Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude

Complémentarité et discordances entre sources textuelles et sources archéo-anthropologiques en contexte de crises de mortalité par épidémie. Études de cas

Complementarity and conflicts between textual and archaeo-anthropological sources in the context of mortality crises from epidemics. Case studies
Dominique Castex, Patrice Georges et Philippe Blanchard

Résumés

Longtemps sources archéologiques et textuelles ont été considérées comme complémentaires, or elles apparaissent bien souvent contradictoires. Actuellement la dépendance de l’archéologie des périodes historiques vis à vis des sources écrites n’est plus vraiment de mise. Progressivement s’élabore une autre manière de concevoir l’interdisciplinarité, l’objectif n’étant plus d’aller chercher dans l’une des sources de quoi valider l’autre mais plutôt de construire en commun des objets de recherche permettant une utilisation conjointe efficace des données et une discussion des résultats. Cette démarche, indispensable à toute analyse des sites historiques, est fondamentale pour l’interprétation des crises de mortalité par épidémie du passé. Elle a sous-tendu différentes études interdisciplinaires récentes liées à des découvertes d’archéologie préventives dans le Berry comme à Bourges (Cher) et Issoudun (Indre) ainsi que des prospections en archives comme à Lignières-en-Berry (Cher). En raison de leur originalité nous souhaitons présenter ces exemples et les comparer à d’autres sites de victimes d’épidémie à l’étranger (Saint-Benoît de Prague en République tchèque et Venosa en Italie), des sites dont la quantité et la qualité de la documentation ont permis une bonne exploitation et ont d’ores et déjà fourni des premiers résultats en termes d’interprétation. Sans prétendre au traitement exhaustif de chaque site, dont certains sont encore en cours d’étude, notre propos est plus simplement de proposer une réflexion sur quelques aspects de l’archéologie des épidémies, de livrer un certain nombre de questionnements et de discuter de la faisabilité des synthèses des sources écrites et archéologiques. Nos résultats nous permettent d’ores et déjà d’apporter des éclairages nouveaux sur l’histoire des épidémies ; d’une part ils mettent en avant des aspects bien différents de ceux généralement admis en contexte de crises de mortalité (gestion maîtrisée des cadavres, intégration des morts par épidémie, etc.), d’autre part, ils nous engagent à être particulièrement vigilants quant à l’origine même des épidémies proposée par certaines sources écrites.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions sincèrement les rapporteurs mais également certains collègues relecteurs de cet article, qui par leurs critiques constructives, ont fortement contribué à améliorer à la fois sa présentation et son développement.

Introduction

1Contrairement à un schéma ancien, la démarche archéologique semble aujourd’hui progressivement se dégager de son rôle de complémentarité par rapport à la démarche historique. Animée par de nouvelles perspectives, elle vise désormais un cheminement scientifique parallèle à celui proposé par l’analyse des sources écrites, ce qui permet aux témoignages archéologiques de s’ouvrir à une communauté scientifique de plus en plus large. En ce sens la compréhension des crises de mortalité par épidémie du passé est une bonne étude de cas. En effet, cette thématique d’étude relativement récente dans le domaine de l’archéo-anthropologie fut longtemps l’apanage des historiens qui, selon leur propre spécialité (démographes, épidémiologistes, économistes…), avait leur propre vision de ces phénomènes (cf.par exemple Bourdelais 1997 ; Bley, Dutour, Palfy 1998). De plus il n’est qu’à observer les attitudes actuelles, souvent discordantes, face à une hypothétique crise mondiale due au virus grippal aviaire H5N1 pour émettre des doutes sur l’opinion actuelle de la perception ancienne des phénomènes de crises.

  • 1  Le développement de l’archéologie préventive dans les années 1980 ainsi qu’une manière nouvelle de (...)

2L’analyse des sources textuelles ne permet généralement pas de déterminer avec certitude la nature d’une crise. Le vocable générique de “ peste ” ou de “ fièvre pourpre ” (cf. infra), permet certes de la nommer – l’évocation du terme par les auteurs de ces sources n’est d’ailleurs peut-être pas anodine selon le sens du témoignage –, mais ne rend pas compte de la réalité médicale de la crise. Surtout, ces sources laissent dans la plupart des cas l’impression de fléaux contre lesquels on ne pouvait rien ou pas grand-chose, voire de paniques des populations d’où pouvaient alors découler des dérives de comportement. Il est vrai que certains événements particulièrement dramatiques du passé ont engendré un nombre important de morts et conduit dans certains cas à de véritables crises de mortalité. En réponse à ces décès multiples – et l’archéologie l’a montré sur plusieurs sites1 – est alors mise en œuvre une prise en charge particulière des cadavres : plusieurs individus peuvent être réunis dans une structure unique, voire parfois dans plusieurs juxtaposées. De ce fait la sépulture, et à plus large échelle le cimetière, vont constituer des témoins privilégiés de l’histoire des crises de mortalité du passé. Face à ces faits archéologiques particuliers, car il est tout de même rare qu’une seule et même tombe regroupe plusieurs individus, l’analyse, influencée par des modes de pensée relatifs à ce que l’on connaît de la gestion des catastrophes actuelles, tend à expliquer ces creusements uniques comme la conséquence d’une urgence en raison de risques sanitaires liés à la décomposition des corps. Le raisonnement est entendu tant il est vrai qu’il s’applique à la plupart des sites connus… tout du moins à ceux reconnus comme recelant des sépultures dites de crises. Mais qu’en est-il exactement ? Est-ce applicable à tous les sites ou plutôt n’existerait-il pas des sites archéologiques ne correspondant pas à ce cadre théorique ? La publication récente des données livrées par le site de peste des Fédons à Lambesc (Bouches-du-Rhône) (Bizot et al. 2005) a été un élément déclencheur de cette réflexion et récemment des recherches archivistiques et archéologiques menées en Berry tendent à nous laisser croire que la gestion funéraire en temps de crise peut prendre des aspects très variés. Mais le sujet n’est pas aussi avancé pour qu’il puisse être traité uniquement à l’échelle d’une région. Il s’avère en effet impossible de faire l’économie des données issues d’autres sites, éloignées du centre de la France tant d’un point de vue géographique que chronologique ; elles lancent de fait de nouvelles voies de recherche, nombre d’ensembles funéraires ayant pu échapper aux inventaires les plus complets.

Recherches historiques sur les crises de mortalité : principes et méthodologie

Histoire de mots

3Avant d’être une affaire de sépulture ou d’os, la crise est donc sans doute en premier lieu affaire de verbe, dans les découvertes d’aujourd’hui comme dans les documents d’hier. Ainsi nous avons volontairement choisi de ne pas employer le terme “ catastrophe ” pourtant très largement utilisé dans des contextes de sur-mortalité. En effet, d’un point de vue strictement archéologique cette expression nous paraît assez discutable, voire ambiguë, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que toute sépulture, quelle que soit sa nature, peut être synonyme de bouleversement ou de catastrophe à des échelles variables. De plus si l’on se place dans le cadre plus précis d’un événement tragique entraînant le décès simultané d’un grand nombre d’individus, ce terme de catastrophe nous paraît exagérément “ accrocheur ” dans ce qu’il peut renfermer à la fois de terrible et de fascinant. On peut bien évidemment y reconnaître un avantage certain, en particulier du point de vue de la diffusion des résultats des recherches ou de leur vulgarisation. Mais surtout, si la présence de sépultures multiples témoigne certes d’une mortalité anormale comparée à une mortalité ordinaire observée en un lieu donné à une certaine période, peut-on pour autant systématiquement parler de “ catastrophe ” ? De nombreux cas semblent indiquer le contraire. Aussi, voire surtout, lors de l’analyse d’un gisement funéraire il est impératif de discuter de ce qui peut relever de l’anecdotique (la présence d’une seule sépulture multiple peut être liée par exemple à un empoisonnement, un accident concernant les membres d’une même famille ou d’une même communauté) ou à l’extrême d’un pic de mortalité, voire d’une véritable crise (plusieurs tombes multiples, contemporanéité des fosses…). Interpréter des sépultures multiples comme relevant systématiquement d’un phénomène de catastrophe est donc un exercice extrêmement délicat sur la base des seuls vestiges archéologiques ; pour cette raison, et sans véritable consensus sur le terme à employer, nous préférons utiliser l’expression sépulture de “ crises ” (Castex, Drancourt 2005 : 192).

  • 2  La seconde source est le fait d’un successeur de Crognet en la personne de Gilles Duc, curé de Lig (...)

4Cette distance par rapport aux termes actuels n’est pas sans lien avec l’étude des sources écrites. Les “ lacunes ” des données archéologiques, voire le désarroi face à la portée des interprétations anthropologiques (terrain et laboratoire), nous incitent à accorder à ces sources une portée qu’elles n’ont pas. La distance critique est d’autant plus réduite que les textes sont détaillés. Mais l’origine de chaque source, les intentions de son auteur et la destination du document doivent être discutées, disséquées même, y compris quand il s’agit d’indications comptables, a priori éloignées de toute considération subjective voire émotionnelle. Ainsi par exemple en 1652 une épidémie touche le Berry et son incidence sur la commune de Lignières-en-Berry dans le Cher va être relatée par deux sources distinctes. Toutefois, seule la première, relatée par Monsieur Crognet, curé de la paroisse entre 1650 et 1660, est contemporaine de l’événement2. Il a consigné dans ses registres le récit de cette tragédie : “ En cette année, la disette de blé a été grande … Il a été ensépulturé jusqu’à 12 par jour à Saint-Hilaire [commune voisine de Lignières]. Et moi à Lignières j’en ai ensépulturé jusqu’à 5 par jour ” (Marcel 1994). Il poursuit plus loin : “ Au mois de juin 1652, j’ai ensépulturé 59 corps, plusieurs ont été enterrés par les villageois au pied des croix, dans les chemins. Ils étaient atteints de maladie de tête, saignement de nez, fièvre chaude, pourpre et délire ”. Plus tard, il consignera à nouveau : “ En ce mois de juillet 1652, j’ai inhumé 71 corps, plusieurs ont été ensépulturés dans les chemins proches les croix par des villageois qui ne veulent pas prendre la peine de les ensevelir ni faire fosses dans les cimetières ”. Cette source est d’importance. L’auteur a vécu l’événement, il donne le nombre de morts et livre les symptômes du mal incurable. Que demander de plus, de mieux ? Pourtant, sans développer une démarche hyper-critique, une lecture plus attentive de ce “ témoignage ” pourrait nous amener à émettre quelques nuances. L’origine du mal étant vraisemblablement considérée comme divine par les contemporains de cette épidémie, et en tout cas certainement par le curé, la différence de morts entre Lignières-en-Berry et la commune voisine pourrait paraître suspecte. Autrement dit, n’est ce pas une manière de valoriser la paroisse dont il a la charge, sans nier bien évidemment le mal qui atteint toute la région ? De même, les expressions “ … pour éviter la peine de les porter au cimetière ” ou encore : “ … les villageois ne veulent pas prendre la peine de les ensevelir ni faire fosses dans les cimetières ” peuvent être également interprétées sous l’angle de la morale.

  • 3  “ Il est à remarquer qu’en cette année 1658, la petite vérole a eu cours dans les villes de Bourge (...)
  • 4  Avec les avancées récentes en paléobiochimie moléculaire (nous citerons entre autres Drancourt et (...)

5Aussi, la dénomination de l’épidémie et, par voie de conséquence, son identification est souvent également un problème. Dans le cas de Lignières-en-Berry, l’identification de la “ fièvre chaude et pourpre ” est un véritable enjeu de recherche. C’est d’ailleurs l’une des problématiques du projet énoncé plus bas. Toutefois, il semble que ce terme ne recouvre pas la variole car le curé Crognet mentionne également une épidémie de petite vérole en 16583. Il semble donc que l’épidémie de 1652 n’est pas la petite vérole, mais l’éventail des maux possibles est encore trop ouvert4.

La crise : quelle traduction sépulcrale ?

6Doit-on suspecter des sociétés tellement désorganisées que la seule possibilité de gérer un nombre important de décès est de recourir à des sépultures multiples ? On sait que des situations de crises de mortalité peuvent créer des structures qui, au moins en partie, s’apparentent plutôt aux cimetières. Les cimetières militaires avec des tombes individuelles en sont le meilleur exemple. On peut donc aisément imaginer que tous les intermédiaires existent entre cimetière à dépôts très proches dans le temps et tombes multiples. Certes des tombes multiples, renfermant plus ou moins d’individus, ont amené les archéo-anthropologues à poser l’hypothèse d’une crise le plus souvent de nature épidémique mais le nombre de sujets est souvent sans rapport avec ce que l’on serait en droit d’attendre à la lecture des décès lors de la période incriminée. Et ce n’est évidemment pas à mettre systématiquement sur le compte de surfaces fouillées plus ou moins en rapport avec la nature des projets d’emménagements envisagés. Qu’en était-il exactement alors ? Les seules sépultures multiples pourraient donc ne refléter qu’une part d’un phénomène complexe et récurrent, trop souvent analysé sous le seul angle de son caractère soudain. Ainsi d’un point de vue funéraire, les situations de crises peuvent prendre des aspects extrêmement variés et face à cette diversité de situations archéologiques il est alors indispensable de développer des arguments au cas par cas.

7Depuis quelques années, l’utilisation conjointe de plusieurs “ outils ” archéologiques et anthropologiques a permis de caractériser certains sites relatifs à des crises de mortalité par épidémie. Pour ceux relevant de périodes historiques récentes, leurs spécificités discutées au regard de données textuelles permettant de travailler dans un environnement connu, ont conduit à l’élaboration d’une stratégie de recherche interdisciplinaire qui autorise actuellement certaines hypothèses d’interprétation et soulèvent de nouveaux questionnements.

  • 5  Comme la lettre des consuls de Lambesc situant le début et la fin de l'épidémie et le registre du (...)

8Bien qu’il subsiste de nombreuses incertitudes quant aux documents exploitables en période de crise (désorganisation éventuelle de la société, pertes, négligences, enregistrements perturbés, etc.), les données d’archives peuvent cependant constituer de précieuses sources de renseignements pour répondre aux nombreuses interrogations suscitées par la présence de sépultures multiples. Tout d’abord, elles peuvent éventuellement permettre de situer le lieu d'inhumation dans son environnement géographique, politique et chronologique (plan, actes notariés, etc.) et être également utilisées pour la détermination de la cause de la crise (compte des communautés, recensement, dénombrement, archives hospitalières ou militaires, chroniques, etc.). Nous citerons pour exemple le site des Fédons à Lambesc pour lequel plusieurs découvertes méritent d’être mentionnées5 (Rigaud 2005). Elles peuvent être également très efficaces pour des recherches de terrain, des investigations en amont de la fouille ; la sépulture multiple de Saint-Rémy-la-Calonne (sud-est de Verdun, Meuse), bien qu’elle ne relève pas d’une épidémie, en est un très bon exemple (Adam, Boura, Duday 1992 ; Adam 2006).

  • 6  Contrat du médecin engagé à l'infirmerie et liste nominative, malheureusement parcellaire, couvran (...)
  • 7  Nous gardons volontairement le terme de “ charnier ” utilisé par l’auteur bien qu’il ne semble pas (...)
  • 8  Des éléments “ prophylactiques ”, notamment une croix de peste, ont été identifiés sur le charnier (...)

9En ce qui concerne l’identification de la cause de la mort, les sources écrites sont aussi susceptibles de fournir des informations très précieuses dans des contextes de crises de mortalité. Les études de démographie historique réalisées à partir de registres paroissiaux vont permettre de mieux appréhender les mécanismes exacts de telle ou telle épidémie et ses impacts sur les populations. Elles pourront également permettre dans certains cas de préciser l'origine de la crise. Certains travaux récents ont mis en évidence des particularités quantitative et qualitative propres à certaines crises (Signoli et al. 2002). Elles peuvent également contribuer à des investigations portant en particulier sur les problèmes d’épidémie en fonction des époques et des milieux et concernant les connaissances et les conceptions médicales contemporaines de la crise de mortalité (prophylaxie, traitement du malade, notion de contagiosité et d'épidémie, règlements sanitaires, consignes d'inhumation, traitement des cadavres, etc.). Les archives ont été très riches d'informations pour quelques sites correspondants à des inhumations de victimes de peste comme celui des Fédons à Lambesc6 (Bizot et al. 2005 ; Rigaud 2005) ainsi que pour les trois charniers7 de 1720-1722 à Marseille et à Martigues8 (Signoli 2006).

10C’est pour la période médiévale tardive, à partir du XIVe s., que l’on aura le plus de chance de pouvoir tenir compte des informations qui peuvent être fournies par les archives. Il est bien évident que cette exploitation d’ensembles funéraires relatifs à des périodes souvent qualifiées de “ récentes ” par les anthropologues, mais de ce fait disposant de sources textuelles, peut s’avérer fondamentale pour pouvoir ensuite consacrer nos efforts aux périodes plus anciennes. L’enjeu est bien là, sans négliger les crises les plus récentes qui ne peuvent toutefois être considérées comme des modèles d’interprétation, tenter de surmonter l’absence de sources écrites pour les périodes les plus reculées.

Études de cas

Une démarche interdisciplinaire à l’échelle de la région du Berry

Le cas de Lignières-en-Berry (Cher) : un terrain de recherche privilégié

11Le cas de Lignières situé dans le département du Cher est assez particulier dans l’approche de la compréhension des phénomènes de crises car, à l’inverse des sites qui seront discutés par la suite, ce sont les sources archivistiques et la bibliographie qui sont le point de départ d’une “ expérience ” que nous espérons voir aboutir d’un point de vue archéologique (Blanchard, Georges 2007). C’est donc une situation inverse à celle que nous rencontrons habituellement ce qui implique une stratégie différente que nous nous proposons d’élaborer.

12Certaines sources écrites obtenues sur Lignières offrent de nombreux renseignements susceptibles d’apporter des précisions pour la compréhension des phénomènes épidémiques. Elles mentionnent en effet l’existence de sépultures en relation avec une crise épidémique dont la nature (fièvre pourpre) et l’année (1652) sont connues ; elles précisent par ailleurs les raisons pour lesquelles les corps ont été inhumés sur place (cf. supra). L’objectif de notre démarche dans cette commune du Berry était donc de localiser les secteurs de la commune ayant pu accueillir potentiellement ces sépultures de manière à ce que, selon la pertinence des résultats, une attention particulière soit portée dans le cadre d’éventuelles opérations de diagnostic archéologique préventif préalables à des travaux d’aménagement. En fonction des sources, il a été établi que les lieux recherchés étaient éloignés des espaces funéraires existants en 1652. La recherche a donc été engagée en partant de ces éléments et a nécessité des prospections de terrain et des investigations documentaires.

  • 9  Nous tenons particulièrement à remercier Mme Pigeat.

13Grâce aux renseignements apportés par l’Office de Tourisme de Lignières ainsi que par la présidente de l’Association Mémoire et Patrimoine Lignérois9, quatre croix ont pu être localisées sur la commune. Deux d’entre elles sont situées à proximité du centre ancien, l’une se trouve dans un ancien faubourg de la ville et la dernière est située en limite du territoire communal. Les dates relevées sur ces monuments sont comprises entre 1805 et 1926, mais il est rapidement apparu que ces références ne dataient que la dernière construction en élévation et non l’origine de ce symbole chrétien à cet emplacement (les croix en remplacent d’autres plus anciennes et probablement vétustes). De plus, l’étude des plans et cadastres anciens a permis de révéler que certaines des croix avaient une origine ancienne mais que certaines relevaient très probablement de créations récentes et ex-nihilo (XIXe, voire XXe s.). Ainsi, une gravure de 1673 représentant la ville de Lignières a été d’une aide appréciable pour localiser au moins une de nos quatre croix et les espaces funéraires en utilisation dans cette seconde moitié du XVIIe s. De la même façon, le cadastre napoléonien réalisé en 1827 a permis de confirmer la présence d’au moins deux de nos quatre croix et a livré des indices de probabilité importante pour les deux dernières. De plus, une cinquième croix (aujourd’hui disparue) est figurée à peu de distance d’un de nos monuments encore en élévation.

14C’est surtout d’un point de vue toponymique que le cadastre s’est révélé précieux. En effet, nous nous sommes attachés à rechercher des toponymes évocateurs relatifs à ces monuments de piété. Dans un premier temps, cette recherche a été réalisée dans l’environnement immédiat des croix encore en élévation dans Lignières puis elle a ensuite été étendue à tout le territoire communal. Ainsi, trois toponymes “ Champ de la croix ” ont été localisés. L'un d’eux est situé dans l’environnement immédiat d’une croix encore en élévation, mais les deux autres sont situés dans des espaces dépourvus de tout monument de cette nature. Ces toponymes marquent donc des emplacements de croix très anciennes et sont probablement beaucoup plus fiables que les actuels symboles de piété encore en élévation. Il est en effet établi que la fixation des microtoponymes remonte au moins au Moyen Âge tardif (Conseils méthodologiques pour les recherches de toponymie 2006 : 1).

15Au terme d’une succincte prospection et recherche documentaire, nous avons donc pu définir six lieux potentiels avec au moins sept croix. Nous avons écarté définitivement certaines pistes de recherche qui ne nous paraissaient pas pertinentes. En effet, trois de ces croix qui semblaient postérieures à 1652 étaient situées à proximité immédiate (entre 50 et 400 m) des deux espaces funéraires en activité à cette date. Seuls quatre espaces ont donc été retenus comme lieux potentiels d’inhumation pour les victimes de cette épidémie de fièvre pourpre. Cependant, si ces lieux restent à nos yeux des aires de potentielles découvertes, certaines contraintes modernes sont à prendre en compte. En effet, de nombreuses constructions postérieures à 1652 limiteront inévitablement les investigations dans certaines parcelles. Ainsi sur les quatre lieux possibles, seuls deux correspondent à des champs cultivés ou des prairies et sont donc libres d’accès. Les deux autres sont désormais situés dans un espace bâti et largement investi et seules une ou deux parcelles offrent des perspectives de recherche dans le futur (Blanchard, Georges 2007).

Le cimetière de Bourges (Cher) : des emplacements réservés ?

16Contrairement au cas de Lignières-en-Berry, pour le site de Bourges comme pour celui d’Issoudun présenté infra, c’est la fouille et la découverte de structures de crises qui a entraîné le recours aux sources afin de mieux comprendre et interpréter les sépultures multiples découvertes.

17Le dénommé “ Grand Cimetière ” de la ville de Bourges a été appréhendé archéologiquement à plusieurs reprises, mais sur des surfaces relativement réduites. De sorte que, même si des informations avaient été recueillies ces dernières années, il n’était essentiellement connu que par les sources écrites. Aussi riches et diverses soient-elles, ces sources ne rendent pas compte d’épisodes de crises que la découverte de sépultures multiples atteste pourtant.

  • 10  À l’intersection de la rue de Sarrebourg (au niveau des numéros 39/41) et de la ruelle de Nevers.

18Lors de l’hiver 1996-1997 une opération archéologique menée par A. Luberne (INRAP Bourges)10 a permis de mettre au jour un certain nombre de sépultures, dont six multiples regroupant de deux à six individus d’âge et de sexe différents (Fig. 1).

Fig. 1 : Photographie d’une sépulture multiple (six individus) fouillée en 1997 (Cl. A. Luberne/Inrap).

Fig. 1 : Photographie d’une sépulture multiple (six individus) fouillée en 1997 (Cl. A. Luberne/Inrap).
  • 11  Ce diagnostic a été réalisé le 8 et le 17 janvier 2003 ; trois sondages ont été implantés en fonct (...)

19Très rapidement a été suggérée une possible relation avec un phénomène alors dit de “ catastrophe ”, une crise de sur-mortalité (Luberne 2003 : 14). Un diagnostic archéologique a ensuite été effectué par la même personne sur la parcelle mitoyenne (à l’ouest) du “ 35, rue de Sarrebourg ”11. Un sondage a alors permis d’identifier la présence d’un espace funéraire et de son mur nord (Fig. 2) ; le rapport avec la parcelle d’à côté a rapidement été établi. Une opération d’archéologie préventive fut consécutivement engagée, sous la direction de Ph. Blanchard, du 1er mars au 28 mai 2004. Limitée à 20 m2 pour des raisons techniques, elle a révélé 17 sépultures individuelles et cinq sépultures multiples (soit 22,7 % de l’ensemble fouillé) qui peuvent être mises en relation avec le “ Grand Cimetière ”.

Fig. 2 : Plan de localisation des sépultures (P. Georges et V. Chollet/Inrap).

Fig. 2 : Plan de localisation des sépultures (P. Georges et V. Chollet/Inrap).

20Beaucoup de squelettes étaient mal représentés en raison d’une zone utilisée intensément des siècles durant. Mais au terme de cette étude 68,18 % des sépultures étudiées ont été déterminés du point de vue taphonomique. La nature du sédiment n’a pas permis de distinguer les limites des fosses d’inhumation, le sédiment encaissant ne se différenciant pas du remplissage des sépultures. De ce fait, nombre d’observations d’ordre ostéo-archéologique, comme les constrictions, ne peuvent être véritablement interprétées. Rappelons en effet que la forme d’une fosse (très) étroite peut avoir la même image squelettique qu’un linceul (contraignant). Mais dans le cadre d’une opération archéologique portant sur une période historique, l’enregistrement taphonomique doit tenir compte des observations archéologiques de base et du contexte historique local. Ainsi, la conservation des volumes corporels et les altitudes prises à la base des ossements qui tendent à révéler un creusement en forme de cuvette laissent croire à un dépôt en pleine terre (absence de témoins architecturaux), les squelettes présentant des signes d’un colmatage différé du volume du corps.

  • 12  Encore trop souvent, les arguments ostéo-archéologiques permettant d’affirmer qu’un corps s’est dé (...)

21Les sépultures dont les preuves ostéo-archéologiques permettent d’appréhender une décomposition en espace colmaté sont plutôt rares, en particulier en ce qui concerne les cimetières historiques. En effet, malgré certaines idées généralement répandues y compris dans la communauté scientifique (contra Boissavit-Camus et al. 1996 : 259), les sépultures (véritablement) en pleine terre ne sont pas présentes partout, à toutes les périodes12. Sans que cela puisse constituer une preuve statistique, en quatre ans d’exercice de l’anthropologie de terrain dans le cadre de l’archéologie préventive en région Centre, nous n’avons rencontré que quelques cas spécifiques, et en tout cas jamais dans des cimetières, dans des ensembles dits communautaires. Cette découverte doit être mise en rapport avec le fait que ce cimetière était également connu sous le nom de “ Cimetière des Pauvres “ car il recevait les sépultures issues de l’Hôtel-Dieu. L’absence de contenant, si elle semble plutôt normale pour les fosses accueillant plusieurs corps (sépultures multiples), est donc une information d’importance pour les autres. En effet, on peut s’interroger sur la relation entre cette absence de contenant et le statut social des individus et l’association de cet ensemble funéraire avec l’Hôtel-Dieu.

  • 13  Cette étude a été menée par A. Schmitt (UMR 6578 du CNRS) dans le cadre d’un contrat INRAP. Pour l (...)

22Parmi les cinq sépultures multiples identifiées et fouillées lors de cette intervention, quatre comportaient deux individus et la dernière trois individus. Les observations et descriptions taphonomiques ont permis de mettre en évidence qu’il s’agissait bien de sépultures multiples. Les individus regroupés au sein de ces fosses ont été déposés simultanément ou dans un laps de temps très court (Duday 2007 : 16) puis la fosse a été comblée définitivement. Le mode de gestion des dépôts est simple, les individus sont déposés côte à côte dans la fosse et sur un seul et même niveau d’inhumation. Tous les individus n’ont pas pu être identifiés finement d’un point de vue paléobiologique13. Deux sépultures renfermaient chacune deux adultes ; deux autres comportaient deux individus immatures âgés de 9-10 ans et 15-19 ans pour l’une et de 3-8 ans et 12-16 ans pour l’autre. Une sépulture triple accueillait un adulte de sexe indéterminé et de plus de 50 ans, accompagné de deux individus âgés de 0-1 an et de 16-19 ans. Outre ces informations sur l’identité des défunts, l’analyse anthropologique n’a révélé aucun impact d’origine traumatique sur les ossements ; cette absence de traces susceptibles d’être causées par des coups violents a permis d’écarter un fait de guerre ou assimilé, de type bataille ou massacre.

  • 14  Plan de Bourges de N. de Fer de 1705 et de p. de F. en 1745 (Bisson 1995 : 70).
  • 15  Fonds du château, paroisse de la Fourchault, sac 114. A cette période l’Hôtel-Dieu était situé ver (...)
  • 16  Ainsi, en 1587, il est rappelé que “ ledit Grand Cimetière ou place appartient entièrement au chap (...)

23Au Moyen Âge, le quartier de la place des marronniers est situé dans la partie occidentale de la paroisse de Saint-Outrille-du-Château qui plus tard deviendra le faubourg du Château. Cette paroisse, qui occupait une zone rurale très vaste et bornée par des remparts, est citée pour la première fois dans un document de 1229 et apparaîtrait même peut-être dès la fin du XIIe s. (Goldman 1992 : 5 ; A. D. Cher 13 G 241). Au regard des études réalisées (Goldman 1992 : 6 ; Blanchard, Georges, Cholet 2006 : 22) et des plans consultés14, le terrain du “ 35, rue de Sarrebourg ” se situe très certainement à cheval sur la limite de paroisse entre Saint-Outrille-du-Château et Saint-Symporien. Ainsi, la partie nord du site relèverait de cette dernière alors que la partie sud, en bordure de l’actuelle rue de Sarrebourg, là où nous avons retrouvé les sépultures, serait rattachée à Saint-Outrille. Il semble par ailleurs que “ le Grand cimetière de la Ville, public et général ” ait été décrit parfois entre les XIIe et XIVe s. sous le nom de “ Cimetière de Saint-Martin-des-Champs ou cimetière des Pauvres ” parce que “ les pauvres qui décédoient audict Hotêl-Dieu y étoient inhumés15 ” (Bernon 1989 : 61). Toutefois, la mention de “ Grand cimetière ” apparaît pour la première fois en 1229 lors d’une transaction réalisée entre Simon de Sully, archevêque de Bourges et le chapitre du château précisant que ce dernier en possède les droits de propriété. L’aire funéraire se trouve en effet dans la paroisse du château et, de plus, dans le fonds et la censive du chapitre du château (Bernon 1989 : 61). Les défunts inhumés dans le “ Grand Cimetière ” proviennent donc à la fois de l’Hôtel-Dieu, mais aussi de la paroisse. En effet, le cimetière paroissial accolé au sud de l’église (à l’angle des actuelles rues Jean Baffier et Carolus) ne sera créé qu’au début du XVIe s. (Bernon 1989 : 11). Il est également possible que des inhumations en provenance d’autres paroisses que celle du château soient réalisées dans cet espace funéraire. Si la provenance des défunts est parfois imprécise lors des inhumations, le droit de propriété sur ces terrains est lui clairement établi ; il sera constamment réaffirmé par les chanoines du chapitre jusqu’au XVIIIe s.16.

  • 17  Le cas du cimetière de la peste de Lambesc est à ce sujet éloquent (Bizot et al. 2005).

24Ce cimetière était aussi parfois dénommé “ cimetière des Pauvres ” en raison de sa relation avec l’Hôtel-Dieu tout proche au Moyen Âge. Le fait que près des deux tiers des sépultures étaient en pleine terre peut être mis en rapport avec l’Hôtel-Dieu. Ce mode d’inhumation, peu courant (cf. supra), entraîne en tout cas des réflexions sur le statut des défunts. Cela indique-t-il un statut social peu élevé de ces derniers ? C’est effectivement possible… à moins que ce type d’inhumation ait également un rapport avec l’urgence, y compris pour des sépultures primaires individuelles17. La présence de sépultures multiples dans ce contexte garde toutefois tout son intérêt car les tombes doubles ainsi que la triple relèvent de crises qui se sont produites à différents moments, les morts pouvant également, mais pas seulement, provenir de l’Hôtel-Dieu, la population s’y trouvant n’étant ni plus ni moins préservée des crises épidémiques (Georges, Blanchard 2007). Mais c’est vraisemblablement le phénomène de crise, quels que soient son intensité et l’endroit où elle se produit, qui induit le regroupement de ces individus dans les fosses. Il serait en effet sans doute abusif de croire que le statut social (présumé) permet des regroupements d’individus morts, peu ou prou au même moment, au sein d’une même sépulture. Cela ne relève-t-il pas d’une image d’Épinal, y compris pour les sépultures doubles, qui de plus ne sont pas très fréquentes dans les cimetières urbains du Moyen Âge. Par ailleurs les fosses les plus importantes nous indiquent un nombre de morts concomitants plus élevé, au moins à certains moments (au paroxysme de la crise notamment).

25Les inhumations multiples fouillées en 2004 sont à rapprocher de celles exhumées sur la parcelle fouillée en 1997 par A. Luberne. Au total, ces deux opérations d’archéologie préventive à Bourges ont donc permis de mettre au jour onze sépultures multiples qui contenaient les restes de deux à six squelettes, rassemblant des adultes des deux sexes et des individus immatures (nouveau-né, enfants et adolescents). Encore que tout peut (et doit) être discuté, les sépultures multiples les plus importantes sont, selon nous, le signe de crises intervenues à différents épisodes (données chronologiques). Mais qu’en est-il des sépultures doubles ? Est-ce vraiment des sépultures liées à une crise et/ou à l’urgence ? Associer les sépultures doubles aux autres, et par conséquent en faire des sépultures de crises, peut paraître surprenant alors qu’au contraire cela semble plutôt évident car à ces périodes les tombes sont plutôt individuelles. Le verbe n’est pas neutre ; les qualifier de sépultures d’urgence peut jeter le trouble. Même en cas d’urgence, n’est-il pas possible de faire deux fois une fosse plutôt qu’une fosse pour deux individus ?

  • 18  Au sein du cimetière des pestiférés de Lambesc, l’extrême majorité des sépultures est individuelle (...)

26Ce type de réflexion correspond à un schéma de pensée que l’on rencontre souvent au sujet des problématiques funéraires : certains voient une logique pragmatique implacable à tous les gestes funéraires. Il faudrait donc que toutes les observations aient une explication, sinon rationnelle, tout du moins un sens logique et pratique. Mais n’est-ce pas là un contresens fondamental ? L’étude des pratiques funéraires n’en est-elle pas la preuve la plus absolue ? Et c’est encore plus vrai quand à la mort s’ajoute la maladie ou une autre crise. De fait, ces sépultures doubles peuvent être liées à des crises…mais peut-être pas à l’urgence. Un cas certes beaucoup plus récent montre que les évènements peuvent être très bien gérés et alors que la crise est présente et peut-être forte, l’urgence n’apparaît pas18. Mais les structures de la société, qui ont permis une telle gestion des crises, sont différentes de celles du Moyen Âge. En revanche, il se peut que l’on soit au début ou à la fin d’une crise. Mais on ne peut complètement exclure que le regroupement des individus dans une sépulture soit le fait de critères sociaux, même si le plus évident nous paraît être la cellule familiale au sens large du terme. Notons toutefois que l’une ou l’autre de ces hypothèses sont aussi discutables l’une que l’autre et nous ne sommes pas persuadés que d’éventuelles recherches supplémentaires (ADN, caractères discrets) puissent permettre de trancher. La nature de la crise, selon qu’elle se révèle brutale ou non, de même que l’identification d’un agent pathogène qui se transmet facilement au sein d’un groupe, seront bien évidemment des données à prendre en compte.

  • 19  Centre de Datation par le Radiocarbone, UMR 5138 du CNRS, Université Claude Bernard, Lyon I.
  • 20  Les inhumations fouillées en 1997 ont été étudiées par Philippe Maçon (2003) et l’ensemble des sép (...)

27Une attention particulière, dès la phase de terrain, aux questions de datation a permis de mettre en évidence des phases chronologiques différentes au sein d’un arbre stratigraphique relativement complexe. Ce cimetière, créé dès le Xe s., a fonctionné jusqu’au XVIe s. Les analyses C14 nous ont conduits à découvrir que les sépultures multiples correspondaient à plusieurs évènements espacés dans le temps19. En effet, au cours des deux interventions archéologiques sur ce cimetière médiéval, ce sont 39 inhumations qui ont été découvertes et qui se répartissent en 28 sépultures individuelles (11 en 1997 et 17 en 2004) et 11 sépultures multiples (six en 1997 et cinq en 2004)20. La proportion des sépultures multiples (près de 40 %) et leur regroupement dans un même secteur amènent de nombreuses réflexions.

28Cependant, ce constat est à nuancer car il convient de souligner que les surfaces ouvertes et fouillées dans cet espace cimetérial sont extrêmement faibles au regard de la superficie totale qui s’étend probablement bien au-delà de la place des marronniers. De plus, les deux surfaces d’observations ouvertes sont localisées le long du mur nord et aucune autre intervention sur cette aire funéraire ne permet de savoir si la concentration de sépultures multiples le long de la rue de Sarrebourg est véritablement représentative de l’ensemble.

29On peut toutefois remarquer que les autres opérations archéologiques qui ont mis au jour des sépultures dans ce secteur n’ont pas révélé de sépultures multiples. Il semble donc que, même en l’absence d’une vision générale de ce site funéraire, des sépultures de crise(s) ont bien été regroupées au même endroit, le long du mur de clôture nord (Blanchard, Georges, Luberne 2005). Cette gestion particulière sur la durée nous amène à nous interroger d’une part sur l’existence d’un secteur dévolu aux inhumations multiples et programmé de manière à ne pas mélanger les morts résultant de crises aux morts plus “ naturelles ” et, d’autre part, sur les sépultures individuelles environnantes : placées à proximité, font-elles partie du même phénomène ?

Les sépultures multiples d’Issoudun (Indre) et la crise de 1709

  • 21  La fouille et l’étude des sépultures étaient sous la responsabilité d’I. Souquet-Leroy (anthropolo (...)
  • 22  Ces tombes multiples recoupent un niveau de charbons de bois et d’éléments rubéfiés attribué à l’i (...)

30En contexte de fouille préventive menée par l’INRAP en 2002 sous la direction de Ph. Blanchard (INRAP ; Tours), quatorze sépultures multiples ont été découvertes dans l’ancien cimetière de la ville d’Issoudun21. Datées de la fin du XVIIe s. au début du XVIIIe s., elles sont regroupées dans une zone dense en sépultures, résultat de l’utilisation intensive d’un espace funéraire ayant fonctionné sur une longue durée (XIIIe-XVIIIe s.)22. Les tombes sont disposées en rangées relativement claires et présentent toutes, sauf deux, la même orientation (Fig. 3.). Ces dernières sont postérieures aux précédentes car elles recoupent une sépulture multiple disposée en rangée ; elles témoignent donc d’un épisode de sur-mortalité différent.

Fig. 3 : Plan de répartition des sépultures multiples du cimetière d’Issoudun (Indre). Réalisation Inrap Centre.

Fig. 3 : Plan de répartition des sépultures multiples du cimetière d’Issoudun (Indre). Réalisation Inrap Centre.

31La particularité du contexte nous a permis de mettre en œuvre des enregistrements adaptés à une fouille préventive, tout en privilégiant le maximum d’informations indispensables à une étude post-fouille et tout particulièrement pour ce type de site (Blanchard et al, 2003). Excepté une sépulture double, les tombes renfermaient entre treize et vingt-deux individus déposés simultanément, des adultes des deux sexes et des sujets immatures, avec une proportion remarquable d’enfants ayant dépassé l’âge d’un an (Fig. 4.).

Fig. 4 : Une des quatorze sépultures multiples (S.119) du cimetière d’Issoudun (Indre) contenant vingt-deux individus déposés simultanément. Cl. Inrap.

Fig. 4 : Une des quatorze sépultures multiples (S.119) du cimetière d’Issoudun (Indre) contenant vingt-deux individus déposés simultanément. Cl. Inrap.
  • 23  D’autres variations minimes peuvent être mentionnées, elles concernent quelques adultes qui se pré (...)

32Outre la simultanéité des dépôts, l’analyse taphonomique a permis de mettre en évidence une décomposition des corps en espace colmaté. Les fosses apparaissent toutes assez régulières et très étroites. La disposition et la répartition des corps témoignent d’une gestion relativement bien maîtrisée et d’une organisation très rationnelle des dépôts selon des critères d’âge. En effet, dans la majorité des cas, les adultes et les grands adolescents sont les premiers occupants de la fosse ; l’orientation la plus fréquente de départ est sud-ouest/nord-est. Les individus sont tous alignés côte à côte et régulièrement distribués tête-bêche sur trois ou quatre niveaux. On observe une certaine constante dans l’orientation de la tête, des membres supérieurs et inférieurs. Quelques variations dans les modes de dépôts des corps sont surtout perceptibles dans la position des sujets immatures : bien qu’ils soient majoritairement allongés sur le dos, sur et dans l’alignement des sujets adultes, certains apparaissent couchés sur le ventre et quelquefois disposés perpendiculairement aux adultes, serrés contre le bord de fosse ou dans les espaces restants23. Les tombes multiples ne contenaient aucun matériel archéologique ou objet portés par les défunts. Seule la présence de quelques épingles semblerait indiquer la présence de linceuls que l’analyse taphonomique n’a pas permis de démontrer.

  • 24  Le quotient de mortalité est de la forme aQx, ou x désigne l'âge d'entrée dans la classe d'âge et (...)
  • 25  Le profil de mortalité obtenu sans tenir compte des individus de la deuxième phase de mortalité ét (...)
  • 26  Nous n’insisterons pas sur les discussions portant sur les écueils et les avantages de l’utilisati (...)

33Fondée sur différents arguments archéo-anthropologiques (cf. infra), l’hypothèse d’une épidémie a très vite été retenue sans qu’il soit possible immédiatement d’en préciser la nature. L’effectif de l’échantillon archéologique victime de cette épidémie a été établi à partir de la totalité des individus issus des tombes multiples complètes et tronquées. Le nombre minimal d’individus issus des quatorze tombes multiples a été estimé à 201. L’opportunité de pouvoir étudier un grand nombre d’individus décédés dans un très court laps de temps méritait que l’on s’attache à une analyse du recrutement par âge et par sexe la plus fine possible. Nous avons procédé dans un premier temps à l’identification individuelle de l’âge et du sexe des individus à partir des restes osseux et dentaires (Bruzek, Schmitt, Murail 2005). Sur la base de l’effectif de tous les sujets extraits des tombes multiples nous avons ensuite établi un profil des quotients de mortalité24 que nous avons comparé à celui que l’on est en droit d’attendre dans le cas d’une population dite naturelle (cf. infra) (Ledermann 1969) (Fig. 5.)25. La nature particulière des sépultures multiples devait nous faire suspecter un recrutement a priori non naturel et, en l’absence de références historiques précises, cette démarche méthodologique était la seule à même de nous fournir des premiers résultats en termes d’interprétation : les décalages observés par rapport à une démographie naturelle pouvant relever, soit de la constitution même de l’échantillon archéologique, soit d’un phénomène culturel de sélection des inhumés, soit d’un épisode spécifique de crise de mortalité26.

Fig. 5 : Distribution des âges au décès pour le site d’Issoudun (Indre). Comparaison avec les valeurs théoriques de Ledermann (1969) et les données provenant des registres paroissiaux d’Issoudun pour les années 1693 et 1709. Documentation p. Poulle/Inrap.

Fig. 5 : Distribution des âges au décès pour le site d’Issoudun (Indre). Comparaison avec les valeurs théoriques de Ledermann (1969) et les données provenant des registres paroissiaux d’Issoudun pour les années 1693 et 1709. Documentation p. Poulle/Inrap.

34D’une manière générale la proportion des sujets immatures sur la population adulte est apparue très élevée (20q0 = 763,5 ‰). L’analyse par classes d’âges a montré plusieurs anomalies flagrantes : la première classe d’âges (0-1 an) est très faiblement représentée alors que celle des 1-4 ans est nettement plus importante. Mais le biais le plus étonnant concerne la classe des 5-9 ans et, dans une moindre mesure, celle des 10-14 ans avec un nombre très important d’individus décédés dans ces tranches d’âges. Les classes d’âges suivantes (15-19 et 20-29 ans) font également état d’un sur-effectif. Ce profil particulier se dégage donc très nettement d’une mortalité théorique mais également de ce que nous avions pu observer dans d’autres contextes épidémiques et notamment dans le cas de peste attestée (Castex 2005).

35Parallèlement à l’analyse archéo-anthropologique, des investigations dans les sources écrites ont été effectuées, d’une part pour comprendre l’organisation et le fonctionnement du grand cimetière d’Issoudun dans sa globalité et, d’autre part, pour tenter de découvrir quels événements avaient pu justifier le recours à des sépultures multiples (Poulle 2007).

  • 27  Le seul terminus certain était celui de la fermeture et de l’abandon du cimetière à la fin du XVII (...)
  • 28  De 1650 à 1720.
  • 29  L’influence de la Fronde sur la mortalité d’Issoudun peut paraître surprenante mais il faut la rep (...)
  • 30  Conditions climatiques exécrables entraînant de mauvaises récoltes (Poulle 2007 : 93-95 ; Michaud (...)

36Malgré diverses lacunes, certains documents d’archives ont été analysés et plusieurs dépouillements exhaustifs ont été effectués pour les quatre paroisses d’Issoudun sur les années postérieures à 165027. Ni les chroniques des contemporains, ni les registres paroissiaux d’Issoudun n’ont pu apporter de réponse quant à la nature même des décès, excepté dans le cas de l’épidémie de variole de 1658. Les comptages réalisés exhaustivement et sans a priori sur plusieurs années consécutives28 (Poulle 2007 : 87) ont permis de mettre en évidence cinq crises qui se sont succédé pendant la période étudiée : (1) la Fronde29 de 1650 à 1652, (2) l’épidémie de petite vérole ou variole de 1658, (3) la crise dite de l’Avènement en 1661-166230, (4) la grande mortalité de 1693-1694 et (5) le Grand Hiver de 1709. Tous ces évènements sont considérés par plusieurs historiens démographes comme des crises majeures à l’origine de sur-mortalité très importante (Beauvalet-Boutuyrie 1999 : 55-73). Pour chacune d’entre elles des dénombrements mensuels de décès ont été réalisés. A partir de l’épisode de variole et pour les suivants, nous sommes descendus à des dénombrements quotidiens pour les mois les plus meurtriers, tout en donnant une répartition du nombre de décès entre les adultes et les immatures. Enfin, pour les deux dernières crises un meilleur enregistrement des âges des immatures nous a permis de fournir une répartition des décès par classe d’âges. Nous avons aussi établi deux listes pour les personnes qui ont succombé au plus fort de ces deux crises : 639 noms du 31 août au 2 novembre 1693 et 801 noms du 2 septembre au 30 octobre 1709.

  • 31  Elles ont pu être analysées finement en regroupant les décès des individus en classes d’âges compa (...)
  • 32  Aucune distinction n’a pu être faite à partir des registres entre adultes jeunes et plus âgés, ce (...)
  • 33  Par exemple pour le mois de septembre 1709 il a été dénombré jusqu’à vingt-deux décès dans la même (...)

37Pour chacune de ces années de crises nous avons pu calculer différents paramètres démographiques (rapport des sujets immatures sur la population totale, taux de masculinité, etc.). Plusieurs comparaisons ont alors été effectuées entre les années de crises et les années hors crises, toutes ayant été ensuite confrontées à celles obtenues pour l’échantillon archéologique d’Issoudun. Des deux périodes de crises les mieux ciblées31, 1693-1994 et 1709, c’est finalement la crise de 1709 qui a retenu toute notre attention en fournissant les rapports entre les classes d’âges les plus proches de ceux obtenus pour l’échantillon archéologique issu des tombes multiples (Fig. 5.)32. Un autre argument peut être aussi invoqué pour suspecter cette crise, il concerne le taux journalier des décès relevé dans les archives qui aurait pu engendrer les sépultures multiples découvertes33.

  • 34  Il est toutefois important de signaler que le fait de ne pas retrouver les agents pathogènes ciblé (...)

38Si tel devait être le cas, il reste toutefois difficile encore de préciser la nature exacte de la crise qui a affecté les individus d’Issoudun. Les analyses de paléobiochimie moléculaire ne nous ont pas encore permis de trancher car les premiers agents pathogènes ciblés (variole, peste, rougeole) se sont pour l’instant révélés négatifs34. Malgré cela nous retiendrons l’hypothèse hautement probable que la ou les crise(s) ayant entraîné les multiples décès d’Issoudun soi(en)t liée(s) à un agent pathogène humain non encore identifié, probablement en relation avec une famine, comme pourrait en témoigner le lourd bilan des stress de croissance identifiés sur les dents et les ossements (haute fréquence des hypoplasies linéaires de l’émail dentaire et nombreux cas d’hyperostose poreuse et de rachitismes).

Une ouverture à d’autres contextes géographiques et chronologiques

39Bien qu’éloignées du contexte géographique précédent, il nous a paru opportun de présenter deux nouvelles analyses de sites dans la mesure où, fondées sur des gisements déjà étudiés, elles nous permettent de mettre l’accent sur la possibilité de développer de nouveaux arguments anthropologiques et par là même de rediscuter des interprétations considérées alors comme acquises.

Saint-Benoît de Prague (fin XVIIe s.) et la grande épidémie de peste de 1680

  • 35  Une importante quantité de données archéologiques ont été extraites du rapport effectué par V. Mar (...)
  • 36  Cette étude avait pour objectif d’obtenir des informations biologiques générales sur la population (...)

40Il s’agit d’un vaste cimetière fouillé en 1971 et renfermant plus de 800 tombes dont plusieurs inhumations multiples35. La plupart des squelettes issus de ces tombes avait déjà fait l’objet d’une première étude anthropologique (Hanakova, Stloukal 1988)36. Le niveau archéologique sur lequel nous nous sommes focalisés concerne la dernière phase du cimetière, phase qui correspond à un grand nombre d’inhumations (environ 450, soit plus de la moitié des inhumations totales). D’après les premières études d’archives, ces sépultures pourraient être liées à la peste de 1680, période au cours de laquelle le cimetière et les éléments de bâti découverts sur le site appartiennent à l’ordre des Prémontrés.

  • 37  L’objectif à plus long terme étant d’étudier l’ensemble des sépultures afin de comparer pour une m (...)

41De par ses caractéristiques, le cimetière de Saint-Benoît de Prague était susceptible de nous apporter de nouveaux éléments de réflexions dans le contexte des crises aiguës de mortalité liées à la peste (Castex et al. 2007). L’effectif des individus étant très important, nous nous sommes consacrés dans un premier temps à l’étude exclusive des sépultures multiples37. Actuellement 20 sépultures multiples ont été étudiées ; elles renferment au total 95 sujets.

42Tout d’abord nous avons cherché à affirmer le caractère simultané des dépôts à l’intérieur des sépultures multiples, diagnostic parfois difficile en raison de la grande densité d’inhumations dans certains secteurs. Les sépultures doubles et triples sont les cas les plus fréquemment rencontrés (Fig. 6.) ; les dépôts y sont régulièrement ordonnés, les corps souvent superposés et disposés tête-bêche ou déposés côte à côte. Certaines fosses, au moins quatre étudiées jusqu’à présent, renferment un plus grand nombre d’individus, trois contiennent les restes de plus de neuf sujets, une autre en contient jusqu’à 20 ; les dépôts sont organisés par couches successives dans des fosses très étroites et profondes.

Fig. 6 : Une sépulture triple du cimetière Saint-Benoît à Prague en République tchèque (Cl. V. Martinec, Service Archéologique de la ville de Prague).

Fig. 6 : Une sépulture triple du cimetière Saint-Benoît à Prague en République tchèque (Cl. V. Martinec, Service Archéologique de la ville de Prague).

43La courbe des quotients de mortalité obtenue pour Saint-Benoît et comparée aux données des tables-types de Ledermann (1969) nous a permis d’observer plusieurs anomalies flagrantes (Fig. 7).

Fig. 7 : Distribution des âges au décès pour les sites de Saint-Benoît à Prague (République tchèque) et de Venosa (Lucanie, Italie). Comparaisons avec les valeurs théoriques de Ledermann (1969).

Fig. 7 : Distribution des âges au décès pour les sites de Saint-Benoît à Prague (République tchèque) et de Venosa (Lucanie, Italie). Comparaisons avec les valeurs théoriques de Ledermann (1969).

44La toute première concerne une sous-représentation très nette des enfants de moins de 5 ans, voire 10 ans, avec une absence totale de la première classe d’âges. De fait, la proportion des sujets immatures par rapport à la population adulte est très faible (20q0 = 273,7 ‰). Pour les autres classes d’âges nous avons observé une nette disproportion des classes d'âges 5-9, 10-14 et 15-19 ans entre elles avec une lente inflation des quotients de mortalité jusqu’à un pic de mortalité dans les classes 15-19 et surtout 20-29 ans ; la représentation des adultes jeunes par rapport à l’ensemble de la population adulte est de 47,8 %. Le taux de masculinité est apparu particulièrement élevé avec 83,6 %. Ces données montrent que nous avons un recrutement très sélectif sur des critères d’âge et de sexe ; la courbe des quotients de mortalité, très différente de celle observée dans le cadre d’une mortalité naturelle, se démarque également de celle attendue dans le cas d’une peste (Fig. 8 et 9), et tout particulièrement au niveau de la relation entre les quotients des classes 5-9, 10-14 et 15-19 ans et le sur-effectif très marqué des 20-29 ans (Castex 2005, 2007).

Fig. 8 : Distribution des âges au décès pour trois sites de peste attestée : Saint-Pierre (Dreux, Eure-et-Loir), Le Clos des Cordeliers (Sens, Yonne) et les Fédons (Lambesc, Bouches-du-Rhône). Comparaison avec les valeurs théoriques de Ledermann (1969).

Fig. 8 : Distribution des âges au décès pour trois sites de peste attestée : Saint-Pierre (Dreux, Eure-et-Loir), Le Clos des Cordeliers (Sens, Yonne) et les Fédons (Lambesc, Bouches-du-Rhône). Comparaison avec les valeurs théoriques de Ledermann (1969).

Fig. 9 : Comparaison des quotients de mortalité pour différentes épidémies (d’après les données de Biraben 1975 ; Hollingsworth M.F., Hollingsworth T.H. 1971 ; Mallet 1835) et comparaison avec un profil de mortalité naturelle (Ledermann 1969). Réalisation D. Castex et p. Sellier.

Fig. 9 : Comparaison des quotients de mortalité pour différentes épidémies (d’après les données de Biraben 1975 ; Hollingsworth M.F., Hollingsworth T.H. 1971 ; Mallet 1835) et comparaison avec un profil de mortalité naturelle (Ledermann 1969). Réalisation D. Castex et p. Sellier.

45Cette divergence de profils invite à divers commentaires. L’hypothèse d’une épidémie, étayée d’ailleurs par le fait archéologique, doit être retenue. Mais, s’il s’agit d’une peste, il semble bien qu’elle ne puisse pas à elle seule expliquer de telles anomalies dans la répartition des âges et des sexes au décès. D’autant que l’on sait que la mortalité par peste n’est pas sélective (Hollingsworth M.F., Hollingsworth T.H. 1971 ; Biraben 1975). Outre le facteur épidémique et sa virulence, il faut donc pouvoir invoquer d’autres mécanismes qui auraient pu peser dans cette répartition anormale des décès. Une explication doit alors être recherchée dans la constitution du groupe de départ, ce qui va imposer un nécessaire recours aux données d’archives. Elles sont les seules à même de préciser le statut des lieux et par là même de comprendre s’il peut exister une éventuelle relation entre le secteur des sépultures multiples et le fonctionnement du couvent des Prémontrés (groupe d’individus déjà sélectionnés sur des critères d’âge et de sexe avec une grande majorité d’hommes jeunes ?). Peut-être s’agit-il d’une épidémie fulgurante d’une tout autre nature ? Ce qui impose là encore un recours aux sources textuelles, l’identification d’un événement précis, peut-être moins marquant que la peste, mais rapporté par les textes.

Venosa, Lucanie, Italie du sud (VIIIe-Xe s.) : un possible ensemble de peste

  • 38  Il pourrait s’agir d’anciens thermes (IIIe s. av. J.-C.) réutilisés pour des activités artisanales (...)
  • 39  Cette datation nous paraît toutefois très discutable car peu argumentée.

46Le site de Venosa fouillé en 1986 et 1987 a permis la découverte de cinq tombes adjacentes renfermant de sept à douze individus (soit 48 sujets au total). Ces sépultures étaient installées dans les ruines d’un bâtiment du IVe-VIe s. dont la fonction n’a pas été clairement identifiée38. Elles ont été datées du VIIIe-Xe s. par les monnaies recueillies dans le niveau scellant les tombes (Macchiarelli, Salvadei 1988)39.

47Dans chaque tombe, la majorité des individus, déposés simultanément étaient couchés sur le dos, côte à côte ou superposés sur deux niveaux en position tête-bêche (Fig. 10). Ces modes de dépôts reflètent ici encore un mode de gestion relativement ordonné bien que la position des membres inférieurs, fréquemment ouverts et fléchis, ainsi que celle des membres supérieurs, systématiquement asymétriques, témoignent d’inhumations probablement rapides et peut-être sans trop de soin. Il est peut-être plus prudent de simplement souligner que ces positions s’écartent de celles qui sont la norme pour ces périodes, ce qui tend à prouver que dans un contexte de crises, la position “ académique ” du corps ne constitue pas un paramètre de la gestion du cadavre. Aucun matériel archéologique associé aux défunts n’a été découvert.

Fig. 10 : Une sépulture multiple du site de Venosa (Lucanie, Italie). Cl. R. Macchiarelli, L. Bondioli (Musée Pigorini, Rome).

Fig. 10 : Une sépulture multiple du site de Venosa (Lucanie, Italie). Cl. R. Macchiarelli, L. Bondioli (Musée Pigorini, Rome).

48Bien qu’aucune source documentaire ne l’atteste, la possibilité d’être en présence d’une épidémie de peste a été discutée en raison de l’absence de lésions traumatiques sur les squelettes et à partir de la structure par âges et par sexe de l’échantillon ostéologique, sur la base comparative de modèles élaborés en démographie historique. En effet, les décès des sujets avaient été préalablement regroupés en classes d’âges décennales (excepté la première de 0 à 4 ans, totalement vide). Le sur-effectif des classes d’âges 5-14 et 15-24 ans enregistré pour les tombes de Venosa renvoyait à un profil de mortalité très différent de celui d’une démographie naturelle et effectivement comparable dans ses grandes lignes à celui observé en temps de peste (Hollingsworth M.F., Hollingsworth T.H. 1971 ; Macchiarelli, Salvadei 1989). Ce dernier point était le seul qui permettait d’interpréter ce site comme un possible ensemble de peste, les deux autres arguments pouvant être appliqués à n’importe quelle épidémie qui aurait provoqué un nombre de décès plus ou moins important et dont la rapidité d’action n’aurait pas permis le développement de lésions osseuses.

49Nous avons repris la totalité des données individuelles pour une étude plus fine du recrutement car le petit effectif de cet échantillon méritait que l’on s’attache davantage à une estimation de l’âge la plus précise possible pour les individus immatures et leur distribution en classes d’âges de manière à ne retenir que de véritables anomalies démographiques, seuls éléments susceptibles de pouvoir nous renseigner sur la nature de la crise ayant affecté ces individus. Le profil de mortalité obtenu à partir des données brutes des auteurs révèle plusieurs anomalies (Fig. 7) qui apparaissent finalement très différentes de celles observées dans les cas de peste connus (Fig. 8 et 9) (Castex 2005, 2007). La proportion des sujets immatures par rapport à la population adulte est compatible avec celle d’une mortalité théorique (20q0 = 583,3 ‰). Les quotients de mortalité des tranches 0-1 et 1-4 ans sont totalement biaisés avec une absence complète d’individus dans ces classes d’âges. Pour les tranches d’âges supérieures la courbe des décès montre un profil très régulièrement croissant avec des effectifs anormalement surélevés pour les classes 10-14, 15-19 et 20-29 ans. On a également noté une très nette sur-représentation des adultes jeunes par rapport à l’ensemble de la population adulte (45 %).

50Le rapport entre les différentes classes d’âges immatures ciblées de manière plus précise est donc très différent de celui généralement observé dans les cas de peste attestée (Castex 2007) : doit-on considérer ce profil de mortalité comme peut-être représentatif d’une peste et dans ce cas mettre les anomalies observées sur le compte d’une population déjà sélectionnée sur des critères d’âge ? Peut-être s’agit-il d’une sélection sur une partie du site seulement ? Ou bien doit-on s’interroger, comme pour Saint-Benoît de Prague, sur la validité du premier diagnostic et envisager une crise épidémique de nature différente ?

Enseignements, écueils et voies de recherche

  • 40  Cette notion de “ sépulture ” est parfaitement résumée dans la définition proposée par Leclerc et (...)

51Pour tous les sites fouillés mentionnés dans cette contribution, l’épidémie est l’hypothèse de recherche sur la base des arguments archéo-anthropologiques suivants : la volonté du ou des vivants d’accomplir un geste funéraire (notion archéologique de “ sépulture ”)40, la simultanéité des dépôts à l’intérieur de chaque tombe multiple (évoquant un nombre élevé de décès), l’absence de contenant avérée (décomposition en espace colmaté) et l’absence de pathologies traumatiques qui seraient la conséquence de coups violents qui auraient entraîné la mort. Ces exemples permettent d’aborder plusieurs points qu’il nous semble important de développer.

Emplacement et taille des sépultures : signes d’une gestion maîtrisée

52Ces sites présentent quelques indices d’une certaine maîtrise des crises auxquelles les populations ont été confrontées. Les sociétés médiévale et post-médiévale savent manifestement s’adapter à des périodes de sur-mortalité en développant des moyens permettant de faire face à l’accroissement des décès et la multiplication des cadavres (rationalisation du temps et de l’espace) sans pour autant négliger les défunts.

53À Issoudun, le creusement des fosses multiples et leur organisation, la disposition et la répartition des corps au sein de chaque tombe, tout particulièrement la disposition des sujets immatures et des adultes, sont autant d’arguments qui témoignent d’une gestion bien maîtrisée et très rationnelle des dépôts. Il paraît également important de signaler que ces sépultures multiples ne sont pas isolées d’un contexte funéraire général, en témoignent des sites comme Issoudun, Bourges ainsi que certains beaucoup plus lointains comme celui de Prague. Bien qu’elles soient toutes concentrées dans un même secteur, ces fosses prennent place, sinon dans un cimetière paroissial qui a fonctionné sur une longue période, tout du moins dans un ensemble communautaire.

  • 41  Les différentes études (stratigraphique, numismatique et céramologique) n’apportent pas de précisi (...)
  • 42  Gaston Letonnelier, archiviste, a dépouillé les registres du conseil de la ville d’Annecy ; dans c (...)

54À Bourges, la localisation des fosses multiples mérite d’être précisée. Sur les cinq mises au jour, quatre se répartissent le long du mur de clôture nord (M202) du cimetière, à une faible distance de ce dernier. L’enregistrement stratigraphique met en évidence des recoupements entre les sépultures et détermine des phases corroborées par des datations radiocarbones. Les analyses C14 réalisées sur deux sépultures multiples montrent en effet très clairement qu’elles ne sont pas contemporaines, l’une relevant plutôt des origines du cimetière et l’autre de sa fin. Il s’avère alors que les sépultures doubles et triples ne sont pas toutes contemporaines. La chronologie relative établie à partir des recoupements assure ainsi qu’au moins trois crises se sont succédé41, mais aussi qu’une partie du cimetière était peut-être réservée aux sépultures de ce type. Ces observations, qui portent sur la localisation des sépultures, nous amènent donc à émettre l’hypothèse d’une véritable gestion des sépultures et de l’agencement du cimetière sur la durée…ce dont ne rendent pas compte les sources textuelles médiévales. En revanche, les sources archivistiques plus tardives le montraient déjà. À Annecy, en 1503, deux dispositions liées aux questions funéraires, parmi divers articles concernant d’autres aspects de la crise, nous montrent combien la peste était prévisible42. Le poste d’un “ fonctionnaire ” appelé “ hospitalier ” est alors créé. Ses fonctions sont indiquées de façon très incomplète mais il apparaît qu’il était chargé “ d’ensevelir les corps de ceux qui étaient morts de la peste ”. Par ailleurs, deux fossoyeurs, les “ soubterroux ”, sont spécialement chargés des cadavres des pestiférés (Letonnelier 1911 : 5).

  • 43  Des références plus précises sont également à rechercher pour certains textes mentionnant Verdun-s (...)

55À Lignières en revanche, les sources écrites permettent de localiser les inhumations à proximité immédiate d’un espace de circulation et dans l’environnement d’une croix. Une autre information s’offre à nous et de façon indirecte. En effet, le caractère insolite d’un tel lieu d’inhumation semble être lié au fait que les “ … villageois … ne veulent pas prendre la peine de les ensevelir ni faire fosses dans les cimetières ” ou encore : “ pour éviter la peine de les porter au cimetière ”. Faut-il alors penser que les lieux recherchés sont éloignés des espaces funéraires existants en 1652 ? Dans quelles mesures ces indications peuvent-elles permettre de localiser ces éventuels lieux d’inhumations ? Une surveillance attentive des aménagements dans la commune et en particulier à proximité des croix en élévation ou en toponyme apportera peut-être des précisions à l’avenir. L’interprétation développée à partir des sources reste certes dans ce cas relativement mineure. L’élément, probablement anecdotique, est le lieu d’inhumation au pied d’une croix de chemin qui semble remplacer aux yeux des “ fossoyeurs ” un espace consacré comme le cimetière pour les inhumations, offrant ainsi une protection divine et/ou une sorte de respect minimum pour les défunts. Ce lieu insolite d’inhumation révèle toutefois le dérèglement des pratiques funéraires habituelles en contexte de crises brutales de mortalité et semble trahir une certaine précipitation ou peur d’une contagion. Ce phénomène de panique souvent évoqué dans l’esprit collectif lors de crises épidémiques nous semble relever surtout du cliché ou de l’image d’Épinal car l’étude de nombreux sites de crises (Blanchard 2006) révèle l’absence de précipitation lors des inhumations sauf dans de très rares cas comme ceux de Marseille et Martigues en relation avec l’épidémie de peste de 1720 (Signoli 2006). En effet, un travail approfondi montre que la gestion des cadavres en période épidémique reste généralement soignée et rigoureuse, révélant certes une adaptation à la situation (sépultures multiples et non individuelles) mais excluant tous gestes d’empressement tels que des corps jetés. Les sites d’Issoudun et de Bourges le montrent ; le cas de Lignières, outre le fait d’identifier le type d’épidémie (cf. supra), pourrait donc à ce titre s’avérer tout aussi intéressant43.

Impact épidémique et/ou sélection de départ ?

  • 44  De fait, déterminer un cimetière réservé à une congrégation religieuse, bien qu’a priori éloigné d (...)

56Pour le site de Saint-Benoît de Prague, tout comme pour celui de Venosa, l’analyse du “ recrutement ” en fonction de l’âge et du sexe révèle certaines particularités quantitative et qualitative très différentes de celles généralement admises dans un contexte de peste. Ces nouvelles données nous incitent à remettre en cause des hypothèses historiques peut-être trop vite acceptées, toutes les “ pestes ” du passé n’étant pas forcément liée à l’action du bacille de la peste (Yersinia pestis), mais aussi à prendre en compte l’existence de comportements humains souvent trop facilement occultés et pourtant susceptibles d’introduire de nombreux biais dans l’approche des populations archéologiques, les échantillons étudiés relevant peut-être dans les deux cas d’un recrutement déjà très spécialisé en fonction de l’âge et du sexe. Les profils de mortalité établis pour plusieurs sites du Sud-Est de la France (Lambesc, Marseille, Martigues) tendent en effet à confirmer que la mortalité par peste n’est pas sélective (Tzortzis et al. 2006). Mais dans le cas d’analyses de sites archéologiques pour lesquels il n’existe pas de documents manuscrits permettant de comparer les “ archives du sol ” et les archives historiques, la mise en évidence de biais liés au recrutement est assurément un bon moyen de caractériser l’ensemble funéraire44. Nous devons donc nous attacher à des études complémentaires des sites de Saint-Benoît de Prague et de Venosa avec une nécessaire reprise des premières datations proposées mais également une plus large exploitation des sources écrites, particulièrement pour Saint-Benoît, site chronologiquement susceptible de nous livrer un plus grand nombre d’informations. Se profile aussi bien évidemment dans les deux cas, l'intérêt tout particulier des travaux en paléobiochimie moléculaire susceptibles de mettre en évidence un agent pathogène autre que celui de la peste.

Conclusions

57Les analyses présentées n’ont pas la prétention d’apporter de recettes quant à la conduite de réflexions interdisciplinaires. Chaque site possède ses caractéristiques et par conséquent sa propre problématique ce qui a conduit dès le début de leur analyse respective à des développements plus spécifiquement historique (Lignières-en-Berry), archéologique (Bourges) ou anthropologique (Issoudun, Saint-Benoît de Prague, Venosa). L’intérêt de tous ces exemples est de montrer tous les bénéfices que l’on peut espérer d’une démarche parallèle entre l’archéo-anthropologie et l’histoire lorsque la chronologie s’y prête.

58À Lignières-en-Berry, c’est la démarche historique qui est privilégiée. L’intérêt soulevé par les chroniques historiques relatives à des épidémies prouve que certains sites peuvent constituer un cadre exceptionnel de recherche pour une meilleure compréhension des crises de mortalité des populations du passé, tant sur le plan de l’archéologie funéraire que de la paléobiologie. Outre le fait qu’il constitue un cadre singulier pour l’étude de la typo-chronologie des pratiques funéraires de la région Centre, l’ensemble funéraire de Bourges, en révélant au moins trois phases distinctes renfermant des sépultures multiples, témoigne d’un phénomène, sinon d’urgence, tout du moins de crise(s), qu’il est possible de mettre en relation avec la gestion d’une structure hospitalière, toute proche, et/ou de crises de sur-mortalité brutale. Elles pourraient toutefois être limitées dans le temps ou à quelques individus. Pour Issoudun, la conjugaison de différents arguments (topographiques, archéologiques, démographiques, biologiques et historiques) conduit à l’hypothèse d’au moins deux épisodes de crises de mortalité liés à une famine au début du XVIIIe s. mais l’identification d’un événement précis rapporté par les textes reste impossible. Enfin le réexamen des sites de Saint-Benoît de Prague et de Venosa nous invite à plusieurs questionnements : d’une part, ne doit-on pas considérer qu’il existe plusieurs signatures possibles de la peste liées dès le départ à une sélection des populations? D’autre part, toutes les pestes du passé sont-elles dues à Yersinia pestis ?

  • 45  Le seul, à notre connaissance, est celui découvert dans le quartier de l’Observance à Marseille et (...)

59Dans le cadre des crises de mortalité du passé, tout particulièrement pour les épidémies, l’archéologie a permis d’apporter des connaissances dans un domaine jusqu’alors peu connu. Parmi les acquis les plus importants, elle a permis de prouver que les sépultures relatives à des crises de mortalité étaient archéologiquement tangibles et ce contrairement à certaines assertions (Colardelle 1998 : 21), qu’elles pouvaient prendre des formes variées (individuelles, doubles, triples et multiples) et que les morts par épidémie n’étaient pas forcément exclus des cimetières paroissiaux. De plus, les observations archéologiques ont montré que les dépôts des défunts relevaient dans bien des cas d’une gestion souvent rigoureuse. Ces données renvoient par conséquent à des notions bien différentes de celles généralement admises dans de tels contextes (Clavandier 2004 : 191). On est loin des images systématiques de “ charniers ” avec dépôts désordonnés de nombreux corps45 ainsi que de la pensée d’un rejet systématique des morts épidémiques.

  • 46  L’étude récente des sépultures multiples de la catacombe des Saints-Pierre-et-Marcellin à Rome en (...)

60Intégrer dans un discours historique des faits archéologiques et les données fournies par l’analyse des squelettes humains n’est pas toujours aisé. La formation des chercheurs et les méthodes d’analyses différentes des disciplines que sont l’archéologie, l’anthropologie et l’histoire, conduisent parfois à une réception délicate des données relatives à chacune d’entre elles. Au moyen des quelques exemples présentés nous avons essayé de montrer qu’une organisation efficace de la recherche pouvait toutefois permettre une prise en compte de ces différents niveaux de discussion et qu’ainsi beaucoup de relectures sont possibles46. Dans le champ d’étude des crises de mortalité du passé on assiste ces dernières années à une réelle progression des connaissances mais pour l’instant nous devons faire face à une diversité de situations (chronologique, géographique, nature de crises, “ recrutement ” des populations archéologiques, etc.) et ce n’est véritablement qu’au terme de nombreuses enquêtes que pourront être établies des comparaisons judicieuses entre différents sites archéologiques.

Haut de page

Bibliographie

Adam 2006
Adam F. - Alain-Fournier et ses compagnons d’arme. Une archéologie de la grande guerre, Metz, Édition Serpenoise, 219 p.

Adam, Boura, Duday 1992
Adam F., Boura F., Duday H. - Fouille archéologique d’une sépulture militaire de 1914 : la sépulture collective de Saint-Rémy-la-Calonne (Meuse), Les Nouvelles de l’Archéologie, 48/49 : 56-70.

Beauvalet-Boutouyrie 1999
Beauvalet-Boutouyrie S. - La démographie de l'époque moderne, Paris, Belin, 334 p.

Bernon 1989
Bernon A. - Topographie historique : contribution à l’étude du Faubourg du Château-lès-Bourges, Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry, 97, juin 1989, 72 p.

Biraben 1975
Biraben J.-N. - Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris, EHESS/Centre de Recherches Historiques, 2 vol, 455 et 416 p.

Bisson 1995
Bisson D. - Villes en représentation, région Centre, Tours, ARCHEA, 102 p.

Bizot et al. 2005
Bizot B., Castex D., Reynaud p., Signoli M. (dir.) - La saison d'une peste (Avril-Septembre 1590), Le cimetière des Fédons à Lambesc, Paris, Éditions du CNRS, 131 p.

Blanchard 2006
Blanchard Ph. - La gestion des cadavres en temps de crise, exemples archéologiques médiévaux et modernes dans l’Europe de l’ouest, Mémoire de Master, Université de Tours, 2 Vol. 114 p.

Blanchard, Castex 2007
Blanchard Ph., Castex D. - A mass grave from the catacomb of Saint Peter and Marcellinus in Rome, second-third century AD, Antiquity, 81 : 989-998.

Blanchard et al. 2003
Blanchard Ph., Castex D., Souquet-Leroy I., Poulle p. - Issoudun, centre de l'image et du multimédia, Archéopages, mars 2003, 9 : 40-41.

Blanchard, Georges 2007
Blanchard Ph., Georges p. - Projet de recherche de sépultures d’épidémie à Lignères-en-Berry (Cher) : à chacun sa croix…, in : Castex D., Cartron I. (dir.), Épidémies et crises de mortalité du passé, Actes des séminaires (année 2005) de la Maison des Sciences de l’Homme, Ausonius Éditions, Études 15, 2007 : 149-170.

Blanchard, Georges, Chollet 2005
Blanchard Ph., Georges p., Chollet V. - Perception de l’évolution d’un quartier de Bourges à travers la fouille de la parcelle du 35, rue de Sarrebourg, DFS de fouilles préventives, INRAP/SRA Centre, 187 p.

Blanchard, Georges, Luberne 2005
Blanchard Ph., Georges p., Luberne A. - Le cimetière médiéval des pauvres à Bourges (Cher, France) : une zone spécifique pour les épisodes de surmortalité ? in : Gualde N., Goubert J.-P., Barry S. (dir.), Épidémies et Sociétés dans le Monde Occidental XIe – XXIe s., Actes du colloque juin 2005, Revue Sociologie Santé, “ Les Études Hospitalières ”, n° 22 : 210-217.

Bley, Dutour, Palfy 1998
Bley D., Dutour O., Palfy G. (dir.) - Les épidémies : passé et présent, Numéro spécial des Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, 10 n.s. (1-2), 208 p.

Boissavit-Camus et al. 1996
Boissavit-Camus B, Galinié H., Lorans E., Prigent D., Zadora-Rio E. - Chrono-typologie des tombes en Anjou-Poitou-Touraine, in : Archéologie du cimetière chrétien 1996 : 257-269.

Bourdelais 1997
Bourdelais p. - Épidémies et populations : bilan et perspectives de recherches, Annales de Démographie Historique. Épidémie et Populations : 9-26.

Buchet, Séguy 2002
Buchet L., Séguy I. - La paléodémographie : bilan et perspectives, Annales de Démographie Historique, 2002, 1 : 161-212.

Bruzek, Schmitt, Murail 2005
Bruzek J., Schmitt A., Murail p. - Identification biologique individuelle en paléoanthropologie. Détermination du sexe et estimation de l'âge au décès à partir du squelette, in : Dutour O., Hublin J.-J., Vandermeersch B. (dir.), Objets et méthodes en paléoanthropologie, Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques : 217-246.

Castex 2005
Castex D. - Le cimetière de peste des Fédons : des données anthropologiques aux interprétations. Des particularités démographiques propres au site des Fédons, in :Bizot B., Castex D., Reynaud p., Signoli M. (dir.), La saison d’une peste (Avril-Septembre 1590). Le cimetière des Fédons à Lambesc, Éditions du CNRS, Paris : 46-53.

Castex 2007
Castex D. - Les anomalies démographiques : clefs d’interprétation des cimetières d’épidémies en archéologie, in :Castex D., Cartron I. (dir.), Épidémies et crises de mortalité du passé, Actes des séminaires (année 2005) de la Maison des Sciences de l’Homme, Ausonius Éditions, Études 15 : 95-120.

Castex et al. 2007
Castex D., Bruzek J., Veleminsky p., Sellier p. - Epidemic mortality crises of the past : bioarchaeological approach, Slov. Anthropol. 10(1) : 6-13.

Castex, Cartron 2007
Castex D., Cartron I. (dir.) - Épidémies et crises de mortalité du passé, Actes des séminaires (année 2005) de la Maison des Sciences de l’Homme, Ausonius Éditions, Études 15, 243 p.

Castex, Drancourt 2005
Castex D., Drancourt M. - D’un site funéraire à la détection d’une crise épidémique. Identités biologiques et patrimoine génétique. Actes du colloque Épidémies et Sociétés dans le Monde Occidental XIe - XXIe s., in : Gualde N., Goubert J.-P., Barry S. (dir.), Revue Sociologie Santé, Coll. “ Les Études Hospitalières ”, 22 : 190-209.

Clavandier 2004
Clavandier G. -La mort collective – Pour une sociologie des catastrophes, Paris, CNRS Éditions, 255 p.

Colardelle 1998
Colardelle M. - La mémoire des exclus. Réflexions archéologiques et historiques sur la maladie et la mort épidémiques, Ethnologie française, XXVIII, 1, Sida : deuil, mémoire, nouveaux rituels : 20-25.

Conseils méthodologiques pour les recherches de toponymie 2006
Conseils méthodologiques pour les recherches de toponymie, Société Française d’onomastique, article disponible en ligne : http://www.onomastique.asso.fr/textes%20telechargeables/methodologie.pdf, Septembre 2006 : 4 p.

Drancourt et al. 2004
Drancourt M., Roux V., La-Vu D., Tran-Hung L., Castex D., Chenal-Francisque V., Ogata H., Fournier p.-E., Crubezy E., Raoult D. - Genotyping, Orientalis-like Yersinia pestis, and Plague Pandemics, Emerging Infectious Desease, vol. 10, n°9 : 1585-1592.

Duc, Dupré 1891
Duc G. , Dupré J.-B. - Mémoires inédits pour servir à l’Histoire de la ville et des seigneurs de Linières en Berri, publiés avec une introduction, des notes et des Commentaires, par Lucien Jeny, 1890-1891, Deuxième série, Mémoires de la Société Historique Littéraire et Scientifique du Cher, Bourges.

Duday 2007
Duday H. - Les preuves archéologiques d’une crise de mortalité : simultanéité du dépôt de cadavres, simultanéité des décès ?, in : Castex D., Cartron I. (dir.), Épidémies et crises de mortalité du passé, Actes des séminaires (année 2005) de la Maison des Sciences de l’Homme, Ausonius Éditions, Études 15 : 15-21.

Georges, Blanchard 2007
Georges p., Blanchard Ph. - Les sépultures multiples du “ 35, rue de Sarrebourg ” à Bourges (18) : discussion du contexte et interprétations envisagées, in : Castex D., Cartron I. (dir.), Épidémies et crises de mortalité du passé, Actes des séminaires (année 2005) de la Maison des Sciences de l’Homme, Ausonius Éditions, Études 15 : 147-168.

Goldman 1992Goldman Ph. - Note sur l’origine des paroisses de Bourges, Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry, 109 : 3-17.

Hanakova, Stloukal 1988
Hanakova H., Stloukal M. - Pohřebiště Kolem Bývalého Kostela Svatého Benedikta V Praze. Národní Muzeum V Praze - Přirodovtědecké muzeum, 180 p.

Hollingsworth, Hollingsworth 1971
Hollingsworth M.F., Hollingsworth T.H. - Plague Mortality Rates by Age and Sex in the Parish of St. Botolph's without Bishopsgate, London, 1603. Population Studies XXV/1 : 131-146.

Jeny 1902
Jeny L. - La peste et deux vœux à Notre-Dame de Liesse à Lignières-en-Berry, in : Mémoires de la Société Historique Littéraire et Scientifique du Cher, 4e série, 17e volume, Bourges : 341-349.

Leclerc, Tarrête 1988
Leclerc J., Tarrête J. - Sépulture, in : A. Leroi-Gourhan (dir.), Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, PUF, 1988, p. 962-963.

Ledermann 1969
Ledermann S. - Nouvelles tables-types de mortalité, Paris, INED, PUF, (Travaux et documents, 53).

Letonnelier 1911
Letonnelier G. - Mesures prises pour éviter la peste à Annecy en 1503, Extrait de la Revue Savoisienne, année 1911, fasc. I, Annecy, 7 p.

Luberne 2003
Luberne A. - Bourges, 35 rue de Sarrebourg, Rapport d’opération préventive de fouille d’évaluation archéologique, INRAP/SRA Centre.

Macchiarelli, Salvadei1988
Macchiarelli R., Salvadei M. - La comunità alto-medievale di Venosa (Basilicata) : anthropologia di un segmento di popolazione selezionato nel corso di un'epidemia, Soprintendenza Speciale al Museo Nazionale Preistorico-Etnografico “ L. Pigorini ”, Sezione di Anthropologia, Roma, Ottobre 1988, 99 p.

Macchiarelli, Salvadei1989
Macchiarelli R., Salvadei M. - Early mediaval human skeletons from the thermae of Venosa, Italy. Skeletal biology and life stresses in a group presumably inhumed following an epidemic, Rivista di Antropologia (Roma), 67 : 105-128.

Maçon 2003
Maçon Ph. - Les vestiges funéraires de la ville de Bourges (Cher) au haut et bas Moyen-Age : Tentative de synthèse archéologique, anthropologique et topographique. Mémoire de DEA, Paris I, Laboratoire d’Archéologie Classique, 2003.

Maçon 2007
Maçon Ph. - Les espaces funéraires et la ville Cimetières médiévaux de Bourges, formations et transformation (5e -16e siècles), Bituriga, Bourges Éditions de la Ville de Bourges, 196 p.

Marcel 1994
Marcel R. - L’encyclopédie historique et anecdotique de la province de Berry, Centre de Généalogie du Haut Berry, Bourges.

Martinec 1971
Martinec V. - Pohřebiště při Kostele svatého Benedikta, Nálezová zpráva, 45 p.

Poulle 2007
Poulle p. - Le grand Cimetière d’Issoudun (Indre) et ses sépultures multiples (fin XVIIe -début XVIIIe s.). Premiers résultats de l’étude historique et démographique, in : Castex D., Cartron I. (dir.), Épidémies et crises de mortalité du passé, Actes des séminaires (année 2005) de la Maison des Sciences de l’Homme, Ausonius Éditions, Études 15 : 77-108.

Rigaud 2005
Rigaud p. - Une épidémie de peste à Lambesc en 1590 : un faisceau d’arguments archéologiques et historiques. L’infirmerie du quartier de Farriol/les Fédons dans les sources écrites, in : Bizot B., Castex D., Reynaud p., Signoli M. (dir.), La saison d’une peste (Avril-Septembre 1590). Le cimetière des Fédons à Lambesc, Paris, Éditions du CNRS : 19-35.

Sellier 1996
Sellier p. - La mise en évidence d'anomalies démographiques et leur interprétation : population, recrutement et pratiques funéraires du tumulus de Courtesoult, in : Piningre J.-F. (dir.), Le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône) et le Ier Age du Fer dans le bassin supérieur de la Saône, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme (DAF) :188-200.

Seguy et al. 2006
Seguy I., Buchet L., Belaigues-Rossard M., Couvert N., Perraut C. - Des tables types de mortalité pour les populations pré-industrielles. Présentation, discussion et applications, in : Buchet L., Dauphin C., Séguy I. (dir.), La paléodémographie. Mémoires d’os, mémoires d’hommes, Actes des 8e journées d’anthropologie de Valbonne, Antibes, Éditions APDCA, 2006 : 303-321.

Signoli et al. 2002
Signoli M., Seguy I., Biraben J.-N., Dutour O. - Paléodémographie et démographie historique en contexte épidémique : La peste en Provence au XVIIIe s., Population-F, 57(6) : 821-848.

Signoli 2006
Signoli M. - Étude anthropologique de crises démographiques en contexte épidémique: aspects paléo- et biodémographiques de la Peste en Provence, British Archaeological Reports, International Series, n°1515, Oxford, Archaeopress, 156 p.

Tzortzis et al. 2006
Tzortzis S., Rigeade C., Séguy I., Bizot B., Buchet L., Signoli M. - Les sites d’inhumation de pestiférés sont-ils le reflet des populations vivantes ? Etat de la question dans le sud-est de la France à l’Epoque moderne, in : Buchet L., Dauphin C., Séguy I. (dir.), La paléodémographie. Mémoire d’os, mémoire d’hommes, Actes des 8e journées d’anthropologie de Valbonne, Antibes, Éditions APDCA, 2006 : 225-237.

Haut de page

Notes

1  Le développement de l’archéologie préventive dans les années 1980 ainsi qu’une manière nouvelle de concevoir la fouille des ensembles sépulcraux ont favorisé la découverte de plusieurs gisements funéraires consécutifs à des crises de nature épidémique et relatifs à des périodes chronologiques variées.

2  La seconde source est le fait d’un successeur de Crognet en la personne de Gilles Duc, curé de Lignières entre 1674 et 1692. Ce dernier nous livre un récit très proche du précédent, même si la rédaction semble avoir été réalisée quelques années après l’événement. Il n’est donc pas exclu que ce second récit soit inspiré du précédent. Cependant, certains éléments laissent croire que Gilles Duc a malgré tout assisté à cette épidémie et aux conséquences de celle-ci. Ainsi, il indique : “ Entre le 5 novembre 1651 … et le 10 septembre 1652, on enterra dans l’église et dans le cimetière de Lignières plus de 200 personnes sans maladie contagieuse ”. Il poursuit plus loin : “ Outre la guerre, la famine étoient encore dans le pays : il mourut une quantité de personnes de côté et d’autre dans les villages des environs, qu’on enterra auprès des croix pour éviter la peine de les porter au cimetière ” (Duc, Dupré 1891).

3  “ Il est à remarquer qu’en cette année 1658, la petite vérole a eu cours dans les villes de Bourges et d’Issoudun et autres lieux. On fait compte à Bourges de 700 à 800 morts ; le même nombre est à déplorer à Issoudun. En plus beaucoup de grandes personnes, plus ou moins avancées en âge sont aussi mortes de ce poison. Lignières a été garantie par la grâce de Dieu ” (Marcel 1994 : 237).

4  Avec les avancées récentes en paléobiochimie moléculaire (nous citerons entre autres Drancourt et al. 2004), la localisation, la fouille, et l’analyse de ces sépultures d’épidémies de Lignières-en-Berry pourraient permettre d’identifier l’agent pathogène en cause.

5  Comme la lettre des consuls de Lambesc situant le début et la fin de l'épidémie et le registre du cadastre de 1579 où l'on trouve la seule mention explicite d’un cimetière afférent à l'infirmerie de peste du quartier des Fédons.

6  Contrat du médecin engagé à l'infirmerie et liste nominative, malheureusement parcellaire, couvrant une partie des inhumés des Fédons.

7  Nous gardons volontairement le terme de “ charnier ” utilisé par l’auteur bien qu’il ne semble pas forcément justifié au moins pour les sites de Martigues.

8  Des éléments “ prophylactiques ”, notamment une croix de peste, ont été identifiés sur le charnier du “ Délos ” à Martigues.

9  Nous tenons particulièrement à remercier Mme Pigeat.

10  À l’intersection de la rue de Sarrebourg (au niveau des numéros 39/41) et de la ruelle de Nevers.

11  Ce diagnostic a été réalisé le 8 et le 17 janvier 2003 ; trois sondages ont été implantés en fonction de l’espace disponible, de la nécessité de stockage des terres et surtout des contraintes d’accès de la parcelle.

12  Encore trop souvent, les arguments ostéo-archéologiques permettant d’affirmer qu’un corps s’est décomposé en espace colmaté font défaut. Ainsi, l’absence de preuves pour une décomposition en espace vide n’implique pas nécessairement une décomposition en espace colmaté… Par ailleurs, il est important de noter que la sépulture en pleine terre est la seule qui peut être mise en évidence uniquement par l’anthropologie dite de terrain. On sait, particulièrement pour le Moyen Âge, qu’un profil de fosse en cuvette n’est pas un argument prépondérant.

13  Cette étude a été menée par A. Schmitt (UMR 6578 du CNRS) dans le cadre d’un contrat INRAP. Pour le détail des méthodes de l’estimation de l’âge au décès et de la diagnose sexuelle, cf. la contribution de Bruzek et al. 2005.

14  Plan de Bourges de N. de Fer de 1705 et de p. de F. en 1745 (Bisson 1995 : 70).

15  Fonds du château, paroisse de la Fourchault, sac 114. A cette période l’Hôtel-Dieu était situé vers le chevet de la cathédrale.

16  Ainsi, en 1587, il est rappelé que “ ledit Grand Cimetière ou place appartient entièrement au chapitre, pourquoi il ne peut être édifié ni être fait aucune plantation sans sa permission ” (Bernon 1989 : 63). De même, l’acte capitulaire du 31 août 1598 autorise les Capucins (qui succéderont au grand cimetière) à planter une croix dans le cimetière et que “ cette plantation ne préjudiciera en rien aux droits de propriété du chapitre sur le cimetière ”. Enfin, en 1723, ce droit sera à nouveau réaffirmé lors d’une querelle qui oppose le chapitre à la ville lors de la vente des ormes de la place des Capucins.

17  Le cas du cimetière de la peste de Lambesc est à ce sujet éloquent (Bizot et al. 2005).

18  Au sein du cimetière des pestiférés de Lambesc, l’extrême majorité des sépultures est individuelle (Bizot et al. 2005)

19  Centre de Datation par le Radiocarbone, UMR 5138 du CNRS, Université Claude Bernard, Lyon I.

20  Les inhumations fouillées en 1997 ont été étudiées par Philippe Maçon (2003) et l’ensemble des sépultures issues de ce site vient de faire l’objet d’un article de synthèse (Maçon 2007 39-44).

21  La fouille et l’étude des sépultures étaient sous la responsabilité d’I. Souquet-Leroy (anthropologue INRAP).

22  Ces tombes multiples recoupent un niveau de charbons de bois et d’éléments rubéfiés attribué à l’incendie d’Issoudun survenu en 1651. Par ailleurs, trois monnaies issues du comblement des fosses et émissent entre 1631 et 1649 indiquent que ces inhumations multiples sont intervenues à partir de la seconde moitié du XVIIe s. Enfin, le matériel céramique découvert sous les tombes multiples et dans leur comblement permet de cibler la fin du XVIIe ou le début du XVIIIe s.

23  D’autres variations minimes peuvent être mentionnées, elles concernent quelques adultes qui se présentent couchés sur le ventre et quelques rares individus immatures retrouvés dans les premiers niveaux de dépôts.

24  Le quotient de mortalité est de la forme aQx, ou x désigne l'âge d'entrée dans la classe d'âge et a la durée en années de cette classe. Il concerne le rapport des décès d’une classe d’âge sur l’effectif d’une population risquant de mourir à l’entrée de cette classe d’âge, c’est donc une probabilité de mourir dans une tranche d’âge précise.

25  Le profil de mortalité obtenu sans tenir compte des individus de la deuxième phase de mortalité étant rigoureusement identique à celui prenant en compte la totalité des sujets issus des fosses multiples, nous avons donc choisi de conserver ce dernier.

26  Nous n’insisterons pas sur les discussions portant sur les écueils et les avantages de l’utilisation des quotients de mortalité d’une part et des tables types de Ledermann d’autre part, largement discutées par ailleurs (Sellier 1996 ; Castex 2005, 2007 ;Buchet, Séguy 2002 ; Séguy et. al. 2006). Les objectifs qui nous guident ne sont pas démographiques mais centrés vers une perspective archéologique, c’est-à-dire avant tout orientés vers la détection d’anomalies des paramètres âge et sexe et leur interprétation en termes bioculturels.

27  Le seul terminus certain était celui de la fermeture et de l’abandon du cimetière à la fin du XVIIIe s. Il n’était matériellement pas possible de traiter une période de quelques 150 années et nous avons fixé de manière arbitraire la date de 1720 pour clore cette étude.

28  De 1650 à 1720.

29  L’influence de la Fronde sur la mortalité d’Issoudun peut paraître surprenante mais il faut la replacer dans le contexte berrichon alors zone de “ Guerre ”. Les années 1650 à 1652 marquent pour Issoudun, territoire pourtant en dehors des zones d’affrontement, une période de troubles et de désordres (passage de troupes, déplacement de populations fuyant les combats, violences, pillages et maladies) qui engendreront chertés, disettes, famine et crises de mortalité (Poulle 2007 : 89 : Marcel 1994 : 410 ; Duc, Dupré 1891 : 41).

30  Conditions climatiques exécrables entraînant de mauvaises récoltes (Poulle 2007 : 93-95 ; Michaud 2001 : 437 ; AD Indre H592 p.55-56).

31  Elles ont pu être analysées finement en regroupant les décès des individus en classes d’âges comparables à celles de notre échantillon archéologique.

32  Aucune distinction n’a pu être faite à partir des registres entre adultes jeunes et plus âgés, ce qui nous prive d’une comparaison pour la tranche des 20-29 ans.

33  Par exemple pour le mois de septembre 1709 il a été dénombré jusqu’à vingt-deux décès dans la même journée. 

34  Il est toutefois important de signaler que le fait de ne pas retrouver les agents pathogènes ciblés n’exclue pas la possibilité qu’ils aient pu exister.

35  Une importante quantité de données archéologiques ont été extraites du rapport effectué par V. Martinec, archéologue tchèque, responsable de la fouille (Martinec 1971).

36  Cette étude avait pour objectif d’obtenir des informations biologiques générales sur la population de Prague, du Moyen Âge jusqu’à une période récente, et aucune distinction n’avait été faite entre les inhumés des sépultures individuelles et ceux des sépultures multiples.

37  L’objectif à plus long terme étant d’étudier l’ensemble des sépultures afin de comparer pour une même phase chronologique la mortalité en fonction de l’âge et du sexe entre deux types de recrutement : l’un supposé plus ou moins “ naturel ” fondé sur l’analyse des sépultures individuelles, et l’autre relevant de l’étude de toutes les sépultures multiples.

38  Il pourrait s’agir d’anciens thermes (IIIe s. av. J.-C.) réutilisés pour des activités artisanales dans le courant du IVe-VIe s. ap. J.-C.

39  Cette datation nous paraît toutefois très discutable car peu argumentée.

40  Cette notion de “ sépulture ” est parfaitement résumée dans la définition proposée par Leclerc et Tarrête (1988 : 1002-1003).

41  Les différentes études (stratigraphique, numismatique et céramologique) n’apportent pas de précisions chronologiques. C’est pourquoi nous avons eu recours à des datations radiocarbones. Il apparaît alors que cette aire funéraire est créée au plus tard entre 904 et 1032, mais plus probablement à la fin du Xe s. ou au tout début du XIe s. (fortes probabilités entre 1003 et 1016). Mais plus que d’avoir reculé de près de deux siècles l’installation de ce cimetière, qui demeure un des résultats importants de cette fouille, c’est la chronologie des sépultures multiples qui nous importe.

42  Gaston Letonnelier, archiviste, a dépouillé les registres du conseil de la ville d’Annecy ; dans cette contribution, il livre le texte de la “ pourvision ” édictée le 23 mars 1505, alors que la “ pestilence ” sévissait dans plusieurs villages voisins d’Annecy.

43  Des références plus précises sont également à rechercher pour certains textes mentionnant Verdun-sur-Garonne (Tarn-et-Garonne) où, du 16 avril 1629 eu 21 février de l’année suivante, 143 habitants auraient été enterrés dans l’église.

44  De fait, déterminer un cimetière réservé à une congrégation religieuse, bien qu’a priori éloigné de la problématique de l’épidémie et de sa gestion, est en réalité une information archéologique de première importance dans ce type de contexte en particulier si les textes sont absents ou silencieux.

45  Le seul, à notre connaissance, est celui découvert dans le quartier de l’Observance à Marseille et lié à l’épidémie de peste de 1720-1722 (Signoli 2006).

46  L’étude récente des sépultures multiples de la catacombe des Saints-Pierre-et-Marcellin à Rome en est d’ailleurs un très bon exemple (Blanchard, Castex 2007).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Photographie d’une sépulture multiple (six individus) fouillée en 1997 (Cl. A. Luberne/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 2 : Plan de localisation des sépultures (P. Georges et V. Chollet/Inrap).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1218/img-2.png
Fichier image/png, 56k
Titre Fig. 3 : Plan de répartition des sépultures multiples du cimetière d’Issoudun (Indre). Réalisation Inrap Centre.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1218/img-3.png
Fichier image/png, 64k
Titre Fig. 4 : Une des quatorze sépultures multiples (S.119) du cimetière d’Issoudun (Indre) contenant vingt-deux individus déposés simultanément. Cl. Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 5 : Distribution des âges au décès pour le site d’Issoudun (Indre). Comparaison avec les valeurs théoriques de Ledermann (1969) et les données provenant des registres paroissiaux d’Issoudun pour les années 1693 et 1709. Documentation p. Poulle/Inrap.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1218/img-5.png
Fichier image/png, 28k
Titre Fig. 6 : Une sépulture triple du cimetière Saint-Benoît à Prague en République tchèque (Cl. V. Martinec, Service Archéologique de la ville de Prague).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1218/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 7 : Distribution des âges au décès pour les sites de Saint-Benoît à Prague (République tchèque) et de Venosa (Lucanie, Italie). Comparaisons avec les valeurs théoriques de Ledermann (1969).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1218/img-7.png
Fichier image/png, 26k
Titre Fig. 8 : Distribution des âges au décès pour trois sites de peste attestée : Saint-Pierre (Dreux, Eure-et-Loir), Le Clos des Cordeliers (Sens, Yonne) et les Fédons (Lambesc, Bouches-du-Rhône). Comparaison avec les valeurs théoriques de Ledermann (1969).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1218/img-8.png
Fichier image/png, 23k
Titre Fig. 9 : Comparaison des quotients de mortalité pour différentes épidémies (d’après les données de Biraben 1975 ; Hollingsworth M.F., Hollingsworth T.H. 1971 ; Mallet 1835) et comparaison avec un profil de mortalité naturelle (Ledermann 1969). Réalisation D. Castex et p. Sellier.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1218/img-9.png
Fichier image/png, 28k
Titre Fig. 10 : Une sépulture multiple du site de Venosa (Lucanie, Italie). Cl. R. Macchiarelli, L. Bondioli (Musée Pigorini, Rome).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1218/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Castex, Patrice Georges et Philippe Blanchard, « Complémentarité et discordances entre sources textuelles et sources archéo-anthropologiques en contexte de crises de mortalité par épidémie. Études de cas », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 47 | 2008, mis en ligne le 18 mai 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://racf.revues.org/1218

Haut de page

Auteurs

Dominique Castex

CNRS, UMR 5199 PACEA, Laboratoire d’Anthropologie des Populations du Passé, Université Bordeaux 1, Bât. B8, Avenue des Facultés, 33405 Talence cedex. d.castex@anthropologie.u-bordeaux1.fr

Patrice Georges

INRAP GSO, Base archéologique INRAP Saint-Orens de Gameville, ZI Les Pinsons – 13, rue du Négoce 31650 Saint-Orens de Gameville ; UMR 5199 PACEA. patrice.georges@inrap.fr

Articles du même auteur

Philippe Blanchard

INRAP CIF, Base archéologique INRAP Tours, 148 avenue Maginot 37100 Tours ; UMR 6173 CITERES.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page