Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rémy Guadagnin, Fosses – Vallée de l’Ysieux, Mille ans de production céramique en Île-de-France, volume 2

Catalogue typo-chronologique des productions, CRAHM, Caen, 2007, 735 p.
Philippe Husi
Référence(s) :

Rémy Guadagnin, Fosses – Vallée de l’Ysieux, Mille ans de production céramique en Île-de-France, volume 2, Catalogue typo-chronologique des productions, CRAHM, Caen, 2007, 735 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage volumineux, qui clôt seize années de recherches archéologiques dans la vallée de l’Ysieux au nord de Paris, présente de manière exhaustive et au travers de nombreuses illustrations, le catalogue typo-chronologique des productions céramiques du haut Moyen Âge au 19e s. Il était très attendu par la communauté scientifique, tout particulièrement francilienne, puisqu’il fait suite à un premier volume publié en 2000 sur les données archéologiques et historiques de ce même espace d’étude. Outre les apports céramologiques, cet ouvrage permet de mieux appréhender l’évolution d’un artisanat et de son environnement socio-économique dans la longue durée.

2Une première partie introductive tente de tracer la genèse de l’activité potière, qui semble exister dès l’époque gallo-romaine, confortant la pérennité de cette tradition artisanale dans la vallée de l’Ysieux. Puis, l’auteur présente chronologiquement en cinq chapitres les productions par ateliers et, lorsque la documentation le permet, par unités de production : respectivement, le haut Moyen Âge du 9e au 11e s., le Moyen Âge classique du 11e au 13e s., le bas Moyen Âge du 14e au 15e s. la Renaissance au 16e s., enfin l’Ancien Régime du 17e au début du 19e s. Cet ouvrage se termine avec un chapitre, un peu court à mon sens (p. 689-694), sur la distribution des productions de Fosses en Île-de-France et en Picardie. Cette impression est accentuée par le fait que ces quelques pages présentent autant les méthodes mises en œuvre pour attester cette diffusion, comme la pertinence des analyses de pâtes en laboratoire, que la réalité de cette diffusion.

3Outre les productions habituelles, la fin du haut Moyen Âge et plus particulièrement le 10e s. est marqué par l’existence de productions glaçurées provenant de la vallée de l’Ysieux. Cette information est essentielle, vu la rareté des références sur les ateliers produisant ce type de poterie dans le Nord-Ouest de l’Europe. Ce chapitre nous présente également les premières poteries peintes (oules et cruches) produites dans les ateliers de Lassy, autre tradition de fabrication importante en cette fin de haut Moyen Âge.

4Un seul atelier du 11e s. est attesté à Fosses, la multiplication des officines dans l’espace d’étude s’accentuant surtout à partir du 12e s. C’est durant ce siècle que s’observent le développement et la prospérité de l’activité potière notamment par la distribution des céramiques de Fosses dans le nord de l’Île-de-France. Ces ateliers produisent des poteries utilitaires, dans un éventail de formes important, comparé au faciès général du vaisselier du Moyen Âge central de la moitié nord de la France.

5L’auteur montre bien qu’après l’apogée de cet artisanat aux 12e et 13e s., l’activité se contracte, aux 14e et 15e s. La preuve la plus évidente de ce phénomène est l’absence de traces archéologiques révélant une activité potière au bas Moyen Âge hors du village de Fosses, les installations des 12e et 13e s. en périphérie ayant alors disparu. Il semble pourtant que les évolutions typologiques, conséquence d’une meilleure adaptation entre formes de récipients et coutumes culinaires, soient importantes au bas Moyen Âge. Ces changements préfigurent déjà la renaissance, nouvelle période de développement de cet artisanat dans la vallée de l’Ysieux. Cette évolution du vaisselier s’observe à partir du 14e s. par l’apparition de nouvelles formes comme le coquemar ou encore le pot tripode qui précède la marmite à anse coudée, par une plus grande diversité des formes de pichets, ou encore par la fabrication de récipients plus ostentatoires comme la chevrette à la fin de ce même siècle et au 15e s. Cette transformation du vaisselier réalisée dans les ateliers de Fosses durant le bas Moyen Âge n’est pas originale et vient plutôt conforter une tendance générale qui semble au moins se confirmer au nord de la Loire.

6Le 16e s. considéré comme une nouvelle époque de prospérité économique et sociale contraste avec – je cite – “ le marasme social et la forte récession ” de la dernière partie du bas Moyen Âge. Comme aux 12e et 13e s., on observe une augmentation des unités de production de Fosses et une réappropriation de l’espace périphérique, jusqu’aux villages voisins. Cette période est également marquée par la création de grands ateliers qui deviennent de véritables manufactures, traduisant un changement d’échelle des moyens de production. Cette période de prospérité ne semble pas durée, puisque le dernier quart du 16e s., est à nouveau marqué par la réduction de la gamme des produits qui - d’après l’auteur - reflète un déclin de l’activité, conséquence des blocus successifs de Paris, débouché naturel de l’artisanat potier de Fosses. Comme dans beaucoup d’autres régions, le début du 16e s. se caractérise par l’apparition de nouveaux types de récipients ou d’objets, avec pour certains, une fonction bien spécifique, parfois difficilement identifiable pour quelques formes rares (réchauffoirs, aquamaniles, pots de cardeurs, sifflets-d’appeaux…). Ce siècle se caractérise également par la diversification des formes préexistantes ainsi que par un plus grand usage de certaines techniques décoratives comme la glaçure. À Fosses, comme ailleurs en ce début de 16e s., une des préoccupations des potiers est la fabrication de récipients en terre cuite glaçurés qui imitent et donc concurrencent les récipients en métal.

7La dernière période nommée par l’auteur “ Ancien Régime ”, commence au 17e s. et ouvre une ère pour la vallée de l’Ysieux, qui contraste entre prospérité et déclin. Il en ressort que les potiers diversifient leurs activités avec la fabrication conjointe de poteries, de tuiles et de carreaux comme dans le village de Bellefontaine. Cette restructuration de l’activité dans le courant du 17e s. trouvera son apogée au 18e s., avec un réseau économique solide, révélé par les sources écrites, en Île-de-France, et tout particulièrement à Paris où la présence de nombreux revendeurs est attestée. C’est au début du 19e s., par des phénomènes de concurrence, que cette activité potière s’éteint dans la vallée de l’Ysieux.

8Cette brève présentation de l’ouvrage, n’a pas la prétention de résumer toute de la richesse de ce travail qui est une mine d’informations, mais plutôt d’inciter à sa lecture. On ne saurait pourtant conclure sans émettre certaines critiques, notamment de méthode et d’organisation des données pour un ouvrage qui se présente comme un catalogue typo-chronologique. En effet, une meilleure structuration de l’information, notamment typologique, au travers d’un répertoire de forme et de planches de synthèses aurait grandement facilité la lecture de l’ouvrage, particulièrement dans sa dimension chronologique, qui s’inscrit dans la longue durée. Dans le même ordre d’idées, des conclusions, reprenant les temps forts de chaque chapitre, auraient été les bienvenues, d’autant que la synthèse générale de l’ouvrage (chapitre 6), comme nous l’avons déjà souligné, ne se résume qu’à quelques pages. Ces critiques plus de forme et de structure que de fond étant faites, il reste à dire que cet ouvrage ainsi que le volume précédant sur les données archéologiques et historiques, sont des références dans le domaine. C’est d’autant plus vrai, que cette recherche sur l’artisanat potier dans la longue durée, couvrant un aussi vaste espace géographique et mettant en œuvre les sources écrites comme archéologiques n’est peut-être pas unique, mais se présente comme une des rares études exhaustives d’ateliers médiévaux et modernes publiées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Husi, « Rémy Guadagnin, Fosses – Vallée de l’Ysieux, Mille ans de production céramique en Île-de-France, volume 2 », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 47 | 2008, mis en ligne le 18 mai 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://racf.revues.org/1254

Haut de page

Auteur

Philippe Husi

CNRS, UMR 6173 CITERES, “ Laboratoire Archéologie et Territoires ”

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page