Navigation – Plan du site
Comptes rendus

M. Mangard, "Le Sanctuaire gallo-romain du Bois l’Abbé à Eu (Seine-Maritime)"

Revue du Nord, hors série, Coll. Art et Arch., 2008
Alain Ferdière
Référence(s) :

M. Mangard, Le Sanctuaire gallo-romain du Bois l’Abbé à Eu (Seine-Maritime), Revue du Nord, hors série, Coll. Art et Arch., 12, Univ. Charles-de-Gaulle – Lille 3, Lille, 2008, 301 p., 152 figs

Texte intégral

1Il s’agit en fait de la publication de fouilles déjà ancienne – ce qui n’enlève évidemment rien, au contraire, aux mérites de cet ouvrage : les recherches sur le site du “ Bois-L’Abbé ” à Eu (Seine-Maritime) ont en effet été conduites dans les années 1960/70 par l’auteur, et seulement complétées par quelques plus récents sondages, à l’occasion de travaux de mise en valeur, seulement en partie pris en compte ici.

2Il en résulte un volume présentant, à la forme comme au fond, un caractère vieillot, le manuscrit de M. Mangard n’ayant apparemment été mis à jour qu’à la marge, et il est vrai aidé en cela par le parti-pris éditorial de cette collection de la Revue du Nord (notes bibliographiques intégrales en notes infra-paginales, table des matières au lieu de sommaire initial…). Ainsi, par exemple, la bibliographie, de quatre pages, ne comporte qu’un seul titre postérieur à 1999 (Cholet et Follain 2001, sur la reprise des fouilles !), apparemment date de finalisation du manuscrit de l’auteur, qui n’est donc publié que près de dix ans plus tard – la conclusion étant cependant datée d’août 2001 – : on regrette notamment l’absence de références aujourd’hui indispensables à la réflexion sur les contextes cultuels en Gaule romaine, telles que Van Andringa 2000 et 2002, ou encore d’autres sanctuaires comparables récemment publiés, tels qu’Allonnes (Brouquier-Reddé et Gruel 2004).

3Le sanctuaire d’Eu se situe au nord du département de Seine-Maritime, très vraisemblablement déjà en territoire ambien et non calète : il est notamment connu pour la découverte épigraphique mentionnant le pagus Catuslougi (Année Épigr., 1982, 716), sans doute donc une subdivision de la civitas des Ambiens à sa frontière occidentale, que l’auteur situe (cf. p. 37-38 et fig. 29) entre Yères et Bresle, deux petits fleuves côtiers dont le premier marquerait la frontière entre Ambiens et Calètes, et donc entre province de Belgique et de Lyonnaise.

4Concernant la forme – outre l’observation delà faite –, on peut regretter l’absence de Table des illustrations et un plan éventuellement discutable, présentant d’abord deux chapitres sur l’aire de dépôts, avec son mobilier (ainsi séparé des contextes), puis cinq autres concernant l’analyse architecturale du temple et des portiques, dans leurs trois états successifs. S’y ajoutent six Annexes, au caractère forcément plaqué (par ex., contradictions partielles d’interprétation pour les dépôts de faune, entre le texte et l’Annexe V, ou encore pour le monnayage gaulois : infra) : elles traitent tour à tour d’une cachette monétaire découverte en 1863, des monnaies gauloises (L.-P. Delestrée), des monnaies romaines, des fibules (pourquoi – sinon leur nombre – une annexe spécifique parmi le reste du petit mobilier ?), des restes d’animaux (P. Méniel), et enfin des débris lapidaires hors contexte.

5Le sanctuaire se situe dans un bois, dans la vallée de la Bresle. Deux temples y ont été fouillés dès le XIXe siècle, les fouilles de M. Mangard s’étant quant à elles déroulées de 1965 à 1978. Le complexe cultuel comporte en outre un théâtre, également fouillé à partir de 1965, mais dont la publication n’a malheureusement pas été intégrée à cette monographie. Les ensembles publiés ici du sanctuaire concernent donc l’aire de dépôts, les portiques, le fanum, le petit et le grand temple… Des sondages complémentaires se sont donc également déroulés de 1995 à 1998, sous la direction de L. Cholet.

6Les fouilles souffrent évidemment des problèmes méthodologiques liés à leur date : inutile quadrillage métrique, stratigraphie plus que sommaire, bien que l’enregistrement ait apparemment été effectué par couches, mais sans indication de leur nature (remblais, occupation, etc.) ; et l’on observe des couches “ flottantes ” dans les coupes stratigraphiques présentées (ex. fig. 14) (et voir p. 21, b : “ la texture de la " terre noire " y rendait superfétatoire [??] la discrimination de multiples micro-unités stratigraphiques ”) : le mobilier a selon toute apparence été enregistré par “ horizons ”, selon les cotes de profondeur (p. 21) : ceci ôte une grande part de leur intérêt aux plans de répartition par type de mobilier (fig. 16 à 21), où tous les horizons sont ainsi confondus ! Mais il est vrai – à la décharge de l’auteur – qu’en général la fouille d’ensembles monumentaux, dans ces décennies 1960/70, ne bénéficiaient certes pas des avancées les plus récentes en matière de techniques de fouilles et d’enregistrement…

7Le premier chapitre présente donc l’aire des dépôts (phase 1) : il s’agit de dépôts d’objets et reste de faune en offrandes ou de libation, partage et consommation de viande, selon l’auteur, s’appuyant il est vrai sur la solide analyse de la faune réalisée par le meilleur spécialiste de ces questions en contexte cultuel, Patrice Méniel (Annexe V : restes de banquets funéraires plutôt que dépôts cultuels, avec l’habituelle triade, où le porc domine). Il s’agit aussi de nombreuses monnaies (à même le sol ?). L’ensemble est constitué de “ terre noire ”, grasse (matières organiques, charbons de bois résidus de foyers ?) : trois “ horizons ” de dépôts sont ainsi distingués, sans doute un peu artificiellement : après 30 av., fin Auguste-Tibère, et Tibère-Claude. La présence de (nombreuses) monnaies gauloises permet à l’auteur de supposer ici une présence militaire dans le dernier tiers du Ier s. av. J.-C., à la suite de l’étude de L.-P. Delestrée (Ann. II, reprise de sa Thèse de 1974 et d’une étude de 1984), concluant à des émissions postérieures à la Conquête, dans le cadre du sanctuaire.

8Le chap. II traite de l’analyse détaillée du mobilier de ces dépôts, parmi lesquelles par exemple de nombreuses fibules (cf. Ann. IV). On note au passage quelques figures sans échelle, notamment pour du mobilier métallique (ex. fig. 43-44). On signale aussi de nombreux petits “ galets monétiformes ” (p. 94), qui auraient pu être utilement rapprochés des simulacres de monnaies du sanctuaire gaulois de Corent (P.-de-D.), récemment étudiés par M. Poux.

9Avec le chap. III, on aborde l’étude architecturale des sanctuaires, avec la phase 2 et le premier état du portique, construit à la fin du Ier ou au tout début du IIe s. Ici, le mobilier associé, sur lequel s’appuie la datation, est heureusement présenté conjointement, de manière intégrée.

10Le chap. IV porte sur la phase 3a, avec le fanum et le 2e état du portique : l’essentiel est consacré à l’analyse des riches enduits peints, constituant plusieurs ensembles, dont d’impressionnants décors architecturaux, étudiés par M. Muller-Dufeu, qui y a d’ailleurs consacré d’autres publications spécifiques, dès 1995 et 1997. On y note entre autres le décor peint curieusement extérieur à la galerie du fanum (cf. fig. 102).

11Le Chap. V traite de la phase 3b, avec le petit temple et son décor architectural et peint, du début du IIe s.

12La phase 4 est concernée par le chap. VI : grand temple et dernier état du portique (fin IIe - début IIIe s.), également avec son décor architectural. Le portique est alors incendié puis arasé, le petit temple détruit, et un nouveau portique est établi à l’ouest, rattaché au fanum.

13Le dernier chapitre (VII) aborde le dernier état des portiques et du bâtiment occidental, pour cette même phase 4.

14NB : on note certains chevauchements chronologiques entre les phases (y compris pour l’aire des dépôts, supra), mais il est vrai que les fouilles d’ensembles monumentaux fournissent rarement du mobilier abondant et datable, en contexte de construction (hormis redéposition en remblais), ou encore moins d’utilisation, fonctionnement, occupation.

15La conclusion, enfin, revient sur la fonction du site, sanctuaire préromain du pagus des Catuslougi, qui frappe monnaie dans la seconde moitié du Ier s. av. n. è., puis important sanctuaire public intégrant le culte impérial de la cité, associé à une agglomération dont la fonction religieuse reste prédominante. Chronologiquement, le sanctuaire pré-augustéen est aussi attesté par plusieurs monnaies républicaines ; les plus récentes sont par ailleurs deux monnaies du IVe s. (Constantin).

16On ne boudera donc pas son plaisir de voir enfin paraître la publication de ce sanctuaire, trente ans après la fin des fouilles, ce qui reste méritoire. Mais on regrettera certainement que le texte publié n’ait pas fait récemment l’objet d’une révision et d’une mise à jour (notamment bibliographique) avant d’être rendu à l’éditeur…

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brouquer-Reddé et Gruel 2004
Brouquier-Reddé V. et Gruel K. - Le sanctuaire de Mars Mullo chez les Aulerques cénomans (Allonnes, Sarthe), Ve s. av. J.-C. - IVe s. ap. J.-C. : état des recherches actuelles, Gallia, 61, 2004 : 291-396.
DOI : 10.3406/galia.2004.3066

Van Andringa 2000
Van Andringa W. (dir.) - Archéologie des sanctuaires en Gaule romaine, Publ. Univ. Saint-Étienne.

Van Andringa 2002
Van Andringa W. - La religion en Gaule romaine - Piété et politique (Ier - IIIe siècle ap. J.-C.), coll. Hespérides, Errance, Paris, 336 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ferdière, « M. Mangard, "Le Sanctuaire gallo-romain du Bois l’Abbé à Eu (Seine-Maritime)" », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 48 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 29 août 2014. URL : http://racf.revues.org/1369

Haut de page

Auteur

Alain Ferdière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page