, n13-14, fig. 24, n4, fig. 27, n4 et 10 et fig. 28, n1), pincés en quinconce pour former une ligne sinusoïdale en relief (Fig. 25, n13, Fig. 27, n5) et plus rarement incisés (Fig. 32, tesson n2005). Ce dernier se retrouve à Chartrettes en Seine-et-Marne (Degros et al. 1976 : 78, fig. 16, n1) ou à Sagy dans le Val-d’Oise (Amalou et al. 1987 : 229, fig 5, n6). Les lèvres peuvent aussi être pincées pour obtenir une ligne sinusoïdale (Fig. 26, n9 et Fig. 27, n9 et 10), impressionnées sur le côté (Fig. 24, n8 et Fig. 27, n5) ou sur le bord (Fig. 27, n1 et 2), voire poinçonnées à l’aide d’un bâton (Fig. 24, n4). Des pots à lèvre décorée sont connus sur le site 1 de Chinon en Indre-et-Loire (Cordier 1985 : 6, fig. 4, n1 et fig. 5, n1-2 et 5) et dans les corpus de Picardie (Blanchet 1984 : 403, fig. 229, n2-4) et du Calvados (Van Den Bossche 2007 : 157, fig. 8, n1 et 3 et 157, fig. 14, n11).

119Les panses peuvent être décorées à l’aide du bout du doigt (Fig. 25, n8 et Fig. 27, n2) ou par une baguette taillée afin d’obtenir des motifs, rectangulaires, circulaires/ovales (Fig. 24, n3, 5 et 11 ; et Fig. 27, n1) ou linéaires (petites incisions verticales : Fig. 24, n7 et 9, et Fig. 25, n12). Les impressions digitées, réalisées à la liaison col/panse, sont fréquentes sur le site du Mont-Joly dans le Calvados durant le Hallstatt C (Van Den Bossche 2007 : 165, fig. 14, n8-12 et 14-16) ainsi que sur le site de Choisy-au-Bac dans l’Oise (Blanchet 1984 : 395, fig. 223, n13-15 et fig. 225, n11-12) durant les périodes I et IIb du premier âge du Fer (selon la terminologie du site). Il en existe aussi à Puiseaux dans le Loiret (Simonin 1983 : 123, fig. 3, n14 et 125, fig. 4, n1). Des registres similaires sont aussi connus à Vix, en Côte-d’Or, où des incisions en formes de virgules ont été observées au Hallstatt B2-3 (Bardel 2009 : 81-82). Les cannelures peuvent être réalisées à l’aide d’un bâton ou de plusieurs bâtons accolés. Les incisions semblent réalisées indépendamment les unes des autres car elles ne sont pas parallèles sur les individus possédant un filet d’incisions.

Commentaires sur la datation de ces ensembles

120Dans le cadre de cette étude, c’est un total de 3139 fragments représentants 192 individus qui ont été pris en compte. Volumineux (32,2 kg), cet ensemble est aussi très intéressant pour sa grande diversité des formes.

121Les caractères morphologiques du mobilier étudié se retrouvent dans les corpus du Hallstatt B2-3, mais perdurent durant le début du Hallstatt C.

122Les lèvres biseautées en sont un bon exemple parmi d’autres : les coupes à rebord cannelé (Fig. 21) ne dépareillent pas dans les répertoires régionaux du Hallstatt B2-3, mais cette morphologie perdure jusqu’au début du Hallstatt C dans le Centre-Ouest (Gomez de Soto et al. 2009 : 267) et dans l’Orléanais (Simonin et al. 2009 : 379) ; les gobelets du site constituent une évolution par rapport aux individus du Hallstatt B2-3 et semblent plutôt s’insérer dans les corpus du Hallstatt C ancien. Dans le Centre-Est de la France, les évolutions se retrouvent, tout comme à Sours, dans l’arrondissement des lèvres des coupes tronconiques. Ce type de lèvre, bien qu’apparaissant au Hallstatt B2-3 devient fréquent au Hallstatt C (Thériot et al. 2009 : 307). Par contre, les jattes à bord rentrant (Fig. 22, 15-18) correspondent à une forme novatrice par rapport aux corpus du Hallstatt B2-3. Par ailleurs, la majorité des pots ont une panse ovoïde, ce qui tend à confirmer la disparition progressive des vases à panse globuleuse durant le Hallstatt C (Milcent 2004 : 37).

123Certaines évolutions légères du mobilier de Sours par rapport aux corpus du Hallstatt B2-3 (lèvres arrondies, gobelets, jattes à bord aminci et rentrant) permettent donc d’envisager une datation du site au Hallstatt C ancien. Il vient confirmer une lente évolution du mobilier céramique entre ces deux périodes. Cette évolution est clairement mise en avant dans les synthèses récentes réalisées dans le Gâtinais (Simonin et al. 2009 : 394), le Centre (Milcent 2004) et le Centre-Ouest de la France (Gomez et al. 2009). Elles confirment d’ailleurs certains travaux dans le Bassin parisien (Brun 1986 : 75) et en Côte-d’Or (Labeaune, Wiethold 2005 : 82).

Affinités culturelles

124Le mobilier céramique des Ouches présente de nombreuses affinités (Tabl. 26) avec les corpus du Gâtinais et de la confluence Seine-Yonne tant au niveau des formes que des décors (gobelets, jattes à carène externe et à filets incisés). Le faciès céramique de Sours rattache le site à un large territoire correspondant au sud du Bassin parisien (Milcent 2004 : 39). Le manque de documentation, sur un faciès propre à la Beauce et sur le premier âge du Fer en Eure-et-Loir en particulier, empêche de définir clairement les limites de cette zone géographique. Par contre, la documentation beaucoup plus fournie du Gâtinais et de la confluence Seine-Yonne permet de distinguer localement des particularités stylistiques (Simonin et al. 2009 : 395).

125De plus, quelques affinités avec les corpus picards et champenois ont été identifiées. Les points communs avec des régions éloignées comme les Alpes ou l’Auvergne se matérialisent essentiellement par la présence du four à galets chauffés qui ne semble pas se retrouver au nord du Massif central (Milcent 2009 : 471, fig. 20), et par la présence de pots associant cannelures et incisions. Des affinités avec les corpus alpins ont aussi été remarquées dans le Loiret et le sud de la Seine-et-Marne (Simonin et al. 2009 : 395). Par contre, le mobilier céramique des côtes de la Manche (Marcigny, Talon 2009 ; Giraud et al. 2009 : 497, fig. 6) présente peu de points communs avec celui de Sours, à l’exception du site du Mont-Joly qui connaît aussi des affinités avec les sites du confluent Seine-Yonne au Hallstatt B2-3 (Van den Bossche 2007 : 167).

126Ces corpus se distinguent de ceux du sud du Bassin parisien par l’absence de gobelets considérés, dans notre cas, comme des fossiles directeurs (Marcigny, Talon 2009 : 388). D’autres d’affinités stylistiques avec des régions pourtant plus distantes ont été observées comme le Centre-Ouest de la France (jattes peintes en rouge, coupes à incisions rayonnantes ou à grosses impressions circulaires).

127Le mobilier s’inscrit donc dans une culture nord-alpine locale avec de fortes influences atlantiques. Ces différentes influences s’expliquent par la situation du site, situé à la charnière entre ces deux cultures (Brun et al. 2009 : 482, fig. 3). La publication de la table ronde de Rouen tenue en 2005 pourrait permettre de clarifier les affinités qui existent entre les sites du nord-ouest du Bassin parisien et le site des Ouches.

128En revanche, il n’existe pas de structure semblable à l’enclos de Sours dans le sud du Bassin parisien. Les points de comparaison les plus pertinents se situent dans le Nord-Est de la France (Champagne-Ardennes) et le Centre-Ouest. Ces régions se trouvent au contact des domaines culturels nord-alpin et atlantique (Brun et al. 2009 : 482, fig. 3). Le dépôt rituel des vases de Sours peut être comparé aux pratiques qui ont lieu à Acy-Romance (Lambot 1989b : 266) et plus généralement dans le nord-ouest de l’Europe. Ces pratiques, qui varient d’une région à l’autre (Lambot 1989b : 268) seraient à associer aux cultures atlantiques. La fouille des enclos de la nécropole de Saumeray, situés à 20 km au sud de Chartres et antérieurs à celui se Sours, avait révélé des pratiques funéraires atlantiques (Briard et al. 2001 : 263).

129La fouille de nouveaux sites funéraires de la fin de l’âge du Bronze ou du début du premier âge du Fer en Eure-et-Loir permettra de cerner les pratiques funéraires et cultuelles de cette période encore méconnue dans le secteur.

Étude des restes osseux animaux3

  • 3 Étude : Julie Rivière.

130Les restes osseux animaux relatifs à l’occupation protohistorique du site des Ouches proviennent majoritairement de la structure 44001 (96,4 %). Les autres vestiges, peu nombreux (3,6 %) sont issus du fossé d’enclos (16001, dont certains étaient contenus dans une céramique) et de deux petites fosses (13008 et 13022, Tabl. 2). Ces derniers présentent de faibles valeurs informatives, en raison de leur quantité négligeable et de leur mauvais état de conservation (Tabl. 3).

Tabl. 2 : Sours - Les Ouches. Répartition du nombre de restes osseux par structure pour l’occupation du Hallstatt C (NR et %NR).

Tabl. 2 : Sours - Les Ouches. Répartition du nombre de restes osseux par structure pour l’occupation du Hallstatt C (NR et %NR).

Tabl. 3 : Sours - Les Ouches. Nature des restes osseux provenant du fossé d’enclos et des petites fosses datées du Hallstatt C (NR).

Tabl. 3 : Sours - Les Ouches. Nature des restes osseux provenant du fossé d’enclos et des petites fosses datées du Hallstatt C (NR).

131La majeure partie de l’information archéozoologique du site est ainsi livrée par la forte densité de matériel provenant de la structure 44001. Cette accumulation comptabilise plus de 1000 fragments (1011) dont 45 % ont été déterminés au rang de l’espèce, lesquels représentent plus de 89 % du poids total. Ce décalage important étant essentiellement dû à la forte proportion de restes dentaires. En l’état actuel des connaissances, cet assemblage constitue un corpus de données non négligeable (Bãlãşescu et al. 2008, Baudry 2009). Il s’insère malheureusement dans un contexte archéologique local partiellement appréhendé, pour une période chronologique qui souffre d’une forte indigence documentaire (Auxiette, Méniel 2005).

132Pour le Nord-Est de la France, les travaux précurseurs de P. Méniel (1984) et la synthèse micro-régionale de G. Auxiette (1997) ont montré au-delà de quelques tendances, une grande variabilité des assemblages. Cette variabilité, qui fait certainement écho à une structuration spatiale complexe des communautés est elle-même dépendante de l’organisation socio-économique de chaque territoire (Bãlãşescu et al. 2008). Pour le Nord-Ouest de la France, la petite synthèse archéozoologique réalisée par A. Baudry (2009) offre des points de comparaison tout à fait intéressants avec les données acquises sur le site de Sours, Les Ouches. Il reste tout de même regrettable que les vestiges de l’occupation des Ouches proviennent d’une unique structure. Cela limite fortement la portée des résultats en termes de production ou de consommation mais aussi pour parvenir à comparer nos données avec les quelques sites contemporains. Toutefois, certaines particularités de l’assemblage peuvent être mises en exergue, en l’attente d’un renouvellement de données plus locales.

Méthodologie d’étude des restes osseux animaux

133La détermination des restes osseux animaux s’est appuyée sur la collection de comparaison du service municipal d’archéologie de la ville de Chartres et sur des ouvrages généraux d’ostéologie (Barone 1999, Schmid 1972). Le mouton (Ovis aries) et la chèvre (Capra hircus) ont été différenciés à partir des prémolaires (Helmer 2000).

134Différents modes de quantification et méthodes d’estimation ont été utilisés :

  1.  Le calcul du Nombre de Restes (NR) et du Poids de Restes (PdR) ainsi que l’estimation du Nombre Minimal de Parties Squelettiques (NMPS) permettent de présenter les proportions relatives des différentes espèces et parties anatomiques.

  2.  Le Nombre Minimal d’Individus est estimé sur la base des restes dentaires (NMId) et des restes osseux, dont la combinaison des résultats peut produire un NMIc (notamment ici pour les caprinés).

135Afin d’appréhender la représentativité anatomique de l’assemblage par espèce (lorsque le nombre d’ossements dépasse la centaine), le squelette est subdivisé en huit tronçons (crâne, mandibule, vertèbre, côte, membre, coxal, scapula et bas de patte). Le Pourcentage de Représentation des éléments anatomiques est ensuite calculé à partir du Poids de Reste (PdR), d’après la formule établie par S. Lepetz et T. Oueslati (2003) : (poids du matériel archéologique-poids de référence)/(poids de référence).

136Les données brutes sont livrées en annexe (Tabl. 13 et 14).

137Les âges de mort des mammifères ont été estimés à partir des dates d’éruption, de remplacement et d’usure dentaire, complétés par les stades d’épiphysation des éléments du squelette post-crânien.

138Pour l’ensemble des mammifères, les âges de soudure des épiphyses proposés par R. Barone (1999) ont été pris en compte.

139Pour les caprinés, l’estimation des âges dentaires repose sur la lecture combinée des stades d’éruption et de remplacement dentaire (Silver 1969), sur l’observation du degré d’usure de la table dentaire (Grant 1982), ainsi que le calcul de l’indice d’usure (Blaise 2006). Les effectifs sont ensuite répartis au sein de classes d’âge (Payne 1973, Helmer, Vigne 2004) et corrigés en fonction des largeurs de classe d’âge théoriques (Payne 1973). La construction et l’interprétation des profils d’abattage reposent sur les travaux de nombreux auteurs (Helmer, Vigne 2004, Helmer et al. 2005, Blaise 2005 et 2006).

140Pour les bovins, l’estimation des âges dentaires repose sur la lecture combinée des stades d’éruption et de remplacement dentaire (Silver 1969), sur l’observation du degré d’usure de la table dentaire (Grant 1982), ainsi que sur le calcul de l’indice d’usure (Ducos 1968). L’utilisation des mêmes classes d’âge et la même construction des profils d’abattage que pour les caprinés (effectifs corrigés) a été privilégié.

141Pour le porc, l’estimation des âges à partir du matériel dentaire repose sur les travaux de M.-P. Horard-Herbin (1997).

142Pour les espèces de la triade (bovins, porcs et caprinés), les données brutes sont livrées en annexe (Tabl. 18, 19 et 20).

143Enfin, les ossements ont été mesurés au pied à coulisse au 1/10de millimètre selon les repères de référence proposés par A. von den Driesch (1976). Ce corpus est présenté en annexe (Tabl. 21, 22, 23 et 24).

Qualité et nature de l’assemblage osseux animal issu de la structure 44001

144Le matériel osseux provenant de la structure 44001 présente un très bon état de conservation pour un corpus protohistorique issu d’une structure peu excavée. Les ossements présentent toutefois un état de surface assez altéré (radicelles), limitant la lecture de fines traces de découpe. Le poids moyen d’un fragment déterminé est de 17 g et d’un indéterminé de 1,7 g.

145L’analyse taphonomique (cf.Annexe, Tabl. 25) révèle un impact assez minime ou partiel des processus d’altération chimique et une faible fragmentation des ossements après enfouissement. C’est ce que permet d’indiquer, par exemple, la conservation d’épiphyses proximales de tibias, d’humérus ou de fémurs, la présence d’épiphyses distales de métapodes (Binford 1981 et Lyman 1994) ou encore la conservation de mandibules, de côtes ou de scapulas entières ou peu fragmentées.

146La réalisation des profils de représentation anatomique pour les bovins et les porcs révèle un fort déséquilibre entre les restes dentaires (mandibules et maxillaires) et les os du squelette axial (vertèbres et côtes, Fig. 33). Ces résultats sont traditionnellement interprétés comme le reflet d’un état de destruction avancé du mobilier osseux. Néanmoins, la sous-représentation des éléments de bas de patte et notamment des phalanges (éléments anatomiques robustes) ainsi que la bonne représentation des scapulas de porcs (élément plus fragile), auraient tendance à indiquer que ces distributions anatomiques reflètent bien la composition initiale de l’accumulation.

Fig. 33 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Proportions pondérales des différentes parties du squelette des bovins et des porcs. Différence de poids relatif (DPR) entre l’assemblage archéologique et un squelette de référence (d’après la formule de Lepetz, Ouestali 2003).

Fig. 33 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Proportions pondérales des différentes parties du squelette des bovins et des porcs. Différence de poids relatif (DPR) entre l’assemblage archéologique et un squelette de référence (d’après la formule de Lepetz, Ouestali 2003).

147À cette majorité d’ossements bien conservés, s’ajoutent toutefois quelques restes entièrement calcinés (6 %), réduits à l’état d’esquilles et liés à l’épisode de chauffe (pierres calcaires thermofractées). Pour cette dernière catégorie de vestige, il est envisageable que l’altération des ossements par le feu ait conduit à une dissolution accélérée des vestiges simplement chauffés ou brûlés et ainsi à une perte difficilement quantifiable des données initiales. La présence d’un négatif de chauffe lisible sur le corps d’une mandibule de bovin permet cette supposition. Des traces de dents de carnivores ou de mâchonnement sont également enregistrées (0,8 %). Ces quelques traces permettent d’indiquer qu’une petite partie des vestiges a séjourné à l’air libre avant d’être rejetée intentionnellement ou non, au sein de l’accumulation.

148D’un point de vue planimétrique et stratigraphique, aucune concentration particulière d’ossements peu fragmentés, calcinés ou rognés ne semble apparaître. Cet état de fait, pourrait conforter la thèse d’un regroupement de deux natures de rejets : l’accumulation de vestiges liés à la vidange d’une structure à vocation culinaire et de rejets plus directs, auxquels il faut ajouter les quelques pièces rognées. Deux faciès osseux semblent néanmoins se superposer (Fig. 34 et Annexe Tabl. 15). Les niveaux supérieurs (44003 et 44004) sont plus riches en ossements de bovins et les niveaux inférieurs en ossements de porcs.

Fig. 34 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Proportion des trois espèces domestiques par unités stratigraphiques (% NR).

Fig. 34 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Proportion des trois espèces domestiques par unités stratigraphiques (% NR).

Caractéristiques de l’assemblage osseux animal de la structure 44001

149Dans ses composantes spécifiques, l’assemblage est fortement dominé par les restes d’espèces domestiques (98,6 %), au sein desquelles prédominent les bovins (Bos taurus) en nombre de restes (45,4 %) mais également en poids de reste (72 %, Fig. 35, Annexes, Tabl. 16 et 17). Les restes de porc (Sus scrofa) sont mieux représentés (33,8 %) que les caprinés (Ovis aries/Capra hircus, 17,5 %). L’estimation du NMI permet toutefois de corriger la proportion réelle de ces deux espèces. Le cheval (Equus caballus, 2 %) est représenté par neuf restes et semble être consommé, comme l’indique une fine trace de découpe présente sur l’incisure d’une vertèbre cervicale. Hormis un os d’oiseau immature indéterminé et deux ossements d’un canidé d’assez grande taille, dont le statut n’a pu être assuré (cf.Annexe, Tabl. 24), les autres espèces sont clairement issues de la sphère sauvage. Le cerf (Cervus elaphus) est représenté par deux fragments de bois et le renard (Vulpes vulpes) par une canine inférieure. La prépondérance des bovins est assez remarquable au regard des données acquises pour le Nord-Est de la France, où le porc, à l’exception du site fortifié du Camp de César à Catenoy (Méniel 1984) et du petit assemblage de Bucy-le-Long, Le Grand Marais (Auxiette 1997), semble occuper un rôle central en matière d’élevage et d’approvisionnement carné. Sur le site des Ouches, les conditions de conservation ne semblent pas être à l’origine d’une surreprésentation des ossements de bovins ou de grands mammifères. L’estimation du NMI, réalisée sur la base des restes dentaires dont les chances de conservation sont (à stade de maturité égal) sensiblement identiques entre les espèces, confirme bien cette suprématie. Ces observations entrent par ailleurs en adéquation avec les tendances normandes, notamment pour les sites de Fontenay-en-Marmion, La Grande Pièce, de Cerisé, Parc d’Activités et de Courseulles-sur-Mer, La Fosse Touzé qui présentent des proportions de bovins supérieures à 45 % (Baudry 2009). L’auteur proposant d’y reconnaître une spécificité régionale qui pourrait s’étendre plus au sud en Eure-et-Loir notamment.

Fig. 35 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Proportion des différentes espèces déterminées (% NR et % PdR).

Fig. 35 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Proportion des différentes espèces déterminées (% NR et % PdR).

150Dans cette même optique, la faible proportion d’espèces sauvages à Sours, Les Ouches rapproche les résultats des assemblages normands (Baudry 2009). Cette tendance individualise le site fortifié de Boulancourt, Le Châtelet, localisé en Seine-et-Marne où ont été recensées 25 espèces sauvages. Lesquelles témoignent en faveur d’une activité socialement valorisée (Bãlãşescu et al. 2008).

151Ces résultats s’opposent une fois de plus aux proportions et à la diversité d’espèces sauvages rencontrées sur l’ensemble des occupations contemporaines localisées plus à l’est dans l’Oise et l’Aisne, notamment à Choisy-au-Bac, La confluence, à Nanteuil-sur-Seine, L’Entrée des Écouaires, et à Catenoy, le Camp de César (Méniel 1984, Auxiette 1997). En contrepartie, au regard des données normandes (Baudry 2009) et plus particulièrement des résultats du site de Fontenay-en-Marmion, La Grande Pièce, le cheval est faiblement représenté dans l’assemblage de Sours, Les Ouches.

Modalité d’abattage et de consommation des espèces domestiques

Les bovins

152L’estimation du NMI pour les bovins, repose sur l’analyse de 31 restes dentaires, dont 24 rangées dentaires et sept dents isolées. Ces données permettent de distinguer quinze individus, majoritairement représentés par de jeunes broutards abattus entre 1 et 2 ans (67 %, Fig. 36). La seconde classe d’âge la mieux représentée correspond aux adultes (2-4 et 4-6 ans, 28 %). Les individus âgés de plus de 6 ans sont peu nombreux (5 %). La forme et la taille de deux chevilles osseuses ont permis d’individualiser un mâle et une femelle (cf. Annexe, Tabl. 20 et 21). Cette forte proportion de veaux peut être considérée comme anormale pour la bonne conduite d’un élevage et reste remarquable en contexte rural. Une tendance identique a par ailleurs été enregistrée sur le site de Boulancourt, Le Châtelet où cette sélection de jeunes individus, souligne le statut aristocratique de l’occupation.

Fig. 36 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Profil d’abattage des bovins (% NMId), effectifs corrigés.

Fig. 36 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Profil d’abattage des bovins (% NMId), effectifs corrigés.

153Pour cette espèce, trois fines incisions transverses ont été observées. La première est localisée sur un fragment de frontal (écorchement), la seconde sur le bord caudal d’une scapula (désarticulation) et la troisième en partie mésio-proximale d’une côte (face ventrale, désossage). Une phalange I postérieure présente une forte usure articulaire distale (“ lipping ” ou “ antériorisation ”, Blaise 2009).

Les porcs

154Avec 17 restes dentaires, l’estimation du NMI permet de distinguer huit porcs, majoritairement abattus entre 1 et 2 ans, puis secondairement entre 30 et 36 mois (Fig. 37).

Fig. 37 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Profil d’abattage des porcs (% NMId).

Fig. 37 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Profil d’abattage des porcs (% NMId).
D’après la taille et la forme de cinq canines, il a été possible de reconnaître deux mâles (dont un âgé de 12 à 16 mois et un adulte dont l’âge ne peut être précisé) ainsi qu’une femelle âgée de 20-22 mois. Aucune indication osseuse ne vient contredire ces résultats, confirmant l’absence d’individus âgés de plus de 36 mois. D’après l’estimation du NMPS, le tibia et la scapula sont les parties anatomiques les mieux représentées (quatre). Cette tendance à l’abattage de juvéniles et de jeunes adultes arrivés ou ayant tout juste dépassés leur maximum pondéral, témoigne de pratiques visant l’acquisition d’une viande de qualité. Cependant, l’absence de restes dentaires et osseux d’immatures (les 0-12 mois), rencontrés par exemple sur l’habitat aristocratique de Boulancourt, Le Châtelet (notamment les 6-12 mois), traduit une situation moins avantagée.

155Concernant les traces de feu, deux canines inférieures présentent des traces de chauffe ayant altéré l’émail dentaire. Une trace de désarticulation a été observée sur un talus, ainsi qu’une trace de désossage ou de décarnisation sur une partie médiane de côte (en face ventrale). Deux incisifs inférieurs ont subi une fente axiale, lisible au niveau de la symphyse.

156Un petit nombre d’ossements mesurés (cf.Annexe, Tabl. 22) confirme le statut domestique de l’espèce. Un astragale permet d’estimer la hauteur au garrot d’un individu, établie à 75,7 cm (Teichert 1969), ce qui le place dans l’intervalle des mesures acquises sur le site de Boulancourt (72,9-85,4 cm, Bãlãşescu et al. 2008 : 436), elles-mêmes proches des données de Choisy-au-Bac (Méniel 1984) et de Catenoy (Méniel 1987).

Les caprinés

157La proportion du nombre de caprinés, établie sur la base de 17 restes dentaires (dont six rangées dentaires et sept dents isolées) permet de distinguer dix individus (Fig. 38), auxquels il faut ajouter un immature âgé d’environ 4 mois (squelette post-crânien). D’après la forme d’une prémolaire de lait (d4, 6-12 mois, Helmer 2000) et la morphologie d’une cheville osseuse d’un adulte, deux caprins, dont une chèvre, ont été distingués.

Fig. 38 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Profil d’abattage des caprinés (% NMIc), effectifs corrigés.

Fig. 38 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Profil d’abattage des caprinés (% NMIc), effectifs corrigés.

158Pour l’ensemble des caprinés, chèvre et mouton confondus, les règles en matière d’abattage permettent d’individualiser trois groupes d’animaux. Le premier concerne les jeunes bêtes âgées de moins de 12 mois (80 %) dont l’abattage vise l’acquisition d’une viande de bonne qualité (classe C, 58,2 %, Helmer et al. 2004) et qui peut secondairement conduire à la récupération d’une partie de la production du lait des mères (classe B, 21,8 %, Blaise 2005). Le second groupe correspond aux animaux, dont l’âge est compris entre 2 et 3 ans, abattus après avoir atteint leur masse pondérale maximale (vers 1-2 ans, Helmer, Vigne 2004) et qui représentent ici 18 % des effectifs. Enfin, le troisième groupe concerne l’ensemble des adultes (classe F, G et H, 20 %), c’est-à-dire des bêtes ayant dépassés les 3 ans et réformées selon un rythme propre aux modalités de production (femelles productrices, mâle reproducteur, acquisition de laine et de lait). L’acquisition d’une viande de bonne qualité semble primer ici sur des impératifs d’ordre économique. L’humérus et la scapula sont les parties anatomiques les mieux représentées d’après l’estimation du NMPS (quatre), suivies du fémur et du coxal (trois). Pour cette espèce, une seule trace de désarticulation a été observée sur le bord médial de l’olécrâne d’un ulna.

Discussion

159Les restes osseux animaux étudiés dans le cadre de cet article sont issus d’une structure en creux peu profonde (40 cm), riche en mobilier céramique, lithique et en pierres calcaires thermofractées.

160D’un point de vue stratigraphique, l’absence nette d’épisodes charbonneux, cendreux ou niveaux de pierres chauffées, ainsi que l’homogénéité globale du comblement, signalés par des recollages céramiques, indiquent que la totalité du remplissage résulte d’un unique et bref épisode de rejet. La faible fragmentation des mandibules et de côtes semble en témoigner. Pour autant, trois natures de rejets osseux sont identifiées et imbriquées. En effet, si une grande majorité des ossements est exempte de trace de chauffe (94 %) ou présente des traces partielles liées à la préparation ou à la cuisson de parties anatomiques (canines inférieures de porcs), quelques fragments sont entièrement calcinés (6 %) et témoignent de leur présence prolongée au sein d’un foyer. Ce à quoi il faut ajouter la présence de quelques ossements rognés (0,8 %).

161La grande majorité des restes appartient à des espèces domestiques issues de l’élevage (bovin, porc, caprinés et cheval, 98,6 %). Ces ossements présentent quelques traces anthropiques liées à la préparation des individus ou à leur consommation. Les règles de la découpe initiale des carcasses, souvent lisibles à partir du squelette axial, ne sont pas restituables en raison de l’absence ou de la faible représentation des côtes et des vertèbres. Mais aucun débitage poussé des carcasses n’est observé. Enfin, les critères de sélection des âges sont le reflet de pratiques alimentaires qui semblent s’affranchir, en partie, des impératifs économiques propres aux modalités d’élevage. Cette sélection est en effet fortement marquée par une tendance en l’abattage d’individus juvéniles ou de jeunes adultes, opérée dans le but de consommer une viande de bonne qualité. Une autre spécificité de l’assemblage tient en l’importante quantité d’individus abattus (quinze bovins, onze caprinés et neuf porcs), surtout en considérant la brièveté de l’épisode de rejet. C’est sans équivoque sur ces deux derniers points que se révèle la spécificité de cette accumulation de nature alimentaire, issue d’un contexte social non identifié et événementiel.

162La comparaison de ces données avec des assemblages contemporains reste limitée pour plusieurs raisons, qui engagent surtout la représentativité de l’assemblage. Toutefois, ces résultats entretiennent quelques affinités avec les tendances entrevues en Normandie. L’analyse plus fine des effectifs et des modalités de productions animales, le contrôle des conditions de rejet ou de conservation des restes osseux, ainsi que le renouvellement de données régionales permettront à l’avenir d’affiner cette problématique.

Étude lithique4

  • 4 Étude : Jérémie Liagre

163L’analyse du mobilier lithique est exhaustive et prend en compte l’ensemble des éléments lithiques relevés lors de la fouille.

Étude du mobilier lithique de la fosse 44001

164La fosse 44001 a livré une centaine d’artefacts lithiques, dont 95 en silex, un en quartz, trois en grès et un en calcaire (Tabl. 4).

Tabl. 4 à 8 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001.

Tabl. 4 à 8 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001.

165L’analyse technologique et typologique de cette petite série lithique a permis une reconnaissance des caractéristiques propres à cette industrie du début du premier âge du Fer. La pertinence d’une étude reste cependant relative étant donné la présence à proximité de structures plus anciennes. En effet, il existe un risque de pollution provenant d’autres niveaux d’occupations, et principalement de pièces intrusives issues du Néolithique ancien.

166La fréquence des pièces brûlées (31 %) est vraisemblablement liée à la nature de la fosse 44001. À l’exception de quelques pièces gélives ou patinées, le reste des pièces (48 %) est en très bon état de conservation (Tabl. 5). L’ensemble des pièces semble moins patiné et moins fragmenté que les pièces relevées dans les structures néolithiques du site.

167Cette série comprend de nombreux éclats d’entretien et de fragments de taille (Tabl. 6) et très peu de produits laminaires ou de nucléus (Tabl. 7). Les nucléus récoltés au sein de cette structure sont au nombre de deux. Le premier est un fragment exploité de manière multidirectionnel et opportuniste afin de dégager de petits éclats courts. Le second est un bloc gélifracté, explosé au feu, mais dont les négatifs aperçus semblent présenter également un débitage opportuniste. Les produits laminaires, au nombre de cinq, correspondent à un éclat laminaire d’entretien irrégulier et légèrement courbe, une micro-lamelle, un fragment de lame de flancs semi-cortical et deux lames régulières à sections triangulaires et trapézoidales tronquées et retouchées en outils. Huit outils sont, en tout, reconnus : deux racloirs, une armature de faucille, deux indéterminés, mais aussi trois pièces macrolithiques qui sont des objets de broyage et de mouture (Capron 2008). Les outils semblent tous révéler des caractères liés à une activité agricole (Tabl. 8).

168Il semble évident que cette série est incomplète et ne reflète pas la possible activité de taille de l’occupation protohistorique. Il manque, en effet, deux phases principales incluses dans les chaînes opératoires d’exploitation des matières siliceuses : les blocs ou nucléus de départ, et les supports retouchés en outils, alors que les éclats d’entretiens et les débris sont présents en très grande quantité (82 % de l’ensemble). Il est possible, en outre, que des outils du Néolithique ancien, ou d’autres périodes, aient été piégés dans le comblement de cette fosse.

169L’approvisionnement en matières premières est local, aucun élément exogène n’a été observé.

Étude du mobilier lithique issu du double enclos

170Le double enclos a livré au total sept pièces lithiques. Ce corpus très ténu est composé d’éclats d’entretien et de fragments en silex local. Parmi celui-ci, trois pièces retouchées ne constituant pas des fossiles directeurs fiables ont été identifiés : un fragment d’éclat cortical présentant des traces d’utilisation directes et inverses indéterminées, un fragment d’éclat large et épais présentant des traces d’utilisation directes sur l’un des tranchants et un racloir sur éclat large et épais présentant des retouches directes couvrantes régulières latérales. Leur présence au sein de cette structure apporte peu d’informations. Elle ne conforte pas, non plus, la fonction funéraire ou cultuelle de l’ensemble, mais correspond technologiquement à ce qui est connu des corpus de pierres taillées protohistoriques.

Étude du mobilier lithique issu du bâtiment

171Cette structure d’habitat de plan quadrangulaire était composée de dix poteaux plantés dont quatre ont livré du matériel lithique. Associé aux pièces retrouvées lors des décapages autour du bâtiment, il forme une petite série constituée au total de 58 pièces (Tabl. 9) dont une pièce macrolithique en grès représentant un éclat sans doute lié au broyage.

172Seules 54 pièces sont pertinentes à l’étude. Si 22 pièces sont entières, 40 ont subi de fortes altérations thermiques, de patine ou de gélifraction (Tabl. 10). 51 pièces proviennent de l’exploitation des silex locaux, et seules deux pièces (deux éclats laminaires) semblent provenir de silex exogènes. Les nucléus sont constitués de quatre fragments de blocs gélifractés uniquement testés, à éclats, éclats courts ou éclats lamellaires et d’un nucléus sur éclat pourvu d’un débitage lamellaire irrégulier sur tranche.

173Le reste des artefacts correspond à des silex taillés : des débris et des éclats technologiques en large majorité, puis cinq nucléus et dix outils (Tabl. 11).

174Trois lames ont toutes été retouchées en outils : deux burins et une armature de faucille. Les autres outils sont composés d’éclats, d’éclats d’entretien et de fragments principalement retouchés en denticulés et en racloirs (Tabl. 12).

Tabl. 9 à 12 : Sours - Les Ouches. Bâtiment quadrangulaire.

Tabl. 9 à 12 : Sours - Les Ouches. Bâtiment quadrangulaire.

175Sur d’autres sites datant de l’âge du Bronze, les artefacts lithiques sont généralement récoltés dans le remplissage des structures (fosses, trous de poteau) ou des pièges naturels (chablis). Il s’agit de produits de débitage, de percuteurs et d’outils (dont des armatures tranchantes). Les matériaux exogènes sont rares, et en général l’exploitation est réalisée sur du silex local. Du grès, sous forme de meules, peut également être trouvé dans les habitats (Martial 1995). Les données issues de l’industrie lithique associée au bâtiment de plan quadrangulaire pourraient donc bien correspondre à une fréquentation protohistorique (sans datation précise, étant donné le manque de sites de comparaison pour cette période), sans certitude cependant quant à l’homogénéité de la série ou de possibles intrusions de pièces plus anciennes.

Étude lithique d’autres assemblages protohistoriques ?

Étude du mobilier lithique d’un ensemble de structures excavées

176Dans un rayon de 20 m autour de la fosse néolithique 13024 (Fig. 11), la zone a livré environ 120 pièces taillées issues des décapages ou des comblements de trous de poteau. La répartition spatiale des trous de poteau n’a pas donné lieu à une interprétation structurelle d’habitat, ni à un plan organisé précis, ni à un lien direct avec la fosse 13024. Parmi les outils identifiés, un éclat laminaire retouché et un perçoir sur éclat, tous deux patinés, ont été retrouvés dans le comblement du trou de poteau 13007. Les autres artefacts retrouvés dans ce comblement se composent de débris ou de micro-débris en silex local, gélifractés, patinés ou encore altérés thermiquement. Un burin simple sur lame tronquée a été retrouvé en surface.

177Les pièces lithiques présentes ne donnent pas d’indications chrono-culturelles fiables, mais les tessons de céramiques retrouvés au sein de ces structures ou lors du décapage sont cependant liés à une occupation protohistorique.

Étude du mobilier lithique issu de la fosse 22001

178La fosse 22001 est localisée entre le bâtiment quadrangulaire et la zone précédemment décrite. Elle contient six éléments lithiques, principalement des éclats technologiques issus de la taille de silex locaux dont un outil à encoche et un denticulé sur éclats. Elle contient aussi un fragment proximal de lame large, cortical à section triangulaire dont la matière première est inconnue.

179Ces outils communs peuvent être associés à n’importe quelle occupation néolithique ou protohistorique.

Étude du mobilier lithique issu de la fosse 43007

180Cette structure a été fouillée à proximité de la fosse 44001. Elle contient six éléments lithiques extrêmement patinés, comprenant cinq fragments-débris partiellement corticaux et deux micro-éclats indéterminables et indatables.

Synthèse de l’analyse du matériel lithique

181Les structures dont la datation protohistorique est validée avec certitude par l’étude céramologique sont : le double-enclos au nord-est, la fosse 44001 au centre de l’emprise et les structures 13005 et 13007. C’est une période pour laquelle le matériel lithique est peu étudié et peu de références sont accessibles. Cependant, d’un point de vue très général, l’utilisation exclusive des silex locaux, la faible fréquence des produits allongés ou de sous-produits indiquant une exploitation laminaire, le savoir-faire techniquement moins élaboré, la présence d’outils peu soignés et la récurrence des mêmes types de supports retouchés épais et de grandes dimensions (grattoirs, denticulés) sont autant d’éléments caractérisant généralement les industries de la Protohistoire.

182Le faible taux d’éléments lithiques que contient le double-enclos ne peut ni infirmer ni confirmer la datation, ni pour autant donner des informations supplémentaires sur la fonction de cette structure.

183La série issue des divers comblements de la fosse 44001 semble homogène et aurait pu donner plus d’informations sur les caractéristiques de l’industrie lithique. Mais elle n’est malheureusement pas pertinente car elle est partielle et ne reflète qu’une partie de l’activité de taille des groupes protohistoriques : elle livre uniquement les phases intermédiaires de la chaîne opératoire d’exploitation des silex. Elle possède en outre, sans doute, quelques pièces intrusives néolithiques. En ce qui concerne cette fosse, l’unique hypothèse fonctionnelle que l’on peut émettre est qu’il s’agit d’une fosse à rejets techniques triés, et que l’outillage récolté illustre plutôt une activité de type agricole.

184L’industrie présente dans le bâtiment a été identifiée comme semblable (typologiquement et technologiquement) à l’exploitation des matières premières siliceuses à l’âge du Bronze.

185Comme dans de très nombreux sites où se développent des séquences diachroniques d’occupations, très difficiles à cerner dans les limons, des structures de plusieurs périodes (Néolithique ancien, âge du Fer) coexistent sur le site des Ouches à Sours. L’étude du mobilier lithique présentée ici, a mis en évidence des similitudes typologiques avec l’industrie néolithique, jetant ainsi le doute sur l’homogénéité et l’appartenance de l’ensemble de cette industrie à la Protohistoire. La présence d’industries durant ces périodes est pourtant fréquemment attestée, mais cette fois-ci encore, les modalités d’exploitation du silex restent impossibles à déterminer et à identifier avec certitude, par manque de comparaison avec une série lithique homogène qui proviendrait d’un site d’occupation protohistorique exclusif.

Synthèse sur la connaissance du site

186Le site a fourni, à la fois des structures caractéristiques (mais peut-être diachroniques) et un corpus de céramiques attribuables au tout début du Hallstatt C. La présence d’un enclos double en “ U ” et d’une fosse-foyer est, en effet, cohérente chronologiquement avec la datation céramologique. Des vestiges animaux osseux, par un corpus conséquent et unique, mais aussi des objets lithiques complètent les informations sur ces hommes du début du premier âge du Fer. Ce site signale un établissement rural associé à une structure évoquant des pratiques rituelles ou funéraires, dont le statut social est imprécis.

187L’ensemble céramique par de nombreux caractères morphologiques observés permet des comparaisons avec les corpus régionaux voire supra régionaux. Globalement, les éléments recueillis confirment les hypothèses formulées sur les faciès céramiques locaux (Milcent 2004) et s’accordent parfaitement avec les connaissances sur d’autres ensembles régionaux (Simonin 1983, Simonin, Richard 2003, Bulard, Peake 2005 et Simonin et al. 2009, Thériot et al. 2009). Si la présence de céramiques typiques du Hallstatt C est avérée, en particulier les gobelets, il subsiste encore un bon nombre de formes produites dès le Hallstatt B2-3 confirmant ainsi qu’il n’existe pas de réelle rupture mais plutôt une continuité entre ces deux périodes (Milcent 2009 : 457). Le mobilier céramique protohistorique de Sours, Les Ouches est, donc, un bon témoignage de la transition entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer (Hallstatt B2-3/Hallstatt C) en Eure-et-Loir. Il montre qu’il existe de nombreuses affinités avec des régions à la fois limitrophes et éloignées : culture du sud du Bassin parisien (culture nord-alpine locale) pour le mobilier et culture du nord-ouest (culture atlantique) de l’Europe pour l’enclos. Cette mixité des affinités s’explique par la position du site, à la charnière entre ces deux cultures.

188L’occupation protohistorique des Ouches à Sours caractérise un petit habitat du tout début du premier âge du Fer, dont le statut social reste à préciser. Le site est incomplet, mais sa découverte est un jalon essentiel à la connaissance de la transition Bronze-Fer en Eure-et-Loir à la charnière de différentes influences culturelles.

Haut de page

Bibliographie

Liste des abréviations :

BSPF : Bulletin de la Société Préhistorique Française.

RAC : Revue Archéologique du Centre.

RACF : Revue archéologique du centre de la France.

RAL : Revue Archéologique du Loiret.

RAP : Revue Archéologique de Picardie.

Amalou et al. 1987

Amalou Th., Martinez R., Pegeon A. - Un habitat du premier âge du Fer à Sacy (Val d’Oise), in : Blanchet J.-C. (dir.), Les relations entre le continent et les îles britanniques à l’âge du Bronze, Actes du colloque de Lille dans le cadre du 22e congrès préhistorique de France,Vol. 3, RAP, num. spécial, 3 : 223-237.

Auxiette 1997

Auxiette G. - La faune des établissements ruraux du Bronze final au Hallstatt final/la Tène ancienne dans la vallée de l’Aisne, RAP, 3-4 : 29-71.

Auxiette, Méniel 2005

Auxiette G., Méniel P. - Document annexe I, Les études des faunes de la protohistoire ancienne, in :Brun P., Buchez N., Gaudefroy S., Talon M., Bilan de la protohistoire ancienne, RAP, 3-4 : 121-125.

Baguenier et al. 2006

Baguenier J.-P., Froquet H., Pradat B., Coubray S. - Une occupation du premier âge du Fer au lieu-dit “ La Blissière ” à Parçay-sur-Vienne (Indre-et-Loire), Bull. de la Soc. Archéol. de Touraine, 52 : 73-88.

Bãlãşescu et al. 2008

Bãlãşescu A., Simonin D., Vigne J.-D. - La faune du Bronze final IIIb du site fortifié de Boulancourt “ Le Châtelet ” (Seine-et-Marne), BSPF, 105, 2 : 371-406.

Barbier 2009

Barbier E. - Niort - La Garenne, in : Bilan scientifique 2008, DRAC Poitou-Charentes, SRA, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction du Patrimoine, Sous-Direction de l’Archéologie : 115-117.

Bardel 2009

Bardel D. - Les vaisseliers céramiques des fouilles de Vix/le Mont Lassois (Côte-d’Or) : Bronze final IIIb, Hallstatt D et La Tène C/D, in :Chaume B. (dir.), La céramique hallstattienne : approche typologique et chrono-culturelle, actes du colloque international de Dijon, Éditions universitaires de Dijon : 365-400.

Barone 1999

Barone R. - Anatomie comparée des mammifères domestiques, Vigot Frères, Paris, 4e éd., 761 p.

Baudry 2009

Baudry A. - L’élevage et l’alimentation à la fin de l’âge du Bronze et au premier âge du Fer dans l’Ouest de la France. Approche archéozoologique des quelques sites normands, in : Roulière-Lambert et al. 2009 : 487- 491.

Billaud et al. 1992

Billaud Y., Marguet A., Simonin O. - Chindrieux, Châtillon (lac du Bourget, Savoie) ultime occupation des lacs alpins français à l’âge du Bronze ?, in : Archéologie et environnement des milieux aquatiques : lacs, fleuves et tourbière du domaine alpin et de sa périphérie, Actes du 116e Congrès National des Sociétés Savantes, Chambéry : 277-310.

Binford 1981

Binford L.-R. - Bones: ancien menand modern myths, New York, Academic Press, 321 p.

Blaise 2005

Blaise E. -L’élevage au Néolithique final dans le sud-est de la France : éléments de réflexion sur la gestion des troupeaux, Anthropozoologica,40 (1) : 191-216.

Blaise 2006

Blaise E. - Référentiel actuel des brebis “ Préalpes du Sud ” (Digne, Alpes-de-Haute-Provence, France) : pratiques d’élevage et âges dentaires, Anthropozoologica,41 (2) : 191-214.

Blaise 2009

Blaise E. - Économie animale et gestion des troupeaux au Néolithique final en Provence : approche archéozoologique et contribution des analyses isotopiques de l’émail dentaire, Thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille I, 3 vol., 902 p., 454 fig., 19 annexes.

Blanchet 1984

Blanchet J.-C. - Les premiers métallurgistes en Picardie et dans le nord de la France, Mém. de la Soc. Préhist. Française, 17, 608 p.

Boiché et al. 1980

Boiché J.-C., Degros J., Senée A., Tarrête J. - Deux fosses du premier âge du Fer à Chartrettes (Seine-et-Marne), Gallia, 38 : 27-49.

Briard et al. 2001

Briard J., Gomez de Soto J., Milcent P.-Y., Pautreau J.-P. - Les recherches sur l’âge du Bronze en Poitou-Charentes, Centre, Pays de Loire, Bretagne et Basse Normandie, Document d’Archéologie Méridionale, 24 : 259-266.

Brun 1986

Brun P. - La civilisation des Champs d’Urnes : étude critique du Bassin parisien, Document d’Archéologie Française, 4, Maison des Sciences de l’Homme, 171 p.

Brun et al. 2009

Brun P., Chaume B., Dhennequin L., Quilliec B. - Le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer… au fil de l’épée, in :Roulière-Lambert et al. 2009 : 385-403.

Brunaux 1989

Brunaux J.-L. - Antheuil-Portes, Le fond de Saint-Maur, Gallia Informations, 1989-1 : 215.

Brunet 2006

Brunet P. - La céramique du Bronze final et du début du premier âge du Fer en vallée de Marne, état de la recherche, BSPF,103, 2 : 313-322.

Buchsenschutz et al. 2005

Buchsenschutz O., Bulard A., Lejars Th. (dir.) - L’âge du Fer en Île-de-France, XXVIe colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer à Paris et Saint-Denis, 26e suppl. à la RACF.

Buchez 1991

Buchez N. - Ensemble céramique du Bronze final/premier âge du Fer, commune de Corquilleroy (Loiret), RAL, 15 : 75-78.

Bulard, Peake 2005

Bulard A., Peake R. - Autour du confluent Seine-Yonne aux ixe-vie siècles : tendances évolutives des céramiques et chronologie, in :Buchsenschutz et al. 2005 : 225-240.

Capron 2008

Capron D. - Description des objets macrolithiques issus des structures protohistoriques, in : Dupont F., Liagre J., Une occupation du Villeneuve-Saint-Germain ancien et une occupation de la transition Bronze-Fer, Les Ouches, Sours (Eure-et-Loir - Centre), rapport de fouilles archéologiques préventives, 3 volumes : 276.

Chevillot 1978

Chevillot C. - L’habitat protohistorique de Chalucet, commune de Saint-Jean-Ligoure (Haute-Vienne), RAC, 67, 68 : 201-219.

Cordier 1985

Cordier G. - Les habitats hallstattiens de Chinon (Indre-et-Loire), Gallia, 43 : 1-23.

Degros et al. 1976

Degros J., Guffroy J., Tarrête J. - La fosse hallstattienne de l’Enfer à Chartrettes (Seine-et-Marne), Gallia,34 :57-94.

Desbrosse et al. 2009

Desbrosse V., Riquier V., Bonnabel L., Le Goff I., Saurel M., Vanmoerkerke J. - Du bronze Final au Hallstatt : nouveaux éléments sur les occupations en Champagne crayeuse, in : Roulière-Lambert et al. 2009 : 405-426.

Despriée et al. 1991

Despriée J., Rialland Y., Richard G., Verjux C. - Circonscription du Centre, Gallia Informations, 2 : 137-193.

Driesch 1976

Driesch von den A. - A guide to measurement of animal bones from archaeological sites, Peabody Museum, 1, Harvard University, 137 p.

Dupont, Liagre 2008

Dupont F., Liagre J. - Une occupation du Villeneuve-Saint-Germain ancien et une occupation de la transition Bronze-Fer, Les Ouches, Sours (Eure-et-Loir - Centre), rapport de fouilles archéologiques préventives, 3 volumes, Chartres.

Frère-Sautot 2003

Frère-Sautot M.-C. (dir.) - Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux Âges des métaux,Actes du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune, 7 et 8 octobre 2000 : 67-70.

Gasc 2006

Gasc J. - Les niveaux du Bronze final du plateau de Corent (Puy de Dôme, Auvergne), Bull. de l’association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze, 3 : 21-24.

Gasc, Milcent 2005

Gasc J., Milcent P.-Y. - Âge du Bronze final et premier âge du Fer, Étude céramologique, in : Poux M. (dir.), Corent, Oppidum et sanctuaire, Fouille programmée pluriannuelle du Puy de Corent (Veyre-Monton, Puy-de-Dôme), Rapport de la campagne 2005, DRAC, Auvergne, 2, 57 p.

Georges, Hamon 2004

Georges P., Hamon T. - La nécropole de l’âge du Bronze des Pâtures à Saumeray (Eure-et-Loir) : mise en évidence de gestes funéraires originaux, RACF, 43 : 5-20.

Giraud et al. 2009

Giraud P., Riquier C., Baudry A., Dietsch-Sellami M.-F. - L’habitat Bronze Final/Hallstatt ancien de “ la grande Pièce ” à Fontenay-le-Marmion (Calvados), in : Roulière-Lambert et al.2009 : 493-499.

Gomez de Soto et al. 2009

Gomez de Soto J., Kerouanton I., Marchadier É. - La transition du Bronze final au premier âge du Fer (viiie-viie siècles av. J.-C.) dans le Centre-Ouest de la France et sur ses marges, in :Roulière-Lambert et al.2009 : 267-282.

Gomez de Soto 1996

Gomez de Soto J. - Le site du Fouilloux à Agris (Charente), Réflexions sur un possible Necromantion du Bronze moyen, BSPF, 93, 4 : 566-578.

Grant 1982

Grant A. - The use of tooth wear as a guide the age of domestic animals, a brief explanation, in :Cunliffe B., Excavations at Portshester Castle,Reports of the Research Committee of the Society of Antiquaries of London : 437-450.

Hasler et al. 2003

Hasler A., Fabre L., Carroza L., Thiébault S. - Les foyers à pierres chauffées de Château Blanc (Ventabren, Bouches-du-Rhône, France) et du Pech d’Auzet (Millau, Aveyron, France), in :Frère-Sautot 2003 : 37-50.

Hatt 1954

Hatt J.-J. - Pour une nouvelle chronologie de la Protohistoire française, BSPF, 51, 7 : 379-384.

Helmer 2000

Helmer D. - Discrimination des genres Ovis et Capra à l’aide des prémolaires inférieures d3 et d4 et interprétation des âges d’abattage : l’exemple de Tikili Tash (Grèce), Ibex Journal Of Moutain Ecology 5, Anthropozoologica,31 : 29-38.

Helmer et al. 2005

Helmer D., Gourichon L., Sidi Maamar H. et Vigne J.-D. - L’élevage des caprinés néolithiques dans le sud-est de la France : saisonnalité des abattages, relations entre grottes-bergeries et sites de plein air, Anthropozoologica, 40 : 167-189.

Helmer, Vigne 2004

Helmer D. et Vigne J.-D. - La gestion des caprinés domestiques dans le midi de la France, Actes de XXVe colloque du Congrès Préhistorique de France, novembre 2000, Nanterre, Soc. Préhist. Française : 397-408.

Hénon, Jacquet 2003

Hénon P., Jacquet P. - Exemples de fosses à pierres chauffantes protohistoriques du Bas-Dauphiné (Rhône et Isère, France), in :Frère-Sautot 2003 : 403-420.

Horard-Herbin 1997

Horard-Herbin M.-P. - Le village celtique des Arènes à Levroux : l’élevage et les productions animales dans l’économie de la fin du second âge du fer, 12e Suppl. à la RACF, Levroux, 206 p.

Irribarria, Moireau 1991

Irribarria R., Moireau F. - Un ensemble clos du Bronze Final - Hallstatt Ancien à Muides-sur-Loire (Loir-et-Cher), RACF,30 : 83-95.

Joussaume et al. 1969

Joussaume R., Mohen J.-P., Tardy P. - Préhistoire à Daint-Denis-d’Oléron (Charente-Maritime), BSPF, 68 : 457-469.

Labeaune 2009

Labeaune R. - La céramique hallstattienne dans le Dijonnais : première approche, in : Chaume B. (dir.), La céramique hallstattienne : approche typologique et chrono-culturelle, actes du colloque international de Dijon, Éditions universitaires de Dijon : 181-248.

Labeaune, Wiethold 2005

Labeaune R., Wiethold J. - L’habitat du premier âge du Fer dans le dijonnais (Côte-d’Or) d’après les fouilles récentes : Résultats archéologiques et carpologiques, in :Barral Ph., Daubigney A., Dunning C., Kaenel G., Roulière-Lambert M.-J. (dir.), L’âge du Fer dans l’arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’âge du Fer, Actes du XXIXe colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer de Bienne, Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 2 : 73-100.

Lafage et al. 2006

Lafage F., Auxiette G., Brunet P., Martial E., Matterne V., Praud Y., Laplantine N. - Premières tentatives d’interprétation spatiale d’un site rural du Bronze final à Changis-sur-Marne (Seine-et-Marne), BSPF,103,2 : 323-377.

Liabeuf, Surmely 1997

Liabeuf R., Surmely F. - Un ensemble de fosses rubéfiées du premier âge du Fer à Pérignat-les-Sarlièves (Puy-de-Dôme), BSPF, 94, 1 :113-118.

Lambot 1989a

Lambot B. - Les sanctuaires du Bronze final et premier âge du Fer en France septentrionale, in :Ulrix-Closset M., Otte M. (dir.), La civilisation de Hallstatt,Études et Recherches Archéologiques de l’Université de Liège, 36 : 201-273.

Lambot 1989b

Lambot B. - Le Bronze final et le premier âge du Fer sur le site d’Acy-Romance (Ardennes). Sépultures et structures cultuelles, Gallia Préhistoire, 31 : 209-258.

Lambot 2000

Lambot B. - Les enclos funéraires en Champagne : indicateurs chronologiques, sociaux, culturels, RAP, 1-2 :147-159.

Lepetz, Oueslati 2003

Lepetz S., Oueslati T. - La consommation de la viande dans les villes romaines d’île de France au premier siècle, Les cas de Meaux et de Paris (Seine-et-Marne et Seine), RACF : 41-59.

Lyman 1994

Lyman R.-L. - Vertebrate Taphonomy, Cambridge, Cambridge University Press, 524 p.

Maitay 2004

Maitay Ch. - Du pigment au récipient : caractérisation minéralogique et technologique des céramiques peintes protohistoriques du Camp Allaric, à Aslonnes (Vienne), BSPF, 101, 1 : 125-138.

Marcigny, Talon 2009

Marcigny C., Talon M. - Sur les rives de la Manche. Qu’en est-il du passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer à partir des données récentes ?, in : Roulière-Lambert et al. 2009 : 385-403.

Martial 1995

Martial E. - L’industrie lithique à l’âge du Bronze dans le Nord-Pas-de-Calais. Les exemples de Fréthum et Roeux, Les Cahiers de Préhistoire du Nord, 15, 125 p.

Mauvilly et al. 2003

Mauvilly M., Murray C., Boisaubert J.-L., Antenen I., Kanellopoulos K., Marras R. - Structures de combustion au singulier et au pluriel sur différents sites de la fin de l’âge du Bronze/début de l’âge du Fer dans la région des Trois Lacs (Suisse) : Première présentation et bilan, in : Frère-Sautot 2003 : 501-514.

Méniel 1984

Méniel P. - Contribution à l’histoire de l’élevage en Picardie. Du Néolithique à la fin de l’Age du Fer, RAP, num. spécial, 56 p.

Méniel 1987

Méniel P. - Étude de la faune des niveaux du Bronze Final de Catenoy “ le Camp de César ”, in : Blanchet J.-C. (dir.), Les relations entre le continent et les Îles britanniques à l’Âge du Bronze, Actes du colloque de Lille dans le cadre du 22e Congrès Préhistorique de France, Revue Archéologique de Picardie, supplément : 211-221.

Mennessier-Jouannet 1992

Mennessier-Jouannet C. - Sites à fosses rubéfiées du premier âge du Fer en Limagne d’Auvergne (63), RACF, 31 : 21-39.

Milcent 2004

Milcent P.-Y. - Le premier âge du Fer en France centrale, Mém. de la Soc. Préhist. Française, 34, 2 vol., 718 p.

Milcent 2009

Milcent P.-Y. - Le passage de l’âge du bronze à l’âge du fer en Gaule au miroir des élites sociales : une crise au VIIIsiècle av. J.-C. ?, in : Roulière-Lambert et al.2009 :453-476.

Mordant 1981

Mordant C. - Les enclos de l’âge du Bronze du confluent Seine-Yonne, in : Les enclos funéraires et structures d’habitat en Europe du nord-ouest,Table ronde du CNRS, Rennes : 63-196.

Mordant 1984

Mordant C. - Le passage Bronze final-Hallstatt ancien dans le bassin de l’Yonne et de la haute-Seine, in : Transition Bronze final Hallstatt ancien : problèmes chronologiques et culturels,109e Congrès National des Sociétés Savantes Dijon, 2 : 195-209.

Orliac 2003

Orliac M. - Diversité morphologique et fonctionnelle des fours polynésiens, in :Frère-Sautot 2003 : 67-70.

Pautreau, Maitay 2007

Pautreau J.-P., Maitay Ch. - L’éperon barré du Camp Allaric, à Aslonnes (Vienne), Trente années de recherches, Un siècle de construction du discours scientifique en préhistoire, Actes du 26e Congrès Préhistorique de France - centenaire de la Société Préhistorique Française (Avignon-Bonnieux, 20-25 septembre 2004), 2 : 359-369.

Payne 1973

Payne S. - Kill-off-pattern in sheep and goats: the mandibles from Asvankale, Anatolian Studies,Manchester University Press, Manchester : 281-303.

Peake 2005

Peake R. - Marolles-sur-Seine, Le Grand Canton : organisation de l’espace et structures, in : Buchsenschutz et al. 2005 : 193-207.

Piette 1984

Piette J. - Aspects particuliers du Bronze final III sur le site des “ Grèves de la Villeneuve ” à Courtavant (Aube), 109e Congrès National des Sociétés Savantes, Dijon, Archéologie, 2 : 135-152.

Pranyies 2011

Pranyies A. - Grièges (Rhône-Alpes, Ain) “ Au Fournay ” : une batterie de foyers à pierres chauffantes de la transtion Bronze-Fer, Bulletin de l’APRAB, 8, mars 2011: 82-84.

Ramseyer 2003

Ramseyer D. - Les fosses à galets chauffés en Suisse occidentale, in :Frère-Sautot 2003 : 71-76.

Robreau, Barbé 1989

Robreau B., Barbé H. - L’oppidum de Châteaudun : premier état de la question, in : Buchsenschutz O., Olivier L. (dir.), Thème régional, Actes du IXe colloque de l’AFEAF, Châteaudun, RACF, 28, 1 : 37-46.

Roulière-Lambert et al.2009

Roulière-Lambert M.-J., Daubigney A., Milcent P.-Y., Talon M. et Vital J. (dir.), De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (xe-viiie siècle av. J.-C.), thème spécialisé,actes du XXXe colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, co-organisé avec l’APRAB, Saint-Romain-en-Gal, 26-28 mai 2006, Dijon, 27e Suppl. à la RAE.

Schmid 1972

Schmid E. - Atlas of animal bones for prehistorians, archaeologists and quaternary geologists, Elsevier Publishing Company, Amsterdam, London, New-York, 159 p.

Silver 1969

Silver I.-A. - The ageing of domestic Animal, in :Brothwell D.R., Higgs E. (dir.), Science in Archeology, A Survey of Progress and research : 283-302.

Simonin 1983

Simonin D. - Céramiques du premier âge du Fer à Puiseaux (Loiret), BSPF, 80, 4 : 119-128.

Simonin et al. 2009

Simonin D., Frénée É. Froquet H. - Évolution typologique de la céramique de la fin de l’âge du Bronze au milieu du premier âge du Fer dans le Gâtinais occidental et la région Orléanaise in :Chaume B. (dir.), La céramique hallstattienne : approche typologique et chrono-culturelle,Actes du colloque international de Dijon, Éditions universitaires de Dijon : 365-400.

Simonin, Richard 2003

Simonin D., Richard G. - La région du val d’Orléans pendant l’âge du Bronze et le premier âge du Fer, in : Approche archéologique de l’environnement et de l’aménagement du territoire ligérien,Actes du colloque d’Orléans, Fédération Archéologique du Loiret : 43-77.

Simonin, Thibault 1988

Simonin D., Thibault A. - La fosse du premier âge du Fer de Fleury-les-Aubrais (Loiret), RAL, 14 : 37-54.

Surmely 2000

Surmely F. - Les fours “ polynésiens ” en Auvergne (France) : bilan des connaissances, in : Frere-Sautot 2003 : 77-86.

Talon 1987

Talon M. - Les formes céramiques Bronze final et premier âge du Fer de l’habitat de Choisy-au-Bac (Oise), in :Blanchet J.-C. (dir.), Les relations entre le continent et les îles britanniques à l’âge du Bronze,Actes du colloque de Lille dans le cadre du 22e congrès préhistorique de France, 3, RAP, num. spécial,3 : 255-273.

Talon 1989

Talon M. - Les tendances évolutives des formes céramiques du premier âge du Fer dans la vallée de l’Oise, in : Ulrix-Closset M., Otte M. (dir.), La civilisation de Hallstatt,Études et Recherches Archéologiques de l’Université de Liège, 36 : 307-320.

Teichert 1969

Teichert M. - Ostéometrische untersuchungen zur Berechnung der Widderisthöhe bei Schafen, in :Clason A.T. (dir.), Archaeological Studies, North Holland Publishing Cy : 54-69.

Thériot et al. 2009

Thériot F., Treffort J.-M., Hénon P. - Nouvelles données sur l’évolution de la céramique de la fin de l’âge du Bronze au premier âge du Fer entre Alpes et Jura, in :Roulière-Lambert et al.2009 :299-316.

Tixier, Vital 1985

Tixier L., Vital J. - Observations sur trois fosses du Bronze final 3 découvertes au Puy Saint-André de Busséol (Puy-de-Dôme), RACF, 24, 1 : 17-34.

Van Den Bossche 2007

Van Den Bossche B. - Le mobilier céramique du Bronze final et du début du premier âge du Fer du Mont-Joly à Soumont-Saint-Quentin (Calvados) : nouvelles données, BSPF,104, 1 : 147-170.

Vital 1986

Vital J. - La grotte des Cloches à Saint-Martin-d’Ardèche (Ardèche), BSPF, 83 :503-541.

Haut de page

Notes

1 Responsable d’opération : Frédéric Dupont.

2 Étude : Bruno Lecomte et Jonathan Simon.

3 Étude : Julie Rivière.

4 Étude : Jérémie Liagre

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Sours - Les Ouches. Localisation locale et régionale du site.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Fig. 2 : Sours - Les Ouches. Emprise du site. Emplacement (en grisé) et nom des structures identifiées comme protohistoriques ou associées.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 3 : Sours - Les Ouches. Structure 44001. Plan et répartition du matériel en surface.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 4 : Sours - Les Ouches. Coupe de la fosse 44001 après la fouille des niveaux 44002 et 44003. Relevé et cliché d’ensemble.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 5 : Sours - Les Ouches. Photographie de la structure 44001 en cours de dégagement.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 6 : Sours - Les Ouches. Plan du bâtiment quadrangulaire et profils des trous de poteau.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 7 : Sours - Les Ouches. Plan du double enclos en “ U ”, profils des fossés interne et externe (ENC 16003 et 16001) et relevé des vases dans le fossé externe.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. 9 : Sours - Les Ouches. Photographie, in situ, des vases 16103 et 16104 arasés par les labours, dans le fossé externe du double enclos.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Fig. 10 : Sours - Les Ouches. Photographies des vases issus du fossé externe du double enclos. De gauche à droite : vases 16104, 16103 et 16102.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 11 : Sours - Les Ouches. Plans et profils des structures regroupées au nord de l’emprise, entre le double enclos et le bâtiment quadrangulaire.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 12 : Sours - Les Ouches. Gros plan sur les céramiques, in situ,dans la structure isolée 13007.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Fig. 13 : Sours - Les Ouches. Photographie de l’individu 13008.2 issu de la structure 13007 (Fig. 7, n7). Renfort et perforation sont visibles.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Tabl. 1 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Tableau de décompte. Nombre de fragments (NF), poids (en g) et nombre minimal d’individus céramiques par structure et par forme.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. 14 : Sours - Les Ouches. Typologie céramique du corpus étudié.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 15 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques issues de structures isolées 13007 et 13021.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 16 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques issues du double enclos en “ U ”. 1-3 : vases 16102, 16103 et 16104, 4-6 : bords isolés.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Fig. 17 : Sours - Les Ouches. Répartition globale des formes au sein du corpus protohistorique de la fosse 44001. NMI = 177.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 18 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-7 : coupes tronconiques basses, 8-11 : coupes tronconiques hautes.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 19 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, coupes tronconiques hautes. Planche n1.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 20 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, coupes tronconiques hautes. Planche n2.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 21 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-5 : coupes tronconiques hautes à marli, 6-15 : jattes à bord évasé, 16-18 : jattes à panse carénée.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Fig. 22 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-14 : jattes à bord droit, 15-24 : jattes à bord rentrant.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. 23 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-11 : gobelets, 12-14 : pots à bord droit ou légèrement éversé.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Fig. 24 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pots à bord légèrement évasé et à liaison col/panse non marquée.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Fig. 25 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, 1-7 : pots à bord légèrement évasé et à liaison col/panse non marquée, 8-16 : pots à bord peu évasé et à liaison col/panse anguleuse.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 26 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pots à bord éversé et à liaison col/panse non marquée. Planche n1.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 27 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pots à bord éversé et à liaison col/panse non marquée. Planche n2.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 28 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pot à bord éversé et à liaison col/panse non marquée. Planche n3.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 29 : Sours - Les Ouches. Céramiques protohistoriques. Fosse 44001, pots à bord éversé et à liaison col/panse anguleuse.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 30 : Sours - Les Ouches. Corpus protohistorique. Typologie des décors et des renforts.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 31 : Sours - Les Ouches. Photographies de tessons issus de la fosse 44001 (US 44003 et 44004). En haut, de gauche à droite, tesson n44003.166 avec renfort sur le bord et décor au poinçon (Fig. 27, n1) et tesson poinçonné no 44004.71 avec peinture rouge (Fig. 18, n3). En bas, recollage de tesson provenant de l’US 44004 (Fig. 29, n5).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 32 : Sours - Les Ouches. Photographies de tessons issus de la fosse 44001. De gauche à droite : tesson n2005 avec incisions, tesson n2001 avec " points-décor " (Fig. 24, n3) et tesson de gobelet n1046 (Fig. 23, n3).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tabl. 2 : Sours - Les Ouches. Répartition du nombre de restes osseux par structure pour l’occupation du Hallstatt C (NR et %NR).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Tabl. 3 : Sours - Les Ouches. Nature des restes osseux provenant du fossé d’enclos et des petites fosses datées du Hallstatt C (NR).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 33 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Proportions pondérales des différentes parties du squelette des bovins et des porcs. Différence de poids relatif (DPR) entre l’assemblage archéologique et un squelette de référence (d’après la formule de Lepetz, Ouestali 2003).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 34 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Proportion des trois espèces domestiques par unités stratigraphiques (% NR).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 35 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Proportion des différentes espèces déterminées (% NR et % PdR).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 36 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Profil d’abattage des bovins (% NMId), effectifs corrigés.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 37 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Profil d’abattage des porcs (% NMId).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 38 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001. Profil d’abattage des caprinés (% NMIc), effectifs corrigés.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Tabl. 4 à 8 : Sours - Les Ouches. Fosse 44001.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tabl. 9 à 12 : Sours - Les Ouches. Bâtiment quadrangulaire.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1583/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Dupont, Bruno Lecomte, Jérémie Liagre, Julie Rivière et Jonathan Simon, « Un établissement du début du premier âge du Fer en Eure-et-Loir : Sours, Les Ouches », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 50 | 2011, mis en ligne le 02 février 2012, consulté le 02 août 2014. URL : http://racf.revues.org/1583

Haut de page

Auteurs

Frédéric Dupont

Service Archéologie Ville de Chartres. 35, rue Saint-Michel. 28 000 Chartres. UMR 8215 - ‎Trajectoires - De la sédentarisation à l'état. frederic.dupont@ville-chartres.fr

Articles du même auteur

Bruno Lecomte

Service Archéologie Ville de Chartres, 35, rue Saint-Michel, 28000 Chartres, bruno.lecomte@ville-chartres.fr

Jérémie Liagre

Service archéologique de la Ville de Lyon, 10, rue Neyret, 69000 Lyon, jeremie.liagre@mairie-lyon.fr

Julie Rivière

Service Archéologie Ville de Chartres, 35, rue Saint-Michel, 28000 Chartres, julie.riviere@ville-chartres.fr

Articles du même auteur

Jonathan Simon

Service Archéologie Ville de Chartres, 35, rue Saint-Michel, 28000 Chartres, jonathan.simon@ville-chartres.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page