Navigation – Plan du site
Notes et documents

Introduction

Texte intégral

1En accord avec le comité de rédaction de la revue, les organisateurs des « Séminaires d’Archéologie de la Région Centre », (service régional de l'Archéologie de la région Centre, l'INRAP et UMR 6173 - Laboratoire Archéologie et Territoire - Université de Tours / CNRS) ont souhaité publier les résumés des communications faites lors d’un de ces séminaires. Ces réunions trimestrielles sont l'occasion de faire le point sur des thèmes d'actualité, avec une dimension méthodologique permettant aux acteurs de l'archéologie d'aborder dans de meilleures conditions la fouille et l'étude de sites ou de structures particulières.

2Celui du 5 juin 2009 a été accueilli à Tours par le Service de l'Archéologie du département d'Indre-et-Loire. Il était consacré aux châteaux médiévaux de la Loire moyenne. L'argumentaire en était le suivant.

3Les « châteaux de la Loire » sont surtout connus pour leur période renaissance (mal d’ailleurs souvent d’un point de vue scientifique, autrement que sous l’angle de l’histoire de l’art). La plupart de ces édifices ont pourtant une origine plus ancienne qui commence d’être révélée dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive, en relation avec des projets de restaurations parfois très ambitieux.

4Ce sont donc les états médiévaux de ces châteaux que cette journée se proposait de présenter.

5On s’est attaché à présenter des vues d’ensemble sur l’évolution des sites castraux plus que le détail de leurs dispositifs. De nombreux colloques et séminaires ont été consacrés ces dernières années à l’archéologie du bâti, à l’évolution des fortifications ou à la mise en œuvre du matériau pierre. Ce point de vue architectural a aussi été développé sous l’angle de la restauration et des relations entre archéologues et architectes en chef des Monuments historiques.

6On a voulu ici mettre l’accent sur l’apport de l’archéologie à la compréhension de l’organisation spatiale des forteresses, et à leur évolution, en essayant de comprendre la logique interne de ces ensembles aux vocations multiples : défensives, symboliques, résidentielles, administratives, voire économiques. De récentes opérations ont permis d’explorer plusieurs grands sites castraux avec une ampleur inégalée. Cela permet de retracer leur genèse et leur développement. Les niveaux les plus anciens, presque toujours disparus en élévation, commencent ainsi d’être mieux connus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Introduction », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 48 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://racf.revues.org/1352

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page