Navigation – Plan du site
Comptes rendus

M. Segard, Les Alpes occidentales romaines. Développement urbain et exploitation des ressources des régions de montagne

Biblioth. d’Arch. Méditerr. et Africaine - 1, Errance-Actes Sud/Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence/Paris, 2009
Alain Ferdière
Référence(s) :

M. SEGARD, Les Alpes occidentales romaines. Développement urbain et exploitation des ressources des régions de montagne (Gaule Narbonnaise, Italie, provinces alpines), Biblioth. d’Arch. Méditerr. et Africaine - 1, Errance-Actes Sud/Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence/Paris, 2009, 285 p.

Texte intégral

1Comme l’indique le texte de présentation (en p. 4 de couverture) – comme d’ailleurs la préface de Philippe Leveau (p. 9-10) –, le propos de la Thèse de Doctorat de Maxence Segard (Université de Provence, ss la dir. de Ph. Leveau, 2005), ici heureusement publiée, est de réviser en profondeur la vision classique des Alpes – pour la partie occidentale de l’arc –, telle que vue à travers le prisme du topos romain, grâce aux données certes aussi textuelles et épigraphiques, mais surtout archéologiques et, plus originalement, paléo-environnementales.

2Fort de cette volonté d’ouverture du champ de vision, l’auteur casse d’emblée les cadres rigides traditionnels de l’étude historique régionale, par un plan original, qui n’est en outre pas engagé par la longue présentation attendue de la conquête, de l’organisation administrative, de la “ romanisation ” des provinces concernées : tout ceci est initialement réduit à une page (p. 17-18), renvoyant aux travaux récents sur la question (et notamment Tarpin M. et al. - Sources écrites de l’histoire des Alpes dans l’Antiquité, Bull. d’Études Préh. et Arch. Alpines, XI, 2000 : 2-220).

3Le plan est en trois parties, synthétiques et se complétant en une progression dialectique, l’analyse des données de la Thèse étant renvoyée à quelques annexes et à des tableaux :

  • 1ère Partie - “ Les mutations de l’espace alpin : développement urbain et occupation des campagnes ” (p. 19-103),

  • 2e partie - “ L’économie de la montagne alpine : exploitation des ressources matérielles dans les Alpes occidentales à l’époque romaine ” (p. 105-219),

  • 3e partie - “ Histoire d’un paysage, histoire de terroirs : les Alpes occidentales à l’époque romaine ” (p. 221-244).

4S’y ajoutent donc une riche bibliographie, très à jour (p. 255-285, soit près de 30 pages et sans doute de l’ordre de 700 titres), et deux Annexes : 1 - “ Inventaire des villes et agglomérations alpines (France, Italie, Suisse) ” (tableaux, p. 245-248), et 2 - “ Inventaire des sites ayant fait l’objet d’études paléo-environnementales ” (tableau, p. 249-253).

5La première partie examine donc les différents modes d’habitat, constituant le cadre de l’exploitation des ressources régionales. La forme de l’habitation elle-même s’adapte, dans ces régions aux conditions naturelles parfois rudes, à celles-ci comme au terrain, avec notamment une utilisation massive du bois. Le modèle de maison traditionnelle de la “ casa retica ”, évoluant faiblement, à travers la période romaine et jusqu’à nos jours sous la forme du chalet alpin, peut cependant paraître un peu simpliste et en tout cas simplificateur. L’urbanisation frappe par son développement, déjà à l’encontre de l’image “ sauvage ” classique de ces régions sous la domination romaine. Ici où les cols sont un atout majeur pour l’économie locale comme zone de passage entre l’Italie et les Gaules et surtout la Germanie Supérieure, les sites de stations routières, constituent une part importante de cet équipement urbain, comme le Petit ou le Grand Saint-Bernard.

6En matière de “ romanisation ”, l’habitat rural n’est pas en reste, avec un nombre notable de villae, à côté d’établissements plus modestes, voire de villages ruraux, tel Brigue-Gliss (Valais). Cependant, en ce qui concerne l’occupation du sol, même si le texte mentionne les précautions méthodologiques d’usage, on pourra regretter que la légende de la fig. 56 (p. 92), concernant la densité de cette occupation à l’époque romaine (versant français seul), ne précise pas plus nettement qu’il ne s’agit bien sûr que de la cartographie d’un état des connaissances, par définition en la matière lacunaire et marqué tant par les plus ou moins grandes facilités de perception des sites que par l’historiographie des recherches, d’un secteur à l’autre.

7La deuxième partie, concernant l’exploitation des ressources, souligne d’emblée l’hétérogénéité des sources et donc les données, d’un secteur à l’autre. Les vallées, pour des raisons tant de facilité d’accès à ces données que de développement traditionnel des recherches, sont globalement bien mieux documentées archéologiquement que la montagne. Les Alpes occidentales sont judicieusement comparées à d’autres régions de montagnes qui ont ces dernières années fait l’objet de recherches poussées, telles les Pyrénées. Pour les Alpes françaises, une étude plus poussée est consacrée au Champsaur, faisant notamment appel aux données paléo-environnementales, dont surtout la palynologie.

8Quant aux ressources agro-pastorales, il est vrai que les informations, comme d’ailleurs souvent, ne pullulent pas : quelques informations sur la céréaliculture, classique, et un développement – était-il vraiment inévitable ? – concernant la viticulture. Plus suggestifs sont les apports concernant l’élevage, et notamment la transhumance, qui présentent d’utiles comparaisons avec l’Italie. Les lieux de stabulation restent cependant difficiles à identifier, malgré une assez riche documentation archéozoologique pour le nord des Alpes. La production de fromage des Ceutrons est bien attestée, sans qu’on connaisse ici de structures de traite, apparemment surtout à partir du lait de vache.

9Les ressources minérales (mines et carrières) sont ensuite largement examinées, dans un contexte évidemment propice à de telles activités. Mais le constat, notamment historiographique, est que l’exploitation des minerais métallifères a ici surtout été étudiée pour le Moyen Âge et les Temps Modernes, peu pour l’Antiquité, à l’exception du Queyras, de La Bessa, chez les Salasses, et du Val d’Aoste. Malgré son omniprésence – et d’ailleurs sans doute à cause d’elle – l’exploitation de la pierre est aussi fort peu documentée, si ce n’est pour l’exemple original de la pierre ollaire, pour des récipients.

10La richesse et l’originalité de cette partie résident donc surtout dans les deux derniers chapitres (4 et 5), concernant les données paléo-environnementales et leur apport à la connaissance de l’exploitation des ressources alpines. Il s’agit essentiellement d’analyses palynologiques, mais aussi de dosages de plomb, pollution due à la métallurgie intensive et extrêmement pérenne. On retiendra tout particulièrement un chapitre (§ 4.1) suggestif sur l’apport de la palynologie à la connaissance des forêts, des cultures et des troupeaux, en encore plus le développement spécifique concernant le Champsaur et la haute vallée de la Durance pour l’étude des dynamiques agro-pastorales en moyenne et haute montagne, examinée dans une large diachronie à partir du Néolithique : on reconnaît  pour cette dernière période quelques modestes sites d’élevage, et un développement est aussi consacré au cas de la vallée de l’Arve, avec ses bornes-limites inscrites. Le plan est ici cependant un peu désordonné, revenant à plusieurs reprises sur les mêmes points.

11Enfin, la troisième partie, synthétique, traite de l’histoire des paysages et des terroirs dans les Alpes occidentales à l’époque romaine, qui découle de l’analyse des données écrites, archéologiques et paléo-environnementales qui précèdent. Le chap. 1 traite de l’exploitation agropastorale des vallées de moyenne montagne, concernant surtout des herbages et de l’élevage.

12Le chap. 2 traite la haute montagne, apparemment peu fréquentée à l’époque romaine : la prudence est recommandée pour l’étude des estives, qui concernant sans doute non seulement des prairies, mais aussi des forêts, dans des modes d’exploitation en fait assez diversifiés.

13Le dernier chapitre synthétise l’ensemble, dans un examen de l’exploitation agro-pastorale de ces régions, qui apparaît ainsi discontinue, dans un paysage en mosaïque, développement qui revient également un peu en boucle sur les chapitres précédents (problème de plan). On y notera une emprise modérée du paysage par les sociétés, où le couvert forestier subsiste pour une part prégnante. L’exploitation traditionnelle côtoie celle domaniale, romaine. La période romaine est marquée par un net développement urbain, et un investissement foncier important sur la montagne, avec un développement concomitant de l’élevage et des mines. L’apparence est celle d’une économie traditionnelle en mouvement, avec une participation massive de populations rurales, à côté de marchés urbains et de grandes exploitations, même si subsistent des incertitudes sur l’exploitation de la montagne.

14NB : on pourra lire un compte-rendu plus développé, concernant notamment l’économie de moyenne et haute montagne, dans le Bulletin AGER 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ferdière, « M. Segard, Les Alpes occidentales romaines. Développement urbain et exploitation des ressources des régions de montagne », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 48 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 17 avril 2014. URL : http://racf.revues.org/1367

Haut de page

Auteur

Alain Ferdière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page