Navigation – Plan du site
Notes et documents

Panorama de l’archéologie castrale en France

Élise Boucharlat

Texte intégral

Aux origines

1On ne saurait se livrer, en cette année 2009, à quelque réflexion que ce soit sur l’archéologie du château en France sans évoquer le cinquantenaire de la création du Centre de recherches en archéologie médiévale de Caen par le doyen Michel de Boüard. Lui qui a le plus précocement contribué à asseoir la reconnaissance académique de l’archéologie médiévale française était dans le même temps l’archéologue du château de Caen, de Doué-la-Fontaine... Une approche réellement archéologique, dans ses objectifs et ses méthodes, des châteaux et sites fortifiés était alors entièrement à construire. Et c’est bien ce à quoi se sont consacrés Michel de Boüard et l'équipe de Caen durant les décennies 1960-1970. C’est le même qui créa en 1971 la revue Archéologie médiévale, dans l’esprit de la revue britannique Medieval Archaeology, et institua en 1962 le Colloque international de castellologie “ Château Gaillard ”, consacré à l’histoire et à l’archéologie du château médiéval. Château Gaillard est devenu une institution européenne qui livre un panorama des préoccupations, des tendances, voire des modes qui ont mobilisé l’archéologie castrale sur près d’un demi-siècle.

Rapide retour en arrière

2Un retour sur les nomenclatures programmatiques établies par le Conseil supérieur de la recherche archéologique (CSRA), puis le Conseil national de la recherche archéologique (CNRA), depuis le milieu des années 1980, ainsi que sur les rapports thématiques publiés en fin de mandat permet de mesurer l’évolution des questionnements scientifiques. À l’origine, deux programmes distincts couvrent le champ de la “ castellologie ” : H39 pour les “ châteaux forts ” et H40 pour les “ mottes castrales, maisons fortes et enceintes de terre ”, autrement dit deux programmes distincts pour châteaux de pierre et châteaux de terre.

3Le rapport du CSRA pour la période 1985-1989 fait une place de choix aux recherches sur les fortifications de terre. Il faut dire que durant cette décennie et la précédente, la France avait connu une démarche volontariste, peu ordinaire, pour tenter de rejoindre le niveau de la recherche anglo-saxonne dans ce domaine.

4Deux temps forts témoignent de cette entreprise :

5- en 1981, la publication du colloque de Caen : “ Les fortifications de terre en Europe occidentale du Xe au XIIe s. ” paru dans Archéologie médiévale, XI. À la suite des vœux émis en conclusion du colloque, la recherche française sur les mottes castrales et sites fossoyés connut une accélération certaine ;

6- en 1985, la publication dans Château Gaillard, XII (actes du colloque de Floreffe, Belgique), par J.-M. Pesez de : “ Approches méthodologiques d’un recensement général des fortifications de terre médiévales en France ”, fondement d'un projet collectif de recherche à l'échelle nationale.

7Avec les plus anciens recensements, la Normandie fait indéniablement figure de pionnier, mais la fièvre castrale touche une bonne partie du territoire français entre 1985 et 1995 : des répertoires, des typologies, des fouilles ont été conduites dans le cadre de l’enquête nationale, placée sous l’égide du ministère en charge de la Culture et coordonnées par J.-M. Pesez.

8En 1990, les deux programmes précités sont confondus dans le programme H17 désormais intitulé “ naissance, évolution et fonctions du château médiéval ”, formulation qu’il conserve actuellement, en dépit du remodelage des nomenclatures en 1994, date à laquelle il deviendra H24. Le rapport du CSRA pour la période 1990-1994 signale la montée en puissance des recherches dans le sud et l’est de la France et l’augmentation globale du nombre des opérations.

9On observe alors que le thème de l’origine du château reste le plus porteur, révélant des phénomènes spectaculaires d’emmottement à l’instar de Doué-la-Fontaine, comme à Villars-les-Dombes (Ain), Albon (Drôme), Mehun/Yèvre (Cher), Niozelles (Alpes-de-Haute-Provence). On souligne la révision des chronologies traditionnellement admises de quelques grands édifices de pierre, comme le donjon de Loches (Indre-et-Loire). On remarque que l'organisation spatiale du château (la fameuse tripartition aula-camera-capella), que les éléments de confort et les modes de vie sont des thèmes en nette progression durant cette période, fortement enrichis par un recours ciblé aux textes. Le bilan note l’importance croissante des études d’élévation, parfois de très grande ampleur, comme au château d’Angers (Maine-et-Loire) et le développement de programmes de recherche excluant le recours à la fouille proprement dite, associant analyse du bâti et des textes. Enfin, le bilan 1990-1994 regrette la dispersion, sans grands résultats, des opérations sur les enceintes urbaines, la raréfaction des opérations sur les ouvrages de terre par rapport aux années précédentes et la non prise en compte d’une thématique proposée dès la programmation 1990, à savoir les grandes enceintes du haut Moyen Âge.

La diversité des problématiques et des méthodes de l’archéologie castrale

10Passer l’archéologie du château, des châteaux, du phénomène castral, au crible de la programmation n’est pas une affaire simple, dans la mesure où l’on peut prendre ledit phénomène pour objet ou pour cadre des problématiques possibles. Autant de pistes qui entraînent les médiévistes dans des périmètres de recherche plus ou moins emboîtés : le château au sens classique du terme et le site défendu, le castrum et l’habitat fortifié, l’enceinte, le château et son terroir, le site dans son territoire, etc.

11La richesse des problématiques invoquées par les chercheurs est proportionnelle à la diversité du phénomène castral, selon que l’on s’attache à faire ressortir les manifestations topographiques, les techniques architecturales, les postes de défense ou les lieux de résidence, les réseaux et hiérarchies territoriales, la fonction politique, la signification symbolique, le rôle économique ou encore les indices de la “ culture matérielle ” d’un groupe social. Une telle diversité a pour corollaire celle des modalités de la recherche qui embrasse des études monographiques, des typologies, inventaires et corpus ; une recherche qui diversifie les sources en recourant à l’archéologie sédimentaire et à celle des élévations, aux constats de terrain et aux données textuelles.

Quel panorama dresser aujourd’hui de l’archéologie castrale ?

12En toile de fond de la recherche, on soulignera une évolution conceptuelle importante : aujourd'hui, les catégories morphologiques instaurées initialement par les chercheurs ne sont plus étanches, entre châteaux de terre et châteaux de pierre, entre châteaux à motte, enceintes et plates-formes fossoyées, entre résidences des champs et maisons des bourgs. En outre, cette vision décloisonnée s'accompagne de l’élargissement du champ chronologique des études, du haut Moyen Âge à la Renaissance.

13En toile de fond toujours, on mentionnera les transformations rapides des conditions de cette recherche. Ainsi, sur une trentaine d’années, l’archéologie castrale a été tour à tour le champ privilégié de l'archéologie amateur, puis de la recherche dite programmée, jouissant d’un fort ancrage académique ; depuis une bonne décennie, elle s'est ouverte à des formes d’intervention plus opportunistes, dans un processus patrimonial où l’archéologie préventive a trouvé sa place, en particulier en accompagnement des travaux de restauration et de mise en valeur des édifices ou de leurs vestiges. Si l’archéologie castrale suscite toujours l’investissement des équipes universitaires et offre le cadre de formations, elle est aussi ouverte à des acteurs diversifiés, comme l’Institut national d'archéologie préventive et les services de collectivités ou autres opérateurs agréés.

14Pour revenir à la question, quel panorama dresser aujourd’hui de l’archéologie castrale, envisageons quelques thèmes devenus classiques.

Les premiers châteaux

15Il faut rappeler que la question fondatrice de l’enquête sur les fortifications de terre était celle de l’origine des châteaux. Aujourd’hui, l’entreprise a perdu son ambition nationale et centralisatrice, et c’est plus sage. Même si les recensements ont été moins productifs et moins exhaustifs que souhaité et que la normalisation attendue n’ait pas été atteinte, cette entreprise a été très importante pour la recherche française. Elle a renouvelé les idées traditionnellement admises sur l’origine des châteaux et des châtellenies, nuancé les images simplificatrices de départ, a fait prendre plus clairement conscience de la notion de réseau, de hiérarchie, a invité à dépasser la notion de monument pour celles de territoire et a imprimé des pratiques de travail collectif. L’obsession typologique est désormais passée au second plan par rapport à la démonstration de faits historiques.

16Des recensements régionaux ou infra-régionaux sont toujours d’actualité, d’autres reprennent sur des bases plus solides. Et surtout, on note une extension géographique des enquêtes : après la primauté donnée au château à motte, dans son expression des pays de plaine, l’intérêt s’est aussi porté sur les régions de relief et a mis le projecteur sur le phénomène des rocca, châteaux primitifs et parfois pôles de peuplement.

L’habitat fortifié

17C’est le point de jonction, l’espace de recouvrement de l’archéologie castrale et de celle du village et des terroirs médiévaux et post-médiévaux, voire même dans certains cas, de l'archéologie de l’espace rural et de celle du fait urbain. Le dénominateur commun des recherches devient le caractère défendu des sites, le lieu de stationnement isolé ou de résidence pérenne ou encore d’habitat groupé. Le champ des possibles est alors à peu près infini. Il n’est pour s’en convaincre que de voir l'ampleur des recensements qui englobent les phénomènes “ d’encellulement ” dans toutes leurs variantes régionales.

18À cet égard, dans le sud de la France, dans ces pays de sites perchés, souffle un réel dynamisme de la recherche dans des fouilles difficiles, voir ingrates, mais très riches d’enseignement sur l’origine et le développement du castrum et partant, sur l’habitat aggloméré dit “ de hauteur ”. On a là probablement les sites les plus anciens offrant la possibilité d’observer les étapes charnières de l’Antiquité tardive et de l’époque carolingienne, si difficiles à capter ailleurs.

19Mais, avec les sites fortifiés de hauteur tardo-antiques, n’est-on pas à la limite de l’archéologie castrale ? Tout comme avec les bourgs castraux plus tardifs qui pourraient avoir pris la relève de la thématique des villages désertés, quasi évanouie aujourd’hui, alors qu’elle fut l’un des moteurs de l’archéologie médiévale dans les années 1970-1980.

L’habitat aristocratique

20Le bilan du CNRA pour le mandat 1995-1999 consacre fort peu d’espace à l’archéologie castrale qui se trouve en quelque sorte dissoute dans l’archéologie du monde rural, à travers la double approche de l’archéologie spatiale et des formes de l’habitat : le château, en ses avatars de terre ou de pierre, est compris comme élément parmi d’autres de l’occupation du sol. S’explique ainsi la nécessité d’avoir recours à une nouvelle terminologie telle qu’“ habitat aristocratique ” qui permet de désigner des formes castrales diverses se démarquant sensiblement de la notion de château fort. Aux critères morphologiques, naguère prédominants, se superposent les arguments de géographie du pouvoir et d’environnement social, le tout sur fond d’enquête textuelle poussée.

Le château dans la ville

21Les effets d’une archéologie de prévention et de suivi des aménagements de sites majeurs ont des répercussions scientifiques notables, en lien avec deux faits : une meilleure intégration de l’archéologie dans les processus d’études et de travaux sur de grands monuments, et, en parallèle, l’augmentation de l’offre patrimoniale et culturelle des collectivités territoriales, surtout lorsque celle-ci s'appuie sur des services archéologiques capables d'assumer des recherches sur la longue durée et de les capitaliser. Blois, Chinon, Château-Thierry, Guingamp, Angers, et à nouveau Caen, autant de programmes dont on n’aurait même pas osé rêver il y a une quinzaine d’années.

Pour conclure

22Pour conclure, revenons au rapport du CSRA couvrant la période 1990-1994 et aux recommandations formulées pour le programme H24, “ naissance, évolution et fonctions du château médiéval ”. Celles-ci portent sur le maintien d’une archéologie programmée avec des fouilles de longue haleine, une reprise des inventaires régionaux mieux couplée avec l’étude des sources textuelles. Une rationalisation des interventions préventives est souhaitée dans le cadre des programmes soutenus par les collectivités locales, ainsi que l’amélioration de la conception et de la restitution des opérations d’archéologie du bâti. Et encore et toujours, l’effort de publication, notamment des monographies attendues de fouilles symboliques… Ces recommandations ne sont-elles pas encore pleinement d’actualité ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Boucharlat, « Panorama de l’archéologie castrale en France », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 48 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://racf.revues.org/1353

Haut de page

Auteur

Élise Boucharlat

Ministère de la Culture et de la Communication, direction de l'architecture et du patrimoine, inspection générale de l’architecture et du patrimoine, archéologie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page