Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude

L’industrie lithique magdalénienne du gisement de plein-air de la Corne-de-Rollay (Couleuvre, Allier) : entre respect des normes et variabilité des chaînes opératoires

The Magdalenian lithic industry from the openair site of la Corne-de-Rollay (Couleuvre, Allier): production standards and production lines variability
Raphaël Angevin

Résumés

Le site de la Corne-de-Rollay (Couleuvre, Allier) correspond à un vaste gisement de plein-air localisé sur le sommet d’un plateau de basse altitude, entre val de Cher et val d’Allier. La présente contribution expose les résultats de l’étude effectuée sur l’industrie lithique provenant de l’occupation magdalénienne de ce dernier gisement. Réalisée à partir de deux grands types de matériaux (les silex marins allochtones et les roches siliceuses d’origine locale), cette industrie témoigne de la mise en œuvre de plusieurs schémas opératoires de débitage ayant pour finalité principale la production de lames et de lamelles. La forte variabilité des schémas opératoires rencontrés dans la production lamellaire nous a conduit à nous interroger sur le degré d’autonomie accordé aux différents systèmes de production, visant à la confection de supports aux caractéristiques morpho-techniques parfois proches et aux propriétés morpho-fonctionnelles pouvant souvent être considérées comme analogues ou complémentaires. Cette dernière réalité nous invite donc à envisager sous un jour nouveau le phénomène particulier de “ ramification des chaînes opératoires ” (Bourguignon et al. 2004), pouvant répondre à des objectifs de production semblables, mais s’établissant dans le cadre d’échelles de temps distinctes. In fine, l’attribution chrono-culturelle de cet assemblage au Magdalénien moyen est discutée.

Haut de page

Texte intégral

Présentation générale

1Le gisement de plein-air de la Corne-de-Rollay, d’une superficie de plusieurs hectares, est situé à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Moulins et, plus précisément, à 2,5 km environ du village de Couleuvre (Fig. 1).

Fig. 1 : Localisation du site de la Corne-de-Rollay (Couleuvre, Allier, France).

Fig. 1 : Localisation du site de la Corne-de-Rollay (Couleuvre, Allier, France).

2D’un point de vue géologique, cette zone s’inscrit dans le cadre des formations plio-quaternaires dites des “ sables et argiles du Bourbonnais ”, témoins des remaniements profonds de l’Ère tertiaire, et s’établissant en stratigraphie sur le socle gréseux du début de l’Ère secondaire (Trias ; Obert et al. 1997). Le site, localisé à mi-distance de la vallée du Cher et de celle de l’Allier, occupe une vaste zone s’étendant sur la partie sommitale d’un plateau de basse altitude, culminant à 320 m environ, et formant la limite naturelle de partage des eaux entre les bassins de la Bieudre à l’est, de l’Auron au nord et de la Marmande au nord-ouest. La bordure sud de ce plateau est entaillée par la vallée de l’un des affluents rive gauche de la Bieudre, qu’il domine d’environ 45 m. Ce ruisseau, qui constitue la principale ressource en eau à proximité, n’est actuellement distant du gisement que de 500 m. Mentionné très tôt dans la littérature spécialisée (Brinon 1925 ; Pardieu 1937), ce gisement a fait l’objet de multiples explorations conduites par M. Piboule puis J. Perchat, qui l’ont prospecté de manière systématique et ont récolté la série lithique, inédite ou presque, qui a fait l’objet de cette étude (Piboule 1976, 1979 et 1985 ; Perchat 1991 ; Angevin 2007). Ces ramassages de surface ont été complétés, en 1986, par la réalisation de deux sondages, s’étendant respectivement sur une superficie de 2 m², puis par l’ouverture d’une extension du sondage 1 et d’une tranchée de contrôle stratigraphique en 1987 (Perchat, Piboule 1986 ; Perchat 1987 ; Fig. 2a).

Fig. 2a : La Corne-de-Rollay (Allier) - Localisation des sondages effectués par J. Perchat et M. Piboule (1986-1988).

Fig. 2a : La Corne-de-Rollay (Allier) - Localisation des sondages effectués par J. Perchat et M. Piboule (1986-1988).
  • 1 Nous avons fait le choix de publier ici les dessins lithiques – de qualité – de J. Perchat réalisés (...)

3Différentes occupations, dont l’homogénéité semble assurée par l’absence directe de palimpseste, ont pu être mises en évidence sur le site. Elles s’établissent sur des aires distinctes dont les limites ont pu être définies approximativement par la récurrence des prospections pédestres (Fig. 2b). Ainsi J. Perchat signale, aux côtés du gisement magdalénien mentionné précédemment, l’existence d’un horizon moustérien (Fig. 31) s’établissant dans une zone située à 70 m environ à l’est du sondage 1, ainsi que la présence d’une occupation plus lâche, dans un secteur délimité à environ 300 m au sud de ce même sondage, et se rapportant probablement à la période néolithique (Perchat 1991).

Fig. 2b : Plan topographique du site et localisation des différentes occupations reconnues.

Fig. 2b : Plan topographique du site et localisation des différentes occupations reconnues.

Fig. 3 : La Corne-de-Rollay (Allier) - Outillage lithique provenant du gisement moustérien de tradition acheuléenne.

Fig. 3 : La Corne-de-Rollay (Allier) - Outillage lithique provenant du gisement moustérien de tradition acheuléenne.

1, biface ; 2-4, racloirs simples ; 3, racloir double convergent

dessins J. Perchat

4Lors de la réalisation des différents sondages, J. Perchat a pu mettre en évidence deux niveaux, apparaissant de manière systématique au cours des différents décapages. Le premier de ces ensembles correspond à la couche végétale superficielle, régulièrement bouleversée par les labours saisonniers et les travaux agricoles modernes. Cet horizon humifère, assez riche en matériel lithique, ne dépasse pas 10 à 15 cm de profondeur. Le second niveau coïncide quant à lui avec une “ structure pierreuse ” que le fouilleur propose d’interpréter comme un niveau d’habitat structuré se rapportant à la période magdalénienne (Fig. 4 et 5). Ce dernier ensemble, correspondant à un niveau de sables argilo-limoneux fins et meubles, ne semble avoir été que peu remanié par d’éventuels phénomènes post-dépositionnels d’origine anthropique ou pédogénétique. Signalons toutefois qu’aucun reste organique n’est conservé et qu’aucune datation absolue n’est possible.

Fig. 4 : Relevé simplifié de la “ structure pierreuse ” et du niveau archéologique en place (Sondage 1).

Fig. 4 : Relevé simplifié de la “ structure pierreuse ” et du niveau archéologique en place (Sondage 1).

(d’après Perchat 1991)

Fig. 5 : Vue du sondage 1 en cours de décapage.

Fig. 5 : Vue du sondage 1 en cours de décapage.

(© J. Perchat)

Axes de recherche et principaux objectifs de l’étude

  • 2 Rappelons que, dans le cas d’un site de plein-air comme celui-ci, la faiblesse des observations réa (...)

5S’agissant de ramassages de surface, aucun contrôle stratigraphique ne permet d’affirmer que le matériel issu du site magdalénien correspond à une ou plusieurs occupations distinctes2. En préalable à cette étude, et malgré la faible dispersion verticale et horizontale des vestiges, la forte densité de matériel mise en évidence au niveau de l’occupation magdalénienne doit cependant nous interroger sur l’homogénéité de cette importante série : une telle abondance témoigne-t-elle d’une seule occupation durable ou, au contraire, d’une succession de plusieurs installations réparties au cours du temps et dont le mélange serait dû à des conditions taphonomiques particulières ? À la suite d’un certain nombre d’observations effectuées a posteriori à partir des données recueillies lors de la réalisation des différents sondages (essais de remontages et de raccords, analyse de la répartition spatiale des vestiges), aucune réponse satisfaisante n’a pu être apportée à cette question. De fait, seule une étude globale des composantes de l’industrie a permis d’éclairer notre réflexion, en mettant en évidence, de manière assez nette, l’homogénéité de la série dite magdalénienne (cf. infra). En effet, la cohérence du corpus typologique et du système techno-économique envisagés ainsi que la reconnaissance d’une méthode de débitage particulière, mise en œuvre dans l’extraction de lamelles, plaident en faveur si ce n’est d’une unique occupation durable, tout du moins d’une succession d’installations assez rapprochées dans le temps. Notons, par ailleurs, que l’argument d’une patine différentielle, un temps avancé par les inventeurs du gisement, ne peut être évoqué ici, car il ne recouvre en aucun cas une réalité d’ordre uniquement chronologique.

6La description de l’industrie lithique magdalénienne de la Corne-de-Rollay a suivi une démarche documentaire désormais “ classique ” en Préhistoire. Cette étude technologique s’est attachée à la reconstitution des différentes modalités d’acquisition des ressources siliceuses ainsi qu’à la caractérisation des diverses méthodes de production, par l’analyse des procédures d’exploitation et d’exécution qui leur étaient associées. Dans le même temps, elle a envisagé la question majeure de l’affectation et du traitement des supports dans l’outillage, afin d’évaluer les finalités du processus technique. Enfin, l’étude du matériel a été menée d’un point de vue typologique, en regard aux informations obtenues lors de l’analyse technologique de l’industrie. Il nous a alors été possible de préciser partiellement les objectifs du débitage, par la reconnaissance de possibles critères de sélection des supports.

7La série considérée se distingue par une relative diversité des chaînes opératoires mises en œuvre. Notre approche s’est donc articulée autour de cet aspect fondamental, en essayant d’explorer la réalité complexe de cette variabilité des systèmes de production, tant d’un point de vue technique qu’économique, mais aussi en s’interrogeant légitimement sur la nature des liens qui pouvaient exister, à différents niveaux, entre les multiples schémas d’exploitation rencontrés. Pour cela, il a bien évidemment été nécessaire de dresser, au préalable, un premier constat des variabilités, analogies et différences, susceptible de guider notre réflexion. À la suite de cette première étape descriptive – constituant un pré-requis indispensable, mais dont le risque était de nous conduire à une simple “ typologie classificatoire ” des systèmes techniques – il nous a fallu déterminer la valeur intrinsèque ou extrinsèque de chacune d’entre elles, afin de préciser les “ intentions ” du débitage ainsi que le “ domaine des possibles ” qui leur était associé (Pelegrin 1995). Cependant, l’absence de remontages et le caractère sélectif des vestiges (prospection systématique), notamment en ce qui concerne la majeure partie du débitage laminaire, ont été des facteurs qui ont fortement limité le niveau d’analyse de certains aspects techniques. Il nous a ainsi été difficile parfois d’évaluer la représentativité de telle ou telle modalité, de telle ou telle procédure.

8S’appuyant sur des bases solides bien qu’incomplètes, ce travail devrait toutefois permettre, malgré les limites méthodologiques évoquées précédemment et qui sont pour partie inhérentes aux conditions d’exploration du gisement, de poser de nouveaux jalons pour la connaissance du Magdalénien dans le nord du Massif central, notamment d’un point de vue techno-économique.

Présentation du corpus archéologique

9La série lithique magdalénienne de la Corne-de-Rollay se compose de 3139 artefacts en silex et de 21 pièces en roches à structure cristalline (quartz) représentant un poids total de 39,79 kg (Tabl. 1). L’ensemble de l’industrie se répartit inégalement entre 10 blocs bruts, 52 nucléus, deux “ outils-nucléus ”, cinq blocs testés, 413 outils, 1128 produits bruts de débitage, 196 chutes de burin et 1354 restes de taille indéterminés. Les lames et lamelles brutes sont au nombre de 917 et représentent respectivement 45,1 % et 36,2 % de l’ensemble des produits de débitage. Nous avons par ailleurs décompté 203 éclats qui totalisent, 18,7 % de ce dernier groupe. Ce matériel résulte majoritairement d’une unique forme de sélection des vestiges (prospection en labour) qui, en l’absence de tamisage systématique, semble nuire fortement à la représentation de la fraction fine de l’industrie lithique. Néanmoins, le déroulement des différents sondages stratigraphiques a permis de rééquilibrer en partie la balance des données morphométriques, en imposant un tamisage à l’eau systématique (maillage resserré à 2 mm) de l’ensemble des sédiments.

Tab. 1 : Classement général de l’industrie lithique par matières premières (pièces SC : pièces semi-corticales).

Tab. 1 : Classement général de l’industrie lithique par matières premières (pièces SC : pièces semi-corticales).

Les matières premières exploitées : caractérisation, territoires, économie

10D’un point de vue économique, l’absence de gîtes de matière première de bonne qualité à proximité immédiate du gisement a contraint les Magdaléniens à apporter, sous différentes formes, des matériaux exogènes présentant une très bonne aptitude à la taille laminaire et lamellaire. Cependant, pour répondre à des besoins importants en supports, ils ont été contraints de tailler des matériaux de provenance locale et de moindre qualité, lesquels n’ont pas forcément donné d’aussi bons résultats.

  • 3 Cette dernière analyse se fonde sur l’étude des caractéristiques macroscopiques des matériaux (coul (...)

11La majeure partie de l’industrie lithique a ainsi été obtenue aux dépens de nodules siliceux d’origine secondaire ou tertiaire, communément appelés “ silcrètes ”, qui se rencontrent fréquemment au sein des complexes sédimentaires du Bourbonnais et de ses marges3. Les Magdaléniens de la Corne-de-Rollay se sont ainsi approvisionnés dans les gîtes du nord et de l’ouest du département de l’Allier, situés à une distance qui peut varier de 3 à 25 km à vol d’oiseau, et dont une majeure partie de la gamme des matériaux respectifs semble représentée (Fig. 6). Nous avons ainsi déterminé quatre variétés principales de silcrètes, représentant un corpus de 1738 pièces (soit 55 % du matériel en silex), auxquelles s’ajoutent 59 artefacts (1,87 %) que nous n’avons pu rapprocher d’un contexte précis, mais dont la matière première semble également appartenir à la sphère régionale.

Fig. 6 : Carte de répartition des principales sources de matières premières lithiques exploitées par les magdaléniens de la Corne-de-Rollay (Couleuvre, Allier).

Fig. 6 : Carte de répartition des principales sources de matières premières lithiques exploitées par les magdaléniens de la Corne-de-Rollay (Couleuvre, Allier).

(Cartographie et DAO R. Angevin 2008)

12Il s’agit, pour leur majorité, de “ silexites ” d’origine pédogénétique, affectant les formations du Trias ou de l’ère tertiaire, et affleurant en divers points de l’actuelle forêt de Tronçais (Piboule 1976 ; Clozier et al. 1988 ; Obert et al. 1997). L’ensemble de ce corpus se caractérise par une assez forte variabilité de faciès, se traduisant notamment par la reconnaissance de silicifications aux teintes variées, diversement translucides, à texture plus ou moins fine, parfois zonées ou ponctuées d’inclusions dendritiques. Le cortex peut être absent sur certaines variétés (formations de type “ cuirasse ”). Lorsqu’il est présent toutefois, il est d’épaisseur généralement supérieure à 5 mm. Certains blocs retrouvés bruts présentent, par ailleurs, de larges surfaces diaclasiques qui, lorsqu’elles n’ont pas affecté la qualité générale du support, ont pu se révéler propices au débitage.

13Au sein d’un deuxième groupe, de nombreux artefacts paraissent se rapprocher des accidents siliceux jaunes et noirs de la région de Saint-Plaisir et de Couleuvre (Allier) affectant de manière indifférenciée les terrains triasiques, jurassiques et tertiaires s’inscrivant dans le prolongement de la faille Sancerres-Sancoins (Obert et al., ibid.). Ces différents matériaux se retrouvent, en position primaire ou secondaire, sur les gîtes de “ Gennetines ” ou du ruisseau de “ Civrais ”, séparés du gisement par une distance d’une dizaine de kilomètres environ.

14Le troisième ensemble regroupe les meulières éocènes ou oligocènes d’origine lacustre provenant des faciès argilo-calcaires situés en marge du Berry, et localement bien développés en rive gauche du Cher, près de Meaulne, au nord-est de Saulzais-le-Potier et jusque dans le bassin de Montluçon (Fig. 6). Enfin, les formations siliceuses jaunes ou brunes du Trias, affleurant à proximité de Vitray et des Grandes-Loges, semblent, elles aussi, représentées, mais dans une moindre proportion que les différentes variétés évoquées précédemment. L’ensemble de ces matériaux appartenant au “ fonds commun bourbonnais ” a été réuni, dans cette étude, sous l’appellation générique de “ silcrètes/meulières locales ”, regroupant la totalité des roches dures d’origine régionale, totalement ou partiellement silicifiées, pouvant être d’origine lacustre ou pédogénétique, et correspondant peu ou prou aux silicifications intraformationnelles de l’actuelle forêt de Tronçais et de sa bordure.

15Les matériaux d’origine allochtone composent, quant à eux, 35,85 % en poids de l’industrie lithique. Au sein de cet ensemble, trois variétés principales ont pu être déterminées. Il s’agit, en premier lieu, des silex marins du Turonien inférieur de la bordure méridionale du Bassin parisien (28,9 %), généralement rassemblés sous le vocable de “ silex blonds ” (25,2 %), mais qui peuvent également présenter des teintes relativement variées, allant du gris-noir (2,4 %) au blanc translucide moucheté de noir (1,3 %) (Masson 1981 ; Surmely et al. 1998). Cette attribution a pu être confirmée par le recours aux études micro-faciologiques et micropaléontologiques, ainsi que par l’analyse des isotopes du strontium et des éléments-traces par ICPMS réalisée sur trois échantillons archéologiques (Surmely 2006). Malgré un spectre de comparaison relativement étendu, l’origine géographique des silex archéologiques analysés n’a toutefois pu être déterminée avec précision. Avec prudence, nous avons également isolé 99 pièces (3,15 %) se rapprochant des formations du Turonien supérieur, et dont certaines, de couleur brun-roux, semblent évoquer les silex de la région du Grand-Pressigny (calcarénites silicifiées), avec le risque toutefois de variations de faciès identiques (Aubry 1991, Surmely, Pasty 2003, Primault 2003). Un approvisionnement depuis l’ouest semble en outre confirmé par la présence de 73 pièces (2,3 % ; Fig. 6) correspondant probablement aux silicifications secondaires des calcaires de l’Hettangien de la région de Châteaumeillant et de Saint-Jeanvrin (Cher).

16Les silex marins sont généralement parvenus sur le site sous la forme de nucléus préformés ou de blocs déjà largement dégrossis et partiellement débarrassés de leur cortex. Les produits corticaux associés sont alors peu abondants et les cassons de débitage ne composent qu’une part restreinte de ce corpus. Cependant, la faible proportion des restes de taille et des nucléus (n = 10) ainsi que l’absence de remontages doivent nous alerter sur l’éventualité d’un transport de supports utiles préalablement débités. Elle témoigne en effet, si ce n’est d’une modalité de circulation unique de ces différents matériaux sous la forme de produits bruts ou préalablement transformés en outils, en tous cas d’une importante segmentation de la chaîne opératoire de débitage dans le temps et dans l’espace (Fig. 7).

Fig. 7 : Répartition technologique de l’industrie par grands types de matières premières (en pourcentage du poids, pour chaque type).

Fig. 7 : Répartition technologique de l’industrie par grands types de matières premières (en pourcentage du poids, pour chaque type).

17Le contraste est très net avec les différentes variétés de matières premières régionales qui ont fait l’objet d’un traitement uniquement local et qui ont donc connu le même mode d’introduction sur le gisement. Ainsi, ces dernières ne semblent avoir été aménagées qu’après leur arrivée sur le site, l’ensemble de la chaîne opératoire de débitage étant alors représenté, depuis la phase de dégrossissage et de décorticage des blocs jusqu’à celle de transformation des supports, en passant par la mise en forme des nucléus et le plein débitage.

18Enfin, 209 artefacts (6,6 % de l’industrie) n’ont pu être rapprochés de l’un ou l’autre de ces faciès, l’altération des surfaces étant la principale cause de ce taux d’indétermination. Néanmoins, une observation attentive de l’ensemble de ces pièces nous permet raisonnablement d’affirmer que ces dernières ne dissimulent pas de variétés susceptibles de bouleverser significativement le schéma général.

Le débitage

19Un des traits caractéristiques de la série envisagée paraît être la forte représentation des vestiges liés au débitage laminaire et, dans une moindre mesure, à la production lamellaire. Quelle que soit la matière première utilisée, le débitage semble donc s’être orienté vers la confection de supports allongés et rectilignes, de dimensions variées.

Le débitage laminaire

20Le débitage laminaire semble répondre à un certain nombre de normes techniques qui, si l’on excepte quelques variantes contingentes somme toute assez logiques, trahissent une réelle “ rigidité ” des schèmes traditionnels du Magdalénien. Les grands principes du débitage apparaissent ainsi identiques à ceux mis en évidence sur d’autres gisements sub-contemporains, évoluant parfois dans des contextes économiques beaucoup plus favorables. En effet, malgré des procédures et des volumétries parfois différentes, il apparaît que ce sont les mêmes règles, la même structure technique qui sont entrées en jeu dans la réalisation du débitage. Partant, cette variabilité semble alors relever uniquement de l’acceptable de part et d’autre de la norme (Pigeot 2004 : 68).

21Au cours de la présentation générale du corpus, nous avons souligné la forte proportion des lames au sein de l’industrie et, au contraire, la moindre représentation – voire, pour certaines variétés de matériaux, l’absence presque totale – des déchets de taille appartenant à cette dernière production. Par conséquent, nous serons conduits, au cours de cette étude, à fonder principalement notre démarche sur l’analyse des seuls supports laminaires, des pièces technologiquement signifiantes et des quelques rares nucléus pour reconstituer les concepts dominants dans le déroulement du débitage. Nos observations reposeront donc sur un échantillon de 740 produits de plein débitage, 45 produits d’entretien et sept nucléus.

22Lors de la phase de mise en forme, les tailleurs magdaléniens ont généralement cherché à installer un plan de frappe oblique s’inscrivant dans l’axe antéro-postérieur du nucléus. Pour cela, ils ont eu recours à des enlèvements envahissants dirigés vers le dos. Dans le même temps, cette première étape semble avoir été destinée à régulariser le volume général du bloc dont la morphologie initiale pouvait se révéler inadaptée à la conduite du débitage, tout en aménageant les convexités nécessaires à l’obtention des premières lames et en s’octroyant la possibilité d’intervenir ultérieurement au niveau de la table d’extraction laminaire depuis les “ zones dormantes ” du nucléus. Ces différents objectifs ont pu être atteints grâce à la réalisation d’une crête antérieure et, dans certains cas, l’aménagement d’une ou deux crêtes postéro-latérales (installation du plan de frappe, entretien des convexités en cours de débitage, régularisation du volume). Lorsque le volume initial du support le permettait, les tailleurs magdaléniens ont cependant maintenu une grande partie des surfaces naturelles de celui-ci, sous la forme d’un dos ou de flancs corticaux, par exemple. Toutefois, ils ne semblent avoir eu que très rarement recours au détachement d’une lame d’entame corticale pour initialiser le débitage. Cette phase de préparation, généralement assez élaborée et coûteuse en matière première, semble donc traduire la volonté des tailleurs magdaléniens d’optimiser la production de supports allongés, quitte parfois à restreindre sensiblement les dimensions de ces derniers.

23Avant de poursuivre plus avant la description de ses diverses modalités, il convient d’introduire ici un aspect important de ce débitage : sa conception unipolaire. Ainsi, le débitage a-t-il été le plus souvent réalisé à partir d’un plan de frappe préférentiel, même s’il apparaît qu’un second plan de frappe a pu être aménagé assez tôt en vue d’une reprise postérieure de la carène du nucléus ou d’une réfection ponctuelle de la table d’extraction (Fig. 8). La question du maintien et de l’entretien des convexités apparaît, par ailleurs, si prégnante dans le système technique magdalénien que le maximum d’attention a été porté, au cours de la phase de mise en forme, à l’ensemble de ses articulations avec la table et le dos. L’architecture des nucléus semble donc s’organiser préférentiellement autour d’un plan de frappe unique, stratégiquement implanté dans le volume des blocs et réservant la production des supports de plein débitage aux zones dont les paramètres physiques sont les plus propices à leur détachement futur.

Fig. 8 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Nucléus à lames en silex tertiaire local.

Fig. 8 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Nucléus à lames en silex tertiaire local.

Débitage unipolaire frontal et plan de frappe opposé 

(dessins R. Angevin)

24L’étude minutieuse de l’ensemble des supports laminaires nous permet, par ailleurs, d’esquisser à grands traits certaines logiques dans l’organisation de la structure volumétrique des nucléus, mais aussi certains traits de la dynamique du débitage. Au sein du corpus envisagé, la section des produits et la localisation des éléments technologiquement signifiants (néo-crêtes, enlèvements sous-crêtes, pans corticaux) semblent, en effet, respecter certaines constantes qui peuvent être susceptibles de préciser, à des degrés divers, l’architecture générale des blocs exploités dans le cadre du débitage laminaire. Ainsi, la relative disparité dans la latéralisation de ces caractères sur les productions laminaires - mais aussi sur les nucléus - nous permet de proposer la lecture suivante du débitage : avec prudence, nous pourrions alors concevoir que le flanc droit soit plus volontiers une surface perpendiculaire à la table, tandis que le flanc gauche s’établirait davantage dans son prolongement. Partant, la production pourrait alors suivre un rythme “ semi-tournant ”, la jonction entre la table et un des flancs étant destinée à créer du cintre par le recours à des enlèvements de néo-crêtes ou simplement débordants, tandis que la surface d’exploitation s’élargirait sur le côté opposé. Ce rythme s’accorde assez bien avec les caractères dominants reconnus lors de la phase de mise en forme, dont nous pouvons rappeler brièvement les principes généraux. Il suppose, en effet, un débitage reposant sur la gestion de trois surfaces complémentaires : une table régulièrement carénée, sur laquelle des enlèvements laminaires parallèles sont détachés depuis un plan de frappe unique et soigneusement aménagé et, enfin, un flanc perpendiculaire à la jonction duquel le tailleur peut avoir recours à des enlèvements débordants dont les négatifs offrent les propriétés de cintrage satisfaisantes pour la poursuite du débitage (Pigeot 2004).

25De manière générale, le débitage semble donc être conçu de manière à obtenir des supports relativement robustes tout en optimisant les longueurs disponibles. Cette propriété peut être mise en relation avec l’architecture des nucléus évoquée plus haut, en l’occurrence l’organisation d’une table laminaire et d’au moins un flanc sub-perpendiculaire.

  • 4 Dans ce cas précis, le facettage peut apparaître comme un “ compromis technique ” satisfaisant entr (...)

26Les lames produites présentent, pour la moitié d’entre elles, des talons lisses abrasés. Ce procédé permet d’économiser la matière première car il n’exige pas de réfections fréquentes du plan de frappe. Une proportion importante des talons sont toutefois demeurés lisses, ne bénéficiant ni d’une abrasion légère de la corniche, ni d’une régularisation partielle du point d’impact. Quelques lames présentent cependant des talons facettés. Sur certains produits, généralement larges et réguliers, ce “ facettage ” s’accompagne d’un surcreusement uni- ou bilatéral qui dégage alors un éperon. Cette réalisation, coûteuse en matière première, puisqu’elle exige des interventions plus nombreuses sur le plan de frappe, garantit néanmoins un très bon contact du percuteur avec la zone de percussion tout en renforçant le plan de frappe. À la Corne-de-Rollay, les éperons représentent 4,5 % des talons observés sur les lames brutes ou transformées et correspondent généralement aux supports de plus grandes dimensions (Fig. 9)4.

Fig. 9 : Proportions des différents types de talons rencontrés en fonction de la largeur des lames et des lamelles.

Fig. 9 : Proportions des différents types de talons rencontrés en fonction de la largeur des lames et des lamelles.

(d’après Bodu et Valentin 2003)

27Sur ces supports laminaires, les bulbes de percussion sont généralement discrets et les talons, pourtant très fins quelquefois, n’ont que très rarement éclaté. Les marques de fissuration sont rares et, dans certains cas, le talon se caractérise par la présence d’une “ lèvre ” assez prononcée trahissant la forte composante d’extension de la force développée et/ou la propriété “ élastique ” du matériau exploité. Les caractères de ces lames (angle de chasse inférieur à 90°, préparation de la zone de percussion, morphologie générale) semblent donc compatibles avec un usage prépondérant -voire quasi-exclusif- de la percussion tendre organique au moment de l’extraction.

28L’emploi de cette dernière modalité d’exécution, témoigne de la volonté des tailleurs magdaléniens de produire des supports relativement carénés et parcourant facilement la plus grande longueur disponible. Il implique cependant un entretien constant et rigoureux des volumes à débiter, ainsi que le recours à des procédés variés pour corriger d’éventuels accidents de taille. Les problèmes liés au maintien des convexités générales du nucléus ont, quant à eux, pu être résolus par l’aménagement ponctuel de néo-crêtes, le détachement d’éclats transversaux ou de lames de flanc depuis les côtés ou l’arrière du nucléus, ainsi que par l’ouverture tardive d’un second plan de frappe. Il est possible enfin que, de manière exceptionnelle, certains outrepassages, trahissant un changement de technique et de mode de percussion (basculement brutal vers la percussion directe dure), aient été recherchés pour nettoyer la surface laminaire et augmenter ainsi le carénage des nucléus.

29Les accidents de taille sont à l’origine de l’abandon de la majorité des nucléus à lames. Ainsi, pour cinq d’entre eux, la table a été endommagée par un ou plusieurs réfléchissements tandis que, pour un individu seulement, l’absence totale de carène et de cintre, ainsi que l’angulation trop importante entre le plan de frappe et la surface d’extraction laminaire, ont conduit le tailleur à interrompre prématurément sa production. Enfin, pour un seul exemplaire, le seuil de l’épuisement naturel semble avoir été atteint, ce qui a entraîné son abandon logique après le détachement du dernier support.

30L’exploitation laminaire des blocs s’est donc faite selon un schéma fréquemment attesté dans les industries des phases moyenne ou supérieure du Magdalénien : préparation soigneuse des volumes à débiter, recherche constante de régularité aux dépens parfois de la productivité, extraction des lames selon un rythme semi-tournant, débitage à partir d’un plan de frappe préférentiel (Fig. 10 : 8). Cette parenté s’observe également dans les procédés utilisés pour entretenir les surfaces de débitage (ouverture attestée d’un plan de frappe secondaire, usage des crêtes postérieures) et préparer la zone de percussion (confection d’éperons). Les techniques de débitage laminaire mises en évidence sur le site de la Corne-de-Rollay s’inscrivent donc parfaitement dans la “ norme ” conceptuelle et opératoire définies par les autres études technologiques concernant le Magdalénien “ classique ” de l’espace franco-cantabrique (Pigeot 1987 et 2004 ; Audouze et al. 1988 ; Valentin 1995 ; Cazals 2000 ; Dachary 2002 ; Bodu, Valentin 2003 ; Langlais 2007b). Les schémas opératoires décrits se révèlent notamment assez comparables à ceux reconnus dans le Bassin parisien, où le contexte gîtologique est pourtant beaucoup plus favorable. Sur le gisement de la Corne-de-Rollay, l’effort de rentabilisation semble ainsi s’être accompagné d’un souci d’optimisation de la production : dans un contexte de pénurie en bon silex, les Magdaléniens ont, en effet, exploité avec un soin extrême des matériaux dont les gîtes étaient parfois éloignés, tout en ayant recours à des matériaux locaux de moindre qualité pour lesquels aucune véritable concession à la norme laminaire n’a par ailleurs pu être mise en évidence.

Fig. 10 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Nucléus à lames et à lamelles.

Fig. 10 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Nucléus à lames et à lamelles.

1-5-6, débitage “ enveloppant ” sur bloc ; 2-4, débitage “ sur tranche ” d’éclats ; 3-7, débitage “ sur tranche ” de plaquettes ; 8, débitage unipolaire semi-tournant

dessins R. Angevin

Le débitage lamellaire

31Au sein de l’assemblage considéré, la prépondérance des nucléus à lamelles démontre parfaitement l’importance de ce dernier objectif. Sur les 46 nucléus apparentés, cinq se rattachent à la méthode de production lamellaire du type La Marche, un autre au schéma originald’Orville, alors que les autres éléments, en très grande majorité de type prismatique, offrent des schémas opératoires plus “ classiques ” pour la période envisagée.

  • 5 Ainsi, plusieurs volumes allochtones semblent avoir été débités en continuité, voire réorientés (nn (...)

32Les lamelles semblent avoir été pour l’essentiel produites sur place, en fonction des différents types d’apport en volumes à débiter. Seuls quelques rares schémas linéaires, montrant un continuum lamino-lamellaire systématique, ont pu être identifiés5. Partant, les lamelles paraissent donc constituer un objectif économique et une production autonomes.

33Le débitage de lamelles “ sur tranche d’éclats ” s’est effectué suivant diverses modalités, dont la variabilité semble traduire une réelle adaptation de la production aux contraintes volumétriques du matériau (Fig. 10 : 2, 4). Les différents supports utilisés comme nucléus (10) ont toutefois été choisis parce qu’ils présentaient des convexités naturelles adéquates au bon déroulement du débitage. Leur morphologie initiale a donc permis de simplifier au maximum la séquence de mise en forme du nucléus et l’initialisation de la production. Ainsi, la présence d’arêtes assez vives sur la tranche du support a probablement été considérée par les tailleurs comme un élément susceptible de faciliter l’amorce du débitage. Leur exploitation n’a généralement été précédée que par un aménagement sommaire du plan de frappe, par abrasion et doucissage du bord de table, quelquefois accompagné d’un micro-facettage ou d’une correction éventuelle de la carène. La préparation d’“ encoches ” latérales a toutefois permis, dans certains cas (2), d’installer le plan de frappe, tout en limitant la réduction des longueurs escomptées. Une évolution frontale du débitage a été privilégiée pour sept d’entre eux, en lien avec une production de lamelles sur la surface la plus étroite du support, et ce malgré la présence de flancs généralement convexes et irréguliers. Lorsque l’épaisseur de l’éclat était suffisante et que la morphologie du nucléus le permettait, les tailleurs ont toutefois fait appel à un rythme semi-tournant s’initiant de manière frontale sur la tranche du nucléus et envahissant l’un des flancs, généralement celui maintenu par la face inférieure de l’éclat, naturellement convexe, et disposant des convexités les plus favorables. Partant, le choix effectué en amont d’une orientation transversale ou longitudinale (suivant l’axe technologique du support) semble donc être moins dicté par les concepts régissant l’ensemble du système technique que par les caractéristiques morpho-dimensionnelles du support, qui autorisent ou non l’auto-entretien du cintre par le développement de la production dans la plus grande dimension du support. Dans tous les cas, les flancs du nucléus apparaissent parallèles à l’axe de la table et perpendiculaires à la surface de débitage. Cette architecture parallélépipédique offre des dièdres naturels (intersection des faces latérales et de la tranche) qui servent de “ guides ” pour le débitage. Ainsi, quelle que soit son installation, la table peut progresser de manière frontale et selon des plans parallèles différenciés. Par ailleurs, seuls trois nucléus témoignent de l’aménagement d’un plan de frappe opposé destiné à la régularisation de la table en cours de débitage.

34La production lamellaire sur blocs (nnucl. =30) répond aux mêmes principes généraux et aux mêmes exigences techniques que le débitage laminaire. Elle se caractérise par l’exploitation d’une table étroite, implantée dans la plus grande dimension du volume et qui investit généralement les flancs du nucléus. Cependant, elle semble soumise à une plus forte variabilité interne, en lien avec le fort polymorphisme des supports et des matériaux exploités. Le schéma dominant semble toutefois être un modèle de type “ enveloppant ”, pour lequel des plans sécants se succèdent et jouent tour à tour le rôle de table et de flancs (Fig. 10 : 1, 5, 6). L’exploitation successive de tables sécantes donne alors un rythme de débitage de type “ frontal-décalé ” ou plus rarement “ opposé-décalé ” (dans le cas d’un débitage bipolaire strict, Langlais 2007b) qui progresse ainsi sur une large surface. De rares nucléus sont d’ailleurs exploités sur l’ensemble de leur volume. C’est toutefois une évolution frontale du débitage qui a été préférée pour 13 exemplaires, ceci en lien avec une production de lamelles sur la surface la plus étroite du support (plaquettes ; Fig. 10 : 3,7). Plus rarement, les Magdaléniens de la Corne-de-Rollay semblent avoir fait appel à un rythme semi-tournant pour exploiter ces nucléus. Par ailleurs, l’ouverture d’un second plan de frappe n’apparaît pas – a contrario de ce qui a été décrit précédemment pour le débitage laminaire – comme un fait marginal au sein du système technique général, en l’absence d’autres réelles possibilités de reprise de la surface d’extraction lamellaire sur des supports “ incitants ” comme les plaquettes, par exemple.

35Le recyclage d’un nucléus à lames existe en au moins trois occasions. Il s’agit, à chaque fois, de nucléus à lames déjà bien raccourcis par l’extraction laminaire ou de module réduit. De surcroît, leur nouvelle destination en nucléus lamellaire n’a pas nécessité de profondes reconfigurations.

36L’une des particularités technologiques de la série de la Corne-en-Rollay réside donc dans la variété des méthodes mises en œuvre pour l’obtention de lamelles qui in fine semblent présenter des caractéristiques morpho-techniques identiques (pièces courtes et plutôt étroites, rectilignes et assez robustes). Cette relative diversité, en partie liée à la variabilité des volumes exploités (éclats et lames en silex allochtone, blocs et plaquettes et matériaux locaux), a déjà été observée pour des sites de la fin du Paléolithique supérieur dans le sud-ouest de la France, situés en domaine de carence, ou en Île-de-France, ces derniers étant placés, il est vrai, dans des contextes d’approvisionnement en matière première beaucoup plus favorables (Langlais 2007b ; Pigeot 1987 ; Audouze et al. 1988 ; Bodu 1994 ; Ploux et al. 1991). Au sein de ce système technique, les nucléus du type “ La Marche ” se distinguent par l’extraction de lamelles sur la face supérieure de “ lames-nucléus ” à partir d’un plan de frappe s’apparentant à une troncature inverse. La section de la lame tient alors lieu de plan de frappe et les “ flancs ” du nucléus correspondent aux bords de la lame exploitée (Fig. 11 : 1). La description des différentes modalités se rattachant à cette dernière production devrait faire l’objet d’une publication à part ; nous nous en tiendrons donc simplement à ce simple rappel quantitatif (Angevin et al., en prép.). Notons cependant qu’il n’a pas toujours été aisé de reconnaître et d’isoler ces nucléus qui, à l’instar des lames, sont souvent cassés, et ne présentent donc plus forcément une association de stigmates caractéristiques autorisant une lecture pertinente de l’agencement des enlèvements (schéma diacritique des négatifs). Par ailleurs, la présence de tels éléments, méconnus jusqu’alors dans les industries magdaléniennes du Massif central, nous contraint à nous habituer à de nouveaux éléments de reconnaissance pour les identifier.

Fig. 11 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Nucléus à lamelles type “ La Marche ” (1) et “ Orville ” (2).

Fig. 11 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Nucléus à lamelles type “ La Marche ” (1) et “ Orville ” (2).

(dessins A. Urgal et R. Angevin)

37Au sein du corpus envisagé, une pièce semble avoir fait l’objet d’un aménagement particulier pouvant être rapproché de la “ méthode d’Orville ” (Perlès 1977 et 1982 ; Chehmana, thèse en cours). Il s’agit d’un tronçon de lame en silex du Grand-Pressigny caractérisé par un mince enlèvement lamellaire transversal s’établissant à la jonction d’une troncature inverse et de sa face inférieure. Cet enlèvement, qui part du bord droit du support laminaire, se développe largement aux dépens de sa face inférieure et apparaît, dans ce cas précis, rectiligne et réfléchi (Fig. 11 : 2). La réalisation préalable, à la percussion directe dure, d’une troncature inverse en partie proximale du support vise donc à aménager, en section de lame, un cintre local favorable, autorisant le détachement du produit recherché. Ce schéma d’exploitation lamellaire reste pour l’instant quasi isolé sur le site éponyme d’Orville. Reconnu de manière sporadique sur le gisement du Rocher-de-la-Caille (Loire), il n’apparaît, par ailleurs, que dans les séquences post-solutréennes d’Oisy (Nièvre), du Trocadéro (Loiret) et de la Pluche (Indre-et-Loire), ainsi que dans le “ Magdalénien moyen ” du site de la Roncière en Bourgogne (Alix et al. 1995 ; Soriano, Lechenet 2000 ; Chehmana, 2003, 2004 et thèse en cours).

38Reste le problème de l’interprétation du “ rôle ” des burins. Il faut, en effet, considérer que sous cette appellation sont rassemblés une multiplicité de types, établis selon des critères présentés de manière plus détaillée dans le cadre de l’analyse typologique de l’industrie. Ce relatif polymorphisme est en partie causé par le fait que ces objets résultent pour la plupart de la réutilisation assez opportuniste de supports préalablement voués à d’autres finalités, comme cela semble être le cas pour deux “ lames-nucléus ” réaménagées tardivement en burins sur troncature. Partant, les burins peuvent-ils réellement être considérés comme des outils ? Comme les vraies “ chutes de burins ” sont extrêmement abondantes, nous nous sommes interrogés sur leur destination : doit-on les considérer seulement comme des déchets du façonnage d’outils, au demeurant assez nombreux, ou bien peut-on y voir le témoignage d’un procédé spécifique d’obtention de lamelles ?

  • 6 Cette ouverture aujourd’hui privilégiée, et dont les linéaments intéressent l’ensemble du système t (...)

39Depuis quelques années, le statut de ces objets a été réexaminé, dans plusieurs ensembles du Paléolithique supérieur, sous l’angle novateur de la technologie lithique, en confrontant notamment les procédures d’exploitation avec la morphologie des lamelles transformées6 (Lebrun-Ricalens, Brou 1997 ; Lebrun-Ricalens, Bordes, Bon 2005 ; Klaric 2000 et 2003 ; De Araujo, Bracco, Lebrun-Ricalens 2006). Il apparaît ainsi que, dans certains contextes, plusieurs arguments permettent de concevoir ces éléments comme relevant d’une opération de débitage, sans toutefois conclure à une absence complète d’utilisation. Sur le gisement de la Corne-de-Rollay, plusieurs de ces chutes atteignent des longueurs exceptionnelles de 35 à 45 mm ; de plus, la moyenne de leurs longueurs est généralement équivalente à celle des lamelles produites sur les autres catégories de nucléus. Deux d’entre elles ont, par ailleurs, été retouchées sur au moins l’un de leurs bords, en vue d’une possible utilisation comme armatures de projectile. Les chutes de burins paraissent donc avoir été exploitées de manière occasionnelle par les tailleurs magdaléniens, afin de compléter leur équipement technique à vocation cynégétique. Il est donc probable -mais non certain- que la fabrication des burins, tout en demeurant l’objectif principal, a été l’occasion d’une production de supports utiles pour la confection de microlithes.

40La fréquence des ravivages et l’utilisation possibles des chutes témoignent donc d’un effort de rentabilisation somme toute assez logique dans un contexte de pénurie en bons matériaux. Cependant, cette interprétation n’est sans doute pas universelle et, dans d’autres ensembles, leur traditionnelle fonction d’outil demeure une hypothèse que l’on ne peut a priori exclure. C’est pour cela qu’il reste nécessaire, en l’état actuel de la recherche, d’interroger le contexte de chaque série, afin d’y rechercher les éléments nous permettant de statuer sur la vocation initiale de ces différentes opérations de taille.

Le débitage d’éclats

41Le débitage d’éclats semble quant à lui se résumer à une production marginale de supports épais et de dimensions réduites, réalisée sur blocs bruts (rognons assez volumineux, quelquefois fragmentés) ou dans le cadre du remploi de nucléus à lames. Ainsi, seules sept pièces présentent, sur une de leurs surfaces, un ou plusieurs négatifs d’enlèvements d’éclats. Pour deux d’entre elles, l’intention du tailleur ne fait aucun doute. Les cinq restantes sont plus douteuses. Il s’agit de blocs ou fragments de blocs qui portent tous cependant au moins quelques marques de percussion. L’ensemble de ces éléments a toutefois en commun la qualité plutôt médiocre de la matière première, presque toujours d’origine locale, et l’exploitation du percuteur dur pour le détachement des supports recherchés.

42En ce qui concerne les pièces identifiés, la production d’éclats se distingue par une très grande simplicité de procédure. La morphologie initiale des blocs semble fortement conditionner la manière dont ils sont exploités par le tailleur. Celui-ci met alors à profit les surfaces les plus larges du volume qu’il utilise alternativement comme plan de frappe et comme surface d’exploitation. Ce n’est donc pas tant le volume général du bloc qui semble être important que certaines propriétés locales : angulations entre deux surfaces, dimensions respectives de ces dernières, etc. Dans le même temps, lorsque le tailleur réutilise le volume d’un nucléus à lames, il ne semble pas non plus avoir recours à un schéma d’obtention d’éclats bien défini. Cependant, à leur abandon, quelques nucléus révèlent une exploitation centripète, s’effectuant par courtes séries “ isoaxes ” (Fourloubey 1998 ; Bracco et al. 2004). Notons enfin, et pour être complets, que, d’un point de vue qualitatif, le tailleur semble privilégier l’exploitation de surfaces lui permettant d’obtenir des éclats dont les dimensions dépassent 4 ou 5 cm environ. Cela correspond, peu ou prou, aux normes que l’on observe dans l’outillage sur éclats.

L’outillage

43L’outillage lithique, avec 415 pièces inventoriées (413 outils stricto sensu et deux pièces associant burins et nucléus “ La Marche ”), est, en proportion, relativement peu abondant (13,1 %). Il est vrai toutefois que notre perception de l’ensemble est sans doute faussée par l’utilisation probable de supports bruts pour de nombreux usages (travaux de découpe, etc.) et l’absence d’étude tracéologique. Les éléments retouchés représentent cependant près de 27 % de la totalité des supports débités. Ce taux de transformation des supports est largement supérieur à celui rencontré sur les sites magdaléniens du Bassin parisien, où il n’est, en effet, jamais supérieur à 8 % de l’effectif global, et tend logiquement à se rapprocher de celui rencontré sur les gisements des zones plus méridionales du Massif central, dont les industries lithiques se caractérisent par un même souci de rentabilisation du débitage, dans un contexte de plus forte pénurie en matières premières siliceuses.

44Les lames composent plus de la moitié des supports d’outils (près de 56 % du corpus typologique). Ce chiffre doit par ailleurs être relativisé dans la mesure où cette catégorie de produits connaît généralement un taux de fragmentation plus important que celui des éclats. L’ensemble des différentes catégories techniques de lames analysées au cours de notre développement se retrouve, sans distinction, parmi les supports rencontrés, qu’il s’agisse des lames à crêtes, des produits sous-crêtes ou des éclats laminaires. Les supports laminaires représentent, par ailleurs, la catégorie de supports qui connaît le taux de transformation le plus fort, ce qui tendrait à illustrer de manière assez logique leur exploitation préférentielle comme produits de première intention. Les éclats et les lamelles représentent, quant à eux, respectivement 16 % et 21 % des supports utilisés dans l’outillage (Tabl. 2).

Tabl. 2 : Classement technique de l’outillage.

Tabl. 2 : Classement technique de l’outillage.

45L’étude de la répartition lithologique de l’outillage révèle, en outre, une sélection et un traitement différentiels des supports en fonction de la matière première (Fig. 12). Ainsi, un peu moins de la moitié des supports laminaires en matériaux allochtones a été façonnée en outils (52 % du poids global) alors que ce taux de transformation ne s’élève qu’à 12 % pour les lames en silex local (14 % en poids). En ce qui concerne les lamelles en silex allochtones, 18 % ont servi à la fabrication d’outils (9,6 % en poids) contre seulement 9,5 % pour les supports lamellaires en matériaux locaux (7,3 % en poids). Il est à noter cependant, que ce taux de transformation reste assez faible pour l’ensemble des variétés de matières premières exploitées. Les éclats en matériaux exogènes retenus pour la confection d’une partie de l’outillage représentent quant à eux 26,8 % des éclats en silex marins inventoriés (34,3 % en poids). Proportionnellement, les éclats en matériaux locaux semblent avoir été moins utilisés : ils ne composent, en effet, que 12 % de l’ensemble des éclats débités (9,7 % en poids).

Fig. 12 : Classement technique de l’outillage par matières premières.

Fig. 12 : Classement technique de l’outillage par matières premières.

46La catégorie la mieux représentée au sein de cet ensemble est celle des burins (Fig. 13 : 13 à 24 et 16 : 1 à 6 et 9-10). Leur corpus, riche de 122 éléments (29,40 % de l’outillage global), se compose de 58 burins sur troncature, 30 burins dièdres, 16 burins sur cassure, 11 burins doubles et sept burins transversaux. Les grattoirs, au nombre de 75, représentent, quant à eux, 18,1 % du corpus typologique (Fig. 14 et 15 : 6). La très grande majorité de ces outils a été aménagée sur lames assez courtes et plutôt épaisses, quelquefois semi-corticales. Notons que ces pièces ont généralement fait l’objet de multiples ravivages, comme l’indiquent la forte proportion de chutes de burin dans l’industrie et les faibles dimensions des exemplaires rencontrés, même si cet argument doit logiquement être relativisé, eu égard à la forte fragmentation des objets. Cette dernière réalité témoigne toutefois d’une pérennité d’exploitation de certains outils, dans un contexte dominé par une relative “ carence ” en matières premières de bonne qualité. La phase d’abandon ne semble donc être intervenue que tardivement, suite à la fracture de la partie active de l’outil ou au rétrécissement trop important du support sélectionné.

Fig. 13 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outils sur lames et produits bruts de débitage.

Fig. 13 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outils sur lames et produits bruts de débitage.

1 à 5-7 à 11, fragments de lames bruts ; 6, encoche ; 12, lame brute ; 13 à 15-17 à 19 ; burins dièdres ; 16, burin double ; 20, burin sur cassure ; 21 à 24, burins sur troncature 

dessins J. Perchat

Fig. 14 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outils sur éclats et sur lames.

Fig. 14 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outils sur éclats et sur lames.

1 à 4-16, grattoirs sur éclats ; 5 à 14-17-18, grattoirs en bout de lames ; 15, grattoir double

dessins J. Perchat

47Nous avons en outre identifié 20 perçoirs et un bec (Fig. 15 : 1 à 5) qui se répartissent d’un point de vue typologique de la manière suivante : 13 perçoirs simples, 3 perçoirs doubles, 2 perçoirs multiples, et 2 micro-perçoirs issus de la transformation de supports lamellaires courts et assez épais.

Fig. 15 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outillage sur lames et sur éclats.

Fig. 15 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outillage sur lames et sur éclats.

1 à 3, perçoirs ; 4, perçoir multiple “ en étoile ” ; 5, “ bec ” ; 6, grattoir sur éclat ; 7, raclette

dessins J. Perchat

48L’assemblage considéré contient par ailleurs 12 outils mixtes (Fig. 16 : 7 à 11 ; 14) : 10 grattoirs-burins, un burin-troncature et un grattoir-perçoir. Ils ont tous été aménagés sur des produits laminaires très réguliers qui n’ont été abandonnés que tardivement, alors qu’ils mesuraient moins de 55 mm, ce qui tendrait à prouver que les tailleurs magdaléniens ont cherché à exploiter au maximum les supports de bonne qualité, ayant bénéficié d’un débitage soigné, et probablement confectionnés en dehors du site (neuf d’entre eux ont été réalisés en matériaux allochtones).

Fig. 16 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outils sur lames, outils sur éclats et armatures microlithiques.

Fig. 16 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outils sur lames, outils sur éclats et armatures microlithiques.

1 à 3, burins sur éclats ; 4, burin dièdre ; 5-6, burins doubles ; 7, burin dièdre/lame sous crête tronquée ; 8-11, grattoirs-burins ; 9-10, burins sur troncatures ; 12-13-21, lames tronquées ; 14, grattoir-perçoir ; 15 à 18, lamelles à dos ; 19, lamelle tronquée ; 20, lame bitronquée

dessins J. Perchat

49Les lames retouchées sont au nombre de 54 (Fig. 17 ; 28 à 30). Elles présentent une retouche marginale (six exemplaires), abrupte (27) ou semi-abrupte (19). Dans les deux tiers des cas, la retouche affecte uniquement, de manière continue ou partielle, un des bords du support tandis que, pour un tiers du corpus, cet aménagement envahit les deux bords de l’outil. Deux individus portent en outre les stigmates d’un aménagement mixte de leurs bords (retouche alterne ou alternante).

Fig. 17 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outils sur lames et produits bruts de débitage.

Fig. 17 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outils sur lames et produits bruts de débitage.

1 à 27, 31-33 ; fragments de lames bruts ; 28-30, supports laminaires retouchés

dessins J. Perchat

  • 7 Deux d’entres elles sont aménagées sur des sous-produits du débitage laminaire. La retouche est tou (...)

50On décompte également une encoche (Fig. 13 : 6), cinq pièces esquillées, 24 éclats retouchés, trois raclettes7 (Fig. 15 : 7) et 11 éléments tronqués (Fig. 16 : 12, 13, 21). Il existe enfin 15 supports laminaires qui ne portent aucune retouche intentionnelle, mais seulement d’éventuelles traces d’utilisation brute. Celles-ci peuvent concerner l’exploitation opportuniste d’un angle de cassure, (un cas) ou, de manière plus évidente l’utilisation d’un des bords du produit laminaire (14), s’exprimant alors sous la forme d’ébréchures localisées ou d’un esquillement marginal, uni- ou bidirectionnel, du tranchant des lames (Valentin et Christensen 2004). Toutefois, les conditions mêmes de récolte de ce matériel, dans le cadre de ramassage en labours, nous contraignent évidemment à limiter la portée de cet argument, en l’absence de toute précision du contexte taphonomique des découvertes.

51À côté de l’utilisation ponctuelle de lamelles comme éléments de couteaux ou microperçoirs, l’essentiel des supports lamellaires est dévolu aux microlithes. Les armatures microlithiques constituent ainsi le second groupe typologique (21 % du corpus général). Cet assemblage se caractérise en outre par une assez forte monotonie : il rassemble en effet 81 lamelles ou fragments de lamelles à dos simple (Fig. 16 : 15, 16, 17, 18), deux fragments de lamelles à dos tronquées, un fragment de lamelle à dos appointée et trois fragments de lamelles à dos double. Elles portent, dans leur très grande majorité une retouche abrupte sur l’un des bords, plus rarement sur les deux. 12 individus présentent cependant une retouche semi-abrupte, pouvant être directe (cinq exemplaires), inverse (4), alterne (1) ou alternante (2). Les supports exploités sont, en règle générale, de petits fragments de lamelles, à bords parallèles et assez rectilignes. D’un point de vue morphométrique, ces pièces sont proportionnellement assez larges et d’épaisseur constante, et s’inscrivent pour un peu moins de la moitié d’entre elles dans un gabarit de 6 mm (Fig. 18). Les armatures façonnées dans le silex de la craie apparaissent cependant plus graciles que celles tirées des matériaux d’origine locale. Les silex marins semblent d’ailleurs avoir été préférés pour la réalisation de ces pièces, ce qui a pu être observé sur d’autres gisements contemporains (Fig. 19 ; Montoya 1996 ; Demouche 2000 ; Angevin 2008 ; Surmelyet al. 2002b). Signalons enfin que, sur 87 éléments retouchés, seuls trois sont entiers. De ce fait, l’importance de la fragmentation des armatures microlithiques pose le problème de sa nature même, volontaire ou accidentelle.

Fig. 18 : Répartition morphométrique des armatures en fonction de leurs largeur/épaisseur.

Fig. 18 : Répartition morphométrique des armatures en fonction de leurs largeur/épaisseur.

Fig. 19 : Répartition des armatures microlithiques en fonction de la matière première.

Fig. 19 : Répartition des armatures microlithiques en fonction de la matière première.

Du site au territoire : les comportements techniques des magdaléniens de la corne-de-rollay à l’épreuve des stratégies économiques régionales

Autonomie des productions, variabilité des supports, diversité des échelles de temps

52La diversité des schémas de production apparaît comme un trait important du comportement technique des Magdaléniens de la Corne-de-Rollay. Au cours de cette étude, nous avons ainsi pu percevoir l’association de chaînes opératoires nettement différenciées qui permettent aux tailleurs d’obtenir des lames et des lamelles, mais également des éclats. Elle témoigne par ailleurs d’un large registre de connaissances et de pratiques, trahissant une planification à long terme des besoins et des activités (Angevin, Langlais 2009).

53Comme cela a déjà été précisé pour d’autres contextes archéologiques, le schéma de débitage laminaire de type unipolaire semi-tournant permet une normalisation des supports d’outils et une optimisation de la longueur des lames, favorisant ainsi la “ polyfonctionnalité ” et la longue durée de vie des outils de transformation (Langlais 2007a). Pour mener à bien cette production, outre la contrainte économique en terme de matière première (volumes disponibles, transport, contacts, échanges), le soin porté aux convexités latérale et longitudinale du volume et à la préparation du détachement impliquent des savoir-faire techniques élevés et, sans doute, un statut socio-économique particulier du débitage laminaire qui contribue à répondre aux besoins domestiques du groupe (Langlais, ibid et 2007b ; Angevin, Langlais 2009).

  • 8 Cette dernière réalité ne semble cependant pas recouvrir une dimension morphométrique : ainsi, aucu (...)

54La multiplicité des chaînes opératoires mises en œuvre pour l’extraction des lamelles constitue, par ailleurs, le principal “ particularisme ” d’ordre technologique relevé au sein de cette série. Qu’il s’agisse de nodules de dimensions réduites, de lames épaisses, d’éclats robustes ou de rares nucléus à lames, les débitages sont mis en œuvre selon différentes modalités opératoires, qui peuvent être nettement dissociées de la production laminaire. La présence significative d’une “ pièce d’Orville ” ou de “ lames-nucléus ” du type “ La Marche ” aux côtés des modèles sur blocs plus classiques révèle ainsi la diversité des modalités retenues et, partant, l’importance accordée à cette dernière production, en termes de rentabilité économique et de temps de production notamment8.

55Les productions laminaire et lamellaire sont donc au centre des questions relatives à l’acquisition des ressources et aux modalités de transport de l’équipement technique (Fig. 20). En ce qui concerne le débitage lamellaire, nous pouvons logiquement considérer que les nucléus de type “ prismatique ”ou sur “ tranche d’éclats ” incarnent le schéma d’exploitation dominant. Cette dernière réalité, associée à la présence de plusieurs nucléus du type “ La Marche ”et d’un nucléus sur “ pièce d’Orville ” au sein de l’assemblage considéré, doit donc nous interroger sur la relative autonomie des diverses modalités d’obtention lamellaire mises en œuvre sur le gisement.

Fig. 20 : Modalités d’introduction et de traitement des matières premières siliceuses sur le gisement.

Fig. 20 : Modalités d’introduction et de traitement des matières premières siliceuses sur le gisement.

(illus. d’après Bodu et Valentin 2003)

56Lors de la collecte des matériaux, les Magdaléniens ont, dans la très grande majorité des cas, opéré un tri assez sélectif des supports de production, consacrant certains blocs au débitage de lames tandis que de plus petits nodules, des plaquettes corticales diaclasées ou des éclats épais étaient réservés à l’obtention de lamelles. Cette étape préliminaire semble donc déjà intégrer que les nucléus à lames ne seront pas reconvertis par la suite en nucléus prismatiques à lamelles. Comme nous l’avons constaté précédemment, le débitage des lames en silex allochtone a pu être réalisé sur le gîte même, ou alors sur un site d’habitat situé à proximité – pour autant, par ailleurs, que gîte et habitat ne soient pas un même lieu dans certains cas. Quoi qu’il en soit, la majorité de cette production semble donc avoir été effectuée avant d’être importée sur le site. À l’inverse, les Magdaléniens ont attendu d’y être parvenus pour détacher des lamelles sur de petits blocs ou de gros éclats, sélectionnés au préalable et emportés bruts (certains ont pu, quelquefois, être préformés à cette intention), ainsi que sur des supports laminaires débités antérieurement. Aussi, si quelques lamelles ont pu les accompagner pendant leurs trajets, cette dernière solution n’a probablement représenté qu’une option économique secondaire, voire marginale, au sein du système technique évoqué précédemment.

  • 9 Le terme de “ ramification des chaînes opératoires ” est emprunté à L. Bourguignon, J.-P. Faivre et (...)

57La confrontation des productions laminaire et lamellaire nous permet donc de mesurer l’état de leurs différences, et ce à plusieurs niveaux. Cette rupture porte tout d’abord sur la caractérisation de deux populations morpho-dimensionnelles distinctes, en relation avec des schémas opératoires indépendants et mis en œuvre sur des supports diversifiés. Leurs identités respectives s’expriment également au travers de la distribution spatio-temporelle des activités de taille, témoignant du haut degré de fractionnement des chaînes opératoires dans le temps et dans l’espace des territoires, ainsi que de la production de supports à usage différé, en lien avec une anticipation plus ou moins forte des besoins. Elles se distinguent probablement, enfin, par des destinations fonctionnelles qui leurs sont propres et par une forte dichotomie entre sphères domestique et cynégétique qui témoignent de la réelle diversité des activités réalisées sur le lieu même de l’habitat. Si certaines de ces constatations ont été évoquées pour d’autres gisements magdaléniens ou d’autres technocomplexes, leur mise en perspective trahit toutefois la complexité et la multiplicité des “ intentions ” pouvant être jugées comme responsables, à différents niveaux, de cette relative autonomie des productions laminaire et lamellaire (Angevin, Langlais 2009). Dès lors, nous pouvons considérer qu’il s’agit là d’un élément de caractérisation majeur de l’expression technique des Magdaléniens de la Corne-de-Rollay. Forts de ce constat, il nous faut désormais essayer de discuter la valeur technique et économique que nous pouvons accorder à cette réalité particulière, fortement ancrée dans une logique de “ ramification des chaînes opératoires ”9 (cf. Bourguignon, Faivre, Turq 2004).

Une spécificité des “ industries de carence ” ?

58C’est traditionnellement par la détermination des matières premières lithiques que l’on cherche à appréhender la nature et la gestion des territoires au Paléolithique (Perlès 1991 ; Surmely, Pasty 2003 ; Klaric 2007). De manière évidente, la présence et la disponibilité des matériaux à grain fin (matériaux de prédilection pour la confection des armatures) dans l’environnement proche apparaissent comme des facteurs pouvant influer, à des degrés divers, sur l’organisation des systèmes techniques des hommes de la Préhistoire. La question qui se pose est alors la suivante : est-il possible d’approcher certaines stratégies économiques et territoriales en partant de l’étude des systèmes de production lithique ? Autrement dit, ces derniers peuvent-ils être révélateurs de comportements économiques spécifiques à chacun de ces groupes et les différences qui s’expriment dans la sphère technique peuvent-elles nous permettre d’accéder à une meilleure compréhension de la gestion des territoires au cours de cette période ? Nous proposerons ici quelques pistes de réflexion visant à intégrer certains paramètres technologiques et économiques à cette analyse, en prenant notamment en compte l’éloignement relatif des gîtes d’approvisionnement.

59L’hypothèse la plus souvent évoquée pour interpréter le phénomène de “ ramification des chaînes opératoires ” dans les industries lithiques est celle d’une adaptation ponctuelle des systèmes techniques à certains contextes particuliers dits “ de carence ” (Bourguignon et al. 2004). La “ pénurie ” en matériaux de bonne qualité serait alors compensée par une forte segmentation, dans l’espace et dans le temps, des différentes chaînes opératoires, impliquant une gestion rigoureuse des ressources. Cette segmentation, qu’il convient d’analyser dans la synchronie et la diachronie, semble cependant varier selon les silex exploités, les types d’apports en volumes à débiter et les schémas mis en œuvre. Ainsi, à la Corne-de-Rollay, les matériaux siliceux allochtones semblent être parvenus sur le site sous la forme de volumes déjà partiellement dégrossis et mis en forme (blocs, plaquettes), mais aussi de produits préalablement débités (éclats, lames). Le choix de tel ou tel matériau – de tel ou tel volume – semble donc impliquer le recours préférentiel à un schéma opératoire plutôt qu’un autre, selon les disponibilités du groupe, mais aussi selon ses besoins. De cette dernière assertion découlent deux observations importantes : tout d’abord, que les schémas rencontrés ne peuvent être ni systématiques, ni exclusifs ; puis qu’une telle diversité – traduisant par ailleurs une certaine souplesse des “ intentions ”ne peut que s’inscrire dans un cadre technique, économique et social très structuré où l’anticipation des objectifs est clairement tangible. Il est intéressant de noter à cet égard que si la circulation sur de longues distances des matériaux allochtones jusque dans le Massif central apparaît comme un phénomène assez stable pendant tout le Paléolithique supérieur – les mêmes modalités de recrutement des matériaux siliceux se retrouvent d’un bout à l’autre de la séquence, sans réelle variabilité lithologique ou économique (Surmely, Pasty 2003 ; Surmely et al. 2002a) –, cette “ ramification des chaînes opératoires ” n’apparaît pas comme une constante des industries lithiques ou ne se retrouve pas de la même manière d’un technocomplexe à un autre. Partant, différentes réponses, traduisant des changements socio-économiques à une échelle plus large entre les groupes humains, semblent pouvoir être envisagées pour répondre au manque de matériaux de bonne qualité.

60À la Corne-de-Rollay et, plus largement, dans tout le Massif central, l’environnement régional ne livre que des matériaux de qualité médiocre, qui n’ont été que rarement employés pour la confection des armatures et de l’outillage domestique. A contrario, la plupart des matériaux dédiés à la production des supports laminaires et lamellaires semble provenir de régions distantes de 120 km à 150 km à vol d’oiseau (silex du Turonien supérieur de la région du Grand-Pressigny et du Turonien inférieur de la moyenne vallée du Cher). Des réserves de matière première sont ainsi parvenues sur le site sous forme de grandes lames brutes ou de gros éclats présentant notamment une bonne aptitude à la taille lamellaire. Dans ce contexte, nous pourrions alors avancer avec prudence l’hypothèse selon laquelle les schémas de production sur “ tranche d’éclats ” ou sur “ face supérieure de lames ”,employés à la Corne-de-Rollay, s’inscriraient dans le cadre d’une adaptation pragmatique à un contexte où les matières premières de bonne qualité semblent faire défaut dans l’environnement proche.

61Pourtant, ce postulat apparaît avec une moindre pertinence lorsqu’on la transpose à d’autres contextes régionaux, comme celui de La Marche (Vienne) ou d’Orville (Indre) par exemple. À l’inverse de la Corne-de-Rollay, ces sites se trouvent à proximité immédiate de gîtes de matériaux à grain fin (affleurements de silex crétacés dans un rayon de 20 à 30 km). Comment expliquer alors que ces différentes modalités économiques de production se retrouvent dans des contextes où les matériaux de bonne qualité sont présents en abondance ? Au moins deux hypothèses peuvent, nous semble-t-il, être envisagées : d’une part, la possible adaptation des systèmes techniques en fonction de la nature et des conditions de l’occupation (site résidentiel, halte de chasse, halte de réapprovisionnement en matériaux siliceux, etc. ; Klaric 2007) ; d’autre part, l’existence de groupes chrono-régionaux distincts non clairement identifiés jusque là au sein de la séquence magdalénienne du Massif central et de ses marges. Les nucléus du type “ La Marche ”pourraient alors correspondre à une formule pérenne adaptée à des contextes de “ pénurie ” de matière première, mais il se pourrait aussi qu’ils relèvent de stratégies plus ponctuelles mises en œuvre à l’occasion “ d’expéditions logistiques ” ciblées (Klaric, ibid.).

62Quoi qu’il en soit, il apparaît que les différentes modalités de débitage lamellaire présentées plus haut participent d’une même koinè technique dont la souplesse intrinsèque et la rigidité extrinsèque donnent au système technique magdalénien sa surprenante faculté d’adaptation, son importante réactivité et une sensibilité économique particulièrement marquée. S’adaptant tout à la fois à la nécessaire anticipation des besoins et à la forte mobilité des groupes humains, cette organisation techno-économique témoigne d’une circulation sur de longues distances des objets et des idées au cours de cette période. Toutefois, la question de l’interprétation générale de ce phénomène ne pourra à l’avenir être abordée que dans le cadre d’une prise en compte globale des données issues de différents sites. Multiplier les exemples permettra alors de mieux appréhender la variabilité des réponses apportées par les sociétés magdaléniennes en fonction de leur environnement et, peut être, de déterminer quelques solutions pérennes pour chacune des régions en question. C’est tout l’enjeu des études technologiques à venir.

Entre “ badegoulien récent ” et “ magdalénien moyen/supérieur auvergnat ” : éléments de réflexion sur la place de l’industrie de la corne-de-rollay au sein de la séquence pléni- et tardiglaciaire du massif central et de ses marges

63En dépit de l’émergence récente de nouveaux critères de distinction, l’interprétation chrono-culturelle de l’industrie de la Corne-de-Rollay reste malgré tout éminemment problématique. La conjonction de caractères considérés comme nettement discriminants pour d’autres assemblages pose bien évidemment la question de l’intégrité de cette série, ne bénéficiant d’aucun contrôle stratigraphique. Ainsi, il nous faut rappeler une nouvelle fois que la faiblesse de l’effectif de certaines composantes de cette série, associée aux conditions mêmes de sa récolte ou au caractère lacunaire des chaînes opératoires reconnues, limite fortement la représentativité de nos observations et nous empêche de proposer une attribution chronologique efficace et définitive du système technique qui lui est associé.

  • 10 Entre 12 380 +/- 280 B.P. (datation non calibrée obtenue sur le gisement du Rond-du-Barry, couche E (...)

64Si l’outillage lithique semble rattacher la série de la Corne-de-Rollay au Magdalénien stricto sensu, il demeure difficile toutefois de préciser à quelle subdivision cette dernière peut correspondre. Sur les seuls critères typologiques, de nombreuses convergences peuvent cependant être signalées avec certaines industries magdaléniennes du Velay (Le Rond-du-Barry, Le Blot – Chantier 1) ou des Limagnes d’Auvergne (Enval 1 et 2, Thônes, Le Bay) ainsi qu’avec celles de stations du Paléolithique supérieur récent de la Sologne Bourbonnaise ou de la moyenne vallée du Cher (Delporte 1966 ; Genty 1971 ; Bayle des Hermens 1979 ; Piboule 1985 ; Bourdelle et Merlet 1991 ; Bracco 1996 ; Surmely et al.1997 ; Surmely 2000). En cela, la série lithique de la Corne-de-Rollay semble donc assez proche du “ Magdalénien moyen/supérieur ” auvergnat, qui se caractérise, entre autres, par un nombre élevé d’armatures microlithiques et une forte domination des burins sur les autres catégories d’outils, notamment les grattoirs (Virmont 1981 ; Surmely 2000 ; Surmely et al. 2002b). Dans leur très grande majorité, ces industries appartiennent à des occupations contemporaines de l’interstade du Bölling-Allerød10. Cependant, certaines d’entre elles se distinguent par des datations plus précoces, entre 15.200 B.P. et 13.700 B.P., proches d’un Magdalénien moyen (Thônes ; Surmely 1998 ; Enval 1 Sol de la Grange ; Bourdelle et Merlet 1991). Il est à noter toutefois que la présence de raclettes, en proportion non négligeable au sein de l’industrie, vient quelque peu contrarier ce diagnostic. Elle pourrait impliquer, en effet, une attribution chronologique légèrement plus ancienne pour une partie au moins de cette série, ce qui semble suggéré, par ailleurs, par la robustesse de certains produits laminaires et la proportion importante d’outils confectionnés sur éclats.

65Dans ce contexte, la reconnaissance de la mise en œuvre d’un débitage lamellaire “ sur face supérieure de lames ”, initialement identifiée sur les sites de La Marche (Lussac-les-Châteaux, Vienne), du Roc-aux-Sorciers (Angles-sur-l’Anglin, Vienne), d’Orville (Indre) et du Rocher-de-la-Caille (Loire) et généralement associée au Magdalénien moyen des marges septentrionales du Massif central (Alix et al., 1995), ne doit donc pas être considérée comme un argument systématique en faveur d’une attribution chronologique à une phase plutôt précoce du Magdalénien. Rappelons que la réalisation ponctuelle d’un tel débitage ne peut être considérée, stricto sensu, comme un marqueur technique pertinent pour définir l’une des subdivisions du Paléolithique supérieur. Ainsi, différents exemples de “ ramification des chaînes opératoires ”, témoignant d’une redondance des solutions techniques employées sur le temps long, ont été signalés ces dernières années, non seulement au Magdalénien, mais aussi au Moustérien, à l'Aurignacien ou encore au Gravettien (Klaric 2000 ; Bon 2002 ; Bourguignon et al. 2004). Par ailleurs, cette méthode de débitage a pu être clairement identifiée dans les industries magdaléniennes d’Enval 1 Sol de la Grange (Magdalénien moyen, Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme), de Gazel (Magdalénien moyen, Aude), de Bize (Magdalénien moyen, Aude), du Poteau (Magdalénien moyen/supérieur, Hérault), d’Isturitz (Magdalénien moyen/supérieur, Pyrénées-Atlantiques) et d’Étiolles (Magdalénien final, Essonne ; Angevin 2008 ; Langlais 2007b ; Pigeot 2004). Dès lors, cette relative convergence des “ manières de faire ” doit logiquement nous alerter sur la pertinence de la notion de “ fossile directeur technologique ” – trop souvent évoquée –, compte tenu notamment de l’ubiquité de certaines modalités techniques au cours du Paléolithique supérieur (Valentin 2008). De fait, il apparaît donc que cette modalité ne peut être envisagée dans une perspective chrono-culturelle trop stricte.

66Comment donc interpréter ce type d’industrie à caractère mixte ? La convergence d’éléments habituellement considérés comme clairement signifiants d’un point de vue chrono-culturel doit, en effet, nous alerter sur la cohérence et, partant, sur l’identité même de la série en question. Ainsi, plusieurs hypothèses, par ailleurs non exclusives tant les inconnues et les variables associées à ce type d’équations sont nombreuses, peuvent être logiquement avancées pour expliquer ce phénomène (Ducasse, Langlais 2007).

67La première d’entre elles nous invite à considérer l’assemblage recueilli comme la résultante de deux occupations, par ailleurs clairement distinctes d’un point de vue typo-technologique. Elle recouvre alors partiellement l’interprétation avancée par l’inventeur du site, M. Piboule, pour qui la reconnaissance de rares raclettes, de grattoirs sur éclats, d’un perçoir multiple et de plusieurs burins transversaux sur éclats témoignerait de l’existence sur le site d’une occupation “ précoce ” pouvant être rapprochée d’un Badegoulien récent et qui serait mélangée à une industrie “ plus franchement magdalénienne ” rapportée à une phase moyenne ou supérieure de ce dernier technocomplexe (Piboule 1985 : 66). Nous l’avons rappelé précédemment : en l’absence de données stratigraphiques irréfutables, il demeure impossible d’affirmer l’intégrité de la série lithique envisagée et de nier l’existence de possibles mélanges. Cependant, en l’état actuel des connaissances, l’absence de débitage autonome d’éclats pour la confection des supports de raclettes, ainsi que la très faible représentativité de la production micro-lamellaire (Cretin 1996 ; Fourloubey 1998 ; Bracco et al. 2004 ; Ducasse 2004) limitent fortement la portée de cette hypothèse, en la réduisant à sa simple expression typologique (identification d’un “ fossile directeur ” isolé et faiblement représenté dans l’industrie).

68La deuxième hypothèse nous conduit, a contrario, à envisager cette variabilité sous le prisme de l’économie et de la “ fonction des sites ” : la faible variabilité typologique des industries (proportions différentes, composantes reconnues comme “ atypiques ”, etc.) témoignerait alors d’une complémentarité fonctionnelle des gisements – dans le cadre notamment d’une gestion et d’une organisation rigoureuses des territoires – tandis que la multiplication des attributions chrono-culturelles trahirait une confusion entre culturel et fonctionnel. Ici encore, le caractère anecdotique de “ l’indice ” badegoulien au sein de l’assemblage considéré ne vient en aucun cas confirmer -ou infirmer- la mise en œuvre d’une activité particulière sur le site, tant celle-ci paraîtrait marginale au regard des sphères (domestiques, cynégétiques) par ailleurs investies par les Magdaléniens.

69Dans une perspective plus chrono-culturelle, une troisième solution nous permet d’explorer cette diversité sous l’angle de la continuité ou de la rupture entre les différents technocomplexes. Dans ce cadre conceptuel, le caractère mixte des séries envisagées pourrait relever d’une “ industrie de transition ” témoignant d’échanges de savoir-faire techniques ou d’une modification plus profonde des systèmes techno-économiques, en lien avec un possible syncrétisme technique ou une “ acculturation ” des groupes humains. Dans le cas qui nous intéresse, le profond déséquilibre entre les deux composantes évoquées précédemment nous contraint logiquement à écarter cette interprétation, tant la balance des données disponibles “ penche ” actuellement vers le Magdalénien “ classique ” et marginalise un possible apport badegoulien dans l’industrie. Par ailleurs, la série de la Corne-de-Rollay se distingue nettement des assemblages du Magdalénien inférieur qui semblent marquer, dans le sud-ouest de la France et le nord de l’Espagne, la transition entre Badegoulien récent et Magdalénien moyen, sans pour autant préciser les relations phylétiques entre ces deux technocomplexes (Utrilla 1989 ; Cazals 2005 ; Langlais 2007b ; Primault et al. 2007).

70Enfin, la dernière de ces hypothèses pose la question de la pérennité de certaines solutions techniques au sein du système techno-économique envisagé et du caractère “ opportuniste ” que peut revêtir la composition des industries lithiques. Ainsi, la production de supports pour deux des trois raclettes identifiées sur le site semble-t-elle s’inscrire dans l’ultime séquence d’exploitation de nucléus laminaires par ailleurs réalisés en silex allochtone et tardivement réorientés. Il en va de même pour deux burins transversaux et l’unique “ pièce d’Orville ”, tous aménagés sur des fragments de lames épaisses “ importées ” sur le site. L’organisation techno-économique de l’industrie lithique apparaît donc très éloignée de celles du Badegoulien récent ou du Magdalénien inférieur, se référant à des systèmes de production simplifiés pour répondre à des besoins immédiats (Fourloubey 1998 ; Langlais 2007b).

71Face à l’ensemble de ces éléments de définition, l’industrie de la Corne-de-Rollay semble donc se rapprocher des ensembles du Magdalénien moyen du sud-ouest de la France et du Massif central, par le partage d’un certain nombre de caractères techno-économiques qui apparaissent par ailleurs assez stables dans le temps et dans l’espace des territoires : développement d’un système technique complexe articulé autour des débitages laminaire et lamellaire ; quasi-absence de débitage autonome d’éclats ; émergence de contraintes économiques nouvelles, en termes notamment d’aptitude à la taille laminaire des matières premières ; mise en œuvre d’un schéma de débitage laminaire élaboré permettant l’obtention de produits normalisés, extraits au percuteur tendre organique et destinés à l’outillage domestique ; développement concomitant de plusieurs modalités de production lamellaire destinées à la confection de supports d’armatures ; stabilité morphométrique, monotonie typologique intra-site et variabilité régionale des microlithes (Langlais 2004 et 2007a ; Jacquot 2002 ; Taylor 2003 ; Angevin 2008 ; Chehmana, thèse en cours). Toutefois, la reconnaissance de certains de ces caractères techno-économiques et de leurs implications sociales dans le Magdalénien supérieur et final du Bassin parisien (Valentin, Pigeot 2000), “ témoignant d’une perduration des schèmes traditionnels à travers le Dryas ancien et le Bølling ” (Langlais 2007a : 762), doit une nouvelle fois nous inviter à une certaine prudence en terme d’attribution chrono-culturelle à l’un ou l’autre de ces technocomplexes.

Cette recherche n’aurait pu être menée à bien sans la confiance des personnes qui nous ont donné accès aux collections et aux archives provenant de leurs fouilles. Jacques Perchat et Maurice Piboule nous ont ainsi confié l’étude d’une partie du mobilier provenant de la Corne-de-Rollay. Nous leur adressons ici nos plus sincères remerciements, en espérant que ce travail aura contribué à une meilleure compréhension de ce site. Notre reconnaissance va également à M. Boris Valentin qui a accompagné cette recherche dans le cadre d’une direction de Master 2 à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ainsi qu’à Mme Monique Olive, MM. Frédéric Surmely et Christian Verjux pour leur relecture critique de cet article, leurs suggestions ou, plus simplement, pour les nombreuses discussions que nous avons eues ensemble à ce sujet.

Haut de page

Bibliographie

Alix, Pelegrin et Deloge 1995
Alix P., Pelegrin J. et Deloge H. - Un débitage original de lamelles à la pression dans le Magdalénien du Rocher-de-la-Caille (Loire), Paléo, 7 : 187-199.

Angevin 2007
Angevin R. - Étude techno-économique de l’industrie lithique magdalénienne du gisement de surface de la Corne-de-Rollay (Couleuvre, Allier), mémoire de Master 1, Université de Clermont-Ferrand II, ex. multigraph., 296 p.

Angevin 2008
Angevin R. - Enquête autour de la variabilité des systèmes de production lamellaire au sein de la séquence magda-lénienne du Massif central et de ses marges. Apport des industries lithiques de la Corne-de-Rollay (Couleuvre, Allier), du Blot (Cerzat, Haute-Loire) et d’Enval 1 (Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme), mémoire de Master 2, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ex. multigraph., 134 p.

Angevin, Langlais 2009
Angevin R., Langlais M. - Où sont les lames ? Enquête sur les “ caches ” et “ dépôts ” de lames au Magdalénien moyen (15 000-13 500 B.P.), in :Bonnardin S., Hamon C., Lauwers M. et Quilliec B. (dir.), Du matériel au spirituel : réalités archéologiques et historiques des “ dépôts ” de la Préhistoire à nos jours, Actes du XXIXe Colloque international d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, CEPAM (CNRS) : 61-80.

Aubry 1991
Aubry T. - L’exploitation des ressources en matières premières dans les gisements solutréens et badegouliens du bassin versant de la Creuse (France), Thèse de Doctorat, Université de Bordeaux I, 1 vol., ex. multigraph., 295 p.

Audouze et al. 1988
Audouze F., Karlin C., Cahen D., Croisset E., Coudret P., Larrière M., Masson P., Mauger M., Olive M., Pelegrin J., Pigeot N., Plisson H., Schmider B., TaborinY. - Taille du silex et finalité du débitage dans le Magdalénien du Bassin parisien, in : Otte M. (dir.), De la Loire à l’Oder : les civilisations du Paléolithique Final dans le Nord-ouest européen, ERAUL, no 25, BAR, no 444, Actes du colloque de Liège (1985), vol. 1 : 55-84.

Bayle Des Hermens 1979
Bayle des Hermens R. - Les niveaux supérieurs du Magdalénien de la grotte du Rond-du-Barry, Polignac (Haute-Loire), in : Sonneville-Bordes D. (dir.), La fin des temps glaciaires en Europe. Chronostratigraphie et écologie des cultures du paléolithique final, Actes du colloque international de Talence (1977), CNRS. éd., 2 vol. : 601-611.

Bodu 1994
Bodu P. - Analyse typo-technologique du matériel lithique de quelques unités du site magdalénien de Pincevent (Seine-et-Marne) : applications spatiales, économiques et sociales, Thèse de doctorat, Université Paris I, 3 vol., ex. multigraph., 629 p.

Bodu, Valentin 2003
Bodu P., Valentin B. - L’industrie lithique de la salle Monique : approche technologique, in : Clottes J. et Delporte H. (éds.), La grotte de la Vache (Ariège) : I- Les occupations du Magdalénien, CTHS, Paris : 151-169.
Bon 2002

Bon F. - L’Aurignacien entre mer et océan. Réflexion sur l’unité des phases anciennes de l’Aurignacien dans le sud de la France, Mémoire de la Soc. Préh. Fr., t. 29, 253 p.

Bourdelle et Merlet 1991
Bourdelle Y., Merlet J.-C. - Le site d’Enval, commune de Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme), Bull. Soc. Préh. Fr., 88 : 109-113.

Bourguignon, Faivre, Turq 2004
Bourguignon L., Faivre J-P., Turq A. - Ramification des chaînes opératoires : une spécificité du Moustérien ?, Paléo, 16 : 37-48.

Bracco 1996
Bracco J.-P. - Du site au territoire. L’occupation du sol dans les hautes vallées de la Loire et de l’Allier au Paléolithique supérieur (Massif central), Gallia Préhistoire, 38 : 43-67.

Bracco et al. 2004
Bracco J.-P., Morala A., Cazals N., Cretin C., Ferullo O., Fourloubey C, Lenoir M. - Peut-on parler de débitage discoïde au Magdalénien ancien/Badegoulien ? Présentation d’un schéma opératoire de production d’éclats courts normalisés, in : Peresani M. (dir.), Advancements and implications in the study of the discoïd lithic technology, BAR International Series : 1-33.

Brinon. 1925
Brinon H. - Inventaire des découvertes préhistoriques faites en Bourbonnais, Rev. scient. du Bourbonnais, 37 : 75-98.

Cazals 2000
Cazals N. - Constantes et variations des traits techniques et économiques entre le Magdalénien “ inférieur ” et “ moyen ” : analyse des productions lithiques du Nord de la péninsule ibérique. Thèse de Doctorat, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, ex. multigraph.

Cazals 2005
Cazals N. - Le début du Magdalénien de part et d’autre des Pyrénées. Quelques réflexions au travers des techniques de taille et des modes d’exploitation des ressources, in :Barbaza M. et Jaubert J. (éds.), Territoires, déplacements, mobilité, échanges durant la Préhistoire, 126e Congrès du CTHS, Toulouse, 2001, Ed. CTHS, Paris : 295-309.

Clozier et al. 1988
Clozier L. et al. - Carte géologique de la France, 1/50000e, feuille de Lurcy-Lévis (03), no 574, 1988.

Chehmana 2003
Chehmana L. - Le Badegoulien de Bourgogne. Mise en évidence des chaînes de fabrication des outils lithiques à Oisy (Nièvre), mémoire de maîtrise, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ex. multigraph., 85 p.

Chehmana 2004
Chehmana L. - Enquête sur l’identité du Badegoulien et ses origines possibles. Apport de l’étude des industries lithiques badegouliennes de Oisy (Nièvre) et solutréennes de Saint-Sulpice-de-Favière (Essonne) et de Fressignes (Indre), mémoire de DEA, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ex. multigraph., 54 p.

Cretin 2000
Cretin C. - Tradition et variabilité dans le comportement technique. Le cas du Badegoulien et du Magdalénien en Périgord, Thèse de doctorat, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2 vol., 2000, ex. multigraph., 721 p.

Dachary M., 2002
Dachary M. - Le Magdalénien des Pyrénées occidentales, Thèse de doctorat, Université de Paris 10 Nanterre, 2 vol., ex. multigraph., 299+67 p.

De Araujo Igreja, Bracco et Lebrun-Ricalens (éd.) 2006
De Araujo Igreja M., Bracco J.-P. et Lebrun-Ricalens F. (éd.) - Burins préhistoriques : formes, fonctionnements, fonctions, Archéologiques 2, éd. Du MNHA, Luxembourg, 376 p.

Delporte 1966
Delporte H. - Le Paléolithique dans le Massif central : I- Le magdalénien des vallées supérieures de la Loire et de l’Allier), Bull. Soc. Préh. Fr., 63 : 181-187.

Demouche 2000
Demouche F. - Étude techno-économique de l’industrie magdalénienne d’Enval-Sol de la Grange (Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme), Mémoire de maîtrise de l’Université d’Aix-Marseille, ex. multigraph.

Ducasse 2004
Ducasse S. - Produire des lames et des lamelles au Badegoulien : technologie et économie, mémoire de DEA de l’université de Toulouse II – Le Mirail, ex. multigraph.

Ducasse, Langlais 2007
Ducasse S., Langlais M. - Entre Badegoulien et Magdalénien, nos cœurs balancent… Approche critique des industries lithiques du sud de la France et du Nord-est espagnol entre 19000 et 16500 BP, Bull. Soc. Préh. Fr., 104 : 771-785.

Fourloubey 1998
Fourloubey C. - Badegoulien et premiers temps du Magdalénien : un essai de clarification à l’aide d’un exemple, la vallée de l’Isle en Périgord, Paléo, 10 : 185-209.

Geneste 1991
Geneste J.-M. - Systèmes techniques de production lithique : variations techno-économiques dans les processus de réalisation des outillages paléolithiques, in : Préhistoire et Ethnologie. Le geste retrouvé, Technique et culture, Paris, MSH : 1-35.

Genty 1971
Genty P-Y. et R. - La Station magdalénienne des Forts, commune de Thionne (Allier), Bull. Soc. Préh. Fr., 68 : 333-345.

Jacquot 2002
Jacquot E. - À la recherche de l’identité culturelle des magdaléniens de la grotte Blanchard à la Garenne (Indre). Étude technologique des microlithes, mémoire de maîtrise, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ex. multigraph.

Klaric 2000
Klaric L. - Note sur la présence de lames aménagées par technique de Kostienki dans les couches gravettiennes du Blot (Cerzat, Haute-Loire), Bull. Soc. Préh. Fr., 97 : 625-636.

Klaric 2003
Klaric L. - L’unité technique des industries à burin du Raysse dans leur contexte diachronique : réflexion sur la diversité culturelle au Gravettien à partir des données de la Picardie, d’Arcy-sur-Cure, de Brassempouy et du Cirque-de-la Patrie, Thèse de Doctorat de l’Université Paris 1, 1 vol., ex. multigraph, 426 p.

Klaric 2007
Klaric L. - Des armatures aux burins : des critères de distinction techniques et culturels à partir des productions lamellaires de quelques sites du Gravettien Moyen et Récent (France), Archéologiques 2, Luxembourg : 137-162.

Langlais 2004
Langlais M. - Réflexions sur la place des différents types de productions lamellaires au sein de la culture magdalénienne du Languedoc méditerranéen et des Pyrénées catalanes, Pyrenae, 35-1 : 45-73.

Langlais 2007a
Langlais M. - Des identités qui se cherchent… Apport des industries lithiques à la question de l’origine du Magdalénien moyen dans le sud-ouest européen, Actes du Colloque de Toulouse, Bull. Soc. Préh. Fr., 104 : 759-771.

Langlais 2007b
Langlais M. - Dynamiques culturelles des sociétés magdaléniennes dans leurs cadres environnementaux. Enquête sur 7000 ans d’évolution de leurs industries lithiques entre Rhône et Ebre, Thèse de Doctorat de l’Université Toulouse 2-Le Mirail, ex. multigraph., 552+250 p.

Lebrun-Ricalens, Brou 1997
Lebrun-Ricalens F., Brou L. - Burins carénés-nucléus à lamelles : identification d’une chaîne opératoire particulière à Thèmes (Yonne) et implications, Bull. Soc. Préh. Fr., 100 : 67-83.

Lebrun-Ricalens, Bordes, Bon (coord.) 2005
Lebrun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. - Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien : chaînes opératoires et perspectives techno-culturelles, Actes du Symposium 6.7, XIVe Congrès de l’UISPP, Liège (2-8 septembre 2001), Archéologiques 1, éd. du MNHA, Luxembourg, 568 p.

Masson 1981
Masson A. - Pétroarchéologie des roches siliceuses : intérêt en Préhistoire, Thèse de 3e cycle, Université de Lyon I, 90 p.

Montoya 1996
Montoya C. - L’industrie lithique du site magdalénien d’Enval-Fond de l’Abri. Étude technologique, mémoire de maîtrise, Université de Provence, Aix-Marseille, ex. multigraph., 113 p.

Obert et al. 1997
Obert D. et al. - Carte géologique de la France, 1/50000e, feuille de Charenton-sur-Cher (18), no 573.

Pardieu 1937
Pardieu H. - Le Néolithique en Bourbonnais, Bull. Soc. Préh. Fr., 34 : 303-316.

Pelegrin 1995
Pelegrin J. - Technologie lithique : le Châtelperronien de Roc-de-Combe (Lot) et de La Côte (Dordogne), Cahiers du Quaternaire, no 20, CNRS éd., 297 p.

Perchat 1987
Perchat J. - Rapport de sondage sur le site de la Corne-de-Rollay (Couleuvre, Allier), SRA Auvergne, ex. multigraph., 17 p.

Perchat 1991
Perchat J. - Préhistoire en forêt de Tronçais, Bull. Soc. Émul. Bourb., LXV : 536-548.

Perchat, Piboule 1986
Perchat J., Piboule M. - Rapport de sondage sur le site de la Corne-de-Rollay (Couleuvre, Allier), SRA Auvergne, ex. multigraph., 25 p.

Perles 1977
Perlès C. - Note préliminaire sur un type d’outil particulier au site d’Orville dans l’Indre, Bull. Soc. Préh. Fr., 74 : 141-144.

Perles 1982
Perlès C. - Les “ outils d’Orville ” : des nucléus à lamelles, Studia Praehistorica Belgica, 2 : 129-148.

Perles 1991
Perlès C. - Économie de matières premières et économie du débitage : deux conceptions opposées ? in : 25 ans d’études technologiques en Préhistoire : bilan et perspectives, Valbonne, 18-20 oct. 1990, Juans-les-Pins, Ed. APDCA : 35-46.

Piboule 1976
Piboule M. - La Préhistoire autour de la forêt de Tronçais dans le nord-ouest du département de l’Allier, Revue scient. du Bourbonnais : 55-71.

Piboule 1979
Piboule M. - Le Paléolithique supérieur dans la partie occidentale du Bourbonnais, in : Sonneville-Bordes D. (dir.), La fin des temps glaciaires en Europe. Chronostratigraphie et écologie des cultures du paléolithique final, Actes du colloque international de Talence (1977), CNRS ed. , 2 vol. : 575-577.

Piboule 1985
Piboule M. - La Préhistoire du département de l’Allier, Connaissance du Bourbonnais, publication du Cercle archéologique de la MJC de Montluçon, 128 p.

Pigeot 1987
Pigeot N. - Magdaléniens d’Étiolles. Économie de débitage et organisation sociale (L’unité d’habitation U5), Gallia Préhistoire, XXVe suppl., 160 p.

Pigeot 2004
Pigeot N. - Le débitage laminaire et lamellaire : options techniques et finalités, in : Pigeot N. (dir.), Les derniers magdaléniens d’Étiolles : perspectives culturelles et paléohistoriques, Gallia Préhistoire, XXXVIIe supplément : 65-106.

Ploux, Karlin, Bodu 1991
Ploux S., Karlin C., Bodu P. - D’une chaîne l’autre : normes et variations dans le débitage laminaire magdalénien, in : Préhistoire et ethnologie : le geste retrouvé, Techniques et cultures, 17-18 : 81-114.

Primault 2003
Primault J. - Exploitation et diffusion des silex de la région du Grand-Pressigny au Paléolithique, thèse de l’université Paris 10 Nanterre, 1 vol., 358 p.

Primault et coll. 2007
Primault J., Gabilleau J., Brou L., Langlais M., Guérin S. et coll. - Le Magdalénien inférieur à microlamelles à dos de la grotte du Taillis des Coteaux à Antigny (Vienne, France). Bull. Soc. Préh. Fr., 104 : 5-30.

Soriano, Lechenet 2000
Soriano S., Lechenet H. - Des “ Orville ” en Bourgogne : l’occupation du site de la Roncière (Bèze, Côte-d’Or) au Paléolithique supérieur, in : Pion G. (dir.), Le Paléolithique Supérieur récent, Actes de la Table ronde de Chambéry (1999), Mém. Soc. Préh. Fr., 28 : 223-233.

Surmely 1998
Surmely F. - Le Peuplement de la moyenne montagne auvergnate, des origines à la fin du Mésolithique, Thèse de Doctorat à l’Université de Bordeaux I, 2 vol., ex. multigraph., 444 p.

Surmely 2000
Surmely F. - Le peuplement magdalénien de l’Auvergne. Essai de synthèse, in : Pion G. (dir.), Le Paléolithique Supérieur récent : nouvelles données sur le peuplement et l’environnement, Mém. de la Soc. Préh. Fr., 28 : 165-175.

Surmely 2006
Surmely F. - La diffusion des silex crétacés dans le Massif central durant la Préhistoire, rapport de PCR, SRA Auvergne, ex. multigraph., 37 p.

Surmely et al. 1997
Surmely F., Fontana L., Bourdelle Y. et Liabeuf R. - Nouveaux éléments apportés à l’étude du site magdalénien d’Enval (Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme) et du peuplement de la Limagne d’Auvergne, Bull. Soc. Préh. Fr. : 94 : 172-181.

Surmely et al. 1998
Surmely F., Barrier P., Bracco J.-P., Charly N, Liabeuf R. - Caractérisation des silex par l’analyse des microfaciès et application au peuplement préhistorique de l’Auvergne (France), Compte-rendu de l’Académie des Sciences, 326 (8) : 595-601.

Surmely et al. 2002a
Surmely F., Liégard S., Fourvel A. et Alix P. - Contribution à l’étude de la circulation sur de longues distances des matières premières lithiques au Paléolithique. Les nucléus mis en forme découverts le long de la vallée de la Loire, Paléo, 14 : 265-274.

Surmely et al. 2002b
Surmely F., Pasty J.F., Alix P., Dufresne N., Liabeuf R. et Murat R. - Le gisement magdalénien du Pont-de-Longues (Les-Martres-de-Veyre, Puy-de-Dôme), Bull. Soc. Préh. Fr., 99 : 13-38.

Surmely, Pasty 2003
Surmely F., Pasty J.-F. - L’importation de silex en Auvergne durant la Préhistoire, in : Surmely F. (éd.), Les matières premières lithiques en Préhistoire, Table ronde internationale d’Aurillac, du 20 au 22 juin 2002, Préhistoire du Sud-ouest, supplément no 5 : 327-335.

Taylor 2003
Taylor A. - Analyse de deux séries lithiques appartenant au Magdalénien moyen à navettes. Les secteurs intérieurs de la grotte Blanchard à la Garenne (Indre), couches C1 et C2-C5 - étude technologique, mémoire de DEA, Université d’Aix-Marseille 1, ex. multigraph., 126 p.

Utrilla Miranda 1989
Utrilla Miranda P. - El Magdaleniense inferior en la Costa cantábrica, in : J.-P. Rigaud (dir.), Le Magdalénien en Europe. La structuration du Magdalénien, Actes du colloque de Mayence (1987), ERAUL, 38 : 399-411.

Valentin 1995
Valentin B. - Les groupes humains et leurs traditions au Tardiglaciaire dans le Bassin parisien. Apport de la technologie lithique comparée, Thèse de doctorat de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 3 vol., ex. multigraph., 834+117 p.

Valentin 2008
Valentin B. - De l’Oise à la Vienne, en passant par le Jourdain. Jalons pour une Paléohistoire des derniers chasseurs (XIVe-VIe millénaire av. J.-C.), publications de la Sorbonne, 325 p.

Valentin, Pigeot 2000
Valentin B., Pigeot N. - Éléments pour une chronologie des occupations magdaléniennes dans le Bassin parisien. in :Valentin B., Bodu P. et Christensen M. (éds.), L’Europe centrale et septentrionale au Tardiglaciaire, Table ronde de Nemours, 1997, Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 7 : 129-149.

Valentin, Christensen 2004.
Valentin B., Christensen M. - Armatures de projectile et outils : de la fabrication à l’abandon, in : Pigeot N. (dir.), Les derniers magdaléniens d’Étiolles : perspectives culturelles et paléohistoriques, Gallia Préhistoire, XXXVIIe suppl. : 107-160.

Virmont 1981
Virmont J. - Le bassin de l’Allier au Paléolithique. Industries et phases de peuplement, Thèse de 3e cycle, Université d’Aix-Marseille, 1 vol., ex. multigraph., 378 p.

Haut de page

Notes

1 Nous avons fait le choix de publier ici les dessins lithiques – de qualité – de J. Perchat réalisés lors de l’exploration du gisement, et ce même si ces derniers s’écartent parfois des normes et conventions actuelles de représentation.

2 Rappelons que, dans le cas d’un site de plein-air comme celui-ci, la faiblesse des observations réalisées sur le terrain doit légitimement nous interroger sur la représentativité de l’ensemble étudié de même que sur les possibilités de mélanges entre différents horizons culturels. Ainsi, de manière générale, un examen critique des données taphonomiques révèle bien souvent que de faibles composantes typo-technologiques particulières ne correspondent pas forcément à un assemblage “ atypique ” ou “ de transition ”, mais plutôt à des indices de mélanges entre différents niveaux archéologiques.

3 Cette dernière analyse se fonde sur l’étude des caractéristiques macroscopiques des matériaux (couleur, texture, cortex, etc.).

4 Dans ce cas précis, le facettage peut apparaître comme un “ compromis technique ” satisfaisant entre l’éperon et la simple abrasion de la corniche. Il ne semble trahir, en effet, qu’une concession ponctuelle à la “ tradition ” technique magdalénienne : expression d’une recherche constante de longueur et de normalisation des supports, cette dernière solution s’inscrit dans “ un jeu de variables techniques et économiques avec lequel le tailleur doit sans cesse composer ”, afin de rentabiliser au mieux l’exploitation de blocs de matières premières à fort coût d’acquisition (Valentin 1995 ; Langlais 2007b : 216).

5 Ainsi, plusieurs volumes allochtones semblent avoir été débités en continuité, voire réorientés (nnucl. = 3).

6 Cette ouverture aujourd’hui privilégiée, et dont les linéaments intéressent l’ensemble du système technique, a d’ores et déjà permis de proposer des éléments de réponse efficaces pour expliquer le “ polymorphisme ” de certaines industries, avec pour corollaire méthodologique la recherche et la reconnaissance de schémas de production lamellaire originaux et, finalement, assez signifiants d’un point de vue techno-culturel.

7 Deux d’entres elles sont aménagées sur des sous-produits du débitage laminaire. La retouche est toujours normale ou marginale, souvent partielle.

8 Cette dernière réalité ne semble cependant pas recouvrir une dimension morphométrique : ainsi, aucune variabilité dans le gabarit des produits obtenus n’a pu être mise en évidence au cours de la présente étude. Rappelons toutefois que l’assemblage en question n’est certainement pas exhaustif : ainsi, les proportions et la nature du corpus lamellaire apparaissent directement conditionnés par les modalités de collecte, et notamment la mise en œuvre d’un tamisage.

9 Le terme de “ ramification des chaînes opératoires ” est emprunté à L. Bourguignon, J.-P. Faivre et A. Turq pour qualifier “ le phénomène d’arborescence affectant certains systèmes de production de supports lithiques, notamment dans le cadre des industries moustériennes ” (Bourguignon et al. 2004 : 38). Cette notion se rapproche, d’un point de vue conceptuel, de la “ structure scalariforme ”, telle que l’a définie J.-M. Genestepour le Paléolithique moyen et supérieur : “ le processus opératoire se subdivise en plusieurs phases répétitives qui réitèrent la même séquence de gestes techniques d’une unique méthode de débitage. Cette conception est alors caractérisée par l’absence de produit déterminant sur la surface de débitage. Cette surface est prédéterminée sur les enlèvements primaires qui deviennent les nucléus de la seconde phase et ainsi de suite, ce qui donne une chaîne structurée à partir d’un principe élémentaire de récurrence sur différentes générations de produits ” (Geneste 1991 : 20).

10 Entre 12 380 +/- 280 B.P. (datation non calibrée obtenue sur le gisement du Rond-du-Barry, couche E ; Bayle desHermens, 1979) et 11 900 +/- 50 B.P. (datations A.M.S. non calibrée du Pont-de-Longues ; Surmely et al., 2002b).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation du site de la Corne-de-Rollay (Couleuvre, Allier, France).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 2a : La Corne-de-Rollay (Allier) - Localisation des sondages effectués par J. Perchat et M. Piboule (1986-1988).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 2b : Plan topographique du site et localisation des différentes occupations reconnues.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 3 : La Corne-de-Rollay (Allier) - Outillage lithique provenant du gisement moustérien de tradition acheuléenne.
Légende 1, biface ; 2-4, racloirs simples ; 3, racloir double convergent
Crédits dessins J. Perchat
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 4 : Relevé simplifié de la “ structure pierreuse ” et du niveau archéologique en place (Sondage 1).
Crédits (d’après Perchat 1991)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 5 : Vue du sondage 1 en cours de décapage.
Crédits (© J. Perchat)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tab. 1 : Classement général de l’industrie lithique par matières premières (pièces SC : pièces semi-corticales).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 6 : Carte de répartition des principales sources de matières premières lithiques exploitées par les magdaléniens de la Corne-de-Rollay (Couleuvre, Allier).
Légende (Cartographie et DAO R. Angevin 2008)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 7 : Répartition technologique de l’industrie par grands types de matières premières (en pourcentage du poids, pour chaque type).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 8 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Nucléus à lames en silex tertiaire local.
Légende Débitage unipolaire frontal et plan de frappe opposé 
Crédits (dessins R. Angevin)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 9 : Proportions des différents types de talons rencontrés en fonction de la largeur des lames et des lamelles.
Crédits (d’après Bodu et Valentin 2003)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 10 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Nucléus à lames et à lamelles.
Légende 1-5-6, débitage “ enveloppant ” sur bloc ; 2-4, débitage “ sur tranche ” d’éclats ; 3-7, débitage “ sur tranche ” de plaquettes ; 8, débitage unipolaire semi-tournant
Crédits dessins R. Angevin
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 11 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Nucléus à lamelles type “ La Marche ” (1) et “ Orville ” (2).
Crédits (dessins A. Urgal et R. Angevin)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tabl. 2 : Classement technique de l’outillage.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 12 : Classement technique de l’outillage par matières premières.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 13 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outils sur lames et produits bruts de débitage.
Légende 1 à 5-7 à 11, fragments de lames bruts ; 6, encoche ; 12, lame brute ; 13 à 15-17 à 19 ; burins dièdres ; 16, burin double ; 20, burin sur cassure ; 21 à 24, burins sur troncature 
Crédits dessins J. Perchat
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 14 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outils sur éclats et sur lames.
Légende 1 à 4-16, grattoirs sur éclats ; 5 à 14-17-18, grattoirs en bout de lames ; 15, grattoir double
Crédits dessins J. Perchat
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 15 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outillage sur lames et sur éclats.
Légende 1 à 3, perçoirs ; 4, perçoir multiple “ en étoile ” ; 5, “ bec ” ; 6, grattoir sur éclat ; 7, raclette
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 16 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outils sur lames, outils sur éclats et armatures microlithiques.
Légende 1 à 3, burins sur éclats ; 4, burin dièdre ; 5-6, burins doubles ; 7, burin dièdre/lame sous crête tronquée ; 8-11, grattoirs-burins ; 9-10, burins sur troncatures ; 12-13-21, lames tronquées ; 14, grattoir-perçoir ; 15 à 18, lamelles à dos ; 19, lamelle tronquée ; 20, lame bitronquée
Crédits dessins J. Perchat
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 17 : La Corne-de-Rollay (Allier) – Outils sur lames et produits bruts de débitage.
Légende 1 à 27, 31-33 ; fragments de lames bruts ; 28-30, supports laminaires retouchés
Crédits dessins J. Perchat
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 18 : Répartition morphométrique des armatures en fonction de leurs largeur/épaisseur.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 19 : Répartition des armatures microlithiques en fonction de la matière première.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 20 : Modalités d’introduction et de traitement des matières premières siliceuses sur le gisement.
Crédits (illus. d’après Bodu et Valentin 2003)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1421/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Angevin, « L’industrie lithique magdalénienne du gisement de plein-air de la Corne-de-Rollay (Couleuvre, Allier) : entre respect des normes et variabilité des chaînes opératoires », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 49 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://racf.revues.org/1421

Haut de page

Auteur

Raphaël Angevin

Conservateur du patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication, Service régional de l’archéologie, DRAC Alsace

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page