Navigation – Plan du site
Chronique

Chronique

“ Voyage à travers la Gaule profonde ” - XIV
Alain Ferdière

Texte intégral

217 - Avant-propos en guise d’éditorial

1Certes, une chronique rurale est parue dans le numéro 47 (2008) de la RACF. Le nombre de titres nouveaux, suggestifs, à mentionner m’a paru justifier de renouveler cette chronique dès cette année 2009. J’ajouterai que je suis étonné du peu de réaction à ma notice no 216 sur les “ Barbares ” de ma dernière Chronique : sans doute la question est-elle plus germanique que française, et intéresse-t-elle peu le lectorat essentiellement francophone de la RACF :dommage ! Mais, en revanche, est ici inclus un débat de fond avec P. Ouzoulias (note 219).

2On pourra en outre constater – par son titre – que j’ai décidé d’élargir la thématique de cette chronique au-delà du seul monde rural, étendue à ce que j’ai appelé ici la “ Gaule profonde ”, c’est-à-dire – toujours pour les mêmes bornes chronologiques des IIe-Ier s. av. J.-C. aux Ve-VIe s. ap. – concernant les aspects les plus humbles et quotidiens de la culture gallo-romaine, et excluant donc en principe par exemple les aspects architecturaux ou strictement urbains. De fait, le thème purement rural avait auparavant été à plusieurs reprises transgressé, par exemple avec des notes concernant la romanisation, ou encore, dans la dernière chronique (XIII, 2008, note 216), concernant le concept de “ Barbares ” : comme je ne souhaite pas m’autocensurer ici comme à l’avenir, il m’a paru préférable d’étendre un tant soit peu le champ de cette chronique, de manière explicite, tout en la maintenant bien entendu axée essentiellement sur le monde rural.

3La présente livraison comportera peu de points de “ fond ”, d’ordre méthodologique – si ce n’est sur la question du fundus –, mais concerne surtout des recensions, l’actualité des publications étant riche ces temps-ci, et l’on s’en réjouira…

218 - Population, occupation du sol et campagnes gallo-romaines

4(voir Chron. I, notes 2 et 5 ; III, note 19 ; IV, notes 32 et 37 ; V, note 48 ; VI, notes 66-70 et 73 ; VII, note 85 ; VIII, note 106 ; IX, note 120 ; X, note 139 ; XI, note 158 ; XII, notes 177-178 et 194 ; XIII, note 198)

5Concernant non seulement l’occupation du sol de cette région (les deux provinces de Germanie) à la période romaine – et plus particulièrement à l’apogée de son développement au IIe s. –, mais surtout la question épineuse de l’estimation quantitative des populations concernées (démographie), l’essai de K. P. Wendt (2008) est particulièrement suggestif : il se fonde principalement sur la densité des villae, fermes et aussi agglomérations, pour se livrer à des calculs dont les résultats semblent significatifs et plausibles.

6Pour les régions du Sud-Ouest (Aquitaine méridionale), l’occupation du sol du Béarn et de la Bigorre gallo-romains est traitée : Plana-Mallart 2006. Voir aussi infra, note 220, Bertrand et al. 2009, pour la fin de l’Âge du fer et parfois le début de la période romaine.

219 - Le fundus versus la petite exploitation libre : débat avec P. Ouzoulias

7(voir Chron. VII, note 87 ; IX, notes 121-122 ; XI, note 163 ; XIII, notes 199 et 201)

8Mais, en lien avec la note précédente, le point principal que je souhaite ici développer, concernant le mode d’occupation du sol et d’exploitation rurale des Gaules, touche à la question de l’existence ou non d’une petite paysannerie libre en Gaule, parallèlement au système domanial “ classique ”, existence défendue notamment par P. Ouzoulias (voir mes notes no 198, 202, 211 de la Chronique XIII, 2008), dans sa thèse (2006) et différents articles récents (2007, 2008, 2009 ; et cf. Ouzoulias et Van Ossel 2009) : après avoir rappelé ici ma position, je lui laisserai donc la parole, en réponse, pour éclairer et équilibrer ce débat.

9Petit historique de la question, en ce qui me concerne, d’abord : en 1978, dans ma thèse (Ferdière 1978 : 204-206, 697 sqq., 701-703, 709, 711), m’appuyant notamment sur la grande densité des “ habitats ruraux ” et la rareté, en Beauce, des grandes villae, j’écrivais qu’il existait “ en Gaule […] une classe importante d’agriculteurs libres ” (p. 702), qu’“ une grande part de la Gaule paraît avoir bénéficié d’un système de petites exploitations d’agriculteurs libres ” (p. 709), et que “ ce qui est indéniable, c’est l’existence en Gaule de petites et moyennes exploitations, économiquement plus importantes ici que les très grandes " villas " ” (p. 711). J’ai ensuite repris à peu près la même idée dans “ les Campagnes de la Gaule ” (1988, I : 106), où l’on peut lire : “ ce système, […], celui du " domaine " en exploitation indirecte, n’est certainement pas la règle partout ”, si l’on en juge par l’“ incroyable densité d’habitats de petite dimension ”, dans beaucoup de région, et l’on peut donc supposer “ une exploitation directe par de petits propriétaires terriens… ”. Mais je me suis ensuite, progressivement, rendu compte que cette position était en partie idéologique et teintée d’a priori (opposition à l’idée trop “ classique ” du “ tout fundus ”, défense excessive de l’originalité des campagnes gauloises…) et n’avait pas de réel fondement en tout cas archéologique. Aussi ai-je pu écrire plus récemment (2006b : 72) qu’“ il est extrêmement difficile d’évaluer quantitativement la part de l’un et de l’autre système [fundus ou petits proprétaires-agriculteurs libres] coexistant à travers la Gaule ”. On peut voir encore cet infléchissement de point de vue dans mes plus récentes “ chroniques rurales ” (par exemple, Chron. VII, note 87 : “ l’archéologie reste muette en la matière ” ; voir aussi Chron. IX, note 121 ; XIII, note 201).

10Parallèlement, si l’on peut dire, alors que j’opposais plutôt, dans les années 1970 et 1980, pour le dire schématiquement, la villa “ à la romaine ” à la ferme “ indigène ”, je défends aujourd’hui l’idée qu’une grande part – sinon la majorité – des exploitations rurales présentes dans nos campagnes à la période romaine étaient de type “ mixte ”, c’est-à-dire ni tout à fait villa “ classique ”, ni tout à fait ferme, fossoyée et en terre et bois, sur le modèle en somme des fermes de la région de Hambach (cf. 2006b : 74-77 ; et à ce sujet : Chron. IX, note 122 ; XI, note 163 ; XIII, note 199).

11Quant à l’existence de cette “ paysannerie libre ”, à côté des fundi en exploités par une main-d’œuvre servile ou autre, je m’appuyais alors, dans les années 1970/80, en particulier sur les travaux d’E. Wightman (1975 : 587 sqq., 650 sqq.). Mais je dois reconnaître que ce point de vue, de ma part, était fondé sur une certaine confusion conceptuelle – en générale présente dans ce débat –, entre l’existence, d’une part, d’une paysannerie libre quant au statut des individus, et différents de celui des esclaves (ces derniers apparemment (?) peu nombreux dans les campagnes gallo-romaines : cf. Chron. XIII, note 211), et, d’autre part, de petits propriétaires ruraux exploitant directement les terres autour de leur ferme, parallèlement aux grandes propriétés (fundi) possédées par les notables des cités et exploitées soit de manière directe avec une main-d'œuvre servile, soit en location/“ métayage ” par des travailleurs de statut libre mais alors non propriétaires des terres. C’est sur ce dernier point que repose ma conception actuelle, pour admettre que l’archéologie seule est incapable de démontrer non seulement le niveau socio-économique des propriétaires fonciers, entre petits et grands, mais même de déterminer le statut des exploitants, travailleurs et/ou esclaves, tenanciers locataires payant une redevance, ou encore petits propriétaires en exploitation directe…

12À ceci s’ajoute donc, pour l’archéologue, la prise en compte des formes de l’habitat rural, entre la grande “ villa ” et la ferme de type “ indigène ”, avec tous les intermédiaires connus et de plus en plus couramment mis en évidence. Je constate donc simplement que rien n’empêche, dans le cadre du système domanial romain, complexe et diversifié, qu’un fundus particulier ne dispose pas d’une villa centrale et résidentielle pour son propriétaire foncier, et soit donc exploité par une ou plusieurs fermes, voire “ villages ” (habitats groupés), de paysans éventuellement libres mais non-propriétaires : ce semble par exemple être le cas de certains domaines de Pline le Jeune…

13En outre, l’argument de P. Ouzoulias concernant la capacité des greniers de ces “ fermes ” (susceptible de recevoir juste le nécessaire à la consommation annuelle) en faveur d’une économie rurale d’auto-subsistance ne me paraît pas très convainquant, tant il est vrai que des raisonnements quantitatifs de ce type prêtent le flanc à la critique ; et d’autres structures de stockage de quantités plus importantes, notamment dans les villes et agglomérations secondaires, nous échappent en grande partie.

14Au plan archéologique – et je parais plaider ici contre ma cause –, on pourrait d’ailleurs aussi arguer, pour ces mêmes régions et contre la présence prégnante des notables locaux et de leurs domaines, de la rareté des monuments funéraires et mausolées ruraux de ces personnages, contrairement à d’autres secteurs : par exemple, pour toute la Beauce, un seul mausolée (Ferdière 1993 : carte fig. 1, et p. 226), deux aujourd’hui avec celui de Gondreville (Dondin-Payre et Scaon 2006/07)…

15Je résume donc mon point de vue actuel : par la seule archéologie en tout cas, il est aujourd’hui impossible de démontrer l’existence et l’importance d’une petite paysannerie libre, propriétaire des terres, à côté du système fondiaire “ classique ”, auquel on peut sans problème intégrer des exploitations indirectes par des agriculteurs de statut libre, non servile ; dans ce cas, le modèle peut avoir fonctionné, dans certaines régions (Beauce, Île-de-France…), à partir d’un dense semis de fermes (de terre et bois ou “ mixtes ”), et sans la présence de villae au sens strict et en tout cas de grandes villae résidentielles…

16Voici donc le texte que propose P. Ouzoulias, en réponse surtout à ma précédente Chronique :

“ Alain Ferdière a cité à plusieurs reprises ma thèse (tel-00011567) dans sa chronique no XIII. En le lisant, j’ai eu le sentiment que l’argumentaire développé dans ce travail universitaire n’a pas toujours été exempt d’ambiguïté. Je le remercie donc de m’ouvrir les colonnes de cette nouvelle chronique pour tenter de préciser une position qui c’est, je l’espère, clarifiée depuis 2005.

Mon objectif principal était de montrer qu’il existe un décalage important entre l’image des campagnes gallo-romaines bâtie par deux siècles d’historiographie française et celle beaucoup plus complexe entrevue à la suite des récents développements des opérations de terrains. Cette discordance est particulièrement sensible en ce qui concerne la place faite à la grande exploitation, la villa si l’on veut, dans la mise en valeur agricole des Gaules. Loin de confirmer l’omnipotence de la villa dans l’économie agricole, les fouilles et les prospections révèlent au contraire sa faiblesse numérique par rapport à des formes plus modestes de production agricole.

Par une analyse historiographique conduite depuis la fin du XVIIIe s. et poursuivie jusqu’aux synthèses de Roger Agache, il m’avait donc paru utile de montrer que l’importance accordée à la villa devait beaucoup à une conception très française des modalités de l’incorporation de la Gaule à l’Empire romain qui était elle-même fortement dépendante d’une histoire coloniale dont l’un des ressorts idéologiques s’exprimait par un rapprochement entre “ l’œuvre civilisatrice ” de Rome en Gaule et celle de la France en Afrique du Nord. J’observe avec plaisir que ce constat historiographique a été repris récemment (cf. notamment Van Ossel 2009).

Dans un second temps, par des arguments historiques et archéologiques, j’essayais de montrer qu’il n’était plus possible de dénier toute autonomie économique à ces petites exploitations que Roger Agache et le programme Archaeomedes avaient considérées comme des “ habitats dépendants ” ou des “ annexes agraires ”, c’est-à-dire des unités accueillant de façon saisonnière ou marginale une partie très limitée d’une activité productrice essentiellement hébergée par la villa. L’objet de la quantification contestée par Alain Ferdière (notice no 202, 55 et supra) était alors de prouver que ces sites pouvaient parfaitement produire suffisamment pour nourrir à l’année une famille paysanne. Dans une forme de raisonnement par l’absurde, les données chiffrées utilisées avaient été systématiquement choisies parmi les plus basses possibles. Ce n’est pas un niveau moyen de production qui était évalué, mais un minimum vital. La surface emblavée de ces établissements ne pouvant être appréhendée à l’aide de nos sources, j’ai ensuite rapproché le volume de céréales utile à la famille paysanne de celui qui pouvait être stocké dans les greniers sur poteaux des exploitations du nord de la Gaule pour constater que ces sites pouvaient produire au moins cette quantité minimale. L’estimation de la surface emblavée nécessaire pour produire cette quantité (entre 4 ha et 5 ha) était beaucoup plus discutable et j’admets qu’elle n’apportait rien au raisonnement.

De cette démonstration, je ne tire aucune conclusion sur le statut des exploitants des petits établissements agricoles, ni sur leur degré de dépendance sociale vis-à-vis des possessores des villae. Je pose simplement l’hypothèse que l’économie agricole des Gaules repose sur des villae plus ou moins nombreuses selon les ciuitates et des petites exploitations qui sont toujours majoritaires. Après d’autres (cf. notamment Dumont 1999), j’observe que la grande exploitation a besoin de la main-d’œuvre d’appoint fournie par ces petits établissements pour son fonctionnement et qu’il faut donc étudier leur complémentarité plutôt que leur antagonisme. ”

17Cette “ réponse ” ne nécessitera pas de ma part de longs commentaires : dont acte, et je suis globalement d’accord avec les arguments ainsi présentés, qui me paraissent plus clairs que ce qu’une lecture sans doute trop rapide m’avait laissé croire. De même – il n’est pire sourd qui ne veut entendre et j’avais voulu lire sans doute plus qu’il n’était écrit – je prends aussi acte que P. Ouzoulias ne se prononce pas, en effet, sur le statut même de ces petites exploitations, dans le débat que je soulevais plus haut ici, concernant leur intégration ou non dans le système domanial et l’existence d’une petite paysannerie libre.

220 - Agronomie, paysages et parcellaires

18(voir Chron. I, notes 6 et 8 ; II, notes 11 et 23 ; VI, note 71 ; VII, note 84 ; VIII, note 107 ; IX, note 127 ; X, notes 142-143 ; XI, note 174 ; XII, notes 182 et 183 ; XIII, note 202)

19C’est un agronome et botaniste (Albertini 2009) qui nous offre sa vision de l’agriculture méditerranéenne, avec un vaste survol historique depuis le Néolithique : le point de vue est enrichissant mais forcément schématique au plan historique. C’est l’agriculture méditerranéenne antique qui est par ailleurs traitée dans un ouvrage collectif que j’aurais dû signaler plus tôt : Chandezon et Hamdoume 2004. Un autre ouvrage aborde l’économie rurale dans l’Empire romain par le point de vue législatif : Kehoe 2007.

20Par ailleurs, pour ce même monde méditerranéen, je ne crois pas avoir informé de la publication de la thèse (2003) de R. Harfouche (2007), concernant les paysages et structures agraires antiques méditerranéens : voilà cette lacune réparée. Je signale en outre un ouvrage de synthèse sur les paysages agraires de la Sicile antique (Burgio 2008), et un autre concernant les paysages et l’occupation du sol de l’Italie au début de l’époque impériale (Patterson 2006).

21J’ai en revanche déjà mentionné dans ma précédente Chronique la thèse de C. Franceschelli (– et Marabini 2007) : signalons ici un enrichissant et suggestif débat autour de ce travail, entre l’auteur et G. Chouquer, en ligne, sur le “ Forum ArchéoGéographie ” qu’entretien utilement ce dernier (www.archeogeographie.org, juillet 2008).

22Je profite de cette mention des questions liées aux centuriations antiques pour combler une lacune de mes précédentes chroniques, celle de la mention des utiles recensions réalisées par M. Clavel-Lévêque concernant les “ Paysages et cadastres de l’Antiquité ” dans la revue Dialogues d’Histoire Ancienne, et accessibles donc en ligne sur “ Persée ”) : pour les plus récentes : DHA, 29, 1, 2003 : 155-192 ; 30, 1, 2004 : 155-212 ; 31, 1, 2005 : 145-174.

23Bien qu’il continue à pourfendre la discipline historique, qu’il pratique pourtant bien sûr tel Monsieur Jourdain, le nouveau “ manifeste ” de la discipline (Chouquer 2008 ; cf. Chouquer 2007 signalé dans la précédente Chronique) dont il se présente comme l’inventeur, la morphologie dynamique des paysages, et l’archéogéographie – comme il l’intitule –, la lecture des textes de G. Chouquer est toujours enrichissante et suggestive. Il n’est pas de mon propos d’analyser ici le contenu de cet ouvrage, qui mériterait un plus long développement. Je souhaite seulement profiter de ce signalement pour exercer, en quelque sorte, une sorte de “ droit de réponse ”. Il est vrai que dans son rejet des disciplines historiques et notamment de l’archéologie, G. Chouquer se défend en effet de lire les auteurs issus de celles-ci, ce qui occasionne parfois quelques erreurs ou imprécisions. Ainsi, dans sa critique du débat sur le terme de “ ferme indigène ” (p. 15-17), il est clair qu’il n’a pas eu connaissance de ce que j’ai pu en dire, depuis longtemps, dans la présente Chronique (par ex. II, 1985, note 16, ou IV, 1988, note 34, ; VII, 1996, note 88 ; IX, 2000, note 124 ; XI, 2004, note 163…) : il aurait ainsi pu constater que les points de vue sont plus proches qu’il ne le dit entre l’“ archéogéographe ” et l’archéologue… Il n’est pas juste non plus de renvoyer (p. 77) à un manuel d’histoire (Ferdière 2005 : 217) des Gaules, forcément simplificateur sur de telles notions, pour ce qui serait “ ma ” définition du concept de villa et de domaine. Enfin, le développement sur les questions de différences de “ densité ” des sites ruraux (p. 77-78) montre que G. Chouquer n’a pas intégré la réalité et les principes méthodologiques à partir des différentes techniques de prospection, en effet fondamentaux sur de telles questions d’occupation du sol, et sur lesquelles je me suis souvent prononcé dans cette Chronique, dès son origine (I, 1984).

24Je signalerai enfin la parution, dans le précédent no de la RACF, d’un article portant sur des systèmes parcellaires liés à des sites ruraux gallo-romains d’Île-de-France (Desrayaud 2008).

25Enfin, et à cheval avec le thème de la note précédente – et bien qu’il s’agisse de l’Âge du Fer et non de la période romaine –, il n’est sans doute pas inintéressant de signaler ici les Actes du XXXIe Colloque de l’AFEAF, portant sur les habitats et paysages ruraux (Bertrand et al. 2009) : plusieurs régions sont traitées, parfois jusqu’au début de la période romaine (Ier s.av., voire au-delà) : Bassée, Normandie, Est de la France, Languedoc, Allemagne, Grande-Bretagne…, avec notamment, concernant le paysage et l’environnement, la mise en place d’une Base de Données palynologiques pour l’Âge du Fer (en France : cf. contribution de Ch. Leroyer et al., p. 447-468).

221 - Bornes et limites parcellaires

26(voir Chron. VII, note 90 ; VIII, note 107 ; XII, note 182 ; XIII, note 202)

27Concernant cette question, spécifique par rapport à la note précédente, les découvertes de bornes parcellaires ou documents épigraphiques similaires sont suffisamment rares pour qu’on les rappelle : l’une d’entre elles est connue, en langue gauloise, à Verceil, en Italie du Nord (Lambert 2009 : fig. p. 15). On rappellera ainsi celles des secteurs montagnards de la cité des Alobroges, repris dans : Segard 2009.

28Mais c’est une étude plus générale, à partir de la source textuelle des Libri Coloniarum, qui est fournie par J.-Y. Guillaumin (2004), que je n’avais pas encore signalé.

222 - Saltus, domaine et propriété rurale

29(voir Chron. I, note 7 ; III, note 29 ; V, note 50 ; VII, note 87 ; VIII, note 115 ; IX, note 121 ; XII, note 190 ; XIII, notes 201 et 209)

30La question des territoires non cultivés (saltus pour ces derniers) et contrôlés en général par les pouvoirs publics, des cités ou de l’Empire, est rarement documentée par des découvertes significatives nouvelles, du moins en Gaule : ce vient d’être pourtant le cas avec l’acquisition récente par le MAN d’une statuette de Jupiter à la roue (Chew 2008), découverte à Cenves (Rhône), en limite orientale de la cité des Éduens : l’inscription du socle mentionne en effet un “ saltuarius prisciacensium ”, c’est-à-dire un personnage en charge d’un saltus, sorte de “ garde forestier ” des ressortissants d’un lieu dénommé “ Prisciacum ”, qui pourrait être éventuellement un domaine privé, ou encore une agglomération ou pagus proche, sans doute Prissé, près de Mâcon.

31Quant à la question du domaine (fundus), je me borne à signaler ici un titre récent concernant les élites rurales de Bétique (Espagne) : Melchor Gil 2007 (et voir supra, note 219).

223 - Des villae et des fermes

32(voir Chron. II, note 16 ; III, notes 24-25 ; IV, note 34 ; V, notes 51-52 ; VI, note 74 ; VII, note 88 ; VIII, notes 108-109 ; IX, notes 122-124 ; X, note 140 ; XI, notes 161 -163 ; XII, note180 ; XIII, note 199)

33Je n’ai pas encore consulté les Actes du Colloque de Gijon sur la villa à la fin de l’Empire et son architecture (Fernandez Ochoa et al. 2008), si ce n’est pour la contribution de Ph. Leveau et L. Buffat (infra, note 225), et me contenterai donc de signaler ici ce recueil.

34Un site Internet (http://villasromaines.free.fr/​site2008/​) récemment mis en ligne permet de se renseigner sur les villae romaines aménagées et visitables en Europe : c’est le fait d’Archeofactory, qui a mis en valeur le site de la villa de Loupian (Hérault), fouillée par Ch. Pellecuer.

35Ajoutons qu’un Colloque s’est tenu fin 2008 à Tongres sur “ The Roman villa world between Atuatuca Tungrorum and CCAA. A landscape-archaeological perspective ”, à partir du programme “ Villa Landscapes in the Roman North : Economy, Culture, Lifestyles ” (N. Roymans et T. Derks).

36Dans le domaine des publications, beaucoup de villae et fermes gallo-romaines sont l’objet de notices dans l’ouvrage de synthèse récent sur la Wallonie romaine (Brulet 2009).

37En Narbonnaise, signalons par exemple récemment la publication de la villa de Bédoin (Vaucluse) (Trial et al. 2009), et, en Aquitaine, celle de Loupiac (Gironde), pour sa pars urbana, du Ier s. au Haut Moyen Âge (Marian 2008).

38Une grande villa a également été explorée sur une surface représentative à Parville (Eure), proche du chef-lieu de cité d’Évreux et a notamment livré des pièces de mobilier remarquables, telles qu’un camée de Minerve sur un char (Lukas 2006).

39La villa présente sous la place Saint-Lambert de Liège (Belgique) a par ailleurs fait l’objet d’une publication : Henrard, Van Der Sloot et Léotard 2008.

40Enfin, pour la Région Centre, il est sans doute utile de signaler ici la reprise des fouilles de la grande villa (?) de Martizay (Indre), en 2009, par Ch. Gandini (cf. Duhautois 2009).

41Quant à la définition de la ferme à l’Âge du Fer, on notera la contribution de F. Malrain et G. Blanquaert in : Bertrand et al. 2009 : 25-43).

224 - Villa/vicus

42J’ai déjà traité plusieurs fois des questions concernant le rapport villa/vicus (voir Chron. II, note 14 ; III, note 31 ; IV, notes 36 et 42 ; V, notes 58-59 ; VI, note 72 ; VII, note 89 ; XI, note 164 ; XII, note 189) : il est abordé à propos du site de Montignac (Dordogne) (Grumbert et Marty 2007).

225 - Bâtiments agricoles

43(voir Chron. VI, note 75 ; X, 148 ; XII, note 184 ; XIII, 200)

44Ph. Leveau et L. Buffat font le point sur les bâtiments agricoles et l’architecture des villae pour la fin de l’Antiquité (Leveau et Buffat 2008).

45Un nouveau grenier à murets parallèles en sous-sol a été mis au jour sur la villa de Damblain (Vosges) (Boulanger 2008), tel que précédemment signalé ici par exemple à Parçay-Meslay (Indre-et-Loire) (cf. Chronique XII, 2005, note 184).

46Et voir aussi supra, note 224 : Grumbert et Marty 2007.

47À propos de la grange, il est parfois un peu agaçant de constater la “ redécouverte ” d’un type que j’ai signalé il y a près de 25 ans (Ferdière 1985 : 370-372 ; cf. 1988, II : 72-73, la première de ces deux publications étant il est vrai peu connue), mais l’étude que Ch. Gaston (2008, qui fait honnêtement référence à la seconde de ces publications) consacre à ces bâtiments “ standardisés ”, avec deux exemples de Franche-Comté, ne manque pas d’intérêt, par ce nouvel apport au dossier.

226 - Irrigation

48(voir Chron. VII, note 92 ; XI, note 144 ; XIII, note 203)

49Certes, parmi les techniques de bonification des terres, l’irrigation, dans nos régions des Gaules plutôt globalement humides, est chose rare. Mais il est quand même intéressant de noter le commentaire d’un décret d’irrigation concernant l’Espagne romaine : Beltran Lloris 2006.

227 - Carpologie et plantes cultivées

50(voir Chron. III, note 28 ; IV, note 39 ; VIII, note 112 ; IX, note 129 ; X, note 146 ; XI, note 168 ; XIII, note 204)

51Mentionnons la contribution de V. Zech-Matterne et al. (in : Bertrand et al. 2009 : 383-416) concernant ces études d’identifications de graines, semences et fruits sur les établissements ruraux en France, du VIe au Ier s. av. J.-C., et donc au moins au début de la période romaine.

52C’est surtout par le biais de sa discipline, la carpologie, que Ph. Marinval traite par ailleurs de l’agriculture du Midi de la France (in : Chandezon et Hamdoume 2004 : 233-242).

228 - Viticulture

53(Chron. IV, note 38 ; IX, note 130 ; X, note 147 ; XI, note 169 ; XII, note 186 ; XIII, note 205)

54Signalons au passage une découverte récente, qui a pu faire sensation dans le monde des œnologues, la découverte d’un vignoble antique (plantations de pieds de vigne, sans doute en provignage), sur 6000 m2, sur une commune aussi prestigieuse, au titre de ses vins, que Gevrey-Chambertin (Côte-d’Or) (INRAP Actualités, en ligne, 5 mars 2009). Décidément, les découvertes de ce type se multiplient en “ Gaule interne ”, et les études sur la viticulture des provinces gauloises sont à la mode : l’Auvergne fait l’objet d’un article dans le présent no de la RACF (Vallat et Cabanis 2009), et le Valais suisse vient d’être traité à ce titre (Curdy, Paccolat et Wick 2009).

229 - Archéozoologie

55(Chron. I, note 4 ; III, note 27 ; VI, note 77 ; VII, note 98 ; VIII, note 114 ; IX, note 131 ; X, note 148 ; XI, notes 170-171 ; XII, note 187

56Il faut signaler la récente thèse d’archéologie (Université Catholique de Louvain) de F. Pigière (2008), concernant la faune des sites urbanisés de la zone limoneuse de la Moyenne Belgique et du Sud des Pays-Bas pour l’Antiquité et le début du Haut Moyen Âge.

57Martine Leguilloux continue par ailleurs à publier régulièrement les faunes de sites ruraux de Narbonnaise, telles que celle de la villa de Bédoin (Vaucluse) : Leguilloux 2009.

58(et voir infra : Chasse, note 231).

59Il est aussi intéressant de signaler le bref article de M Leguilloux (2006) sur l’apport de l’archéozoologie à l’étude des salaisons de viande dans l’Antiquité.

60Enfin, il faut mentionner la création d’une Base de Données sur les études de faune des établissements ruraux en Gaule (préromaine) : cf. P. Méniel et al., in : Bertrand et al. 2009 : 417-446).

230 - Économie de montagne, pastoralisme et élevage antique

61(voir Chron. XII, note 187 ; XIII, note 206, et ci-dessus, note précédente)

62Je consacre un assez long compte-rendu de la publication de thèse de M. Segard (2009), abordant aussi des questions plus générales d’économie agraire de moyenne et haute montagne, dans le Bulletin AGER, 19, 2009.

63C’est la Grèce qui est traitée du point de vue de l’élevage, de la fin du Ve à la fin du Ier s. av. J.-C., dans le relativement récent ouvrage, non encore signalé ici, de Ch. Chandezon (2003), pris du point de vue assez classique, mais encore non traité au fond à ce sujet, des témoignages épigraphiques.

231 - La chasse

64(voir Chron. XIII, note 209)

65Près de soixante ans après la somme d’A. Aymard (1951), les chasses romaines redeviennent semble-t-il “ à la mode ”, avec successivement deux études : Jallet-Huant 2008 et Trinquier et Vendries 2009, ce dernier comportant, notons-le, un point de vue archéozoologique pour le nord de la Gaule, traité par S. Lepetz (p. 141-159).

232 - Activités dans les établissements ruraux

66(voir Chron. citées supra, notes 219, 224, 226 à 230 ; et Chron. IV, note 40 ; VI, note 78 ; VII, note 99 ; VIII, note 116 ; X, note 150 ; XI, 172XII, note 188 ; XIII, note 207)

67La contribution d’O. Nillesse (in : Bertrand et al. 2009 : 45-83), concernant l’ouest de la France, montre la diversité de ces activités, y compris artisanales, dans ces fermes de l’Âge du Fer, mais aussi du début du Haut-Empire.

233 - Sanctuaires domaniaux

68(voir Chron. XII, note 191)

69Cette question, en général rarement abordée en tant que telle, est traitée pour l’ouest de la cité des Helvètes, autour de trois exemples, dont la très grande villa d’Orbe-Boscéaz (Luginbühl 2008 : 234-235), de manière sans doute un peu traditionnelle et conventionnelle (typologie).

234 - Le monde des morts en milieu rural

70(voir Chron. III, note 30 ; V, note 57 ; VII, note 100 ; VIII, note 118 ; IX, notes 136-137 ; X, note 151 ; XI, note 173 ; XII, note 192 ; XIII, note 212)

71La Revue du Nord (no 378, 90) consacre un assez volumineux dossier à l’archéologie funéraire gallo-romaine de ces régions de Gaule Belgique, la plupart concernant des ensembles funéraires ruraux, qu’il s’agisse de sépultures privilégiées (caveaux, hypogée à Fontaine-Notre-Dame et Bray-La-Buissière) (Marcy Soupart et Willems 2008 ; Soupart, Davette et Chaidron 2008), ou de nécropoles, pour Dourges (Blancquaert et Le Goff 2008).

72Pour la Lorraine gallo-romaine, un récent catalogue d’exposition (D(is) M(anibus)… 2009) consacre un chapitre aux nécropoles rurales et à leurs pratiques funéraires (p. 84-105 : exemples de Metz et Mécleuves).

73Il faut en outre signaler la toute récente monographie du beau mausolée de Bertrange (Luxembourg) (Kremer 2009), associé à une importante villa où ces éléments furent remployés au IIIe s. dans des ensembles fortifiés : il s’agit d’un monument funéraire précoce (première moitié du Ier s.), du type assez classique du mausolée de Glanum.

235 - Romanisation

74(voir aussi Chron. III, note 20 ; VIII, note 104 ; XI, note 159)

75Cette délicate question a été abordée dans la précédente Chronique (XIII, 2008, note no 214). Avec l’intégration de la Gaule dans le programme des concours pour 2010-2012, la revue Pallas (Toulouse) a consacré un No à ce sujet : on y note un court article de P. Van Ossel (2009) sur la romanisation des campagnes de la Gaule pour les provinces de Lyonnaise, Belgique et des Germanies, dont le titre paraphrase celui que j’ai produit en 2006 (Ferdière 2006a), il est vrai honnêtement cité en note 3 : l’auteur, prudemment, ne se confronte pas au débat conceptuel sur le terme de “ romanisation ” et, curieusement, part (p. 374) des mutations tardives pour constater alors “ l’effacement des signes de romanité ”, sur la nature et la définition desquels il ne se prononce qu’à la marge.

76Signalons encore le colloque du Louvre, en 2007 (Ouzoulias et Tranoy à paraître), sur la romanisation de la Gaule, qui devrait paraître en 2010, avec notamment la contribution de P. Ouzoulias concernant les campagnes.

236 - Antiquité Tardive, et christianisation des campagnes

77(voir Chron. II, note 15 ; IV, note 43 ; V, note 60 ; VI, note 70 ; VII, note 101 ; VIII, note 117 ; X, note 152 ; XI, note 175 ; XII, note 195 ; XIII, notes 215-216)

78Quelques signalements sur les campagnes et l’occupation du sol au Bas-Empire : outre la région entre Garonne et Pyrénées (infra, au sujet de la christianisation : Colin 2008), c’est un ouvrage de caractère général qui vient d’être réédité : Robert 2009.

79Et voir plus haut à propos des villae et des bâtiments agricoles (notes 223 et 225).

80Le sujet de la christianiation des campagnes est quant à lui rarement traité en tant que tel (cf. par ex. Delaplace 2005 dans la précédente Chronique) : c’est le cas pour toute une région entre Garonne et Pyrénées (Novempopulanie, Aquitaine) : Colin 2008.

237 - Établissements ruraux germaniques

81Les découvertes d’établissements du Bas-Empire concernant des populations apparemment exogènes, germaniques, sans doute installées en Gaule intérieure sur décision impériale, après celle, spectaculaire, de Saint-Ouen-du-Breuil (Seine-Maritime ; Gonzalez, Ouzoulias et Van Ossel 2001, cette découverte exceptionnelle n’ayant tout simplement pas été signalée en son temps dans cette Chronique !), sont particulièrement rares et donc importantes à mentionner : c’est le cas plus récemment aux Essarts-le-Roi (Yvelines), dans la cité de Chartres (Barat et Samzun 2008 ; cf. Barat 2007 : 168-169).

Haut de page

Bibliographie

(les titres recensés et/ou analysés dans la présente chronique sont précédés d’un astérisque*)

*Albertini 2009
Albertini L. - Agricultures méditerranéennes. Agronomie et paysages des origines à nos jours, Actes Sud, Arles, 359 p.

Aymard 1951
Aymard A. - Les chasses romaines, des origines à la fin du siècle des Antonins, De Boccard, Paris, 610 p.

Barat 2007
Barat Y. - Les Yvelines – 78, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 429 p.

*Barat et Samzun 2008
Barat Y. et Samzun A. - Découverte d’un établissement germanique du Bas-Empire (IVe s.) aux Essarts-le-Roi (Yvelines), Rev. Arch. d’Île-de-France, 1 : 215-226.

*Beltran Lloris 2006
Beltran Lloris F. - An Irrigation Decree from Roman Spain : the Lex Rivi Hiberiensis, Journ. of Roman Studies, 96 : 147-197, Pls h. t.

*Bertrand et al. 2009
Bertrand I., Duval A., Gomez de Soto J. et Maguer P. - Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique, Actes XXXIe Coll. Internat. De l’AFEAF, (Chauvigny, 17-20 mai 2007), t. II, Ass. pr les Public. Pays Chauv., Chauvigny, Mémoire XXXV, 541 p.

*Blanquaert et Le Goff 2008
Blanquaert G. et Le Goff I. - Espaces funéraires au “ Marais de Dourges ” à Dourges (Pas-de-Calais) (site LA 1), Revue du Nord, Archéologie, 90 (no 378) : 53-92.

*Boulanger 2008
Boulanger K. - Une villa antique dans les Vosges, in : Actualités, site en ligne INRAP.

Brochier, Guilcher et Pagni 2009
Brochier É., Guilcher A. et Pagni M. (dir.) - Archéologies de Provence et d’ailleurs. Mélanges offerts à Gaëtan Congès et Gérard Sauzade, Bull. Arch. de Provence, Suppl. 5, APA, Lauris, 824 p.

*Brulet 2009
Brulet R. (dir.) - La Wallonie romaine, Racine, Bruxelles.

*Burgio 2008
Burgio A. - Il paesaggio agrario nella Sicilia ellenistico-romano, coll. Studi e Materiali, 12, L’Erma, Rome, 278 p.

*Chandezon 2003
Chandezon Ch. - L’élevage en Grèce (fin Ve - fin Ier a. C.). L’apport des sources épigraphques, coll. Scripta Antiqua, Ausonius, Bordeaux, De Boccard, Paris, 464 p. (CR : Dial. d’Hist. Anc., 30, 2004, 2 : 209-210).

*Chandezon et Hamdoume 2004
Chandezon C. et Hamdoune C. (dir.) - Les Hommes et la Terre dans la Méditerranée gréco-romaine, Actes Coll. (Montpellier, mars 2002), Pallas, 64, Toulouse.

*Chew 2008
Chew H. - Un nouveau Jupiter à la roue en bronze au musée d’Archéologie national. Criciro, saltuarius dans le Mâconnais, Antiq. Nationales, 39 : 25-3.

Chouquer 2007
Chouquer G. - Quels scénarios pour l’histoire du paysage ? Orientations de recherche pour l’archéographie. Essai, CEAUCP, Cimbra/Poto, 406 p.

*Chouquer 2008
Chouquer G. - Traité d’archéogéographie. La crise des récits historiques, Errance, Paris, 200 p.

*Colin 2008
Colin M.-G. - Christianisation et peuplement des campagnes entre Garonne et Pyrénées, IVe-Xe s., Arch. du Midi Médiéval, Suppl. 5, CAML, Carcassonne, 312 p.

*Curdy, Paccolat et Wick 2009
Curdy Ph., Paccolat O. et Wick L. - Dossier. Les premiers vignerons du Valais, Arch. Suisse, 32.3 : 2-19.

Delaplace 2005
Delaplace Ch. (dir.) - Aux origines de la paroisse rurale en Gaule méridionale (IVe-IXe siècles), Actes Colloque (21-23 mars 2003), Errance, Paris, 256 p.

*Desrayaud 2008
Desrayaud G. - Parcellaires fossoyés du Haut-Empire des plateaux de la Brie : Jossigny/Serris et Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne). Approche méthodologique de l’étude des réseaux, RACF, 47 (en ligne : http://racf.revues.org/index1161.html).

Dondin-Payre et Scaon 2006/07
Dondin-Payre M. et Scaon C. - Inscription funéraire trouvée à Gondreville (Loiret, cité des Sénons), RACF, 45/46 (en ligne : http://racf.revues.org/index839.html).

*D(is) M(anibus) 2009
D(is) M(anibus). Pratiques funéraires gallo-romaines, Catal. D’Exposition, Musée du pays de Sarrebourg, Sarrebourg, 167 p.

*Duhautois 2009
Duhautois H. - Site gallo-romain de Martizay. Campagne de fouilles du 14 au 25 avril 2009, Les Amis du Vieux Martizay, Bull., 13 : 5-7.

Dumont 1999
Dumont J.-C. - La villa esclavagiste ?, Topoi, 9, 1, p. 113-127.

Ferdière 1978
Ferdière A. - Recherches sur l’habitat rural gallo-romain en Beauce : autour de la fouille de Dambron (1972), thèse 3e cycle, Univ. Paris IV, 6 vol., 946 p., 266 Pl. h.t. (1 ex. aux Archives Départ. du Loiret ; 1 ex. au SRA Centre).

Ferdière 1985
Ferdière A. - Recherches sur les contextes de découvertes archéologiques de céréales, in : Les techniques de conservation des grains à long terme, 3, fasc. 2, CNRS, Paris : 357-375.

Ferdière 1988
Ferdière A. - Les campagnes de la Gaule romaine, 2 vol., Coll. Hespérides, Errance, Paris, 301+284 p.

Ferdière 1993
Ferdière A. - Sépultures dans le monde rural gallo-romain : le cas de la Beauce, in : Ferdière A. (dir.) - Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale, Actes Colloque ARCHEA/AGER (Orléans, 7-9 fév. 1992), 6e Suppl. à la RACF, Archéa, Tours : 209-239

Ferdière 2005
Ferdière A. - Les Gaules - IIe s. av. J.-C. - Ve s. ap. J.-C., coll. U-Histoire, Armand Colin, Paris, 447 p.

Ferdière 2006a
Ferdière A. - Les transformations des campagnes et de l’économie rurale en Gaule romaine, in : D. Paunier (dir.) - Celtes et Gaulois, l’Archéologie face à l’Histoire, 5 - La romanisation et la question de l’héritage celtique, Actes table Ronde (Lausanne, 17-18 juin 2005), coll. Bibracte, 12/5, Centre Arch. Europ., Glux-en-Glenne : 109-130.

Ferdière 2006b
Ferdière A. - L’époque romaine, in : A. Ferdière et al. - Histoire de l’agriculture en Gaule. 500 av. J.-C. - 1000 apr. J.-C., Errance, Paris : 65-139.

Ferdière et al. à paraître
Ferdière A., GandiniC., NouvelP. et CollartJ.-L. - Les grandes villae “ à pavillons multiples alignés ” dans les provinces des Gaules et des Germanies : répartition, origine et fonctions, Rev. Arch. de l’Est (59,2010).

*Fernandez Ochoa et al. 2008
Fernandez Ochoa C., Garcia-Entero V. et Sendino F. G. (dir.) - Las villas tardoromanas en el occidente del Imperio : arquitectura y foncion, Actes IVe Coll. Internat. d’Archéologie (Gijon), Trea, Gijon.

Franceschelli et Marabini 2007
Franceschelli C. Marabini S. - Lettura di un territorio sepolto. La pianatura lughese in età romana, Alma Mater Stud., Univ. di Bologna, Dipart. di Arch., Studi et Scavi, n. ser., 17, Ante Quem, Bologne, 222 p., 3 Pl. h. t.

*Gaston 2008
Gaston Ch. - Bâtiments “ standardisés ” dans la pars rustica des villae : deux exemples récemment découverts en Franche-Comté, Rev. Arch. de l’Est, 57 : 253-266.

Gonzalez, Ouzoulias et Van Ossel 2001
Gonzalez V., Ouzoulias P. et Van Ossel P. - Saint-Ouen-du-Breuil (Haute-Normandie, Frankreich). Eine germanische Siedlung aus der Mitte des 4. Jahrhunderts in der Lugdunensis Secunda, Germania, 79 : 43-61.

*Grumbert et Marty 2007
Grumbert L. et Marty P. - Montignac-Le Buy (Dordogne). Un bâtiment rural du Ier siècle et la question d’un vicus, Aquitania, 23 : 103-136.

*Guillaumin 2004
Guillaumin J.-Y. - Sur quelques marqueurs de limites dans les Libri Coloniarum, Dial. d’Hist. Ancienne, 30, 2 : 101-113.

Harfouche 2003
Harfouche R. - Histoire des paysages méditerranéens au cours de la Protohistoire et de l’Antiquité : aménagements et agriculture, Thèse Doctorat, Univ. Aix-Marseille I, 4 vol. (1 ex. à l’Univ. d’Aix).

*Harfouche 2007
Harfouche R. - Histoire des paysages méditerranéens terrassés : aménagements et agriculture, BAR, Intern. Ser. S1634, Oxford.

*Henrard, Van Der Sloot et Léotard 2008
Henrard D., Van der Sloot P. et Léotard J.-M. - La villa de la place Saint-Lambert à Liège (Belgique) : nouvel état des connaissances, Rev. du Nord, Archéologie, 90 (no378) : 159-174.

*Jallet-Huant 2008
Jallet-Huant M. - La chasse dans l’Antiquité romaine, coll. Biblioth. au Roi Modus, Montbel, Paris, 162 p.

*Kehoe 2007
Kehoe D. - Law and the rural economy in the Roman empire, Univ. Michigan Press, Ann Arbor, XIII + 265 p. (CR : L. De Ligt, JRS, 98, 2008 : 208-209).

*Kremer 2009
Kremer G. - Das frühkaiserzeitliche Mausoleum von Bartringen (Luxemburg), Doss. d’Arch. du Musée Nat. d’Hist. et d’Art, XII, Luxembourg, 240 p., 323 Figs.

*Lambert 2009
Lambert P.-Y. - La langue des Celtes, L’Archéologue. Archéologie Nouvelle, 103 (août-sept.) : 14-16.

*Leguilloux 2006
Leguilloux M. - Les salaisons de viande : l’apport de l’archéozoologie, in : A. Curci et D. Vitali (dir.) - Animali tra uomini e dei. Archaeozoologia del mondo preromano, Atti del Convegno Internaz. (Bologne, 8-9 nov. 2002), Studi e Scavi, Nueva serie, 14, Ante Quem, Bologne : 139-151.

*Leguilloux 2009
Leguilloux M. - Élevage et alimentation sur le site de la villa antique des Bruns à Bédoin (Vaucluse), in : Brochier, Guilcher et Pagni 2009 : 497-503.

*Leveau et Buffat 2008
Leveau Ph. et Buffat L. - Les bâtiments agricoles et l’architecture des villas de la fin de l’Antiquité, in : FERNANDEZ OCHOA et al. 2008 : 133-165.

*Luginbühl 2008
Luginbühl Th. - Sanctuaires et divinités en Helvétie occidentale. Éléments de réflexion sur la typologie et la localisation des lieux de culte gallo-romains, in : D. Castella et M.-F. Meylan Krauze (dir.) - Topographie sacrée et rituels. Le cas d’Aventicum, capitale des Helvètes, Actes Coll. Internat. (Avenches, 2-4 nov. 2006), Antiqua, 43, Publ. d’Arch. Suisse, Bâle : 229-245.

*Lukas 2006
Lukas D. - Parville. Chemin des Rivières, Le Bois de Parville, Bilan Scientif., DRAC/SRA Haute Normandie (2008), Rouen : 35-38.

*Marian 2008
Marian J. - La demeure aristocratique de Loupiac (Gironde). Une évolution architecturale complexe entre la première moitié du Ier siècle p. C. et le haut Moyen Âge, Aquitania, 24 : 155-171.

*Marcy, Soupart et Willems 2008
Marcy Th., Soupart N. et Willems S. - Le caveau funéraire de Fontaine-Notre-Dame (Nord) : un exemple de choix de mobilier entre influence atrébate et nervienne, Rev. du Nord, Archéologie, 90 (no378) : 9-30.

*Melchor Gil 2007
Melchor Gil E. - Sobre las posesiones rusticas de las elites municipales de la Bética y la vinculacion de sus proprietarios con determinadas comunidades civicas, Mél. de l’École Franç. de Rome, Antiquité, 119/2 : 435-533.

Ouzoulias 2006
Ouzoulias P. - L’économie agraire de la Gaule : aperçus historiographiques et perspectives archéologiques, Thèse de Doctorat en Archéologie, Univ. de Franche-Comté/Besançon, 2 vol. (accessible en ligne : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00011567/fr/).

*Ouzoulias 2007
Ouzoulias P. - Les campagnes gallo-romaines : quelle place pour la villa ?, in : Ouzoulias et Tranoy à paraître.

*Ouzoulias 2008
Ouzoulias P. - communication au Coll. “ Des hommes aux champs ” (Caen, oct. 2008), à paraître in : Actes (2010).

*Ouzoulias 2009
Ouzoulias P. - Place et rôle de la petite exploitation agricole dans la Gaule romaine : un débat en cours, in : Bull. Soc. Franç. d’Arch. Class. (XXXIX, 2007-2008), Rev. Arch., 2 : 149-155.

Ouzoulias et Tranoy à paraître
Ouzoulias P. et Tranoy L. (dir.) - Comment les Gaules devinrent romaines ?, Actes Coll. (Louvre, Paris, sept. 2007), La Découverte, Paris (2010).

*Ouzoulias et Van Ossel 2009
Ouzoulias P. et Van Ossel P. - Petites et grandes exploitations agricoles : le cas de la Plaine de France, in : R. Sablayrolles (dir.) - Les formes de l’habitat rural gallo-romain. Terminologies et typologies à l’épreuve des réalités archéologiques, Actes du VIIIe Coll. AGER (Toulouse, mars 2007), Fédér. Aquitania, Bordeaux : 111-121.

*Patterson 2006
Patterson J. R. - Landscapes and cities. Rural settlement and civic transformation in early impéral Italy, Oxford Univ. Press, Oxford, XIV + 348 p. (CR : R. Witcher, JRS, 97, 2007 : 288-290).

*Pigière 2008
Pigière F. - Approche archéozoologique de l’évolution socio-économique de l’Antiquité à la période mérovingienne sur les sites urbanisés de la zone limoneuse de la Moyenne Belgique et du Sud des Pays-Bas, Thèse de Doctorat, Univ. Cathol. de Louvain-la-Neuve, 278 p. (à paraître en BAR, Oxford, 2009 ?).

*Plana-Mallart 2006
Plana-Mallart R. - Les campagnes gallo-romaines, in : C. Blanc, M. de Muylder et R. Plana-Mallart - 25 ans d’Archéologie en Béarn et en Bigorre (1979-2004). De la Préhistoire à la fin de l’Antiquité, Rev. Arch. des Pyr. Occ. et des Landes, no 1 h. sér., Fédér. Arch. des Pyr. Occident. et des Landes : 73-79.

*Robert 2009
Robert J.-N. - La vie à la campagne dans l’Antiquité tardive, 2e éd. (1ère éd. 1985), coll. Realia, Les Belles Lettres, Paris, 350 p.

*Segard 2009
Segard M. - Les Alpes occidentales romaines. Développement urbain et exploitation des ressources des régions de montagne (Gaule Narbonnaise, Italie, provinces alpines), Biblioth. d’Arch. Méditerr. et Africaine - 1, Errance-Actes Sud/Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence/Paris, 285 p.

*Soupart, Davette et Chaidron 2008
Soupart N., Davette L. et Chaidron C. - Les tombeaux gallo-romains à chambre hypogée de Bruay-la-Buissière “ Rue du Chemin Vert ”, Rev. du Nord, Archéologie, 90 (no 378) : 31-52.

*Trial et al. 2009
Trial F. et alii - La villa antique des Bruns à Bédoin (Vaucluse), in : Brochier, Guilcher et Pagni 2009 : 461-495.

*Trinquier et Vendries 2009
Trinquier J. et Vendries C. (dir.) - Chasses antiques. Pratiques et représentations dans le monde gréco-romain (IIIe siècle av. - IVe siècle apr. J.-C.), Actes Coll. Internat. (Rennes, 20-21 sept. 2007), coll. Arch. et Culture, Presses Univ. de Rennes, Rennes, 276 p.

*Vallat et Cabanis 2009
Vallat P. et Cabanis M. - Les premiers témoins archéologiques de la viticulture dans le bassin de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme, Auvergne), RACF, 48 (dans ce numéro).

*Van Ossel 2009
Van Ossel P. - La romanisation des campagnes de la Gaule septentrionale (Lyonnaise, Belgique, Germanies). Retour sur le sens d’une mutation, Pallas, 80 : 373-384.

*Wendt 2008
Wendt K. P. - Bevolkerungsdichte und Landnutzung in den germanischen Provinzen des Römischen Reiches im 2. Jahrhundert n. Ch. Ein beitrag zur Landschaftsarchäologie, Germania, 86 : 191-226 (résumé en français : p. 225-226).

Wightman 1975
Wightman E. M. - The pattern of rural settlement in Roman Gaul, in : Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II/4, Berlin : 584-657.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ferdière, « Chronique », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 48 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 18 septembre 2014. URL : http://racf.revues.org/1350

Haut de page

Auteur

Alain Ferdière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page