Navigation – Plan du site
Notes et documents

Le château et la ville : Angers (XIIIe-XVIe s.)

François Comte

Texte intégral

1Le château d'Angers est établi sur un point haut de la ville qui domine la Maine et en contrôle le passage. C'est encore l'un des repères les plus visibles lorsqu'on aborde la ville. Les représentations ont toujours privilégié ce stéréotype d'Angers. Mais cette image est bien postérieure à la construction du château au XIIIe s., qui intervient à une période de rivalité entre le duc de Bretagne et le roi de France. En 1227, la garde de plusieurs villes d'Anjou est confiée au duc Pierre Mauclerc, mais celui-ci fait hommage au roi d'Angleterre. Les troupes royales de Saint Louis entrent donc dans Angers en 1230. Pour parer à toute attaque de Mauclerc, le roi décide alors la construction d'un château et d'une muraille, qui aurait été commencée par Jean sans Terre en 1202. Le rôle d'Angers comme ville frontière face à la Bretagne va dominer pendant tout le Moyen Âge. Le château et l'enceinte restent indissociables dans leur impact sur l'espace urbain qu'ils ont, en partie, remodelé (Fig. 1).

Fig. 1 : Le château et son espace environnant d'après un plan dressé par un officier du Génie vers 1750.

Fig. 1 : Le château et son espace environnant d'après un plan dressé par un officier du Génie vers 1750.

Un site privilégié et enclos depuis l'Antiquité

2Les traces les plus anciennes de l'utilisation ostentatoire du site remontent au Ve millénaire avec la découverte, en 1997, d'un mégalithe de type cairn, à l'extrémité du promontoire. Quelques éléments de fortification datant du Ier s. av. J.-C. ont conduit à reposer l'hypothèse ancienne de la présence d'un oppidum à Angers. Passée l'époque augustéenne, une terrasse quadrangulaire, cernée par d'importants murs, est aménagée. Elle fait partie d'un complexe monumental dominé peut-être par un temple. Cet espace, désormais public, va le rester jusqu'à nos jours, puisqu'il correspond à la cour, au centre de la partie résidentielle du château. À la fin du IIIe s., cet ensemble est inclus dans l'enceinte et forme l'angle sud-ouest de la Civitas Andecavorum. Pour contrer la menace bretonne puis viking, Charles le Chauve autorise – après un échange de terrains – l'installation du comte sur l'emplacement du futur château. Passée la menace scandinave, la Cité joue le rôle de refuge et accueille notamment les moines de l'abbaye de Prüm vers 886-888. Au début du Xe s., la naissance d'une dynastie comtale s'accompagne de la construction d'un palais bordant l'ancienne terrasse. L'aula en est l'élément central qui atteint 40 m de longueur au XIe-XIIe s. Ce palais est lui-même entouré d'une enceinte au moins des deux côtés et il est qualifié d'arx (forteresse) dans les Chroniques des comtes d'Anjou et possède sa turris qui est sans doute l'une des tours gallo-romaines.

3La nouvelle forteresse de saint Louis, constituée de dix-sept tours circulaires très rapprochées les unes des autres, forme un pentagone irrégulier de près de 800 mètres. Déjà bien engagée en 1232, la construction semble s'être effectuée rapidement si l'on en croit quelques fragments de comptes du baillage : plus de 4422 livres sont attribuées en 1234 aux maîtres d'œuvre Pierre et Thomas Pigris. Cependant, son achèvement est mal daté. L'historien d'art Jacques Mallet a bien analysé les deux principales phases de construction, mais en ce qui nous concerne, le côté sud paraît plus tardif que le côté nord. Les dernières indemnités datent de 1262 et la garde de la porte du côté sud correspond à un secteur démoli mais pas encore construit, d'après l'interprétation d'un acte du comte Charles Ier, antérieur à 1263, qui peut être mis en relation avec le passage du comte en Anjou en mars 1258. L'essentiel du château dut être achevé à la fin des années 1260 où commencent à se succéder des châtelains ou gardiens du château. Il apparaît dès lors, contrairement à l'ancien palais comtal, comme un corps étranger dans la ville, totalement indépendant.

Destruction et réorganisation urbaine lors de la construction

4Pour édifier la vaste enceinte du château, on n'hésite pas à détruire près d'un quart de l'ancienne Cité. Plusieurs îlots urbains sont totalement rasés et même deux églises dépendantes de l'évêque (Saint-Évroult et Saint-Sauveur ?). Ainsi, le château quadruple la surface de l'ancien palais en s'établissant sur 2500 m². D'importantes carrières sont ouvertes. L'extraction du schiste, en partie effectuée sur place, a permis d'avoir, à la fois, de larges fossés, d'asseoir solidement les tours et de tailler un front rocheux à l'allure de glacis du côté de la rivière.

5La topographie initiale du site est totalement bouleversée et de grands espaces libres périphériques marquent l'isolement relatif du château. Pourtant, les deux entrées du château, la porte de Ville et la porte des Champs, sont placées en fonction des voies préexistantes, contribuant au maintien des rues remontant au Bas-Empire (Fig. 2). Au-delà du château et de l'enceinte urbaine, un nouvel axe de contournement de la ville est aménagé après le chemin de contrescarpe. C'est l'origine de la rue Delaâge, prolongée vers l'Esvière à travers les Lices. Suite aux destructions d'églises, deux sièges paroissiaux sont transférés hors les murs du château (Saint-Évroult et Saint-Laud) ; Saint-Aignan, également déplacé vers 1225, devient la paroisse du château après 1234. Son territoire paroissial ainsi que celui de Saint-Évroult ajustent leurs limites sud sur les nouveaux fossés.

Fig. 2 : Les portes du château, conservatoire des axes antiques sur les plans reconstitués d'Angers aux Haut-Empire et Bas-Empire.

Fig. 2 : Les portes du château, conservatoire des axes antiques sur les plans reconstitués d'Angers aux Haut-Empire et Bas-Empire.

Relation avec les quartiers environnants

6Le château, à l'époque des derniers ducs d'Anjou, retrouve son rôle de résidence et de centre de pouvoir un peu perdu de vue depuis l'aventure italienne des princes apanagés Charles Ier et Charles II. Le château déborde même sur la Cité avec une partie de la ménagerie (cour et maison des lions) et de la Chambre des comptes. Du côté du faubourg de l'Esvière, les Lices sont un lieu important de représentation ducale avec l'organisation de joutes et tournois.

7La Cité conserve son enceinte fortifiée qui a été restaurée et dont une section demeure dans le nouveau dispositif reliant le château à la porte Toussaint. La Cité apparaît même comme le complément du château dans la défense urbaine. En 1422, en pleine reprise de la guerre de Cent ans, il est dit que, si la ville est prise, la Cité constitue avec le château une sorte de bastion intérieur. En 1537, celle-ci est même nommée "basse-cour du château". Rien de tel pour l'autre enceinte autour du quartier de l'Esvière qui fut totalement ruiné au cours de cette période.

8Après sa rétractation, suite aux destructions opérées, la Cité passe presque entièrement entre les mains du chapitre cathédral où la majorité des maisons est occupée par ses membres. Les murs de la Cité deviennent alors une clôture canoniale ; il en va de même avec le déplacement du chapitre Saint-Laud en 1234, où un nouveau quartier canonial s'organise au-delà de la place des Lices. L'ancienne église collégiale redevient une simple chapelle castrale. La coupure apparaît nettement avec le faubourg de l'Esvière non seulement par la présence du fossé, sans cesse recreusé jusqu'au XVIe s., mais aussi par le chemin, très encaissé, appelé montée des Noyers. Enfin, l'aspect de falaise inexpugnable du côté de la rivière et du quartier portuaire est encore plus impressionnant par sa hauteur. C'est pourtant de ce côté que le château sera relié par un mur d'enceinte et une tour bastionnée pour protéger la ville en aval de la Maine.

9Le château englobe donc un espace très anciennement urbanisé qu'il a profondément modifié en englobant une terrasse antique. Il assure une domination et une protection de la ville mais reste un ouvrage indépendant encore entouré de places et boulevard malgré les liens plus étroits établis aux abords de la Cité. Le château, tout comme l'enceinte, va contribuer à figer l'emprise urbaine pendant plusieurs siècles : fossilisation du réseau de voirie, nombre de paroisses et de faubourgs inchangé jusqu'au XVIIIe s. et un même pont à l'emplacement des ouvrages de défense de la rivière.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le château et son espace environnant d'après un plan dressé par un officier du Génie vers 1750.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 2 : Les portes du château, conservatoire des axes antiques sur les plans reconstitués d'Angers aux Haut-Empire et Bas-Empire.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1357/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Comte, « Le château et la ville : Angers (XIIIe-XVIe s.) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 48 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://racf.revues.org/1357

Haut de page

Auteur

François Comte

Archéologue, Ville d'Angers.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page