Navigation – Plan du site
Notes et documents

Le suivi archéologique des travaux de restauration au château de Saumur (2004-2008)

Emmanuel Litoux

Texte intégral

Le contexte de l'intervention

1Le château de Saumur occupe l'extrémité d'un promontoire dominant d'une quarantaine de mètres les vallées de la Loire au nord et du Thouet au sud-ouest. Les restaurations dont a bénéficié le monument à partir du début des années 1990 ont été suspendues à la suite de l'effondrement d'une partie du front nord de la citadelle survenu en avril 2001. Outre la destruction partielle du bastion dominant la Loire, cet effondrement a également eu pour effet d'aggraver les désordres qui affectaient l'aile nord-est et la tour nord du château médiéval. Il a rendu particulièrement lourds et compliqués à mettre en œuvre les travaux de confortement et de restauration des parties abîmées ou détruites.

2Le chantier, programmé pour durer un peu plus de trois ans (avril 2004 à décembre 2007), a été suivi par le Service archéologique départemental de Maine-et-Loire. Compte tenu des risques réels pesant sur la stabilité des parties conservées aux abords de l'effondrement, l'intervention archéologique n'a pu se faire dans certains secteurs sensibles qu'en accompagnement des entreprises de restauration chargées de mettre en œuvre les consolidations. Du fait des contraintes de temps et de la multiplicité des intervenants, travaillant souvent sur des surfaces réduites, les zones étudiées au fur et à mesure de leur découverte ont été le plus souvent traitées en urgence, puis libérées, la plupart du temps sans possibilité de vérification ultérieure en raison de l'avancement rapide des travaux.

3Malgré ces difficultés dûes aux questions de sécurité, il a été possible d'accompagner au jour le jour le déroulement des travaux et d'instaurer un dialogue régulier avec l'Architecte en chef des monuments historiques, G. Mester de Parajd. Les interprétations des sondages archéologiques, les apports de l'étude de bâti, le dépouillement des carottages, des endoscopies… ont été systématiquement communiquées à la maîtrise d'œuvre qui a pu, dans certains cas, modifier son projet ou adapter son mode opératoire en fonction des éléments archéologiques mis en évidence.

4Les trois dernières années de suivi archéologique s'ajoutent aux interventions antérieures menées entre 1991 et 2002 par A. Dodd-Opritesco. Durant toutes ces années a été accumulée une abondante documentation qui, mise en perspective avec l'étude de la riche documentation textuelle et iconographique, a permis de progresser de façon significative dans la connaissances des différentes périodes clés de l’histoire du château et de la citadelle.

Les résultats

Une tour maîtresse du XIe siècle

5De la tour romane, dont l'existence a été mise en évidence en 1993, ne subsiste que la partie inférieure transformée en cellier à la fin du XIVe siècle (Fig. 1). Il s'agit d'un puissant édifice de 19,50 par 17,40 m hors œuvre, aux murs épais de 2,90 m, dont les élévations étaient scandées de contreforts rectangulaires. Des sondages pratiqués dans la cour du château et l'étude d'élévations récemment dégagées dans le cadre des travaux de restauration ont entraîné la découverte de fentes d'éclairage à ébrasement intérieur, qui éclairaient le niveau inférieur  — sans doute dévolu au stockage — dont la hauteur sous plafond devait dépasser dix mètres. L'analyse des techniques de mise en œuvre, en particulier des pierres de taille de tuffeau employées pour l'ensemble des parements intérieur et extérieur, oriente la datation de cet édifice vers le milieu du XIe siècle.

Fig. 1 : Plan du château et de la citadelle de Saumur. 1 : Mur du Boile (Xe-XIVe siècles) et tour maîtresse du XIe siècle ; 2 : forteresse philippienne (1er tiers du XIIIe siècle) ; 3 : enceinte urbaine (XVe siècle) ; 4 : résidence palatiale (dernier tiers du XIVe siècle) ;  5 : front occidental édifié sous Duplessis-Mornay (1590-1599) ; 6 : front oriental édifié sous Maillé-Brézé (1626-1634) ; 7 : terrasse nord édifiée sous Maillé-Brézé (1634-1646).

Fig. 1 : Plan du château et de la citadelle de Saumur. 1 : Mur du Boile (Xe-XIVe siècles) et tour maîtresse du XIe siècle ; 2 : forteresse philippienne (1er tiers du XIIIe siècle) ; 3 : enceinte urbaine (XVe siècle) ; 4 : résidence palatiale (dernier tiers du XIVe siècle) ;  5 : front occidental édifié sous Duplessis-Mornay (1590-1599) ; 6 : front oriental édifié sous Maillé-Brézé (1626-1634) ; 7 : terrasse nord édifiée sous Maillé-Brézé (1634-1646).

L’emmotement de la tour

6Des apports massifs de remblais correspondent à un emmotement de la tour romane, intervenu vraisemblablement dans des délais assez courts, ainsi que le suggère le bon état de conservation des parements protégés par la terre. La plate-forme sommitale, six à huit mètres au-dessus des terrains environnants, se développe essentiellement au sud de la tour, la présence du coteau limitant les possibilités d'extension au nord. Une maçonnerie en pierre édifiée sur la motte, à l'est de la tour, fournit pour l'emmotement un terminus ante quem du début du XIIe siècle. À une date un peu plus tardive, sans doute dans la seconde moitié du XIIe siècle, les ouvertures du niveau bas de la tour sont soigneusement bouchées. Un escalier droit, large d'1,55 m, percé dans le mur sud-ouest de la tour, permet de descendre depuis le sommet de la motte vers le niveau inférieur transformé en cave.

La forteresse du XIIIe siècle

7Saumur passe dans le domaine français en 1203. La forteresse philippienne vient circonscrire la motte, et la tour romane est conservée en élévation au centre du château. Ce dernier, de plan trapézoïdal, se compose de quatre tours cylindriques à base talutée, reliées par des courtines (Fig. 1). La tour nord, fortement restaurée dans les années 1811-1813 et remblayée par la suite jusqu'au niveau du sol de la cour, a été entièrement vidée pour les besoins des travaux de stabilisation. La partie inférieure se présente sous la forme d'un espace cylindrique de quatre mètres de diamètre pour 8,80 m de profondeur, dépourvu de niveau de plancher et maigrement éclairé en partie haute par deux fentes de jour, inutilisables pour le tir. Une poutre noyée dans la maçonnerie devait correspondre à la sablière du plancher du rez-de-cour ; elle jouait également un rôle de tirant. Un tel chaînage de bois avait déjà été observé en 2001 sur la tour ouest. Les sources comptables du XIVe siècle nous apprenent que les deux tours nord et est comportaient au moins trois niveaux et étaient couronnées par des hourds.

8D'autre part, les traces de plusieurs bâtiments en pierre et en pan de bois, adossés aux courtines nord-est et sud-est, ont été mises en évidence dans différents sondages. Les séquences stratigraphiques observées révèlent une superposition de niveaux qui témoigne d'une occupation durable du site aux XIIIe et XIVe siècles. Ces dernières données contredisent l'hypothèse formulée à partir de l'étude de la seule tour ouest, selon laquelle la construction du château aurait été interrompue à mi-hauteur. En l'état actuel des connaissances, l'entrée du château se faisait par une simple porte aménagée dans la courtine sud-ouest, à proximité de la tour sud.

9Aucun ouvrage avancé n'a été identifié dans l'état originel. En revanche, la réalisation d'un sondage dans l'actuel passage d'entrée a révélé la présence d'un premier châtelet de plan trapézoïdal dont ne subsiste plus que le niveau inférieur. Probablement édifié dans le courant du XIIIe siècle, il comportait sur une face latérale une poterne que fermait un battant de porte dont les éléments métalliques  — pentures et serrures — sont restées en place après le pourissement du bois. La fouille a également permis de mettre au jour la tour d'un second châtelet, sans doute du XIVe siècle, resté inachevé. Le projet prévoyait vraisembablement l'édification d'une seconde tour, plus à l'ouest, pour encader le passage d'entrée sous lequel ouvrait une poterne.

L'édification d'une résidence dans le dernier tiers du XIVe siècle

10De très importants travaux sont engagés à partir de 1368 par les ducs d’Anjou afin d’édifier une résidence princière sur les murs de la forteresse du XIIIe siècle. La reconstruction, débutée par Louis Ier, achevée par son fils Louis II, s'étale sur une trentaine d'années. De précieuses sources comptables, croisées avec les observations archéologiques, permettent de suivre assez précisément l’avancement du chantier de l'aile nord-est, entre 1368 et 1376, ainsi que la chronologie du rehaussement des deux tours nord et est (Fig. 2).

Fig. 2 : Restitution de la progression du chantier de la construction de l'aile nord-est à partir de l'étude des comptes de Macé Darne. Les parties figurées en bleu et en jaune correspondent respectivement aux démolitions et aux constructions.

Fig. 2 : Restitution de la progression du chantier de la construction de l'aile nord-est à partir de l'étude des comptes de Macé Darne. Les parties figurées en bleu et en jaune correspondent respectivement aux démolitions et aux constructions.

11La tour romane, au centre de la cour, est conservée dans un premier temps. Contrairement à ce qui est habituellement admis, le chantier de l’aile nord-ouest et de la tour ouest n’a pu commencer qu’après celui de l’aile nord-est, soit vers 1380. Se rattachent également à cette campagne de travaux la démolition partielle de la tour romane, la construction de la voûte qui en couvre la partie inférieure, l'édification de la galerie nord-est ainsi que de l'escalier d'honneur. Ce dernier prenait naissance au niveau des caves ; un sondage archéologique a en effet permis la découverte des deux révolutions inférieures, condamnées au XVIIe ou XVIIIe siècle. Les troisième et quatrième campagnes, dont les dates ont pu être précisées grâce aux analyses dendrochronologique pratiquées sur les bois des charpentes, correspondent respectivement à la construction des aile sud-est (avant 1385) et sud-ouest, cette dernière étant strictement contemporaine du châtelet, dans les années 1390. L'étude des parties conservées en élévation, enrichie des données de la fouille et de l'exploitation des sources d'archives, permet de mieux appréhender la qualité de ce programme architectural exceptionnel (techniques de mise en œuvre de la pierre, sculpture, pavements, voûtes lambrissées, couvertures…). Des sondages pratiqués dans la cour du château ont livré des éléments suffisamment précis pour pouvoir restituer les niveaux de sol de la fin du Moyen Âge.

La topographie médiévale des abords du château

12À l'extérieur du château, les recherches archéologiques se sont notamment attachées à tenter de restituer la topographie et l'occupation du secteur effondré avant l'édification de la citadelle. Dans les jours qui ont suivi l'effondrement, des maçonneries anciennes ont été repérées en coupe, assez rapidement mises en relation avec le mur du Boile (Fig. 2 et 3), une enceinte édifiée au Xe siècle, remaniée à de nombreuses reprises, et qui venait ceinturer à partir du château primitif l'extrémité occidentale du promontoire. Le suivi du rescindement du talus a permis en 2005 de lever une grande coupe stratigraphique et a révélé la présence sur une dizaine de mètres d’épaisseur de remblais médiévaux, modifiant sensiblement notre perception de la topographie ancienne de ce secteur. Il est apparu que des portions du mur du Boile, reconstruites vraisemblablement au XIIIe siècle, ont été renforcées afin de servir de mur de soutènement. L'apport de milliers de mètres cubes de remblai a permis d'aménager une vaste terrasse dominant la vallée de la Loire, immédiatement à l’ouest du château. Menée en parallèle, l’étude des comptes de construction des années 1370, particulièrement détaillés, incite maintenant à situer dans ce secteur un vaste complexe constitué de bâtiments regroupés autour d’une grande salle de justice, la salle du baille ; tous ces éléments fournissent de nouvelles clés de lecture pour appréhender l’organisation de la basse-cour.

Fig. 3 : Coupe transversale oblique du front nord de la citadelle, en arrière de l'effondrement, avec localisation des plans de coupe. 1 : Terrain naturel ; 2 : remblais médiévaux antérieurs au premier état du mur du Boile ; 3 : four à chaux ? ; 4 : mur du Boile (état c. XIIIe siècle) ; 5 : remblais médiévaux postérieurs à l'état c. XIIIe du mur du Boile ; 6 : mur du Boile (état c. XVe siècle) ; 7 : construction du bastion nord-ouest c. 1590-1592 et remplissage de la partie inférieur de la tranchée de fondation ; 8 : éboulement du bord de la tranchée de fondation ; 9 : remplissage de la partie supérieure de la tranchée de fondation (c. 1630) ; 10 : aménagements contemporains.

Fig. 3 : Coupe transversale oblique du front nord de la citadelle, en arrière de l'effondrement, avec localisation des plans de coupe. 1 : Terrain naturel ; 2 : remblais médiévaux antérieurs au premier état du mur du Boile ; 3 : four à chaux ? ; 4 : mur du Boile (état c. XIIIe siècle) ; 5 : remblais médiévaux postérieurs à l'état c. XIIIe du mur du Boile ; 6 : mur du Boile (état c. XVe siècle) ; 7 : construction du bastion nord-ouest c. 1590-1592 et remplissage de la partie inférieur de la tranchée de fondation ; 8 : éboulement du bord de la tranchée de fondation ; 9 : remplissage de la partie supérieure de la tranchée de fondation (c. 1630) ; 10 : aménagements contemporains.

La citadelle

13Sur le front nord de la citadelle, des sondages ont été réalisés afin de tester les hypothèses échafaudées à partir de l'étude documentaire et préciser le mode de construction des remparts implantés à flanc de coteau — tout particulièrement au droit de la tour nord où s'établit la jonction entre le premier bastion édifié au début des années 1590, et la terrasse nord achevée en 1646 —. Le suivi du démontage des maçonneries fragilisées par l’effondrement a permis de préciser la géométrie des remparts dont la maçonnerie talutée sur l’extérieur, se trouvait raidie à l’intérieur par de puissants contreforts reliés en tête par des arcs en plein-cintre supportant le chemin de ronde. L’immense tranchée de fondation n’a été remplie que sur la moitié de sa hauteur, permettant l’utilisation des ouvertures de tir laissées à l'air libre. La construction des casemates en arrière de certaines canonnières et le remblaiement complet des tranchées de fondations n'interviennent que vers 1640.

14Le suivi archéologique systématiquement mis en place en accompagnement des travaux de restauration sur le château et la citadelle de Saumur a largement participé à renouveler l'interprétation de ce site complexe qui, par certains aspects, constitue un jalon important dans l'histoire de l'architecture française. L'état sanitaire du monument appelle d'autres campagnes de restauration qui devraient permettre d'affiner les connaissances sur des secteurs où subsistent des zones d'ombre. En attendant ces développements dans les années à venir, une publication en préparation viendra prochainement dresser un état des connaissances faisant le bilan de presque deux décennies de recherches archéologiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan du château et de la citadelle de Saumur. 1 : Mur du Boile (Xe-XIVe siècles) et tour maîtresse du XIe siècle ; 2 : forteresse philippienne (1er tiers du XIIIe siècle) ; 3 : enceinte urbaine (XVe siècle) ; 4 : résidence palatiale (dernier tiers du XIVe siècle) ;  5 : front occidental édifié sous Duplessis-Mornay (1590-1599) ; 6 : front oriental édifié sous Maillé-Brézé (1626-1634) ; 7 : terrasse nord édifiée sous Maillé-Brézé (1634-1646).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1358/img-1.png
Fichier image/png, 71k
Titre Fig. 2 : Restitution de la progression du chantier de la construction de l'aile nord-est à partir de l'étude des comptes de Macé Darne. Les parties figurées en bleu et en jaune correspondent respectivement aux démolitions et aux constructions.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1358/img-2.png
Fichier image/png, 81k
Titre Fig. 3 : Coupe transversale oblique du front nord de la citadelle, en arrière de l'effondrement, avec localisation des plans de coupe. 1 : Terrain naturel ; 2 : remblais médiévaux antérieurs au premier état du mur du Boile ; 3 : four à chaux ? ; 4 : mur du Boile (état c. XIIIe siècle) ; 5 : remblais médiévaux postérieurs à l'état c. XIIIe du mur du Boile ; 6 : mur du Boile (état c. XVe siècle) ; 7 : construction du bastion nord-ouest c. 1590-1592 et remplissage de la partie inférieur de la tranchée de fondation ; 8 : éboulement du bord de la tranchée de fondation ; 9 : remplissage de la partie supérieure de la tranchée de fondation (c. 1630) ; 10 : aménagements contemporains.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1358/img-3.png
Fichier image/png, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Litoux, « Le suivi archéologique des travaux de restauration au château de Saumur (2004-2008) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 48 | 2009, mis en ligne le 27 octobre 2010, consulté le 01 mai 2017. URL : http://racf.revues.org/1358

Haut de page

Auteur

Emmanuel Litoux

Service archéologique départemental de Maine-et-Loire.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page