Navigation – Plan du site
Notes et documents

Le château de Montbazon, premières investigations

Marie-Denise Dalayeun

Texte intégral

1Le château de Montbazon (Indre-et-Loire), situé à 10 km au sud de Tours, se place au sommet d’un éperon rocheux et domine de 25 à 30 m la vallée de l’Indre. L’ensemble culmine à 80 m d’altitude et domine un espace d’une superficie d’1,2 ha enclos d’une enceinte datée du XVe s. et composé de deux basses-cours. Il renferme de nombreux vestiges architecturaux de périodes diverses.

2Le plus ancien correspond à un ensemble composé d’une tour maîtresse, d’une petite tour accolée et d’une chemise. Ces trois vestiges appartiennent à une période chronologique comprise entre le XIe et le XIIIe s. La tour maîtresse est l’élément architectural central du site et sans doute le plus ancien encore visible. Son exceptionnelle conservation avec une élévation de près de 28 m en fait un exemple remarquable pour l’étude des “ tours-résidences ” qui fleurissent dans la moitié nord de la France à la charnière de l’an Mil, et notamment la genèse des tours quadrangulaires dans l’Ouest de la France. Peu de chercheurs ont pour autant tenté une lecture des vestiges existants et aucune investigation archéologique n’avait encore été réalisée. Ainsi, depuis 2003, de nouvelles études ont été entreprises (Dalayeun 2003) et deux campagnes de fouilles archéologiques ont eu lieu en 2007 et 2008 (Dalayeun 2007 et 2008).

3Deux sondages ont permis la caractérisation du comblement présent à l’intérieur de la tour maîtresse sur deux mètres de profondeur (profondeur imposée par l’Architecte des Bâtiments de France pour des raisons de sécurité). Les résultats sont prometteurs et apportent diverses informations sur l’occupation et l’abandon progressif de l’édifice.

4À l’origine, le deuxième niveau d’élévation était séparé dans sa longueur en deux parties égales par une cloison sur poteaux. Cette paroi permettait la matérialisation de deux pièces distinctes. La fouille a permis également de montrer que ce même niveau était éclairé à l’est par deux baies, seul le niveau inférieur de la tour était donc aveugle.

5Les niveaux inférieurs ont été comblés dès le XIIe s. par l’apport de déchets de taille correspondant au chantier de construction du premier état de la chemise attenante à l’édifice au sud. Plusieurs rejets ponctuels de consommation domestique ont été observés parmi ces remblais. La construction d’un massif maçonné à l’ouest est intervenue dans le même temps ; elle englobait au moins un poteau de la cloison qui refendait la pièce. L’occupation résidentielle de la tour a pu se poursuivre et l’apport de remblais ainsi que la construction d’un mur ont très probablement servi à consolider les fondations de l’édifice.

6Le comblement des niveaux bas se poursuit ainsi pendant les XIIIe, XIVe et XVe s. À l’angle, nord-ouest de la tour, ils correspondent à des remblais “ dépotoirs ” qui ont livré une quantité importante de mobilier archéologique de toute sorte (céramiques très décorées, faune très variée, petits mobiliers en fer ou en alliage cuivreux : paire de ciseaux, boucle de ceinture, bracelet, pendentif, pierre à aiguiser, applique de mobilier…).

7Ces deux diagnostics ont permis de conclure à une relativement bonne conservation des niveaux archéologiques à l’intérieur de la tour maîtresse. Les résultats demeurent néanmoins limités, compte tenu de l’étroitesse des fenêtres d’observation. C’est pourquoi la fouille intégrale de l’espace interne de l’édifice est envisagée. Elle se heurte malheureusement pour l’instant à des problèmes d’ordre financier liés principalement aux procédures de mise en sécurité du site. L’étude d’un tel projet reste pourtant d’actualité. Les données livrées par une telle opération pourraient être primordiales dans la compréhension des modes d’occupation de ces résidences aristocratiques.

8Les opérations archéologiques se poursuivent cependant par le biais de fouilles programmées annuelles et concernent d’autres secteurs du promontoire. Elles ont pour objectif d’évaluer le potentiel archéologique global du site et de développer d’autres problématiques telles que les accès et la circulation, les différents aménagements défensifs ou encore les unités architecturales annexes à la tour maîtresse. Les fouilles des trois prochaines années porteront, entre autres, sur l’identification des vestiges de la chapelle castrale dont les premières mentions remontent au début du XIVe s.

Haut de page

Bibliographie

Dalayeun 2003
Dalayeun M.-D. - Le site castral de Montbazon (Indre-et-Loire) : étude archéologique de la tour maîtresse, mémoire de maîtrise sous la direction d’É. Lorans, Université François Rabelais de Tours, Tours, 2 vol. dactyl.

Dalayeun et Papin 2007
Dalayeun M.-D. (dir.), Papin P. - Le château de Montbazon (Indre-et-Loire), première campagne de fouilles archéologiques – Août 2007, site n°37.154.004.AH, rapport final d’opération archéologique programmée (31/07/07 – 18/08/07), SRA Centre, Orléans, 2007.

Dalayeun 2008
Dalayeun M.-D. - Le château de Montbazon (Indre-et-Loire), deuxième campagne de fouilles archéologiques – Juillet 2008, site n°37.154.004.AH, rapport final d’opération archéologique programmée (30/06/08 – 25/07/08), SRA Centre, Orléans, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1362/img-1.png
Fichier image/png, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Denise Dalayeun, « Le château de Montbazon, premières investigations », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 48 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://racf.revues.org/1362

Haut de page

Auteur

Marie-Denise Dalayeun

INRAP base de Tours, UMR 6173 CITERES-LAT.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page